Vous êtes sur la page 1sur 49

Cours d’optique géométrique

Par Pr. M. BOLAJRAF

ANNEE UNIVERSITAIRE 2018/2019


2
Sommaire

Sommaire 3

Liste des Figures 5

1 Notions fondamentales sur la lumière 1


1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Les Phénomènes lumineux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3 Les types de milieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3.1 Milieu transparent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3.2 Milieu opaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.4 Les Sources lumineuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.4.1 Les Sources primaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.4.2 Les Sources secondaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.5 Approximation de l’optique géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.5.1 Faisceaux lumineux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.5.2 Indice de réfraction (indice d’un milieu) . . . . . . . . . . . . 4
1.5.3 Milieu isotrope et homogène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.5.4 Propagation rectiligne de la lumière . . . . . . . . . . . . . . 5
1.5.5 Principe d’indépendance des rayons lumineux . . . . . . . . . 5
1.5.6 Principe du retour inverse de la lumière . . . . . . . . . . . . 5
1.6 Lois de Snell-Descartes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.6.1 Réflexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.6.2 Réfraction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.6.3 Cas particuliers des Lois de réfraction . . . . . . . . . . . . . 7

2 Prisme 11
2.1 Trajet des rayons lumineux dans un prisme . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.1 Formules du prisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.2 Cas des petits angles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.2 Etude de la déviation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2.1 Variation de D en fonction de i (A et n constants) . . . . . . 13
2.2.2 Variation de D en fonction de n (A et i constants) . . . . . . 14
2.2.3 Variation de D en fonction de A (n et i constants) . . . . . . 15

3 Les systèmes optiques & Le Miroir plan 17


3.1 Généralités sur les systèmes optiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.1.1 Système optique centré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.1.2 Stigmatisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.1.3 Relation de conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

3
4 SOMMAIRE

3.1.4 Grandissement longitudinal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19


3.1.5 Aplanétisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.2 Le Miroir plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.2.1 Stigmatisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.2.2 Aplanétisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

4 Les lentilles minces 23


4.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.1.1 Description . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.1.2 Notion de foyers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.1.3 Plans focaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.2 Formation des images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.2.1 Construction des rayons lumineux . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.2.2 Formules de conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.2.3 Projection d’une image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.2.4 Lentilles accolées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Liste des Figures

1.1 Milieu transparent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3


1.2 Milieu opaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Quelques exemples de sources ponctuelles . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.4 Différentes allures de faisceaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.5 Réflexion d’un rayon sur une interface . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.6 Réfraction d’un rayon lumineux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.7 Réfraction limite d’un rayon lumineux . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.8 Réflexion totale d’un rayon lumineux . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

2.1 Représentation de la marche d’un rayon lumineux dans un prisme . 12


2.2 Variation de l’angle de déviation D en fonction de l’angle d’incidencei 14

3.1 Formation de l’image d’un objet ponctuel réel par un système optique
stigmatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.2 Formation de l’image d’un objet ponctuel virtuel par un système
optique stigmatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.3 Grandissement longitudinal d’un segment lumineux AB . . . . . . . 19
3.4 Grandissement transversal d’un segment lumineux AB . . . . . . . . 20
3.5 Formation d’une image avec un miroir plan . . . . . . . . . . . . . . 21
3.6 Formation d’une image avec un miroir plan. L’image est inversée
(gauche/droite) mais pas renversée (haut/bas) . . . . . . . . . . . . . 21

4.1 Lentille optique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23


4.2 Les différentes formes de lentilles minces . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.3 Aberrations géométriques : simulation du trajet de la lumière traver-
sant deux lentilles convergentes plan-convexe de même rayon de cour-
bure et d’épaisseur différente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.4 Aberrations chromatiques : le trajet des rayons lumineux dépend de
la longueur d’onde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.5 Foyer image de lentilles convergente et divergente . . . . . . . . . . . 26
4.6 Foyer objet de lentilles convergente et divergente . . . . . . . . . . . 26
4.7 Construction des images pour une lentille convergente . . . . . . . . 29
4.8 Construction des images pour une lentille divergente . . . . . . . . . 30
4.9 Construction d’image par une lentille divergente . . . . . . . . . . . 31

5
Liste des tableaux

1.1 Indice de réfraction de différents milieux transparents . . . . . . . . 5

7
Chapitre 1

Notions fondamentales sur la


lumière

Contents
1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Les Phénomènes lumineux . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3 Les types de milieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3.1 Milieu transparent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3.2 Milieu opaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.4 Les Sources lumineuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.4.1 Les Sources primaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.4.2 Les Sources secondaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.5 Approximation de l’optique géométrique . . . . . . . . . 3
1.5.1 Faisceaux lumineux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.5.2 Indice de réfraction (indice d’un milieu) . . . . . . . . . . 4
1.5.3 Milieu isotrope et homogène . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.5.4 Propagation rectiligne de la lumière . . . . . . . . . . . . 5
1.5.5 Principe d’indépendance des rayons lumineux . . . . . . . 5
1.5.6 Principe du retour inverse de la lumière . . . . . . . . . . 5
1.6 Lois de Snell-Descartes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.6.1 Réflexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.6.2 Réfraction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.6.3 Cas particuliers des Lois de réfraction . . . . . . . . . . . 7

1.1 Introduction
L’optique géométrique consiste à décrire la lumière par des rayons lumineux. Cette
approche date de l’Antiquitée et la notion de rayon lumineux a été introduite par
Euclide au quatrième siècle avant notre ère. Un rayon lumineux n’a pas de réalité
physique. Il représente la direction de propagation d’un faisceau de lumière. Cette
modélisation de la propagation de la lumière permet d’expliquer, entre autres, com-
ment la lumière est déviée par des verres correcteurs qui apparurent dès le treizième

1
2 1. NOTIONS FONDAMENTALES SUR LA LUMIÈRE

siècle. Mais elle ne permet pas de rendre compte de tous les phénomènes lumineux,
comme la diffraction découverte en 1665 par Grimaldi. De manière générale, les
limites de l’optique géométrique sont atteintes lorsque la lumière rencontre un ob-
stacle de ”petite” taille. Il faut alors décrire la lumière comme une onde pour rendre
compte correctement des résultats expérimentaux.
La nature ”ondulatoire” de la lumière fut mise en évidence au dix-neuvième
siècle avec l’expérience de fentes des Young. Dans certains cas, le modèle ondula-
toire ne décrit pas correctement les expériences et il faut faire appel à la l’optique
quantique apparue au vingtième siècle. En résumé, il existe trois modèles pour
décrire la lumière:
1. l’optique géométrique que nous allons étudier partiellement dans ce cours,
2. l’optique ondulatoire où la lumière est décrite comme une onde électromagnétique
(ce modèle fait appel à la théorie de l’électricité et du magnétisme décrite par
les équations de Maxwell),
3. l’optique quantique qui est une théorie à la frontière entre la mécanique quan-
tique et l’optique dans laquelle la lumière est décrite par des particules (sans
masse) appelées photons.
Le choix du modèle dépend de la situation expérimental étudiée. Notons encore
que Newton considérait la lumière comme un flux de particules alors que d’autres,
comme par exemple Fresnel, la décrivait comme une onde (bien avant la découverte
des ondes électromagnétiques). La dualité entre ces deux modèles est appelée la
dualité onde-corpuscule.

1.2 Les Phénomènes lumineux


L’optique est la partie de la physique qui traite de la lumière, de son comporte-
ment, de sa propagation et de ses propriétés; l’optique étudie les lois régissant les
phénomènes au quels l’oeil est sensible (phénomènes lumineux) et en particulier la
vision. Pour être visible un objet doit pouvoir faire parvenir de la lumière à l’oeil.

1.3 Les types de milieux


1.3.1 Milieu transparent
Un milieu transparent est un milieu que la lumière peut traverser sans être absorbée
(voir Figure 1.1). C’est par exemple le cas de l’air, du verre et de l’eau dans une
première approximation.

1.3.2 Milieu opaque


Un milieu opaque est un milieu qui ne laisse pas passer la lumière (voir Figure 1.2).
C’est par exemple le cas du mur, du bois et du carbon.
1.4. LES SOURCES LUMINEUSES 3

Figure 1.1: Milieu transparent

Figure 1.2: Milieu opaque

1.4 Les Sources lumineuses


1.4.1 Les Sources primaires
Les sources primaires produisent la lumière qu’ils émettent.

ˆ Un corps chauffé à une tempérture suffisante émet de la lumière par incan-


descence : étoile, soleil, filament d’une ampoule, flamme, . . .

ˆ Un corps peut aussi émettre de la lumière à température ambiante par lumi-


nescence : tube fluorescent, diode luminescente, laser, . . .

ˆ Un gaz traversé par une décharge électrique peut émettre de la lumière :


lampe au néon, lampe à vapeur de sodium, . . .

1.4.2 Les Sources secondaires


Les sources secondaires ne produisent pas de lumière. Ils renvoient la lumière d’une
source primaire par réflexion, diffraction ou diffusion dans toutes les directions.
C’est le cas de la Lune, le mur, la photo et des planètes. Une telle source est
invisible dans l’obscurité totale.

1.5 Approximation de l’optique géométrique


L’optique géométrique s’intéressant au trajet de la lumière, la nature de la source
n’a pas d’importance. Une source de lumière peut se décomposer en une infinité de
sources ponctuelles émettant des rayons lumineux, a priori, dans toutes les direc-
tions de l’espace. La Figure 1.3 illustre quelques types de faisceaux issus d’un point
source.
4 1. NOTIONS FONDAMENTALES SUR LA LUMIÈRE

Figure 1.3: Quelques exemples de sources ponctuelles

1.5.1 Faisceaux lumineux


Dans le cadre de l’approximation de l’optique géométrique, un faisceau lumineux
est formé d’une infinité de rayons (droites) lumineux (voir Figure 1.4). L’étude de
la marche de ces rayons lumineux est le but de l’optique géométrique. Il peut être:

ˆ parallèle si les rayons qui le constituent sont parallèles,

ˆ convergent si les rayons qui le constituent, convergent vers un même point

ˆ divergent si les rayons qui le constituent, semblent provenir d’un même point.

Figure 1.4: Différentes allures de faisceaux

1.5.2 Indice de réfraction (indice d’un milieu)


Par définition, on appelle indice de réfraction n d’un milieu le rapport de la vitesse
de la lumière dans le vide c sur la vitesse de la lumière dans le milieu considéré v
c
n= (1.1)
v
où
1.5. APPROXIMATION DE L’OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE 5

ˆ c : la vitesse de la lumière dans le vide, qui vaut 3, 0 × 108 m.s−1 .

ˆ v : vitesse de la lumière dans le milieu considéré d’indice n.

Le tableau 1.1 ci-après regroupe quelques indices de réfraction des milieux les
plus courants. Ces mesures sont réalisées à l’aide d’un réfractomètre.

Milieu Indice (n)


Air, vide 1
Eau 1, 33
Ethanol 1, 36
Plexiglas 1, 50
Verre 1, 50
Diamant 2, 42

Tableau 1.1: Indice de réfraction de différents milieux transparents

1.5.3 Milieu isotrope et homogène


En général, l’indice varie d’un point à un autre du milieu : n = n(r). Le plus
souvent, nous ne considérerons que des milieux homogènes, caractérisés par un
indice uniforme, lequel est indépendant de r. En outre, nous n’étudierons que
les milieux isotropes, lesquels se comportent de façon identique dans toutes les
directions de l’espace.
Remarque: L’adjectif ”isotrope” vient des mots grecs ”iso” et ”trope” qui sig-
nifient respectivement ”identique” et ”direction”.

1.5.4 Propagation rectiligne de la lumière


Dans un milieu homogène et isotrope, la lumière se propage en ligne droite, les
rayons lumineux sont des droites.

1.5.5 Principe d’indépendance des rayons lumineux


Dans le cadre de l’optique géométrique, les rayons lumineux traversant un même
milieu sont indépendants les uns des autres.

1.5.6 Principe du retour inverse de la lumière


Le trajet de la lumière est indépendant du sens de parcours.
Par exemple: Si un rayon part d’un point A pour aller vers un point A’ en
suivant un certain trajet, alors un autre rayon lumineux peut partir de A’ et suivre
le même trajet pour aller en A.
6 1. NOTIONS FONDAMENTALES SUR LA LUMIÈRE

1.6 Lois de Snell-Descartes


Ces lois ont été trouvées par W. Snell en 1621 et retrouvées par R. Descartes en
1636. Elles permettent de connaı̂tre le changement de direction, par réflexion ou
par réfraction, d’un rayon lumineux rectiligne, à la traversée d’une surface séparant
deux milieux homogènes.

1.6.1 Réflexion
Lorsqu’un rayon arrive à l’interface entre deux milieux isotropes et homogènes
différents il donne naissance à un rayon réfléchi et à un rayon transmis (réfracté).

Figure 1.5: Réflexion d’un rayon sur une interface

On définit le plan d’incidence comme le plan contenant le rayon incident et la


normale à l’interface (Figure 1.5). L’angle d’incidence i1 est l’angle que forme le
rayon incident avec la normale.

Lois de la réflexion
1. Le rayon incident, le rayon réfléchi et la normale à la surface sont dans le plan
d’incidence. On définit alors l’angle de réflexion i01 (Figure 1.5).
2. Le rayon réfléchi est symétrique du rayon incident par rapport à la normale :
i1 = i01 (1.2)

1.6.2 Réfraction
La réfraction est la déviation de la lumière lorsqu’elle traverse l’interface entre
deux milieux transparents d’indices optiques différents (dioptre) (Figure 1.6). Par
exemple la surface entre l’air et l’eau.
1.6. LOIS DE SNELL-DESCARTES 7

Figure 1.6: Réfraction d’un rayon lumineux

Lois de la réfraction
1. Le rayon incident, le rayon réfracté et la normale à la surface sont dans le
même plan (plan d’incidence).

2. L’angle d’incidence i1 et l’angle de réfraction i2 sont liés par la loi de Snell-


Descartes :
n1 sin i1 = n2 sin i2 (1.3)

1.6.3 Cas particuliers des Lois de réfraction


Supposons que la lumière se propage d’un milieu d’indice n1 vers un milieu d’indice
n2 . Deux cas sont possibles:

Cas où n1 < n2 : réfraction limite

Le rayon lumineux passe du milieu 1 d’indice de réfraction faible (moins réfringent)


au milieu 2 d’indice de réfraction élevé (plus réfringent). Nous avons alors:

n1 sin i1 = n2 sin i2 , avec n2 > n1

Il en résulte que sin i2 < sin i1 ; les angles i1 et i2 étant compris entre 0 et π/2,
soit i2 < i1 car la fonction sin est croissante sur [0; π/2]. Le rayon réfracté se
rapproche donc de la normale.
Un rayon incident normal à la surface, pour lequel i1 = 0◦ , entre sans déviation
(i2 = 0◦ ).
Lorsque i1 croı̂t, i2 croı̂t aussi tout en restant inférieur à i1 .
8 1. NOTIONS FONDAMENTALES SUR LA LUMIÈRE

Figure 1.7: Réfraction limite d’un rayon lumineux

A l’incidence rasante (i1 = π2 ), l’angle de réfraction est maximal (angle de réfraction


limite noté ilim ) et vaut :
n1
sin ilim = (1.4)
n2

Cas où n1 > n2 : réflexion totale

Le rayon lumineux passe maintenant du milieu 1 plus réfringent au milieu 2 moins


réfringent. Nous avons alors:

n1 sin i1 = n2 sin i2 , avec n2 < n1

ce qui implique i1 < i2


Le rayon réfracté s’écarte donc de la normale et l’angle de réfraction est maximal
(i2 = π/2) pour un angle d’incidence limite ir tel que :
n2
sin ir = (1.5)
n1
1.6. LOIS DE SNELL-DESCARTES 9

Figure 1.8: Réflexion totale d’un rayon lumineux

Remarque : Si l’angle d’incidence est supérieur à ir , il n’y a plus de rayon


réfracté (en effet, on a alors sin i2 > 1, i2 n’est donc plus défini), le rayon incident
est totalement réfléchi : on parle de réflexion totale.
Chapitre 2

Prisme

Contents
2.1 Trajet des rayons lumineux dans un prisme . . . . . . . 11
2.1.1 Formules du prisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.2 Cas des petits angles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.2 Etude de la déviation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2.1 Variation de D en fonction de i (A et n constants) . . . . 13
2.2.2 Variation de D en fonction de n (A et i constants) . . . . 14
2.2.3 Variation de D en fonction de A (n et i constants) . . . . 15

On appelle prisme, en optique, un milieu transparent limité par deux faces


planes non parallèles (dioptres). Il est constitué de verre, c’est un milieu homogène,
transparent et isotrope. L’intersection des deux faces du prisme forme l’arête du
prisme, caractérisée par un angle A. La base du prisme est la troisième face, dont
les bords sont généralement parallèles à l’arête. Le plan d’incidence est le plan
formé par le rayon incident et la normale à la surface d’entrée du prisme au point
d’incidence.
Dans la suite de ce chapitre nous n’envisageons que les rayons contenus dans
une section principale et on suppose que le prisme baigne dans l’air d’indice égale
à l’unité.

2.1 Trajet des rayons lumineux dans un prisme


2.1.1 Formules du prisme
Soit un rayon incident SI quelconque qui frappe en I la face d’entrée (principale)
du prisme d’angle A et d’indice de réfraction n (Figure 2.1), provenant d’un milieu
moins réfringent que celui du prisme, ce rayon subit en I et I’ le phénomène de
réfraction. Les lois de Snell-Descartes en I et I’ imposent les deux relations suivantes:

sin(i) = n sin(r) (2.1)


n sin(r0 ) = sin(i0 ) (2.2)
D’autre part, dans le triangle IGI’, nous voyons que :
π π
A + − r + − r0 = π
2 2

11
12 2. PRISME

Figure 2.1: Représentation de la marche d’un rayon lumineux dans un prisme

Soit :
A = r + r0 (2.3)
L’angle de déviation, est par définition l’angle que forme la direction du rayon
incident SI avec le rayon émergent I’R; c’est l’angle D sur la Figure 2.1. Cette
déviation est donc la somme de deux déviations successives qui ont lieu dans le
même sens, l’une à l’entrée, l’autre à la sortie du prisme. Dans le triangle IKI’ on
a:
(π − D) + (i − r) + (i0 − r0 ) = π
En arrangent et en appliquant (2.3) on déduit:

D = i + i0 − A (2.4)

Les relations (2.1), (2.2), (2.3) et (2.4) sont les formules du prisme.
Remarque:

ˆ En I le rayon incident pénètre toujours dans le prisme.

ˆ En I’, l’angle r0 doit être inférieur à l’angle limite pour que le rayon se réfracte.

2.1.2 Cas des petits angles


Pour des angles d’incidence faibles (i < 8◦ ), c’est à dire des rayons lumineux proche
de la normale, on peut poser les relations suivantes :

i = nr
2.2. ETUDE DE LA DÉVIATION 13

nr0 = i0
et sachant que A = r + r0 , il vient :

D = i + i0 − A

D = nr + nr0 − A
D = n(r + r0 ) − A
D = nA − A
Ce qui implique,
D = (n − 1)A (2.5)
Propriétés : A l’approximation des petits angles, la déviation D est indépendante
de l’angle d’incidence i.

2.2 Etude de la déviation


L’action d’un prisme sur un rayon incident est la déviation D. Ce paramètre dépend
de l’indice de réfraction, de l’angle du prisme A et de l’angle d’incidence i.

2.2.1 Variation de D en fonction de i (A et n constants)


On étudie la variation de la déviation en fonction de l’angle d’incidence i. Pour
cela, on doit différentier les relations du prisme (2.1), (2.2), (2.3) et (2.4):

cos(i)di = n cos(r)dr (2.6)

n cos(r0 )dr0 = cos(i0 )di0 (2.7)


0 = dr + dr0 (2.8)
dD = di + di0 (2.9)
Des quatre dernières relations, on propose de déduire la dérivée de D par rapport
à i en fonction de i, i0 , r et r0 .
De (2.6), (2.7) et (2.8) on a:

di0 cos(i) cos(r0 )dr0 cos(i) cos(r0 )


= = −
di cos(i0 ) cos(r)dr cos(i0 ) cos(r)

De (2.9) on a:
dD di0 cos(i) cos(r0 )
=1+ =1− (2.10)
di di cos(i0 ) cos(r)
Expression qu’on peut aussi mettre sous la forme:
s
dD 1 − sin2 (i) n2 − sin2 (i0 )
=1−
di 1 − sin2 (i0 ) n2 − sin2 (i)
14 2. PRISME

La déviation D est minimale si


dD
= 0 ⇒ (n2 − 1)(sin2 (i) − sin2 (i0 )) = 0
di
comme les angles sont tous positifs et n > 1 alors

sin2 (i) = sin2 (i0 ) ⇒ im = i = i0

ce qui entraine d’après (2.1) et (2.2) que r = r0 = rm et d’après (2.3) que A = 2rm .
De (2.4) nous avons D = 2im − A = Dm soit enfin im = Dm2+A et rm = A2
Au minimum de déviation nous avons alors:
   
Dm + A A
sin = n sin (2.11)
2 2

La relation (2.11) permet de déterminer expérimentalement la valeur de l’indice


de réfraction n d’un prisme, en connaissant uniquement A et Dm .

Figure 2.2: Variation de l’angle de déviation D en fonction de l’angle d’incidencei

L’angle D varie en fonction de i suivant la courbe de la Figure 2.2. Cette courbe


met en évidence un angle de déviation minimum Dm .

2.2.2 Variation de D en fonction de n (A et i constants)


Le phénomène de la dispersion, c’est-à-dire la variation de l’indice de réfraction en
fonction de la longueur d’onde, induit une variation de la déviation D en fonction
de l’indice de réfraction n. Nous allons établir alors l’expression de dD
dn
La différentiation des formules (2.1), (2.2), (2.3) et (2.4) du prisme donne:

0 = sin(r)dn + n cos(r)dr (2.12)

sin(r0 )dn + n cos(r0 )dr0 = cos(i0 )di0 (2.13)


2.2. ETUDE DE LA DÉVIATION 15

0 = dr + dr0 (2.14)
dD = di0 (2.15)
en multipliant (2.12) par cos(r0 ) et (2.13) par cos(r), leur somme donne:

cos(i0 ) cos(r)di0 = (cos(r0 ) sin(r) + sin(r0 ) cos(r))dn = sin(r + r0 )dn = sin(A)dn

Soit enfin
dD sin(A)
= (2.16)
dn cos(i0 ) cos(r)
L’expression (2.16) montre que la déviation croı̂t avec l’indice de réfraction n.
Pour les radiations du spectre visible, on montre alors que la radiation de l’ultra
violet est la plus déviée.

2.2.3 Variation de D en fonction de A (n et i constants)


De la même manière, on différencie les formules du prisme (2.1), (2.2), (2.3) et (2.4).
Cela donne:
0 = dr (2.17)
n cos(r0 )dr0 = cos(i0 )di0 (2.18)
dA = dr0 (2.19)
dD = di0 − dA (2.20)
On déduit immédiatement:
dD n cos(r0 )
= −1 (2.21)
dA cos(i0 )

On a r0 < i0 , par conséquent cos r0 > cos i0 , et puisque n > 1; on déduit que D
est croissante par rapport à A. D est nul lorsque A est nul, cela implique que la
déviation se fait toujours vers la base du prisme.
Chapitre 3

Les systèmes optiques & Le


Miroir plan

Ce chapitre est consacré à l’étude des systèmes optiques et plus particulièrement du


miroir plan. On montre comment ces systèmes permettent la formation des images.

Contents
3.1 Généralités sur les systèmes optiques . . . . . . . . . . . 17
3.1.1 Système optique centré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.1.2 Stigmatisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.1.3 Relation de conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.1.4 Grandissement longitudinal . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.1.5 Aplanétisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.2 Le Miroir plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.2.1 Stigmatisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.2.2 Aplanétisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

3.1 Généralités sur les systèmes optiques


3.1.1 Système optique centré
On appelle système optique centré tout système constitué d’éléments transparents
(dioptres) ou réfléchissants (miroirs) et possédant un axe de symétrie de révolution
appelé axe optique. Ce système transforme un rayon lumineux incident en un rayon
émergeant dans une direction, a priori différente de la direction incidente. Si le rayon
émergeant ressort par la face d’entrée, on parle de système catadioptrique, sinon on
parle de système dioptrique.
Par la suite, tous les systèmes optiques seront considérés centrés.

3.1.2 Stigmatisme
Considérons un point source A envoyant des rayons lumineux sur un système op-
tique. On dira que A est un objet ponctuel réel. Le système est stigmatique si les
rayons émergeant ou leurs prolongements se coupent tous en un même point. Deux
cas de la Figure 3.1 se présentent :

17
18 3. LES SYSTÈMES OPTIQUES & LE MIROIR PLAN

1. Les rayons émergeants convergent en un point A’. Ce point lumineux peut être
enregistré sur une plaque photosensible sans nécessiter de système optique
annexe. On dit qu’il s’agit d’une image réelle.

2. Les rayons émergeants semblent provenir d’un point A’ (leurs prolongements


se coupent en A’). Dans ce cas, on ne peut pas capturer A’ sur une plaque
photosensible mais on peut le voir à l’oeil nu : en effet, pour l’oeil, tout se
passe comme s’il y avait un point lumineux en A’ de telle sorte que si l’oeil
fait la mise au point en A’, un point lumineux sera produit sur la rétine. on
dit que A’ est une image virtuelle.

Figure 3.1: Formation de l’image d’un objet ponctuel réel par un système optique
stigmatique

Focalisons maintenant un faisceau sur un système optique de telle sorte que


le point de convergence A des rayons se trouve dans ou derrière le système (voir
Figure 3.2). Dans ce cas on dit que A est un objet virtuel. Là encore, si les rayons
émergeants ou leurs prolongements se coupent tous en un même point A’, on dira
que le système est stigmatique.

Figure 3.2: Formation de l’image d’un objet ponctuel virtuel par un système optique
stigmatique

3.1.3 Relation de conjugaison


Lorsqu’un système donne d’un point objet A une image A’, on dit qu’il conjugue
A et A’ ou que A’ est le conjugué de A. La relation de conjugaison est la relation
3.1. GÉNÉRALITÉS SUR LES SYSTÈMES OPTIQUES 19

mathématique qui relie la position de A avec celle de A’ :

f (A, A’) = 0

Pour schématiser le fait qu’un système optique (SO) conjugue un objet A et une
image A’ on écrit
(SO)
A −→ A’

3.1.4 Grandissement longitudinal


Considérons un segment lumineux AB sur l’axe optique. L’image est nécessairement
un segment A’B’ sur l’axe optique puisque la symétrie de révolution oblige tout
rayon incident confondu avec l’axe optique à sortir en restant sur l’axe optique. On
définit alors le grandissement longitudinal (voir Figure 3.3)

A’B’
γl =
AB

Figure 3.3: Grandissement longitudinal d’un segment lumineux AB

3.1.5 Aplanétisme
Un système optique est le plus souvent destiné à donner d’un objet étendu une
image la plus nette possible que l’on peut recueillir sur un capteur généralement
plan et perpendiculaire à l’axe optique. Aussi, il est souhaitable que l’image d’un
objet plan soit également plane.

Aplanétisme
Un système optique est aplanétique s’il donne de tout objet lumineux situé dans
un plan perpendiculaire à l’axe optique une image plane également perpendiculaire
à l’axe optique.
Le système optique présentant un axe de révolution, on peut étudier le système
dans un plan contenant l’axe optique. Dans ce cas il suffit que l’image d’un segment
droit soit un segment droit pour parler d’aplanétisme. Cependant le segment image
20 3. LES SYSTÈMES OPTIQUES & LE MIROIR PLAN

n’a pas nécessairement la même taille que le segment objet. On définit alors le
grandissement transversal γt (voir Figure 3.4):

A’B’
γt =
AB
ˆ Si γt > 1, l’image est droite et agrandie.

ˆ Si 0 < γt < 1, l’image est droite et rétrécie.

ˆ Si −1 < γt < 0, l’image est renversée et rétrécie.

ˆ Enfin, si γt < −1, l’image est renversée et agrandie.

Figure 3.4: Grandissement transversal d’un segment lumineux AB

Remarque : La définition des grandissements fait intervenir des mesures algébriques


ce qui suppose d’orienter les axes. Les résultats ne dépendent pas du choix de cette
orientation mais il est d’usage d’orienter l’axe horizontal de gauche à droite (comme
le sens de la lumière) et l’axe vertical de bas en haut.

3.2 Le Miroir plan


Le miroir plan est une surface plane dont le pouvoir de réflexion est proche de 1.
C’est le seul type de miroir qui soit rigoureusement stigmatique et aplanétique,
comme nous allons le voir.

3.2.1 Stigmatisme
Considérons un point source A envoyant des rayons lumineux sur un miroir plan
(voir Figure 3.5). Une simple construction des rayons réfléchis montre que tous
les rayons émergeants semblent provenir d’un point A’, image virtuelle de A. De la
même manière, si l’on inverse le sens de la lumière, on constate que l’image d’un
objet virtuel placé en A’ est une image réelle placée en A. En résumé nous avons

Miroir plan
Objet réel −−−−−−−→ Image virtuelle
3.2. LE MIROIR PLAN 21

Figure 3.5: Formation d’une image avec un miroir plan

Miroir plan
Objet virtuel −−−−−−−→ Image réelle

On voit donc sur ces deux exemples que le miroir est un système qui donne d’un
point objet lumineux un point image que l’on peut, soit capturer directement sur
un écran (image réelle), soit capturer à l’aide d’un système optique (oeil, appareil
photo, etc.). Le miroir plan est donc rigoureusement stigmatique. La relation de
conjugaison qui lie la position de l’objet A à celle de l’image associée A’ s’écrit

AH = HA’ (3.1)

où H est le projeté orthogonal de A sur le miroir : l’image de A est le symétrique


orthogonal de A.

3.2.2 Aplanétisme

Figure 3.6: Formation d’une image avec un miroir plan. L’image est inversée
(gauche/droite) mais pas renversée (haut/bas)
22 3. LES SYSTÈMES OPTIQUES & LE MIROIR PLAN

La symétrie orthogonale étant une isométrie, l’image que donne un miroir plan
conserve ses dimensions. Il n’y a donc aucune déformation. Plus précisément, pour
un objet AB perpendiculaire à l’axe optique, on a

A’B’
γt = =1
AB
et pour un objet AB sur l’axe optique,

A’B’
γl = = −1
AB
Dans le cas du miroir, on a γl = −1 ce qui traduit l’inversion gauche-droite.
Chapitre 4

Les lentilles minces

Ce chapitre porte sur les lentilles minces. L’approche est essentiellement


descriptive et repose sur la maı̂trise de la construction des rayons lumineux.

Contents
4.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.1.1 Description . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.1.2 Notion de foyers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.1.3 Plans focaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.2 Formation des images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.2.1 Construction des rayons lumineux . . . . . . . . . . . . . 27
4.2.2 Formules de conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.2.3 Projection d’une image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.2.4 Lentilles accolées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

4.1 Généralités
4.1.1 Description
Une lentille mince est formée par l’association de deux dioptres sphériques de grand
rayon de courbure par rapport à l’épaisseur de la lentille.

Figure 4.1: Lentille optique

23
24 4. LES LENTILLES MINCES

Plus précisément, si l’on note R1 , R2 les rayons de courbure, C1 , C2 les centres


de courbure et e l’épaisseur de la lentille, on a

e << R1 , e << R2 et e << C1 C2

Dans l’approximation des lentilles minces, les sommets S1 et S2 sont considérés


confondus en un point O appelé centre optique. L’axe optique de la lentille est
l’axe passant par les centres des deux dioptres sphériques. On note n l’indice du
milieu constituant la lentille (n > 1).
On considèrera que les lentilles sont plongées dans l’air d’indice n0 ≈ 1. On
distingue deux types de lentilles :

1. les lentilles à bords minces qui sont convergentes,

2. les lentilles à bords épais qui sont divergentes.

Figure 4.2: Les différentes formes de lentilles minces

Aberrations géométriques

La lentille n’est pas un système rigoureusement stigmatique. On dit que la lentille


présente des aberrations géométriques.
La Figure 4.3 montre qu’une lentille plan-convexe donne d’un point à l’infini
sur l’axe une image ponctuelle à condition que son épaisseur soit faible devant son
rayon de courbure ou, ce qui est équivalent, que les rayons considérés soient peu
éloignés de l’axe optique. On pourrait montrer qu’il faut également que l’inclinaison
des rayons soit faible ;

Approximation de Gauss

Les défauts des lentilles s’observent surtout quand les rayons sont très inclinés par
rapport à l’axe optique ou très éloignés de l’axe optique. L’approximation de Gauss
ou l’approximation paraxiale consiste à se limiter aux rayons peu inclinés et peu
éloignés de l’axe optique. Dans ce cadre, on admettra que:
4.1. GÉNÉRALITÉS 25

Figure 4.3: Aberrations géométriques : simulation du trajet de la lumière traversant


deux lentilles convergentes plan-convexe de même rayon de courbure et d’épaisseur
différente.

1. Les lentilles sont stigmatiques : l’image d’un point est un point. C’est ce qui
permet la formation des images.

2. Les lentilles sont aplanétiques : l’image d’un objet perpendiculaire à l’axe


optique est perpendiculaire à l’axe optique.

Aberrations chromatiques
L’indice variant avec la longueur d’onde (phénomène de dispersion), la lumière rouge
n’aura pas le même comportement que la lumière bleue. Ainsi, en lumière poly-
chromatique, l’image que donne une lentille sera irisée. On parle alors d’aberrations
chromatiques. On lutte contre ce défaut en ajoutant des lentilles qui permettent de
compenser la dispersion chromatique (voir Figure 4.4).

Figure 4.4: Aberrations chromatiques : le trajet des rayons lumineux dépend de la


longueur d’onde
26 4. LES LENTILLES MINCES

4.1.2 Notion de foyers


Dans le cadre de l’approximation de Gauss, l’image d’un point est un point. Deux
points jouent un rôle particulier dans les lentilles : il s’agit des foyers objet et image.

Foyer image
Par définition, l’image d’un point à l’infini sur l’axe est le foyer image F 0 . Dans le
cas d’une lentille convergente, le foyer image est réel alors qu’il a le statut d’image
virtuelle pour une lentille divergente.
On définit la distance focale image
4
f 0 = OF 0

Figure 4.5: Foyer image de lentilles convergente et divergente

Foyer objet
Par définition, un objet lumineux placé au foyer objet F aura pour image un point
à l’infini sur l’axe.
Dans le cas d’une lentille convergente, le foyer objet est réel alors qu’il a le statut
d’objet virtuel pour une lentille divergente.

Figure 4.6: Foyer objet de lentilles convergente et divergente

De façon analogue, on définit la distance focale objet


4
f = OF
4.2. FORMATION DES IMAGES 27

On montre que dans le cas des lentilles minces dont les milieux extrêmes sont
identiques, on a
f = OF = −OF 0 = −f 0 (4.1)
Cette relation est évidente pour les lentilles symétriques (principe du retour
inverse de la lumière); dans ce cas O est le centre de symétrie de la lentille. Elle est
valable pour les lentilles asymétriques parce que l’on se place dans l’approximation
des lentilles infiniment minces. Pour une lentille convergente, f 0 > 0; pour une
lentille divergente f 0 < 0.
On définit la vergence V d’une lentille par

4 n0 1
V = 0
= 0 si n0 = 1. (4.2)
f f

Il s’agit donc d’une quantité algébrique qui a la dimension de l’inverse d’une


longueur. Dans le SI, on l’exprime en dioptrie (δ) : 1δ = 1m−1 . Plus V est grand
plus la lentille est convergente.
Remarque : On montre que V = k(n − 1), où n est l’indice du matériaux dans
lequel est taillée la lentille et k un facteur géométrique qui dépend des courbures
des dioptres formant la lentille. On comprend ainsi l’origine des aberrations chro-
matiques : le foyer rouge n’est pas au même endroit que le foyer bleu à cause de la
dispersion.

4.1.3 Plans focaux


On appelle plan focal image, le plan perpendiculaire à l’axe optique passant par
F’. De même, on appelle plan focal objet, celui perpendiculaire à l’axe optique et
passant par F.
Du fait de l’aplanétisme supposé des lentilles minces, on peut affirmer que
l’image d’un point à l’infini se situe dans le plan focal image. Il découle de la
même façon que toute objet situé dans le plan focal objet a son image située à
l’infini (pas nécessairement sur l’axe optique).

4.2 Formation des images


4.2.1 Construction des rayons lumineux
Pour construire l’image d’un objet étendu on obéira à ces quelques principes :

ˆ On se placera dans l’approximation de Gauss : il y a donc stigmatisme ap-


proché et aplanétisme approché. Pour trouver l’image d’un point il suffit de
considérer deux rayons issus de ce point ; tous les autres issus du même point
passeront par le point image. De plus, l’image d’un point sur l’axe optique
étant sur l’axe optique, pour trouver l’image d’un objet droit vertical AB (A
est sur l’axe optique et B est l’extrémité de l’objet) il suffit de trouver B’
28 4. LES LENTILLES MINCES

l’image de B; on sait alors que l’image est A’B’ avec A’ situé sur l’axe optique
tel que A’B’ est perpendiculaire à l’axe optique.

ˆ Avant toute chose il faut placer l’objet. Si l’objet AB est réel, il est forcément
à gauche de la lentille et les rayons sont issus de chaque point de l’objet. Si
l’objet est virtuel, il se situe à droite de la lentille et les rayons objets se
dirigent vers l’objet mais sont réfractés avant d’atteindre l’objet.

ˆ Pour trouver l’image d’un point il faut choisir des rayons dont on connait le
comportement.

– un rayon horizontal arrivant sur une lentille convergera en F’ si elle est


convergente et divergera en semblant provenir de F’ si la lentille est
divergente.
– un rayon passant ou se prolongeant en F ressortira horizontalement.
– un rayon passant par O n’est pas dévié.

ˆ Une fois les rayons tracés on détermine si l’image est réelle ou virtuelle. Si les
rayons issus de B se coupent effectivement en B’, alors B’ est une image réelle.
On peut la capturer sur un écran. Si les rayons issus de B divergent après
réfraction en semblant provenir de B’, alors B’ est une image virtuelle visible
à l’oeil nu mais que l’on ne peut pas capturer directement sur un écran.
4.2. FORMATION DES IMAGES 29

Figure 4.7: Construction des images pour une lentille convergente


30 4. LES LENTILLES MINCES

Figure 4.8: Construction des images pour une lentille divergente

4.2.2 Formules de conjugaison


Les formules de conjugaison sont des relations qui relient la position objet A avec la
position de l’image A’. On les obtient rigoureusement à l’aide des lois de Descartes,
mais on peut les obtenir en utilisant les constructions géométriques (les notions de
foyers objet et image étant admises). Pour cela nous allons calculer le grandissement
de deux manières différentes.
4.2. FORMATION DES IMAGES 31

Figure 4.9: Construction d’image par une lentille divergente

La figure ci-dessus permet d’écrire, à l’aide des lois de Thales

A0 B 0 OA0 FO F 0 A0
γ= = = = 0
AB OA FA FO
On pose f 0 = OF 0 et f = OF . Les formules du grandissement permettent
d’obtenir la relation de conjugaison avec origine aux foyers (dite formule de Newton)
:
F 0 A0 .F A = f f 0 Relation de Newton (4.3)
On peut aussi préférer une relation qui exprime les positions de l’image et de
l’objet par rapport au centre. Partant de la relation précédente on peut écrire

(F 0 O + OA0 )(F O + OA) = f f 0

Si les milieux extrêmes sont identiques on a f = −f 0 = OF = −OF 0 de sorte que


la relation devient
(OA0 − f 0 )(OA + f 0 ) = −f 02
Développons puis divisons par f 0 OA0 OA. On trouve
1 1 1
− = Relation de Descartes (4.4)
OA0 OA f0
Relation avec origine au centre (dite loi de Descartes). Notez que cette relation est
moins générale que la relation de Newton puisqu’elle suppose f 0 = −f .
Remarque : Bien que le raisonnement s’appuie sur la Figure 4.9, les résultats
obtenus sont valables pour toutes les lentilles minces.

4.2.3 Projection d’une image


Il est courant de vouloir agrandir un objet pour en apprécier les détails en projetant
l’objet réel sur un écran. Les constructions géométriques précédentes montrent que
la relation
L
Objet réel −
→ Image réelle
32 4. LES LENTILLES MINCES

n’est possible qu’avec une lentille convergente. La technique de projection consiste


alors à éclairer un objet réel puis à placer une lentille convergente et enfin à placer un
écran pour recueillir l’image réelle. Notons D la distance objet-écran, x la distance
objet-lentille et f 0 la distance focale image de la lentille. D’après la formule de
conjugaison on a
1 1 1
+ = 0
D−x x f
ce qui donne l’équation du second degré suivante

x2 − Dx + f 0 D = 0

équation qui a deux solutions réelles à condition que le discriminant soit positif :

∆ = D2 − 4f 0 D ≥ 0 ⇒ D ≥ 4f 0

Il faut donc une distance objet-écran supérieure à 4 fois la distance focale de la


lentille.
Lorsque D = 4f 0 la racine est double et vaut x = D 2 : la lentille est donc au
milieu entre l’objet et l’écran. On parle d’un montage 2f − 2f . Dans ce cas le
grandissement vaut −1; l’image est donc simplement inversée.  
q
0 D 4f 0
Lorsque D > 4f il y a deux positions possibles : x± = 2 1 ± 1 − D .
Lorsque la lentille est proche de l’objet (x = x− ), le grandissement γ− est -en
valeur absolue- supérieur à 1 : l’image est renversée et agrandie. Lorsque la lentille
est placée loin de l’objet (x = x+ ), le grandissement γ+ est -en valeur absolue-
inférieur à 1 : l’image est renversée et rétrécie. Il est facile de montrer que

γ− γ+ = 1

On retiendra que si l’on veut agrandir un objet en le projetant sur un écran


à l’aide d’une lentille convergente on aura intérêt à utiliser une lentille de petite
focale, à placer l’objet près de la lentille mais à une distance supérieure à f 0 puis à
placer un écran assez loin de telle sorte que D > 4f 0 . Il suffit ensuite de jouer sur
la position de la lentille pour voir apparaı̂tre une image nette sur l’écran.

4.2.4 Lentilles accolées


Considérons deux lentilles L1 et L2 , de vergence V1 et V2 et montrons qu’en les
accolant on constitue un système optique qui se comporte comme une lentille mince.
Considérons un point lumineux A sur l’axe optique. La lentille L1 en donne une
image A1 qui devient objet pour L2 laquelle en donne une image finale A0 . Relions
la position de A’ avec celle de A par rapport au centre optique commun, appelé O.
On a
1 1 1 1
− = V1 et − = V2
OA1 OA OA0 OA1
4.2. FORMATION DES IMAGES 33

d’où l’on déduit en sommant ces relations :


1 1
0
− = V1 + V2
OA OA
Ainsi, deux lentilles minces accolées se comportent comme une lentille mince de
centre optique le centre des deux lentilles et de vergence équivalente

Veq = V1 + V2 (4.5)
TD 1 : Notions fondamentales
sur la lumière

Exercice 1
1. La vitesse de la lumière dans le plastique est de 2, 0×108 m/s. Quel est l’indice
de réfraction de ce plastique ?

2. Calculer la vitesse de la lumière dans l’eau sachant que l’indice de réfraction


de l’eau vaut 4/3.

3. Un rayon lumineux dans l’air tombe sur la surface d’un liquide; il fait un
angle i = 56◦ avec le plan horizontal. La déviation entre le rayon incident et
le rayon réfracté est i0 = 13, 5◦ .

(a) Calculer l’angle d’incidence i1 .


(b) Calculer l’angle de réfraction i2 .
(c) Quel est l’indice n du liquide ?

Exercice 2
Un fin pinceau lumineux arrive sur un dioptre plan séparant l’eau de l’air. On
donne neau = 1, 33. On représente les rayons observés sur la figure ci-dessous

En justifiant vos réponses :

1. Identifier les différents rayons

2. Indiquer le sens de propagation de la lumière

3. Dans quelle zone l’eau se trouve-t-elle ?

35
36 4. LES LENTILLES MINCES

4. Calculer l’angle limite de réfraction

5. Généraliser le résultat en précisant la zone où se trouve l’angle limite en


fonction de la différence de réfringence des milieux.

Exercice 3
L’un des rayons d’un faisceau de lumière se propageant dans l’air pénètre dans un
diamant d’indice de réfraction 2, 43.

1. Schématiser la situation, en indiquant le point d’incidence, en dessinant la


normale à la surface de séparation des deux milieux et en indiquant les angles
d’incidence et de réfraction.

2. Donner l’expression de la loi de Snell-Descartes.

3. Calculer l’angle de réfraction si l’angle d’incidence vaut 45◦ , sachant que


l’indice de l’air vaut 1, 00.

4. Calculer l’angle limite de réfraction.

5. Calculer l’angle d’incidence permettant d’obtenir un angle de réfraction de


20◦ .

Exercice 4
Le rayon d’un faisceau de lumière monochromatique issu d’un laser est dirigé sur
une lame de verre. Pour cette lumière, l’indice du verre est 1, 47.

1. Calculer l’angle de réfraction i2 lorsque la lumière pénètre dans le verre avec


un angle d’incidence i1 = 40◦ .

2. Avec quel angle d’incidence i3 la lumière atteint-elle la surface de sortie


séparant le verre et l’air ?

3. Calculer l’angle de réfraction lorsque la lumière sort du verre.


TD 2 : Propagation d’un rayon
lumineux dans un prisme
Un prisme de verre d’indice n = 1, 51 (voir figure) a pour section principale un
triangle ABC rectangle en A. On note β l’angle ABC. Le prisme est plongé dans
l’air d’indice égal à 1, 00. On éclaire la face d’entrée AB sous incidence normale.

1. Calculer la valeur de l’angle de réfraction r à la sortie du prisme lorsque


β = 30, 0◦ .

2. Soit βl la valeur limite de l’angle en B à partir de laquelle il y a réflexion


totale sur la face BC du prisme. Calculer la valeur de βl .

3. Quelle est la valeur β’ de β telle que les rayons lumineux, après réflexion totale
sur la face BC, émergent du prisme perpendiculairement à la face AC ?

Exercice 2
Un prisme d’angle au sommet A = 30◦ et de section droite ABC, est abordé,
pérpendiculairement à sa face AB, par un rayon lumineux monochromatique. Le
prisme baigne dans l’air.

1. À la sortie du prisme, la déviation totale subie par le rayon lumineux est de


30◦ ; Déterminer l’indice de réfraction n du prisme.

2. Quelle serait la déviation minimale dans un prisme de même substance et


d’angle au sommet A = 60◦

37
TD 3 : Les systèmes optiques &
Le Miroir plan

Exercice 1
Un homme mesurant H = 1, 80 m se place debout, à 1, 00 m devant un miroir plan,
ses yeux sont situés à une distance h = 1, 70 m du sol. L’homme se regarde dans
un miroir plan vertical.

1. Déterminer à quelle hauteur maximale du sol doit se trouver le bas du miroir


afin que l’homme voie ses pieds.

2. À quelle distance minimale du sol doit se trouver le haut du miroir afin que
l’homme voie le haut de sa tête ?

3. Déduire la dimension minimale du miroir.

4. Le miroir tel qu’il est positionné sur la figure (e = 1 m) permettra-t-il à


l’homme de :

a. voir le haut de sa tête ?


b. se voir en entier ? Si non, proposer une solution.

5. Montrer que le fait de se rapprocher ou de s’éloigner du miroir ne peut lui


permettre de solutionner le problème.

Exercice 2
Deux miroirs M1 et M2 sont disposés perpendiculairement l’un à l’autre, et un objet
ponctuel A est situé de façon à être vu simultanément dans ces 2 miroirs.

39
40 4. LES LENTILLES MINCES

1. (a) Construire l’image A1 de A dans le miroir M1 et tracer un faisceau de


rayons issu de A puis réfléchis par M1 .
(b) A1 peut-il jouer le rôle d’objet par rapport au miroir M2 ? Si oui,
construire son image A12 dans M2 et les rayons correspondants.
(c) Le processus peut-il se poursuivre par une nouvelle réflexion sur M1 ?

2. (a) De la même manière, construire l’image A2 de A dans M2 puis l’image


A21 de A2 dans M1 .
(b) Finalement, combien d’images de A l’observateur peut-il voir ?
TD 4 : Les lentilles minces

Exercice 1
Un objet AB de taille 1, 0 cm est placé 5, 0 cm avant le centre optique O d’une
lentille convergente, de distance focale f 0 = 2, 0 cm (AB est perpendiculaire à l’axe
optique).

1. Calculer la vergence de la lentille et préciser son unité.

2. Construire l’image A0 B 0 de AB en utilisant les trois rayons ”utiles”. Mesurer


alors A0 B 0 et OA0 .

3. Retrouver OA0 et A0 B 0 par le calcul.

4. Calculer le grandissement γ. Que peut-on dire de l’image ?

5. Nommer et rappeler les conditions d’utilisation des expressions précédentes.

Exercice 2
Une lentille convergente de 10δ donne d’un objet une image de 1cm de hauteur à
12cm à droite de la lentille.

1. Déterminer la position et la nature de l’objet.

2. Calculer le grandissement γ. Que peut-on dire de l’image ?

3. Faire une construction géométrique.

41

Vous aimerez peut-être aussi