Vous êtes sur la page 1sur 5

Cours Brouksy IV

Suite du cours de la « Théorie générale du droit constitutionnel »


Pr. Omar Brouksy

Précisions

-Ceci n’est par un polycopié

-Les circonstances exceptionnelles que l’on connaît font que mon cours sera
assuré à distance.

-Tous les étudiants du groupe 1 et 2 doivent le recevoir via un courriel


envoyé par les deux responsables.

-Le cours sera envoyé par tranches chaque mercredi, en attendant le retour
normal des études.

-Les éventuelles questions des étudiants peuvent m’être envoyées à mon


adresse email : omarbrouksy@gmail.com. Ces questions doivent porter sur
le contenu du cours.
I- La constitution (suite)

*Les formes de constitution

Le principal critère de distinction est la procédure de révision du texte


constitutionnel. Il y a la constitution souple et la constitution rigide.

-La constitution est dite souple 

.quand la procédure de révision est la même que pour l’adoption d’une loi
ordinaire : une loi est annulée ou amendée par une autre loi. C’est un principe
général de droit.

.Il en va de même pour la révision d’une constitution souple : elle est modifiée
par un simple vote du parlement, donc la même que la procédure adoptée pour
une loi.

.La constitution souple est rare : dans la plupart des pays, le principe de la
hiérarchie des normes est strict et la révision de la constitution obéit à des
mécanismes beaucoup plus rigides.

-La constitution est dite rigide

.quand elle nécessite, pour sa révision, une procédure différente par rapport à
celle adoptée pour une loi ordinaire.

.Cette procédure est dite exceptionnelle et elle est plus fidèle au principe de la
hiérarchie des normes qui consacre la prééminence de la charte fondamentale
sur les autres textes juridiques (loi et règlements notamment).

.Tous les textes juridiques doivent être conformes à la constitution selon le


principe de la hiérarchie des normes.

.Pour que ce principe soit respecté, un mécanisme juridique est prévu dans les
différents pays pour que le contrôle de la constitutionnalité des lois et des
règlements soit assuré : Conseil constitutionnel en France ; Cour
constitutionnelle au Maroc ; Cour suprême aux Etats-Unis, etc.

.Au Maroc, comme en France, la constitution est rigide puisque sa révision


nécessite une procédure exceptionnelle :
.d’abord l'initiative de la révision de la Constitution est limitée au Roi, au chef
du gouvernement, à la Chambre des représentants et à la Chambre des
conseillers,

.ensuite, la proposition de révision émanant des députés ne peut être adoptée que
par un vote à la majorité des deux tiers des membres du parlement.

.En France, il faut que le parlement adopte le projet de révision de la constitution


par une majorité des 3/5e.

.A côté de la constitution, l’autre institution constitutionnelle fondamentale est


l’Etat.
II- L’Etat

-C’est un concept abstrait et difficile à cerner de manière précise et uniforme.

-C’est aussi un concept polysémique (plusieurs définitions), chargé d’idéologie


et dont le statut, le rôle et la philosophie sont variables :

-la conception libérale de l’Etat repose sur le rôle central de l’individu et de ses
libertés.

-La conception collectiviste (communiste ou socialiste notamment) considère


l’Etat comme un appareil de domination d’une classe sociale par rapport à une
autre, dans un processus historique dialectique.

-Mais les définitions les plus courantes considèrent l’Etat comme une personne
morale, une « représentation » morale ou un ensemble de représentations
philosophiques, politiques, économiques, idéologiques ou encore juridiques.

-L’Etat est aussi un cadre politique, administratif et juridique dans lequel le


pouvoir politique est conçu et exercé, et dans lequel les institutions publiques et
constitutionnelles se déploient.

-La conception la plus connue est la définition de l’Etat par sa dimension


matérielle, et pas ses composantes qui sont de l’ordre de trois :

. le territoire, avec ses frontières terrestre, maritime et aérienne.

.la population, dans sa diversité, avec ses valeurs, ses droits et ses devoirs
communs.

La population n’est pas le peuple.

C’est l’ensemble des personnes vivant de manière continue dans un territoire


étatique gouverné par un pouvoir politique souverain.

.le Pouvoir politique, doit être légitime et souverain.

Il doit être aussi effectif, c’est-à-dire s’exercer sur l’ensemble du territoire et


l’ensemble de la population.

-Par ailleurs, la notion d’Etat est différente de celle de la Nation.

-La Nation est souvent définie comme un « vouloir vivre collectif » et régenté
par des valeurs et des traditions partagées.
-Dans un Etat peuvent vivre une ou plusieurs nations.

-L’Etat est une notion politique et juridique, la Nation un concept culturel.

-Les Etats ne sont pas uniformes. Il y a en principe deux formes d’Etat :

.l’Etat unitaire et l’Etat composé.

Vous aimerez peut-être aussi