Vous êtes sur la page 1sur 9

TP 1 de Réseaux en CCI Informatique :

Assemblage d’un réseau, configuration


d’adresses IP sous Linux, v1.1

Auteur : Hector M. BRICEÑO, Université Lyon 1


avec la contribution d’Olivier GLÜCK, Université Lyon 1, et Pascal SICARD (UJF)

Objectifs
- répartition des adresses IP à partir d’un schéma de câblage physique
- manipulation du matériel (câbles croisés ou non, hubs, switch)
- configuration des machines (nom, adresses IP, interfaces, …)
- utilisation d’outils standard (ifconfig, ping)
- contrôler le bon fo nctionnement du réseau
- savoir monter un petit réseau local sous Linux

Pré-requis
Minimum Unix (shell, vi, …)

NB
Toutes les manipulations ci-dessous sont réalisées sous LinuxIntroduction (pour vous aider !)

1.1. Le matériel

• Des cartes réseau (en général 2 par machine) :


o RealTek RTL8139 Fast Ethernet 10/100
o Digital DS21140 Tulip
• Switchs Cisco Catalyst 2950, 24 ports 10/100
• Des câbles réseau (croisés (rouges ou avec scotch rouge) ou non (non rouges))

La documentation du switch est disponible dans la salle de TP.

1.2. Câbles torsadés


Ici, le réseau est en forme d’étoile grâce à des liaisons point à point. Pour réaliser ce type de
réseau, il faut utiliser des éléments particuliers appelés concentrateurs ou hubs (s’applique
aussi aux switches) qui permettent de reconstituer la structure de bus (nécessaire au protocole
Ethernet) à partir d’un maillage quelconque.
Les avantages de la paire torsadée sont :
• Pas de risque de perturbation du réseau entier à cause d’une rupture de câble (ce qui
est le cas pour le câble coaxial)
• Centralisation du câblage dans une seule armoire. Donc elle apporte une facilité de
maintenance du réseau important.
• Câblage moins contraignant : la paire torsadée est un câble téléphonique, quelquefois
un peu amélioré supportant bien le pliage
Les inconvénients de la paire torsadée sont :
• Plus de câblage à cause de la structure étoile.
• Coût des hubs… mais ils sont de moins en moins chers
• Le câblage en paire torsadée est actuellement le plus utilisé

Pour connecter une machine à un hub on va utiliser les câbles torsadés


droits (on pourrait dire que la prise est croisée à l’interieur). Si on veut
connecter deux machines, l’une à l’autre, il faut utiliser un câble torsadé
croisé (rouge ou avec scotch rouge)… car si l’on utilise un câble droit, on
va connecter la sortie ethernet de la machine 1 avec la sortie ethernet de
la machine 2 (quand on les croise, on connecte la sortie 1 avec l’entrée
2). L’Hubs parfois ont une sortie « uplink » laquelle n’est pas croisée à
l’interieur

1.3. L’adressage IP
A chaque périphérique réseau physique ou logique correspond une adresse IP, une machine routeur a
donc en général plusieurs adresses IP. D'autre part à chaque réseau physique ou logique correspond
une adresse de sous-réseau, un ``masque'' et une adresse de diffusion.

Une adresse IP (32bits pour IPv4) se décompose en une adresse de réseau dans les bits de poids forts
(partie gauche, dont le nombre est à fixer par l'administrateur), les bits de poids faibles donnent
l'adresse locale (ou adresse de machine, partie droite). Il y a 4 classes d'adresse utilisées, de A à D,
qui instaurent une certaine hiérarchie. Les adresses de réseaux sont affectées par un organisme
international à but non lucratif : ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers). Il
y a aussi d’adresses IP, dits privées qui seront jamais attribués par ICANN, dont tout administrateur
de réseau peut les attribuer librement pourvu qu’elles ne soient pas routées sur le internet. 1
Les adresses à usiliser sur les réseaux privés sont décrites par la RFC 1918 :

Classe A (1) 10.0.0.0 10.255.255.255


Classe B (16) 172.16.0.0 172.31.255.255
Classe C (256) 192.168.0.0 192.168.255.255

1
http://www.laissus.fr/cours/node8.html
2
Les adresses réseaux étant fixées, la partie affectée aux institutions (compagnies, universités...) peut
être gérée localement par l'administrateur. Celui-ci peut par exemple définir des sous-réseaux en
prenant une partie des bits réservés aux adresses de machines. Ensuite, pour les adresses de
machines, on évite les adresses ayant tous les bits à 0 ou à 1. Par convention, ces adresses sont
utilisées pour la désignation du réseau et le broadcast (diffusion)

1.4. Commandes et fichiers à utiliser

PENSER A UTILISER LES PAGES MANUELS DE LINUX :


« man <nom de la commande> », ou « man [12345678] <nom de la
commande> », où [12345678] veux dire un nombre entre 1 et 8 (les
crochets indiquent un choix) pour chercher dans une section
spécifique du manuel, par exemple « man 1 time » et « man 2 time »…
donnent des informations sur commands différents ; taper ‘q’ pour
en sortir. Vous allez utiliser les commandes suivantes :
• ifconfig <interface> <adresse_ip> [up|down] netmask <masque>
broadcast <adresse broadcast>, ex : ifconfig eth0 up
134.214.91.148 netmask 255.255.252.0 broadcast 134.214.91.255
• ping
• ethereal

3
2. Remise à zéro de la configuration réseau des
machines
La configuration des machines peut être modifiée par n’importe qui, n’importe quand puisque tout le
monde a un accès <root> (utilisateur tout puissant). Pour repartir de l’environnement standard,
commencez par faire la manipulation suivante.

Pour le login tapez, utilisez la compte «root», vous ne devez pas avoir besoin d’un mot de passe
(vide)

Si vous n’arrivez pas à vous logger root sur votre machine en mode graphique , réalisez les
opérations suivantes :

Tapez <ctrl><alt>F1
Loggez vous en tant que root
Editez le fichier /etc/gdm/gdm.conf avec vi
Remplacez (en utilisant le commande r? de vi) AllowRoot=0 par AllowRoot=1
Quittez en tapant <Echap> :x
Exécutez gdm-restart

3. Un premier réseau
3.1. Raccordement matériel
On va se diviser en grands groupes d’huit, composés de groupes à 4 binômes, un binôme par
ordinateur pour créer votre premier réseau local. Le premier réseau, sera un réseau avec deux
ordinateurs, et après on les connectera ensemble pour avoir un réseau de 4 ordinateurs.

Manipulation

Chaque machine a deux interfaces. On verra comment on peut tester ou déterminer leur vitesse.

L’interface eth0 corresponde à la carte ethernet sur la carte mère de la machine, et l’interface eth1
corresponde à une carte supplémentaire. Regarder derrière la machine et identifier les interfaces.
Eth0 c’est jusqu’à côté les prises audio (verte et rouge). Eth1 (s’il y a) se trouve dans une carte
horizontale du côté droit.

Vous utilisez l’interface eth0 de chaque machine.

Question
Q : Quel type de câble faut-il utiliser pour raccorder les machines de la façon montrée ci-dessous ?
Pourquoi ?

4
3.2. Choix des adresses INTERNET des machines
Question
On a choisi pour vous les adresses IP de votre machine (192.168.1.1 et 192.168.2.2.

Q : À quelle classe appartiennent ces adresses ?

Q : Quelle sera la masque réseau par défaut (netmask) de ces adresses ? c'est-à-dire, combien bits
sont réservé pour la partie réseau pour les adresses de cette classe ? pareil pour l’adresse de
diffusion, quelle sera l’adresse de diffusion par défaut de ces adresses ?,

Q : Avons-nous besoin de changer ou spécifier un masque différent pour que les machines puissent
se communiquer ? et pour l’adresse de diffusion ?

Manipulation
Branchez les machines ensemble avec le câble approprié.
Vérifiez-vous les réponses aux questions précédentes en ajoutant seulement les adresses aux
machines (sans spécifier le masque ou adresse de diffusion) avec la commande
ifconfig eth0 up 192.168.1.1
(l’option « up » ou « down » permet activer ou éteindre l’interface)

Regardez maintenant le masque et adresse de diffusion donné par défaut en utilisant la commande :
ifconfig eth0

Question
Q : Quelles autres information voyons nous ? qu’est l’HWaddr ? (faire « man ifconfig» pour savoir
plus)

Manipulation
Configurez l’interface avec le masque et adresse de diffusion appropriée en utilisant :
ifconfig eth0 up 192.168.1.1 netmask <masque> broadcast <adresse de
diffusion>

N’utilisez pas les adresses indiquées sur les machines ! (genre 134.214…)

Remarque
Nous pourrions aussi choisir librement l’adresse des machines, c’est uniquement parce que celles-ci
ne seront par raccordées à l’INTERNET. Si tel était le cas, il faudrait formuler une demande auprès
d’un organisme international qui distribue de façon unique les adresses du monde entier ou bien
demander aux administrateurs locaux une plage d’adresses non utilisées avant de connecter notre
réseau à l’internet.

5
Votre réseau est prêt. Cela est la méthode manuelle. Vous pouvez également modifier des fichiers de
configuration précis et en relançant les couches réseau (ou en redémarrant la machine) pour que les
modifications prennent effet. C’est cette première méthode qui est choisie ici pour plus de simplicité
mais il est évident que dans une situation réelle (permanente), la deuxième solution serait plus
adaptée.

Remarque
Si vous redémarrez la machine, la configuration sera perdue !

3.3. Inspection du réseau avec « ethereal »


Vous pouvez regarder le trafic dans le réseau en utilisant l’application « ethereal ». Tapez « ethereal
& » (l’& sert à regagner contrôle de la console pendant que l’application tourne). Sélectionnez le
menu « capture » option « start » (control + K). Il faut sélectionner l’interface où on voudrait
regarder… sélectionnez l’interface « any » de façon à écouter sur toutes les interfaces. Vous pouvez
également sélectionner « Update real time » pour mettre à jour les paquets capturés à la volée.
Cliquez OK (vous pouvez également sélectionner l’interface « any» pour voir le trafic dans toutes les
interfaces. Une fenêtre doit s’afficher avec les nombres de paquets capturés. Cliquez STOP pour
terminer la capture. Maintenant vous pouvez regarder chaque paquet individuellement avec leur
temps de capture.

3.4. Contrôle du réseau


Il faut maintenant vérifier que les machines sont bien interconnectées et bien configurées. L’outil
standard ping permet de vérifier qu’une machine distante répond bien quand on l‘appelle.

Manipulation
Utilisez ping en lui fournissant l’adresse IP de l’autre machine à contacter et vérifiez que celle-ci
répond bien.

Question
Q : Combien de commandes ping faut-il exécuter pour vérifier l’ensemble des connexions du
réseau ? Réalisez cette manipulation pour vous assurer que chacun des binômes qui vous sont
associés a bien fait son travail !

Q : Qu’affiche la commande ping ?

Exécutez la commande ping avec comme argument l’adresse de broadcast. Que se passe t-il ?
(regarder le résultat d’ethereal). Commentez les résultats obtenus. (Vous pouvez calculer vous-même
l’adresse de broadcast, ou la trouver dans l’information retournée par « ifconfig eth0 »

3.5. Performance du réseau


Manipulation : Transférer des paquets de 60Ko
Quelle commande ping faut-il exécuter pour transférer des paquets de taille 60 Ko (man ping,
notez que on parle de Ko (kilo-octets) et non de kilo-bits) ? Utilisez
cette commande et en déduire le débit utile pour atteindre chaque machine du réseau. Vous avez
deux mesures du temps : la première c’est le temps aller de 60Ko avec le retour d’un paquet de
acquittance (résultat du ping) ; le deuxième, est en utilisant ethereal pour avoir un « timestamp»

6
(horloge, temps) exact plus précis de ce reporté par ping. Calculez le débit en utilisant les deux
méthodes.

Question
Q : Quel est selon vous le débit théorique (en Megabits/seconde ou Mbps) du lien ethernet ? D’où
provient cet écart entre les deux méthodes ?

Vous pouvez également utiliser la commande « bc » (basic calculator, calculatrice simple)


pour faire la multiplication et division….tapez « quit » ou control-D pour vous en sortir.

Remarque
Pour répondre aux questions précédentes, on vous suggère de lancer la commande chacun votre tour
pour ne pas fausser les mesures ! Par ailleurs, notons que ping n’est pas le meilleur outil pour faire
des mesures de performance !

Manipulation
Refaire la manipulation avec les deux machines faisant ping l’une à l’autre au même temps.

Question
Q : Pourrait-on dire que la connexion est full duplex ? Pourquoi ?

3.6. Performance du réseau avec un switch


Changez les câbles à la configuration suivante :

Question
Q : Re-calculez vous le débit entre le deux machines (d’une vers l’autre) sous cette nouvelle
configuration…en utilisant le ping ? En suite, re-calculez le débit entre les deux machines au même
temps (c'est-à-dire, il y a deux flots qui se croisent). La connexion, est-elle encore full duplex ?
Expliquez. S’il n’y pas de connectivité entre les deux machines, attendez, on parle ici d’un switch
intelligent, donc cela lui prend du temps pour apprendre qui se trouve dans chaque interface….

7
4. Une deuxième réseau
Connectez les deux réseaux :

Question
Q : Quel type de câble faut- il utiliser pour connecter les deux switches ?

Q : Que se passe-t- il si l’on ne change pas les adresses IP des machines et on connecte les deux
switches ensemble ?

Q : Pourquoi on n’a pas choisi l’adresse 192.168.0.0 pour l’adresse d’une machine ?

Manipulation
Changez- les. Notez les interfaces que l’on va utiliser maintenant. Il faudra aussi dans certains cas,
éteindre les interfaces eth0 non utilisées (avec ifconfig eth0 down)

Question
Supposons que l’on voudrait rester maintenant comment deux réseaux logique séparés (même si
physiquement ils sont un seul réseau).
Q : Qu’est ce qu’il faut changer ? Expliquez

8
5. Une deuxième connexion

Dans l’autre carte ethernet (eth0) connectez deux machines comme montré ci-dessus.

Question
Q : Quel type de câble allez vous utiliser ?

Q : Comment devez vous choisir les adresses IP des deuxièmes interfaces ?

Q : Donnez un exemple d’une application laquelle peut être utile d’avoir plusieurs connexions entre
deux machines ? Comment peut-on forcer la connexion à utiliser ?

Manipulation
Configurez- les avec ifconfig et testez leur connectivité (par les deux chemins).

Vous aimerez peut-être aussi