Vous êtes sur la page 1sur 22

INTRODUCTION GÉNÉRALE

L'énergie est essentielle au bon fonctionnement de l’activité économique, puisque toute


transformation de matière première, tout travail et tout mouvement requièrent de l'énergie.

Les activités économiques telles que les productions industrielles, les transports, le chauffage
des bâtiments, l'utilisation d'appareils électriques divers, sont consommatrices d'énergie ;
l'efficacité énergétique, la dépendance énergétique, la sécurité énergétique et le prix de
l’énergie sont des préoccupations majeures.

Dans la gestion en temps réel d'un système électrique, à chaque instant production et
consommation doivent s'équilibrer, sous peine d'entraîner un incident électrique généralisé.

Ainsi quand un utilisateur demande un peu plus d'électricité quelque part, en allumant une
lampe par exemple, l'ensemble des moyens de production reliés au réseau électrique doit être
capable de fournir un peu plus de puissance électrique. C’est pourquoi d’ailleurs, de
nombreuses problématiques tarifaires épineuses ce posent, les tarifs constituent parfois un
instrument de redistribution de l’énergie pour les populations.

On distingue habituellement quatre catégories d'acteurs : le producteur d'électricité, le


fournisseur, le distributeur et le transporteur. Ainsi, une entreprise comme EDM au Mali en est
le principal producteur, le principal fournisseur et le principal distributeur d'électricité.

En effet, notre rapport de stage qui s’intitule < ANALYSE DE TARIFICATION ET DES ACTIVITES DE
PERCEPTION DES FACTURES RELATIVES AUX ABONNÉES D’UNE ORGANISATION DE DISTRIBUTION

D’ ENERGIE ELECTRIQUE : CAS DE L’ÉNERGIE DU MALI > a pour principal objectif de faire ressortir

la politique de tarification mise en place par l’organisation énergie du Mali (EDM) , au sein du
laquelle nous avons passé notre stage.

Pour cela, le document sera organisé en trois chapitres à savoir : un premier chapitre qui va
porter sur un aperçu général de L’EDM, un deuxième chapitre va porter sur la tarification de
l’électricité dans la société malienne, le troisième chapitre portera nos analyses et subjections,
enfin de dégager une nouvelle vision de cette politique mise en place par L’EDM.
13
CHAPITRE I :
APERÇU GÉNÉRAL SUR L’ÉNERGIE
DU MALI (EDM)

13
ÉNERGIE DU MALI SA (EDM sa) est la compagnie Malienne chargée de la production,
du transport et de la distribution d'électricité dans le pays.

Elle possède une agence paraétatique plus particulièrement consacrée à la production


d'électricité, nommée Électricité du Mali.

I.1-HISTORIQUE

Energie du Mali (EDM) est la compagnie malienne chargée de la production, du transport


et de la distribution des énergies dans le pays. Elle possède une agence para-étique
plus particulièrement consacrée à la production d’électricité, nommée électricité du Mali.
Le siège d’EDM se trouve dans la capitale Bamako.

Energie du Mali est une société d’état créée le 14 octobre 1960 par un consortium
composé du jeune état (55%), d’AFC (CCCE) 39% et d’électricité de France 6% en
remplacement de la SAFELEC (société africaine d’électricité, société privée). Le capital
initial est de 50.000.000 de francs.

En 1967, la première centrale hydroélectrique située à sotuba est mise en service puis
en 1980 démarre la production d’électricité au barrage hydroélectrique de Sélingué. En
juillet 2000, EDF se retire du capital ouvrant la voie à la privatisation de l’entreprise.

EDM a été privatisé le 20 décembre 2000 auprès de l’industrial promotion services (IPS
West Africa), filiale de l’Aga Khan Développement Network, (à hauteur 21%) du ministère
des mines de l’énergie et des ressources en eau (40%), et de SAUR international filiale
du groupe Bouygues (39%) le premier groupe de la centrale de Manantali est mis en
service en septembre 2001.
13
SAUR se désengage d’EDM en 2005 et vend ces parts à IPS qui monte à 34% et au
ministère de l’énergie qui passe à 66% entrainant de facto une renationalisation de la
compagnie qui garde le statut de société anonyme d’économie mixte.

En 2004 EDM emploie 1.620 personnes avec un chiffre d’affaires de 64.000.000.000


FCFA pour un capital de 32.000.000.000 FCFA. Le directeur général est Sékou Alpha
Djiteye.

En 2018 le conseil d’administration de l’EDM.sa entérine le départ de Dramane


Coulibaly. Son remplaçant Sambou Wagué est nommé directeur général de l’EDM.sa
avec un chiffre d’affaire de plus de 300 Milliard de FCFA.

I.2-PRODUCTION ET DISTRIBUTION

La production électrique au Mali est principalement réalisée par le Barrage


hydroélectrique de Manantali et le Barrage hydroélectrique de Sélingué. EDM a produit
720,8 GWH d’électricité distribuée sur 3900 KM de ligne constituant le réseau
interconnecté en 2017 et 1.905 GWH d’électricité distribuée sur presque tout l’étendu du
mali sur les sites :

 Centrale hydroélectrique de Manantali :

104,0 MWH de puissance installé et de 380,7 KWH (Soit 43,1%) de production de 2006
à nos jours (Cette centrale n’est pas gérée par EDM, mais par SOGEM).

 Centrale hydroélectrique de Sélingué :


46,2 MWH de puissance installée et 247,4 KWH (soit 28,0%) de production de 2006 à
nos jours centrale.
13
 Centrale thermique de Darsalam :

39.1 MWH de puissance installée et 18,3 KWH (Soit 2,0% de production.

 Centrale Thermique de Balingué :

32,7 MW de puissance installée et 118,2 GWH (Soit 13,4% de production.

 Centrale de Location Aggreko à Mauritanie :

13,0 MW de puissance installée et 83,0 GWH (Soit 9.4% de production).

 Centrale Hydroélectrique de Sotuba :

5,7 MW de puissance installée et 34,5 GW (Soit 3,9% de production.

 Centrale Hydroélectrique de Félou :

0.7 MW de puissance installée et 0,2 GWH (Soit 0.02%) de production (Cette centrale
n’est pas gérer par EDM, mais par SOGEM).

En plus de la production du réseau interconnecté, EDM possède sur 19 sites isolé de


l’est et du sud du pays (Dont Niafounké, Djenné, Mopti, Bandiagara, Tombouctou,
Gao…) des centrales d’une capacité total de près de 50 MW.

Par ailleurs EDM produit 62 millions de mètre cube d’eau grâce à son réseau de 2.660
km de tuyaux. En 2017 EDM fournit de l’électricité auprès des milliers de clients de
clients répartis dans plus 35 villes.
13
I.3-CARACTERISTIQUES DU SYSTEME ELECTRIQUE EDM-SA

Le système électrique du Mali comprend un Réseau Interconnecté (RI) desservant


trente-deux (32) localités dont la capitale Bamako, vingt-huit (28) Centres dits Isolés (CI)
de production et distribution autonome par localité et deux (2) centres reliés au réseau
moyenne tension de la Cote d’Ivoire.

Figure 1 : interconnexion du réseau électrique du Mali

 Réseau Interconnecté (RI)

LE RI ALIMENTE BAMAKO LA CAPITALE ET LES VILLES DE KATI, KOULIKORO, FANA, DIOÏLA,


SEGOU, PELENGAGA, SEBOUGOU, MARKALA, SELINGUE, KAYES, KITA, YANFOLILA, KANGARE,
MANANTALI, BAFOULABE, MAHINA, KONOBOUGOU, LES VILLES EN PERIPHERIES DE BAMAKO
(MORIBABOUGOU, KALABANCORO, BAGUINEDA, SANAKOROBA, TIENFALA, BANANKORONI),
KALANA KOUTIALA SIKASSO, NIONO, SANSANDING, MOLODO, KAMBILA ET DIO.
13
 Centres Isolés (CI)

En plus du réseau interconnecté, EDM-SA gère :

 Vingt-huit (28) Centres Isolés équipés de groupes diesel et un réseau de


distribution autonome à : BOUGOUNI, MOPTI, DJENNE, GAO, TOMBOUCTOU, SAN,
KANGABA, OUELESSEBOUGOU, BANDIAGARA, DOUENTZA, DIRE, NIAFUNKE,
GOUNDAM, TOMINIAN, KIDAL, NIORO DU SAHEL, KE-MACINA, KORO, BANKASS ET
GOUREL (ALIMENTE PAR NIORO DU SAHEL), NARA, DIEMA, TENINKOU, SIBY, BLA

 Deux (2) centres de Kadiolo et Zégoua alimentés par le réseau MT de la COTE


D’IVOIRE.
Soit un total 30 centres

L’interconnexion avec la Cote d’Ivoire, a permis d’étendre le RI du Mali aux villes de


Koutiala et Sikasso en les reliant à la ligne 150 kV Bamako-Fana-Ségou dans la ville de
Ségou.

I.4-COMMENT LIRE VOTRE FACTURE DE L’EDM

(VOIR ANNEXES)
13
CHAPITRE II :
L’ENERGIE ELECTRIQUE ET LE SYSTEME
TARIFAIRE APPLIQUE DANS
LA SOCIETE MALIENNE

Si l'énergie est un concept unitaire sur le plan physique, elle prend plusieurs aspects du
point de vue des sociétés humaines, en fonction de la manière dont elle est à mise à leur
disposition.
13
La production d'une énergie utile pour les activités humaines a un coût, ce qui donne à
l'énergie une valeur économique qui détermine les politiques énergétiques des États.

II.1- SECTEUR DE L'ENERGIE ELECTRIQUE AU MALI

L'électricité est par nature difficile à stocker et doit être disponible en fonction de la
demande. En conséquence et au contraire d'autres produits, il n'est pas possible, dans
des conditions normales, de la stocker, de la rationner ou de mettre en attente les
consommateurs.

La demande et l'offre varient continûment. Il y a donc nécessité d'avoir une autorité de


contrôle, le gestionnaire de réseau de transport, pour coordonner et réguler les unités de
production et pour satisfaire la demande attendue des clients à travers les réseaux de
transport d'électricité.

Le secteur de l'énergie comprend plusieurs sous-secteurs, de l'amont vers l'aval de la


chaine de valeur :
- la production d'énergie primaire,
- leur transformation en énergie secondaire,
- le transport, la distribution,
- la commercialisation
- la consommation finale des diverses sources d'énergie.

Par convention, on considère que les centrales hydroélectriques, éoliennes et solaires


transforment directement l'énergie primaire en électricité avec un rendement de 100 %.

 Transport
13
Le transport de l'électricité s'effectue par ligne à haute tension (ligne de tension
supérieure à 50 kV) à courant alternatif.

Les coûts de transport représentent une part importante, quoi que très variable selon les
lieux et les périodes, des coûts complets des énergies. Les coûts de transport et de
distribution de l'électricité, sont répercutés sur les consommateurs via le tarif d'utilisation
du réseau public d'électricité.

 Distribution

Dans le secteur électrique, la distribution est assurée par le gestionnaire du réseau de


distribution qui gère les réseaux à moyenne et basse tension.

Ceci concerne aussi l'exploitant du réseau électrique sur lequel la plupart des clients
finaux sont connectés physiquement, en basse ou en moyenne tension. La construction
raisonnée des réseaux est du ressort des maîtres d'ouvrages.

 Distribution estimée des subventions à EDM au sein de la population en


fonction Des niveaux de consommation de la clientèle

En 2017 le rapport entre le chiffre d’affaires sans subvention et la quantité annuelle


d’électricité Facturée a été de 96,45 FCFA/kWh ; avec subvention, ce rapport a été de
128,11 FCFA/kWh.

Ainsi, le montant de la subvention/kWh a été de 31,65 FCFA.

Les 42 000 millions de FCFA de subvention se répartissent, selon les tranches tarifaires
de EDM-SA et en fonction des quantités consommées par type de client, comme suit :
13
 Répartition uniforme de la subvention selon le niveau de consommation

Tableau 1 : niveau de consommation

(*) Catégorie de clients facturés sur quatre tranches tarifaires (de 59 FCFA/kWh à 130
FCFA/kWh);
(**) Catégorie de clients facturés sur deux tranches tarifaires. (109 FCFA/kWh à 130
FCFA/kWh) ;
(***) Les industriels et assimilés.

 Répartition différenciée de la subvention en tenant compte des tarifs


appliqués aux différents clients

Le système tarifaire en vigueur (voir tableau ci-dessous) engendre des subventions


croisées entre différents groupes tarifaires.

Nous procédons ici à une analyse de ce phénomène afin de donner un Éclairage


complet sur la subvention par catégorie de client.

On remarquera que tous les clients industriels ont bénéficié de la subvention, tous leurs
prix unitaires de vente étant inférieurs à 128,11 FCFA/kWh, niveau de revenu par
kilowattheure ayant permis l’équilibre en 2017.

Les clients du tarif social ont bénéficié de subvention sur les 200 premiers kWh
d’électricité consommée, ceux-ci étant facturés entre 59 FCFA et 109 FCFA par kWh.
13
Sur les tranches de consommation excédant les 200 kWh et facturés au prix unitaire de
130 FCFA le kWh, ces clients apportent une subvention croisée pour l’équilibre.

Les clients du tarif normal ont bénéficié de subvention sur les 200 premiers kWh
d’électricité consommée, ceux-ci étant facturés à 109 FCFA par kWh. Sur les tranches
de consommation excédant les 200 kWh et facturés au prix unitaire de 130 FCFA le
kWh, ces clients apportent une subvention croisée pour l’équilibre.

Les clients, selon leurs groupes tarifaires et les quantités d’électricité consommées, ont
bénéficié différemment de la subvention. Il été procédé à une segmentation des ventes
par type tarifaire, et par quantité facturée selon les tranches définies dans les trois
tableaux ci-dessous.

Les quantités par tranche tarifaire ont été multipliées par les écarts obtenus entre les prix
unitaires des tranches et le prix de 128,11 FCFA. Le tableau suivant illustre les résultats
obtenus :

Tableau 2 : niveau de consommation

II.2- LE SYSTEME TARIFAIRE APPLIQUE PAR EDM-SA


13
Les tarifs constituent parfois un instrument de redistribution en faveur des populations les
plus défavorisées.

 Grille tarifaire de la Basse tension

Tableau 3 : Grille tarifaire de la Basse tension

 Grille tarifaire de la Moyenne tension

Tableau 4 : Grille tarifaire de la Basse tension

Les 2/3 de la clientèle (tarif social) font moins du tiers de la consommation globale et
représente un plus du 1/3 de la subvention 17,41 milliards FCFA. La part de la
subvention est supérieure à celle de la consommation.
13
Les consommateurs de ce tarif avec les prix unitaires les plus bas sont les plus
subventionnés.

Ceux qui ne dépassent pas la 1ère tranche de consommation (moins de 50 kWh par
mois) sont subventionnés à près de 60% pour une subvention globale représentant 41%.

Les clients BT du tarif normal présentent une part de subvention plus faible (27%) que
celle de la consommation (32%) et celle du nombre de clients (35%). A 139 566 clients,
ils ont bénéficié de 11,14 milliards de FCFA.

Globalement, les 398 760 clients de la basse tension (99,5% des clients en nombre), en
majorité des clients domestiques, ont bénéficié de 28,6 milliards de FCFA de subvention,
soit près de 68% de la subvention totale.

Les 1 930 clients Moyenne Tension (industriels en majorité, et PME) ne représentant que
0,5% de la clientèle consomment 39,7% de l’énergie produite. Ils ont bénéficié de 13,44
milliards FCFA de subvention, une part à hauteur de 30%, largement en dessous de la
part de l’énergie consommée 39,7%.

L’hypothèse de la répartition uniforme de la subvention attribue moins au tarif social. La


répartition uniforme affecte plus les clients du tarif normal de la Basse Tension et ceux
de la Moyenne Tension.
13
Tableau 5 : répartition uniforme de la subvention

L’écart entre les deux modes de répartition met en exergue la notion des subventions
croisées entre les clients facturés à des tarifs différents.

Si les clients BT du tarif social bénéficient de 5,52 milliards FCFA de subvention croisée,
celle-ci est apportée par les clients du tarif normal et de la moyenne tension.

13
CHAPITRE III :
ANALYSES ET SUBJECTIONS

III.1-ANALYSE 

Dans la gestion en temps réel d'un système électrique, à chaque instant production et
consommation doivent s'équilibrer, sous peine d'entraîner un incident électrique
généralisé.

Cependant, L’EDM est confronté à de nombreuses problématiques telles que :

- Les difficultés liées au paiement des factures ;


13
- La non réduction de la consommation d’électricité dans plusieurs de nos marchés et
dans certain de nos camps militaires ;
- La difficulté dans le recouvrement des factures impayées ;
- Les branchements illicites ;
- L’équilibre tarifaire,
- Etc. …

Ce qui rend Les pertes pour EDM très énormes

 Les difficultés liées au paiement des factures :

Très souvent deux factures sur trois voire même trois factures sur trois ne sont pas
réglées du fait des litiges :

dans le retard de livraison des factures,


dans la prestation pas complètement ou mal effectuée,….
Relever les compteurs souvent mal effectué par les agents de l’EDM.

 La non réduction de la consommation d’électricité


dans plusieurs de nos marchés et dans certain de
nos camps militaires.

Dans plusieurs de nos marchés et camps militaires, les consommateurs ne paient pas un
prix basé sur le coût réel instantané et n'ont donc pas d'intérêt à réduire leur
consommation aux moments des heures pointes, ou de faire basculer leur usage
d'électricité vers des moments où la demande est moins forte. Il peut être utile que le
fournisseur aie recourt à des incitations financières ou à des solutions techniques afin de
réduire la demande aux heures de pointe.

 La difficulté dans le recouvrement des factures


impayées :
13
Malgré des démarches actives de dépôt de factures dans certaines résidences, certains
clients récalcitrants refuse de payer la facture.

Ils peuvent se classer en trois catégories :


• Les clients mécontents (litiges),
• Les clients qui ont pour habitude de payer le plus tard possible,
• Les clients en difficultés.

Il a donc paru intéressant pour l’EDM de procéder au recouvrement a l’amiable et


contentieux des créances chez les clients pour la résolution des problèmes .

Dans certain cas la mauvaise foi persiste, c’est pourquoi EDM utilise une technique de
recouvrement efficace et peu onéreuse en élevant le compteur chez certains clients,
facturer des pénalités de retard voir même traduire d’autre en justice.

 Les branchements illicites

Les branchements illicites sont devenus monnaie courante. On en voit un peu partout à
travers la ville de Bamako. Surtout au Grand marché, dans certains quartiers constituant
les vieux tissus de Bamako ou dans les quartiers périphériques de la capitale.

Des fils enchevêtrés ou des compteurs superposés offrent un décor à faire frémir. Une
vraie touffe de liens de mort qui n’entend qu’un court-circuit ou d’une moindre source
d’énergie aussi minime soit-elle pour s’embraser.

 L’équilibre tarifaire :

Fort est de constater qu’il semble avoir des problématiques au niveau des tarifs de
consommations dans la mesure où les tarifs constituent parfois un instrument de
redistribution en faveur des populations les plus défavorisées, a ceci s’ajoute des
problèmes comme :
13
- Une croissance généralement soutenue de la demande d'électricité, sous l'effet
combiné de l'industrialisation, et de la pénétration de l'électricité dans de
nouveaux usages ou son extension par développement de l'électrification ;
- Un besoin subséquent de financement lié au développement de la production,
- L'incertitude qui pèse sur les prévisions de consommation,
- Les variations de température entraîner une consommation plus forte car cela
nécessiteront des moyens supplémentaires plus coûteux.
- l'incertitude sur la disponibilité effective des moyens de production.

Voilà des éléments qui expliquent des problématiques au niveau des tarifs de
consommations.

III.2- SUGGESTION
Il est vrai que la société EDM n’est pas exempte de reproches, car certains des agents
font des pratiques peu orthodoxes et il a été même dit que << pour la société EDM.sa il
faut craindre le pire au regard de la gestion catastrophique de la société, des choix
hasardeux et de la mégalomanie outrancière par les dirigeants en plus c’est une société
qui vit de créances >>. [Source essor]

Vu les problématiques dont l’organisation est confronté, nous suggérons :

Tout d’abord des formations et le recrutement des agents compétents, car,


L'incompétence et l'incapacité dans l'exécution de certaines activités peut
provoquer des désastres financiers et une régulation énergétique inadaptée de la
consommation d’électricité voir même la crise énergétique.

C’est pour dire que l’EDM doit parvenir à récupérer l'argent qui lui est dû par ses clients,
faute de quoi elle fera faillite. Pour cela nous pensons, qu’il faut que les tâches
13
suivantes soient correctement effectuées non seulement par les agents et aussi par les
dirigeants.
Les taches comme :
 Les relever les compteurs;
 La location des compteurs;
 La facturation;
 Le contrôle du crédit;
 Le service clientèle à travers un centre d'appels efficace;
 Les contrats de distribution d'électricité;
 Les accords d'achat d'électricité avec d’autre pays de la sous-région;
 Etc….

Il est aussi très importent que l’EDM met en place un système de sensibilisation
permanente face au danger des branchements illicites des câbles électriques.

Inciter la population a dénoncé les fraudes dont est victime la société EDM que
d’aucuns accusent de laxisme en la matière.

Compte tenu du fort écart de coût entre les moyens de production, et de garantir
l'adéquation entre production et consommation à « tout prix », le prix résultant de
l'électricité pourrais toujours varie énormément au cours du temps, notamment
entre les périodes de faibles et forte consommation.

Dans tous les cas, nous pensons qu’il est important d’assurer un maintien d'une unité
de commandement et de coordination pour gérer l'équilibre technique du système de
tarification ; car mieux vaux un coût élevé des tarifs de consommations qu’ un incident
électrique.

Cependant, quelques questions épineuses méritent d’être posées :


13
 Que faire en cas de facture non reçue ?
 Que faire en cas d'erreur sur une facture ?
 Que faire en cas de risque de coupure pour impayé ?

CONCLUSION GÉNÉRALE
L'électricité est par nature difficile à stocker et doit être disponible en fonction de la
demande. En conséquence et au contraire d'autres produits, il n'est pas possible de
mettre en attente les consommateurs.
13
La demande et l'offre varient continuellement. Il y a donc nécessité d'avoir une autorité
de contrôle pour coordonner et réguler les unités de production et pour satisfaire la
demande attendue des clients à travers les réseaux de transport d'électricité.

Cependant, les problèmes de production (pannes de centrale, chute d'arbre sur une
ligne haute-tension) et les variations de la demande (pointe de consommation électrique)
liées aux variations de température sont souvent des problèmes que connait l’EDM.

Néanmoins, Nous pensons que l’EDM fait de son mieux pour satisfaire les clients,
comparé à beaucoup d’entreprise similaire en Afrique.

Nous pensons aussi que l’importance croissante de certaines sources intermittentes


telles l’énergie solaire peut aussi avoir un impact sur le prix instantané de marché.

En effet, nous tenons à préciser que le moment passé dans cette organisation nous a
énormément ouvert les yeux, temps à la production, la fourniture, la distribution, le
transport de l’électricité et sur le système de tarifications utilisé et aussi sur les
problématiques dont cette entreprise est confronté.

Par ailleurs, nous dirons que la lecture de ce document peut aider les lecteurs à
comprendre certaines difficultés dont la compagnie ENERGIE DU MALI est confrontée
dans l’exercice des activités, ce qui pourrait l’amener a proposé de tel tarif peut-être
élevé pour notre société.
13