Vous êtes sur la page 1sur 8

Introduction et caractéristique des

Chapitre I matériaux

I.1. Présentation de l’ouvrage :

L’ouvrage faisant l’objet de la présente étude est une tour à usage multiple. Il fait partie
d’un programme AADL pour la réalisation de 180 logements. Réaliser par COSIDER. Sa
structure est en (R+16 avec sous-sol), elle est composée de :
 sous-sol
 RDC à usage commercial
 Du 1ier au 16eme étage à usage d’habitation comportant quatre appartements.
 Une salle de machine.

Implantée à Sidi Amar dans la wilaya d’Annaba. Cette région est classée en zone
sismique IIa selon le règlement parasismique Algérien (RPA 99/version 2003).

Cette étude se fera en considérant les paramètres suivants:

 Contrainte admissible du sol--------------------- s = 3 bars.


 Largeur en plan ----------------------------- 21.80 m.
 Longueur en plan ----------------------------- 28.80 m.
 Hauteur du RDC ----------------------------- 4.08 m.
 Hauteur étage courant ----------------------------- 3,06 m.
 Hauteur totale ---------------------------- 56.10 m.
 Longueur du balcon ----------------------------- 1.20 m.
 Hauteur du sous-sol ------------------------------ 3.06 m.

Cet ouvrage comprend 2 ascenseurs et 2 types d’escaliers qui relient le rez-de-chaussée


aux différents étages.

I.2. Conception structurelle.

a) Choix du système de contreventement.

Notre bâtiment dépasse quatre niveaux (14 mètres) et est situé en zone IIa. Le
contreventement par portique est donc écarté (Art. 1-b du RPA99/version 2003), donc le
choix va se porter : un contreventement mixte (voiles et portiques), ou bien un
contreventement constitué par des voiles porteurs en béton armé.

b) Plancher 

En ce qui concerne le type de plancher, on a opté pour un plancher semi-préfabriqué en


« poutrelles+corps creux +dalle de compression», pour les raisons suivantes :
 Facilité de réalisation.
 Les portées de notre projet ne sont pas grandes.
 Réduire le poids du plancher et par conséquent l’effet sismique.
 Minimiser le coût de coffrage.
U.M.B.B / F.S.I / I.E.G.C 05 2
Introduction et caractéristique des
Chapitre I matériaux

c) Maçonnerie

La maçonnerie de notre structure sera exécutée en briques creuses.

 Murs extérieurs : ils sont constitués en deux rangées :


_ Parois externe en brique creuse de 15 cm d’épaisseur.
_ L’âme d’air de 5 cm d’épaisseur.
_ Parois interne en brique creuse de 10 cm d’épaisseur.
 Murs intérieurs (cloisons de répartition) : ils sont constitués par une cloison de 10 cm
d’épaisseur

I.3. Matériaux :

La structure de notre bâtiment est conçue avec du béton armé, qui est constitue de béton et
d’acier.
La justification de ce choix est la suivante :

 l’absence de réaction chimique entre le béton et l’acier.


 la protection de l’acier par le béton contre la corrosion (enrobage).
 le béton a une très grande résistance à la compression et une faible résistance à la
traction, ainsi l’acier est utilise pour reprendre les efforts de compressions, par des
aciers comprimes lorsque le béton ne peut pas les reprendre.
 le coefficient thermique est sensiblement le même pour le béton et l’acier, ce qui
empêche l’apparition de contraintes dues aux chargements de température.

I.3.1. Le béton :

I.3.1.1. Composition :

a) Le ciment :

Le ciment est un liant hydraulique à base de calcaire et d'argile qui se présente sous la
forme d'une poudre minérale fine, le "cru ", s'hydratant en présence d’eau. Il forme ainsi une
pâte qui fait prise et qui durcit progressivement. C'est le constituant de base du béton puisqu'il
permet la transformation d'un mélange sans cohésion en un corps solide.
On peut adjoindre au ciment des ajouts comme le laitier de haut fourneau, les cendres
volantes, les fillers calcaires, les fumées de silice,… afin d'améliorer les qualités mécaniques
du béton.

b) Les granulats :

Ils constituent le squelette du béton et sont classés en trois catégories :


- les sables : grains de dimensions comprises entre 0.08mm et 5mm.
- les gravillons : grains de dimensions comprises entre 5mm et 25mm.
- les cailloux : grains de dimensions supérieures à 25mm.

U.M.B.B / F.S.I / I.E.G.C 05 3


Introduction et caractéristique des
Chapitre I matériaux

Les ouvrages courants (bâtiments, habitations, …) sont en général construits en béton


réalisé avec des granulats de type gravillons et sables.
Enfin, les granulats doivent être chimiquement inertes vis-à-vis du ciment ; c'est à dire qu'ils
ne doivent pas réagir avec le ciment.

c) L’eau :

L'eau sert à l'hydratation du ciment et à assurer une ouvrabilité suffisante du béton. On


peut utiliser de l'eau potable, mais pas d'eau de mer. Il faut faire attention à l'excès d'eau qui
peut amplifier le phénomène de retrait et provoquer la fissuration du béton.

NB  : Notre béton sera dosé à 350 kg/m3 en ciment de classe CPA 325, gravillons (800 L),
sable (400L), et eau de gâchage (175L). Pour s’approcher de 25 MPa (résistance
caractéristique) à 28 jours.

I.3.1.2. Caractéristiques :

a) Résistance à la compression : (art 2.1.11) BAEL91

Un béton est défini par la valeur de sa résistance à la compression à l’age de 28 jours dite
valeur caractéristique spécifiée, notée f c 28 .
Soit dans notre projet : f c 28  25MPa
Lorsque les sollicitations s’exercent sur le béton dont l’age (j) jours est inférieur à 28, on
se refera à la résistance f cj .
Pour j 28, f cj du béton non traité thermiquement est :

 j
 f cj   4.76  0.83 j   f c 28 si : f c 28  40MPa


f  j
f si : 40MPa < f c 28  60MPa
 cj
 1.40  0.95 j  c 28

b) Résistance à la traction :

La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours, notée ft 28 est


conventionnellement définie par la relation : f t 28  0.6  0.06  f c 28  MPa 
Dans notre cas nous avons : f t 28  2.11MPa

c) Module de déformation longitudinale du béton :

Sous les contraintes normales d’une durée d’application inférieur à 24 heures, le module
de déformation longitudinale instantané du béton age de  j  jours note E ij est égale à :

U.M.B.B / F.S.I / I.E.G.C 05 4


Introduction et caractéristique des
Chapitre I matériaux

Eij  11000  3 f cj  BAEL 91 Art 2.1.21

Dans notre cas : Eij  32164.2 MPa


On admet que sous contraintes de longue durée d’application, le module de déformation
différée est égal : Evj  Eij 3  Evj  10721.4 MPa

d) Module de déformation transversale :

La valeur du module de déformation transversale est donnée par :


E 
G ;   t
 2  1    l

e) Coefficient de poisson   :

On appelle coefficient de poisson «   » le rapport de la déformation transversale


relative à la déformation longitudinale relative.

 = 0.20 : dans le cas des états limites de services.


 = 0 : dans le cas des états limites ultimes. (Donné par l’article A2.1.3 du BAEL 91)

f) Contraintes limites (article 4.3.4 du BAEL91) :

Le diagramme contraintes déformations du béton est le diagramme de calcul dit :


(Parabole rectangle), il comporte un arc de parabole qui s’étend de l’origine des coordonnées
ou  bc  2 0 00 et  bc  f bu suivi d’un segment de droite parallèle à l’axe des déformations et
tangent à la parabole à son sommet.

f.1) Diagramme contraintes- déformations du béton à l’ELU :

bc

0.85 f c 28 bu
f bu 
 b

2 0 00 3.5 0 00 bc

Fig 3.1.2.f1 : Diagramme contraintes - déformations du béton à l’ELU

1.5 en situation durable ou transitoire S.D.T


Sachant que :  b  
 1.15 en situation accidentalle S.A

U.M.B.B / F.S.I / I.E.G.C 05 5


Introduction et caractéristique des
Chapitre I matériaux

  = est en fonction de la durée T d’application des combinaisons d’action :


1 T  24h

  0.9 1h  T  24h
0.85 T  1h

f bu  14.2 MPa en S .D.T


Pour notre cas : fc28 =25MPa, on obtient :
f bu  18.48 MPa en S . A

f.2) Diagramme contraintes- déformations du béton à l'ELS :(Art.A.4.5.2 du BAEL 91)

Dans le cas ou le diagramme contraintes déformations est considérer linéaire et la


contrainte
σ bc (MPa)

Pour notre cas :  bc = 0.6 ƒ c 28 .
On obtient :  bc  15 MPa bc

ε (‰)
Fig 3.1.2.f2 : Diagramme contraintes- déformations du béton
bc
à l’ELS

f.3) Contrainte de cisaillement du béton à l’Etat- Limite Ultime :

Armatures droites (   90 ) :

 Fissuration peu préjudiciable :


 u  min  0.2 f cj /  b ; 5MPa    u  3.33 MPa
 Fissuration préjudiciable ou très préjudiciable :
 u  min  0.15 f cj /  b ; 4 MPA    u  2.5 MPa
g) Le retrait :

Dans le cas des pièces de dimension courante à l’air libre, on admettra un


raccourcissement relatif de retrait qui n’excède 3‰

I.3.2 Acier :

a. Définition :
L’acier est un alliage fer carbone en faible pourcentage, leur rôle est d’absorber les
efforts de traction, de cisaillement et de torsion, on distingue deux types d’aciers :
 Aciers doux ou mi-durs pour 0.15 à 0.25٪ de carbone.
 Aciers durs pour 0.25 à 0.40 ٪ de carbone.
Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est pris égale à : E s =200 000 MPa.

U.M.B.B / F.S.I / I.E.G.C 05 6


Introduction et caractéristique des
Chapitre I matériaux

b. Caractéristiques mécaniques :
Valeur de la limite d’élasticité garantie ƒ e
ƒ e (MPa
Type Nuance Emploi
)
Emploi courant
F e E 22 215
Ronds lisses Epingle de levage des
F e E 24 235
pièces préfabriquées
Barre HA F e TE 40 400
Emploi courant
Type 3 F e TE 50 500
Emploi sous forme de
Fils tréfiles HA F e TE40 400 Barres droites ou de
type 3 F e TE50 500 treillis

Treillis soudés
Fil tréfiles TL 50  > 6 mm 500
uniquement emploi
lisses type 4 TL 52  ≤ 6 mm 520
courant
Tab 3.2.b : Types et caractéristiques des aciers
Dans notre cas on utilise des armatures à haute adhérence,
Un acier de F e E400 type .ƒe = 400 Mpa.

c. Contrainte limite :

Les contraints d’élasticité de traction sont donnés par l’article A.4.5.3du BAEL 91 :

c.1- Etat limite ultime :

Pour le calcul on utilise le digramme contrainte- déformation suivant :


(MPa)

-10 (‰)
10
-

Fig 3.2.c1 : digramme contrainte - déformation

s
 es =  ; avec E s = 200 000 MPa.
Es
( E S : Est défini par la pente de la droite passant par l’origine)

U.M.B.B / F.S.I / I.E.G.C 05 7


Introduction et caractéristique des
Chapitre I matériaux

 s  : Coefficient de sécurité.
 s =1 cas de situations accidentelles.
 s =1.15 cas de situations durable où transitoire.

348MPa enS .D.T


Pour notre cas   s  fe  s  
400 MPa enS . A

c.2- Etat limite de service :

On ne limite pas la contrainte de l’acier sauf en état limite d’ouverture des fissures :

 Fissuration peu nuisible : pas de limitation  s  f e  s



 Fissuration préjudiciable :  st ≤  s = min (2/3f e , 110 f tj )

 Fissuration très préjudiciable :  st ≤  s = min (1/2 f e , 90 f tj )
  : Coefficient de fissuration.
  = 1 pour les ronds lisses (RL).
  =1.6 pour les armatures à hautes adhérence (HA).

I.4. Hypothèses de calcul :

I.4.1. Calcul aux états limites de services :

 Les sections droites restent planes, et il n’y a pas de glissement relatif entre les
armatures et le béton.
 La résistance de traction de béton est négligée.
 Le béton et l’acier sont considérés comme des matériaux linéairement élastiques.
 Le rapport des modules d’élasticités longitudinaux de l’acier et de béton est pris
égal à:
Es
(n = = 15), n : est appelé coefficient d’équivalence.
Eb

I.4.2. calcul aux états limite ultimes de résistance :

 Les sections droites restent planes, et il n’y a pas de glissement relatif entre les
armatures et le béton.
 Le béton tendu est négligé.
 L’allongement relatif de l’acier est limite à : 10‰.
 Le raccourcissement ultime du béton est limité à :

 bc = 3.5 ‰ en flexion.
 bc = 2 ‰ en compression centrée.

U.M.B.B / F.S.I / I.E.G.C 05 8


Introduction et caractéristique des
Chapitre I matériaux

 La règle des trois pivots suppose que le domaine de sécurité est défini par un
diagramme des déformations passant par l’un des trois pivots A, B ou C définis par la
figure ci-dessous
Tel que :

A : traction simple ou composée, flexion avec état-limite ultime atteint dans l’acier.
B : flexion avec état-limite ultime atteint dans le béton.
C : compression simple ou composée.

traction Allongement Raccourcissement


simple 0 2 3.5% εbc
d’ 0.167d % B
A’ 0.259d 3h/7
s Pivot B
d
h Pivot A C

Etat de
As εs comprissions
A Pivot C
10%o simple

Fig 4.2 règle des trois pivots

I.5. Actions et sollicitations :

I.5.1. Définitions :

a) les actions :

Les actions ce sont des forces directement appliquées à une construction (charges
permanentes, d’exploitation, climatique, etc.,…) ou résultant de déformations imposées
(retrait, fluage, variation de température, etc. …).

b) les sollicitations :

Les sollicitations ce sont des efforts (effort normal, effort tranchant, moment de
flexion, moment de torsion) développés dans une combinaison d’action donnée.

U.M.B.B / F.S.I / I.E.G.C 05 9