Vous êtes sur la page 1sur 3

L1 sps

UE4

TRAVAUX DIRIGES DE BIOENERGETIQUE

Problèmes

A) Cinq spationautes effectuent un vol orbital de 10 jours dans un vaisseau hermétiquement


clos. Durant leur séjour, leur alimentation est mixte, équilibrée et leur activité physique
considérée comme moyenne. La dépense énergétique est estimée à 13 600 kJ par jour et par
personne.

1) Quel volume d’oxygène minimum faut-il prévoir pour la durée du séjour ?

2) Quel volume de gaz carbonique (CO2) faudra-t-il fixer dans le même temps ?

3) Considérant que 60% des dépenses énergétiques sont couvertes par les glucides, quelle
quantité de ces aliments faudra-t-il embarquer à bord du vaisseau spatial ?

4) Un des spationautes pesant 70 kg, va effectuer une sortie d’une heure dans l’espace
avec un scaphandre ne permettant pas l’évacuation de la chaleur. Durant cette
période, sa consommation d’oxygène représentera 1,3 fois sa consommation
d’oxygène horaire moyenne durant le séjour. En considérant un coefficient thermique
de l’oxygène moyen de 20 kJ/litre et en estimant la chaleur massique de son corps à
3,4 kJ/kg/°C, calculez l’élévation de la température corporelle moyenne de ce
spationaute.

5) Quel équipement faudra-t-il prévoir dans le scaphandre ?


B) Un homme de 50 ans sédentaire voudrait perdre du poids. Il mesure 1,75 m et pèse 85 kg.
Son objectif est de perdre 6 kg en 60 jours.
1) Sachant que sa dépense énergétique moyenne est de 12 000 kJ, de combien devra-t-il
diminuer ses apports caloriques journaliers s’il veut atteindre son but ?
Donnée supplémentaire : Nous ferons l’hypothèse que la réserve énergétique sollicitée
sera le tissu adipeux. Le tissu adipeux est constitué de 90% de graisses. Un kg de tissu
adipeux contient donc 900g de lipides.

2) Quels conseils nutritionnels va lui donner son médecin pour qu’il y parvienne ?

3) Il envisage de ne pas restreindre ses apports alimentaires mais plutôt d’augmenter sa


dépense énergétique en augmentant son activité physique. Il choisit le cyclisme et
décide de réaliser une heure de vélo, à 20 km/h en terrain plat, ce qui correspond à une
puissance métabolique de 500 W, ceci trois fois par semaine.

Pendant combien de semaines devra-t-il réaliser ces 3 séances de cyclisme s’il veut
perdre les 6 kg ? (Nous ferons l’hypothèse que la réserve énergétique sollicitée sera le
tissu adipeux, et qu’en dehors de cette réduction de la réserve énergétique il n’y aura
pas d’autre modification corporelle significative)
Quels conseils donneriez-vous à ce patient afin qu’il réussisse à perdre du poids par
cette méthode ?
QCD Révision du cours

QCD : Répondez par Vrai ou Faux

1) L’Homme restitue à son milieu environnant la quantité d’énergie qu’il en a reçue


diminuée de celle qu’il a utilisée.
2) La variation de la chaleur sensible se calcule à partir de l’eau évaporée.
3) Lorsque l’air ambiant est à une température supérieure à celle de la peau, les
échanges thermiques par convection sont nuls.
4) Lorsque le bilan thermique est positif, le sujet devient hypothermique.
5) Pour l’oxydation des lipides, le volume d’oxygène utilisé est supérieur à celui de gaz
carbonique formé.
6) Le coefficient thermique de l’oxygène pour les lipides est environ le double de celui
pour les glucides.
7) Pour une substance, la chaleur de combustion biologique est toujours supérieure à la
valeur énergétique
8) L’utilisation de la thermochimie implique toujours la mesure des quantités
d’aliments ingérés.
9) Le principe du double marquage isotopique de l’eau repose sur le fait que l’oxygène
18 disparait plus vite que le deutérium.
10) La puissance métabolique et la puissance mécanique lors d’un exercice sont liées par
une relation linéaire.
11) Chez un sujet exposé à une température basse (+6°C) on ne peut pas observer
d’augmentation de chaleur post prandiale.
12) Pour deux sujets sains de même âge, sexe et masse, le métabolisme de base exprimé
en Watt/m2 de surface corporelle augmente avec la taille.
13) Le métabolisme de base exprimé en Watt/m2 augmente avec l’âge.
14) Le métabolisme de base (exprimé en Watt/m²) des sujets féminins est inférieur à
celui des sujets masculins après la puberté.
15) En comparant les espèces on constate qu’un éléphant consomme plus d’oxygène
qu’une souris. Cela est dû à sa masse, mais rapporté au kg de tissu, un kg de souris
consomme autant qu’un kg d’éléphant.