Vous êtes sur la page 1sur 9

Université mohamed boudiaf Msila

Faculté des science et technologie


Département de génie civil

TP Méthodes expérimental et béton innovants


TP N01 : Caractérisation du béton auto plaçant à l’état frais
 Étalement au cône d’Abrams
 Essai la boite en L
 Essai de stabilité au tamis

 DJAMEL FANTAZI
 ALI LOGHRAB

00213658852555

fantazidjamel@gmail.com
1 Introduction :

La partie expérimentale est une continuité de la partie théorique ; dans cette partie nous avons
indiquéed’une façon principale la formulation utilisée pour le calcul le dosage d’un BAP, ainsi
que la mise en œuvre et essais essentiels soit à l’état frais ou durci pour caractérisée ce type de
béton qui on a choisir. Ces essais sont à effectuer dans un laboratoire équipé au niveau de
l’université de Mohamad Boudiaf de M’sila

Le but de travail de recherche:


Trois principaux essais dans ce TP permettent et étude de caractériser et de contrôler
la rhéologie des BAP et leurs propriétés à l’état frais.
2 Formulation du béton autoplaçant :

Plusieurs approches de formulation des BAP ont été élaborées à travers le monde
(approche japonaise, approche suédoise, approche du LCPC, etc.) pour répondre aux exigences
d’ouvrabilité dece type de béton. [ 1, 2]

IV.2.1Méthode Française :
Méthode française (LCPC) : proposée par [ 2, 3] :

Au LCPC, un modèle mathématique a été développé à partir d‘un modèle de suspension


solide (RENE LCPC), ce modèle est basé sur les interactions granulaires entre les différents
constituants du mélange, il permet de prévoir la compacité d‘un mélange granulaire avec une
précision inférieure à 1%à partir des constituants ci-après :

 Les distributions granulaires


 les proportions du mélange
 la compacité propre
 la densité apparente

La procédure à adopter pour déterminer les proportions des divers constituants est la
suivante : La proportion de liant est fixée a priori (70% de ciment, 30% d‘addition par exemple)
le dosage, à saturation, du superplastifiant est déterminé. Selon l‘expérience du LCPC, ce dosage
pourrait conférer au béton une viscosité élevée, la moitié de ce dosage serait plus pertinente.
 Le besoin en eau de ce mélange (en présence du superplastifiant) est déterminé :
 les calculs sont effectués avec le logiciel en tenant compte du confinement (Effet de paroi).

La méthode utilisée dans ce Tp :
LA MESURE D’ÉTALEMENT AU CÔNE D’ABRAMS
L’ESSAI DE LA BOÎTE EN L
L’ESSAI DE STABILITÉ AU TAMIS


Résultats de la formule du BAP :
 Par 𝒎𝟑 :
o Ciment :C=400 kg
𝐸
o Eau : ≈ 0.5 → E=164 L
𝐶
o S=776 kg
o G1=423 kg
o G2=413 kg
o FC=10%C → FC = 40 kg
o SP= 5.28 L
 Résultats de la formule du BAP :
o Volume de éprouvettes =22 litres pour éprouvettes
(6*103+3*153+3*28*73)
o C= 9 Kg
o E = 3 Kg
o S = 17.5 Kg
o G1 = 9.5 Kg
o G2= 9.3 Kg
o FC =0.9 Kg
o SP= 0.370 Kg
IV.3 Calcul des constituants d’un BAP par la méthode AFGC [3] :

 Les données de base :

On a choisi :

G/S=0,9. Ou

G/S=1

-On fixe le rapport E/(C+F)=0.4.

-Le dosage en super plastifiant est 1.2% de la masse ciment et filler (essai de mini-cone)

Superplastifiant
Densité Teneur en Msol = Vliq = VE = Vliq*Gsup*100- Vsol = Vliq -
(Gsup) solides (s) (%) c*d/100 Msol*100/s*Gsup s/100 VE

1,07 30 5,28 16,45 12,32 4,13

 Optimisation de la composition du BAP

-Le volume de la pâte pour 1m3 du BAP égale à

-400 kg/𝑚3 du ciment.

-40 kg/𝑚3 Ajout (fumé de silice ou calcaire) (10% du poids du ciment).

-E/(C+F)=0.4.

-G/S=0.9

 b. Détermination de la masse de chaque constituant :

On a:

-C=400 kg/𝑚3.
-F=40 kg/𝑚3

-E/(C+F)=0,4 donc E=0,4*(400+40) E= 176.L/𝑚3

Correction d’eau

E cor=E-ESP

E cor=176-12.32 E cor=163.68l/m3

Volume de pate

𝐶 𝐹
V pate= + + Vsp + 𝐸 + 𝑉𝑎𝑖𝑟
𝜌𝑐 𝜌𝐹

400 40
V pate= + + 16.45 + 163.68 + 50
3.28 2.26

400 40
V pate= + + 16.45 + 163.68 + 50
3.28 2.26

V pate=370 l

G+S+ V pate=1000

G+S=1000- V pate

-G+S=630 G=630-S

-S=299

-G= 630-299. G= 331 l/𝑚3.

Tableau IV.1 : Composition d'un mètre cube de béton formulé par la méthode AFGC :

Matériaux Volume L/mᶟ Teneur kg/mᶟ

Laint Ciment 400


fillers 40
EAU 176 163
,68
Sable S1 298,53 298,53 776
,17
Granulats G1 331,70 165,85 422
,91
G2 165,85 412
,96
Superplastifiant 16,45 5,2
80
Air 50
4 Procédure de fabrication des éprouvettes :

Les éprouvettes ont été fabriquées au laboratoire de génie civil à l’université de Mohamad
Boudiaf de M’sila et les tests sont effectués au même laboratoire. La préparation du béton auto plaçant
demande plus d’attention et de précision que la préparation d’un béton ordinaire. Après avoir déterminé
les proportions de chaque constituant on suit le mode opératoire suivant :

 Vérifier en premier le nombre et l’état des moules cylindrique et cubique nécessaires pour les
essais, ces derniers doivent être graissés à l’aide d’une huile pour faciliter le décoffrage.

 Réunir tout le matériel nécessaire pour effectuer les essais.


 Vérifier que les matériaux ne sont pas humides, si non les sécher préalablement dans l’étuve.

 Préparer la quantité d’eau nécessaire pour la gâchée, le super plastifiant est ajouté à un quart
de l’eau de gâchage.

 Peser les matériaux secs (gravier, sable, ciment, fumée de silice, filière de calcaire) et les
introduire dans le malaxeur.

 La fabrication des gâchées est effectuée dans un malaxeur à axe vertical de capacité 30L un
mode opératoire strict et identique est suivi :

 Brassage à sec du mélange sable + Gravier + ciment +fumé de silice+ filière de


Calcaire) pendant 30 s.
 Ajout de l'eau + super plastifiant 210 s.
 Effectuer immédiatement les essais après arrêt du malaxage, les essais sont réalisés au moins deux fois
pour valider les valeurs obtenues.

 Remplir les éprouvettes en deux/trois couches sans vibration pour le béton auto plaçant.

Figure IV.1 : Malaxeur à béton laboratoire de GC.

5 Essais de caractérisations du béton auto plaçant à l’état frais :

Les essais proposés par L’AFGC qui servent actuellement de référence à défaut d’être normalisés. Les
résultats de ces essais permettent de donner une vision qualitative pour les BAP.
5.1 Essai d’étalement au cône d’Abrams [NFEN12 350-8]

L’essai d’étalement ou slump flow est utilisé pour caractériser la fluidité du béton [27], le matériel et
le mode opératoire sont détails dans la norme [NF EN 12 350-8] (Figure IV.2)

Figure IV.2 : Essai au cône d’Abrams

5.2 Essai de la boîte en « L »: [NF EN 12 350-10]

La boite en L permet de tester la mobilité de béton en milieu confiné (figure IV.3) et de vérifier sue la
mise en place du béton ne sera pas contrariée par des phénomènes de blocage inacceptables [27].

Figure IV.3 : Essai de boit en L.

5.3 Essai de stabilité au tamis:[NF EN 12 350-11]

Cet essai vise à qualifier les bétons autoplaçant vis-à-vis du risque de ségrégation. Il peut être
utilisé en phase d’étude de formulation d’un béton autoplaçant en laboratoire, ou pour le contrôle de la
stabilité du béton livré sur chantier. Cet essai complète les essais permettant d’apprécier la mobilité, en
milieu confiné ou non, en caractérisant la stabilité. [15, 3]

Figure IV.4 : Essai au tamis.


Références

1 - C.AITCIN, « Béton haute performance », Eyrolles, Janvier 2001.


2- Dreux.G et Festa.J, « nouveau guide du béton et de ses
constituants », 8éme édition,Eyrolles, 1998.
3- AFGC, «bétons autoplaçants - recommandations
provisoires», documents scientifiqueset technique, page 63, 2000
.
Normes bétons Frais :
- Essai d’étalement au cône d’Abrams [NFEN12 350-8]
-
- Essai de la boîte en « L »: [NF EN 12 350-10]

- Essai de stabilité au tamis:[NF EN 12 350-11]

Normes bétons durci

1- Essais de dureté par rebondissement (scléromètre) [NA EN 12504-2)

2- Ultrason [NA EN 12504-4)

Résultats/ :
o Essai 1 :
D1=700 mm / D2=680 mm
𝐷1 +𝐷2 700+680
AM= = = 690 𝑚𝑚
2 2
AM= 690 mm
o Essai 2 :
H1=100 mm / H2= 100 mm
H1
=1
H2
𝑝 0.382
o Essai 3 : Plaintce = 𝑙𝑎𝑖𝑛𝑡𝑐𝑒 ∗ 100 = = 8.48 %
𝑝𝑒𝑐ℎ𝑎𝑛 4.5

Discussion des résultats :


o Essai 1 : on a AM=690 mm et
600mm < (690mm=AM) < 750mm donc correspondent
L’étalement moyen conseillé d'un BAP
𝐻
o Essai 2 : ( 2 = 1) > 0.8 Donc on a bon écoulement
𝐻1
o Essai 3 : 0% ≤ 𝑝% ≤ 15% stabilité satisfaisante
Conclusions:

On a nos BAP donc correspondent L’étalement moyen conseillé


d'un BAP et bon écoulement stabilité satisfaisante et Les BAP
doivent présenter une grande fluidité et pouvoir s’écouler sans
apport d’énergie externe (vibration) à travers des zones
confinées (armatures et coffrages). Donc nous avons bon BAP.