Vous êtes sur la page 1sur 19

CHAPITRE 2

Spécificités des banques Islamiques

 Notions Générales sur les banques


Islamiques

 Conseils de conformité éthique

 Ressources bancaires
Srairi.S
1.Notions générales sur les
banques Islamiques
 1-1. Définition d’une banque Islamique:
Une banque islamique est définie comme une
institution financière dont le statut, les règles
et les procédures de fonctionnement stipulent
clairement son attachement à la loi islamique
et plus spécialement son engagement à ne
jamais payer ou recevoir des intérêts au titre
de n'importe quelle opération effectuée.

Srairi.S
1.Notions générales sur les
banques Islamiques
 1-2. Rôles d’une banque Islamique:
La banque islamique joue le rôle de :
- Concepteur d'investissement productif. Elle préférera
s'associer systématiquement avec ses clients dans des
opérations rentables plutôt que de leur prêter ses fonds. La
vocation première est d’être un véritable partenaire de
l'entrepreneur emprunteur.
- Intermédiaire commercial à travers l’acquisition des biens
pour le compte de ses clients.
- Promoteur des activités sociales à travers les prêts sans taux
d’intérêt et la collecte et la distribution de Zakat. Le but est de
soutenir les pauvres, les nécessiteux et les personnes en
difficulté.
Srairi.S
1.Notions générales sur les
banques Islamiques
 1-3. Activités d’une banque Islamique:
La banque islamique reçoit des dépôts et mène toutes les
activités bancaires à l'exception de l'opération de prêt et
emprunt à taux d'intérêt. La banque islamique offre à la
clientèle tous les autres services bancaires classiques tels
que: opérations de change, d'encaissement, de
certification de chèque, d'aval, de caution, d'achat et de
revente de chèques de voyages, etc. La banque islamique
a également le droit d'acheter et de vendre des actions,
pour le compte des clients.

Srairi.S
1.Notions générales sur les
banques Islamiques
 1-3. Activités d’une banque Islamique:
Elle peut donner aussi des consultations et assumer des
expertises financières, gérer des caisses privées ou des
caisses placées sous son contrôle, conformément aux
conditions de la gérance. Pour toutes ces opérations, elle
veille à percevoir des commissions en rémunération de
son service. La banque islamique assure la mobilisation
de ses ressources par l’emploi de plusieurs modes de
financement. Elles offrent deux principales catégories de
financement, une basée sur un partage de résultat, perte
ou profit (opérations d’investissement), l’autre est basée
sur une charge fixe de capital (opérations commerciales).
Srairi.S
1.Notions générales sur les
banques Islamiques
 1-4. Différences entre banque conventionnelle
et banque Islamique:
Deux points importants résument la principale différence
entre banques islamiques et banques conventionnelles :
- La prise en compte d’une dimension morale dans les
décisions financières entraîne une modification dans
l’organisation interne de la banque (avec notamment la
création d’un comité de Charia) et implique un certain
nombre d’obligations additionnelles (comme la gestion
des fonds collectés par la zakat).

Srairi.S
1.Notions générales sur les
banques Islamiques
- Les règles sur lesquelles repose le fonctionnement de la
banque islamique vont également modifier la relation
banque-client telle qu’elle existe dans l’univers de la
finance conventionnelle. Puisque le déposant devient, dans
une certaine mesure, investisseur et qu’il porte, en partie,
les mêmes risques que la banque, on ne peut plus parler
uniquement d’une relation déposant-banque ou prêteur-
emprunteur mais d’une véritable relation investisseur-
entrepreneur. Le client prend en considération non
seulement la rentabilité proposée par la banque islamique
mais aussi son engagement social ainsi que, plus
généralement, son adhésion aux principes de la Charia.
Srairi.S
2.Conseil de conformité éthique
(Sharia board)
 2-1. Définition du conseil:
Le comité de la « shari’a est un groupe indépendant
de juristes spécialisés dans le « Fikh Al Mouamalat »
(La Jurisprudence des transactions). II s’agit là
d’instances consultatives chargées de donner leur
avis sur la conformité des opérations de la banque au
regard des règles Islamiques, avis qui s’exprime le
plus souvent sous la forme d’une fatwa. Le comité est
chargé aussi de surveiller les produits et les activités
de la banque pour assurer leur conformité avec les
Srairi.S
principes de la shari’a islamique.
2.Conseil de conformité éthique
(Sharia board)
 2-2. Composition du sharia board:
 Ce comité est un organe collégial composé en général de 4 à 7
Oulémas (savants de la Sharia).
 Les membres des Conseils de conformité éthique doivent avoir une
double, voire une triple, compétence :ils doivent être reconnus
comme ayant une expertise sur le plan de l’interprétation religieuse
et bien connaître les mécanismes qui permettent de structurer les
produits financiers ; en outre, ils doivent avoir une compréhension
du contexte juridique et fiscal dans lequel leurs avis s’inscrivent.
 Les membres des comités peuvent ne pas être permanents et se
réunir périodiquement, afin d’examiner la conformité des produits
et des processus.
 Il est fréquent que des Oulémas siègent aux Sharia Boards de
multiples institutions.
Srairi.S
2.Conseil de conformité éthique
(Sharia board)
 La composition des Conseils de conformité éthique est
également un élément essentiel de la politique
marketing de la banque. La notoriété des membres
des Conseils de conformité éthique constitue un gage
de crédibilité et de qualité pour la clientèle. Celle-ci
accorde une grande confiance à des personnalités
reconnues dans ces domaines d’activités. Le faible
nombre de personnes compétentes et reconnues au
niveau international a pour incidence de créer un
cercle d’experts trop restreint par rapport aux besoins
grandissants des banques.
Srairi.S
2.Conseil de conformité éthique
(Sharia board)
 2-3. Rôles et compétences:
 Ils sont chargés d’approuver les différentes opérations ou produits
offerts par l’institution financière.
 Ils examinent également en détail la structure et la documentation
juridique des transactions, ainsi que les caractéristiques des produits
qui leur sont soumis.
 Le rôle des Sharia Board peut également inclure une assistance au
développement de la structure juridique et opérationnelle de
l’organisation.
 La mise en place des objectifs d'investissement, critères et stratégie,
afin qu'ils respectent les principes de la Sharia.
 Et en cas de profits engendrés par l'institution de sources illicites, les
membres du board doivent procéder à la purification des gains en
s'assurant de la distribution de la partie Haram à des œuvres
Srairi.S caritatives.
2.Conseil de conformité éthique
(Sharia board)
 2-4. Situation actuelle (interprétations divergentes) :
 L’absence d’autorité mondiale de référence et la multiplicité des
conseils de la Charia impliquent que leurs membres peuvent
exprimer des sensibilités et des interprétations différentes. Sur
le plan géographique, on distingue deux épicentres pour
l’interprétation de la loi coranique : le Golfe Arabe et l’Asie du
Sud-Est.
 En Malaisie, la Banque Centrale a créé un Sharia Board central qui
statue sur la conformité des produits financiers. En parallèle,
chaque institution peut avoir son propre Sharia Board, mais elle
doit, en premier lieu, se conformer aux normes édictées par ce
Sharia Board central.
 Aux pays du Golfe, Chaque banque dispose de son conseil Sharia.
Cependant le nombre limité de personnes qualifiées, contribue à
Srairi.S minimiser les disparités d’opinions.
3.Les ressources bancaires d’une
banque Islamique
 Les ressources des banques islamiques se
constituent, d’une part, des ressources internes
telles que le capital, les réserves, les profits, d’autre
part des ressources externes telles que les dépôts à
vue, comptes bloqués à rémunération participative
ou compte d’épargne, les dépôts d’investissement et
enfin les revenus des projets et placements et les
commissions de gestion.

Srairi.S
3.Les ressources bancaires d’une
banque Islamique

Srairi.S
3.Les ressources bancaires d’une
banque Islamique
 3-1. Les dépôts courants (comptes à vue) :
Les dépôts à des fins de transactions sont directement liés à
des opérations d'échange et à des paiements et peuvent de ce
fait être considérés comme équivalant à des dépôts à vue dans
un système bancaire classique. Ils concernent essentiellement
les comptes courants payables à vue et pouvant faire l'objet de
débit par virement ou par chèque bancaire. Les banques
islamiques assument à ce niveau tous les risques.
 Les détenteurs de ces comptes, par contre, ne perçoivent ni
bénéfice ni revenus, quel qu'en soit le solde du compte. En
conséquence, les banques sont censées faire payer des
commissions et des frais de fonctionnement aux déposants
pour couvrir le coût de l'administration de ce type de compte.
Srairi.S
3.Les ressources bancaires d’une
banque Islamique
 3-2. Les dépôts d’épargne (comptes d’épargne) :
Ce type de compte est régi par les mêmes règles que le
compte courant islamique. Cependant, le titulaire du
compte d'épargne dispose d'un carnet d'épargne et non
d'un chéquier. Par ailleurs, il peut avoir un caractère
spécifique (épargne logement, épargne équipement,
etc.). Ainsi, ce compte peut être qualifié de
«participatif», dans le fait que la rémunération du dépôt
est réalisée par les bénéfices de son exploitation, ainsi
que cette rémunération n'est pas fixe mais elle dépend
du résultat d'affectation de fonds d'épargne.
Srairi.S
3.Les ressources bancaire d’une
banque Islamique
 3-3.Les dépôts d’investissement (comptes d’investissement):
Les dépôts à des fins d'investissements constituent la principale
source de fonds pour les banques et ils ressemblent bien plus à
des actions d'une entreprise qu'à des dépôts. La banque
proposant des dépôts à des fins d'investissements ne donne
aucune garantie quant à leur valeur nominale et ne verse aucun
taux de rendement fixe. Les déposants sont traités comme s'ils
étaient des actionnaires et à ce titre ont droit à une part des
profits réalisés ou des pertes subies par la banque. Le seul accord
contractuel passé entre le déposant et la banque est la proposition
sur la répartition entre profits et pertes. Le ratio de partage des
profits ou des pertes doit être convenu avant la transaction entre
la banque et les déposants et ne peut être modifié au cours de la
durée de vie du contrat, sauf par consentement mutuel.
Srairi.S
3.Les ressources bancaires d’une
banque Islamique
 3-3.Les dépôts d’investissement (comptes d’investissement):
Deux types de dépôts sont utilisés par les banques Islamiques:
- Dépôts affectés : Ces dépôts permettent aux déposants le
choix par eux même du ou des projets spécifiques aux quels
leurs fonds vont être affectés, ainsi que le titulaire de ce
compte prend part aux bénéfices et aux pertes
éventuellement.
- Dépôts non affectés : Ces dépôts son versés dans un fonds
commun pour être utilisé au mieux par la banque, c'est-à-
dire que le déposant autorise la banque à investir ses fonds
dans un projet et opération de financement qu'elle retient.
Srairi.S
3.Les ressources bancaires d’une
banque Islamique
 3-4.La Zakat ou compte de service social:

Les fonds collectés sont dépensés conformément à


la loi islamique. Ces fonds ont pour fonction réelle
de permettre au pauvre de se suffire à lui-même
par ses propres moyens de telle sorte qu'il ait une
source de revenu fixe qui le dispense de recourir à
l'aide d'autrui.
Srairi.S