Vous êtes sur la page 1sur 150

Bain régulé en température

Dossier technique

DT B page 1
DT B page 2
Présentation du bain régulé en température
GTI

1. BAIN PRINCIPAL
Celui-ci est constitué du réservoir en acier inoxydable contenant 26 litres d'eau. Le chauffage de la masse
d'eau est assuré par un thermoplongeur de 3 kW alimenté en 230 V / 50 Hz.

4
Réseau ~

vers évacuation

Alimentat ion
d'eau

Vers évacuat ion

1 : Thermoplongeur 5 : Bac principal

2 : Sonde Pt100 6 : Débitmètre

3 : Bol auxiliaire de perturbation 7 : Serpentin de perturbation

4 : Sonde de niveau minimum

1.1. Circuit de mesure de température


La mesure de la température de ce bain est assurée par une sonde de température à résistance platine
(l00 à 0°C), associée à un transmetteur de mesure à sortie courant (convertisseur R/i).

DT B page 3
Ce transmetteur doit être étalonné selon l’échelle suivante :
0°C 100°C

Im
4 mA 20 mA
Ce transmetteur alimenté en 24 V = par une alimentation autonome, possède une entrée 3 fils sur
laquelle se connecte la sonde de mesure.
Il fournit un courant, image de la température du bain, qui circule dans la boucle de mesure du régulateur
Vulcanic 30760. Le régulateur assure le contrôle de la température du bain principal.

La résistance étalon, d'une valeur de 250 , insérée dans la boucle de courant Im, permet d'obtenir un
signal tension, image de la température mesurée (1 V correspond à 0 °C et 5 V correspond à 100 °C).
Cette tension, peut être envoyée sur l'une des entrées d'un enregistreur analogique afin d'obtenir un
graphe sur papier.

1.2. Contrôle de la puissance de chauffage.


Le contrôle est assuré par le régulateur qui commande un contacteur statique monophasé à thyristors
par l’intermédiaire d’un convertisseur de signal. Selon l'amplitude du signal de commande délivré par le
régulateur, le relais statique, fonctionnant en trains d'ondes entières, avec commutations aux passages
par 0 de la tension secteur , fournit un rapport cyclique différent.
Le rapport cyclique du train d'ondes sinusoïdales délivré par le gradateur au thermoplongeur est donc
directement lié au courant de sortie du régulateur. La période du cycle du signal de sortie est d'une
seconde.
Le déclenchement du relais statique est assuré par un signal tension qui rend nécessaire une fonction
de conversion i/u permettant d'adapter le signal de sortie du régulateur (4 - 20 mA) à l’entrée de
commande (0 / 5-30 V) du relais à thyristors.
La puissance du chauffage et le signal de sortie du régulateur sont liés par l’échelle de correspondance
suivante :

0 100%
OP

is
4 mA 20 mA

Avec OP : valeur en % de la puissance de chauffe (100 % = 3 kW).


is : courant de sortie du régulateur en mA.

1.3. Equipements complémentaires


Les vannes manuelles V3 et V1 assurent respectivement le remplissage et la vidange du réservoir
principal. Un tube de trop-plein évite le débordement.
Un détecteur de niveau bas, à sonde résistive, coupe l'alimentation du circuit de chauffage en cas de
manque d'eau.
Un thermostat de sécurité, à tension de vapeur, désactive le chauffage si la température dépasse la
valeur réglée.

2. RESERVOIR AUXILIAIRE DE PERTURBATION

Ce réservoir a une capacité utile de 3 litres. Il peut être rempli au moyen du récipient gradué, et vidangé
grâce à la vanne V2.

DT B page 4
L'eau introduite ou extraite de ce réservoir, est source de perturbation pour la boucle de régulation de
température du bain principal.
L'évolution de la température de l'eau du bain auxiliaire peut être suivie grâce à un capteur de type Pt 100,
associé à un indicateur numérique disposant d'une sortie de recopie de mesure.

Cette chaîne de mesure est conforme au schéma ci-dessous

Ind icateur re levé de la


numériq ue Vm température
Sonde

La tension Vm est disponible sur la sortie de recopie de mesure de l'instrument.

3. ECHANGEUR DE CHALEUR A SERPENTIN DE CUIVRE

Une circulation d'eau peut être entretenue dans cet échangeur. Le débit est réglable par la vanne pointeau
FV 20 dans la plage 0 à 46 l/h.
Les températures de l'eau en entrée et en sortie de l'échangeur sont mesurées par des capteurs à
résistance Pt 100, connectés à des indicateurs numériques.
L'enregistrement des températures est possible grâce aux sorties de recopie des indicateurs.

La puissance utile de l'échangeur est de l'ordre de 1 kW dans les conditions de fonctionnement suivantes :
– Températures du bain principal : 50°C
– Température de l'eau en entrée : 20°C
– Débit volumique : 35 l/h
L'échangeur permet donc de créer des pertes thermiques réglables permettant d'analyser dans des
conditions variées le comportement de la boucle de régulation principale.

DT B page 5
DT B page 6
BAIN RÉGULÉ EN TEMPÉRATURE

Schémas électriques
Platine Folio 01
Schéma de puissance Folio 02
Schéma de commande Folio 03
Mesure de température Folio 04
Régulation puissance Folio 05
Schéma du bornier Folio 06

DT B page 7
DT B page 8
DT B
page 9
DESSINE PAR: GIRAULT Michel FOLIO
BAIN REGULE GTI SYSTEMES PLATINE
DATE: 10/01/1995 01
DT B
page 10
DESSINE PAR: GIRAULT Michel FOLIO
BAIN REGULE GTI SYSTEMES Schéma de puissance
DATE: 10/01/1995 02
DT B
page 11
DESSINE PAR: GIRAULT Michel FOLIO
BAIN REGULE GTI SYSTEMES Schéma de commande
DATE: 10/01/1995 03
DT B
page 12
DESSINE PAR: GIRAULT Michel FOLIO
BAIN REGULE GTI SYSTEMES Mesure température
DATE: 10/01/1995 04
DT B
page 13
+

Vers commande
113
111

relais statique
A B
DESSINE PAR: GIRAULT Michel FOLIO
BAIN REGULE GTI SYSTEMES Régulation puissance
DATE: 10/01/1995 05
DT B
page 14
DESSINE PAR: GIRAULT Michel FOLIO
BAIN REGULE GTI SYSTEMES Schéma bornier
DATE: 10/01/1995 06
Documentation
sur les principaux constituants

DT B page 15
DT B page 16
DTC page 47
UTILISATION DU REGULATEUR VULCANIC 30760

C'est un régulateur P.I.D à microprocesseur. Il permet d'obtenir deux modes de marche :


- Mode automatique (réglage manuel ou auto-adaptatif des paramètres)
- Mode manuel (dosage de puissance)

AFFICHAGE
La version utilisée 30760-45 présente :
- 2 afficheurs DEL rouges à 4 digits, 7 segments
- 7 DEL rouges avec légende
- 1 indicateur de l'unité utilisée °C

Légende :
OP1 état de la sortie 1
ALM état de l'alarme
MAN DEL clignotante lorsque le régulateur est en mode manuel
TUNE DEL allumée en mode régulation auto-adaptative ou clignotante en période de pré-réglage
SET LED allumée lorsque le régulateur se trouve au 2° niveau d'accès protégé, réservé aux régleurs
qualifiés

TOUCHES DE COMMANDE
Elles sont aux nombre de 4, selon la disposition ci-contre : I FUNC

Fonction des touches

I Touche "Auto/Manu" : sélection des modes "Dosage de puissance" (manuel) et


"Régulation" (automatique)

FUNC Touche "Sélection" : sélection des fonctions et des différents paramètres

Touche "Décrémentation" : décrémentation de la valeur affichée

Touche "Incrémentation" : incrémentation de la valeur affichée

CARACTERISTIQUES
Ce modèle est configuré pour recevoir un signal analogique 4-20 mA en entrée et pour fournir un signal
analogique 4-20 mA en sortie principale.
Echelle : 0 à 100 %
Sortie alarme : relais 1 contact inverseur 2 A - 240 Vac
Mode auto-adaptatif : adaptation automatique des paramètres si l’écart mesure/consigne dépasse
2,5 % de l’échelle de mesure.

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE


A la mise sous tension le régulateur exécute un auto-test, puis se trouve en position de travail (mode
auto-réglant puis auto-adaptatif ou PID manuel selon son utilisation précédente).
Il indique alors, la valeur mesurée sur l'afficheur du haut et la valeur de consigne sur l'afficheur du bas.

Premier niveau d’accès, réservé aux utilisateurs


En plus des informations de mesure et de consigne normalement à l'affichage, il est possible par appuis
successifs sur la touche FUNC de faire défiler les paramètres suivants :
SP : Affichage et réglage éventuel de la consigne de régulation
OP : Affichage de la puissance instantanée délivrée en sortie, en %
AL : Affichage de la valeur de l'alarme
DT B page 18
rP : Affichage du taux de rampe en unités par heure.

Si le paramètre Enbl a été réglé à 1, il est également possible de passer du mode "Régulation" au mode
"Dosage de puissance" en appuyant sur la touche "auto/manu" I.
Lorsque ce second mode est sélectionné, la LED "MAN" clignote et les touches d'incrémentation et de
décrémentation permettent d'afficher une puissance délivrée en % de la puissance installée.
Un nouvel appui sur la touche I permet de revenir en mode régulation.

DEUXIEME NIVEAU D'ACCES, PROTEGE, RESERVE AUX REGLEURS QUALIFIES

Mode de réglage des paramètres de régulation


En mode "Réglage" la diode "SET" est éclairée en permanence. Pour accéder au réglage des paramètres de
régulation protégés, il faut exécuter la procédure suivante :
Le régulateur doit se trouver en affichage normal (mesure et consigne)

Appuyer simultanément pendant 5 secondes sur les poussoirs

Lorsque la diode "SET" clignote, appuyer sur la touche FUNC pendant 2 secondes au moins,
dans les 3 secondes qui suivent le début du clignotement. La diode "SET" s'éclairera alors en
permanence.

Il suffit désormais d'effectuer des appuis successifs sur la touche FUNC pour voir défiler les
paramètres, dans l'ordre du tableau de la page suivante.

Remarque : Si la bande proportionnelle est réglée à zéro, le régulateur fonctionne en Tout Ou Rien, avec un
différentiel diF1 réglable. Les actions Intégrales et Dérivées sont automatiquement annulées.

Passage du mode PID auto-adptatif au mode PID manuel


En PID auto adaptatif, la diode TUNE est éclairée. Pour passer en mode PID manuel, il faut exécuter la
procédure suivante :
Le régulateur doit se trouver en affichage normal (mesure et consigne)

Appuyer simultanément pendant 5 secondes sur les poussoirs et .

Lorsque la diode "SET" clignote, appuyer sur la touche I pendant 2 secondes au moins,
dans les 3 secondes qui suivent le début du clignotement. La diode "SET" s’arrêtera de clignoter.

Demande manuelle d’auto-réglage des paramètres PID


A tout moment, il est possible de faire effectuer un préréglage, à condition que l’écart consigne/mesure soit
supérieur à 5% de l’échelle.
Pour faire effectuer un auto-réglage :

Le régulateur doit se trouver en affichage normal (mesure et consigne)

Appuyer simultanément pendant 5 secondes sur les poussoirs et .


Lorsque la diode "SET" clignote, appuyer simultanément pendant 2 secondes au moins sur les
touches I et FUNC dans les 3 secondes qui suivent le début du clignotement. La diode
"SET" s’arrêtera de clignoter et la diode TUNE deviendra clignotante. L’auto-réglage s’effectuera à
la moitié de l’écart Mesure/Consigne et le régulateur reviendra automatiquement dans son mode
PID d’origine, avec les nouveaux paramètres.

DT B page 19
Liste des différents paramètres

PARAMETRES Code Actions possibles selon le


fonction mode sélectionné
PID PID Gamme Valeur par
(afficheur auto-adaptati manuel défaut
Valeur sur l'afficheur haut bas) f
Lecture Réglage Lecture Réglage

Mesure Valeur de x x Etendue de l'échelle


consigne
Consigne à distance rSP x x Etendue de l'échelle
Consigne de régulation (sortie 1) SP x x x x SPIo à SPhi Mini de l'échelle
Consigne locale (si option consigne à LSP x x x x SPIo à SPhi Mini de l'échelle
distance)
Consigne instantanée en mode rampe SPrP x x Etendue de l'échelle
Puissance de sortie instantanée OP x x 0 à 100% si 1 seule sortie
-100à +100% si 2 sorties
Alarme pleine échelle P-A L x x x x Etendue de l'échelle Maxi de l'échelle
Alarme de bande b-AL x x x x Etendue de l'échelle 5 unités
Alarme d'écart d-AL x x x x ± Etendue de l'échelle 5 unités
Taux de rampe rP x x x x 1 à 9999 unités par h et
Limitation de puissance OPhi x x x x 0 à 100% si 1 seule sortie 100%
-100 à +100% si 2 sorties
Consigne maxi SPhi x x x x Etendue de l'échelle Maxi de l'échelle
Consigne mini SPI o x x x x Etendue de l'échelle Mini de l'échelle
Temps de cycle de la sortie 1 Ct 1 x x x x 0,5-1-2-4-8-16-32-64 32 s
secondes
Temps de cycle de la sortie 2 Ct 2 x x x x 0,5-1-2-4-8-16-32-64- 32 s
128-256-512 secondes
Bande proportionnelle Pb x x x I à 999% et tout ou rien 10%
Intégrale rSEt x x x 10s à 30 mn et suppression 5 mn
Dérivée rAtE x x x 0 s à 10 mn 30 s
Gain relatif de la sortie 2, par rapport rCG x x x 0,02 à 1.00 et tout ou rien 1.00
à la sortie 1
Bande morte ou chevauchement OL x x x x -20 à 20% de Pb 0
entre sortie 1 et 2
Différentiel de la sortie 1 tout ou rien diF 1 x x 0,1 à 10% de l'échelle 0,5%
Différentiel de la sortie 2 tout ou rien diF 2 x x 0,1 à 10% de l'échelle 0,5%
Différentiel des sortie 1 et 2 tout ou diFF x x 0,1 à 10% de l'échelle 0,5%
rien
Ecart de consigne sortie 2 / sortie 1 OUT2 x x x x ± Etendue de l'échelle par 0
rapport à SP
Point haut de l'échelle d'entrée en rhi x x x x (rIo + 1) --> 9999 100,0
courant
Point bas de l'échelle d'entrée en rIo x x x x -1999 --> (rhi - 1) 0,0
courant
Position du point décimal sur l'échelle rPnt x x x x 0à3 1
d'entrée en courant
Validation de la touche "Auto/Manu" Enbl x x x x 0 ou 1 1

Rappel : Seuls s'affichent les codes qui correspondent aux fonctions existantes sur l'appareil.

DT B page 20
Dossier pédagogique
SYSTÈME CHAÎNE DE TRAITEMENT
DE SURFACES

TP N° 1

Comprendre et expliquer les


fonctions de dialogue homme
machine

Terminal d'exploitation XBT A et logiciel


d'enregistrement de messages

Académie d'Orléans-Tours Réseau National


Académie de Toulouse de Ressources
Académie d'Orléans-Tours Réseau National
Académie de Toulouse de Ressources
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'AII
Chaîne de traitement de surface Classe : TaleGE

Lieu d'activité : Laboratoire de modélisation

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la séquence Enoncé des objectifs de formation
de travaux pratiques. associés aux tâches.

1°) Prérequis:
Connaissances
Connaître le cours d'automatique sur l'A.P.I. TSX 17-20, et de son Compréhension
langage de programmation: le PL7-2 (travail sur mots).
2°) En ayant à votre disposition: Etudier un mode de
– le système GTI Chaîne de traitement de surfaces, transmission de données en
– le dossier technique, série entre un pupitre de
– le dossier pédagogique, dialogue et un ordinateur.
– Un ordinateur de type PC avec logiciel XBTL100 ou XBTL900,
– Un câble de liaison XBT-A PC réf.: XBTZ905 (port série 25 bro-
ches) ou XBTZ915 (port série 9 broches).
– Un câble de liaison TSX 17-20 XBT-A réf.: XBTZ917. Application

3°) On vous demande de: Mettre en oeuvre les protocoles


Lire les documents ressources n°1 à 3. de transmission série de
3.1 Mise en œuvre, paramètrage du pupitre opérateur.
données entre:
– Un pupitre de dialogue
Raccorder l'XBT-A et l'ordinateur à l'aide du câble de liaison.
Homme machine et un
Mettre l'XBT-A sous tension et à l'aide du document ressources n°4, ordinateur, pour la
configurer la liaison pour l'enregistrement des messages de la manière
programmation
suivante :
– Un pupitre de dialogue
Homme machine et un
– LIAISON : RS232
automate programmable pour
– VITESSE : 9600
– PARITE : IMPAIRE
– STOP : 1 BIT Evaluation
– DIALOGUE : SANS Analyse
– ACQUIT. : ACK
Respect de la conformité des
Positionner l'XBT-A sur : "ATTENTE MESSAGE". paramètres de la liaison série.
Respect de la rédaction des
Mettre l'ordinateur sous tension, et lancer le logiciel XBTL-100 ou 900.
messages.
Configurer le PC avant l'envoi des messages vers l'XBT-A Vérification en exploitation du
de la façon suivante : fonctionnement correct de
l'ensemble.
Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu : ____
Observations :
Temps
/ 20 Passé : ____

Nom de l'élève:

______________________________

TP1 page 3 / 14
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'AII
Chaîne de traitement de surface Classe : TaleGE

Lieu d'activité : Laboratoire de modélisation

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la séquence Enoncé des objectifs de formation
de travaux pratiques. associés aux tâches.

– VITESSE : 9600
– DATA : 8 bits Connaissances
– PARITE : Impaire Compréhension
– STOP : 1 bit
– Port de communication : COM1 ou COM2 suivant utilisation.
Etudier un mode de
transmission de données en
Saisir l'ensemble des messages inscrits sur le document ressources série entre un pupitre de
n°5.
dialogue et un ordinateur.
Transférer les messages du PC vers l'XBT-A.
Indiquer ce qu'affiche l'XBT-A lorsque la transmission est terminée.
Effectuer une sauvegarde sur disquette de l'ensemble des messages. Application

3.2) Exploitation: Mettre en oeuvre les protocoles


de transmission série de
Indiquer combien de messages de chaque type (visualisation, défaut,
fonction, variable numérique) ont été transmis. données entre:
– Un pupitre de dialogue
Expliquer brièvement quelles sont les caractéristiques propres à chaque
type de message. Homme machine et un
ordinateur, pour la
A l'aide du document ressources n°6, vérifier que la transmission des
messages a été correcte en procédant à la lecture du contenu des mes- programmation
sages 008, 017 et 021. – Un pupitre de dialogue
Les questions suivantes seront traitées à l'aide des documents ressour-
Homme machine et un
ces n°4 et 7. automate programmable pour
– Le message 008 est un message de type FONCTION
Quelle est la touche du clavier associée à ce message ? Evaluation
Que se passe-t-il lorsque l'opérateur appuie sur cette touche ? Analyse
Donner la signification du paramètre X pour ce message.
Quelle valeur faudrait-il donner à X pour faire apparaître le mes-Respect de la conformité des
sage 008 de manière centrée sur l'afficheur du pupitre ?
paramètres de la liaison série.
– Le message 017 est un message de type VISUALISATION Respect de la rédaction des
Donner la signification du paramètre K pour ce message.
messages.
Lorsque K = 1, quelles sont les possibilités pour provoquer l'affi-
chage du message 017. Justifier votre réponse. Vérification en exploitation du
– Le message 021 est un message de type NUMÉRIQUE fonctionnement correct de
l'ensemble.
Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu : ____
Observations :
Temps
/ 20 Passé : ____

Nom de l'élève:

______________________________

TP1 page 4 / 14
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'AII
Chaîne de traitement de surface Classe : TaleGE

Lieu d'activité : Laboratoire de modélisation

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la séquence Enoncé des objectifs de formation
de travaux pratiques. associés aux tâches.

Expliquer par quoi sont remplacés les traits de soulignement


dans le message, lors de son affichage à l'écran. Connaissances
Donner le rôle du paramètre A. Compréhension
Configurer la ligne (XBT-Automate), à l'aide du document ressources n°4,
de la manière suivante:
Etudier un mode de
– MODE : REGLAGE
transmission de données en
– LIAISON : RS 485
série entre un pupitre de
– ECHANGE : HDX
dialogue et un ordinateur.
– VITESSE : 9600
– FORMAT : 8 BITS
– PARITE : IMPAIRE
– STOP : 1 BIT Application
– CHECKSUM : SANS
– REPONSE : SANS Mettre en oeuvre les protocoles
de transmission série de
Connecter (hors tension) à l'aide du cordon correspondant l'XBT-A et l'au- données entre:
tomate de l'armoire de commande du système. – Un pupitre de dialogue
Mettre sous tension le Système et procéder à des essais simples per- Homme machine et un
mettant de vérifier la conformité du fonctionnement souhaité. ordinateur, pour la
programmation
– Un pupitre de dialogue
Homme machine et un
automate programmable pour

Evaluation
Analyse

Respect de la conformité des


paramètres de la liaison série.
Respect de la rédaction des
messages.
Vérification en exploitation du
fonctionnement correct de
l'ensemble.
Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu : ____
Observations :
Temps
/ 20 Passé : ____

Nom de l'élève:

______________________________

TP1 page 5 / 14
DOCUMENT RESSOURCE N°1

DIALOGUE OPERATEUR:

Les besoin de dialogue opérateur


La complexité des systèmes automatisés rend nécessaire
le dialogue entre l'opérateur et la machine. Ce dialogue
appelé homme/machine implique les besoins suivants :
• Visualisation de valeurs numériques : visualisation en
temps réel d'états, de valeurs numériques (nombre de
pièces fabriquées, durée d'une opération...),
• Affichage de messages : affichage en temps réel de
messages (textes en clair tels que : défaut pompe 1,
température + 478°C...),
• Saisie : saisie d'ordres ou de consignes (types de piè-
ces, temps de trempage...),
• Réglage : accès en lecture ou écriture aux paramètres
autorisés du programme utilisateur (temporisateurs,
compteurs,...).
Les informations échangées correspondent à des don-
nées de type objet automate (valeur d'une temporisa-
tion, d'un compteur, défaut d'entrées/sorties) ou à des
données de type application (valeurs ou messages éla-
borés par programme).
Les possibilités de dialogue du TSX 17

• TSX 17-20, langage PL7-2 :


Echange par liaison série asynchrone avec prise terminal de l'automate. Selon le périphérique connecté, les
échanges peuvent s'effectuer en mode ASCII ou suivant le protocole serie 7 (UNI-TE).

Les caractéristiques de la prise terminal du micro-automate TSX 17-20 sont paramétrables :

Liaison série asynchrone RS 485


Vitesse 300,600,1200,2400,4800 ou 9600 bauds
Parité sans, paire ou impaire
Echo sans ou avec écho en réception
Format des données 7 ou 8 bits
Bits de stop 1 ou 2

TP1 page 6 / 14
DOCUMENT RESSOURCE N°1 (suite et fin)
Echanges par prise terminal
Automate: TSX17-20 langage PL7-2
Saisie/Visualisation: Elle peut s'effectuer par plusieurs ty-
pes de terminaux, la gestion du dialogue s'effectuant par
programme utilisateur :
– terminaux d'exploitation XBT,
– terminaux TSX T317 et TSX T407 (avec adapta-
teur TSX 17 ACC7).
A.P.I : TSX.17.20
• Terminaux d'exploitation XBT-A/B/C/K: Ces terminaux
présentent :
– un afficheur alphanumérique à caractères fluores-
cents verts (hauteur 10 mm),
– 1 clavier à touches numériques et à touches fonc- T
E Télémécanique

tions (excepté XBT-K)


*EXPLOITATION*
– 1 Mémoire pouvant stocker des messages alpha-
numériques. Les terminaux XBT utilisent le proto- - 7 8 9

. 4 5 6
cole réglage série 7, il permet d'associer : 0 1 2 3

– le numéro de repère (idem XBT-K),


– le contenu du message,

– une variable interne automate,


– une touche fonction. La mise à jour d'une donnée numérique associée à un message s'effectue
alors de façon transparente.

Exemple de dialogue :
• action touche fonction = affichage message n°009
‚ accès automatique à la variable associée W52
ƒ affichage clignotant de la valeur contenue dans W52
„ modification par le terminal XBT

N° de Texte Variable Variable


message
W50
009 Valeur =... W52
W51
2
W52

T
E Télémécanique

A.P.I : TSX.17.20
- 7 8 9

. 4 5 6

0 1 2 3

TP1 page 7 / 14
DOCUMENT RESSOURCE N°2
XBTA-: le terminal industriel compact

Caractéristiques techniques

Liaison série asynchrone


Alimentation 24 VCC RS 232C/BC 20mA/RS 422

T
E Télémécanique
Montage
encastré
*EXPLOITATION* fixation
par 4
doigts et
bride

- 7 8 9 FUNCT

. 4 5 6 DEL

0 1 2 3 ENTER

12 touches fonction 12 touches 3 touches


avec D.E.L et porte d' édition
numériques
étiquette.
Caractéristiques électriques:

Normes : IEC 801-2 et 804-4 / UL 508 /CSA 122-2


Alimentation : 24 VCC nominal + 25% - Consommation = 10 W max
Afficheurs : 1 ligne de 16 caractères alphanumériques 14 segments fluorescents verts, hauteur
10 mm.
Mémoire : 100 messages en EEPROM (mémoire non volatile)
Claviers : 27 touches à effet tactile (course 2 mm)au pas de 19,05 mm (8 ou 12 touches fonction
selon les versions / 12 touches numériques / 3 touches d'édition)
Signalisation : lumineuse selon versions / sonore avec buzzer
Transmission : une liaison série asynchrone opto-isolée utilisable en RS 232 C ou BC 20 mA ou
RS 422-485. Protocoles : mode ASCII ou REGLAGE (pour automates TSX 7)

Références du câble de liaisons X.B.TA / P.C:


Pour sortie RS.232 connecteur 25 broches: XBTZ905 et XBTZ9052, connecteur 09 broches: XBTZ915.

TP1 page 8 / 14
DOCUMENT RESSOURCE N°3
Les 4 versions de terminaux compacts XBT-A offrent:

• affichage en clair des informations (consignes, mesures,


Le dialogue
messages...)
opérateur • commandes par touches fonction personnalisables
ergonomique • saisie de valeurs par clavier numérique
• sélection des modes de fonctionnement

• compact : encombrement réduit


• protégé : face avant IP 65
• lisible : afficheurs alphanumériques fluorescents verts,
L'exploitation défilants sur 32 caractères
en milieu • confortable : 4 versions avec claviers différents
• pratique : montage encastré, fixation par 4 doigts
industriel
escamotables
• robuste : boîtier en alliage de zinc
• sûr : liaisons séries isolées - autotests - débrochable sous
tension

• protocoles d'échange (par liaison série asynchrone)


– mode ASCII
– mode REGLAGE (pour automates TSX 7)
L'association • types de liaisons
avec tout – point à point (RS232C/BC 20 mA/RS422-485)
– multipoint (BC 20 mA/RS422-485)
automatisme
• enregistrement des messages
– avec micro-ordinateur (PC ou PS) et le logiciel XBT-L100
– avec terminal vidéo standard
– avec console de programmation TSX 7

• conformité aux normes internationales


Les services
• multilangue (français, anglais, allemand, espagnol, italien)
d'un produit • garantie de qualité et de performances
international • assistances d'un réseau international
• disponibilité chez votre distributeur

TP1 page 9 / 14
DOCUMENT RESSOURCE N°4
FONCTIONNEMENT DE L'XBT-A :

• Sélection des modes de fonctionnement :


Sur le terminal XBT-A, il existe deux modes de fonctionnement. L'action sur la touche ENTER maintenue

suivie de FUNCT autorise l'accès aux modes CONFIGURATION et EXPLOITATION.

A la mise sous tension :


–- L'XBT-A se positionne automatiquement sur la position *EXPLOITATION* . C'est le mode utilisé pour le
dialogue d'exploitation, lorsque l'XBT-A communique avec l'automatisme. Depuis le mode EXPLOITATION, l'ac-
tion sur la touche ENTER maintenue suivie de FUNCT conduit en *CONFIGURATION* . Depuis le

mode CONFIGURATION, l'action sur la touche ENTER maintenue suivie de FUNCT replace le terminal

en *EXPLOITATION*

Accès aux fonctions principales:

*EXPL OITATION*

ENTER + FUNCT

*CONFIGURATION*

FUNCT

LANGUES ENTER Sélection des langues

FUNCT Sélection des paramè-


tres de la ligne série
CONFIGUR.LIGNE ENTER pour l'exploitation

FUNCT
Sélection des paramè-
tres de la ligne série
CONFIGUR.MEMOIRE ENTER
pour l'enregistrement
FUNCT des messages

MESSAGES ENTER Visualisation des mes-


sages enregistrés
FUNCT
Procédure de test de
TESTS ENTER l'XBT-A

ENTER + FUNCT

TP1 page 10 / 14
DOCUMENT RESSOURCE N°4 (suite et fin)
Enregistrement des messages avec micro-ordinateur PC/PS et logiciel XBTL 100:
Structure des messages sur XBTL 100
– N° de message
– Décalage en X (largeur afficheur 20 car/ligne maxi)
– Décalage en Y (pour XBT 2 lignes)
– Texte du message
– Type du message:
V D F N
visualisation clignotant fonction variable num...
défaut

– Le numéro localise le message dans l'espace mémoire


– le texte exprime ce qui sera délivré sur l'afficheur du terminal
– les paramètres du message définissent la nature du dialogue obtenu sur le message

P AR AMET RE S
NUMERO TEXTE
T X Y K C V R S G U W

T yp e d u m ess ag e :
F : Fon ction N : Num é riq ue
V : Visu alisatio n D : Dé fa ut

P o sition d u p rem ie r ca ractè re d u


M e ssag e s ur l'a ffich eu r (0 à 16 )

S é le ctio n de la ligne d 'affichag e


(n on sig nifica tif p our l'XBT utilisé )

C lé d 'ac cès au mes sa ge :


1 = a cc ès au m ess ag e d e pu is le pup itre o p érate ur
o u le pro g ram m e d e l'auto m ate
2 = a cc ès au m ess ag e d e pu is le pro à g ram m e
a u toma te uniq ue me nt

C oe fficie nt de co nve rsion d e s va leurs num ériqu es :


c oe ff. M ultiplic ateu r A P ---> XB T
C o eff = 0,0 01 à 1
c oe ff. D iviseu r X BT ---> AP

V a ria ble auto ma te a ssocié e au m es sag e (d e typ e BIT o u MO T )

P a ra mè tres U N ITEL W AY (non sig nifica tifs p o ur l'X BT utilisé )

TP1 page 11 / 14
DOCUMENT RESSOURCE N°5
PRESENTATION DE LA FEUILLE DE TRAVAIL
EDITION Application: CHAINE Terminal: XBT-A7201
No X Y Texte message T K Coef. Var. A Res Sta Pte Mod Voie
000 00 BONJOUR A TOUS V 1 1 # #
001 00 INIT AUTOMATE F 1 1 B1 1
002 00 INIT MACHINE F 1 1 B2 1
003 00 * DEPART CYCLE * F 1 1 B0 1
004 00 CYCLE N = __ N 1 1 W3 1
005 00 SUIVANT F 1 1 B24 1
006 00 PRECEDANT F 1 1 B25 1
007 00 PARA CYCLE N = __ N 1 1 W6 1
008 00 ** DROITE ** F 1 1 B3 1
009 00 ** HAUT ** F 1 1 B5 1
010 00 ** MANUEL ** F 1 1 B7 1
011 00 ** GAUCHE ** F 1 1 B4 1
012 00 ** BAS ** F 1 1 B6 1
013 00 V 1 1 # #
014 00 V 1 1 # #
015 00 INIT MACHINE V 1 1 # #
016 00 DEPART CYCLE V 1 1 # #
017 00 LECTURE BADGE V 1 1 # #
018 00 CYCLE N = __ N 1 1 W4 1
019 00 V 1 1 # #
020 00 V 1 1 # #
021 00 T DEGRAIS = ____MN N 1 1 W90 1
022 00 T RIN S D = ____MN N 1 1 W91 1
023 00 T RIN D D = ____MN N 1 1 W92 1
024 00 T DECAPAGE = ____MN N 1 1 W93 1
025 00 T RIN S DC = ____MN N 1 1 W94 1
026 00 T RIN D DC = ____MN N 1 1 W95 1
027 00 T BRUNISSA = ____MN N 1 1 W96 1
028 00 T RIN S BR = ____MN N 1 1 W97 1
029 00 T RIN D BR = ____MN N 1 1 W98 1
030 00 T PROTECTI = ____MN N 1 1 W99 1
031 00 V 1 1 # #
032 00 V 1 1 # #

TP1 page 12 / 14
DOCUMENT RESSOURCE N°6
Contrôle des messages enregistrés:
Cette procédure permet le contrôle des messages sauvegardés dans la mémoire EEPROM du terminal
XBT-A.
L'accès aux messages se réalise :
– incrémentation automatique de l'XBT-A après chaque fin de procédure de contrôle.
– par saisie du numéro souhaité à l'apparition de : NUMERO MESS = XXX

SI LE MESSAGE SELECTIONNE N'EXISTE PAS LE TEXTE MESSAGE ABSENT S'AFFICHE

MESSAGES
ENTER

NUMERO MESS = 000 FUNCT Sélection du numéro de message


recherché.

ENTER
Présentation du texte du message
EXEM P L E FUNCT sélectionné.

ENTER
Présentation des attributs T = type (N,
V, D ou F) X = position du premier ca-
T = D X = 00 FUNCT
ractère du message dans l'afficheur.
ENTER
Présentation suite des attributs K = clé
K = 1 COEFF. = 1 FUNCT d'accès (1 = clavier, 2 = ligne) COEF.
= coefficient de conversion.
ENTER

VAR = B0013 A = 2 FUNCT Présentation des attributs VAR = varia-


ble TSX7 (mode réglage) A = rafraîchis-
ENTER sement de la variable TSX7
(1 = cyclique, 2 = non cyclique).

TESTS

TP1 page 13 / 14
DOCUMENT RESSOURCE N°7
Le concept du dialogue d'exploitation

la mémoire messages
VARIABLE TSX7
TYPE COMMENTAIRES

TOUT OU RIEN Ecriture d'un bit et affichage du messages lors de


F BIT l'action sur une touche fonction (mode REGLAGE)
(FONCTION) OU
MOTS Saisie du numéro de la touche
TOUT OU RIEN Réponse opérateur pour saisie d'une valeur
N BIT numérique (dans le champ du message) transmise
(NUMERIQUE) OU
par action sur ENTER
NUMERIQUE
(MOTS, PRESELECTION, etc...)
TOUT OU RIEN Visualisation du texte du message (avec ou sans
V BIT bit ou valeur numérique)
(VISUALISATION) OU
NUMERIQUE Pas de réponse opérateur attendue
(MOTS, PRESELECTION, etc...)
D TOUT OU RIEN Visualisation clignotant du texte du message (avec
(CLIGNOTANT) BIT ou sans bit ou valeur numérique)

Réponse opérateur par action sur ENTER

TP1 page 14 / 14
SYSTÈME CHAÎNE DE TRAITEMENT
DE SURFACES

TP N° 2

Comprendre et expliquer les


fonctions de dialogue homme
machine

– Étudier un cycle de fonctionnement simple


– Programmer l'affichage de messages sur le
terminal de dialogue opérateur

Académie d'Orléans-Tours Réseau National


Académie de Toulouse de Ressources
Académie d'Orléans-Tours Réseau National
Académie de Toulouse de Ressources
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'AII
Chaîne de traitement de surface Classe : TaleGE
Lieu d'activité : Laboratoire de modélisation

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.

1°) Prérequis: Connaissances


Connaître le cours d'automatique sur l'A.P.I TSX17-20 et de son langage Compréhension
de programmation: le PL7.2 (travail sur mots). Etudier un principe d'une com-
Avoir effectué le TP n°1 du dossier pédagogique. mande fonction de l'état et d'une
commande à effet direct, entre un
2°) En ayant à votre disposition: Système, une console de dialogue
– Le système G.T.I Chaîne de traitement de surfaces, Homme/Machine et un A.P.I.
– Le dossier technique,
– Le dossier Pédagogique, Application
– Un ordinateur de type PC avec le logiciel PL7-2, – Etablir une description fonction-
– Le cordon de liaison entre l'automate et l'ordinateur. nelle.
– Numériser et représenter un
3°) On vous demande de: nombre en code ASCII.
3.1 Etude préliminaire: – Compléter une partie d'une re-
présentation technologique câ-
Lire les documents ressources n°4 à 6. blée.
– Etablir et compléter une solution
A l'aide du document ressource n°8, établir le grafcet d'un point de vue
technologique programmée.
partie commande, du fonctionnement désiré.
– Respecter un protocole de mise
Etablir les équations logiques des sorties: en oeuvre pour effectuer un fonc-
tionnement correct du Système.
– VALCO = ...
– MLEN = ... Evaluation
– MTRD = ... Analyse
– MTRG = ...
– Respect du cahier des charges
– MLEB = ... (grafcet P.O).
Etablir les équations logiques, pour provoquer l'affichage des messages – Exactitude des équations logi-
n° 000 et n° 0150: ques demandées.
– Exactitude de la constitution des
– M015 = ...
tables ASCII.
– M000 = ... – Exactitude de la partie du sché-
Compléter le document réponse n°1 concernant l'affichage des messa- ma électrique à compléter.
ges " INIT MACHINE" et "BONJOUR A TOUS" dans la table d'émission – Exactitude du programme en
du bloc texte. PL7-2 à établir et compléter.
– Exactitude de la modification
Comparer le contenu des deux tables, Que peut-on remarquer? des deux messages.
Nota: En programmation, une table unique sera utilisée, et on – Respect judicieux de la prise en
configurera la partie "variable" en fonction du numéro de mes- main du Système pour réaliser les
sage à émettre. essais demandés.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20 Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP2 page 3 / 20
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'AII
Chaîne de traitement de surface Classe : TaleGE
Lieu d'activité : Laboratoire de modélisation

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.

3.2 Préparation de documents de réalisation: Connaissances


Compléter le document réponse n°2 correspondant au schéma électri- Compréhension
que de principe, celui-ci étant en concordance avec le grafcet point de
Etudier un principe d'une com-
vue partie commande établi ci-dessus.
mande fonction de l'état et d'une
Nota: L'alimentation électrique d'un pré-actionneur = une sortie commande à effet direct, entre un
de l'A.P.I. + une fin de course de sécurité pour le mouvement Système, une console de dialogue
considéré + une sécurité électrique complétant la sécurité Homme/Machine et un A.P.I.
mécanique.
Compléter les documents réponses n°3 et 4, correspondant au pro-
Application
gramme d'émission des messages vers le pupitre opérateur.
– Etablir une description fonction-
3.3 mise en œuvre:
nelle.
Lancer le logiciel PL7-2 sur le poste informatique, puis effectuer la CON- – Numériser et représenter un
FIGURATION de l'automate, conformément à l'équipement du système. nombre en code ASCII.
– Compléter une partie d'une re-
En mode DOCUMENTATION/IMPRESSION, saisir les MNEMONIQUES présentation technologique câ-
des entrées/sorties utilisées dans le graphe d'un point de vue partie blée.
commande établi au § 3.1. – Etablir et compléter une solution
En mode PROGRAMMATION: technologique programmée.
– Respecter un protocole de mise
– Saisir dans le traitement préliminaire, les labels correspondant en oeuvre pour effectuer un fonc-
aux documents réponses n°3 et 4 complétés au § 3.2 (émis- tionnement correct du Système.
sion de messages).
– Saisir le graphe établi au § 3.1, dans le traitement séquentiel Evaluation
– Saisir les actions dans le traitement postérieur, conformément Analyse
aux équations logiques établies au § 3.1 (sauf messages).
– Respect du cahier des charges
Sauvegarder votre travail, et le faire vérifier par le professeur. (grafcet P.O).
3.4 Essais de fonctionnement: – Exactitude des équations logi-
ques demandées.
Avant de procéder aux essais, veiller à positionner le système de traite- – Exactitude de la constitution des
ment de surfaces dans son état initial. tables ASCII.
– Exactitude de la partie du sché-
A l'aide du cordon approprié, raccorder, hors énergie, l'ordinateur et l'au-
ma électrique à compléter.
tomate programmable du système.
– Exactitude du programme en
Mettre l'ensemble sous tension, lancer le logiciel PL7-2 sur l'ordinateur, PL7-2 à établir et compléter.
et transférer le programme établi au § 3.3 dans l'automate. – Exactitude de la modification
des deux messages.
Initialiser, puis mettre l'automate en RUN. Eteindre puis déconnecter l'or- – Respect judicieux de la prise en
dinateur, et remplacer la liaison ordinateur-automate par la liaison auto-
main du Système pour réaliser les
mate-XBT (voir document ressource n°7).
essais demandés.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20 Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP2 page 4 / 20
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'AII
Chaîne de traitement de surface Classe : TaleGE
Lieu d'activité : Laboratoire de modélisation

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.

Procéder aux essais de fonctionnement, en vérifiant que la partie opéra- Connaissances


tive du système se comporte comme conformément aux spécifications
de l'étude préliminaire (§ 3.1). Compréhension
Etudier un principe d'une com-
mande fonction de l'état et d'une
commande à effet direct, entre un
Système, une console de dialogue
Homme/Machine et un A.P.I.

Application
– Etablir une description fonction-
nelle.
– Numériser et représenter un
nombre en code ASCII.
– Compléter une partie d'une re-
présentation technologique câ-
blée.
– Etablir et compléter une solution
technologique programmée.
– Respecter un protocole de mise
en oeuvre pour effectuer un fonc-
tionnement correct du Système.

Evaluation
Analyse
– Respect du cahier des charges
(grafcet P.O).
– Exactitude des équations logi-
ques demandées.
– Exactitude de la constitution des
tables ASCII.
– Exactitude de la partie du sché-
ma électrique à compléter.
– Exactitude du programme en
PL7-2 à établir et compléter.
– Exactitude de la modification
des deux messages.
– Respect judicieux de la prise en
main du Système pour réaliser les
essais demandés.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20 Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP2 page 5 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°1
Le pupitre

ATU VAL AT MA VST


0 1

REG 1 REG 2
BONJOUR A TOUS
20 20
145 9 5
F1 F4 F7 F10 - 7 8 9 FD
0/I 0/I
1 F2 F5 F8 F11 , 4 5 6 D FON FON

F3 F6 F9 F12 0 1 2 3 E

ATU : Arrêt d'Urgence


VAL : Validation de chauffe
AT : Arrêt
MA : Marche
VST : Mise sous tension

1:Terminal de dialogue XBTA


Fl = "INITA" : Initialisation de l'automate
F2 = "INITM" : Initialisation de la machine
F3 = "DCY''
F4 = "CHOIXC"
F5 ="+PARA"
F6 = "- PARA"
F7 = "PARAC"
F8 = Droite
F9 = Haut
F10 = Manuel
F11 = Gauche
F12 = Bas
FD = Touche Fonction
D = Touche Eflacement
E = Touche Entrée

2: Régulateur Vulcanic
REG 1 = régulateur de brunissage entrée PT100 sortie logique
REG 2 = régulateur de dégraissage entrée PT100 sortie relais

TP2 page 6 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°2
DESIGNATION DES ENTREES DE L'AUTOMATE

Désignation des entrées de l'A.P.I Mnémonique Entrée


Armoire sous-tension AST I0,0
B1 capteur inductif lecture du badge CB1 I0,1
B2 capteur inductif lecture du badge CB2 I0,2
B3 capteur inductif lecture du badge CB3 I0,3
B4 capteur inductif présence du badge CB4 I0,4
B5 capteur inductif de translation CB5 I0,5
B6 capteur inductif de levage CB6 I0,6
Niveau du bain de brunissage NIVB I0,8
Niveau du bain de dégraissage NIVD I0,9
Arrêt d'urgence ATU I0,10
Arrêt BP AT I0,11
Marche BP MA I0,12
Validation de la régulation VALR I0,13
Disjoncteur moteur de translation DJT I0,15
Disjoncteur moteur de levage DJL I0,16
Fin de course droite FDCD I0,17
Fin de course gauche FDCG I0,18
Fin de course haut FDCH I0,19
Fin de course bas FDCB I0,20
Présence d'eau PRES I0,21

Désignation des Sorties de l'A.P.I Mnémonique Sortie


Validation de la commande VALCO O0,0
Validation de la régulation VALRE O0,1
Extracteur de vapeur EXTR O0,2
Moteur translation droite MTRD (KM4) O0,3
Moteur translation gauche MTRG (KM5) O0,4
levage haut MLEH (KM6) O0,5
Moteur levage bas MLEB (KM7) O0,6
Electrovanne N°1 EV1 O0,7
Electrovanne N°2 EV2 O0,8
Electrovanne N°3 EV3 O0,9
Electrovanne N°4 EV4 O0,10
Electrovanne N°5 EV5 O0,11

TP2 page 7 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°3
PRESENTATION DE LA FEUILLE DE TRAVAIL
EDITION Application: CHAINE Terminal: XBT-A7201
No X Y Texte message T K Coef. Var. A Res Sta Pte Mod Voie
000 00 BONJOUR A TOUS V 1 1 # #
001 00 INIT AUTOMATE F 1 1 B1 1
002 00 INIT MACHINE F 1 1 B2 1
003 00 * DEPART CYCLE * F 1 1 B0 1
004 00 CYCLE N = __ N 1 1 W3 1
005 00 SUIVANT F 1 1 B24 1
006 00 PRECEDANT F 1 1 B25 1
007 00 PARA CYCLE N = __ N 1 1 W6 1
008 00 ** DROITE ** F 1 1 B3 1
009 00 ** HAUT ** F 1 1 B5 1
010 00 ** MANUEL ** F 1 1 B7 1
011 00 ** GAUCHE ** F 1 1 B4 1
012 00 ** BAS ** F 1 1 B6 1
013 00 V 1 1 # #
014 00 V 1 1 # #
015 00 INIT MACHINE V 1 1 # #
016 00 DEPART CYCLE V 1 1 # #
017 00 LECTURE BADGE V 1 1 # #
018 00 CYCLE N = __ N 1 1 W4 1
019 00 V 1 1 # #
020 00 V 1 1 # #
021 00 T DEGRAIS = ____MM N 1 1 W90 1
022 00 T RIN S D = ____MM N 1 1 W91 1
023 00 T RIN D D = ____MM N 1 1 W92 1
024 00 T DECAPAGE = ____MM N 1 1 W93 1
025 00 T RIN S DC = ____MM N 1 1 W94 1
026 00 T RIN D DC = ____MM N 1 1 W95 1
027 00 T BRUNISSA = ____MM N 1 1 W96 1
028 00 T RIN S BR = ____MM N 1 1 W97 1
029 00 T RIN D BR = ____MM N 1 1 W98 1
030 00 T PROTECTI = ____MM N 1 1 W99 1
031 00 V 1 1 # #
032 00 V 1 1 # #

TP2 page 8 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°4
AIDE A LA PROGRAMMATION

Opérations à effectuer pour visaualiser des messages souhaités:

Opération de chargement de tables


Description de la structure d'une table

Début de la trame
NOTA : la numérotation des "W....."
est arbitraire.
ESC NUL
1ère ligne rangée dans : W10
N° V
centaine 2ème ligne rangée dans : W11

N° N°
unité dizaine 3ème ligne rangée dans : W12

CR LF
4ème ligne rangée dans : W13
Fin de trame (retour chariot)
Etape N°1

ESC NUL

Exemple : chargement 0 V
du message
N°006
6 0
Etape N°2

CR LF

1B 00 W10
Codage de la table 30 56
en code ASCII W11

36 30 W1 2
0D 0A W13

TP2 page 9 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°5
AIDE A LA PROGRAMMATION

CODE ASCII
Version internationale de référence

b7 0 0 0 0 1 1 1 1
b6 0 0 1 1 0 0 1 1
b5 0 1 0 1 0 1 0 1

b4 b3 b2 b1 0 1 2 3 4 5 6 7

0 0 0 0 0 NUL DLE SP 0 @ P ` p
0 0 0 1 1 SOH DC1 ! 1 A Q a q
0 0 1 0 2 SXT DC2 " 2 B R b r
0 0 1 1 3 ETX DC3 # 3 C S c s
0 1 0 0 4 EOT DC4 $ 4 D T d t
0 1 0 1 5 ENQ NAK % 5 E U e u
0 1 1 0 6 ACK SYN & 6 F V f v
0 1 1 1 7 BEL ETB ' 7 G W g w
1 0 0 0 8 BS CAN ( 8 H X h x
1 0 0 1 9 HT EM ) 9 I Y i y
1 0 1 0 A LF SUB * : J Z j z
1 0 1 1 B VT ESC + ; K [ k {
1 1 0 0 C FF FS 0 < L \ l |
1 1 0 1 D CR GS - = M ] m }
1 1 1 0 E SO RS 0 > N ^ n ~
1 1 1 1 F SI US / ? O _ o DEL

TP2 page 10 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°6
AIDE A LA PROGRAMMATION

LE BLOC TEXTE : outil de communication


1) LE BLOC TEXTE :
Le bloc texte est un bloc fonction présent dans les automates de la série 7. C'est lui qui assure la com-
munication entre l'automate (UC) et des périphériques.

PROGRAMME
UTILISATEUR

R TXTi
D
COMMANDE CONTROLE
DES S DES
ECHANGES E ECHANGES
O

PARAMETRAGE
DES
ECHANGES

(Paramètres internes)

2) LES COMMANDES:

LADDER 4 ENTREES PERMETTENT DE COMMANDER


LE BLOC TEXTE.

RESET : Entrée prioritaire sur toutes les autres. Fonctionne sur


état 1L, tue l'échange en cours et empêche la prise en
compte d'un START.
R
D START : Fonctionne sur changement d'état (front montant). Lance
un échange si RESET à 0L et bloc TXT au respos.
S
E
O OUTPUT : Pris en compte sur le START, positionne le bloc TXT en
émission.
I
INPUT : Pris en compte sur le START, positionne le bloc TXT en
réception

O et I à l'état 1: émission suivie d'une réception.

2 SORTIES :

DONE : OL : échange en cours


1L : pas d'échange

ERROR : 1L : échange erroné

TP2 page 11 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°6 (suite)
Par quel moyen veut-on communiquer ?

Deux cas sont possibles :


L'échange s'effectue à l'intérieur d'une station: LOCAL
L'échange s'effectue avec une autre station au travers d'un réseau: NET
La taille maxi des messages peut varier de 30 à 254 octets suivant les équipements.
Exemple : ESC V xxx CR = 7 octets.

Avec qui veut-on communiquer ?

Quatre types de blocs textes permettent au noyau de communication, avec l'information


LOCAL/NET de "ROUTER" les messages.
TYPES DE BLOCS TEXTES TYPES D'ECHANGES
LOCAL
TER Echange de données par la prise terminal.

NET
LOCAL
CPL Echange de données par un coupleur intelligent.

NET
LOCAL
TXT Echange de données par un bloc texte d'un autre automate par le
réseau.
NET
LOCAL
SYS Communication avec certaines fonctions systèmes d'un équipement
connecté au réseau.
NET

TLG NET Echange de messages prioritaires courts de 16 octets maxi


(télégramme) entre les stations d'un même réseau.

REMARQUE:Ces choix seront faits lors de la configuration du bloc texte et ne pourront pas être modifiés par
programme.

TP2 page 12 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°6 (suite)
Que veut-on communiquer ?
LES DONNEES SERONT EMISES ET/OU REÇUES

POUR RECEVOIR

Il faut une table de reception

Adresse du 1er mot

TABLE
DE
RECEPTIO longueur
N (nombre d'octets)

POUR EMETTRE
Il faut une table d'émission

Adresse du 1er mot

TABLE
D'
EMISSION longueur
(nombre d'octets)

Deux types d'adressage sont possibles: *ADRESSAGE DIRECT


*ADRESSAGE INDIRECT

TP2 page 13 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°6 (suite et fin)
3) LES OBJETS BITS:
TXTi,D :
0L > échange en cours
1L > pas d'échange en cours ou échange terminé

Lancement fin de
de l'échange l'échange

TXTi,E: est valide seulement si TXTi,D = 1L

TXTi,E = 1L si: l'échange précédant s'est mal terminé. Il sera remis à 0 seulement à l'issue du pro-
chain échange terminé correctement.

4) LES OBJETS MOTS:


TXTi,V: compte rendu du coupleur (CPL, SYS) pour automates V3 OU V4
TXTi,R: compte rendu du coupleur (CPL) pour automates TSX 17-20 ou TSX 47-20
TXTi,S: nombre d'octets reçus lorsque TXTi,D = 1L et TXTi,E =0L.
code d'erreur lorsque TXTi,D = 1L et TXTi,E = 1L.

5) ORGANISATION DES ECHANGES:

Il est nécessaire de bien structurer son travail, la démarche suivante peut être employée:

– Elaborer les tables de mots correspondant à chaque message


– Sélectionner la table correspondant au message à visualiser
– Placer le bloc texte émission et générer un FRONT MONTANT sur l'entrée S du bloc texte
– Prévoir un ordre de priorité en cas de visualisation de messages simultanés

TP2 page 14 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°7

Organisation du poste de travail


Raccordements:

A.P.I : TSX.17.20

A.P.I de l'armoire de commande


système chaîne de traitement de surfaces

PL7.2

T
E Télémécanique

*EXPLOITATION*

FUNCT
- 7 8 9

DEL
Terminal de dialogue opérateur du
. 4 5 6
pupitre du système chaîne de
0 1 2 3 ENTER
traitement de surfaces

TP2 page 15 / 20
DOCUMENT RESSOURCE N°8
Description séquentielle du cahier des charges à respecter pour
l' initialisation de la Partie Opérative dans le travail demandé.

G.I.

0
Marche BP et Init machine

Alimenter Moteur levage haut Valider l'alimentation de la


1 Afficher : INIT MACHINE "Partie Commande"

Détection fin de course haut

Alimenter Moteur translation droite


2 Valider l'alimentation de la
Afficher : INIT MACHINE "Partie Commande"

Détection fin de course droite

Alimenter Moteur translation gauche


3 Valider l'alimentation de la
Afficher : INIT MACHINE "Partie Commande"

Détection capteur inductif de translation

Alimenter Moteur levage bas Valider l'alimentation de la


4 Afficher : INIT MACHINE "Partie Commande"

Détection fin de course bas

Afficher :BONJOUR A TOUS


5 Valider l'alimentation de la
Attente pour choix d'un cycle "Partie Commande"

départ cycle

TP2 page 16 / 20
DOCUMENT REPONSE N°1

ESC NUL Etape N°1

Chargement du ........... V
message :
" INIT MACHINE"
........... ...........
Etape N°2

CR LF

NOTA : W10
........ ........
W14 = W10
W15 = W11 et Codage de la table W11
en code ASCII ........ ........
W17 = W13 donc :

W14, W15 et W17 W12


........ ........
ne seront pas à
reprogrammer !.
........ ........ W13

ESC NUL
Etape N°1
Chargement du
message : V
...........
" BONJOUR A TOUS"

........... ...........
Etape N°2
CR LF

W14
........ ........
Codage de la table
en code ASCII ........ ........ W15

........ ........ W12

W17
........ ........

TP2 page 17 / 20
DOCUMENT REPONSE N°2
Ov~
K...... K...... K...... K......

24v~ VMA

F.... F.... F.... F....

Alim K...... K...... K...... K......


220V
50Hz

C C C C C
0 0 1 1 2 2 3 3 4.7
. 4 5 6 7

A.P.I : TSX.17.20

24v 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
0
+alim.
-alim.
S

M.... F.... F.... F.... F....

C...

TP2 page 18 / 20
DOCUMENT REPONSE N°3
Formulaire de programmation ladder
*PROG : MAST / PRL*

LABEL : 1 Table"INIT MACHINE" Commentaires

OPERATE

H'1B00' W10

OPERATE
H'.......' W11

OPERATE
H'.......' W13

LABEL : 2 Affichage Message 015 Commentaires


chargement du
X1 n° de message:
OPERATE
015 dans W12
H'.......' W12
B50

LABEL : 3 Affichage Message 000 Commentaires


chargement du
n° de message:
OPERATE
000 dans W12
H'.......' W12
B51

TP2 page 19 / 20
DOCUMENT REPONSE N°4
Formulaire de programmation ladder
*PROG : MAST / PRL*
LABEL : 4 Gestion de la transmission Commentaires

B50 SY6
B60

La présence du Bit
Système SY6 se
justifie par :
Rafraichissement des
étapes dans le LABEL
et gestion du front
montant.

LABEL : 5 Envoi des MESSAGES Commentaires

B255
R TXT0 D

B...
S TER E
LOCAL

O W10

T,L :8
I
T,S :

TP2 page 20 / 20
SYSTÈME CHAÎNE DE TRAITEMENT
DE SURFACES

TP N° 3

Justifier le choix des modulateurs


et des thermoplongeurs des bains
de dégraissage et de brunissage

Académie d'Orléans-Tours Réseau National


Académie de Toulouse de Ressources
Académie d'Orléans-Tours Réseau National
Académie de Toulouse de Ressources
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'Electrotechnique
Chaîne de traitement de surface Classe : TaleGE
Lieu d'activité : Laboratoire de systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
1. Prérequis: Connaissances
– Savoir exploiter une analyse fonctionnelle Compréhension
– Notions d’asservissement Analyser le circuit de puissance
du modulateur.
– Notions de calorimétrie et de thermométrie
– Savoir exploiter un dossier technique Identifier les éléments externes
2. En ayant à votre disposition: d’une boucle de rétroaction et les
– Le dossier technique de la chaîne de traitement de surface, caractériser.
– La chaîne de traitement de surface GTI systèmes,
– Les documents ressources DR3, DR6 et DR7
Application
3. On vous demande de: Justifier le choix du modulateur
3.1– A partir de l'analyse fonctionnelle, du schéma des circuits de associé au convertisseur.
puissance et du document ressource n°1: - Choisir et mettre en œuvre l'ap-
3.2.1– Identifier sur la machine les appareils constituant la chaîne de pareil de commande.
régulation de la température du bain de dégraissage et renseigner le - Justifier le choix du convertisseur
document réponse n°1. d'énérgie.
3.2.2– Identifier sur la machine les appareils constituant la chaîne de
régulation de la température du bain de brunissage et renseigner le do-
cument réponse n°1.
3.2.4– Comparer les solutions utilisées, dans chacun des deux cas,
pour réaliser la fonction moduler l'énergie.
3.2– Le bain de brunissage est chauffé par un thermoplongeur tri-
phasé de 7,5 kW, Evaluation
3.2.1– calculer la valeur de l'intensité véhiculée par les conducteurs Analyse
de phase.
3.2.2– Vérifier, à partir de la notice technique, que le relais statique - Décrire les avantages et les in-
permet de commuter ce courant. convénients de solutions technolo-
3.2.3– Les paramètres du modèle équivalent du semi conducteur utili- giques différentes.
sé sont Vo = 1,1 V, Rd = 20 m/ , i²t = 510 A²s. - Evaluer les besoins en énergie
d'un procédé.
Calculer la puissance dissipée par un relais lorsque le thermoplon-
geur fournit la puissance maximale.
Choisir le fusible rapide (catégorie UR) qui permet de protéger le re-
lais statique contre les effets des courts-circuits.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu __ _


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP3 page 3 / 7
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'Electrotechnique
Chaîne de traitement de surface Classe : TaleGE
Lieu d'activité : Laboratoire de systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
3.3– Le bain de dégraissage est chauffé par un thermoplongeur tri- Connaissances
phasé de 4,5 kW. Compréhension
3.3.1– Déterminer la catégorie d'emploi normalisée relative au con- Analyser le circuit de puissance
tacteur KM3. du modulateur.
3.3.2– Calculer la durée de vie du contacteur KM3, en considérant
que la machine fonctionne dans les mêmes conditions pendant 8 h Identifier les éléments externes
par jour, 22 jours par mois et 11 mois par an. Le temps de cycle Ct1 d’une boucle de rétroaction et les
du régulateur, est réglé sur 16 s. caractériser.
4. Justification du thermoplongeur du bac de dégraissage:
Application
4.1– Mesurer les dimensions du bac de dégraissage. En déduire :
– la surface du liquide en contact avec l'air. Justifier le choix du modulateur
– la surface du liquide en contact avec les parois du bac (celui-ci estassocié au convertisseur.
isolé par 4 cm de laine de roche). - Choisir et mettre en œuvre l'ap-
4.2– Afin d’évaluer les besoins thermiques de la cuve de dégraissage pareil de commande.
lors du traitement de produits par immersion, déterminer pour une - Justifier le choix du convertisseur
heure de fonctionnement : d'énérgie.
– l'énergie perdue par évaporation ( b = 90°C, amb = 20°C)
– l'énergie perdue à travers les parois du bac
– l'énergie perdue par rayonnement à la surface du bain
4.3– La puissance à installer est égale, en première approximation, à
la puissance nécessaire pour élever le bain à la température finale en
un temps déterminé, augmentée de 80% des déperditions totales:
Evaluation
m .c. f i
P 0, 8 D Analyse
tm
Calculer la puissance du thermoplongeur qui permettrait d'atteindre la - Décrire les avantages et les in-
température b = 90 °C au bout d'une heure. convénients de solutions technolo-
giques différentes.
- Evaluer les besoins en énergie
4.4– On suppose que la machine effectue trois dégraissages par heure d'un procédé.
de 1 dm3 d'acier et que le panier pèse environ 1,5 kg.
Calculer l'énergie nécessaire à l'élévation en température des pièces
d'acier à dégraisser, si la température de celles-ci à la fin du traite-
ment est égale à la température du bain.
Comparer la puissance nécessaire au maintien en température du
bain (somme des puissances nécessaires pour compenser les pertes
D et pour chauffer les pièces traitées) à la puissance installée calculée
à la question précédente. Conclure.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu __ _


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP3 page 4 / 7
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'Electrotechnique
Chaîne de traitement de surface Classe : TaleGE
Lieu d'activité : Laboratoire de systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
5. Critères d'évaluation: Connaissances
On tiendra compte: Compréhension
1. De l'aptitude à utiliser le dossier technique et les documents Analyser le circuit de puissance
constructeurs. du modulateur.
2. De l'exactitude des résultats et des interprétations demandés.
Identifier les éléments externes
3. De la qualité du compte-rendu. d’une boucle de rétroaction et les
caractériser.

Application

Justifier le choix du modulateur


associé au convertisseur.
- Choisir et mettre en œuvre l'ap-
pareil de commande.
- Justifier le choix du convertisseur
d'énérgie.

Evaluation
Analyse

- Décrire les avantages et les in-


convénients de solutions technolo-
giques différentes.
- Evaluer les besoins en énergie
d'un procédé.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu __ _


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP3 page 5 / 7
DOCUMENT RESSOURCE N°1

S YSTEM E DE R E G ULA TI ON D E TEM PERA T URE

PIECE A TRAITER

SY S TEM E D E GE ST ION THERMOPLONGEUR SONDE DE


ENERGIE D E P U IS SAN CE , TEMPERATURE
COM M A N D E
ELECTRIQUE E T COR REC TEU R

CONSIGNE
DE TEMPERATURE
IMAGE
DE TEMPERATURE
Calcul simplifié de la puissance nécessaire à la montée en température :

m .c. f i
P 0, 8 D
tm
P puissance en W,
m masse de liquide dans la cuve ou le réservoir en kg,
c chaleur massique du liquide en J/kg.K
f température finale du liquide en °C
i température initiale du liquide en °C
tm temps de montée en température en secondes
D déperditions thermiques par les parois et la surface à la température finale f exprimées en W.

Evolution de la température du liquide au cours de la montée en température :

t
a R th . P . 1 e

m . c et K . S 1
avec :
K.S R th
Chaleurs massiques :
- eau c = 4185 J/kg.K
- acier c = 465 J/kg.K

TP3 page 6 / 7
DOCUMENT REPONSE N°1

DEGRAISSAGE
2
5
cuve
6
1
Rth

3
4

1:
2:
3:
4:
5:
6:

BRUNISSAGE 2
5
cuve
6
1
Rth

3
4

1:
2:
3:
4:
5:
6:

TP3 page 7 / 7
TP3 page 8 / 7
SYSTÈME CHAÎNE DE TRAITEMENT
DE SURFACES

TP N° 4

Étude séquentielle d'un cycle

Académie d'Orléans-Tours Réseau National


Académie de Toulouse de Ressources
Académie d'Orléans-Tours Réseau National
Académie de Toulouse de Ressources
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'AII
Chaîne de traitement de surface Classe : TGE
Lieu d'activité : Laboratoire d'essai de systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.

1°) Prérequis: Connaissances


– Connaître le fonctionnement du système. Compréhension
– Analyse et interprétation d'un grafcet. – Interpréter un ensemble de graf-
– Savoir décoder et exploiter un document technique. cets coordonnés et hiérarchisés.
– Comprendre et justifier une
– Connaître le logiciel d'aide à la programmation PL7-2.
structure ou un élément de
2°) En ayant à votre disposition: grafcet.

– Le système Chaîne de traitement de surface,


– Le dossier technique du système, Application
– La documentation technique du logiciel PL7-2. – Élaborer un grafcet de produc-
– Un micro-ordinateur, le logiciel PL7-2, tion normale.
– Un cordon de raccordement au TSX. – Mettre en œuvre un logiciel
d'aide à la programmation.
3°) On vous demande: – Coder et implanter un pro-
gramme sur automate.
Première partie: Écriture du programme (1 h 30 mm) – Mettre en œuvre le système.
– Produire un compte rendu
3.1 Analyser les grafcets de sûreté et d'initialisation du système, graf- d'essais.
cets donnés pages 5 et 6.
3.2 Concevoir le grafcet de production normale d'un point de vue "par-
tie opérative" en vous aidant de la questions 3.1 tout en respectant le
cahier des charges de la page 7.
3.3 Coder, après l'avoir fait vérifier, le grafcet de production normale en Evaluation
langage automate. Analyse
Deuxième partie: Programmation des cycles (2 h) – Aptitude à exploiter un cahier
des charges, conformité de fonc-
3.4 Programmer le grafcet de production normale. tionnement du système.
– Aptitude à mettre en service le
Remarque:
système.
Les grafcets d'initialisation et de sûreté existent et sont déjà programmés. – Présentation du rapport sur l'ac-
Un listing du programme est fourni à la fin du TP. Les labels existant ne tivité menée.
doivent pas être modifiés. Les sorties O0,3 , O0,4 , O0,5 et O0,6 étant dé-
jà utilisées (voir "label 10, 20, 30 et 40"), les mouvements du panier se fe-
ront à partir de la commande des bits internes:
– B120: Translation à droite.
– B121: Translation à gauche.
– B122: montée du panier.
– B123: descente du panier.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu __ __


Observations
Temps
/ 20 Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP4 page 3 / 21
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'AII
Chaîne de traitement de surface Classe : TGE
Lieu d'activité : Laboratoire d'essai de systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
3.5 Enregistrer le programme et effectuer le transfert vers l'automate
Connaissances
du système Chaîne de traitement de surface.
Compréhension
3.6 Réaliser la mise en service en présence du professeur.
3.7 Lorsque la vérification du programme est terminée, compléter la – Interpréter un ensemble de graf-
feuille réponse n° 1 en réalisant de nouveaux essais sur le système. cets coordonnés et hiérarchisés.
– Comprendre et justifier une
Pour chaque phase de fonctionnement, indiquer sur la feuille les
structure ou un élément de
réactions du système, les étapes actives des grafcets, les actions
grafcet.
éventuelles effectuées par l'opérateur, ainsi que le comportement du
système.
Application
– Élaborer un grafcet de produc-
tion normale.
– Mettre en œuvre un logiciel
d'aide à la programmation.
– Coder et implanter un pro-
gramme sur automate.
– Mettre en œuvre le système.
– Produire un compte rendu
d'essais.

Evaluation
Analyse
– Aptitude à exploiter un cahier
des charges, conformité de fonc-
tionnement du système.
– Aptitude à mettre en service le
système.
– Présentation du rapport sur l'ac-
tivité menée.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu __ __


Observations
Temps
/ 20 Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP4 page 4 / 21
DOCUMENT RESSOURCE: GS et GI point de vue "Partie Opérative"

GRAFCET DE SÛRETE

0 Remise à l'état initial des grafcets

Absence d'un défaut

Présence d'un défaut

GRAFCET D'INITIALISATION

40

Initialisation machine

41 Monter le panier

Action sur le fin de course haut

42 Effectuer une translation à droite

Action sur le fin de course droite

43 Effectuer une translation à gauche

Panier au poste de chargement/déchargement

44 Descendre le panier

Panier en position basse

45

Présence d'un défaut

TP4 page 5 / 21
DOCUMENT RESSOURCE: GS et GI point de vue "Partie Commande"

GRAFCET DE SÛRETE

0 F/GPN :(10) F/GC :(40) F/GS :(0)

B10 . B2

B10

GRAFCET D'INITIALISATION

40

B2

41 O0,05

I0,19

42 O0,03

I0,17

43 O0,04

I0,05

44 O0,06

X44,v>2 . I0,06

45

B10

TP4 page 6 / 21
DOCUMENT RESSOURCE:

CAHIER DES CHARGES

Pour des raisons pratiques, seuls les bacs 1 et 7 seront utilisés. les paniers équipés des badges 2, 3, 6 et 7 sont
trempés dans le bac N° 1. Les paniers équipés des badges 1, 4 et 5 sont trempés dans le bac N°7.

Une étude précise des badges autorise une simplification des transitions du grafcet (exemple: la transition sera
IO,O1 pour le bac N°l et /IO,O1 pour le bac N°7).

Les deux cycles possibles sont détaillés à la page 12. Le démarrage du système est obtenu par une impulsion
sur le bouton marche.

Explication: Afin de valider le fonctionnement du programme tout en gardant la liaison automate-ordinateur, il faut
déconnecter le terminal de dialogue. Les fonctions DCY et INIT seront donc obtenues de la façon suivante:

– une impulsion maintenue plus de 6s sur le bouton "Marche" valide un bit interne B2 qui servira de transi-
tion "init machine" dans le grafcet d'initialisation. (voir label 900 en PRL)

– une impulsion courte sur le bouton Marche valide l'entrée IO,12 de l'automate. Cette entrée servira de
transition "départ cycle" dans le grafcet de production normale.

La validation du programme est ainsi facilitée car on peut suivre l'évolution des grafcets sur l'écran du
micro-ordinateur en mode mise au point.

En fonction du code lu sur le badge, le panier est amené au dessus du bac correspondant, descendu dans ce
bac puis ramené au poste de déchargement.

TP4 page 7 / 21
DOCUMENT RESSOURCE: CAHIER DES CHARGES (suite et fin)

Moteur de levage M1

Moteur de translation M2

PUPITRE

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
HAUT

11 BAS

T = 20s POSITION INITIALE


DU PANIER

Cycle N°2 demandé

Moteur de levage M1

Moteur de translation M2

PUPITRE

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
HAUT

BAS
11
T = 10s
POSITION INITIALE
DU PANIER

Cycle N° 1 demandé

TP4 page 8 / 21
DOCUMENT RESSOURCE: GESTION DU MOUVEMENT DE TRANSLATION

PROGRAMMATION DU LABEL

C0 B255
Sur front de X45 Raz
E

CPF CIT TP MG
Comptage

MD
Décomptage

CPF: Chaîne prête à fonctionner.


Code programmation: X45.
Le cycle de production ne peut commencer que si le cycle d'initialisation de la partie opérative est terminé.
Le grafcet d'initialisation doit être à l'étape X45.

CIT: Capteur inductif de translation.


Code programmation: I0,05.
Chaque passage du capteur devant un plot métallique envoie un front de comptage sur C0. Onze plots sont
montés sur le système, un plot par position.

TP: Temporisation.
Code programmation: B28.
La temporisation de 2 secondes, lancée par la translation droite ou gauche, permet le dégagement du
poste sans introduire un nouveau front de comptage lors d'un ordre de mouvement gauche ou droite.

MG: Mouvement à gauche.


Code programmation: O0,04.
Pendant la translation à gauche, le système compte les fronts envoyés par le capteur.

MD: Mouvement à droite.


Code programmation: O0,03. Pendant la translation à droite, le système décompte les fronts envoyés par
le capteur.

On peut ainsi connaître la position du panier dans le système en regardant la valeur du bloc de comptage. Tous
les tests se feront avec la valeur courante (C0,v).Voir page 12. Une remise à zéro du bloc de comptage est ef-
fectué lors du cycle d'initialisation.

TP4 page 9 / 21
DOCUMENT RESSOURCE: GESTION DU MOUVEMENT DE TRANSLATION

PROGRAMMATION DU LABEL

C1 B255
Sur front de X45 Raz
E

CPF CIL TP MH
Comptage

MB
Décomptage

CPF: Chaîne prête à fonctionner.


Code programmation: X45.
Le cycle de production ne peut commencer que si le cycle d'initialisation de la partie opérative est terminé.
Le grafcet d'initialisation doit être à l'étape X45.

CIL: Capteur inductif de levage.


Code programmation: I0,06.
Chaque passage du capteur devant un plot métallique envoie un front de comptage sur C1. Deux plots sont
montés sur le bras le levage.

TP: Temporisation.
Code programmation: B28.
La temporisation de 2 secondes ,lancée par la montée ou la descente du panier, permet le dégagement du
poste sans introduire un nouveau front de comptage lors d'un ordre de mouvement haut ou bas.

MH: Mouvement vers le haut.


Code programmation: O0,05. Pendant le mouvement vers le haut, le système compte les fronts envoyés
par le capteur.

MB: Mouvement vers le bas.


Code programmation: 00,06.
Pendant le mouvement vers le bas, le système décompte les fronts envoyés par le capteur.

On peut ainsi connaître la position du panier ,haute ou basse, en regardant la valeur du bloc de comptage. Tout
les tests se feront avec la valeur courante (C1,v). Voir page 12. Une remise à zéro du bloc de comptage est ef-
fectué lors du cycle d'initialisation.

TP4 page 10 / 21
DOCUMENT RESSOURCE: GESTION DES MOUVEMENTS DE LEVAGE ET DE TRANSLATION

VALEUR COURANTE C0,v DU BLOC DE COMPTAGE DU MOUVEMENT DE


TRANSLATION

Chargement/déchargement Poste N° 11 C0,v = O


Protection Poste N° 10 C0,v = 1
Rinçage dynamique brunissage Poste N° 9 C0,v = 2

Rinçage statique brunissage Poste N° 8 C0,v = 3


Brunissage Poste N° 7 C0,v = 4
Rinçage dynamique décapage Poste N° 6 C0,v = S

Rinçage statique décapage Poste N° 5 C0,v = 6


Décapage Poste N° 4 C0,v = 7
Rinçage dynamique dégraissage Poste N° 3 C0,v = 8

Rinçage statique dégraissage Poste N° 2 C0,v = 9


Dégraissage Poste N° 1 C0,v = 10

VALEUR COURANTE C1,v DU BLOC DE COMPTAGE DU MOUVEMENT DE LEVAGE

Position basse du panier C1,v = 0

Position haute du panier C1,v = 1

TP4 page 11 / 21
DOCUMENT RÉPONSE N° 1

Comportement du système et Etapes actives


action de l'opérateur GS GC GPN
0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
Mise sous tension du système 43 44 45 15 16 17 18 19
Action sur "MARCHE"
20 21 22 23 24
Le voyant vert s'allume
La partie opérative ne bouge pas 25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

TP4 page 12 / 21
DOCUMENT RÉPONSE N° 1 (suite)

Comportement du système et Etapes actives


action de l'opérateur GS GC GPN
0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

TP4 page 13 / 21
DOCUMENT RÉPONSE N° 1 (suite)

Comportement du système et Etapes actives


action de l'opérateur GS GC GPN
0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

TP4 page 14 / 21
DOCUMENT RÉPONSE N° 1 (suite et fin)

Comportement du système et Etapes actives


action de l'opérateur GS GC GPN
0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

0 1 40 41 42 10 11 12 13 14
43 44 45 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24
25 26 27 28 29
30 31 32 33 34

TP4 page 15 / 21
Listing du programme: module PRL

TP4 page 16/21


Listing du programme: module PRL (suite)

TP4 page 17/21


Listing du programme: module CHART

TP4 page 18/21


Listing du programme: module CHART (suite)

TP4 page 19/21


Listing du programme: module CHART (suite et fin)

TP4 page 20/21


Listing du programme: module POST

TP4 page 21/21


TP4 page 22/21
SYSTÈME CHAÎNE DE TRAITEMENT
DE SURFACES

TP N° 5

– Analyser la procédure
d'identification des différents
badges
– Choisir une série de capteurs

Académie d'Orléans-Tours Réseau National


Académie de Toulouse de Ressources
Académie d'Orléans-Tours Réseau National
Académie de Toulouse de Ressources
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'AII
Chaîne de traitement de surface Classe : 1 ère GE
Lieu d'activité : Laboratoire d'essai de systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.

1°) Prérequis: Connaissances


– Présentation du système et sa "prise en main". Compréhension
– le principe de raccordement d'un capteur à une carte d'entrée d'un A.P.I. – Identifier et interpréter un type
d'acquisition de données.
2°) En ayant à votre disposition: – Acquérir et calculer un codet is-
– Le dossier technique du Système Chaîne de traitement de surfaces, su d'informations binaires
– Le dossier pédagogique,
– Le catalogue Télémécanique: Détection électromécanique et électroni-
que (Guide de choix), référence: ART.15830, Application
– Le Système Chaîne de traitement de surfaces. – Développer le principe du codage
des différents cycles du Système.
L'étude suivante portera sur la fonction ACQUERIR LES INFORMATIONS – Choisir un type de capteur.
de l'analyse fonctionnelle, et en particulier les informations de type Tout – Compléter une partie d'une re-
Ou Rien soit : présentation technologique câblée.
le système de lecture du badge de codification du panier, les informations
de position des mouvements de levage et translation, ainsi que les fins de
course associés à chaque axe.

3°) On vous demande:

3.1 Identification, rôle et caractéristiques des capteurs:


A l'aide du système et de son dossier technique identifier les capteurs
qui réalisent l'acquisition des informations pour les fonctions Evaluation
suivantes: Analyse
– Lecture du badge – Exactitude du choix de matériel
– Position et fins de course sur le mouvement de levage et de sa justification.
– Position et fins de course sur le mouvement de translation – Exactitude de la partie du sché-
ma à compléter.
Compléter le document réponse n° 1.
– Exactitude du programme de dé-
A l'aide de la documentation relative à l'automate TSX 17-20, justifier codage.
l'alimentation, ainsi que l'étage de sortie choisi pour les capteurs
inductifs.
Pour les capteurs de fins de course installés sur les mouvements de
levage et de translation, justifier l'utilisation des deux contacts NO et
NF des capteurs.
En utilisant vos réponses précédentes, compléter le schéma de rac-
cordement des capteurs aux entrées de l'automate TSX 17-20 sur le
document réponse n° 2.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20 Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP5 page 3 / 8
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'AII
Chaîne de traitement de surface Classe : 1 ère GE
Lieu d'activité : Laboratoire d'essai de systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.

3.2 Calcul du mot code issu de la lecture du badge: Connaissances


Le document ressources montre les différents badges pouvant être Compréhension
montés par l'opérateur sur le panier porte-pièces avant traitement. La
lecture du badge monté permet d'acquérir le numéro du cycle que le – Identifier et interpréter un type
panier doit effectuer (n° 1 à n°7). Après décodage, ce numéro est d'acquisition de données.
stocké dans le mot W2 de l'automate. – Acquérir et calculer un codet is-
su d'informations binaires
A l'aide du document ressources et du dossier technique, compléter le
tableau du document réponse n° 3, indiquant quelles sont les entrées
activées en fonction du badge présenté aux capteurs B1 à B4.
Proposer une solution de programmation de calcul du mot W2, en Application
fonction des résultats obtenus ci-dessus. Compléter le label de pro-
– Développer le principe du codage
grammation du document réponse n° 3.
des différents cycles du Système.
3.3 Mise en œuvre et essai de fonctionnement: – Choisir un type de capteur.
– Compléter une partie d'une re-
les essais seront effectués sur un automate TSX 17-20 équipé de son
présentation technologique câblée.
simulateur d'entrée, et raccordé à un ordinateur muni du logiciel
PL7-2.
Lancer le logiciel PL7-2 sur le poste informatique, puis effectuer la
CONFIGURATION de l'automate.
En mode DOCUMENTATION/IMPRESSION, saisir les MNÉMONI-
QUES pour les entrées B1 à B4 et pour le mot W2 (Ncycle).
En mode PROGRAMMATION, saisir en langage à contacts le label
du document réponse n° 3.
Sauvegarder votre travail et le faire vérifier par le professeur.
Evaluation
Transférer le programme dans l'automate.
Analyse
Initialiser, puis mettre l'automate en RUN. En mode DONNEES, vérifier – Exactitude du choix de matériel
que la valeur du mot W2 est conforme au numéro de cycle à effectuer, et de sa justification.
en fonction des entrées activées (vérification à effectuer à l'aide du ta- – Exactitude de la partie du sché-
bleau du document réponse n° 3). ma à compléter.
– Exactitude du programme de dé-
codage.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20 Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP5 page 4 / 8
DOCUMENT RESSOURCES: Description de la machine
Badges de reconnaissance de cycles:

Badge Cycle N°1 Badge Cycle N°2

DEGRAISSAGE DESOXYDATION
Postes 11-1-2-3-11 pièces non grasses
Postes 11-4-5-6-11

Badge Cycle N°3 Badge Cycle N°4

DESOXYDATION BRUNISSAGE
pièces grasses pièces propres
Postes 11-1-2-3-4 Postes 11-7-8-9-10
-5-6-11 -11

Badge Cycle N°5 Badge Cycle N°6

BRUNISSAGE BRUNISSAGE
pièces non oxydées pièces oxydées,non
mais grasses grasses
Postes 11-1-2-3-7 Postes 11-4-5-6-7
-8-9-10-11 -8-9-10-11

Badge Cycle N°7 Badge de test

BRUNISSAGE
pièces oxydées
Autorise le test des
et grasses
capteurs de lecture
Postes 11-1-2-3-4
-5-6-7-8-9-10-11

TP5 page 5 / 8
TP5 page 6 / 8
Document Réponse n°2

TP5
Alim
220 V
50 Hz

C C C C C
0 0 1 1 2 2 3 3 4.7 4 5 6 7

A.P.I : TSX.17.20

Alimentation
24 V =

page 7 / 8
- +
0 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22
Document réponse n° 3
Table de vérité à complèter

Capteurs B B B B Valeur du
mot W2
Cycles
IØ,... IØ,... IØ,... IØ,...

Cycle 1 1

Cycle 2 2

Cycle 3 3

Cycle 4 4

Cycle 5 5

Cycle 6 6

Cycle 7 7

LABEL 100
"CALCUL W2"

LABEL : 100 Calcul du n° de cycle Commentaires

TP5 page 8 / 8
SOUS-SYSTÈME BAIN REGULÉ

TP N°6

Mise en évidence d'une régulation


"tout ou rien"

Académie de Toulouse Réseau National


de Ressources
Académie de Toulouse Réseau National
de Ressources
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous-système
Bain régulé en température. Etude d'une régulation T.O.R. Classe : 1 ère GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Connaissances
1. Prérequis:
Compréhension
– Savoir utiliser les appareils de mesures suivants:
– multimètre – Identifier les éléments d'une
– enregistreur analogique. chaîne de régulation.
– Définir à partir du schéma la
– Savoir décoder et exploiter un document technique.
fonction des éléments constitutifs
– Maîtriser les modèles et relations électriques associés aux puissances, de la chaîne de commande en
tensions, courants. boucle fermée.
– Notions sur la structure des systèmes asservis Application
2. En ayant à votre disposition:
– Effectuer des mesures
– Le sous-système Bain Régulé en température. permettant la validation du
– Le dossier technique du Bain Régulé. fonctionnement.
– La notice de fonctionnement du régulateur numérique. – Analyser des relevés.
– Modification des réglages d'un
– Les documents ressources sur la calorimétrie et la thermométrie. régulateur.
– Un enregistreur analogique 2 voies ou un oscilloscope à base de temps
externe.

3. Il vous est demandé de:

3.1– En présence du sous-système et du dossier technique:


3.1.1 Identifier la position des différents éléments constituants la
chaîne de régulation (sonde, transmetteur, régulateur, unité de puis- Evaluation
sance statique, thermoplongeur) Analyse
3.l.2 Effectuer les raccordements des circuits de mesure permettant
de relever à l'aide d'un enregistreur analogique, le signal de sortie du Analyser le comportement d'une
régulateur et l'image de la température du bain principal. chaîne de régulation de
3.13 Vérifier que le régulateur configuré en TOR est réglé à 60°C, son température lorsque la
différentiel de sortie à 1%. Après avoir rempli le bain principal d'eau configuration du régulateur est du
froide, commencer l'enregistrement, puis mettre le Bain Régulé en type "tout ou rien"
service.
3.2– Pendant la montée en température du bain:
3.2.1 Compléter le document réponse N°1 en nommant les éléments
repérés sur le schéma et en donnant leur fonction.
3.2.2 Compléter le document réponse N°2 . Donner les principales
caractéristiques de chaque élément ainsi que sa référence.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP6 page 3 / 7
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous-système
Bain régulé en température. Etude d'une régulation T.O.R. Classe : 1 ère GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
3.2.3 Déterminer par le calcul la puissance du thermoplongeur qui Connaissances
permet d'amener la température du bain de 20°C à 60°C en 15 min (on Compréhension
négligera les déperditions).
3.2.4 Quelle est la puissance du thermoplongeur installé sur le sous- – Identifier les éléments d'une
système ? Indiquer l'influence de cette différence sur le fonctionne- chaîne de régulation.
ment du sous-système. – Définir à partir du schéma la
3.2.5 Justifier la référence du relais statique choisi. fonction des éléments constitutifs
de la chaîne de commande en
3.3– Lorsque la température du bain principal est bien stabilisée boucle fermée.
autour de la température de consigne:
Application
3.3.1– Effectuer une analyse détaillée du premier relevé
– Montée en température – Effectuer des mesures
– Amplitude des oscillations permettant la validation du
fonctionnement.
– Période de ces oscillations
– Analyser des relevés.
3.3.2 Comparer le temps de montée avec le temps calculé précé- – Modification des réglages d'un
demment. Justifier la différence si elle existe. régulateur.
3.3.3– Déterminer la puissance absorbée par le thermoplongeur ins-
tallé sur le “ Bain régulé ” pendant la phase de montée en température
puis lorsque la température est stabilisée.
N.B. : On déduira la puissance absorbée de la mesure du rapport cy-
clique de fonctionnement du relais statique.
3.4 Introduction d'une perturbation.
Evaluation
Après stabilisation de la température du bac principal
3.4.1 Effectuer une perturbation constante à l'aide du serpentin en fai- Analyse
sant circuler de l'eau à un débit de 25 l/h. Relever la température d'en-
trée de l'eau ainsi que la température de sortie sur les afficheurs Analyser le comportement d'une
numériques. chaîne de régulation de
température lorsque la
3.4.2 Observer et enregistrer la réaction du sous-système ; arrêter le
configuration du régulateur est du
relevé lorsque la température est stabilisée.
type "tout ou rien"
3.5– Lorsque la température du bain principal est stabilisée de
nouveau
3.5.1 Effectuer une analyse détaillée du deuxième relevé.
– Perturbation du bain principal
– Temps de retour à la température finale.
– Amplitude des oscillations.
– Période de ces oscillations.
3.5.2 Calculer l'énergie évacuée par l'intermédiaire du serpentin.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP6 page 4 / 7
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous-système
Bain régulé en température. Etude d'une régulation T.O.R. Classe : 1 ère GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
– Déterminer la puissance absorbée par le thermoplongeur lors- Connaissances
que la température du bain principal est stabilisée. Compréhension
– La comparer avec la puissance absorbée à la fin du premier
essai. – Identifier les éléments d'une
– Conclure. chaîne de régulation.
– Définir à partir du schéma la
3.5.3 Conclure sur la qualité des performances d'une régulation en
fonction des éléments constitutifs
mode Tout Ou Rien.
de la chaîne de commande en
4. Critères d'évaluation: boucle fermée.
Application
On tiendra compte:
1. De la qualité des relevés. – Effectuer des mesures
2. De la rigueur de l'analyse des relevés. permettant la validation du
3. De l'aptitude à manipuler sur le sous-système. fonctionnement.
4. De la présentation du rapport sur l'activité menée. – Analyser des relevés.
– Modification des réglages d'un
régulateur.

Evaluation
Analyse

Analyser le comportement d'une


chaîne de régulation de
température lorsque la
configuration du régulateur est du
type "tout ou rien"

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP6 page 5 / 7
BAIN REGULE EN TEMPERATURE
SYSTEME GTI
DOCUMENT REPONSE N°1

Identifier la position des différents éléments du sous système et


Compléter le document ci-dessous à l'aide du dossier technique
en les nommant.

4
Réseau ~

vers évacuation

Alimentation
d'eau
3

Vers évacuation

1 : ......................................................... 5 : .........................................................

2 : ......................................................... 6 : .........................................................

3 : ......................................................... 7 : .........................................................

4 : .........................................................

Nom : ................................... Prénom : ................................. Classe : .............

TP6 page 6 / 7
BAIN REGULE EN TEMPERATURE
SYSTEME GTI
DOCUMENT REPONSE N°2

Compléter la chaine de régulation du système .


Préciser : - le nom des éléments constituant la chaine.
- les grandeurs physiques qui y sont associées (u,i,r) .
Compléter les différentes échelles suivant l'application.
RESEAU ~

2 5 7
3 6 8
1

--- ---
9
4

--- ---

------------ ------------ R

10

0°C 100°C 4 mA 20 mA

4 mA 20 mA 0 kW 3 kW

1 : ......................................................... 6 : .........................................................

2 : ......................................................... 7 : .........................................................

3 : ......................................................... 8 : .........................................................

4 : ......................................................... 9 : .........................................................

5 : ......................................................... 10 : .......................................................

Nom : ................................... Prénom : ................................. Classe : .............

TP6 page 7 / 7
TP6 page 8 / 7
SOUS-SYSTÈME BAIN REGULÉ

TP N°7

Caractériser les constituants relatifs


aux fonctions acquérir et adapter les
données

Académie de Montpellier Réseau National


de Ressources
Académie de Montpellier Réseau National
de Ressources
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous-système
Bain régulé en température. Etude d'un capteur Classe : T er GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Connaissances
1. Prérequis:
Compréhension
- Analyser et interpréter une documentation technique
- Connaître les caractéristiques techniques des capteurs de température Caractérisation des capteurs
d'information.
2. En avant à votre disposition: Identifier les fonctions assurées
- Dossier technique Bain régulé par les interfaces.

- Documents ressources DR 3, DR 4, DR 5
- Document constructeur des sondes Pt 100.
Application
3. On vous demande:
– Mettre en œuvre les interfaces
- Identifier les éléments externes de la boucle de rétroaction et les analogiques.
caractériser. – Justifier les choix d'un capteur.
- Identifier, justifier, mettre en œuvre les interfaces analogiques – Vérifier la relation qui lie la
3.1. A partir de la documentation fournie grandeur physique à la grandeur
électrique image.
3.1.1 Faire un schéma avec les repères des constituants utilisés pour
la boucle de rétroaction.
3.1.2 Indiquer d'après les références de la sonde Pt100, utilisée ses
particularités (Ø, L, classe....)
3.1.3 Pourquoi utilise-t-on une sonde 3 fils, et donner deux raisons
permettant de justifier le choix en sa faveur comparativement à un
TCE. Evaluation
3.2. Essais : étalonnage Analyse
Pour ces opérations, une boîte de résistances de précision est néces-
saire (plage 100 à 150 pas de 0,1 ). Vérifier la linéarité de l'ensemble
sonde Pt 100 conditionneur de
3.2.1 Etalonnage du transmetteur de température TT10
capteur.
- Déconnecter la sonde PT100 et la remplacer par un ensemble de ré-
sistances de précision Re.

Régulateur
0% 100% 30760
Re
T IC 10
T T10 250

VM

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu _ __


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP7 page 3 / 4
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous-système
Bain régulé en température. Etude d'un capteur Classe : T er GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
A l'aide de la table normalisée R = f( ) Vérifier le réglage des potentio- Connaissances
mètres 0% et 100% pour que l'échelle ci-dessous soit respectée. Compréhension

0°C 100°C Caractérisation des capteurs


d'information.
4 mA 20 mA Identifier les fonctions assurées
par les interfaces.
1V 5V

Relever VM = f( ).
Application
Vérifier la linéarité pour = 40°C et = 60°C.
Rebrancher la sonde. – Mettre en œuvre les interfaces
3.2.2 Etalonnage de l'afficheur TI 30 analogiques.
– Justifier les choix d'un capteur.
Remplacer la sonde par l'ensemble résistances de précision.
– Vérifier la relation qui lie la
Vérifier l'affichage pour = 0°C, 50°C, 100°C. grandeur physique à la grandeur
Contrôler la sensibilité de la sortie de recopie mesure (5 mV/ 0,1°C) électrique image.
Vérifier la linéarité.
Rebrancher

4. Critère d'évaluation:
3.1.1 /3
3.1.2 /2
Evaluation
3.1.3 /5
Analyse
3.2.1 /5
3.2.2 /5 Vérifier la linéarité de l'ensemble
Total: /20 sonde Pt 100 conditionneur de
capteur.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu _ __


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP7 page 4 / 4
SOUS-SYSTÈME BAIN REGULÉ

TP N°8

Méthode de réglage d’une boucle


fermée

Académie de Toulouse Réseau National


de Ressources
Académie de Toulouse Réseau National
de Ressources
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous-système
Bain régulé en température. Etude d'une régulation Classe : T er GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Connaissances
l° Prérequis
Compréhension
Connaître le principe de la modulation par train d'ondes
Savoir configurer le régulateur de température Vulcanic Définir à partir du schéma la
fonction des éléments constitutifs
2° En ayant a votre disposition : de la chaîne de commande en
– Le sous-système "Bain régulé en température" boucle fermée

– Les appareils de mesures indispensables ainsi que leur notice de mise


en oeuvre (oscilloscope à mémoire numérique, entrées différentielles, table
traçante) Application
– Le cours sur les systèmes asservis
Configurer et régler le régulateur
– La notice de mise en oeuvre du régulateur "Vulcanic" pour obtenir la loi de commande
désirée (T.O.R. ou P, ou P.I. ou
3° On vous demande:
P.I.D.)
3.1 Régulation Tout Ou Rien A l'aide de mesurages pertinents,
qualifier les performances de la
3.11 : Configurer et régler le régulateur afin d'obtenir une loi de com-
chaîne de régulation et déterminer
mande "Tout Ou Rien".
qualitativement l'influence des
Dans ces conditions que vaut le gain de la chaîne directe ? correcteurs P, et D sur ces
3.12 : Mettre le bain en service et relever en fonction du temps : performances.
b = f(t) et % = f(t) pour une température de consigne SP = 60 °C.
b est la température du bain en °C (grandeur réglée)
% est la grandeur réglante exprimée en pourcentage de la puissance Evaluation
nominale du thermoplongeur Analyse
Observer les réponses obtenues et vérifier que la loi de commande du
régulateur est bien du type "Tout Ou Rien" Analyser le comportement d'une
3.13 : Evaluer les performances de la chaîne de régulation en tenant chaîne de régulation de
compte principalement des critères de rapidité, de stabilité et de préci- température pour différentes
sion (écart entre mesure et consigne). configurations du régulateur
(T.O.R., P, P.I., PID).
3.14 : A l'aide de ces relevés, déterminer l'amplitude A des oscilla-
tions, ainsi que leur période T. (Ces résultats seront utilisés pour dé-
terminer la valeur à donner aux différents paramètres Bp%, Ti, Td lors
des essais ultérieurs)
3.2. Régulation Proportionnelle
3.21 : Déterminer la valeur à donner à la bande proportionnelle Bp%
(voir document DR2).
3.22 : Paramétrer le régulateur avec la valeur obtenue ; SP = 60 °C ;
ne pas oublier d’annuler les actions intégrales et dérivées.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP8 page 3 / 5
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous-système
Bain régulé en température. Etude d'une régulation Classe : T er GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Mettre le bain en service et relever en fonction du temps : b = f(t) et Connaissances
% = f(t) Compréhension
3.23 : Observer les réponses obtenues, vérifier si l’évolution de b est
conforme à la réponse optimale attendue. Définir à partir du schéma la
fonction des éléments constitutifs
Evaluer les performances de la chaîne de régulation en tenant compte
de la chaîne de commande en
principalement des critères de stabilité, de précision (écart entre me-
boucle fermée
sure et consigne) et de rapidité (temps de réponse à 95 %).
Déterminer qualitativement quelle est l'influence de la valeur du gain
sur ces performances. Pour ce faire, effectuer deux essais indiciels
Application
supplémentaires avec Bp'% = 3 Bp% et Bp"% = Bp% / 3.
3.3. Régulation Proportionnelle et Intégrale Configurer et régler le régulateur
3.31 : Déterminer la valeur à donner à la bande proportionnelle Bp% pour obtenir la loi de commande
et à la constante d’intégration Ti (voir document DR2). désirée (T.O.R. ou P, ou P.I. ou
3.32 : Paramétrer le régulateur avec les valeurs obtenues et maintenir P.I.D.)
SP = 60 °C ; ne pas oublier d’annuler l’action dérivée. A l'aide de mesurages pertinents,
qualifier les performances de la
Mettre le bain en service et relever en fonction du temps : b = f(t) et chaîne de régulation et déterminer
% = f(t) qualitativement l'influence des
3.33 : Observer les réponses obtenues, vérifier si l’évolution de b est correcteurs P, et D sur ces
conforme à la réponse optimale attendue. performances.
Evaluer les performances du système régulé en tenant compte princi-
palement des critères de stabilité, de précision et de rapidité (temps
de réponse à 95 %). Evaluation
3.34 : Relever les courbes b = f(t) et % = f(t) lorsqu'on applique une
Analyse
perturbation (3 litres d’eau froide dans le bol auxiliaire simulant la plon-
gée de pièces froides dans le bain de dégraissage).
Analyser le comportement d'une
3.35 : Déterminer qualitativement quelle est l'influence de la valeur de chaîne de régulation de
l’action Ti sur les performances d’une régulation. Pour ce faire, effec- température pour différentes
tuer deux essais indiciels supplémentaires avec T’i = 3 Ti et T’’i = Ti configurations du régulateur
/3 (T.O.R., P, P.I., PID).
Discuter de l’allure des réponses obtenues.

3.4 Régulation Proportionnelle, Intégrale et Dérivée.


3.41 : Déterminer la valeur à donner à la bande proportionnelle Bp%,
et aux constantes Ti et Td (voir document DR2).
3.42 : Relever les courbes b = f(t) et % = f(t) lorsqu'on
impose au système une variation de consigne et une perturbation
identiques à celles appliquées dans les essais précédents.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP8 page 4 / 5
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous-système
Bain régulé en température. Etude d'une régulation Classe : T er GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Evaluer les performances de la chaîne de régulation et montrer l'in- Connaissances
fluence du correcteur dérivée sur ces performances. Compréhension

Définir à partir du schéma la


fonction des éléments constitutifs
de la chaîne de commande en
boucle fermée

Application

Configurer et régler le régulateur


pour obtenir la loi de commande
désirée (T.O.R. ou P, ou P.I. ou
P.I.D.)
A l'aide de mesurages pertinents,
qualifier les performances de la
chaîne de régulation et déterminer
qualitativement l'influence des
correcteurs P, et D sur ces
performances.

Evaluation
Analyse

Analyser le comportement d'une


chaîne de régulation de
température pour différentes
configurations du régulateur
(T.O.R., P, P.I., PID).

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu ____


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP8 page 5 / 5
SOUS-SYSTÈME BAIN REGULÉ

TP N°9

Modélisation et identification d'un


système thermique

Académie de Toulouse Réseau National


de Ressources
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous système
Bain régulé en température. Classe : STS GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Connaissances
1. Prérequis:
Compréhension
– Maîtriser le fonctionnement d'un oscilloscope à base de temps externe
– Connaître de manière approfondie le cours d'automatique – Analyser les relevés.
– Connaître la structure des correcteurs industriels. – Modéliser un système thermi-
que.
2. En ayant à votre disposition:
– Le sous-système Bain régulé
– Le dossier ressources
Application
– Le dossier technique du sous-système
– Effectuer les mesurage permet-
3. On vous demande:
tant l'identification du procédé par
3.1. Modélisation du procédé la méthode de Broïda.
– Justifier les éléments techniques
On assimilera les pertes par évaporation à des déperditions thermiques à
relatifs à l'équipement de pilotage
travers une paroi. On rappelle que les déperditions thermiques à travers
d'un automatisme.
une paroi s'expriment par la relation :
– Déterminer et tracer les lieux de
D = K.S ( int - ext) dans laquelle le coefficient K (que l'on supposera la fonction de transfert d'un
constant), fait intervenir les coefficients de convection, l'épaisseur, le coef- procédé.
ficient de conductivité thermique des parois. Les pertes D sont exprimées
en watt, K en W/m².°C et S en m².
3.1.1. Etude théorique
3.1.1.1. Ecrire l'expression de la quantité de chaleur dQ1 qu'il faut Evaluation
fournir pour élever la température b de l'eau d'une quantité d b. Analyse
Ecrire l'expression de la quantité de chaleur dQ2 perdue par l'installa-
tion pendant un intervalle de temps dt.
– Analyser le comportement d'un
3.1.1.2. En déduire l'équation différentielle liant les grandeurs b(t),
système régulé après avoir déter-
P(t), a. miné les paramètres du correcteur
Mettre en évidence l'expression littérale de la constante de temps du par identification.
système de chauffage. – Rédiger le compte-rendu
Résoudre cette équation et tracer l'allure de l'évolution de la tempéra- d'essais.
ture b en fonction du temps si b(0) = a et P(t) = P60.
3.1.1.3. L'eau ayant été préalablement chauffée, montrer comment il
est possible, par un essai de coupure (P = 0), de déterminer la cons-
tante de temps de la cuve.
3.1.1.4. En utilisant le document ressource DR6, évaluer les pertes
thermiques du système pour une température du bain b = 60°C, la
température ambiante a étant supposée égale à 20 °C.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu _____


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP9 page 3 / 9
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous système
Bain régulé en température. Classe : STS GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Calculer alors numériquement la constante de temps du sous Connaissances
système. Compréhension
Pour augmenter les pertes, on suppose que le débit d’eau dans le ser-
pentin est réglé pour que les pertes supplémentaires soient – Analyser les relevés.
Ps = 800 W. – Modéliser un système thermi-
que.
Expliquer pourquoi la mise en service du serpentin modifie la cons-
tante de temps du système. Calculer la nouvelle constante de temps.
3.1.2. Travail expérimental
3.1.2.1. Mise en service du Bain Régulé : Application
Compléter le remplissage de la cuve. Vérifier que le thermostat de sé-
curité est réglé à 90 °C. Assurez vous que la prise de branchement – Effectuer les mesurage permet-
comporte un conducteur PE et qu’elle est protégée par un DDR de tant l'identification du procédé par
sensibilité 30 mA. la méthode de Broïda.
– Justifier les éléments techniques
Mettre l’équipement sous tension.
relatifs à l'équipement de pilotage
Configurer le régulateur en mode "Tout Ou Rien" : SP = 60 °C, d'un automatisme.
Pb = 0, diF1 = 0,1 %, – Déterminer et tracer les lieux de
Régler les consignes SPhi et SPlo respectivement à 80 °C et 10 °C, la fonction de transfert d'un
et rP = , procédé.

Reporter sur votre compte rendu la procédure de configuration.


Régler la vanne pointeau du débitmètre afin d’obtenir un débit de
20 l/h.
Evaluation
3.1.2.2. Montée en température du bain ;
Analyse
Mettre le chauffage en service. Enregistrer, en fonction du temps, l’é-
volution de la température du bain entre b = a et b = 35 °C.
– Analyser le comportement d'un
En exploitant l’enregistrement, estimer le retard pur du procédé et cal-
système régulé après avoir déter-
culer la puissance de l’élément chauffant. Préciser pourquoi ce calcul
miné les paramètres du correcteur
doit être effectué à partir de points proches de la température
par identification.
ambiante.
– Rédiger le compte-rendu
3.1.2.3. Lorsque la température est stabilisée autour de 60 °C, relever d'essais.
en visualisant le courant circulant dans la résistance, le rapport cycli-
que de fonctionnement noté 60. En déduire la puissance, notée P60,
absorbée par la résistance.
Cette puissance correspond t’elle aux déperditions déterminées à la
question 3.1.1.4 ?
Calculer la résistance thermique équivalente Rth = 1/(K.S), et la cons-
tante du procédé (la capacité thermique Cth = m.c, sera déterminée
à partir des données fournies dans le document ressource n° 1).

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu _____


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP9 page 4 / 9
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous système
Bain régulé en température. Classe : STS GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
3.1.2.4. Amener la température du bain à b = 65 °C. Lorsque celle ci Connaissances
est stable, noter la valeur du rapport cyclique 65. En déduire la puis- Compréhension
sance absorbée P65 puis couper l'alimentation du thermoplongeur.
Enregistrer l'évolution de la température b = f(t) du bain, entre 65 °C – Analyser les relevés.
et 55 °C. – Modéliser un système thermi-
que.
En exploitant ce relevé, déterminer à nouveau la constante de temps
de la cuve. Préciser la méthode utilisée et effectuer une comparaison
critique des résultats.
3.2. Identification du procédé Application
On envisage de déterminer une fonction de transfert approchée du sys-
tème autour de 60 °C, à partir d'un essai expérimental en boucle ouverte. – Effectuer les mesurage permet-
Une des méthodes, habituellement utilisées pour identifier les processus tant l'identification du procédé par
thermiques, conduit au modèle mathématique suivant : la méthode de Broïda.
-Tp
H(p) = (Gs . e )/ (1+ p) dans lequel Gs représente le gain statique du – Justifier les éléments techniques
système en chaîne ouverte, e la transmittance d'un procédé à retard pur relatifs à l'équipement de pilotage
-Tp

et (1/(1+ p)) la transmittance d'un procédé du premier ordre. d'un automatisme.


– Déterminer et tracer les lieux de
3.2.1. Essai expérimental la fonction de transfert d'un
Le régulateur est maintenant configuré en mode "dosage de puis- procédé.
sance". La température étant stabilisée à 55 °C, relever 55 puis appli-
quer un échelon de puissance tel que la température finale du bain
soit 65 °C. Lorsque le relevé est terminé, laisser refroidir le bain.
3.2.2. Détermination du modèle de Broïda Evaluation
A partir des indications de la figure et de l'essai indiciel précédent, dé- Analyse
terminer le gain statique Gs et les constantes de temps T et de la
fonction H(p). – Analyser le comportement d'un
Ecrire alors, numériquement, la F.T.B.O. H(p) = b(p)/ (p) de ce sys- système régulé après avoir déter-
tème de chauffage en exprimant les constantes de temps en minutes. miné les paramètres du correcteur
par identification.
3.3. Comportement du système en Boucle Fermée – Rédiger le compte-rendu
3.3.1. Détermination du gain Gr du correcteur proportionnel d'essais.

3.3.1.1. Tracer sur papier semi-logarithmique les lieux de Bode de


H(p).
Déterminer la bande proportionnelle Pb% du régulateur, satisfaisant à
une marge de phase de 60°.
Tracer les lieux de Bode de la F.T.B.O. du système corrigé.
Remarque : Arg. (e-j T) = -T (valeur exprimée en radians)
Pb% = 100 / Gr

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu _____


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP9 page 5 / 9
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous système
Bain régulé en température. Classe : STS GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
3.3.1.2. Exprimer la fonction de transfert du système corrigé en boucle Connaissances
fermée F(p). Compréhension
Calculer l'erreur de statisme consécutive à cette configuration.
– Analyser les relevés.
3.3.2. Détermination graphique d’une action intégrale
– Modéliser un système thermi-
3.3.2.1. Placer sur le graphique précédent, les lieux de bode d’un cor- que.
recteur intégral de telle manière qu’il ne modifie pas la marge de
phase de plus de 7°.
Déterminer la constante de temps Ti correspondante.
3.3.3. Essai expérimental Application
3.3.3.1. Configurer le régulateur en mode "automatique avec réglage – Effectuer les mesurage permet-
manuel des paramètres". tant l'identification du procédé par
Paramétrer le régulateur avec une température de consigne la méthode de Broïda.
SP = 60 °C et avec la valeur de la bande proportionnelle Pb% trouvée – Justifier les éléments techniques
à la question 3.3.1.1. Les actions intégrales et dérivées seront relatifs à l'équipement de pilotage
annulées. d'un automatisme.
Reporter sur votre compte rendu, la procédure de configuration – Déterminer et tracer les lieux de
la fonction de transfert d'un
3.3.3.2. Mettre le chauffage en service et effectuer l'enregistrement de
procédé.
l'évolution de b et de l’évolution de la grandeur réglante. Relever les
dépassements éventuels et l'erreur statique. Ces résultats vous pa-
raissent-ils conforme à la théorie des asservissements. Conclure
3.3.3.3. Montrer que ce régulateur est muni d'une "intégrale manuelle
ou centrage de bande ou Correction Manuelle de Statisme" non régla- Evaluation
ble. Pour ce faire, relever, pour un écart nul (consigne = mesure), la Analyse
valeur du rapport cyclique de la sortie modulée,. Quelle est la puis-
sance fournie dans ces conditions. En déduire le rôle de l’intégrale – Analyser le comportement d'un
manuelle. système régulé après avoir déter-
Remarque : ne pas oublier de tenir compte du convertisseur is / % miné les paramètres du correcteur
par identification.
0 100% – Rédiger le compte-rendu
d'essais.
0 16 mA

3.3.3.4. Paramétrer le régulateur avec les valeurs trouvées aux ques-


tions 3.3.1.1 et 3.3.2.1.
Effectuer l’essai correspondant. Conclure sur les performances du
système ainsi corrigé.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu _____


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP9 page 6 / 9
DOCUMENT RESSOURCE N° 1

Bain Régulé en température

Présentation du procédé

énergi e él ectr ique


230 Vac
a
sonde Pt 100

régulat eur

rel ais b
st at i ques et .P m ax

composant s
de sécurit é
Thermoplongeur

r et ransmi ssi on de la mesure


1 -5 V pour 0 - 100 °C

L'organisation du système de chauffage est présentée sur la figure n° 1.


Le sous système Bain Régulé de GTI Systèmes, est chauffé par une résistance électrique gainée, d'une
puissance de 3 kW sous 230 V. La puissance calorifique, notée P(t), est contrôlée par un un relais statique
commandé par un régulateur numérique.
Une sonde de température de type Pt100, est branchée à travers un convertisseur sur l'entrée mesure du ré-
gulateur ; en configuration normale, celui ci affiche les températures de consigne et du bain.
Une agitateur (non utilisé au cours du TP) placé dans la cuve peut assurer le brassage du bain et un serpen-
tin de cuivre permet de créer des pertes supplémentaires.
Les capacités calorifiques des divers éléments, (enceintes inox, résistance, tuyauterie...) seront négligées
devant la capacité calorifique de la masse d'eau contenue dans la cuve.
On notera a la température ambiante et b la température du bain.
-Données constantes :
volume utile du bac : V = 26 l
masse volumique de l'eau: = 1000 kg/m3
chaleur massique de l'eau: c = 4185 J/kg.K
température ambiante: a= °C
température de fonctionnement: f = 60 °C
la tension du réseau Ur = 230 V
Le régulateur autorise trois modes de fonctionnement :
- mode automatique avec auto réglage adaptatif des paramètres PID
- mode automatique avec choix de la loi de commande TOR, P, PI, PID et réglage manuel des
gains et constantes
- mode manuel avec réglage du dosage de puissance OP
Le relais statique est commandé par la sortie logique modulée d’un convertisseur piloté en 4/20 mA par le ré-
gulateur Vulcanic 30760. Cette sortie fournit un signal a qui règle la puissance calorifique P délivrée au ther-
moplongeur. (0 < < 1)

TP9 page 8/ 9
DOCUMENT RESSOURCE N° 2
Identification par la méthode de Broïda

0,40 b P ou
0,28 b

t1
temps
t2

T = (2,8 . t1) - (1,8 . t2) t = 5,5 . (t2 - t1)

Représentation fonctionnelle en chaîne ouverte

a(p)

U(p) P(p) -Tp b(p) M(p)


+ e
? ? + ?
1+ p

Représentation fonctionnelle en boucle fermée

a(p)
Régulateur

(p) b(p)
c(p) U(p) A + e-Tp
+ C(p) +
- KS 1+ p

M(p)
m

TP9 page 9 / 9
TP9 page 10 / 9
SOUS-SYSTÈME BAIN REGULÉ

TP N°10

Réglage d'un système régulé par


une méthode industrielle

Académie de Toulouse Réseau National


de Ressources
Académie de Toulouse Réseau National
de Ressources
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous système
Bain régulé en température. Classe : STS GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Connaissances
1. Prérequis:
Compréhension
– Maîtriser le fonctionnement d'un oscilloscope à base de temps externe
– Connaître de manière approfondie le cours d'automatique – Modéliser un système thermi-
– Connaître la structure des correcteurs industriels. que.
– Interpréter les réponses du
2. En ayant à votre disposition: système.
– Connaître les qualités d'un S.A. :
– Le sous-système Bain régulé stabilité, précision.
– Le dossier ressources
Application
– Le dossier technique du sous-système
– Rédiger un document de réfé-
3. On vous demande:
rence pour la mise au point de
3.1. Modélisation du procédé l'équipement.
– Mettre en œuvre de manière ra-
On envisage de déterminer une fonction de transfert approchée du
tionnelle des méthodes de
système autour du point de fonctionnement f = 60 °C. Les métho-
réglage.
des, habituellement utilisées pour identifier les processus thermiques, – Proposer des améliorations à
conduisent au modèle mathématique à constante de temps et retard apporter aux réglages pour assurer
pur : H(p) = Gs . e-Tp / (1+ p) dans lequel Gs représente le gain stati- la conformité du fonctionnement
que du système en chaîne ouverte, e-Tp la transmittance d'un procédé au cahier des charges.
à retard pur et (1/(1+ p)) la transmittance d'un procédé du premier – Rédiger le compte-rendu d'essai.
ordre.
On assimilera les pertes par évaporation à des déperditions thermi-
ques à travers une paroi. On rappelle que les déperditions thermiques Evaluation
à travers une paroi s'expriment par la relation : Analyse
D = K . S ( int - ext) dans laquelle le coefficient K (que l'on suppo-
sera constant), fait intervenir les coefficients de convection, l'épais- Analyser le comportement d'un
seur, le coefficient de conductivité thermique des parois. Les pertes D système régulé après avoir déter-
sont exprimées en watt, K en W/m².°C et S en m². miné les paramètres des correc-
teurs par une méthode industrielle.
3.1.1. Etude théorique
3.1.1.1. Ecrire l'expression de la quantité de chaleur dQ1 qu'il faut
fournir pour élever la température b de l'eau d'une quantité d b.
Ecrire l'expression de la quantité de chaleur dQ2 perdue par l'installa-
tion pendant un intervalle de temps dt.
3.1.1.2. En déduire l'équation différentielle liant les grandeurs b(t),
P(t), a.
Mettre en évidence l'expression littérale de la constante de temps du
système de chauffage.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu __ __


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP10 page 3 / 8
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous système
Bain régulé en température. Classe : STS GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Résoudre cette équation et tracer l'allure de l'évolution de la tempéra- Connaissances
ture Qb en fonction du temps si b(0) = a et P(t) = P60. Compréhension
3.1.2. Travail expérimental
– Modéliser un système thermi-
3.1.2.1. Configurer le régulateur en mode "automatique avec réglage que.
manuel des paramètres". Régler les consignes SPhi et SPlo respecti- – Interpréter les réponses du
vement à 80 °C et 10 °C. système.
Configurer le régulateur en mode "Tout Ou Rien" : régler la bande pro- – Connaître les qualités d'un S.A. :
portionnelle à Bp% = 0 et le différentiel diF1 à la valeur minimale 0,1 stabilité, précision.
%. Régler la température de consigne à 60 °C Application
Reporter sur votre compte rendu la procédure de configuration
Augmenter artificiellement les déperditions en réglant le débit dans le – Rédiger un document de réfé-
serpentin à 20 l/h. rence pour la mise au point de
3.1.2.2. Mettre le chauffage en service. Lorsque le régime permanent l'équipement.
est atteint, effectuer simultanément l'enregistrement en fonction du – Mettre en œuvre de manière ra-
temps : tionnelle des méthodes de
réglage.
- de l'évolution, autour de la consigne, de la grandeur réglée b
– Proposer des améliorations à
- du courant circulant dans les résistances. apporter aux réglages pour assurer
Analyser et décrire chacune des quatre phases de la période d'oscilla- la conformité du fonctionnement
tion de b. au cahier des charges.
Mesurer sur l’oscillogramme relevé la valeur du retard pur T du procé- – Rédiger le compte-rendu d'essai.
dé, l’amplitude des oscillations de la température du bain A, la période
des oscillations (t1 + t2), la durée du temps de chauffe dans une pé- Evaluation
riode t1.
Analyse
3.1.2.3. Régler la température de consigne à 70 °C. Lorsque le régime
permanent est atteint, effectuer simultanément l'enregistrement en
Analyser le comportement d'un
fonction du temps :
système régulé après avoir déter-
- de l'évolution, autour de la consigne, de la grandeur réglée b miné les paramètres des correc-
- du courant circulant dans les résistances teurs par une méthode industrielle.
Mesurer sur l’oscillogramme relevé la valeur du retard pur T du
procédé , l’amplitude des oscillations de la température du bain A, la
période des oscillations (t1 + t2), la durée du temps de chauffe dans
une période t1.
3.1.2.4. Comparer, pour chacune des deux températures de consigne,
les valeurs de T, A, t1, t2, les rapports cycliques de fonctionnement
60 et 70 et les puissances absorbées.
Calculer la résistance thermique équivalente Rth = 1/(K.S) et la cons-
tante de la cuve à 60 °C puis à 70 °C (la capacité thermique Cth = (m
. c), sera déterminée à partir du document ressource n° 1).

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu __ __


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP10 page 4 / 8
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous système
Bain régulé en température. Classe : STS GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Expliquer les similitudes et les différences constatées. Connaissances
3.1.2.5. Déduire des rapports cycliques 60 et 70 et des températu- Compréhension
res 60 et 70 le gain statique Gs du procédé.
– Modéliser un système thermi-
Ecrire alors numériquement l'expression de la F.T.B.O.
que.
H(p) = b(p) / (p) de ce système de chauffage, pour un point de fonc- – Interpréter les réponses du
tionnement f = 65 °C en exprimant les constantes de temps en système.
minutes. – Connaître les qualités d'un S.A. :
3.2. Mise au point d’une régulation, Comportement du système en stabilité, précision.
BF Application
Il est possible de régler les paramètres d'un correcteur PID sans iden-
tifier le procédé. Plusieurs méthodes peuvent être utilisées : – Rédiger un document de réfé-
rence pour la mise au point de
- l'essai "de juste instabilité" dû à Ziegler et Nichols
l'équipement.
- le réglage par approches successives, par comparaison à des – Mettre en œuvre de manière ra-
réponses attendues tionnelle des méthodes de
- la méthode des oscillations (voir document ressource DR2 ) réglage.
– Proposer des améliorations à
3.2.1. Calcul de l’action P
apporter aux réglages pour assurer
3.2.1.1. Configurer le régulateur en mode "Proportionnel" : Annuler les la conformité du fonctionnement
actions intégrales et dérivées au cahier des charges.
Régler la bande proportionnelle à la valeur déterminée à partir du docu- – Rédiger le compte-rendu d'essai.
ment DR2 et des essais conduits aux questions 3.1.2.2 et 3.1.2.3 Ré-
gler la température de consigne à 65 °C
Evaluation
Effectuer un essai indiciel en enregistrant simultanément en fonction
du temps : Analyse
- l'évolution, de la grandeur réglée b
Analyser le comportement d'un
- l’évolution de la grandeur réglante (tension aux bornes de la système régulé après avoir déter-
résistance parcourue par le courant de sortie du régulateur miné les paramètres des correc-
is = 4/20 mA) teurs par une méthode industrielle.
Analyser la réponse (temps de montée, temps de réponse à 5%, nom-
bre de dépassements éventuels, erreur de statisme)
3.2.1.2. Ecrire numériquement la fonction de transfert de chaque bloc.
Vérifier si l’erreur de statisme correspond à l’erreur théorique. Sinon,
pourquoi ?
3.2.2. Calcul des actions P et I du correcteur
3.2.2.1. Configurer le régulateur en mode "Proportionnel et Intégral" :
Annuler l’action dérivée.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu __ __


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP10 page 5 / 8
Tâche attribuée pour les travaux pratiques d'étude du sous système
Bain régulé en température. Classe : STS GE
Lieu d'activité : Laboratoire de sous-systèmes

Définition des tâches confiées à l'élève à l'occasion de la sé- Enoncé des objectifs de for-
quence de travaux pratiques. mation associés aux tâches.
Régler la bande proportionnelle Bp% et l’action intégrale Ti aux valeurs Connaissances
déterminées à partir du document DR2 et des essais conduits aux Compréhension
questions 3.1.2.2 et 3.1.2.3. Maintenir la température de consigne à
65 °C. – Modéliser un système thermi-
Effectuer un essai indiciel en enregistrant simultanément en fonction que.
du temps : – Interpréter les réponses du
- l'évolution, de la grandeur réglée b système.
– Connaître les qualités d'un S.A. :
- l’évolution de la grandeur réglante (tension aux bornes de la stabilité, précision.
résistance parcourue par le courant de sortie du régulateur
is = 4/20 mA) Application
Analyser la réponse (temps de montée, nombre de dépassements
– Rédiger un document de réfé-
éventuels, erreur de statisme).
rence pour la mise au point de
3.2.2.2. Modifier, par approches successives, la valeur des paramètres l'équipement.
en fonction des réponses obtenues et par rapport aux réponses – Mettre en œuvre de manière ra-
attendues. tionnelle des méthodes de
3.2.2.3. Conclure en comparant les propriétés respectives des régula- réglage.
tions TOR et continues. – Proposer des améliorations à
3.3. Réglage automatique des paramètres apporter aux réglages pour assurer
la conformité du fonctionnement
3.3.1. Préciser le rôle des fonctions "autoréglante et autoadaptative". au cahier des charges.
Dans quelles conditions sont elles mises en service dans le régulateur – Rédiger le compte-rendu d'essai.
Vulcanic 30760 ?
3.3.2. Effectuer un essai indiciel en mode PID automatique. Effectuer
Evaluation
une analyse critique de la réponse b = f(t).
Analyse
3.4. Notice de mise en service et d'entretien
Rédiger une notice de mise en service et de réglage permettant la Analyser le comportement d'un
mise au point de l'équipement. système régulé après avoir déter-
miné les paramètres des correc-
teurs par une méthode industrielle.

Evaluation proposée par le professeur responsable. Note Prévu __ __


Observations
Temps
/ 20
Passé ____
Nom de l'élève:

______________________________

TP10 page 6 / 8
DOCUMENT RESSOURCE N° 1

Bain Régulé en température

Présentation du procédé

énergi e él ectr ique


230 Vac
a
sonde Pt 100

régulat eur

rel ais b
st at i ques et .P m ax

composant s
de sécurit é
Thermoplongeur

r et ransmi ssi on de la mesure


1 -5 V pour 0 - 100 °C

L'organisation du système de chauffage est présentée sur la figure n° 1.


Le sous système Bain Régulé de GTI Systèmes, est chauffé par une résistance électrique gainée, d'une
puissance de 3 kW sous 230 V. La puissance calorifique, notée P(t), est contrôlée par un un relais statique
commandé par un régulateur numérique.
Une sonde de température de type Pt100, est branchée à travers un convertisseur sur l'entrée mesure du ré-
gulateur ; en configuration normale, celui ci affiche les températures de consigne et du bain.
Une agitateur (non utilisé au cours du TP) placé dans la cuve peut assurer le brassage du bain et un serpen-
tin de cuivre permet de créer des pertes supplémentaires.
Les capacités calorifiques des divers éléments, (enceintes inox, résistance, tuyauterie...) seront négligées
devant la capacité calorifique de la masse d'eau contenue dans la cuve.
On notera a la température ambiante et b la température du bain.
-Données constantes :
volume utile du bac : V = 26 l
masse volumique de l'eau: = 1000 kg/m3
chaleur massique de l'eau: c = 4185 J/kg.K
température ambiante: a= °C
température de fonctionnement: f = 60 °C
la tension du réseau Ur = 230 V
Le régulateur autorise trois modes de fonctionnement :
- mode automatique avec auto réglage adaptatif des paramètres PID
- mode automatique avec choix de la loi de commande TOR, P, PI, PID et réglage manuel des
gains et constantes
- mode manuel avec réglage du dosage de puissance OP
Le relais statique est commandé par la sortie logique modulée d’un convertisseur piloté en 4/20 mA par le ré-
gulateur Vulcanic 30760. Cette sortie fournit un signal a qui règle la puissance calorifique P délivrée au ther-
moplongeur. (0 < < 1)

TP10 page 7/ 8
DOCUMENT RESSOURCE N° 2
Etude temporelle de l'évolution de la température

Température du bain

b
(°C)

H1
C1 C2
C

B2 B1

a
D1

0 D H temps

Grandeur réglante : U
U

0 temps

TP10 page 8/8


Bain régulé en température

Dossier ressources
DOCUMENT RESSOURCE N° 1

Notions sur les systèmes régulés

INTRODUCTION

But
Le rôle d’une régulation est d’amener une grandeur physique à prendre une valeur fixée à l’avance et de l’y
maintenir.
Ces grandeurs physiques peuvent être de natures diverses suivant les systèmes (électrique, thermique, hy-
draulique, mécanique…) ; elles sont mesurées par des sondes et des capteurs appropriés qui fournissent une
image électrique équivalente.
Les systèmes automatiques permettent :
De réaliser des opérations qui sont trop complexes, trop pénibles, trop précises pour être confiées à
l’homme
De substituer la machine à l’homme dans la réalisation d’opérations répétitives et dénuées d’intérêt
Ces systèmes copient le plus souvent le comportement de l’homme dans les trois phases essentielles de son
travail : observation, réflexion, action, observation, réflexion, action …

REPRESENTATION D’UN SYSTEME ASSERVI

Un système régulé ou asservi est un système bouclé ; il peut être représenté par un schéma bloc. Cette repré-
sentation met en évidence deux axes essentiels :
- un axe d’action,
- un axe d’observation.

L’axe d’action sera composé de tous les éléments tels que :


- pré actionneurs,
- actionneurs,
- procédé lui-même.

L’axe d’observation sera composé des capteurs et conditionneurs nécessaires à la mesure fidèle de la gran-
deur réglée.
Le constituant qui effectue la comparaison des données d’entrée et de retour, et éventuellement la modification
(correction) du résultat de cette comparaison, est le régulateur.

Un bouclage apparaît chaque fois, qu’au cours d’une opération, un système prend en compte l’observation de
son état pour le modifier.

Chaîne directe
Régulateur ou
d’action

Entrée U Sort ie
Actionneurs
Correcteur
C Procédé
S

M
Capteurs

Chaîne de retour
ou d’observation

DR1 page 1/5


E: Consigne d’entrée
: Ecart mesuré
U: Loi de commande élaborée par le régulateur (grandeur réglante)
S: Sortie du système (grandeur réglée)
M: Image de la grandeur mesurée

LES DIFFERENTES LOIS DE COMMANDES

Régulation “ Tout Ou Rien ”


Elle est utilisée sur les procédés à très grande inertie, pour lesquels on n’a pas besoin d’une régulation pré-
cise. Les régulateurs sont munis d’une hystérésis réglable permettant, si besoin est, d’augmenter la période
des oscillations au détriment de leur amplitude.
Le signal de sortie du régulateur peut prendre deux états 0% et 100% selon le résultat de la comparaison de la
mesure et de la consigne.
M < C marche (U = 100 %)
M > C arrêt (U = 0 %)

S U

Consigne

100%

0% t

La puissance fournie au procédé est discontinue

La régulation TOR introduit une oscillation permanente de la grandeur réglée autour de la valeur de consigne.
L’amplitude des oscillations et la période de celles-ci dépendent de l’inertie du système (constante de temps).

Régulation proportionnelle (P)


L’action proportionnelle est une fonction qui fait varier le signal de sortie du régulateur proportionnellement à l’é-
cart entre la grandeur mesurée et la valeur de consigne.
Elle s’exprime soit par le gain Gr soit par la bande proportionnelle Bp : Bp% = 100 / Gr
U = Gr ( C – M ) = Gr . (t)

L’action proportionnelle peut se représenter de la manière suivante :

U : grandeur
réglante

100 %
C : consigne

0%
M : Grandeur
mesurée
Bande proportionnelle

DR1 page 2/5


On note bien sur ce graphique que le point remarquable M = C entraîne une commande de puissance nulle.

Réponses à un échelon de consigne


Les réponses suivantes ont été réalisées avec trois réglages de gain différents pour la même variation de la
consigne.

S
Bp % trop ét roite
Bp % correcte
Consigne
S1
S2
S3

Bp % trop large
t
0
min

U
100%

t
0%
min

la puissance fournie au procédé est continue

La précision d’un système muni d’un correcteur de type P peut, selon les exigences du cahier des charges, ne
pas être satisfaisante : la grandeur réglée S n’atteint jamais la valeur de consigne C.

Interprétations
Une augmentation de Gr accélère la réponse du procédé, provoque une diminution de l’écart résiduel (erreur
statique) mais rend la grandeur réglée de plus en plus oscillatoire.
Un réglage qui permettrait d’annuler l’erreur, entraînerait l’instabilité du système. Il faut trouver un compromis
entre stabilité d’une part et rapidité et précision d’autre part. On recherchera un réglage de Gr entraînant un
seul dépassement de 10% à 15%.

Régulation proportionnelle et intégrale (PI)


Un régulateur à action proportionnelle et intégrale élimine automatiquement l’erreur statique . La bande propor-
tionnelle peut être fixée large, ce qui réduit les risques d’instabilité.

Cette loi de commande, ajoute à l’action proportionnelle une action dite intégrale. L’action intégrale fait interve-
nir l’écart et le temps.

1 t
Ut Gr . t t dt
Ti 0

Le dosage de l’action intégrale Ti permettra à la grandeur réglée d’atteindre plus ou moins vite la valeur de la
consigne. Une valeur trop faible de Ti peut déstabiliser le système.

DR1 page 3/5


Réponses à un échelon de consigne
Les réponses suivantes ont été réalisées avec trois valeurs du dosage d’action intégrale Ti et la même variation
de consigne.

U
Ti trop faible

Ti correcte
Consigne

Ti trop élevée

t
0
min

Le dosage de l’action intégrale Ti permettra à la grandeur réglée d’atteindre plus ou moins vite la valeur de la
consigne. Une valeur trop faible de Ti peut déstabiliser le système.
En réglant la bande proportionnelle à 120 % de la valeur correcte trouvée pour une correction proportionnelle
seule, la constante de temps idéale Ti est celle qui permet à la sortie du système d’atteindre la valeur de con-
signe le plus rapidement possible sans entraîner plus d’un dépassement. L’erreur de statisme est annulée.

Régulation proportionnelle et dérivée (PD)


Dans un régulateur le terme dérivé permet de s’affranchir des retards significatifs. L’action dérivée permet à la
grandeur réglée de rejoindre la valeur finale plus rapidement, en particulier lors de perturbations externes. A pré-
cision égale, elle rend le système plus stable. Elle réduit également les dépassements de mise en route.
Notons que l’action dérivée ne peut être utilisée seule elle est associée aux actions P ou PI.

S U
PID

PI

M
t
0 min
Régulation PI et PID. Réponse à une variation de consigne.

PID
C

M
PI t
0 min
Régulation PI et PID. Réponse à une perturbation.

DR1 page 4/5


Régulation proportionnelle intégrale et dérivée (PID)
Le correcteur PID présente les avantages de chacun des correcteurs élémentaires.
La loi qui permet l’élaboration du signal de commande dépend de la structure interne du correcteur. L’algo-
rithme est l’association des trois actions élémentaires : proportionnelle, intégrale, dérivée.

Structure parallèle :

+
C
+_ I +
U
1 t d t
+ Ut Gr . t t dt Td
Ti 0 dt
M D

Structure série :

C U
+ _ P I + D +
+ +

Gr t d t Ti Td
Ut . Gr . t t dt Gr . Td avec
Ti 0 dt Ti

Structure mixte (avec dérivation de la mesure) :

C + U
+ _ P I +
+ Gr t dM t
Ut Gr . t t dt Td
Ti 0 dt
D
M

Structure mixte (avec dérivation de la mesure et correction manuelle de l'erreur statique) :

U0

C + + U
+ _ P II + +
+

D
M

Gr t dM t
Ut Gr . t t dt Td U0
Ti 0 dt

DR1 page 5/5


DOCUMENT RESSOURCE N° 2

Réglage d'un système asservi

Méthode des oscillations Tout Ou Rien : (d'après Vulcanic)

Mesu re

A
Consig ne

Te mps

en min

1. Configurer le régulateur en Tout Ou Rien


2. Relever sur la réponse l'écart A (même unité que l'échelle, °C) et noter la période T en min.
3. Paramètrage :
3.1 Mode Proportionnel Intégral Dérivée :

A 100
Bp % = Ti = T Td = T/6
étendue de l’échelle
3.2 Mode Proportionnel Intégral :

A 150
Bp % = Ti = 1,5 T Td = 0
étendue de l’échelle

3.3 Proportionnel :
A 125
Bp % = Ti = Td = 0
étendue de l’échelle

Remarque : le régulateur Vulcanic 30760 utilise les notations suivantes :


Bp % Pb % Ti rSEt Td rAtE

DR2 page 1/1


DOCUMENT RESSOURCE N° 3
Température - Thermométrie

Température d’un corps

La notion de température est liée à la sensation de chaud et de froid due au sens du toucher.
Mais ce sens ne permet pas de classer les températures avec fidélité. Pour éliminer cet aspect subjectif, on
détermine la valeur des températures avec des thermomètres.

Thermométrie

Un thermomètre est appareil contenant un corps dont nous pouvons connaître la température par la mesure
d’une grandeur X (pression, longueur, volume, résistance électrique, force électromotrice) liée à ce corps et
grâce au choix arbitraire d’une relation entre la température T et la mesure X. Cette relation est appelée
échelle thermométrique.

L’échelle thermométrique Celsius (°C) est linéaire et centésimale ; elle comporte deux points fixes, 0 et 100,
qui sont respectivement la température de fusion de la glace et la température d’ébullition de l’eau pure à la
pression de 1,013 bar.
L’échelle de température thermodynamique ou échelle de température absolue T, est liée à l’échelle Celsius
t par la relation : T = t + 273
L’unité de température thermodynamique est le kelvin (K).

Les thermomètres à résistance


La résistance électrique d’un fil métallique augmente avec la température selon une loi qui n’est pas rigou-
reusement linéaire : R ~ Ro (1 + at + bt² )
Pour déterminer une température (entre –180 et + 600 °C), on peut ainsi mesurer la résistance d’un fil de pla-
tine. La résistance électrique des sondes à fil de platine utilisées dans l’industrie, vaut 100 à 0 °C (sonde
Pt100).

Les thermomètres à thermocouples


Un circuit fermé, constitué par deux métaux ou alliages différents soudés A et B, est le siège d’une force
électromotrice e (f.e.m. de Seebeck) lorsque les soudures T1 et T2 sont portées à des températures différen-
tes. Cette f.e.m. dépend de la nature des matériaux et de la différence de température entre les soudures.
La liaison du thermocouple à l’appareil ou à l’amplificateur de mesure est réalisée par des câbles de com-
pensation C et D dont la composition et la mise en œuvre sont étudiées de manière à ne pas modifier la va-
leur de la f.e.m. e.

Par exemple, un thermocouple de type K (chromel / alumel) permet de mesurer des températures comprises
entre –270°C à +1250 °C. Les forces électromotrices correspondantes sont –5,35 mV et +50,6 mV. La préci-
sion de la mesure est de 3 °C pour les températures comprises entre 0 °C et 400 °C.

DR3 page 1/3


Calorimétrie

Un système mécaniquement isolé, dont la température varie ou qui change d’état physique, échange avec le
milieu extérieur une certaine quantité de chaleur. Les transformations mutuelles de chaleur en énergie méca-
nique, électrique, chimique, rayonnante ont montré que la chaleur était une des formes de l’énergie.

L’échange de chaleur est une forme de transmission de l’énergie. Cet échange peut avoir lieu selon trois
modes :
- La conduction
- La convection
- Le rayonnement

Propagation de la chaleur

La conduction
C’est la propagation de la chaleur dans un corps ou dans plusieurs corps contigus sans qu’il y ait mouve-
ment. Ce mode de transfert caractérise essentiellement les transferts de chaleur à l’intérieur des milieux ma-
tériels solides.

Exemple :
- Chaleur transmise à travers les murs en briques d’une maison ou le long d’une barre de métal (tisonnier)

La convection
La convection caractérise la propagation de la chaleur dans les fluides. Les parties les plus chaudes des flui-
des tendent à s’élever en donnant naissance à des courants de convection qui ont pour effet d’égaliser les
températures.

Exemple :
- Eau chauffée dans un récipient. Air qui s’élève au dessus d’un radiateur.

Le rayonnement
Il y a rayonnement lorsqu’un corps chaud émet des ondes électromagnétiques. Cette propagation ne néces-
site aucun milieu matériel.

Exemple :
- Le soleil fournit de la chaleur à la terre par rayonnement.

Equations thermiques

Chaleur massique :
Un corps de masse m absorbe une quantité de chaleur Q (J) pour que sa température passe de la valeur t1 à
la valeur t2.
Q = m . c . ( t1 - t2 )

La chaleur massique c est égale à la quantité de chaleur absorbée par l’unité de masse du corps lorsque sa
température s’élève de 1 °C. La quantité m . c est la capacité thermique du corps ; elle s’exprime en joule
par kelvin : J/K
La chaleur massique de l’eau vaut : c = 4185 J/(kg.K)

DR3 page 2/3


Evaporation :

La vaporisation est le passage de l’état liquide à l’état gazeux. Lorsque le liquide est placé dans un récipient
ouvert à l’air libre, il y a évaporation. La transformation du liquide en vapeur exige une certaine quantité de
chaleur qui en l’absence de source de chaleur est cédée par le liquide lui même.
L’explication et la quantification de la vaporisation sont complexes ; il est possible de déterminer les pertes
par évaporation graphiquement (voir document ressource n° 6)
Sous certaines conditions, on peut assimiler l’énergie cédée pour assurer ce changement d’état physique à
de l’énergie perdue à travers une paroi.

Déperditions à travers une paroi baignée par deux fluides

Dans le cas de surfaces planes ou assimilables, le flux de chaleur transmis à travers une paroi est mis sous
la forme :
D = K . S . (t2 – t1)

K (W/m2.°C) : Coefficient total de transmission thermique.

D (W) : Déperditions thermiques à travers une paroi.


S (m2) : Surface de la paroi considérée.

t1 et t2 (°C) : Température des deux fluides

La paroi est équivalente d’un point de vue thermique à une résistance R = 1/ (K.S). Cette résistance est
égale à la somme des résistances thermiques des matériaux qui composent la paroi augmentée des deux
résistances superficielles de contact paroi-fluide.

DR3 page 3/3


DOCUMENT RESSOURCE N° 4

NOTIONS DE MESURES DE TEMPERATURES


THERMOMETRES A RESISTANCES

L'étude des thermomètres à résistances se scinde en deux parties:


- les résistances métalliques,
- les thermistances.

1. Résistances métalliques

1.1 Principe
La résistance électrique d'un conducteur métallique croit avec la température et inversement. R = f(t)
On pourra donc repérer une température en mesurant la résistance d'un conducteur métallique bien
défini.
1.2 Loi
La Commission Electrotechnique Internationale a proposé en 1968 une nouvelle table basée sur l'em-
ploi d'un fil de platine dont la résistance varie suivant la loi générale.
Rt = Ro[1 + At + Bt2 + C(t - 100)t 3]
de O à 850°C, cette relation devient :
Rt = Ro[1 + (3,90802. 10-3t) - (5,80195. 10-7t2)]
de 0 à -200°C
Rt = Ro [1 + (3,90802.10-3t - (5,80195.10-7 t2) - (4,27350.10-12 (t - 100)t 3)]
Dans la pratique, la sonde à résistance répond au critère
R(100°C) / R(0°C) = 1,3850

1.3 Eléments sensibles


L'élément sensible peut se présenter sous deux aspects différents
- forme cylindrique
Le fil de platine est enroulé sur un support cylindrique en verre (t maxi = 500°C), en Pyrex, en cé-
ramique (t maxi = 800°C), en alumine (t maxi 1 100°C)
- forme plate
Le fil de platine replié en accordéon sera disposé entre 2 plaques métalliques ou non (aluminium,
papier, élastomère, silicone, résine)

1.4 Domaine d'emploi


La limite supérieure d'emploi est le point de fusion de l'antimoine à 630,5°C. Mais les progrès techni-
ques permettent dès maintenant de mesurer des températures de l'ordre de 1100°C. maxi.
La limite inférieure est de -253°C.

1.5 Résistance nominale


La résistance nominale : Ro°C = 100
Néanmoins on peut rencontrer des résistances nominales à 80, 40, 25, 20 et 10
1.6 Influence du courant de mesure

Pour mesurer la résistance d'une sonde métallique en platine, il est nécessaire de la faire parcourir par
un courant.
Le courant doit être aussi faible que possible pour éviter un échauffement dû à l'effet Joule ; il doit ce-
pendant être assez élevé pour obtenir une tension de mesure assez grande (sensibilité).
Suivant les types de sondes, le courant peut varier de 2,5 à 12 mA. Pour cela on a défini un coefficient
K d'auto-échauffement pour chaque type de sonde (pression atmosphérique normale, air calme) : K =
P/ t
avec K = coefficient d'auto-échauffement
P = puissance dissipée
t = température en °C

DR4 page 1/3


Ex : une sonde de 3 mm de Ø et 20 mm de long, support en verre de K = 6 mW/°C, mesure une tempé-
rature de 25°C avec un courant de 7,5 mA
Calcul de l'erreur :
à t = 25°C R = 109,73
K = P/ t 0,006 = RI2/ t = 109,73 x 0,0075² / t d'où: t = 1°C

Si on souhaite que l'erreur ne dépasse pas 0,1°C, le courant de mesure ne devra pas excéder 2,5 mA.

2. Mesure, montage en pont


2.1 Montage 2fils

R3
Rs
r1

G
r2

R1 R2

La sonde est insérée dans une branche d'un pont de Wheatstone qui comporte deux résistances fixes
R1 et R2 et une variable R3.
Ce type de montage présente un inconvénient : en effet, on ajoute à la valeur de la résistance de la
sonde Rs, les résistances des fils de jonction r1 et r2.
En effet, à l'équilibre, on obtient:
(Rs + r1 + r2) . R2 = R1 . R3
d'où
Rs = R3 . R1/R2 - (r1 + r2)
Par construction R1 = R2, d'où
Rs = R3 - (r1 + r2)

2.2. Montage "3 fils"

R3
Rs R1
r3
r1
G
r2

R2

La sonde est connectée à la source par un troisième conducteur.


A l'équilibre on aura
(Rs + r2) . R3 = (R1 + r1) . R2
Rs = (R1 + r1) . R2 / R3 - r2

DR4 page 2/3


Par construction R2 = R3 et r1 = r2, donc:
Rs = R1

2.3 Montage "4 fils"


On peut faire circuler un courant i au moyen des fils 2 et 3 et on mesure la chute de tension aux bornes
de la résistance de la sonde Rs au moyen des fils 1 et 4.

1
2
i cst
Rs U

3
4

Dans ce cas: Rs = U/i

3. Autres types de sondes


- résistance de nickel (-60 à + 150°C)
- résistance de cuivre (-190 à + 150°C)
- résistance d'un alliage Rhodium-Fer

DR4 page 3/3


DOCUMENT RESSOURCE N° 5

CAPTEURS EN INSTRUMENTATION INDUSTRIELLE


THERMOCOUPLE TYPE K : NICKEL-CHROME / NICKEL-ALUMINIUM
F.é.m. en V. Température en °C. Jonction de référence à 0°C (selon NF C 42-321)

°C 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
-200 -5 891 -6 035 -6 158 -6 262 -6 344 -6 404 -6 441 -6 458
-100 -3 553 -3 852 -4 138 -4 410 -4 669 -4 912 -5 141 -5 354 -5 550 -5 730 -5 891
-0 0 -392 -777 -1 156 -1 527 -1 889 -2 243 -2 586 -2 920 -3 242 -3 553
+0 0 397 798 1 203 1 611 2 022 2 436 2 850 3 266 3 681 4 095
100 4 095 4 508 4 919 5 327 5 733 6 137 6 539 6 939 7 338 7 737 8 137
200 8 137 8 537 8 938 9 341 9 745 10 151 10 560 10 969 11 381 11 793 12 207
300 12 207 12 623 13 039 13 456 13 874 14 292 14 712 15 132 15 552 15 974 16 395
400 16 395 16 818 17 241 17 664 18 088 18 513 18 938 19 363 19 788 20 214 20 640

500 20 640 21 066 21 493 21 919 22 346 22 772 23 198 23 624 24 050 24 476 24 902
600 24 902 25 327 25 751 26 176 26 599 27 022 27 445 27 867 28 288 28 709 29 128
700 29 128 29 547 29 965 30 383 30 799 31 214 31 629 32 042 32 455 32 866 33 277
800 33 277 33 686 34 095 34 502 34 909 35 314 35 718 36 121 36 524 36 925 37 325
900 37 325 37 724 38 122 38 519 38 915 39 310 39 703 40 096 40 488 40 879 41 269

1 000 41 269 41 657 42 045 42 432 42 817 43 202 43 585 43 968 44 349 44 729 45 108
1 100 45 108 45 486 45 863 46 238 46 612 46 985 47 356 47 726 48 095 48 462 48 828
1 200 48 828 49 192 49 555 49 916 50 276 50 633 50 990 51 344 51 697 52 049 52 398
1 300 52 398 52 747 53 093 53 439 53 782 54 125 54 466 54 807

RESISTANCE D’UNE SONDE A FIL DE PLATINE 100 A 0°C


Relation température valeur ohmique selon NFC 42-321

°C 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
0 100,00 100,39 100,78 101,17 101,56 101,95 102,34 102,73 103,12 103,51
10 103,90 104,29 104,68 105,07 105,46 105,85 106,24 106,63 107,02 107,40
20 107,79 108,18 108,57 108,96 109,35 109,73 110,12 110,51 110,90 111,28
30 111,67 112,06 112,45 112,83 113,22 113,61 113,99 114,38 114,77 115,15
40 115,54 115,93 116,31 116,70 117,08 117,47 117,82 118,24 118,62 119,01

50 119,40 119,78 120,16 120,55 120,93 121,32 121,70 122,09 122,47 122,86
60 123,24 123,62 124,01 124,39 124,77 125,16 125,54 125,92 126,31 126,69
70 127,07 127,45 127,84 128,22 128,60 128,98 129,37 129,75 130,13 130,51
80 130,89 131,27 131,66 132,04 132,42 132,80 133,18 133,56 133,94 134,32
90 134,70 135,08 135,46 135,84 136,22 136,60 136,98 137,36 137,74 138,12

100 138,50 138,88 139,26 139,64 140,02 140,39 140,77 141,15 141,53 141,91
110 142,29 142,26 143,04 143,42 143,80 144,17 144,55 144,93 145,31 145,68
120 146,06 146,44 146,81 147,19 147,57 147,94 148,32 148,77 149,07 149,45

DR5 page 1/1


130 149,82 150,20 150,57 150,95 151,33 151,70 152,08 152,45 152,83 153,20
140 153,58 153,95 154,32 154,70 155,07 155,45 155,82 156,19 156,57 156,94

DR5 page 2/1


DOCUMENT RESSOURCE N° 6

Evaluation des pertes thermiques

kW /m²

1,1

Sans isolation
0,9

0,8

0,7

0,6

0,5

0,4

0,3

0,2
25 mm d'isolant
40 mm d'isolant
0,1 50 mm d'isolant
80 mm d'isolant

0 bain (°C)

20 30 40 50 60 70 80 90 100

Figure 1 : Déperditions par les parois d'une cuve ou d'un réservoir, avec a = 15°C et HR = 50%.

DR6 page 1/2


1
kW/m²

13 2

3
12
4
1- bain agité, ventilation V1
11 2- bain agité, ventilation V2
3- bain agité, ventilation V3
4- bain non agit é, ventilation V 1
5 5- bain non agit é, ventilation V2
10 6- bain non agit é, ventilation V3
7- bain non agit é, non ventilé
8- bain couvert
9
6

8
7

8
4

bain (°C)
0
20 30 40 50 60 70 80 90 100

Figure 2 : Pertes thermiques par évaporation à la surface du bain avec a = 15°C et HR = 50%.

kW/ m²

0,9

0,8

0,7

0,6

0,5

0,4

0,3

0,2

0,1

30 40 50 60 70 80 90 °C

DR6 page 2/2


Figure 3 : Pertes par convection et rayonnement à la surface d'un bain ouvert à l'air libre.

DR6 page 3/2


DOCUMENT RESSOURCE N° 7
RELAIS STATIQUE SUR CHARGE RESISTIVE
1. Gradateur pilote en angle de phase

Um

T/2 t

V2 1 sin2
P RI 2
R 2

Ce mode de commande peut conduire à une grande précision puisque son temps de réponse est extrêmement
court. Cependant :
- il engendre des parasites provenant de la variation brutale de l'intensité à l'amorçage des thyristors.
- la puissance active n'est généralement pas proportionnelle a la grandeur de commande du générateur
d'impulsions de gâchette.
- le facteur de puissance de l'installation se dégrade avec l’augmentation de l’angle de retard à
l’amorçage : la charge consomme de l'énergie réactive et génère des courants harmoniques.

2. Relais statique piloté en trains d'ondes

i
(A)

im

t (s)
T

t1 t2
période de commande T'

V2 t1 V 2 t1 V2
P
R t1 t2 R T’ R

La puissance active P absorbée par les résistances est proportionnelle à la grandeur de commande du géné-
rateur d'impulsions.
L'installation ne consomme pas d’énergie réactive.
L'emploi de relais statiques à thyristors pilotés en trains d'ondes entières peut s'accompagner d'une réaction
de "flicker". Ce phénomène, dû à l'enclenchement et au déclenchement successifs et répétitifs d'une charge
sur le réseau, se traduit par de brusques variations de la tension.

DR7 page 1/1


DOCUMENT RESSOURCE N° 8

Système thermique
1. Modélisation (1er ordre)

1.1. Elévation de température de la masse à chauffer


dQ1 = m . c . d
m masse à chauffer en kg
C chaleur massique en J/kg.K
Q énergie en Joule

1.2. Compensation des pertes


dQ2 = K . S [ b - a] dt
K coefficient faisant intervenir les coefficients de convection et conduction thermique.
S surface d'échange en m²
Rth = 1/(K . S) résistance thermique ; unité : °C/W
Cth = m.c capacité thermique ; unité J/K
[ b - a] différence de température entre les fluides baignant chaque face de la paroi.

1.3 Puissance fournie au système

P = m . c . d /dt + K . S [ b - a]

P puissance apportée au système en Watt.

2. Modèles utilisant les dipôles


2.1 Modèle électrique
I

ic iR
I = ic + ir = C . du/dt + u/R

C R u u = R . I (1 - e-t/RC)

=R.C

2.2 Modèle thermique


P

P1 P2
P = P1 + P2 = Cth . d /dt + /Rth
Cth Rth = Rth . P(1 - e-t/Rth Cth)
m .c
Rth . C th
K.S

Le système thermique peut se représenter par un générateur de puissanoe (générateur de courant) alimentant
la capacité thermique et la résistanoe thermique. Le potentiel aux bornes de Rth représente la température.

DR8 page 1/1