Vous êtes sur la page 1sur 31

CHAPITRE 1

Caractéristiques générales
14

Plan de la leçon 1

1.1.1 Définitions
1.1.2 Etalonnage
1.1.3 Caractéristiques statiques
1.1.4 Au sujet de la précision
1.1.5 Que peut-on mesurer ?
1.1.6 Exercice de synthèse
1.1.7 Synthèse

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


CHAPITRE 1
Leçon 1
Définitions – Concepts de base
16

1.1.1 Définitions (1)


Concept de base
Un capteur convertit une grandeur physique, chimique, biologique ou
autre en un signal électrique.

x CAPTEUR s
xp
X et Xp influent tous les deux sur le capteurs. Cependant :
X : grandeur mesurée (i.e. ce que l’on souhaite mesurer) ;
Xp : grandeur perturbatrice (i.e. qui fait varier le signal de sortie mais que
l’on ne souhaite pas mesurer) ;
S : signal électrique de sortie. Tension (V)
Courant (A)
Fréquence, f (Hz)

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


17

1.1.1 Définitions (2)


Courbe de réponse (1)
En termes mathématiques, la réponse d’un capteur c’est :

s = f x, x p ( )
La courbe de réponse, c’est l’expression graphique de cette fonction.

s Pour Xp = Cst

si Au besoin, pour chaque valeur


de Xp , on a une courbe de
réponse différente !
x
xi
Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
18

1.1.1 Définitions (3)


Courbe de réponse linéaire (1)
En pratique, on souhaite que:
• l’effet de Xp soit négligeable ; On va y revenir plus tard
• la courbe de réponse soit linéaire.

Les courbes de réponses sont-elles linéaires ?


Des fois, oui. La plupart du temps non. On va donc, quand c’est possible, les
linéariser.
On va faire des approximations !
On va aussi y revenir plus tard !
Have no fear of perfection
- you'll never reach it.

Salvador Dali
Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
19

1.1.1 Définitions (4)


Courbe de réponse linéaire (2)

Fonction linéaire

En français En anglais
s = ax s = ax + b

Pour le cours, linéaire signifie du premier ordre : s = ax + b

On parle en effet de linéariser une fonction, pas d’affiner une fonction.

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


20

1.1.1 Définitions (5)


Notions et définitions de base :

Mesurande : grandeur physique que l’on veut mesurer*

*Selon la 3ème définition du « Vocabulaire international de métrologie » (VIM)

« Mesurande et grandeur mesurée sont bien deux notions différentes.


Le mesurande est ce que l’on veut mesurer tandis que la grandeur mesurée
est ce que l’on peut mesurer. »*

Attention : confusion possible avec ce terme car la deuxième


définition de Mesurande du VIM était la « grandeur mesurée ».
C’est du passé, mais ça demeure à certains endroits.

*http://cfmetrologie.com/faq/items/quelle-est-la-difference-entre-mesurande-et-grandeur-mesuree.html
Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
21

1.1.1 Définitions (6)


Transducteur
Un transducteur, c’est une partie interne d’un capteur qui modifie une quantité
physique (déplacement, énergie,...) en une seconde quantité physique.

x Transducteur 1 x1 Transducteur 2 s

Exemple :
Tension
Pression Membrane Jauge de contrainte
électrique

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


22

1.1.1 Définitions (7)


Corps d’épreuve
Un corps d’épreuve, c’est une partie externe à un capteur qui modifie
une quantité physique en une autre.

X Corps d’épreuve X1 CAPTEUR s


Exemple (vieux projet industriel ESISAR de 98) : mesure de puissance
Torsion Jauge de contrainte
Puissance

Capteur

Corps d’épreuve

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


23

1.1.1 Définitions (8)


Capteurs actifs 1 s
Ce sont des générateurs : modifient directement
l’énergie physique à mesurer en énergie électrique.
Ex. : thermocouples,
capteurs piézo-électriques ...

Capteurs passifs
4
s
Circuit
d’excitation

Ce sont des impédances variables dont


l’un des paramètres est sensible au
Ex. : jauges de contraintes,
mesurande.
résistance de platine ...
Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
24

1.1.1 Définitions (9)


Un capteur ne s’utilise bien évidemment pas seul. On le place dans un
circuit électronique. Le tout se nomme chaîne de mesure.

Exemples types de chaîne de mesure, capteur actif


Liaison numérique Ordinateur
Capteur Interface A/D
(CPU)

Actuateur

Liaison analogique Ordinateur


Capteur Interface A/D
(CPU)

Actuateur
Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
25

1.1.1 Définitions (10)


Exemples types de chaîne de mesure, capteur passif

Interface Liaison numérique Ordinateur


Capteur A/D
+ excitation (CPU)

Actuateur

Interface Liaison analogique Ordinateur


Capteur A/D
+ excitation (CPU)

Actuateur

Ces exemples ne sont pas exhaustifs.


Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
26

1.1.1 Définitions (11)


Actuateur – Définition
Un actuateur, c’est un élément d’un système qui convertit une énergie électrique
en une énergie autre.
C’est donc un élément qui agit sur le système. C’est, en quelque sorte, l’inverse
du capteur.
Exemple :
• Moteur électrique,
• Résistance de chauffage,
• Piston,
• Electrovanne…

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


27

1.1.2 Etalonnage (1)


Définition
L’étalonnage, c’est de faire correspondre x à la sortie électrique s.

Cela revient à dire que l’on trouve courbe de réponse du capteur.

On parle aussi souvent de calibration


pour désigner l’étalonnage. En réalité,
c’est un anglicisme.

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


28

1.1.2 Etalonnage (2)


Réalisation de l’étalonnage

Méthode directe : on soumet le capteur à une valeur connue du mesurande


que l’on nomme étalon de mesure.
Intérêt : très précis
Inconvénient : souvent très difficile à mettre en œuvre ⇒ coût élevé.

Méthode indirecte : on utilise un capteur de référence et on soumet les deux aux


mêmes conditions de mesure, i.e. de préférence
simultanément.
Intérêt : beaucoup plus facile à mettre en œuvre
Inconvénient : précision limitée par le capteur référence ⇒ moins bonne précision
qu’avec la méthode directe.

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


29

1.1.2 Etalonnage (3)


Représentation graphique

Réponse linéaire Réponse non linéaire


2 points ou + 3 points ou +
s s

x x
Réponse constructeur

Ici, il n’y a qu’un seul paramètre d’étalonnage: X. On parle d’étalonnage


simple.
Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
30

1.1.2 Etalonnage (4)


Etalonnage multiple
On peut classer en trois catégories l’étalonnage multiple

• Tenir compte de toutes les grandeurs d’influence :


Exemple : capteur de pression
On établit une première courbe de réponse à T=T1, une seconde à
T = T2 ...
• Tenir compte de propriétés des matériaux soumis à la mesure :
Exemple : capteur électromagnétique de niveau (Société Krohne)
On donne la réponse du capteur pour tous les fluides rencontrés.

• Tenir compte de la succession des valeurs lors de l’étalonnage


Exemple : dans le cas d’hystérésis et si l’on désire une meilleure précision, on
peut procéder à une calibration dans le sens positif et à une
seconde dans le sens négatif.
Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
31

1.1.3 Caractéristiques statiques (1)


Sensibilité
La sensibilité (notée m), c’est la pente de la
tangente de la courbe de réponse à la valeur xi.

si

xi x

∂s
mi =
∂x x = xi

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


32

1.1.3 Caractéristiques statiques (2)


Résolution
La résolution, c’est le plus petit incrément de X (noté ∆xi) qui
provoque, au voisinage de xi, une variation de sortie détectable.

s ∆si

si

∆xi
xi x
Seuil

Le seuil, c’est la résolution à xi = 0.


Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
33

1.1.3 Caractéristiques statiques (3)


Etendue de mesure
L’étendue de mesure, c’est la plage de X que peut mesurer un capteur.
En anglais, on parle de «Span», de «Input Full Span (FS)» ou autres
termes équivalents.
s
smax

smin FS = xmax − xmin


xmin xmax x
On a la même notion, mais pour le signal électrique
de sortie, c’est le : «Full scale output».
FSO = smax − smin

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


34

1.1.3 Caractéristiques statiques (4)


Zones d’utilisation d’un capteur
Etendue de mesure Plage de mesure exploitable
Etalonnage correct, résultats non fiables,
Zone de non-détérioration Résultats fiables à nouveau lorsque le capteur
retourne dans l’étendue de mesure
Zone de non-destruction Capteur encore bon, étalonnage à refaire

x
Les constructeur ne mentionnent pas systématiquement toutes ces zones.
Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
35

1.1.4 Au sujet de la précision (1)


Contexte
Dans un monde parfait, la réponse des capteurs serait parfaite, sans
erreur et sans bruit. Ce n’est pas le cas.

Toute mesure est entachée :


• d’une erreur ;
• de bruits.

Si on répète une mesure plusieurs fois, on aura une distribution statistique


des valeur obtenues. Très souvent, c’est une distribution
normale (ou gaussienne) que l’on obtient.

Donc se pose la question des caractéristiques de cette distribution. On y


répond par les notions de :
• fidélité ;
• justesse ;
• précision.

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


36

1.1.4 Au sujet de la précision (2)


Fidélité d’un capteur

La fidélité, c’est la qualité d’un capteur pour lequel les


incertitudes sont faibles.

Fidèle Non fidèle


Distribution

Distribution

x x

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


37

1.1.4 Au sujet de la précision (3)


Justesse d’un capteur

La justesse, c’est la qualité d’un capteur pour lequel la moyenne des


mesures est proche de la valeur exacte (valeur vraie).

Juste Non juste


Distribution

Distribution

x ≈ xVRAI x xVRAI x x

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


38

1.1.4 Au sujet de la précision (4)


Précision d’un capteur
Un capteur sera considéré précis s’il est fidèle et juste à la fois.

Distribution PRECIS

x = xVRAI x
Distribution

Distribution
NON PRECIS

x = xVRAI x xVRAI x x
Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
39

1.1.5 Que peut-on mesurer ? (1)


Les grandeurs mesurables
Le premier type de grandeurs physiques que l’on peut mesurer, ce
sont les… …grandeurs mesurables !

Exemples
• Caractéristiques :
Masse,
• relation d’équivalence
Longueur,
• relation d’ordre total (>, =, <, ...)
Angles,
• opérations : addition et multiplication
Temps (durée),
...

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


40

1.1.5 Que peut-on mesurer ? (2)


Les grandeurs repérables
Le second type, ce sont les grandeurs repérables.

La différence, c’est que les opérations + et x se sont plus valables

• Caractéristiques : Exemples
• relation d’équivalence Température,
• relation d’ordre total (>, =, <, ...) Concentration d’une substance,
• opérations : addition et multiplication Les échelles de dureté,

En pratique, pour plusieurs grandeurs, ça ne change rien du point de


vue capteur.

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


41

1.1.5 Que peut-on mesurer ? (3)


Les indicateurs
Certaines réalités ne se mesurent tout simplement pas, même si
cela nous serait bien utile.

C’est le cas des « grandeurs » pour lesquelles toutes les


caractéristiques précédentes ne sont plus vraies.
• Caractéristiques : Pollution de l’air, de l’eau…
• relation d’équivalence Intelligence(Q.I.),
• relation d’ordre total (>, =, <, ...) Degré de fatigue,
• opérations : addition et multiplication …
Ici, il faut ruser et mesurer des grandeurs mesurables ou repérables qui
serviront à établir un indicateur de ce que l’on voulait mesurer à l’origine.

Concrètement : allez voir les normes définies ou, si vous êtes le premier à
vouloir faire cette mesure, soyez imaginatif !
Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar
42

1.1.6 Exercice de synthèse


Exercice collectif

• Quel est le mesurande ?


• Y a-t-il une grandeur perturbatrice ? Si oui laquelle?
• Donner l’étendue de mesure du capteur (FS).
• Pouvez-vous estimer la zone de non-détérioration ? Expliquer.

Prenons un peu d’avance sur la leçon 2:


• Quelle est la valeur de la non linéarité ? Qu’est que ça veut dire ?

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar


43

1.1.7 Synthèse de la leçon 1


o Connaître les concepts de :
• Grandeur mesurée et mesurande
• Grandeur perturbatrice
• Courbe de réponse
• Transducteur et corps d’épreuve
• Actuateur
• Types de capteur : actif ou passif

o Savoir et être capable de mettre en œuvre une opération d’étalonnage


• Direct ou indirect
• Simple ou multiple

o Comprendre les concepts de : fidélité, justesse et précision

o Savoir si une grandeur est mesurable ou repérable ou s’il faut utiliser


des indicateurs.

Pierre Lemaître-Auger, Grenoble INP-Esisar