Vous êtes sur la page 1sur 91

Ministère de l'Enseignement Supérieure et

de la Recherche Scientifique

N° de série:

Mémoire présenté pour l'obtention du

DIPLOME : MASTER
en Sciences et Gestion de l'Environnement

OPTION: Géosciences et Environnement

Nom:YAO

Prénoms : Koffi Léon

Laboratoire : Géosciences et Environnement Suiet :


.•
Apport du modèle GR4j a la

modélisation des bassins versants

en milieu tropical humide : cas du


.•
bassin versant de l'Agnéby a
Agboville (Côte-d'Ivoire)

Date de soutenance: 30 Janvier 2016


TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIEltES i

DEDICACE iv
REMERCIEMENTS V

LISTE DES FIGURES vii


LISTE DES TABLEAUX ix
ABREVIATIONS ET ACRONYMES 0 4 • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • X

INTRODUCTION 1
CHAPITRE 1: GENERALITES 4
1 : MILIEU PHYSIQUE ET HUMAIN 5
1.1. MILIEU PHYSIQUE DE LA ZONE D'ETUDE 5
1.1.1. Situation géographique 5
1.1.2. Climat 5
1.1.2.1. Pluviométrie 6
1.1.2.2. Evaporation 6
1.1.2.3. Humidité relative moyenne 7
1.1.3. Réseau hydrographique 7
1.1.4. Végétation 8
l.1.5. Géologie 10
l .1.6. Pédologie 11
1.2. Milieu bumain 12
1.2.1. Population 12
· · ' ' · . 12
1 .2. 2 . A ctivités econonnques
2 : VARIABILITE CLIMATIQUE ET MODELISATION HYDROLOGIQUE 14
2.1. Variabilité climatique 14
2.2. Impact de la variabilité climatique sur les ressources en eau En Côte-d'Ivoire 15
2.3. Modélisation hydrologique 15
2.3 .1. Méthodes d 'évaluation des ressources en eau 15
2.3.1.1- Bilan hydrologique 16
2.3.1.1.1- cycle de l'eau 16
2.3.1. l .2. Calcul du bilan 18
2.3.2. Modèles hydrologiques 18
2.3.3. Modélisation pluie-débit 19
2.3.3.1. Objectifs de la modélisation pluie-débit.. 20
2.3.2.2. définitions des types de variables et fonctions de modèles 21
2.3.4. Modèles conceptuels GR 22
2.3.5. Utilisation du modèle GR4J 23
CHAPITRE 2: MATERIEL ET METHODES 24

2.1. MATERIEL 25
2.1.1. Données hydro-climatiques de l'étude 25
2.1.2. Logiciels utilisés 27
2.2. METHODES 27
2.2.1. Méthodes caractérisation de la variabilité pluviométrique et la reponse
hydrologique du bassin , 27
2.2.1.1. Caractérisation hydrologique du bassin 27
2.2.1.1.1. Calcul de la lame d'eau précipitée et calcul du coefficient mensuel
d'écoulement 27
2.2.1.1.2. Calcul du volume d'eau mobilisé et calcul du coefficient du tarissement
.................................................................................................................................. 28
2.2.1.2. Etude de la variabilité pluviométrique 29
2.2.1.2.1.Test de présentation des données 29
2.2.1.2.1. Test d'analyse des données pluviométries 29
2.2.1.2.2. Calcul de la pluie moyenne surfacique 31
2.2.1.2.3. Calcul des indices pluviométriques et hydrométriques 31
2.2.1.3. Test de sensibilité des écoulements 32
2.2.2. Méthode de la caractérisation de la robustesse du modèle GR4J 32
2.2.2.1. Présentation du modèle GR4J 32
2.2.2.3. Paramètres et fonctionnement du modèle GR4J 33
2.2.2.4. Structure du modèle GR4J 34
2.2.2.5. Calage 35
2.2.2.6. Validation 36
2.2.2.7. Calage et validation du modèle retenus 36
2.2.3. Méthodes de calcul du bilan hydrologique 36
2.2.3.1. Simulation des écoulements sur le bassin 36
2.2.3.2. Bilan hydrologique du bassin 36
CHAPITRE 3 : RESULTATS ET DISCUSSION 38
3.1. RESULTATS 39
3.1.1. Résultats de la caractérisation de 1a variabilité pluviométrique et réponse
hydrologique du bassin 39
3.1. l .l. Evolution des données 39
3.1.1.2. Test d'analyse des données pluviométries 40
3.1.1.3. Variation de la lame d'eau écoulée et du coefficient d'écoulement.. 41
3 .1.1.3 .1. Variation des écoulements sur le bassin à 1 'échelle mensuelle 41
3.1. l .3. Variation du coefficient de tarissement et Volume d'eau mobilisé dans les
aqui féres 42
3.1.1.4. Effet des précipitations sur l'écoulement.. 43
3.1.1.4.1. Effet de la pluie journalière sur le débit 43
3.1.1.4.2. Effet de la pluie sur le débit à l'éche11e mensuelle 44
3.l .1.4.3. Effet de la pluie sur le débit à l'échelle annuelle 45

IL
3.1.2. Résultats de la caractérisation de la robustesse du modèle GR4J 46
3.1.2.1. Résultats des Calages et validations du modèle GR4J retenus (I 984-2009) .. 46
3.1.2.2. Synthèse des résultats de Calage et validation du modèle GR4J (1984-2009)57
3.1.3. Résultats de calcul du bilan hydrologique du bassin 57
3.1.3.1. Simulation des écoulements sur le bassin de 1984-2009 57
3.1.3.2. Calcul du bilan hydrologique des écoulements sur le bassin 58
3.1.3.2.1. Bilan des écoulements à l'échelle annuelle , 58
3.2. DISCUSSION 60
CONCLUSION 64
REFERENCES BIBLIOGRAPHIES 66
ANNEXE 74
RESUME ....•............................................................................................................................ 80

111
DEDICACE

Je dédie ce mémoire:
A l'Eternel Dieu qui m'a donné la santé et le vouloir faire chaque jour. Que le règne,
la puissance et la gloire lui soit rendu.
A tous ceux qui m'ont aidé dans l'acquisition des données, la rédaction et
l'amélioration de ce travail.
A mon père GADOU Yao, ma mère KOUADIO Affoué et

A tous ceux qui m'aiment.

iv
REMERCIEMENTS

Ce travail a été réalisé au Laboratoire de Géosciences et Environnement (LGE) de l'Université


Nangui Abrogoua (Côte -d'Ivoire).
Au terme de &e travail de Master 2,je tiens avant toute chose, à exprimer toute ma gratitude et
reconnaissance au Professeur. SAVANE lssiaka, Doyen de l'Unité de Formation et de
Recherche (UFR) des Sciences et Gestion de l'Environnement (SGE) de l'Université Nangui
Abrogoua (UNA) et Directeur du Laboratoire Géosciences et Environnement (LGE). .
Je veux également témoigner ma profonde et infinie reconnaissance au Docteur.
KAMAGATE Bamory, Directeur de ce mémoire, grâce à qui ce mémoire a été possible.
Mes remerciements vont à l'endroit de Docteur DAO Amidou de l'Université Nangui
Abrogoua du Laboratoire Géosciences et Environnement de l 'UFR SGE, encadreur
technique du mémoire. En effet, depuis la Licence, nous avons régulièrement bénéficié de
votre confiance, vos conseils, votre rigueur scientifique, votre abnégation dans le travail et la
patience en toute chose. Chef, veuillez trouver ici l'expression de ma profonde
reconnaissance.
Je tiens à exprimé ma gratitude envers tous les membres du jury qui ont participé à
l'amélioration de ce travail. Il s'agit du :
Professeur. DIOMANDE Dramane, Maître de Conférences, qui a accepté de présider
le jury de ce mémoire malgré ces multiples occupations.
Docteur. GONE Droh Lanciné, Maître de Conférences, qui a accepté de représenter
le Docteur. KAMAGATE Bamory, Directeur de ce mémoire. J'ai vu là une grande
preuve d'amour entre eux. Je vous exprime ma joie et merci de l'avoir permis.
Docteur SORO Gnénéyougo Emile, Assistant, qui a accepté de prendre part au jury
de ce mémoire en tant qu'examinateur. Je le remercie infiniment pour sa
disponibilité et ses critiques pertinentes.
Je témoigne ma profonde gratitude et reconnaissance au Docteur. PA TUREL Jean-
Emmanuel, chargé de recherche IRD/ UMR HydroSciences Montpellier, pour son cours sur
la modélisation Hydrologique et ses orientations qui m'ont permis d'améliorer ce travail. Je
vous remercie.
Je remercie et exprime ma profonde gratitude à l'endroit de Docteur. YAO Affoué Berthe
pour son aide et sa coopération. Merci pour votre spontanéité, votre grande générosité et
surtout pour les bonnes conditions de travail offertes.

V
J'exprime ma reconnaissance à la Doctorante Mme KOUAKOU Akissi Bienve Pélagie
épouse KOUAKOU à l'UFR SGE de m'avoir aidé et pour m'avoir permise l'accès aux
données dans la rédaction du mémoire.
Je tiens également à exprimer ma profonde reconnaissance à tous les étudiant(e)s du
Laboratoire Géosciences et Environnement en particulier WAYOU Tekehi Pacôme, DEGUY
Attoungbre Jean-Philippe et OUATTARA Ismaïla tous Doctorant à l'UFR SGE, pour leurs
conseils, les corrections et promptitudes à donner des orientations dans la rédaction.
J'adresse des remerciements à toutes les personnes qui m'ont apporté leurs soutiens et
contribué à finaliser ce travail.
Je dis merci aux parents, enseignants, étudiant(e)s, amis et connaissances pour m'avoir
encouragé et soutenu pendant toutes ces années. Qu'ils continuent de croire en moi.
Enfin, à tous ceux que j'ai dû omettre qu'ils m'en excusent et trouvent néanmoins en ces
lignes l'expression de ma profonde gratitude.

Merci à Tous

VI
LISTE DES FIGURES

Figure 1: Situation géographique du bassin versant de I' Agnéby à Agboville 5


Figure 2 : Variation moyenne mensuelle de la pluie à la station d' Agboville (1990-2003) 6
Figure 3 : L'évapotration moyenne mensuelle à la station d' Agboville (2005 -2009) 7
Figure 4: Evolution de l'humidité relative moyenne mensuelle à la Station d' AgbovilJe (1990-
2003) 7
Figure 5: Réseau hydrographique du bassin versant de l'Agnéby à Agboville en Côte-d'Ivoire
···················································································································································· 8
Figure 6: Formations végétales du bassin de l'Agnéby à Agboville (Avenard, et al., 1971) 9
Figure 7 : Carte géologique du bassin de l' Agnéby à Agboville (Délor et al., 1992) 11
Figure 8: Carte pédologique du bassin versant del' Agnéby à Agboville (Perraud, 1971) 12
Figure 9 : Répartition des activités économiques de la population active sur le bassin de
l' Agnéby (Kouadio, 2011) 14
Figure 10 : Station de captage de la SODECI sur l 'Agnéby à Agboville (A : Eau de la rivière
Agbo à Agboville ; B : zone de captage de la SODECI : Station de captage à Agboville in
Assoma, 2013) 14
Figure 11 : Cycle de l'eau et ses composantes selon USGS (United States Geological Surley)
in Dao, 2013) 16
Figure 12: Stations pluviométriques et hydrométrique du bassin versant del' Agnéby à
Agbovi Ue 26
Figure 13 : Structure du modèle GR4J (Perrin et al., 2003) 34
Figure 14: Hyétogrammes des pluies annuelles et débits annuels sur la période del984 à 2009
·················································································································································· 39
Figure 15: Hyétrogramme des ETP sur la période del984 à 2009 40
Figure: 16: Variation des écoulements mensuels de l'Agnéby à Agboville (1984-2009) .42
Figure 17 : Variation du coefficient de tarissement et du volume d'eau mobilisé par les
aquifères 43
Figure 18 : Relation pluie-débit à la station d' Agboville (1980-1981 ; 1995-1996) 44
Figure 19 : relation pluie-débit à la station d' Agboville (1984 - 2009) 45
Figure 20 : Relation pluie-débit à la station d' Agboville (1984 -2009) 46
Figure 21 : comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés: calage (1998-1999)
(A); validation (1995-1996; 1994-1996; 1994-1997; 1993-1997 et 1990-1997) (B; C; D;
E etF) 49
Figure 22: comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés: calage (1985-1987)
(A) ; validation (2007-2009 et 2006-2009) (B et C) 50
Figure 23 : comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés : calage ( 1996-1999)
(A); validation (1984-1988) (8) 51
Figure 24 : comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés : calage (2005-2009)
(A); validation (1995-2000; 1994-2001) (B et C) 52
Figure 25: comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés: calage (1991-1996)
(A) ; validation (1997-2003) (B) 53
Figure 26 : comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés : calage ( 1990- J 996)
(A); validation (1997-2003 et 1997-2004) (B et C) 54

Vll
Figure 27: comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés : calage (1985-1992)
(A); validation (2002-2009 et 2000-2009) (B et C) 55
Figure 28: comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés: calage (1994-2002)
(A); validation (1984-1992) (8) 55
Figure 29: comparaison des bydrogrammes des débits calculés-observés: calage (1994-2003)
(A); validation (1984-1993) (B) 56
Figure 30: comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés : calage (1987-1997)
(A); validation (1998-2008) (B) 57
Figure 31 : Hydrogrammes des débits calculés-observés pour le bilan (1984-2009) 58
Figure 32: Bilan hydrologique à l'échelle annuelle sur le bassin versant d' Agnéby-Agboville
(1984-2009) ······························································································································ 59

Vl11
LISTE DES TABLEAUX

Tableau I: Caractéristiques des données hydroclimatiques de l'étude du bassin versant de


l' Agneby à Agboville 25
Tableau II: Probabilité associée au test de Pettitt (Lubès-Niel et al., 1998), 31
Tableau III: niveau de signification des résultats du test de Normalité et de Pettitt de la pluie
annuelle 41
Tableau N: Variation des écoulements mensuels de l 'Agnéby à Agboville sur la période
1984-2009 42
Tableau V: synthèse de calage et validation du modèle GR4J retenus 47

IX
ABREVIATIONS ET ACRONYMES

DGIHH : Direction Générale des Infrastructures de l'Hydraulique Humaine


DNRQ: Direction des Normes de la Réglementation et de la Qualité
E.V.C: Evaluation de la Variabilité Climatique
GR : Génie Rural
GRlA : Génie Rural à 1 paramètre au pas de temps Annuel
GR2M : Génie Rural à 2 paramètres au pas de temps Mensuel
GR3H : Génie Rural à 3 paramètres au pas de temps Horaire
GR4J : Génie Rural à 4 paramètres au pas de temps Journalier
HSM: HydroSciences Montpellier
IRD : Institut de Recherche pour le Développement
IRSTEA: Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l'Environnement
et l' Agriculture (EX CEMAGREF : Centre national du Machinisme Agricole, du Génie
Rural et des Eaux et Forêt)
MCG : Modèle de Circulation Générale
MCR : Modèle de Circulation Régionale
MINAGRA : Ministère del' Agriculture et des Ressources Animales
MNT : Modèle Numérique de Terrain
ONEP: Office National de l'Eau Potable
SIG : Système d'informations Géographiques
SODECI : Société de Distribution d'Eau de Cote d'Ivoire
SODEXAM: SOciété de Développement et d'EXploitation Aéroportuaire, Aéronautique et
Météorologie
UTM : Universal Translation Mercator

X
INTRODUCTION

La question de la disponibilité et de l'accès à l'eau est sans aucun doute un des problèmes
majeurs auquel devra faire face l'humanité durant les années à venir. En effet, des études
récentes ont montré que le changement climatique à des conséquences importantes sur la
disponibilité des ressources en eau qui se traduit par une diminution de 34 % pour le module
annuel et de 70% pour les débits moyens journaliers minimum (GIEC, 2013). Cet effet peut
se manifester sous plusieurs manières: augmentation ou diminution de l'amplitude des
évènements extrêmes, changement de la fréquence d'apparition de ces événements extrêmes.
La baisse du débit des cours d'eau sont liées aux changements climatiques, à l'occupation des
sols et aux activités anthropiques. Ces dernières modifient le comportement hydrologique du
bassin (Corgne, 2004 ; Brou, 2005).
La gestion de l'équilibre entre la demande en eau et La ressource disponible est un enjeu
central du débat mondial sur la gestion eo eau (Cosgrove et Rijsberman, 2000). C'est dans
ce contexte que des conférences et des forums sont organisés à travers le monde (Cancun en
2010; sixième forum mondial en France en 2012). L'eau constitue un enjeu majeur pour le
développement durable (Raskin et al., 1997).
Diverses études sur la variabilité climatique en Afrique de l'Ouest, Centrale et plus
spécifiquement en Côte-d'Ivoire ont montré une baisse considérable de la pluviométrie
depuis le début des années 1970 (Mahé et Olivry, 1995; Parturel et al, 1998; Kouakou,
2011 ; Yao et al., 2012 ; Kouamé et al,. 2013; Dao ,2013; Yao, 2015). Cette situation a
eu pour conséquence la baisse des débits des cours d'eau. Ce déficit engendré par le
changement climatique implique de nombreux problèmes socio-économiques (pertes de
troupeaux, pénuries de récoltes, famines, nombreux déplacements de populations, mauvais
remplissage des retenues, inondations) dont les effets sont souvent difficiles à résorber.
L'ensemble des débits des grands fleuves de L'Afrique ont connu des variations importantes
par rapport à celles de la pluviométrie: selon Madiodio et al (2004) une baisse des débits
moyens de 20% à 60% depuis les années 1970 et réduction significative des superficies des
principales zones humides naturelles.
Des études faites en Côte-d'Ivoire particulièrement sur le bassin de l' Agnéby ont montré
également une baisse des ressources en eau, tant en surface que souterraine (Kouakou et al,
2007; Goula et al, 2009; Kouadio, 2011; Kouamé et al, 2013; Assoma, 2013).
Le recul de la forêt dans le Sud-Est et, en particulier, sur le bassin versant de l 'Agnéby à
Agboville (Kouadio, 2011) qui est notre zone d'étude connait des problèmes d'eau et appelle
à des réflexions. En effet, une partie du bassin versant de l 'Agnéby à Agboville appartient à
l'ancienne « boucle du café-cacao» et est colonisé par de nouvelles cultures industrielles
(palmiers à huile, hévéas). Ces activités agricoles, consommatrices de ressources forestières
influencent aussi bien quantitativement et qualitativement les ressources en eau, surtout les
eaux de surface des bassins (Kouadio, 2011). Aussi, le bassin présente une vulnérabilité face
au changement du climat qui se manifeste par une sensibilité accrue aux situations extrêmes
(inondation et sécheresse) depuis la décennie 1970-1980, en raison de sa structure socio-
économique et démographique et de l'occupation des sols (Assoma, 2013). Par conséquent, il
faudrait réaliser des études de modélisation pour prévoir 1' évolution des ressources en l'eau
du bassin.
Connaître le comportement des bassins versant devient dès lors une priorité dans la gestion
des ressources en eau, et surtout dans la mise en évidence de l'impact de la variabilité sur les
ressources en eau (Goula, 2009). Le modèle hydrologique est un outil incontournable pour la
compréhension de la dynamique d'un bassin versant, pour l'utilisation rationnelle des
ressources en eau de ce bassin et pour la lutte contre les catastrophes naturelles liées aux
crues. Des études faites sur le bassin del' Agnéby par Kouadio (2011) et Goula et al (2009)
avec les modèles distribués (dont CEQUEAU) ont montré une dégradation des régimes
hydroclimatiques. Les modèles hydrologiques distribués utilisent une description de plus en
plus complète du bassin versant et des termes du cycle hydrologique. Cependant. cette
approche pointue où un grand nombre de paramètres qui interviennent dans les processus
hydrologiques et la complexité de ces bassins, n'apporte pas forcément des résultats meilleurs
(Sousson, 2011). C'est pourquoi, dans ce mémoire, notre choix s'est porté sur le modèle
hydrologique conceptuel global: le modèle GR4J (Génie Rural à 4 paramètres au pas de
temps Journalier) mis au point par l'IRSTEA (ex: CEMAGREF) (Perrin, 2000; Perrin et
al, 2007). Il sera appliqué sur le bassin de l' Agnéby à Agboville d'une superficie 4693,32
km2. Le nombre de paramètres est Limité à quatre. Face à la problématique de la disponibilité
des ressources en eau due aux changements climatiques évoqués plus haut, nous nous
proposons d'expérimenter Le modèle GR4J pour évaluer les ressources en eau du bassin
versant.
Ainsi, le thème soumis à notre réflexion s'intitule: « Apport du modèle GR4J à la
modélisation des bassins versants en milieu tropical humide: cas du bassin versant de
I' Agnéby à Agboville (Côte-d'Ivoire)».

2
L'objectif principal de notre travail, est d'estimer la performance du modèle GR4J à simuler
les écoulements du bassin versant de l' Agnéby à Agboville dans un contexte de variabilité
climatique.
De façon spécifique il s'agit de :
};> caractériser la variabilité pluviométrique et la réponse hydrologique du bassin;
};> caractériser la robustesse du modèle GR4J à modéliser les écoulements;
};> calculer le bilan hydrologique.
Le travail est organisé autour du plan suivant :
};> Chapitre 1 : concerne des généralités sur la zone d'étude et quelques concepts ;
};> Chapitre 2 décrit le matériel et les méthodes appliqués à cette étude ;
};> Chapitre 3 présentes les principaux résultats obtenus, suivi de la discussion.
};> Enfin, ce mémoire se termine par une conclusion et des références bibliographiques.

3
1
1

4
1 : MlLIEU PHYSIQUE ET HUMAIN

1.1. MTI,IEU PHYSIQUE DE LA ZONE D'ETUDE

1.1.1. Situation géographique

Le bassin versant de I 'Agnéby à Agboville est situé au sud, en zone forestière de la Côte
d'Ivoire. Il est drainé par la rivière Agnéby, cette rivière s'écoulant du nord au sud, comme la
plupart des fleuves de la Côte d'Ivoire. Les coordonnées du bassin versant de l 'Agnéby à
Agboville dans le référentiel UTM Clarke 1880, fuseau 30, sont: 340000 à 420000 mètres en
abscisses, et 650000 à 770000 mètres en ordonnées (figure 1). Agboville est le chef-lieu de
région.

...•
~
rn
t 1
Légende
...•
-~~ • Loc alites
ëi
N Réseau: hydrographique_

D Conour du bassin

,;-
~
·g
-::,

1
Km

Figure 1: Situation géographique du bassin versant de l 'Agnéby à Agboville

1.1.2. Climat

Le bassin d' Agnéby à Agboville est sous l'influence du climat équatorial de transition
(Kouadio, 201 1 ). Ce climat est marqué par quatre saisons :
- la grande saison sèche, de décembre à mars ;
- la grande saison des pluies, d'avril à juillet·
- la petite saison sèche d'août à septembre;
- la petite saison des pluies d'octobre à novembre.

5
Pendant la grande saison des pluies, le maximum s'observe au mois de juin alors que pour la
petite saison c'est novembre. Pour la grande et La petite saison sèche sont respectivement au
de janvier et d'août. L'inégale répartition des deux saisons de pluies est due aux mouvements
ascendant et descendant dans la direction nord-sud du FIT (Front Intertropical) (Kouamé,
2007).

1.1.2.1. Pluviométrie

La pluviométrie moyenne mensuelle de la période de 1990-2003 a permis d'observer deux


saisons des pluies, donc les maximales s'observent aux mois de Juin et d'Octobre. Et deux
saisons sèches, donc les minimales s'observent aux mois de Janvier et d'Août (figure 2).
250


·---=
200
~
150
::..
-a
~
100
~
~= 50
=
0
.Jau Fé,..- l\far An· l\Iai .Jui .Jul Aoû Sep Oct Nov Dé·~
l\fois

Figure 2: Variation moyenne mensuelle de la pluie à la station d'Agboville (1990-2003)

1.1.2.2. Evaporation

L'évapotranspiration réelle moyenne annuelle est de 601,32 mm sur la période d'observation.


Le maximum mesuré est supérieure à 696 mm. L'ETR mensuelle est plus élevée de novembre
à mars. Cette situation s'explique par le fait que l'évaporation est intense pendant la grande
saison sèche, et baisse pendant la grande saison des pluies (SODEXAM) (figure 3).

6
80

-
E
70

-
E
5
60

50
!
B. 40
;.!
M,11
3()

20
Jan Fê!v M.11' Avr Mai Jui Jul Aoü Sc!p Ocl Nov Déc

Mols
Figure 3 : L'évapotration moyenne mensuelle à la station d' Agboville (2005 -2009)

1.1.2.3. Humidité relative moyenne

L'humidité relative moyenne mensuelle (1990-2003) de l'air varie de 74%, en décembre, à


86,8% en août (Douagui, 2012). Les plus fortes valeurs sont observées durant les mois de
juillet à septembre (Figure 4).

Jan Févr Mar A\'"r l\Iai Jui Jul Aoû Se1• Oct Nov Déc
Mois

Figure 4: Evolution de l'humidité relative moyenne mensuelle à la Station d' Agboville


(1990-2003)

1.1.3. Réseau hydrographique

Le réseau hydrographique est constitué par un cours d'eau principal, la rivière Agbô et d'un
affluent, le Séguié (Figure 5). L'Agnéby, est une rivière côtière qui prend sa source au
environ d' Agoua dans le département de Bongouanou à une altitude de 250 m. Son bassin

7
couvre une superficie de 4693.32 Km2, la rivière parcourt 339 km et sa longueur mesure 200
km. Dans son cours inférieur, l'Agnéby coule dans les marais (Girard et al, 1971). Le profil
en long est assez irrégulier et la pente moyenne est de 1,21 m/km.

Â
Légende
e Localités

LJ Contour bassin

COURS D'EAU

N Intermittent

N Permanent

1: Km

Figure 5 : Réseau hydrographique du bassin versant de I 'Agnéby à Agboville en Côte-


d 'Ivoire

1.1.4. Végétation

La végétation de l 'Agnéby est composée de forêt dense humide, de forêt défrichée, de forêt
marécageuse et très rarement de savanes incluses (Aveoard, et al., 1971).
La forêt dense est composée de deux entités que sont la forêt dense humide sempervirente et
la forêt dense humide semi-décidue (figure 6).
La forêt dense humide sernpervirente est toujours fermée, verte et constituée de trois niveaux :
- la strate basse ou herbacée, peu importante et parfois inexistante ;
- la strate moyenne, arbustive et riche en espèces végétales atteignant 20 à 30 m de haut ;
- la troisième strate est dominée par des grands arbres de 50 à 60 m de haut (Kouadio, 2011).
Cette forêt est caractérisée par des essences très recherchées telles que l'acajou Bassam
(Khaya ivorensis,) I 'Azobé (Lophira alata), et le Niangon iTerrietia utilis) (Essan, 1986).

8
La forêt dense humide semi-décidue est constituée par endroits des mêmes strates que la forêt
dense humide sernpervirente. Seulement, la troisième strate est plus réduite avec une faible
proportion de grands arbres de 50 à 60 m de haut. C'est une forêt à Triplochyton scleroxylon
(Samba), Mansonia altissima, Celtis sp. La forêt dégradée est constituée de forêts denses
dégradées, de forêts galeries et de cultures pérennes.
Les autres formations végétales comprennent les formations hydromorphes et les savanes
Littorales ou savanes. Les formations bydromorphes sont composées de forêts marécageuses et
de mangroves. Les premières occupent les vallées et bas-fonds avec pour espèce végétale
prédominante le palmier raphia (Gracillis). Quant aux secondes, elles s'étendent jusqu'aux
rives basses et estuaires des lagunes avec pour espèces caractéristiques les palétuviers
I'avicennia et le risophora-racemosa. C'est une formation monotone peuplée d'espèces
adaptées à la vie aquatique.
Les sols des régions forestières sont considérés comme des milieux favorables à la
reproduction végétale. Il ressort de cette description que les zones d'affleurement sont
couvertes d'herbes basses (Kouadio, 2011).

Légende

• Localités

Savane rnésophile
Cécchi
Forêt défrichée mésophlle
_; 1111111 For~t dense humide sémt-décidue

~Km
•••••~liiiiiiiiiiiiiiiiiiiiil

.100000

Figure 6 : Formations végétales du bassin del' Agnéby à Agboville (Aveoard, et al., 1971)

9
1.1.5. Géologie

Le bassin del' Agnéby fait partie des degrés carrés d'Abidjan, Dimbokro et Abengourou où se
côtoient plusieurs unités géologiques. Delor et al (1992) montrent les détails de ces
formations géologiques dominées par le Birimien et une petite partie du tertiaire et secondaire
(figure 7).
Les formations précambriennes d'âge paléoprotérozoïque de la zone étudiée sont constituées
de roches cristallines essentiellement schisteuses, fortement plissées et métamorphisées du
birimien, parsemées de tâches granitiques. Dominé en grande partie par le socle cristallin
précambrien (92%) dans sa partie supérieur, le bassin de l' Agnéby appartient au domaine
Protérozoïque (moyen et inférieur) qui a été structuré au cours des mégacycles orogéniques
éburnéens composé des formations schisteuses birimiennes auxqueUes sont associées des
formations granitiques isolées ou intrusives (métagranites, granitoïdes et granodiorites). On
distingue des granitoïdes (regroupés en métagranites à muscovite) constitués de
métagronodiorites, métadiorites et métatonalites d'un faciès porphyroïde à l'intérieur des
métagranodiorites à biotite et/ou hornblende. D'autres formations sont disséminées en petit
nombre : métamonzogranites, tonalites et chloritoschistes. Le reste de la lithologie est dominé
par des séries gréso-pélitiques comprenant des métaarénites dominant sur métasiltstones, des
métasiltstones dominant sur métaarénites (Assoma, 2013). La partie inférieure sédimentaire
(8%), de formation Tertiaire et Secondaire est constituée de sediments sableux, argileux ainsi
que des sédiments côtiers du quaternaire occupant le lit aval. Les phénomènes d'induration se
traduisent dans cette région par la formation de surfaces cuirassées (Kouadio, 2011 ;
Assoma, 2013).

10
360000 ~00000
-..J
,;::
•· -~ Légende

A Quaternaire
Holocène
- Cuirasse latéritique
Biriminien
Rbyacien moyen â supérieur (2300-20SO )la)
--i

~ - Granodiorire à biotite et ou horneblende


0
Métaaréaites dominant sur métasiltstones
'.\ilêtasiltsto11es dominant sur métaaréaites
Chloritoschistes et métagrauwackes
Rhyacien inférieur â moyen (2300-2050 )la)
~ ~ Métamonzogranites
g Essains de dykes de métamouzogranites
-Tonalite
- Granite à biotite
/V Failles indiffér~ciées
Figure 7: Carte géologique du bassin del' Agnéby à Agboville (Délor et al, 1992)

1.1.6. Pédologie

Les sols rencontrés sur la zone d'étude sont des sols ferralitiques fortement lessivés sous forte
pluviométrie (figure 8) (Perraud, 1971). Ils ont un profil caractérisé par trois horizons (A, B
et C). Deux grands groupes de sols existent et sont issus de l'altération de différentes roches-
mères:
- un premier groupe comprend les sols ferralitiques sur roches éruptives et métamorphiques
(granites, schistes et roches basiques). Ces sols sont très profonds avec une forte teneur en
argile et une bonne capacité de rétention en eau. Ils conviennent à la culture du caféier, du
cacaoyer, du palmier à huile du bananier et des vivriers.
- un deuxième groupe comprend les sols ferralitiques sur sables tertiaires rencontrés au niveau
du bassin sédimentaire. Les sols compensent leur mauvaise qualité chimique par une
épaisseur suffisamment importante permettant la culture du caféier, du cacaoyer et du palmier
à huile. Ils conviennent aussi à la culture de l'ananas, plante nécessitant des sols bien aérés.

11
8
8 ~
('I B
I'
= Légende
• Localités
11111 Ferrisols
Cécchi
- Sols ferralitiques moyennement lêssivés
Sols ferralitiques fortement léssivés
8 ou sols remaniés et typiques
8
X
-=

30Km

.1

Figure 8: Carte pédologique du bassin versant del' Agnéby à Agboville (Perraud, 1971)

1.2. Milieu humain

1.2.1. Population

Une population d'origines diverses composées d'autochtones et d'allogènes vivent sur le


bassin de I 'Agnéby. Les populations autochtones sont les Abbey, les Attié, les Krobou et les
Agni (Delor et al, 1992). Les populations allogènes sont constituées en grande partie de
ressortissants des pays limitrophes de la Côte d'Ivoire (Ghana, Burkina Faso, Mali, Guinée,
Libéria, Togo, Bénin Niger etc.) et d'autre pays (Liban, Maroc ... ) On y trouve aussi des
populations originaires des autres régions du pays. La population est estimée à environ 730
000 habitants, composés de 54,3 % de population autochtone et 45, 7% de population migrante
(MINAGRA, 2001 in Kouadio, 2011).

1.2.2. Activités économiques

L'agriculture constitue la principale activité économique de la population active du bassin


(figure 9). Elle est en moyenne de près de 85 % sur les principales régions administratives du
bassin versant de l' Agnéby (MINAGRA, 2001 ). Malgré son importance, elle est peu

12
diversifiée. Les activités socio-économiques, hormis les plus grandes villes de la zone, sont
basées sur des cultures à vocation vivrière (manioc, maïs, igname, riz pluvial) ou de rente
(banane plantain, café, cacao, palmier à huile et hévéa). Ces cultures agricoles sont
exclusivement de type pluvial sans irrigation.
Les cultures de rente occupent à elles seules près de 60% des superficies cultivées et sont
aussi peu modernisées. Le cacaoyer et le caféier, les cultures les plus importantes, sont
généralement pratiqués par les agriculteurs villageois sur de faibles superficies, à la différence
des plantations industrielles qui s'étendent sur de vastes étendues.
Le secteur du bois a aussi une part importante dans la dynamique des activités économiques.
Les activités du bois continuent de jouer un rôle prépondérant dans le développement socio-
économique du pays (Noufou, 1998).
En effet, il fait vivre toute une série d'entreprises complémentaires : transport, industries de
transformation, artisanat, transit et exportation, commerce, carburant, fournitures diverses et
activités de toute nature y compris la marine marchande qui bénéficie largement de l'activité
du secteur bois. Il représentait plus de 10% des exportations totales en 1988 et 8% en 1991.
Le bassin versant de l' Agnéby est parcouru par une diversité de routes qui sont des routes
piétonnes, des pistes carrossables, des routes secondaires, des routes principales, et du chemin
de fer. La densité du réseau routier conditionne la fluidité de la circulation des populations et
des marchandises. Les atouts routiers de ce témoignent de l'importance du taux d'urbanisation
qui est supérieur à 20% sur le bassin (Kouadio, 2011).
Les eaux de surface étant rarement potables sans traitement, les eaux souterraines, en
particulier les eaux de puits sont généralement les sources natureJles d'eau potable et sont
accessibles. Les eaux souterraines sont couramment utilisées sans traitement dans plusieurs
pays car elles sont reconnues en général comme étant de bonne qualité. Elles constituent la
principale source d'approvisionnement permanent en eau des populations de certaines
localités. Elles sont de ce fait fortement sollicitées ( Noufou 1998).
La Société de Distribution d'Eau de Côte-d'Ivoire (SODECI) assure l'approvisionnement en
eau des populations en exploitant essentiellement les eaux de surface. Ainsi, à Agboville,
l'eau de la rivière Agbô est traitée et aussi servie aux populations (Kouamé, 2013) (figure
10). Ces prélèvements modifient très sensiblement le régime hydrologique des cours d'eau.

13
Légende

Agriculture industrielle
et vivrière
• Artisanat, transport et
commerce
85% A drninistra.t.ion
Elevage bovins et ovins
•Autres

Figure 9 : Répartition des activités économiques de la population active sur le bassin de


I 'Agnéby (Kouadio, 2011)

Figure 10: Station de captage de la SODECI sur l'Agnéby à Agboville (A: Eau de la rivière
Agbo à Agboville; B: zone de captage de la SODECI: Station de captage à Agboville in
Assoma, 2013)

2 : VARIABILITE CLIMATIQUE ET MODELISATION HYDROLOGIQUE

2.1. Variabilité climatique

Les conditions climatiques sur le bassin de l'Agnéby est à l'image du pays. Les mécanismes
des précipitations dans notre pays peuvent nous servir à expliquer le comportement des
précipitations en Afrique de l'Ouest de façon générale et particulièrement dans la région
tropicale humide. La Côte d'Ivoire a connu 4 périodes de sécheresse très marquée au cours du
20ème siècle: l'année 1943, les années 1968-1970, les années 1982-1983 et l'année 1993
(Brou et al, 1998). Ces années de sécheresse s'inscrivent dans le phénomène général de la

14
sécheresse globale observée depuis 1970. Le début de la longue période de sécheresse qui
sévit depuis 1970 est identifiable par une rupture de la stationnarité des séries d'observations
pluviométriques quasi générale entre 1968 et 1970 (Brou, 2005).
La baisse de la pluviométrie est remarquable, même dans les zones à forte pluviométrie
(supérieure à 1800 mm), plus particulièrement dans l'Ouest montagneux (Kouamé, 2010;
Savané et al., 2001). Au-delà de cette évolution générale, le comportement interannuel de
l'espace du littoral se distingue de celui des régions intérieures, la variabilité climatique de la
zone littorale étant souvent moins intenses (Brou, 1997). Cette variabilité climatique s'est
aussi manifestée à l'échelle saisonnière. Elle a été également accompagnée par une
diminution du nombre de jours de pluie à partir de la décennie 1970 (Kouassi, 2007).

2.2. Impact de la variabilité climatique sur les ressources en eau En Côte-


d 'Ivoire

Depuis les années 1970, ]es modules annuels de nombreux cours d'eau sont inférieurs à la
moyenne générale calculée sur la période 1950-2000 (Savané et al, 2001).
Les résultats des tests statistiques la détection des ruptures (au sens des changements brutaux
de moyenne de la série) dans des séries chronologiques de modules annuels concordent avec
ceux observés sur la pluviométrie annuelle. Les dates de ruptures détectées se situent en
général entre 1968 et 1972 (A.ka et al., 1996; Servat et al., 1998 ; Kouassi, 2007).
L'aggravation des cours d'eau est remarquable pendant la décennie 1980 où le déficit des
modules moyens annuels, par rapport à la moyenne calculée de 1951 à 1990, est estimé à
16%, alors qu'il est de 7% durant la décennie 1970. Les bassins des fleuves ivoiriens font
partie des fleuves les plus touchés par la baisse des écoulements dans la région ouest africaine
(Ouédraogo, 2001). En effet, un déficit moyen de 47% est enregistré au niveau des débits des
cours d'eau ivoiriens (Servat et al., 1998).

2.3. Modélisation hydrologique

2.3.1. Méthodes d'évaluation des ressources en eau

Les méthodes d'évaluation des ressources en eau permettent d'estimer les paramètres du bilan
hydrologique.

15
2.3.1.1- Bilan hydrologique

2.3.1.1.1- cycle de l'eau

Le cycle de l'eau est un cycle biogéochimique terrestre, il consiste en un échange d'eau entre
les différentes enveloppes de la Terre : l'hydrosphère, l'atmosphère et la lithosphère
(http ://ga.water.usgs.gov/edu/watercycle.htm in (Dao, 2013).. Ces enveloppes terrestres
contiennent de l'eau, en quantités variables : beaucoup au sein de l'hydrosphère, moins dans la
lithosphère et en très faible quantité dans l'atmosphère.
L'eau de l'hydrosphère, chauffée par le rayonnement solaire, s'évapore et rejoint alors
l'atmosphère sous forme de vapeur d'eau. Les nuages sont ainsi formés de minuscules gouttes
d'eau. Cette même eau, lors des précipitations, retombe sur les océans et les continents. La
circulation de l'eau dans la lithosphère emprunte trois voies (Dao, 2013) :
- le ruissellement en suivant les reliefs;
- l'infiltration à travers les fissures naturelles des sols et des roches ;
- la percolation en migrant lentement à travers les sols.

Stockage d·eau dans __


la glace et la nelgep/ StockaQe d'eau dans l'atmosphère
.•.~,,, "' Condensation
/ ~~ li!_ . Sublrmat1on

Figure 11 : Cycle de l'eau et ses composantes selon USGS (United States Geological Surley)
in Dao, 2013)

16
};>- Précipitations
Ce sont des eaux météoriques (toute eau provenant plus ou moins directement des la
condensation de vapeur d'eau atmosphérique) qui tombent à la surface de la terre, sous forme
liquide (bruine, pluie, averse) et / ou solide (neige, grésil, grêle) ainsi que les précipitations
déposées ou occultes.
La pluie (P) qui constitue le signal d'entrée du système est répartie en plusieurs composantes
selon qu'on soit en milieu tropical humide ou tropical sec.

};>- EvapoTranspiration
Elle se définit comme étant le passage de la phase liquide à la phase vapeur, il s'agit de
l'évaporation physique. Les plans d'eau et la couverture végétale sont les principales sources
de vapeur d'eau. On parle de sublimation lors du passage direct de l'eau sous forme solide
(glace) en vapeur. Le principal facteur régissant l'évaporation est la radiation solaire.
Le terme évapotranspiration englobe l'évaporation et la transpiration des plantes. On
distingue:
• L'évapotranspiration réelle (ETR): somme des quantités de vapeur d'eau évaporées
par le sol et par les plantes quand le sol est à une certaine humidité et les plantes à un
stade de développement physiologique et sanitaire spécifique
(h tt://ecboo2. epfl.ch/e.droloie).
• L'évapotranspiration de référence (ETP) (évapotranspiration potentielle) : quantité
maximale d'eau susceptible d'être perdue en phase vapeur, sous un climat donné, par
un couvert végétal continu spécifié (gazon) bien alimenté en eau et pour un végétal
sain en pleine croissance. Elle comprend donc l'évaporation de l'eau du sol et la
transpiration du couvert végétal pendant le temps considéré pour un terrain donné.
(htt://echoo2.epfl.ch/e.droloie)
L'évaporation est une des composantes fondamentales du cycle hydrologique et son étude est
essentielle pour connaître le potentiel hydrique d'une région ou d'un bassin versant. En
général, des analyses spécifiques d'évaporation doivent être faites pour des études de bilan et
de gestion de l'eau par les plantes.

17
•!• Ruissellement
A la surface du sol, les précipitations sont partagées entre le ruissellement et l'infiltration. Le
ruissellement équivaut à la partie qui se propage jusqu'au réseau hydrographique et transite à
l'exutoire du bassin.

•!• Infiltration

L'infiltration se caractérise par un mouvement de l'eau pénétrant dans les couches


superficielles du sol. Les écoulements souterrains se produisent dans le milieu poreux du
sous-sol qui peut être saturé ou non saturé (Sochala, 2008). Les écoulements dans la zone non
saturée concernent les processus proches de la surface du sol (infiltration) et plus en
profondeur (percolation). Les écoulements en zone saturée concernent les écoulements de
nappe, mais également les écoulements de subsurface sur les versants qui, conceptuellement,
s'apparentent à des nappes perchées formées temporairement lors des épisodes pluvieux.

2.3.1.1 .2. Calcul du bilan

On définit un bassin versant par rapport à une section droite d'un cours d'eau que représente
la surface drainée par ce cours d'eau à l'amont de ladite section: toute l'eau qui précipite à
l'intérieur du bassin versant transite donc par la section droite considérée appelée exutoire
(N'Diaye, 1997).
En général, le bilan hydrologique (Equation 1) s'écrit de la façon suivante sur un pas de temps
quelconque (Beven et O'Connell, 1985) :
P = Q+ETR+ôS+I (Eq.l)
Avec:
P: Pluie, Q: Qébit jaugé à l'exutoire, ETR: Evapotraaspiration réelle, ôS: Variation du
Stock et I : Infiltration ou perte.
Les termes P et Q sont souvent les seules grandeurs mesurables et disponibles sous forme de
chroniques.

2.3.2. Modèles hydrologiques

Plusieurs classifications ont été proposées par différents auteurs (Maidment, 1993 ; Laurent,
1996; Ambroise, 1999). Une première classification composée de trois classes distinctes est
usuellement employée : les modèles empiriques, les modèles conceptuels et les modèles à

18
base physique. Cette classification dépend également de la description spatiale des processus
au niveau du bassin versant n en tant que modèles globaux ou distribués.

Les modèles empiriques utilisent les séries de données chronologiques disponibles pour en
déduire la structure du modèle ainsi que les valeurs des paramètres correspondants. Ils sont
alors basés sur les informations rapportées des données et n'incluent aucune connaissance a
priori sur le comportement du bassin versant et des processus physiques de l'écoulement. Ces
modèles portent aussi le nom de boîtes noires.
Les modèles conceptuels utilisent des éléments de stockage ou réservoirs comme composants
principaux. Ces réservoirs se remplissent par des flux : précipitation, infiltration ou
percolation et se vident par évapotranspiration, ruissellement, drainage etc. Contrairement aux
modèles empiriques, la structure des modèles conceptuels est déterminée avant leur
utilisation. Elle est définie par la compréhension du système hydrologique du modélisateur.
Cependant, ces modèles reposent également sur des séries temporelles de données du système
pour la détermination des valeurs des paramètres dans un processus de calibration.
Les paramètres décrivent la taille des réservoirs ou la répartition des écoulements entre eux.
Un seul paramètre peut décrire plusieurs processus et ne peut alors pas être directement déduit
des mesures de terrain. La plupart de ces modèles considèrent le bassin comme une unité
homogène (modèles globaux).
Les Modèles à base physique reposent sur un couplage de sous-modèles dédiés à des
processus hydrologiques distincts

2.3.3. Modélisation pluie-débit

La modélisation pluie-débit est une discipline des sciences hydrologiques qui s'intéresse
principalement au cycle hydrologique afin d'aboutir à un outil de travail exploitable dans
différents domaines. Deux dimensions définissent la modélisation pluie-débit. La première est
l'échelle d'espace. Pour différentes superficies, allant d'une maille de quelques mètres carrés
au bassin versant de quelques dizaines de milliers de kilomètres carrés, il existe une littérature
très riche qui propose divers types de modèles et même La critique de ceux-ci. La seconde
dimension est l'échelle du temps. Du pas de temps infra-horaire jusqu'au pas de temps
pluriannuel, on trouve dans la littérature de nombreux modèles fonctionnant à chaque pas de
temps.

19
2.3.3.1. Objectifs de la modélisation pluie-débit

Le nombre de mesures limitées est le motif principal qui motive l'utilisation des modèles
dans le fonctionnement hydrologique des bassins versants. Des modèles mathématiques sont
utilisés sur des bassins versants ayant des données incomplètes pour les mesures partielles
dans le temps et dans l'espace, à la fois temporelle et spatiale (Perrin, 2000; Le Lay,
2006).Ces modèles, nous permettent d'avoir également des connaissances bien fondées sur
les processus intervenants dans le cycle de l'eau. Ils permettent de Jes associer de façon
dynamique et ainsi, de mieux comprendre leur nature, leur rôle et leurs interactions spatiales
et temporelles. Ils sont aussi, par conséquent, des outils pour valider, infirmer ou proposer des
concepts ou des théories. En tant que projection mathématique de nos connaissances, la
modélisation hydrologique peut également permettre de répondre aux questions que pose la
dynamique des eaux continentales en termes de risques et de ressources, comme la prévision
des crues et des étiages, la recbercbe précise des impacts de changements climatiques et/ou
anthropiques sur le cycle de l'eau.
Elle nous permet de répondre à l'essentiel de ces problématiques :
• Simulation de débits, pour le comblement de lacunes dans les séries de données, la
reconstitution de débits historiques (les données de pluie étant souvent disponibles sur
des périodes beaucoup plus longues que les débits) ou pour permettre des traitements
statistiques ·
• Prédétermination des débits de crue ou d'étiage: on désire savoir avec quelle
fréquence des débits de crue (supérieurs à un seuil de risque par exemple) ou des
faibles débits (en deçà d'un débit réservé par exemple) risquent de se produire, et sur
quelle durée. On se place ici dans une démarche d'analyse fréquentielle. Cette
connaissance peut permettre le dimensionnement d'ouvrages et de réservoirs ou
d'aménagement dans le lit (mineur à majeur) du cours d'eau;
• Prévision des crues et des étiages : il s'agit d'évaluer par avance (avec un délai de
quelques heures à quelques jours), connaissant l'état du bassin, les débits de crues
susceptibles de présenter des risques (inondation) ou les débits d'étiages pouvant
demander de mettre en place une gestion particulière de la ressource ( par des barrages
-réservoirs par exemple) pour assurer l'approvisionnement en eau ou la préservation
de la vie halieutique. On s'inscrit dans une démarche d'analyse en continu du bassin;

20
• Influence d'aménagement sur l'hydrologie: on désire pouvoir prédire les changements
de la réponse du bassin suite à des modifications, d'origine humaine ou à des
changements environnementaux, des caractéristiques du bassin.

2.3.2.2. définitions des types de variables et fonctions de modèles

Un modèle permet d'approcher de façon figurative des systèmes hydrologiques complexes.


Le plus souvent basé sur la représentation mathématique ou physique des processus, il intègre
les différentes phases du cycle de l'eau, en tentant de s'approcher au maximum de ce qui se
passe en réalité (Haziza, 2003). Le modélisateur introduit généralement les facteurs qui lui
semblent pertinents pour minimiser l'inexactitude liée aux hypothèses simplificatrices de la
modélisation. On distingue quatre types de variables qui existent en totalité ou en partie dans
chaque modèle (Boudahraa, 2007) :
• Variables d'entrée: le modèle fait appel à ces variables qui dépendent du temps et/ou
de l'espace (pluie, ETP, caractéristiques et hydrodynamiques du milieu, ... );
• Variables de sortie: le modèle répond par un ensemble de variables (débits, flux ou
concentration de polluants, ... ) ;
• Variables d'état: elles permettent de caractériser l'état du système modélisé et peuvent
évoluer en fonction du temps (niveau de remplissage des réservoirs d'eau d'un bassin
taux de saturation des sols, profondeur des sols, pentes, ... ) ;
• Paramètres de calage : la modélisation fait intervenir des variables dont les valeurs
doivent être déterminées par calage (conductivité hydraulique à saturation, ... )
(Gaume, 2002 in Gherissi, 2012).
Dans le cas de la présente étude, les variables d'entrée sont la pluie et l'ETP et la variable de
sortie est le débit
Toutes ces variables interviennent dans la modélisation hydrologique par l'intermédiaire de
deux fonctions : une fonction de production et une fonction de transfert :
• La fonction de production : c'est une représentation simple mais réaliste des
différentes voies que suivra l'eau de pluie, au moment où elle rejoint le cours d'eau
(Morin, 1991 in Boudahraa, 2007). Elle exprime la transformation de la pluie brute
en pluie nette, définit la fraction de la pluie qui contribue effectivement au
ruissellement. En d'autres termes, elle permet de calculer la quantité d'eau qui va
s'écouler à l'exutoire d'un bassin versant ou sous-bassin versant;

21
• La fonction de transfert: achemine la pluie nette (ou efficace) à l'exutoire, et
reconstitue la dynamique de la crue. Elle permet la transformation de la pluie nette en
un hydrogramme à l'exutoire du bassin versant (Michel, 1983).

2.3.4. Modèles conceptuels GR

La simulation du débit à l'exutoire d'un bassin versant est nécessaire voire indispensable pour
de nombreuses applications d'ingénierie et de gestion de la ressource en eau, telles que le
dimensionnement et la gestion d'ouvrages, la prévision des crues ou des étiages, la
détection d'impact. C'est pour répondre à ces questions que 1 'l R STE A (ex
CEMAGREF) a commencé à développer au début des années 1980 des modèles
hydrologiques (du Génie Rural: GR) permettant de faire le lien entre la lame d'eau précipitée
sur un bassin versant et son débit à l'exutoire (Michel, 1983). Au-delà de leur aspect pratique,
ces modèles ont soulevé des questions essentielles sur la façon de représenter la
transformation de la pluie en débit à l'échelle du bassin versant. Comme tout modèle
hydrologique, les modèles GR opèrent une triple globalisation (triple considération de
moyenne) du système bassin versant:
Au niveau des processus
Les modèle GR proposent des relations comportementales plus ou moins simples à l'échelle
du bassin, mises au point empiriquement et sans liens directs avec la physique des processus à
petite échelle et pouvant représenter une moyenne de plusieurs processus;
Au niveau de l'espace: les modèles GR sont globaux, c'est-à-dire que, tout en reconnaissant
l'extraordinaire hétérogénéité de tout bassin versant, ils considèrent le bassin versant comme
un tout;
Au niveau du temps
Les modèles GR ont été développés pour différents pas de temps: annuel mensuel, journalier
et horaire. Ces modèles travaillent sur des moyennes temporelles. Notons que le
développement d'un modèle au pas de temps horaire est en cours (Mathevet, 2005) et
actuellement, Le modèle journalier est appliqué au pas de temps horaire. Les modèles GR3H
ou GR5H (horaire) utilisés dans certaines applications développées à l'IRSTEA d' Aix-en-
Provence (Furmigué et Lavabre, 2005) correspond au modèle proposé par Edijatno (1991)
au pas de temps journalier.
Ces modèles utilisent les données continues de pluie et d'évapotranspiration potentielle, cette
dernière pouvant être une courbe moyenne interannuelle (Oudin et al, 2005b). Les modèles

22
GR ont un faible nombre de paramètres, ce qui permet de limiter les problèmes de
surparamétrisation et leur confère une bonne robustesse (Perrin et al., 2001). Nous ne
présentons ici la version développée sous Excel du modèle GR4J conçu au pas de temps
journalier, que nous utiliserons pour la suite de ce travail.

2.3.5. Utilisation du modèle GR4J

Le modèle GR4J (Perrin et al. 2003) est un modèle conceptuel global fonctionnant au
pas de temps journalier. Le nombre de paramètres est limité à quatre, ce qui en fait un
modèle parcimonieux. Ce modèle a été développé sur la base de l'étude d'un grand
nombre de bassins versants, incluant des bassins versants à climats contrastés, ce qui
en fait un bon candidat pour évaluer l'impact du changement climatique. En revanche,
comme tous les modèles conceptuels, le jeu de paramètres est susceptible de dépendre de
la période de calage (longueur et caractéristiques climatiques). Les simulations sont donc
soumises, entre autres, aux incertitudes liées au calage des paramètres. En revanche au
cours de son développement, il a été testé sur de larges échantillons de plusieurs centaines
de bassins, notamment en France mais également aux Etats-Unis, en Australie, au Brésil,
au Mexique, en Algérie au Bénin et en Côte d'Ivoire (Le Lay, 2006; Gherissi, 2012;
Yao, 2015). D'autres équipes de recherche, des bureaux: d'études et des services
opérationnels ont par la suite utilisé les modèles dans des conditions variées. L'objectif
était de mettre au point un modèle de simulation pluie-débit robuste et fiable en vue
d'utilisations pour des applications de gestion de la ressource en eau et d'ingénierie
(dimensionnement d'ouvrage, prévision des crues et des étiages, gestion de réservoirs,
détection d'impact..) (Le Lay, 2006).
Le modèle GR4J a certaines fonctions communes avec le modèle mensuel GR2M
(par exemple la fonction de production Liée au réservoir sol). Son module de routage est
cependant plus sophistiqué qu'au pas de temps mensuel.
Le modèle GR4J a été très utilisé pour l'évaluation et la gestion des ressources en eau en
Côte d'Ivoire (Servat et Dezetter, 1991 ; Paturel et al., 2003 ; Diello, 2007 ; Kouassi,
2007 ; Dibi, 2008 ; Kanohin, 2010 ; Kouakou, 2011 ; Kouamé et al., 2013 ;
Mangoua, 2013). Il a été utilisé en Côte d'Ivoire pour l'évaluation des potentialités en
eau sur le bassin versant de la Lobo en vue d'une gestion rationnelle. TI a permis
d'obtenir des résultats pertinents dans la modélisation hydrologique de bassins
versants. sous l'emprise des actions anthropiques (Yao, 2015).

23
1
1

24
2.1. MATERIEL

2.1.1. Données hydro-climatiques de l'étude

Les données climatologiques proviennent de la Société de Développement et d'Exploitation


Aéroportuaire, Aéronautique et Météorologique (SODEXAM) section METEOROLOGIE.
Les données de débits journaliers de la station hydrométrique d'Agboville ont été obtenues
auprès des responsables de la Direction des Normes de la Réglementation et de la Qualité
(DNRQ) et les structures sous tutelles de la Direction Générale des Infrastructures de
l'Hydraulique Humaine (DGIHH) (tableau I). Etant donné qu'il n'existe pas de station
synoptique sur le bassin, les données de la station synoptique d'Abidjan-Aéroport situé près
de l'exutoire seront prises en compte dans nos analyses. La figure 12 illustre la répartition des
7 postes pluviométriques et de la station hydrométrique d' Agnéby à Agboville; les données
d'Abidjan de 1984-2009 seront utilisées pour l'ETP qui va servir à l'étude de la variabilité
temporelle et spatiale des précipitations et des réponses hydrologiques (débits) sur la zone
d'étude.

Tableau I: Caractéristiques des données hydroclimatiques de l'étude du bassin versant de


l'Agneby à Agboville

Stations Période observée Durée (ans)


Séries pluviométriques
Bongouanou 1947-2013 66
Arrah 1976-2013 37
M'batto 1976-2013 37
Akoupé 1979-2010 31
Cêehi 1950-1999 49
Adzopé 1944-2010 66
Agboville 1923-2013 90
Série hydrométrique
Agboville 1955-2012 57
Série de l'évapotranspiration potentielle (ETP)
Abidjan 1984-2012 28

25
Da,oukro


Dimbokro
Abengourou

M'bat

"lpé
Cécc


dzop
~
V.1ka_ssé
Attobrou

A

Sikensi Azaguië
• '
ontezo

-
Légende
• Station hvdrométrioue
• Stations pluviométriques
Réseau hydrographique
Contour du bassin
3)
Km

Figure 12: Stations pluviométriques et hydrométrique du bassin versant del' Agnéby à


Agboville

26
2.1.2. Logiciels utilisés

Plusieurs logiciels ont été utilisés au cours de cette étude. Il s'agit de:
-Hydraccess 4.2: pour calculer les pluies moyennes des stations du bassin;
- Mapinfo Professional 8.0 : pour la numérisation des cartes géologique ;
- Arcview GIS 3.2 : pour le traitement du MNT de la zone d'étude en vue de l'extraction des
caractéristiques géomorphologiques et hydrodynamiques du bassin versant ;
- Surfer 8 : traitement statistique et interpolation des données pluviométriques par krigeage ;
- Krhonostat 1.01 : outil statistique de traitement des données pluviométriques et
hydrométriques ayant servi à la détection des points de rupture ;
- E.V.C. (Evaluation de la Variabilité Climatique) : calcul des coefficients de tarissement et
volumes mobilisés par les aquifères à l'exutoire du bassin versant, (Loi de Maillet);
- Modèle hydrologique GR4J : développé sous Excel version 1 .0, pour la simulation du
comportement hydrologique du bassin.

2.2. METHODES

2.2.1. Méthodes caractérisation de la variabilité pluviométrique et la reponse


hydrologique du bassin

Cette partie consiste a utilisé des méthodes statistiques et des formules mathématiques.

2.2.l.1. Caractérisation hydrologique du bassin

2.2.1.1.1. Calcul de la lame d'eau précipitée et calcul du coefficient mensuel


d'écoulement

Les lames d'eau écoulées se calculent avec les débits des cours d'eau. Elles peuvent être
journalières, mensuelles ou annuelles selon l'objectif de l'étude. Dans cette étude, ce sont les
modules annuels ou débits moyens annuels qui sont utilisés. Les lames d'eau se calculent à
partir de l'équation 2 suivante:
He= 365x86r4XQ
(Eq.2)
s

Où. He : la lame annuelle écoulée (mm); Q : module journalier (m3/s); S : superficie du


bassin versant (km2) et 365 x 86,4 : coefficient relatif au temps en secondes dans 1 'année.

27
Par ailleurs, un coefficient mensuel de débit (CMD) est déterminé pour connaitre la période
des hautes-eaux et ceUes des basses-eaux. C'est le rapport des modules mensuels (Q) au
module de la période considérée (Qmoy). Il est donné par l'équation 3:

CMD =-Q- (Eq.3)


Qmoy

Lorsque le CMD est supérieur ou égal à 1, on est en période de hautes-eaux et lorsqu'il est
inférieur à 1 c'est la période des basses-eaux.

2.2.1.1.2. Calcul du volume d'eau mobilisé et calcul du coefficient du tarissement

Le tarissement d'un cours d'eau est la décroissance de ses débits en dehors de toute
précipitation. L'écoulement de ces bassins versants provient a 1 ors essentieUement de la
vidange des nappes souterraines. Ainsi, le régime des basses- eaux ( ou étiage) de ces
cours d'eau se trouve toujours conditionnés par l'état de remplissage des nappes de leurs
bassins versants en fin de saison des pluies et de leur loi de tarissement. Le coefficient de
tarissement est déterminé par la méthode dichotomique proposée par Savané et al, (2003).
Cette méthode est basée sur la loi de Maillet représentée par l'équation 4 :

(Eq.4)

Où:
Qt: débit à l'instant t donné
Q0: débit initial (débit au début du tarissement)
k : coefficient de tarissement de Maillet.
Le coefficient de tarissement est obtenu par résolution dichotomique de I 'équation 5 :
e-kt V 1
-+---==O
k Oo k
(Eq.5)

Avec:

V: volume (m3) écoulé à chaque instant


En régime non influencé, on estime que la courbe annuelle de tarissement est l'expression
de la vidange du réservoir souterrain et, donc, que la quantité d'eau récupérée à la station
de jaugeage correspond exclusivement aux volumes dynamiques mobilisés par l'ensemble
des aquifères du bassin. Le volume mobilisé (Vmob) par l'ensemble des aquifères du
bassin s'obtient en résolvant l'intégrale (équation 6):

28
Vmo b = J-~
+oo
Q 0 e-ktdt = ..J!
Q
K
(1 - e-kM:) (Eq.6)

Lorsque le temps de vidange At est grand, alors tout le volume d'eau reçu par la nappe se
vidange totalement et le volume vidangé a pour expression (équation 7):

Vmob = Qo car e-k~t


K
= 0 (Eq 7)
·
Dans la pratique, le débit journalier le plus élevé de l'année est considéré comme le
débit initial.

2.2.1.2. Etude de la variabilité pluviométrique


2.2.1.2.1.Test de présentation des données

Pour déterminer la maximale et la minimale des module des pluies annuelle, débits annuels
et des ETP annuelles sur notre période d'étude, calculé à partir des données
(pluviométriques, débits et ETP) journalières de chaque année.

2.2.1.2.1. Test d'analyse des données pluviométries

Les séries pluviométriques annuelles ont été analysées à l'aide de deux méthodes de détection
de ruptures de La moyenne dans les séries temporelles (test de normalité et test de Pettitt) ; la
rupture est un changement dans la loi de probabilité d'une série chronologique à un instant
donné (Lubès-Niel et al., 1998).

•!• Test de Normalité

.
Il s'agit d'évaluer la distribution des données avant d'utiliser un test paramétrique ou Tests
Non-Paramétriques (Saporta, 2006). L'utilisation des tests de Normalité nécessite la
formulation des tests d'hypothèses:
)"' Formulation de l'hypothèse nulle (H0) et hypothèse alternative (H 1)
)"' Détermination du seuil de signification du test (alpha). Seuils couramment utilisés sont
5% (significatif), 1 % (très significatif) et 0,1 % (hautement significatif).
Ho: les données suivent une distribution normale
H 1 : les données ne suivent pas une distribution normale
Si P (Probabilité)< 0,05 : test significatif, Ho rejeter et H 1 accepter (distribution pas normale)
Si P (Probabilité)> 0,05 : test significatif, Ho accepter et H1 rejeter (distribution normale)

29
•!• Test de Pettitt
La mise en œuvre du test de Pettitt (1979) suppose que pour tout instant t compris entre 1 et
N, les séries chronologiques appartiennent à la même population. La variable à tester est le
maximum en valeur absolue de la variable de Pettitt (ut,n) définie par:
t n

u., = I Idu
i=I j=t+l

Avec d . = sgn(x. -x .)
lJ I J
et sachant que :

sgn(x)=l six> 0
sgn( x) = 0 si x = O;
sgn(x) = -1 si.x < O
L'absence de rupture dans la série de taille N constitue l'hypothèse nulle. Si l'hypothèse nulle
est rejetée, une estimation de la date de rupture est donnée par l'instant t définissant Je
maximum en valeur absolue de la variable Ut,n. Le test est plus particulièrement sensible à un
changement de moyenne (Lubès et al., 1998). Une rupture primaire se définit comme une
hétérogénéité identifiée par un test de rupture à partir de la série initiale. Une rupture
secondaire est une rupture obtenue à partir d'une sous série issue de la série de base. Le test
de Pettitt suppose l'absence d'auto-corrélation et la constance de la variance comme condition
d'application.

L'hypothèse nulle HO, de non rupture, est testée au moyen d'un test non paramétrique. Pour

un risque a de première espèce donné, HO est rejetée si une certaine probabilité (Prob

( K N >k)) calculée à partir de la série chronologique étudiée est inférieure à a.


On note:
2

Pr ob(KN )k) == 2 exp [ - N36k


+ N2 ]

La valeur de la probabilité (~)permet de déterminer le niveau de signification de la rupture


ou son importance (tableau II).

30
Tableau II: Probabilité associée au test de Pettitt (Lubès-Niel et al., 1998),

Probabilité associée Classe


a< 1(%) Rupture très significative
1(0/o) < a < 5(%) Rupture significative
5(%) < a < 20(%) Rupture peu significative
> 20(%) Série homogène

2.2.1.2.2. Calcul de la pluie moyenne surfacique

La méthode de krigeage est utilisée pour le tracé des isohyètes. Elle tient compte de la
variabilité spatiale et de la variable régionalisée, ce qui permet de minimiser l'erreur
d'estimation (Creutin et al, 1980; Yao, 2015). Cette méthode d'interpolation a donné
beaucoup plus de satisfaction à ces auteurs pour la cartographie du gradex des pluies par
rapport aux fonctions splines, l'analyse en composantes principales et l'interpolation optimale
de Gandin, (2007); Goula et al., (2010) ont actualisé la cartographie des pluies extrêmes en
Côte d'Ivoire par cette méthode.

2.2.1.2.3. Calcul des indices pluviométriques et hydrométriques

Le calcul des indices pluviométriques et hydrométriques a pour objectif de mettre en évidence


la variabilité interannuelle dans les séries hydre-pluviométriques et les tendances.
Il se définit comme une variable centrée réduite exprimée par l'équation 8 (Nicholson, 1980)

li = P--P
a m (Eq. 8)
~
Avec: li: Indice pluviométrique (ou hydrométrique) de l'année i.
P, : Valeur de La pluviométrie annuelle (ou du débit annuel) de l'année i;
Pm : Valeur moyenne interannuelle de la pluviométrie (ou débit annuel) sur la période
d'étude;
CJ: Ecart type de la pluie annuelle (ou du débit annuel) sur la période d'étude.
Lorsque l'indice est positif, l'année est qualifiée d'année humide ou d'année excédentaire sur
la période étudiée et pour un indice négatif, l'année est qualifiée d'année sèche ou d'année
déficitaire. Cette méthode permet de visualiser et de déterminer le nombre d'années
déficitaires et excédentaires.

31
2.2.1.3. Test de sensibilité des écoulements

Cette méthode consiste à rechercher une relation de cause à effet entre les précipitations et les
débits produits au niveau des stations de contrôle du bassin sur des périodes similaires. Ceci a
été rendu possible par la confrontation sur un même axe de temps des données de pluie (la
cause) à celles de débit (l'effet) (Kouakou, 2011). Ce test a été appliqué aux échelles
journalières, mensuelles et annuelles.
• Echellejournalière
Pour illustrer la relation étroite entre la pluie et le débit à l'échelle journalière, le choix a été
porté essentiellement sur des cycles représentant respectivement des années hydrologiques
humides et sèches (moins pluvieuses). Chaque année hydrologique (sèche ou humide) est
choisie après analyse des variations annuelles des indices et des valeurs centrées et réduites
aux stations pluviométriques et hydrométriques du bassin versant. La définition d'année
hydrologique sèche, moyenne ou humide est faite par comparaison avec les statistiques (les
indices) des séries des stations pluviométriques et hydrométriques (Laftouhi et al. 2005).

• Echelle mensuelle
A cette échelle, la relation entre la pluie et le débit est mise en exergue par la comparaison
entre les moyennes mensuelles des pluies et des débits en quelques points de contrôle du
bassin versant dans chaque zone climatique. Ce test permet de voir l'incidence des régimes
pluviométriques sur Les débits.

• Echelle annuelle
A l'échelle annuelle, La comparaison entre le débit s'est faite avec les valeurs centrées réduites
de précipitations et de débits. Elle permet de voir si les tendances hydrologiques sont calquées
sur celles des précipitations.

2.2.2. Méthode de la caractérisation de la robustesse du modèle GR4J

2.2.2.1. Présentation du modèle GR4J

Le modèle GR4J (modèle du Génie Rural à 4 paramètres Journalier) appartient à la famille


des modèles hydrologiques GR développés à l 'IR STE A (ex : CEMAGREF).
Le modèle GR4J est un modèle conceptuel global. La structure de GR4J est empirique et se
présente sous forme d'un tableur Excel (la version développée sous Excel) et simule à pas de
temps journalier. TI a connu plusieurs versions, proposées successivement par Michel (1983)

32
et Edijatno (1991) Nascimento (1995), Edijatno et al. (1999), Perrin (2002) et Perrin et
al., (2003), qui ont permis d'améliorer progressivement sa performance.

2.2.2.3. Paramètres et fonctionnement du modèle GR4J

Selon Perrin et al 2003 ; Yao et al (2012), GR4J est un modèle Génie Rural Journalier à
quatre paramètres (Figure 13):
Deux (02) paramètres de production :
- X1: capacité du réservoir de production (mm), (S= niveau d'eau dans les premiers horizons
du sol qui gère le bilan d'eau dans le sol) dont le remplissage est fonction de la nature du sol ;
- (X2) : coefficient d'échanges souterrains (mm) entre le bassin et l'extérieur du
bassin (paramètre d'échange (gain ou perte) qui permet de prendre en compte les erreurs dues
au forçage climatique (Pet ETR));
Deux (02) paramètres de transfert:
- X3: capacité à un jour du réservoir de routage (mm), (R = eau souterraine qui alimenterait le
cours d'eau à l'exutoire avec un effet retard) ;
- ~: temps de base (maximal) de l'hydrogramme unitaire HUl (J).
Le modèle utilise en entrée la hauteur de pluie moyenne sur le bassin versant P (mm) et
l' évapotranspiration potentielle E (mm). Enfin, un débit Q est observé en sortie du modèle. Ce
modèle ne nécessite pas une description fine du bassin versant. Les variables d'entrée sont
limitées aux séries de pluies, d'ETP et des débits en sorties du modèle pour déterminer les
paramètres du modèle.

33
2.2.2.4. Structure du modèle GR4J

Un schéma de la structure est donné à la Figure 13. Pest la pluie journalière du jour et E
l'évapotranspiration potentielle moyenne pour le même jour calendaire.

interception
En Pn

Es Ps
A Pn-Ps

Réservoir de
production :alu ~ Perc Pr
~
0.9 0.1
HVJ
HA
< :),

X4 2..X4
1 r
Q9 1
QI
Réservoir -

de routage XJii l R
rF(Xl) ~ F(X2)
~
1
Or Od
1

0
Figure 13 : Structure du modèle GR4J (Perrin et al, 2003)

34
2.2.2.5. Calage

L'objectif de cette étape est de caler les 4 paramètres du modèle GR4J en minimisant, via un
algorithme numérique itératif dédié, l'erreur entre les débits simulés et les débits observés.
Notons que La simulation avec le modèle GR4J requiert une période d'initialisation des états
des réservoirs de stockage et de routage. Dans la procédure utilisée, la période d'initialisation
est prise égale à un an (12 mois).
L'erreur à minimiser est quantifiée sous la forme d'un critère numérique également appelé «
fonction objectif», qui peut être défini de différentes façons. La « fonction objectif» utilisée
ici est le critère de Nash-Sutcliffe (NS) qui s'exprime comme suit l'équation 9 (Nash et
Sutcliffe, 1970) :

NS = 100 [1 - L~1(Qobs:.i-Qsm.i):1 (Eq. 9)


Li~1(Qobs.i-Qobs)

Qob:r et Qsim sont les débits observés et calculés au pas de temps i;


Qobs est la moyenne des débits observés sur la période considérée.

Dans la pratique, la performance du modèle est jugée selon les valeurs prises par le critère
de NS (Quillat, 2007). On estime que la simulation est :
-parfaite (excellent) lorsque le critère de NS supérieur à 90%
-acceptable (satisfaisant) lorsque le critère de NS compris entre 60% et 80%,
- mauvaise qualité lorsque le critère de NS est faible (<60%);
Notons qu'il existe des variantes pour le choix de la fonction objectif, en particulier NS peut
être calculé non plus à partir des débits bruts Q (applications aux crues), mais à partir de leurs

racines carrées (../Q ) (Modèle polyvalent: efficace dans plusieurs cas possible), voire de
leurs logarithmes log(Q) (applications aux étiages). Ces variantes permettent de favoriser
davantage la contribution au critère de NS de l'ensemble des jours présentant des débits
faibles (log(Q)), cela revêt un intérêt pour la prévision d'étiage. D'une façon générale,
l'opération de calage des paramètres du modèle est absolument nécessaire dans la mesure où
GR4J est un modèle conceptuel qui ne repose pas sur une description physique des processus
(Staub, 2008).
Il faut noter que La période choisie pour l'étude est la période allant de 1984 à 2009.
La procédure de calage a consisté à déterminer les paramètres optimisés à partir des
différents critères de qualité.

35
2.2.2.6. Validation

Cette étape qui ne doit pas être clissocié de la phase de calage permet d'évaluer la robustesse
du calage effectué qui consiste à éprouver les débits simulés avec les paramètres obtenus
durant le calage sur une période de validation indépendante de la période ayant servi au calage
(Klemes, 1986).
La validation se fera de facon progressive sur des périodes (longueurs) différentes pour un
même bassin.

2.2.2.7. Calage et validation du modèle retenus

La procédure de calage a consisté à déterminer les paramètres optimisés à partir des


clifférents critères de qualité en augmentant la longueur des phases de calage et de
validation. Les paramètres obtenus ainsi que les critères correspondants ont été représentés
en fonction de la longueur de la phase de calage. Nous avons retenu les paramètres pour
lesquels les critères de qualités sont optimaux.
Pour la validation, nous avons utilisé le calage qui présente de bonnes valeurs de NS
et correspondant aux périodes qui n'ont pas été utilisées lors du calage.
Nous avons effectué des calages sur des périodes de 2ans, 3 ans, 4 ans, 5 ans, 6 ans, et 7 ans.
Pour une période donnée en calage, on a fait soit l, 2, 3, ou 4 validations clifférentes selon le
nombre de périodes de validation clisponibles. Nous précisions que le calage qui est pris en
compte pour la validation est celui qui présente une bonne valeur de NS comprise entre 60%
et 100%.

2.2.3. Méthodes de calcul du bilan hydrologique


2.2.3.1. Simulation des écoulements sur le bassin

Cette étape est faite avec le modèle GR4J. Elle consiste à retenir la meilleure performance
lors des phases de calage.et faire la validation sur toues la série (1984 à 2009).

2.2.3.2. Bilan hydrologique du bassin

Le bilan hydrologique du bassin versant del' Agnéby à Agboville a été réalisé avec les
paramètres obtenus à l'aide de critère de NS calculé par le débit (Q) appliquée aux crues. Ce
bilan concerne les quatre principaux paramètres que sont les hauteurs de pluies (P). les
évapotranspirations réelles (ETR), les lames d'eau infiltrée (Q) et in.filtrées (I). Les différents

36
calculs des paramètres ont été faits sous Excel. Ce bilan exprime le partage des précipitations
entre les différentes composantes du cycle de l'eau comme définie l'équation 10.
P=Q+ETR+I (Eq.10)
La lame d'eau infiltrée (I) est déduite de l'équation (Eq.10) selon la formule donnée par
l'équation 11.
I = P - (ETR + Q) (Eq.11)
Selon cette équation (Eq.2), les précipitations et les débits sont mesurés sur le terrain, les
paramètres évapotranspiration réelle et infiltration seront calcul avec le modèle GR4J.
L'ETR est déterminée par de l'équation 12 ci-dessous.

ETR = (ETP - En) + Es (Eq.12)

Avec: En: l'évapotranspiration nette et Es: la quantité d'évaporation retirée du réservoir de


production.

37
1
1

38
3.1. RESULTATS

3.1.1. Résultats de la caractérisation de la variabilité pluviométrique et réponse


hydrologique du bassin

Cette partie présente les résultats de l'étude de la variabilité pluviométrique et hydrologique


du bassin de l 'Agnéby à Agboville et ses actions sur les eaux souterraines.

3.1.1.1. Evolution des données


3.1.1.1.1. Pluviométries annuelles et débits annuels

L'évolution de la pluviométrie annuelle et du débit annuel sur période de 1984 à 2009 (Figure
14) montre que la minimale du module annuel des pluies et le minimum moduJe annuel des
débits en 1986 avec des valeurs respectives de 878,20 mm et 10,12 m3/s et la maximale
module annuel des pluies et le minimum module annuel des débits respectivement en 2004
avec une valeur de 1441,40 mm et en 2008 avec une valeur de 177,40 m3/s. Il faut noter que
le maximal et maximum module annuel des pluies et celui des débits ne s'observent pas aux
mêmes périodes (Figure 14).

_.fin: 8';8.10 mm
• Pluie annuelle (mm) Débit annuel (m3/s) 1

:u:u:UjUOmm 1
1600.00 F ---.i.
' j
1400.00 +--- -- ·-
;; 1200.00
.i:::,
"'..J

••
]

-
..
:=_

..
C.

~
:::i
1000.00

800.00

600.00
• t-

!2 ~00.00 f-- 1-

200.00

-.--
0.00 1
•.... •....~I - G \0 t;; \0
\0 ----- ::;; ... \0 N
~ N N
-,.- -
N N N
T T
N

-
\0 IO \0 0 0 0 ~ 1~ 0

-
\0 \Q \0 \0 \0 \0 \0 0 0 0

r~ oc 00
00 00 00 00 \0 IO \0 \0 \0 \0 \0 \0 \0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
IO ~ \0 0 (.,> \0
°'
0 N (,,) Ul 00 N
Â
~ °'
~lm: 10.l- m3·s
Â
°' Â 'JI ~ / 00

lhx: 1--; .40 ruJ/s


Années

Figure 14: Evolution de la pluviométrie annuelle et du débit annuel sur la période de 1984 à 2009

39
3.1.1.1.2. ETP annuelles

L'évolution des ETP sur la périodes de 1984 à 2009 (Figurel5) a servis à identifier l'ETR
annuelle maximale et la minimale respectivement en 1986 avec une valeur de 1492 mm et en
2004 avec une valeur de 1190,8 mm.

:\l:t:,;Î491mm •ETPannudl~
:\lin: 1190.8mm

1600 ~ . - . /
.,
••
E :::: ]TU. tlllitLIJ[ttl_[1~i2_~---
- ---- -------- _____
~
C:
..••••....
,-.•• . 1000 + ·-·-·-·---·-·-·-·-·---·----
,

ë
-1-a----- • • • •-•-•--•--•-•-•---
--·----·--·
~ 800
p..
E-,
"'1.:,.
~:,
600 .J..-a.-a-• • • •
.ioo + •-•-•-•-•-•-•-•-•----- •· •-·•- •- ·•-•-•-•-•-•----
• • ·-· • • • • ·-
.•..,=..
100 , •. ·•··•- •· -•~• -·-·-·---·-·-·-·-·-·-·-·-·-· -
0 , --. -- r
_; _; _; ;:; ;:; ;:;
- r---r---r- - .- -·r
..• ..• ..• ..• ..• ..• ..• ... ..• ..•
_; ;:; ;:; ;:; ;:; ;:; ;:;
.•••.. ~
·~ "'
<>C ..••., .oc., QC
10
10
e -
10
10
10
N
10

'"'
.•.. . ,,
10 10
...,
10

"'
10
..,
10
10 10
10
e
g
0
Q
0
0
Q
Q
0 Q 0 0

- ..• '"' •e ~ "'e ..e., oce ~


0 0

Années

Figure 15: Evolution des ETP sur la période del984 à 2009

3.1.1.2. Test d'analyse des données pluviométries


• Test de normalité
Ce test a donné une probabilité de 0,364 (36,4%). Cette valeur est supérieur à 0,05 (5%)
(Tableau III). Donc le test est non significatif, par conséquent les données annuelles suivent
une distribution normale.
• Test de Pettitt
L'application du test de Pettitt a montré que les données de 1984 à 2009 ne présentent pas de
ruptures (Tableau ID). Alors, l'hypothèse nulle (absence de rupture) acceptée. Donc, les
séries des données pluviométries est homogène.

40
Tableau ID: niveau de signification des résultats du test de Normalité et de Pettitt de la pluie
annuelle

Station Série étudié : pluie Test de Pettitt Test de


Seuil de confiance normalité

unité Début Fin lacunes 99% 95% 90%


d'obser- d'obser-
(moyenne Hypothèse nulle acceptée probabilité
vation vation
des stations
du bassin) mm 1984 2009 0 Pas de Pas de Pas de 0,364>0.05
rupture rupture rupture
(36,4%>5%)

3.1.1.3. Variation de la lame d'eau écoulée et du coefficient d'écoulement

3.1.l.3.1. Variation des écoulements sur le bassin à l'échelle mensuelle

La variation des écoulements sur le bassin versant de l 'Agnéby à Agboville (Figure 16) est
résumé dans le tableau IV, il ressort de ces resultats que le régime des écoulements sur ce
bassin comprends deux grandes périodes c'est-à-dire une période des hautes-eaux et une
période des basses-eaux. La période des hautes-eaux s'étend de Juin à Novembre. Sur cette
période, le débit maximum 'moyen) journalier est atteint au mois de juillet avec 19,233 m3/s,
ceci induit une lame d'eau mensuelle de 10,790 mm avec un maximum (des maximums) de
62.588 m3 /s. Les apports calculés sur ce mois de Juillet sont estimés à environ 52 millions de
mètre cube. La période des basses-eaux débute en Décembre et prend fin en Mai avec des
débits de Décembre à Février nuls. Les volumes d'eau écoulés pendant cette période sont
moins importants. Les plus faibles valeurs des écoulements enregistrés sur cette période se
situent au mois de Février, le volume d'eau cumulé est environ 745105,356 m3, avec un débit
minimum moyen mensuel observé égal à 0,308 m3/s, équivaut à une lame d'eau égal à 0, 150
mm. Le coefficient mensuel de débit (CMD) du mois de février est le plus faible avec une
valeur de 4, 7% observé. Il faut noter que le régime hydrologique de l 'Agnéby à Agboville est
de type uni-modal. En effet, pendant les périodes des hautes-eaux, il y a une abondance des
écoulements qui est sans doute liée à l'importance des précipitations. Les précipitations
importantes favorisent le remplissage des réservoirs de stockage.

41
Tableau IV: Variation des écoulements mensuels de I 'Agnéby à Agboville sur la période
1984-2009

Mois Prnoy Débits (rn3/s) CMD(%) LE Volume écoulé


(mm) Min Max Moyens (mm) (rnJ)
Janvier 13,661 0,000 2,437 0,416 0,064 0,231 1 113 147,692
Février 35,316 0,000 2,990 0,308 0,047 0,150 745 105,356
Mars 92,971 0,007 4,139 0,509 0,087 0,308 1524447,352
Avril 134,421 0,009 4,694 1,499 0,230 0,798 3 886 703,228
Mai 151,021 0,202 14,228 4,250 0,651 2,185 11 382844,431
Juin 191,510 0,942 36,209 13,727 2,102 7,415 35 579 543,047
Juillet 121,262 0,555 62,558 19,233 2,945 10,790 51 514 398,277
Août 65,341 0,001 35,487 6,527 1,000 3,365 17 482 380,923
Septembre 103,090 0,048 30,245 6,568 1,006 3,663 17 025 234,442
Octobre 151,553 0,683 69,994 14,263 2,184 8,042 38 202 397,698
Novembre 72,496 0,186 44,868 9,538 1,461 5,141 24 722 656,216
Décembre 18,895 0,000 7,146 1,465 0,224 0,789 3 923 085,927
,IS
Total 1151,538 42,886 2,07.10

CMD : Coefficient Mensuel de Débit

• débits max (m3/s) • débits min (m3/s) • débits moyens (m3/s) • am (%) • LE (mm)

a
80.000
ë 70.000
r
t
[ j•
~ l •
l +
. f I r t t
T
f r
t
I .
l
T

'1
E 60 000
t L .j
1
tj"
• t
L •
r .
1· 1-•
· t
1 f
' i.

1 t t
"
t
'1.
~ 50.000
I
ri·
: : ~
- ~ ·
rTrrt
I• + '!= ~
h

r .
:i:ir1
t • t
i1
r t
r~ r+
I t t· -~~ l• f f. ' 1 •
..
U
'~ 40.000
'1
-:::: 30.000

• .
r
_
F
_
r l-
I t
j
1 • _ ~
+ +
r _ _ · _ _ _

ê20.0001 ~ • ~ ! , ••.•. 11·.;;. ·•~ ·1- ~•- :1: '. : · l


"lj
CO:
·;:
>
c... c... ;i., 2
c: C: e 0

l
- C: <

~lois

Figure : 16: Variation des écoulements mensuels de l' Agnéby à Agboville (1984-2009)

3.1.1.3. Variation du coefficient de tarissement et Volume d'eau mobilisé dans les


aquifêres

L'analyse des courbes de tarissement et des volumes d'eau mobilisé est faite sur la période de
1980-2009 (Figure 17 ) de la rivière Agbo. Il faut savoir que le volume d'eau mobilisé par les
aquifères est un concept qui donne une tendance des ressources en eau souterraine d'un bassin
donné. La variation interannuelle des coefficients de tarissement annuels et les volumes d'eau

42
mobilisés par les reserves souterraines (Figure 17 ) indique que ces deux variables évoluent en
en sens inverses. En effet, plus le coefficient de tar:isement est faible, plus l'apport des nappes
est important. Les volumes d'eau mobilisés par les aquifères varient de 1,05 km 3 à 17,61 krrr'.
Pendant, les années 1987 ;1990 ;1995 ;1997 ;1999 et 2005 les écoulementde surface ont été
soutenus par les nappes. Ces résultats indiquent que les nappes souterraines du bassin assurent
une bonne partie de l'écoulement de la rivière. Cependant, au cours des années 1986 et 1993
la restitution des nappes a été faible.
Quant au coefficient de tarissement, les valeurs oscillent entre 2,78 / .s 'observe en 2008 à
11,75 f1 en 1988 cette variable est élévée lorsque la restitution est faible (période sèche) Ce
qui indique que les eaux de surface ont fortement alimentées les eaux souterraines.

1 -+-Volume mobilisé -Il- Coef. de tarissement

'CJ
:!e
0 14
12
..
C
CJ
.:ë 15 eCJ
0 10
e
::1
l'I
CJ
ï:,
10
8
6 .."'..
.lO
l'I

CJ
CJ
e 5
4 ..,:
"0
CJ
.=
0
2 8
> 0 0
1-' 1-' 1-' 1-' 1-' 1-' 1-' 1-' 1-' 1-' 1-' 1v 1v 1v 1v 1v
I.O I.O I.O I.O I.O I.O I.O I.O I.O I.O I.O 0 0 0 0 0
(X) I.O I.O I.O I.O I.O I.O 0 0 0 0 0
(X)
0
CO
1v ~ en
(X)
CX) 0 1v .i,. en 00 I.O 1-' w V1 ,.,. , I.O

Années

Figure 17 : Variation du coefficient de tarissement et du volume d'eau mobilisé par les


aquifères

3.1.1.4. Effet des précipitations sur l'écoulement

3.1.1.4.1. Effet de la pluie journalière sur le débit

L'analyse des résultas de la figure 18 montre que quelque soit l'année hydrologique choisie,
la rélation entre la pluie et le débit, les périodes d'écoulement sur le bassin versant coincident
avec les fortes journées pluvieuses (c'ést-à-dire lorsque l'intensité de la pluie est élévée le
débit aussi est élévée vis versa). Il faut noter que l'examen minitueux de cette figure (18)
présente des légers déphasages entre le début de la saison des pluies et celui des écoulements
et Les fortes averses et les pics de débits.

43
Il ressort que les pluies journalières sont le moteur principal des écoulements sur le bassin.
Les prémières pluies qui ne produisent pas d'écoulement, ont pour rôle d'humifter le bassin à
un niveau suffissant avant de produire un débit.

Relation pluie-débit (année 19S0-19Sl) - Pluie----· Débit

-
~lf'I
40
30
1 1 0
10 -E
.Ë.
.Ë. 20 20
.t::
.J:I 10 ,,... 30
.Sil
=
! 0 J
' - 40
~

-- -- -- -- -- -- -- - -- -- -- -- -- -- --
0
1-'
0
w
t-'
ID
1v
O'I
0
w
t-'
ID
1v
0
0
.i,.
t-'
ID
1-'
V1
0
V1
1-'
ID
0
\0
0
O'I
1-'
\0
ex,
.0i,.
-.0.J
1-'
ID
1v
\0
0
-...!
1-'
\0
1v
w
0
~
• .. .
ID
-..1-';
0
ID
• .. .
ID
ex,
1-'
1v
1-'
0
• .. .
ID
0
O'I
1-'
1-'
1-'
\0
0
1-'
1-'
l'J
• .. .
ID
1v
O'I
• .. .
l'J
t-'
ID
1v
0

•0...
• .. .
\0
.1-'i,.
0
1v
• .. .
ID
(X)
0
(X)
0
(X)
0
CX)
0 0
0l
0
00
0
CX)
0 0
(X)
0
CX)
0
CX)
~
CX)
0 •0l... CX)
1-'

Jours

Relation pluie-débit (année 1995-1996) -Pluie ----·Débi

- 100 0
~ 80 10 Ê
lf'I
o E
-
E 60
40 ., 30
40
-
-~
20
0 fr= T' .• -~--
~
, ' - --: 7- ~ ---· 60
50 ~

-- -- -- -- -- -- -- - -- -- -- -- -- --
0
1-'
0
w
•...
\0
ID
1v
O'I
0
w
t-'
ID
\0
1v
0

.i,.
0

1-'
ID
\0
1-'
V1
0
V1
• .. .
ID
\0
0
\0
0
O'I
• .. .
\0
ID
.0i,.
-.0.J
• .. .
\0
\0
1v
\0

0
-..J
• .. .
\0
\0
~
1v
w
0

• .. .
\0
\0
•-.....J
0
\0
• .. .
\0
ID
P
1v
1-'
0
t-'
ID
\0
O
O'I
1-'
•..•
t-'
\0
\0
0
••.•
•..•
1v
•..•
\0
\0
l'J
01
1-'
1v
••.•
ID
\0
1v
0
0
••.•
1-'
\0
\0
!,Il !,Il !,Il !,Il !,Il ÇTI

Jours
J
Figure 18: Relation pluie-débit à la station d'Agboville (1980-1981; 1995-1996)

3.1.1.4.2. Effet de la pluie sur le débit à l'échelle mensuelle

L'évolution du débit en fonction de la pluie aboutit à un régime bimodal (grande saison sèche
Décembre-Mars ; grande saison des pluie Avril-Juillet ; petite saison sèches Aout-Septembre
et petite saison des pluie Octobre-Novembre) qui donne naissance à un régime hydrologique
bimodal (Figure 19). Donc le régime hydrologique ou le débit ont le mème comportement
que celui de la pluviométrie. Dans cette zone la montée des eaux commence deux mois après
le début des pluies et atteind son niveau le plus haut au mois de Juin, contrairement au débit
qui atteind son pic au mois de Juillet. Cependant, au mois d'Octobre qui est la plus haute-eau
coïncide avec le maximum des débits. Il est à noter que le débit est plus ou moins élevé si la

44
quantité de pluie mensuelle est suffisant pour humifier le bassin. C'est la pluie qui
conditionne de débit sur le bassin.comme au pas de temps journalier et annuel.

- Pluie interannuelle ~ Débit interannuel

--~
25 ï "- --

-
•• -- --- -- 1
0
E

1
20
50 .Ê.
. ,.

1
0
.•.E.
!'Il
15 ~::::,
Ë. 100 a.
10
..'1
!:'.?
;t"':: ::::,

...
.c
150
! 5 ::::,
(1
:z:
0 1 ., , -~ 200
Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jul Aou Sep Oct Nov Déc

Mois

Figure 19 : relation pluie-débit à la station d' Agboville (1984 - 2009)

3.1.1.4.3. Effet de la pluie sur le débit à l'échelle annuelle

Le calcul des indices pluviométriques et des débits s'est traduite par une alternance d'années
excédentaires et années déficitaires (Figure 20). L'observation de la sensibilité des
écoulements aux variations pluviométriques montre que ces deux variables sont fortement
dépendants de l'un de l'autre (ces deux variables sont sensiblement sur les mêmes
principes). L'évolution de ces indices a permis d'identifier 3 périodes excédentaires 1987-
1989; 1994-1996 et 2002-2008 et une période déficitaire 1985-1986; 1990-1993 et 1997-
2001 (Figure 20). En effet, les indices hydrométriques restent globalement négatifs en 2005
et 2009 avec des valeurs minimales en 1986 et 2009. Sur Les autres années, on observe une
réponse hydrologique excédentaire par exemple entre 2002 et 2009; après une période
défi.ci taire.
En effet, quand les nappes sont bien remplies, elles peuvent produire pendant
longtemps encore des écoulements alors que les pluies restent déficitaires (avant que les
nappes se vidangent. Nous notons que la variabilité pluviométrique influence le processus
de production des écoulements sur le bassin.

45
- Pluie annuelle - - - - • Débit annuel

2.5
~
~
2
.; 1.5
,:,,
=
.: l
b, 0.5
,,:,
E 0
~
·::: -0.5
==-., -1
,., -1.5
i -2
~
.g .:.s
·e
~
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
----
Années

Figure 20: Relation pluie-débit à la station d'Agboville (1984 -2009)

3.1.2. Résultats de la caractérisation de la robustesse du modèle GR4J

Cette partie consiste à effectuer des calages et des validations sur des différentes périodes. Le
critère Nash-Sutcliffe (NS) utilisant le débit d'application aux crues afin de montrer la
performance du modèle GR4J.

3.1.2.1. Résultats des Calages et validations du modèle GR4J retenus (1984-2009)

Les paramètres du modèle GR4J ainsi que les critères de performances obtenus à la fin des
tests de calage et de validation sont enregistrés dans le tableau V (synthèse de calage et
validation). La capacité du réservoir de production (X1) varie de 6,97 mm à 3,18 mm pour un
paramètre d'échange souterrain (X2) négatif dans l'ordre de -5,40 mm .à -2,32 mm. La
capacité à un jour du réservoir de routage (X3) varie de 6,13 mm à 3,89 mm pour un temps de
base (°X.4) dans l'ordre de 2,25 j .à 1,44 j. Lors des différentes périodes de calages les valeurs
de Nash-Sutcliffe (NS) (Q) varient de 96,2%.à 62,5%. Ce qui montre que sur ces périodes de
calages, le modèle est ~ satisfaisant », il simule bien les débits de crues. Par contre, en

périodes de validations, le modèle a une valeur de NS (Q) de l'ordre de 92,1 % à 47,3%.


Les hydrogrammes calculés et observés en calage et en validation pour les différentes
périodes permettent de vérifier visuellement la performance du modèle utilisé (Figure 21 ;
22 ; 23 ; 24 ; 25 ; 26 ; 27 ; 28 ; 29 et 30). De façon générale, il ressort des observations que les
bydrogrammes calés et validés sont de bonne qualité. En effet, la dynamique des écoulements
est bien respectée et les crues sont reproduites en calage et en validation. On constate, en

46
calage les bydrogrammes calculés et observés sont presque confondus avec des écarts moins
importants. Par contre, en validation le modèle surestime les débits calculés avec des écarts
plus ou moins importants. Il faut noter que le modèle sous-estime les débits simulés sur
certains pics de débits en 1989 ; 1995 ; 1996 et 2004 en calage. En validation le modèle
surestime les débits observés sur certains pics de débits en 1990; 1997; 2007 et 2009. Il
existe des estompes (dégradation des débits) dans les hydrogrammes simulés et observés en
calage comme en validation. Il y a une bonne répartition saisonnière des pluies sur les
périodes de calage et de validation. Les différentes périodes de calage et de validation sont en
annexe B.

Tableau V: synthèse de calage et validation du modèle GR4J retenus

Longueur de la période de Sorties du modèle


mise en route ( 1 année) Paramètres Critères d' éfficacité
Phase de Phase de x, X2 X3 Xi NS de NSde
calage validation calage(%) validation (%)
1995-1.996 92,1
1994-1996 82
1998-1999 1994-1997 3,86 - 5,05 5,65 2,21 96,2 71,5
1993-1997 65,7
1990-1997 63,1
2007-2009 73,6
1985-1987 2006-2009 5,08 -4,09 5,29 2,25 90,9 62,7
1996-1999 1984-1988 5,76 - 3,93 4,87 2,25 82,5 65,5
1995 - 2000 71,9
2005-2009 1994-2001 6,63 - 2,47 4,22 2,19 68,8 61,3
1991-1996 1997-2003 3, l8 - 5,35 6,11 l,64 75,0 65,6
1997-2003 67,6
1990-1996 1997-2004 3,23 - 5,40 6, 13 1,44 72,0 60,3
2002-2009 63,1
l985 - 1992 2000-2009 6,08 - 2,75 4,20 2,25 62,5 43,8
1994-2002 1984-1992 6,97 -2,32 3,96 2,06 76,1 47,3
1994-2003 1984-1993 5.83 - 3,84 4,54 2,22 73,3 49,4
1987-1997 1998-2008 6,02 - 3,47 4,31 2,24 63,3 54,7

47
2.5

2.0
A
c=:JPluie 60
-- Dèbit observé
--Dëbitsimulë
1.5 80

=8 1ooê
..§.
Ë..
::: 1.0 120·3
~ ;;:
0 ------T 140

0.5 160

180

0.0 1
31/l2/9S
d":> ~~
1 " :>-- ,... . i 200
07/09/99 2

I""'* • r "
:o
B
~o
c:::JPluie 60
- Débit obsen-ô
- Dibil simulé 80
1.5

~ 100 §
E
ê:
.:.
':' 1.0 110 -~
.E!
~ "-
Q 1~0

e.s 160

------;- 180

o.ol
31/12195 o ~/ ~
C':,, '.p? 1 :oo
l9/02i96 09/04/96 29/0S/96 18/07/96 06/09196 26!10/96 15/l2196

c=JPluie 60
--Débit ebservë
- Dêhit simuli 80

100 Ê
.:.
120 .!!
f
uo
160

-----+180

0.0 1 1 ,r ~
.• ~ =-.-C>t:C> I 200
31/12194 ' V, ~
30/ll/96
19/0il95 2ï/10195 04/02/96 l4l051% lllOS/96

48
J.5 0

:o
J.O
~o
D
1
Z.5 60
t:=Plnie
-- Débit ebservê
-Dêbitsimu!i 80
2.0
100 ::
.S.
,..
HO~

140
1.0

160
0.5
180

o.o ~
31/ll/9
4
Ju
w~"=-
19/0i/95
~.,,~
If> .,,J~ ·~~
~-----,--""'""
d
22/0S/'9 6 10/03/9i
\'...•..,
26/09/9ï
1 ,,,, 1 200

20

~o
c:=JPluie 60
l.O --Débit ebservë
--Dëbit simulê 80

~ 1.5 100 Ê
E .§,
.! )!0]

~ 1.0 140 "-


160
0.5

J
ISO

0.0 1 ..» ··1,:::-..U \ '-.. 1 I"" ¼\:. "' b 1 'tN,/J ~ i rttr '-:tn ·~ 1 :oo
31/ll/93 14/o.& 31/10/97

o~=-
3.5

:o
3.0
~o

c:::IPluie 40
- Débit obserré
- Dêbit simulé 80
:.o
100 :
s
llO ·3 "
~
uo
LO

160
0.5
180

0.0 1 J,/!J"V ':;,.. +/&- t,J.IIL ,.,l, \\.('hl .JI •J ..,.11 l'>., ( .. ',li;' 'f b, • "'"', :"-/ln tSt 9-, "P 1 :oo
31/12/90 t.1./11", /Q? 26-11919.l 08/02195 22/06196 04fll/97

Figure 21 : comparaison des hydrogramrnes des débits calculés-observés: calage (1998-


1999) (A) ; validation (1995-1996 ; 1994-1996 ; 1994-1997 ; 1993-1997 et 1990-1997) (B ;
C · D · E et F)
' '

49
r ' ""'1"'11 W'l'1
20

2.0 A ~o
c::JPlu~ 60
-Débit observé
-Débit simulé
1.5 80

.,,. 100 Ê
E
E ~
:; 1.0 1:0 .:!
.t:. ..:!
-<>
0 l~O
"-

0.5 160

ISO

0.0 1
31/ll/85 ,-1 '-;l rC "1-"s= c::\ h ' \ / '
~ ", ,....._, 200
10/04186 04/02/S Ol/l2/S

c::::::::JPluie B
60
--Débit observé
-Dêbiuimulê 80
1.5

'S' 100 C
C
5
i:;:;E 1.0 120 .:!
:::,
c:::
C. uo
0.5 160

180

200
09/04/0S lS/07/0S

2.5
r,fT'l~WTf'"lr 'tîfJl""'rtr' 'l"l'TJ :,
2.0 11 - ~ +~
-Pluie 60
-- Débit observé
L5 -- Dèbit simuli 80

100 ê
.s
120]
=-
140

0.5 160

0.0 1-
31/121()6
>0-1 Vj . 1 V ·~ ... ....J,:? -- r:::t:< ~' -
~ >! 200

Figure 22 : comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés: calage (1985-


1987) (A); validation (2007-2009 et 2006-2009) (B et C)

50
0

:o

:.o 40
A
60
=Pluie
--Débit ob~i
80
--Oibit simuli
100 6
.§.
1!0 -~
::1
;;:
uo
0.5 160

180

:oo

J
l
0

:o
:.o 40

.R 60
=Pluie
-Débit ob~·ë
1.5 80
- Dtbit simulê

""'E 100 6
E ~
';:' !.o llO .~
;g ::i
;;:
0 uo
0.5 160

180

0.0 F==
31/ll/84
Al" 1 ••.•. . ..,,__
_-......,
_ e' Y,,,,• { 106, ' l\.tt J;, \ >= 1.,,.. >2' iee
1 r\
'':,,:A::t

Figure 23 : comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés : calage (1996-


1999) (A) ; validation (1984-1988) (B)

:.s

1.0

=Pluie
- Débit ebservé
1 - ~- --+ 60

1 -Dtbirsimulé 1
1.5

- - --i
r:::I
1

""'E

.~
E
;- 1.0
.•.
.::,
.c. 1\ 1· ~ 11 ~ - - -
1~ - '
0.51
lfX~\11, !, .. IJ~\ J V\\ J,~/Y''~M M\ IT 160

180

0.0
- . zee

51
, ,rrr'"~lf'1r~~-p
= Pluie I B 60
- Dëbitobsen·ë
- Débinimuli
u 80

î:: 100 §
.s
:;- 1.0
:5
0 HO

o.~

0.0
31/ll/95
---
J.S

J.O

!,5
--Débit observé
--Débit simulé
so
:.o
G 100 Ê
E
.s
! 1.5
1!0 :§"
...
:i::
C.
=-
!JO
1.0

0.5

Figure 24 : comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés : calage (2005-


2009) (A); validation (1995-2000; 1994-2001) (B et C)

!O

40
1.5
c=:JPluie 60
- Dêbir ebservé
- DQ>ir siruuli 80

1 1.0
100 Ê
.§.
.s

'
1::0 -~
.a
HO c..

J
0.5
160

ISO

., 1 w~. .,.,, '>" 'l:>- , " ·, 'zf , '- r ,. •, "= , , , ,,,,_,., ,,.
31/12191 1S/Oil92 03,-02i93 22i0Si93 10/03194 26/09/94 UI04t~5 31/10195 18/05/96 04/12-196

52
:.o

• 'i1#11~f' ir f'~1fr • o~ T ~ffl'~1 'f : '.:


1.5
1 =Pluie
-Dlbirobsv"\'ê
1 ' 1 + 60
- Débit simulé so

~ 1.0 100 Ê
.5.= l!O .~
.§.

~
uo
0.5
160

180

0.0 1 !6MP>. &':). A Cfl/ ', :=::--,. J ~ hl:!:':' 'SI l.1\.,-,, ..J V LJ V '->::;; (1\, 1
~ •1 !OD

31/12/9 15/051'99 26,09/00 081l2/02 23"06/03

Figure 25: comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés: calage (1991-
1996) (A); validation (1997-2003) (B)

:.o

--Débit ebservê
-- Dêbir simulé 80
J .5

JOO E
~

uo

0.5 160

180

~ .H'V"=*
o.o"
31/ll/90
4
' '-ll>"'h- 1Wl,:--f'h tl '\'7-/: 1 '::;,- [ W " t::-- , M
1
'5;M--,. 1
. 100

rNM ~'l'f i::


l.O 1

"P11111'1f'î,F~~"l~-·~·
1
::0
11· 1 B -

l l
1.5
1 =Plui"
-Dêbir observé
-Dêbitsimulë 80

'â 1.0 JOO Ê


.5.
i .
1·0 ]"
:::..
uo
0.5
160

180

o.o j ,,,IP>,. I':") A (Jrt V:rs:::--- 1 l'p!h, ,W '',;:/ \J\-, , .,v,! . _,, ">-- 1,u , "'-P ".l :oo
Jl/12J9 15/05199 26/09/00 08/02/02 23106/0J

53
z.e 0

:o
~o
1.5
60

~r~:: I
60

È 1.0

l
0.5 ~I ~ ~ ~! 160

ISO

o.o I w~~JA r-; "=>'<':::::r d ~·-o· '\J Y'i:i-.-,eP:'~ -"l,I ~,.,, ~ "'2· OCF -W..J 11 :oo
3l/Ui9

Figure 26: comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés: calage (1990-
1996) (A); validation (1997-2003 et 1997-2004) (B et C)

:o
~o
c::::J Plui, 60
:.o -Débit observé
- Débit simulé 80

100 Ê
~
120 .::!

~ 1.0
~
HO

160
0.5
180

o.o I=
.A.,, tt,,;,, 0 1 JW \:::-,
. .
li'J~'"\.: 1
n • '
N~ J.ffV"-,A., ..,l..:'.\.....,N{ô--,1 :oo
31/12/85 . ~"- J",1 ••. \s,
-
0

:o
~o
c:=:JPluie 60
--Dêbil observé
- Débit simulé 80

100
.:.
1.0 120 ·3
ë:
140

160
0.5

180

0.0 ~ "" "',;~ ·,r "-:et!? ""-( ......_.....,, ':!s-1 tete:/ S>tt,M' = :, :oo
31/12/02 14/05/04 26109/05 OSiOl/07 22/06/0S 04/l.l/09

54
c:::JPluie
--Débit ebservê
--c--- 60

1..5
-Otbitsimulé so
;,s 100::
C
ë i
-::- 1.0 1:0 .:::
::,
~ 140 ==
0.S 160

180

Figure 27: comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés: calage (1985-
1992) (A); validation (2002-2009 et 2000-2009) (B et C)
:.5 0

:o

:.o 40

--Dibît observé 60
--Débit simul,
l.5 80

G 100 Ê
ê =
.:.
.§. 1.0

HO

c:::::JPluie 60
-- Débit observé
-Débit simul.é 80
i.s
G 100 Î
ë .§.
.E 1.0 110 e.J
·;;
140 ë::
0.5 160

180

o.o 1
31/12JS4 °1' ,,,,. ".""- ,t.. A!, 1 11 IV)' \',,, 1,, "'<! 1l:,,, ,r1 0 '¾ ¼ JV,",,r'Y", .Il/' p'>a p,I;, ,"l"I I :OO

Figure 28 : comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés: calage (1994-


2002) (A) ; validation (1984-1992) (B)

55
0

:o
l.O ~o

c:::JPluie 60
--D&it observé
1.5 -- Dêbiuimulê 80

-=
~
e
100 §
-=-
':: 1.0 120 .:
.E!
~ "-
0 HO

o.s 160

ISO

f,- 11
Jl/12/94
o.o " • "- •~ ""' nr '¾ ' l;'!\,, KKb f'l 1 c\C'«' LlS ',, 111 r,;;r:,, l!lf/ 'SI' l/'r> ,rv·, ~ ", 1 !Y 'S~ 1 100
14/05196 26/09J9ï OSJ'Ol/99 22/06/00 041W01 19/03/03
.. -

2.S 0

:o
2.0 ~o
c=JPltûe 60
-Del>it observé
i.s -Del>it simul 80

100?

ne .;,:
î
.E!
l~O "-
0.5 160

ISO

:oo

Figure 29 : comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés : calage ( 1994-


2003) (A); validation (1984-1993) (B)
·:.5

1.0 ~ 1
1 1
. w,rr,r - - ~~ r •-~-
· -~·
A 1
-·t :
60

--u - -~- p

r
f _ 1L I ·,. 1
'<:'e - 100?

~ 1.0
<l
C:
"l -·- 1 1._ 1 J uo

l ~J.,il.~l ·~, i~~~ ~ .!~· ~)~J.l ,!):: j


56
l.5 •••••

:.O-I .
c::::J~ .
1
-,-I'' -·~-1rr""~~- i·r •
B
:o
~o
60
- Dibitobsun!
1.5 - Débit simulé 80

r 100 '?
i 1.0 1:0 ~
::,
~ uo;;:

0.5 160

180

o.o I A t~:J \.,, 6s '> l Y!:::. d)'l '11 Y\:e J'l:t _, '>'
1
IY ..v '\e er 1 ..,..,. ~ ....., 1 ~ -.o ', t"',...
1
'br#l' :, sen
31/12199 14/05/00 26109/01 09/02/03 W06I04 04/11/05 19/03/0ï 3li0i/0S

Figure 30 : comparaison des hydrogrammes des débits calculés-observés : calage (1987-


1997) (A) ; validation (1998-2008) (B)

3.1.2.2. Synthèse des résultats de Calage et validation du modèle GR4J (1984-2009)

Il ressort que le modèle est très sensible aux paramètres X1 et X3 par rapport aux autres
paramètres (Tableau V). Analyse de ces résultats montre que les valeurs de NS se dégradent
lorsqu'on augmente progressivement (c'est-à-dire de 1 an, 2 ans, 3 ans, 4 ans, 5 ans; 6 ans; 7
ans; 8 ans; 9 ans et 10 ans) les périodes de calage. Il est également constaté au cours des
périodes de validation. Il faut noter que lorsque la période calage ou de validation est longue ;
le critère d'efficacité du modèle se dégrade. Par conséquent le modèle perd sa robustesse sur
de longues périodes.

3.1.3. Résultats de calcul du bilan hydrologique du bassin

Cette partie consiste à simuler les débits du bassin de l'Agnéby à Agboville sur la période de
1984 à 2009 afin d'estimer les paramètres du bilan hydrologique.

3.1.3.1. SimuJation des écoulements sur le bassin de 1984-2009

Les débits sur le bassin de l'Agnéby à Agboville ont été simulés sur la série de 1984-2009.
Cette simulation a permis de calculer les paramètres du bilan hydrologique (Figure 31 ).
Le résultat graphique de la simulation des débits sur toute la période d'observation (1984-
2009) (Figure 31) montre une assez bonne représentation entre les débits calculées et
observées qui évoluent ensemble et les étiages sont correctement reproduits. Néanmoins, des
écarts existent entre les débits de pointe des hydrogrammes des débits simulés et des
hydrogrammes des débits observés 1987; 1989. En plus, les bydrogrammes simulés sont

57
sous-estimés de 1984 à 1994 et de 2004 à 2009 par les hydrogrammes des débits observés
d'où les étiages ne sont pas correctement reproduits. Par contre les hydrogrammes des débits
simulés surestiment les hydrogrammes des débits observés de 1995 à 2003. Cependant, les
écarts demeurent acceptable et une bonne répartition saisonnières des précipitations.

60
~ Pluie
- Débit observé
1.5 so
-- Dé.bit simulé
---1 - -,----~

Figure 31 : Hydrogrammes des débits calculés-observés pour le bilan (1984-2009)

3.1.3.2. Calcul du bilan hydrologique des écoulements sur le bassin

Le bilan hydrologique du bassin versant del' Agnéby à AgboviUe a été réalisé avec le modèle
GR4J pour déterminer les principaux paramètres que sont : les hauteurs de pluies annuelles,
les évapotranspirations réelles, les Lames d'eau ruisselée et infiltrées

3.1.3.2.1. Bilan des écoulements à l'échelle annuelle

Les bilans hydrologiques annuels calculés sur le bassin d' Agnéby à Agboville sur la période
de 1984 à 2009 ( annexe B) résument les sommes annuelles des pamètres du bilan de chaque
année. La pluie annuelle vaut 1168 mm.an" et un cumul annuel qui vaut 30480,199 mm sur la
série. Cette pluviométrie annuelle est répartie entre ces differentes composantes que sont
l'évapotranspiration réelle (ETR), les ruissellement (R) et l'infiltration (I) (Figure 32). Leur
annalyse indique un important pourcentage des précipitations est destiné à
l'évapotranspiration réelle (ETR) qui est près de 75% avec une ETR annuelle de 881.526
mm.an-1• Les lames d'eau infiltrées ou quantités d'eau destinées à une recharge des nappes est
de 23% avec une infiltration annuelle de 268,815 mm.an". Les infiltrations restent variables
en fonction de la hauteur de la pluie incidente et les conditions de surface du bassin. Les

58
ruissellements sont relativement peu abondants. Car les écoulements de surface sont estmés à
2% avec un ruissellement annuel de 28,493 mm.an". Il faut noter que les valeurs enrégistrées
pour tous les paramètres du bilan restent positives sur la période de 1984 à 2009 sur le bassin.

•Pluie :ETR •Q •I

1600.000 1168.051
,/
U00.000 .•
..-. l~00.000
i::

-
Ë
a..
::J
1000.000
800.000


~=-,
::, .,-:. I" ... ~H
600.000 ~
ai
:, 400.000 1,8.493
Z00.000
0.000
L__~- !~ ••• 7
Pluie ETR Q I
Tennes du bilan b~·drologique

Figure 32: Bilan hydrologique à l'échelle annuelle sur le bassin versant d' Agnéby-Agboville
(1984-2009)

59
3.2. DISCUSSION

•!• Caractéristiques pluviométriques et hydrologiques du bassin


La pluviométrie dans le bassin de l' Agnéby à Agboville montre une variabilité interannuelle
des pluies et des débits sur l'ensemble du bassin. Les tests statistiques (Normalité et de
Pettit) appliqués aux données pluviométriques moyennes du bassin n'ont pas montré de
rupture significative. Par contre, les études faites par Kouakou (2011) sur le bassin de
l'Agnéby ont montré que les données des pluies annuelles présentent des ruptures au sein
des séries chronologiques les divisant en deux chroniques. Ces ruptures ont été observées
généralement entre 1968 et 1972. Cela pourrait se justifier par la longueur de la série de
données (1984-2009). Cependant, les perturbations climatiques survenues depuis le début
des années 1970 ne laissent en marge le bassin de l'Agnéby à Agboville. Les résultats des
tests (indices, loi de Maillet et lame d'eau précipitée) appliqués pour les caractéristiques
hydrologiques du bassin ont indiqués des baisses dans les lames d'eaux précipitées et
l'écoulement à l'échelle journalière, mensuelle et annuelle. Ce qui est en accord avec les
études faites sur le bassin d' Agnéby par Kouadio (2011); Kouakou (2011) et Yao (2015)
sur le bassin de la Lobo à Loboville. Cette baisse varie selon les bassins, est liée à la
variabilité des paramètres climatiques. Ces paramètres climatiques sont entre autre la
fréquence des jours ou des mois pluvieux et des hauteurs de pluie qui ont connu une baisse
significative dans Le bassin. La baisse des fréquences de jours ou mois pluvieux s'accordent
avec celle des hauteurs annuelles de pluie. Les résultats sont en accord avec ceux des
travaux réalisés en Afrique de ) 'Ouest en général (Servat et aL, 1998; Lubès-Niel et aL,
1998; Ardoin, 2004; Sighomnou, 2004; Ouédraogo, 2001) et en Côte d'Ivoire en
particul-ier (Paturel et al., 1996; Brou, 2005 ; Kouakou et aL, 2007; Kouassi, 2007; Soro
et al., 2011). Les déficits pluviométriques sur le bassin de I 'Agnéby à Agboville ont eu
aussi pour conséquences une augmentation des coefficients de tarissement et une baisse des
volumes d'eau mobilisés par Les aquifères. La baisse des volumes d'eau mobilisés par les
aquifères évolue dans le même sens que celle des précipitations et des écoulements du
bassin ; ce qui signifie que les aquifères sont essentiellement alimentés par la pluviométrie
via les infiltrations de surface. Ces résultats sont en accord avec ceux des travaux de
Kouakou et al., (2007) menés sur le bassin de la Cornoé. Ces tendances intègrent la grande
phase de rupture pluviométrique de la période 1968-1972 qui a occasionné la vidange
précoce et assez rapide des nappes souterraines tels que l'ont montré (Gasse (2006), Orange
et al.(2002), Mahé et al, (1998), Bricquet et al., (1997), Laraque et Olivry (1996) et de

60
Hubert et al., (1989). En Côte d'Ivoire, ce phénomène a été mis en évidence sur des cours
d'eau de la région Ouest de la Côte d'Ivoire par Saley (2003) sur le N'zo et le Bafing à Man
et par Savané et al., (2001), sur le Drou à Man et le Cavally à Flamleu.
Nous constatons une augmentation des lames d'eau précipitée et des écoulements sur la
période de 2001-2008 dans le bassin d'Agnéby à Agboville. Cela peut s'expliquer par la
forte dégradation des états de stuface par l'intensification des pratiques agricoles. Car, à
l'instar des zones forestières de la Côte d'Ivoire, le bassin de l'Agnéby à Agboville a subi
une déforestation massive au profit des pratiques agricoles (Kouadio, 2011). Les travaux de
(Kouadio, 2011) sur les bassins du Boubo et de l'Agnéby ont clairement montré qu'une
réduction de La couverture végétale, fait augmenter les lames d'eau ruisselées. Cette
tendance croissante des écoulements a également été constatée par plusieurs auteurs dont
Cappelaere et al., (2009), Janeau et al. (1999) ; Albergel (1987).
Les variabilités pluviométriques et hydrologiques du bassin de 1' Agnéby à Agboville
s'expliquent par la destruction abusive des massifs forestiers aux profits de l'agricuJture
extensive sur brûlis comme l'indiquent Les travaux de Brou et al, (1998). L'impact de la
variabilité pluviométrique sur Les ressources en eau a été analysé par l'étude des relations
pluie-débit et pluie-volume d'eau mobilisés par les aquifères. Sur la base de ces relations, il
apparaît clairement que la variabilité hydrologique est calquée sur la variabilité
pluviométrique (Valimba et al., 2005; Kouakou et al., 2007). En effet, l'évolution
comparée des indices de pluies et de débits a montré une incidence directe des déficits
pluviométriques sur l'évolution hydrologique du cours d'eau.

•!• Performances du modèle GR4J


Les résultats du modèles GR4J, Lors des phases de calage et de la validation ont présenté des
critères de Nasb-Sutcliffe (NS) de performances satisfaisantes en calage en validation. Les
critères d'efficacité de NS obtenus en calage sont dans l'ordre de plus de 90% à plus de 60%.
Les valeurs des differentes périodes sont de 96,3 % ( 1998-1999) ; 90,9% ( 1985-1987) ; 72,6%
(1993-1996); 82,0% (1995-1999); 75,0% (1991-1996); 72,0% (1990-1996); 62,7% (1997-
2004); 61,6% (2001-2009); 73,3% (1991-2000) et 63,3% (1987-1997). Par contre en
validation le modèle enrégistre des valeurs de NS de (Q) dans l'ordre de plus de 80% à 40%.
Ces critères d'efficacité de NS sont respectivement de 82% (1994-1996); 73,6% (2007-
2009); 78,8% (1997-2000); 66,1% (1984-1988); 65,6% (1997-2003); 67,6% (1997-2003);
60,4% (1989-1996); 62,7% (1991-1999); 49,4% (1984-1993); 54,7% (1998-2008) et 40,1%
(1994-2004). Les résultats présentés,au cours des périodes de calage et de validation indiquent

61
des performances « satisfaisantes » du modèle GR4J en validation comme en calage sauf sur

les périodes de validation de (1984-1993); (1998-2008); (1994-2004); (1999-20009) et


(1984-1998) pour les calages respectifs (1994-2003); (1987-1997); (1986-1993); (1989-
1998) et (1999-2009). Une amélioration des valeurs du critère de NS à la validation qu'au
calage s'observe de (1986-1991); (1993-1996); (1998-2004); (1985-1992); (2001-2009) en
calage respectivement de 61,9%; 73,6%; 62,1%; 62,5%; 61,6% contre respectivement de
63,1% (2002-2009); 78,8% (1997-2000); 65,9% (1990-1997); 63,1% (2002-2009) et 62,7%
(1991-1999) en validation, sont les preuves de la fiabilité des résultats sur ces périodes. ces
resultats sont en accord avec cellui de Yao (2012) sur bassin de la Lobo. En effet, plusieurs
auteurs (Perrin, 2000 ; Ouédraogo, 2001 ; Ardoin, 2004 ; Sighomnou, 2004 ; Kouassi,
2007 ; Kouakou, 2011 ; Mangoua, 2013) ont montré une dégradation des valeurs de NS
en passant du calage à la validation. En effet, ces contres performances du modèle en
validation peuvent s'expliquer par les données utilisées et seraient être à l'origine de ces
dégradations constatés. En plus, elles pourraient se justifier par la qualité des donnés et la
longueur de La période de validation. En outre, le modèle ne prend pas en compte des états de
surface du bassin versant (occupation du sol, barrages hydro-agricoles). En effet, les auteurs
(Albergel, 1987 ; Goula, 1993 ; Brou et al., 1995 ; Kouamé et al., 1996 ; Casenave et al.,
1996 ; Gellens et al., 1997) cités par Kouamé (2013); ayant travaillé sur l'aptitude des
bassins versants à ruisseler, ont montré que les principaux facteurs sont la nature géologique
du substratum, les grands types de sols qui le constituent : le couvert végétal, la pente, et les
indices de compacité ainsi que l'occupation du sol. En outre, la qualité du critère de NS est
très souvent fortement liée aux données qui constituent un élément majeur du processus de
modélisation. Selon Mangoua (2013), les meilleurs synchronismes entre débits observés et
simulés s'observent pendant les périodes humides. Or le bassin d' Agnéby à Agboville ne
dispose pas de données avant 1970. En effet, l'année 1970 est identifiée comme année
charnière des ruptures pluviométriques en Afrique de l'Ouest (Pature] et al., 1998 ; Servat
et al., 1998 ; Khodja et al., 1998). Par ailleurs, l'observation générale des hydrogrammes a
montré des écarts entre Les hydrogrammes des débits simulés et observés sur les pointes de
crues. Ces décalages (retard ou avance) de l'hydrogramme simulé pourraient s'expliquer en
grande partie par les contrastes climatiques et Je non prise en compte des états de surface du
bassin versant (occupation du sol, barrages bydro-agricoles) (Kouakou, 2011).

62
•!• Bilan hydrologique
Le modèle GR4J ainsi calé et validé a servi à effectuer les simulations sur la période 1984-
2009. Ce qui a permis de calculer les principaux paramètres du bilan hydrologique à
l'échelle annuelle; que sont les hauteurs de pluies (P), l'évapotranspiration réelle (ETR), les
débits ou lames d'eau ruisselée (Q) et la lame d'eau infiltrées ou l'infiltration (1).
D'abord il ressort de ce bilan, que l'ETR est le paramètre dominant avec un pourcentage
de 75% de la pluie pour une valeur de 881,526 mm.an". En effet, il faut noter que Je
couvert végétal favorise l 'ETR et dépend du milieu climatique. Les résultats de cette étude
se situent dans le même ordre de grandeur que ceux obtenus par Kouakou (2011),
Mangoua (2013) et Yao (2015) respectivement sur les bassins de la Comoé, de la Baya et
de la Lobo à Loboville.
Ensuite, vient la lame infiltrée qui représente 23% de la pluie, avec une valeur de 268,815
mm.an-1• EUe est destinée à alimenter les nappes d'eau souterraine. Ces résultats va bien
concordent avec ceux obtenus par (Kouassi, 2007 ; Dibi, 2008 ; Kanohin, 2010 ;
Kouakou, 2011 ; Mangoua, 2013 ; Yao, 2015), dont la plupart les études ont été menées
en Côte d'Ivoire. Les lames infiltrées, dans ces études sont généralement comprise entre
10% et 30% des précipitations. En conséquence, il est important de confirmer que, la
recharge de la nappe se fait de façon proportionnelle aux précipitations tombées sur le
bassin (Hughes, 2004). En effet, elle régresse des régions forestières (à pluviométrie
plus abondante) vers les régions de savanes (Kouakou, 2011).
Enfin, les lames d'eaux ruisselées (débits) que sont les écoulements de surface avoisinent
1
2% des précipitations moyennes du bassin soit avec une valeur de 28,493 mm.an- • Ces
faibles valeurs des écoulements s'expliquent par les besoins domestiques et agropastoraux.
Aussi, par les caractéristiques morphologiques, physiques et physiographiques du bassin tels
que les pentes, les formes, L'indice de compacité de Gravelius ainsi que l'occupation du sol
peuvent servir d'exemple d'explication de ces faibles débits.

63
CONCLUSION

Le présent mémoire a eu pour objectif d'estimer la performance du modèle GR4J à simuler


les écoulements du bassin versant de I' Agnéby à Agboville en décrivant le comportement
hydrologique du bassin versant par le biais des paramètres du modèles GR4J. Il ressort de
notre étude que la pluviométrie moyenne du bassin de l' Agnéby à Agboville est homogène et
ne présente pas de rupture. Les tests statistiques ont montré une alternance de périodes
excédentaires et de périodes déficitaires dans les données pluviométries et des débits sur la
période de 1984 à 2009. Les baisses constatées dans les données pluviométries sont peu
significatives en général sur les écoulements hydrologiques du bassin. Il n'y a pas de
stationnarités majeures dans les lames d'eau écoulée du bassin. Une augmentation des débits
a débuté de 2002 à 2008 après une période déficitaire de 1990 à 2001. Les eaux souterraines
ont été affectées par la variation de la pluviométrie. Les cours d'eau sont tributaires des
précipitations qui constituent de ce fait le moteur principal des écoulements.
Afin de simuler les ressources en eau du bassin, le modèle GR4J a été utilisé, les sorties du
modèle ont donné des valeurs de NS plus performantes en calage qu'en validation. Une
amélioration des critères de NS en validation qu'en calage ont été constatés. Ce qui montre la
fiabilité des données utilisées. Ce qui justifie la robustesse du modèle GR4J. Par conséquent,
ces résultats aux sorties du modèle montrent que le modèle GR4J intègre les particularités du
bassin en calage et en validation. De plus, l'observation des hydrogrammes calés et validés
sont également de bonne qualité. En effet, La dynamique des écoulements est bien respectée et
les crues sont reproduites en calage et en validation. En période de calage, le modèle
surestime les débits calculés sur la période de 1987-1993 et les hydrogrammes calculés et
observés présentent de bonnes similitudes entre eux sur la période de 1994-1997 avec des
écarts plus ou moins importants. Par contre, en période de validation (1984-1993)
1 'bydrogramme des débits observés et les débits calculés sont nettement confondus sur la
période de 1998-2003 et le modèle surestime les débits calculés sur la période de 2003-2008
avec des écarts plus ou moins importants. Le modèle est robuste et performant sur le bassin.
Le calcul du bilan hydrologique a été possible grâce à l'utilisation du modèle GR4J qui a
permis d'évaluer les principaux paramètres du bilan hydrologique en vu d'estimer les eaux de
surfaces et souterraines. Ceci a permis de constater que 75% de la pluie tombante sur le bassin
1 1
s'évapore soit 881,526 mm.an- , pour un apport moyen de pluie de 1168,020 mm.an- sur la
période de 1984 à 2009. Ainsi, le volume d'eau écoulé est de l'ordre de 28,493 mm.an-1 soit

64
2% de la pluie et infiltré est de l'ordre de 268,815 mm.an- 1 23% de la pluie. Par ailleurs,
l'infiltration est assez important sur le bassin versant.
Pour améliorer les résultats de cette étude, en perspectives nous recommandons de:
- recourir à l'obtention des données complètes des écoulements c'est-à-dire avant 1970 et
après 1970 afin d'effectuer des calages et des validations avant et après 1970.
- envisager une étude approfondie sur l'évolution des paramètres du modèle GR4J lors du
calage et de la validation (pour un suivi de 3 ans d'étude);
- intensifier le réseau de mesure des paramètres climatiques afin de disposer des données de
qualité à l'entrée des modèles hydrologiques.

65
REFERENCES BIBLIOGRAPHIES

Albergel.J., 1987. Sécheresse, désertification et ressources en de surface. Application aux


petits bassins du Burkina Faso. International Association of Hydrological Sciences, 168,
pp.355-365.
Aman A., Ochou D. A., N'Guessan E., Koné B. et Koné M., (2005). Variation saisonnière
de la végétation de savane: cas du parc national de la Comoé en Côte d'Ivoire. Télédétection,
Vol. 6, n°2, pp 87-101.
Ambroise B., (1998). La dynamique du cycle de l'eau dans un bassin versant. Processus,
Facteur, Modèles H.G.A (Ed.), Burcarest, 200 p
Ardoin-Bardin. S. (2004). Variabilité hydroclimatique et impacts sur les ressources en eau
de grands bassins hydrographiques en zone soudano-sahélienne. Thèse de Doctorat de
l'Université de Montpellier Il (France), 440 p.
Assoma T.V., (2013). Variabilité hydroclimatique et évaluation des ressources en eau du
bassin côtier de I 'Agnéby au Sud-Est de la Côte d'Ivoire : apport des outils statistiques, de la
modélisation et de la télédétection optique et radar. Thèse de Doctorat de l'Université Félix
Houphouët-Boigny en Sciences de la Terre, 224 p
Avenard J.M., 1971. Aspect de la géomorphologie in: Milieu naturel de la Cote d'Ivoire.
Mémoire ORSTOM. Paris, France, 50, pp.8-73.
Beven J. A. S. (1997). Modélisation pluie-débit des apports de bassins versant du sud-ouest
du Burkina Faso, ORSTOM, 88 p.
Beven K.J et O'Connell P.E., (1985). General report on water balance computation
techniques. In: New Approaches in Water Balance Computations. IAHS Pub., pp 41-46.
Boudabraa H. (2007). Modélisation pluie-débit à base géomorphologique en milieu semi-
aride rural Tunisien: Association d'approches directe et inverse. Thèse de Doctorat, Univ. 7
novembre Carthage (Tunisie}, 227 p.
Briquet J. P., Mahe G., Bamba F., Olivry J. C. (1996). Changements climatique récents et
modification du régime hydrologique du fleuve Niger à Koulik:oro (Mali), Colloque J Rodier,
pp 157-166.
Brou Y. T. (1997). Analyse et dynamique de la pluviométrie dans le Sud forestier
ivoirien : recherche de corrélations entre les variables climatiques et les variables liées aux
activités anthropiques. Thèse de Doctorat de 3ème cycle de l'Université de Cocody, Côte
d'Ivoire, 211 p.

66
Brou Y. T. (2005). Climat, mutations socio-économiques et paysages en Côte d'Ivoire.
Mémoire de synthèse des activités scientifiques présenté en vue de l'obtention de
l 'Habilitation à Diriger des Recherches, Université des Sciences et Techniques de
Lille, France, 212 p.
Brou, Y.T., Akindès, F. et Bigot, S. (2005). La variabilité climatique en Côte d'Ivoire : entre
perceptions sociales et réponses agricoles. Cahiers Agricultures, vol. 14, n° 6, pp 533-540.
Cappelaere B., Descroix L., Lebel T., (2009). The AMMA catch observing system in the
cultivated Sahelian of South West Niger-strategy, implementation and site conditions. Journal
of Hydro/ogy 375 (1-2), pp 34-51.
Casenave A., Valentin C., (1996). Etats de surface et transposition des données
hydrologiques. International Association ofHydrological Sciences, 238, pp.225-233.
Coulibaly K. (1997). Evaluation du bilan hydrologique, de la variabilité climatique et du
tarissement des cours d'eau par l'application des méthodes mathématiques dans le bassin
versant du fleuve Sassandra (région de Buyo en CI), Mémoire de DEA, Univ. d'Abobo-
Adjamé, 84 p.
Dao .A. (2013). Caractérisation des composantes du cycle de l'eau et processus de production
de l'écoulement : cas du bassin versant transfrontalier de Kolondieba au sud du Mali en
milieu tropicale de socle. Thèse de Doctorat, Univ. Nangui Abrogoua, 225 p.
Délor C., Diaby 1., Siméon Y., Yao B., Akré.D., Tastet J.-P., Vidal M., Traoré 1.,
Dommanget A., CautruJ.-P., Konan G., Chiron.J.-C., (1992). Carte géologique de la Cote
d'Ivoire à 1/200 000; Feuilles Abidjan, Dimbokro et Abengourou. Direction des Mines et de
la Géologie, Abidjan, Côte-d'Ivoire.
Dezetter A. (1991). Modélisation globale de la relation pluie-débit. Application en zone de
savanes soudanaises (Nord-Ouest de la Côte d'Ivoire). Thèse de Doctorat, Université de
Montpellier II, 422 p.
Diello P., (2007). Interrelation Climat-Homme-Environnement dans le Sahel Burkinabé:
Impacts sur les états de surface et la modélisation hydrologique ; Thèse de Doctorat,
Université Montpellier IT, 367p.
Douagui G. A., (2012). Risques de pollution de la nappe du Quaternaire de la zone sud du
District d'Abidjan : cas du secteur Canal de Vridi-Grand-Bassam (Côte d'Ivoire). Thèse de
Doctorat Unique, Université Abobo-Adjarné, 188 p.
Edijatno., (1991). Mise au point d'un modèle élémentaire pluie-débit au pas de temps
journalier. Thèse de Doctorat, Université Louis Pasteur/ENGEES, Strasbourg, 242 p.

67
Edijatno, Nascimento N. O., Yang X., Makhlouf Z., Michel C., (1999). GR3J, A daily
watershed model with three free parameters. Hydrological Sciences journal, 44(2), pp 363-
277.
Gaume E., (2002). Un parcours dans l'étude des extrêmes en hydrologies. Mém. H.DR,
Ecole National des ponts et chaussées. 269 p.
Gaume E., (2009). Hydrologie de versants et de bassins versants et modélisation pluie-débit.
Master 2 Sciences et Génie de l'environnement, Ecole National des ponts et chaussées, 86p.
Gellens D., Scbadler B., (1997). Comparaison des réponses du bilan hydryques de bassins
situés en Belgique et en Suisse à un changement de climat. Revue de Sciences de l'eau, .10
(3), pp.395-414.
Gherissi R., (2012). Hydrologie et Modélisation pluie-débit : Cas du bassin versant de l 'Oued
Lakhdar (Ex : Chouly). T AFNA-NW Algérien, mémoire de Magister, Université Abou
BekrBelkaid-Tlemcen, 103 p.
GIEC. Groupe d'Experts Intergouvemental sur l'Evolution du Climat., (2013). Changement
climatiques 2013. Les éléments scientifiques. OMMIPNUE, 34 p.
Girald G., Sircoulon J., Touchebeuf P., (1971). Aperçu sur les régimes hydrologiques de
Côte d'Ivoire in : Milieu naturel de Côte d'Ivoire. Mémoire ORSTOM, Paris, France 50, pp
109-190.
Goula B.T., A., Kouassi W. F., Fatika V., Kouakou K. E., Savané 1., (2009). Impacts du
changement climatique et de la variabilité climatique sur les eaux souterraines en zone
tropicale humide : cas du bassin versant de la Comoé. International Association of
Hydrological Sciences, 334, pp. 190-202.
Goula B.T.A., Egnankou W.M., (2011). Analyse Diagnostique Trans.frontalière du bassin
versant de la Volta: Rapport National Côte d'Ivoire. [JNEPIGEF/Volta/NR RCI 1/2011, 125
p.
Goula.B.T.A., Kouadio.Z.A., Kouakou. K.E., Yao.A.N., N'doume.C., Savane. 1., (2009).
Simulation du comportement hydrologique du bassin versant de L' Agnéby, en Côte-d'Ivoire,
Rev. Ivoir. Technol., vol. 13 pp. 91-113.
Haziza E., (2003). Modélisation mensuelle pluie-débit/apports de la spatialisation. Cas des
données de sols. Mémoire DEA en Sciences de l'eau et de la terre, Univ. Montpellier TI,
France, 90 p.
Hughes A.D., (2004). lncorporating groundwater recharge and discharge functions into an
existing montbly rainfall model. Jnstitute for Water Research, Rhodes University,
Grahamstown 6140, South Africa: 297-311.

68
Janeau J.L., Mauchamp A., Tarin G., (1999). The soil surface characteristics of vegetation
stripes in Northern Mexico and their influences on the system hydrodynamics. Catena, pp
165-173
Kanohin F., 2010. Evolution des ressources en eau de surface et souterraine dans un contexte
de variabilité climatique dans la région de Daoukro (Centre-Est de la Côte-d'Ivoire), 146 p.
Khodja H., Lubès N.B., Sabatier R., Masson J.M., Paturel J.E., 1998. Analyse spatio-
temporelle de données pluviométriques en Afrique de l'Ouest. Recherche d'une rupture en
moyenne. Une alternance intéressante : les tests de permutation. Revue de la Statistique
Appliquée, 46 (1), pp.95-110.
Klemes V., (1986). "Operational testing of hydrological simulation models." Hydrological
sciences, pp 13-24.

Konan B., (2002). Modélisation et gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin

versant du Sassandra (Côte d'Ivoire). Thèse de doctorat 3ème cycle, Université d'Abobo-
Adjamé, 146 p.
Kouadio G. B., (2004). Caractérisation de la variabilité climatique et de la sécheresse des
ressources en eau en Côte d'Ivoire : cas du Bassin versant du N'Zi, Mémoire de DEA, Univ.
d'Abobo-Adjamé, 77 p.
Kouadio Z. A., (2011). Dynamique de l'occupation du sol et comportement
hydrologique. Cas des bassins versants côtiers de I 'Agnéby et du Boubo, Thèse Unique
de Doctorat de l'Université d'A bobo-Adjamé, Côte d'Ivoire, 188 p.
Kouakou K. E., Goula B.T. A., Savané 1., (2007). Impacts de la variabilité climatique sur
les ressources en eau de surface en zone tropicale humide : Cas du bassin versant
transfrontalier de la Comoé (Côte d'Ivoire - Burkina Faso). European Journal of Scientific
Research, 16 (1), pp 31-43.
Kouakou K. E., (2011). Impacts de la variabilité climatique et du changement climatique sur
les ressources en eau en Afrique de l'Ouest : Cas du bassin versant de la Comoé. Thèse de
Doctorat, Université d'Abobo-Adjamé, Côte d'Ivoire, p 186.
Kouamé B., Servat J.E. et Dezetter A., (1995). Modélisation de la relation pluie-débit et
estimation des apports en eau en Côte d'Ivoire. IAHS Publication, n°238, pp.343-354.
Kouamé K. F., (2010). Influences de la variabilité climatique et de la dégradation
environnementale sur le fonctionnement de l'hydrosystème du N'zo dans la région guinéenne
humide et semi-montagneuse de la Côte d'Ivoire. Contribution de la télédétection, des

69
Systèmes d'Infonnations Géographiques et du modèle hydrologique HYDROTEL. Thèse
d'État des sciences naturelles, Université de Cocody, 379 p.
Kouamé K.I., (2007). Pollution physico-chimique des eaux dans la zone de la décharge
d' Akouédo et analyse du risque de contamination de la nappe d'Abidjan par un modèle de
simulation des écoulements et du transport des polluants. Thèse deDoctorat Unique, Univ.
Abobo-Adjamé, 206 p.
Kouamé L.B.C., (2013). Transport particulaire et dissous d'une rivière côtière de Côte
d'Ivoire : cas de 1 'Agnéby. Diplôme Etude Approfondie, UFR Sciences et Gestion de
l'Environnement, Université Nangui Abrogoua, 89 p.
Laftouhi N., Persoons E., (2005). Influence des variations climatiques sur le régime
hydrologique du bassin versant du Qsob (Essaouira Maroc). Colloque impacts et variabilité
climatique Montpellier, 21 p.
Laraque A., Olivry J.C., (1996). Evolution de l'hydrologie du Congo-Zaïre et de ses
affluents rive droite et dynamique des transports solides et dissous. Mélanges à la mémoire de
Jean Rodier. International Association of Hydrological Sciences, 238, pp.271-288.
Lavabre J., Arnaud P., Folton N., Michel C.I., (1996). Les écoulements d'un petit bassin
versant méditerranéen après un incendie de forêt. In Ingénieries - Eau - Agriculture -
territoire, 7 pp 21-30.
Le Lay M., (2006). Modélisation hydrologie dans un contexte de variabilité bydroclimatique.
Une approche comparative pour l'étude du cycle hydrologique à méso-échelle au Bénin.
Thèse de l'INPG, Grenoble, 251 p.
Lee A. F. S. et Heghinian S. M., (1977). A shift of the mean level in a sequence of
independent normal random variables: A Bayesian approach. Technimetrics, 19 (4), pp 503-
506.
Lubès-Niel H., Masson J. M., Paturel J. E, et Servat E., (1998). Variabilité climatique et
statistique, Etude par simulation de la puissance et de la robustesse de quelques tests
utilisés pour vérifier l'homogénéité de chroniques. Rev. Sei. Eau, 11(3), pp 383-408.
Mahe G. et Olivry J.C., (1995).Variations des précipitations et des écoulements en Afrique
de! 'ouest et centrale de 195 L à 1989, Sécheresse, 6(1 ), pp 109-117
Mahé G., Paturel J.E., Servat E., Conway D. and Dezetter A., (2005). Impact of land use
change on soi! water holding capacity and river modelling of the Nakarnbe River in Burkina-
Faso. Journal of Hydrology, N°300, pp 33-43.
Makhlouf Z., (1994). Compléments sur le modèle pluie-débit GR4J et essai d'estimation de
ses paramètres. Thèse de Doctorat, Université Paris XI Orsay, 426 p.

70
Mangoua M.J., (2013). Evaluation des potentialités et de la vulnérabilité des ressources en
eau souterraine des aquifères :fissurés du bassin versant de la Baya (Est de la Côte d'Ivoire).
Thèse unique de Doctorat, Université Nangui Abrogoua, Abidjan (Côte d'Ivoire), 169 p.
Michel C., (1983). Que peut-on faire en hydrologie avec un modèle conceptuel à un seul
paramètre? La Houille Blanche, pp 39-44.
MINAGRA., (2001). Ministère de l' Agriculture et des Ressources Animales, Direction des
statistiques, de la Documentation et de l'informatique (DSDl). Recensement National de
l 'Agriculture. Abidjan, Côte d'Ivoire, 57 p.
Morin G., Paquet p. 1995. Le modèle de simulation de quantité et de qualité CEQEAU,
guide de l'utilisateur, version LOB windows-Rapport de recherche n°435, INRS-Eau, Québec
Mouelbi C., 2003. Vers une chaîne cohérente de modèles pluie-débit conceptuels globaux
aux pas de temps pluriannuel, annuel, mensuel et journalier. Thèse de Doctorat, Ecole
Nationale du génie rural des eaux et forêts de Paris, France, 274p.
Mouelhi S., Michel C., Perrin C. et Andreassian V., (2006a). Link:ing stream flow to
rainfall at the annual time step: the Manabe bucket model revisited. Journal of
Hydrology 328, 283-296 pp,
N'Diaye J. A. S., (1997). Modélisation pluie - débit des apports de bassins versants du
Sud - Ouest du Burkina Faso. Mémoire de Fin d'Etudes, IER, 98 p.
Nash J.E. and Sutcliffe J.V., (1970). River flow forecasting through conceptual rnodels
part I - A
Nicholson S.E., (1980). The nature of rainfall fluctuation in subtropical West Africa, Monthly
Weather Revue, 108, pp. 473-487.
Noufou C., 1998. Déforestation et activités agricoles en Côte-d'Ivoire: recherche d'un
nouvel équilibre. Thèse de Doctorat, Faculté des études supérieures de l'Université Laval, 159
p.
Olivry J.C., (1996). Etude régionale sur les basses eaux ; les effets durables du déficit des
précipitations sur les étiages et les tarissements en Afrique de ! 'Ouest et du Centre. Xllème
journée hydrologique de l'Ortom, Montpellier, 10-11 oct. 14 P.
Olivry J.C., Bricquet J.P., et Mahe G., (1993). Vers un appauvrissement durable des
ressources en eau de l'Afrique humide. Hydrology of warm humidregions, LAHS N°2 l 6,
ORSTOM, pp 67-78.
Orstom., (1989). Précipitations journalières de 1966 à 1980: République de Côte d'Tvoire.
Montpellier, France, 594 p.
Oudin L., Michel C. et Anctil, F., (2005b). Wbich potential evapotranspiration input for a

71
rainfall-runoff model? Part 1 - Can rainfall-runoff models effectively handle detailed
potential evapotranspiration inputs? Journal of Hydrology 303(1-4), 275-
289 p.
Ouédraogo M., Mahé G., Servat E., (2002). Conséquences des déficits pluviométriques
observés depuis le début des années 1970 en Afrique de l'Ouest et Centrale : Normes
hydrologiques, gestion et planification des ressources en eau. JAHS Pub, N° 274, pp 149-156.
Paturel J.E., Servat E., Kouamé B., Boyer J.E., Lubes-Niel H., et Masson J.M., 1995.
Manifestation de La sécheresse en Afrique de L'Ouest non sahélienne. Cas de le Côte-d'Ivoire,
du Togo et du Bénin. Sécheresse, 6 (1), pp. 95-102.
Pérard, J., (1992). Estimation des contraintes climatiques en Afrique Tropicale.
Approche méthodologique. Publication de l'Association Internationale de Climatologie, vol.
5, pp 99-104.
Perraud A., (1971). Les sols in Avenard J.M., Eldin M., Girad G., Sircoulon J., Touchebeuf
P., Guillaumet J.L., Adjanohoun E., et Perraud A: Milieu naturel de Cote d'Ivoire. Mémoire
ORSTOM, n°50 ; Paris, France, pp.265-391.
Perrin C., (2000). Vers une amélioration d'un modèle global pluie-débit au travers d'une
approche comparative. Thèse de Doctorat, CEMAGREF. Antony, Institut National
Polytechnique de Grenoble, France, 530 p.
Perrin C., Michel C., et Andréassian V., (2003). Improvement of a parsimonious mode! for
stream flow simulation. Journal of Hydrology, 279 (1 et 4), pp.275-289.
Perrin C., Michel C et Andreassian V., (2002). Improvement of a parsimonious mode! for
stream flow simulation. Journal ofHydrology, pp. 125-149.
Perrin C., Michel C., et Andréassian V., (2007). Modèles hydrologiques du génie rural
(GR), rapport, Edition CEMAGREF, 100 p.
Quillat B., (2007). Caractérisation hydrologique du bassin de la Garonne à l'aide d'un modèle
pluie-débit global. Rapport de stage de 2ème année, Département Hydraulique et mécanique
des fluides, UR Hydrosystèmes et Bioprocédés, 54 p.
Raskin P., Gleick P., Kirshen P., Pontius G. and Strzepek K., (1997). Water futures:
assement of long-range partems and problems. Comprehensive assement of the :freshwater
resources of the worlcl Stockholm Environnement Institute, Stockholm, Sweden, 77 p
Saley M.B., (2003). Système d'informations hydrogéologiques à référence spatiale,
discontinuités pseudo-images et cartographies thématiques des ressources en eau de la région
semi-montagneuse de Man (Ouest de Ja Cote D'ivoire). Thèse de Doctorat, Univ. Cocody,
Cote D'ivoire, 209 p.

72
Saporta.G., 2006. Probabilités, Analyse des données et Statistiques, Paris, Éditions Technip ,
622 p. (p. 359 à 370).

Servat E., Pature) J.-E., Lubes-Niel H., Kouamé B., Masson J.M., Travaglio M. et
Marieu B., (1999). De différents aspects de la variabilité de la pluviométrie en Afrique de
l'ouest et centrale non sahélienne, Revue des sciences de l'eau, 12, 2, pp 363-387.
Sighomnou D., (2004). Analyse et redéfinition des régimes climatiques et Hydrologiques du
Cameroun: perspectives d'évolution des ressources en eau. Thèse de Doctorat d'Etat
Université de Yaoudél, Cameroun 209 p.
Staub J.F., (2008). Prévision d'étiage par modélisation hydrologique : mise au point d'une
méthode d'évaluation. Rapport de Master 2, UFR Sciences et Techniques, Université de
Tours, pp 16-17.
Valimba P., Simon H., Hkhandi., Servat E., et Hughes D., (2005). Changing flows in
southem Africa and its relationships to rainfall variations. Colloque impacts et variabilité
climatique, Montpellier, 19 p.
YAO A. B., (2015). Evaluation des potentialités en eau du bassin versant de Lobo en vue
d'une gestion rationnelle (Centre-Ouest de la Côte-d'Ivoire), Thèse de Doctorat, UFR des
Sciences et Gestion de ! 'Environnement, Université Nangui Abrogoua, Abidjan 225 p.

73

1
r

74
Annexe A : Calage et validation du modèle GR4J (sur lan, 2 ans, 3 ans, 4 ans, Sans,
6ans, 7 ans, 8 ans, 9 ans et 10 ans

Calage sur lan et validation du modèle GR4J

Longueur de la période de Sorties du modèle


mise en route (1 année) Paramètres Critères d'éfficacité
Phase de Phase de x, X2 X3 x, NS de NSde
calage validation calage(%) validation(%)
1984-1985 1997-1999 4,50 - 4,21 4,24 2,15 80,3 75,5
1986 - 1987 2006-2009 5,08 -4,09 5,29 2,25 90,9 62,8
1996 - 1997 1994 - 1996 5,38 -4,66 5,66 2,25 90,3 73,4
1998 - 1999 1995-1996 3,86 - 5,05 5,65 2,21 96,2 92,1
1990-1997 63,1
2002-2003 1998-1999 6,22 - 2,50 3,82 1,94 81 85,3
2007-2008 1986-1987 4,89 -4,14 5,81 1,81 88,2 82,1
2008-2009 1995-1998 6,62 - 2,32 4,27 2,25 79,5 76,9

Calage sur 2ans et validation du modèle GR4J

Longueur de La période de Sorties du modèle


mise en route ( 1 année) Paramètres Critères d'éfficacité
Phase de Phase de X, X2 X3 ~ NS de NS de
calage validation calage(%) validation(%)
1985 - 1987 2006-2009 5,08 -4,09 5,29 2,25 90,9 62,7
1987-1989 2002-2005 6,02 - 2,63 4,31 2,25 69,8 60,8
1994-1996 1997-2000 4,78 -4,71 5,36 2,20 83,4 74,8
1996-1998 1985-1988 5,36 -4,68 5,68 2.25 88,5 61,2
1997 - 1999 1985-1989 5,08 -4,69 5,69 0,65 90,1 68,2
2003-2005 1985-1988 6,23 -2,64 4,38 -0,36 68,1 65,4
2007 - 2009 1996 - 1998 6,23 - 2,85 4,53 2,25 80,2 83,6
1996-1999 76,7

75
Calage sur 3 ans et validation du modèle GR4J

Longueur de la période de Sorties du modèle


mise en route (1 année) Paramètres Critères d'éfficacité
Phase de Phase de x, X2 X3 ~ NS de NSde
calage validation calage(%) validation(%)
1985 - 1988 2006-2009 5,35 - 3,86 5,02 2,25 83,8 63,6
1993 - 1996 1997 - 2000 4,89 -4,64 5,14 2,19 72,6 78,8
1996-1999 1984-1988 5,76 - 3,93 4,87 2,25 82,5 65,5
2000-2003 1993-1998 7,54 - 2,28 3,53 2,20 64,6 62
2005-2008 1995 - 1999 6,48 - 2,81 4,59 1,33 67,3 71,5
2006-2009 1985-1989 5,91 -3,44 5,21 1,03 73,5 62,8

Calage sur 4 ans et validation du modèle GR4J

Longueur de la période de Sorties du modèle


mise en route ( 1 année) Paramètres Critères d'éfficacité
Phase de Phase de X1 X2 X3 ~ NS de NSde
calage validation calage(%) validation(¾)
1984-1988 1994-1999 5,12 - 4,19 5,14 2,25 77,6 61,4
1992 - 1996 1997 - 2003 3,27 - 5,33 5,90 2,08 73,0 67,7
1995 - 1999 1984 - 1988 5,82 - 3,76 4,64 2,25 82,0 66,l
2005-2009 1995 - 2000 6,63 -2,47 4,22 2,19 68,8 71,9

76
Calage sur 5 ans et validation du modèle GR4J

Longueur de la période de Sorties du modèle


mise en route (année) Paramètres Critères défficacité
Phase de Phase de x, Xz X3 x, NS de NSde
calage validation calage(%) validation(%)
1986 - 1991 2002- 2009 6,08 -2,77 4,21 2,25 61,9 63,1
1990 - 1995 1997 - 2002 5,15 -4,95 5,72 - 0,55 63,7 70,5
1991 - 1996 1997 - 2003 3,18 - 5,35 6,11 1,64 75,0 65,6
1999 - 2004 1993 - 1998 7,27 - 2,37 3,72 2,07 61,7 64,5
2004-2009 1995-2001 6,54 - 2,79 4,69 0,68 64,7 62,2

Calage sur 6 ans et validation du modèle GR4J

Longueur de la période de Sorties du modèle


mise en route (1 année) Paramètres Critères d' éfficaci té
Phase de Phase de x, Xz X3 x, NS de NS de
calage validation calage(%) validation(%)
1985 - 1991 2002- 2009 6,07 - 2,77 4,21 2,25 62,5 63,1
1990 - 1996 1997 - 2004 3,23 - 5,40 6,13 1,44 72,0 60,3
1998 - 2004 1990 - 1997 6,31 -2,89 3,75 2,19 62,1 65,9

Calage sur 7 ans et validation du modèle GR4J

Longueur de la période de Sorties du modèle


mise en route (année) Paramètres Critères d'éfficacité
Phase de Phase de X1 Xz X3 Xi NS de NS de
calage validation calage(%) vaJidation(%)
1985 - 1992 2002-2009 6,08 - 2,75 4,20 2,25 62,5 63,1
2000-2009 43,8
1986-1993 1994-2004 6,09 - 2,71 4,16 2,25 61,9 40,1
1997 - 2004 1989- 1996 6,31 -2,96 3,89 2,08 62,7 60,4

77
Calage sur 8 ans et validation du modèle GR4J

Longueur de la période de Sorties du modèle


mise en route (année) Paramètres Critères d' éfficaci té
Phase de Phase de x, X2 X3 ~ NS de NS de
calage validation calage(%) validation(%)
1994 - 2002 1984 - 1992 6,97 - 2,32 3,96 2,06 76,1 47,3
2001 - 2009 1991-2000 5,61 -4,28 4,94 2,21 61,6 61,9

Calage sur 9 ans et validation du modèle GR4J

Longueur de la période de Sorties du modèle


mise en route (année) Paramètres Critères d'éfficacité
Phase de Phase de x, X2 X3 ~ NS de NS de
calage validation calage(%) validation(%)
1994 - 2003 1984 - 1993 5.83 - 3,84 4,54 2,22 73,3 49,4
1989-1998 1999-2009 3,09 - 5,55 6,39 1,81 68,4 47,9

Calage sur 10 ans et validation du modèle GR4J

Longueur de la période de Sorties du modèle


mise en route (année) Paramètres Critères d' éfficacité
Phase de Phase de x. X2 X3 ~ NS de NS de
calage validation calage(%) validation (%)
1987 - 1997 1998 - 2008 6,02 -3,47 4,31 2,24 63,3 54,7
1999-2009 1984-1998 6,97 -2,60 4,32 1,12 61 47,6

78

_I_
Annexe B. paramètres du bilan hydrologique annuel

Années Pluie ETR Q I


annuelle (mm) annuelle (mm) annuel (mm) annuelle (mm)
1984 1299.732 963.505 33.581 301.720
1985 1224.546 985.076 22.109 217.361
1986 878.200 782.443 4.837 90.920
1987 1144.177 863.120 28.821 246.008
1988 1155.127 922.034 19.115 21 l .839
1989 1308.653 954.700 35.497 211.839
1990 911.459 811.295 5.824 94.340
1991 1097.425 839.429 26.151 231.845
1992 905.940 780.440 6.685 231.845
1993 995.275 806.826 15.564 172.886
1994 1367.269 966.763 39.625 360.880
1995 1438.304 987.719 49.773 400.812
1996 1241.948 910.613 40.920 290.415
1997 1069.264 745.333 40.051 290.415
1998 972.818 852.391 6.596 117.750
1999 1309.855 1000.410 34.619 274.826
2000 1227.892 922.418 33.617 271.857
2001 1267.896 929.888 34.245 303.764
2002 1259.289 876.766 41.025 350.333
2003 1198.736 810.801 40.704 347.231
2004 1158.099 846.452 29.911 557.753
2005 1077.830 812.474 23.096 242.261
2006 1182.018 842.315 32.266 307.437
2007 1441.399 977.183 32.752 320.587
2008 1285.552 940.987 33.867 310.698
2009 1061.495 788.308 28.647 244.539
Bilan interannuel (mm) 1168.020 881.526 28.493 268.815
Bilan annuel (mm)
30480.199 22919.686 739.899 3649.036
(1984-2009)

79
RESUME

Le bassin versant de I' Agnéby à Agboville, est situé dans la zone forestière, au le Sud-Est de
la Côte d'Ivoire. La rivière Agnéby draine ce sous bassin versant d'une superficie de 4691.32
Knl. Le bassin présente une vulnérabilité face au changement du climat qui se manifeste par
une sensibilité accrue aux situations extrêmes (inondation et sécheresse) depuis la décennie
1970-1980, en raison de sa structure socio-économique et démographique. J\ cette situation.
s'ajoute la dégradation du couvert végétal qui agit sur le régime hydrologique. C'est
pourquoi, une modélisation est nécessaire pour connaitre le fonctionnement hydrologique de
ce bassin. L'objectif de cette étude est d'estimer la performance du modèle GR4J à modéliser
les écoulements du bassin versant de l'Agnéby à Agboville à travers la caractérisation
hydrologique du bassin, la caractérisation de la pluviométrie de la région. de lcstimaiion du
débit du cours d'eau et à l'optimisation du modèle GR4J par les jeux de calage et de
validation à des longueurs différentes. Il ressort des résultats de celle étude que la baisse
pluviométrique, à la fin de la décennie 1960 se poursuit. En outre, ces effets se sont traduits
par la baisse des lames d'eau écoulées et le volume d'eau mobilisé dans les aquifères cl des
pluies dans le bassin. Cependant, on observe un excès des écoulements qui est dépendant de la
pluviométrie qui ne cesse d'augmenter. Ce résultat semble être favorisé par la forte
dégradation du couvert végétal par l'intensification des activités agricoles. Le modèle GR4J
a montré de meilleures performances en calage et en validation et le modèle a enregistré de
performances satisfaisant en validation qu'en calage. Les valeurs obtenues sont
respectivement de 96,2% à 61,6% et de 82,0% à 47,3%. Par conséquent. le modèle GR4J est
performant sur la période du bassin. Le bilan hydrologique a montré que 1 ,::TR de J" ordre

881,526 mm.an-' est le paramètre le plus dominant soit 75% de perte de la pluie annuelle et
I
seulement 25% : lame d'eau infiltrée (268,815 mm.an") et ruisselées (28.493 mm.an l son!
destinées à alimenter les nappes d'eau souterraines, pour une pluie annuelle totale de
1 168,020 mm.an-' sur Je bassin versant de l 'Agnéby à Agboville.

Mots clés: Modèle GR4J, modélisation hydrologique, bassin versant de I' Agnéby à
Agboville, Côte-d'Ivoire.

1
1