Vous êtes sur la page 1sur 32

Cours de construction métallique I

II. Eléments comprimés et tendus en


construction métallique

Equipe enseignante : Sami MONTASSAR (E-mail: sami.montassar@enit.utm.tn)


Ramzi ZAKHAMA (E-mail: ramzi.zakhama@enit.utm.tn)
Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis, 2019-2020
1
Phénomène de flambement

Le flambement affecte :

- les éléments simplement


comprimés : flambement simple

ou

- les éléments comprimés et fléchis :


flambement flexion

2
Rappel RDM
Expression du moment fléchissant :
M z ( x) = − F ⋅ y ( x)
Relation déplacement / sollicitation :
M z ( x)
y′′( x) =
EI z
− F ⋅ y ( x) F ⋅ y ( x)
Donc y ′′( x ) = ⇔ y ′
′ ( x ) + =0
EI z EI z
On pose : k 2 = F d ' ou y′′( x) + k 2 y ( x) = 0
EI z

La solution de cette équation différentielle du 2nd


ordre est :
y ( x) = A ⋅ cos(kx) + B ⋅ sin( kx)

3
Détermination des constantes avec les conditions aux limites :
· Pour x = 0 y (0) = 0 donc A = 0
· Pour x = l y (l ) = 0
 B = 0 (pas de flambement dans ce cas)
Donc B ⋅ sin( kl ) = 0 ⇔ 
sin( kl ) = 0 ⇔ k ⋅ l = n ⋅ π avec n = 1,2,3K

π 2 π2 F
n=1 1er mode de flambement k = soit k = 2 =
l l EIz
On note Fcr la force critique d’Euler :

π 2 EIz
Fcr =
l2

4
π 2 EI Fcr π 2 EI π 2 E 2 π 2 E
Fcr = ⇒ σ cr = = 2 = 2 i = 2
l 2f A lfA lf λ
Rayon de giration de la section pour le plan
de flambement considéré i=(I/A)0,5
Elancement de l’élément λ=lf/i

Soient
2
π 2E σ cr  λ1  1
λ1 \ f y = 2 & χ \ χ est fonction de =  = 2
λ1 fy λ λ

Elancement réduit du composant dans le plan de flambement considéré.

5
Détermination de χ d’après EC3
1) Choix de la courbe de flambement correspondant à une section

6
7
2) Détermination de la valeur du facteur d’imperfection α
correspondant à la courbe de flambement retenue
Courbe de flambement a b c d
Facteur d’imperfection α 0,21 0,34 0,49 0,76

3) Détermination de la valeur de χ

1
χ=
2
φ + φ2 − λ
coefficien t de réduction

(
φ = 0,5 1 + α (λ − 0, 2 ) + λ
2
)
8
χ

λ
Dans le cas d’une section d’un profilé ayant 2 plans de flambement
possibles, la valeur de χ doit être déterminée pour chacun des deux
plans et la valeur la plus faible des deux sera retenue pour le
dimensionnement de l’élément. 9
10
Les essais effectués sur des profilés réels montrent que le
flambement se produit généralement pour des charges inférieures à la
charge critique d’Euler à cause de la présence d’imperfections
géométriques et de contraintes résiduelles résultant du processus de
fabrication et de montage.

σ Elancement moyen Elancement élevé

fy Comportement
Comportement idéalisé
réel

λ1 λ 11
≈ 0,3 fy
compression

≈ 0,2
traction
≈ 0,2 fy
compression
Exemple de contraintes résiduelles
provoquées par le soudage
Exemple de contraintes résiduelles
provoquées par le laminage à chaud

+ = ou

σN = N/A σR σn < fy fy
σn atteignant fy
Combinaison avec contraintes normales 12
Longueur de flambement : cas des modes
d’instabilité à nœuds fixes (non déplaçables)

Les deux nœuds de l’élément sont bloqués en translation mais les


conditions de rotation peuvent être quelconques.

Longueur de flambement
Valeurs théoriques 0,5 L0 0,7 L0 1,0 L0
13
Dimensionnement des poteaux pleins soumis à
la compression centrée selon l’EC3
Les modes de ruine d’un composant comprimé sont :
- la plastification complète de la section courante ;
- le voilement local des parois de la section ;
- le flambement du composant.

14
N Ed ≤ N c ,Rd
- 1er cas : λ ≤ 0, 2 et section transversale de classe 1 ou 2 ou 3
Il n’y a ni risque de flambement, ni risque de voilement local.
Nc,Rd=Npl,Rd=A.fy/γM0 : résistance plastique de la section brute
γM0 coefficient partiel de sécurité de matériau =1,0 si l’acier utilisé est agrée
=1,1 sinon

- 2 ème cas : λ ≤ 0, 2 et section transversale de classe 4


Il n’y a pas de risque de flambement mais il y a risque de
voilement local.
Nc,Rd=Aeff.fy/γM1
γM1 coefficient partiel de sécurité de résistance des éléments aux instabilités =1,1
λ
N.B. : L’élancement réduit pour la classe 4 : λ = (β A )0.5
λ1 A eff
avec λ est calculé pour la section brute et β A = 15
A
- 3ème cas : λ > 0, 2 et section transversale de classe 1 ou 2 ou 3
Il n’y a pas de risque de voilement local mais il y a risque de
flambement.
Nc,Rd=χ.A.fy/γM1

γM1 coefficient partiel de sécurité de résistance des éléments aux instabilités =1,1

- 4 ème cas : λ > 0, 2 et section transversale de classe 4


Il y a à la fois risque de voilement local et risque de flambement.
Nc,Rd=χ.Aeff.fy/γM1

γM1 coefficient partiel de sécurité de résistance des éléments aux instabilités =1,1

16
Photos de poteaux ruinés par flambement

17
18
Applications (Poteaux soumis à la compression centrée)

Application II-1

Ned = 600 kN

S.235
3500

Ned = 600 kN 219,1

19
Application II-2

NEd= 2300 kN
Choix de la section du poteau

Vérification au flambement simple

H = hauteur du bâtiment = 12.5 m L0

Acier S.235

20
Application II-3

On considère un poteau bi-articulé dans les


deux plans (x,y) et (x,z) de longueur L = 6 m.
Il est constitué d’un profilé HEA180 en acier
S.235 soumis à un effort normal NEd = 640 kN.
Des lisses horizontales espacées de 1,5 m sont
nécessaires pour des raisons constructives.
Vérifier ce poteau au flambement selon
l’Eurocode 3.

21
22
Application II-4

Un poteau reconstitué soudé, fait d’acier S235, a la section représentée


à la figure ci - dessous, il est de longueur 8 m, articulé aux deux
extrémités et soumis à un effort de compression simple de 1200 kN.
On demande de :
montrer que la section du poteau est de classe 4
vérifier le poteau au flambement
Données : aire efficace de la section Aeff = 80,48 cm2,
Moments d’inertie : Iy = 35542 cm4 ; Iz = 20834 cm4

23
Application II-5

Barre à dimensionner

00
30
Ned = 70 kN

60×3
S.235

24
Dimensionnement des poteaux pleins soumis à
la traction centrée (N) selon l’EC3
La ruine ou la défaillance d’un élément tendu peut avoir lieu :
dans la zone courante, ou dans la zone d’assemblage

Les phénomènes pouvant concourir à une défaillance dans les zones


d’assemblages comprennent :
- la rupture des sections comportant les trous de boulons pour les
assemblages boulonnés,
- les excentricités dans la transmission des efforts au niveau des
assemblages, dans les zones d’assemblage,
- il n’est pas toujours possible d’attacher toute la section de
l’élément tendu comme c’est le cas des cornières attachées par une
seule aile 25
Distribution des contraintes dans une section comportant des trous

26
Exemples d’excentrements d’efforts au niveau des assemblages

Excentricités dans la transmission des efforts au niveau des assemblages


⇒ moments secondaires pouvant entraîner la ruine d’une attache (si ces
moments sont importants et n’ont pas été pris en compte lors du calcul des
assemblages).

Solutions :
- Concevoir des attaches sans excentricité ou avec des excentricités réduites
au minimum ;
- Dans les cas où les excentricités ne peuvent être évitées, il faut tenir compte
des moments secondaires dans les calculs des assemblages. 27
Effort résistant de traction

(
N Ed ≤ N t ,Rd = min N pl ,Rd ; N u ,Rd ; N net ,Rd )

Résistance plastique de la section brute : Npl=A.fy/γM0

Résistance ultime de la section nette au droit des trous


de fixation : Nu=0,9.Anet.fu/γM2

Résistance plastique de la section nette pour les


assemblages par boulons précontraints travaillant au
cisaillement à l’ELU : Nnet=Anet.fy/γM0

28
γM0 coefficient partiel de sécurité de =1,0 si l’acier utilisé est agrée
matériau =1,1 sinon
γM2 coefficient partiel de sécurité à = 1,25
appliquer dans les sections nettes

Dans le cas général où les trous sont disposés par rangées


perpendiculaires à la direction de l’effort de traction, l’aire nette est
égale à l’aire brute diminuée des aires prises par les trous :
nombre de trous dans la diamètre des trous
section considérée

Anet = A − n d t NEd NEd

épaisseur de
l’élément 29
troué
Dans le cas où les trous sont disposés en quinconce, il faut envisager
différentes lignes de rupture, calculer pour chaque ligne de rupture l’aire
de la section nette correspondante et retenir la valeur la plus petite pour
les calculs de résistance.
Pour une ligne de rupture brisée quelconque, la section nette est
évaluée par la relation :

s2 NEd NEd
Anet = A −n d t + t
4p

30
Sections usuelles pour
composants tendus

31
Applications (résistance à un effort normal de traction)

Application II-6 :

Dimensionner une barre en fer plat (acier S.235) sollicitée par un effort
normal de traction NEd = 300 kN.
Application II-7 :

Déterminer l’effort de traction maximale F.


Données : acier S.275 – 6 boulons ordinaire M20
A
F F 50 mm
100 mm
50 mm
B A
5 × 90 mm
F F
25 mm
32

Vous aimerez peut-être aussi