Vous êtes sur la page 1sur 84

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/340307534

Étude et Conception d’un Système de Transmission Optique en Utilisant la


Technologie WDM 4 x 20 Gbit/s

Research Proposal · July 2019


DOI: 10.13140/RG.2.2.14134.45121

CITATIONS READS

0 2,072

3 authors, including:

Haroun Errachid Adardour


Hassiba Benbouali University of Chlef
21 PUBLICATIONS   41 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Etude des performances d'un système de communication optique dans l'espace libre (FSO) en utilisant la technologie DWDM View project

Handover in LTE/LTE-A and radio cognitive View project

All content following this page was uploaded by Haroun Errachid Adardour on 31 March 2020.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


UNIVERSITE HASSIBA BENBOUALI DE CHLEF
Faculté de Technologie
Département d’Electronique

MEMOIRE DE MASTER

Domaine : SCIENCES ET TECHNOLOGIES

Filière : : TELECOMMUNICATIONS

Spécialité : SYSTEMES DES TELECOMMUNICATIONS

Étude et Conception d’un Système de Transmission Optique en

Utilisant la Technologie WDM 4 x 20 Gbit/s

Par

Mohammed Amine MOKRETAR

Nabil NOURA

Encadreur :
M. ADARDOUR H.Errachid
Maître Assistant «B» à l’UHBC

Chlef, Juil 2019


UNIVERSITE HASSIBA BENBOUALI DE CHLEF
Faculté de Technologie
Département d’Electronique

MEMOIRE DE MASTER

Domaine : SCIENCES ET TECHNOLOGIES

Filière : : TELECOMMUNICATIONS

Spécialité : SYSTEMES DES TELECOMMUNICATIONS

Étude et Conception d’un Système de Transmission Optique en

Utilisant la Technologie WDM 4 x 20 Gbit/s

Par

Mohammed Amine MOKRETAR

Nabil NOURA

Encadreur :
M. ADARDOUR H.Errachid
Maître Assistant «B» à l’UHBC

Chlef, Juil 2019


A mes parents,
A toute la famille…
Remerciements

Avant tout, je remercie ALLAH pour la faveur de la santé et de l’Islam et


pour l’aide qu’il nous a donné pour le réaliser.
J’adresse tout particulièrement à M. ADARDOUR Haroun Errachid,
Maître Assistant « B » à l’Université Hassiba Ben-Bouali CHLEF, mes sincères
reconnaissances et mes remerciements les plus vifs, de m’avoir dirigé et guidé tout
le long de ce travail. Ses critiques constructives, remarques et précieux conseils
ont contribué à faire progresser mes recherches.
ET nous exprimons également notre gratitude à tous les professeurs et
enseignants qui ont collaboré à notre formation tout au long de notre cycle.
Enfin, que nos parents, nos familles et nos amis trouvent à travers ces
quelques lignes l'expression de notre profonde gratitude pour leur soutien et leurs
encouragements de, tous les instants. On vous en remercie chaleureusement.

i
Résumé
Les performances du système de transmission via une fibre optique monomode (SMF)
peuvent être principalement détériorées par l'atténuation et la dispersion chromatique
du signal optique lors de la transmission de données. Actuellement, l'hybridation du
multiplexage par répartition en longueur d'onde dense (DWDM) avec le multiplexage par
répartition en longueur d'onde grossière (CWDM) devient nécessaire pour augmenter le
débit de transmission des services et également augmenter l'exploitation de la bande
passante de la fibre optique. Dans ce projet, nous allons étudier et évaluer la
performance d'une liaison optique DWDM/CWDM hybride, afin d'augmenter la capacité
d'une liaison optique simple. En outre, les paramètres de la liaison optique
DWDM/CWDM hybride proposée, tels que le taux d'erreur binaire (BER), le facteur de
qualité (facteur Q) et le diagramme de l'œil sont analysés en fonction de la distance de
liaison optique, le débit de transmission pour chaque canal, et les longueurs d'onde
CWDM et DWDM qui ont exploités en présence des conditions d'atténuation et de
dispersion chromatique du signal optique transmis.
Mots clés : SMF, DWDM, CWDM, performances de BER et facteur de Qualité, logiciel
OptiSystem.

Abstract
The performances of the transmission system through a single mode optical fiber
(SMF) can be mainly degraded by the attenuation and chromatic dispersion of the optical
signal during data transmission. Currently, the hybridization of Dense Wavelength
Division Multiplexing (DWDM) with Coarse Wavelength Division Multiplexing (ِCWDM) is
necessary to increase the transmission rate of services and also to increase the use of the
optical fibre bandwidth. In this project, we will investigate and assess the performances
of a hybrid DWDM/CWDM optical link, in order to increase the ability of a simple optical
link. In addition, the parameters of the proposed hybrid DWDM/CWDM optical link, such
as the bit error rate (BER), quality factor (Q factor) and eye diagram, are analyzed as a
function of: the distance of the optical link , the transmission rate for each channel, and
the CWDM and DWDM wavelengths which operated in the presence of the attenuation
and the chromatic dispersion conditions of the transmitted optical signal.
Keywords : SMF, DWDM, CWDM, Performances of BER and quality factor, OptiSystem
software.

‫ملخص‬
‫يمكن أأن يتدهور أأداء نظام النقل عبر ا أللياف الضوئية أأحادية الوضع بشكل أأساسي بسبب التوهين والتشتت اللوني ل إلشارة‬
‫ مع‬DWDM ‫ يصبح تهجين الإرسال المتعدد بتقس يم طول الموجة الكثيف‬،‫ في الوقت الحالي‬.‫الضوئية أأثناء نقل البياانت‬
‫ س نقوم بدراسة‬،‫ في هذا المشروع‬. ‫ضروري لزيدة معدل نقل الخدمات وعرض النطاق الترددي ل أللياف البصرية‬ ً CWDM

ii
‫وتقييم أأداء ارتباط بصري هجين ‪ ،DWDM / CWDM‬من أأجل زيدة قدرة ارتباط بصري بس يط‪ .‬ابلإضافة اإلى ذلك‪ ،‬يتم‬
‫تحليل معلمات الرتباط البصري الهجين المقترح ‪ ،DWDM / CWDM‬مثل معدل أأخطاء البت (‪ ،)BER‬عامل الجودة‬
‫(عامل ‪ ،)Q‬ومخطط العين كدالة على مسافة الرتباط البصري‪ ،‬ومعدل نقل كل قناة‪ ،‬و أأطوال موجي ‪ CWDM‬و‪DWDM‬‬
‫التي اس تغلت في ظل الظروف التوهين والتشتت اللوني ل إلشارة البصرية المرسلة‪.‬‬
‫الكلمات الأساس ية‪ ،CWDM ،DWDM ،SMF :‬أأداء ‪ BER‬وعامل الجودة‪ ، Q‬برانمج ‪.OptiSystem‬‬

‫‪iii‬‬
Table des matières

Remerciements ........................................................................................................................... i
Résumé ....................................................................................................................................... ii
Table des matières .................................................................................................................... iii
Sigles et abréviations................................................................................................................ vii
Liste des figures ......................................................................................................................... xi
Liste des tableaux ..................................................................................................................... xiii
Introduction générale............................................................................................................... 2

Chapitre 1 : Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

1.1 Introduction .......................................................................................................................... 4


1.2 Principe de transmission via une fibre optique ................................................................... 4
1.3 Multiplexage sur une fibre optique...................................................................................... 4
1.3.1 Le Multiplexage TDM fibre optique.............................................................................. 5
1.3.2 Le Multiplexage en longueur d’onde (WDM) .............................................................. 7
1.3.3 Types de la technologie WDM.................................................................................... 11
1.3.4 Comparaison entre TDM et WDM .............................................................................. 13
1.4 Conclusion .......................................................................................................................... 13

Chapitre 2 : Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

2.1 Introduction ........................................................................................................................ 15


2.2 Émetteurs optoélectroniques ............................................................................................ 15
2.2.1 Les sources optiques................................................................................................... 15
2.2.2 Modulateurs ............................................................................................................... 15
2.3 Canal de transmission ........................................................................................................ 15
2.3.1 La fibre optique........................................................................................................... 16

iv
2.3.2 Notions importantes................................................................................................... 17
2.3.3 Classification des fibres optiques ............................................................................... 20
2.3.4 Types de fibre monomode ......................................................................................... 22
2.3.5 Fenêtres de transmission et les bandes de fréquence optique WDM ....................... 23
2.4 Multiplexeur/Démultiplexeur Optique .............................................................................. 25
2.5 Transpondeur ..................................................................................................................... 26
2.6 Amplificateur Optique ....................................................................................................... 26
2.6.1 Types d’amplificateurs optiques ................................................................................ 27
2.6.2 Comparaison des amplificateurs optiques ................................................................. 27
2.7 Récepteurs optoélectroniques ........................................................................................... 28
2.7.1 Le module de réception .............................................................................................. 28
2.7.2 Photo-détecteurs ........................................................................................................ 28
2.7.3 Principe de la photo-détection .................................................................................. 29
2.7.4 Types de photo-détecteurs ........................................................................................ 29
2.7.5 Caractéristique d'un photo-détecteur........................................................................ 31
2.8 Conclusion .......................................................................................................................... 32

Chapitre 3 : Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les critères de Qualité

3.1 Introduction ........................................................................................................................ 34


3.2 Les effets linéaires dans une fibre optique ....................................................................... 34
3.2.1 L'atténuation .............................................................................................................. 34
3.2.2 La dispersion dans une fibre optique ......................................................................... 35
3.3 Les effets non-liniers dans une fibre optique .................................................................... 39
3.3.1 Les conséquences de l'effet de kerr. .......................................................................... 39
3.3.2 Les effets Raman et Brillouin ...................................................................................... 41
3.4 Les critères de qualité d'une transmission optique WDM ................................................. 42
3.4.1 Le facteur Q et le BER ................................................................................................. 42
3.4.2 Le rapport signal sur bruit optique (OSNR) ................................................................ 43
3.5 Conclusion .......................................................................................................................... 43

v
Chapitre 4 : Simulation d'une liaison optique hybride DWDM/CWDM

4.1 Introduction ........................................................................................................................ 45


4.2 Présentation du logiciel OptiSystem .................................................................................. 45
4.2.1 Optiwave : un logiciel complet pour la simulation optique ....................................... 46
4.2.2 Les principaux avantages ............................................................................................ 47
4.3.3 Edition et simulation................................................................................................... 47
4.3 Les performances d’une liaison optique ............................................................................ 49
4.4 Résultats de simulation et interprétations ........................................................................ 50
4.4.1 Scénario 1 pour une liaison optique simple. .............................................................. 50
4.4.2 Scénario 2 pour une liaison optique hybride DWDM/CWDM ................................... 56
4.5 Conclusion .......................................................................................................................... 60
Conclusion générale ................................................................................................................. 62
Références bibliographiques ................................................................................................... 64

vi
Sigles et abréviations

A
APD Avalanche Photodiode
ATM Asynchronous Transfer Mode
ASK Amplitude Shift Keying

B
Bande O Bande Original
Bande E Bande Extended
Bande S Bande Short wavelength
Bande C Bande Conventionnel ou Central
Bande L Bande Longue.
Bande U Bande Ultra longue
BER Bit Error Rate

C
CWDM Coarse Wavelength Division Multiplexing

D
DD Directe Detection
DWDM Dense Wavelength Division Multiplexing
DEL Diode Electroluminescent
DSF Dispersion Shifted Fiber

vii
DL Diode Laser
DCF Dispersion Compensating Fiber

E
EDFA Erbium Doped Fiber Amplifier
ETDM Electronic Time Division Multiplexing
E/O Electrique/Optique

F
FO Fibre Optique.
Facteur-Q Facteur de Qualité.
FDM Frequency Division Multiple.
FWM Four Wave Mixing.

I
ITU International Telecommunication Union.
IP Internet Protocol.
IT Intervalle de Temps.

L
LED Light-Emitting Diode.

N
NRZ Non Return to Zero.
NZ-DSF Non Zero Dispersion Shifted Fiber.

viii
O
OC Optical Carrier.
OTDM Optical Time-Division Multiplexing.
OSNR Optical Signal to Noise Ratio.

P
PIN Positive Intrinsic Negative Photodiodes.
PN Positive Negative.
PRBS Pseudo-Randoom Binary Sequence.
PSK Phase-Shift Keying.
PMD Dispersion Modale de Polarisation

R
RF Radio Frequency
Rx Réception en télécommunication.
RZ Return to Zero.

S
SNR Signal-to-Noise Ratio
SDH Synchronous Digitail Hierarchy
SCOA Semi-conductor Optical Amplifiers
SMF Single Mode Fiber
STM Synchrounous Transport Module
SPM Self-Phase Modulation

T
TEB Taux Erreur Binaire
TDM Time Division Multiple
Tx Émission ou Transmission, en télécommunication

ix
V
VLC Visible Light Communications

W
WDM Wavelength Division Multiplexing.

x
Liste des Figures

Chapitre 1

Figure 1.1 Schéma de base d'une liaison optique entre Tx-Rx. ................................................. 4
Figure 1.2 Multiplexage d’une ligne........................................................................................... 5
Figure 1.3 Répartition temporelle (TDM). ................................................................................. 5
Figure 1.4 Répartition temporelle (TDM) de 4 voies vers 1....................................................... 6
Figure 1.5 Schéma synoptique d’un multiplexage OTDM. ........................................................ 6
Figure 1.6 Schéma synoptique d’un multiplexage ETDM.......................................................... 7
Figure 1.7 Schéma de principe de ETDM dans les communications par fibre optique. ............ 7
Figure 1.8 Répartition des sous-bandes dans le cas d’un multiplexage WDM.......................... 8
Figure 1.9 La transmission optique des données est effectuée à chaque fréquence propre.... 8
Figure 1.10 Schéma de principe du multiplexage WDM avec 3 longueurs d’onde.. ................. 8
Figure 1.11 Le système WDM utilisant une amplification optique............................................ 9
Figure 1.12 Réseau LAN à répartition en longueur d’onde. .................................................... 10
Figure 1.13 Différents protocoles sont multiplexés................................................................. 10
Figure 1.14 Longueurs d'onde CWDM ..................................................................................... 11
Figure 1.15 Longueurs d’onde DWDM..................................................................................... 12

Chapitre 2

Figure 2.1 Structure interne d'une fibre optique..................................................................... 16


Figure 2.2 Indice de réfraction ................................................................................................. 17
Figure 2.3 Propagation dans la fibre optique. ......................................................................... 18
Figure 2.4 Ouverture Numérique : Cas ou (γ < γm )................................................................. 19
Figure 2.5 Ouverture Numérique : Cas ou (γ > γm )................................................................. 19
Figure 2.6 Fibre optique multimode à saut d'indice................................................................21
Figure 2.7 Fibre optique multimode à gradient d'indice.........................................................21
Figure 2.8 Fibre optique monomode à saut d'indice...............................................................22
Figure 2.9 Dispersion chromatique des fibres monomodes. ................................................... 23
Figure 2.10 Dispersion courbe d'atténuation de la silice vs les fenêtres de transmission...... 24
Figure 2.11 Courbe d’atténuation de la silice vs les bandes de transmission WDM. .............. 25
Figure 2.12 Multiplexeur/Démultiplexeur en longueur d’onde.. ............................................ 26
Figure 2.13 Les configurations de l’amplificateur optique ...................................................... 27
Figure 2.14 La fonction d’un récepteur optoélectronique...................................................... 28

xi
Figure 2.15 Module d’un récepteur optique. .......................................................................... 28
Figure 2.16 Photo-détecteurs. ................................................................................................. 29
Figure 2.17 Coupe transversale d’une diode PIN..................................................................... 30

Chapitre 3

Figure 3.1 L’atténuation spectrale d’une fibre optique ........................................................... 34


Figure 3.2 Elargissement temporel en fonction de la longueur de la fibre ............................. 36
Figure 3.3 Effet de la longueur de la fibre sur la dispersion chromatique .............................. 37
Figure 3.4 Schéma de principe du DGD dû à la biréfringence ................................................. 38
Figure 3.5 Mélange à quatre ondes dans le contexte WDM ................................................... 41
Figure 3.6 Schéma du processus du mélange à quatre ondes dans le cas dégénéré .............. 41
Figure 3.7 Principe d’évaluation du taux d’erreur par le facteur Q ......................................... 43

Chapitre 4

Figure 4.1 Interface graphique du logiciel OptiSystem ............................................................ 45


Figure 4.2 L’interface graphique de l'utilisateur ...................................................................... 46
Figure 4.3 Le paramétrage d´un composant ............................................................................ 47
Figure 4.4 Modification des paramètres globale du layout ..................................................... 48
Figure 4.5 Démarrage de la simulation .................................................................................... 48
Figure 4.6 Affichage des résultats de la simulation ................................................................. 49
Figure 4.7 Diagramme de l’œil d’une transmission par fibre optique ..................................... 49
Figure 4.8 Schéma de base d'une liaison optique proposée entre Tx-Rx ................................ 50
Figure 4.9 Taux d'erreur binaire (BER) en fonction de la distance de SMF ............................. 51
Figure 4.10 Facteur de qualité (Q) dB en fonction de la distance de SMF .............................. 51
Figure 4.11 Les diagrammes de l’œil en fonction de la distance de SMF ................................ 52
Figure 4.12 La solution proposée pour la liaison optique simple ............................................ 53
Figure 4.13 Taux d'erreur binaire (BER) en fonction du débit de la transmission ................... 55
Figure 4.14 Facteur de qualité (Q) dB en fonction du débit de la transmission ...................... 55
Figure 4.15 Liaison optique hybride DWDM/CWDM ............................................................... 57
Figure 4.16 Puissance de signal vs longueurs d’onde de DWDM/CWDM ............................... 57
Figure 4.17 Taux d'erreur binaire (BER) vs longueurs d’onde CWDM /DWDM....................... 59
Figure 4.18 Facteur de qualité (Q) dB vs longueurs d’onde CWDM /DWDM.......................... 60

xii
Liste des Tableaux

Chapitre 2

Tableau 2.1 Caractéristiques générales des fibres monomodes et multimodes.....................20


Tableau 2.2 Caractéristiques de quelques fibres ..................................................................... 22
Tableau 2.3 Fenêtres de transmission des fibres de silice ...................................................... 24
Tableau 2.4 Performances des trois types d’amplificateurs ................................................... 27
Tableau 2.5 Caractéristiques comparées des amplificateurs optiques ................................... 28

Chapitre 4

Tableau 4.1 Facteur de qualité (Q) et taux d'erreur binaire (BER) vs de la distance SMF de . 52
Tableau 4.2 Les performances après la compensation vs la distance de SMF ........................ 53
Tableau 4.3 La portée maximale de SMF et DCF après la compensation ............................... 54
Tableau 4.4 Les performances après la compensation vs débit de la transmission ............... 56
Tableau 4.5 Le débit maximum après la compensation .......................................................... 56

xiii
Introduction Générale
Introduction Générale

La croissance rapide de la demande des liaisons de télécommunication à grande capacité,


et l'utilisation efficace de la bande passante sur une fibre optique ont entraîné une
augmentation extraordinaire de l'utilisation du multiplexage par répartition en longueur
d'onde (WDM) dans les réseaux d’ondes lumineuses avancés. Cependant, le WDM est une
méthode de transmission de données de différentes sources sur la même liaison de la fibre
optique en même temps, chaque canal a des données étant acheminé sur sa propre
longueur d'onde.
La conception et l’application optimales de la fibre optique sont très importantes pour la
qualité de transmission du système de transmission à fibre optique. Et l’objectif principal des
systèmes de communication est de fournir une transmission de données de haute qualité à
longue distance. La perte et la dispersion sont des éléments affectant le réseau WDM.
À haut débit, l'élargissement induit par la dispersion d'impulsions courtes se propageant
dans la fibre provoque une diaphonie entre les signaux numériques adjacents, ce qui
entraîne des erreurs lorsque la distance de communication augmente. L'émergence des
amplificateurs dopés à l'erbium (EDFA) a augmenté la distance d'une liaison à fibre optique
et résoudre le problème des pertes qui peuvent être présenté lors de la transmission des
données dans les systèmes de communication optiques. Cependant, ces amplificateurs
optiques induisent des effets non-linéaires, qui limitent le débit et la distance de
propagation dans une liaison par fibre optique. La dégradation du signal optique dans les
systèmes WDM est due aux effets combinés de la dispersion de vitesse de groupe, de la non-
linéarité de Kerr et de l'accumulation d'une émission spontanée amplifiée due à une
amplification périodique. Par conséquent, la gestion de la dispersion et de la non-linéarité
est d’une importance primordiale dans les systèmes de WDM.
Les techniques les plus couramment utilisées pour la compensation de dispersion sont les
fibres à compensation de dispersion (DCF). En raison de sa simplicité et de sa fiabilité, le
format DCF est une méthode importante pour la compensation de dispersion et la mise à
niveau des liaisons déjà installés de la fibre optique monomode (SMF).
Dans ce document, une étude est effectuée pour évaluer les performances d'un système
hybride DWDM/CWDM en utilisant une fibre DCF avec une configuration pré-compensation,
où la conception du système hybride DWDM/CWDM proposé a été simulée sous le logiciel
OptiSystem. Les performances du système hybride DWDM/CWDM dans ce projet peuvent
être analysées en déterminant le facteur de qualité (Q), et le taux d’erreur binaire (BER).
Ce mémoire est subdivisé en quatre chapitres, dans le premier chapitre, la technique de
multiplexage en longueur d'onde est présentée. Dans le deuxième chapitre, les composants
optoélectroniques pour constituer un système WDM sont introduites. Le troisième chapitre
est évoqué les effets limitatifs et les critères de qualité d’une liaison WDM. Les résultats
obtenus sont illustrés et interprétés au quatrième chapitre. En plus, d’une introduction
générale, d’une conclusion générale, des perspectives et une référence bibliographie
récente.

2
CHAPITRE 1

Technique de Multiplexage
en Longueur d'Onde
Chapitre 1 Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

1.1 Introduction
Ces dernières années, les réseaux optiques ont connu un développement rapide et ce
développement est dû à l’augmentation de la demande de débit de la transmission.
Cependant, le téléchargement des vidéos et images en haute-définition et l'exploitation de la
visioconférence nécessitent une grande bande passante afin d’accéder à l’information le plus
rapidement possible. De ce fait, les chercheurs ont préconisé comme solution très efficace et
fiable pour augmenter le débit de la transmission par fibre optique, est l'utilisation de la
technique du multiplexage en longueur d'onde (WDM). Dans le présent chapitre, nous allons
évoquer un état de l'art sur la technologie du multiplexage en longueur (WDM) d'onde dans
les réseaux d'accès optiques, en présentant son principe, ses avantages, ses limites et ses
types, à savoir : CDWM et DWDM.

1.2 Principe de transmission via une fibre optique


Tout système de transmission d’informations possède un émetteur et un récepteur. Dans
une liaison optique, deux fibres sont nécessaires. L’une gère l’émission, l’autre, la réception.
Il est possible de concentrer l'émission et la réception sur le même brin, mais cette technologie
est rarement utilisée, car l’équipement de transmission en est plus onéreux.
L’information est portée par un support physique (la fibre) appelé le canal de transmission.
Aux extrémités, deux transpondeurs partenaires échangent les signaux, l'émetteur traduit les
signaux électriques en impulsions optiques et le récepteur effectue la fonction inverse : il
détecte les signaux optiques et les traduit en signaux électriques. Au cours de son parcours, le
signal est atténué et déformé : des répéteurs et des amplificateurs placés à intervalles
réguliers permettent de conserver l’intégrité du message [1]. La figure 1.1 illustre le principe
de base d'une de la transmission de données par une fibre optique.

Fig-1.1 Schéma de base d'une liaison optique entre Tx-Rx.

1.3 Multiplexage sur une fibre optique


Le multiplexage consiste à faire transiter sur une seule et même ligne de liaison (ici la fibre
optique), dite voie haute vitesse, des communications appartenant à plusieurs paires

4
Chapitre 1 Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

d'équipements émetteurs et récepteurs comme illustre dans la figure 1.2 [2]. Chaque
émetteur (respectivement récepteur) est raccordé à un multiplexeur (respectivement
démultiplexeur) par une liaison dit voie basse vitesse. Pour les nouvelles architectures de
réseau d’accès optique, nous utilisons une technique de multiplexage le plus répandue, à
savoir : le multiplexage en longueurs d’onde. Dans ce qui suit, nous expliquerons le principe
du multiplexage en longueurs d’onde avec leurs points forts et leurs limites, mais avant cela,
nous commençons à expliquer le multiplexage temporel pour une liaison optique.

Fig-1.2 Multiplexage d’une ligne.


1.3.1 Le Multiplexage TDM
Le multiplexage à répartition temporelle (TDM) consiste à affecter à un utilisateur unique
la totalité de la bande passante pendant un court instant, ceci à tour de rôle pour chaque
utilisateur, comme est illustré sur la figure 1.3. Cependant, l'allocation de cette bande
passante se fait en divisant l'axe du temps en périodes de durée fixe, et chaque utilisateur ne
va transmettre que pendant une de ces périodes déterminée, voir la figure 1.4. Un intervalle
de temps fixe (IT) est successivement assigné à une source.
Le multiplexage TDM permet alors de regrouper plusieurs canaux de communications à bas
débits sur un seul canal à débit plus élevé, à titre d’exemple, conception d’un débit 40 Gbits/s,
à partir de 4 séquences à 10 Gbits/s [3,4].

Fig-1.3 Répartition temporelle (TDM).

5
Chapitre 1 Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

Fig-1.4 Répartition temporelle (TDM) de 4 voies vers 1.


a. Le Multiplexage TDM Optique (OTDM)
Le multiplexage temporel peut être réalisé optiquement (OTDM, Optical Time Division
Multiplexing). L’émetteur est constitué de N sources optiques en parallèle modulées au débit
𝐷𝑏 bits/s, voir la figure 1.5. En outre, cette technique nécessite que les signaux optiques soient
ensuite codés de type RZ pour que les impulsions codées aient désormais une durée inférieure
à Tb/N et que le multiplexage optique puisse se faire sans recouvrement optique.
À titre d’exemple, un signal modulé à 40 Gbits/s peut être obtenu par multiplexage des
sorties codées RZ de 4 modulateurs optiques attaqués par des trains à 10 Gbits/s.

Fig-1.5 Schéma synoptique d’un multiplexage OTDM.


b. Le Multiplexage TDM électronique (ETDM)
Le concurrent de technique du multiplexage OTDM est le multiplexage électronique
s'appelé ETDM (Electronic Time Division Multiplexing). Dans le cas de l’ETDM, le codage RZ et
« l’assemblage » des données se font électriquement, comme est illustré sur la figure 1.6. En
outre, le haut débit obtenu est ensuite utilisé pour la modulation du courant de polarisation
d’une diode laser et il n’y a qu’un seul signal lumineux émis. Cette étape est représentée sur
la figure 1.7 par la présence de trois circuits électroniques et d’un multiplexeur électronique
[5,6].

6
Chapitre 1 Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

Fig-1.6 Schéma synoptique d’un multiplexage ETDM.

Fig-1.7 Schéma de principe de ETDM dans les communications par fibre optique.
1.3.2 Le multiplexage en longueur d’onde (WDM)
a. Principe
Le multiplexage en longueur d'onde (Wave length Division Multiplexing, WDM), consiste à
envoyer dans une seule fibre N porteuses optiques à différentes longueurs d'onde
transmettant chacune un débit 𝐷𝑏 . Ce n’est plus l’axe du temps qui est découpé en périodes
pour chaque utilisateur, mais la bande passante. Et chaque sous-bande est affectée à une voie,
comme est illustré sur la figure 1.8. Ainsi, plusieurs transmissions peuvent être faites
simultanément, chacune sur une bande de fréquence particulières, voir la figure 1.9. Ce
procédé est encore appelé multiplexage en fréquence (Frequency Division Multiplexing,
FDM). Ces deux termes recouvrent la même notion, mais par habitude, on parle de
multiplexage en longueur d’onde lorsque la séparation entre deux canaux est relativement
grande (typiquement plus de 1 nm), tandis que l’on parle de multiplexage en fréquence
lorsque cet écart est relativement petit.

7
Chapitre 1 Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

Fig-1.8 Répartition des sous-bandes dans le cas d’un multiplexage WDM.

Fig-1.9 La transmission optique des données est effectuée à chaque fréquence propre.
b. Description
L’utilisation du multiplexage WDM nécessite un ensemble des diodes lasers émettant à des
longueurs d’onde différentes mais assez proches, à titre d'exemple, dans le voisinage des 1550
nm. Et de multiplexeur/démultiplexeur optique pour combiner/séparer l’ensemble des
signaux optiques dans la fibre optique. La figure 1.10 montre un exemple d’une liaison optique
utilisant le multiplexage WDM.

Fig-1.10 Schéma de principe du multiplexage WDM avec 3 longueurs d’onde.

8
Chapitre 1 Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

Afin d’assurer une bonne qualité de transmission optique via la technologie WDM, il est
important de déterminer l’espacement minimum à respecter entre les longueurs d’onde
émises par chacune des sources. Cette grandeur dépend de plusieurs choses : qualité de la
fibre, qualité des multiplexeur/démultiplexeur, longueur de transmission, qualité des sources,
débit des données de chaque source…
La fibre optique transporte alors un débit numérique égal à 𝑁 ∗ 𝐷𝑏 . Cette dernière est
souvent définie comme la capacité du système [4].
c. Applications
L’intérêt premier du WDM est de permettre le transport de débits d’informations très
importants sur une même fibre optique, à destination de plusieurs utilisateurs. On trouve
aujourd’hui des systèmes à 32 * 10 Gbits/s, 160 * 10 Gbits/s. Dans un futur proche, des
systèmes à 100*40 Gbits/s seront installés. Mais le véritable point de départ du
développement des systèmes de transmission WDM s’est fait lorsqu’il a été associé à
l’amplification optique, comme est illustré sur la figure 1.11. En effet, l’apparition des
amplificateurs à fibre dopée à l’Erbium (EDFA) a permis l’amplification simultanée de
l’ensemble des N canaux d’un multiplex, sans distorsion du signal utile. Envoyer N canaux dans
une fibre optique plutôt que N fibres devenait un avantage économique indiscutable. Si, il y a
encore peu de temps, l’espacement entre canaux était de l’ordre de 1nm, le terme de DWDM
(Dense DWM) est maintenant utilisé. En effet, avec l’apparition, sur le marché, de lasers
accordables de très bonne qualité, l’espacement entre les longueurs d’onde a pu être
progressivement réduit, et est descendu à 0,8 nm ou 0,4 nm [6]. De plus, une seconde
application du WDM concerne les réseaux locaux. Chaque abonné se voit alors attribuer une
longueur d'onde, c'est-à-dire une “couleur”, comme le représente la figure 1.12 Cette
méthode présente l'avantage de permettre une évolution continue du réseau par l'adjonction
de nouveaux services ou de nouveaux abonnés simplement par insertion d'une nouvelle
longueur d'onde [7].

Fig-1.11 Le système WDM utilisant une amplification optique.

9
Chapitre 1 Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

Fig-1.12 Réseau LAN à répartition en longueur d’onde.


d. Les avantages de la technologie WDM
Nous pouvons mentionner quelques avantages du multiplexage optique en longueur
d'onde :
 la technologie WDM garantit des débits de transmission élevée et de taux de partage
dans le réseau d'accès ;
 dans la technologie WDM, la transmission est transparente, permet aussi une
indépendance vis-à-vis les protocoles et une indépendance entre canaux (on peut
trouver sur une même fibre optique de la voix dans des trames SDH, de la vidéo dans
des cellules ATM), comme il est illustré sur la figure 1.13 ;
 nous pouvons contribuer à plusieurs applications dans cette technologie, à titre
d'exemple : le multiplexage en longueurs d’onde pour la commutation et le routage
optique ;
 la limite de débit imposée par la technique TDM peut être dépassée en introduisant le
WDM et en affectant une longueur d'onde par utilisateur [8,9].

Fig-1.13 Différents protocoles sont multiplexés [9].


10
Chapitre 1 Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

e. Les limitations de la technologie WDM


Nous pouvons citer quelques limitations du multiplexage optique en longueur d'onde :
 effet de la diaphonie due à d’autres phénomènes non-linéaires (produisent lors de la
propagation du signal dans la fibre optique dépendamment du niveau de puissance
véhiculé) ;
 effet de la diaphonie due à la conversion Raman ;
 effet de la polarisation au niveau des multi/démultiplexeurs (pertes d’insertion) ;
 effet de filtrage de longueur d’onde sur les lasers multimodes ;
 espace entre voies lié aux relations d’incertitude [10].
1.3.3 Types de la technologie WDM
On distingue plusieurs types de multiplexage en longueur d'onde. Dans cette section, nous
mentionnons les plus utilisé dans les applications de transmission optique :
a. CWDM
La technologie CWDM (Coarse Wavelength Division Multiplexing) est adaptée pour le
transport courte distance. En outre, le système CWDM est idéalement adéquat pour des
infrastructures en fibre optique avec des portées de fibres qui sont à 50 km ou moins et qui
n'ont pas besoin de la régénération du signal ou de la présence des amplificateurs optiques,
utilisent des lasers qui ont un débit de 2,5 Gbps (OC-48/STM-16) et peuvent multiplexer
jusqu'à 18 longueurs d'onde. Cela fournit un maximum de 45 Gbps sur une seule fibre optique.
Le laser de transmission et le détecteur de réception sont généralement intégrés dans un
ensemble unique appelé un émetteur-récepteur optique. Les multiplexeurs optiques et
démultiplexeurs sont définis à ces longueurs d'onde. Ils ne nécessitent pas un contrôle étroit
en longueur d’onde, ce qui explique leur coût moins élevé par rapport aux équipements
DWDM.

Fig-1.14 Longueurs d'onde CWDM [11].

11
Chapitre 1 Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

La répartition en longueur d'onde de la technologie CWDM est illustrée sur la figure 1.14
ci-dessus. Le système CDWM est caractérisé par un espacement entre canaux de 20 nm ou
2500 GHz (spécifiés par la norme ITU G.694.2). La grille CWDM est définie en termes de
séparation de longueur d'onde. Cette grille est constituée de 18 longueurs d'onde définies
dans la plage 1270 nm à 1610 nm [8,11].
b. DWDM
La technologie DWDM est adaptée pour le transport courte et longue distance de données.
En outre, le système DWDM est parfaitement adapté dans le Metro ou longue distance où les
demandes de capacité sont extrêmement élevées. Cette grande capacité demande un résultat
de l'agrégation des services reçus des clients multiples à la périphérie de l'entreprise, utilisent
des lasers qui ont un débit pouvant aller jusqu'à 10 Gbps (OC-192/STM-64) et peuvent
multiplexer jusqu'à 240 longueurs d'onde. Cela fournit un maximum de 2,4 Tbps sur une seule
fibre optique. De plus, les nouveaux systèmes DWDM seront en mesure de soutenir 40 Gbps
avec un maximum de longueurs d'onde de 300 chaînes, résultant en 12 Tbps de bande
passante sur une seule fibre optique. Les émetteurs–récepteurs optique des systèmes DWDM
consomment plus d'énergie et dissiper la chaleur beaucoup plus que les émetteurs-récepteurs
des systèmes CWDM. Cela crée une obligation pour le refroidissement des sous-systèmes de
DWDM.

Fig-1.15 Longueurs d’onde DWDM [11].


La répartition en longueur d'onde de la technologie CWDM est illustrée sur la figure 1.15
ci-dessus. Cependant, les systèmes DWDM Metro déployés utilisent généralement un
espacement de fréquence de 100 GHz ou de 200 GHz. L’espacement commun du DWDM peut
être 200, 100, 50, 25, ou 12,5 GHz avec un nombre de canaux pouvant atteindre jusqu'à 300
ou plusieurs canaux à des distances de plusieurs milliers de kilomètres avec l'amplification et
la régénération le long de cette route. Comme spécifiés par le standard ITU G.694.1, les
systèmes DWDM sont caractérisés par un espacement entre canaux de 50 ou 100 GHz. La
grille de fréquence de DWDM est ancrée à 193,1 THz. Les systèmes DWDM ont de façon

12
Chapitre 1 Technique de Multiplexage en Longueur d'Onde

significative une granularité plus fine entre les longueurs d'onde (espacement typique de 100-
GHz) par rapport à leurs homologues CWDM. Selon la grille ITU, les produits DWDM
fonctionnent dans la bande C entre 1530 et 1565 nm ou dans la bande L entre 1565 et 1625
nm. L’un des avantages du DWDM est le gain dans la région de l'EDFA (Amplificateur à Fibre
dopée Erbium) qui correspond à la bande C. Les longueurs d’onde peuvent être amplifiées
pour compenser les pertes dues à la longue distance de transmission des fibres ou /et les
pertes passives élevées (pertes du coupleur, du multiplexeur, etc…) [8,11].
I.3.4 Comparaison entre TDM et WDM
TDM et WDM sont deux méthodes de multiplexage de plusieurs signaux dans une seule
fibre optique. Le multiplexage est le processus consistant à combiner plusieurs signaux en un
seul, de manière à ce que chaque signal individuel puisse être récupéré à la destination. Étant
donné que plusieurs signaux occupent le canal, ils doivent partager la ressource d’une manière
ou d’une autre.
La principale différence entre WDM et TDM réside dans la manière dont ils divisent le canal.
Le WDM divise le canal en deux ou plusieurs gammes de longueurs d'onde qui ne se
chevauchent pas, tandis que le TDM divise et attribue certaines périodes à chaque canal de
manière alternée. Par conséquence, nous avons constaté que pour le TDM, chaque signal
utilise toute la bande passante et une partie du temps, tandis que pour le WDM, chaque signal
utilise une petite partie de la bande passante et tout le temps.
La technique TDM offre une flexibilité et une efficacité accrues en allouant de manière
dynamique plus de périodes aux signaux nécessitant davantage de bande passante, tout en
réduisant les périodes aux signaux qui n'en ont pas besoin. En revanche, la technique WDM
manque de ce type de flexibilité, car il ne peut pas modifier dynamiquement la largeur de la
longueur d'onde allouée.
La technique WDM se révèle bien mieux la latence que la technique TDM. La latence est le
temps nécessaire pour que les données atteignent leur destination. Comme le TDM alloue des
périodes, un seul canal peut émettre à la fois et certaines données sont souvent retardées,
même si ce n’est souvent qu’en millisecondes. Étant donné que les canaux WDM peuvent
émettre à tout moment, leurs latences seraient bien inférieures à celles du TDM. En outre, la
technique WDM est généralement utilisée dans des applications où la latence est une priorité
absolue, telles que celles nécessitant des informations en temps réel [12].

I.4 Conclusion
D'après l'enquête que nous avons fait dans ce chapitre, nous avons conclus que, la
technique du multiplexage en réseau d'accès optique à base de la longueur d'onde plus
performance que d’autres techniques du multiplexage. Donc, pour augmenter la capacité d’un
réseau d'accès optique en basant sur la technologie WDM. Le chapitre suivant sera consacré
à présenter les composants optoélectroniques de base qui permettant de constituer une
liaison optique à haut débit utilisant la technologie WDM.

13
CHAPITRE 2

Composants
Optoélectroniques d'une
Liaison WDM
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

2.1 Introduction
Avec le développement rapide des technologies de télécommunication, le monde vise à
utiliser des liaisons optiques pour augmenter le débit de transmission des données, afin de
répondre aux besoins des utilisateurs. Dans le présent chapitre, nous allons intéresser à
présenter des différents composants optiques et optoélectroniques constituant une liaison
optique WDM, de l'émetteur optique au récepteur optique.

2.2 Émetteurs optoélectroniques


L'objectif d'utiliser des composants optoélectroniques est de convertir le signal électrique
en signal optique, et vice versa. Cela se fait par l’intermédiaire de diodes émettrices (les
transmetteurs optiques) et photo-détecteur (les récepteurs optiques) à semi-conducteurs.
Ces composants, faciles à utiliser, peuvent en effet être modulés à des fréquences élevées
sous des tensions faibles [13].
2.2.1 Les sources optiques
Les sources optiques sont des composants actifs dans le domaine de la communication
par fibre optique. Leurs fonctions fondamentales sont de convertir une énergie électrique en
une énergie optique (conversion électro-optique).
En télécommunication optique la nécessité d’utiliser des bandes passantes de plus en
plus larges impose le choix des sources à spectres réduit telles que les diodes laser DL et les
diodes électroluminescentes DEL, ces deux sources sont réalisées à partir d'une jonction PN
polarisée en direct, le principe d’émission est dû à la recombinaison des paires électron-trou
[14].
2.2.2 Modulateurs
Les modulateurs servent à convertir les données numériques en ondes, soit par
modulation d'intensité, soit par modulation d'amplitude, tandis que les démodulateurs ont
la charge de reconvertir les signaux optiques en données numériques. Le moyen le plus
efficace de moduler le signal consiste à utiliser des diodes laser en modulation directe [15].

2.3 Canal de transmission


Les supports de transmission sont nombreux. Parmi ceux-ci, on distingue : les supports
métalliques, non-métalliques et immatériels. Les supports métalliques, comme les paires
torsadées et les câbles coaxiaux, sont les plus anciens et les plus largement utilisés ; ils
transportent des courants électriques. Les supports de verre ou de plastique, comme les
fibres optiques, transmettent la lumière, tandis que les supports immatériels des
communications sans fil propagent des ondes électromagnétiques et sont en plein essor.
Dans ce projet, nous utilisons la fibre optique comme support de transmission des données
[13].

15
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

2.3.1 La fibre optique


La fibre optique représente le support de propagation de la lumière (canal de
communication) dans les systèmes optiques. Il s'agit d'un guide d'onde diélectrique à
géométrie cylindrique constitué au centre d’un cœur composé essentiellement de silice pure
hautement raffinée et plus ou moins dopée a un indice de réfraction ncoeur légèrement plus
élevé (une différence de quelques % est suffisante) à celui de la gaine ngaine avec un diamètre
extérieur de l’ordre de 125 μm (pour les fibres conventionnelles) [13,16]. Elle peut donc
confiner la lumière qui se trouve entièrement réfléchie de multiples fois à l’interface entre
les deux matériaux, selon les lois de Descartes. Enfin, une gaine dite mécanique,
généralement en plastique, est rajoutée dont le premier rôle est de protéger la fibre
mécaniquement, et le second est de piéger la lumière qui se propage dans la gaine optique,
comme l'illustre la figure 2.1 [17].

Fig-2.1 Structure interne d'une fibre optique.


La fibre optique est, généralement, fabriqué de la silice, un matériau qui ressemble au
verre. La silice est un composé de silicium (S i) et d'oxygène (O) dont la formule chimique est
SiO2. Nous retrouvons ce composé dans la nature dans différents minéraux tels que le
quartz. Le principe de fabrication d’une fibre optique repose sur l’étirage d’une préforme de
verre. Grâce à des techniques complexes, on peut ainsi étirer un tube de verre d’un mètre
de long sur 10 cm de diamètre jusqu'à en faire une fibre optique de 150 km de long.
Les avantages de la fibre optique sont nombreux : diamètre extérieur de l’ordre de 0, 1
mm, poids de quelques grammes au kilomètre. Cette réduction de taille et de poids la rend
facile à utiliser. De plus, sa très grande capacité permet la transmission simultanée de
nombreux canaux de télévision, de téléphone… Les points de régénération des signaux sont
plus éloignés (jusqu’à 200 km), du fait de l’atténuation moindre de la lumière. Enfin,
l’insensibilité des fibres optiques aux parasites électromagnétiques est un avantage très
apprécié, puisqu’une fibre supporte sans difficulté la proximité d’émetteurs
radioélectriques. On peut l’utiliser dans des environnements perturbés (avec de puissants
champs électromagnétiques, par exemple). Par ailleurs, elle résiste bien aux écarts de

16
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

température. La fibre optique constitue la plupart des artères des réseaux de


télécommunications et des réseaux locaux à très haut débit [18].
2.3.2 Notions importantes
a. L'onde optique
L’onde optique qui se propage dans la fibre est une onde électromagnétique. Elle est
donc caractérisée par :
 Un champ électrique E ;
 Un champ magnétique H ;
 Une direction de propagation généralement notée z.
b. L'indice de réfraction
L'indice de réfraction (n) d'un milieu est défini comme le rapport de la vitesse de la
lumière dans le vide (c) par la vitesse de la lumière dans ce milieu (v) :
c
n=v (2.1)

Où c et v sont exprimées avec les mêmes unités de vitesse (m/s ou km/s en général).
L’indice de réfraction étant défini comme le rapport de deux grandeurs de même unité, il
ne possède pas d’unité.
Remarque : dans un milieu matériel, la vitesse de la lumière ne peut être supérieure à
celle possédée dans le vide donc un indice de réfraction est toujours supérieur ou égal à 1
[19].

Fig-2.2 Indice de réfraction [19].

17
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

Sur le schéma ci-dessus de la figure 2.1, on peut noter la présence d’une droite,
perpendiculaire à la surface du dioptre. Cette droite est appelée normale. Pour
déterminer l’indice de réfraction d’un milieu, on doit mesurer les angles d’incidence (i) et de
réfraction (r).
L’angle d’incidence (i) représente l’angle formé par le rayon incident et la normale
(appelé θ1 sur le schéma).
L’angle de réfraction représente l’angle formé par le rayon réfracté et la normale (appelé
θ2 sur le schéma).
Où, n1 et n2 représentent les indices des deux milieux étudiés.
Note : on parle de rayon incident pour désigner un rayon avant réfraction et de rayon
réfracté pour parler de rayon dévié.
L’utilisation de la deuxième loi de Smell-Descartes permet d’obtenir la relation :
n1 sin(i)
n2 = (2.2)
sin(r)

Par ailleurs, si le premier est l’air alors n1 = 1 donc la relation devient :


sin(i)
n2 = (2.3)
sin(r)

c. Le rayon optique
On définit le rayon optique comme étant la trajectoire de l’onde électromagnétique
correspondant à la direction du vecteur d’onde. Il se propage en ligne droite dans un milieu
d’indice constant. S’il rencontre une interface avec un milieu d’indice de réfraction plus
faible, il peut être totalement réfléchi sous certaines conditions d’angle d’incidence et se
propager indéfiniment dans l’axe de la fibre optique. Le guide peut être raisonnablement
courbé (rayon de courbure jusqu’à quelques centimètres) sans que la propagation soit trop
affectée [19].
d. Propagation dans la fibre optique
La propagation de la lumière s’effectue dans le cœur de la fibre par le phénomène
de réflexion totale illustré par des lois de Descartes, comme le montre la figure 2.3.

Fig-2.3 Propagation dans la fibre optique [19].

18
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

Un rayon est réfléchi à la frontière entre deux milieux d’indice de réfraction différents
n
lorsque son angle d’incidence 𝑖 est supérieur à la valeur imax telle que : sin( imax ) = G . Les
nC
dimensions des fibres s’expriment en micromètre 𝑛𝐶 > 𝑛𝐺 .
À partir de cette loi optique, on peut d'ores et déjà définir une première caractéristique
fondamentale de la fibre : l’Ouverture Numérique.
e. Ouverture Numérique (ON)
Le paramètre Ouverture Numérique (O.N) est un indice de la capacité de la fibre à
accepter le signal optique à l’entrée, il permet de définir pour chaque type de fibre l’angle
γ𝑚 correspondant à l’angle limite 𝛼𝑙𝑖𝑚 , pour lequel les rayons lumineux émis dans la fibre
sont complètement acceptés comme des rayons utiles, si seulement leur angle d’incidence
𝛾 est inférieur à γ𝑚 (𝛾 <γ𝑚 ), comme le montre la figure 2.4.

Fig-2.4 Ouverture Numérique : Cas ou (𝛾 < γ𝑚 ) [19].


Par contre, les rayons qui rentrent dans la fibre avec un angle d’incidence supérieur à γ𝒎
seront réfractés dans la gaine, ayant pour conséquence une dispersion de l’énergie
lumineuse, comme l’illustre la figure 2.5.

Fig-2.5 Ouverture Numérique : Cas ou (𝛾 > γ𝑚 ) [19].


L’ouverture numérique est exprimée comme suit :
ON = Sin(γ𝑚 ) = √𝑛12 − 𝑛22 (2.4)

19
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

Il est à noter que l’ouverture numérique est une quantité sans dimension inférieure à
l’unité avec des valeurs typiques comprises, il est aussi prouvé pour que les rayons puissent
se propager dans la fibre ils doivent être émis avec un angle 𝛾 < γ𝑚 correspondant à la
valeur de l’ouverture numérique caractérisant la fibre 09 [20].
2.3.3 Classification des fibres optiques
Les fibres optiques se séparent fondamentalement en deux catégories en fonction de leur
géométrie interne : à saut d’indice, si le changement d’indice à l’interface entre cœur et
gaine est brusque, ou à indice graduel si l’indice de réfraction décroît graduellement à
l’intérieur du cœur. En fonction de nombre du mode propageant elles se séparent en fibre
multimode (ou MMF pour MultiMode Fiber) et monomode(ou SMF pour Single Mode Fiber).
Le tableau suivant compare les caractéristiques de ces deux familles de fibres optiques :

Fibre monomode Fibre multimode

Ouverture numérique faible (connexion Ouverture numérique forte


(connexion facile)
délicate)
Faible atténuation
Très faible atténuation
Forte dispersion
Faible dispersion
Réseaux locaux
Haut débit longues distances
Tab-2.1 Caractéristiques générales des fibres monomodes et multimodes.
a. Fibres multimodes
Une fibre optique est un guide qui sera probablement multimode si le cœur a un grand
diamètre devant la longueur d’onde. Il est de l’ordre de 50 à 200 µm pour les fibres de silice,
et de 0.5 à 1 mm pour les fibres plastiques.
Dans une fibre multimode, les différents rayons se propagent longitudinalement grâce
aux réflexions totales qu'il subit à l'interface entre le cœur et la gaine en empruntant des
trajectoires différentes. Leurs chemins optiques et donc leurs temps de propagation sont
différents, ce qui résulte une dispersion dite multimodale. Ces fibres sont en général
employées pour les réseaux locaux (ne s'étendant pas sur plus de deux kilomètres), les bas
débits ou encore pour des longueurs d’onde proches de 850 nm.
Parmi les fibres multimodes, on distingue les fibres à faible indice ou saut d'indice (débit
limité à 50 Mb/s) et les fibres à gradient d'indice (débit limité à 1 Gb/s).
a.1 Fibres optiques multimodes à saut d’indice
Le type le plus simple de fibre multimode est la fibre optique à saut d’indice (step-index
fibre), dans laquelle les indices du cœur et de la gaine sont voisins de 1,5 pour les fibres de
silice, comme le montre la figure 2.6.

20
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

Fig-2.6 Fibre optique multimode à saut d’indice.


a.2 Fibres optiques multimodes à gradient d’indice
Les fibres à gradient d’indice (graded-index fiber) ont été spécialement conçues pour les
télécommunications à fin de minimiser l’effet de la dispersion intermodale sans trop réduire
l’ouverture numérique, donc la puissance couplée. L’indice de leur cœur diminue suivant
une loi d’allure parabolique depuis l’axe jusqu’à l’interface cœur-gaine, De sorte que les
rayons suivent des trajectoires sinusoïdales, et ceux qui passent par le milieu d’indice le plus
faible ayant le trajet le plus long, ce qui augmente leur vitesse et permet d’égaliser
approximativement les temps de propagation, comme l’illustre la figure 2.7.
La loi du profil d’indice est de la forme :
n(r) = ncoeur ∗ √1 − 2∆(r/α)α (2.5)
Avec a le rayon du cœur, r la variation de a, l’exposant α est proche de 2 et ∆ est la
différence relative d’indice de réfraction qui sera définie par la suite.

Fig-2.7 Fibre optique multimode à gradient d’indice.


b. Fibres monomodes
Pour qu’un guide ou une fibre optique puisse être monomode, ses dimensions
transverses ne doivent pas être très grandes devant la longueur d’onde. Dans ces conditions,
l’approximation de l’optique géométrique n’est plus valable et les calculs doivent recourir à
l’électromagnétisme.
Les fibres monomodes utilisées à la longueur d’onde 1550 nm possèdent un diamètre de
cœur extrêmement fin (8 à 10 µm en général), faible par rapport au diamètre de la gaine
(125 microns) et proche de l'ordre de grandeur de la longueur d'onde de la lumière injectée.
Compte tenu de ces dimensions, la fibre optique monomode classique est à saut d’indice.
L'onde se propage alors suivant un seul chemin optique sans réflexion, et par conséquence
une dispersion modale quasiment nulle. Leur petit diamètre du cœur nécessite une grande
puissance d'émission, comme le montre la figure 2.8.
21
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

Fig-2.8 Fibre optique monomode à saut d’indice.


À titre d’exemple, le tableau 2.2 récapitulé les caractéristiques de quelques fibres
normalisées par l’UIT-T :

Norme UIT-T G.652 G.653 G.655 G.655


Caractéristiques (NZDF) (Téra-light)

Année de mise en œuvre 1983 1985 1994 1994


Propriétés Diamètre cœur (µm) 9 9 9 9
Géométriqu
es Diamètre fibre (µm) 125 125 125 125

Propriétés Atténuation (dB/Km) 0.25 0.25 0.25 0.22


optiques Dispersion chromatique 17 0 0.07 8
(à 1550 µm) (ps/nm/Km)
Coefficient de non 2.7. 10−20 2.7. 10−20 2.7. 10−20 2.7. 10−20
linéarité (W/m2)
Section effective (µm2) 80 57 57 65
PMD (ps/sqrt(km) 0.05à0.08 0.1 max 0.1 max 0.04
Tab-2.2 Caractéristiques de quelques fibres.
2.3.4 Types de fibre monomode
L’Union Internationale des Télécommunications (UIT-T) a normalisé plusieurs types de fibres
monomodes pour les télécommunications, voir la figure 2.9.
a. Fibre standard
Sous le standard G 652 de l’UIT, la fibre standard est la plus ancienne, de diamètre de
cœur de 9 µm ; sa dispersion s’annule vers 1,3 µm, qui est sa longueur d’onde d’utilisation
optimale, notamment dans les réseaux locaux et métropolitains à très haut débit. Mais on
peut aussi l’utiliser à 1,55 µm avec des diodes lasers monochromatiques (∆𝜆 ≈ 0,1 nm) ; en
l’absence d’amplificateurs optiques, la distance est limitée par l’atténuation et cette solution
est satisfaisante, au mois jusqu’à des débits de 2,5 Gbit/s [13].

22
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

Fig-2.9 Dispersion chromatique des fibres monomodes.


b. Fibre à dispersion décalée
La fibre à dispersion décalée ou DSF (Dispersion Shifted Fiber) de standard G 653, a un
diamètre de cœur de 7 µm et un profil d’indice souvent plus complexe, en triangle ou
trapèze. Sa dispersion s’annule vers 1,55 µm ; mais son atténuation est un peu plus élevée.
Elle a été utilisée surtout pour les liaisons à très longue distance à amplificateurs optiques,
dont le paramètre critique est la dispersion et pas l’atténuation ; mais elle est peu
compatible avec le WDM, car la dispersion ne peut pas être annulée à toutes les longueurs
d’onde, et la dispersion nulle, favorise l’accumulation des effets non-linéaires. Elle recule au
profit de la fibre G 655.
c. Fibre à dispersion décalée non nulle
La NZ-DSF (Non Zero-Dispersion Shifted Fiber) de standard G 655, plus récente (1995) a sa
dispersion chromatique réduite à une valeur faible, mais non-nulle (de 3 à 6 ps/km/nm dans
la 3ème fenêtre) ; c’est en fait une famille de fibres avec des paramètres (et des noms
commerciaux) variant d’un fabricant à un autre. Grâce à un diamètre de cœur plus grand,
elle a de pertes plus faibles que la précédente, et est de plus, moins sensible aux effets non-
linéaires. Elle est donc bien adaptée au multiplexage en longueur d’onde. La pente (slope) de
sa dispersion est plus faible que pour les fibres précédentes (de, 05 à 0,1 ps/km/nm).
En 2004, la fibre G 656 a été normalisée, qui en est une variante présentant une
dispersion plus élevée sur une bande plus large (2 à 14 ps/km/nm de 1500 à 1610 nm)
adaptée au multiplexage peu dense en longueur d’onde [13].
2.3.5 Fenêtre de transmission et les bandes de fréquences optiques WDM
Compte tenu de l’atténuation et de la dispersion des fibres optiques, mais aussi
des caractéristiques des composants optoélectroniques disponibles, on définit des fenêtres
de transmission, bandes de longueur d’onde de propriétés spécifiques, à l’intérieur
desquelles on peut éventuellement pratiquer du multiplexage en longueur d’onde.

23
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

Fig-2.10 Dispersion Courbe d’atténuation de la silice vs les fenêtres de transmission [21].


En outre, il existe trois fenêtres sont utilisés pour la transmission des données via une
fibre optique, comme le montre la figure 2.10. Le tableau 2.3 récapitule les grandes fenêtres
de transmission utilisées [13].

Première Deuxième Fenêtre Troisième Fenêtre


Fenêtre
Longueur d’onde 0,78 à 0,9 µm 1,3µm 1,5 à 1,6
Type de fibre Multimode Multimode Monomode
utilisée et monomode
Atténuation Forte Faible Très faible (0,2dB/km)
(2 à 4 dB/km) (0,4 à 1 dB/km)
Dispersion Forte Quasi nulle Faible, non nulle très
chromatique faible dans les fibres à
dispersion décalée
Emetteur : type DEL ; diode DEL (dans Diodes laser DFB
laser multimodes), diodes (monochromatique)
VCSEL (très laser standard (dans
haut monomodes)
débit)
Matériau GaAlAs/GaAs GaInAsP/InP
Récepteur : matériau Silicium GaINAsP/InP
Ge,HgCdTe(très peu employés)
Coût des composants Faible Moyen Elevé
Application Transmission Transmission Transmission très
courte distance ; moyenne et longue longue
réseaux locaux ; distance ; réseaux distance et à
gigabit à très locaux et l’amplification optique
courte distance métropolitains haut
débit
Multiplexage Entre les deux fenêtres « Dense » (nombreux
canaux dans la même
fenêtre)
Tab-2.3 Fenêtres de transmission des fibres de silice [13].
24
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

Les fenêtres 1 et 2 résultent d'un compromis technico-économique entre l'atténuation


apportée par la fibre et les composants optoélectroniques utilisés en fonction des
applications.
La fenêtre 3 correspond à l'atténuation minimale, mais exige des composants
optoélectroniques, très performants, elle est réservée aux applications à haut débit et
longues distances.
Les bandes de fréquence optique (et donc les longueurs d’onde) qui sont exploitées dans
les systèmes WDM ont été normalisées par l’UIT selon le plan suivant, voir la figure 2.11 :
 Bande O (Original) : 1260 à 1360 nm (220.435 à 237.930 THz),
 Bande E (Extended) : 1360 à 1460 nm (205.337 à 220.435 THz),
 Bande S (Short wavelength) : 1460 à 1530 nm (195.942 à 205.337 THz),
 Bande C (Conventional) : 1530 à 1565 nm (191.560 à 195.942 THz),
 Bande L (Long wavelength) : 1565 à 1625 nm (184.487 à 191.560 THz),
 Bande U (Ultra-long wavelength) : 1625 à 1675 nm (178.980 à 184.487 THz).

Fig-2.11 Courbe d’atténuation de la silice vs les bandes de transmission WDM [13,21].

2.4 Multiplexeur/Démultiplexeur Optique


Il ne sera pas abordé ici les multiplexeurs électroniques où le multiplexage se fait sur le
signal électrique. Il existe sur le marché des multiplexeurs et des démultiplexeurs optiques.
Le principe est d’utiliser des sources ou plus à des longueurs d’onde différentes. Le
multiplexeur va permettre d’additionner les signaux sur une fibre optique et le
démultiplexeur va séparer les différents signaux pour disposer sur chaque sortie l’un de ces
signaux à la même longueur d’onde qu’à l’entrée, comme l’illustre la figure 2.12 [22].

25
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

Fig-2.12 Multiplexeur/Démultiplexeur en longueur d’onde [22].


Le multiplexeur : de construction relativement simple, le multiplexeur sera constitué de 2
à N entrées. Les signaux transmis sur les fibres d’entrée seront couplés dans une fibre de
sortie selon l’un des principes de couplage. La caractéristique la plus importante du
multiplexeur sera les pertes d’insertion. Ces pertes sont généralement de l’ordre du décibel.
Le multiplexeur optique (OMU) dans les systèmes WDM\DWDM peut être mis en œuvre via
diverses technologies les plus commercialisés aujourd'hui comportent 8, 16, 32, 80 et 160
canaux optiques.
Le démultiplexeur est un composant plus complexe que le multiplexeur, aussi bien par
son principe de fonctionnement que par sa construction. Il existe trois principes de
démultiplexage : le réseau, le prisme et le miroir dichroïque. Les deux premiers utilisant le
principe de la déviation géométrique du faisceau, le dernier utilisant le principe de la
déviation sélective. Le démultiplexeur optique (ODU) de système WDM peut être mis en
œuvre via diverses technologies. Il existe trois types couramment utilisés pour les
démultiplexeurs optique, une fibre optique réseau de Bragg, un diélectrique film type de
filtre, et un guide d'onde intégré optique.

2.5 Transpondeur
Le multiplexeur a pour rôle des changer les longueurs d'onde des signaux entrant et de
les multiplexer sur un seul canal. Pour changer les longueurs d'onde entrantes, il est
nécessaire d'utiliser un transpondeur. Donc lorsque des signaux arrivent au niveau du
multiplexeur, il est possible qu'ils aient la même longueur d'onde, même si l'émetteur est
différent. Étant donné qu'il n'est pas possible d'envoyer deux fois la même longueur d'onde
sur un même lien au risque d'erroné l'information des deux signaux, c'est le transpondeur
qui va se charger de changer la longueur d'onde de l’un de ces signaux.
2.6 Amplificateur optique
La distance de propagation d’un signal sur une fibre optique est limitée par l’atténuation
et la dispersion. On utilise les amplificateurs optiques dans les liaisons à longue distance, ils
remplacent les plus anciennes génératrices optoélectroniques afin de créer des liaisons
transparentes permettant notamment le multiplexage en longueur d’onde. Ils peuvent aussi
26
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

être utilisés comme booster en amont, servant à augmenter la puissance de l’émetteur afin
de pouvoir distribuer sur un plus grand nombre de fibres optiques [23].
2.6.1 Types d’amplificateurs optiques
Généralement, on distingue tout au long de la chaîne de transmission trois types
d’amplifications :
Les boosters : sont utilisés uniquement dans les systèmes comportant un seul canal, ils se
situent au début de la chaine, directement après l’émetteur. Ils se caractérisent par des
puissances très élevées en sortie, ce qui permet de débuter la transmission avec un signal de
fort niveau ;
Les amplificateurs en ligne : ils se situent sur la ligne de transmission et ont pour fonction
de rattraper les pertes induites par la fibre de ligne. Généralement situés tout les 70 km
environ, ils ont un gain élevé et un niveau de bruit faible ;
Les préamplificateurs : situés à la fin de la chaîne de transmission, ils ont pour fonction de
rehausser le niveau de signal avant le récepteur. Ils se caractérisent par un gain élevé et un
niveau de bruit très faible. La figure 2.13 montre la configuration des trois types
d’amplificateurs dans une liaison optique.
Le tableau 2.4 suivant récapitule les performances typiques de ces amplificateurs dans le
cas d’un EDFA en bande C [23].

Fig-2.13 Les configurations de l’amplificateur optique.


Type d’amplificateur Gain Figure de bruit Puissance de sortie
Booster >15 dB 6 dB > 20 dBm
Amplificateur en ligne 25 dB 5,5 dB 5,5 dB
Préamplificateur >30 dB 4,5 dB 10-15 dBm
Tab-2.4 Performances des trois types d’amplificateurs [13].
2.6.2 Comparaison des amplificateurs optiques
Dans le tableau 2.5, nous comparons les caractéristiques des amplificateurs optiques de
type EDFA (fibres dopées erbium) et SCOA (semi-conducteurs).

27
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

Amplificateurs EDFA en EDFA en EDFA en SCOA


silice silice Verres fluorés

Pompage à 980 nm 1480 nm 1480 nm


Gain 30 à 40 dB 20 à 30 dB 40 dB 20 à 30 dB

Rapport gain à 10 dB/mW 4 dB/mW 6dB/mW


puissance de pompe
Puissance de 20 à 30 dBm 10 à 15 dBm 17 à 20 dBm 10 dBm
saturation
Rendement 80%
quantique

Largueur de bande 20 à 30 nm 10 à 20 nm 30 nm 30 à 40 nm
amplifiée
Facteur de bruit 3 dB 6 à 9 dB 6 dB 12 dB
Tab-2.5 Caractéristiques comparées des amplificateurs optiques [13].
2.7. Récepteurs optoélectroniques
La fonction d’un récepteur optoélectronique ou d’un photo-détecteur est de transformer un
signal optique en un signal électrique, la figure 2.14 montre les composants fondamentaux
d'un récepteur optique pour une liaison à fibre optique.

Fig-2.14 La fonction d’un récepteur optoélectronique.


2.7.1 Le module de réception
La partie réception est le dernier étage d'une chaîne de transmission, ayant pour rôle de
recevoir le signal optique provenant via la fibre et le convertir en un signal électrique pour
en extraire les données transmises par l'émetteur optique [24]. La figure 2.15 représente le
schéma fonctionnel du récepteur optique afin de commuter le signal optique détecté en un
signal électrique.

Fig-2.15 Module d’un récepteur optique.


2.7.2 Photo-détecteurs
Les détecteurs de lumières ou photo-détecteurs couvrent aujourd’hui un grand domaine
d’applications (professionnel ou grand public). Ces applications sont nombreuses : télécoms
28
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

par fibres optiques, ou en espace libre, isolation galvanique, capteur solaire, détecteur de
présence, systèmes de prise de vue, etc…
Elles sont toutes fondées sur le principe du processus de transformation d’une puissance
lumineuse en un signal électrique. Celui-ci devant être le plus élevé possible pour un flux
optique aussi faible que possible. Lorsqu’il s’agit de transmettre des informations rapides,
voire très rapides, il faut que ce photo-détecteur réagisse très rapide. Ces considérations
élémentaires impliquent qu’un certain nombre de performances est atteint, pour satisfaire
les exigences de l’application envisagée [25]. La figure 2.16 illustre certains détecteurs
optiques.

Fig-2.16 Photo-détecteurs.
2.7.3 Principe de la photo-détection
Les photons transmis via la fibre optique pénètrent dans le détecteur, constitué d'un
matériau semi-conducteur. Absorbés, ils peuvent provoquer le passage d'électrons d'un état
de la BV à un état plus élevé de la BC. Dans cette dernière, les électrons moins liés
deviennent libres. Le photon a donc laissé place à une paire électron-trou. Une différence de
potentiel est appliquée pour empêcher l’électron de retomber dans son plus stable état.
Sous l'effet du champ électrique, les deux catégories de porteurs sont séparées et entraînées
vers des zones où ils sont majoritaires (nommées P ou N). Les porteurs ainsi générés sont
recueillis sous forme de photo-courant. Le nombre de pair électron-trou est égal au nombre
de photons absorbés [24].
Pour effectuer la photo-détection en évitant les recombinaisons des pairs électron-trou, il
est nécessaire que les photons soient absorbés dans une zone dépourvue de porteurs
mobiles, assimilable à une zone de charge d'espace d'une jonction PN, encore appelée zone
de déplétion. Pour favoriser le rendement quantique, il est préférable que cette zone soit
large. D'où l'intérêt de la photodiode PIN (Positive Intrinsic Negative) [25].
2.7.4 Types de photo-détecteurs
Les deux grands types de photodiodes utilisées en télécommunications optiques sont :
 Photodiode PIN ;
 Photodiode à avalanche APD ;

29
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

a. Photodiode PIN
Cette photodiode, polarisée en inverse, est réalisée de trois couches semi-conductrices :
deux fortement dopées P+ et N+, entre lesquelles existe une couche de grande résistivité
(presque intrinsèque), où il existe très peu de charges mobiles. Parce qu'elles sont peu
coûteuses, simples à utiliser et de performance satisfaisante, les PIN sont les plus utilisées
[26].

Fig-2.17 Coupe transversale d’une diode PIN.


La principale qualité d’une PIN est que la composante d’entrainement du photo-courant
domine sur la composante diffusive, simplement parce que la plupart de la puissance
optique incidente est absorbée à l’intérieur de la zone I. En effet, celle-ci est placée entre la
zone P et la zone N d’un semi-conducteur différent dont la bande interdite est choisie afin
que les photons incidents soient absorbés seulement dans la zone I de la photodiode,
comme le montre la figure 2.17 ci-dessus. Une photodiode PIN utilise généralement le
matériau InGaAs pour la région I et le matériau InP pour les couches P et N [27].
Les paramètres importants, dépendant du matériau et de la structure, qui caractérisent
une photodiode PIN sont la sensibilité, le courant d'obscurité et le temps de réponse. Le
photo-courant 𝐼𝑝ℎ est directement proportionnel à la puissance optique incidente 𝑃𝑜𝑝𝑡
selon la relation :
𝐼𝑝ℎ =𝑆 ∗ 𝑃𝑜𝑝𝑡 +𝐼𝑜𝑏𝑠 (2.6)
Où S est la sensibilité de la photodiode en A/W. S est typiquement proche de 0,9 A/W, mais
peut-être un peu plus faible suivant le photo-détecteur et la longueur d’onde d’attaque λ. En
effet, S s’exprime en fonction du rendement quantique ηq par la relation :
𝜂𝑞 𝜂𝑞
𝑠 = ℎ𝑣 = ℎ𝑐
∗λ (2.7)
𝐼𝑜𝑏𝑠 est le courant d'obscurité circulant dans la jonction en l'absence d'éclairement. 𝐼𝑜𝑏𝑠 ne
provient pas des photons transmis par la fibre, et peut avoir de multiples origines comme :
génération thermique dans la zone intrinsèque, courants de surface, courants de fuite…
Dans la plupart des applications, ce courant est négligeable (𝐼𝑜𝑏𝑠 <10 nA). En ce qui
concerne le temps de réponse, les meilleurs photo-détecteurs actuels sont utilisables jusqu'à
plus de 100 GHz.
30
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

b. Photodiode APD
Lorsque la puissance lumineuse reçue est très faible, les courants détectés sont peu
élevés et se superposent au courant d'obscurité, conduisant à un mauvais rapport signal à
bruit. Pour augmenter ce dernier, il est nécessaire que le courant détecté soit plus important
en utilisant d’autres types de photodiodes, comme celles à gain interne de type avalanche
(APD). La photodiode d’avalanche est une PIN dans laquelle est réalisée une amplification de
puissance ; cela permet d’extraire un signal électrique fort même pour une puissance
lumineuse affaiblie. Les APD (Avalanche Photo-Diode) sont aussi utilisées grâce à leurs
performances, leur gain important et leur réponse rapide, mais elles sont plus coûteuses,
difficiles à utiliser et nécessitant une polarisation inverse très forte [28].
Le signal reçu est souvent très faible, il est alors nécessaire d’amplifier le photo-courant,
mais le bruit du préamplificateur est en général prépondérant. On a donc intérêt à utiliser un
composant a gain interne, l'APD. Ce gain de multiplication par ionisation par impact, dit aussi
facteur de multiplication M, est le rapport entre le nombre moyen de porteurs secondaires
crées par ionisation et le nombre de porteurs primaires provenant de la photo-détection
[28].
La valeur du courant relatif au nombre de photons absorbes sera (𝐼𝑝𝑑𝑎 ) :
𝐼𝑝𝑑𝑎 =S* 𝑃𝑜𝑝𝑡 (2.8)
Où M est le facteur de multiplication, S : la sensibilité et 𝑃𝑜𝑝𝑡 : la puissance optique reçue.
Le gain augmente avec la différence de potentiel appliquée, mais est limité à une valeur
maximale. Si le champ devient trop fort, il y a risque de claquage. Cette valeur limite de
tension dépend du matériau et de la structure utilisée.
Le courant d’obscurité 𝐼𝑜𝑏𝑠 , est plus important dans une photodiode en régime
d’avalanche, mais il reste en général inferieur au gain M, multiplié par le courant d’obscurité.
En effet, toutes les composantes de celui-ci ne subissent pas le phénomène d’avalanche. Le
photo-courant délivré par la PDA vaut :
𝐼𝑝ℎ =M*S* 𝑃𝑜𝑝𝑡 +𝐼𝑜𝑏𝑠 (2.9)
2.7.5 Caractéristique d’un photo-détecteur
Le photo-détecteur est un composant essentiel dans les communications par fibres
optiques. Son rôle est de traduire le signal optique envoyé par la fibre optique en signal
électrique, qui sera traité par des dispositifs électroniques. Les photo-détecteurs en
télécoms optiques (800-1600nm) doivent avoir les caractéristiques suivantes :
 Grande sensibilité (avec une bonne adaptation à la longueur d’onde de la source
laser) ;
 Grande rapidité (ou grande bande passante) pouvant être utilisés dans des systèmes
fonctionnant jusqu’à 40Gbit/s ;
 Faible bruit (faible courant d’obscurité) ;
 Faible tension de polarisation [26].

31
Chapitre 2 Composants Optoélectroniques d'une Liaison WDM

2.8 Conclusion
Ce chapitre a été consacré à décrire les différents composants optiques et
optoélectroniques constituant une liaison optique WDM, tout en présentant leur rôle et
leurs principales caractéristiques et aussi une explication des différentes méthodes utilisées
pour moduler du signal optique.

32
CHAPITRE 3

Les Effets Limitatifs d’une


Liaison WDM et les Critères
de Qualité
Chapitre 3 Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les Critères de Qualité

3.1 Introduction
Les effets de propagation linéaires sont consécutifs à une réponse linéaire du matériau de
la fibre à l'excitation électromagnétique induite par le signal, via la susceptibilité. Ils
regroupent tous les effets n'impliquant pas d'interactions entre les signaux transmis. Le
principe de superposition peut donc s'appliquer (l'intensité totale est la somme de l'intensité
de chaque faisceau). Les effets linéaires étant directement liés à la distance de propagation,
ils sont donc d'autant plus importants que les distances de transmission augmentent. Ils
modifient soit la puissance des impulsions (atténuation) soit leur forme (dispersion). Dans ce
chapitre, les effets de propagation linéaires pouvant être présents dans des liaisons optiques
WDM sont expliqués en détail, et à la fin de ce chapitre, nous allons évoquer les critères de
qualité d'une chaîne de transmission optique WDM.

3.2 Les effets linéaires dans une fibre optique


3.2.1 L'atténuation
L’atténuation correspond à la perte de puissance du signal lumineux le long de la fibre
optique, comme le montre la figure 3.1. Cette perte est due à des impuretés résiduelles et à
des phénomènes de dispersion. L’atténuation est mesurée en dB/Km. Contrairement à la
mesure en dB (affaiblissement relatif), la mesure en dBm (décibel par milliwatt) est une
mesure absolue [29]. Soit 0 dBm = 1mW, -10 dBm = 0.1 mW.

Fig-3.1 L’atténuation spectrale d’une fibre optique [29].


La courbe de la figure 3.1 met en évidence les 3 fenêtres des 3 longueurs d’onde les plus
utilisées, centrées autour de 850, 1310 et 1550 nm. Il est intéressant de noter qu’une onde
lumineuse est une onde électromagnétique avec une fréquence propre. Ainsi, il est possible

34
Chapitre 3 Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les Critères de Qualité

d’obtenir une conversion fréquence/longueur d’onde par la formule suivant : c = 𝜆 ∗ f, la


vitesse de la lumière dans le vide.
Les fibres optiques peuvent être utilisées pour la transmission essentiellement dans deux
fenêtres en longueur d’onde, qui correspond à la fenêtre du minimum d’atténuation :
 La fenêtre à 1300 nm qui a une largeur de bande de 50 nm et une atténuation
moyenne d’environ 0,4 dB/km.
 La fenêtre à 1550 nm qui a une largeur de bande de 100 nm et une atténuation
moyenne d’environ 0,2 dB/km.
Les composants optoélectroniques lasers et récepteurs sont peu coûteux à cette gamme
des longueurs d’onde 1300 nm et qui présente une atténuation importante. Cette fenêtre
est utilisée pour les systèmes de télécommunications de courte portée quelques dizaines de
kilomètres ou de faible capacité : boucles locales à fibres optiques, réseaux urbains, LANs
[30].
3.2.2 La dispersion dans une fibre optique
Dans le domaine des télécommunications optiques, les signaux sont des formes
d'impulsions caractérisées par une certaine largeur spectrale confinées dans leur temps bit.
Ce qui signifie qu’il n’est pas purement monochromatique, mais se compose de plusieurs
composantes spectrales (c’est-à-dire plusieurs fréquences ou longueurs d’onde).
Et, comme l’indice de réfraction d’un milieu, telle la fibre optique, dépend de la longueur
d’onde du signal qui le parcourt, les composantes spectrales de ce signal vont s’y propager
avec des vitesses différentes. Elles sont donc retardées les unes par rapport aux autres ce
qui induit le caractère dit « dispersif » de la fibre. Certaines fréquences se retrouvent ainsi à
l’avant de l’impulsion, d’autres à l’arrière. Il s’opère alors un élargissement temporel des
impulsions du signal. Cet élargissement limite le débit, en nous obligeant à augmenter le
délai entre deux impulsions [31].
a. Dispersion chromatique
La silice est un matériau dit dispersif, car son indice de réfraction dépend de la longueur
d’onde. Il en résulte que le temps de propagation de groupe ou délai de groupe 𝑡𝑔𝑟 dépend
de la longueur d’onde λ, ce dernier est défini comme étant le temps nécessaire pour qu'une
impulsion se propage dans une fibre de longueur L [32,33]. On l’exprime par l’équation
suivante :
𝐿
𝑡𝑔𝑟 = 𝑣 (3.1)
𝑔 (λ)

Où, 𝑣𝑔 (λ) est la vitesse de groupe définie par :



𝑣𝑔 (λ) = (3.2)

Où, ω est la pulsation et β est la constante de propagation axiale, qui est la projection sur
l’axe de propagation, du module du vecteur d’onde 𝑘⃗ dont la définition est la suivante :
⃗ ‖ = 𝑛𝑐𝑜𝑒𝑢𝑟 ‖𝐾0 ‖ = 2𝜋 𝑛𝑐𝑜𝑒𝑢𝑟
‖𝐾 (3.3)
λ
Avec,

35
Chapitre 3 Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les Critères de Qualité

2𝜋
𝐾0 = (3.4)
λ
⃗⃗⃗⃗0 représente le vecteur d’onde dans le vide.
𝑘
𝛽 = 𝐾0 𝑛𝑐𝑜𝑒𝑢𝑟 (3.5)
Nous pouvons aussi définir l’indice de réfraction de groupe, d’un mode donné, N qui sera
:
𝑐
𝑁=𝑣 (3.6)
𝑔

Où, c est la vitesse de la lumière. Soit 𝑛𝑒 l’indice effectif de ce mode à une longueur d’onde
donnée :
𝛽
𝑛𝑒 = 𝑘 (3.7)
0
En utilisant la définition de l’équation (3.2), nous obtiendrons :
dω 𝑑𝑛𝑒
𝑁=𝑐 => N = 𝑛𝑒 + 𝑘0 (3.8)
dβ 𝑑𝑘0
Le temps de groupe sera donc :
𝑑𝛽 𝐿λ2 𝑑𝛽
𝑡𝑔𝑟 = 𝐿 (𝑑(2𝜋𝑓)) = − 2𝜋𝑐 𝑑λ (3.9)
Pour un signal optique possédant un spectre de largeur ∆λ, la dispersion du temps de
retard de groupe ou l’allongement temporel τ peut s’écrire comme suit :
𝜆2
𝜏 = 𝐿 ∗ 𝐷𝑐 (− 2𝜋𝑐) ∗ Δ𝜔 (3.10)

Fig-3.2 Elargissement temporel en fonction de la longueur de la fibre [32,33].


La dispersion chromatique, Dc est alors définies par :
𝜏
𝐷𝑐 = (3.11)
𝐿Δ𝜆
La figure 3.3 suivante illustre l’effet de la longueur de la fibre sur la dispersion
chromatique :

36
Chapitre 3 Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les Critères de Qualité

Fig-3.3 Effet de la longueur de la fibre sur la dispersion chromatique [32,33].


Une dispersion chromatique est aussi définie comme étant la somme de deux types de
dispersion : la dispersion du matériau (D mat) et la dispersion du guide (Dg) à condition de
négliger la contribution croisée des deux dérivées premières par rapport à l’indice de
réfraction et la fréquence [32,33].
b. La dispersion modale de polarisation
En principe, la polarisation, dans une fibre parfaitement circulaire et isotrope, ne devrait
pas évoluer le long de la fibre, mais on n’observe rien de tel dans la pratique. Un petit
tronçon de fibre apparaît généralement comme une lame biréfringente, avec un mode dit
rapide et un mode dit lent qui ont des polarisations rectilignes orthogonales. De plus, dans
une fibre réelle, cette biréfringence et la direction des axes propres varient constamment et
de manière incontrôlée. En conséquence, la polarisation devient rapidement imprévisible. Ce
phénomène est dû à la non-symétrie de révolution du profil d’indice dans le cœur de la fibre,
non-symétrie intrinsèque à la fabrication de la fibre et/ou extrinsèque lors de la pose de la
fibre. Les origines intrinsèques peuvent être une symétrie géométrique circulaire imparfaite
de la fibre ou une non-homogénéité de l’indice de la fibre. Les causes extrinsèques peuvent
être un écrasement, un étirement, une torsion ou une courbure de la fibre.
Quand on envoie un signal sur une fibre " biréfringente " on excite les deux modes à la
fois. Chacun d’entre eux ayant sa propre vitesse de propagation, un décalage temporel
apparaît. Ce décalage aléatoire a pour effet un dédoublement du signal à la sortie de la fibre,
et donc un brouillage de l’information. Cette dispersion est appelée dispersion modale de
polarisation (PMD) et est de nature statistique. Elle s’exprime donc en 𝑝𝑠/√𝑘𝑚. La PMD est

37
Chapitre 3 Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les Critères de Qualité

une moyenne temporelle des différents temps de groupe différentiel (DGD) qui ont été
mesurés sur une fibre optique pendant un laps de temps donné, souvent assez long
(typiquement 6 mois pour tenir compte des variations naturelles de DGD, mais qui peut être
réduit en introduisant artificiellement des contraintes influant sur le DGD) [25,34].
Le DGD quantifie l’écart temporel mesuré entre les composantes de polarisation du signal
sur chaque axe propre de la fibre, après la propagation sur une distance donnée. Il est défini
par l’équation suivante :
𝐷𝐺𝐷 = 𝐵𝐿 ∗ √𝐿𝑐 ∗ √𝐿 (3.12)
Où, 𝐵𝐿 représente la biréfringence linéique, 𝐿𝑐 est la longueur de couplage, et 𝐿 représente
la longueur de la fibre optique.
Un schéma de principe du DGD est présenté sur la figure 3.4 :

Fig-3.4 Schéma de principe du DGD dû à la biréfringence [25,34].


Les DGD pénalisants sont bien sûr ceux qui ont des valeurs très élevées (au-delà de 100 ps
par exemple). Elles apparaissent très rarement, mais suffisamment tout de même pour
rendre le système indisponible pendant un certain temps à cause de trop fortes pénalités
dues au DGD. Les opérateurs spécifient généralement un taux d’indisponibilité du système
de 10−5 . Les fibres sont alors conçues de sorte que leur PMD soit compatible avec ce taux
d’indisponibilité, notamment lorsque le débit atteint voire dépasse 40 Gb/s. Les meilleures
PMD, qui ont été obtenues pour une fibre standard sont inférieures à 0.1𝑝𝑠/√𝑘𝑚.
c. La dispersion intermodale
En plus des dispersions vues précédemment, nous pouvons citer une troisième qui n’est
présente que dans les fibres multimodes, c’est la dispersion intermodale. Cette dernière est
la cause principale de l'élargissement des impulsions dans une telle fibre. Cet élargissement
est provoqué par les différences des temps de parcours des rayons (ou des modes). La
dispersion intermodale Di est l'élargissement temporel maximum τ d'une impulsion par
unité de longueur de fibre. Elle s’exprime en ps/Km.
𝑡𝑚𝑎𝑥 −𝑡𝑚𝑖𝑛 𝜏
𝐷𝑖 = =𝐿 (3.13)
𝐿
Où, 𝑡𝑚𝑎𝑥 et 𝑡𝑚𝑖𝑛 sont respectivement le temps de parcours du mode le plus lent et celui du
mode le plus rapide. Dans une fibre à saut d'indice, le rayon le plus rapide est celui dont le
trajet est parallèle à l'axe de la fibre. Ce rayon est associé à l'angle θ égal à 0 c’est « le mode

38
Chapitre 3 Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les Critères de Qualité

fondamental ». De même, le rayon le plus lent fait un angle θ𝑚𝑎𝑥 par rapport à l'axe de la
fibre avec θ𝑚𝑎𝑥 défini par :
2
√𝑛𝑐𝑜𝑒𝑢𝑟 −𝑛2𝑔𝑎𝑖𝑛𝑒
θ𝑚𝑎𝑥 = arcsin ( 𝑛𝑐𝑜𝑒𝑢𝑟
) (3.14)

Avec,
𝜏 = 𝑡𝑚𝑎𝑥 − 𝑡𝑚𝑖𝑛 = 𝑛𝑐𝑜𝑒𝑢𝑟 . 𝑡𝑚𝑖𝑛 . ∆ (3.15)
Finalement on exprime la dispersion intermodale par :
𝑛𝑐𝑜𝑒𝑢𝑟 .∆
𝐷𝑖 = (3.16)
𝑐
L'obtention d'une dispersion intermodale réduite se fait en minimisant ∆ ou en utilisant
une fibre à gradient d'indice. En effet, dans ce cas-là, l'indice de réfraction 𝑛𝑐𝑜𝑒𝑢𝑟 décroît
avec le rayon de celui-ci de sorte que les rayons axiaux (à trajet court) voient un indice élevé
(leur vitesse c/n est alors réduite) tandis que les rayons périphériques (à trajet long) voient
un indice plus bas (vitesse accrue) [25,34].
3.3 Les effets non-liniers dans une fibre optique
L’étude de l’évolution des signaux dans une fibre optique pour un régime linéaire, ne
prend en considération que la dispersion et l’atténuation, paramètres considérés comme
indépendants de la puissance optique. Mais aujourd'hui, le forte demande des systèmes de
transmission à haut débit et grande distance exige la conception de nouvelles sources
optiques présentant de fortes puissances comme les lasers et les amplificateurs à fibres,
donc l’apparition des effets non-linéaires deviennent incontournable non seulement dans la
fibre, mais aussi à l’intérieur des composants optiques, ces effets se développent dans la
fibre aussi en augmentant la longueur d’interaction. C’est donc le produit [densité de
puissance x longueur d’interaction] qui doit être pris en compte lors de l’estimation des
effets non-linéaires dans un système. Dans cette partie, on va traiter les effets non-linéaires
qu’on peut classer en deux catégories : celles induites par l’indice de réfraction non-linéaire
(effet Kerr) et celles dues à la diffusion stimulée (Brillouin et Raman) [19,20,34].
3.3.1 Les conséquences de l'effet de Kerr
L’effet non-linéaire prépondérant dans la silice qui vient affecter la propagation est l’effet
Kerr, il intervient très souvent lorsque des impulsions très brèves et très intenses traversent
le cœur monomode d’une fibre optique, le vecteur de polarisation ne reste plus
proportionnel au champ électrique et l’indice de réfraction devient alors dépendant de
l’intensité de l’onde optique. Dans une fibre optique, ce changement d’indice est considéré
comme instantané (temps de réponse de l’ordre de 10−15s). Ce qui provoque une
déformation de la répartition des charges électronique des molécules de silice. Cet indice de
réfraction affecté par l’effet Kerr est donné par la relation suivante :
𝑛𝑛𝑙 (λ, I(t)) = 𝑛(λ) + n2 I(t) (3.17)
Avec, 𝑛(λ) l'indice de réfraction linéaire du matériau (en absence de signal optique), I(t)
l’intensité instantanée du champ optique appliqué en W.𝑚−2 , et 𝑛2 le coefficient non-
linéaire de réfraction ou coefficient Kerr en m²/W. Sa valeur typique dans la silice est
d’environ 2,6.10−20 m²/W à 1550 nm pour une SMF (et elle varie peu en fonction du type de

39
Chapitre 3 Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les Critères de Qualité

fibre). Bien que cette valeur soit relativement faible en comparaison avec d’autres matériaux
fortement non-linéaires, les fortes intensités crêtes ainsi que la faible section du cœur dans
les fibres monomode rendent l’effet Kerr significatif dans le cas d’une propagation
d’impulsion ultracourte, de l’ordre de la picoseconde. Ces effets sont exaltés par le fort
confinement du mode optique ainsi que par les longueurs d’interactions qui peuvent
atteindre plusieurs centaines de kilomètres [19,20,34].
a. L'auto-modulation de phase
Une première conséquence de l’effet Kerr optique se traduit par un phénomène d’auto-
modulation de phase (ou SPM pour Self-Phase Modulation). Une impulsion lumineuse induit
une modification d’indice dans le milieu de propagation, et donc une modulation de phase
parasite. Le déphasage ainsi généré sera nommé phase non-linéaire 𝜑𝑛𝑙 .
2𝜋 𝐿 𝑛2
𝜑𝑛𝑙 (𝐿) = ∫0 𝑝 𝑒 −𝛼𝑧 𝑑𝑧 (3.18)
λ 𝐴𝑒𝑓𝑓 0
Avec, 𝑛2 représente le coefficient Kerr, 𝐴𝑒𝑓𝑓 est l’aire effective de la fibre, 𝑝0 est la
puissance initiale, 𝛼 indique le coefficient d’atténuation, λ est la longueur d’onde du signal
utile et L est la longueur de la fibre optique. Ses variations, au niveau des fronts de
l’impulsion, induisent une variation de la fréquence du signal, Tel que le décalage est négatif
sur les fronts montants et positif sur les fronts descendants et augmente en valeur absolue
avec la distance. De plus, elle provoque la génération de nouvelles fréquences dans le
spectre du signal. Ainsi, les fréquences présentes au sein même des impulsions ne sont donc
plus en phase. On dit alors que les impulsions présentent du « chirp ».
De plus l’auto-modulation de phase a une relation directe avec la dispersion chromatique
de la fibre. En effet, nous rappelons qu’une dispersion normale < 0 a pour effet de repartir
les fréquences d’une impulsion de la même manière que l’auto-modulation de phase (basses
fréquences a l’avant et hautes fréquences a l’arrière de l’impulsion), ainsi les deux effets
combinés provoquent un important élargissement temporel des impulsions du signal. Par
contre, dans le cas de la dispersion anormale > 0, les basses fréquences se propagent moins
vite dans la fibre que les hautes fréquences, les deux effets vont donc se compenser
périodiquement et un régime solitonique est alors crée [19,20,34].
b. La modulation de phase
L’autre conséquence de l’effet Kerr est visible. Si plusieurs ondes se propagent dans la
fibre, alors la non-linéarité induit une modulation de phase croisée (ou XPM pour
Cross-Phase Modulation). Ce type de modulation résulte en premier lieu de l’interaction
non-linéaire entre les différents canaux d’un signal WDM, qui ne se manifestent donc qu’en
transmission WDM. Et en deuxième lieu d’un déphasage induit par l’effet Kerr. Cependant,
contrairement à la SPM, la XPM est la conséquence sur un canal optique WDM d’un
déphasage induit par la présence d’un signal optique issu d’un canal voisin. L'effet global est
de décaler dans le temps les impulsions véhiculées par les canaux [19,20,34].
c. Le mélange à quatre photons
Le mélange à quatre ondes, ou FWM pour (Four Wave Mixing), est un autre phénomène
non-linéaire de la fibre optique dû à l’effet Kerr. Elle consiste non plus en un déphasage du
signal, mais en une interaction non-linéaire à travers la susceptibilité de troisième ordre 𝑋 3 ,
40
Chapitre 3 Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les Critères de Qualité

entre trois ondes de pulsations 𝜔𝑖 , 𝜔𝑗 et 𝜔𝑘 qui consiste à créer une nouvelle onde à la
pulsation ωijk = 𝜔𝑖 + 𝜔𝑗 − 𝜔𝑘 ,cette onde est appelée produit d’intermodulation, il
apparaît donc dans les systèmes de télécommunications WDM où deux canaux adjacents
vont interagir. Le phénomène physique s’explique comme suit : le mélange de deux photons
à la fréquence 𝜔1 et 𝜔2 avec un photon à la fréquence 𝜔3 donne naissance à un quatrième
photon à la fréquence 𝜔4 (voir la figure 3.5).

Fig-3.5 Mélange à quatre ondes dans le contexte WDM [19,20,34].


Le mélange à quatre ondes est dit dégénéré si 𝜔𝑖 et 𝜔𝑘 sont identiques, et donc deux
nouvelles fréquences seront créées à 𝜔𝑖 − 𝛺 et 𝜔𝑘 + 𝛺 , avec 𝛺 = 𝜔𝑘 − 𝜔𝑖 Si 𝜔𝑘 est
identique à une autre pulsation du mélange, alors nous avons affaire à la XPM, voire à la
SPM si les trois pulsations sont identiques, comme le montre la figure 3.6.

Fig-3.6 Schéma du processus du mélange à quatre ondes dans le cas dégénéré [19,20,34].
3.3.2 Les effets Raman et Brillouin
La classe des effets non-linéaires résultant de diffusions stimulées inélastiques consiste à
un transfert d’une partie de l’énergie du champ optique vers le milieu non-linéaire. Deux
importants effets font partie de cette catégorie, et ils sont reliés aux modes d’excitations des
vibrations de la silice. Ces phénomènes, connus sous les noms de diffusion Raman stimulée
(SRS : Stimulated Raman Scattering) et diffusion Brillouin stimulée (SBS : Stimulated Brillouin
Scattering) [35].
Ce qui les différencie est la participation de phonons optiques dans la diffusion Raman et
de phonons acoustiques dans la diffusion Brillouin.

41
Chapitre 3 Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les Critères de Qualité

a. L'effet Raman
Lorsqu’une onde pompe (photons incidents) traverse un matériau elle est annihilé,
certain de ces photons perdent une partie de leur énergie en faveur d’un phonon, particule
associée à la vibration qui apparaît dans la matière, avec une certaine fréquence 𝛿𝑣. Ils sont
alors diffusés avec une énergie plus faible constituant une onde appelée (onde Stokes) de
fréquence [35] :
𝑣𝑠 = 𝑣𝑝 − 𝛿𝑣 (3.19)
Où, 𝛿𝑣 dépend que du matériau.
En sens inverse, lorsque les phonons vont céder leur énergie à des photons qui vont
diffuser sous forme d’une onde (anti- Stokes) de fréquence :
𝑣𝑎 = 𝑣𝑝 + 𝛿𝑣 (3.20)
b. L'effet Brillouin
Sous l'effet de la température, les molécules constituant le milieu, subissent l'agitation
thermique et effectuent de petits déplacements autour de leur position d'équilibre. Les
phonons créent se couplent entre eux et modifient l'indice de réfraction du milieu créant des
ondes acoustiques de très faibles amplitudes. Par conséquent, lorsqu’une onde
électromagnétique se propage, elle est diffusée dans toutes les directions [35].
3.4 Les critères de qualité d'une transmission optique WDM
Au vu de toutes les dégradations que peut subir le signal lors de son transport via la fibre
optique, il s’est avéré nécessaire d’établir des critères pour juger de la qualité d’une
transmission. En pratique, ces critères sont évalués après détection du signal : le taux
d'erreur binaire (BER), le facteur de qualité (Q) et le rapport signal sur le bruit optique
(OSNR).
3.4.1 Le facteur Q et le BER
a. Taux d’erreur binaire (BER)
Étant donné que dans les systèmes de transmission, les données sont transmises d’une
manière numérique, c’est-à-dire une séquence de données binaires, le critère le plus intuitif
permettant d’évaluer la qualité du signal transmis est la comparaison entre la séquence
binaire à l’émission et celle à la réception. Nous parlons dans ce cas de taux d’erreur binaire
TEB ou BER (pour Bit Error Rate).
Il est défini par le rapport entre le nombre de bits erronés et le nombre de bits transmis :
𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑏𝑖𝑡𝑠 é𝑟𝑟𝑜𝑛é𝑠
𝐵𝐸𝑅 = (3.21)
𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑏𝑖𝑡𝑠 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑚𝑖𝑠
En générale, pour les télécommunications optiques, on considère qu'on a une bonne
qualité de transmission pour un TEB variant entre 10−9 𝑒𝑡 10−12.
b. Facteur de qualité (Q)
Il existe un autre critère d’évaluation de la qualité de transmission appelé le facteur de
qualité (Q) obtenu à partir des statistiques de bruit (moyennes et écarts-types) des niveaux «
1 » et « 0 » du signal à détecter. C’est un paramètre permettant d’estimer le taux d’erreur
binaire sans avoir à compter de les erreurs, mais en considérant tout simplement l’amplitude
moyenne des bits « 1 » et « 0 » et la valeur de leur écart type 𝜎1 et 𝜎0 , ce facteur est définit
par :
42
Chapitre 3 Les Effets Limitatifs d’une Liaison WDM et les Critères de Qualité

𝐼 −𝐼
𝑄 = 𝜎1+𝜎0 (3.22)
1 0
Où, 𝐼1 𝑒𝑡 𝐼0 sont respectivement les valeurs moyennes des niveaux « 1 » et « 0 », 𝜎1 et 𝜎0 les
écart-type du bruit sur le signal des symboles « 1 » et « 0 ». Ces grandeurs sont représentées
sur la figure 3.7.

Fig-3.7 Principe d’évaluation du taux d’erreur par le facteur Q : à gauche, trace temporelle du
signal avec les niveaux moyens « 1 » et « 0 » (respectivement I 1et I0) et à droite, distributions
des deux niveaux et écarts-types associés [19,20,34].
3.4.2 Le rapport signal sur bruit optique (OSNR)
Le rapport signal sur le bruit optique OSNR (Optical Signal to Noise Ratio) est un
paramètre permettant d’évaluer la qualité du signal à la réception. La valeur de ce
paramètre est le rapport entre la puissance du signal optique 𝑃𝑠 et la puissance
d’émission spontanée amplifiée 𝑃𝐴𝑆𝐸 . Ce paramètre doit être supérieur à une certaine
valeur pour que le signal puisse être détecté correctement. Ce dernier est mesuré dans une
bande de référence 𝐵𝑟𝑒𝑓 dans laquelle est considéré le bruit. Ce rapport est donné par la
formule suivante :
𝑃𝑠 𝑃𝑠
𝑂𝑆𝑁𝑅𝐵𝑟𝑒𝑓 = 𝑃 = 2𝑁 (3.23)
𝐴𝑆𝐸 0 𝐵𝑟𝑒𝑓

Où, 𝑁0 est la densité spectrale de puissance du bruit d’émission spontanée amplifiée sur une
des deux polarisations orthogonale et le facteur 2 provient du fait que le bruit d’ASE n’est
pas polarisé. Par convention, la bande de référence B ref est généralement fixée à 0,1 nm, soit
de manière équivalente à 12,5 GHz à 1550 nm [36].
3.5 Conclusion
Bien que la fibre optique est considérée comme un meilleur milieu pour transférer des
signaux, mais elle présente des contraintes majeures pouvant dégrader la qualité signal émis
au bout d’une longueur de transmission donnée, et donc récupération impossible de
l’information émise. Le prochain chapitre sera énuméré les résultats obtenus après une
étude et évaluation d'une liaison optique WDM à haut débit.

43
CHAPITRE 4

Simulation d'une liaison


Optique Hybride
DWDM/CWDM
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

4.1 Introduction
Le présent chapitre décrit les résultats et les interprétations pour deux scénarios
proposés, qui ont été simulés via le logiciel OptiSystem, à savoir : dans le premier scénario,
une liaison optique simple a été proposée pour étudier et évaluer leur performance dans des
conditions réelles. En revanche, dans le second scénario, une liaison optique DWDM/CWDM
hybride a été proposée pour augmenter la capacité de transmission du premier scénario.
Généralement, la performance de la transmission de données par une fibre optique est
détériorée lorsque le coefficient atténuation et la dispersion chromatique augmentent. Pour
cela, nous avons suggéré d'utiliser la fibre DCF et l'amplificateur optique EDFA pour
améliorer la performance d'une liaison optique avec deux configurations, à savoir : post-
compensation et pré-compensation. En outre, pour juger l'efficacité des deux scénarios
proposés dans ce projet, nous basons sur les performances suivantes : le taux d'erreur
binaire (BER), le facteur de qualité (Q) et le diagramme de l'œil.

4.2 Présentation du logiciel OptiSystem


OptiSystem "Optical communication System Design Software", est un logiciel de
simulation développé par une société canadienne, pour permettre aux chercheurs et
ingénieurs de modéliser et simuler des systèmes de télécoms optiques afin de concevoir,
essayer et optimiser toute liaison optique. Cet outil doté d’une interface interactive alliant
des outils numériques à des fonctionnalités graphiques et d'une interface utilisateur,
possède un nouvel environnement de simulation très puissant et une définition hiérarchique
de composants et systèmes. Ses capacités peuvent être facilement augmentées grâce à
l’ajout de composants d'utilisateur et d'interfaces sans failles à une gamme d’outils
couramment utilisés [25].
a. Interface OptiSystem : elle contient une fenêtre principale repartie en plusieurs parties,
comme le montre la figure 4.1.

Fig-4.1 Interface graphique du logiciel OptiSystem [25].


45
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

b. Bibliothèque : une base de données de divers composants existants.


c. Editeur du layout : permet l´édition et la configuration du schéma en cours de conception.
d. Projet en cours : visualise divers fichiers et composants correspondants au projet en
cours.
4.2.1 Optiwave : un logiciel complet pour la simulation optique
Les systèmes des télécommunications optiques présentent une complexité dans leur
modélisation et leur simulation. Le dessin et l’analyse des systèmes incluent des composants
non-linéaires et des sources non Gaussienne du bruit, ce qui ne facilite pas la tâche du
concepteur. OptiSystem vient résoudre ces problèmes tant par la simplicité de son utilisation
que par la grande variété de sa bibliothèque de composants. OptiSys-Design est un paquet
destiné à la simulation des communications optiques en mode simulation, ce logiciel
innovateur permet la conception, le test et l’optimisation virtuelle des liaisons optiques de
tous types [36], comme l’illustre la figure 4.2.
Optiwave permet un contrôle de l'interface de l'utilisateur graphique indépendamment
de la disposition des composants optiques et du net-list. Optiwave comprend aussi une
bibliothèque étendue de composants actifs et passifs dont on peut facilement faire varier
leurs paramètres physiques.

Fig-4.2 L’interface graphique de l'utilisateur : la bibliothèque des composants, l’éditeur de


disposition et les outils de la visualisation [36].

46
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

4.2.2 Les principaux avantages


Optiwave est une application complète pour établir des simulations et des tests de
montages optiques, en effet, Optiwave comprend une bibliothèque riche de composants,
tels que les fibres et des appareillages de mesures paramétrables.
Optiwave est une application Xwindows, elle comprend essentiellement une fenêtre
principale répartie en plusieurs parties : vue d´ensemble du projet : permet la visualisation
miniature du layout en cours d´édition.
 bibliothèque : une base de données de divers composants existants ;
 éditeur du layout : permet l´édition et la configuration du schéma en cours de
conception ;
 projet en cours : visualisation des divers fichiers et composants correspondant au
projet en cours ;
 groupe de paramétrage : permet le paramétrage global du projet en cours et la
simulation ;
 fenêtre de sortie : lors de la simulation, cette fenêtre permet la visualisation des
diverses phases de la simulation ou des messages d´erreurs [36].
4.2.3 Edition et simulation
Lors de la conception d’un layout, il suffit de glisser le composant de la bibliothèque vers
le layout pour le placer. OptiSystem permet aussi le paramétrage pour chaque composant
défini dans le layout, comme le montre la figure 4.3. En effet, un double-clique sur le
composant permet l´affichage de ses paramètres [36].

Fig-4.3 Le paramétrage d´un composant [36].


Par contre, avant de lancer la simulation, le layout présente aussi des paramètres qu’on
peut contrôler par un simple double-clic dans le layout, comme l’illustre la figure 4.4.

47
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

Fig-4.4 Modification des paramètres globale du layout [36].


Pour lancer la simulation, il suffit de saisir ou bien en tapant simultanément Ctrl+F5 ou
bien en accèdent directement par le menu Fichier puis Calculate…, voir la figure 4.5 [36].

Fig-4.5 Démarrage de la simulation [36].


Enfin, pour visualiser les diverses analyses, un double-clic sur l´appareil de mesure pour
afficher la simulation en 2D ou en 3D, voir la figure 4.6 [36].

48
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

Fig-4.6 Affichage des résultats de la simulation [36].


4.3 Les performances d’une liaison optique
La qualité des transmissions numériques est évaluée en mesurant le taux d’erreur binaire,
le TEB (BER). Des appareils spécialisés engendrent des séquences aléatoires et comparent le
signal en sortie de la liaison optique avec le signal d’entrée. Le TEB (BER) est obtenu en
divisant le nombre d’erreurs par le nombre total de bits. Compte tenu de la haute qualité
des transmissions optiques, on spécifie des TEB jusqu’à 10-9 ce qui correspond à un bit
erroné pour un milliard de bits transmis, il faut donc effectuer les mesures pendant un
intervalle de temps suffisamment long afin d’obtenir une mesure fiable. Par exemple, on
emploie presque deux minutes pour des mesures à un débit de 10 Gbit/s. On utilise souvent
en télécommunications la méthode dite du diagramme de l’œil pour décrire la dégradation
par le bruit et la dispersion d’un signal numérique. Une séquence aléatoire de bits est
visualisée sur un oscilloscope en mode d’accumulation en fonction du temps, la somme de
tous ces signaux aboutissent à une forme de signal appelé l’œil.
Sans bruit, les traces se superposent exactement. Lorsque le bruit augmente les signaux
variant et la trace s’épaissit, les transitions dans le temps deviennent aussi moins définies, à
cause, de la gigue qui augmente, on dit que « l’œil se ferme », comme le montre la figure 4.7
[36].

Fig-4.7 Diagramme de l’œil d’une transmission par fibre optique [36].


49
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

4.4 Résultats de simulation et interprétations


4.4.1 Scénario 1 pour une liaison optique simple
a. L'effet de la variation de la distance de fibre optique SMF à 10 Gbit/s
Dans cette partie, une liaison optique simple a été conçue à 10 Gbit/s à l’aide du logiciel
de simulation OptiSystem 7.0. Le schéma de base de la configuration de la simulation est
présenté sur la figure 4.8. La section émettrice consiste à une source de données qui produit
une séquence pseudo-aléatoire de bits à 10 Gbit/s. Le générateur d’impulsions électriques
(NRZ ou RZ selon le format de modulation requis) convertit les données de base en
impulsions électriques qui modulent l’allumage du laser via le biais du modulateur externe
Mach-Zehnder. Après la modulation, les données sont envoyées via une fibre optique de
type SMF, la longueur d'onde du signal source qui se propage dans la fibre est autour de
1550 nm, l'atténuation et la dispersion chromatique de la fibre optique SMF utilisées, sont
respectivement, 0.2 dB/km et 17 ps/nm/km. Du côté du récepteur, les données reçues de la
sortie de fibre optique SMF sont détectées par un photo-détecteur, type de PIN, puis sont
passée par un filtre Bessel électrique passe-bas et un analyseur BER ou bien un analyseur de
diagramme d'œil. Pour juger la performance de la liaison optique simple proposée de la
figure 4.8, nous avons sélectionnés un TEB (BER) d'environ 10−9 et le facteur de qualité du
signal reçu d'environ 6 dB.

Fig-4.8 Schéma de base d'une liaison optique proposée entre Tx-Rx.


Cependant, l'objectif dans cette partie est d'évaluer la performance de la liaison optique
simple proposée de la figure 4.8, selon la variation de la distance de fibre optique SMF à 10
Gbit/s, afin d'observer l'effet de cette dernière à propos de l'efficacité d'une liaison WDM
qui sera suggéré dans un autre scénario.
Selon les résultats obtenus dans les deux figures 4.9 et 4.10, nous avons enregistré que
l'augmentation de la portée de la fibre optique SMF, à partir de 10 km jusqu'au 80 km, a une
nette influence sur la liaison optique simple proposée dans la figure 4.8. Comme conclusion,
la performance d'une liaison optique peut être détériorée à cause de l'augmentation de la
distance de la fibre optique. À titre d'exemple, en terme de taux d'erreur binaire, nous avons
obtenu les valeurs suivantes, sont respectivement : 10 km (4.91 ∗ 10−260 ), 40 km (7.87 ∗
10−23), 74.5 km (2.36 ∗ 10−8) et 80 km (1.52 ∗ 10−3 ). En revanche, en terme du facteur de

50
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

qualité, nous avons obtenu les valeurs suivantes, sont respectivement : 10 km (34.42), 40
km (9.76), 74.5 km (5.855) et 80 km (2.931).

Fig-4.9 Taux d'erreur binaire (BER) en fonction de la distance de SMF.

Fig-4.10 Facteur de qualité (Q) dB en fonction de la distance de SMF.

51
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

Distance (L) km 10 40 74.5 80


Facteur de qualité (Q) dB 34.42 9.76 5.855 2.931
Taux d'Erreur Binaire (BER) 4.91 ∗ 10−260 7.87 ∗ 10−23 2.36 ∗ 10−8 1.52 ∗ 10−3
d’erreur
Tab-4.1 Facteur de qualité (Q) et taux d'erreur binaire (BER) vs de la distance de SMF.

(a) 10 km (b) 40km

(c) 74.5 km (d) 80 km

Fig-4.11 Les diagrammes de l’œil en fonction de la distance de SMF.


Maintenant, nous illustrons les résultats qualitatifs obtenus via l'interprétation des
diagrammes de l’œil de la figure 4.11. Cependant, les résultats obtenus sur la figure 4.11
sont des valeurs qualitatives, par contre, les résultats obtenus sur les deux figures 4.9 et 4.10
sont des valeurs quantitatives. Et comme résultats, nous avons constaté que l'œil se ferme
avec une distance accrue de la fibre optique SMF. À titre d'exemple, à partir d'une distance
de 74.5 km (voir le tableau 4.1), la liaison optique simple proposée de la figure 4.8 ne répond
pas aux besoins des utilisateurs. Comme conclusion, nous avons observé que la transmission
du signal est de mauvaise qualité à partir de 74.5 km. Pour contourner ce problème, nous
avons préconisé comme solution d'utiliser une fibre optique de type DCF et des

52
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

amplificateurs optiques, de type EDFA, afin d'améliorer la performance et la qualité de la


liaison optique simple qui a été suggéré dans la figure 4.8. L'insertion de la fibre optique DCF
et les amplificateurs optiques EDFA ont été suggérés pour deux configurations, à savoir : pré-
compensation (PrC) ou post-compensation (PoC), comme le montre la figure 4.12.

Fig-4.12 La solution proposée pour la liaison optique simple.


Note : On garde les mêmes données du système précédant, sauf que nous ajoutons une
autre fibre DCF (une dispersion chromatique de -80 ps/nm/km et une atténuation de 0.5
dB/km) et des amplificateurs optiques EDFA.
La longueur de la fibre DCF est calculée via l’équation suivante :
𝐿𝐷𝐶𝐹 = (𝐷𝑆𝑀𝐹 ∗ 𝐿𝑆𝑀𝐹 )/𝐷𝐷𝐶𝐹 (4.1)
SMF (km) DCF (km) PoC PrC
Q (dB) BER Q (dB) BER
10 2 201.042 2.49 ∗ 10−278 301.173 0
80 16 39.63 1.37 ∗ 10−76 53.29 3.41 ∗ 10−97
Tab-4.2 Les performances après la compensation vs la distance de SMF.
Après la simulation des deux configurations du système de transmission illustré
précédemment sur la figure 4.12, nous avons enregistrés les résultats obtenus dans le
tableau 4.2 après la compensation de la dispersion chromatique et l’amplification du signal
optique transmis. À partir de ces résultats, nous avons constaté que la meilleure
performance du système de transmission de la figure 4.12 est obtenue avec la configuration
pré-compensation qui donne le meilleur taux d’erreur binaire ainsi que le meilleur facteur de
qualité par rapport à ceux des deux autres configurations, à savoir : avant la compensation
et post-compensation.

53
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

Tandis que le taux d'erreur binaire est encore inférieur à 10−9 , alors il est encore possible
d'augmenter la portée de la fibre optique SMF. Le tableau 4.3 présente la portée maximale
des fibres optiques SMF et DCF en même temps pour un taux d'erreur binaire de 10−9 et un
facteur de qualité de 6 dB, avec deux configurations, à savoir : PoC et PrC. À titre d'exemple,
lorsque nous utilisons la configuration PoC, la portée maximale de la fibre optique SMF est
d'environ de 135 km, et la portée maximale de la fibre optique DCF doit être égale à 27 km.
En revanche, si nous utilisons la configuration PrC, la portée maximale de la fibre optique
SMF est d'environ de 145 km, et la portée maximale de la fibre optique DCF doit être égale à
28 km. Comme conclusion, nous avons observé que la portée de la fibre optique SMF avec la
configuration PrC est prolongée de 10 km par rapport à la configuration PoC, donc la
configuration PrC est une solution plus fiable pour résoudre le problème de l'atténuation et
la dispersion chromatique pour des liaisons optiques WDM, Lorsque la portée de la fibre
optique SMF est accrue.
SMF (km) DCF (km) PoC PrC
Q (dB) BER Q (dB) BER
135 27 5.7848 3.19*10−9 9.24 1.01*10−20
145 28 5.74 4.10*10−9
Tab-4.3 La portée maximale de SMF et DCF après la compensation.
b. L'effet de la variation du débit de la transmission à 80 km
L’étude de cette partie présente l'évaluation de la performance de la liaison optique
simple proposée de la figure 4.8, selon la variation du débit de la transmission à 80 km, afin
d'observer l'effet de cette dernière à propos de l'efficacité d'une liaison WDM qui sera
suggéré dans un autre scénario. Cependant, nous nous appuyons sur la même configuration
proposée à la figure 4.8, tandis que nous varions le débit de la transmission de la liaison
optique de la figure 4.8, entre 1 Gbit/s et 10 Gbit/s.
Selon les résultats obtenus dans les deux figures 4.13 et 4.14 nous avons enregistré que
l'augmentation du débit de la transmission, à partir de 1 Gbit/s jusqu'au 10 Gbit/s, a une
nette influence sur la liaison optique simple proposée dans la figure 4.8. Comme conclusion,
la performance d'une liaison optique peut être détériorée à cause de l'augmentation du
débit de la transmission. À titre d'exemple, en terme de taux d'erreur binaire, nous avons
obtenu les valeurs suivantes, sont respectivement : 1 Gbit/s (8.14 ∗ 10−208 ), 5 Gbit/s (4.11 ∗
10−30), 9.4 Gbit/s (4.46 ∗ 10−9 ) et 10 Gbit/s (1.52 ∗ 10−3 ). En revanche, en terme du facteur
de qualité, nous avons obtenu les valeurs suivantes, sont respectivement : 1 Gbit/s (30.74),
5 Gbit/s (11.34), 9.4 Gbit/s (5.74) et 10 Gbit/s (2.93). Comme conclusion, nous avons
constaté que la transmission du signal est de mauvaise qualité lorsque le débit devient
supérieur à 9.4 Gbit/s. Pour résoudre ce problème et améliorer la performance et la qualité
de la liaison optique simple qui a été suggéré dans la figure 4.8, nous nous appuyons
toujours sur la solution proposée dans la figure 4.12.

54
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

Fig-4.13 Taux d'erreur binaire (BER) en fonction du débit de la transmission.

Fig-4.14 Facteur de qualité (Q) dB en fonction du débit de la transmission.


Après la simulation des deux configurations du système de transmission montré
précédemment sur la figure 4.12, nous avons enregistrés les résultats obtenus dans le
tableau 4.4 après la compensation de la dispersion chromatique et l’amplification du signal
optique transmis. À partir de ces résultats, nous avons observé que la meilleure performance

55
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

du système de transmission de la figure 4.12 est toujours obtenue avec la configuration pré-
compensation qui donne le meilleur taux d’erreur binaire ainsi que le meilleur facteur de
qualité par rapport à ceux des deux autres configurations, à savoir : avant la compensation
et post-compensation.
Débit PoC PrC
Q (dB) BER Q (dB) BER
1 Gbit/s 144.091 1.98 ∗ 10−275 204.627 5.32 ∗ 10−301
10 Gbit/s 39.63 2.32 ∗ 10−65 53.29 1.08 ∗ 10−88
Tab-4.4 Les performances après la compensation vs débit de la transmission.
Bien que le taux d'erreur binaire est encore inférieur à 10−9 , alors il est encore possible
d'augmenter le débit de la transmission. Le tableau 4.5 présente le débit maximum de la
transmission de la liaison optique pour un taux d'erreur binaire de 10−9 et un facteur de
qualité de 6 dB, avec deux configurations, à savoir : PoC et PrC. À titre d'exemple, lorsque
nous utilisons la configuration PoC, le débit maximum de la transmission de la liaison
optique de la figure 4.12 est d’environ 1.74 Tbit/s. En revanche, si nous utilisons la
configuration PrC, le débit maximum de la transmission de la liaison optique de la figure 4.12
est d’environ 2 Tbit/s. Comme conclusion, nous avons constaté que le débit de la
transmission de la liaison optique avec la configuration PrC est prolongée de 0.26 Tbit/s par
rapport à la configuration PoC, donc la configuration PrC est une solution plus fiable pour
résoudre le problème de l'atténuation et la dispersion chromatique pour des liaisons
optiques WDM, lorsque le débit est accru.
Débit PoC PrC
Q (dB) BER Q (dB) BER
1.74 Tbit/s 5.85 2.35*10−9 8.122 2.30*10−16
2 Tbit/s 5.99699 1.283*10−9
Tab-4.5 Le débit maximum après la compensation.
4.4.2 Scénario 2 pour une liaison optique hybride DWDM/CWDM
Après la simulation de la liaison optique simple proposée de la figure 4.12, où nous avons
corrigées les effets de l'atténuation et de la dispersion chromatique, nous avons constaté que la
configuration PrC fourni une bonne performance pour réduire le taux d'erreur lors de la transmission
des données. De ce fait, l'objectif dans cette partie est d'augmenter la capacité d'exploitation de la
bande passante de la liaison optique proposée sur la figure 4.12 avec la configuration PrC en utilisant
la technologie WDM.
La figure 4.15 présente une liaison optique hybride DWDM/CWDM avec la configuration PrC. Le
choix des longueurs d'onde est très important pour des liaisons optiques WDM. À cet effet, le
deuxième scénario proposé dans ce projet exploite deux types de normes, à savoir : la norme CWDM
et la norme DWDM. Pour CWDM, nous utilisons quatre longueurs d'onde, sont les suivantes : 1510
nm, 1530 nm, 1550 nm et 1570 nm (l’espacement entre canaux est de 20 nm), entre deux longueurs
d'onde CWDM, nous exploitons quatre longueurs d'onde DWDM (l’espacement entre canaux est de
0.8 nm), donc l'ensemble des longueurs d'onde DWDM sont 12 couleurs, et sont les suivantes :

56
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

1518.4 nm, 1519.2 nm, 1520 nm, 1520.8 nm, 1538.4 nm, 1539.2 nm, 1540 nm, 1540.8 nm, 1558.4
nm, 1559.2 nm, 1560 nm, 1560.8 nm.

Fig-4.15 Liaison optique hybride DWDM/CWDM.

Fig-4.16 Puissance de signal vs longueurs d’onde de DWDM/CWDM.

57
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

Le signal DWDM/CWDM hybride transmis après le multiplexeur est illustré sur la figure
4.16, ce qui correspond à une puissance de signal d'environ 1 mW soit pour les canaux
DWDM ou bien pour les canaux CWDM.
La figure 4.17 montre les résultats obtenus du taux d'erreur binaire BER pour la liaison
optique DWDM/CWDM hybride proposée en fonction des différentes longueurs d'onde
DWDM et CWDM à 8 Gbit/s, 11 Gbit/s et 13 Gbit/s. Après ces résultats, nous avons conclu
que l'augmentation de débit pour chaque longueur d'onde soit pour le système DWDM ou
bien le système CWDM subit une nette influence en terme du taux d'erreur binaire, veut dire
que, lorsque le débit augmente, les erreurs lors de la transmission des données augmentent
et vice-versa. À titre d'exemple, pour le système CWDM, les valeurs de BER avec une
longueur d’onde de 1570 nm, sont respectivement : à 8 Gbit/s (1.02 ∗ 10−109 ), à 11 Gbit/s
(5.86 ∗ 10−18 ) et à 13 Gbit/s (1.14 ∗ 10−7 ), en revanche, pour le système DWDM, les valeurs
de BER avec une longueur d’onde de 1560.8 nm, sont respectivement : à 8 Gbit/s (9.15 ∗
10−110), à 11 Gbit/s (4.41 ∗ 10−17) et à 13 Gbit/s (4.37 ∗ 10−8 ).
La figure 4.18 illustre les résultats obtenus du facteur de qualité pour la liaison optique
DWDM/CWDM hybride proposée en fonction des différentes longueurs d'onde DWDM et
CWDM à 8 Gbit/s, à 11 Gbit/s et à 13 Gbit/s. Puisque le taux d'erreur binaire augmente via
l'augmentation du débit, donc le facteur de qualité va diminuer, ce qui signifie que la qualité
de la liaison optique DWDM/CWDM hybride proposée est détériorée, par conséquence, les
erreurs lors de la transmission des données augmentent et vice-versa. À titre d'exemple,
pour le système CWDM, les valeurs du facteur de qualité avec une longueur d’onde de 1570
nm, sont respectivement : à 8 Gbit/s (22.20 dB)à 11 Gbit/s (8.51dB) et à 13 Gbit/s (5.12 dB),
en revanche, pour le système DWDM, les valeurs du BER avec une longueur d’onde de 1560.8
nm, sont respectivement : à 8 Gbit/s (22.21 dB), à 11 Gbit/s (8.27 dB) et à 13 Gbit/s (5.29
dB).

(a) CWDM

58
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

(b) DWDM
Fig-4.17 Taux d'erreur binaire (BER) en fonction des longueurs d’onde CWDM /DWDM.
Comme conclusion, nous avons approfondi sur la simulation de la liaison optique
DWDM/CWDM hybride sur la figure 4.15, et nous avons varié le débit entre 12 Gbit/s et 13
Gbit, pour obtenir la valeur du débit maximum pour chaque longueur d'onde
(DWDM/CWDM). Comme résultats, nous avons constaté que le débit maximum des données
pour chaque longueur d'onde soit pour le système CWDM ou bien le système DWDM est de
12.8 Gbit/s, par conséquence, la capacité maximale de la liaison optique DWDM/CWDM
hybride proposée sur la figure 4.10 est de 204.8 Gbit/s.

(a) CWDM

59
Chapitre 4 Simulation d'une Liaison Optique Hybride DWDM/CWDM

(b) DWDM
Fig-4.18 Facteur de qualité (Q) dB vs longueurs d’onde CWDM /DWDM.

4.5 Conclusion
Ce dernier chapitre, nous a permis de savoir que la technique du multiplexage en
longueur d'onde (WDM) est une solution prometteuse pour améliorer les réseaux longue
distance et augmenter la capacité de transmission de données. Cette étude a révélé que
l’évaluation des performances d’une liaison optique DWDM/CWDM proposée est jugée par
des critères comme le facteur de qualité Q et le taux d’erreur binaire BER qui permettent à
l’ingénieur de suivre la qualité de son réseau et déterminer toute dégradation peut affecter
la qualité de transmission de données.

60
Conclusion générale
Conclusion Générale

Dans ce projet, le logiciel de simulation OptiSystem a été utilisé pour étudier et évaluer la
performance d'une liaison optique DWDM/CWDM hybride, et cela, afin d'améliorer la
capacité d'une liaison optique simple qui a été proposée précédemment.
Cependant, nous avons simulé un scénario de conception d'une liaison optique simple à
haut débit, où le débit de transmission utilisé est de 10 Gbit/s. Dans cette partie, nous avons
fait varier la portée de la fibre optique SMF afin d'obtenir une distance maximale qui peut
acheminer les données avec un taux d'erreur binaire de ~ 10-9 et un facteur de qualité de
~ 6 dB. Comme résultats, la distance maximale qui a été aboutie avec la présence de
l'atténuation et de la dispersion chromatique du signal optique transmis, est égale à 74.5
km. En effet, l'amélioration de la portée maximale de la fibre optique SMF peut être réglée
via l'insertion d'une fibre optique DCF et un amplificateur optique de ligne, type EDFA. Pour
ce faire, nous avons basé sur deux types de configurations pour résoudre les problèmes de
l'atténuation et la dispersion chromatique du signal optique transmis, à savoir : la
configuration post-compensation (PoC) et la configuration pré-compensation (PrC) (après et
avant SMF). Après l'application de la solution proposée, nous avons obtenu une distance
maximale égale à 135 km pour la configuration PoC et pour la configuration PrC, la distance
maximale est égale à 145 km. En résume, le pourcentage de l'amélioration via la
configuration PoC est égale à 81.20 %, en revanche, avec la configuration PrC est égale à
94.63 % par rapport à la portée maximale de SMF sans correction 74.5 km. Dans le même
scénario, nous avons également amélioré le débit de transmission de données à 80 km avec
les mêmes effets précédents. Après la simulation, nous avons constaté que, quand la
configuration PoC est utilisée, le débit de transmission amélioré est égale à 1.74 Tbit/s, en
revanche, le débit de transmission amélioré via la configuration PrC est égale à 2 Tbit/s,
comme remarque, le débit de transmission de données sans correction est égale à 9.4
Gbit/s.
Depuis que nous avons obtenu des meilleurs résultats avec la configuration pré-
compensation, la liaison optique DWDM/CDWM hybride a été conçue sur cette base pour
augmenter la capacité de la liaison optique simple du premier scénario. Comme résultats, le
débit maximum pour chaque canal, soit pour les canaux DWDM ou bien les canaux CWDM,
est égale à 12.8 Gbit/s pour un taux d'erreur binaire de ~ 10-9 et un facteur de qualité de ~ 6
dB. Par conséquence, la capacité maximale de la liaison optique DWDM/CWDM hybride
proposée dans ce projet est de 204.8 Gbit/s pour 16 longueurs d'onde, 4 longueurs d'onde
CWDM et 12 longueurs d'onde DWDM.
Au fur et à mesure que les réseaux optiques avancées, nous devons chercher d'autres
techniques de multiplexage afin d'augmenter la capacité du réseau WDM, comme
perspectives, nous allons suggérer d’utiliser les techniques de multiplexage suivantes :
UWDM/DWDM, UWDM/CWDM et UWDM/DWDM/CWDM.

62
Références Bibliographiques
Références Bibliographiques

[1] MILOUDI Walid, Etude d'une liaison optique WDM Radio sur Fibre, Thèse de master
université de Telemcen 2017.
[2] Ronsard, Mbumba, Mayemba, " Etude sur l'impact de la transmission optique dans
un réseau multiservices, cas de RNIS ", PFE, Ecole Supérieure des Métiers
d’Informatiques et de Commerce "ESMICOM", 2009.
[3] C. AUPETIT-BERTHELEMOT, A. DUBOIS, J.L. VERNEUIL and J.M. DUMAS, « (invited)
System simulation : a tool to validate the insertion of optoelectronic devices into a
40Gbit/s fiber-optic link », Annals of Telecommunications, 2003, Vol. 58, n° 9-10,
pp. 1-36. M.
[4] J.L. VERNEUIL, C. AUPETIT-BERTHELEMOT et J.M. DUMAS, « Prise en compte de
modèles réalistes de composants micro-optoélectroniques pour la simulation d’une
liaison optique à 40Gbits/s », 9èmes Journées Nationales Microélectronique et
Optoélectronique 29 Septembre-2 Octobre 2002, St Aygulf, C-3.125.
[5] J.L. VERNEUIL, C. AUPETIT-BERTHELEMOT and J.M. DUMAS, « Study of Polarization
Mode Dispersion (PMD) in high bit rate optical link using a system simulator »,
Progress In Electromagnetics Research Symposium, July 1-5, 2002, Cambridge (MA),
USA, p. 107.
[6] J.L. VERNEUIL, C. AUPETIT-BERTHELEMOT et J.M. DUMAS, « Simulation de
l’insertion d’amplificateurs à fibre dopée Erbium (EDFA) dans une liaison à 40
Gbits/s », 9èmes Journées Nationales Microélectronique et Optoélectronique, 29
Septembre-2 Octobre 2002, St Aygulf, C-3.133.
[7] A. DUBOIS, C. AUPETIT-BERTHELEMOT, J.L. VERNEUIL and J.M. DUMAS, « Use ofa
system simulator to study the influence of InP-HEMT excess gate current on 40
Gbits/sfiber optic system performances », 14th IEEE Indium Phosphide and Related
Materials Conference, 2002, May 12-16, Stockholm (Suede), pp. 197-200.
[8] Fabia Raharimanitra, " Contribution à l’étude des architectures bases sur le
multiplexage en temps et en longueur d’onde dans le réseau d’accès, permettant la
migration vers la nouvelle génération de PON (NG-PON) à 10 Gbit/s ", Thése de
Doctorat, Université d’européenne de Bretagne (Télécom Bretagne), Le 13 janvier
2012.
[9] Alcatel, " introduction to WDM ", Copyright ©Alcatel University, édition 2003,
ISBN 8AS902000667VHZZA ED.02.
[10] Jean-Pierre Laude, " Le multiplexage de longueurs d’onde ", ©MASSON,
Paris,1992, Vol.200, ISBN 2-225-82755-9.
[11] Vivek Alwayn," Optical Network Design and Implémentation ", ©Cisco, Vol.840, 17
Mars 2004, ISBN 1-58705-105-2.
[12] Institute of electronics and computer science Gaspard-Monge (IGM)
http://igm.univ-mlv.fr
[13] Pierre Lecoy," Télécoms sur fibres optiques ", ©LAVOISIER, 11 rue Lavoisier 75008
Paris, Vol.366, 2008, ISBN 3e édition 978-7462-1844-4.

64
Références Bibliographiques

[14] Kafte Djogoo Kungwa Etude d'une liaison de transmission par fibre optique et
simulation d'un résonateur optique en anneau (mémoire online 2016).
[15] BEAUQUIER, B; 2000 – « Communication dans les réseaux optiques par
multiplexage en longueur.
[16] Danièle Dromard et Dominique Seret, " Architecture des réseaux (les
transmissions et les supports) ", 2010. Pearso France,
http://www.pearson.fr/chap01.pdf.
[17] https://www.superprof.fr/ressources/scolaire/physique-chimie/seconde/optique.
[18] Revue de école nationale des postes et télécommunication « Technologie de la fibre
optique » Département Télécommunication - laboratoire de transmission Mars
2004.
[19] David Massoubre « Composant passif à absorbants saturables sur InP pour la
régénération tout-optique à très hauts-débits » Thèse de doctorat. Université Paris
XI, UFR scientifique d’Orsay 2006.
[20] Mathieu Lefrançois « Etude de technologies avancées pour l’optimisation des
systèmes de transmission optique multiplexés en longueur d’onde au débit de 40
Gbit/s » Thèse de doctorat. Université Paris-Sud.2007.
[21] Frédéric Gerome, " Conception et caractérisation de fibres compensatrices de
dispersion chromatique pour application aux liaisons optiques WDM ", Thése de
Doctorat, Université de LIMOGES, Le 04 Novembre 2005.
[22] Philippe Surmely," La fibres optiques : Technologies et applications ", ©MASSON,
SNEL S.A. Rue Saint-Vincent 12-4020 Liège juin 1995, Vol.223, 1995, ISBN
édition 2-225-84822-3.
[23] Zeno,Toffano, " Optoélectronique, Composant photoniques et fibres optiques
", ©Ellipses édition marketing S.A, 32 rue Bargue 75740 Paris cedex 15, Vol.316,
2001, ISBN 2 -7298-0703-9.
[24] Toffano Z., « Optoélectronique : Composants photoniques et fibres optiques »,
Ellipses : Paris, 2000
[25] Jean-Louis VERNEUIL « Simulation de systèmes de télécommunications par fibre
optique à 40 Gbits/s», thèse doctorat UNIVERSITE DE LIMOGES 2003.
[26] E. Rosencher et B. Vinter, Optoélectronique (Masson, 1998).
[27] ZOUINE. Y ; 2005 - « Contribution par la simulation système à l’étude des
contraintes des composants optoélectroniques sur la transmission optique utilisant
technique CDMA »Thèse de doctorat de l’Université de LIMOGES.
[28] DELLIER.S ; 2005 - « Contributions à la conception des circuits micro-ondes», Thèse
de doctorat de l’Université de LIMOGES.
[29] Experide, " Guide de la fibre optique-2001 ", édition 2008, 32 rue de l'Avenir
69740 Genas - FRANCE, Vol.45. http://www.experide-consulting.com.
[30] Ghoumazi mehdi, " optimisation des performances d’une fibre optique dopé e à
l’erbium ", Mémoire de Magister, Université Mentouri de Constantine, 2009.

65
Références Bibliographiques

[31] Stéphane Dellier « Contributions à la conception des circuits micro-ondes» Thèse de


doctorat Université de LIMOGES 2005.
[32] Younes Zouine « Contribution par la simulation système à l’étude des contraintes
des composants optoélectroniques sur la transmission optique utilisant technique
CDMA » Thése de doctorat Université de LIMOGES 2005.
[33] Julien Maury « Etude et caractérisation d’une fibre optique amplificatrice et
compensatrice de dispersion chromatique » Université de LIMOGES 2003.
[34] Frédéric Gérome «Conception et caractérisation de fibres compensatrices de
dispersion chromatique pour application aux liaisons optiques WDM » Thèse de
doctorat. Université de LIMOGES 2005.
[35] REDJDAL Kaci «Étude d’une Chaine de Télécommunication Optique» Thèse de
Master Université Abderrahmane Mira de Bejaia.
[36] Sondes KHAMIR, " Génération d’impulsion optiques brèves 40 GHz par mélange a
quatre ondes ", PFE, Ecole Supérieur des Communications de Tunis, 2005.

66
Résumé
Les performances du système de transmission via une fibre optique monomode (SMF) peuvent
être principalement détériorées par l'atténuation et la dispersion chromatique du signal optique
lors de la transmission de données. Actuellement, l'hybridation du multiplexage par répartition en
longueur d'onde dense (DWDM) avec le multiplexage par répartition en longueur d'onde
grossière (CWDM) devient nécessaire pour augmenter le débit de transmission des services et
également augmenter l'exploitation de la bande passante de la fibre optique. Dans ce projet, nous
allons étudier et évaluer la performance d'une liaison optique DWDM/CWDM hybride, afin
d'augmenter la capacité d'une liaison optique simple. En outre, les paramètres de la liaison
optique DWDM/CWDM hybride proposée, tels que le taux d'erreur binaire (BER), le facteur de
qualité (facteur Q) et le diagramme de l'œil sont analysés en fonction de la distance de liaison
optique, le débit de transmission pour chaque canal, et les longueurs d'onde CWDM et DWDM qui
ont exploités en présence des conditions d'atténuation et de dispersion chromatique du signal
optique transmis.
Mots clés : SMF, DWDM, CWDM, performances de BER et facteur de Qualité, logiciel OptiSystem.

Abstract
The performances of the transmission system through a single mode optical fiber (SMF) can be
mainly degraded by the attenuation and chromatic dispersion of the optical signal during data
transmission. Currently, the hybridization of Dense Wavelength Division Multiplexing (DWDM)
with Coarse Wavelength Division Multiplexing ( ِCWDM) is necessary to increase the transmission
rate of services and also to increase the use of the optical fibre bandwidth. In this project, we will
investigate and assess the performances of a hybrid DWDM/CWDM optical link, in order to
increase the ability of a simple optical link. In addition, the parameters of the proposed hybrid
DWDM/CWDM optical link, such as the bit error rate (BER), quality factor (Q factor) and eye
diagram, are analyzed as a function of: the distance of the optical link , the transmission rate for
each channel, and the CWDM and DWDM wavelengths which operated in the presence of the
attenuation and the chromatic dispersion conditions of the transmitted optical signal.
Keywords : SMF, DWDM, CWDM, Performances of BER and quality factor, OptiSystem software.

‫ملخص‬
‫يمكن أأن يتدهور أأداء نظام النقل عبر ا أللياف الضوئية أأحادية الوضع بشكل أأساسي بسبب التوهين والتشتت اللوني ل إلشارة‬
‫ مع‬DWDM ‫ يصبح تهجين الإرسال المتعدد بتقس يم طول الموجة الكثيف‬،‫ في الوقت الحالي‬.‫الضوئية أأثناء نقل البياانت‬
‫ س نقوم بدراسة‬،‫ في هذا المشروع‬. ‫ضروري لزيدة معدل نقل الخدمات وعرض النطاق الترددي ل أللياف البصرية‬ ً CWDM
‫ يتم‬،‫ ابلإضافة اإلى ذلك‬.‫ من أأجل زيدة قدرة ارتباط بصري بس يط‬،DWDM / CWDM ‫وتقييم أأداء ارتباط بصري هجين‬
‫ عامل الجودة‬،)BER( ‫ مثل معدل أأخطاء البت‬،DWDM / CWDM ‫تحليل معلمات الرتباط البصري الهجين المقترح‬
DWDM‫ و‬CWDM ‫ و أأطوال موجي‬،‫ ومعدل نقل كل قناة‬،‫ ومخطط العين كدالة على مسافة الرتباط البصري‬،)Q ‫(عامل‬
.‫التي اس تغلت في ظل الظروف التوهين والتشتت اللوني ل إلشارة البصرية المرسلة‬
.OptiSystem ‫ برانمج‬، Q‫ وعامل الجودة‬BER ‫ أأداء‬،CWDM ،DWDM ،SMF :‫الكلمات الأساس ية‬

View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi