Vous êtes sur la page 1sur 3

LA PROTESTATION

A propos de «La France aux ordres d’un cadavre»

LETTRE OUVERTE d’André Récipon

Né en 1925, engagé volontaire en 1944, à 18 ans, André Récipon fera après les hos- De Gaulle a justifié son attitude en disant
tilités, une brillante carrière dans la banque. On sait plus généralement qu’il créa en que les communistes avaient repris le com-
1968, la Fondation Raoul Follereau, organisation qui peut s’enorgueillir d’être l’artisan bat contre les Allemands. Vous savez très
de la victoire sur la lèpre. bien, et vous le dites dans votre livre, com-
Aujourd’hui, comme le «grognard» de l’Aiglon, il se révolte : «J’ai suivi De Gaulle dès
1940 pour défendre mon pays. Pas pour qu’il ramène au pouvoir les politiciens responsables ment ils ont repris le combat en tuant des
de la défaite». officiers allemands dans le dos pour déclen-
Déjà dans un livre de souvenirs (publié hors commerce en 1990) André Récipon écri- cher une répression qui fusillerait des otages
vait : «Tous ceux qui (en 1944) n’étaient pas pro-anglais, juifs, communistes, ni même pro- qu’ils s’empresseraient de récupérer. Pour
allemands, mais qui étaient restés des Français pour la France, furent considérés comme justifier leur attitude, ils ont dit qu’ils vou-
des traitres et, à défaut d’être fusillés, couverts d’opprobre. L’élite de notre pays fut massa- laient montrer que le peuple était contre la
crée ou éliminée de la vie politique ou religieuse. Notre pays ne s’en est jamais remis». «collaboration» donc contre la politique du
Maréchal. En fait les communistes ne fai-

Cher Monsieur l’Académicien,

J
’ai lu d’une traite, passionnément et
en la moitié d’une nuit, votre dernier
livre «La France aux ordres d’un
cadavre», mais je suis resté en partie sur
ma faim, car vous n’êtes pas allé jusqu’au
bout de la vérité. Je salue sans hésiter ce
que vous avez écrit et le courage qu’il vous a
fallu pour briser la loi du silence. Mais le mal
qu’a fait et que fait encore le communisme
à notre pays, mal que vous dénoncez avec
éloquence et conviction, ne s’est pas déve-
loppé par génération spontanée.

Le communisme n’aurait jamais pu corrom-


pre à ce point la France et ses institutions,
s’il n’y avait eu, parmi les Français, tant de
complices conscients ou inconscients qui
ont voulu faire un bout de chemin avec lui.
Vous dénoncez les démocrates chrétiens et
les socialistes, mais vous oubliez le princi-
pal, celui par qui le malheur est arrivé :

• celui qui a gracié en 1945 les


traîtres qui dès septembre 1939 ont
choisi de trahir la France, de déserter
Keystone

en temps de guerre et de s’allier avec


Hitler notre ennemi, parce qu’il venait
de signer un pacte avec Staline ;

• celui qui a accepté leur allian- Pour se rendre au Palais de Justice durant son procès, le Maréchal est contraint de
ce lorsqu’ils ont à nouveau changé monter, au fort de Montrouge, dans le «panier à salade». «La réconciliation des
de camp après qu’Hitler ait attaqué Français passait obligatoirement par la reconnasissance du rôle qu’avit joué le

à Maurice Druon
l’URSS en juin 1941. Maréchal». Au lieu de cela...

24 Le Maréchal - n° 202 - 2e trimestre 2001


N D’UN GROGNARD
saient pas la même guerre : leur guerre était réconciliation des Français passait obliga-
déjà une guerre d’une nature différente : la toirement par la reconnaissance du rôle
guerre révolutionnaire. qu’avait joué le Maréchal, ce que De Gaulle
refusa.

Il a fait condamner ceux qui pendant qua-



tre ans avaient dû subir les diktats de l’oc-
  cupant, ceux qui avaient fait de leur corps
 et de leur personnalité un rempart pour pro-
téger les Français et les deux millions de
Lorsque la guerre éclate le 3 septembre prisonniers. Même Laval n’a jamais trahi.
1939, je n’aurai 14 ans que le 1er octobre Il a négocié, lutté, ergoté comme l’avocat
suivant. Lorsqu’elle s’achève le 8 mai 1945, qu’il était et comme le paysan madré qu’il
je n’ai pas encore 20 ans et pourtant je suis restait. Il ne cédait que pour éviter un plus
déjà un «ancien combattant». Car moi non grand mal et il est mort assassiné par
plus je n’ai jamais accepté la défaite. Je suis des balles françaises. Son procès est une
devenu gaulliste dès le mois de juin 1940 monstruosité judiciaire qui entache l’hon-
et je le resterai jusqu’à l’été 1945 lorsque neur de la France.
De Gaulle fit arrêter et juger le Maréchal.
Je n’étais pas au cœur des secrets, mais En octobre 1940 pendant qu’il rencon-
j’avais la certitude que le Maréchal n’avait trait Hitler et ne cédait rien sur le fond, le
pas trahi. Maréchal envoyait à Londres le profes-
seur Rougier pour signer un accord avec
Mon pressentiment était juste. La politique Churchill pour laisser entrer le ravitaille-
du Front Populaire et la trahison des commu-
Keystone

ment en provenance des colonies. Ceci


nistes avaient entraîné une telle défaite de n’est qu’un exemple, mais il donne une
nos armées qui fuyaient dans un désordre vision exacte de la réalité de la guerre
indescriptible au milieu de la débâcle des secrète. De Gaulle le savait, mais il a tou-
réfugiés, que personne ne peut contester de En décembre 1944, devant un centre jours nié les faits et il a laissé condamner le
bonne foi que le Maréchal n’avait pas d’autre parisien du Service social de la 1re Ar- professeur Rougier qui sera heureusement
solution que celle de demander et de signer mée De Lattre, des volontaires chargent réhabilité.
un armistice. les cadeaux de Noël destinés à nos sol-
dats engagés en Alsace. Devant eux, Lorsque c’est votre vie seule qui est
J’ai toujours considéré le nazisme d’Hitler les milices communistes de l’intérieur menacée, vous devez en faire le sacrifice
et le communisme de Staline, comme les n’auraient pas fait le poids pour sauver celles des autres. Là est le
pires des régimes que les hommes aient eu vrai courage. Mais lorsque c’est la vie des
à subir. C’est pourquoi le 21 juin 1941, j’ai autres qui est menacée, vous n’avez pas
repris espoir : les deux régimes allaient se des assurances et de l’énergie (EDF en le droit de la risquer. C’est la différence
détruire. Hélas l’aveuglement démocrate de particulier) sont l’œuvre des communistes entre la morale naturelle qui appelle bien
Roosevelt changea la donne. Songez que ramenés par De Gaulle. Ne venez pas me ce qui est bon pour l’homme, et la morale
dans la seule année 1943, il fournit à Staline dire, à moi et à d’autres, qu’il n’avait pas des communistes qui appelle bien, ce qui
240.000 véhicules de toute nature : chars, d’autre solution. Au lieu de laisser la 1re est bon pour le parti. (Mais peut-on parler
auto-canons, half-tracks, camions, voitures, Armée et la 2e DB occuper l’Allemagne, il de morale lorsqu’il s’agit de leurs métho-
locomotives, wagons, etc… ! n’avait qu’à nous faire revenir en France. des ?).
Les milices communistes n’auraient pas fait
En septembre 1944, les jeunes Français En 1939, les communistes français ont
le poids devant nous. Nous nous y atten-
qui n’avaient pas accepté la défaite, mais préféré trahir la France en s’alliant avec
dions. Mais il a commencé par ôter à de
n’avaient jamais voulu «faire un bout de
Lattre le commandement de la 1re Armée l’Allemagne plutôt que de trahir leur parti.
chemin» avec les communistes, se sont De Gaulle les a graciés. Les Français qui
pour le donner à un «godillot» plus docile.
engagés dans la 2e DB de Leclerc ou la 1re se sont sacrifiés pour protéger leurs frères,
Armée de De Lattre. Nous sommes partis De Gaulle les a condamnés.
nous battre contre les Allemands. Pendant

que nous risquions nos vies en Alsace, les En 1958, je me suis fait surprendre une
communistes restaient en France pour se  
deuxième fois. J’avais cru que sa traversée
battre contre les Français. Ils en ont arrêté,  du désert lui avait donné l’occasion de
torturé et tué plus de 100.000. méditer sur ses erreurs passées. Une nou-
Que les Français aient ou non une zone velle fois il a trahi tous ceux qui lui avaient
Si huit divisions avaient pu être armées d’occupation était moins important que de fait confiance. Et il a a trahi non pas pour
et équipées pour permettre à la France rétablir la paix civile en France. Notre pré- donner l’indépendance au peuple algérien,
de rester présente dans la guerre, et à De sence aurait sauvé du déshonneur les il a trahi tous les amis de la France pour
Gaulle de parler en son nom, c’est aux seuls Français qui n’avaient pas commis d’autre donner le pouvoir au parti communiste
Américains que nous le devions. Pourtant crime que celui d’être anti-communiste. algérien, après avoir éliminé tous ceux qui
en 1944, il rejeta l’offre des Américains de Ce qui était important en ce printemps ont tenté de s’opposer à sa politique.
désarmer les communistes et préféra gra- 1945, c’était de réconcilier les Français.
cier les communistes condamnés à mort De Gaulle avait maintenu la France dans Lui qui avait été sans pitié pour le
pour haute trahison. Tandis qu’il condamnait le combat. Comme vous, lorsque j’en eus Maréchal et pour ceux qui l’avaient suivi, lui
à mort le Maréchal et les Français qui lui l’âge, je l’ai suivi tant que l’on se battait qui leur refusa toute excuse même au nom
avaient obéi. contre les Allemands. Je l’ai quitté lorsque, de la raison d’état, au nom de cette même
poussé par les communistes, au lieu de raison d’état, il trompa sans vergogne ceux
Tout ce que vous dénoncez dans votre rassembler les Français, il a condamné qui lui avaient fait confiance. Pour perpétrer
livre et qui fut voté en 1946-: le statut de la ceux qui, comme le Maréchal, avaient dû son crime, il s’est appuyé sur la gauche et
fonction publique, le monopole du syndicat affronter les suites d’une terrible défaite sur ses «godillots». C’est de là que date
du livre, les nationalisations des banques, dont ils n’étaient en rien responsables. La la main- mise définitive des socialistes et

Le Maréchal - n° 202 - 2e trimestre 2001 25


LA PROTESTATION

LETTRE OUVERTE
>>> Suite de la page 25 les vrais Français un geste d’apaisement,
un geste de réparation, un geste qui sup-
des communistes sur l’éducation nationale, primera définitivement la fracture de la
communauté française qui dure depuis 55
mainmise dont vous dénoncez les méfaits. ans et l’empêche de se rassembler.

Où il est question Proposez, avant qu’ils ne dis-


paraissent tous, aussi bien à
du colonel Rémy, ceux qui ont suivi de Gaulle qu’à
ceux qui sont restés fidèles au
de Raoul Follereau Maréchal, de conduire son cer-
et du docteur Schweitzer... cueil le 11 novembre prochain de
l’Ile d’Yeu au fort de Douaumont
où il reposera en paix au milieu
Sous la IVe république on pouvait criti-
de ses soldats.
quer les administrations défaillantes et les
fonctionnaires négligents. Sous la Ve c’est J’ai bien hésité avant d’écrire cette let-
impossible, toute critique quelle qu’elle soit, tre. Mais pour moi que Raoul Follereau
est considérée comme un crime de lèse-ma- considérait comme son fils et qui suis son
jesté. héritier spirituel, il me semble que je lui
donne par cette lettre une nouvelle preuve

Keystone
Un moment j’ai cru que tout cela allait
de mon attachement. Vous n’ignorez pas
changer avec l’arrivée du Président
en effet que Raoul Follereau fut placé,
Pompidou dont vous avez été le ministre.
pendant la «drôle» de guerre, par le 2e
Mais après avoir lancé votre apostro-
Bureau du Grand Quartier Général à la Xavier Vallat et le chanoine Polimann
phe célèbre, vous êtes parti, j’allais dire
Commission Interministérielle de Contrôle réunis à Vichy. Deux glorieux com-
presque silencieusement… Pourquoi ? Ce
Téléphonique. A ce titre il écouta, entre
n’est ni dans votre nature, ni dans votre battants, deux députés, deux gran-
autres, les conversations entre Reynaud
tempérament. des consciences françaises.
et Roosevelt en juin 1940. Il était donc
Le colonel REMY a souffert lorsqu’il a bien placé pour savoir que le Maréchal

N
découvert la vérité sur le Maréchal. Il a n’avait pas d’autre solution que celle de
supplié De Gaulle de revenir sur ce crime demander l’armistice. ous sommes en décembre 1941.
et de réparer cette injustice. Toujours au
Toute sa vie il restera fidèle au Maréchal
A la suite d’attentats anti-alle-
nom de la raison d’état, a-t-il dit, De Gaulle mands où se trouvaient impli-
et considérera sa condamnation comme
a refusé. C’est un mensonge. C’est son
une tache à l’honneur de la France. qués (avec d’autres) des résistants Juifs,
orgueil qui le poussait à s’abriter derrière
Comme le Maréchal à son procès, il ne les autorités d’occupation - on ne rappel-
la raison d’état et à prétendre incarner la
sortira jamais de sa réserve. Sauf une lera jamais assez qu’une armée étrangère
France, alors que seul le Maréchal avait
fois à la mort du docteur Schweitzer. Il
été investi et reconnu par tous les états y
écrira un article intitulé «Schweitzer est-il
occupait le pays et que, comme toute
compris les U.S.A. et l’U.R.S.S. En réalité, armée d’occupation, c’est elle qui déci-
français ?» dans lequel il dira : «Tous les
De Gaulle a condamné ceux qui ont eu
Chefs d’états du monde ont adressé un dait et ordonnait tout - les autorités d’oc-
une autre conception de leur devoir que
message de condoléances à la fille du cupation donc, décident d’imposer d’une
la sienne et les a laissés mourir, comme
célèbre médecin. Tous sauf le Général De amende de UN MILLIARD de francs la
le général Dentz les fers aux pieds, non
Gaulle. Pourquoi ? Parce que le docteur
parce qu’ils avaient douté de la France,
Schweitzer était membre du Comité pour
communauté israélite de France à tra-
mais de lui. vers ses représentants officiels, l’Union
la réhabilitation du Maréchal».
Voilà, c’est dur, mais il fallait que ça Générale des Israélites de France, l’U.
«Demain l’ennemi connaîtra le prix du G.I.F.
sorte.
sang et des larmes» avez-vous écrit en
J’ai chanté votre chant, et donc, d’une pensant aux occupants. Mais ce sont les Ouvrons une parenthèse pour dire que
certaine manière, vous avez participé au occupés, qui ont résisté le revolver sur la
tempe et qui souvent, la mort dans l’âme,
la valeur du franc de cette époque était
mensonge auquel j’ai cru et qui aujourd’hui (renseignement fourni par la Banque de
empoisonne toujours la France. ont dû se compromettre pour éviter un plus
grand mal, qui ont connu, par les commu- France) à peu près le double de la valeur
Votre livre me laisse un immense espoir. nistes, le prix du sang et des larmes. du franc actuel. Un milliard de francs de
Il vous suffirait de 1941 en valait donc DEUX de nos jours.
faire un geste : ce J’ai confiance
dans votre répon- Une amende de cette importance était
geste évidemment se car le courage
ne satisfera pas les André Récipon (à droite) auprès de Raoul tout simplement colossale.
ne vous a jamais
communistes, mais Follereau. manqué.
il y a longtemps Les représentants de l’U.G.I.F. André
qu’ils se sont retran- Avec l’assu- Baur pour la zone occupée, et Raymond
chés de la commu- rance de ma res- Raoul Lambert pour la zone libre,
Archives André Récipon

nauté nationale, la pectueuse consi-


dération. s’étaient immédiatement tournés vers
preuve, c’est qu’ils Vichy. Ils savaient parfaitement que le
se nomment le
André gouvernement du Maréchal Pétain entre-
parti communiste
Récipon tenait avec le Consistoire Central et le
français ! Mais ce
Croix du
geste, si vous le fai-
combattant
Grand Rabbinat de France d’excellentes
tes, sera pour tous relations. C’est par dizaines, en effet,
volontaire 39/45

26 Le Maréchal - n° 201 - 1er trimestre 2001