Vous êtes sur la page 1sur 62

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/336287624

Pathologies des Constructions

Book · October 2019

CITATIONS READS

0 5,224

4 authors, including:

Layachi Guelmine Bordj Bou Arréridj


Université Mohamed El Bachir El Ibrahimi de Bordj Bou Arréridj Université Mohamed El Bachir El Ibrahimi de Bordj Bou Arréridj
7 PUBLICATIONS   24 CITATIONS    3 PUBLICATIONS   2 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

valorisation des dechets de pneus usagers dans les materiaux cimentaires View project

effect of magnetic water on physical and mecanical proprieties of concrete View project

All content following this page was uploaded by Layachi Guelmine on 06 October 2019.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


TABLE DES MATIERS

Pathologies des Constructions

Préparé Par :

Dr GUELMINE Layachi

Maître de Conférences

Département de Génie Civil

Faculté des Sciences et de la Technologie

Université Mohamed El Bachir El Ibrahim – Bordj Bou Arreridj

1
TABLE DE MATIERES

INTRODUCTION GENERALE .................................................................................................. 5


CHAPITRE I : EVALUATION ET DIAGNOSTIQUE DES STRUCTURES EN BETON
DEGRADEES ................................................................................................................................ 6
I-1. INTRODUCTION : ..................................................................................................................................... 6
I-2. CAMPAGNE D’EVALUATION : .................................................................................................................. 6
I-2.1. Révision de l’historique de l’ouvrage :..................................................................................................... 6
I-2.2. Analyse de l’état de service : ..................................................................................................................... 7
I-2.3. Visite du site :............................................................................................................................................... 8
I-2.3. Evaluation détaillée : ................................................................................................................................... 8
I-2.4. Evaluation des données recueillies : ......................................................................................................... 8
CHAPITRE II : PRINCIPALES PATHOLOGIES DES CONSTRUCTIONS ...................... 9
II.1. PATHOLOGIES DES CONSTRUCTIONS DUES AUX DEFAUTS DE CONCEPTION ET DE CONSTRUCTION .... 10
II.1.1. INTRODUCTION : ............................................................................................................................ 10
II.1.2. DEFAUTS DE CONCEPTION : ........................................................................................................... 10
II.1.3. DEFAUTS DE REALISATION (MISE EN ŒUVRE) : ............................................................................. 11
II.1.4. DEFAUTS DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION : ........................................................................... 11
II.1.5. MANQUE D’ENTRETIEN :................................................................................................................ 12
II.2. DOMMAGES DE BETON DUS AUX SURCHARGES MECANIQUES ............................................................. 12
II-2.1. INTRODUCTION : ............................................................................................................................ 12
II-2.2. SURCHARGES SIMPLES : ................................................................................................................ 13
II.2.4.POUTRE CONTINUE ......................................................................................................................... 13
II-2.6. INTERACTION SOL-STRUCTURE : ................................................................................................... 14
II-2.6.1. Gonflement de sol : ............................................................................................................................. 14
II-2.6.2.Tassement de sol : ................................................................................................................................. 14
II.2.6.3. DOMMAGES DUS AU SEISME :................................................................................................... 15
II-3. DEGRADATIONS DU BETON DUES AUX GRADIENTS DE TEMPERATURE ET D’HUMIDITE ..................... 15
II-3.1. INTRODUCTION : ............................................................................................................................ 15
II-3.2. EFFET DE BASSES TEMPERATURES (GEL/DEGEL) SUR LE BETON : ................................................ 16
II.3.2.1. Dommages dus au gel: ....................................................................................................................... 16
II-3.2. HAUTES TEMPERATURES (FEU) : ................................................................................................... 17
II-3.4.1. Différentes formes d’endommagement thermique: ....................................................................... 18
II-3.4.2. Transformation de béton exposé au Feu : ....................................................................................... 18
II-3.5. EFFET D’HUMIDITE : ...................................................................................................................... 20
II-3.5.1. Mécanismes physiques de fixation de l’humidité dans les Matériaux de construction: ........... 20
II-3.5.2. Effets d’humidité sur les matériaux de construction : ................................................................. 21
II-4.DETERIORATIONS DU BETON DUES AUX ATTAQUES CHIMIQUES .......................................................... 21
II-4.1. INTRODUCTION : ............................................................................................................................ 21
II-4.2. ATTAQUE PAR LES SULFATES :...................................................................................................... 21
II-4.3. CARBONATATION DE BETON: ........................................................................................................ 22
II-4.3.1. Introduction : ....................................................................................................................................... 22
II-4.3.2. Processus de carbonatation : ............................................................................................................. 23
II-4.4. REACTION ALCALI-GRANULAT : .................................................................................................... 24
II-4.4.1. Introduction : ....................................................................................................................................... 24
II-4.4.2. Mécanismes des réactions : ............................................................................................................... 24
II-4.4.3. Désordre observables : ....................................................................................................................... 24

2
II-4.5. CORROSION: .................................................................................................................................. 25
II-4.5.1. Stades de corrosion : .......................................................................................................................... 26
CHAPITRE III : METHODES D’AUSCULTATION DES CONSTRUCTIONS ................ 29
III-I. INTRODUCTION : ................................................................................................................................. 29
III-2. ECHANTILLONNAGE DU BETON : ........................................................................................................ 29
III-3. EVALUATION EN LABORATOIRE: ........................................................................................................ 29
III-3.1. ANALYSE PETROGRAPHIQUE ET CHIMIQUE:................................................................................. 30
III-3.2. CARACTERISTIQUE DES VIDES D’AIR: .......................................................................................... 30
III-3.3. RESISTANCE A LA COMPRESSION: ................................................................................................ 30
III-3.4. TENEUR EN IONS CHLORE: ........................................................................................................... 30
III- 4. METHODES ET ESSAIS NON DESTRUCTIVES: ...................................................................................... 31
III- 4.1. INSPECTION VISUELLE: ................................................................................................................ 31
III- 4.2. ESSAI DE DURETE DE SURFACE: .................................................................................................. 31
III- 4.3. ESSAIS ACOUSTIQUES: ................................................................................................................ 31
CHAPITRE IV : LES PRINCIPALES MATERIAUX DE REPARATION ......................... 32
IV. 1.INTRODUCTION : ................................................................................................................................. 32
IV.2. LES MATERIAUX DE REPARATION : .................................................................................................... 32
IV-2.1. Mortier de ciment Portland: .................................................................................................................. 32
IV-2.2. Mortiers époxydiques: ........................................................................................................................... 32
IV-2.3 Mortier coulis/ expansifs (Expansion par formation de bulles de gaz) : ......................................... 33
IV-2.4. Béton conventionnels : .......................................................................................................................... 33
IV-2.5. Bétons et mortiers au latex :.................................................................................................................. 34
IV-2.5. BETONS POLYMERES: ................................................................................................................. 35
IV-2.6. BETONS RENFORCES DE FIBRES : ............................................................................................... 35
IV-2.7. BETONS PROJETES : .................................................................................................................... 35
IV-2.8. MATERIAUX COMPOSITES DE RENFORCEMENT DES STRUCTURES EN BETON : .......................... 36
CHAPITRE V : LES PRINCIPALES TECHNIQUES DE REPARATION ......................... 39
V-1. INTRODUCTION : .................................................................................................................................. 39
V-2. PRINCIPES DE BASES D’UNE REPARATION DURABLE : ......................................................................... 39
V-2.1. COMPATIBILITE CHIMIQUE : ......................................................................................................... 39
V-2.2. COMPATIBILITE ELECTROCHIMIQUE : .......................................................................................... 39
V-2.3. COMPATIBILITE DIMENSIONNELLE :............................................................................................. 40
V-3. LES PRINCIPALES TECHNIQUES DE REPARATION : ............................................................................... 41
V-3.1. TRAITEMENTS DE SURFACE:.......................................................................................................... 41
V-3.1.1.Ragréage ............................................................................................................................................... 42
V-3.1.2. Injection des fissure............................................................................................................................ 42
V-3.2. PROTECTION DU BETON ET DES ARMATURES : ............................................................................. 42
V-3.2.1. Pour le béton : .................................................................................................................................... 43
V-3.2.2. Pour les armatures : ........................................................................................................................... 43
V-3.3. REGENERATION DES MATERIAUX ................................................................................................. 43
V-3.4. AJOUT DE FORCES ET DE DEFORMATIONS : ................................................................................... 44
V-3.5. AJOUT DE MATIERE : ..................................................................................................................... 44
V-3.5.1. Pour ajout de matière béton: ............................................................................................................. 44
V-3.5.2. Pour ajout d’armature: ....................................................................................................................... 44
V-4. LES ETAPES DE PREPARATION D’UNE SURFACE ENDOMMAGEE : ........................................................ 45
V-4. 1. Localisation de la zone à réparer : ........................................................................................................ 45
V-4.2. Enlèvement du béton détérioré à l’aide d’une méthode appropriée : ............................................... 45
V-4.3. Préparation de la surface et du périmètre de la réparation : ............................................................... 46
3
V-4.4. Nettoyage de la surface et des aciers d’armature: ............................................................................... 47
CHAPITRE VI : RENFORCEMENT DES CONSTRUCTIONS .......................................... 49
VI.1. INTRODUCTION: .................................................................................................................................. 49
VI.2. EXEMPLE DE RENFORCEMENT DES CONSTRUCTIONS ENDOMMAGEES: .............................................. 49
VI.2.1. Renforcement d’une pile de pont par confinement ou « jacketing » ............................................... 49
VI.2.2. Renforcement par réduction de la portée des éléments: .................................................................... 50
VI.2.3 Armatures complémentaires dans des poteaux ou voiles :................................................................. 50
VI.2.4. Renforcement à l’aide de profiles métalliques : ................................................................................. 51
VI.2.5. Renforcement de résistance à l’effort tranchant : ............................................................................... 52
VI.2.6. Renforcement de la résistance au poinçonnement d’un plancher Consoles d’extension d’appuis .............. 52
VI.2.7. Renforcement de colonnes endommagées : ........................................................................................ 53
VI.2.8. Renforcement de colonne et nœud poutre-colonne : ......................................................................... 53
CHAPITRE VII : SURVEILLANCE ET ENTRETIEN DES CONSTRUCTIONS ............ 54
VII.1. SURVEILLANCE : ............................................................................................................................... 54
VII.1.1. DEFINITION : .................................................................................................................................. 54
VII.1.2. PRINCIPE DE LA DEMARCHE DE SURVEILLANCE : .......................................................................... 54
VII.2. L’ENTRETIEN DES CONSTRUCTIONS : ................................................................................................ 55
VII.2.1. INTRODUCTION : ............................................................................................................................ 55
VII.2.2. DIAGNOSTIQUE DES CONSTRUCTIONS AVANT L’ENTRETIEN : ....................................................... 55
VII.2.3.TYPE D’ENTRETIEN : ....................................................................................................................... 55
VII.2.3.1. L’entretien correctif : .................................................................................................................... 56
VII.2.3.2. L’entretien d’urgence :................................................................................................................. 56
VII.2.3.3. L’entretien planifié : ...................................................................................................................... 57
VII.2.4. LES NIVEAUX D’INTERVENTION SUR L’OUVRAGE :........................................................................ 57
VII.2.4.1. Entretien courant :........................................................................................................................... 58
VII.2.4.2. Entretien spécialisé: ........................................................................................................................ 58
VII.2.5. Le plan d’entretien cyclique : ........................................................................................................... 58
BIBIOGRAPHIQUES. ................................................................................................................ 60

4
Introduction Générale

Les structures en béton armé sont dimensionnées pour une durée de vie prescrite tout en prenant

en compte l’environnement dans lequel ils se trouvent. Pour respecter de telles prescriptions, le

concepteur doit connaître parfaitement les différentes pathologies causant la dégradation des

ouvrages en béton armé pour une bonne estimation de la durée de vie d’un ouvrage.

L’objectif de cette matière consiste à transmettre aux étudiants les connaissances de bases

concernant les différents mécanismes de dégradation du béton que ce soit physique, mécaniques

ou chimique, qui peuvent gêner le bon fonctionnement des ouvrages. On doit connaitre aussi les

principes de bases d’une réparation durable. En fin, on tire des leçons d'une part pour définir une

politique de gestion et de maintenance, d'autre part pour améliorer la conception et l'exécution

des structures de futur.

Cette matière comporte deux grandes parties. La première partie est consacrée à la présentation

des différents mécanismes de dégradation des structures en béton armé (physiques, mécaniques

et chimiques). La seconde partie est consacrée à l’illustration des différentes techniques de

réparation des structures en béton armé, ainsi que la démarche d’évaluation et de diagnostique

des structures endommagées. Enfin, les cours sont complétés par des visites aux ouvrages

attaqués par les différentes pathologies.

5
Chapitre I : Evaluation et diagnostique des structures en béton
dégradées

I-1. Introduction :

Généralement, Il n’est pas possible d’évaluer la nécessité de réparer une structure ou de choisir

les méthodes de réparation sans avoir, au préalable, bien identifié l’origine des dégradations.

L’identification des causes des dégradations est une étape les plus importantes et les plus

difficiles de tout le processus de réparation des structures endommagées. Donc, avant

d’entreprendre des travaux de réparation, il faut donc prévoir une campagne d’évaluation la plus

détaillée possible de l’état de la construction.

I-2. Campagne d’évaluation :

La compagne d’évaluation fait partie d’un processus, constitué de plusieurs étapes, qui permettra

l’obtention des informations sur l’étendue des dommages et d’établir les causes des

dégradations. Dans tous les cas, la campagne d’évaluation a pour but d’aider à établir les causes

des dégradations et à choisir les techniques de réparations les plus appropriées. Les campagnes

d’évaluation peuvent comporter 5 grandes étapes [1]:

I-2.1. Révision de l’historique de l’ouvrage :

Cette phase consiste à recueillir et réviser toutes les documents disponibles concernant la

conception, la mise en œuvre, l’exploitation et l’entretien de la structure concernée notamment:

 Dossier d’exécutions et de surveillance,

 Plans et photos,

 Rapport d’essais sur les matériaux et d’expertise,

 Réparations antérieures,

6
I-2.2. Analyse de l’état de service :

Cette phase consiste d’abord à évaluer dans quelle mesure la fonction actuelle de la structure

(conditions de service) correspondent aux spécifications d’origines. Cette opération permet

d’identifier les points suivants [1, 2]:

 Les zones les plus sollicitées,

 Les parties exposées aux cycles de gel/dégel, aux cycles thermiques et aux variations

d’humidité, etc.

Temperature Moisture Chemical Loading


(température) (humidité) (chimique) (surcharge)

High-Low Relative Type Moving Static


Humidity Range
Frequency Concentration Impact Vibration
Contact Type :
High-Low
Duration immersion, Form : Gas, Form : Gas,
Freeze-thaw runoff Liquid,Solid Liquid,Solid
Solar Frequency Frequency Size/ Magnitude
High-Low
Exposure
Duration Duration Frequency, Duration
Protection at
Early Age?

Figure-I.1. Liste des principaux paramètres décrivant les conditions de service des structures de

béton selon Emmons [1].

Cette étape devrait être effectuée avant la première visite sur le site, parce que très souvent, les

principales causes des dégradations sont directement liées aux conditions de service.

7
I-2.3. Visite du site :

Les techniciens visitons le site de l’ouvrage doit prévoir des schémas ou des plans simplifiés qui

pourront être utilisés pour localiser les principaux problèmes observés. Les activités suivantes

peuvent être effectuées sur le site :

 Observations visuelles,

 Prise de photos,

 Identification et localisation des zones fortement sollicitées,

 Observation des zones critiques (joints, appuis, système de drainage, etc),

 Mesures des ouvertures et des longueurs des fissures.

I-2.3. Evaluation détaillée :

Si les informations recueillies durant la visite de site de l’ouvrage est insuffisante. Dans ce cas-

là, il est nécessaire d’entreprendre un programme d’investigation plus détaillé pour former une

image complète sur l’état de l’ouvrage examiné. L’évaluation détaillée peut comporter les

activités suivantes :

 Essais non destructifs,

 Campagne de carottage,

 Cartographie des fissures,

 Programme des essais à effectuer sur les échantillons prélevés par carottage,

 Programme des essais in situ.

I-2.4. Evaluation des données recueillies :

Cette étapes consiste à évaluer et analyser l’ensemble des données (techniques, visuelles,

historiques, climatique) obtenues sur le site et au laboratoire.

8
Chapitre II : Principales Pathologies des constructions
La révision approfondie de la littérature [1,3] concernant les origines des pathologies des
constructions montre que celles-ci peuvent classées en quatre groupes essentiels (voire la figure
ci-dessous):

Principales pathologies des constructions


béton

→défauts
Les → De conception, de mise en œuvre, constituants de
béton et la maintenance des constructions.

Sollicitations statiques ou dynamiques :


compression, traction, flexion, séisme ….
Surcharges → Interaction sol structure : tassement de sol
mécaniques d’assise, Sol gonflant.

Gradient de température : températures


modérées, Feu (haute température)
Gradients de →
Gel/dégel (basses températures).
température et
d’humidité Gradient d’humidité : en phase vapeur ou liquide

Attaque par les acides, attaques par les sels fondants,


Attaques →
Réaction Alcanis-Granulats, Carbonatation,
chimiques corrosion…

9
II.1. Pathologies des constructions dues aux défauts de conception et de construction

II.1.1. Introduction :
Les travaux de recherches conduits par Mailvaganam [3] sur les problèmes de durabilité des
structures en béton armé ont été prouvé l’influence : de conception, de réalisation, de qualité des
matériaux et d’entretien sur des dégradations des ouvrages en béton armé ( voir la figure ci-
dessous) comme montre la figures ci-dessous :

Figure.II.1. Principes causes de pathologies de béton [3].

II.1.2. Défauts de conception :


De nombreux critères de conception peuvent exercer une grande influence sur la
durabilité d’une structure en béton. Le choix des critères de conception le plus stricts peut
retarder fortement la dégradation des ouvrages en béton.

Exemple :

Dans le cas des structures de grandes surfaces, il est important de prévoir un drainage adéquat
pour limiter les accumulations d’eau et de sels fondants. Il faut aussi prévoir une zone
d’enrobage suffisant pour offrir une bonne protection contre la corrosion des aciers d’armature.

Figure.II.2. Mauvais positionnement d’un système de drainage [1]

10
II.1.3. Défauts de réalisation (mise en œuvre) :
La méthode de mise en place appropriée du béton permet non seulement d’obtenir de béton de
bonnes propriétés physico-mécaniques, mais aussi renforce leur résistance aux différentes
attaques physico-chimiques. Ci-dessous, nous montrons quelques exemples de mauvaises
pratiques de mises en place du béton armé :

Exemple : mauvais coffrage et coulage du béton

L’application d’une technique appropriée de mise en place du béton dans les coffrages permet
d’éviter les nids d’abeilles et la ségrégation du béton pour l’obtention des structures qui résistent
mieux aux différentes attaques physico-mécaniques.

Figure-II.3. Formation de nids d’abeilles dans un élément de béton armé [1].

II.1.4. Défauts des matériaux de construction :


La qualité des matériaux de construction entrant dans la fabrication du béton caractérise non
seulement ces propriétés physico-mécaniques mais aussi leur durabilité aux différentes
agressions physico-chimiques. Donc pour fabriquer une structure durable, il faut utiliser des
matériaux durables. Les propriétés du béton qui contrôlent sa durabilité peuvent être regroupées
en deux grandes familles :

Propriétés des matériaux entrant dans la fabrication de béton

 Ciment : choisir un ciment de teneur en alcalis faible pour limiter les risques de réaction
alcalis-granulats.

 Granulats : éviter l’utilisation des granulats (granulats gélifs) qui sont sensibles à l’effet
de basses températures (gel/dégel) dans le béton exposé à l’action de gel/dégel.

 Ajouts minéraux : il faut optimiser le taux d’ajout minéraux dans ciment pour obtenir un
béton durable.

 Formulation du béton

11
 Formuler un béton de bon squelette granulaire ( E/C et G/ S), ouvrable, très dense,
imperméable et très résistant aux agressions physico-chimiques.

II.1.5. Manque d’entretien :


La planification d’un programme d’entretien périodique des ouvrages en béton armé représente
une pratique très efficace pour retarder l’apparition des dégradations ou pour réparer les petites
détériorations avant de leur extension aux autres parties des structures attaquées. De plus, un bon
programme d’entretien peut augmenter la durée de vie d’un ouvrage.

Exemple: Poutre de pont dont l’appui mobile est bloqué

Figure-II.4. Dégradation de pont à cause de manque d’entretien

Problème : Poutre de pont dont l’appui mobile est bloqué


Le joint entre le sol et la poutre de pont est remblai de boues et de pierres
Cause de blocage de l’appui : le manque d’entretien périodique du pont.
Conséquences : Ecrasement local et fissuration du béton de culée → accès de l’eau aux
armatures et ruine de l’appui.

II.2. Dommages de béton dus aux surcharges mécaniques

II-2.1. Introduction :
Les structures en béton armé sont calculées pour résister toutes les surcharges mécaniques
usuelles ou accidentelles (poids propre, surcharge d’exploitation, séisme, poussée de sol, chocs
ou explosions modéré). Malheureusement, on ne peut pas éliminer totalement l’apparition des
dommages dus aux sollicitations mécaniques quel que soit la qualité de conception effectuée, à
cause que les méthodes de calcul des constructions sont approchées. En outre, les sollicitations
mécaniques ont des interactions avec d’autres sollicitation comme les conditions climatiques
environnementales, interaction sol-structure et les actions imprévues [4].

12
II-2.2. Surcharges simples :
Lorsque la contrainte admissible de la structure est dépassée, Des dommages sont apparues
(fissures, failles, rotation, ….). Ci-dessous, nous citons quelques exemples de celles-ci :

Figure-II.5. Exemples des dommage des élements en Béton armé dues aux surchagres
mécaniques.

II.2.4.Poutre continue

Poutre continue sous charge uniformément


répartie (sollicité en flexion).

Fissures dans les zones de moments


fléchissant max au niveau de l’appui et aux
mi- travées.

Figure-II.6. Dommages des poutres continues sollicitées en flexion

Poutre fissurée sous l’effet des moments fléchissement (les fibres inférieurs sont comprimés, par
contre, les fibres supérieurs sont tendus) à mi- travée.

13
II-2.6. Interaction sol-structure :

II-2.6.1. Gonflement de sol :

La pose des constructions sur des sols d’argileux gonflants génèrent des problèmes de
résistance et de stabilité de ceux derniers. Si le sol de fondation est en contact avec de l’eau, il se
gonfle. Ensuite, il soulève l’ossature et le plancher comme montre l’exemple de la figure I.7 [4].

Figure-II.7. Dommages de la structure dus au sol gonflant.

II-2.6.2.Tassement de sol :

Le tassement de sol d’assise de


pilier central du pont exerce des
contraintes sur le pilier et le
plancher et génère des fissures →

Donc, Il y a un risque de rupture


du pont si nous n’intervenons pas
rapidement pour résoudre ce
problème

Figure-II.8. Dommages dus au tassement de sol.

14
II.2.6.3. Dommages dus au séisme :

Exemple : endommagement d’un portique exposé aux secousses séismiques

Déformation de portique → Diagonales comprimés dans les remplissages.

→ Cisaillement des poteaux et des poutres → ruine fragile.

Figure-II.9. Dommages de portique exposé au séisme

Après une secousse séismique, si le portique (poteaux et poutres) a été calculé et réalisé suivant
les règles parasismiques (RPA version 2003), le panneau en maçonnerie se déforme avec une
fissuration en X.

II-3. Dégradations du Béton dues aux gradients de température et d’humidité

II-3.1. Introduction :
Lorsqu’une structure en béton exposée aux températures modérées ou extrêmes (gel/dégel, Feu)
des formes d’instabilité thermique apparaissent comme la fissuration, écaillage de surface ou
éclatement des fragments de béton. Ces dommages non seulement altèrent l’aspect esthétique de
l’ouvrage mais aussi peut causer leur rupture. Ci-dessous, nous discutons les différents
dommages dus aux températures et d’humidité [1].

15
II-3.2. Effet de basses températures (Gel/Dégel) sur le béton :
L’exposition d’un ouvrage en Béton armé au gel-dégel (figure II.10 et II.11) résulte deux sortes
de dégradations principales qui sont : la fissuration interne(a) et l’écaillage de surface (b) (Figure
II.16a b). L’intensité d’attaque dépend les caractéristiques physicomécaniques du
matériau (rapport E/C, porosité, perméabilité, résistance mécaniques,…) et la sévérité de
l’exposition au gel-dégel (température minimale, durée d’exposition, degré de saturation
en eau et le nombre de cycles) [5, 6].

Figure-II.10. Pont exposé au gel/dégel Figure-II.11. Pilier de pont exposé au gel/dégel

II.3.2.1. Dommages dus au gel:

 Fissuration interne :

Les détériorations internes des matériaux cimentaires soumettent au gel-dégel sont des
dommages progressifs dus à la percolation des fissures dans le matériau étudié [5,6]. La
microfissuration de la pâte cimentaire affaiblit la cohésion du matériau et en particulier la liaison
pâte-granulat. Cette perte de cohésion pâte-granulats augmente la porosité, la perméabilité du
béton et diminue également la résistance du béton à la pénétration des agents
agressifs(Figure.II.12.a).

 Ecaillage de surface :
L’écaillage est la dégradation des surfaces d’un élément de béton humide résulte de l’action
simultanément des cycles de gel-dégel en présence des sels fondants (NaCl). L’écaillage se
manifeste par le détachement progressif de petits fragments de mortier dont l’épaisseur ne
dépasse pas quelques millimètres. La gravité de ce phénomène est en fonction des conditions
d’expositions et les caractéristiques de la surface exposée (porosité, réseau d’air et la
microfissuration) (Figure.II.12.b).

16
Figure II.12. Les dégradations associées au gel-dégel selon Pigeon [6].

II-3.2. Hautes températures (Feu) :


La tenue au feu des matériaux cimentaires (mortier, béton) dépend de sa formulation, de ces
caractéristiques physico-mécaniques et des conditions de l’environnement auquel, il est soumis
telles que la vitesse de montée en température, la température maximale atteinte et la durée
d’exposition. L’exposition des structures en béton au feu génère plusieurs formes
d’endommagement (instabilité) thermique comme éclatement et détachement du béton de
surface (voir les figures ci-dessous) [ 7,8,9].

Figure-II.13. Quels exemples des structures en béton armé exposés à l’effet de Feu (à
gauche Tunnel Sous la Manche en France, à droite Tour Windsor en Espagne)

17
II-3.4.1. Différentes formes d’endommagement thermique:

En cas d’incendie de bâtiments, de tunnels, le béton peut présenter une instabilité thermique au-
delà d’une certaine température. L’instabilité thermique du béton peut se présenter sous diverses
formes [7,8]:

 Eclatement explosif : ce type d’éclatement se produit pendant les trente premières


minutes du feu ou d’un essai standard. Il peut se produire à une température supérieure à
100°C. L’éclatement explosif est caractérisé par un détachement brutal de petits ou gros
morceaux de béton, accompagné d’un bruit fort.

 Eclatement de surface : couramment appelé écaillage, l’éclatement de surface est


caractérisé par le détachement de petits morceaux (jusqu’à 20 mm environ) du parement
exposé au feu. Il est moins violent que l’éclatement explosif.

 Eclatement de granulats : cet éclatement est provoqué par la dilatation thermique des
granulats proches de la surface à cause de la montée en température. Les principales
causes de ce phénomène sont la conversion de quartz à 570 °C. Les dommages engendrés
par l’éclatement de granulats ne sont que superficiels.

 Eclatement d’angle : il s’observe dans les stades avancés du feu lorsque le béton est
affaibli et que les fissures se développent en raison des contraintes de traction le long des
bords et coins de l’ouvrage.

 Eclatement par détachement des granulats : ce type d’instabilité est issu de la


modification de la microstructure de la pâte de ciment avec la montée en température et
aussi des fissures internes engendrées par la dilatation thermique différentielle entre la
pâte de ciment et les granulats.

 Eclatement en phase de refroidissement : il est non violent et sans bruit. Ce phénomène


est causé par la présence de granulats calcaires et de la réhydratation de la chaux lors de
la phase de refroidissement.

Figure-II.14. Endommagement du béton ordinaire exposé au Feu.

II-3.4.2. Transformation de béton exposé au Feu :

Différentes Transformation physico-chimiques des constituants du béton exposé au Feu sont


montrés dans le tableau ci-dessous selon les travaux conduit par Noumowé, Xing et Pliya
[7,8,9] :
18
Entre 20 et 120°C, départ de l’eau libre et une parte de l’eau liée.

Entre 130 et 170°C, a lieu la double réaction endothermique de décomposition du gypse


CaSO4.2H2O.

Les premiers signes de destruction du C-S-H sont remarqués bien avant à 100°C et se poursuivent
jusqu’à 300°C.

Entre 450 et 550°C, a lieu la décomposition de la Portlandite. Elle s’effectue en libérant de l’eau.

Autour de 570°C, on observe la transformation de phase des granulats quartziques α en granulats


quartzique β, qui s’accompagne d’un gonflement.

Dans le domaine allant de 600 à 700°C, se produit la seconde étape de la déshydratation des silicates
de calcium hydratés. Cette déshydratation s’accompagne d’une libération des molécules d’eau et de la
création d’une nouvelle forme de silicates bicalciques.

Le calcaire se décompose à partir de 650°C, en produisant un dégagement de chaleur et en libérant


du dioxyde de carbone. CaCO3 → CaO + CO2.

A partir de 1300°C, la fusion de la pâte de ciment et des granulats, l’élimination des sulfates et
l’évaporation des alcalins.

II-3.5. Effet d’humidité :


La plupart des bétons sont poreux, une partie ou la totalité des pores sont interconnectés, cette
particularité les rend aptes à fixer l’humidité et, par voie de conséquence, les expose à des
modifications de leurs caractéristiques physiques, notamment, du point de vue mécanique et
thermique. Donc, l’humidité en phase liquide ou gazeuse (vapeur) est la base de nombreux
désordres (gonflement, retrait, fissuration, pollution, carbonatation, lessivage, gel/ dégel, …) qui
entraînent un vieillissement et une dégradation plus ou moins rapide des matériaux de
construction, comme montre les photos ci-dessus [10].

II-3.5.1. Mécanismes physiques de fixation de l’humidité dans les Matériaux de


construction:

D’une manière générale, la fixation de l’humidité dans les milieux poreux résulte de l’action plus
ou moins conjointe de deux mécanismes physiques fondamentaux :

A. Adsorption physique:

C’est le résultat de l’interaction entre la vapeur d’eau dans l’ambiance et la surface solide de matériau en
contact. Les forces de contact mutuelles qui s’exercent entre les particules de vapeur d’eau et les
particules du solide en surface (forces de Van Der Walls) permettent aux molécules d’eau de se fixer sur

19
la paroi des matériaux de construction. Plus l’humidité relative de l’ambiance est élevée, plus la quantité
d’eau adsorbée est importante [10].

B. Capillarité:

Les matériaux les plus couramment utilisés en construction sont poreux et les petits canaux internes
qu’ils comportent jouent, lorsque la construction est mise en contact avec l’eau, le rôle de tubes
capillaires qui permettent à cette eau de remonter dans les maçonneries (voir la figure-II.15). Plus le
réseau poreux est fin, plus les forces capillaires sont grandes et plus la hauteur d'ascension est importante.
Ce phénomène se constate effectivement pour tous les matériaux qui présentent des pores très fins (d’un
diamètre inférieur à 0.5 mm).

Figure – II.15. Phénomène de capillarité.

II-3.5.2. Effets d’humidité sur les matériaux de construction :

Pour les matériaux à matrice cimentaire comme béton ou mortier

→ Durant la fabrication de ceux-ci l’eau est nécessaire (rapport E/C vers 0.50) pour la réaction
d’hydratation qui est l’origine de la résistance des matériaux cimentaires
Une fois l’hydratation se termine → La présence d’humidité (eau en phase liquide ou vapeur)
en contact avec ces matériaux → favorise la pénétration des agents agressives dans la masse du
béton (sels, chlorure, acides, gaz carbonique …)

→ Par la suite ces agents agressives accélèrent l’apparition de plusieurs types de dégradation
(corrosion des armatures, gonflement, retrait, fissuration, carbonatation, lessivage, gel/ dégel du
béton, détérioration de la zone l’enrobage du béton)

→ Ces attaques physico-mécaniques produisent non seulement une chute importante de la


performance mécanique du béton attaqué, mais aussi déforment l’aspect esthétique des
structures.

20
Figure-II.16. Détérioration de l’enveloppe Figure-II.17. Détérioration de l’enveloppe
intérieure d’un bâtiment par l’effet d’humidité extérieure d’un bâtiment par l’effet d’humidité
ambiante. ambiante.

II-4.Détériorations du béton dues aux attaques chimiques

II-4.1. Introduction :
Les détériorations du béton armé dues aux attaques chimiques sont résultent des réactions
dissolution/ précipitation qui se produisent lorsque les éléments agressives (eau de mer, acide
sulfates, chlorures, nitrates et les eaux usées), viennent en contact avec les hydrates de ciment et
les aciers d’armatures. Les paramètres qui régissent ces phénomènes sont fonction de la chimie
et la minéralogie du béton, sa microstructure (perméabilité, diffusivité) et les conditions
environnementales (température, humidité, O2, Co, Co2) [11].

II-4.2. Attaque par les Sulfates :


Généralement, l’attaque par les sulfates peut détériorer fortement le béton dans une durée
relativement courte. Les sulfates peuvent être d’origine naturelle, biologique ou provenir de
pollution domestique et industrielle. On trouve le sulfates dans :

 Les eaux de mer, les eaux souterraines et les eaux industrielles,

 Les sols sous formes de Gypse (généralement entre 0.01 % et 0.05% exprimés en SO4).
De plus, les sols argileux peuvent aussi contenir des pyrites qui s’oxydent en sulfate.

 Les effluents des fours utilisant des combustibles riches en souffre,

 La décomposition des matières organiques dans les égouts génèrent des souffres.

Exemple des sulfates :

NaSO4, K2SO4, CaSO4, MgSO4, H2 SO4, HCl

 Mécanismes de base :

Les sulfates peuvent détériorer le béton selon deux mécanismes physico-chimiques :


21
 Expansion : formation de produits expansifs → ces expansion du béton peuvent causer
des dommages structuraux importantes.

Formation de Gypse secondaire CaSO4. 2H2O:

Ca (OH) 2 + Na2SO4 + 2H2O → CaSO4. 2H2O + 2NaOH

Gypse secondaire CaSO4. 2H2O → Produit expansif se forme dans les espaces internes.

NaOH → alcanité élevées → stabilisation des C-S-H.

Formation d’ettringite secondaire :

C3A + 3 CaSO4. 2H2O + 26 H2O → C3A.3CaSO4.32H2O

C3A.3CaSO4.32H2O → La précipitation rapide de l’ettringite conduit à la formation de cristaux


très fins (ettringite non fibreuse de nature colloïdale) dont le volume molaire est de 3 à 8 fois
supérieures au volume du solide initial [11].

 Perte des propriétés liantes des C-S-H → action des sulfates engendre une perte de
résistance et une perte de masse (voir la figure ci-dessous) du béton en surface.

Figure-II.18. Exemple de l’attaque par l’acide sulfurique dosé à 5% pour un béton ordinaire
durant quatre mois [12].

II-4.3. Carbonatation de béton:

II-4.3.1. Introduction :

La carbonatation est un phénomène de vieillissement naturel qui concerne tous les bétons. Elle
correspond à une transformation progressive d'essentiellement un des composés du béton durci,
la Portlandite, en calcite au contact du dioxyde de carbone contenu dans l'air et en présence
d'humidité. Cette transformation s'accompagne d'une diminution du pH (le béton sain a un pH
d'environ 13, ce qui constitue un milieu protecteur pour les armatures en acier et permet la

22
formation d'une couche d'oxydes passifs. Une des conséquences principales de la carbonatation
est de favoriser la corrosion des armatures, lorsque le front de carbonatation les atteint [11].

II-4.3.2. Processus de carbonatation :

Il correspond à la réaction du CO2 avec tous les hydrates du ciment et plus particulièrement avec
la chaux hydratée, généralement, on peut Schématiser cette réaction de la manière suivante :

CO2 + Ca (OH) 2 → CaCO3+ H2O

L’attaque commence à la surface et le CO2 pénètre par diffusion dans la phase liquide.

La carbonatation provoque une baisse du PH et la dépassivation de l’acier d’armature. En outre,

la vitesse de celle-ci est maximale pour une humidité comprise entre 40% et 80%. Donc, pour un

environnement sec, la quantité d’eau est insuffisante pour dissoudre le CO2. On peut mesurer la

profondeur de carbonatation par un essai de coloration à la phénolphtaléine (voir la figure ci-

dessous).

Figure-II.19. Progression de la carbonatation

La carbonatation est bénéfique si l'on se place du point de vue de la résistance mécanique et des
propriétés de transfert du béton (diminution de la perméabilité et de la porosité) car la réaction se
produit dans les pores et les capillaires avec une légère augmentation de volume (12%).
Cependant, dans le cas des bétons armés, la réduction de la basicité du béton due à la réaction de
carbonatation ne permet plus la stabilité de la couche passive de l'acier et la corrosion peut
s'amorcer. De même, les hydrates stables en milieu basique, comme les chloroaluminates et
l'éttringite, sont susceptibles de voir leur stabilité déplacée, ce qui peut entrainer des
modifications structurelles (suite à la libération de chlorures et de sulfates par exemple).

23
II-4.4. Réaction alcali-granulat :

II-4.4.1. Introduction :

Le terme alcali-réaction désigne un ensemble de réaction chimique qui se produit entre la


solution interstitielle du béton alcaline, et certaines phases, réactives des granulats. Lorsque un
béton contenu une concentration en alcalins excédant un seuil critique et le taux d’humide (vers
80%), l’alcali-réaction peut provoquer durant quelques années : gonflement, fissuration et chute
des performances mécaniques du béton attaqué (voir la figure ci-dessous). On distingue trois
types d’alcali-granulats qui sont les suivant [11]:

 Réaction alcali-silice → les plus fréquentes,

 Réaction alcali-silicate,

 Réaction alcali-carbonate.

II-4.4.2. Mécanismes des réactions :

Il semblerait que les désordres observés dans les ouvrages soient liés à plusieurs phénomènes :
réaction de dolominisation de la fraction carbonatée, expansion de la phase phylliteuse.

La dédolomination correspond à la réaction suivante :

(Ca, Mg) (CO3)2 +2 NaOH → Mg (OH) 2+CaCO3+Na2CO3

Dolomite brucite calcite

La solution alcaline est régénérée en permanence :

Na2CO3 + Ca(OH) 2 → 2NaOH + CaCO3


portlandite calcite
Les réactions de type alcali-carbonate ou dédolomitisation associent la fissuration du béton à la
décomposition de cristaux de dolomite disséminés dans certains granulats calcaire et aux
pressions exercées par l'exfoliation ultérieure de minéraux argileux contenus ou à proximité de
ces cristaux de dolomite.

I-4.4.3. Désordre observables :

L'apparition des désordres peut se faire à moyen terme (7 à 8 ans) ou à long terme (15 à 40 ans).
Les manifestations visibles sur l'ouvrage sont principalement [13]:
Fissuration : en l'absence de contrainte, le maillage observé est polygonal alors qu'en présence
de contraintes, les fissures sont plutôt orientées parallèlement à la direction des contraintes
24
majeures. La largeur des fissures est généralement inférieure à 10 mm, leur ouverture varie selon
la cinétique de la réaction de 0,5 à 1mm/an et leur profondeur n'excède généralement pas 50 mm
(voir la figue- II.20).

Déformations : l'expansion est l'une des principales conséquences de l'alcali réaction. La vitesse
d'expansion est comprise en général entre 0,02 et 0,2 mm/m/an mais les armatures limitent
l'expansion des bétons armés. Elle peut se traduire localement par l'apparition de cône
d'éclatement dus aux contraintes particulière engendrés par les granulats réagissant près de la
surface ;

Figure- II.21. Fissures causée par la Réaction Alcali-Silice rapporté par Mehta [ 2]

Tableau –II.1. Quelques exemples des roches réactives [2]

II-4.5. Corrosion:
Une étude effectuée en Angleterre a montré qu’entre 1974 et 1978, la corrosion des aciers
d’armature a été la cause directe de l’effondrement d’au moins 8 structures de béton. Les
dommages dus à la corrosion se manifestent par des expansions qui conduisent à la formation de
fissures qui provoquent le décollement de l’enrobage des armatures d’acier. Ci-dessous, nous
montons quelques exemples des structures en béton armé exposés à l’action de corrosion [14].

25
Pile de pont attaqué par la corrosion Poutre de tablier

Figure- II.22. Exemples de corrosion des structures en béton armé.

I-4.5.1. Stades de corrosion :

Le stade d’incubation de la corrosion correspond à la durée pendant laquelle les agents agressifs
(dioxyde de carbone, chlorures) pénètrent dans l’enrobage de béton, sans corroder les armatures.
Il s’arrête lorsqu’au niveau des armatures, la teneur en agent agressif atteint un certain seuil. Les
figures ci-après illustrent ces stades de dégradation de béton par corrosion [11,13] :

Pièce en béton armé (poteau, poutre, ..)


sain. Milieu de forte alcalinité PH → 13
Acier → protégé par une couche d’enrobage
+ film passif de ( Fe3o3 / Fe2o3) d’épaisseur
10-3 à 10-1 μm

stade I altération de la zone d’enrobage

En présence d’humidité, O2, Co2, Chlorure


Les éléments cités ci-dessus pénétrés dans le
béton et réagissent entre eux → produisent
la corrosion des armatures

stade II

Le film passif de l’acier est détruit


→ acier dé passivé → production de rouille
→ Vrouille = 2 Vacier sain
→ expansion ou gonflement → fissuration

26
stade III

Décollement du couvert de béton (béton


d’enrobage) →

Perte d’adhérence des barres d’acier

stade IV

Diminution de la section de barre d’acier


→ perte de capacité en traction →
Rupture de la structure attaquée par la
corrosion

I-4.5.2. Conséquences de la corrosion:

L’aspect de l’ouvrage
Les efflorescences et les taches de rouille conséquence de la pénétration d’agents agressifs dans
l’enrobage de béton, altèrent l’aspect de l’ouvrage. Ce point est parfois considéré comme étant
de peu d’importance, par le gestionnaire des ouvrages. Par contre, ce sont les fissurations et les
fracturations du béton qui commencent à inquiéter le gestionnaire, car des éclats de béton
peuvent se produire.

La sécurité vis-à-vis des usagers


Les éclats de béton présentent un risque pour les personnes qui circulent près de l’ouvrage. Leur
prévention et leur élimination doivent donc être traitées avec soin.

La stabilité de la construction
Des essais effectués sur des éprouvettes ont permis d’estimer les valeurs des forces d'adhérence
pour des éléments en béton dont les armatures sont corrodées. Il est apparu que ni la qualité du
béton, ni le rapport enrobage/diamètre d'armature n’influent sur la force résiduelle d'adhérence,
même si l'enrobage est fissuré par la corrosion de l'armature sans qu’il ne soit détruit par
éclatement. En ce qui concerne les moments fléchissant et les efforts tranchants, une recherche
expérimentale a porté sur l’effet de la corrosion sur ces grandeurs mécaniques. Elle a montré que
pour prévoir de façon conservatrice la tenue des éléments en béton armé, il suffit d’appliquer les
modèles de calculs classiques, en considérant la section réduite des armatures ainsi que la section
réduite de béton. Ainsi, tant que les diminutions de section des armatures restent faibles et que

27
l’enrobage reste cohésif, la corrosion de ces armatures ne modifie pas significativement la tenue
au moment fléchissant ou aux efforts tranchants [11,13].

28
Chapitre III : Méthodes d’auscultation des constructions
III-I. Introduction :
Il y a très nombreuses méthodes d’auscultation des structures ou de béton endommagés qui
peuvent aider à diagnostiquer les principales causes des dégradations. Les méthodes d’évaluation
actuellement disponibles permettent de caractériser les propriétés mécaniques du béton, de
déterminer les caractéristiques chimiques et physiques du béton et de caractériser le
comportement d’environnement général de la structure. La figure ci-dessus résume les
différentes méthodes d’évaluation de béton ou des structures endommagés [1,14]

Mecanical Properties Chemical Make-up Physical condition External

Compressive Strength Electro-chemical activity Uniformity Manifistation


Cracks/ spalls

Quality
Coreof test
concrete Carbonatation
Electrical resistivity
Depth Petrographic
Air-Void System
analysis Hammer
Deflections
sounding
from

Utrasonic
Rebound
Flexural
pulse
Strength
hammer
velocity Alkali-Aggregate
Acid based indicators
Reaction Delamination/voids
Pulse velocity Movements
Pulse velocity
of
Service/Exposure
Pull off Strength
Flexural testing Petrographic
X- ray spectroscopy
analysis Rebound
Pulse
Water hammer
velocity
permeability Leakage
Conditions
Slittingresistance
Abrasion tensile Chroride Content Infrared
Air permeability
Water thermography
absorption Visul ibservation
Température/ moisture
conditions
strength
Bond Strength Frost & freeze-thaw External Geometry
Thermocouple
Resistance to decing Visual observations
salts Termometre

Tableau-III.1. Principales techniques d’évaluation du béton et des structures selon Emmons [1].

Leakage : fuite ; Bond Strength : résistance à l’arrachement.

III-2. Echantillonnage du béton :


L’échantillonnage du béton (carottage, sciage) constitue une étape importante du processus
d’évaluation in situ de la structure. Il est important de retenir que les échantillons doivent être
représentatifs des éléments structuraux analysés. La dimension (diamètre) des carottes est
généralement fonction de la dimension maximale des granulats. Il est important de bien identifier
les carottes pour pouvoir retrouver leur localisation dans l’ouvrage. L’analyse comparative des
résultats d’essais facilite souvent l’identification des causes des dégradations [14].

III-3. Evaluation en laboratoire:


L’évaluation en laboratoire commence généralement par une description des échantillons (types,
dimension, provenance, etc.)[1,14]. Elle peut comporter les analyses suivantes :

 Analyse pétrographique,
 Caractéristiques des vides d’air,
 Essais mécaniques (compression, traction, flexion),

29
 Densité, absorption,
 Teneur en ions chlore,
 Etat des aciers d’armature,
 Mesure soniques,
 Dosage en ciment et en granulats,
 Analyse chimique de la pâte.

III-3.1. Analyse pétrographique et chimique:


La norme ASTM C856 décrit les principales méthodes expérimentales utilisées pour l’analyse
pétrographique. Cette analyse doit être effectuée par un pétrographe d’expérience. Une analyse
pétrographique simple peut permettre d’identifier des problèmes au niveau de la granulométrie
et de la firme des particules (granulats fin et gros granulats). Une analyse pétrographique,
combinée à des analyses physico-chimiques (ATG, DRX, XRD) permettent généralement de
diagnostiquer la plupart des types de dégradations du béton [1,14].
 Attaque par les sulfates : étrangéité secondaire, dépôt de gypse,
 Carbonatation : essai à la phénolphtaléine,
 Corrosion : dépôts de produits de corrosion au voisinage des barres.

III-3.2. Caractéristique des vides d’air:


La mesure des caractéristiques des vides d’air (Norme ASTM C457) est un essai essentiel pour
l’analyse de la performance au gel du béton. On doit prélever des éprouvettes à différents
endroits représentatifs de la structure et noter les conditions d’exposition associées à chacune
des éprouvettes.

III-3.3. Résistance à la compression:


La résistance à la compression peut être mesurée pour estimer la quantité générale du béton. La
résistance à la compression des carottes de béton est fonction du rapport longueur/ diamètre, de
la teneur en humidité du béton. Elle peut être influencée par la présence de barres d’armature. Il
faut choisir le diamètre des carottes en fonction de la dimension maximale des gros granulats (au
moins 3 fois de dmax).

III-3.4. Teneur en ions chlore:


Une teneur élevée en ions chlore ( > 0.5 % de la masse de ciment) peut engendrer des problèmes
de corrosion si le béton est dans un environnement humide. Il existe des méthodes normalisées
qui permettent de déterminer la teneur en ions chlore totaux (solubles à l’acide) ou la teneur en
ions chlore hydrosolubles. Il est généralement préférable de prélever des échantillons de poudres
à différentes profondeurs, pour établir un profil de pénétration des ions chlore [14].

30
III- 4. Méthodes et essais non destructives:
Pour interpréter correctement les résultats de n’importe quel type d’essai, il faut bien connaître
ce qui est effectivement mesuré et les limites de validité des résultats. Il existe une très grande
variété de méthodes non destructives (in situ) permettant d’évaluer de nombreuses
caractéristiques du béton (propriétés mécaniques, humidité, perméabilité, absorption, etc.)

III- 4.1. Inspection visuelle:


Facile, rapide, économique

 Identification des défauts de surface (écaillage, fissure, usure, fuites),

 Déformations excessives,

 Corrosion,

 Caractérisation de l’état des joints.

Il faut prévoir un système de compilation des observations (photos, notes, manuscrites)

III- 4.2. Essai de dureté de surface:


Essai de rebondissement : scléromètre

 Effectuer au moins de 10 à 15 lectures par région,

 Très sensible aux conditions locales (humidité du béton, présence de gros granulats,
carbonatation, uniformité de la surface, âge du béton, type de moule (pour établir la
courbe de calibration).

La résistance à la compression peut être déterminée à partir de la courbe calibration de l’appareil.

III- 4.3. Essais acoustiques:


Mesure de la vitesse de propagation d’une onde sonore (PUNDIT), cette technique permet de :

 Localisation des fissures,

 Localisation des zones ou le béton est détérioré,

 Localisation des délaminations,

31
Chapitre IV : Les principaux matériaux de réparation
IV. 1.Introduction :
Le choix des matériaux de réparation doit tenir compte à la fois des caractéristiques des
matériaux en présence et des sollicitations auxquelles est soumise la zone de construction à
réparer. Il est alors intéressant de faire le recensement des défauts qui ont pu être rencontrés sur
les ouvrages en béton et des solutions qui ont été proposées pour leur réparation. Les matériaux
de réparation ou de renforcement des constructions les plus utilisés sont suivants : les mortiers de
ciment Portland, mortiers époxydiques, mortiers coulis/expansifs, bétons conventionnels [14,15].

IV.2. Les matériaux de réparation :

IV-2.1. Mortier de ciment Portland:

Les mortiers de ciments Portland sont utilisés seulement pour réparer des défauts de surface
mineurs (pas de conséquences critiques sur la performance de la structure) pas plus de 24 h après
le décoffrage.
• Ils ne devraient jamais être utilisés pour réparer des surfaces de vieux
béton (fissuration due au retrait empêché)
• Attention au mûrissement de la surface (au moins 7 jours).

IV-2.2. Mortiers époxydiques:

Les mortiers époxydiques sont composés essentiellement de sable et de liant époxydique.


Généralement, Ces produits sont appliqués sur une mince couche de liant d'accrochage à base
de résine époxy [14].

 Trois composants: résine, durcisseur, sable

 Pour le liant d'accrochage, on doit utiliser la même résine que celle utilisée pour le
mortier.

 Le périmètre de la surface doit préférablement être délimité par un trait de scie.

 La surface doit être propre et sèche (on doit généralement chauffer la surface pour retirer
toute l'humidité).

 La vitesse de durcissement de la résine est très sensible à la température ambiante.

Ces produits peuvent être utilisés lorsque la profondeur de la réparation est d'environ 40 mm ou
moins (ou lorsque la surface à réparer est relativement petite < 1000 cm2).

32
 Développement très rapide des propriétés mécaniques (en 5 à 24 heures).

 Grande résistance aux agressions chimiques.

 Très grande adhérence.

 Grande durabilité à long terme.

 On peut utiliser la résine époxidique seule pour remplir des défauts de surface de très
faibles épaisseurs (< 5 mm).

On ne doit pas utiliser ces produits si:

 L'humidité interne du béton ou de la structure peut s'accumuler sous la surface réparée et


ainsi provoquer des problèmes lors du gel.

 La surface réparée est soumise à des températures extrêmes (exposition directe au soleil
ou à de hautes températures).

IV-2.3 Mortier coulis/ expansifs (Expansion par formation de bulles de gaz) :

Ces produits contiennent des ingrédients qui génèrent des bulles de gaz peu de temps après le
contact avec l'eau de gâchage [14].

 Des poudres d'aluminium ou de carbone sont généralement utilisées pour produire les
bulles de gaz.

 Les bulles de gaz permettent de compenser toute forme de retrait pouvant se produire
durant la phase plastique du matériau.

Il est nécessaire de fournir un confinement latéral et vertical pour permettre au produit de


développer toutes ses caractéristiques physiques. Ces produits sont parfois très sensibles à la
température. L'expansion peut survenir très rapidement (avant la mise en place) lorsqu'il fait très
chaud.

IV-2.4. Béton conventionnels :

La réparation des structures en béton endommagées par le béton conventionnel est très
économique. Généralement, ce matériau est utilisé pour les réparations profondes lorsque la
surface à réparer est plus grande que 1000 cm2 et que la profondeur dépasse 150 mm ou lorsque
la profondeur de la réparation dépasse de 25 mm le niveau inférieur des aciers d'armature [15].

33
En outre, le périmètre de la zone à réparer doit être scié sur une profondeur d'au moins 25 mm.
Un bon mûrissement est essentiel pour assurer une bonne durabilité et pour minimiser la
fissuration due au retrait de séchage. Les bétons conventionnels peuvent être utilisés avec
plusieurs types de techniques de mise en place.

 Utilisation de coffrages conventionnels

 Projection par voie humide

 Projection par voie sèche

 Pompage

IV-2.5. Bétons et mortiers au latex :

Le Latex est une émulsion aqueuse de caoutchouc synthétique obtenue par polymérisation. Il
remplace l'eau dans les bétons ou mortiers modifiés au latex employés comme matériau de
réparation dans les projets de réhabilitation ou comme chape. Ces produits sont fréquemment
utilisés pour réparer des défauts de surface sur des murs, des trottoirs, des dalles, etc. Un béton
au latex a été utilisé pour la réfection des joints de dilatation de l'autoroute métropolitaine. Les
bétons et mortiers au latex sont reconnus pour leur très grande durabilité. Les mortiers au latex
peuvent être mis en place en couches de 12 à 50 mm d'épaisseur (horizontalement ou
verticalement). Un latex synthétique est ajouté à un mortier ou un béton de ciment portland
conventionnel [15,16].

 Plus grande cohésion, meilleure maniabilité, facilité d'application.

 Développement plus rapide des propriétés mécaniques.

 Meilleure adhérence au vieux béton

 Meilleure résistance à la traction.

 Meilleure flexibilité.

 Perméabilité très faible.

Pour fabriquer un béton modifié au latex, il suffit essentiellement de combiner un latex polymère
à un mélange de béton classique

 Rapport eau/ciment = 0,35 à 0,40 (le latex agit aussi comme plastifiant).

34
 On utilise généralement une quantité de latex correspondant à une teneur en
solides de polymères de 12% à 15% en masse de ciment.

 Affaissement = 100 mm à 150 mm.

 Teneur en air = 6,5%

Les surfaces à réparer doivent être maintenues dans un état saturé pendant au moins 12 h avant
l'application du mortier ou du béton au latex. La réparation doit être protégée des rayons directs
du soleil. Il est important d'assurer un bon mûrissement humide pendant au moins 24 h (72 h
pour les mortiers). Après la cure humide, laisser sécher le béton à l'air pendant 72h si la
température est supérieur à 13°C. Il peut être nécessaire de prolonger le séchage si la température
est inférieure à 13°C.

IV-2.5. Bétons polymères:


Les bétons polymères peuvent être fabriqués à partir de deux types de Monomères (Methacrilate,
Résine ester) .Ce type de béton peut être utilisé pour les réparations de surface, les resurfaçages
minces, les planchers industriels, les recouvrements intérieurs de réservoirs, etc. ce béton est de
grande résistance à l’abrasion et très faible perméabilité. On doit éviter d'utiliser ces produits
lorsqu'ils sont directement exposés aux rayons du soleil ou lorsqu'ils sont soumis à des
changements brusques de température [14].

IV-2.6. Bétons renforcés de fibres :


On peut ajouter différents types de fibres (acier, polypropylène) dans les bétons conventionnels
et les bétons à hautes performances pour améliorer leur comportement en traction, en flexion ou
après la rupture. Les bétons renforcés de fibres d'acier sont surtout utilisés dans les applications
nécessitant un bon contrôle de la fissuration. Le béton renforcé de fibres d'acier a déjà été utilisé
avec succès pour la réfection de dalles d'autoroute.

IV-2.7. Bétons projetés :


Le béton projeté est de plus en plus utilisé pour réparer des surfaces de béton endommagées par
des problèmes de corrosion. La mise en place du béton par projection permet l'application rapide
du béton sur des surfaces verticales ou horizontales sans qu'il soit nécessaire d'utiliser des
coffrages. Le béton projeté est utilisé pour les piscines (voie sèche), les recouvrements de tunnels
et les réparations de surfaces de béton détériorées (planes ou courbes). Les avantages de ce type
de matériaux de réparation sont les suivants :

° Pas de coffrage.

° Possibilité d'obtenir des textures particulières.


35
° Technique avantageuse lorsque l'accès est restreint (pas de coffrage).

° Peut être utilisé pour stabiliser des pentes rocheuses.

IV-2.8. Matériaux composites de renforcement des structures en béton :


Les techniques de renforcement des structures au moyen de matériaux composites utilisent le
collage de plats ou de plaques composites (textiles de renforcement unidirectionnels ou
bidirectionnels, lamelles, fibres de carbone…) ou la stratification directe in situ de composites
(tissus textiles en verre ou carbone) associés à des matrices polymères thermodurcissables
(résines époxydes, polyester…). Cette technique de renfort passif est une alternative innovante à
la solution traditionnelle utilisant des plats métalliques extérieurs collés [14,15,16].
Elle permet :

 d’augmenter la résistance de structures dégradées, endommagées ou faisant l’objet de


défauts de conception ou d’exécution afin de prolonger leur durée d’utilisation ;

 d’adapter la structure à des modifications de ses conditions d’exploitation ou d’accroître


sa capacité portante.

Ces techniques permettent :

 L’accroissement de la résistance à l’effort tranchant ou vis-à-vis de la flexion de poutres ;

 le renforcement de structures en cas de modification des charges d’exploitation, de


changement de système statique, d’insuffisance d’armatures ou de capacité portante ou
de défaut d’exécution ;

 Le renforcement parasismique de structures pour les adapter aux évolutions normatives ;

 L’augmentation de la résistance et de la rigidité de structures en béton ;

 Le confinement de poteaux, de colonnes ou de piles ;

Le renforcement de structures lors de la création d’ouvertures ou de trémies. La mise en


œuvre de la technique nécessite une méthodologie rigoureuse, le respect de conditions
36
climatiques adaptées (travaux à l’abri de la pluie, pas d’ensoleillement direct, température
extérieure comprise entre 10 et 25° C, humidité relative limitée…), des conditions d’emploi
des différents matériaux (durée d’utilisation des résines ...), des critères de sécurité et de
grandes précautions lors de la préparation des supports. Des règles de dimensionnement en
phase avec les normes Eurocode ont été développées et validées par des essais
expérimentaux, des modélisations numériques et des retours d’expérience sur des ouvrages
réparés et instrumentés. Le guide technique AFGC précise les recommandations pour le
calcul des ouvrages en béton armé, réparé ou renforcé par des matériaux composites et les
conditions de mise en œuvre et de contrôle pour assurer la qualité de la réparation. La surface
du béton doit présenter une cohésion superficielle suffisante (supérieure à 1,5 MPa) et une
planéité adaptée car les caractéristiques de l’interface composite béton sont particulièrement
importantes vis-à-vis de l’efficacité et de la pérennité de la réparation. Le support béton doit
faire l’objet d’une préparation précise afin de :

 créer une rugosité de surface satisfaisante ;

 rendre la surface chimiquement et physiquement propre et sèche ;

 enlever toute la laitance superficielle et toute trace de poussière, de graisse, d’huile…

 éliminer tous revêtements éventuels;

 ne pas présenter de défauts (fissures, trous…).

Les principales techniques utilisables sont : le sablage humide ou à sec ; le lavage à l’eau sous
très haute pression; le ponçage au disque diamanté. Le choix du produit et de la solution
technique à utiliser est fonction :

 Des exigences de dimensionnement : contrainte de rupture, résistance en cisaillement,


module d’élasticité du composite, comportement

37
Les techniques de réparation et de renforcement de structures par des armatures passives
additionnelles concernent la mise en œuvre :

■ d’armatures de béton armé (treillis ou cages d’armatures en acier au carbone ou en inox) ou en


matériaux composites au sein de l’ouvrage après enlèvement local du béton par réalisation d’une
saignée qui est ensuite rebouchée ;

■ d’armatures de béton armé en métal ou en matériaux composites en surface du béton autour de


la partie d’ouvrage existante et liées à celle-ci puis enrobées par un ajout de Béton coulé, projeté
ou contrecollé;

■ de plaques (bandes, lamelles) ou de tissus en matériaux composites collés à la surface du


béton ;

■ de tôles et plats collés de faibles épaisseurs (3 à 5 mm) découpées en bande de faible largeur
(300 à 500 mm) et collées sur le béton par une résine époxydique (technique quasiment plus
utilisée).

La réparation d’armatures passives intérieures au béton consiste à enlever le béton endommagé


ou pollué et à dégager les armatures longitudinales ou transversales corrodées.
Après préparation du support (nettoyage, aspiration soufflage, repiquage du béton, élimination
des poussières et morceaux de béton et ragréage éventuel) et des armatures (décapage complet
des armatures corrodées, par brossage métallique, repiquage, sablage, grenaillage ou à l’eau sous
pression, le dégagement des armatures doit se faire sur une longueur suffisante pour assurer le
recouvrement des barres), les nouvelles armatures sont mises en place en respectant les
dispositions constructives habituelles. Le raccordement des armatures est assuré par
recouvrement, par soudure ou raboutage.

Les caractéristiques du mortier ou du béton de ré-enrobage des armatures remplacées doivent


être compatibles avec celles du béton existant et l’agressivité de l’environnement de l’ouvrage.

Le mortier ou le béton mis en place permet de reconstituer la géométrie initiale de la partie


d’ouvrage concernée et enrober les nouvelles armatures. Il est mis en œuvre manuellement ou
mécaniquement dans des coffrages ou projetés, selon le volume et la géométrie de la cavité à
combler. Après durcissement du mortier ou du béton, la mise en place d’un produit ou d’un
système de protection est souvent nécessaire pour améliorer la durabilité de la réparation.

38
Chapitre V : Les principales techniques de réparation

V-1. Introduction :
La fabrication d’une réparation durable repose sur une sélection appropriée des matériaux de
réparation et sur leur utilisation selon les règles de l’art. Néanmoins, le choix des matériaux et
n’est cependant pas la seule étape importante du processus de réparation. Il faut aussi porter une
attention particulière à la préparation des surfaces, aux techniques d’application et de
mûrissement et au contrôle de qualité [1,14].

V-2. Principes de bases d’une réparation durable :


De nombreux cas de réparations déficientes sont dus à un mauvais choix des matériaux de
réparation. En outre, les experts de réparation de béton et des structures en béton armé ont
constaté que les échecs résultent de l’utilisation de matériaux incompatibles avec le substrat ou
avec les conditions d’exposition. La compatibilité se définit comme un équilibre entre les
propriétés physiques, chimiques et électrochimiques du matériau de réparation et du vieux béton
existant. Les principaux facteurs contrôlant la durabilité des réparations et les différents
paramètres de compatibilité sont présentés à la figure IV.1 [1,14].

Durability of Concrete Repair

Selection of Compatible
Materials Production of Durable Repair

Chemical Electrochemical Dimensional of


compatibility Compatibility Compatibility

Drying Shrinkage Thermal Creep (fluage) Modulus of Geometry of


Expansion Elasticity Sections

Figure-V.1. Principaux facteurs contrôlant la durabilité des réparations selon Emmons [1].

V-2.1. Compatibilité chimique :


On doit tenir compte, entres autres, du contenu en alcali, du contenu en C3A, de la teneur en
chlorures du matériau de réparation ou de vieux béton. Tous ces paramètres cités peut causer

39
l’incompatibilité chimiques entre le vieux béton et le nouveau béton de réparation et produit
l’échec de l’opération de réparation de béton. En outre, la réactivité du matériau de réparation de
surface avec les aciers d’armature doit être analysée. Certains matériaux de réparation avec un
PH modéré ou faible ne sont pas en mesure d’offrir une protection adéquate des aciers
d’armature.

V-2.2. Compatibilité électrochimique :


On doit tenir compte dans cette type de compatibilité la résistivité électrique, l’équilibre
Cathode/Anode et le PH (de vieux et de nouveau béton). La réparation d’une partie large de
zone anodique peut augmenter le rapport cathode/ anode et accélérer considérablement le
processus de corrosion à la périphérique de la zone réparée.

V-2.3. Compatibilité dimensionnelle :


La compatibilité dimensionnelle est un des paramètres les plus importants de la durabilité des
réparations. Une incompatibilité dimensionnelle peut affecter la durabilité ou la capacité
structurelle d’une réparation. Plusieurs propriétés du matériau peuvent influencer la compatibilité
dimensionnelle :

 Retrait au séchage,

 Coefficient de dilatation thermique,

 Module d’élasticité,

 Fluage.

Les changements volumétriques dans le matériau de réparation ou dans le vieux béton peuvent
induire des contraintes de cisaillement au niveau de l’interface. Ces contraintes de tension et de
compression peuvent se développer dans chacun des matériaux. Cet état de contrainte au niveau
de l’interface est dû aux différences entre les coefficients de dilatation thermique, les modules
d’élasticité ou les coefficients de fluage des matériaux (vieux béton/ nouveau béton) (voir la
figure-V.2).

Le retrait au séchage est un des principaux paramètres contrôlant la durabilité des réparations de
surface. Le retrait de séchage engendre des contraintes de traction dans le matériau de réparation.
L’intensité des contraintes de traction augmente à mesure que progresse le retrait. Les fissures
apparaissent lorsque les contraintes de traction dépassent la résistance à la traction du matériau
(figure-V.2).

40
Figure-V.3. Influence du retrait au séchage sur le comportement des réparations minces [14].

Il est préférable de choisir un matériau de réparation possédant un retrait au séchage le plus


faible possible. Le retrait au séchage est fonction des paramètres de composition du béton
(rapport E/C, dosage en ciment, dosage en eau et la teneur en granulats) et des conditions
environnementales. Il est donc important de vérifier le retrait au séchage des matériaux de
réparation de manière à choisir les matériaux possédant un faible retrait au séchage (< 0.05%). Si
l’épaisseur de la réparation le permet, il est généralement préférable d’ajouter des gros granulats
aux produits de réparation commerciaux.

V-3. Les principales techniques de réparation :


Suivant l’importance et les causes des désordres affectant une construction en béton armé, la
réparation repose, en général, sur la mise en œuvre d’une combinaison de plusieurs techniques
que l’on peut ranger dans l’une des cinq catégories suivantes [20]:

Les traitements de surface : ragréages et injection des fissures ;

La protection du béton et des armatures ;

La régénération des matériaux ;

L’ajout de forces (ou de déformations) ;

L’ajout de matière.

[20] T.S. TANKEU NDANGA, Pathologie évaluation et réparation de ponts en béton armé,
Institut international d’ingénierie et de l’environnement, Mémoire de master, 2011, 91 pages.

V-3.1. Traitements de surface:


Comme le nom l’indique, il s’agit du traitement de la surface des parements des ouvrages. Cela
s’applique surtout pour les défauts apparents (facilement visibles à l’œil). Selon l’usage courant, «
le traitement de surface » est la technique la plus répandue de part sa simplicité permettant notamment de
remédier rapidement aux défauts apparents sur les ouvrages [20].

41
V-3.1.1.Ragréage

Le ragréage est la technique traditionnelle de réparation des bétons. Il permet dans un premier
temps de reconstituer les sections d’armatures qui ont disparu, de stopper le phénomène de
corrosion des aciers par passivation. Puis, le principe est de protéger les armatures par
reconstitution manuelle ou mécanique de l’enrobage à l’aide de mortier de réparation. Les étapes
de la réparation sont les suivantes :

- éliminer les zones de faible cohésion

- dégager l’armature corrodée jusqu’à une zone où celle-ci est saine

- nettoyer l’armature

- remplacer l’armature si la perte de section est trop forte

- passiver les armatures corrodées par application de produit

- reconstituer manuellement l’enrobage de béton à l’aide de mortier de réparation

V-3.1.2. Injection des fissure

On distingue le traitement de surface (destiné à rétablir l’étanchéité de surface d’une structure et


d’éviter/stopper la corrosion) ; on peut citer : le calfeutrement, le pontage et l’imprégnation.
Le traitement dans la masse (injection en profondeur d’un produit liquide qui, après
durcissement, a des caractéristiques mécaniques voisines de celles du matériau environnant).

V-3.2. Protection du béton et des armatures :

Elle consiste en l’application de produits pour protéger le béton lorsque l’enrobage des aciers est
trop poreux ou d’épaisseur insuffisante, et pour l’acier il s’agit de stopper le processus de
corrosion déjà entamé.

V-3.2.1. Pour le béton :

Il conviendra d’employer des produits tels : les hydrofuges de surface, les minéralisateurs, les
peintures, les revêtements minces à base de liant hydraulique modifié, les revêtements plastiques
épais, les produits d’imprégnation inhibiteurs de corrosion. L’application d’un inhibiteur de
corrosion permet de ralentir voir de stopper la corrosion des aciers dans le béton. L’inhibiteur de
corrosion peut être intégré dans la formulation du béton ou appliqué par la suite soit au rouleau
soit au pulvérisateur. La progression du produit au sein du béton se fait naturellement mais n’est
42
pas optimale. La migration du produit peut également être forcée de manière électrochimique
afin d’obtenir un résultat optimal.

V-3.2.2. Pour les armatures :

La protection cathodique consiste à abaisser en tout point de l’armature le potentiel (potentiel de


structure) de ce métal jusqu’à une valeur dite potentiel de protection, qui est telle que la vitesse
de corrosion de l’acier devient négligeable.
La protection cathodique est un traitement appliqué de façon permanente permettant de ralentir
voir d’arrêter la corrosion. Elle consiste à abaisser le potentiel électrochimique de l’armature,
jusqu’à une valeur seuil appelée potentiel de protection. La vitesse de corrosion de l’armature
devient alors négligeable. Cette méthode consiste à polariser l’armature dans le béton à l’aide
d’une anode placée de façon permanente sur le parement ou parfois dans l’enrobage. L’opération
peut se faire soit par courant imposé, un générateur électrique est placé entre l’anode et
l’armature, soit par anode sacrificiel, ce qui correspond à un courant galvanitique.

V-3.3. Régénération des matériaux

Il s’agit du renouvellement ou de la reconstitution du matériau (béton/acier) affaibli ou altéré. On


distingue essentiellement :

 L’extraction des chlorures des bétons:

L’extraction des chlorures permet d’enlever les ions chlorures ayant pénétrés dans l’enrobage.
L’extraction est efficace si la teneur en chlorure au voisinage d’une armature est inférieure au
seuil habituellement admis pour éviter la corrosion métallique. Ceci correspond souvent à un
rendement de 80 à 90% pour l’extraction des chlorures.
L’application de cette méthode de protection se fait de manière électrochimique. Les étapes de la
mise en œuvre sont les suivantes :
- Mise en place d’un réseau électrique reliant toutes les armatures sur l’ensemble de l’élément
- Pose d’une feutrine enduite d’un électrolyte convenablement choisi
- Application d’un treillis métallique jouant le rôle d’anode
- Mise en place d’un courant électrique ou galvanitique
- Dépose de l’anode, de la feutrine et des pontages électriques
- Rinçage de la structure
Ce dispositif permet d’extraire seulement les chlorures situés dans l’enrobage, entre les
armatures et le parement de l’ouvrage.

43
 La ré-alcalinisation des bétons :

La ré-alcalinisation permet d’augmenter l’alcalinité du béton, c'est-à-dire d’augmenter pH. Cela


a pour conséquence que les armatures sont à nouveau protégées. La méthode de réalisation de la
ré-alcalinisation est identique à celle de l’extraction des chlorures. Seul l’électrolyte utilisé
change.

V-3.4. Ajout de forces et de déformations :

Il s’agit d’ajouter une précontrainte additionnelle (généralement extérieure) à des ouvrages pour
augmenter leur capacité portante ou prolonger leur durée d’exploitation. Cette technique consiste
à mettre en œuvre une précontrainte (câbles, barres ou mono-torons) dans un ouvrage pour en
améliorer la résistance d’ensemble vis-à-vis de la flexion et/ou de l’effort tranchant.

V-3.5. Ajout de matière :

Elle consiste essentiellement à augmenter la section résistante d’une structure soit par ajout de
béton soit par ajout d’armatures.

V-3.5.1. Pour ajout de matière béton:

On distingue essentiellement la technique par projection (qui nécessite une mise en œuvre par
couches minces successives de 2 à 5 cm) et la technique de coulage/injection (qui nécessite la
confection d’un coffrage et qui permet des épaisseurs minimales de mise en œuvre de l’ordre de
5 à 7 cm).

V-3.5.2. Pour ajout d’armature:

Cette technique consiste, après repiquage du béton existant (et éventuellement élimination du
béton dégradé), à disposer des aciers passifs et à les solidariser à la structure par du béton projeté
ou du béton (voire du mortier) coulé en place. Ces aciers sont reliés à la structure à l’aide
d’aciers de couture.
Pour choisir les techniques de réparation s’appliquant à un cas particulier, on doit utiliser les
informations recueillies dans la campagne d’évaluation afin de vérifier les points suivants :
 L’intégralité structurale de l’ouvrage,

 La présence de fuite dans les fissures,

 Activité des fissures (active ou dormante).

44
V-4. Les étapes de préparation d’une surface endommagée :
L’étape de réparation des surfaces est une opération importante dont la qualité d’exécution
gouverne en grande partie la performance de la réparation. En général, une bonne préparation de
surface vise à obtenir une surface sèche, régulière, propre, sans poussière, sans saletés et sans
huile. La préparation d’une surface à réparer comporte quatre grandes étapes [2] :

Figure-V.1. Principes étapes de préparation de surface [1].

V-4. 1. Localisation de la zone à réparer :

Il est important de prévoir des renforts ou des supports avant de procéder à toute démolition
d’une partie s’un élément structural.

V-4.2. Enlèvement du béton détérioré à l’aide d’une méthode appropriée :

 Attention lorsque qu’on prévoit rencontrer des aciers d’armature !

 Nettoyer les barres corrodées en surface ou remplacer les barres intensivement corrodées.

 Il faut éviter de micro-fissurer le béton près de la surface. Les granulats désolidarisés


doivent être enlevés.

45
Figure-V.2. Vérification de l’état de surface avant de procéder à l’application d’un produit de
réparation [1].

V-4.3. Préparation de la surface et du périmètre de la réparation :

Pour une cohésion parfait entre le vieux et le nouveau béton, on doit scier le périmètre de la
réparation sur une profondeur d’au moins 25 mm. Les parois verticales de la zone à réparer
doivent être à environ 90°C par rapport à la surface.

46
Figure-V.3. Quels exemples pour le choix de la géométrie du périmètre de réparation [1].

V-4.4. Nettoyage de la surface et des aciers d’armature:

La capacité des matériaux de réparation à mouiller (lien chimique) les surfaces varie beaucoup
d’un matériau à l’autre. Par conséquent, l’adhérence d’un matériau de réparation dépend surtout
du lien mécanique avec le substrat (figure-V.4).

Figure-V.4. Représentation schématique du développement du contact entre un matériau de


réparation et le vieux béton [1].

47
 Pour les matériaux à base de ciment Portland le vieux béton doit être préférentiellement
dans un SSS pour prévenir l’assèchement rapide d’un matériau de réparation et par
conséquent, limiter le retrait et la fissuration.

 Pour les matériaux organiques (résines, époxy, ect) la surface doit préférentiellement être
sèche (on peut vérifier la présence d’humidité en recouvrant la surface d’une feuille de
plastique pendant 24 heures.

L’enlèvement des contaminants permet de développer un meilleur contact entre le liant


d’accrochage et le vieux béton. En outre, le béton contaminé avec de l’huile et des graisses doit
être nettoyé avant de procéder à l’application d’un produit de réparation.

48
Chapitre VI : Renforcement des constructions
VI.1. Introduction:
Suivant l’importance et les causes des désordres affectant une construction en béton armé, le
projet de renforcement repose, en général, sur la mise en œuvre d’une ou plusieurs techniques
qui permet de réparer la défaillance affecte la construction et augmente leur durée de vie. Ci-
dessus, nous présentant quelques techniques de renforcement :

VI.2. Exemple de renforcement des constructions endommagées:

VI.2.1. Renforcement d’une pile de pont par confinement ou « jacketing »

Méthode A

● Tube métallique « jacket »

● Mortier de ciment ou Résine injectée


sous pression

Méthode B

● Bandage par tissu de fibre verre, carbone

● Résine injectée sous pression

● Augmentation de la résistance du béton

● Résistance armatures acier inchangée

● Passage de ruine « béton » fragile à ruine


« acier » ductile

● Augmentation de résistance en flexion-


compression

● Augmentation de ductilité

49
VI.2.2. Renforcement par réduction de la portée des éléments:

Réduction de la portée de poutre => Réduction des sollicitations

VI.2.3 Armatures complémentaires dans des poteaux ou voiles :

Transformation des portiques en murs en béton armé les poteaux sont des ailes de la
mure

50
VI.2.4. Renforcement à l’aide de profiles métalliques :

Principe et modalités pratiques :

● Augmente la section résistante d'éléments en béton armé par des profilés ou plats
métalliques Matériaux et sections standards

Résultat : structure mixte acier-béton

● Des liaisons entre béton et acier => Travail homogène

● Qualité de la solution qualité des liaisons acier - béton armé

Avantages

● Rapidité de réalisation sur chantier pièces métalliques préfabriquées en atelier

montage à l'aide d’ancrages

● Légèreté des éléments à monter car tronçonnage possible

● Caractère sec de l'intervention pas d'écoulement d'eau ou de béton frais

Inconvénients

● Précision requise lors du mesurage de la structure existante de la fabrication des


éléments métalliques

● Possibilités d'ajustement au montage à prévoir

51
● Positionnement correct des forages présentation des pièces métalliques perforées en
position finale (ou l'inverse)

VI.2.5. Renforcement de résistance à l’effort tranchant :

Cornières + barres filetées

● Efficacité immédiate du système mise en traction des barres verticales (serrage des
écrous)

● Intervention couplée « post-contrainte par étriers actifs + profils aciers »

VI.2.6. Renforcement de la résistance au poinçonnement d’un plancher Consoles


d’extension d’appuis:

On utilisant pour cette technique de renforcement des pièces métalliques

Objectif: augmenter la longueur de la ligne de rupture au poinçonnement

Autre possibilité : console « champignon » en béton armé

52
VI.2.7. Renforcement de colonnes endommagées :

4 cornières aux 4 coins de la colonne => apport de résistance en compression et en


flexion

● Collaboration des cornières à la reprise de compression de la colonne pré-


compression par coins ou sur longueur.

● Carcans sur la hauteur de l’élément armature transversale extérieure pour la reprise


de l’effort tranchant augmentation de la résistance du béton par frettage.

VI.2.8. Renforcement de colonne et nœud poutre-colonne :

Solution efficace

● Si des bielles de compression sont mobilisables au nœud => nœud non fissuré

● Ou nœud réparé par injections préalables à la mise en place des carcans

53
Chapitre VII : Surveillance et entretien des constructions
VII.1. Surveillance :

VII.1.1. Définition :
Afin de suivre l’évolution de différentes pathologies, il est nécessaire de faire leur suivi au cours
du temps. C’est le cas par exemple pour l’ouverture d’une fissure, il est intéressant de savoir si
elle s’ouvre continuellement ou si elle évolue en fonction de la température. Cette corrélation
vient du fait que lorsque la température augmente, les matériaux auront tendance à se dilater,
ainsi la fissure se fermera. Le contraire est vrai lorsque les températures diminuent. Un autre
phénomène dont il est intéressant de suivre l’avancement c’est l’évolution du front de
carbonatation. Des mesures peuvent se faire sur un même élément sur une période donnée. Ainsi
il est possible d’évaluer lorsque les armatures ne seront plus protégées et prévoir une ré-
alcalinisation. Il en est de même pour le suivi de la pénétration des ions chlorures dans le béton
afin de planifier une extraction des chlorures. Ceci peut se faire en prélevant un fragment de
béton ou bien de la poudre et en effectuant une analyse chimique. La surveillance a pour but de
déceler à temps les défauts ou les modifications dans l’ouvrage ou dans son environnement
pouvant provoquer des dommages. En général, la surveillance met en évidence des désordres
suivants [17,18,19] :

 Diminution des sections ;

 Corrosion et rupture des armatures ;

 Fissuration ;

 Déformation de la structure ;

 Déplacement des fondations ; mauvais fonctionnement des équipements ;

VII.1.2. Principe de la démarche de surveillance :


La démarche de la surveillance s’articule autour de deux axes principaux :

 La mise en place d’une procédure de surveillance périodique des ouvrages (visites de


surveillance, visites à contrôle renforcé), permettant, essentiellement par l’action des
agents de terrain, de relever les désordres rencontrés.

 Le classement des ouvrages selon leur état apparent, effectué après analyse des désordres

54
relevés lors des opérations de surveillance périodique, ou après investigation complémentaire. Ce
classement permet d’une part d’organiser, le cas échéant, les travaux d’entretien ou de réparation
nécessaires, et d’autre part, d’adapter la surveillance en fonction des risques.

VII.2. L’entretien des constructions :

VII.2.1. Introduction :
D’après la définition de l’AFNOR, l’entretien /maintenance vise à maintenir ou à rétablir un bien
dans un état spécifié afin que celui-ci soit en mesure d’assurer un service déterminé. La
maintenance regroupe les actions de dépannage et de réparation, de réglage, de révision, de
contrôle et de vérification des équipements matériels ou même immatériels.
Quotidiennement, toutes les constructions dans leur environnement sont exposées aux
conditions climatiques : gradients de température et d’humidité et du vent se détériorent avec le
temps, et donc, nécessitent des soins constants pour qu’une construction reste en bon état. Des
dépenses modestes d’entretien régulier peuvent réduire le besoin de réparations coûteuses,
protéger le caractère de votre bâtiment et vous économiser de l’argent à plus long terme.
L’ensemble des actions non destructives, cycliques et de routine nécessaires au ralentissement de
la détérioration des constructions et des ouvrages en béton armé. Il comprend l’inspection
périodique, le nettoyage non destructif, cyclique et de routine, les réparations mineures et de
remise en état, le remplacement des matériaux endommagés ou détériorés qu’il est impossible de
sauvegarder [17,18,19].

VII.2.2. Diagnostique des constructions avant l’entretien :


Le but de la diagnostique des constructions avant leur d’entretien est d’obtenir une image
globale et précise de leur état de détérioration (voir chapitre II pour plus de détails). Cela vous
aide à établir des buts et des objectifs afin de répondre à vos besoins. Il est parfois utile
d’engager un professionnel pour le premier cycle d’entretien. Une fois la première évaluation
effectuée, vous devriez être capable de gérer le plan d’entretien régulier. De plus, d’anciens
documents ou rapports peuvent s’avérer particulièrement utiles pour bien comprendre le
bâtiment et les besoins d’entretien. S’ils existent, les anciens rapports d’inspection, les rapports
sur l’état du bâtiment ou bien les anciennes évaluations d’ordre structural font état des problèmes
chroniques ou des éléments à surveiller.

VII.2.3.Type d’entretien :
On peut diviser l’entretien en trois catégories essentielles :

55
VII.2.3.1. L’entretien correctif :

Les travaux qui sont nécessaires pour que la construction ou l’ouvrage atteigne un niveau
acceptable (souvent recommandé par un plan de conservation), par exemple le traitement contre
l’humidité. L’entretien correctif consiste notamment à stabiliser le bâtiment pour arrêter le
processus de détérioration. Dans tous les cas, il faut choisir entre stabiliser seulement et reporter
les réparations ou bien voir s’il vaut mieux entreprendre des réparations complètes et
convenables. Les travaux de réparation vont plus loin afin d’éliminer les dommages antérieurs.
L’entretien correctif consiste notamment à :

 inspecter l’extérieur pour voir si l’eau pénètre par endroits – des fuites extérieures
finissent toujours par être à l’origine de dommages intérieurs;

 réparer les fuites évidentes et les endroits où l’eau a pénétré, notamment résoudre les
problèmes de tuyaux de descente;

 vérifier si des termites ou autres insectes qui attaquent le bois sont présents et les
exterminer au besoin.

En adoptant un traitement pour remédier à un problème particulier, assurez-vous de traiter les


causes de la détérioration et pas seulement les symptômes.

VII.2.3.2. L’entretien d’urgence :

Les travaux qu’il faut entreprendre immédiatement pour des questions de santé, de sécurité et de
protection, ou bien pouvant résulter d’une détérioration rapide de la structure, comme la
réparation du toit après une tempête ou la réparation de verre cassé.

L’entretien d’urgence consiste notamment à :

Éliminer les risques d’incendie :

 câblage à découvert ou mal installé;

 circuits électriques surchargés;

 inspection électrique soignée par un électricien agréé;

 inspection et réparation de la chaudière et de la cheminée.

Éliminer les autres risques de blessure personnelle, notamment les suivants :

 marches abîmées;

56
 risques de choc électrique;

 éléments de construction instables;

 dangers évidents et immédiats pour la santé, p. ex. amiante détachée et friable, poussière
de plomb en suspension dans l’air provenant de peinture écaillée.

VII.2.3.3. L’entretien planifié :

Les travaux destinés à prévenir les problèmes qui se produisent obligatoirement pendant la durée
de vie du bâtiment, comme le nettoyage des gouttières ou la peinture. La meilleure façon de
protéger le bâtiment, c’est d’effectuer l’entretien régulier et de routine pour prévenir les
réparations majeures et coûteuses. La planification de l’entretien doit tenir compte de vos
besoins et de vos moyens financiers tout en faisant en sorte que le bâtiment soit évalué chaque
année. Un plan trop compliqué ou onéreux ne sera tout simplement pas mis à exécution.

VII.2.4. Les niveaux d’intervention sur l’ouvrage :


Lorsque vous entreprenez des travaux d’entretien correctif ou d’urgence, veillez à exécuter les
travaux minimaux de façon à stabiliser le problème immédiat, on recommande que toute
intervention soit aussi limitée que possible et réversible, y compris pour les réparations ou les
travaux de stabilisation temporaires. Assurez-vous que les réparations temporaires ne causent pas
plus de dégâts qu’elles n’en empêchent. Si elles sont coûteuses ou si elles risquent d’entraîner
des dommages supplémentaires, il vaut peut-être mieux entreprendre des réparations
convenables immédiatement.

VII.2.4.1. Entretien courant :

L’entretien courant regroupe toutes les interventions régulièrement accomplies dans le cadre de
la maintenance normale, préventive ou curative, de l’ouvrage, soit directement par le personnel
du site, soit par des entreprises extérieures. Les interventions entrant dans cette définition
dépendent donc du site industriel et de sa politique de maintenance. Par exemple, l’entretien
courant peut comprendre :
 Le curage des éléments altérés ;

 Le remplacement de platelages métalliques corrodés ;

57
VII.2.4.2. Entretien spécialisé:

L’entretien spécialisé regroupe les interventions de réfection non prises en charges dans le cadre
de l’entretien courant de l’ouvrage. Peuvent être citées pour ce niveau d’entretien les
interventions suivantes :

 La réfection des joints des murs en béton ;

 La réfection de désordres locaux sur les ouvrages (dégradations localisées, fissures,


affaissements ponctuels,…) ;

 La mise en peinture d’équipements métalliques (échelle à crinoline dans les fosses) ;

 La réfection ou la mise en place d’équipements (dispositifs de sécurité, dispositifs


d’accès, …) ;

 La réfection ponctuelle d’un revêtement d’étanchéité ;

VII.2.4.3. Réparation :

La réparation concerne les désordres structurels et de surface (revêtements) : il s’agit de


l’intervention nécessaire pour corriger ces désordres, en mettant en place des dispositions
adaptées à la situation dégradée qui a été constatée.

Exemples de réparations :

 Le confortement d’une structure instable ;

 Le traitement de dégradations ou de pathologies importantes et/ou généralisées (fissures,


affaissements, affouillements, tassements de fondations, …) ;

 La mise en place de dispositions adaptées à la situation dégradée qui a été constatée;

 La réfection ou la mise en place d’un revêtement d’étanchéité ;

VII.2.5. Le plan d’entretien cyclique :

Le diagramme du cycle d’entretien (Figure-VII.1) peut vous aider à élaborer votre plan
d’entretien courant pour chaque saison. Il est divisé en tâches progressives que vous pouvez
peut-être entreprendre vous-même, ou au moins planifier, de façon régulière.

58
Figure –VII.1. Diagramme du cycle d’entretien.

En automne, avant la première chute de neige, c’est le moment de faire une inspection générale
du site, notamment de faire le tour du bâtiment et de prendre note des éléments physiques qui ont
besoin d’attention. Il est parfois particulièrement utile d’inspecter le bâtiment sous la pluie de
façon à voir comment la pluie tombe sur le bâtiment et comment elle s’évacue, ce qui peut aider
à déterminer d’éventuels problèmes d’humidité. Si vous décelez des problèmes qui ont besoin
d’être réglés immédiatement, effectuez les travaux avant la saison suivante pour qu’ils
n’empirent pas pendant l’hiver.

En hiver, examinez votre rapport d’inspection et établissez un plan pour le printemps. Cela peut
consister à rechercher des possibilités de financement, à obtenir des devis pour les travaux qui
dépassent vos connaissances ou que vous n’avez pas le temps d’entreprendre, et à recruter des
partenaires ou des bénévoles pour vous aider dans les travaux.

Au printemps, passez à l’action. C’est probablement la saison la meilleure et la plus occupée


pour l’entretien de votre bâtiment alors, préparez-vous en conséquence. Et puis, à la fin de l’été,
évaluez votre plan et prenez note de tout changement que vous voulez y apporter pour l’année
suivante. Avec le temps, le plan annuel est de plus en plus facile à élaborer et les surprises sont
de moins en moins nombreuses.

59
Bibliographiques

[1] Peter H. Emmons., Concrete Repairer and maintenance illustrated, R.S. MEANS COMPANY, ING.,
Construction Published & Consultations, Copyright 1994, 100 Construction Plaza, P.B. Box 800,
Kingston, MA 02364-0800.

[2] Mehta P.K, Paulo J.M “Concrete Micro structure, properties and materials” 3rd edition, The McGraw-
Hill Companies, Inc. U.S.A,2006.

[3] Mailvaganam, N. P. Repair and Protection of Concrete Structures, CRC Press,1991, 473p.

[4] Plumier. A, Pathologies et réparations structurales des constructions, Presse de l’université de liège,
232, 2011.

[5] Pigeon M., Marchand J., Pleau R., Frost resistant concrete, Cons. Build. Mater, Vol.

10, pp. 339 –348, 1996.

[6] Pigeon M., Marchand J., Zuber B., Freeze/thaw resistance, Editors Advanced Concrete Technology:
Concrete Properties, Vol. 11, pp. 1–16, 2003.

[7] Noumowé A., "Effet de hautes températures (20-600°C) sur le béton. Cas particulier

du béton à hautes performances", Thèse de Doctorat, Génie civil, Institut National des Sciences
Appliquées de Lyon, 1995.

[8] Xing Z., "Influence de la nature minéralogique des granulats sur leur comportement et celui du béton
à haute température", Thèse de Doctorat, Génie Civil, Université de CergyPontoise, 2011.

[9] Pliya P., "Contribution des fibres de polypropylène et métalliques à l'amélioration du comportement
du béton soumis à une température élevée", Thèse de Doctorat, Génie civil, Université de Cergy-Pontoise,
2010.

[10] Guelmine L, Influence du rapport E/C et du mode de cure sur les propriétés physico-mécaniques et
de transfert d’humidité des mortiers de ciment durcis, Mémoire de Magister, Université de Laghouat, 86,
2006.

[11] Jean-Pierre Ollivier et Angélique Vichot, La durabilité des bétons, Association Technique de
l’Industrie des Liant Hydrauliques, Presses de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, pp. 868, Paris,
2008.

[12] Mustafa Çullu., Metin Arslan., The effects of chemical attacks on physical and mechanical properties
of concrete produced under cold weather conditions, Construction And Building Materials, 2014; 57 (2)
53-60.

[13]Guedon (J.S.), Martineau (F.) et LE Roux (A.). – Visualisation des produits de l’alcali réaction par
fluorescence. Extension de la méthode au diagnostic sur ouvrage. Bulletin de liaison des LPC no 179, p.
21-29, Mai Juin 1992.
60
[14] Cours de Durabilité et réparations du béton de l’Université de Sherbrooke (Canada).

Site Internet : www.civil.usherbrooke.ca/cours/ gci714/338 page.

[15] Amjad KREIT, Prolongation de la durée de vie des ouvrages en béton armé, thèse de Doctorat,
Université de Toulouse, 2012, 240 pages.

[16] Joseph Abou Zeid, Méthodes de réparation et de protection des ouvrages en béton armé, Institut des
Sciences Appliquées et Economiques- Université libanaise, ISAE – Cnam Liban, Centre du Liban associé
au conservatoire national des arts et métiers- Paris, Information et communication pour l’ingénieur Génie
Civil – ENG222, 2016, 44 pages.

[17] Le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Instruction technique pour la surveillance et
l'entretien des ouvrages d'art 2ième partie, Fascicule 01, Dossier d'ouvrage, № 502713, 2000, 136
pages, Paris.

[18] UFIP, Guide de surveillance des ouvrages de Génie Civil et structures, Caniveaux et fosses
humides, DT 100, Juin 2012, 43 pages.
[19] LCPC DE BORDEAUX ; Surveillance, Auscultation et Entretien des Ouvrages Maritimes,
Fascicule2: Ponts mobiles, 1992, 133 page.
[20] T.S. TANKEU NDANGA, Pathologie évaluation et réparation de ponts en béton armé,
Institut international d’ingénierie et de l’environnement, Mémoire de master, 2011, 91 pages.

61

View publication stats