Vous êtes sur la page 1sur 37

MEC1210 - Heures 28 à 33

I) Introduction: définition et utilité de la thermodynamique


II) Notions de base et définitions
III) 1er principe de la thermodynamique (systèmes fermés)
IV) Propriétés des corps purs, simples et compressibles
V) 1er principe de la thermodynamique (systèmes ouverts)
VI) 2ème principe de la thermodynamique
VII) Entropie
VIII) Cycles thermodynamiques communs
heure 28 - Le cycle classique de Rankine
- Les cycles de réfrigération
- Les cycles pour les moteurs à combustion interne (Otto, Diesel)
- Les cycles pour turbines à gaz (Brayton)

IX) Mélanges non réactifs


1
VIII- Les Cycles Thermodynamiques Communs
1) Cycle de Rankine
Moteur thermique pour générer de la puissance, généralement de l’électricité. L’eau
est le fluide actif car peu dispendieux, disponible et haute enthalpie de vaporisation

a) Le cycle Carnot à vapeur

Chauffage isothermique,
Révision: le cycle Carnot donne le meilleur
réversible rendement pour un cycle opérant
374ºC entre deux réservoirs (TL, TH).
compression
isentropique
expansion isentropique Modèle idéal pour moteur thermique? Non!

⎛ T ⎞
Raisons: - TH limité (< 374ºC) donc rendement⎜⎜ηth ,rev = 1 − L ⎟⎟
limité ⎝ TH ⎠
condensation isothermique,
réversible - titre (x) de l’eau à l’état 3 n’est pas assez grand
(gouttelettes d’eau cause des dommages à la
Évolutions intérieurement réversibles, donc: turbine)
Aire sous courbe 1-2 = qin - difficile de contrôler le titre final de la
Aire sous courbe 3-4 = qout condensation (état 4)
Travail net = qin – qout = Aire net entre
courbes 1-2
- difficile de concevoir un compresseur pour deux
et 3-4 phases (évolution 4-1)

2
b) Le cycle Rankine idéal
Aucune irréversibilité interne

bouilloire Surchauffe de la vapeur dans la


bouilloire (accroissement du TH
effectif)

pompe

condenseur

Condensation totale jusqu’à liquide saturé

Évolution 1→ 2: compression isentropique du liquide saturé (pompe)


win = h2 − h1 si purement incompressible: win = v( P2 − P1 )
Évolution 2→ 3: addition de chaleur à pression constante (bouilloire)
qin = h3 − h2

Évolution 3→ 4: expansion isentropique à un mélange saturé de titre (x) élevé (turbine)


wout = h3 − h4

Évolution 4→ 1: rejet de chaleur à pression constante (condenseur)


qout = h4 − h1
wnet qout − qin q
Rendement: ηth = = = 1 − out
qin qin qin
3
c) Le cycle Rankine actuel (non idéal)
Irréversibilités communes: friction fluidique et perte de chaleur

Perte de chaleur: doit compenser


perte de h avec avec qin

bouilloire
Friction dans les tubes
(perte de pression)

pompe

condenseur
Friction aérodynamique dans les
composantes de pompe/turbine
(perte de rendement)

CYCLE IDÉAL

Perte de pression
(bouilloire)

Irréversibilités
(turbine)

Irréversibilités
(pompe) CYCLE ACTUEL

Perte de pression
(condenseur)

4
d) Stratégies d’accroissement de rendement du cycle Rankine

Il y a des limites dans la réduction des irréversibilités dans le système. Il existe


cependant des stratégies pour augmenter le rendement du cycle Rankine au niveau
de base (idéal):
TL
ηth ,rev = 1 −
TH
i) diminuer la température (moyenne) de rejet de chaleur (TL)

Désavantages:

- limite: TL doit être plus haute que T du


médium de refroidissement (ex. rivière)

- réduction du titre (x) de l’eau dans la


turbine (dommage)

Augmentation du
travail net

5
d) Stratégies d’accroissement de rendement du cycle Rankine (cont.)
ii) augmenter la température (moyenne) d’apport de chaleur (TH) par
surchauffement de la vapeur
Désavantage:
Augmentation du
travail net - limite: résistance thermique des
matériaux

Avantage:
- augmentation du titre (x) de l’eau dans
la turbine

iii) augmenter la température (moyenne) d’apport de chaleur (TH) par la


pression de la bouilloire
réchauffe
Augmentation du Turbine à
travail net haute P
Turbine à
basse P
Désavantages: Addition de
réchauffe
diminution du
travail net

diminution du
titre

6
d) Stratégies d’accroissement de rendement du cycle Rankine (cont.)
iv) augmenter la température (moyenne) d’apport de chaleur (TH) par
régénération Augmentation de la température du liquide (donc
de TH) avec de la vapeur extraite de la turbine

régénérateur

m 6
y≡
m 5
qin = h5 − h4
qout = (1 − y )(h7 − h1 )
wout = (h5 − h6 ) + (1 − y )(h6 − h7 )
win = (1 − y )(h2 − h1 ) + (h4 − h3 )

exemple (à lire): CB&L ex. 10.5, p. 486 (p.585 dans C&B, 6ème édition) (cycle Rankine
régénératif idéal)
exemple 1 (en classe): cycle Rankine régénératif non idéal
7
Où on en est
I) Introduction: définition et utilité de la thermodynamique
II) Notions de base et définitions
III) 1er principe de la thermodynamique (systèmes fermés)
IV) Propriétés des corps purs, simples et compressibles
V) 1er principe de la thermodynamique (systèmes ouverts)
VI) 2ème principe de la thermodynamique
VII) Entropie
VIII) Cycles thermodynamiques communs
- Le cycle classique de Rankine
heure 29 - Les cycles de réfrigération
- Les cycles pour les moteurs à combustion interne (Otto, Diesel)
- Les cycles pour turbines à gaz (Brayton)

IX) Mélanges non réactifs


8
2) Cycle de réfrigération
Cycle pour transférer de la chaleur d’un réservoir froid à un réservoir chaud.
RÉSERVOIR CHAUD (TH) QH

condenseur

Win

valve compresseur
d’expansion

évaporateur

RÉSERVOIR FROID (TL) QL

Même cycle pour deux applications différentes:


i) réfrigérateur: garde TL (compartiments frigorifiques) constante
COPR = output désiré = Q = Q =L 1 . L

input W Q -Q Q /Q -1
iN H L H L

ii) pompe thermique: garde TH (habitat) constante


COPPT = output désiré = Q = Q = H1 H .
input W Q -Q 1- Q /Q
iN H L L H

9
a) Le cycle Carnot (à vapeur) inversé

Les quatre évolutions réversibles du cycle de Carnot (moteur thermique) peuvent


être inversées pour former le cycle de Carnot inversé, le cycle de réfrigération avec le
meilleur rendement.

RÉSERVOIR CHAUD
(TH)
condensation isothermique,
réversible

condenseur Expansion compression


isentropique isentropique
Compresseur

évaporateur

Chauffage isothermique,
réversible

RÉSERVOIR FROID
(TL)

Cependant, le cycle de Carnot inversé ne peut pas servir de modèle idéal pour un
cycle de réfrigération car:
- expansion biphasique (évolution 4-1) endommagerait la turbine
- difficile de concevoir un compresseur pour deux phases (évolution 2-3)
10
b) Le cycle de réfrigération à vapeur idéal

cuisine
RÉSERVOIR CHAUD (TH)

évaporateur Tube capillaire


congélateur (= valve
liquide d’expansion)
saturé
condenseur

valve
d’expansion
compresseur valve
évaporateur d’expansion condenseur

vapeur
saturée

compresseur
RÉSERVOIR FROID (TL)
expansion non isentropique

Évolution 1→ 2: compression isentropique (compresseur) Exemple: réfrigérateur

wnet,in = h2 − h1
Évolution 2→ 3: rejet de chaleur à pression constante jusqu’au liquide saturé (condenseur)
qH = h2 − h3
Évolution 3→ 4: expansion adiabatique, non-isentropique à un mélange saturé (valve d’expansion)
h3 = h4
Évolution 4→ 1: absorption de chaleur à pression constante jusqu’à la vapeur saturée (évaporateur)
q L = h1 − h 4
qL h −h qH h −h
Coefficients de performance: COPR = = 1 4 COPPT = = 2 3
wnet ,in h2 − h1 wnet ,in h2 − h1 11
c) Le cycle de réfrigération à vapeur actuel (non idéal)

Irréversibilités communes: friction fluidique et perte de chaleur

CYCLE IDÉAL

Perte de pression
(condenseur)

Irréversibilités
Surrefroidissement (compresseur)
pour s’assurer condenseur
et/ou
d’avoir du liquide Perte de chaleur
(compresseur) valve
d’expansion

évaporateur compresseur
Réchauffe et
friction dans les
lignes menant
au compresseur
Perte de pression
(évaporateur)
CYCLE ACTUEL

exemple 2 (en classe): pompe thermique

12
Où on en est
I) Introduction: définition et utilité de la thermodynamique
II) Notions de base et définitions
III) 1er principe de la thermodynamique (systèmes fermés)
IV) Propriétés des corps purs, simples et compressibles
V) 1er principe de la thermodynamique (systèmes ouverts)
VI) 2ème principe de la thermodynamique
VII) Entropie
VIII) Cycles thermodynamiques communs
- Le cycle classique de Rankine
- Les cycles de réfrigération
heures 30,31 - Les cycles pour les moteurs à combustion interne (Otto, Diesel)
- Les cycles pour turbines à gaz (Brayton)

IX) Mélanges non réactifs


13
3) Cycles de moteurs à combustion interne
a) Introduction
Moteur avec piston(s) et cylindre (s) pour générer de la puissance mécanique par
combustion d’un carburant à l’intérieur des frontières du système. Cycles
mécaniques et non-thermodynamiques, mais qui peuvent être modélisés avec des
cycles thermodynamiques

soupape soupape
Moteur à quatre temps ( 2 tours par cycle)
d’admission d’échappement
course de course de course course
compression combustion d’échappement d’admission
gaz mélange air-
d’échappement carburant
PMH
alésage

course

PMB

taux de VPMB
compression: r≡
VPMH
Pression
moyenne Wout
effective: PME ≡
(VPMB − VPMH )
échappement

admission

PMH PMB
14
b) Suppositions pour modélisation thermodynamique

i) fluide actif est de l’air (composé principalement d’azote, non réactif) agissant
comme un gaz parfait
suppositions ii) toutes les évolutions du cycle modélisé sont intérieurement réversible
d’air standard

suppositions
iii) la combustion peut être remplacée par un transfert de chaleur d’une source
d’air froid externe
standard
iv) l’échappement peut être remplacée par un rejet de chaleur ramenant le gaz à
son état initial
v) les chaleurs massiques (Cp et Cv) de l’air sont constantes, aux valeurs à 25ºC

c) Cycle Otto

Cycle thermodynamique idéalisé pour moteurs à allumage par étincelle.


courses
CYCLE OTTO IDÉAL course de
d’admission et
course de combustion
d’échappement
compression

compression chauffage à expansion refroidissement à


PMH PMB isentropique VOLUME isentropique volume constant
constant
15
c) Cycle Otto (cont.)

Bilan d’énergie pour système fermé (gaz dans cylindre) donne:

qin = u3 − u2 = cv (T3 − T2 )
qout = u4 − u1 = cv (T4 − T1 )
wnet qin − qout q T −T T (T / T − 1)
ηth ,Otto = = = 1 − out = 1 − 4 1 = 1 − 1 4 1
qin qin qin T3 − T2 T2 (T3 / T2 − 1)

notons que 1-2 et 3-4 sont des évolutions isentropiques de gaz parfait
k −1
( Pv = const.; Tv = const). et que v1=v4 et v2=v3:
k

k −1 k −1
T1 ⎛ v2 ⎞ ⎛v ⎞ T4
= ⎜⎜ ⎟⎟ = ⎜⎜ 3 ⎟⎟ =
T2 ⎝ v1 ⎠ ⎝ v4 ⎠ T3

mettant cette expression pour obtenir le rendement en terme du taux


de compression (r= v1 /v2) donne:

1
ηth ,Otto = 1 −
r k −1
T > température pour
auto-allumage
de l’essence sans
plomb
exemple (à lire): CB&L ex. 9.2, p.422
(p.508 dans C&B 6ème éd.) 16
d) Cycle Diesel

Cycle thermodynamique idéalisée pour moteurs à auto-allumage (par


compression jusqu’au-dessus de la température d’auto-allumage du carburant)

CYCLE DIESEL IDÉAL courses


course de
d’admission et
course de combustion
d’échappement
compression

compression chauffage à expansion refroidissement à


isentropique PRESSION isentropique volume constant
constante
Carburant est injecté sur une
période de temps commençant
juste avant PMH jusqu’à la
première partie de la course de
combustion approximation de
combustion à P constante)

17
d) Cycle Diesel (cont.)

Bilan d’énergie pour système fermé (gaz dans cylindre) donne:

qin = wb ,out + u3 − u2 = P2 (v3 − v2 ) + u3 − u2 = h3 − h2 = c p (T3 − T2 )


qout = u4 − u1 = cv (T4 − T1 )
wnet q c (T − T ) T −T T (T / T − 1)
ηth , Diesel = = 1 − out = 1 − v 4 1 = 1 − 4 1 = 1 − 1 4 1
qin qin c p (T3 − T2 ) k (T3 − T2 ) kT2 (T3 / T2 − 1)

notons que 1-2 et 3-4 sont des évolutions isentropiques de gaz parfait
k −1
( Pv = const.; Tv = const). et v1=v4 et P2=P3:
k

k −1 k −1
T2 ⎛ v1 ⎞ ⎛v ⎞ T4
= ⎜⎜ ⎟⎟ ; ⎜⎜ 3 ⎟⎟ =
T1 ⎝ v2 ⎠ ⎝ v4 ⎠ T3

mettant ces expressions pour obtenir le rendement en terme du taux


de compression (r= v1 /v2) et du rapport d’injection (rc= v3 /v2) donne:

1 ⎡ rc − 1 ⎤
k
ηth , Diesel = 1 − k −1 ⎢ ⎥
r ⎣ k (rc − 1) ⎦ mais rdiesel >rOtto

>1 ηth , Diesel < ηth ,Otto pour même r

18
d) Cycle Diesel (cont.)

exemple 3 (en classe): cycle de Diesel

e) Cycle mixte

Combinaison des cycles Otto et Diesel pour une modélisation plus réaliste des
moteurs à combustion interne, dont les cycles Otto et Diesel seraient des cas
spéciaux du nouveau modèle

19
Où on en est
I) Introduction: définition et utilité de la thermodynamique
II) Notions de base et définitions
III) 1er principe de la thermodynamique (systèmes fermés)
IV) Propriétés des corps purs, simples et compressibles
V) 1er principe de la thermodynamique (systèmes ouverts)
VI) 2ème principe de la thermodynamique
VII) Entropie
VIII) Cycles thermodynamiques communs
- Le cycle classique de Rankine
- Les cycles de réfrigération
- Les cycles pour les moteurs à combustion interne (Otto, Diesel)
heures 32,33 - Les cycles pour turbines à gaz (Brayton)

IX) Mélanges non réactifs


20
VIII) Les Cycles Thermodynamiques Communs (cont.)

3) Cycles pour turbines à gaz


a) Turbines à gaz
Moteur à combustion interne à écoulement continu avec haute densité de
puissance (puissance générée par unité de poids du moteur) généralement utilisé en
propulsion aéronautique et maritime et dans la génération d’énergie (électricité)

carburant
chambre de
combustion

compresseur turbine

Air Air et produits


de combustion

Turbomachines: type axial ou radial

21
a) Turbines à gaz (cont.)

Types de turbines à gaz et applications

i) Turboréacteur
diffuseur injecteur turbine
carburant
Gaz chaud à
haute vitesse

air

compresseur chambre à tuyère Moteur J57 pour Boeing B52


combustion

- Wout,turbine=Win,compresseur→Wnet,out=0 : l’énergie restante est convertie en énergie


cinétique du gaz avec la tuyère, pour ainsi donner de la poussée (et donc du
travail mécanique sur l’avion)

poussée (F): F = (m  V)out −(m  V)in


 gas,out = m
(m  air,in + mcarburant→m
 carburant<<m
 air,in →m
 gas,out ≅ m
 air,in = m
 gas,out ≡ m
)
F ≅m
 (Vout −Vin)
puissance: W = F ⋅V
poussée avion

22
Turboréacteurs

General Electric J85 (équipent la famille de chasseurs F-5)

23
Turboréacteurs

Rolls Royce-SNECMA Olympus


(équipent le concorde)

24
ii) Turbosoufflante ou turboréacteur à double flux

flux tuyère
secondaire soufflante secondaire flux primaire:
turbine gaz chaud à
haute vitesse

air

Moteur Pratt & Whitney Canada


flux secondaire:
gaz froid à plus
PW307 pour Dassault Falcon 7X
compresseur chambre à tuyère basse vitesse
flux combustion primaire
primaire

- équipe tous les avions à réaction modernes

- Wout,turbine=Win,compresseur+Win,soufflante, l’énergie restante est convertie en énergie


cinétique du gaz des deux flux avec les tuyères, pour ainsi donner de la poussée
m
- Taux de dilution (BPR): BPR = flux,secondaire
m flux, primaire
- Avantages par rapport au turboréacteur:
• Plus grande poussée pour la même puissance (plus de poussée de la part
d’une large masse d’air à basse vitesse, qu’une petite masse d’air à haute
vitesse) (poussée augmente avec BPR)
• Moins bruyante: flux primaire est ralentie par mélange avec flux secondaire

25
Turbosoufflantes

1) Aviation civile (BPR haut)

BPR=8.7

PW-GE GP7000
(équipent le Airbus A380)

2) Aviation militaire de combat (BPR bas)


BPR=0.36

PW F100 (équipent les avions F-15 et F-16)


26
PW F135 (équipent les futurs avions F-35)

27
iii) Turbopropulseur et turbomoteur
hélice,
rotor ou
génératrice entrée injecteur de
turbine
d’air carburant gaz
chaud

Moteur Pratt & Whitney Canada


PW100 pour Bombardier Dash8
air (turbopropulseur) et bateau Skjold
(turbomoteur)

boîte de compresseur chambre à tuyère


vitesse combustion

Turbine à gaz Trent de


Rolls Royce (Canada)
pour génération
d’électricité
Moteur Pratt & Whitney Canada
PW207 (turbomoteur) pour Bell 417

- Wout,turbine=Win,compresseur+Wout,net,, le travail mécanique net sortant sert à tourner à


une hélice (turbopropulseur), un rotor (hélicoptère) (turbomoteur) ou une
génératrice (turbine à gaz pour génération d’électricité). Très peu est convertie en
énergie cinétique du gaz sortant
- Avantages par rapport au moteur à piston: densité de puissance beaucoup plus
grande (moteur plus léger et petit pour la même puissance)
- Désavantages: perte de puissance avec altitude et préfère opération à vitesse
constante
28
Turbopropulseurs
PWC PT6

29
b) Le cycle de Brayton
Bien que les turbines à gaz sont des cycles non thermodynamiques, on peut les
modéliser avec le cycle thermodynamique idéalisé de Brayton
carburant
chambre de
combustion
échangeur
de chaleur

compresseur turbine
compresseur turbine

Air Air et produits


de combustion Air Air
échangeur
de chaleur

Turbine à gaz, turbomoteur (vitesse du gaz


sortant sortant de la turbine est négligeable)

Suppositions pour modélisation thermodynamique (même que pour cycles Otto et Diesel)

i) fluide actif est l’air, agissant comme un gaz parfait


ii) évolutions sont intérieurement réversibles
iii) combustion remplacée par transfert de chaleur d’une Suppositions
source externe d’air standard Suppositions
iv) l’échappement remplacé par un rejet de chaleur d’air froid
ramenant le gaz à son état initial standard
v) les chaleurs massiques (Cp et Cv) de l’air
sont constantes, aux valeurs à 25ºC
30
b) Le cycle de Brayton (cont.)

Aucune irréversibilité interne

Évolution 1→ 2: compression isentropique de l’air (compresseur)


Évolution 2→ 3: addition de chaleur à pression constante (échangeur de chaleur)
Évolution 3→ 4: expansion isentropique complète (vitesse de sortie négligeable) de l’air (turbine)
Évolution 4→ 1: rejet de chaleur à pression constante (échangeur de chaleur)

Bilan d’énergie pour système ouvert sur les composantes donne:


qin = h3 −h2 = cp (T3 −T2)
qout = h4 −h1 = cp (T4 −T1)
wnet q cp (T4 −T1) T −T T (T / T −1)
ηth,Brayton= =1− out =1− =1− 4 1 =1− 1 4 1
qin qin cp (T3 −T2) T3 −T2 T2(T3 / T2 −1)
31
b) Cycle de Brayton (cont.)

T1 ( T 4 / T1 − 1 )
η th , Brayton = 1 −
T 2 ( T 3 / T 2 − 1)

notons que 1-2 et 3-4 sont des évolutions isentropiques de gaz parfait
T
( Pvk = const. → k −1 = const. ) et P2=P3 et P1=P4:
Pk k −1 k −1
T2 ⎛ P2 ⎞ ⎛P ⎞ T k k
= ⎜⎜ ⎟⎟ = ⎜⎜ 3 ⎟⎟ = 3
T1 ⎝ P1 ⎠ ⎝ P4 ⎠ T4
mettant ces expressions pour obtenir le rendement en terme du rapport de
pression (rp= P2 /P1) donne:

1
ηth,Brayton=1− k−1
rp k

Rapports de
pression
typiques des
turbines à gaz

Rapport de pression, rp 32
b) Cycle de Brayton (cont.)
Notes:
- rendement du cycle Brayton augmente avec rc et k
- travail du cycle Brayton en terme de rc et le rapport de température maximal (T3/T1):
⎡T T T ⎤
wnet , Brayton = q in − q out = c p (T3 − T2 ) − c p (T4 − T1 ) = c p T1 ⎢ 3 − 2 − 4 + 1⎥
⎣ T1 T1 T1 ⎦
k −1 k −1
T2 ⎛ P2 ⎞ k ⎛P ⎞ k T3
⇒ =⎜ ⎟ = ⎜⎜ 3 ⎟⎟ =
T1 ⎜⎝ P1 ⎟⎠ ⎝ P4 ⎠ T4
⎡ k −1
⎤ ⎡ k −1

⎢ T3 ⎛ P2 ⎞ k T3 ⎥ ⎢ T3 ⎛ P2 ⎞ k T3 T1
wnet , Brayton = c p T1 −⎜ ⎟ − + 1 = c p T1 − ⎜⎜ ⎟⎟ − + 1⎥
⎢ T1 ⎜⎝ P1 ⎟⎠ T2 ⎥ ⎢ T P T1 T2 ⎥
⎢⎣ ⎥⎦ ⎢⎣ 1 ⎝ 1 ⎠ ⎥⎦
⎡ k −1

k −1

⎢ T ⎛ P ⎞ k T ⎛ P ⎞ k
wnet , Brayton = c p T1 3
− ⎜ ⎟ − ⎜⎜ ⎟⎟
2 3 2
+ 1⎥
⎢ T1 ⎜⎝ P1 ⎟⎠ T1 ⎝ P1 ⎠ ⎥

al
⎢⎣ ⎥⎦

im
Travail spécifique,(wnet/cpT1)

ax
⎡⎛ T ⎞ ⎛ T ⎞ − (k −1) ⎤ (T3/T1)

m
k −1
wnet , Brayton = c p T1 ⎢⎜⎜ 3 ⎟⎟ − rp k − ⎜⎜ 3 ⎟⎟ rp k + 1⎥

t
ne
⎣⎝ T1 ⎠ ⎝ T1 ⎠

w

• Wnet ↑ avec T3/T1

• pour un T3/T1
donné, il existe un
rc pour Wnet maximal et
ce rc augmente avec T3/T1

Rapport de pression, rp
33
b) Cycle de Brayton (cont.)
Notes (cont.):
- cycle idéal pour turboréacteur (modification du cycle Brayton)

Wout,turbine=Win,comp

W out, turbine

Δec,tuyère
ws h2 s − h1
W in, comp
η comp = ≅
wa h2 a − h1

Δec,diffuseur
diffuseur compresseur chambre à turbine tuyère
combustion

- effet des irréversibilités sur le cycle Brayton (cycle actuel)


perte de
pression
durant qin
wa h − h4 a
η turbine = ≅ 3
ws h3 − h 4 s

ws h2 s − h1
η compressor = ≅
wa h2 a − h1 perte de
pression
durant qout

34
b) Cycle de Brayton (cont.)

Notes (cont.):
wcompresseur h2 − h1
- définition du rapport de travail: rbw = ≅
wturbine h3 − h4

beaucoup plus grand que pour cycle de Rankine car on comprime un gaz au lieu
d’un liquide: vgaz>>vliquide, donc le travail vdP du compresseur est plus grand

- stratégies pour augmenter le rendement des turbines à gaz:

i) augmenter la température maximale (entrée de la turbine)


ii) réduire les irréversibilités dans les composantes
iii) modifier le cycle de Brayton (refroidissement intermédiaire, réchauffe,
régénération)

en général,
propulsion: on choisit (i) et (ii) car la miminisation du poid est une priorité
génération d’électricité: le poids est moins important que le rendement, on peut
choisir (iii)

exemple (à lire): CB&L ex. 9.6, p.434 (p.523 dans C&B, 6ème éd.)
35
c) Cycle de Brayton avec régénération

Méthode d’augmentation du rendement du cycle Brayton en récupérant un partie


de qout par rechauffe du gaz sortant du compresseur avec le gaz chaud sortant de la
turbine: Régénérateur Note: régénération possible seulement si T4>T2

qregen

efficacité de régénération: Compresseur


q regen , act h5 − h 2
ε = =
q regen , max h4 − h2
Avec suppositions d’air froid standard et ε =1.0, les
idéal
bilans d’énergie donnent:
avec régénération
actuel

Énergie sans régénération


(carburant) ⎛ T1 ⎞ k −1
épargnée ηth ,regen = 1 − ⎜⎜ ⎟⎟rp k
⎝ T3 ⎠

Rapport de pression, rp 36
d) Cycle de Brayton avec refroidissement intermédiaire, réchauffe et régénération
Augmentation du rendement du cycle Brayton par:
- refroidissement du gaz dans le compresseur (minimiser vgaz, donc le travail vdP du
compresseur)
- réchauffe du gaz dans la turbine (maximiser vgaz, donc le travail vdP de la turbine)
- régénération (récupération d’une partie de qout)
Régénérateur

Réchauffe

Comp. I Comp. II

seconde
combustion avec
l’oxygène restant

Notes: - sans régénération, rendement ↓ au lieu de ↑ car on doit transférer plus de chaleur
(carburant) entre (4) et (6) pour compenser le refroidissement entre (2) et (3)
- pour deux étapes de compression et d’expansion, performance optimale pour
rapports de pression égaux entre les étapes
exemple 4 (en classe): Cycle Brayton avec régénération et réchauffe
37

Vous aimerez peut-être aussi