Vous êtes sur la page 1sur 3

LE REALISME

Réalisme
Le réalisme s'oppose au mouvement qui le précède: le romantisme. Le réalisme est un
mouvement littéraire et culturel du XIXe siècle (vers 1850-1890) qui donna pour mission au
roman d’exprimer le plus fidèlement possible la réalité, de peindre le réel sans l’idéaliser. Les
histoires réelles (vécues) sont privilégiées, les personnages ont des sentiments vraisemblables
et le milieu ainsi que le physique des personnages sont évoqués avec minutie et objectivité
(→ importance de la documentation, des descriptions).
Le réalisme se manifeste aussi par la poésie, l'art et les romans. Le thème abordé est souvent la vie
en ville et les misères. Le but du réalisme est de parler de la réalité. Le naturalisme peut étre comparé
au réalisme, mais le naturalisme développe certains caractères du réalisme.
Le réalisme (ou naturalisme) au 19e siècle est un mouvement littéraire s'opposant au
romantisme qui le précède et au symbolisme qui le suit.
Caractéristiques et procédés privilégiés du réalisme
1. L’écrivain réaliste, témoin de son époque, veut faire vrai: il représente fidèlement le
réel, tel qu’il est. Il s’agit de recréer par l’écriture le monde réel afin d’analyser les problèmes
sociaux et de comprendre les comportements humains.
2. La description prend une valeur informative (elle décrit avec précision une réalité
vraisemblable) ou une valeur symbolique: par exemple, les lieux peuvent permettre de
comprendre la psychologie d’un personnage.
3. L’emploi d’un vocabulaire spécialisé permet d’expliquer précisément les choses. De
même, la parole des personnages reflète les milieux sociaux.
4. Pour les auteurs réalistes, l’art ne doit exclure aucun sujet, y compris le quotidien des
classes populaires: «Vivant au dix-neuvième siècle […], nous nous sommes demandé si ce
qu’on appelle “les basses classes” n’avait pas droit au roman; si ce monde sous un monde, le
peuple, devait rester sous le coup de l’interdit littéraire», écrivent les frères Goncourt dans la
préface de Germinie Lacerteux.
5. Une écriture impersonnelle et qui vise l’objectivité: l’écrivain réaliste devient le «peintre
de la vie moderne». Ainsi, Champfleury écrit dans Le Figaro en 1856: «Mais qu’on ne s’y
trompe pas: le romancier ne ressemble pas aux présidents de cours d’assises dont le résumé
“impartial et fidèle” tourne presque toujours contre l’accusé. Le romancier ne juge pas, ne
condamne pas, n’absout pas. Il expose des faits.»
6. Le mélange des registres.
7. La vision pessimiste de la destinée humaine.
Auteurs réalistes
BALZAC (1799-1850), Jules CHAMPFLEURY (Jules Husson; 1821-1889), Alexandre
DUMAS fils (1824-1895), Ernest FEYDEAU (1821-1873), FLAUBERT (1821-1880),
Edmond et Jules GONCOURT (1822-1896; 1830-1870), MAUPASSANT (1850-1893),
STENDHAL (1783-1842), Jules VALLÈS (1832-1885), ZOLA (1840-1902).
Les caractéristiques du réalisme
Le réalisme est un mouvement artistique qui apparaît en France au xixe siècle et dont le projet
est de contraindre l'art à représenter la réalité.
Le sujet. Le sujet des récits réalistes s'appuie sur le vécu ou les faits divers; les auteurs se
documentent très précisément sur le sujet qu'ils ont choisi.
Les personnages. Ils sont ordinaires voire médiocres, vraisemblables ou vrais. Le récit
réaliste ne peint pas des héros.
La morale. Elle se veut absente puisque que c'est la réalité qui est racontée. En effet comme
l'auteur décide de décrire la réalité telle qu'elle est, il ne construit pas un récit dans le but que
son histoire comporte une morale. Toutefois, si la morale n'est pas le but premier de ce type
de récits, certains textes en comportent une (cf. certaines nouvelles réalistes de Maupassant).

1
Le style. Il se caractérise par l'évocation des choses concrètes à l'aide de termes précis, par
des dialogues qui retranscrivent au plus près la réalité et enfin par l'effacement de l'auteur qui
renonce à toute subjectivité.
Quelques écrivains et quelques œuvres:
BALZAC, La Comédie humaine, 1842-1848>FLAUBERT, Madame Bovary,
1857 >MAUPASSANT, Bel Ami, Une vie, 1883>Le rouge et le noir Stendhal.
La préface de l'œuvre de Maupassant "Pierre et Jean", est en fait un manifeste. Dans ce
manifeste, l'auteur pose la question de la place du romancier, il se demande, ce qu'est après
tout un écrivain. Ainsi, il affirme que le romancier, doit se montrer libre, il n'est pas forcément
obligé de se "ranger" derrière un mouvement littéraire spécifique. En d'autres termes, le
romancier doit avoir toutes les cartes en main, pour pouvoir faire exactement, ce qu'il
souhaite. Par ailleurs, Maupassant affirme que l'écrivain a pour but suprême de chercher le
mot le plus juste dans la phrase, en fonction de ce qu'il veut exprimer et qu'il se doit
également de créer du rythme et des tensions entres les phrases, c'est de cette manière qu'il
voit le romancier. D'autre part, "Pierre et Jean" semble appartenir à deux mouvements
littéraires: le réalisme et le naturalisme. Le bon nombre de descriptions et de précisions
permettent effectivement, d'affirmer, que l'auteur avait la volonté de raconter "la vérité, rien
que la vérité et toute la vérité", mais les différentes remises en question, les différents
chantiers de réflexion, que les deux frères Pierre et Jean se proposent, montrent tout de même
qu'il y a des choix esthétiques propres au naturalisme, dans ce roman.
Le bovarisme
Le bovarysme (ou bovarysme) est un trouble de la personnalité dont souffrent parfois les
personnes insatisfaites. On parle de bovarysme pour désigner le fait qu’une personne
hypersensible, rêveuse et peu satisfaite de sa vie amoureuse ou sexuelle trouve refuge dans la
lecture et s’identifie aux personnages de ses romans préférés.  Ce terme fait référence à
l’héroïne de Gustave Flaubert, Emma Bovary, elle-même atteinte de ce trouble. Dans ce
roman la jeune Emma passe son enfance dans un couvent. Pour tromper son ennui, elle se
réfugie dans la lecture, rêvant d’une vie aventureuse et romanesque. Même si Emma est morte
le bovarysme est éternel, car cette maladie se déroule aujourd’hui. Certaines jeunes femmes"
sont aujourd'hui, une approche erronée et discriminante. L'expression de l'ennui est une forme
occurrente au XXI siècle, car beaucoup des femmes sont insatisfaits de leur mariage. Leur vie
n’est pas comment elles se sont imaginée. Et par conséquence ces femmes commencent à
chercher le bonheur et le vrai amour dans les bras d'autres hommes en ruinant sa famille.
Les auteurs de récits réalistes
Les premiers récits réalistes ont choqué: en effet la réalité, souvent brutale et laide, s'opposait
avec l'idée du «beau» nécessairement présent dans toute œuvre. Certains auteurs comme
Flaubert ou Zola ont eu du mal à faire accepter leurs œuvres.
Flaubert
Flaubert est souvent mentionné comme le précurseur du réalisme, même s'il fut un
admirateur de Hugo (romantisme). Son roman, Madame Bovary, issu d'un fait divers (une
femme infidèle à son mari, un médecin, s'empoisonne) se veut le fruit d'une observation
méthodique et objective de la réalité. Il fit scandale à sa parution en 1857.
Zola 
Il est à l'origine du naturalisme. Ainsi ses œuvres sont documentées, et proches d'une réalité
souvent difficile, voire abominable.
Parmi ses œuvres:
L'Assommoir raconte la déchéance d'une famille qui sombre dans l'alcoolisme.
Germinal met en scène une famille de mineurs accablée par la misère.
Maupassant
Conteur réaliste, auteur de nouvelles, Maupassant met en scène de nombreux personnages

2
d'origines et de milieux très différents. Son œuvre montre le tragique de la condition humaine.
La nouvelle Boule de Suif en est l'une des illustrations.

Vous aimerez peut-être aussi