Vous êtes sur la page 1sur 13

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

Université Abdelhamid Ibn Badis Mostaganem


Faculté des sciences de la nature et de la vie
Filière: agronomie
Spécialité : production animale

Le cycle de reproduction chez la vache

Élaboré par :
ABBES Mohamed El Amine

Groupe : 02

Année universitaire : 2020/2021


Introduction :
La vache est un mammifère herbivore de la famille des ruminants. Son nom scientifique
est Bos taurus. Elle est élevée pour sa viande et pour son lait.

Chez les mammifères d’élevage, les femelles réalisent au cours de leurs carrières un
certains nombre de cycles de reproduction qui se succèdent à un rythme variable.Chaque cycle
permet d’obtenir un produit commercialisé et/ou un ou plusieurs jeunes destinés à devenir soit
des animaux de boucherie, soit des reproducteurs mâles et femelles assurant le renouvellement
des troupeaux.

Le cycle de reproduction chez la vache sera l’objet du présent travail où nous nous
intéressons d’abord, à donner un aperçu sur l’anatomie de son tractus génital et ensuite on
passera à citer les différentes étapes du cycle de reproduction . Et Enfin nous nous intéresserons
à l’insémination bovine et les différents signes des chaleurs .
1. L’anatomie du tractus génital de la vache :
Le tractus génital de la vache présente quatre segments distincts :
1.1. Le vagin :
Lieu de copulation. C’est un conduit cylindrique de 30 cm de long environ.
1.2. L’utérus:
Lieu d’implantation de l’embryon puis de la gestation, il est composé en 3 parties : le col utérin,
le corps utérin court, les cornes utérines.
1.3. Les oviductes :
Lieu de fécondation, les oviductes (ou trompes utérines), sont 2 conduits fins longs de 20 à 30
cm situés à l’extrémité des cornes utérines.
1.4. Les ovaires:
De forme ovoïde, mesurant de 1 à 5 cm, les ovaires sont le lieu de formation des follicules
contenant les ovocytes et du corps jaune. 1
.

Source : Elicoop.fr

1 https://elicoop.fr; consulté le 31/01/2021 à 19h00.


2.les etapes du cycle de reproduction :
2.1. La puberté :
Le cycle sexuel des génisses se met en place à leur puberté, lorsqu’elles atteignent 6 à
15 mois. Elles ne peuvent toutefois être inséminées que si elles ont atteint 40 à 45% de leur
poids adulte.2
.La puberté peut être définie de plusieurs manières :
- d’après le comportement : première apparition des chaleurs (oestrus).
- d’après l’anatomie : première ovulation, puis premier corps jaune sur un des ovaires.
- d’après les hormones : moment où le taux de progestérone dans le sang dépasse un taux
limite : 0,5 ng/ml ou 1 ng/ml.3
De nombreuses observations ont montré que le poids est souvent plus déterminant que
l’âge pour l’apparition de la puberté. L’âge à la puberté est donc influencé par le niveau
alimentaire qui joue sur la croissance. La puberté est liée à l’année, au mois de naissance, à la
pluviométrie pendant la période de croissance et à la supplémentation pendant la saison sèche.
(Rattray, 1977)

2.2. Cyclicité et chaleurs :


Le cycle œstral de la vache dure 21 jours en moyenne chez la vache (il peut durer de 18 à
25 jours), durant lesquels se développeront 2 à 3 vagues de croissance folliculaire et plusieurs
phases successives sous régulation hormonale. Chez la vache, l’hypothalamus (glande à la base
de l’encéphale) génère la GnRH. Cette hormone stimule l’hypophyse qui sécrète à son tour les
hormones FSH et LH ayant un rôle sur les ovaires.
A chaque vague folliculaire se succèdent une phase folliculaire qui prépare en 3 à 4 jours les
chaleurs et l’ovulation, suivie d’une phase lutéale d’une durée de 15 à 18 jours qui prépare
l’organisme à la gestation.
Alors le cycle est classiquement divisé en 4 périodes (figure 1) :
- Le prœstrus, qui précède l’œstrus et correspond à la croissance terminale du follicule

2https://elicoop.fr; consulté le 31/01/2021 à 19h00.


3ChristianMEYER; INFLUENCE DE L’ALIMENTATION SUR LA REPRODUCTION DES BOVINS DOMESTIQUES ;
Montpellier ;mai 2009;p14.
préovulatoire, dure 3 jours.
- L’œstrus, qui dure 12 à 24h, correspond à la période d’acceptation du mâle et est suivi
de l’ovulation dans les 12 à 15 heures qui suivent.
- Le métœstrus dure 2 jours et correspond à la mise en place du corps jaune à partir du
follicule qui a ovulé.
- Le diœstrus, qui est la période de maturation et de maintien du corps jaune, dure 15
jours4.

Figure 1 : Changements hormonaux et ovariens durant le cycle œstral de la vache. D


•après Gayrard V (2008). Cours de physiologie de la reproduction. ENVT.

• Evolution de la population folliculaire


Chez la vache, les follicules se développent par vagues. Pour chacune de ces vagues, un
follicule est sélectionné, il grossit plus rapidement que les autres follicules de la cohorte et
produit de l’androstènedione et de l’inhibine qui exercent un rétrocontrôle négatif sur la
sécrétion de FSH, ce qui entraine l’atrésie des follicules subordonnés : c’est le follicule dominant.
Son devenir dépend de la pulsatilité de LH. En fin de cycle, lors de la régression du corps jaune,
la pulsatilité de LH augmente, le follicule dominant évolue vers l’ovulation. En revanche, en
présence d’un corps jaune mature, la pulsatilité de LH est faible et le follicule dominant est voué
à l’atrésie.

4Taveau Jeamme ; Physiologie et pathologie de la reproduction de la vache ; theee pour obtention docteur
vétérinaire ;INP; France;2013;p30.
Autrement dit ; Au cours de la phase folliculaire, la FSH est l’hormone qui stimule la
croissance des follicules jusqu’à la sélection naturelle du plus gros follicule (dit De Graaf), qui fera
éclore un ovule sous l’action de la LH. La LH est l’hormone qui régit la ponte ovulaire et le
développement du follicule éclaté en corps jaune. Au pic de LH, le follicule dominant (De Graaf)
devient LH dépendant et libère des œstrogènes responsables de l’œstrus (manifestations des
chaleurs). 24 heures après le pic de LH, il éclate et libère l’ovule.5
• Evolution du corps jaune :
La phase lutéale debute après l’ovulation. Elle est caractérisée par la sécrétion de
l’hormone progestérone par le corps jaune. La progestérone est dite « hormone de gestation » :
en inhibant la sécrétion de GnRH et de LH, elle entraîne la dégénérescence des gros follicules
(atrésie), ce qui empêche toute nouvelle ovulation. Si l’ovule est fécondé, l’embryon envoie un
message au corps jaune pour qu’il reste en place le temps de la gestation et continue de produire
de la progestérone. Si au contraire l’ovule n’est pas fécondé ou si l’embryon n’est pas vivant, il y
a luthéolyse : l’utérus secrète de la prostaglandine alpha. Sous l’influence de cette hormone, le
corps jaune disparait en 24 heures entrainant la baisse du taux de progestérone. Les hormones
FSH et LH reprennent le dessus. C’est le début d’une nouvelle vague folliculaire.
Le corps jaune peut présenter plusieurs différences morphologiques selon le stade de
développement.
Dans les 3 jours qui suivent l’ovulation, on peut observer un corps jaune hémorragique,
qui provient de la transformation du follicule ayant ovulé, dont la cavité est remplie par un caillot
sanguin.
Le corps jaune mature, cavitaire ou non, est observé de 6 à 16 jours après ovulation.
Pour les corps jaunes cavitaires, on note généralement une diminution de la taille de la
cavité à partir du 10ème jour du cycle .
Le corps blanc (corpus albicans) correspond au stade ultime de dégénérescence du corps
6
jaune et peut être visible jusqu’à 3 jours après ovulation.

5 https://elicoop.fr; consulté le 31/01/2021 à 19h00.


6 Taveau jeamme;op-cit;p32.
2.3. La gestation et les conséquences sur l’organisme :
La gestation de la vache dure au total 9 mois. Mais pendant toute cette durée, le fœtus
ne grandit pas à la même vitesse : la plus grande partie de sa croissance a lieu au cours des trois
derniers mois (du jour 190 au jour 282). Le poids du futur veau passe alors en moyenne de 4 kg
(poids qu'il a mis 6 mois à atteindre) à environ 40 kg.
Pendant toute la gestation, les besoins alimentaires de la vache augmentent. Et pendant
le dernier tiers de la gestation, l'organisme de la vache qui porte un veau doit maintenir en
permanence deux objectifs un peu contradictoires :
• Son alimentation doit pouvoir fournir suffisamment de matériau de
construction au fœtus pour qu'il puisse grossir de 35 kg en 3 mois,
• Mais pendant qu'il grossit dans l'utérus, le veau repousse la panse de la
vache vers l'avant. Ce qui diminue un peu le volume de cet estomac et augmente la
pression dans le ventre de la vache, à la fois sur l'appareil digestif, sur la vessie… et
augmente le volume total de l'abdomen.
La vache doit donc manger plus avec un estomac plus comprimé. Elle devient donc
particulièrement sensible aux problèmes alimentaires, mais aussi aux incidents sanitaires
(infections, stress…) qui pourraient se produire pendant cette période. 7

7 https://la-viande.fr ;consulté le 01/02/2021 à 10h28.


2.4. Régulation hormonale :
➢ L’hypothalamus produit la GnRH qui stimule l’hypophyse.
➢ La FSH favorise la croissance folliculaire
➢ Le follicule produit des oestrogènes. Les oestrogènes stimulent :
• le comportement des chaleurs.
• la préparation de l’utérus
• le relâchement du col de l’utérus
• la sécrétion des mucus vaginal et vulvaire
➢ Ils ont une légère action négative sur la production laitière.
➢ Ils ont aussi un effet rétrocontrôle positif sur la FSH et la GnRH.
➢ La stimulation de l’hypophyse va provoquer la décharge massive de LH.
➢ Le pic de LH déclenche l’ovulation.
➢ La LH accélère la formation du corps jaune qui sécrète la progestérone.
➢ La progestérone stimule la préparation de l’utérus. Mais elle inhibe la production de
GnRH, FSH et LH sur l’hypothalamus et l’hypophyse (effet rétrocontrôle négatif).
➢ Sans fécondation, l’utérus produit la prostaglandine qui réduit rapidement le corps jaune
et fait chuter le taux de progestérone. L’hypothalamus, jusque là inhibé, peut stimuler de
nouveau l’hypophyse par la GnRH.
➢ En cas de fécondation, l’utérus ne produit pas de prostaglandine. Le corps jaune se
maintient et continue la production de progestérone, bloquant le cycle. 8

8 Physiologie de reproduction et lactation ; support de cours ;2013.


2.4. Durée de la saison de reproduction :
La durée de reproduction est un facteur important quant au taux de gestation. Il a été
démontré que les vaches à vêlages tardifs ont moins de veaux que celles à vêlages hâtifs. La seule
méthode fiable pour s’assurer que les vaches vêlent tôt dans la saison des mise-bas est d’avoir
une période d’accouplement courte.
Une période d’accouplement de 60 à 90 jours devrait être l’objectif de la plupart des
producteurs de vaches-veaux, mais une durée de 45 à 60 jours est davantage souhaitable. On
peut y arriver en réduisant graduellement la saison de reproduction de 2 à 3 semaines par année.
Ceci impliquerait que la réforme des vaches à faible prolificité s’effectuera de façon graduelle.
Une nutrition et une régie adéquates sont essentielles à la réussite.9

3. l’insémination bovine :
3.1. Inséminer au bon moment :
Selon la vache, l’ovulation peut avoir lieu entre 24 à 30 heures après le début des chaleurs
marqué par la libération d’œstrogènes et doit être fécondé le plus rapidement possible : l’ovule
reste fécondable 8 à 12 heures.

Source : Elicoop.fr.

9 http://www.omafra.gov.on.ca ; consulté le 01/02/2021 à 12h05.


3.2. Signes et techniques de détection des chaleurs :
Les chaleurs durent en moyenne de 6 à 18 heures, selon la capacité de l’animal à les
exprimer : état de santé, milieu de vie, saison, alimentation, bâtiment.
Pour que l’insémination soit réussie, l’éleveur joue un rôle important au niveau de leur
détection. Un temps d’observation est nécessaire, de 30 minutes 2 fois par jour, lorsque le
troupeau est au calme.
Plusieurs signes peuvent être perçus qu’il faut savoir différencier, certains pouvant même
apparaissent 6 à 10 heures avant le début des chaleurs. Les signes « non sexuels », marqués par
une augmentation générale de l’activité, ne sont pas représentatifs. Parmi les signes « sexuels »,
seule l’acceptation du chevauchement est considérée comme caractéristique du début des
chaleurs.
les méthodes de détection des chaleurs sont :
-Surveillance quotidienne : suivi du comportement des vaches en
liberté et à l’occasion de la traite.
-Utilisation d’un animal actif : taureau vasectomisé équipé d’un harnais marqueur.
-Les podomètres : détecteurs enregistrent l’hyperactivité de la vache. 10

3.3. L’insémination artificielle :


• Le geste opératoire :
.Inséminer consiste à féconder une vache ou une génisse en déposant la semence d’un
taureau dans le corps de l’utérus, 1 à 2 cm après la sortie du col utérin.
Pour y parvenir, l’inséminateur introduit un bras dans le rectum de la vache (qu’il vide des
bouses existantes) et à travers la fine paroi, attrape et maintient le col de l’utérus. De sa main
libre, il introduit le pistolet dans le vagin de la femelle, passe le col utérin et presse le piston du
pistolet pour libérer la semence.
Cette action épargne aux spermatozoïdes 10 heures d’efforts et garantit leur vivacité : ils
n’ont pas à subir l’acidité du vagin ni le passage des plis du col utérin.

10 Zaidi ismail ; GESTION de la Reproduction chez les Bovins ; support du cours.


Toute la difficulté de l’opération, y compris pour un inséminateur expérimenté, réside
dans le passage du col, long de 5 à 10 cm, tortueux et étroit.

• Avantages et inconvénients :
L'insémination artificielle présente plusieurs avantages :
➢ d’ordre sanitaire (limitation de la propagation des maladies sexuellement
transmissibles et de la brucellose).
➢ d’ordre génétique (choix des taureaux).
➢ d'ordre économique (pas d’entretien de taureaux sur l’exploitation).
Mais l'insémination artificielle comporte aussi des inconvénients :
➢ les manipulations plus importantes des animaux.
➢ la nécessité de personnel supplémentaire.
➢ des résultats de gestation moins élevés qu’en monte naturelle.11

• Les clés de la réussite à l’insémination :


On peut noter plusieurs facteurs affectant le potentiel reproducteur des taureaux:
-Développement testiculaire et scrotal
-Aptitudes à saillir les femelles
-Qualité de la semence et quantité

11 Https://la-viande.fr ;consulté le 01/02/2021 à 10h28.


-Libido ou désir d'effectuer des saillies.
Ces quatre facteurs sont d'une importance égale et il est recommandé lorsque c'est

possible, d'évaluer les taureaux avant de les utiliser. 12


Pour accroître ses chances de réussite en première Insémination Animale, il est fortement
recommandé :
➢ de noter toutes les chaleurs,
➢ d’inséminer sur une chaleur de référence,
➢ de ne pas inséminer pendant les 50 jours qui suivent le vêlage.
➢ d’inséminer entre 6 et 24 heures après le début des chaleurs,
➢ d’adopter un bon moyen de contention.
➢ d’avoir recours à un technicien expérimenté.

12 http://www.omafra.gov.on.ca ;consulté le 01/02/2021 à 13h30.


Conclusion :
La physiologie du cycle sexuel est complexe et fait intervenir le système nerveux
central (axe hypothalamo-hypophysaire) et l’appareil génital (ovaires et utérus).
La régulation hormonale joue un rôle clé dans le cycle de reproduction chez la vache
;Il s’agit essentiellement de la Gonadolibérine ou Gonadotrophin Releasing
Hormone(GnRH) qui contrôle la synthèse et la libération des hormones
hypophysaires. Cette hormone est synthétisée et libérée par les neurones de
l’hypothalamus, et se lie aux récepteurs spécifiques situés sur les cellules
gonadotropes de l’antéhypophyse, ce qui provoque la synthèse et la libération des
gonadotrophines, FSH et LH.
La FSH, à son tour, agit spécifiquement sur les petits follicules ovariens pour stimuler
leur croissance, tandis que la LH agit en plus sur le follicule dominant mûr pour
provoquer la maturation finale et l’ovulation.