Vous êtes sur la page 1sur 3

Présenter le financement

Lorsqu’une copropriété envisage de faire des travaux de rénovation énergétique, la question du coût et du
retour sur investissement pour chaque copropriétaire est évidemment centrale.

La notion de retour sur investissement est toujours complexe et souvent partielle : elle répond uniquement
d'une économie d’énergie liée aux travaux, omettant notamment la valorisation de l’immeuble.

Par ailleurs, une approche s'arrêtant au coût total des travaux est beaucoup trop abstraite pour se faire un
avis sur l'impact financier individuel.

Une approche en coût global individualisé est plus fidèle à la réalité et facilite l’appréhension des coûts pour
les propriétaires.

Elle peut être faite dans un premier temps par soi-même, mais pour être fiable et précise, elle doit être
réalisée par un professionnel, ingénieur financier ou maître d’œuvre. Il est essentiel que ce travail soit réalisé
bien avant le vote des travaux.

1
Comment ça marche ?

Dans un premier temps il faut calculer le coût total de l'opération.

Le plus simple est de reprendre l'estimatif de coûts établi par la maitrise d'œuvre. Mais si l'on n'en dispose pas
encore, on peut lister l'ensemble des coûts auxquels on va devoir faire face : les postes de travaux : isolation
thermique par l’extérieur des murs , toiture ,Chauffage, VMC, Améliorations diverses, etc. Puis les prestations
intellectuelles : maître d’œuvre, coordonnateur sps, syndic, assurances, etc.

Ce travail d'estimation fait partie intégrante de la mission du maître d’œuvre, et sera précisé une fois que les
entreprises de travaux auront été consultées : ce ne seront plus des estimations mais des coûts réels.

Lorsqu'on connait le coût global, il faut ensuite déterminer la quote-part, participation de chaque logement
au budget des travaux, en fonction de sa spécificité (superficie, étage, etc). Cette quote-part est définie par le
règlement de copropriété, qui détermine la répartition des frais en fonction des types de travaux. Son calcul
est délivré par le syndic, accompagné du maître d’œuvre.

2
Pour connaitre le montant réel que chaque copropriétaire aura à payer, on déduira de la quote-part les aides
dont chacun peut se prévaloir, variables d’un propriétaire à l’autre. Ce que chaque propriétaire sortira in fine
de sa poche s’appelle le reste à charge.

On peut aller encore plus loin, pour pouvoir répondre à la question : combien va me couter le projet chaque
mois ?
Grâce aux prêts, il est possible de lisser la dépense sur un temps donné, généralement compris entre 3 et 15
ans. Par exemple, si la durée du prêt est de 10 ans, cela fait 120 mensualités. En divisant le reste à charge par
120, on obtient ce que coute le projet chaque mois. On peut aussi être plus précis, en intégrant le versement
d'aides sur certains mois ou encore en comptabilisant le taux d'intérêt de l'emprunt.

Enfin, une rénovation vise à faire des économies d’énergie, il est intéressant de les faire apparaitre !
L’étude thermique permet de les estimer. Bien sûr, il est impossible de prendre en compte les inéluctables et
imprévisibles augmentations des prix de l’énergie… Mais il est possible d'estimer un gain sur la facture
d'énergie mensuelle à partir des prévisions du bureau d’étude, réduisant ce fait le reste à charge mensuel.

Dans de nombreux projets de rénovation en copropriété, cette étape de calcul du reste à charge mensuel a
constitué un déclic pour une majorité de copropriétaires. Il est donc nécessaire de comprendre son principe et
de bien s'entourer pour que ces calculs soient réalisés. Alors à vous de jouer !
Réno Copro
Île-de-France Énergies - 90-92 avenue du Général Leclerc - 93500 Pantin
Tél. 01 83 65 36 36 Mail. contact@idf-energies.fr

Vous aimerez peut-être aussi