Vous êtes sur la page 1sur 5

CHAPITRE 1: LES HÉRITAGES LOINTAINS

1.1 LA PRÉHISTOIRE OU LA LABORIEUSE ACCESSION À LA CIVILISATION.

- Le corps humain se transforme: La science moderne nous permet de connaître l’histoire de l’humanité

* Les australanthropes aussi australopithèques ( du latin australis « sud » et du grec anthropos


«homme » ou pithékos « singe ») . Les premiers homidés apparus il y a plus de 6
millions d’années et qui sont disparus il y a environ 1 million d’années. Ils vivaient au
sud-est de l’Afrique. Ils sont bipèdes (pour la première fois) mais leur motricité fine
n’est pas encore très développée. On les compare à des bébés qui apprennent à marcher.
Deux types se définissent:

1. L’espèce robuste (australopithecus robustus) 2. L’espèce gracile (australopithécus africanus)


a) Grande taille a) Plus petite taille
b) Forte b) Moins forte
c) Végétarienne c) Tendance omnivore mais prédominance végétarienne
d) Face proéminente, sans front, nez aplati, mâchoire d) Aux traits plus fins
saillante, petit cerveau
e) Vit en forêt, casanier, ne chasse pas, cueilleuse e) Vit dans la savane, vigilante, capable de prévoir,
réflexive, rusée (plus intelligente)
f) N’évolue pas et s’éteint sans postérité f) En mutation plus performante = Homo habilis

* Homo habilis, (homme habile, capable) premier classé parmi le genre Homo car il possède
toutes les caractéristiques de l’être humain. A vécu il y a 2 à 3 millions d’années et a
disparu il y a 700,000 ans. Il est le premier à manifester des traits culturels. Il développe
sa motricité fine. Il fabrique des armes et des outils, il vit en bande, adapte des
habitations, développe un langage.

* Homo erectus (en latin: homme érigé, debout) ou pithécanthrope (en grec: pithécos=singe et
anthropos=homme) est un mutant d’homo habilis. Plusieurs types sont des homo
erectus (voir autres feuilles). Il y a le sinanthrope (en Chine) et l’atlanthrope (de l’Atlas ou
Afrique). Pour cette raison nous désignons tous les pithécanthropes maintenant comme
des archanthropes (archaïos=viel et anthropos=homme) Son apparition remonte à 1,5 ou
2 millions d’années. Cet homidé est debout en permanence (d’où son nom), le front
fuyant, le cerveau plus développé, la stature élevée, capable de créer, de se soutenir de
transmettre. On lui doit le feu et surtout les migrations sur presque toute la planète. Il
devient un chasseur redoutable (les ancêtres étant davantage nécrophages que prédateurs)
et peut-être anthropophage.

* Homo sapiens (homme sage, raisonnant). C’est l’humain dans sa forme actuelle (boîte
crânienne, face, taille augmentée,multiplication des progrès culturels). Deux rameaux se
sont partagés:
1. L’homme de Néanderthal ou paléanthrope (du grec 2. Le Néanthrope ou Homo sapiens sapiens ( du grec
palaios « ancien » et anthropos « homme » ) -200,000 néos « nouveau » et anthropos « homme ») -40,000 ans.
et -40,000 ans. 3 formes: Cro-magnon, Chancelade, Grimaldi.
a) Musclé, petite taille, mâchoire robuste, nez épaté a) Élancé, le regard fixé sur les étoiles
b) Vieux à 40 ans b) Menacé, souci de la famille, artiste
c) Europe de l’ouest, bassin méditéranéen, Proche-Orient c) Amérique + reste de la planète
d) Rites d’inhumation, religion??? d) Idéation, inventions, surprise, fascination

- Les outils: hésitations, lenteur patience et spécialisation : de pierre et d’os mais de plus en plus
sophistiqués (figure 1.4 p.18 + feuilles p. 5 et 6)
- L’Art paléolithique: une tapisserie animalière et souterraine: ornements ou rites????, passe-temps?
luxe? L’art rupestre utilise la couleur et désigne des formes animales connues, grandeur nature
(bisons, chevaux, mammouths, vaches, taureaux, rennes, cerfs) mais sans exactitude et en action (
voir figure 1.5, 1.6, 1.7 p. 19) . Les substances qui composent la peinture sont de la graisse diluée
ou de la sève, des poudres de manganèse noir, de la craie blanche (chaux), ocres jaune, brun,
rouge ou violacé (colorant minéral naturel, jaune brun ou rouge, constitué par de l’argile et des
oxides de fer ou de manganèse)
- La révolution néolithique: L’homme veut manger. Pour cela il imagine des nouvelles facons de faire.
De la cueillette à la chasse, de la chasse à la pêche, de la découverte des céréales sauvages à
l’agriculture et de nomade à sédentaire en passant par des types d’habitations de plus en plus
résistantes.
* Les anciens modes de subsistance
-Habilis: La chasse en groupe (hommes), la cueillette itinérante (femmes). On mange cru.
-Erectus: Cuisson des chairs, perfectionnement de la chasse = nomadisme.
-Sapiens: Arc et flèches, pêche.
* De la cueillette à l’agriculture. On découvre les céréales sauvages (blé et orge) et le limon qui
enrichit les terres (Nil, Tibre, Euphrate, Indus, Fleuve Jaune).
* De la chasse à l’élevage. On veut rester proche des ressources renouvelables. Il manque la
viande et les oeufs. On domestique les animaux les plus courrants et faciles ( chien,
mouton, chèvre ) puis ce sont le boeuf, le porc, l’âne et le chameau.
* Les nomades s’installent pour rester: Mais auparavant on se hiérarchise. De la famille on
passe au clan, du clan aux tribus et des tribus aux nations. Déjà les villages étaient
formés. Mais on voit apparaître les villes. La poterie, les sillos et greniers seront
protégés par des pallissades, murailles, tours de guet et remparts. On y ajoute temples
que l’on fait construire de force et on règne par la force sur des populations importantes.
* Une floraison de talents: Les artisans des villes (maçon , sculpteur, potier tisserand, peintre,
boulanger). On invente le troc. Mieux on invente la roue et l’araire. Cela améliore les
échanges, le transport, les conditions de vie (production) et évidemment les migrations.
* Subir ou guider la crue ? La civilisation ne sera pas grande tant que de spectateur devant les
crues incontrôlables des eaux elle ne deviendra pas celle qui canelise, retient, draine et
détourne les fleuves et les rivières. L’irrigation est inventée. Et, à celui ou ceux qui la
contrôle le pouvoir est assuré. Parce qu’en plus d’assurer la sécurité et le confort il
permet la prospérité (des surplus). Non sans vouloir d’abord la contrôler.
- L’âge des métaux (Le cuivre; le bronze et le fer)
* Le deuxième art du feu : la métalurgie : De la poterie (premier art du feu ) on passe à la
métalurgie. Les outils et les armes se perfectionnent et s’endurcissent. Les ennemis potentiels qui
possèderont une arme plus dur et plus résistante triompheront. Bien plus ceux qui dans la cité
fabriquent achètent et contrôlent les armes s’assurent de plus de pouvoir. Le cheval source
d’énergie est domestiqué et utilisé. L’homme particulièrement prisonnier de guerre est utilisé
pour augmenter la force de travail et faire les tâches servilles (esclavage) . On voit apparaître les
aristocraties guerrières.
* Les mégalithes ( du grec megas = grosses et lithos = pierres). On connaît les menhirs (du
breton / Celte men « pierre » et hir « longue » et les dolmen (dol « table » et men
« pierre »). Les populations celtes de l’europe de l’ouest en utilisaient comme sépultures
monumentales. D’autres civilisations ont aussi porté attention à la mort. On peut surout
remarquer l’alignement de menhirs de Carnac (3,000 en une douzaine de files et le
cromlech (cercle) de Stonehenge.
* L’écriture : C’est avec l’écriture que commence l’Histoire (c’est la source première). Il y a
6,000 ans (-4,000) quelque part au Proche-Orient les humains se sont donnés le moyen de
comptabiliser leurs avoirs leurs impôts et leurs idées. Mais également leurs émotions
leurs poésie leur sens de l’esthétique.

1.2 : LES CIVILISATIONS URBAINES DE MÉSOPOTAMIE ET D’ÉGYPTE

- La Mésopotamie le « pays au milieu des fleuves jumeaux »

* Le décor: Une vaste plaine fertile. Trois zones. - 1) Les steppes du nord (Assyrie)
2) Sud entre le Tigre et l’Euphrate (Our)
3) La Babylonie (entre les deux).
La crue des eaux y est anarchique et déchaînée. Il faut dompter ce fleuve par l’iirigation.
Cela se fera par autorité royale et le travail des paysans.
* Les grands empires:
1) Les Sumériens (inventeurs de la roue) et les Akkadiens du sud d’abord dominent la
région.
2) Puis c’est au tour des Babylonniens (sémites) dont principalement Hammourabi (1er
code de loi) qui dominent et font de Babylonne première capitale importante la
ville la plus illustre de cette période de l’antiquité (-1750).
3) Les Assyriens (au nord) de Ninive en particulier (qui atteindra les 300,000 habitants
un sommet) prennent ensuite les destinées de la région et jusqu’en Égypte on
reconnaît leurs dieux.
4) Nabuchodonosor redonnera cependant à Babylonne ses lettres de noblesses et fait
d’elle la ville la plus riche. Il s’empare aussi de Jérusalem et déporte les
Hébreux.
5) Enfin, en -539 Cyrus, le roi des Perses dominera jusqu ’à l’arrivée d’Alexandre.

* La société: Deux pôles


1) Le Palais royal 2) Le Temple (Prêtres + personnel)
-Monarche absolu, représentant le dieu de la cité -Fermes, entrepôts magasins, comptoirs
-Entretient son sanctuaire, nourrit et défend son peuple, a -Riches, puissants, détenteurs du savoir
le droit de vie ou de mort.
-Organise des travaux d’irrigation, rend justice, guerroie,
chasse, festoie,
-À la tête de plusieurs fonctionnaires et personnages
importants.
-À la tête de l’armée de 200,000 hommes (plusieurs
batailles, guerres et combats (soldats)
_____________________________________________
COMMERCANTS
-Terre de commerce (carefour du monde)
_____________________________________________
-Marchands (maisons de commerce)
-Grands propriétaires terriens
-Tenanciers
-Agents
_____________________________________________
PETIT PEUPLE
-Paysans
-Pâtres
-Ouvriers
-Pêcheurs
-Artisans des villes
_____________________________________________
ESCLAVES
-De naissance, de dettes, de conquêtes.

* L’écriture: Cunéiforme (pictogrammes + idéogrammes)= phonogrammes

* Le code Hammourabi: Vieux de 3,700 ans, écrit en cunéiforme, 282 sentences (articles). Il
suit deux principes:
1) Châtiment équivalent à la souffrance causée (oeil pour oeil et dent
pour dent).
2) Le statut social de l’agresseur et de l’agressé peut alléger le châtiment. Le code
régit toute la vie criminelle autant que civile. Garantit le droit des femmes et des enfants.

* Les sciences: Réservé aux prêtres et aux scribes. Les connaissances scientifiques de base de
l’occident (grecs + arabes). - numérisation sexagécimale (base 60) (math + astronomie)
(numérisation positionnelle)
- géométrie + algèbre
-astronomie (zodiac), premier calendrier (lunaire), système
horaire.
- Médecine (voie religieuse et voie scientifique)
* Les arts: Ziggourats et jardins suspendus

-L’Égypte, le « don du Nil »

* Le décor: Extrême ouest du croissant fertile. L’Égypte n’est qu’une mince bande de territoire
fertile de chaque côté du Nil. Au nord plusieurs rammifications forment le Delta. Le
reste est un désert.

* La crue du Nil: La crue du Nil est réglée comme une horloge et dure une centaine de jours de
chaque année. Elle permet au sol de s’enrichir de sédiments. Contrôlés par des digues
une série de terres sont fertilisées par les hommes sous la gouverne d’un roi: le pharaon.
Le Nil est aussi le centre de la vie économique (chasse, pêche, commerce) de l’Égypte.

* Le pharaon: Roi-dieu, adoré par ses sujets et monarch absolu sur tout le territoire bien qu’il y
ait division entre le nord et le sud. Le pouvoir est héréditaire. Des dynasties se sont
formées (unetrentaine en trois millénaires). Les prêtres et les scribes constituent l’autre
force politique. Ils viendront à posséder la moitié de l’Égypte. Chaque ville a son dieu.
Les égyptiens croient à la vie après la mort.

* L’art: Art funéraire. Temples, pyramides, sphinx, nécropoles. Tout est réalisé y compris
l’apparât pour la vie après la mort.

* L’écriture: Hiéroglyphes ou gravures sacrées. Des symboles traduisent une idée, une syllabe,
puis des sons. On écrit sur du papyrus, un arbre qui posse en abondance en Égypte.

* Les sciences: L’arithmétique, la géométrie, invention du calendrier solaire, l’astronomie, la


biologie (morts), la momification, la médecine (chirurgie).

* Les pyramides: Il y a une longue évolution à la forme de la pyramide destinée à recevoir la


dépouille momifiée du pharaon et de sa famille. De mastabas (criptes funéraires) à
mastabas à étages (pyramides à degrés de Saqqarah) jusqu’ aux pyramides de Giseh, en
passant par Meidoum (fausse pyramide) et Dahchour (à double pentes). Voir
documentation adhoc.

1.3 : LE LEGS DES PHÉNICIENS ET DES HÉBREUX

- Les Phéniciens: Essentiellement attirés vers la mer les Phéniciens demeurent dans l’actuel Liban. Ils
vont développer surtout trois villes: Byblos, Sidon et Tyr.
- Ils sont des marins et commercants (cèdres, étoffes brodées tintées de pourpre).
- Comme les Grecs ils fonderont des colonies un peu partout autour de la Méditérannée . La plus
célèbre Carthage au nord de l’Égypte.
- Les inventeurs de l’écriture alphabéthique (seulement des consonnes).
- Ils permettront la démocratisation de la connaissance.

- Les Hébreux

* Le peuple de Dieu: Le petit peuple de pasteurs sémites et nomades. D’Our regroupés par des
patriarches, ils s’installent à Canaan et croissent en nombre. Les douze tribues de Jacob prennent
le nom d’Israël. Un certain nombre se fixeront en Égypte(Moïse) où ils sont mal acceptés. Ils
reviendront (Josué) à Canaan. Ils se regroupent contre les Philistins (Goliath). C’est alors
l’époque des juges ( David, Salomon) qui s’organisent sous une monarchie. On fonde Jérusalem
qui devient le symbole de la religion juive. Après Salomon, le royaume se divise en deux: Israël
au nord (Samarie) et Juda au sud (Jérusalem). Ils subissent plusieurs conquêtes et déportations.
Ceux du nord à Babylonne (par Nabucondonosor) et par les Romains. Les juifs se disperseront à
travers le monde (diaspora) et seront généralement des marchands et garderont leur religion
commune le judaïsme.

* Le monothéisme: Ils ont aussi inventé le monothéisme (croyance en un seul Dieu). De leur
croyance relatées dans la bible (ancien testament), découleront les trois grandes religions
monothéistes occidentales (Judaïsme, Christianisme et Islam). Leurs croyances sont contenues
dans le décalogue (les dix commandements).

* Le messianisme: Parmi les croyances, une des plus importante est la venue sur terre d’un
messie.

1.4 : LES INVASIONS DES INDO-EUROPÉENS

Les indo-européens venus des steppes d’Asie centrale déferleront au Moyen-Orient et en Europe.
- Ils parlent des langues dérivées d’une souche linguistique commune.
- C’est à eux que l’on doit la plupart des langues parlées aujourd’hui en Europe
- On peut reconnaitre sur la carte de la page 39:
Les Hittites, les Mèdes et les Perses (Moyen -Orient)
Les Thraces, les Grecs, Philistins, Italiotes (Méditérannée)
Les Celtes, Germains et Slaves (Europe).