Vous êtes sur la page 1sur 6

Question 1 

:
Expliquer le mécanisme de dégradation des surfaces par usure adhésive ?
Repense 1 :
L'usure adhésive se manifeste par le transfert de matière d'une des pièces frottantes sur la
surface du corps antagoniste. Ce type d'usure se produit lorsque des liaisons fortes
s'établissent aux jonctions au niveau des aspérités. Au cours du glissement la formation et la
rupture des jonctions se succèdent. Les fragments d'usure sont arrachés du matériau le
moins dur, Si les deux matériaux en contact sont les mêmes, l'usure se produit des deux
côtés. La taille du fragment d'usure arraché d'une aspérité donnée dépend de la distance
entre la jonction et l'endroit où le cisaillement se produit, Si la zone durcie par écrouissage
s'étend loin dans l'aspérité, on aura tendance à arracher de grosses particules et le taux
d'usure sera élevé. A l'inverse, cette tendance sera réduite si la section des aspérités croît
depuis la zone de contact. On observe parfois un arrachement de particules du matériau le
plus dur, probablement dû à l'existence de défauts superficiels de faible dureté (par exemple,
des inclusions).
Question 2 :
Quelle est d’après E.Rabinowicz la condition limite pour qu’une particule se détache ?
Donner l’expression de la dimension des particules ?
Repense 2 :
La condition limite pour qu’une particule se détache devient détache, il faut que l’énergie
élastique fournie au fragment soit  à l’énergie
d’adhésion du fragment sur sa base d= 60.000 Wab/Hv.

Question 3 :
Tracer la courbe représentant l’évolution de l’usure en fonction du temps (vie d’un
mécanisme) ?
Réponse 3 :

<< Evolution de l’usure en fonction du temps >>


Question 4 :
K PL
Que Représente la formule suivante : v = α . et que signifient les symboles α et k ?
3 Hv
Repense 4 :
V=taux d’usure adhésive en volume.
α coefficient de frottement tel que :
• α= 1 pour frottement sec ou à très faible vitesse.
• α <1 pour frottement lubrifié.
k = probabilité pour qu’un fragment d’usure soit produit par une jonction donnée- K
est considéré comme le coefficient d’usure.
P =charge, L = distance de glissement ; Hv = dureté du matériau le plus tendre.

Question 5 :
d
Que représente le rapport dans le processus de l’usure adhésive ?
L
Repense 5 :
Le nombre d/L appelé rapport de service conditionne la fatigue des couches superficielles et
l'écoulement de la chaleur entre deux surfaces en contact.

Question 6 :
Qu’appelle-t-on frottement interne et frottement externe et quelle est l’usure engendrée par
ces 2 types de frottements ?
Repense 6 : 

- Frottement « interne » ou par Soudure; cisaillement dans le métal le plus


tendre: transfert et usure sévère-grosses particules d’usure Φ de 1à100μm.
- Frottement « externe » ou « par cisaillement »-cisaillement aux jonctions: usure
modérée très petites particules d’usure Φ ~ 100A°.

Question 7 :

4- Compléter les phrases suivantes La perte de matière dépend à la fois du matériau usé et de
l'abrasif et l'aspect des sillons fournit de précieuses indications :
► S'ils sont brillants et très peu profonds……………………………….. ?
► S’ils sont isolés, et brusquement interrompus……………………….. ?
► S’ils sont ininterrompus et rayent la pièce dure……………………... ?
► S’ils sont ininterrompus et marquent la pièce tendre……………….. ?

Repense 7 : 
La perte de matière dépend à la fois du matériau usé et de l'abrasif et l'aspect des sillons fournit de
précieuses indications :
► S'ils sont brillants et très peu profonds, les aspérités de la pièce antagoniste ont raclé les
couches d'oxydes.
► S’ils sont isolés, et brusquement interrompus, des particules dures introduites
entre les surfaces se sont plus ou moins incrustées.
► S’ils sont ininterrompus et rayent la pièce dure, des particules abrasives sont
enchâssées dans la pièce tendre.
► S’ils sont ininterrompus et marquent la pièce tendre, la pièce antagoniste plus dure
est trop rugueuse.

Question 8 :
Donner l’expression du taux d’usure pour les matériaux ductiles et tracer la courbe
correspondante ?
Repense 8 : Le Taux d’usure pour les matériaux ductiles est :
CMU
V= .¿
mr 2
4 P(1+ )
I

M: masse moyenne d'une particule individuelle


I : moment d'inertie de la particule autour de son centre de gravité.
r : rayon moyen de la particule.
P : composante horizontale de la pression d'écoulement plastique, égale,
approximativement à la dureté d'indentation Hv ou HB.
Xt : composante horizontale de la vitesse de l'arête active de la particule lorsque la coupe
cesse (vitesse de sortie).
c: fraction des particules usant par coupe (probabilité pour qu'une particule agisse comme
un outil de coupe).
α : Angle d'impact moyen des particules.
La Courbe Correspondante  :

Question 9 :
Citer trois traitements thermiques qui conduisent à améliorer la résistance à l’usure abrasive
des aciers ?
Repense 9 :
Le recuit – La trempe.

Question 10 :
Quelle sont les différents facteurs qui favorisent l’usure par polissage des cylindres ?
Repense 10 :
Différents facteurs qui favorisent l'usure par polissage (charge thermique du piston, jeu entre
couronne du piston et cylindre, géométrie du piston, la composition du lubrifiant joue un rôle
essentiel.

Question 11 :
Comment distinguer une usure adhésive d’une usure abrasive à 2 corps ?
Question 12 :
Quelle est l’influence de la taille des particules abrasives sur le taux d’usure ?
Repense12 :
On observe que le taux d'usure augmente rapidement au début pour des particules
abrasives de taille moyenne (diamètre inférieur à environ 100 µm), puis ensuite la croissance
est beaucoup plus lente (Ce changement d'allure est dû à l'accumulation des débris d'usure
entre les particules abrasives de grosse taille, ce qui diminue leur efficacité.
Question 13 :
Dans le cas d’un frottement sec, quel est l’effet de la vitesse sur l’usure adhésive (vitesse
faible et grande vitesse) ?
Repense 13 :
Il s'agit, suivant le cas, des vitesses de glissement, de roulement ou de pivotement. Dans le
cas du glissement à sec (non lubrifié), elle influe surtout sur la température superficielle des
pièces en contact, et dans le cas du glissement lubrifié, elle est un facteur important
d'établissement du régime hydrodynamique.
Le principal effet de la vitesse est d'agir sur la température superficielle, la température
maximale atteinte étant celle du matériau qui a le plus bas point de fusion. Cet
accroissement de la température aura pour effets de provoquer des réactions d'oxydation,
des changements de structure et des fusions éventuelles des zones superficielles.
La formation de couches d'oxyde ou de structures dures (comme la martensite dans les
aciers) provoque une diminution importante du taux d'usure.

Question 14 :
COMMENT COMBATTRE L'USURE ADHESIVE ?

Repense 14 :
- Au niveau de la conception technologique et géométrique des surfaces de contact, il
est possible de prévenir l'usure adhésive en diminuant les échauffements inter
faciaux dus aux frottements.
- En limitant la distribution des pressions et la vitesse de glissement.
- En assurant un refroidissement convenable des surfaces par un choix de matériau
thermo conducteur et par l'emploi d'un fluide réfrigérant.
- Au niveau du choix des matériaux des surfaces en frottement. -en utilisant des
couples de matériaux ayant des faibles interactions donc Wab faible (exemple
bronze-acier).
- Interposer un film autolubrifiant à faible résistance au cisaillement un métal mou
(plomb,étain,cuivre etc..).

Question 15 :
Expliquer la morphologie des dégradations par corrosion : citer les états possibles
dont un métal plongé dans une solution aqueuse peut se trouver :
Repense 15 :
MORPHOLOGIE DES DEGRADATIONS PAR CORROSION :
Un métal plongé dans une solution aqueuse peut se trouver dans l’un des états suivants :
- Etat d’immunité :
Le métal ne se corrode pas, il est thermodynamiquement stable. Vis-à-vis de la plupart des
solutions aqueuses, excepté certaines solutions complexantes, les métaux nobles que l’on
trouve à l’état natif tels que l’or, le platine, le rhodium, etc. doivent leur résistance à la
corrosion à cet état d’immunité que l’on peut toutefois obtenir pour l’ensemble des métaux
dans des conditions opératoires particulières.
- Etat de passivité :
Bien que l’origine de la passivité soit encore très discutée, il est généralement admis que
l’absence de corrosion liée à cet état est due à la formation d’une mince couche d’oxyde
jouant le rôle d’écran entre le métal et le milieu extérieur.
- Etat d’activité :
Le métal est attaqué par le milieu environnant ; il se corrode. La corrosion en milieu aqueux
se manifeste de différentes façons identifiables : soit par un examen visuel, soit par un
examen microscopique des zone endommagées.
Huit formes de corrosion peuvent être dénombrées, caractérisées par des faciès distincts ou
des modifications de propriétés physiques du métal.

Question 16 :
Les actions de protection contre la corrosion sont de 3 types, citez –les ?
Repense 16 :
Les actions de protection contre la corrosion sont de trois types :
- Action sur le matériau métallique : forme adaptée des pièces et des structures,
revêtements, emploi d'alliages passifs.
- Action sur l'agent corrosif : addition d'inhibiteur de corrosion.
- Action sur le processus de corrosion : protection électrochimique.

Vous aimerez peut-être aussi