Vous êtes sur la page 1sur 39

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université de Blida -1-
Faculté de Médecine
Département de Pharmacie

Cours de quatrième Année de Pharmacie


Module d’Immunologie

HYPERSENSIBILITE DE TYPE I

Dr O.RENDJA

Année universitaire 2017/2018


Plan

I. Introduction
II. Définition
III. Mécanismes impliqués dans l’hypersensibilité de type I :
IV. Pathologies associées à la réaction d’hypersensibilité de type I
V. Exploration
VI. Traitement
V. Conclusion
Introduction
Terminologie - Définitions
Selon l’EAACI (2004)

Hypersensibilité
Provoque des symptômes ou des signes cliniques reproductibles objectivement,
initiés par une exposition à un stimulus défini, à une dose tolérée par des sujets
normaux .
Allergie
Réaction d’hypersensibilité initiée par des mécanismes immunologiques à
médiation humorale ou cellulaire.
Atopie
Tendance personnelle ou familiale à produire des anticorps IgE en réponse à de
faibles doses d’allergènes, généralement des protéines, et à développer des
symptômes typiques, comme l’asthme, l’eczéma, ou dermatite.
EAACI: European Academy of Allergy and Clinical Immunology
Épidémiologie

 La prévalence des pathologies allergiques IgE dépendante a considérablement


augmenté ces dernières décennies.
 Passe de moins de 10% à 25-30 % la fin des années 90.
 Les allergies respiratoires sont au premier rang des maladies chroniques de l’enfant.
 Dans les pays occidentaux 10-20 % de la population est atteinte d’asthme allergique.
 Les rhinites : 6 % des enfants et 12 à 25 % des adolescents.
 Près de 2 000 décès sont enregistrés chaque année.
 Les dermatologues français estiment que près de 15 % des enfants et 4,2 % des adultes
vus en consultation sont allergiques.

Ministère de la santé. Avril 2002


Société Française de Dermatologie. Conférence de consensus. Janvier 2005
Immunopathogénie de l'allergie immédiate

Qu’est-ce qui rend un individu allergique ????

Maladies allergiques ⇔ maladies complexes


1. Facteurs génétiques

2. Facteurs environnementaux

3. Déficit de tolérance périphérique


Immunopathogénie de l'allergie immédiate
Facteurs génétiques

Histoire familiale chargée


Le risque pour un enfant de développer une maladie atopique est
de 40 % à 60 % si ses deux parents sont atopiques.
– loci sur 5q lié à une région qui code pour plusieurs cytokines dont ,
IL-4, IL-5, IL-9, IL-13,….
– loci sur 11q lié à une région qui code pour la chaîne β du récepteur
de haute affinité pour les IgE.
Immunopathogénie de l'allergie immédiate
Facteurs de l’environnement

 Rôle protecteur de l’allaitement maternel.

 Pollution (diesel) : les particules de diesel sont de puissantes inductrices des


réponses de type Th2 et de l’IL-4

 Hypothèse hygiéniste
Immunopathogénie de l'allergie immédiate
Déficit de tolérance périphérique
Défaut des LT régulateurs
IL-4
IL-5
IL-6 TH2 IFN-γ
IL 6 TNF-α,β
IL-10
IL-9
TGFβ
IL-13

 Maintient du déséquilibre Th1 et Th2

 Manque de tolérance périphérique aux Ag de l’environnement


Mécanismes impliqués dans l’hypersensibilité de type I
Les IgE et l’atopie
Mécanismes impliqués dans l’hypersensibilité de type I
Les IgE et l’atopie
Propriétés générales :
 PM = 190 000
 CS = 8S
 Teneur en glucides = 12 %
 Traversée du placenta = 0
 Activation du complément par la voie directe = 0
 Taux sérique normal < 200 à 250 UI / ml (après 10 à 12 ans)
 Demi-vie :
 IgE sériques = 2,5 jours
 IgE fixées sur les cellules > 3 à 4 semaines

Fonctions physiologiques :
 Défense antiparasitaire (helminthes)
 Epuration des complexes immuns circulants (?)
Mécanismes impliqués dans l’hypersensibilité de type I
Les recepteurs des IgE et l’atopie
Mécanismes impliqués dans l’hypersensibilité de type I

Phase de sensibilisation

Phase effectrice

Précoce

Tardive
Mécanismes impliqués dans l’hypersensibilité de type I
Phase de sensibilisation
Mécanismes impliqués dans l’hypersensibilité de type I
Phase de sensibilisation

Induite par un premier contact avec l’allergène :


 Réponse immunitaire T dépendante (CPA, PRR, cytokines de polarisation).

 Production d’IgE (LB, cytokine).

 Fixation des IgE produites sur les récepteurs de haute affinité pour les IgE,
appelés FcεRI, sur les mastocytes (et autre types cellulaires).

Les TH2 produisent des quantités importantes d’IL-4, IL-5, IL-9, IL-13 ; ces
cytokines sont non seulement responsable de la synthèse des IgE (IL-4 et IL-
13), mais également impliquées dans le recrutement, l’activation et la survie
des éosinophiles, basophiles et mastocytes au site d’exposition a l’allergène.
Mécanismes impliqués dans l’hypersensibilité de type I
Phase effectrice
Mécanismes impliqués dans l’hypersensibilité de type I
Phase effectrice

Phase effectrice de la réponse allergique : induite après un deuxième contact


avec l’allergène
 Précoce : des les 1eres minutes ; résulte de la fixation des épitopes de
l’allergène sur les IgE fixés (Activation des mastocytes et des basophiles).

 Tardive : dans les heures suivantes ; résulte de l’afflux de cellules et médiateurs


de l’inflammation.
Mécanismes impliqués dans l’hypersensibilité de type I
Phase effectrice

La phase immédiate est une inflammation aigue (vasodilatation, exsudation,


contraction des muscles lisses, hypersécrétion de mucus, stimulation des
extrémités nerveuse) avec un infiltrat cellulaire discret ;

la phase retardée est caractérisée par un infiltrat cellulaire important


(éosinophiles, cellules dendritiques, lymphocytes T CD4+, mastocytes,
basophiles).

Lorsqu’elle persiste suite à l’exposition chronique à l’allergène, cette infiltration


cellulaire entraine des altérations tissulaires, irréversibles accompagnées de
fibrose et d’hypertrophie des muscles lisses et d’hyperplasie épithéliale.
Pathologies associées à la réaction d’hypersensibilité de type I
Différents visages de la maladie allergique

Les maladies allergiques se


manifestent dans les zones
de contact entre le milieu
intérieur et l’environnement :
Diagnostic

Le diagnostic des maladies atopiques repose sur trois éléments essentiels :

1. Anamnèse
-Histoire clinique.
-Enquête alimentaire.

2. Tests cutanés : identification de l’agent Causal


Prick-test cutanés.

3. Bilan immunologique in-vitro: deux types de tests


1. exploration du terrain allergique.
2. recherche de l’agent causal.
Diagnostic
Les allergènes

Definition:

C’est des antigénes


naturelles, de nature
Protéiques ou
glycoprotéiques,
d`origine animales ou
végétales, extrinsèque a
l’organisme et
inducteurs d’ allergies.
venin
Diagnostic
Les allergènes
Nomenclature officielle des allergènes

Denomination IUIS (International Union of Immunological Societies)

Ex: allergène de l’arachide Arachis hypogaea est dénomé Ara h 1

3 premières lettres du genre + première lettre de l’espèce + ordre de leur découverte

Arachis hypogaea (arachide): Ara h 1, Ara h 2, Ara h 3….


Précédée d’un “n” pour natif, d’un “r” pour recombinant

Ex: r Ara h 1 (recombinant de l’allergène de l’arachide)


r Ara h 2, r Ara h 3, r Ara h 8, r Ara h 9
Diagnostic
Prick-tests: principe
• Faire interagir un allergène avec ses IgE spécifiques fixées sur les mastocytes cutanés.
• provoque leur pontage qui libère des médiateurs vasoactifs l’histamine.
• en quelques minutes apparait une réaction locale appelée triade de Lewis qui associe
oedème, érythème et prurit.
• les faces antérieures des avant-bras ou sur le dos.
• une effraction épidermique à l’aide d’une pointe plastique (Stallerpoint) ou métallique
(Allerbiopoint) à travers une goutte d’extrait allergénique déposée sur la peau de la face
antérieure de l’avant-bras ou sur le dos. (sans pression).
Diagnostic
Exploration des états d’HS de type I : Exploration du terrain allergique

A. Étude des éosinophiles :

Eosinophilie sanguine > 300 cellules/ml : Atopie ??

La recherche et la quantification des éosinophiles


dans les sécrétions nasales et bronchiques, est plus indicatifs,

L’ hyperéosinophilie est egalement observée dans :


• infections parasitaires !
• prise médicamenteuse
• stress
Diagnostic
Exploration des états d’HS de type I : Exploration du terrain allergique

B. Dosage des IgE sériques totales:


!
Concentration sérique des IgE totales: très faible et varie selon l’âge:
Norme (> 8 ans ) = 150UI/ml = 300 ng/ml

Techniques dosage:

 Radio-immunologique
 Immunoenzymatique Le dosage des IgE sériques totales pratiqué
 Fluorométrique isolément n’a pas grand intérêt.

Taux élevés chez des sujets non allergiques:


 Infections parasitaires, virales ou bactérienne
 Maladies tumorales : maladie de Hodgkin.

Taux normaux rencontrés chez des patients allergiques


Diagnostic
Exploration des états d’ HS de type I : Techniques de recherche de l’agent causal

L’identification de l’allérgéne est basée sur la recherche d’IgE spécifiques qui peuvent
être soit circulantes soit fixées sur les basophiles.

Etape fondamentale si la pratique des tests cutanées sont non pratiques :

 Hyporéactivité due aux âges extrêmes,


 Dermographisme,
 Affections cutanée, ex :Eczéma étendu
 Discordance entre tests cutanés et anamnèse.
 Dégranulation mastocytaire non spécifique
 Traitement Antihistaminiques et antidépresseurs
Diagnostic
Exploration des états d’ HS de type I : Techniques de recherche de l’agent causal

Recherche des IgE spécifiques circulantes

1. Approche qualitative: utilise des tests multi allergéniques = tests de dépistage précoces
utilisant des mélanges d’allergènes répondant à des situations épidémiologiques bien
particulières, exemple:
- Panel respiratoire : acariens + blattes + phanères d’animaux domestiques
- Panel méditerranéens : Arbres méditerranéens
- Panel alimentaire : Allergènes alimentaires,…

Résultat rendu : Positif ou Négatif,

2. Approche quantitative: Utilise des allergènes purifiés avec des techniques de :


1. Radio-immunologique
2. Immuno-enzymologie
3. Fluorométrie
4. Chimiluminiscence

Résultat rendu: classe de positivité (1 à 4) ou unité arbitraire (selon la technique).


Diagnostic
Exploration des états d’ HS de type I : Techniques de recherche de l’agent causal
Recherche des IgE spécifiques fixées sur les basophiles

Test pratiqué en cas de persistance de signes cliniques d’atopie avec :


• recherche des IgE spécifiques non concluante
• discordance entre les tests cutanés et le dosages des IgE spécifiques.

Cette recherche est realisée par les testes suivants:

1. Test de dégranulation des


basophiles humains (TDBH):

2. Test de libération
de l’histamine (TLH):

basophiles
Diagnostic
Exploration des états d’ HS de type I : Techniques de recherche de l’agent causal

1. Test de dégranulation des basophiles humains (TDBH):


Basé sur la propriété des IgE fixées à dégranuler les basophiles en présence de l’allergène
spécifique. Résultats exprimés en Index de dégranulation (ID.%) par rapport à un essai
témoin sans allergène.

2. Test de libération de l’histamine (TLH):


Basé sur la detection de l’histamine après stimulation immunologiques
avec l’allergène suspecté. Le dosage se fait par :
1. Fluorométrie ou ELISA / Radio-immunologie

basophiles
Diagnostic
Exploration des états d’ HS de type I :

Autres tests in vivo: indiqués surtout dans les allergies alimentaires


- Régime d`éviction d`épreuve.
- Test de provocation labial(TPL).
- Test de provocation oral(TPO).
- Exploration de la souffrance de la muqueuse digestif.

Autres tests in vitro:


- dosage de l’histamine,
- Detection de la tryptase
Traitement

Environnement
(allergènes)
Eviction ++++

Symptômes cliniques Pharmacothérapie


d’allergie classique

Mécanismes cellulaires et Immunomodulation


moléculaires impliqués et biothérapie
Traitement

L’ éviction est capitale dans le traitement de l’allergie mais souvent


elle est difficile à mettre en œuvre surtout pour les pneumallergènes

 Eviction des allergènes identifiés (en modifiant l’environnement


à l’intérieur de la maison ou le régime alimentaire).

 Une éducation rigoureuse .

Eviction ++++
Traitement
Pharmacothérapie classique
Principaux médicaments en allergologie

Médicaments Voie locale Voie générale

Broncho-dilatateurs Asthme Asthme grave


Nez (rhinite) Nez
Antihistaminiques Œil (conjonctivite) Urticaire
Adrénaline 0 Anaphylaxie
Nez
Asthme
Corticoïdes Bronches
Anaphylaxie
Peau
Dr. Michèle RAFFARD Allergologue .IPP
Traitement
Immunothérapie spécifique (ITS)

2. Immunomodulation : Désensibilisation

3. Anticorps monoclonaux (AcM) et protéines de fusions (PF)


Traitement
Immunothérapie spécifique (ITS)

Immunomodulation : Désensibilisation

La désensibilisation = hyposensibilisation = vaccination allergénique


 une méthode d’immunothérapie spécifique qui consiste à administrer à
des doses croissantes d’un allergène sous une forme qui permet d’inhiber
la réponse Th2 et la production d’IgE afin d’obtenir un état de tolérance
clinique vis-à-vis cet antigène.

La désensibilisation représente actuellement l’unique traitement curatif de


ces maladies.
Traitement
Immunothérapie spécifique (ITS)

Immunomodulation : Désensibilisation
Voies d’administration

• Peau : injection sous cutanée.


• Muqueuse orale :
o Comprimés voie orale
o Solution (gouttes) voie sublinguale
o Comprimés voie sublinguale
• Muqueuse nasale : Spray nasal

Durée Moyenne de 3 à 5 ans


Traitement
Immunothérapie spécifique (ITS)

Immunomodulation : Rush immunothérapie

 La rush immunothérapie ou La vaccination allergénique rapide est une


désensibilisation rapide effectuée en quelques jours (rush immunothérapie) à
quelques heures (ultrarush immunothérapie) en milieu hospitalier.

 Utilisé surtout pour la désensibilisation contre le venin d’hyménoptères

 Le patient est hospitalisé 8 heures en milieu de soins semi-intensifs.

 La dose maximale d’allergène est administrée en quelques heures a quelques


jours
Traitement
Immunothérapie spécifique (ITS)

Anticorps monoclonaux (AcM) et protéines de fusions (PF)

1. Stratégies ciblant les IgE et leurs récepteurs: 3, Stratégies ciblant la sécrétion des cytokines Th2:

• Anti-IgE • Suplatast
• Anti-CD23 • OX40L antagoniste

2. Stratégies ciblant les cytokines Th2:

• Anti-IL-4

• IL-4Rα

• Anti-IL-13

• Anti-IL-5

• Anti-IL-9
Conclusion

L’hypersensibilité de type I est impliqué dans l’etiopathogénie de plusieurs


pathologies humaines,

La connaissance de ces mécanismes physiopathologies est nécessaire a un


diagnostic et a une prise en charge de qualité