Vous êtes sur la page 1sur 20

CHAPITRE 7: L’HÉRITAGE DE LA RENAISSANCE

(XV e et XVI e SIÈCLES)

IVRESSE DU RENOUVEAU ET ASPIRATIONS INÉDITES DE L’HOMME


-Voyages d’exploration et conquêtes coloniales
-Crises religieuses: Réforme, Contre-Réforme, guerres de Religion
-L’imprimerie démocratise le savoir
-La renaissance intellectuelle: humanisme et science nouvelle, floraison
des lettres et du théâtre.
-D’Italie, la renaissance de l’art se propage à l’Europe

QUI SONT CES PERSONNAGES IMPORTANTS?


Gutenberg, Louis XI, Ivan III, Ferdinand D’Aragon, Isabelle de Castille, Laurent
de Médicis, Torquemada, Diaz, Christophe Colomb, John Cabot, Vasco de
Gamma, Amérigo Vespucci, Cabral, Henri VIII, François Ier, Luther, Charles
Quint, Pizzaro, Calvin, Jacques Cartier, Copernic, Ivan IV le Terrible, Philippe II,
Élisabeth Ire, Henri IV, Boris Godounov.

INTRODUCTION
Renaissance veut dire « naître à nouveau ». En raison des invasions
germaniques on a oublié pendant 1000 ans l’Héritage grec et romain. La
redécouverte de ce que l’on savait déjà va créer tout un choc. Cette nouvelle
mode de l’Antiquité va faire renaître l’esprit, la beauté, la création et l’intelligence.

Que l’on utilise 1453 (Empire Ottoman) ou 1492 (découverte de l’Amérique)


comme date butoir de la fin du Moyen-âge cela n’est que secondaire. On sait
que rien ne finit brutalement, que les humanistes ont transformé et diffusé (avec
l’aide de l’imprimerie) les idées nouvelles inspirées des valeurs du passé partout
en Europe. Mais cela n’aurait été possible sans que l’apport de l’Église et de ses
clercs.

De plus, la mémoire de l’Antiquité a toujours existé durant le Moyen-âge en


sourdine et dans d’autres langues.

7.1 LES GRANDS ÉTATS EUROPÉENS À LA FIN DU XV e SIÈCLE

LE ROYAUME DE FRANCE
- Jacques Coeur, banquier de Bourges assainit les finances publiques sous
Charles VII. C’est le premier à en profiter.
- En 1477, c’est la défaite du Duché de Bourgogne-Flandre. Louis XI vainc
Charles le Téméraire. La France annexe la Picardie et la Bourgogne (Dijon) à
son Royaume et les Habsbourgs s’emparent du reste.
- Louis XI crée littéralement l’État moderne français : montée de la bourgeoisie
et rôle important dans le royaume à titre de magistrats ou de ministres; des
impôts permanents, une justice royale sur tout le territoire (parlements
provinciaux); tutelle des villes; armée nationale; poste royale.
LE SAINT-EMPIRE
- Il y a sept têtes dirigeantes dans le Saint-Empire (les grands électeurs).
- Quelques États s’affirment. Certaines familles en contrôlent les avoirs.
1) La Marche de Bradenbourg (Hohenzollern)
2) L’Autriche (Habsbourg)
3) Les villes hanséantiques du nord
4) Les riches villes du sud (Nurenberg, Ravensbourg, Ausbourg)
famille Fugger.

L’ANGLETERRE

- Depuis la défaite de la Guerre de 100 ans: l’économie décline, les seigneurs


s’autodétruisent (guerre des deux roses), le roi Henri IV est à moitié fou, la reine
est impopulaire.
- La guerre des deux roses met en scène la maison de York contre celle des
Landcaster. Ces deux familles sont Plantagenêts mais se disputent le trône.

- Les York triomphent mais aussi s’entretuent. Richard III finit par être couronné
après assassinats et emprisonnements. Mais la querelle continue avec les
Lancaster. Henri Tudor tue et écrase Richard III en 1485 et devient Henri VII. Il
rassemble à nouveau les York et les Lancaster en épousant Élisabeth d’York et
en fondant la dynastie des Tudor qui règnera pour plus d’un siècle. Cependant
la noblesse anglaise est ruinée et laisse place à l’autorité royale qui gouvernera
avec l’aide du Parlement bourgeois.

LES ÉTATS ITALIENS

- Les États italiens sont incapables de s’unir. Mais ils brillent particulièrement.
Ce sont les activités commerciales et bancaires qui sont à l’origine de leurs
succès (activités bourgeoises). Le faste italien est difficilement égalé ailleurs en
Europe. De grandes familles contrôlent les petits états princiers, républiques, et
cités-états. Mais on cherche par tous les moyens de s’abaisser mutuellement et
on complotte.

L’EMPIRE OTTOMAN

- L’islam a remplacé le Christ dans le monde grec et byzantin. Bien que l’on
respecte les valeurs et la foi chrétienne, de même que leurs langues et
institutions, les richesses et connaissances byzantines, les savants, les écrivains
et artistes fuient vers l’Europe ou s’éparpillent dans le monde musulman. Leur
puissance économique et politique est menaçante pour l’Europe.

L’ESPAGNE

-L’Espagne morcelée voit Ferdinand d’Aragon épouser Isabelle de Cazstille. Ce


mariage unifie l’Espagne.
- En 1492, on achève la reconquista en s’emparant de l’allambrah de Grenade.
- On chasse les musulmans et les Juifs qui refusent de se convertir au
catholiscisme et l’on se prive ainsi d’une expertise économique exceptionnelle.
- L’Espagne vit encore sous l’Inquisition qui fait règner la terreur par les bûchers.
- L’Espagne aidée des découvertes maritimes récentes se tourne vers la
conquête de l’or et des épices en tentant de relayer l’Italie bloquée par les
Ottomans.

7.2 L’ÂGE DES GRANDES DÉCOUVERTES: NAISSANCE DE L’OCCIDENT


EURO-ATLANTIQUE.
En 1492 plusieurs événements se juxtaposent: chute de Grenade, expulsion des
juifs d’Espagne, mort de Laurent de Médicis, la famille Borgia atteint la papauté,
la fabrication d’un globe terrestre par Martin Behaim. Entre 1492 et 1498, les
européens découvrent le reste du monde. Mais c’est leur civilisation devient la
civilisation chauvine de référence. Est barbare tout ce qui n’est pas européen et
chrétien. Ils imposeront donc leur civilisation (langue, religion,valeurs, système
politique) au reste du monde.
Or, leurs connaissances scientifiques sont fort limitées. Ils admettent de peine et
de misère la rondicité de la terre. En définitive ils ne cherchent que la richesse
(l’or).

GENÈSE DES VOYAGES DE DÉCOUVERTES ET D’EXPLORATIONS

- L’Espagne et le Portugal abandonnent les lourdes nef médiévales pour des


caravelles.
- Elles sont munies d’un gouvernail d’étambot, de trois mats, voiles carrées,
voiles latines. Elles sont plus rapides et plus stables.

- Ils possèdent de nouveaux instruments d’orientation: astrolabe, boussole,


portulans, un sablier, planisphère de Toscanelli, le livre des merveilles de Marco
Polo.

- Christophe Colomb part de Palos avec trois caravelles (La Santa Maria, la Pinta
et la Nina) le 3 août 1492. Il est convaincu que la terre est ronde et qu’il s’en va
vers l’Asie.

- Le 12 octobre 1492 il touche une petite île de Bahamas (San Salvador) en


croyant être en Asie (Cinpago, Cathay ou les Indes). Il nomme les habitants
Indiens.

- Il ignorait où il était et lorsqu’il est rentré en Espagne il ignorait d’où il venait.

- À son troisième voyage il se rend au Vénézuela. Il se croyait au Paradis


terrestre. Jamais il n’a cru avoir découvert un Continent et jusqu’à sa mort il croit
être en Asie.

- En 1499 Amerigo Vespucci, un Florentin travaillant pour le Portugal longe les


côtes du Brésil.
-En 1500 Pedro Alvarez Cabral aborde le Brésil

- En 1507 Martin Waldseemüller donne le nom d’Amérique (en l’honneur de


Vepucci) au nouveau continent.

- En 1497 les Cabot (John le père) et Sébastian (le fils) des italiens débarquent
au Labrador au nom de l’Angleterre. Ils recherchent un passage vers les Indes.

- En 1487-88, Un jour de tempête Bartolomeu Diaz contourne l’Afrique sans le


savoir par le Cap de Bonne Espérance. En 1498, Vasco de Gamma le
contourne volontairement pour se rendre aux Indes. Il ouvre pour le compte du
Portugal des comptoir à épices marché exclusivement arabe jusque là.

- Balboa découvre l’océan Pacifique en 1513. Après avoir franchi l’Isme de


Panama.

- Magellan entreprend vers 1520 un voyage autour de la Terre. Il contourne


l’Amérique par le sud. Mais malheureusement il se mêle des querelles locales
aux Philippines et meut en 1521. Delcano, termine l’expédition et revient en
Espagne en 1522. Il ne reste qu’un seul navire sur cinq et 28 survivants sur 265.
On reconnaît que la terre est ronde et que le nouveau monde est un continent.

- En 1523 Giovani da Verrazano est à New-York.

- En 1534 Jacques Cartier explore le Saint-Laurent au nom de François Ier et de


la France.

- En 1576-78 Frobisher explore le Groenland, le Labrador et la terre de Baffin

- En 1577-1580 Francis Drake entreprend un second voyage autour du monde.

-En 1585 Walter Raleigh fonde la Virginie en l’honneur d’Élisabeth Iere (la reine
vierge).

LE SIÈCLE DES CONQUISTADORS


L’empire colonial portugais du XVI e siècle

Henri le Navigateur, roi du Portugal, est responsables des expéditions et


découvertes portugaises. Il fait pousser l’exploration des côtes africaines (Cap
vert 1445) le Congo (1485). Les marins paniqueront lorsqu’ils franchiront la
lattitude équatorienne (ne reconnaissant plus les étoiles de ce nouveau
firmament. Vasco de Gamma réalisera le rêve d’Henri (décédé en 1460) et
doublera l’Afrique et fondera les riches comptoirs des Épices.
Cette nouvelle route permettra au Portugal de supplanter les Arabes,
Génois, Vénitiens pour l’approvisionnement en épices et constituera la seule
route vers l’Asie jusqu’à l’apparition du canal de Suez au XIX e siècle.

L’empire colonial espagnol du XVI e siècle


- Les Portugais se contentent d’ériger des comptoirs.

- Les Espagnols s’installent pour longtemps. Ils exploitent les ressources,


soumettent les peuples vaincus et font administrer les colonies par des blancs
européens.

- Le résultat n’est pas élogieux: massacres, tortures, cruautés et préjugés


raciaux.

- Après les découvreurs s’installent les conquérants (conquistadors). Ces


derniers pilleront et détruiront les Mayas, Aztèques et Incas à partir de 1519.

- Ils conquièrent le Mexique, la Floride, l’Amérique centrale et du sud avec des


effectifs réduits mais fort bien armés et surtout révélant pour la première fois une
technologie inconnue des indigènes (armes à feu, arbalètes, chevaux et maisons
flottantes.

- Ils détruisent des civilisations évoluées (jardins ,canaux, temples, artistes,


astronomes, médecins...) pour reconstruire la civilisation occidentale sur les
cendres encore chaudes des civilisations d’Amériques.

- Après avoir neutralisé les têtes dirigeantes des Incas, Mayas et Aztèques, les
européeens réduisent les Indiens à l’esclavage. Ils sont envoyés dans les mines
et les plantations jusqu’à épuisement. Ces descendants de la petite noblesse
européenne qui n’ont jamais travaillé de leur main ont besoin de cette main
d’oeuvre à bon marché.

- Grâçe aux épidémies (petite vérole, rougeole, variole, typhus...) qu’ils


échangent contre la syphilis, ceux des indiens qui n’avaient pas encore été
massacrés ou torturés meurt à des rythmes effarents. La saignée est telle qu’on
croit fondamentale chez les européens d’importer des noirs d’Afrique pour les
remplaçer (+ de 900,000 au XVI e siècle).

- Les européens amènent bestiaux et mode de vie et repartent ou revendent de


nouveaux produits alimentaires (manoic, tapioca, tomates, maïs, piments rouges,
cacahuètes, cacao ...).

7.3 LA RENAISSANCE INTELLECTUELLE

L’HUMANISME
La Renaissance éveille une pensée moderne basée sur le renouveau ou rappel
des valeurs de l’Antiquité grecque et romaine.
- L’Italie es est le leader intellectuel et artistique.
- Les penseurs de la Renaissance condamnent le Moyen-Âge, sa scolastique,
ses conceptions naïves, sa littérature courtoise, son enseignement sclérosé et
décadent et son art gothique.
- Ils célèbrent l’esprit des anciens, l’amour de la vie, la tolérance, la paix, la
beauté, les vertus morales, combattent les préjugés, les dogmes, l’arrogance et
le triomphalisme religieux. Ils veulent créer librement.
- Dans les domaines artistique, philosophique, littéraire, politique, religieux,
scientifique ils s’expriment.
- On commence d’abord par déterrer les livres anciens cachés dans les
monastères depuis la fin de l’Antiquité.

Qu’est-ce que l’Humanisme?

L’humanisme veut redonner force, éclat estime et dignité à l’esprit humain.

- On veut renouveler le message évangélique.


- C’est par l’étude des textes anciens restitués en latin, en grec et en hébreu que
cela s’avère possible.
- Il y a cependant à travers les années eu des erreurs de transcriptions dans les
versions latines.
- Une ouverture est faite aux cultes personnels dans les textes anciens qui
n’étaient pas présents dans les versions latines (origine de la Réforme
protestante)
- Une ouverture est faite aussi aux joies de la richesse terrestre qui sont
nécessaires.
- Le goût passionné de la vie, de l’or et de l’argent.
- Le goût d’approfondir ses connaissances artistiques et scientifiques.
- Grâçe aux Ottomans, les scientifiques et artistes du monde byzantin émigrent
vers l’Europe et en particulier l’Italie. Les idées et versions grecques de
l’Antiquité peuvent être confrontées aux versions latines obtenues des arabes.

Dans un sens large, l’humanisme énonce des valeurs et des principes


universels. Il exalte l’Homme qui doit accéder au bonheur terrestre, et
redécouvre en lui ce que Protagoras appelait jadis « la mesure de toute
chose ». Il insiste sur la primauté de l’Homme dans la nature, son
intelligence, sa beauté, ses émotions, ses joies, sa raison. Il doit être au
coeur de sa propre action. L’Homme est donc capables de maîtriser son
avenir politique, économique, culturel et scientifique. Ce n’est plus l’Église
ou Dieu mais l’Homme individu qui n’a pas de prix. On annonce ainsi le
libéralisme...

L’invention de l’imprimerie

Il faut diffuser cet humanisme et cela se fera grâçe à l’imprimerie.


-Les Chinois connaissent cet art depuis longtemps pour de courts textes et
utilisaient des blocs de bois ou de porcelaine. De plus ils ont invente l’encre et le
papier, procédé importé en Europe par les Arabes qui le leur transmettront. On
imprime déjà au XIV e siècle des dessins simples sur des planches gravées en
relief.

- Le nouveau procédé repose sur quatre éléments: 1) Le papier ; 2) l’encre; 3) la


presse à bras ; 4) les lettres mobiles interchangeables et réutilisables en métal.
- Son inventeur est Gutenberg (Johannes Gensfleisch de Mayence). Il mettra au
point cette technique de 1450 à 1455.
- Cette invention révolutionne la culture occidentale.
- Elle permet la diffusion de texte en langue moderne (amorce le déclin du latin).
- Donne accès aux textes anciens.
- La culture est à la portée de tous.

Le premier ouvrage publié est la bible en 1455. Puis ce sont les livres de
dévotions, les annuaires, les traités d’architecture, les dictionnaires, les oeuvres
classiques, les partitions musicales, les contes, et les chefs-d’oeuvre de
l’Antiquité.

Voici quelques chiffres: Le potentiel de volumes en Europe


années Nombre de volumes
1380 900
1480 8 millions
1500 20 millions
1600 300 millions

Le nombre de titres disponibles


Périodes Nombre de titres
1450-1500 30,000
1500-1550 150,000
1550-1600 200,000

Au panthéon des grands humanistes

-Didier Érrasme de Rotterdam (le meilleur porte-parole) critique la société et le


clergé, son luxe, ses abus, son ignorance. Il attaque la papauté de plein fouet
mais demeure fidèle au pape. Il refuse de suivre Luther mais continue de
correspondre avec lui après son exclusion de l’Église. Sa principale oeuvre est
l’éloge de la folie

- Saint Thomas More chancelier et beau-frère d’Henri VIII il demeure catholique


même sous la torture. Il dénonce la tyrannie des princes et prône une société
idéale sur l’île d’Utopia (l’utopie).
- Nicolas Machiavel crée une philosophie politique dans le Prince qui deviendra
la référence du despotisme éclairé. Selon lui tout Prince (chef d’État) a le droit
de violer les principes moraux pour gouverner. La fin justifie les moyens.

- Baldassare Castiglione décrit ce que devrait être la société raffinée et de bon


goût et trace le portrait de l’idéal du XVII e siècle l’honête homme dans Il
cortegiano (le parfait Courtisan).

LITTÉRATURE ET THÉÂTRE

Il faut mentionner d’abord l’Académie platonicienne de Florence. Crée par


Marsilio Ficino et financée par les Médicis, fréquentée par Pic de la Mirandole et
les byzantins exilés. Sa mission est de dispenser l’ensemble des connaissances
profanes.

En 1530, une institution semblable est crée en France par Guillaume Budé et le
roi François Ier: le collège des lecteurs royaux qui deviendra le Collège de
France. On y enseigne les humanités (savoir universel basé sur la philosophie,
les sciences, la musique, l’histoire et la littérature).

Saint Ignace de Loyola fonde en 1534 la Cie de Jésus. Une élite intellectuelle
promise à l’étude, à l’enseignement et à la prédication. Les jésuites donnent
aussi naissance à un collège qui répand l’humanisme. C’est la naissance du
collège classique qui formera jusqu’au XX ième siècle un rôle déterminant dans
la formation des classes dirigeantes.

On voit apparaître (1494-1553) François Rabelais (humaniste le plus important


de la première moitié du XVIe siècle). Avec Gargantua et Pantagruel.

Pierre de Ronsard (1524-1585) vivra pleinement l’ordonnance de Villers-


Cotterêts qui impose comme langue juridique le français.

Joachim Du Bellay (1522-1560) écrit Défense et illustration de la langue


française. Ce manifeste exhorte les auteurs à l’embellir et à l’enrichir. Ce qui fut
fait par une constellation de poètes de la Pléiade dont le chef est Pierre de
Ronsard.

Les Italiens s’initient aux poèmes épiques d’Ariosto et Tasso.

Miguel de Cervantès séduit l’Espagne avec Don Quichotte.

Le genre littéraire qui l’emporte sur tous les autres genres est le théâtre. En
Italie c’est
la « commedia dell’arte » regroupe des humanistes bourgeois qui mettent sur
pied des troupes d’une quinzaine de comédiens qui vivent de leur art et signent
des contrats.
On y utilise la poésie macaronique, les masques de carnaval, les mimes, les
saltimbanques, les bouffons, les chanteurs de rue. Deux genres se distinguent.
Les comédies populaires (Plaute) et les comédies plus savantes (Térence). La
commedia dell’arte s’expatrie dans tous les coins de l’Europe et domine les arts
de la scène pendant deux siècles. Elle inspirera tous les grands auteurs comme
Molière, Goldoni, Marivaux, Beaumarchais et Shekespeare.

NOUVELLES CONCEPTIONS SCIENTIFIQUES

Les humanistes postulent le principe de l’incontestable liberté de l’Homme dans


l’Univers et celui de son droit inaliénable de tenter de le comprendre pour mieux
le dominer. Il n’en fallait pas plus pour susciter la recherche et les découvertes
de nouvelles conceptions scientifiques. Ces nouvelles conceptions seront en
plus diffusées grâce aux livres.

On réussit enfin en réprouver Aristote (référence universelle). Les


connaissances des grecs sont sévèrement critiquées en médecine, en physique
et en Astronomie.

On prône le rertour à l’observation pour valider les nouvelles théories et la


démonstration mathématique.

Johannes Müller (Regiomontanus), mathématicien et astronome fonde les


premiers observatoires à Nuremberg.

Léonard de Vinci, la figure la plus marquante de la Renaissance

Il s’agit d’un des plus grands précurseurs scientifique doublé d’un artiste
inlassablement à la recherche de la vérité. Il passe sa jeunesse à Florence. Il
s’installe ensuite à Milan grâçe à la fortune des Sforza puis à la cour du Pape. Il
finit sa vie en France ami de François Ier. Il meurt en 1519 au château Le Clos-
Lucé.
C’est un véritable scientifique qui se fonde sur une démarche sérieuse des
observations et des preuves. Il exclut l’alchimie et l’astrologie. Il s’intéresse à
tout: Le corps humain, l’univers, la physique, la mécanique. Il s’est avéré un
prophète et un visionnaire.
Ses découvertes ont été reprises dans les siècles qui ont suivi ses études
par les plus éminents savants (Gallilée, Newton, Huyghens, Copernic, Képler ,
Newton et Harvey). Il s’improvise géologue , paléanthologue, météorologue,
urbaniste, botaniste, minéralogue, géographe, cartopgraphe, mécanicien,
armurier et quasi-devin. Il trace en effet des plans de machine volantes,
hélicoptères, parachutes, char d’assauts.

Les bonnes adresses de la médecine nouvelle


Les barbiers-chirurgiens permettent à la médecine de progresser.

Ambroise Paré (1509-1590) père de la chirurgie moderne, invente des


prothèse pour remplacer les membres amputés. Il imagine des techniques pour
retouner le bébé lorsqu’il s’agit d’un siège. Il opère, recoud, ampute sans
provoquer la mort. Il réussit à arrêter les hémoragies lors des amputations. Il
substitue à la ligature des artères la cautérisation au fer rouge.

Philippus Aureolus Theophrastus Bombastus von Hohenheim, dit


Paracelse (1493-1541) invente la chimie pharmaceutique.
André van Wesel ou André Vésale (1514-1564) fondateur de l’anatomie
moderne en pratiquant illégalement des dissections de cadavres. (de humani
corporis fabrica). Il est condamné à mort pour hérésie puis sa peine commuée
en pélerinage à Jérusalem il meurt en chemin dans un accident de bateau.

Michel Servet (1511-1553) décrit pour la Ière fois la petite circulation sanguine
ou circulation pulmonaire.

Copernic et Tycho Brahé désavouent les anciens Grecs

Le chanoine Nicolas Copernic (1473-1543) professeur d’astronomie à Cracovie,


Padoue et Rome propose une nouvelle exposition du système de l’Univers. De
revolutionibus orbium coelestium présente l’héliocentrisme. Tel qu’exposé, le
syst`eme de Copernic implique deux centres de rotation: Le soleil et la Terre
autour duquel gravite la Lune. Ce qui est jugé subversif.

Tycho Brahé fait franchir un pas de plus aux théories de Copernic. Le 11


novembre il apperçoit une nouvelle étoile (Nova) dans le ciel (selon les saintes
écritures et les théories anciennes l’Univers était immuable et stable). En plus
cinq ans plus tard Tycho observe une comète soi-disant phénomène terrestre qui
traverse le ciel dans un sens puis dans l’autre. Cela remet en question
l’existence des sphères cristalines puisqu’on entend pas les bris de verres lors
du passage de la comète... Il faut redéfinir l’univers d’Aristote. Or, Brahé meurt.
C’est un de ses collaborateurs Johannes Képler qui finira le travail.

7.4 LA RENAISSANCE ARTISTIQUE

LES PREMIÈRES LUEURS DE L’ÈRE NOUVELLE

La recherche de la beauté
Les contemporains de la Renaissance agffichent un dédain du style artistique du
Moyen-âge que l’on qualifie de gothique (barbare).

Si les créateurs assimilent les leçons retrouvées d’Athènes et de Rome


une civilisation harmonieuse peut renaître grâçe à la glorification de l’Homme, de
la noblesse de son corps, de la beauté de son visage, et grâçe à la recherche
d’équilibre dans la prédominence des lignes horizontales... (Giorgio Vasari 1511-
1575, biographe)

La nouvelle esthétique veut comprendre le monde... la vie, la nature, et


l’Homme. Elle ajoute les dimensions et la perspective au centre on retrouve le
corps humain que l’on peut décrire avec de plus en plus de précision puisque
que l’on en a une connaissance nouvelle (dissections, étude du mouvement).

Le centre de la Renaissance ce sont les cités italiennes. Pour ces artistes


Dieu n’a plus l’exclusivité de créer. L’Homme peut aussi créer en construisant,
peignant,, composant de la musique.

L’intérêt pour l’art « classique »

En Italie on se trouve une souce d’inspiration antique pour l’Art soit l’Antiquité
romaine.

- Des travaux d’excavation sont effectuées à Rome ordonnées par les papes.
On dégage monuments et sculptures avec tout ce qu’ils racontent de légendes et
de mythes.

- Les artistes étudient, mesurent et copient les plans des ruines. Ils en utilisent
les modèles, les thèmes et recettes.

- Ainsi l’architecture nouvelle est faite de symétrie sobre, les édifices bas,
horizontaux, harmonieux et équilibrés, les arches en demi-cercle, les colonnes,
les ordres grecs, les frontons triangulaires, le bâtiment central souvent recouvert
d’une coupole. C’est le retour à l’architecture classique.

L’action des mécènes éclairés

En Italie puis ailleurs en Europe ce sont des mécènes qui encouragent les
créateurs.

- Ce nom vient de Maecenas protecteur des arts à Rome. Il s’agit de princes ou


de fortunés bourgeois marchands et banquiers qui consacrent une partie de
leurs richesses dans les arts et les artistes, les oeuvres littéraires et scientifiques.
Ils les protègent les nourissent et souvent les abritent tout en leur permettant de
s’exprimer librement. C’est souvent pour accroître leur prestige personnel.

- Parmi les grands mécènes les plus grandes familles d’Italie ( Visconti, Sforza,
Médicis, Doria, Malatesta, Les D’este, Farnese, Borghese) et les papes de Rome
dont plusieurs sont issus de ces mêmes familles..

- La construction et la rénovation de Saint-Pierre de Rome est un exemple du


goût des papes pour le mécénat. Même dans le scandale Alexandre VI et les
quatre souverains pontifes qui suivent exerceront une influence prédominente
sur les arts au XVI e siècle en lancant ou soutenant les carrières de Raphaël et
de Michel-Ange.

- D’autres mécènes ailleurs en Europe se sont particulièrement distingués :


François Ier, Charles Quint et Philippe II, Henri VIII, Élisabeth Ière et les doges
de Venise.

FLORENCE OU LA RENAISSANCE « ADOLESCENTE »

Le premier foyer de la Renaissance au XV e siècle c’est Florence, chantier des


grands ducs de Toscane (Médicis) la nouvelle Athènes.

- Ce foyer a produit plusieurs grands noms : Donatello, Verrochio, Cellini,


Brunelleschi, Botticelli. Mais elle ne réussit pas à garder le plus fameux soit
Léonard de Vinci dont la personnalité écrase tous les autres. Il préfèrera les
Sforza et Milan aux Médicis. Il y reviendra cependant à la fin du XV e siècle mais
brièvement.

- Léonardo erre par la suite de mécène en mécène période où il produira la


Joconde. Il tentera aussi durant cette période un retour à Rome où Raphaël et
Michel-Ange triomphent. C’est finalement dans la vallée de la Loire où il finit ses
jours sous la coupe de François Ier.

ÉPANOUISSEMENT ET TRIOMPHE DE LA RENAISSANCE ITALIENNE

Rome, métropole de la Beauté

À la fin du XV e siècle les artistes se dispersent en raison des conflits armés qui
rongent l’Italie. C’est à Rome que ces artistes vont pour la plupart démarrer le
XVIe siècle. Des travaux somptueux y ont cours au vVatican entre autre. On y
retrouve Michel-Ange qui a servi pas moins de 7 papes. Il dirigera les travaux de
la Basilique St-Pierre dont la coupole et la décoration de la Chapelle Sixtine.
- En tant que peintre c’est à St-Pierre de Rome et dans la Chapelle Sixtine qu’il
réalisera ses plus grandes oeuvres (Jugement dernier, la création d’Adam).
Mais c’est à Florence que sa sculpture prendra son envol (le David). Pour
revenir ensuite faire le Moïse et la Pieta à Rome qu’il ne quittera plus jusqu’à sa
mort.
- Raphaël Sanzio connaît aussi une carrière brève mais fructueuse à titre de
peintre officiel du Vatican. Il laisse un nombre considérable d’oeuvres parmi les
plus élevées (La belle Jardinière, Balthazar Castiglione, et l’École d’Athènes.

L’éclat de la Sérénissime (Venise)


Après Rome qui fut saccagée en 1527, c’est au tour de Venise où déjà Bellini et
Mantegna produisent qui prend la relève. Son architecture dirigée par Andrea
Palladio et son école de peinture produit les derniers grands maîtres italiens : Le
Titien, Véronèse, le Tintoret, El Greco (qui émigrera en Espagne).

- Il existe deux tendances de l’art qui s’épanouissent au XVIIe et XVIIIe siècles:


Raphaël prépare le classicisme et Michel-Ange au Baroque.

LA DIFFUSION EN EUROPE DE L’OUEST

Presque toute l’Europe s’inspire ou attire les artistes italiens.

La France

La Renaissance française est surtout architecturale et liée à la réfection de la


région de la Loire puis du Louvre à Paris.

- Les expéditions militaires en Italie de Louis XII et Henri II et l’appel aux artistes
de François Ier sont les causes de cette Renaissance.

- On rénove et restaure à la mode renaissante (Châteaux de loisirs plutôt que


forteresses médiévales les châteaux d’Amboise, Chenonceau, Ussé, Blois,
Chambord, Le Lude, Châteaudun, Cheverny et Azay-le-Rideau.

- Au milieu du XVIe sièclePierre Lescot construit le nouveau Louvre à Paris qui


redeviendra la résidence Royale d’entan.

L’Espagne

La figure de proue de la Renaissance espagnole est nul autre que Domenikos


Théotokopoulos (El Greco), un crétois hispanisé qui unit art byzantin, le
mysticisme espagnole à sa formation vénicienne. Il déforme volontairement les
proportions anatomiques et dénote un certain goût du baroque.

Le palais de granit de l’Escurial est pour sa part tout à fait imprègné de


classicisme et destiné à Philippe II à Madrid.

Allemands et Flamands

- Dürer n’a rien à envier aux italiens. Il est un maître de la perspective. Il


introduit un nouveau courant assimilé à Venise.

- Les frères van Eyck à Bruges sont passés maître de la peinture à l’huile sur
bois ou sur toile.
- La Flandre c’est aussi Jérôme Bosch et ses monstres gluants mélange
d’humour et d’angoisses.

LA MUSIQUE DE LA RENAISSANCE
La science musicale du nord
C’est le début de l’association entre la parole et la musique au moyen de
procédés polyphoniques. Mais la passion de la Renaissance est moins
présente. Il s’agit davantage d’une évolution normale des techniques
médiévales. L’écriture et les notions se perfectionnent, les genres créés au
Moyen-âge se développent et de nouvelles sonorités apparaissent.

La musique sacrée

En 1517, le protestantisme déferle sur l’Europe. En Allemagne où le mouvement


commence la Réforme a un impact direct sur la musique.

- Pour agrémenter la Réforme qui prône le chant litturgique en guise de prière on


invente le choral. Le chant doit se mémoriser aisément. On greffe de la
musique sur des chansons connues ou des hymnes religieux.

- De la Flandre l’effervescence créatrice glisse vers l’Italie qui produira les plus
grands génies musicaux du siècle: Adriaan Willaert avec le chant à double
choeur fonde l’école vénitienne et forme les Gabreli (Andrea et Giovani). Une
foule de compositeurs religieux sont formés au XVIe siècle.

Chansons et madrigaux
La musique vocale profane se popularise en occident. Les espagnols répandent
les romances et chants burlesques (ensaladas). Les Anglais Dowland et Morley
et le parisien Clément Janequin avec la chanson polyphonique qui sera
répandue par ce dernier dans toute l’Europe de l’ouest.
- Les madrigaux (poésies amoureuses) battent tous les records de popularité
- Les Anglais et les Italiens détiennent le monopole du madrigal.
- Dérivé du madrigal et de la petite intrigue théâtral Orazio Vecchi monte un
spectacle musical de déclamations chantées accompagnés de musique
instrumentale « drama per musica ». Il ne manque qu’une scène, des décors et
des costumes pour accéser aux genres lyriques sacré (cantate,oratorio) soit
profane (opéra).

La musique aux instruments

- Les musiciens produisent de nombreuses pages de musiques pour


instruments.
- L’apprentissage de la musique fait aussi parti de la culture savante de cette
époque (humanités).
- Un art instrumental indépendant de l’art vocal se constitue progressivement.
- Les artisans, facteurs et luthiers perfectionnent et diversifient les instruments.
- Les instrumentistes se regroupent en confréries ou guildes; Certains
enseignent d’autres éditent des musiques.

7.5 FEU L’UNANIMITÉ RELIGIEUSE


LA RÉFORME PROTESTANTE

En 1054 c’est le schisme d’Orient qui divise les chrétiens en deux Rome
(catholique) et Constatinople.(orthodoxe). Cinq siècles plus tard un réformiste
allemand brise à nouveau l’unité.

Les causes de la Réforme

- Les Humanistes prônent la foi intérieure et la parole de Dieu.


- Ces textes doivent être dépouillés des exégèses des conciles et des papes
pour retrouver sa pureté originelle.
- La vrai religion est celle des Évangiles.
- L’Église est aussi confrontée aux valeurs véhiculées par les trésors de
l’Antiquité.
- Au XIVe siècle le Grand Scisme d’Occident a profondément secoué la papauté.
- Rome se conduit en Suzerain laïc et préfère la guerre (en Italie) aux
enseignements divins.
- Les scandales se succèdent à Rome où les papes sombrent dans la luxure et
les extravagances sexuelles et ludiques.
- On se lance dans la surenchère des indulgences où l’on crédite et vend des
faveurs divines aux biens nantis en retour d’argent et de cadeaux. On écoule
même ces indulgence dans le réseau bancaire comme des titres boursiers.
- Un bouillant théologien allemand aux idées réformistes rédige 95 thèses contre
ces abus il s’agit de Martin Luther.

Le luthérianisme

Le 31 octobre 1517 Martin Luther affiche aux portes de la chapelle du château


de Wittenberg, en Saxe, quatre-vingt-quinze thèses ou propositions, sans
ménagements. La nouvelle se diffuse rapidement. Des pamphlets anti-papistes
se vendent partout.

- Le pape réagit en déclarant hérétiques 41 articles de Luther et donne 60 jours à


son auteur pour se rétracter.
- On ne peut le condamner au bûcher en raison de la faveur populaire.
- Luther brûle la bulle papale.
- Le pape l’excomunie.
- Charles Quint, le protecteur de Rome veut venger la papauté et met Luter au
ban (quiconque peut le tuer en toute impunité).
- Luther se réfugie au château de Wartburg et traduit la bible en Allemand.
- Philipp Melanchthon expose ses idées publiquement dans la « Confession
d’Augsbourg » qui devient le credo des luthériens.
- Charles Quint flétrit Luther et condamne son hérésie. Ce geste provoque la
protestation des princes allemands (les protestants).
Dans ce culte le Chrétien est seul devant Dieu avec sa conscience et n’a pas
besoin d’intermédiaires (ni prêtres, ni saints, ni Vierge Marie) seule sa foi lui
assure son salut éternel.
- Les lectures personnelles de la bible.
- Le mariage des prêtres.
- Rejet du culte de la Vierge et des Saints
- Aucune autorité au pape, aux conciles et aux Évêques.
- Pas de Messes seulement des cantiques et des sermons en langue
vernaculaire.
- Il conserve deux sacrements: le Baptême et l’Eucharistie.
- Refuse la transsubstantiation.
- l’autorité civile et religieuse sont confondues.
- Les biens de l’Église après la suppression du clergé appartiennent à tous.

Or, la querelle théologique devient rapidement une querelle politique et une


guerre entre les princes allemands et Charles Quint. Après 24 ans de conflit
Charles Quint se résigne à un compromis : la paix d’Augsbourg qui abandonne
les droits épiscopaux aux princes allemands de la religion protestante. Les
sujets sont cependant obligés à la religion du prince ou à partir en exil.

Le calvinisme

Jean Calvin un juriste français ralie Luther en 1533. Il donne un second souffle à
la réforme et relance le protestantisme. En 1536 il publie l’Institution de la
religion chrétienne. Réfugié à Genève capitale du calvinisme.

- Il condamne les libertins, les papistes et des opposants en les condamnant à


mort.
- Il condamne les plaisirs (jeux, théâtre, luxe) surtout ceux de la chair.
- Aucune image décore le temple calviniste.
- La thèse centrale de sa religion est la PRÉDESTINATION.
- l’homme n’est rien et n’a aucune liberté.
- Il ne peut rien changer à son destin.
- Dieu a tout déterminé d’avance. Il choisit qui il veut peu
importe la condition (riche, pauvre, jeune, vieux). C’est
une question de volonté divine.
- Il supprime l’interdiction des prêts à intérêts. Car Dieu a
voulu que les riches existent et les biens matériels ne sont
pas un péché.
- Les riches doivent même faire fructifier les biens pour
Dieu.
Il n’en fallait pas moins pour séduire la bourgeoisie montante...et les capitalistes.
En angleterre les anglicans et en Écosse les presbytériens s’inspirent et se
ralient aux luthériens et calvinistes. En France, l’État catholique a sur son
territoire des disciples de Calvin que l’on nomme huguenots.

L’anglicanisme
Henri VIII est hostile à la Réforme. Or, il se brouille avec le pape Clément VII à
propos d’un mariage que ce dernier refuse d’annuler. Le saccage de Rome
donne à Charles Quint les pleins pouvoirs. C’est justement de sa tante
Catherine d’Aragon que le souverain anglaise veut annuler le mariage. Le pape
lié refuse donc cet annulation.
L’Archevêque de Canterburry, lui le casse et Henri VIII épouse Anne Boleyn en
secret.

Le pape qui l’apprend, excomunie le roi d’Angleterre. Outré il éxécute un


schisme à l’aide du Supremacy Act. Et l’Église d’Angleterre devient l’Église
Anglicane.

Ce schisme est contraint à des réformes diverses. Plusieurs ministres du culte


refusant de suivre les anglicans. On tente de se rapprocher des réformistes
calvinistes et luthériens en 1537 (Édouard VI). Il impose le Book of Common
Prayer, supprime la messe (1549) et autorise le mariage des prêtres (1553). Il
ne s’agit plus d’un schisme mais d’une réforme protestante.

Se succède alors roi et reines tantôt catholiques tantôt protestants. C’est


Élisabeth Ière qui fera adopter la charte de l’anglicanisme en trente-neuf articles.
Cette réforme est à mi-chemin entre le protestantisme et le catholicisme.

Une aile radicale se dégage alors les Puritains. Ils sont aussi des réformateurs
politique et appuient le parlement contre la volonté du roi. On les retrouvera
massivement en Amérique durant la colonisation.

CHEZ LES CATHOLIQUES: RÉFORME ET CONTRE-RÉFORME

La réaction du Vatican concernant la Réforme doit être énergique et


convainquante. On doit stopper l’hérésie et renuveler la confiance des fidèles.

Un premier front: la réforme intérieure

Il faut lutter contre la Réforme protestante et les Espagnols joueront un rôle de


premier plan dans cette bataille. Il sonneront le réveil du clergé et du mysticisme
.

- Ignace de Loyola fonde en 1534 la Compagnie de Jésus (les jésuites).


- Ils sont organisés comme une milice commandés par un généralet obéissent au
pape.
- Ils sont les troupes de choc sur le terrain et combattent l’hérésie.
- Partout sur la planète (Asie, Inde , Amérique, Afrique) ils réaliseront des
conversions.

Le Concile de Trente stipule:


- La foi est fondé sur les textes sacrés de la bible et on ne peut les interpréter.
- Les oeuvres confrontent la foi.
- L’être humain est libre de choisiir entre sa damnation et son salut par la grâçe
de Dieu.
- Les sept sacrements sont valides.
- Le célibat des prêtres est obligatoire.
- Il est interdit de cumuler des charges.
- La langue liturgique est encore le latin.
- Le cathéchisme romain est l’unique référence doctrinale.
- Le pape est le pasteur universel de l’Église.
- Grégoire XIII réforme le calendrier en 1582 (grégorien). On supprime dix jours
pour rattrapper le retard pris depuis Jules-César. En Angleterre il est adopté en
1752 en Russie en 1918 en Grèce en 1923.

Une seconde manoeuvre de grande envergure: la Contre-Réforme

L’Église prépare aussi une contre-attaque plus musclée. D’abord un


renforcement de la Suprême Inquisition pour chasser les hérétiques. Un Index
est créé pour dénoncer les écrits dangereux, les censurer et les interdire. Leur
lecture est défendue sous peine d’excommunication.

LES GUERRES DE RELIGION

- Tout commence dans les Pays-Bas et fait tomber dans l’horreur d’un côté
comme de l’autre les coups bas entre l’Espagne et les insurgés locaux.
- En France les Bourbon sont au pouvoir et une partie importante de cette famille
est acquise au protestantisme. Ces derniers font appel aux protestants
d’Angleterre et de Pays-Bas. Pendant que les catholiques appelent Philippe II
d’Espagne.
- Puis c’est le massacre de la St-Barthélemy. On fête le mariage du futur Henri
IV protestant avec Marguerite de Valois soeur du Charles Ix et fille de Catherine
de Médicis. Il faut éliminer tous les protestants, 3,000 huguenots y passent dans
les rues de Paris. Henri a réussi à fuir. Il deviendra tout de même le prochain roi
mais en abjurant sa foi protestante. Ce qu’il fait en 1593 non sans avoir rédigé
l’Édit de Nantes (liberté de culte et garanti des droits politiques et juridiques aux
protestants). Cela risque de créer un État dans un État. Richelieu et Louis XIV
remettront cet édit en question jusqu’à sa révocation.

7.6 COMMENT EXTIRPER LA SORCELLERIE?

L’analphabétisme règne. Les alchimistes, sorciers et magiciens sont


ciblés comme responsables de tous les malheurs: Inflation, pauvreté, chômage,
les impôts trop lourds, les guerres de toutes sortes..., les mauvaises récoltes, les
famines et les épidémies.
Parmi les condamnés les femmes célibataires ou veuves sont les
principales suspectes. Accusées de pactiser avec le diable. La répression
consiste en Inquisition et la condamnation au bûcher.
On extirpe les aveux par la force (souvent la torture). À partir du Xve
siècle la chasse est ouverte. Elle transforme la France, la Bourgogne, la Suisse,
l’Angleterre et l’Écosse en délire mystique et en bûcher ardent. En Espagne on
oublie la sorcellerie mais les bûchers servent d’éxutoire pour les Juifs et les
hérétiques. Même en Amérique (Salem) on fait des victimes du bûcher.

7.7 LES GRANDS ÉTATS EUROPÉENS AU XVI e SIÈCLE

La découverte de l’Amérique et l’arrivée massive de l’or en Europe fait prospérer


la grande bourgeoisie urbaine des banquiers, des marchands, des armateurs et
des manufacturiers. Toutes les autres classes y compris les nobles n’en tireront
aucun profit.
L’Espagne fournit en or toute la côte atlantique et fournit du travail à ces pays et
relance leur industries et leurs banques.

LA FRANCE

Les capétiens sont toujours sur le trône de France. Mais ce sont des
branches collatérales (Valois, Valois-Orléans, Vallois-Angoulème et Bourbons).
La France est encerclée par Charles Quint. C’est pourquoi on se lance à
la conquête de l’Italie.
Le contact avec les Italiens, ils prendront goût de leur raffinement.
François Ier forge l’absolutisme.
Mais il y a les conflits religieux qui enveniment la prospérité.

L’ESPAGNE
Charles Quint receuille en 1500 les joyaux de quatre maisons (Espagne, Pays-
bas, Autriche et le Saint-Empire). Son élection à la tête des germanique est
assurée par la corruption mais il devient à 19 ans roi de romains et Empereur
germanique.

L’autre candidat, François Ier devient son ennemi juré. Si il subit les affres
d’Italie il s’empresse de s’allier aux princes allemands pour affaiblr l’Empereur.
Le triomphe du protestantime, les Turcs et les Français de même que les
révoltes dans les Pays-bas le font abdiquer en 1555. Il séparera ses territoires
en deux: Les possessions d’Autriche et celles d’Espagne.

- Philippe II prend la relève et établit sa résidence à Madrid , la nouvelle capitale.


- Il signe une série de décrets contre les hérétiques.
- Il soumet d’abord les Pays-bas mais sa répression entraîne le soulèvement
populaire et la perte des Provinces-Unies.
- La victoire sur les Turcs en méditérannée est salué par toute l’Europe. Elle
donne un sentiment de supériorité à la flotte espagnole qui veut maintenant
s’attaquer à l’Angleterre. Mais une violente tempête coule ou disperse
l’invincible armada espagnole. Cette défaite amorce le déclin définitif de
l’Espagne en Europe.
L’ANGLETERRE

- L’Angleterre elle est vraiment favorisé par la défaite de l’Espagne contre mère
nature.
- Elle exerce une maîtrise des mers et contrôlent presque tout le commerce
maritime entre l’Amérique et l’Europe. Sa prospérité change l’axe économique
qui passe de la méditérannée à l’ouest de l’Europe (la facade atlantique)

- Londres et sa bourse deviennent le siège des grandes compagnies de l’époque


(Moscou, Levant, Indes orientales, Baie d’Hudson.

- À la mort d’Élisabeth Ière s’éteint la dynastie de Tudors. Les Stuart d ’Écosse


lui succèdent et règneront pendant plus d’un siècle.
LA RUSSIE

La russie mongole s’est éclipsée pendant plus de deux siècles.

- Ivan III commence à entamer le pouvoir des Mongols.

- Il adopte Moscou comme capitale et la construit de toutes pièces.

- Il prend le titre de César (Tsar) et adopte l’aigle bicéphale comme emblème.

- Il unit le pouvoir écclésiastique et civil à Moscou.

- Ivan IV le Terrible porte le titre de Tsar en permanence. Il érige un régime de


terreur contre les seigneurs féodaux. Il opère avec une police secrète et est
protég.par une garde royale. Il fait exécuter des milliers de gens souvent des
femmes et des enfants.

- Il tue son propre fils dans une de ses rages caractéristiques.

- Il agrandit le territoire russe vers l’Europe

- Pierre le Grand crée une flotte de bateaux russes.

- Féodor Ier Ivanovitch laisse le trône à son régent Boris Goudounov qui est élu
tsar en 1598.

- Il rapatrie l’Église orthodoxe russe à Moscou. Cette vocation fait de Moscou


une nouvelle Rome.

- Féodor Romanov tente de s’emparer du pouvoir après la mort de Godounov.

- C’est finalement son fils de 17 ans Michel Romanov qui sera élu tsar avec le
soutien des cosaques et du clergé.

Vous aimerez peut-être aussi