Vous êtes sur la page 1sur 3

Semaine 6 : correction des exercices

Exercice 39

On utilisera la formule :
(u ◦ v)′ (x) = v ′ (x) × u′ (v(x))
1 Soit f (x) = g(x2 + 3x).
On sait que (x2 + 3x)′ = 2x + 3 donc :

f ′ (x) = (2x + 3) × g ′ (x2 + 3x)

2 Soit f (x) = g(x + g(x)).


On sait que (x + g(x))′ = 1 + g ′ (x) donc :

f ′ (x) = (1 + g ′ (x)) × g ′ (x + g(x))

Exercice 40

1 Soit {
x sin( x1 ) si x ̸= 0
f (x) =
0 si x = 0

Cette fonction est dérivable en tout point de R\{0} car c’est le produit et composition de fonctions dérivables
sur R\{0}.
Elle est bien définie en 0 car pour tout x ̸= 0, −1 6 sin( x1 ) 6 1.
Si x > 0, en multipliant par x les membres de l’inégalité on obtient : −x 6 x sin( x1 ) 6 x, puis en faisant tendre
1
x vers 0, le théorème des gendarmes assure que lim+ x sin( ) = 0.
x→0 x
Même argument si x < 0.
Comme f est paire, on peut se contenter d’étudier la dérivabilité de f en 0 à droite grâce à la définition :

f (x) − f (0) f (x) 1


lim = lim+ = lim+ sin( )
x→0+ x−0 x→0 x x→0 x

Lorsque x tend vers 0+ , x1 tend vers +∞, donc le taux d’acroissement de f en 0 n’a pas de limite (sinus est une
fonction périodique non constante). La fonction f n’est pas dérivable en 0.
2 Soit {
x2 sin( x1 ) si x ̸= 0
g(x) =
0 si x = 0

Cette fonction est dérivable en tout point de R\{0} car c’est le produit et composition de fonctions dérivables
sur R\{0}.
Elle est bien définie en 0 par le même argument que pour la fonction f (théorème des gendarmes).
Comme g est impaire, on peut se contenter d’étudier la dérivabilité de f en 0 à droite grâce à la définition :

g(x) − g(0) g(x) 1


lim = lim+ = lim+ x sin( )
x→0+ x−0 x→0 x x→0 x
1
Or on a déjà vu précédemment que lim+ x sin( ) = 0. Donc la fonction g est dérivable en 0 et g ′ (0) = 0.
x→0 x
Attention : l’étude de la fonction dérivée de g serait une erreur. En effet, le calcul montre que g ′ (x) = 2x sin( x1 ) −
cos( x1 ) et cette fonction n’a pas de limite en 0 alors que g est dérivable en 0 !

1
Exercice 42

Soit f (x) = (2x2 + 3x)e−x . f est clairement dérivable sur R. Pour déterminer les extremums de f , il faut étudier le
signe de sa dérivée sur R. On a :

f ′ (x) = (4x + 3)e−x + (2x2 + 3x) × (−e−x )


f ′ (x) = (4x + 3 − 2x2 − 3x)e−x
f ′ (x) = (−2x2 + x + 3)e−x

On étudie maintenant le signe de f ′ (x) sur R :


f ′ (x) > 0 ⇐⇒ (−2x2 + x + 3)e−x > 0 −x
car e > 0 sur R
f ′ (x) > 0 ⇐⇒ (−2x2 + x + 3) > 0
car -1 est une racine évidente ; on peut aussi calculer ∆ pour trouver les racines
f ′ (x) > 0 ⇐⇒ −2(x + 1)(x − 23 ) > 0
On en déduit le tableau de variation suivant :

3
x −∞ −1 +∞
2

f ′ (x) − 0 + 0 −

3
Pour compléter le tableau, il faut calculer f (−1), f ( ), lim f (x) et lim f (x).
( ) −(−1) 2 x→−∞ x→−∞
f (−1) = (2(−1)2 + 3(−1) e) = −e.
( ) ( )2
3 3 3 9 9 −3
e− 2 = ( + )e 2 = 9e− 2
3 3
f = 2 +3×
2 2 2 2 2
(2x2 + 3x)
lim f (x) = lim (2x2 + 3x)e−x = lim = +∞
x→−∞ x→−∞ x→−∞ e−x
(2x2 + 3x)
lim f (x) = lim (2x2 + 3x)e−x = lim =0
x→+∞ x→+∞ x→+∞ e−x
Ces limites s’obtenant par croissances comparées.

Le tableau de variation devient ainsi complété :

3
x −∞ −1 +∞
2
+∞ 9e− 2
3

f
−e 0
Comme −e < 0, f admet un minimum global en x = −1 qui vaut −e.
3
qui vaut 9e− 2 .
3
En revanche, f n’a pas de maximum global, seulement un maximum local en x =
2

2
Exercice 44

1 Pour montrer que ∀ ∈ I, f ′ (x) ̸= 0, il suffit de remarquer que f −1 (f (x)) = x.


En dérivant chaque membre de l’égalité, on a :
( −1 )′ ( )′
f (f (x)) = (x)′ ⇐⇒ f ′ (x) × f −1 (f (x)) = 1

Ce produit étant non nul, f ′ (x) ̸= 0.


2 Soit y ∈ J, alors f (f −1 (y)) = y.
En dérivant chaque membre de l’égalité, on a :
( )′ ( )′ 1
f −1 (y) × f ′ (f −1 (y)) = 1 ⇐⇒ f −1 (y) =
f ′ (f −1 (y))