Vous êtes sur la page 1sur 44

A N N A L E S D U C O N C O U R S

ÉPREUVE ORALE
DE MATHÉMATIQUES
POUR LA SÉRIE S T L
ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES
(Série STL)
Consignes aux candidats
Durée de l'épreuve : 30 minutes

L’oral de mathématiques permet de vous évaluer sur la qualité de votre démarche de résolution des
exercices en rapport avec le programme, votre maîtrise du programme, ainsi que l’agilité et la vitesse
de résolution dont vous saurez faire preuve. Il permet en outre d’harmoniser votre niveau avec celui
de tous les autres candidats.

Déroulement
• Afin de tenir compte de l’avancement de chacun dans le programme de Terminale et de vous
permettre de démontrer vos compétences dans les meilleures conditions, vous disposerez d’une
certaine marge de choix : vous pourrez éliminer un certain nombre de thèmes sur lesquels vous
ne serez pas interrogé.
• Deux ou trois exercices vous seront ensuite proposés par l’examinateur. Après un temps de
préparation, vous échangerez avec lui sur votre méthode de résolution.

Critères d’évaluation
• Maîtrise des savoirs disciplinaires liés au programme de terminale
• Capacités à dérouler un raisonnement et l'exposer de manière claire et rigoureuse
• Autonomie dans la résolution des exercices (avec ou sans aide de l’examinateur)

Notation
• Résolution de l'exercice
• Connaissance du cours associé au thème retenu
• Rapidité dans la résolution de l'exercice

Il est conseillé de s’exercer sur chacun des thèmes proposés et de s’entraîner à résoudre les exercices
« à haute voix », seul ou avec des camarades de classe, en explicitant votre méthode de résolution ainsi
que les éléments de cours mis en œuvre dans la même limite de temps que le jour de l’épreuve orale.
Annales de mathématiques du concours Advance

Terminale STL (Sciences et Technologies de Laboratoire)

Nous allons étudier les thèmes suivants :

 Suites géométriques
 Limites de fonctions
 Dérivée et primitive d'une fonction
 Fonctions logarithmes et exponentielles
 Statistique et probabilités
Thème 1 : Suites géométriques
Déterminer la raison d'une suite géométrique

En 2004, le prix de l'abonnement annuel pour une lettre d'information hebdomadaire pour les entreprises
était de 250 euros.
Chaque année, ce prix augmente de 12%. Pour tout entier naturel n, on appelle P le prix de l'abonnement
pour l'année (2004 + n). On a donc P = 250.
n
0

1. Calculer P et P .
1 2

2. Démontrer que (P ) est une suite géométrique dont on précisera le premier terme et la raison.
n

3. Exprimer P en fonction de n, pour tout entier naturel n.


n

4. Quelle est la limite de la suite (P ) ? n

Correction

1. Soit P 0 Chaque année, le prix augmente de 12%. Donc


= 250.

= 280 et P = 280 × 1 +
   
12 12
P = 250 × 1 +
1 2 = 313, 6
100 100
2. Une augmentation régulière de 12% est associée à une suite géométrique de raison 1 + 12%. Cela
veut dire que chaque année, le prix P de l'abonnement est multiplié par une même constante
= 1, 12. La raison est donc q = 1, 12 et le premier terme P = 250.
n
12
q =1+ 100 0

3. On vient de montrer que (P ) est une géométrique


n

⇒ Pn = P0 × q n

⇒ Pn = 250 × (1, 12)n


4. lim Pn = lim (250 × (1, 12)n )
n→+∞ n→+∞

Or lim (1, 12)n = +∞


n→+∞
car 1, 12 > 1 et 250 > 0
⇒ lim Pn = +∞
n→+∞
Avec une suite auxiliaire géométrique

Soit la suite (u ) dénie par u = 5 et u = 0, 6u + 4.


1. Montrer que la suite (v ) dénie par v = u − 10 est une suite géométrique.
n 0 n+1 n

2. En déduire l'expression de u ? en fonction de n.


n n n

3. Calculer lim u .
n

n
n→+∞

Correction

1. Montrons que la suite (v ) est une suite géométrique :


Pour montrer que la suite (vn) est géométrique on va calculer v en fonction de v . On a pour tout
n

entier n,
n+1 n

v = u − 10 ⇒ v n=u − 10
n n+1 n+1

Or on sait que
u = 0, 6u + 4 ⇒ v
n+1 = 0, 6u + 4 − 10 = 0, 6u − 6
n n+1 n n

Ici, une petite astuce consiste à mettre 0, 6 en facteur (on peut également dire que u = v + 10 et
remplacer u par v + 10)
n n
n n

vn+1 = 0, 6un − 0, 6 × 10 = 0, 6(un − 10) = 0, 6vn

On a bien une relation du type v n+1 = q × vn avec q = 0, 6 ce qui montre que la suite (v ) est une
n
suite géométrique de raison 0, 6.

2. Expression de u en fonction de n
Par ailleurs, v = u − 10 = 5 − 10 = −5. Donc (v ) est une suite géométrique de premier terme
n

v = −5 et de raison q = 0, 6 donc pour tout entier n :


0 0 n
0

vn = v0 × q n = −5 × 0, 6n
Comme u n = vn + 10, on obtient nalement :
un = −5 × 0, 6n + 10

3. lim un :
On a u
n→+∞
n = −5 × 0, 6n + 10 et lim 0, 6n = 0
n→+∞
car 0, 6 < 1
lim un = lim −5 × 0, 6n + 10 = 10.
n→+∞ n→+∞
Suite géométrique

Le responsable d'un site de compostage fait un bilan de l'évolution des quantités de déchets compostés dans
son entreprise.
Il constate qu'en 2002, sur le site, 5 900 tonnes de déchets ont été traitées et qu'ensuite les quantités traitées
augmentent régulièrement de 15% par an.
On admet que la progression se poursuivra au même rythme jusqu'en 2020.
Pour tout entier naturel n, on note un la quantité, en tonnes, de déchets traités durant l'année 2002 + n.
On aura ainsi u = 5 900.
0

1. Préciser la nature, le premier terme et la raison de la suite (u ). Justier.


En déduire, pour tout entier naturel n, l'expression de u en fonction de n.
n
n

2. Calculer la quantité de déchets traités en 2006. Arrondir à l'unité près.


3. Déterminer à partir de quelle année la quantité de déchets traités dépassera les 20 000 tonnes. Justier.
4. Calculer la quantité totale de déchets traités depuis le début de l'année 2002 jusqu'à la n de l'année
2020. Arrondir à l'unité près.

Correction

1. Chaque année, la quantité de déchets traités augmentent régulièrement de 15% par an, cela veut dire
que la quantité de déchets u est multipliée par la même constante : 1 + = 1, 15.
15

Donc (u ) est une suite géométrique, de premier terme u = 5 900 et de raison q = 1, 15


n 100
n 0

⇒ un = 5 900 × (1, 15)n .

2. On a 2006 = 2002 + 4. On calcule donc u .


D'après l'expression de u , on en déduit que u = 5 900 × (1, 15) ≈ 10 319.
4
4

La quantité de déchets traitée en 2006 est d'environ 10 319 tonnes.


n 4

3. On cherche n tel que la quantité de déchets traités dépassera les 20 000 tonnes. Autrement dit, on
cherche n tel que
un > 20 000
5 900 × (1, 15)n > 20 000
20 000
(1, 15)n >
5900 
200
ln(1, 15)n > ln
59
 
200
n ln(1, 15) > ln
59
200

ln 59
n> ≈ 8, 7.
ln(1, 15)

Donc, u > 20 000 à partir de n = 9, soit en 2002+9=2011.


La quantité de déchets traités dépassera les 20 000 tonnes en 2011.
n

4. On a 2020 = 2002 + 18. On cherche alors


18
X
S= un
n=0

Comme u est géométrique donc


n

1 − q 18+1 1 − (1, 15)18+1


S = u0 × = 5 900 × ≈ 520 450.
1−q 1 − 1, 15
La quantité de déchets traités depuis le début de l'année 2002 jusqu'à la n de l'année 2020 sera
d'environ 520 450 tonnes.
Avec une suite auxiliaire géométrique

On considère la suite (u ) dénie sur N par u = pu + 12 et u


n n+1
1
2
2
n 0 =0

1. Montrer que u = √3 et u = . √
15

2. On pose pour tout n ∈ N, v = u − 4.


1 2 2
2
n n

a) Calculer v et v .
b) Montrer que la suite (v ) est géométrique.
0 1

c) Exprimer pour tout n ∈ N, v en fonction de n.


n

3. En déduire u en fonction de n pour tout n ∈ N.


n

Correction

1. On sait que u
n+1 = 1
2
p
u2n + 12 et u 0 =0 donc
1
q
u1 = u20 + 12
2
1√
= 12
2
1√
= 4×3
2
1√ √
= 4× 3
2
1 √ √
= × 2 × 3 = 3.
2
Et
1
q
u2 = u21 + 12
2
1√
= 3 + 12
2
1√
= 15.
2
a) On pose pour tout n ∈ N, v n = u2n − 4. Donc

v0 = u20 − 4 = −4, v1 = u21 − 4 = ( 3)2 − 4 = 3 − 4 = −1.

b) Soit n ∈ N, on a : v n = u2n − 4, donc


vn+1 = u2n+1 − 4
 2
1p 2
= un + 12 − 4
2
1
= (u2n + 12) − 4
4
1 2 1
= un + 3 − 4 = u2n − 1
4 4
1 2  1
= u − 4 = vn
4 n 4

est donc une suite géométrique de raison q = et de premier terme v


(vn ) 1
4 0 = −4.

c) Comme (v ) est géométrique, donc v = v × q = −4 ×  .


n n 0
n 1 n
4

2. On a v = u − 4 ⇒ u = v + 4
n
2
n
2
n n   n
1
⇒ u2n = −4 × +4
4

car
s  n r
1 1
⇒ un = −4 × + 4 = 4 − n−1 , un ≥ 0.
4 4
Thème 1 : limites des fonctions
Limite d'une fonction - asymptote

Déterminer les limites suivantes et interpréter graphiquement :


√ 1 1
1 x + x+1
x−1
a) lim 2 , b) lim , c) lim √
x→+∞ x + 1 x→+∞ 1 + 1 x→+∞ x+ x
x

√1
+1
x−3 2x + 5 x
d) lim 2 , e) lim 2 , f ) lim √
x→1 x − 1 x→2 x − x − 2 x→0 x + x
x<1 x<2 x>0

Correction

a) lim x2 = +∞,
x→+∞
donc lim x2 + 1 = +∞,
x→+∞
par conséquent
1
lim = 0.
x→+∞ x2 +1

Donc la droite horizontale d'équation y = 0 (l'axe des abscisses) est une asymptote en +∞.
b) lim √x = +∞ et lim = 0, donc lim 1 + = 1.
x→+∞
1
x→+∞ x x→+∞
1
x

On en déduit que : √
x
lim = +∞.
x→+∞ 1 + 1
x

c) On sait que lim 1


x→+∞ x−1
=0 et lim 1
x→+∞ x+1
= 0, d'autre par lim x +
x→+∞

x = +∞, donc
1 1
x−1
+ x+1
lim √ = 0.
x→+∞ x+ x

Donc la droite horizontale d'équation y = 0 (l'axe des abscisses) est une asymptote en +∞.
d) lim x − 3 = 1 − 3 = −2 et d'autre part lim x − 1 = 0.
x→1 x→1
2

Le trinôme du second degré x − 1 a pour racines −1 et 1. La règle du signe du trinôme permet alors
2

de justier que lim x − 1 = 0 avec x − 1 < 0.


x→1
2 − 2

x<1

On en déduit que : x−3


lim = +∞.
x→1
x<1
x2 − 1

Donc la droite d'équation x = 1 est asymptote verticale en 1.


e) lim 2x + 5 = 2 × 2 + 5 = 9 et lim x − x − 2 = 2 − 2 − 2 = 0.
x→2 x→2
2 2

Le trinôme x − x − 2 a pour racines 2 et −1. La règle du signe du trinôme permet alors de justier
2

que lim x − x − 2 = 0 avec x − x − 2 < 0.


x→2
2 − 2

x<2

On en déduit que : 2x + 5
lim = −∞.
x→2
x<2
x2 − x − 2

Donc la droite d'équation x = 2 est asymptote verticale en 2.


f) On sait que lim √x = 0 avec √x > 0, donc lim = +∞ et
x→0 x→0
√1
x
lim
x→0
√1
x
+ 1 = +∞
x>0 x>0 x>0

d'autre part lim x + √x = 0 avec x + √x > 0.


x→0

On en déduit que : x>0

√1+1
x
lim √ = +∞.
x→0 x + x
x>0

Donc la droite d'équation x = 0 est asymptote verticale en 0.


Limite de suite géométrique

Déterminer les limites éventuelles suivantes :


 n 
2n

1
a) lim , b) lim 1 + 3 × , c) lim (4n + 3),
n→+∞ 3 n→+∞ 5 n→+∞

2n
d) lim , e) lim (−5) × 3n .
n→+∞ 3n−1 n→+∞

Correction
Rappel : (un ) est une suite géométrique positive de raison q et de premier terme non nul u , alors
u = u × q . Donc lim u = u × lim q .
0
n n
n 0 n 0
n→+∞ n→+∞

• Si q > 1 alors lim u = +∞.


• Si q = 1 alors lim u = u .
n
n→+∞

• Si 0 < q < 1 alors lim u = 0.


n 0
n→+∞
n
n→+∞

a) est le terme général d'une suite géométrique de premier terme de raison q = 2 > 1. Donc
2n
3
1
3

2n
lim = +∞.
n→+∞ 3

b) lim
n→+∞
1+3× 1 n
5
 
= 1 + lim
n→+∞
3× 1 n
5
 

3× 1 n
5

est le terme général d'une suite géométrique de raison 0 < q = 1
5
< 1, donc
1 n
= 0, par conséquent
 
lim 3× 5
n→+∞
  n 
1
lim 1+3× = 1.
n→+∞ 5

c) lim (4n + 3) = 3 + lim 4n = +∞,


n→+∞ n→+∞
car lim 4n + ∞.
n→+∞
d) Soit u = . Ici, il est nécessaire de transformer l'expression de u an de pouvoir appliquer les
2n

règles de calcul de limite.


n 3n−1 n

2n
un =
3n−1
2n
= n
3 × 3−1
2n 1
= n × −1
3 3
2n
= n × 31
3  
n
2
=3×
3

un est une suite géométrique de raison 0 < q = < 1, alors lim  = 0.
2 2 n

Par produit par 3, on peut conclure que lim 3 × = 0 ou encore


3 n→+∞ 3
2 n
n→+∞ 3

2n
lim = 0.
n→+∞ 3n−1

e) (−5) × 3 est le terme général d'une suite géométrique de raison q = 3 > 1, alors
n
lim 3n = +∞.
Par produit par −5, on peut conclure que n→+∞

lim (−5) × 3n = −∞.


n→+∞
Asymptote oblique à une courbe

Démontrer que la courbe représentant la fonction f dénie sur R par


2x3 + x2 + 2x − 3
f (x) =
x2 + 1
a pour asymptote oblique la droite d'équation y = 2x + 1quand tend vers +∞ et quand x tend vers −∞.
x

Correction
On peut écrire :
2x3 + x2 + 2x − 3
f (x) − (2x + 1) = − (2x + 1)
x2 + 1
2x3 + x2 + 2x − 3 (x2 + 1)(2x + 1)
= −
x2 + 1 x2 + 1
2x + x + 2x − 3 2x + x2 + 2x + 1
3 2 3
= −
x2 + 1 x2 + 1
2x3 + x2 + 2x − 3 − 2x3 − x2 − 2x − 1 −4
= 2
= 2
x +1 x +1
On a lim x + 1 = +∞, donc
x→−∞
2 −4
c'est-à-dire
lim x2 +1 = 0,
x→−∞
lim f (x) − (2x + 1) = 0
x→−∞

On en déduit que la courbe représentative de f a pour asymptote oblique la droite d'équation y = 2x + 1


quand x tend vers −∞.
De même lim x + 1 = +∞, donc lim = 0, c'est-à-dire lim f (x) − (2x + 1) = 0
x→+∞
2 −4
2
x→+∞ x +1 x→+∞

On en déduit que la courbe représentative de f a pour asymptote oblique la droite d'équation y = 2x + 1


quand x tend vers +∞.
Limites de polynômes et de fonctions rationnelles - Forme indéterminée

Déterminer les limites suivantes :


x2 x2 2x3 + 3x2 − x − 1
a) lim , b) lim , c) lim
x→+∞ x + 1 x→0 x + 1 x→−∞ x3 + x

2x2 − 3x − 4 3 − x1
d) lim x3 + 2x2 + 1, e) lim , f ) lim .
x→−∞ x→+∞ x3 − 3x + 1 x→+∞ x2 + 2

Correction

a) La recherche de lim conduit à une forme indéterminée de la forme .


x→+∞
x2
x+1

On peut alors écrire pour tout x 6= 0 :


x2 x2 x
= 1
= .
x+1 x 1+ x 1 + x1

On sait que lim 1


= 0, donc lim 1 + x1 = 1,

d'autre part
lim x = +∞.
Par conséquent : x→+∞ x x→+∞ x→+∞

x2
lim = +∞.
x→+∞ x + 1

b) lim x
x→0
2
=0 et limx→0 x + 1 = 1, donc
x2
lim = 0.
x→0 x + 1

c) La recherche de lim x→−∞


conduit à une forme indéterminée.
2x3 +3x2 −x−1
x3 +x

On peut alors écrire pour tout x 6= 0 :


x3 2 + x3 − x12 − 1 3
− x12 − 1

2x3 + 3x2 − x − 1 x3
2+ x x3
= = .
x3 1 + x12 1 + x12

x3 + x

On sait que lim 1


x→−∞ x
= 0, lim 12
x→−∞ x
=0 et lim 13
x→−∞ x
=0
donc lim
x→−∞
2+ 3
x
− 1
x2
− 1
x3

=2 et lim
x→−∞
1+ 1
x2

= 1. Par conséquent
2x3 + 3x2 − x − 1
lim = 2.
x→−∞ x3 + x

d) La recherche de lim x + 2x + 1 conduit à une forme indéterminée de la forme −∞ + ∞.


x→−∞
3 2

On peut alors écrire pour tout x 6= 0 : x + 2x + 1 = x 1 + +  . 3 2 3 2


x
1
x3

On sait que lim = 0 et lim = 0, donc


2
x→−∞ x
1
x→−∞ x
3

= 1, d'autre part lim x = −∞, par conséquent :


2 1
 3
lim 1 + + x x3
x→−∞ x→−∞

lim x3 + 2x2 + 1 = −∞.


x→−∞

e) La recherche de lim conduit à une forme indéterminée.


2x2 −3x−4
3
x→+∞ x −3x+1

On peut alors écrire pour tout x 6= 0 : =


(
(
)
)
=
(
2x2 −3x−4
x3 −3x+1
x2 2− x3 − 4
x2
x3 1− 32 + 13
x x
x
2− x3 − 4
x2
1− 32 + 13
x x
)
.

On sait que lim = 0, lim = 0 et lim = 0


1
x→+∞ x
1
x→+∞ x
2
1
x→+∞ x
3

donc lim 2 − −  = 2 et lim 1 − +  = 1, de plus


x→+∞
3
x
4
x2 x→+∞
3
x2
1
x3
lim x = +∞.
x→+∞

Par conséquent
2x2 − 3x − 4
lim = 0.
x→+∞ x3 − 3x + 1

f) lim 3 −
x→+∞
1
x
=3 et x→+∞
lim x2 + 2 = +∞, donc
3 − x1
lim = 0.
x→+∞ x2 + 2
Thème 3 : Dérivée et primitive d'une fonction
Dérivée et primitive d'une fonction

Soit f la fonction dénie sur I =] − 1, +∞[ par :


x2 + 2x + 5
f (x) = .
(x + 1)2

1. Vérier que : ∀x ∈ I f (x) = 1 + . 4


(x+1)2

2. Soit h la fonction dénie sur I par h(x) = . 1

a) Calculer h (x), où h désigne la dérivée de h puis établir que : ∀x ∈ I, f (x) = 1 − 4 × h (x).


x+1
0 0 0

b) En déduire une, puis toutes les primitives de f sur l'intervalle I.


Correction

1. ∀x ∈ I

4 (x + 1)2 4
1+ = +
(x + 1)2 (x + 1)2 (x + 1)2
x2 + 2x + 1 + 4
=
(x + 1)2
x2 + 2x + 5
= = f (x).
(x + 1)2

Conclusion : ∀x ∈ I, f (x) = 1 + . 4
(x+1)2

2. a) ∀x ∈ I, h(x) = avec v(x) = x + 1 donc


1
v(x)

−v 0 (x) −1
h0 (x) = 2
= .
(v(x)) (x + 1)2

Conclusion : ∀x ∈ I, h (x) =
0 −1
(x+1)2
.
∀x ∈ I

4
f (x) = 1 +
(x + 1)2
−1
=1−4×
(x + 1)2
= 1 − 4 × h0 (x).

Conclusion : ∀x ∈ I, f (x) = 1 − 4 × h (x).


0

b) Du résultat de la question 2a, on déduit que les primitives de f sur I sont les fonctions F dénies
sur I par
k

Fk (x) = x − 4 × h(x) + k
4
=x−
x+1

où k désigne une constante réelle.


Dérivée d'une fonction exponentielle

Déterminer les dérivées des fonctions suivantes :


2 e2x + 2
a) f (x) = xe−x , b) g(x) = (e3x + 3x + 1)3 , c) h(x) = 3x
e +3
 x 2
e xex
d) k(x) = (x + 2)ex+2 , e) j(x) = , f ) i(x) = 2x .
x+1 e +1

Correction

a) On a un produit f = uv avec u(x) = x donc u (x) = 1 et v(x) = e qui est de la forme v = e avec
0 −x2 w

w(x) = −x donc w (x) = −2x et alors v = w e soit v (x) = −2xe .


2 0 0 0 w 0 −x2

On obtient alors f = u v + uv soit, en n'oubliant pas de factoriser par l'exponentielle,


0 0 0

2 2
f 0 (x) = 1 × e−x + x × (−2x2 e−x )
2
= (1 − 2x)e−x .

b) On a g = u avec u(x) = e + 3x + 1 de la forme u = e


3 3x w
+z avec w(x) = 3x donc w (x) = 3 et
0

z(x) = 3x + 1 donc z (x) = 3 0

d'où u = w e + z soit u (x) = 3e + 3 et alors g = 3u u


0 0 w 0 0 3x 0 0 2

soit
g 0 (x) = 3(3e3x + 3)(e3x + 3x + 1)2 = 9(e3x + 1)(e3x + 3x + 1)2 .

c) On a h = avec u(x) = e + 2 de la forme u = e


u 2x w
+k avec w(x) = 2x donc w (x) = 2 et donc
0

u = w e + 0 soit u (x) = 2e , et de même v(x) = e donc v (x) = 3e .


v
0 0 w 0 2x 3x 0 3x
+3
On a alors h = 0
soit
u0 v−uv 0
v2

2e2x (e3x + 3) − (e2x + 2)3e3x


h0 (x) =
(e3x + 3)2
2e5x + 6e2x − 3e5x − 6e3x
=
(e3x + 3)2
−e5x + 6e2x − 6e3x
=
(e3x + 3)2
où on peut encore factoriser par e : 2x

e2x (−e3x + 6 − 6ex )


h0 (x) = .
(e3x + 3)2

d) On a un produit k = uv avec u(x) = x + 2 donc u (x) = 1 et v(x) = e qui est de la forme v = e


0 x+2 w

avec w(x) = x + 2 donc w (x) = 1 et alors v = w e soit v (x) = 1e = e .


0 0 0 w 0 x+2 x+2

On obtient alors, k = u v + uv soit, en n'oubliant pas de factoriser par l'exponentielle,


0 0 0

k 0 (x) = 1 × ex+2 + (x + 2)ex+2


= (1 + x + 2)ex+2
= (x + 3)ex+2 .

e) On a j = u avec u = et v(x) = e donc v (x) = e et w(x) = x + 1 donc w (x) = 1 d'où u =


2 v x 0 x 0 0 v 0 w−vw0

soit u (x) = et alors j = 2u u, soit


w w2
x x
e (x+1)−e ×1
0 xex 0 0
= (x+1)2 (x+1)2

xex ex
j 0 (x) = 2 × ×
(x + 1)2 x + 1
2xe2x
= .
(x + 1)3

f) On a i = avec u(x) = xe un produit de la forme u = u v donc u (x) = 1 × e + xe = (1 + x)e


u x 0 x x x

et v(x) = e + 1 de la forme v = e + k donc v = w e + 0 soit v (x) = 2e . On a alors


v 1 1
2x w 0 0 w 0 2x
0
i = v2
, soit
u0 v−uv 0

(1 + x)ex (e2x + 1) − xex × 2e2x


i0 (x) =
(e2x + 1)2
où on peut factoriser par e : x

ex ((1 + x)(e2x + 1) − 2xe2x )


i0 (x) =
(e2x + 1)2
ex ((1 − x)e2x + (1 + x))
= .
(e2x + 1)2
Calculs de fonctions dérivées

Déterminer les dérivées des fonctions suivantes :


√ sin(x)
a) f (x) = (x + 3)x2 x, b) g(x) = , c) h(x) = sin(2x + 3)
x
   
1 2x
d) k(x) = cos , e) j(x) = ln , f ) i(x) = (ln(x))2020 .
x 3x − 1
Correction

a) On peut√ écrire f = uv avec u(x) = (x + 3)x = x + 3x donc u (x) = 3x


2 3 2 0 2
+ 6x = 3x(x + 2), et
v(x) = x donc v (x) =
0
, et alors f = u v + uv , soit
1

2 x
0 0 0

√ 1
f 0 (x) = 3x(x + 2) x + (x + 3)x2 × √
2 x
puis, sur le même dénominateur
√ √
0 3x(x + 2) x×2 x (x + 3)x2
f (x) = √ + √
2 x 2 x
6x2 (x + 2) + x2 (x + 3)
= √
2 x
x2 ((6x + 12) + (x + 3))
= √
2 x
x2 (7x + 15)
= √
2 x

et enn, en multipliant numérateur et dénominateur par , √


x


0 x2 (7x + 15)× x
f (x) = √ √
2 x× x

x2 x(7x + 15)
=
2x
1 √
= x x(7x + 15).
2
b) On peut écrire g = avec u(x) = sin(x) donc u (x) = cos(x), et v(x) = x donc v (x) = 1, et alors
u 0 0

, soit
v
0 u0 v−uv 0
g = v2

cos(x) × x − sin(x) × 1 x cos(x) − sin(x)


g 0 (x) = = .
x2 x2
c) On peut écrire h = sin(u) avec u(x) = 2x + 3 donc u (x) = 2, et alors h = u cos(u), soit
0 0 0

h0 (x) = 2 cos(2x + 3).

d) On peut écrire k = cos(u) avec u(x) = donc u (x) =


1
x
0 −1
x2
, et alors k = −u sin(u), soit
0 0

 
0 1 1
k (x) = 2 sin .
x x

e) On peut écrire j = ln(u) avec u(x) = 2x


3x−1
donc u (x) =
0 2(3x−1)−2x(3)
(3x−1)2
, et alors j = , soit
0 u0
u

2(3x−1)−2x(3)
0 (3x−1)2
j (x) = 2x
3x−1
−2
(3x−1)2
= 2x
3x−1
−2 3x − 1
= 2
×
(3x − 1) 2x
−1
= .
x(3x − 1)

f) On peut écrire i = u avec u(x) = ln(x) donc u (x) = , et alors i = 2020 × u u


2020 0 1
x
0 0 2019
, soit
1 2020
i0 (x) = 2020 × (ln(x))2019 = (ln(x))2019 .
x x
Primitive d'une fonction et calcul d'aire

Soit f la fonction dénie pour tout nombre réel x par


f (x) = (2 − x)e2x

On désigne par C sa courbe représentative dans un repère orthonormal.


f

1. Déterminer les réels a et b tels que la fonction F dénie par F (x) = (ax + b)e soit une primitive de
2x

la fonction f.
2. Soit A la partie de plan limitée par C , l'axe des abscisses, l'axe des ordonnées et la droite d'équation
x = 2.Calculer l'aire de A.
f

Correction

1. Soit f la fonction dénie pour tout nombre réel x par f (x) = (2 − x)e 2x
.

F est une primitive de f si F = f. 0

Or, pour tout x réel, F (x) = ae + 2(ax + b)e = e (2ax + a + 2b)


0 2x 2x 2x

Par identication, on doit donc avoir, pour tout réel x,


(2ax + a + 2b) = (2 − x),

soit, en identiant les coecients de ces deux polynômes :


a = 21
 
2a = −1

a+b=2 b = 12 (2 − a) = 5
4

Ainsi, la fonction F (x) = − 12 x + 45 e2x



est une primitive de f.
2. Calculons l'aire de A. On a :
Z 2
1 5 1
A= f (x) dx = [F (x)]20 = F (2) − F (0) = e4 − = (e4 − 5).
0 4 4 4
Thème 4 : Fonctions logarithmes et exponentielles
Simplier avec des logarithmes et exponentielles

1. Exprimer en fonction de ln 2 les nombres suivants : A = ln 8, B = ln , C = ln 16 et D = ln .


1 1 1 1

2. Exprimez en fonction de ln 2 et ln 3 les réels suivants : a = ln 24, b = ln 144 et c = ln .


16 2 2 4
8

3. Ecrire les nombres A et B à l'aide d'un seul logarithme : A = 2√ln 3+ln 2+ln √et B = ln 9−2 ln 3.
9
1 1

4. Simplier au maximum : a = ln(e ), b = ln , c = ln( e) et d = ln(e e).


2 2
1
3

e2

Correction
Rappels :
∗ Propriétés des logarithmes
a et b sont des réels strictement positifs, n est un réel :

Produit : ln(ab)
 = ln(a) + ln(b)
Inverse : ln 1
 − ln a
=
Quotient : ln
a
a
= ln(a) − ln(b)
Puissance : ln(a ) √
b
n
= n ln(a)
Racine carrée : ln( a) = ln a 1
2

∗ Lien exponentielle et logarithme

La fonction exponentielle (de base e) et la fonction logarithme (népérien) sont des fonctions réciproques :
leurs courbes représentatives sont symétriques par rapport à la première bissectrice (y = x)
ln(ex ) = x
eln(x) = x
ex = y ⇔ x = ln(y)
xy = ey ln(x)
1. En appliquant les propriétes des logarithmes ci-dessus on obtient :
• A = ln 8 = ln(23 ) = 3 ln 2.
1
• B = ln 16 = ln 214 = − ln 24 = −4 ln 2.
• C = 12 ln 16 = 12 ln 24 = 21 × 4 ln 2 = 2 ln 2.
• D = 12 ln 14 = − 12 ln 4 = − 12 ln 22 = − 12 × 2 ln 2 = − ln 2.
2. En appliquant les propriétes des logarithmes ci-dessus on obtient :
• a = ln 24 = ln(3 × 8) = ln 3 + ln(23 ) = ln 3 + 3 ln 2.
• b = ln 144 = ln(122 ) = 2 ln(12) = 2 ln(3 × 22 ) = 2[ln 3 + ln(22 )] = 2[ln 3 + 2 ln(2)] = 2 ln 3 + 4 ln 2.
• c = ln 98 = ln 8 − ln 9 = ln 23 − ln 32 = 3 ln 2 − 2 ln 3.

3. En appliquant les propriétes des logarithmes ci-dessus on obtient :


• A = 2 ln 3 + ln 2 + ln 12 = ln 32 + ln 2 × 12 = ln 9 + ln(1) = ln 9,


car ln 1 = 0.
• B = 21 ln 9 − 2 ln 3 = ln 9 − 2 ln 3 = ln 3 − 2 ln 3 = − ln 3 = ln 13 .

4. En appliquant les liens entre le logarithme et l'exponentielle ci-dessus on obtient :


• a = ln(e3 ) = 3 ln(e) = 3 × 1 = 3.
• b = ln e12 = − ln(e2 ) = −2 ln(e) = −2 × 1 = −2.
√ 1
• c = ln( √ e) = ln(e 2 ) = 12 ln√e = 12 × 1 = 21 .
• d = ln(e e) = ln(e) + ln( e) = 1 + 12 = 32 .
Équations avec logarithmes et exponentielles

Précisez l'ensemble de dénition puis résoudre dans R les équations suivantes :


ln x = 2, ln(x − 1) + ln(x − 3) = ln 3
 
x−1
ln = 0, 2ex + 10 = 6
2x − 1
Correction

1. L'équation ln x = 2 est dénie si et seulement x ∈]0, +∞[


ln x = 2 ⇔ ln x = 2 × 1 ⇔ ln x = 2 × ln e ⇔ ln x = ln e2 ⇔ x = e2 .
Conclusion : S = {e } 2

2. L'équation ln(x − 1) + ln(x − 3) = ln 3 est dénie si et seulement


  
x−1>0 x>1 x ∈]1, +∞[
⇔ ⇔ ⇔ x ∈]1, +∞[∩]3, +∞[=]3, +∞[
x−3>0 x>3 x ∈]3, +∞[
Pour tout x ∈]3, +∞[,
ln(x − 1) + ln(x − 3) = ln 3 ⇔ ln((x − 1) × (x − 3)) = ln 3, car ln(a) + ln(b) = ln(a × b)
⇔ (x − 1)(x − 3) = 3 ⇔ x2 − 4x = 0 ⇔ x(x − 4) = 0 ⇔ x = 0 ou x = 4
Mais la solution 0 ∈]3,
/ +∞[ donc S = {4}

3. L'équation ln  = 0 n'est dénie que si et seulement si


x−1 x−1
>0
On dresse un tableau de signes de l'expression
2x−1
x−1
2x−1
2x−1
L'équation ln x−1
2x−1

=0 n'est donc dénie que si et seulement si x ∈] − ∞, 1
2
[∪]1, +∞[ et on a
   
x−1 x−1 x−1
ln = 0 ⇔ ln = ln 1 ⇔ = 1 ⇔ x − 1 = 2x − 1 ⇔ x = 0.
2x − 1 2x − 1 2x − 1
Puisque 0 ∈] − ∞, [∪]1, +∞[, on en conclut que S = {0}.
1
2

4. L'équation 2e + 10 = 6 est dénie sur R. On a


x

2ex + 10 = 6 ⇔ 2ex = 6 − 10 ⇔ 2ex = −4 ⇔ ex = −2.

Or, la fonction exponentielle est strictement positive pour tout x ∈ R, c'est à dire e > 0. x

On en déduit qu'il n'existe aucune valeur à x tel que e = −2 et on en conclut que l'équation
x

2e + 10 = 6 n'admet aucune solution dans R.


x
Équations avec des logarithmes

On souhaite résoudre dans R l'équation :


ln(6x − 2) + ln(2x − 1) = ln(x) (E)

Clara arme que cette équation admet deux solutions. A-t-elle raison? Justier.
Correction

1. Conditions d'existence :
  
 6x − 2 > 0  6x > 2  x > 31
2x − 1 > 0 ⇔ 2x > 1 ⇔ x > 12 ⇔ {x > 1
2
x>0 x>0 x>0
  

l'équation E a un sens que lorsque x > . Finalement, D =] ; +∞[.


1
2 E
1
2

2. Résolvons ln(6x − 2) + ln(2x − 1) = ln(x). D'après les propriétés :


• ln(A) + ln(B) = ln(A × B)
• ln(A) = ln(B) ⇔ A = B
On obtient :
ln(6x − 2) + ln(2x − 1) = ln(x) ⇔ ln[(6x − 2)(2x − 1)] = ln(x) ⇔ (6x − 2)(2x − 1) = x

⇔ 12x2 − 11x + 2 = 0
Il s'agit de résoudre un polynôme de degré 2, de discriminant ∆ = b − 4ac = 25, avec a = 12, b = −11
2

et c = 2. L'équation admet deux racines :


x =
1
11 − 5
24
=
6
24
=
1
4
et x =
2
11 + 5
24
=
16
24
2
= .
3
La solution est à rejeter car elle n'appartient pas à D , et ∈ D .
1 2

Donc l'équation admet une seule solution . Donc l'armation de Clara est fausse.
4 E 3 E
2
3
Équations-Inéquations avec des exponentielles

1. Résoudre dans R l'équation : e × e = (e ) .


x −4 x 4

2. Résoudre dans R l'inéquation : (e + 1) × (e − 2) ≥ 0.


x 2x

Correction

1. Résoudre dans R l'équation : e × e = (e ) .


x −4 x 4

La fonction exponentielle est dénie sur R. Donc D E = R. Pour tout réel x

ex × e−4 = (ex )4 ⇔ ex−4 = e4x


⇔ x − 4 = 4x
⇔ −3x = 4
4
⇔x=−
3

L'équation e × e = (e ) a pour unique solution x = − .


x −4 x 4 4
3

2. Résoudre dans R l'inéquation : (e + 1) × (e − 2) ≥ 0.


x 2x

Étudions le signe de chacun des deux facteurs :


• Pour tout réel x, e > 0 donc pour tout réel x, e
x x
+1>0
• Pour tout réel x,

e2x − 2 ≥ 0 ⇔ e2x ≥ 2
⇔ 2x ≥ ln 2
ln 2
⇔x≥
2
Étudions le signe du produit à l'aide d'un tableau :

Ainsi, l'ensemble des solutions de l'inéquation (e x


+ 1) × (e2x − 2) ≥ 0 est l'intervalle [ ln 2
2
, +∞[.
Étude complète d'une fonction logarithme

La fonction f est dénie pour tout réel x strictement positif par f (x) = x (ln(x) − 2).
1. Résoudre l'équation f (x) = 0.
2. (a) Calculer la limite de la fonction f en 0.
(b) Calculer la limite de la fonction f en +∞.
3. Montrer que pour tout réel x de l'intervalle ]0; +∞[ on a f (x) = ln(x) − 1.
0

4. (a) Étudier le signe de f (x) suivant les valeurs du réel x.


0

(b) Donner le tableau de variation de la fonction f sur l'intervalle ]0; +∞[.


5. Déterminer une équation de la tangente T à la courbe représentative de la fonction f au point
d'abscisse e .2

Correction

1. Résoudre l'équation f (x) = 0 :


Pour tout réel x strictement positif,

x(ln(x) − 2) = 0 ⇔ ln(x) − 2 = 0 car x > 0


⇔ ln x = 2 ln e car ln e = 1
⇔ ln x = ln(e2 )
⇔ x = e2

L'équation f (x) = 0 admet pour solution le nombre e.


2. (a) Calculer la limite de la fonction f en 0 :
f (x) = x(ln(x) − 2) = x ln(x) − 2x

lim x ln(x) = 0 et lim 2x = 0 alors, par somme des limites : lim x ln(x) − 2x = 0.
Ainsi,
x→0 x→0 x→0

lim f (x) = 0.
x→0
(b) Calculer la limite de la fonction f en +∞ :
lim x = +∞ et lim ln(x) − 2 = +∞ alors, par produit des limites : lim x(ln(x) − 2) = +∞.
Ainsi,
x→+∞ x→+∞ x→0

lim f (x) = +∞.


x→0

3. Montrer que pour tout réel x de l'intervalle ]0; +∞[ on a f (x) = ln(x) − 1 :
0

f est dérivable comme produit de deux fonctions dérivables : f = uv d'où f 0


= u0 v + uv 0 avec pour
tout réel x strictement positif,
u0 (x) = 1
 
u(x) = x

v(x) = ln(x) − 2 v 0 (x) = x1

Soit pour tout réel x strictement positif,

1
f 0 (x) = ln(x) − 2 + x ×
x
= ln(x) − 1

f0 est la fonction dénie pour tout réel x de l'intervalle ]0; +∞[ par f (x) = ln(x) − 1.
0

4. (a) Étudier le signe de f (x) suivant les valeurs du réel x :


0

Pour tout réel x strictement positif

ln(x) − 1 ≥ 0 ⇔ ln(x) ≥ 1
⇔x≥e

D'où le tableau du signe de f (x) sur l'intervalle ]0; +∞[ :


0

(b) Donner le tableau de variation de la fonction f sur l'intervalle ]0; +∞[.


Les variations de la fonction f se déduisent du signe de sa dérivée :
5. Déterminer une équation de la tangente T à la courbe représentative de la fonction f au point d'abs-
cisse e :
2

Une équation de la tangente T à la courbe C au point d'abscisse e est :


f
2

y = f 0 (e2 ) × (x − e2 ) + f (e2 )

Or f (e ) = e × (ln(e ) − 2) = 0 et f (e ) = ln(e ) − 1 = 2 ln(e) − 1 = 2 − 1 = 1 d'où :


2 2 2 0 2 2

la tangente T à la courbe C au point d'abscisse e a pour équation y = x − e .


f
2 2
Thème 5 : Probabilités et statistique
Loi exponentielle

X est une variable aléatoire qui suit la loi exponentielle de paramètre λ.

La courbe ci-contre représente la fonction densité de probabilité associée.

1. Lire graphiquement la valeur du paramètre λ.


2. En utilisant la valeur de la question 1. calculer P (X < 1) et P (X ≥ 2)
Correction
1. Puisque la fonction de densité d'une variable aléatoire X qui suit la loi exponentielle de paramètre λ
est
f (x) = λe−λx
Pour x = 0, on aura f (0) = λe = λe = λ × 1 = λ.
−λ0 0

On lit sur le graphique que f (0) = 1, 5 ⇒ λ = 1, 5.


2. Rappel : Pour une variable aléatoire T qui suit une loi exponentielle de paramètre λ sur [0; +∞[ :
• P (T ≤ t) = 1 − e , avec t ≥ 0 et λ > 0.
−λt

• P (T > t) = 1 − P (T ≤ t) = e−λt .

Et donc
P (X < 1) = 1 − e−1,5×1 ≈ 0, 78
et
P (X ≥ 2) = 1 − P (X < 2) = e−1,5×2 = e−3 ≈ 0, 05.
Loi exponentielle et loi normale

Un produit est conditionné en paquets dont la masse théorique est de 250 grammes.
1. La machine en charge du remplissage automatique des paquets est régulièrement calibrée.
On considère que la durée T de fonctionnement, exprimée en heures, entre deux calibrages, est une
variable aléatoire de loi exponentielle de paramètre λ = 0, 005.
(a) Calculer l'espérance E(T ) de la variable aléatoire T. Interpréter ce résultat.
(b) Déterminer P (T ≥ 200).
2. On appelle X la variable aléatoire qui, à chaque paquet pris au hasard, associe sa masse exprimée en
grammes. On considère que X suit la loi normale de moyenne µ = 250 et d'écart type σ = 2, 7.
(a) Calculer la probabilité P (245 ≤ X ≤ 260).
(b) Le contrôle de conformité mis en place rejette tout paquet dont la masse est inférieure à 245
grammes. Quelle est la probabilité qu'un paquet pris au hasard ne soit pas conforme?
Correction
1. (a) Calculer l'espérance E(T ) de la variable aléatoire T. Interpréter ce résultat.
La variable aléatoire T suit la loi exponentielle de paramètre λ = 0, 005 d'où son espérance
mathématique 1 1
E(T ) = = = 200.
λ 0, 005
La durée moyenne de fonctionnement entre deux calibrages est égale à 200 heures.
(b) Déterminer P (T ≥ 200) :
P (T ≥ 200) = 1 − P (T < 200)
Z 200
=1− 0, 005e−0,005t dt
0
= 1 − [−e−0,005t ]200
0
= 1 − (−e−1 + 1)
= e−1
1
⇒ P (T ≥ 200) = e
≈ 0, 368.
2. (a) Déterminer la probabilité P (245 ≤ X ≤ 260).
245 − 250 X −µ 260 − 250
P (245 ≤ X ≤ 260) = P ( ≤ ≤ )
2, 7 σ 2, 7
À l'aide de la calculatrice, on obtient P (245 ≤ X ≤ 260) ≈ 0, 968.
(b) Quelle est la probabilité qu'un paquet pris au hasard ne soit pas conforme?
P (0 ≤ X ≤ 245) ≈ 0, 032.

La probabilité qu'un paquet pris au hasard ne soit pas conforme est égale à 0, 032.
Approximation de la loi binomiale par la loi normale

On lance 3600 fois un dé équilibré. On souhaite évaluer la probabilité que le nombre d'apparition du 6 soit
compris strictement entre 575 et 650.
On note X la variable aléatoire égale au nombre d'apparitions du 6 lors de ces 3600 lancers.
1. Quelle est la loi de probabilité suivie par X ? Justier.
2. Appliquer, en justiant son utilisation, le théorème de Moivre-Laplace à la variable aléatoire X .
3. En déduire une valeur approchée de la probabilité recherchée.
Correction
1. On répète n = 3600 fois l'expérience aléatoire : "lancer un dé" dont le succès est l'événement "obtenir
un 6" de probabilité p = car le dé est équilibré.
1

Ces répétitions sont identiques et indépendantes.


6

La variable aléatoire X , égale au nombre de succès, c'est-à-dire au nombre de 6 obtenus sur les 3600
lancers, suit donc la loi binomiale de paramètres n = 3600 et p = . 1
6

2. Comme n ≥ 25, np = 600 ≥ 5 et nq = n(1 − p) = 3000 ≥ 5, on peut utiliser le théorème de


Moivre-Laplace et ainsi approximer les probabilités de la loi binomiale par celle de la loi normale
d'espérance
µ = E(X) = np = 600 et d'écart type σ = σ(X) = npq = np(1 − p) ≈ 22, 36.
√ p

3. La probabilité recherchée est alors


P (575 ≤ X ≤ 650) ≈ 0, 86.
Lois à densité
Une horloge s'arrête de façon aléatoire. X est la variable aléatoire donnant l'heure indiquée au moment où
l'horloge s'arrête (entre 0h et 12h).
1. Donner la fonction densité de probabilité de X.
2. Quelle est la probabilité que l'aiguille des heures s'arrête entre 3h et 7h?
3. Calculer E(X).
Correction
1. On note X la variable aléatoire désignant l'heure indiquée au moment où l'horloge s'arrête (entre 0h
et 12h).
X suit la loi uniforme sur [0; 12].
Or, la fonction de densité de probabilité de la loi uniforme sur [a; b] est
1
f (x) =
b−a
et donc la fonction de densité de probabilité de la loi uniforme sur [0; 12] est
1 1
f (x) = = .
12 − 0 12

2. L'aiguille des heures s'arrête entre 3h et 7h pour des heures comprises entre 3h00 et 7h59. Ainsi :
8−3 5
P (3 ≤ X < 8) = = .
12 12

3. L'espérance d'une variable aléatoire uniforme X à valeurs dans l'intervalle [a; b] est dénie par
E(X) = a+b
2
. Donc
0 + 12
E(X) = = 6.
2
Lois à densité

1. De quel type est la loi X associée à la densité f représentée ci-contre? On déterminera la valeur de
y0 .

2. Déterminer P (1 ≤ X ≤ 1, 5).
3. Quelle est l'espérance m de X ?
Correction
1. La fonction f est constante sur un intervalle et nulle ailleurs. Donc X suit une loi uniforme.
L'intervalle étant [0, 8; 1, 7], la densité f est telle que f (x) = = ≈ 1, 111. C'est d'ailleurs la
1 1

valeur de y . 1,7−0,8 0,9

2.
0

Z 1,5 Z 1,5 Z 1,5


1 1 1 1
p(1 ≤ X ≤ 1, 5) = f (x)dx = dx = 1dx = [x]1,5
1 = (1, 5 − 1)
0, 9 0, 9 0, 9 0, 9
Soit
1 1 1

0, 5
p(1 ≤ X ≤ 1, 5) = ≈ 0, 556.
0, 9
Autre méthode : X suit une loi uniforme sur l'intervalle [0, 8; 1, 7], donc
1, 5 − 1 0, 5
p(1 ≤ X ≤ 1, 5) = = ≈ 0, 556.
1, 7 − 0, 8 0, 9

3. L'espérance d'une variable aléatoire uniforme X à valeurs dans l'intervalle [a; b] est dénie par
E(X) = a+b
2
. Donc
1, 7 + 0, 8
m= = 1, 25.
2