Vous êtes sur la page 1sur 3

La Délégation Générale à l’Administration Pénitentiaire et à la

Réinsertion (DGAPR) a été créée en 2008 en tant que structure


autonome dans l’objectif d’améliorer les conditions de détention et
de contribuer à la réinsertion des détenus après leur libération et ce,
en respect des dispositions constitutionnelles relatives à la promotion
des droits de l'homme et des prisonniers, des directives Royales et
des textes législatifs et réglementaires liés au secteur pénitentiaire.
Afin d’appuyer cette mission la DGAPR a adopté une stratégie pour
aller de l’avant en faisant beaucoup d’efforts a travers la Création
d'ateliers (échanges, formations, réflexions, etc.); et l’établissement
de nombreux partenariats avec des associations et des instances
internationales telles que le PNUD le programme des nations unies
pour le développement qui a fait suite au plan national de
réhabilitation du milieu carcéral initié par sa majesté le Roi
Mohammed 6
En effet ce projet s’inscrit dans le but d’atteindre un certain nombre
d’objectifs surtout en ce qui concerne la question d’humaniser
l’environnement carcéral, la réinsertion sociale des détenus et la
modernisation de l’administration pénitentiaire , c’est un partenariat
dynamique qui rime avec toute la reforme que connait le royaume
sur un certain nombre de chantiers a savoir le chantier de la justice le
chantier de la santé etc.  La 1 ère phase de ce partenariat avec le
PNUD a bénéficié d’un don du gouvernement japonais qui vise en
faite a promouvoir une double action inclusive économique et sociale
,la première vise le renforcement des capacités des détenus et leurs
donner les moyens économiques pour qu’ils puissent les utiliser une
fois libérés ,le 2eme volet c’est plutôt un volet social qui consiste a
diffusé auprès des prisonniers un discours de tolérance pour lutter
contre la violence et arriver a un stade ou la culture de l’acceptation
de l’autre se prédomine .
La réussite de ce chantier passera bien sur par le renforcement
managérial du personnel et des responsables de la DGARP en portant
une attention particulière a la bonne gouvernance des
établissements pénitentiaires ; tout cela pour faire de l’expérience
marocaine un label, un model de référence à partager a
l’international car l’humain et son développement sont au cœur de
cette démarche.
Généralement lorsqu’on parle de la stratégie nationale de la DGAPR
ca nous amène absolument a parler de ce que l’on appelle
L’humanisation du milieu carcéral et la réinsertion sociale des
détenus, ceux-ci sont deux programmes qui ont une grande
importance et qui sont au cœur de ladite stratégie mais le problème
qui se pose et qui fait obstacle face a la réalisation de ces deux
programmes c’est celui de la surpopulation des établissements
pénitentiaires dont l’impact s’avère négatif, pour ne pas dire violent…
sur plus d’un plan ! , c’est un bémol qui, jusqu’au présent, a empêché
la fructification desdits programmes tout en bloquant la possibilité de
procurer un environnement carcéral idéal et adéquat au bien-être
aussi bien des détenus qu’à celui des fonctionnaires qui s’en chargent.
Donc s’il est un vrai défi à relever pour «humaniser» le milieu
carcéral comme il se doit, c’est celui de retrousser les manches pour
pallier le plus rapidement possible le problème de la surpopulation
au sein des établissements pénitentiaires.
«Le plus grand défi à relever réside dans la lutte contre le
surpeuplement des prisons dont le taux est grandissant», nous
déclare Abdallah Mouseddad, président de l’Observatoire marocain
des prisons (OMP) à l'occasion du dixième anniversaire de la DGAPR .
Cette démarche est impérative pour l’application effective de la loi
n°23-98 relative à l’organisation et au fonctionnement des
établissements pénitentiaires promulguée par le dahir n° 1-99-200 du
13 joumada I 1420, «qui a placé la protection des droits de l’Homme
au centre de ses priorités et jeté les bases institutionnelles à même
d’améliorer les conditions de vie des détenus […] et le statut des
fonctionnaires du secteur», avait avancé Tamek le Délégué général
de l’Administration pénitentiaire et à la Réinsertion
De là on peut constater que la DGAPR a décidé de réaliser cette
stratégie comme il faut et C'est ce qui apparaît clairement en réalité
avec la construction des nouveaux établissements pénitenciers et
la fermeture des anciens bâtiments pour insalubrité.
En plus du phénomène de la surpopulation l’accomplissement de ce
projet a toujours confronté des contraintes surtout celle de la santé
c’est pour ca que La DGAPR a donné une grande importance à
l’amélioration des soins de santé des prisonniers. Cela s’est traduit
par une augmentation de 74% du nombre de cadres exerçant dans ce
secteur. L’encadrement en matière de santé a ainsi été amélioré,
avec une ration d’un médecin pour 820 prisonniers. Plus, en 2016,
deux accords ont été signés pour améliorer les soins de santé des
détenus. Le premier concerne la prise en charge des prisonniers
atteints de cancer, tandis que le deuxième a pour objectif de mettre à
niveau les unités médicales dans les prisons.

Vous aimerez peut-être aussi