Vous êtes sur la page 1sur 50

ABCD

BAGNOLET (93)

100-108, avenue Gallieni


Construction d’un immeuble de bureaux

ETUDE GEOTECHNIQUE
Mission géotechnique G2 AVP - Phase avant-projet

RAPPORT N°G150867 PIECE N° 001

W. BATS C. MARCIE

INTEGRATION DES SONDAGES ET ESSAIS


B 03/02/2015 51 + 123
SUPPLEMENTAIRES

W. BATS C. MARCIE

A 17/12/2015 31 + 18 PREMIERE DIFFUSION

Nb de
INDICE DATE ETABLI PAR VERIFIE PAR MODIFICATIONS - OBSERVATIONS
PAGES
SOMMAIRE
Page

1. PRESENTATION GENERALE - DEFINITION DE LA MISSION ............................4

2. REFERENCES ET REGLES DE CALCUL ...................................................................6

2.1. Textes règlementaires ...................................................................................................6


2.2. Documents à disposition...............................................................................................6
2.3. Exigences ......................................................................................................................6

3. PRESENTATION DU SITE .............................................................................................7

3.1. Localisation du site .......................................................................................................7


3.2. Contexte géologique et lithologique .............................................................................8
3.3. Contexte hydrologique et hydrogéologique .................................................................9
3.4. Autres aléas géotechniques .........................................................................................10
3.5. Synthèse des risques géotechniques ...........................................................................10

4. PRESENTATION DU PROJET .....................................................................................11

5. RESULTATS OBTENUS ................................................................................................13

5.1. Nature des sols reconnus ............................................................................................13


5.2. Observations concernant l'eau ....................................................................................15
5.2.1. Niveau de la nappe ...........................................................................................15
5.2.2. Perméabilités des sols .......................................................................................19
5.3. Caractéristiques pressiométriques ..............................................................................21
5.4. Essais pénétrométriques .............................................................................................26
5.5. Résultats des essais en laboratoire ..............................................................................27
5.6. Reconnaissances de fondations ..................................................................................29

6. CONCLUSIONS – RECOMMANDATIONS ...............................................................31

6.1. Contexte géotechnique ...............................................................................................31


6.2. Etude géotechnique d’avant-projet .............................................................................32
6.2.1. Généralités ........................................................................................................32
6.2.2. Solutions de fondations superficielles ..............................................................33
6.2.3. Solutions de fondations profondes ...................................................................35
6.2.4. Protection vis-à-vis de l'eau ..............................................................................40
6.2.5. Terrassements et soutènements ........................................................................43
6.2.6. Sol du projet .....................................................................................................45
GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP
Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 2
6.3. Mitoyens et Avoisinants .............................................................................................45
6.4. Voirie pompier............................................................................................................46
6.4.1. Définition de la Partie Supérieure des Terrassements ......................................46
6.4.2. Définition de la plateforme support de chaussée ..............................................47
6.5. Agressivité des milieux vis-à-vis des bétons ..............................................................48
6.5.1. Préambule .........................................................................................................48
6.5.2. Résultats des analyses et conclusions ...............................................................49
6.6. Avis technique sur l’infiltration des eaux pluviales ...................................................49
6.7. Sujétions générales .....................................................................................................50

ANNEXES

Annexe 1 : PLAN DE SITUATION


Annexe 2 : PLAN D’IMPLANTATION
Annexe 3 : RESULTATS DES INVESTIGATIONS
Annexe 4 : PROCES-VERBAUX DES ESSAIS EN LABORATOIRE GEOTECHNIQUE
Annexe 5 : PROCES-VERBAUX DES ESSAIS EN LABORATOIRE (ANALYSE CHIMIQUE)
Annexe 6 : COUPES ET PHOTOGRAPHIES DES RECONNAISSANCES DE FONDATIONS
Annexe 7 : CLASSIFICATION DES MISSIONS GEOTECHNIQUES ET SCHEMA D’ENCHAINEMENT DES
MISSIONS GEOTECHNIQUES SELON LA NORME NF P 94-500 DE NOVEMBRE 2013

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 3
1. PRESENTATION GENERALE - DEFINITION DE LA MISSION

A la demande et pour le compte d’ABCD nous avons procédé à une étude géotechnique
portant sur des terrains situés au 100-108, avenue Gallieni sur la commune de
BAGNOLET (93), en vue de la construction d’immeuble de bureaux.

Le présent rapport rend compte des résultats obtenus dans le cadre d'une mission d'exécution
de sondages, essais en place et étude en phase d’avant-projet (mission géotechnique type
G2 AVP de la norme NF P 94-500 de novembre 2013).

Dans le cadre de notre mission, et afin de préciser la nature géologique des terrains et
déterminer les caractéristiques mécaniques des couches superficielles et profondes du terrain,
nous avons procédé aux investigations suivantes :
- 3 sondages pressiométriques descendus à 25 m de profondeur (notés SP1, SP3 et SP5),
- 3 sondages pressiométriques descendus à 15 m de profondeur (notés SP2, SP4 et SP6),
- 1 sondage pressiométrique descendu à 35 m de profondeur (nommé SP7),
- 3 sondages pressiométriques descendus à 40 m de profondeur (nommés SP20, SP21 et
SP22),
- 169 essais pressiométriques répartis dans les sondages précédents,
- l’enregistrement numérique des paramètres de forage,
- 3 sondages carottés descendus à 12/13 m de profondeur (nommé SC7, SC8 et SC9),
avec prélèvements d’échantillon intacts,
- 5 piézomètres descendus à 12 m de profondeur dans de sondages spécifiques (nommés
Pza, Pzb, Pzc puis Pz24 et Pz25),
- 6 essais au pénétromètre dynamique descendus à 3 m ou 4 m de profondeur (repérés
PD26 à PD31),
- 6 sondages à la tarière descendus entre 3 et 6 m de profondeur, avec prélèvements
d’échantillon remaniés, et réalisés à proximité des essais au pénétromètre dynamique
(nommé TH26 à TH31),
- 1 campagne de 4 fouilles de reconnaissance de fondation à la pelle mécanique des
ouvrages mitoyens au projet (repérées RF1 à RF4),
- 13 essais de perméabilité répartis entre 1 m et 3 m au droit de la future voirie, à
proximité de PD26 et PD29, puis entre 8 m et 13 m au droit de sondages spécifiques
profonds (nommé SD23, SD24 et SD25),
- 1 série d’essais en laboratoire :
o 10 essais d’identification selon le GTR (Guide des Terrassements Routier),
o 6 (3+3) essais de cisaillement CD et UU sur des échantillons intacts prélevés
au droit des sondages carottés,
o 4 essais d’agressivité des sols vis-à-vis des bétons,
o 1 essai d’agressivité des eaux vis-à-vis des bétons.
GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP
Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 4
Notre intervention sur site s’est déroulée en deux phases :
- en novembre 2012,
- en décembre 2015 et janvier 2016.

Dans la suite, toutes les profondeurs sont données par rapport à la tête des sondages dont le
nivellement sommaire a été rattaché au système NGF69 par l'intermédiaire d’un GPS
GeoExplorer et du plan topographique à disposition (plan VRD). Si besoin est, ce nivellement
sera à vérifier par le géomètre-expert du projet.

On note ra que des altimétrie de nos premiers sondages ont été « recalées » à partir du plan
topographique à disposition.

On note que les sondages carottés SC8 et SC9 effectué lors de notre campagne d’investigation
2015-2016 ont respectivement été réalisés à proximité immédiate des piézomètres existants
Pza et Pzb.

Sondage Cote (NGF69)


SP1 68,4
SP2 68,5
SP3 68,5
SP4 67,4
SP5 67,6
SP6 66,6
SP7 68,2
Pza/SC8 68,5
Pzb/SC9 68,3
Pzc/SC7 67,3
SP20 67,4
SP21 68.1
SP22 68,3
SD23 68.1
SD24/Pz24 67,4
SD25 67.7
PD/TH26 68,2
PD/TH27 68,2
PD/TH28 68,5
PD/TH29 68,5
PD/TH30 68,2
PD/TH31 67,3

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 5
2. REFERENCES ET REGLES DE CALCUL

2.1. Textes règlementaires

NF P 94-500, 30 novembre 2013 – Missions d’ingénierie géotechnique –


Classification et spécifications,
NF EN 1990, mars 2003 – Eurocodes structuraux – Bases de calcul des structures,
NF P 94-261, juin 2013 – Norme d’application nationale de l’Eurocode 7 – Fondations
superficielles,
NF P 94-262, juillet 2012 – Norme d’application nationale de l’Eurocode 7 –
Fondations profondes,
NF P 94-282, Mars 2009 - Calcul géotechnique – Ouvrages de soutènement – Ecrans,
et son amendement NF P 94-282/A1 de février 2015,
NF EN 1997 - 1, juin 2005 – Eurocode 7 : Calcul géotechnique – Partie 1 : Règles
générales*,
NF EN 1997 - 2. Septembre 2007 – Eurocode 7 : Calcul Géotechnique – Partie 2 :
Reconnaissance des terrains et essais,
NF EN 1997 – 1/NA : septembre 2006 – Annexe nationale à la NF EN 1997-1 :2005,
NF P 11-213-1, mars 2005 – DTU 13.3 – Dallage – Conception, calcul et exécution,
Guide des Terrassements Routier de Novembre 1992.
* : Norme faisant l’objet d’un projet de révision, non éditée à ce jour

2.2. Documents à disposition

Les documents à disposition lors de la rédaction du présent rapport sont les suivants :
les plans et coupes d’avant-projet de décembre 2015.

2.3. Exigences

A titre indicatif, conformément aux normes NF EN 1990 et NF EN 1997-1/NA, les exigences


suivantes, relatives à la structure, ont été retenues :
Durée d’utilisation : 50 ans (à confirmer par le Maître d’Ouvrage),
Classe de conséquence : CC2 (à confirmer par le Maître d’Ouvrage),
Catégorie géotechnique : 2 (à confirmer par le Maître d’Ouvrage).

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 6
3. PRESENTATION DU SITE

3.1. Localisation du site

Le terrain, objet de cette étude, concerne la parcelle cadastrale AC68. L’ensemble de la


parcelle, d’une surface globale de l’ordre de 9 500 m², est relativement plane et horizontale à
l’échelle du site et se situe vers les cotes altimétriques 68 et 70 NGF69.

Figure 1 : Localisation du site

Figure 2 : Plan cadastral du site

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 7
3.2. Contexte géologique et lithologique

D'après les renseignements en notre possession (carte géologique, études déjà réalisées sur le
site,…), la succession géologique présumée à cet emplacement est la suivante :
- Remblais d’aménagement urbains,
- Eboulis / colluvions,
- Masses et Marnes du Gypse,
- Marnes et Sables Infragypseux,
- Calcaire de Saint Ouen.

Figure 3 : Localisation de la zone d’étude sur la carte géologique de Bagnolet

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 8
3.3. Contexte hydrologique et hydrogéologique

D’après les données du BRGM sur les remontées de nappes, le site est localisé dans une zone
de sensibilité très forte, avec un risque de nappe sub-affleurante, quant au risque d’inondation
par remontée de nappe.

Zone d’étude

Figure 4 : Extrait de la carte du BRGM vis-à-vis des remontées de nappes

Toutefois, nous signalons que l’échelle de validité de cette carte d’aléa est de 1/50 000ème.

Néanmoins, dans ce contexte, et comme semble l’attester les relevés piézométriques données
dans la suite du rapport (cf. § 5.2), la nappe n’est pas sub-affleurante. Compte-tenu du
contexte géologique et des relevés disponibles, les arrivées d’eau identifiées correspondent
probablement à des circulations de versant, plus ou moins pérennes, et susceptible de varier
en fonction des conditions climatiques.

Nous signalons qu’un suivi piézométrique et une étude bibliographique et documentaire sont
actuellement en cours afin d’affiner le contexte hydrogéologique du site.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 9
3.4. Autres aléas géotechniques

De plus, on note que le terrain étudié :


- est localisé en dehors des d’exploitations souterraine ou à ciel ouvert répertoriés sur la
commune de Bagnolet,
- n’est pas dans la zone de risque de dissolution du gypse anteludien définie par arrêté
inter-préfectoral,
- est en zone d’aléa moyen concernant le risque de retrait-gonflement des formations
argileuses présentes au droit du site,
- se situe en zone 1 (sismicité très faible) selon les décrets n°2010-1254, n°2010-1255
du 22 octobre 2010 et n°2015-5 du 6 janvier 2015 de mise à jour, relatifs à la
prévention des risques sismiques entrés en vigueur le 1er mai 2011
(art. D. 563-8-1 du code de l’environnement).

3.5. Synthèse des risques géotechniques

La synthèse des différents risques à prendre en compte pour le projet est présentée dans le
tableau suivant :

Type de risque Fort Moyen Faible Très faible

Risque carrières

Risque dissolution du Gypse

Risque lié au retrait-gonflement


des sols argileux

Risque mouvement de terrain Non renseigné mais risque, a priori, nul dans ce contexte local

Risque inondation par


submersion

Risque inondation par


*
remontée de nappe

Risque sismique

(*) Risque réévalué compte-tenu des niveaux d’eau mesure et des niveaux bas du projet.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 10
4. PRESENTATION DU PROJET

Il est prévu la réalisation un immeuble de bureaux de type R+5 à R+8, avec 6 corps de
bâtiments (A à F) sur 3 niveaux de sous-sol avec des espaces verts de pleine terre. L’emprise
au sol du projet sera de l’ordre de 7 500 m².

La côte finale du sous-sol (arase supérieure du dernier plancher) est prévue vers 56,7 NGF.
Les profondeurs terrassées pour la création des 3 niveaux de sous-sol sont comprises entre
10,5 m et 12,5 m par rapport au niveau du terrain actuel.

Plus précisément, les niveaux prévus (arase supérieure des planchers) sont les suivants :
- Rez-de-chaussée : 66,97 NGF,
- 1e sous-sol (+ patio) : 62,49 NGF,
- 2e sous-sol : 59,61 NGF,
- 3e sous-sol : 56,73 NGF.

Vide sur patio

Figure 5 : Plan de masse du rez-de-chaussée


GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP
Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 11
Figure 6 : Plan de masse du 3e sous-sol en phase avant-projet

Figure 7 : Coupe de principe d’avant-projet

Les données précises du projet ne nous ont pas été communiquées (descentes de charges
arrêtées, combinaisons d’action…). Notre étude gardera donc un caractère général. Pour la
suite, il conviendra de nous fournir les renseignements suivants : la classe de conséquence de
l’ouvrage, la catégorie géotechnique de l’ouvrage en fonction des conditions de site et la
durée d’utilisation du projet.
GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP
Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 12
5. RESULTATS OBTENUS

5.1. Nature des sols reconnus

Les coupes des sondages sont réalisées à l’aide des cuttings extraits au droit des sondages
effectués en partie à la tarière et en partie en destructif. La première méthode permet d’avoir
une coupe approchée alors que la seconde, réalisée à l’eau, ne permet d’obtenir que des
matériaux déstructurés qui ne donnent qu'une indication sur la nature des terrains traversés,
sous réserve qu’il n’y ait pas de perte in-situ. De plus, le décalage entre la foration et la
remontée des cuttings peut entrainer des imprécisions et donc, des variations sur les
profondeurs présentées. Un sondage carotté court a été réalisé afin de caler la lithologie
superficielle.

Ainsi, l’examen des matériaux remontés au cours de l’exécution des sondages SP1, SP3 et
SP5, complété par le sondage carotté SC7, a permis d’établir comme suit la succession des
différentes formations rencontrées, au-delà d’une couverture de terre végétale ou d’enrobé :

Remblais

Des remblais hétérogènes principalement argilo-sableux à sablo-argileux et renfermant des


débris divers et des cailloutis ont été observés jusqu’à des profondeurs très variables de
l’ordre de 1 à 4 m de profondeur.

Nous rappelons que les remblais peuvent présenter des surépaisseurs localisées en fonction
des aménagements passés du terrain et renfermer tout aussi bien des niveaux indurés de toutes
dimensions que des passages complètement décomprimés.

Eboulis / colluvions

Des éboulis principalement argilo-marneux à localement sableux de teinte divers (beige,


jaunâtre, verdâtre, brun) ont été rencontrés jusqu’à de profondeur de l’ordre de 4 à 7,5 m de
profondeur, soit jusque vers 62,5/64,5 NGF69.

Ces matériaux correspondent à des éboulis issus, au moins en partie, de la formation des
Masses et Marnes du Gypse, des Marnes Supragypseuses et des Argiles Vertes.

Nota : la transition, et donc la différenciation visuelle entre ces éboulis et les formations en
place sous-jacentes, n’a pas toujours été possible, compte tenu de la nature et du
comportement similaire de ces matériaux.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 13
Masses et marnes du gypse et formation sous-jacentes

Des marnes beiges blanchâtres renfermant localement en tête des passages d’argiles brunes et
de sables puis des marno-calcaires sont recoupés au-delà de 4/7,5 m de profondeur et jusque
vers 25 m de profondeur, soit au-delà d’environ 62,5/64,5 NGF69 et jusque vers 42/44 NGF69.

Tout d’abord, on note que ces formations sont observées à des profondeurs variables. De plus,
la transition, et donc la différenciation visuelle avec les éboulis sus-jacents, n’a pas toujours
été possible, compte tenu de la nature similaire de ces matériaux.

En effet, les sondages carottés ont mis en évidence des argiles brunes feuilletées, légèrement
marneuses, au toit de ces formations. D’un point de vue lithologique, ces matériaux peuvent
correspondre aux Masses et Marnes du Gypse. Néanmoins, d’après les différents sondages et
essais pressiométriques réalisés sur le site, une partie de ces terrains présente des
caractéristiques mécaniques similaires aux éboulis. A cet égard, la limite entre les éboulis et
les Masses et Marnes du Gypses a été établie vers la cote 62,5/64,5 NGF69 (Cf. § 4.3 Essais
pressiométriques).

Au-delà de cette transition irrégulière, les Masses et Marnes du Gypse présentent des faciès
très variables. En effet, la formation se caractérise par une alternance de marnes beiges à
blanchâtres, d’argiles brunes et de calcaire.

Ces matériaux correspondent donc aux Masses et Marnes du Gypse résiduels, aux Marnes et
Sables Infragypseux puis au Calcaire de Saint-Ouen indifférenciés. De plus, on note que,
d'une manière générale, les formations ludiennes et anteludiennes sont susceptibles de
renfermer des bancs grésifiés et calcareux résistants et indurés.

Sables

Au droit de nos sondages les plus profonds, il semble que des sables verdâtre ait été
rencontrés à parti d’environ 25 m de profondeur et jusque vers 30/32 m, soit d’environ
42/44 NGF69 à 36/38 NGF69.

Il s’agit selon toute vraisemblance de la formation des Sables de Beauchamp. On notera que
des blocs ou bancs de grès indurés peuvent être rencontrés aléatoirement au sein de cette
formation et que son horizon médian est souvent argileux.

Marno-calcaires

Enfin, des marno-calcaires blanchâtre ont été recoupés au-delà d’environ 30/32 NGF69 et
jusqu’à la base de nos sondages les plus profonds arrêtés à 40 m, c’est-à-dire à partir
d’environ 36/38 NGF à 28/30 NGF69.

Cette formation marno-calcaire (Marnes et Caillasses puis toit du Calcaire Grossier) est
présente sous différentes formes, indurées à localement plus tendres. Les Marnes et Caillasses
constituées par une matrice marneuse à blocs calcaires et caillasses siliceuses noires.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 14
Nota :
D’après les renseignements à disposition (sondages réalisés sur le site, cartes géologiques et
sondages d’archives), la synthèse géologique présumée au droit du site est la suivante :
- Remblais sur des épaisseurs variables en fonction des aménagements passés du site,
- Eboulis / colluvions jusque vers 62,5/64,5 NGF69,
- Masses et Marnes du Gypses puis Marnes et Sables Infragypseux jusque vers
52/53 NGF69,
- Calcaire de Saint-Ouen jusque vers 42/44 NGF69
- Sables de Beauchamp jusque vers 36/38 NGF69,
- Marno-calcaires du Lutétien au-delà de 36/38 NGF69.

5.2. Observations concernant l'eau

5.2.1. Niveau de la nappe

Lors de notre intervention, nous avons mis en place trois piézomètres, Ø 52/60 mm,
descendus jusqu’à 12 m de profondeur au droit de sondages spécifiques (repérés Pza, Pzb, Pzc
et Pz24), localisé à proximité des sondages carottés afin de contrôler le niveau de la nappe au
droit du site.

A l’issue de notre intervention, les niveaux d’eau suivants ont été observés :

Niveau d’eau par rapport au niveau du terrain actuel (en NGF69)


Date Pza Pzb Pzc Pz24
TN 68,5 68,3 67,3 69,8
19/11/2012 7,8 m (60,7) 8,8 m (59,5) 10,4 m (56,9) -
27/11/2012 - - 10,7 m (56,5) -
13/12/2012 8 m (60,5) 8,7 m (59,6) 10,7 m (56,5) -
07/12/2015 7,8 m (60,7) * 7,8 m (59,5) -
16/12/2015 8 m (60,5) * 7,9 m (59,4) -
19/01/2016 7,8 m (60,7) * 7,7 m (59,6) 6,8 m (60,5)
01/02/2016 7,9 (60,6) * 7,7 m (59,6) 6,9 m (60,6)
(*) Piézomètre détérioré ou inaccessible
(**) niveau non stabilisé

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 15
On note également que lors de nos relevés des 07/12/2015 et 16/12/2015, sur un piézomètre
mis en place lors d’études antérieures, un niveau d’eau a été observé aux alentours de 10,5 m
de profondeur, soit vers 58,5 NGF.

En résumé, ces premiers relevés ont mis en évidence la présence d’un niveau d’eau entre 8 m
et 10,5 m de profondeur par rapport au niveau du terrain actuel, soit aux alentours des cotes
altimétriques 57 NGF69 et 61 NGF69.

A ce stade de l’étude, compte tenu des niveaux d’eau identifiés lors de nos différents relevés,
il est probable que ces arrivées d’eau correspondent à des circulations de versant, plus ou
moins pérennes, et susceptibles de varier en fonction des conditions climatiques.

Ainsi, nous rappelons qu'un suivi piézométrique est actuellement en cours afin de déterminer
les variations piézométriques au droit du site.

A titre informatif, l’étude bibliographique et documentaire du secteur amène à préciser les


points suivants :
- l’étude des cartes piézométriques de Delesse de 1852 et 1862, de Diffre de 1965 puis
de Prunier 1989, dont des extraits de leur synthèse sont présentés ci-après, ne montre
pas de nappe superficielle dans le secteur,
- La carte de Delesse de 1862 indique au niveau de la rue de Paris à Montreuil, c’est-à-
dire vers 750 m au Sud de notre site la présence d’une nappe vers 42 NGF pour un
niveau de terrain naturel vers 64/64,5 NGF69.
- Cette même carte de Delesse indique en amont du site, pour des niveaux de terrain
supérieurs à 72 NGF69, la présence d’eau à des profondeurs très variables comprises
entre 63 NGF69 et 70 NGF69,
- La Carte géologique du 20e arrondissement de Paris montre en limite avec la
commune de Bagnolet des niveaux d’eau également très variables dans un contexte
géologique similaire à notre zone d’étude. Pour des niveaux de terrains compris entre
69 et 62,5 NGF69, les niveaux d’eau observés sont compris en 67 et 57 NGF69. De
plus, on note que des niveaux piézométriques issus de la carte de Delesse de 1862
indiquent des niveaux d’eau, dans le même secteur de Paris, pouvant atteindre
55/57 NGF69 environ,
- des sondages et des piézomètres répartis lors de campagne GEOLIA dans le secteur,
principalement en partie aval du site, (av. Gallieni, av. de la République, rue Victor
Hugo), n’ont pas mis en évidence d’arrivée d’eau avant 55 NGF69 environ.

L’ensemble des données disponibles mettent en évidence des profondeurs d’eau très
variables, avec notamment la présence d’une nappe avérée au-delà de 55 NGF69, et tende à
attester que les arrivées d’eau observées lors des relevés disponibles correspondent à des
circulations de versant, plus ou moins pérennes. Le suivi piézométrique, actuellement en
cours, permettra d’affiner et de compléter la connaissance du contexte hydrogéologique.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 16
Zone d’étude

Figure 8 : Extrait de la synthèse des isopièzes de 1858 selon Delesse

Figure 9 : Extrait de la synthèse de la carte piézométrique de 1965 selon Diffre


GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP
Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 17
Nappe perchée
des Argiles Vertes

Figure 10 : Extrait de la synthèse de la carte piézométrique 1989 de Prunier-Leparmentier

Figure 11 : Extrait de la carte piézométrique de Delesse de 1862

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 18
5.2.2. Perméabilités des sols
5.2.2.1 Principe généraux

Afin de mesurer la perméabilité des sols, et plus particulièrement celles des terrains
superficiels et profonds, deux types d’essais ont été réalisés :
- 4 essais de perméabilité de type Porchet répartis au sein des terrains superficiels
(remblais et colluvions) jusqu’à 3 m de profondeur et réalisés au droit de sondages
spécifiques Ø115 mm et tubés en Ø140 mm,
- 7 essais de perméabilité de type Lefranc en régime transitoire dans des forages
spécifiques, Ø115 mm et tubés en Ø140 mm, répartis au sein des marnes entre 10 m
et 13 m de profondeur.

Ces essais ont été interprétés en fonction de l’organigramme donné en Figure 12.

Le sol est rocheux OUI Essai Lugeon

NON

L'infiltration se fait dans la nappe

NON OUI

Le forage est muni d'une


Le forage est muni d'une crépine
crépine ou d'une cavité

OUI NON OUI NON

* Essai par injection * Essai Anglais * Essai Lefranc * Essai de pompage et


* Pressio perméamètre * Essai par injection * Essai Lefranc pour sol application
Menard peu perméable
* Perméamètre autoforeur

Figure 12 : Mesure de la capacité d’infiltration du sous-sol

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 19
5.2.2.2 Résultats des essais d’eau

Les résultats des essais d’eau réalisés conduisent aux perméabilités suivantes :

Résultats
Sondage Profondeur Lithologie (en m/s)
Porchet Lefranc
1-2 m Remblais sableux 1,7.10-6 -
PD26 -7
2-3 m Limon (Remblais ?) 4,3.10 -
1-2 m Marne sableuse 4,9.10-7 -
PD29
2-3 m Marne 8,7.10-7 -
8-9 m Marne argileuse - 8,8.10-7
SD23 10-11 m Marne - 4,1.10-8
12-13 m Marne argilo-sableuse - 1,6.10-6
8-9 m Marne argileuse - 8,7.10-7
SD24 10-11 m Marne - 1,8.10-6
12-13 m Marne argileuse - 4,2.10-7
8-9 m Marne argilo-sableuse - 1,4.10-6
SD25 10-11 m Marne - 7,5.10-7
12-13 m Marne - 1.10-7

Dans le cas présent, le coefficient de perméabilité (k) est compris, dans les remblais et
colluvions superficielles jusque vers 3 m de profondeur entre 1,5.10-6 et 5.10-7 m/s. La
capacité d’infiltration au sein de ces matériaux est donc faible à médiocre.

Les marnes, argilo-sableuses, recoupées en profondeur entre 8 et 13 m de profondeur se


caractérisent par des coefficients de perméabilité (k) variables, et compris entre 1,5.10-6 m/s et
5.10-8 m/s. Globalement la perméabilité globale à ces profondeurs est relativement limitée et
en moyenne d’environ 1.10-6 m/s. Nous signalons néanmoins que des variations notables sont
observées en fonction de l’importance de la fraction sableuses ponctuellement rencontrés.

Remarque :
Nous observons fréquemment des matériaux d’une perméabilité très faible, tout en notant que
les valeurs très faibles et inférieures à 10-7 m.s-1 ne sont pas totalement qualifiables par ce
type d’essai.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 20
5.3. Caractéristiques pressiométriques

Les valeurs des caractéristiques mécaniques des terrains au droit des sondages
pressiométriques SP1 à SP6 puis SP20 à SP22 (EM : module pressiométrique, Pl* : pression
limite nette) ont été déterminées par des essais pressiométriques. L'analyse statistique des
essais conduit aux résultats suivants :

Nota : A titre indicatif, les histogrammes présentés ci-après permettent d’observer les types de
distribution des modules pressiométriques et pressions limites nettes au sein de ces
formation.

• Remblais
⇒ Cote des terrains : jusque vers 1 à 4 m de profondeur,
⇒ Nombre d’essais : 5 essais
⇒ Analyse des 5 essais pris en compte :

EM mini EM max EM moyen (a) EM moyen (h) écart type dispersion


2.0 MPa 7.9 MPa 4.4 MPa 3.4 MPa 2.5 MPa 0.72

Pl* mini Pl* max Pl* moyen (a) Pl* moyen (h) écart type dispersion
0.11 MPa 0.54 MPa 0.28 MPa 0.19 MPa 0.20 MPa 1.02
(a) : moyenne arithmétique
(h) : moyenne harmonique

Ces valeurs caractérisent des terrains de compacité globalement faible.

L’essai non pris en compte correspond à des valeurs moyennes non caractéristiques de ces
remblais, mais rappelant que ces matériaux sont par nature hétérogènes et peuvent présenter
des niveaux indurés.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 21
• Eboulis - colluvions
⇒ Cote des terrains : D’environ 1/4 m jusque vers 4 à 7,5 m de profondeur,
Soit jusque vers 62,5/64,5 NGF69,
⇒ Nombre d’essais : 16 essais
⇒ Analyse des 13 essais pris en compte :

EM mini EM max EM moyen (a) EM moyen (h) écart type dispersion


5.1 MPa 19.0 MPa 12.5 MPa 11.2 MPa 4.0 MPa 0.36

Pl* mini Pl* max Pl* moyen (a) Pl* moyen (h) écart type dispersion
0.55 MPa 1.55 MPa 1.22 MPa 1.14 MPa 0.27 MPa 0.24
(a) : moyenne arithmétique
(h) : moyenne harmonique

Les caractéristiques pressiométriques des matériaux sont globalement moyenne.

On note toutefois la présence localisée de bonnes valeurs, exclues dans cette analyse, qui
peuvent être rencontrées aléatoirement tout au long de cette formation.

Figure 13 : Distribution des modules pressiométrique (à gauche) et des pressions limites nettes (à droite)

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 22
• Marnes et marno-calcaires jusque vers 8/12 m de profondeur
⇒ Cote des terrains : De 4/7,5 m jusque vers 8/12 m de profondeur,
Soit d’environ 62,5/64,5 NGF69 jusque vers 56,5/60,5 NGF69,
⇒ Nombre d’essais : 37 essais
⇒ Analyse des 37 essais pris en compte :

EM mini EM max EM moyen (a) EM moyen (h) écart type dispersion


8.2 MPa 37.0 MPa 20.1 MPa 17.4 MPa 7.5 MPa 0.43

Pl* mini Pl* max Pl* moyen (a) Pl* moyen (h) écart type dispersion
0.81 MPa 3.29 MPa 1.89 MPa 1.74 MPa 0.53 MPa 0.30
(a) : moyenne arithmétique
(h) : moyenne harmonique

Les essais réalisés dans cette formation ont mis en évidence des terrains de compacité variable
présentant des caractéristiques généralement moyennes à localement bonnes avec néanmoins
une amélioration avec la profondeur.

Figure 14 : Distribution des modules pressiométrique (à gauche) et des pressions limites nettes (à droite)

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 23
• Marno-calcaires au-delà de 8/12 m de profondeur
⇒ Cote des terrains : D’environ 8/12 m à 25 m de profondeur,
Soit d’environ 56,5/60,5 NGF69 jusque vers 42/44 NGF69,
⇒ Nombre d’essais : 86 essais
⇒ Analyse des 86 essais pris en compte:

EM mini EM max EM moyen (a) EM moyen (h) écart type dispersion


12.2 MPa 351.7 MPa 72.0 MPa 44.9 MPa 60.0 MPa 1.33

Pl* mini Pl* max Pl* moyen (a) Pl* moyen (h) écart type dispersion
1.44 MPa 5.65 MPa 4.27 MPa 3.89 MPa 1.12 MPa 0.29
(a) : moyenne arithmétique
(h) : moyenne harmonique

Les caractéristiques pressiométriques de ces marno-calcaires sont globalement bonnes à


excellentes. De plus, cette formation présente des niveaux fortement indurés (EM ≥ 80 MPa).
On observe également la présence de quelques passages plus tendres mais présentant
néanmoins de bonne compacité.

Figure 15 : Distribution des modules pressiométrique (à gauche) et des pressions limites nettes (à droite)

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 24
• Sables
⇒ Cote des terrains : D’environ 25 m jusque vers 30/32 m de profondeur,
Soit d’environ 42/44 NGF69 jusque vers 36/38 NGF69,
⇒ Nombre d’essais : 18 essais
⇒ Analyse des 18 essais pris en compte :

EM mini EM max EM moyen (a) EM moyen (h) écart type dispersion


27.8 MPa 351.7 MPa 118.9 MPa 84.3 MPa 74.6 MPa 0.88

Pl* mini Pl* max Pl* moyen (a) Pl* moyen (h) écart type dispersion
2.36 MPa 5.50 MPa 4.94 MPa 4.72 MPa 0.85 MPa 0.18
(a) : moyenne arithmétique
(h) : moyenne harmonique

Les caractéristiques pressiométriques réalisés dans cette formation caractérisent des sables
très denses avec la présence de niveaux excessivement indurés (EM ≥ 80 MPa).

Figure 16 : Distribution des modules pressiométrique (à gauche) et des pressions limites nettes (à droite)

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 25
• Marno-calcaires au-delà de 30/32 m de profondeur
⇒ Cote des terrains : D’environ 25 m à 40 m de profondeur,
Soit d’environ 36/38 NGF69 jusque vers 28/30 NGF69,
⇒ Nombre d’essais : 10 essais
⇒ Analyse des 10 essais pris en compte:

EM mini EM max EM moyen (a) EM moyen (h) écart type dispersion


19.9 MPa 351.7 MPa 121.9 MPa 67.0 MPa 94.7 MPa 1.41

Pl* mini Pl* max Pl* moyen (a) Pl* moyen (h) écart type dispersion
1.65 MPa 5.50 MPa 4.80 MPa 4.21 MPa 1.24 MPa 0.29
(a) : moyenne arithmétique
(h) : moyenne harmonique

Les marno-calcaires recoupés à la base de nos sondages profonds présentent globalement


d’excellentes caractéristiques mécaniques avec des niveaux excessivement indurés
(EM ≥ 80 MPa).

La valeur plus réduite, mais de bonne compacité, est observé en tête de la formation à la
transition avec les Sables sus-jacents.

Figure 17 : Distribution des modules pressiométrique (à gauche) et des pressions limites nettes (à droite)

5.4. Essais pénétrométriques

Les six essais au pénétromètre dynamique réalisés permettent d’apprécier, de manière


continue, la résistance mécanique (Rd) des terrains traversés.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 26
Les différents essais ont mis en évidence les points remarquables suivants :

Nom de l’essai Profondeur Observations - compacité Rdmoyen


Très bonne compacité
Jusque vers 1 m ≥ 10 MPa
(Structure de chaussée probable)

PD26 De 1 à 1,8 m Compacité moyenne # 3 à 7 MPa


De 1,8 à 2,2 m Très bonne compacité ≥ 10 MPa
De 2,2 à 3 m Compacité moyenne à bonne # 5 à 10 MPa
Très bonne compacité
Jusque vers 0,6 m ≥ 10 MPa
(Structure de chaussée probable)
PD27
De 0,6 à 1,3 m Compacité moyenne # 3,5 à 5,5 MPa
De 1,3 à 3 m Compacité moyenne à bonne # 5 à 10 MPa
Jusque vers 3 m Très bonne compacité ≥ 10 MPa
PD28
Vers 0,8 m Pic de compacité médiocre # 2 MPa
Jusqu’à 0,3 m Très bonne compacité ≥ 10 MPa
De 0,3 à 0,8 m Compacité moyenne # 4 à 6 MPa
PD29
De 0,8 1,8 m Bonne compacité # 10 MPa
De 1,8 à 3 m Compacité moyenne à bonne # 6 à 9 MPa
Compacité faible avec passage
Jusque vers 1,6 m # 2 à 3 MPa
PD30 décomprimé entre 0,5 et 1 m
De 1,6 à 3 m Compacité moyenne à bonne # 5 à 15 MPa
Très bonne compacité
Jusque vers 1,4 m ≥ 10 MPa
(Structure de chaussée probable)
PD31 Compacité faible avec passage
De 1,4 à 3,1 # 2 à 3 MPa
décomprimé entre 2,8 et 3,1 m
De 3,1 à 4,2 m Compacité moyenne à bonne # 7 à 20 MPa

5.5. Résultats des essais en laboratoire

Des essais en laboratoire ont été réalisés sur des échantillons des matériaux superficiels
prélevés au droit des sondages TH26 à TH31 à T18 et au droit des sondages carottés SC7 à
SC8. Afin de déterminer, selon le GTR (Guide des Terrassement Routier), la classe des
matériaux intéressant directement le projet ainsi que les caractéristiques intrinsèques des
éboulis.

Le programme en laboratoire a porté sur des identifications de type GTR sur les échantillons
remaniés puis complété par des essais cisaillement UU et CD pour les échantillons intacts.

Les procès-verbaux sont présentés en annexes.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 27
La synthèse des résultats de ces essais sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Teneur en
ESSAI DE CICAILLEMENT

eau
Granulo fraction 0-D mm Limite d'Atterberg VBS ρdOPN ωOPN
prof échantillon (m) Description géotechnique Formation
C LA S S IF IC A T IO N UU et CD
GT R

W% Dmax<50 mm<5 mm <2 mm<80 µm <2 µm WL WP IP IC g/100g t.m -3 (%) Cu (kPa) φu (°) C' (kPa) φ' (°)
TH26
Sable limoneux avec débris de briques silex,
0,15 à 2 m R 12.4 20 100 88.3 89.9 32.6 0.7 B5
et enrobé
2 à 2.5 m Limon marron avec inclusions calcaire R? 15.5 10 100 95.9 98.8 83.7 41.2 22.7 18.6 1.4 3.1 A2s
Marnes sableuse beige avec cailloutis
2.5 à 4.3 m C 15.9 20 100 97.5 95.1 68.5 52.6 30.2 22.4 1.6 4.1 A2ts
calcaire
TH27
Marne beige marron avec inclusions calcaires
1.3 à 2 m R 16 20 100 92.9 88.5 58 3.1 A2
et de silex
TH29
1à2m Marne sableuse beigre verdâtre marron C? 17,8 20 100 99.5 99 91.5 45.9 26.7 19.2 1.5 2.4 A2ts
2à3m Marne beige C 20.5 10 100 99.9 98.5 90.6 46 26.4 19.6 1.3 2.1 A2s
4à5m Marne beige jaunâtre C 20.4 10 100 99.9 99.6 93.1 46.8 25.4 21.4 1.2 1.9 A2s
TH30
Marne sablesue beige marron avec grains de
0,4 à 1 m R?C? 21.9 20 100 98.4 96.5 67.3 2.9 A2m
calcaire
Marne sablesue beige marron avec grains de
1à2m C? 19.5 20 100 97.8 95.5 61.6 37.8 20.7 17.1 1.1 2.9 A2m
calcaire
TH31
Sable limoneux avec caillloutis, inclusions
0.6 à 2 m R 13.6 20 100 86.6 75.7 28.6 0.8 B5
calcaires et de silex
TH26+27+28+31 Limon marron avec inclusions calcaires R 1.87 11.3

TH26+29+30 Marne beige avec cailloutis de calcaire C 1.65 19.5


SC8
Sables argileux jaune verdâtre avec grains
2à3m C 12 30.9 26.6 26.9
calcaire

SC9
4à5m Sables argileux jaune verdâtre C 20.9 32.8 13.5 34.9

5à6m Sables argileux jaune verdâtre C 13.8 41.4 33.9 33.6

R = Remblais // C = Colluvions

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 28
Les remblais sablo-limoneux superficiels se caractérisent principalement par des matériaux de
type B5. Ce type de sol présentent une proportion de fine importante et une faible plasticité.
Ces sols sont sensibles aux variations de teneur en eaux et peuvent changer subitement de
consistance.

Les matériaux sous-jacents se constituent de marnes, plus ou moins sableuses, de type A2. Le
caractère moyen de ces sols se prête à l’emploi d’une large gamme d’outil de terrassement
tant que la teneur en eau n’est pas trop élevée.

Nota concernant les essais de cisaillement :


A partir des résultats des essais de cisaillement, on note que la valeur de la cohésion non
drainée du sol est inférieure à celle de la cohésion drainée pour les échantillons du sol
prélevés entre 2 et 3 m et entre 5 et 6 m de profondeur, ce qui est dû à la présence de
carbonates de calcium à un pourcentage important, ce qui offre au sol une cohésion drainée
importante après consolidation dans le cas de sol consolidé drainé, tandis qu’il joue un rôle
drainant dans le cas de sol non consolidé non drainé.
Ainsi, il est conseillé de prendre en compte les valeurs les plus faibles de cohésion pour la
phase provisoire (courte terme) et aussi pour la phase finale (long terme).

Un autre facteur qui peut jouer un rôle important dans le comportement de notre sol au
cisaillement, est que le sol est très hétérogène (colluvions).

5.6. Reconnaissances de fondations

La campagne de reconnaissance des fondations des bâtiments ou murs mitoyens a consisté en


la réalisation de 4 fouilles à la pelle mécanique (référencées RF1 à RF4), descendues entre
1,35 et 1,40 m de profondeur par rapport au niveau du terrain actuel.

La localisation des sondages, les coupes et les photographies associées à ces fouilles de
reconnaissance sont présentées en annexe.

Nous avons observé au droit de ces fouilles les différents points suivants :

RF1
Cette fouille a été réalisée au pied du mur de l’ouvrage situé au 14, avenue de la République,
au Nord-ouest du site.

Elle a permis de mettre en évidence les éléments suivants :


- le mur mitoyen du bâtiment mitoyen en parpaing semble fondé sur une semelle, en
béton, superficielle, filante et descendue vers 0,50 m sous le niveau du terrain actuel,
- cet appui filant présente un débord d’environ 0,25 à 0,30 m et une épaisseur de
0,40 m,
- le sol d’assise est constitué de remblais sablo-limoneux brun orangé.
GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP
Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 29
Remarque : il conviendra de se renseigner auprès du propriétaire du bâtiment en question sur
son système de fondation afin de compléter nos observations. En effet, il semble
incohérent qu’un tel ouvrage soit si faiblement fondé au sein de matériaux tel que
des remblais.

RF2
Cette fouille a été réalisée au centre du terrain, au pied du 102, avenue Gallieni.

Compte-tenu de l’espace très réduit de cette zone et de la présence de réseaux enterrés, la


fouille a été interrompue.

RF3 et RF4
Ces fouilles ont été réalisées au pied du mur mitoyen situé au 122, avenue Gallieni, au Sud de
notre parcelle d’étude.

Elles ont permis de mettre en évidence les éléments suivants :


- le mur mitoyen, prolongé en moellons de calcaire, ne présente pas de fondation au
sens strict. En effet, le mur est posé directement sur les sols d’assise vers 2,7 à 3,2 m
de profondeur par rapport au niveau du terrain actuel,
- cet appui filant présente un débord variable d’environ 0,10 à 0,30 m,
- le sol d’assise est constitué de remblais et/ou éboulis sablo-graveleux gris à limono-
argileux brun.

Remarque :
Des reconnaissances complémentaires, actuellement programmées, seront réalisées et
intégrés dans une version ultérieure du présent rapport

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 30
6. CONCLUSIONS – RECOMMANDATIONS

6.1. Contexte géotechnique

Les sondages et essais réalisés sur le terrain en 2012 ont mis en évidence un terrain qui
recoupe successivement :
- des remblais d’aménagement urbains de faible compacité sur des profondeurs
variables comprises entre 1 et 4 m environ.
Nous précisons que ces matériaux peuvent présenter des surépaisseurs en fonction des
aménagements passés et renfermer tout aussi bien des passages complément
décomprimés que des niveaux indurés,

- des éboulis principalement argilo-sableux de compacité moyenne, à localement bonne,


vers 4/7,5 m de profondeur, c’est-à-dire jusque vers 62,5/64,5 NGF69,

- des marno-calcaires renfermant localement des passages sableux au-delà de 4/7,5 m et


jusque vers 25 m de profondeur, soit d’environ 62,5/64,5 jusque vers 42/44 NGF69.
Cette formation présente :
o une compacité généralement moyenne à localement bonne jusque vers 8/12 m
de profondeur, soit jusque vers 56,5/60,5 NGF69,
o une compacité bonne à excellente au-delà de 11/12 m et renfermant des
niveaux indurés et résistants jusque vers 42/44 NGF69,
- des sables très denses d’environ 25 m à 30/32 m, c’est-à-dire à partir d’environ
42/44 NGF jusque vers 36/38 NGF69,
- des marno-calcaires de bonne à excellente compacités au-delà d’environ 30/32 m de
profondeur et jusqu’à la base de nos sondages les plus profonds arrêtés à 40 m, soit
au-delà d’environ 36/38 NGF69 et jusqu’à 28/30 NGF69,
- un niveau d’eau variable observé entre 8 et 10,5 m de profondeur, soit entre 57 et
61 NGF69, entre novembre 2012 et février 2016.

Remarque générale :

A titre informatif, les essais pressiométriques réalisés, confirmés par les enregistrements de
paramètres fournis en annexe, n’ont pas mis en évidence d’anomalie de dissolution du gypse
anteludien. Les différentes formations rencontrées apparaissent globalement saines.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 31
6.2. Etude géotechnique d’avant-projet

6.2.1. Généralités

Nous rappelons que le projet prévoit de créer des bâtiments à usage divers de type R+5 à R+8
sur trois niveaux de sous-sol enterrés.

La côte finale du sous-sol est prévue vers 56,7 NGF. Les profondeurs terrassées pour la
création des trois niveaux de sous-sol sont comprises 10,5 m et 12,5 m par rapport aux côtes
du terrain actuel. Dans la suite de notre étude, nous considérerons une cote de fond de fouille
vers 56,2 NGF, c’est-à-dire environ 0,50 m sous le niveau bas projeté.

Les principales sujétions du site et du projet sont définies par :


- la présence de remblais de faible compacité jusque vers 1 m à 4 m de profondeur,
- des niveaux d’eau très variables (circulations de versant probables) observés à partir
de 8/10 m de profondeur, c’est-à-dire à partir d’environ 57 à 61 NGF69,
- des terrassements sur des hauteurs importantes (10 à 12 m) recoupant des circulations
d’eau dès 8 à 10 m de profondeur pour lesquels la stabilité des avoisinants sensibles
devra être garanti.

Ainsi, sur la base de ce projet et des descentes de charges importantes et dissymétriques à


attendre – bâtiment de type R+5 à R+8 sur 3 niveaux enterrés avec sous-sols débordant, deux
solutions de fondations sont envisageables :

• soit une solution de fondations superficielles de type semelles filantes ou isolées, voire
un radier général armé, ancrées dans les marno-calcaires compacts en place (voire les
sables Infragypseux denses), au-delà des éboulis. Les fondations devront être ancrées
d’au-moins 0,50 m dans les marno-calcaires et descendues au minimum à
55/55,5 NGF69

• soit une solution de fondations profondes par pieux ou barrettes ancrés dans les
marno-calcaires compacts ou sables denses, dans la mesure où les descentes de
charges attendues sont ponctuellement très élevées.

A ce stade, la répartition des charges est prévue selon une trame générale de l’ordre de 8 m, ce
qui conduirait à un premier estimatif des descentes de charge de l’ordre :
- charges ponctuelles : de 370 t à 1 000 t,
- charges Linéaires : 77,5 t/ml

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 32
Avis technique :
Le projet envisagé prévoit des descentes de charges variables et élevées engendrant des
contraintes structurelles fortes plus particulièrement en termes de tassements différentiels et
d’interaction entre fondations.
Ainsi, dans la mesure le projet imposera à minima la mise en œuvre d’un soutènement
provisoire semi-continu, il pourrait s’avérer intéressant de le généraliser en adoptant un
système de fondations profondes. En outre que cette solution permette dans une certaine
mesure de réaliser économie d’échelle entre la réalisation de la paroi semi-continu et les
fondations profondes, elle permettra également de limiter les incidences constructives entre la
paroi et les planchers des bâtiments.
par ailleurs, dans les zones en déficit de charge, le recours à des fondations profondes permet
la reprise des sous-pressions en faisant travailler les pieux à la traction.

6.2.2. Solutions de fondations superficielles

6.2.2.1 Justifications de la capacité portante des fondations superficielles

En ce qui concerne la justification de la capacité portante, celle-ci est menée conformément


aux règles pressiométriques, constituant l’annexe normative D de la norme NFP 94-261
de juin 2013.

Pour tous les cas de charges et de combinaisons, l’inégalité suivante doit être vérifiée :

Vd − R0 ≤ Rv , d

Avec
- Rv,d : résistance nette du terrain sous la semelle superficielle,
- Vd : valeur de calcul de la composante verticale de la charge transmise à la
fondation superficielle,
- R0 : valeur du poids du volume de sol constitué du volume de la fondation sous le
terrain après travaux.

La résistance nette du terrain sous la fondation superficielle est obtenue par l’application des
relations suivantes :

Rv , k A '.q net
Rv , d = =
γ R ,v γ R , v .γ R , d , v

*
q net = k p . ple k .iδ .i β

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 33
Avec, à ce stade l’étude et selon une approche de calcul 2, la définition des paramètres
suivants :
- Rv,k : valeur caractéristique de la résistance nette du terrain,
- A’ : surface effective de la semelle,
- qnet : contrainte associée à la résistance nette du terrain,
- Plek* : pression limite nette équivalente, fixée et limitée ici à 2,8 MPa,
- kp : facteur de portance de la semelle, fixé ici à 0,80,
- iβ et iδ : coefficients de réduction de portance liés à la proximité d’une pente de talus et
de l’inclinaison du chargement, fixé ici à 11,
- γR,v : valeur du coefficient partiel permettant le calcul de la portance égale à 1,4 à
l’ELU fondamental, à 1,2 à l’ELU accidentelle et à 2,3 à l’ELS,
- γR,d,v : valeur du coefficient de modèle pressiométrique associé à la méthode de calcul,
permettant le calcul de la portance à égale à 1,2.

Il vient alors la contrainte associé à la résistance nette du terrain :

qnet = 2,24 MPa

A tire indicatif, par analogie avec les anciennes réglementations (DT13.12 et fascicule 62
titre V), il vient alors les contraintes de calcul à l'ELS et à l'ELU suivantes :

q'ELS = 0,80 MPa (8 bars ou 80 t/m²) Intégralité des sollicitations à l’ELS


q'ELU FOND = 1,30 MPa Combinaison fondamentale à l’ELU
q'ELU ACC = 1,53 MPa Combinaison accidentelle à l’ELU

Remarque :
Les valeurs précédentes pourront être optimiser en fonction de la valeur de kp qui dépend de
la géométrie des fondations et de leur encastrement réel.

6.2.2.2 Tassements absolus et différentiels

Les tassements sous une telle contrainte sont estimés à partir de la relation pressiométrique
suivante :

α
α .p.λc .B 2 p.B 0  λd .B 
s = sc + sd = +  
9E c 9E d  B0 

1
En l’absence des descentes de charges et de la géométrie des fondations, nous avons considéré une charge
centrée verticale ainsi que l’absence de talus
GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP
Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 34
Dans le cas de semelles filantes, ou isolées, exerçant une contrainte p, de 0,61 MPa
(décharges des terres inclues), nous adopterons les paramètres de calcul suivants :

Contrainte p
Type de fondation α λc λd Ec (MPa) Ed (MPa)
(en MPa)
Semelle isolée 0,5 1,1 1,12 # 25 à 40 # 40 à 70
0,61 (*)
Semelle filante 0,5 1,5 2,65 # 25 à 40 # 40 à 70
(*) Décharge des terres incluse

Dans le tableau suivant sont renseignées les dimensions minimales requises des appuis et une
estimation de leurs tassements, en fonction des descentes de charges :

Section minimal Dimensions des Estimation des


Charges
vis-à-vis ELS fondations tassements
370 t 4,7 m² 2,2×2,2 m² 0,4 cm ≤ s ≤ 0,8 cm
Appuis
600 t 7,5 m² 2,75 x 2,75 m² 0,5 cm ≤ s ≤ 0,9 cm
ponctuels
1 000 t 12,5 m² 3,55 x 3,55 m² 0,6 cm ≤ s ≤ 1,1 cm
Appuis
77,5t/ml - 1m 0,2 cm ≤ s ≤ 0,5 cm
filants

D'où un tassement absolu (s) et des tassements différentiels (∆s) de l'ordre de :

0,2 cm ≤ s ≤ 1,1 cm
∆s ≤ 1 cm

Il ne faut certes pas considérer les chiffres ci-dessus dans toute leur rigueur mathématique,
mais plutôt ne voir en eux qu'un ordre de grandeur des phénomènes. Ces tassements pourront
être précisés ultérieurement en fonction des charges calculées du projet et des sections des
fondations retenues.

6.2.3. Solutions de fondations profondes

6.2.3.1 Justifications de la capacité portante des fondations profondes

Pour justifier qu’une fondation profonde supporte la charge de calcul avec une sécurité
adéquate vis-à-vis d’une rupture par défaut de portance du terrain, les inégalités suivantes
doivent être satisfaites pour toutes les combinaisons d’action à l’état limite ultime (ELU) et à
l’état limite de service (ELS) :

Fc ,d = Fz ( ELU ) ≤ Rc ,d
Fd = Fz ( ELS ) ≤ Rc ,cr ,d

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 35
En ce qui concerne la détermination de la valeur de calcul de la capacité portante du terrain,
celle-ci est calculée conformément aux règles pressiométriques, constituant l’annexe
normative F de la norme NFP 94-262 de juillet 2012.

La valeur de calcul de la portance à l’ELU, R c,d , est estimée comme suit :


1 k p ⋅ Pl e* 1 q si
R c,d =
γb
Ab
γ R,d1 ⋅ γ R,d2
+
γs
∑A si ⋅
γ R,d1 ⋅ γ R,d2

La valeur de calcul de la portance à l’ELS, R c,cr,d , est estimée comme suit :


Rc,cr,k
R c,cr,d =
γ c,r
Avec :

R c,cr,k = 0,5.Rb,k + 0,7.Rs,k (pour des pieux réalisés sans refoulement de sol)

k p .Ple *
Rb,k = Ab .qb ,k avec qb,k =
γ R ,d 1 .γ R ,d 2
D
α pieu -sol . f [ pl * ( z )]
Rs,k = Ps .∫ q s ,k ( z )dz avec qs,k =
0
γ R ,d 1 .γ R ,d 2

où :
R c,cr,d = la valeur de calcul de la charge de fluage de compression (anciennement QELS)
R c,cr,k = la valeur caractéristique de la charge de fluage de compression
Rb,k = la valeur caractéristique de la résistance à la compression du terrain sous la base du pieu
Rs,k = la valeur caractéristique de la résistance par frottement sur le fût d’un pieu
γ c,r = le facteur partiel sur la charge de fluage en compression en fut compression pour des
combinaisons quasi-permanentes
Ab = section de la fondation profonde
Ps = périmètre du pieu
qb,k = la valeur caractéristique de calcul de la résistance limite à la base d’une fondation profonde
qs,k = la valeur caractéristique de calcul du frottement latéral unitaire limite de la fondation
profonde pour la couche de terrain concerné
α pieu -sol = un paramètre adimensionnel qui dépend à la fois du type de pieu et du type de sol
f[ ] = une fonction qui ne dépend que du type de sol et des valeurs de pl*
γ R ,d 1.γ R ,d 2 = coefficients de modèle pour la méthode pressiométrique

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 36
Dans notre cas, pour des pieux forés simples (catégorie 1 - classe 1) et des pieux à la tarière
creuse en compression et en traction, les valeurs retenues sont définies ci-après :

Paramètres Valeurs retenues


non ancré dans la craie
γ R ,d 1 1,15 (1,4 en traction)
γ R ,d 2 1,10
γb 1,10
γs 1,10
γ c,r 1,10

6.2.3.2 Valeurs caractéristiques de dimensionnement des pieux

Dans ces conditions nous retiendrons les hypothèses géotechniques de calcul suivantes, pour
le « modèle de terrain » :

qs**** qs****
Profondeur Formations Ple* Courbe foré simple tarière creuse
(NGF69)
(kp max**) (kp max**)

Jusque vers 55,5 NGF69 Influence sous-sol Frottement neutralisé

168 kPa 179 kPa


De 55,5 à 42/44 NGF69 Marno-calcaires 4 MPa Q4
(1,45) (1,60)

90 kPa 170 kPa


De 42/44 à 36/38 NGF69 Sables 4,5 MPa Q2
(1,10) (1,65)

156 kPa 166 kPa


De 36/38 à 28/30NGF69 Marno-calcaires 3 MPa*** Q4
(1,45) (1,60)

(**) kp max pour un encastrement tel que Def/B ≥ 5


(***) valeurs limitées à ce stade de l’étude et affiner en fonction des besoins du projet et des valeurs
caractéristiques de cet horizon
(****) dans le cas où une autre technologie de mise en œuvre est retenue, il conviendra de recalculer les
différentes valeurs du frottement latéral unitaire limites.

Remarque :
- Quelle que soit la technique de pieux retenue par l’Entreprise, elle devra être dument
justifiée lors de la mission G3, conformément aux normes en vigueur (et/ou au procédé
interne propre à l’Entreprise spécialisée) tout en garantissant que la mise en œuvre
permette de traverser d’éventuels niveaux indurés.,

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 37
- Compte-tenu des profondeurs attendues pour les fondations profondes et afin de
valider les paramètres de dimensionnement, il convient de prévoir dans les études
ultérieures, a minima, deux sondages carottés permettant de reconnaitre la géologie
jusque vers descendus vers 40 m.

6.2.3.2 Exemple de prédimensionnement

A titre d’exemple, le calcul, selon une approche de calcul 2 de l’Eurocode 7, des capacités
portantes aux ELU et ELS pour des pieux forés simple et des pieux à la tarière creuse de
diamètre Ø 600 à Ø 1 000 mm, descendus à :
- 15 m de profondeur dans les sables denses, soit vers 41 NGF,
- 20 m de profondeur à la base des sables denses, soit vers 36 NGF,
conduit aux résultats décrits ci-après :

Pieu foré simple descendu vers 41 NGF

Diamètre du Pieu [mm] 600 800 1 000


15 m/Fond de fouille prévisionnel
Base (pointe) du pieu
soit vers 41 NGF (non ancré dans la craie)
En compression

R c,d [MN]* ELU FOND 4,06 5,88 7,92

R c,cr,d [MN]* ELS (Q. P.) 2,64 3,75 4,97


(anciennement Q ELS)

σ'b (MPa)** 9,3 7,5 6,3

En traction
R t,cr,d [MN]* ELS (Q. P.)
1,28 1,67 2,13
(anciennement Q ELS)

(*) 1 MN = 100 t
(**) σ'b est la contrainte moyenne du béton sur la seule section comprimée. Nous rappelons que
conformément à la norme NF P 94-262 (§6.4.1), la valeur maximum de σ'b est fonction :
• du type de pieu utilisé,
• de la qualité du béton.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 38
Pieu à la tarière creuse descendu vers 41 NGF

Diamètre du Pieu [mm] 600 800 1 000

Base (pointe) du pieu 20 m/TN – soit vers 4,5 NGF (non ancré dans la craie)

En compression

R c,d [MN]* ELU FOND 5,09 7,47 10,20

R c,cr,d [MN]* ELS (Q. P.) 3,25 4,67 6,27


(anciennement Q ELS)

σ'b (MPa)** 11,5 9,3 8

En traction
R t,cr,d [MN]* ELS (Q. P.)
1,49 1,99 2,49
(anciennement Q ELS)

Pieu foré simple descendu vers 36 NGF

Diamètre du Pieu [mm] 600 800 1 000

15 m/Fond de fouille prévisionnel


Base (pointe) du pieu
soit vers 41 NGF (non ancré dans la craie)
En compression

R c,d [MN]* ELU FOND 4,56 6,25 8,24

R c,cr,d [MN]* ELS (Q. P.) 3,01 4,10 5,34


(anciennement Q ELS)

σ'b (MPa)** 10,6 8,2 6,8

En traction
R t,cr,d [MN]* ELS (Q. P.)
1,54 2,05 2,57
(anciennement Q ELS)

(*) 1 MN = 100 t
(**) σ'b est la contrainte moyenne du béton sur la seule section comprimée. Nous rappelons que
conformément à la norme NF P 94-262 (§6.4.1), la valeur maximum de σ'b est fonction :
• du type de pieu utilisé,
• de la qualité du béton.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 39
Pieu à la tarière creuse descendu vers 36 NGF

Diamètre du Pieu [mm] 600 800 1 000

Base (pointe) du pieu 20 m/TN – soit vers 4,5 NGF (non ancré dans la craie)

En compression

R c,d [MN]* ELU FOND 5,88 8,35 11,08

R c,cr,d [MN]* ELS (Q. P.) 3,88 5,43 7,11


(anciennement Q ELS)

σ'b (MPa)** 13,7 10,8 9,1

En traction
R t,cr,d [MN]* ELS (Q. P.)
1,99 2,65 3,22
(anciennement Q ELS)

(*) 1 MN = 100 t
(**) σ'b est la contrainte moyenne du béton sur la seule section comprimée. Nous rappelons que
conformément à la norme NF P 94-262 (§6.4.1), la valeur maximum de σ'b est fonction :
• du type de pieu utilisé,
• de la qualité du béton.

6.2.4. Protection vis-à-vis de l'eau

Compte-tenu de la présence d’arrivée d’eau à des profondeurs très variables, et observées à


partir d’environ 8 à 10 m, c’est-à-dire entre environ 57 et 62 NGF, il conviendra de préciser
l’amplitude de ces variations du niveau d’eau, avant et pendant la durée des travaux, par
l'intermédiaire du suivi piézométrique et d’une étude hydrogéologique.

L’étude hydrogéologique nécessaire (et actuellement en cours) permettra de valider, ou


d’adapter, les sujétions à prendre vis-à-vis de l’eau et qui sont précisées ci-après.

6.2.4.1 Phase provisoire

Il apparait que le niveau bas du projet est situé sous les niveaux d’eau observés au droit des
différents piézomètres, ce qui conditionne très fortement le mode de terrassement et de
soutènement du projet.

En tout état de cause, l’exécution des fouilles et des fondations devra se faire hors d’eau, ce
qui imposera une solution rabattement généralisé par puits ou pointes filtrantes.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 40
Pour rappel, les essais d’eau effectués ont mis en évidence une perméabilité globalement
limitée des terrains rencontrés jusque vers 13 m de profondeur, principalement argilo-
marneux à localement sableuses, avec des valeurs du coefficient de perméabilité, k, compris
entre 1,5.10-6 et 5.10 8 m/s, avec une moyenne de 1.10-6 m/s. Dans la suite de notre analyse
pour l’estimation des débit d’exhaure, nous retiendrons une valeur conservatrice de 2.10-6 m/s,
afin de tenir compte de la présence de passage sableux pouvant augmenter ponctuellement
l’importance des arrivées d’eau.

Compte-tenu des débits attendus, des niveaux d’eau observés et du contexte géologique, le
rabattement pourra éventuellement être assuré par un système de drainage périmétrique soigné
ou équivalent qui serait descendu à l'avancement et qui permettrait d’intercepter toutes les
circulations d’eau au sein des colluvions, associé à un drainage en fond de fouille. Ce
système, non exclusif, pourrait être complété, au cas par cas, en fonction de l'importance des
arrivées d'eau, par l’intermédiaire de pointe filtrante par exemple, et être raccordé à plusieurs
fosses avec relevage vers un exutoire adapté.

Quoiqu’il en soit, la solution retenue en phase provisoire devra faire l’objet d’une validation
par le Bureau de Contrôle et le géotechnicien en charge de la mission G4.

Quoiqu’il en soit, nous recommandons :


1. de définir une méthodologie ainsi qu'un phasage précis du rabattement/drainage,
2. de suivre avec soin les effets de ces travaux sur les structures mitoyennes,
3. de réaliser ces travaux par une Entreprise spécialisée qui devra justifier techniquement
le rabattement/drainage dans des terrains argileux.

A défaut de pouvoir justifier d’une bonne gestion des eaux en phase provisoire, intégrant
également les taxe de rejet dans le réseau public, il conviendra de prévoir à réaliser les
terrassements à l’abri d’un écran continu de type paroi moulée.

Nota :
Lors des terrassements, tout ouvrage (piézomètre, tube PVC,…) rencontré et non rebouché,
devra immédiatement être injecté avant que les terrassements ne dépassent la cote de 62 NGF
afin d’éviter toute remontée dans la fouille par ces ouvrages.

A titre indicatif, les débits à prévoir en phase provisoire peuvent être estimé par la formule de
Schneebeli :

Q = 2,5 k H S

Avec : k # 3.10-6 m/s (perméabilité conservatrice des colluvions)


H#5m (hauteur de rabattement – eau à 61 NGF)
S # 8 000 m² (surface mouillée)

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 41
D’où un débit :
Q = 12,1 m3/h

Compte tenu des incertitudes associées à ce type d'estimation que des essais d’eau
permettraient de vérifier et d’affiner (essai Lefranc, essai de pompage,…), nous retiendrons
comme débit de pompage des fouilles sur une hauteur d’épuisement/rabattement d’environ
5 m, l'encadrement suivant :

5 m3/h ≤ Q ≤ 25 m3/h

6.2.4.2 Phase définitive

En phase définitive, il conviendra de protéger le sous-sol enterré vis-à-vis des arrivées d'eau
aussi bien horizontales que verticales.

Il s’avèrera nécessaire de réaliser une protection des niveaux enterrés vis-à-vis des
circulations superficielles et des remontées de nappes.

Pour cela, on pourra s’orienter vers une solution de protection par cuvelage dont la cote
d’arrêt sera définie selon le niveau de protection souhaité par le Maitre d’Ouvrage, et selon le
Niveau des Plus Hautes Eaux Connues au droit du site.

Au-dessus de la cote d'arrêt du cuvelage, et en cas de remontée exceptionnelle des eaux, le


sous-sol sera rendu inondable au moyen de barbacanes associées à des cunettes périmétriques
et des cheminées de décompression.

Préalablement à l’étude des NPHE actuellement en cours, nous proposons en première


approche de retenir une cote de 62,5 NGF. Ainsi, nous recommandons de prévoir un cuvelage
des deux derniers niveaux de sous-sol accompagné d’une inondabilité des sous-sols
(pénétration des eaux) au-dessus de ces niveaux.

Quoiqu’il en soit, la protection des niveaux enterrés vis-à-vis de l'eau dépendra du choix du
Maître d'Ouvrage. Si celui-ci n'accepte aucune trace d'humidité dans ces locaux, il convient de
prévoir un cuvelage ou tout autre système équivalent (doublage + cunettes par exemple).

Cas particulier du patio


Concernant les patios dont le niveau bas est prévu à la cote de 62,49 NGF, ils sont
potentiellement impactés par le NPHE actuellement défini. De plus, nous rappelons que les
matériaux sous-jacents aux patios sont peu perméables et ils retiendront les eaux issues de la
pluviométrie (possibilité d’infiltration infiltration très limitée).
En conséquence, nous recommandons la mise en œuvre d’une forme drainante sous le niveau
du patio afin de collecter et évacuer les eaux ainsi récoltées.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 42
6.2.5. Terrassements et soutènements

La création de sous-sol conduira à l'exécution d’une fouille pouvant atteindre 10 m à 11 m de


profondeur par rapport au terrain naturel et dont il conviendra d'assurer la stabilité. Ces
terrassements recouperont des remblais puis des matériaux argilo-marneux à localement
sableux ainsi que des arrivées d’eau dès 8/10 m de profondeur.

6.2.5.1 Extraction des déblais

Les déblais pourront être réalisés, en général, avec une pelle mécanique de bonne puissance
jusqu'au niveau du fond de fouille dans les remblais et les sols en place, La présence probable
d’éléments et/ou de niveaux indurés de toutes tailles au sein des remblais et les sols en place
nécessitera le recours à des engins désagrégateurs spécifiques.

6.2.5.2 Talutage

Les contraintes du site (recul insuffisant et présence d’avoisinant) ne permettront pas la


réalisation de talus. Dans les zones de recul suffisant (dans la partie centrale du site), en
l'absence de surcharges en tête et pour des hauteurs inférieur à 4 m, on pourra s’orienter, pour
une partie des terrassements, sur un principe d'un talutage avec une pente maximale de
2/3 (V/H) dans les remblais et 1/1 dans les éboulis et marnes.

6.2.5.3 Soutènement pour des profondeurs de fouille supérieure à 6,5 m

A défaut de réaliser les terrassements à l’abri d’un écran continu de type paroi moulée, et sous
réserve d’une gestion soignée des eaux en phase provisoire, on pourra envisager de réaliser les
travaux à l’abri d’un écran semi-continu de type paroi berlinoise, ou équivalent, butonné et/ou
tiranté à l’avancement en phase provisoire associé à un drainage soigné / rabattement des arrivées
d’eau.

Nota : Nous signalons que la solution technique de « Voiles Par Passes alternés » n’est pas
équivalente à un écran semi-continue et qu’elle proscrite dans le cas présent, compte-tenu
des hauteurs de soutènement.

6.2.5.4 Soutènement pour des profondeurs de fouille inférieur à 6,5 m

Dans les zones où les contraintes du site ne permettront pas la réalisation de talus, et à défaut
de réaliser un écran semi-continu, et pour des hauteurs de terrassements inférieures à 6,5 m
(au niveau des patios par exemple), on pourra envisager localement un soutènement
provisoire de type tranchée blindée, ou sur un terrassement avec des « Voiles exécutés Par
Passes alternées » avec bétonnage et butonnage à l’avancement, ou par tout autre système
équivalent.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 43
Cette solution n’est, bien évidemment, envisageable que sous réserve d’un drainage soigné
des arrivées d’eau.

Dans le cas où la solution de « Voiles Par Passes alternées » est retenue, nous insistons sur
l’importance d’une réalisation et d’une justification soignée (méthodologie, note de calcul,
vérification de sa stabilité durant toutes les phases du terrassement,….), qui devront recevoir
l’agrément préalable du Bureau de Contrôle.

D’une façon générale, la rencontre de remblais et de sable sans réelle cohésion conduira à
adapter et limiter les largeurs et les hauteurs de passe en les réduisant au maximum. Les
terrains instables feront l’objet d’un blindage en bois provisoire.

En tout état de cause, il est exclu de réaliser un terrassement, ou des fondations, sans assurer
la stabilité des ouvrages avoisinants par un dispositif adapté pour interdire tout mouvement,
quelle que soit la phase de mise en œuvre du projet. La technique des « Voiles Par Passes »
reste cependant proscrite au pied d’ouvrages mitoyens où l’on devra prévoir des dispositions
spécifiques de type puits blindés alternés, de tranchées blindées ou de tout autre système
équivalent, dûment justifié.

6.2.5.5 Butonnage

Une attention toute particulière sera également apportée à la mise en œuvre des butons en
phase de terrassement. L'angle d'inclinaison, les dimensions de semelles d'assise, le système
de fixation sur les voiles et la transition des butons provisoires vers les butons définitifs
devront être précisément justifiés préalablement au début des travaux.

Afin d'augmenter la rigidification du système "voiles - butons", la mise en place des butons
d'angle est indispensable dès la première passe. Pour éviter tout déplacement des voiles en
tête, les butons provisoires et définitifs devront être vérifiés régulièrement afin de s’assurer de
la liaison voile - butons (coin de charge bien en place).

A cet égard, nous insistons sur la difficulté de justification des semelles des butons
provisoires qui seraient, le cas échéant, fondées dans les remblais ou alluvions dont la
portance est précaire.

Dans la mesure où les efforts de poussée à reprendre sont trop importants, nous conseillons
vivement que les semelles des butons reposent sur les têtes des pieux qui bien évidemment
devront être dimensionnés à cet effet. Alternativement, on pourra recourir à des butons
horizontaux lorsque la géométrie du projet le permet.

Quoi qu'il en soit, la stabilité du site, en phase provisoire, devra être justifiée, préalablement
au début des travaux. Cette justification devra tenir compte du projet définitif, des avoisinants,
et devra être soumise à l'approbation du Bureau de Contrôle et du contrôleur technique en
charge du suivi des travaux.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 44
6.2.5.6 Caractéristiques intrinsèques

Pour le dimensionnement des ouvrages de soutènement, on retiendra les paramètres à long


terme suivants :

γ Ck’ ϕk’
Formation 3
(kN/m ) (kPa) (°)
Remblais 19 0 25

Colluvions 19 5 28

Marnes 20 10 30
ϕ' = Angle de frottement interne / c' = Cohésion / γ = Densité

On notera cependant que les caractéristiques précédentes n'ont pas été mesurées par des essais
spécifiques, mais correspondent aux valeurs généralement admises dans ces matériaux, en
corrélation avec les résultats pressiométriques e des essais de cisaillement à disposition.

6.2.5.7 Système de surveillance

Les terrassements et soutènements préconisés dans le présent rapport, devront impérativement


être associés à une méthode observationnelle (système de surveillance). En d’autres termes,
nous recommandons de mettre en œuvre :
- des dispositifs de contrôle des déformations des voiles périmétriques avec la mise en
place de cibles par exemple,
- des dispositions palliatives permettant de définir des seuils d’alerte et d’interventions
en cas de déformations excessives.

6.2.6. Sol du projet

Le sol du projet devra être traité en plancher porté par les fondations (ou radier) et résistant
aux sous-pressions.

6.3. Mitoyens et Avoisinants

L'étude de la stabilité des ouvrages avoisinants au cours de l'exécution des fouilles des sous-
sols exige une étude spécifique. En tout état de cause, il est exclu de réaliser un terrassement
ou des fondations sans assurer la stabilité des ouvrages mitoyens par un dispositif adapté pour
interdire tout mouvement quelle que soit la phase de mise en œuvre du projet.

A cet égard, les terrassements à effectuer sous le niveau d'assise des fondations avoisinantes
devront être réalisés au moyen de puits blindés par exemple ou équivalent.
GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP
Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 45
Notons que toute solution envisagée devra être dument justifiée et être validée par un
contrôleur externe afin de privilégier le mode de soutènements et/ou la solution de
terrassement les mieux adaptés.

Par ailleurs, nous recommandons que l’Entreprise chargée des travaux mette en place un
système de suivi des déplacements en X, Y et Z (cibles par exemple) avec définition des
seuils d’alerte et d’intervention associés aux mesures palliatives.

6.4. Voirie pompier

Nous signalons que le projet prévoit en la réalisation d’une voirie pompier aux abords des
constructions.

Pour la réalisation de la structure de chaussée de cette voirie, on retiendra les hypothèses de


dimensionnement suivantes :
- le sol du nouveau parking sera au même niveau que celui du parking actuel ou
présentera un léger décaissement inférieur à 1 m,
- il est requis l’obtention d’une plateforme de type PF2 avec EV2 ≥ 80 MPa,
- la structure de chaussée sera de type « chaussée souple ».

De plus, on retiendra les hypothèses suivantes concernant la voirie :


- trafic équivalent à un trafic de type TC2,
- durée de vie supérieure à 20 ans.

Ces hypothèses devront être confirmées par la Maitrise d’Ouvrage.

6.4.1. Définition de la Partie Supérieure des Terrassements

Phase chantier

En fond de forme, après décapage des remblais superficiels, il est attendu des sols classés en
catégorie B5 pour les remblais sablo-limoneux et présentant une sensibilité significative aux
variations de leur teneur en eaux puis A2 pour les marnes sous-jacentes,.

Compte-tenu de la sensibilité à l'eau des terrains superficiels, des problèmes de traficabilité en


phase chantier sont à craindre en période humide, et pourraient nécessiter de prévoir une piste
provisoire, soit en matériaux d'apport, soit par traitement des sols du site.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 46
Phase définitive

Nous rappelons que le niveau fini de la solution définitive dans cette zone correspondra
approximativement au même niveau que celui du terrain actuel. Quoiqu’il en soit et quel que
soit le niveau fini de la voirie, il conviendra de terrasser et substituer, si nécessaire, les
remblais superficiels.

Dans la mesure où l’on observe des matériaux limono-sableux puis marneux d’une compacité
satisfaisante, le guide technique du Ministère de l’Equipement, du Logement et des
Transports « réalisation des remblais et des couches de forme » GTR de juillet 2000, conduit à
classer la partie supérieure de terrassement en PST n°2, avec une classe d’arase AR1, au
moment de nos investigations.

Dans tous les cas, une couche de forme est nécessaire. Elle permettra d’obtenir une plate-
forme support de chaussée de type PF2.

Préalablement à la réalisation de la couche de forme, il conviendra d’effectuer un compactage


du fond de fouille afin d’obtenir une portance effective minimum de 35 MPa/m (Module de
Westergaard) puis de mettre en place un géotextile anticontaminant.

6.4.2. Définition de la plateforme support de chaussée

Afin d’obtenir une PF2, une couche de forme sera nécessaire. On pourra alors envisager, par
exemple, la réalisation d’une couche de forme de 35 cm par apport de matériaux granulaires
concassés (type R21) ou de matériaux de type sablo-graveleux (B31, D2 ou D3) mis en œuvre
conformément aux règles de l’art définies dans le GTR92.

La couche de forme sera soigneusement contrôlée au moyen d’une série d’essais de plaque et
on veillera à obtenir les caractéristiques minimales suivantes :

Critères de réception
Plate-forme PF2 EV2 LCPC ≥ 50 MPa

Remarque :
- Toute solution alternative à la mise en œuvre de matériaux d’apport, proposée par
l’Entreprise spécialisée (mise en œuvre de géogrille par exemple) devra être dûment
justifiée afin de garantir la pérennité des ouvrages,
- En cas de présence de matériaux évolutifs ou décomprimés, il conviendra de prévoir
des purges supplémentaires afin d’obtenir les portances nécessaires. Par exemple, on
observe au niveau de PD30 la présence d’un niveau de faible compacité, pouvant
correspondre à une tranchée mal remblayée, nécessitant une purge jusque vers 1,5 m
de profondeur ou l’augmentation de l’épaisseur de la couche de forme.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 47
6.5. Agressivité des milieux vis-à-vis des bétons

6.5.1. Préambule

Lors de notre intervention, des prélèvements de sols issus des sondages TH26 à TH31 ont été
analysés afin de caractériser l’agressivité des sols en place vis-à-vis des bétons.

Un prélèvement des eaux a également été réalisé au droit du piézomètre Pzc afin de
caractériser les eaux de circulations du site.

Les concentrations mesurées dans les sols et des eaux sont comparées aux valeurs définies par
les tableaux de la norme EN 206-1 relative à la classification des environnements agressifs
pour les bétons

Tableau 1 : Agressivité des sols en fonction de leur concentration en agents agressifs

Faiblement Modérément
Degré d'agressivité Fortement agressif
agressif agressif
Sol
Sulfate (SO42-)
2 000 à 3 000 3 000 à 12 000 12 000 à 24 000
en mg/kg

Tableau 2 : Agressivité des sols en fonction de leur concentration en agents agressifs


Faiblement Modérément Fortement
Degré d'agressivité
agressif agressif agressif
Eau
pH 6,5 à 5,5 45,5 à 4,5 4,5 à 4
Sulfate (SO42- en mg/l) 200 à 600 600 à 3 000 3 000 à 6 000
Gaz carbonique agressif
15 à 40 40 à 100 ≥ 100
(C02 en mg/l)
Ammonium
15 à 30 30 à 60 60 à 100
(NH+ en mg/l)
Magnésium
300 à 1 000 1 000 à 3 000 ≥ 3 000
(Mg2+ en mg/l)

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 48
6.5.2. Résultats des analyses et conclusions

Le compte-rendu des résultats des analyses du laboratoire est présenté en annexe :

Tableau 3 : Synthèse des résultats d'analyses de sols


Agents
Concentration en mg/kg
agressifs
TH26 TH30
TH29 3 à 4 m TH29 5 à 6 m
Sulfate (SO42-) de4,3à6 m de 1 à 2 m
en mg/kg 3600 2800 1700 1700

Nota :
Concernant la valeur mesurée en TH26, étant donné qu’il s’agit de matériaux présentant une
perméabilité inférieur à 10-5 m/s, ce sol peut être classé dans une classe inférieure

Tableau 4 : Synthèse des résultats d'analyses des eaux

Pzc
Agents agressifs
Concentration en mg/l
pH 7,3
2-
Sulfate (SO4 en mg/l) 500
Gaz carbonique agressif (C02 en mg/l) <3
Ammonium
< 0,05
(NH+ en mg/l)
Magnésium
41
(Mg2+ en mg/l)

Les analyses, d'après la norme EN 206-1, mettent en évidence des sols en place non agressifs.
Aucune sujétion particulière n’est à prévoir vis-à-vis des attaques chimiques.

La sélection du béton devra donc se faire en fonction des autres critères d'exposition.

6.6. Avis technique sur l’infiltration des eaux pluviales

Dans le cadre de la création de puits ou d’ouvrages d’infiltration pour la récupération des eaux
pluviales, nous rappelons que les essais réalisés ont mis en évidence la présence de matériaux
superficiels jusque vers 3 m d’une nature variable.

Plus précisément, les terrains superficiels se constituent de remblais, principalement limono-


sableux et présentant des épaisseurs très variables pouvant atteindre 3/4 m, puis de colluvions
marno-argileuses.
GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP
Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 49
Nous signalons que les remblais recouvrent une grande partie du site et impliquent les
sujétions suivantes amenant à proscrire toute infiltration :
- ces matériaux sont, par nature, hétérogènes et peuvent entrainer des variations
importantes de perméabilité ne permettant pas de dimensionner et d’assurer la
pérennité d’un ouvrage d’infiltration,
- l’écoulement d’eau au sein de ces matériaux pourrait entrainer des affouillements par
entrainement de fine.

En conséquence, dans ce contexte, les colluvions marno-argileuses reconnues sont les


matériaux dimensionnant les éventuels ouvrages d’infiltration. Dans ce cas, la valeur
moyenne de perméabilité, k , à retenir est de 4.10-7 m/s. Or, compte-tenu de la perméabilité
très limitée de ces matériaux, il est déconseillé de prévoir des infiltrations dans les sols en
place puisque ces derniers ne présentent pas les capacités d’absorption suffisantes.

6.7. Sujétions générales

On respectera, de plus, les sujétions suivantes :


- l'homogénéité des fonds de fouille sera soigneusement contrôlée,
- les structures enterrées seront réalisées à l'aide d'un béton confectionné en conformité
avec la norme NF EN 1992-1-1 d’octobre 2005,
- les eaux de circulations superficielles devront être évacuées de manière efficace,
- en cas d’instabilité des fouilles de fondation, un blindage provisoire pourra être mis en
place,
- la rencontre de blocs ou niveaux résistants au sein des remblais ou des sols en place
pourra gêner les terrassements et nécessiter l'utilisation de matériel spécifique.

Dans le cadre de l'exécution de pieux (pieux de fondations ou de soutènement), on respectera


les sujétions suivantes :
- le bétonnage des pieux se fera à la goulotte ou au tube plongeur, ce qui permet de
contrôler le niveau de la base des pieux,
- l'entreprise mettra en œuvre un matériel adapté lui permettant d'atteindre les
profondeurs minimales requises, des niveaux très indurés étant probables dans les sols
en place. A cet égard, on notera que le trépannage en site urbain est à exclure, et que la
traversée de ces niveaux indurés devra être assurée par carottage uniquement,
- des surconsommations de béton sont prévisibles notamment au sein des remblais mais
également dans les sols en place,
- des sondages carottés sont recommandés afin valider les paramètres de
dimensionnement des pieux en profondeur en statuant sur la transition entre les
marno-calcaires et les sables.

GEOLIA n°G150867 100-108, avenue Gallieni G2 AVP


Pièce 001 – Version B BAGNOLET (93) 50

Vous aimerez peut-être aussi