Vous êtes sur la page 1sur 4

À la fin de 2020, Hugo Houle a parlé du besoin de changement à Cyclisme Canada.

Il a
parlé de sujets qui nous préoccupent depuis un certain temps. Il a parlé seul. Certains
d’entre nous avons exprimé notre soutien et notre accord avec Hugo sur les réseaux
sociaux ou lors d’entrevues. Pendant qu’Hugo prenait la parole, nous nous organisions dans
les coulisses. Nous avons parlé à des personnes clé au sein de Cyclisme Canada, nous
avons parlé à d’autres membres de notre communauté, et nous avons également parlé à
ceux qui ont travaillé à l’élaboration des nouveaux plans stratégiques de Cyclisme Canada.

Nous parlons maintenant ensemble, unifiés en tant que groupe. Cyclisme Canada ne
respecte pas en place son plan - et les athlètes continueront d’en souffrir.

En tant que meilleurs cyclistes professionnels au Canada, nous vivons et courons dans le
milieu le plus impitoyable du sport. Nous avons appris par expérience qu’une fois qu’on sait
qu’il faut faire de grands changements, il faut y aller. On ne peut attendre. La concurrence
n’attend pas.

Ce que nous observons à Cyclisme Canada, plus particulièrement sur le fonctionnement de


l’équipe nationale, ce sont des décisions de reporter les changements et de persister dans
les méthodes actuelles qui ne fonctionnent plus. Reporter les changements à plus tard est
une marque de faiblesse. Nous constatons un manque de leadership et aucune évolution à
Cyclisme Canada. Le report du changement signifie qu’il ne se produira probablement pas.
Si c’est le cas, au moment où les changements seront effectués (si c’est fait un jour), votre
concurrence sera passée à une prochaine étape et vous serez laissés derrière, en train de
tenter de les rattraper. C’est ce que nous voyons, une organisation qui semble se satisfaire
de toujours être en « rattrapage ».

Ce n’est pas la façon de courir en vélo et ce n’est pas le moyen de connaître du succès
dans la mise en place d’un nouveau plan génial.

Pourquoi décidons-nous d’aller de l’avant comme groupe en rendant nos


préoccupations publiques ?

La réponse est simple, pendant six ans, plusieurs personnes et organisations qualifiées et
compétentes ont demandé à Cyclisme Canada de faire des changements. Il ne s’est rien
passé. Dans certains cas, des personnes ont été ignorées, dans d’autres, du bon travail a
été effectué mais rien n’a été construit à partir de ce travail, et rien n’a changé en
conséquence.

Les raisons que Cyclisme Canada nous donne pour justifier la fin de ces initiatives, ou pour
reporter à plus tard leurs propres plans, sont les mêmes que nous avons entendues depuis
six ans.

En même temps, les personnes qui ont supporté les initiatives pour du changement se sont
dissociées de Cyclisme Canada, ou ont complètement abandonné le sport. Cela contribue à
éroder la communauté, au lieu de la construire. Cela maintient les divisions plutôt que de
nous rassembler.

Nous ne faisons plus confiance à ce processus ou aux personnes qui le dirigent, et ne


pouvons donc le soutenir.
Nous sommes prêts à faire quelque chose à ce sujet.

Nous sommes ici pour travailler de manière constructive, transparente et honnête avec
Cyclisme Canada, pour aider à changer les choses, et à rebâtir la confiance. Transparent
est un mot important. Tandis que nous voulons du changement, le processus que nous
voulons en est un qui est ouvert et honnête. Transparent signifie dire à la communauté et
spécialement aux athlètes, ce qui se passe. Nous comptons dire les choses comme nous
les voyons. Il s’agit d’imputabilité honnête et de débat ouvert.

Il s’agit de performance et de notre position privilégiée de parler au nom de tous les


athlètes.

Pour plusieurs, ce ne sera pas une surprise, alors que pour d’autres ça pourrait en être une,
de savoir que le cyclisme sur route est une des disciplines les moins soutenues par
Cyclisme Canada depuis plusieurs années. En tant que coureurs professionnels, nous
courons sur le circuit World Tour, ce qui est un privilège, et de ce fait n’avons pas besoin de
beaucoup de support direct de Cyclisme Canada.

Ce qui nous importe, ce sont les athlètes qui viennent derrière nous – c’est pour eux que
nous faisons ça. Nous traversons la période le plus fructueuse de l’histoire du cyclisme sur
route au Canada, c’est important pour nous. Nous voulons nous servir de ces succès pour
aider à faire grandir l’ensemble des disciplines et le cyclisme en général au Canada.
Lorsque le sport forme un tout, nous inspirons plus d’athlètes et de participation.

Au cours de la dernière décennie, alors que le soutien au cyclisme sur route et à certaines
autres disciplines a diminué au sein de Cyclisme Canada, nous nous sommes organisés.
Nous avons travaillé avec les meilleurs entraîneurs et bâtisseurs impliqués dans le cyclisme
canadien. Nous avons recueilli des fonds pour supporter de jeunes athlètes, nous les avons
encadrés, nous les avons défendus. À bien des égards, cela se passait bien. Puis, nous
avons entendu de plus en plus d’histoires d’athlètes mécontents, confus ou démotivés. Les
athlètes voulaient et attendaient davantage de Cyclisme Canada, mais ils avaient peur de
s’exprimer, ou en étaient même dissuadés.

En plus de ce que nous entendions, nous avons vu de plus en plus de changements au


sommet du sport. Nous sommes en première ligne pour observer des choses qui se
produisent et qui sont importantes pour les plans de performance de Cyclisme Canada : des
athlètes jeunes et davantage multidisciplinaires. C’est vrai !

Nous voyons plusieurs jeunes athlètes très prometteurs qui choisissent délibérément de
contourner les programmes de Cyclisme Canada. Comment est-ce que le Canada peut
venir la meilleure nation cycliste possible si l’équipe nationale n’attire pas, le recrute pas et
ne développe pas nos athlètes les plus prometteurs ? Ces athlètes nous demandent de
l’aide… et nous faisons ce que nous pouvons. Cependant, il n’est plus question de cyclisme
sur route, c’est votre plan de former des groupes avec des disciplines connexes, et le
cyclisme sur route est un élément clé pour contribuer à améliorer le niveau de performance
du Canada dans les « épreuves cyclistes d’endurance ».
Nous voyons des connaissances transférables des athlètes sur route, des entraîneurs et
autres dirigeants/bâtisseurs qui ne sont pas intégrés aux programmes d’endurance de
Cyclisme Canada. Ces connaissances et cette expertise peuvent aider l’ensemble des
disciplines, et de la même façon d’autres disciplines peuvent nous aider grâce à leurs
connaissances, compétences et expertise. Ensemble, nous sommes meilleurs.

Nous voulons savoir pourquoi on ne nous donne pas toutes les chances de redonner, et
quand cela changera-t-il?

Nous ne pouvons supporter la moitié de votre plan, tandis que nous ne changer pas
l’autre moitié.

Quand nous regardons ce que fait Cyclisme Canada avec les médias sociaux, avec des
communications axées sur la communauté, et des nouveaux programmes comme
« Embarquez », nous applaudissons. Cyclisme Canada fait des choses vraiment géniales.
Cela nous emballe!

Nous ne pouvons cependant vous laisser utiliser nos profils pour supporter la moitié de votre
plan. Nous voulons être pleinement inclus dans votre communauté – pas seulement les
parties que vous estimez bénéfiques pour vous. .   

Nous voulons vraiment que tout commence à mieux bouger. Si on se fie à ce que vous nous
dites, nous ne devons pas nous attendre à des changements significatifs au niveau du
fonctionnement de l’équipe nationale avant 2023. Cela fera cinq ans depuis l’évaluation des
programmes de haute performance en 2018… et huit ans depuis la « réunion des parties
prenantes sur route » avec les leaders de la communauté en qui nous avons confiance et
avec lesquels nous travaillons.

Ce rythme de changement n’est pas acceptable pour nous; cela signifie que les
changements ne se produiront tout simplement pas.

Mettez-vous en marche Cyclisme Canada. Vous avez un bon plan et nous aimerions vous
aider à le concrétiser.

Soyons clairs! Ce que nous disons:

Dans l’état actuel des choses, nous ne sommes pas impliqués. Nous ne nous considérons
pas comme faisant partie de votre communauté. Cela a été votre choix, vos actions. Nous
voulons être réintégrés.

Nous allons :

 Vous tenir publiquement imputable de votre plan


 Travailler avec vous de manière constructive, ce qui parfois difficile et pénible. Nous
nous engageons à travailler sur des dossiers difficiles
 Faire des recommandations, sur des choses que nous estimons nécessaires à court
terme
 Représenter tous les athlètes, de toutes les disciplines pour des changements réels
 Encourager plus d’athlètes à joindre le mouvement pour du changement
 Travailler avec les provinces et territoires – ils ont été marginalisés par vous, tout
comme nous l’avons été
Nous n’allons pas:

 Vous croire sur parole ; vous devrez regagner notre confiance à travers vos actions
 Permettre que vous utilisiez nos profils et notre image publique pour supporter la
moitié de votre plan

Signé par :
Ryan Anderson
Steve Bauer
Guillaume Boivin
Rob Britton
Antoine Duchesne
Hugo Houle
Svein Tuft
Michael Woods