Vous êtes sur la page 1sur 22

Table des matières

C​HAPITRE​ 1 : ​RECHERCHE​ ​BIBLIOGRAPHIQUE 3


I. Introduction 3
1) Definition de la resilience 3
2) But de l ’essai de résilience. 3
3) Généralité sur la résilience. 3
4) Principe de l ’essai: 4
5) Les éprouvettes 5
6) Différents types de machine à résilience : 7
II. Conclusion : 8
Chapitre 2 : Analyse Fonctionnelle du Besoin 10
I. Présentation : 10
II. Analyse fonctionnelle : 11
1) Analyse fonctionnelle globale (A-0) : 11
2) Valider le besoin 11
3) Identification de l’environnement de produit 11
4) Validation de fonctionnement de service 12
5) Caractérisation des fonctions de service : 15
6) Hiérarchisation des fonctions de service : 17
III. Interprétation : 18
Chapitre 3 : Analyse Fonctionnelle Technique et choix des solutions 
technologiques 19
I. Introduction 19
1) Analyse Fonctionnelle Technique 19
II. Conclusion : 23
C​HAPITRE​ 1 : ​RECHERCHE​ ​BIBLIOGRAPHIQUE
I. Introduction
Dans ce chapitre nous présentons des généralités sur les machine a résilience mouton Charpy

1) Definition de la resilience
La resilience qui a pour symbole ​K​ , est l ’aptitude que possède un matériau à résister
plus ou moins bien aux chocs.

2) But de l ’essai de résilience.


Il s’agit pour le métallurgiste de déterminer la résistance aux chocs de certaines pièces ou de
certains matériaux.
La résistance aux chocs e​ st une​ d​ es caractéristiques primordiales​ pour le choix d ’un matériau
notamment dans la construction​.

3) Généralité sur la résilience.


Lors de l ’​essai, une​ force de poids ​P​ va tomber d ’une certaine hauteur ​H​, à​ ce moment on
va enregistrer au niveau de l’éprouvette (​e​) un certain travail que l’on va noter
Lorsque l’éprouvette sera c​ assée, on​ aura enregistré un travail résiduel ​Wr​,​ ​ce qui va nous
permettre de déterminer le travail nécessaire pour briser l ’éprouvette. (​Wn​)
C ’est donc ainsi que l ’on va déduire la résilience.

Principe de l'essai
4) Principe de l ’essai:
L ’essai de ​résilience (​encore appelé essai de flexion par chocs)
Consiste​ à rompre d ’un seul coup de mouton p ​ endule, une​ éprouvette
Qui​ sera préalablement entaillée en son m ​ ilieu, afin​ de faciliter la
Rupture​ de la pièce.
Cette é​ prouvette, repose​ sur des appuis.
Au moment o​ ù​ le couteau frappe l ’​éprouvette (​figure 1) on va déterminer
l ’énergie absorbée qui sera exprimée en ​joules.

C ’est cette énergie qui caractérise la résistance aux chocs


​ es​ matériaux
D

Rupture d ’une éprouvette par le couteau d ’un mouton pendule

(​Mouton​ de Charpy)
Les éprouvettes que l ’on va utiliser pour effectuer les essais sont des éprouvettes
normalisées
C ’est à dire que leurs caractéristiques sont indiquées par une norme.
Pour réaliser l ’​essai, il​ est nécessaire de faire une entaille normalisée sur celle-ci
Les entailles peuvent êtres soit en ​U ​ou en ​V

5) Les éprouvettes
a) Caractéristiques des éprouvettes entaillées en V

Eprouvette en ​V​ symbole​ ​Kcv


La résilience de l ’éprouvette est mesurée sur des machines de type​ Charpy​ (éprouvette sur
deux appuis) ou ​Izod​ (éprouvette encastrée)

b) Caractéristique des éprouvettes entaillées en U

Eprouvette en ​U​ symbole ​Kcu


Il existe d ’autres types d ’éprouvettes, qui ne sont pas normalisées.
Elles ont une section plus réduite.
Il est cependant impossible de comparer des résultats obtenus avec des éprouvettes
différentes​.

6) Différents types de machine à résilience :

a)  Mouton-pendule IMPACT 150 – 750 joules :


Contrôlés par un microcontrôleur (fonctions de sûreté : verrouillage de portières, frein
De sécurité).
Ce dernier évalue non seulement les essais selon les différentes normes, mais aussi
Il commande le levage entièrement automatique du marteau.

Figure 1 : Mouton-pendule IMPACT 150 – 750 joules


b) Machine de l’essai de l’impact de métal :
Cette machine est utilisée pour mesurer la résistance de l' impact de Charpy du
métal et
D' autres matériaux. Un grand moniteur d' écran tactile offre l’affichage
des données en
Temps réel, énergie d' impact, dureté, et d' autres paramètres. L'
utilisateur peut entrer des
Données de spécimen et toute autre information telle que l' information de
compagnie dans
Ce moniteur.
Une fois relié à un imprimeur, l' utilisateur a entré l' information et des
résultats d' essai
Seront imprimés.

Figure 2 : Essai de l’impact de métal

II. Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons présenté une recherche bibliographique d’un mécanisme essai de
résilience mouton Charpy

​Tout d ’abord on peut dire que l ’essai de résilience a un inconvénient. Il est ​destructif, c’est​ ​à
dire que la pièce est détruite
Plus les matériaux sont fragiles, moins ils seront résilients.
Même si cet essai est destructif, il est d ’une grande importance, car il est impératif de tenir
compte de la résistance a​ ux​ chocs d ’un matériau avant de l ’utiliser en construction par
exemple.
Chapitre 2 : Analyse Fonctionnelle du 
Besoin 
I. Présentation :
Notre projet consiste à une machine de résilience. Il s’agit pour le métallurgiste de
déterminer la résistance aux chocs de certaines pièces ou de certains matériaux.
Enoncer le besoin
Il s’agit d’exprimer avec précision le but et les limites de l’étude en se basant sur les trois questions
suivantes :

● A qui rend-t-il service ?


● Sur quoi agit-il ?
● Dans quel but ?
Bête a corne :
A qui rend service ? A quoi s’agit-il ?

Dans quel but ?


II. Analyse fonctionnelle :

1) Analyse fonctionnelle globale (A-0) :

W.E Contrôle réglage

Eprouvette non testée Eprouvette testée

​Mouton résilience mouton Charpy

2) Valider le besoin
Pourquoi ce besoin existe-t-il ?

Permet de prévoir le comportement d’une pièce lors d’un choc mécanique

Qu’est ce qui pourrait faire disparaitre le besoin ?


Développement d’autre machine
Qu’est-ce que pourrait le faire évaluer ?

Découvrir d’une nouvelle méthode de l’essai

3) Identification de l’environnement de produit


Diagramme de pieuvre
Le diagramme pieuvre est un outil graphique qui permet de définir les liens (c’est-à-dire les fonctions
de service) entre le système et son environnement. Les éléments constitutifs du milieu du support
élévateur sont en interrelation les unes aux autres.
Ces relations peuvent être des fonctions principales ou complémentaire tout dépend du rôle à jouer
par l’élément concerné avec ou a traves le système.

​FC2

F​ C1 ​ ​Fp1 ​ ​Fc6

hh​ F​ c3

hhhhhhhhhhhhh​ f​ c4 ​ ​ fc5

Selon les données du diagramme pieuvre. Les fonctions de services associées à la machine sont :

Fonction principale :

Fp1 :​ p​ ermettre l’étudiant faire l’essai de résilience


Fonction complémentaires :
Fc1 ​: ​ Plaire à l’œil
Fc2 ​: être normalisé
Fc3 : ​S’adapter au énergie disponible
Fc4 : ​ respecter les normes des essais
Fc5 : ​ respecter les normes de sécurité
Fc6 : ​résister au milieu
4) Validation de fonctionnement de service
La validation des fonctions de service identifiées se fait en répondant aux quatre questions suivantes :

Dans quel but existe-t-il le besoin ?

Dans quelle raison la fonction existe-elle​ ?

Qu’est ce qui pourrait la faire disparaitre ou la faire évaluer ?

Quelle est la probabilité de disparition ou évolution ?

Fp1 :​ p​ ermettre l’étudiant faire l’essai de résilience ​:


R1 Pour déterminer absorber qui engendre la rupture de l’éprouvette
R2 Car il permet de déterminer le choix d’un matériau

R3 Evaluation la méthode de l’essai


R4 Probabilité moyenne

validation Fonction validée

Fc1 ​: ​ Plaire à l’œil


R1 Doit être attractif pour être vendue le plus possible

R2 Pour faciliter de comprendre le machine

R3 La forme de la machine

R4 Probabilité nulle

Validation Fonction validée

Fc2 ​: être normalisé

R1 Nous permet de connaitre le comportement d’un matériau

R2 Doit respecter les normes

R3 L’essai s’effectue sur des différents types des matériaux

R4 Probabilité moyenne
R5 Fonction validée

Fc3 : ​S’adapter au énergie disponible


R1 Permet de faire l’essai de résilience

R2 Facile à mettre en œuvre par l’étudiant

R3

R4 Probabilité nulle

R5 Fonction validée

Fc4 : ​ respecter les normes des essais


R1 Les normes régit les essais de type Charpy et soulignes les méthodes des
essais
R2 Permettre de mesure l’énergie absorbé par l’éprouvette rompue en
respectant les normes
R3 Evaluation d’autres norme

R4 Probabilité nulle

R5 Fonction validée

Fc5 : ​ respecter les normes de sécurité


R1 Pour éviter les accidents de travail

R2 Parce que ces genre des essais est dangereux et sensible

R3 rien

R4 Probabilité nulle

R5 Fonction validée
Fc6 : ​résister au milieu
R1 Pour augmenter la durée de vie de la machine

R2 Parce que le risque de dégradation des composant de système

R3 Adaptable

R4 Probabilité moyenne

R5 Fonction validée

5) Caractérisation des fonctions de service :


Le processus de conception induit de fréquentes prises de décisions afin de valider une solution par
rapport au CDCF. On établit une base d’évaluation du niveau de satisfaction des fonctions de service afin de
prendre des décisions objectives. Donc, chaque fonction de service est caractérisée par des critères
d’appréciation dont chacun est associé à un niveau et à une flexibilité :

Flexibilité Classe de flexibilité Niveau de flexibilité


Nulle F0 Impératif
Très faible F1 Non négociable

Fiable F2 Peu négociable


Bonne F3 Négociable
Forte F4 Très négociable

FP1 : permettre à l’étudiant de tester l’éprouvette en résilience


Critère Niveau de performance Flexibilité

Classe Limite
d’appréciation.

Energie maximal 300J F1 ±107


Poids de Morteau 50,5Kg F1
Longueur de pendule 770 mm F2
résolution En énergie 0,05J F1
En angle 0,018°
Vitesse 5,42 F2
FC1 : plaire à l’œil.
Critère Niveau de performance Flexibilité

Classe Limite
d’appréciation.

Facile à commande Commande confortable F1


Forme Dimension compatible F1

FC 2 : l’éprouvette doit être normaliser


Critère Niveau de performance Flexibilité

Classe Limite
d’appréciation.

Dimension normaliser ISO,AFNOR… F3

● FC3 ​S’adapter au énergie disponible

Critère Niveau de Flexibilité


performance

Classe Limite d’appréciation.

Energie absorbé 300J F3

● FC4 : respecter les normes des essais


Critère Niveau de performance Flexibilité

Classe Limite d’appréciations.

essai Charpy Norme ASTM,ISO 148-1 F3

Essai Izod Norme ASTM , ISO148-1 F3

● FC5 : respecter les normes des sécurités :


Critère Niveau de performance Flexibilité
Classe Limite d’appréciations.

La sécurité Cage F0

FC6 : Résister au milieu


Critère Niveau de performance Flexibilité

Classe Limite d’appréciations.

Recyclage Démontable des assemblage F0

6) Hiérarchisation des fonctions de service :


Cette étape permet de mettre en valeur les fonctions qui ont plus d’importance afin d’optimiser le
choix technologique et agir sur le coût du projet. Pour chaque couple de fonctions, on utilise une
variable réelle positive qui quantifie le degré d’importance relative. On va maintenant comparer les
différentes fonctions de service par la méthode de tri croisé afin de dégager les fonctions les plus
importantes.

Barème d’évaluation​ :

Note Degré d’importance

0 Équivalent

1 Légèrement supérieure

2 Moyennement supérieure

3 Nettement supérieure

FP1 FC1 FC2 FC3 FC4 FC5 FC6 Point %

FP1 FP1 ​3 FP1 ​3 FP1 ​1 FP1 ​0 FP1 ​2 FP1 ​3 12 32.43

FC1 FC1 ​3 FC1 ​1 FC1 ​2 FC1 ​3 FC1​ 1 10 27.02


FC2

FC2 ​2 FC2 ​2 FC2 ​2 FC2 ​2 8 21.62

FC3 FC3 ​2 FC3 ​1 FC3 ​1 4 10.81

FC4 FC4 ​1 FC4 ​1 2 5.40

FC5 FC5 ​1 1 2.70


FC6 0 0
Total 37 100

Histogramme d’hiérarchisation des fonctions de service :

III. Interprétation :
On remarque que la fonction FP1 et la contrainte FC1, FC2 et FC3 présentent les pourcentages les
plus importantes. Par conséquent, ces fonctions traduisent bien la finalité du mécanisme
Chapitre 3 : Analyse Fonctionnelle 
Technique et choix des solutions 
technologiques 
I. Introduction
Pour concrétiser les fonctions de services dégagées dans le chapitre précédent, nous allons effectuer
une analyse fonctionnelle technique qui devra nous conduire au choix des solutions technologiques.
Nous utiliserons dans ce cas la méthode FAST.

1) Analyse Fonctionnelle Technique


L’analyse fonctionnelle technique a pour objectif d’observer la manière selon laquelle un produit rend les
services attendus, elle doit conduire à travers l’analyse intérieure du produit, à la définition des fonctions
techniques dont leur conjugaison conduit à la réalisation des fonctions de service lors de l’A.F.B.

a) Présentation de la méthode FAST


On profite de la méthode FAST: « Fonction Analyse System Technique », cet outil établie le lien entre le
besoin fondamental et l’architecture d’un produit tout en passant par les fonctions de services et les
fonctions techniques.

Selon le cas dans lequel existe notre projet : ré-conception d’un produit existant ou conception d’un
nouveau produit, on parle de FAST descriptif ou créatif.

· En ce qui concerne notre projet on utilise le FAST créatif.


● FAST créatif : « séquence d’utilisation »
FP1 ​: Permettre à l’étudiant de faire l’essai de résilience

FP1 ​: Permettre à l’étudiant de faire l’essai de résilience


FC1 : plaire à l’œil
FC2: l’éprouvette doit être normaliser

Fc3 : ​S’adapter au énergie disponible

● FC4 : respecter les normes des essais

● FC5 : respecter les normes des sécurités :


FC6 : Résister au milieu

II. Conclusion :
Suite au diagramme FAST, la structuration globale de notre système est identifiée d’une
façon générale. C'est-à-dire la détermination des solutions techniques qui peuvent satisfaire
les exigences du cahier des charges. On se propose dans la suite de sélectionner les solutions
adéquates qui satisfont nos besoins.

Vous aimerez peut-être aussi