Vous êtes sur la page 1sur 2

Chapitre 5

Le traitement d’images médicales :


principes, principales applications
et perspectives
L. Legrand

Après avoir lu ce chapitre, vous devriez :


%avoir compris le sens des termes importants utilisés fréquemment en
traitement d’images médicales : segmentation, compression, DICOM,
filtrage, traitement morphologique, recalage, PACS ;
%avoir compris les bases et objectifs des principales techniques de traitement
et d’analyse d’images ;
%pouvoir citer les principaux formats d’image et leurs avantages ;
%savoir expliquer les principes de la compression des images et ses limites
en médecine ;
%pouvoir faire la différence entre compression avec pertes et compression
sans perte ;
%connaître le standard DICOM des images médicales ;
%pouvoir définir la notion de segmentation d’images médicales ;
%connaître les grands principes des opérations de morphologie
mathématique ;
%pouvoir citer des applications de ces différentes techniques dans le domaine
médico-biologique.

5.1 Introduction
L’imagerie médicale évolue sans cesse grâce aux contributions de domaines
scientifiques comme la physique, la chimie, les mathématiques, les sciences de
l’ingénieur et la médecine. Les trois dernières décennies ont vu des avancées

L. Legrand ( ) – Université de Bourgogne – E-mail : Louis.Legrand@u-bourgogne.fr

Sous la direction de Alain Venot, avec la collaboration de Anita Burgun et Catherine Quantin,
Informatique médicale, e-Santé,
ISBN : 978-2-8178-0337-1, © Springer-Verlag Paris 2013
102 Informatique médicale, e-Santé

significatives de l’imagerie médicale. De nouvelles modalités d’imagerie à deux


dimensions (2D), trois dimensions (3D) et plus sont devenues très importantes
en radiologie diagnostique. Aujourd’hui, établir certains diagnostics ou évaluer
la sévérité de certaines pathologies ne pourrait se faire sans l’aide de l’imagerie
médicale.
Si l’imagerie médicale est devenue l’un des sous-domaines les plus importants
de l’imagerie scientifique, elle le doit en partie aux progrès rapides et continus
de la tomographie par reconstruction, et aux développements concomitants
des méthodes d’analyse et de diagnostic par ordinateur dont les principes sont
présentés dans ce chapitre.

5.1.1 Le monde médical de l’image


Le début de l’imagerie médicale date de 1895, quand Röntgen découvre les
rayons X qui sont à la base de la radiographie, seule méthode d’imagerie au
début du siècle dernier. On obtient une radiographie en exposant un film à des
rayons X qui ont traversé le corps humain. Il en résulte une image analogique
bidimensionnelle qui est la projection sur un film radiographique d’organes
en trois dimensions. Aujourd’hui encore, les radiographies du thorax ou les
mammographies donnent des images de haute qualité, qui suffisent souvent
pour obtenir un diagnostic fiable et pour un dépistage à faible coût.
La scintigraphie, le scanner, l’échographie et l’imagerie par résonance magné-
tique (IRM) ont tour à tour fait leur apparition au cours du XXe siècle. Ces
modalités d’imagerie sont aujourd’hui utilisées pour obtenir des informations
anatomiques, physiologiques, métaboliques et fonctionnelles du corps humain1.
Elles utilisent des ordinateurs pour créer et afficher des images numériques qui
ne cessent de s’améliorer. Grâce à l’ordinateur, des images numériques multi-
dimensionnelles de structures physiologiques peuvent être calculées et traitées
pour visualiser des éléments cachés utiles au diagnostic qu’il serait difficile,
voire impossible, de distinguer en imagerie bidimensionnelle. Le traitement et
l’analyse informatisés constituent d’importantes aides au diagnostic médical
pour les différentes modalités d’imagerie. On arrive à réduire les artefacts et
à améliorer la qualité des images en tenant compte des connaissances sur les
processus physiques de formation des images médicales, ainsi que sur la physio-
logie humaine, facilitant ainsi l’interprétation des images par les médecins.

5.1.2 Modes de production des images médicales


L’objectif général de l’imagerie médicale est de donner des informations sur
les processus physiologiques du corps ou sur les organes en utilisant des sources
de rayonnements extérieurs ou intérieurs, ou une combinaison des deux. En

1. Voir des exemples d’images obtenues avec ces différentes techniques sur : http://www.
inserm.fr/thematiques/technolo g ies-pour-la-sante/dossiers-d-information/ima g erie-
fonctionnelle-biomedicale