Vous êtes sur la page 1sur 156

Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne

Mécanique des fluides


et transferts

Document rédigé par Olivier BONNEFOY


Mail : bonnefoy@emse.fr

Version : 5.5 du 30 juillet 2020


Dernière version : ici

Version destinée aux étudiants


Une mise à jour de ce document pourra bientôt être téléchargée sur :
http://www.emse.fr/~bonnefoy/Public/MecaFlu-EMSE.pdf

2
Introduction
Le présent document est destiné aux étudiants de l'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne.
Il présente les bases de la mécanique des uides.

Bonne lecture.

Olivier Bonnefoy

Nota Bene : ce document est en cours d'élaboration. Il peut évidemment comporter des inexactitudes ou des

erreurs. Merci de bien vouloir en avertir l'auteur (bonnefoy@emse.fr). Il vous en sera reconnaissant et intégrera vos

remarques dans les mises à jour (voir adresse en couverture).

i
Introduction

ii
Table des matières

1 Analyse dimensionnelle 1
1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.1 Former des grandeurs adimensionnées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.2 Adimensionner une loi physique inconnue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2.3 Adimensionner une loi physique connue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.2.4 Transposer des résultats d'une échelle à l'autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.2.5 Identier l'importance d'un phénomène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3 Application à la mécanique des uides et aux transferts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.3.1 Echelles caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.3.2 Phénomènes les plus fréquents et temps caractéristiques associés . . . . . . . . . . . . 10
1.3.3 Nombres adimensionnés les plus fréquents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.3.4 Adimensionnement de l'équation de Navier-Stokes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.4 Solutions des exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

2 Cinématique, forces et contraintes 17


2.1 Approches lagrangienne et eulérienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.2 Dérivées partielle, totale et particulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.3 Représentations graphiques de l'écoulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.3.1 Trajectoire d'une parcelle de uide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.3.2 Ligne d'émission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.3.3 Champ de vitesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.3.4 Lignes de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.4 Décomposition du champ de vitesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.4.1 Rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.4.2 Déformations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.4.3 Synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.5 Forces et contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5.1 Force et vecteur-contrainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5.2 Tenseur des contraintes de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5.3 Pression hydrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.5.4 Tenseur des contraintes de cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.6 Solutions des exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

3 Fluides particuliers et lois constitutives, classication des écoulements 39


3.1 Propriétés (thermodynamiques) des matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.1.1 Masse volumique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.1.1.1 Inuence de la température (dilatabilité) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.1.1.2 Inuence de la pression (compressibilité) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.1.2 Capacités caloriques et coecient adiabatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.1.3 Vitesse du son . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.2 Equations constitutives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

iii
Introduction

3.2.1 Comportement thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41


3.2.2 Comportement chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.2.3 Comportement mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.2.3.1 Fluide newtonien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.2.3.2 Fluides complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.2.3.3 Fluide parfait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.3 Classication des écoulements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.3.1 Critères géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.3.1.1 Dimension spatiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.3.1.2 Interne vs. externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.3.2 Critères cinématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.3.2.1 Stationnaire vs. instationnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.3.2.2 Isovolume . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.3.2.3 Rotationnel vs. irrotationnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.3.2.4 Subsonique vs. supersonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.3.2.5 Laminaire vs. turbulent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.3.2.6 Compressible vs. incompressible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.4 Données numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.5 Solutions des exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

4 Bilans locaux 51
4.1 Forme générale d'un bilan local . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
4.2 Bilan local de masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.2.1 Pour chaque constituant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.2.2 Pour le uide dans son ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
4.2.3 Cas particulier d'un uide incompressible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
4.3 Bilan local de quantité de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
4.3.1 Liens entre les bilans de masse et de quantité de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
4.4 Bilan local de quantité de mouvement (linéaire) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
4.4.1 Cas général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
4.4.2 Cas particulier des uides newtoniens (équation de Navier-Stokes) . . . . . . . . . . . 57
4.5 Bilan local d'énergie mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
4.5.1 Cas général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
4.5.2 Commentaire sur le sens physique du terme σ T : (∇~v ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
4.5.3 Cas particulier pour un écoulement incompressible et stationnaire . . . . . . . . . . . 61
4.6 Bilan local d'énergie interne et d'enthalpie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
4.6.1 Bilan local d'énergie interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
4.6.2 Bilan local d'enthalpie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
4.7 Conditions aux limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
4.7.1 Mécaniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
4.7.2 Thermiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.7.3 Chimiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.8 Synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
4.9 Solutions des exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

5 Bilans macroscopiques 69
5.1 Les diérents volumes de contrôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
5.2 Expression générale du bilan macroscopique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
5.2.1 Volume de contrôle quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
5.2.2 Volume de contrôle matériel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
5.2.3 Volume de contrôle imaginaire xe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
5.3 Bilan macroscopique de masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
5.4 Bilan macroscopique de quantité de mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
5.5 Bilan macroscopique d'énergie (totale) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

iv
Introduction

5.6 Bilan macroscopique d'énergie mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

6 Compléments 75
6.1 Corrélations empiriques pour écoulements typiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
6.1.1 Ecoulement en conduite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
6.1.2 Ecoulement le long d'un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
6.1.3 Ecoulement autour d'une sphère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

7 Annexes mathématiques 79
7.1 Symboles de Kronecker et Levi-Civita, convention d'Einstein . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
7.2 Tenseurs et produits tensoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
7.2.1 Tenseurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
7.2.2 Produits tensoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
7.3 Opérateurs diérentiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
7.3.1 Dénitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
7.3.2 Formulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
7.4 Conventions sur la construction du tenseur des contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
7.4.1 Normale entrante/sortante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
7.4.2 Assemblage vertical/horizontal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
7.4.3 Synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
7.5 Démonstrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
7.5.1 Bilan des forces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
7.5.2 Bilan des moments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
7.5.3 Systèmes électro-magnétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
7.5.4 Systèmes en rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
7.5.5 Théorème Π de Vaschy-Buckingham . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
7.5.5.1 Notations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
7.5.5.2 Enoncé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
7.5.5.3 Démonstration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
7.6 Théorèmes importants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
7.6.1 Théorème de Green-Ostrogradsky . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
7.6.2 Théorème du gradient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
7.6.3 Théorème de transport de Reynolds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
7.7 Bilans en coordonnées cartésiennes (~ex , ~ey , ~ez ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
7.7.1 Produits tensoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
7.7.2 Opérateurs diérentiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
7.7.3 Bilan local de masse et de quantité de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
7.7.3.1 Bilan local de masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
7.7.3.2 Loi de Fick pour la diusion binaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
7.7.3.3 Bilan local de quantité de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
7.7.4 Bilan local de quantité de mouvement (cas général) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
7.7.5 Tenseur des taux de cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
7.7.6 Tenseur des contraintes de cisaillement pour un uide newtonien . . . . . . . . . . . . 95
7.7.7 Bilan local de quantité de mouvement (équation de Navier-Stokes) . . . . . . . . . . . 95
7.7.8 Bilan local d'énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
7.7.8.1 Equation de la chaleur (cas général) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
7.7.8.2 Loi de Fourier pour la diusion de chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
7.7.8.3 Equation de la chaleur (uide newtonien incompressible) . . . . . . . . . . . 96
7.8 Bilans en coordonnées cylindriques (~er , ~eθ , ~ez ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
7.8.1 Produits tensoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
7.8.2 Opérateurs diérentiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
7.8.3 Bilan local de masse et de quantité de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
7.8.3.1 Bilan local de masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
7.8.3.2 Loi de Fick pour la diusion binaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

v
Introduction

7.8.3.3 Bilan local de quantité de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102


7.8.4Bilan local de quantité de mouvement (cas général) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
7.8.5Tenseur des taux de cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
7.8.6Tenseur des contraintes de cisaillement pour un uide newtonien . . . . . . . . . . . . 103
7.8.7Bilan local de quantité de mouvement (équation de Navier-Stokes) . . . . . . . . . . . 103
7.8.8Bilan local d'énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
7.8.8.1 Equation de la chaleur (cas général) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
7.8.8.2 Loi de Fourier pour la diusion de chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
7.8.8.3 Equation de la chaleur (uide newtonien incompressible) . . . . . . . . . . . 104
7.9 Bilans en coordonnées sphériques (~er , ~eθ , ~eφ ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
7.9.1 Opérateurs diérentiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
7.9.2 Bilan local de masse et de quantité de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
7.9.2.1 Bilan local de masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
7.9.2.2 Loi de Fick pour la diusion binaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
7.9.2.3 Bilan local de quantité de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
7.9.3 Bilan local de quantité de mouvement (cas général) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
7.9.4 Tenseur des taux de cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
7.9.5 Tenseur des contraintes de cisaillement pour un uide newtonien . . . . . . . . . . . . 110
7.9.6 Bilan local de quantité de mouvement (équation de Navier-Stokes) . . . . . . . . . . . 111
7.9.7 Bilan local d'énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
7.9.7.1 Equation de la chaleur (cas général) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
7.9.7.2 Loi de Fourier pour la diusion de chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
7.9.7.3 Equation de la chaleur (uide newtonien incompressible) . . . . . . . . . . . 112
7.10 Ressources documentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
7.10.1 Livres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
7.10.2 Polycopiés, fascicules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
7.10.3 Vidéos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
7.10.4 Sites webs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
7.10.5 Tutoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

8 Méthodologie et formulaire 115


9 Travaux dirigés 125
9.1 Exercice d'application sur la cinématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
9.2 Convection libre et forcée simultanées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
9.3 Dimensionnement d'une canalisation cylindrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
9.4 Résistance à l'avancement d'un navire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
9.5 Maquette d'un camion en souerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
9.6 Transfert de chaleur d'un lm ruisselant vers une surface solide froide . . . . . . . . . . . . . 132
9.7 Echauement dans un viscosimètre de Couette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
9.8 Ecoulement de deux uides immiscibles adjacents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
9.9 Prol de température dans une ailette de radiateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
9.10 Refroidissement par transpiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
9.11 Prol de température dans une résistance électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
9.12 Ecoulement d'un uide de Bingham en conduite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
9.13 Tuyère et aube . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
9.14 Rendement d'une éolienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
9.15 Obstacle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
9.16 Absorbeur-neutralisateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
9.17 Solidication d'une goutte sphérique par refroidissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
9.18 Ressaut hydraulique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
9.19 Dimérisation catalytique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148

vi
Chapitre 1

Analyse dimensionnelle
I have often been impressed by the scanty 1 attention paid even by original workers in physics
to the great principle of similitude. It happens not infrequently that results in the form of "laws"
are put forward as novelties on the basis of elaborate experiments, which might have been predicted
a priori after a few minutes' consideration.

- Lord Rayleigh, Nature (1915)

1.1 Introduction
L'analyse dimensionnelle est un ensembe de techniques permettant de :
 diminuer le nombre de grandeurs nécessaires à la description d'un phénomène physique
 minimiser le nombre de mesures nécessaires à la détermination d'une loi physique inconnue
 étudier les solutions asymptotiques d'une loi physique en identiant les termes prépondérants
 établir un lien entre des mesures obtenues sur le dispositif réel et sur un modèle réduit

Dénitions
Dans un problème de physique, plusieurs grandeurs physiques xi interviennent : diamètre, vitesse,
durée, masse, . . . Elles sont liées par une loi physique qui, bien souvent, permet de connaître la réponse
du système lorsqu'une sollicitation lui est appliquée :

f (x1 , . . . , xn ) = 0

Dans certains cas particuliers, la théorie permet d'établir une expression analytique de cette loi. Par
exemple,
√ la vitesse de vidange d'un réservoir sous l'eet de la gravité est donnée par la formule de Torricelli
v = 2gh et l'intensité du courant électrique I induit par la diérence de potentiel U est donnée par la loi
d'Ohm I = U/R. Dans la grande majorité des situations intéressantes pour un ingénieur, toutefois, on sait
que les grandeurs sont liées mais il n'est pas possible d'écrire explicitement une équation ou de la résoudre.
Par exemple, la puissance P requise pour qu'un avion vole à la vitesse ~v dans une zone étendue de turbulences
n'est pas calculable par une équation simple. On peut simplement écrire f (~v , P, . . . ) = 0.

Chaque grandeur peut s'exprimer avec un nombre inni d'unités. Par exemple, le diamètre d'une sphère
peut s'exprimer en µm, cm, pouces, miles, km, année-lumière, . . . Il est important d'être très vigilant sur les
unités car les conséquences d'une erreur peuvent être funestes. A titre d'illustration, la sonde spatiale "Mars
Climate Orbiter" (193 millions de dollars) n'a pas atteint sa cible car les unités étaient Foot-Pound-Second
chez le constructeur (Lockheed Martin) et Mètre-Kilogramme-Seconde chez le gestionnaire des communica-
tions entre le satellite et le centre de contrôle de Pasadena (Jet Propulsion Laboratory).

1. scanty = peu abondante, insusante

1
Chapitre 1. Analyse dimensionnelle

En revanche, il existe un nombre ni de dimensions. Pour toute la physique, on en recense seulement
sept. Le choix des sept dimensions de base comporte une part d'arbitraire. Celles retenues par le Système
International sont : masse (M ), longueur (L), temps (T ), température (θ), intensité électrique (I ), intensité
lumineuse (J ) et quantité de matière (N ).

L'équation aux dimensions d'une grandeur quelconque x relie sa dimension, notée [x] à celles des
dimensions de base. Dans le Système International, la forme générale est :

[x] = M a1 La2 T a3 θa4 I a5 J a6 N a7

De manière triviale, une grandeur sans dimension est telle que tous les exposants ai sont nuls 2 .

Grandeur Symbole Unité SI Equation aux dimensions


Longueur L m L
Surface S m2 L2
Volume V m3 L3
Fréquence f Hz T−1
Durée ∆t s T
Vitesse v m/s L.T−1
Accélération a, g m/s2 L.T−2
Masse m kg M
Masse volumique ρ kg/m3 M.L−3
Quantité de mouvement P~ kg.m/s M.L.T−1
Pression, contrainte p, σ, τ Pa M.L−1 .T−2
Force F N M.L.T−2
Couple C N.m M.L2 .T−2
Puissance P W M.L2 .T−3
Energie E, Ec J M.L2 .T−2
Viscosité dynamique µ Pa.s M.L−1 .T−1
Tension supercielle σ J/m2 M.T−2
Conductivité thermique λ W/m/K M.L.T−3 .θ−1
Coecient d'échange de chaleur h W/m2 /K M.T−3 .θ−1
Capacité calorique massique c̄p J/K/kg L2 .T−2 .θ−1
Viscosité cinématique ν m2 /s L2 .T−1
Coecient de diusion moléculaire DAB m2 /s L2 .T−1
Diusivité thermique α m2 /s L2 .T−1
Gradient, divergence ∇ m−1 L−1
Laplacien ∆ m−2 L−2

Table 1.1  Equations aux dimensions des grandeurs usuelles en mécanique des uides.

Exercice 1. en utilisant le Système International, donner l'équation aux dimensions du produit ρ.V 2
et du produit ρ.ν 2 . Commenter.

2. On remarquera qu'il existe des grandeurs sans dimension mais avec une unité. Par exemple, l'angle est le rapport de deux
longueurs (l'arc divisé par le rayon) et s'exprime en radian.

2
1.2. Méthodes

1.2 Méthodes
1.2.1 Former des grandeurs adimensionnées
Méthode
On décrit ici la procédure pour construire un ensemble de p grandeurs adimensionnées à partir de n grandeurs
physiques. Cette procédure est inspirée du théorème Π de Vaschy-Buckingham (démonstration en page 89).

1. identier les n grandeurs physiques xi du problème. Il peut s'agir de paramètres constants, de fonctions
ou de variables. Il est important de toutes les recenser.
2. écrire l'équation aux dimensions de chaque grandeur xi :
M
Y
ami
[xi ] = Dm
m=1

3. construire la matrice dimensionnelle A dénie par :


 
a11 ... a1n
A ≡  ... ..
.
.. 
. 

aM 1 ... aM n

4. calculer le rang r de la matrice dimensionnelle


5. choisir r grandeurs de base que l'on notera bi . Ces grandeurs doivent être dimensionnellement
indépendantes. On peut choisir les bi parmi les xi si xi est invariant (par exemple la gravité). Si xi est
une fonction ou une variable, on peut utiliser les conditions aux limites ou bien les conditions initiales
(qui sont des constantes). Il est parfois astucieux de former des grandeurs de base en prenant des
produits, quotients ou puissances des xi .
6. former n échelles caractéristiques Xi . Pour cela, identier les r − 1 coecients αji tels que les
dimensions de Xi et xi soient les mêmes :
Y α
Xi ≡ bj ji tel que [Xi ] = [xi ]
j6=i

Dans un problème donné, il est possible d'avoir plusieurs échelles caractéristiques de même dimension
(deux temps caractéristiques, deux longueurs caractéristiques, . . .).
7. former n grandeurs sans dimension en prenant le ratio xi /Xi :

Ni lorsque xi est un paramètre constant



xi
La grandeur adimensionnée est notée
Xi x∗i lorsque xi est une fonction ou une variable

8. éliminer les r grandeurs adimensionnées sans intérêt : constantes, multiples ou puissances d'un autre
nombre adimensionné, . . .

Il reste les p ≡ n − r grandeurs adimensionnées recherchées.

3
Chapitre 1. Analyse dimensionnelle

Figure 1.1  Nécessité de choisir des grandeurs liées par une relation de cause à eet. Source.

Exemple
Considérons un objet sphérique chutant dans le vide sous l'eet de la gravité et essayons de prévoir la
durée de chute. Les grandeurs physiques a priori pertinentes sont la durée de la chute τ , la hauteur initiale
h0 , la vitesse initiale v0 , le diamètre d, la masse m et l'accélération de la pesanteur g . Le nombre n de
grandeurs est égal à 6. La loi physique s'énonce ainsi :

f (τ, h0 , d, m, g, v0 ) = 0

La matrice dimensionnelle peut s'écrire sous la forme d'un tableau :

τ h0 d m g v0
M 0 0 0 1 0 0
L 0 1 1 0 1 1
T 1 0 0 0 -2 -1
θ 0 0 0 0 0 0
I 0 0 0 0 0 0
J 0 0 0 0 0 0
N 0 0 0 0 0 0

Le rang r de cette matrice est égal à 3. Nous choisissons autant de grandeurs de base dimensionnellement
indépendantes ; par exemple m, g et v0 . En utilisant ces grandeurs de base, formons maintenant autant de
nombres adimensionnés qu'il y a de variables physiques 3 :
N ≡ v0 .gτ −1

 1

h0
 N2 ≡ v02 .g−1




N3 ≡ v2 .gd −1

0
 N4 ≡ m
 m
N5 ≡ gg





N6 ≡ vv00

3. On peut utiliser la méthode du pivot de Gauss en supplément à l'intuition.

4
1.2. Méthodes

Les trois dernières grandeurs adimensionnées sont des constantes, égales à l'unité, et n'ont aucun intérêt.
Le nombre p de grandeurs adimensionnées pertinentes est donc égal à 3, ce qui était prévisible (p ≡ n − r).

Exercice 2. la puissance P nécessaire au fonctionnement d'une pompe axiale dépend de la masse


volumique ρ du uide, de sa viscosité dynamique µ, de la vitesse angulaire Ω et du diamètre D du
rotor, du débit volumique Q et de la charge hydraulique ∆H qui est générée (égale à l'augmentation
de pression ∆p divisée par le produit ρ.~g ). Quels sont les nombres adimensionnés pertinents ?

Exercice 3. trouver la vitesse caractéristique d'un uide s'écoulant dans un milieu poreux sous l'eet
d'un gradient de pression. Application à de l'eau s'égouttant par gravité dans un pot de eur.

1.2.2 Adimensionner une loi physique inconnue


Méthode
Considérons une loi physique faisant intervenir n grandeurs physiques x1 , . . . , xn :

f (x1 , . . . , xn ) = 0 (1.1)

Si cette loi est inconnue, on cherchera à établir une corrélation empirique entre ces grandeurs. Pour minimiser
le nombre d'expériences ou de simulations numériques, on peut avantageusement former p grandeurs adi-
mensionnées selon la procédure décrite dans la section précédente. En eet, la loi physique sera équivalente 4
à l'équation suivante, dite "loi physique adimensionnée" :

g (N1 , . . . , Np ) = 0 ⇔ N1 = h (N2 , . . . , Np ) (1.2)

dont le nombre de variables est strictement inférieur à n. Dans le cas particulier où il n'y a qu'un nombre
adimensionné (p = 1), alors cette équation s'écrit simplement N1 = constante. De manière générale, lorsque
les diérents phénomènes sont découplés, les corrélations ont souvent la forme d'un produit de fonctions,
elles-mêmes souvent lois de puissance :

N1 = A.h2 (N2 ) .h3 (N3 ) . . . avec hi (Ni ) = Niki

Lorsque les phénomènes sont couplés, l'expression analytique des corrélations est plus dicile à établir.

Exemple
Dans le prolongement de l'exemple de la section précédente, on peut écrire les équivalences suivantes :
 τ.g
 N1 ≡ v0

f (τ, h0 , d, m, g, v0 ) = 0 ⇔ N1 = h (N2 , N3 ) avec N2 ≡ hv02.g
0
 N ≡ d.g

3 v02

On peut formuler quelques commentaires :


 la loi adimensionnée ne fait intervenir que 3 grandeurs alors que la loi physique en fait intervenir 6.
 l'analyse dimensionnelle montre que la masse n'inuence pas la durée de chute dans le vide, en accord
avec les observations faites par Galilée (1564-1642).
 l'analyse dimensionnelle ne permet pas d'en savoir davantage. Seules des expériences, des simulations
numériques ou un calcul théorique permettront de préciser la forme de l'équation N1 = h (N2 , N3 ). En
l'occurence, on verrait que N3 n'a aucune inuence sur N1 (la taille de l'objet n'a pas d'inuence sur
la durée de chute dans le vide). La loi physique se résumerait alors à N1 = h (N2 ). Graphiquement,
la corrélation serait représentée par une courbe maîtresse dans le plan N1 − N2 .

4. Pour établir cette équivalence, on peut essayer d'isoler la grandeur adimensionnée faisant apparaître la sollicitation du
système. Cette dernière est en principe unique. La réponse (physique) du système à cette sollicitation est souvent unique mais
peut présenter diérentes solutions si le système est dans un état métastable ou instable.

5
Chapitre 1. Analyse dimensionnelle

1.2.3 Adimensionner une loi physique connue


Méthode
Lorsque la loi physique est connue, on peut facilement établir l'expression analytique de la loi physique
adimensionnée. Il sut pour cela de remplacer chaque occurence de xi par :
 le produit x∗i .Xi s'il s'agit d'une fonction ou d'une variable
 le produit Ni .Xi s'il s'agit d'un paramètre constant
puis de réaliser les simplications nécessaires pour éliminer les échelles caractéristiques Xi .

Dans le cas où la loi physique fait intervenir une dérivée ou une intégrale, on utilise les règles suivantes :
dx1 X1 dx∗1
= .
dx2 X2 dx∗2
Z Z
x1 .dx2 = X1 .X2 . x∗1 .dx∗2

L'adimensionnement d'une loi physique connue permet réduire le nombre de grandeurs et donc de faciliter son
calcul. Quand la loi se présente sous la forme d'une somme de plusieurs termes, l'adimensionnement permet
également d'évaluer l'ordre de grandeur des diérents termes et ainsi, plus facilement, de considérer les cas
asymptotiques où l'un ou l'autre des termes, et donc des phénomènes physiques associés, est négligeable ou
prépondérant devant les autres.

Exemple
Toujours dans le prolongement de l'exemple de la section précédente, la théorie permet de relier le dépla-
cement de l'objet à la durée de chute. Il sut d'appliquer le principe fondamental de la dynamique et de
réaliser une intégration :
dx
x(t) tel que = g.t + v0
dt
Parmi les 4 grandeurs physiques (x1 , x2 , x3 , x4 ) = (x, t, g, v0 ), les deux premières sont des fonctions ou des
variables tandis que les deux dernières sont des paramètres constants. Ces quatre grandeurs font intervenir
deux dimensions (L et T ) et le rang de la matrice dimensionnelle est r = 2. Pour les deux grandeurs de base,
il est naturel de choisir les paramètres constants : (b1 , b2 ) = (g, v0 ). Cela permet de construire les échelles
caractéristiques Xi et les grandeurs sans dimension suivantes :

v2
 ∗
X1 ≡ g0 x ≡ x
 t∗ ≡ Xt 1

 
 
v0
X2 ≡ g

et X2

 X 3 ≡ g 
 N3 ≡ Xg3
v0
N4 ≡ X
 
X4 ≡ v0

4

En remplaçant les grandeurs physiques xi par les produits x∗i .Xi ou Ni .Xi , on peut réécrire la loi physique :
dx d (x∗ .X1 )
= g.t + v0 ⇔ = (N3 .X3 ) . (t∗ .X2 ) + (N4 .X4 )
dt d (t∗ .X2 )
Ce qui conduit, en remplaçant les échelles caractéristiques Xi par leur valeur puis en divisant membre à
membre par v0 à la loi physique adimensionnée :
dx∗
x∗ (t∗ ) tel que = t∗ + 1
dt∗
Cette équation permet de voir que pour les temps courts (t∗  1), la vitesse reste quasiment identique à sa
valeur initiale et, que pour des temps longs (t∗  1) la vitesse croît proportionnellement au temps. De plus,
cette démarche permet de dénir le temps caractéristique vg0 .

Exercice 4. évaluer le temps caractéristique de la décharge d'un condensateur dans un circuit RC.

6
1.2. Méthodes

Exercice 5. évaluer le temps caractéristique des oscillations d'un pendule oscillant obéissant à la loi
θ̈ + g
L . sin θ = 0.

Exercice 6. considérons une EDP de convection-diusion-réaction :


∂c
+ V.∇c = D.∇2 c − k.c
∂t
Adimensionner cette équation. Mettre en évidence trois temps caractéristiques du système physique re-
présenté par cette équation. Faire apparaître ces temps caractéristiques dans la dénition des nombres
adimensionnés pertinents. Quelle approximation peut-on faire dans le cas où la réaction a lieu dans
un réacteur d'un litre alimenté en continu par de l'eau circulant à 10 cm/s (on prendra un coecient
de diusion de 3.10−9 m2 .s−1 ) ?

1.2.4 Transposer des résultats d'une échelle à l'autre


Méthode
En ingénierie, la conception d'un nouveau système, sa construction et son utilisation présentent parfois
des risques humains, techniques ou nanciers. C'est le cas lorsque les connaissances manquent et notamment
lorsque les équations gouvernant son évolution (i) ne sont pas connues (ii) sont connues mais non solubles ou
bien (iii) sont connues et solubles mais leur solution (théorique ou numérique) n'a pas été validée expérimen-
talement. Dans ces situations, il est parfois judicieux de mener des expériences préalables sur des maquettes,
qui sont souvent de taille réduite mais peuvent également être plus grandes que le prototype (système à
taille réelle). Si certaines conditions sont respectées, l'analyse dimensionnelle permet de transposer les ré-
sultats d'une échelle à l'autre. Cette approche est fréquemment mise en oeuvre lorsque des uides sont en
écoulement. Dans ce cas, les maquettes sont placées dans des soueries aérodynamiques (voitures, avions,
hélicoptères, drones, fusées, navettes), des bassins des carènes (navires et sous-marins) ou autre (réacteur
chimique, pompe, hydrologie uviale ou maritime).

Considérons un problème de physique dont la loi physique adimensionnée, connue ou inconnue, s'énonce
de la manière suivante :
N1 = h (N2 , . . . , Np ) (1.3)
Puisque la loi physique est la même quelle que soit la taille du système considéré, l'égalité des nombres
adimensionnés N2 , . . . , Np aux deux échelles entraîne l'égalité de N1 aux deux échelles. Dans la littérature, le
système à pleine échelle est souvent appelé prototype et les grandeurs associées sont désignées par l'exposant
P ou bien 1 (écoulement principal, premier écoulement) tandis que le système modèle est appelé maquette
(exposant M ou 2 pour "second écoulement").
 P
N2 = N2M

 .. .. 
 . .  ⇒ N1P = N1M
NpP = NpM

Similitude complète : on dit que deux systèmes sont similaires, ou en complète similitude, lorsque les
conditions suivantes sont remplies :
 tous les nombres adimensionnés sont identiques
 les conditions aux limites adimensionnées sont identiques
 les conditions initiales adimensionnées sont identiques (pour les états instationnaires)
De la première condition, on peut déduire que la forme géométrique est invariante : dans une similitude
complète, les deux systèmes sont homothétiques l'un de l'autre. Parmi toutes les invariances, certains au-
teurs distinguent la similitude géométrique (invariance des rapports de longueur), la similitude cinématique
(invariance des rapports de vitesse) et la similitude dynamique (invariance des rapports de force).

7
Chapitre 1. Analyse dimensionnelle

Similitude incomplète : on parle de similitude incomplète lorsqu'au moins une condition de similitude
n'est pas remplie. Cette situation se rencontre notamment lorsque :
 les matériaux imposés par la similitude sont trop malcommodes d'emploi ou bien tout simplement
n'existent pas
 les sollicitations ne peuvent pas être contrôlées. Par exemple, l'intensité de la force de gravitation
est la même quelle que soit la taille du système (sauf chute libre, centrifugation et changement de
planète).
 un phénomène est négligeable à une échelle et prépondérant, ou au moins inuant, à une autre échelle.
Par exemple, l'eet de la tension supercielle jouera probablement un rôle important pour un système
millimétrique mais sera négligeable pour un système de la taille de l'océan.
L'extrapolation des résultats n'est alors pas justiable rigoureusement d'un point de vue mathématique. En
pratique, il arrive toutefois que cette diculté puisse être négligée ou contournée :
 si la fonction N1 = h (N2 , . . . , Np ) reste quasi-constante quelle que soit la valeur de Np (sur R ou un
intervalle de R), l'extrapolation sera correcte même si Np n'est pas identiques pour les deux systèmes,
 en renonçant à une pure homothétie et en introduisant une distorsion géométrique (par exemple une
échelle de largeur et une de longueur), on peut tout de même obtenir des résultats.

Exemple
Cherchons à évaluer la puissance consommée par un sous-marin opérant à VP =2,6 m.s−1 dans une eau
de mer de masse volumique ρP =1010 kg.m−3 et de viscosité cinématique νP =1,3.10−6 m2 .s−1 . Pour cela,
on construit un modèle réduit dans un rapport LM /LP = 1/20 que l'on place dans un canal d'eau douce
(ρM =988 kg.m−3 et νM =0,65.10−6 m2 .s−1 ). En se plaçant dans des conditions de similitude, on mesure la
force de poussée FM qui s'exerce sur la maquette ; elle est de 500 kN.

Le problème est décrit par n = 5 grandeurs physiques : la taille L et la vitesse V du sous-marin, la masse
volumique ρ et la viscosité cinématique ν du uide, la force de traînée F . Ces grandeurs font intervenir
r = 3 dimensions (L,M,T). La loi physique du problème relie donc p = n − r = 2 nombres adimensionnés.
Choisissons r = 3 grandeurs de base dimensionnellement indépendantes ; par exemple la taille L [L], la vitesse
V [L.T−1 ] et la force F [M.L.T−2 ]. Nous pouvons construire n = 5 nombres sans dimension :

N1 ≡ L


 L
 N2 ≡ VV


N3 ≡ F.L−2ρ.V −2
ν
N ≡ L.V

 4


 F
N5 ≡ F

On voit que seuls deux nombres adimensionnés sont pertinents : N3 et N4 . La similitude entre le sous-marin
à pleine échelle et la maquette impose l'égalité des nombres adimensionnés pertinents :
ρP
= F .Lρ−2
(
 P M
N3 = N3M FP .L−2 −2 −2
P M soit ν
P .VP M
ν
M .VM
N4 = N4 P
L .V = L .V
M
P P M M

De la deuxième équation, on tire la vitesse (très rapide) que doit avoir la maquette :
νM LP
VM = VP . . d'où VM = 26 m.s−1
νP LM
De la première équation, on tire la force de traînée du sous-marin à pleine échelle :
 2
ρP νP
FP = FM . . d'où FP = 2045 kN
ρM νM

En utilisant la formule P = F.V , on trouve que la puissance consommée par le sous-marin réel est de 5,32
MW. On verra dans la section 1.3 que, à un coecient près, les nombres adimensionnés N3 et N4 sont les
inverses du coecient de traînée Cx et du nombre de Reynolds Re respectivement.

8
1.2. Méthodes

Exercice 7. on considère un modèle réduit au tiers de la pompe étudiée dans un exercice de la section
1.2.1. Calculer la puissance PP nécessaire pour faire tourner le prototype à 300 rpm ainsi que son débit
sachant que la puissance PM consommée par la maquette est de 2 hp lorsque cette dernière fonctionne
edans des conditions de similitude caractérisées par : ΩM = 900 rpm, DM = 5 in, ∆HM = 10 ft,
QM = 3 ft3 .s−1 .

1.2.5 Identier l'importance d'un phénomène


Méthode
Dans certains situations, il arrive qu'un phénomène soit négligeable devant un autre. Cela permet de
simplier la modélisation et de faciliter sa résolution. Pour identier l'importance relative de deux phéno-
mènes, on peut ré-écrire les nombres adimensionnels sous la forme d'un ratio de deux durées caractéristiques,
chacune étant associée à un phénomène. Cela est souvent possible. Si le nombre adimensionné est proche de
l'unité, cela signie que les deux phénomènes ont des durées caractéristiques comparables. Ils se déroulent
sur des domaines spatiaux d'étendue comparable en des temps comparables ; on dit alors que le couplage est
fort. En revanche, si le ratio des deux temps caractéristiques s'éloigne beaucoup de l'unité, on dit que les
phénomènes sont découplés : un phénomène rapide (constante de temps faible) coexiste avec un phénomène
lent (constante de temps élevée).

Dans cette situation de découplage, le comportement du système est piloté par un seul des deux phéno-
mènes, c'est-à-dire qu'une variation d'un paramètre intervenant dans le temps caractéristique de ce phéno-
mène a une inuence directe (le plus souvent proportionnelle ou inversement porportionnelle) sur le compor-
tement de ce système. Deux cas principaux sont à distinguer :
 Deux phénomènes en parallèle (1/τ = 1/τrapide + 1/τlent ≈ 1/τrapide ) : le système est piloté par le
phénomène le plus rapide. On peut négliger la contribution du phénomène lent.
 Deux phénomènes en série (τ = τrapide + τlent ≈ τlent ) : le système est piloté par le phénomène le plus
lent. On peut négliger la contribution du phénomène rapide.

Ces réexions sont à la base des stratégies d'intensication des procédés : adapter la taille des systèmes, les
matériaux et les conditions opératoires de manière à maximiser l'ecacité 5 .

Exemple
Considérons le transfert de chaleur d'un solide vers un uide. On distingue trois phénomènes :
1. la conduction dans le solide avec un temps caractéristique : τ1 ≡ Ls
αs
Lf
2. la conduction dans le uide avec un temps caractéristique : τ2 ≡ αf
Lf .ρf .cpf
3. la convection dans le uide avec un temps caractéristique : τ3 ≡ h avec λ = α.ρ.cp
L'importance relative de ces phénomènes peut être évaluée par les trois nombres adimensionnés suivants :
h.L
 N u ≡ λf f = ττ23 : nombre de Nusselt, utile pour comparer la conduction dans le uide à la convection
dans le uide
h.L ρ .c
 Bi ≡ λsf = ττ13 . ρfs .cps
pf
: nombre de Biot, utile pour comparer la conduction dans le solide à la
convection dans le uide
α
 N ≡ αfs = ττ12 : nombre sans nom particulier, utile pour comparer la conduction dans le uide à la
conduction dans le solide

5. Lire par exemple page 84 de "Green Process Engineering : From Concepts to Industrial Applications" By Martine Poux,
Patrick Cognet, Christophe Gourdon 2015, ISBN : 1482208172.

9
Chapitre 1. Analyse dimensionnelle

1.3 Application à la mécanique des uides et aux transferts


1.3.1 Echelles caractéristiques
En mécanique des uides, les échelles caractéristiques sont presque toujours parmi les suivantes :
 longueur (L)
 vitesse (V )
 pression (∆p ou ρ.V 2 )
 force (F ou ρ.ν 2 )
 diérence de température ∆T

Le choix de la longueur caractéristique L dépend du problème étudié. Il y a une part d'adaptation et


donc d'arbitraire. Toutefois, bien souvent, il s'agit de la plus petite dimension physique. Ainsi, on retiendra
le diamètre d'une longue canalisation, le diamètre d'une sphère solide dans un grand volume, l'épaisseur d'un
prol pour une aile d'avion, . . .

1.3.2 Phénomènes les plus fréquents et temps caractéristiques associés


Les phénomènes les plus souvent rencontrés en mécanique des uides possèdent chacun une durée caracté-
ristique donnée dans le tableau 1.2.

Phénomène Temps caractéristique


L2
Diusion de chaleur τdi therm ≡ α
L2
Diusion de matière τdi mat ≡ DAB
L2
Diusion de QDM τvisc ≡ ν

Convection de QDM τconv ≡ L


V

Onde gravitaire τgrav ≡ √L


gL

Onde acoustique τson ≡ vLs


ρs .d2s
Freinage visqueux τfrein ≡ 18.µ
L.ρ.c
Convection de chaleur τconv therm ≡ h p
q
3
Tension de surface τsurf ≡ ρ.L σ

Réaction chimique d'ordre 1 τchim ≡ 1


k

Table 1.2  Durée caractéristique des diérents phénomènes.

1.3.3 Nombres adimensionnés les plus fréquents


A partir de ces dernières, on peut construire un certain nombre de grandeurs adimensionnées qui com-
parent l'intensité relative de deux phénomènes. Le tableau 1.3 présente les dénitions les plus fréquentes.
Il est à noter que, pour un jeu de n grandeurs physiques xi , il existe plusieurs jeux de p nombres sans
dimension Ni . On passe aisément de l'un à l'autre en constituant des produits, quotients ou√puissances. Par
exemple, à la place du couple (N1 , N2 ), on pourrait utiliser le couple N13 , N2 ou 4.N1 , N2 ou encore


(N1 .N2 , N2 /N1 ). Pour certains nombres adimensionnés N , le tableau 1.4 indique la terminologie spécique
utilisée pour désigner l'état du système lorsque les valeurs de N sont très petites ou très grandes devant
l'unité (situation de découplage).

Les grandeurs utilisées dans ces tableaux sont les suivantes : vitesse V , distance L, diamètre d, coecient
de diusion DAB , viscosité cinématique ν , masse volumique du uide ρ, pression p, gravité g , vitesse du son

10
1.3. Application à la mécanique des uides et aux transferts

adiabatique vs , tension supercielle σ , aire de section A, diusivité thermique α, coecient de transfert de


chaleur h, capacité calorique massique cp , conductivité thermique λ. La constante de vitesse k de la réaction
chimique est en [s−1 ] pour une réaction volumique et en [m.s−1 ] pour une réaction surfacique.

Système Nom Symbole Expression Ratio de temps


Un uide Reynolds Re ρ.V.L
µ = V.L
ν τvisc /τconv

Peclet Pe V.L
DAB τdi mat /τconv

Schmidt Sc ν
DAB τdi mat /τvisc

Euler Eu 1
∆p
2 n/a
2 ρV

Froude Fr √V
g.L
τgrav /τconv

Mach Ma = M V
vs τson /τconv

Deux uides Weber We ρ.L.V 2


σ (τsurf /τconv )
2

∆ρ.g.L2 2
Bond Bo σ (τsurf /τgrav )
2
Capillaire Ca µ.V
σ (τsurf ) / (τconv .τvisc )

Ohnesorge Oh √ µ
ρ.σ.L
τsurf /τvisc

Fluide+Solide Stokes St
ρS .d2S .V
µ.L τfrein /τconv
F/A
Coe de traînée Cx = CD 1 2 n/a
2 ρ.V

Fluide+Thermique Prandtl Pr ν
α τdi therm /τvisc

Peclet thermique P eθ V.L


α τdi therm /τconv

Lewis Le α
DAB τdi mat /τdi therm
h.Lf
Nusselt Nu λf τdi therm /τconv therm

Fluide+Chimie Damköhler I DaI k.L


V τconv /τchim

Damköhler II (surf) DaII


surf
k.L
DAB τdi mat /τchim

Damköhler II (vol) DaII


vol
k.L2
DAB τdi mat /τchim

Table 1.3  Nombres adimensionnés classiques en mécanique des uides et transferts.

1.3.4 Adimensionnement de l'équation de Navier-Stokes


L'écoulement de uide newtonien incompressible (avec λ = 0 et viscosité µ constante) est décrit par l'équation
de Navier-Stokes (équation 4.29 en page 57) :
 

ρ + ~v · ∇ ~v = −∇p + µ.∆~v + ρ~g
∂t

11
Chapitre 1. Analyse dimensionnelle

Nom N N 1 N 1 Intérêt / domaine

Reynolds Re Laminaire Turbulent Régime d'écoulement

Stokes St Particules pilotées Deux phases décou- Couplage entre les deux phases d'une
par uide plées suspension
Froude Fr Subcritique (uvial) Supercritique (tor- Régime d'écoulement à surface libre,
rentiel) hydraulique uviale et maritime
Mach Ma Subsonique Supersonique Eet de la compressibilité du uide, aé-
rodynamisme
Peclet Peθ Particules soumises à Particules entraî- Rhéologie
agitation brownienne nées par uide

Table 1.4  Domaines asymptotiques.

Les grandeurs physiques sont au nombre de n = 7 : ~v , p, x, t pour les fonctions ou variables et ρ, µ, ~g pour
les paramètres constants. Comme le rang r de la matrice dimensionnelle est égal à 3, il faut trouver trois
grandeurs de base bi . Comme on va le constater, il s'avère pratique de choisir L, V et ρV 2 . Les échelles
caractéristiques Xi et les grandeurs adimensionnées sont alors :



 v ∗ ≡ Xv1 avec X1 ≡ V


 p∗ ≡ Xp avec X2 ≡ ρV 2



 2

x∗ ≡ Xx3 avec X3 ≡ L





t∗ ≡ Xt4 avec X4 ≡ L
V

 2
N5 ≡ Xρ5 avec X5 ≡ ρV


V2



 2
N6 ≡ Xµ6 avec X6 ≡ ρVV .L





V2

 N ≡ g avec X7 ≡

7 X7 L

On s'aperçoit que les nombres adimensionnés N6 et N7 sont liés à des nombres classiques :
1 ρ.V.L
N6 = avec Re ≡
Re µ
1 V
N7 = avec Fr ≡ √
F r2 gL
En remplaçant les grandeurs physiques xi par les produits x∗i .Xi ou Ni .Xi , l'équation de Navier-Stokes
devient :
∂~v ∗ 1 1 ~g
+ (~v ∗ · ∇∗ ) ~v ∗ = −∇∗ p∗ + .∆∗~v ∗ + .
∂t∗ Re F r2 k~g k
avec les opérateurs ∇∗ ≡ L.∇ et ∆∗ ≡ L2 .∆. L'étude des solutions asymptotiques est facilitée. Par exemple,
en régime stationnaire et en négligeant la gravité, l'équation de Navier-Stokes devient :
1
∇∗ p∗ = − (~v ∗ · ∇∗ ) ~v ∗ + .∆∗~v ∗
Re
Pour un nombre de Reynolds très grand devant l'unité, l'équation de Navier-Stokes devient l'équation d'Euler,
valable pour un uide parfait (µ = 0) mais aussi pour un uide réel dans un écoulement turbulent (Re → ∞) :

∇∗ p∗ = −~v ∗ ∇∗~v ∗

12
1.3. Application à la mécanique des uides et aux transferts

Pour un nombre de Reynolds très petit devant l'unité, l'écoulement est dominé par les forces visqueuses et
l'on parle d'écoulement rampant (creeping ow) ou écoulement de Stokes. Dans ce cas, l'équation se réduit
à:
1 1 ~g
∇∗ p∗ = .∆∗~v ∗ + .
Re F r2 k~g k

13
1.4 Solutions des exercices

Exercice 1 l'équation aux dimensions du produit ρ.V 2 est [ρ.V 2 ] = M.L−1 .T −2 . On constate que ce dernier
produit est homogène à une pression. Celle du produit ρ.ν 2 est [ρ.ν 2 ] = M.L.T −2 . On constate que ce dernier
produit est homogène à une force.

Exercice 2 la matrice dimensionnelle peut s'écrire sous la forme d'un tableau :

P ρ µ Ω D Q ∆H
M 1 1 1 0 0 0 0
L 2 -3 -1 0 1 3 1
T -3 0 -1 -1 0 -1 0

Le rang r de cette matrice est égal à 3. Nous choisissons autant de grandeurs de base dimensionnellement
indépendantes ; par exemple ρ, Ω et D. En utilisant ces grandeurs de base, formons maintenant autant de
nombres adimensionnés qu'il y a de variables physiques :



 N1 ≡ ρ.ΩP3 .D5



N2 ≡ ρρ









 N ≡ µ


 3 ρ.Ω.D 2



N4 ≡ Ω




N5 ≡ D




 D


 Q



 N6 ≡ Ω.D 3



 N ≡ ∆H

7 D

Les grandeurs adimensionnées N2 , N4 et N5 sont des constantes, égales à l'unité, et n'ont aucun intérêt. Le
nombre p de grandeurs adimensionnées pertinentes est donc égal à 4, ce qui était prévisible (p ≡ n − r). Pour
caractériser le fonctionnement de ce type de pompe, on cherchera la corrélation entre les quatre grandeurs
suivantes :  
P Q ∆H µ
= f , ,
ρ.Ω3 .D5 Ω.D3 D ρ.Ω.D2
Exercice 3 les grandeurs physiques sont :
 matériau liquide : viscosité dynamique µ
 matériau solide : taille des pores d
 sollicitation : gradient de pression ∆p/L ou bien gravité g
 réponse : vitesse v
∆p/L
L'analyse montre qu'il y a un nombre adimensionné : µ.v/d 2 . Il est donc constant. Si l'on considère qu'il

∆p d2
est proche de l'unité, alors une première estimation de la vitesse est donnée par v ≈ L . µ . Application
2
2 1000.9,81.(10−4 )
numérique : v ≈ ρgd
µ ≈ 10 −3 ≈ 10 cm.s−1 .

Exercice 4 la tension est donnée par dV


dt + 1
RC .V = 0 ce qui permet de dénir le temps τ ≡ RC .

Exercice 5
q
τ ≡ Lg .
1.4. Solutions des exercices

Exercice 6 Réponse courte : les transferts de matière par diusion sont souvent très lents par rapport aux

transferts convectifs. Il sut de résoudre ∂c ∗ ∗ ∗
∂t∗ + V .∇ c = −N6 .c

avec N6 = V0 /L k
0
.
Réponse complète : les grandeurs physiques sont au nombre de n = 6 : (x1 , x2 , x3 , x4 , x5 , x6 ) = (x, t, c, V, D, k).
Ce sont respectivement l'espace x (caché dans le gradient et le laplacien), le temps t, un scalaire c qui peut
être la concentration (en mol.m−3 , dimension [N.L−3 ]), la vitesse V du uide (en m.s−1 , dimension [L.T−1 ]),
le coecient de diusion D (en m2 .s−1 , dimension [L2 .T−1 ]) et la constante cinétique de réaction k (en
s−1 , dimension [T−1 ]). Il y a r = 2 dimensions. On s'attend à voir apparaître p = n − r = 4 nombres
adimensionnés. Pour adimensionner l'équation, il convient de dénir r = 2 grandeurs de base. Arbitraire-
ment, choisissons une longueur caractéristique L0 et une vitesse caractéristique V0 . On s'assure qu'elles sont
dimensionnellement indépendantes. Pour chacune des grandeurs xi , on forme une échelle caractéristique Xi
de même dimension en utilisant ces deux grandeurs de base :



 x → X1 ≡ L0




t → X2 ≡ L 0




 V0


N

 c → X3 ≡ L30


0



 V → X4 ≡ V0




D → X5 ≡ L0 .V0







 V0
 k

 → X6 ≡ L0

Partant de là, on peut dénir autant de grandeurs adimensionnées (les variables sont désignées par une
astérisque tandis que les constantes sont désignées par la lettre N ) :


 x

 ≡ Xx1




t∗ ≡ Xt2








≡ Xc3

 c



 V∗ ≡ V
X4



 D
N5 ≡




 X5


k

 N6

 ≡ X6

Dans l'EDP, on remplace chacune des 6 grandeurs xi par le produit x∗i .Xi ou Ni .Xi . Elle devient :
∂c∗ .(1/L30 ) ∗ ∂c∗ .(1/L30 ) ∂ 2 c∗ .(1/L30 )
+ V .V 0 . = (N 5 .L0 .V 0 ). − N6 .(V0 /L0 ).c∗ .(1/L30 )
∂t∗ .(L0 /V0 ) ∂x∗ .L0 ∂(x∗ .L0 )2
En multipliant l'équation par L40 /V0 , on obtient l'équation adimensionnée que l'on cherchait :

D
∂c∗  N =
5
+ V ∗
.∇ ∗ ∗
c = N 5 .∇ ∗2 ∗
c − N 6 .c∗
avec L0 .V0
∂t∗  N = k
6 V0 /L0

Il y a trois phénomènes physiques : la convection (V.∇c), la diusion (D.∇2 c) et la réaction (k.c). L'EDP
montre que chacun de ces trois termes est homogène à ∂c/∂t. Par conséquent, on peut écrire :
 
[c] [c]
Convection : ≡ L
 conv


 [t] = [V ] . [x]


 τ V0
0

L2
Diusion : [c]
[t] = [D] . [x][c]
2 d'où τdi mat ≡ D0

 

 Réaction : [c]
≡ 1 chim
 
 τ
= [k] . [c]
[t] k

15
Chapitre 1. Analyse dimensionnelle

Avec ces dénitions, les deux nombres adimensionnés N5 et N6 qui apparaissent dans l'EDP adimensionnée
peuvent s'écrire : 
 N = D τconv
5 L0 .V0 = τdi mat
 N =
6
k
= τconv
V0 /L0 τchim

Avec les valeurs numériques données en entrée, le nombre N5 est de l'ordre de 3.10−7 , ce qui est très inférieur
à l'unité. Cela signie que le temps caractéristique de la convection est très court devant celui de la diusion.
Par conséquent, le comportement du système est imposé par la convection : une variation de vitesse du uide
aura une inuence directe tandis qu'une variation du coecient de diusion n'aura aucun impact notable.
Les transferts de matière par diusion étant extrêmement lents par rapport aux transferts convectifs, on
pourra négliger ce terme et s'attacher à résoudre l'équation suivante, plus simple :
∂c∗
+ V ∗ .∇∗ c∗ = −N6 .c∗
∂t∗
Exercice 7 Réponse courte : la puissance nécessaire est de 18 hp et le débit est de 27 ft3 .s−1 .
Réponse complète : on a vu plus haut que les trois nombres adimensionnés sont :

 N ≡ ρ.ΩP3 .D5
 1


Q
N5 ≡ Ω.D 3


 N ≡ ∆H

6 D

Puisque le prototype et le modèle sont en complète similitude, on peut écrire


   P
 3  P 5
PP M ΩP
 NP = N1M  = ρM .ΩPM 3 .DM 5  PP = P M . ρρM . ΩM
D
. D M
 1 ρP .ΩP 3 .D P 5

 
 

   P 3
QP M P
N5P = N5M ⇒ ΩP .D P 3
= ΩMQ.DM 3 ⇒ QP = QM . ΩΩM . D
DM
  
 ∆H P M
  
 NP ∆H
= NM P
  
6 6 DP
= DM 
∆H P = D
∆H M . D M

On trouve ainsi que P P = 18 hp, QP = 27 ft3 .s−1 et ∆H P = 30 ft.

16
Chapitre 2

Cinématique, forces et contraintes

2.1 Approches lagrangienne et eulérienne


Cette section a pour objectif d'établir le lien entre les descriptions lagrangienne et eulérienne. Comme
l'illustrent les gures 2.1 et 2.2, on parle de description lagrangienne lorsque l'on suit la trajectoire d'une
parcelle de uide bien identiée au cours du temps (Cf. le pêcheur qui suit une feuille du regard) et l'on
parle de description eulérienne lorsque l'on s'intéresse à ce qui se passe dans un volume géométrique bien
déni de l'espace (Cf. le pêcheur qui voit un tourbillon arriver dans une zone à proximité d'un rocher puis
en repartir).

Figure 2.1  Approches lagrangienne (gauche) et eulérienne (droite). Source.

2.2 Dérivées partielle, totale et particulaire


Pour établir un lien entre ces deux descriptions, nous allons considérer un écoulement où la vitesse du
uide à la position x et à l'instant t est notée ~v (x, t). Nous allons ensuite considérer un point M de l'espace
qui suit une trajectoire xM (t). Ce point peut être xe (à une distance connue du rocher) ou bien être la
position d'une parcelle de uide bien particulière ou bien encore être décidée arbitrairement par l'observateur
(son regard peut décrire un cercle à la surface d'un euve s'écoulant paisiblement). On se place tout d'abord
dans ce cas général et l'on cherche à calculer l'évolution temporelle d'une grandeur f sur un petit volume
autour du point M (par exemple la concentration en colorant ou la vitesse ou encore la masse volumique).
Cette vitesse de variation est appelée dérivée totale de f et est notée df /dt.

17
Chapitre 2. Cinématique, forces et contraintes

Figure 2.2  Approches lagrangienne (gauche) et eulérienne (droite). Source.

Si l'on note ux la vitesse de déplacement du point de mire M , ce dernier passe de la position x à l'instant t
à la position x + ux .dt à l'instant t + dt. Par conséquent, la vitesse de variation est :
df f (x + ux .dt, t + dt) − f (x, t)
=
dt dt
Pour dt susamment petit, cette vitesse est égale :
df f (x + ux .dt, t + dt) − f (x, t + dt) f (x, t + dt) − f (x, t)
= +
dt dt dt
Le deuxième terme du membre de droite est égal à la dérivée partielle ∂t .
∂f
Concernant le premier, on peut
écrire le développement limité :
∂f
f (x + ux .dt, t + dt) = f (x, t + dt) + .ux .dt
∂x
En généralisant à trois dimensions, cela permet d'écrire :
df ∂f
M quelconque ⇒ = + (~u · ∇) f (2.1)
dt ∂t
Le dernier membre de cette expression est (~u · ∇) f qui traduit l'application de l'opérateur ~u · ∇ (produit
scalaire entre ~u et l'opérateur ∇) à la grandeur f . L'utilisation de parenthèses permet d'éviter la confusion
avec la grandeur ~u · ∇f qui peut être interprétée à tort comme le produit entre le vecteur ~u et la grandeur
∇f . En eet, cette expression n'a pas de sens mathématique (sauf si f est scalaire). La forme développée de
cet opérateur, dit opérateur d'advection est :

∂ ∂ ∂
~u · ∇ = ux . + uy . + uz . (2.2)
∂x ∂y ∂z

Cette dénition est valable quel que soit l'ordre tensoriel de f (scalaire, vecteur, tenseur d'ordre 2, . . .).
L'opérateur (~u · ∇) s'applique sur chacun des termes du tenseur f (par exemple ρ, vx ou bien σyz ). Les

18
2.2. Dérivées partielle, totale et particulaire

Figure 2.3  Représentation graphique des dérivées partielle et matérielle.

sections 7.7, 7.8 et 7.9 en page 92 et suivantes donnent l'expression développée de l'opérateur d'advection
dans les systèmes de coordonnées cartésiens, cylindriques et sphériques respectivement.

Cas particulier n°1 : le point de mire M est xe (~u = ~0). On est alors dans une description eulérienne
et la vitesse de variation de f est égale à la dérivée partielle, notée ∂f /∂t :

df ∂f
M xe ⇒ = (2.3)
dt ∂t

Cas particulier n°2 : le point de mire est attaché à une molécule de uide (~u = ~v ). On est alors dans une
description lagrangienne et la vitesse de variation de f est égale à ce qu'on appelle la dérivée matérielle ou
dérivée particulaire ou dérivée en suivant le mouvement, notée Df /Dt. Nous utiliserons préférentiellement
l'appellation dérivée matérielle.

df Df Df ∂f
M uide ⇒ = avec ≡ + (~v · ∇) f (2.4)
dt Dt Dt ∂t

Interprétation : l'équation 2.4 fait apparaître deux contributions dans la variation de la quantité f attachée
à une parcelle de uide qui se déplace :
 une variation temporelle à position donnée
∂t . Lorsque le uide est au repos, le taux de variation de
∂f

f attachée à la particule n'est rien d'autre que celui du champ de f


 une variation spatiale à instant donné (~ v · ∇) f . Lorsque l'état est stationnaire (le premier terme est
alors nul), la variation de f est indiquée par le gradient de f car Df ≈ (~v · ∇) f.Dt ≈ gradf.d~x.
La gure 2.4 représente la trajectoire d'une parcelle de uide dans un écoulement stationnaire. Elle représente
également le champ de température (iso-valeurs et gradient). Au point A, la vitesse ~vA et le gradient de
température sont orthogonaux. Par conséquent, le terme (~v · ∇) T est nul, ce qui signie que la température
de la parcelle de uide n'évolue pas lorsqu'elle passe au voisinage de ce point. En revanche, elle augmente
lorsqu'elle passe au niveau du point B .

19
Chapitre 2. Cinématique, forces et contraintes

Figure 2.4  Illustration de l'opérateur d'advection. A gauche, en noir, la trajectoire d'une parcelle de uide.
A droite, la température de cette même parcelle au cours du temps.

Exercice 8.
2 2
le champ de température dans un uide au repos est donné par T(x,y) = T . x R+y 2 . On
utilise un capteur infra-rouge pour mesurer à distance la température en un point M particulier à
la surface du uide. Par l'intuition, prédire les variations puis trouver l'expression de la fonction
TM (t) mesurée par le capteur lorsque la position (xM , yM ) de la mire est donnée par xM (t) = A.t2 et
yM (t) = 1 − xM (t). En déduire l'expression de TM (~rM ).

Exercice 9. idem que la question précédente pour xM (t) = cos(t) et yM = sin(t).

Exercice 10. On considère l'écoulement stationnaire d'un uide in-


compressible entre deux plans convergents. La vitesse
 le long du plan
horizontal (y = 0) est donnée par ~v = V. 1 + L x
.~ex . Utiliser l'ap-
proche eulérienne puis l'approche lagrangienne pour trouver l'accélé-
ration d'une particule de uide le long du plan central.

2.3 Représentations graphiques de l'écoulement


Pour représenter un écoulement de uide, il existe plusieurs représentations :
 dans une approche lagrangienne, on s'intéresse au mouvement, au cours du temps, d'une ou plusieurs
parcelles de uide bien identiées. En particulier, on mesure ou bien on calcule des trajectoires et des
lignes d'émission
 dans une approche eulérienne, on s'intéresse au champ de vitesse à un instant donné, sur tout le
domaine spatial étudié. En particulier, on représente les vecteurs vitesses en de nombreux points ou
bien on trace des lignes de courant.
Une vidéo illustrant les notions présentées ci-après est accessible en cliquant sur le lien www.emse.fr/
~bonnefoy/Public/MFTVideos/FlowVisualizationShapiroLight.mp4 ou en consultant le chier pdf ac-
cessible à l'adresse www.emse.fr/~bonnefoy/Public/MFTVideos/FlowVisualizationShapiro.pdf.

2.3.1 Trajectoire d'une parcelle de uide


Intéressons nous à une parcelle de uide P située en (x0 , y0 , z0 ) à l'instant t0 et essayons de calculer sa
trajectoire 1 , c'est-à-dire l'évolution temporelle de sa position ~rP = (xP , yP , zP ). Connaissant le champ de
1. Trajectoire = pathline en anglais.

20
2.3. Représentations graphiques de l'écoulement

vitesse ~v = (vx , vy , vz ), il sut d'écrire l'équation suivante puis de réaliser une intégration :

dxP


 dt = vx (xP , yP , zP , t)
d~rP 
= ~v(~rP ) soit dyP
dt = vy (xP , yP , zP , t) (2.5)
dt 

 dzP = v (x , y , z , t)

dt z P P P

La photo de gauche sur la gure 2.1 a été obtenue avec un long temps d'exposition. Elle montre diérentes
trajectoires rendues visibles par la présence de poussières incandescentes qui sont emportées par les gaz
chauds dégagés par un feu de camp.

2.3.2 Ligne d'émission


Pour un instant donné, la ligne d'émission 2 associée à un point E de l'espace est l'ensemble des particules
d'un uide qui sont passées antérieurement par ce point. La photo de droite sur la gure 2.1 montre 18 lignes
d'émission produites par un générateur de fumée et permettant de mieux appréhender l'écoulement autour
d'un prol d'aile d'avion. Une animation graphique est visible sur ce site web et montre la diérence entre
trajectoires, lignes d'émission et lignes de courant.

2.3.3 Champ de vitesse


Classiquement, un champ de vitesse se représente en superposant des èches sur le domaine géométrique
étudié. La direction de chaque èche est celle du vecteur vitesse local. Dans certains cas, la longueur de la
èche est proportionnelle à la norme de la vitesse. Dans d'autres cas, lorsque la norme de la vitesse varie
beaucoup dans le domaine étudié, les èches ont toutes la même longueur et la norme de la vitesse est
représentée par la couleur du fond (voir schéma de gauche sur la gure 2.2).

2.3.4 Lignes de courant


Considérons un uide en écoulement et plaçons-nous à un instant donné. Une ligne de courant, par exemple
celle passant par un point (x0 , y0 , z0 ) particulier, est une courbe qui peut être représentée paramétriquement
comme l'ensemble des points dont la position ~r dépend du scalaire s par la relation ~r(s) ≡ x(s).~ex + y(s).~ey +
z(s).~ez . Par dénition, une ligne de courant 3 est tangente en tout point au vecteur vitesse (voir schéma
central sur la gure 2.2). Mathématiquement, cela se traduit en faisant intervenir le produit vectoriel :

dy dx
 vx . ds = vy . ds


d~r 
∧ ~v(~r) = ~0 soit vx . dz
ds = vz . dx
ds
(2.6)
ds 

 v . dz = v . dy

y ds z ds

La résolution se fait par intégration, après avoir rendu explicite la dépendance de vx , vy et vz vis-à-vis de
x, y, z . Pour dénir les trois constantes d'intégration, il sut d'identier un point particulier (x0 , y0 , z0 ) par
lequel passe la ligne de courant. En deux dimensions, puisque dz = 0 et vz = 0, seule la première équation
scalaire est intéressante. Lorsque la ligne de courant peut être décrite par une fonction de la forme y(x),
alors on écrit simplement :
vy (x, y)
y 0 (x) = (2.7)
vx (x, y)
Un tube de courant est un ensemble de lignes de courant s'appuyant sur un contour fermé (voir schéma
de droite sur la gure 2.2). Par construction, en chaque point de la surface du tube, la vitesse est tangente
à la surface.

2. Ligne d'émission = streakline en anglais.


3. Ligne de courant = streamline en anglais.

21
Chapitre 2. Cinématique, forces et contraintes

On notera que, dans le cas général, les lignes de courant peuvent se calculer mais ne peuvent pas s'observer
expérimentalement. Dans le cas particulier d'un écoulement stationnaire (et seulement dans ce cas), elles se
confondent avec les lignes d'émission et les trajectoires qui, elles, sont observables expérimentalement.

Table 2.1  Représentations lagrangiennes : trajectoires (gauche) et lignes d'émission (droite).

Table 2.2  Représentations eulériennes : vecteurs (gauche), lignes de courant (centre) et tube de courant
(droite).

Exercice 11. un écoulement est caractérisé par le champ de vitesse suivant : ~v = Axt.~ex − Byt2 .~ey
avec A = 0, 2 s et B = 0, 1 s−3 . Calculer la vitesse du uide en (2, 8) à l'instant t = 2 puis trouver
−2

l'équation de la ligne de courant passant par le point (2, 8). Établir l'expression donnant la trajectoire
de la parcelle de uide située en (2, 8) à l'instant t = 2.

Exercice 12. en utilisant le Système International, donner l'équation aux dimensions du produit
ρ.V 2 et du produit ρ.ν 2 . Commenter.

Exercice 13. un écoulement est caractérisé par le champ de vitesse ~v(x,y,t) = Ax.~ex − Ay.~ey et le
2 2
champ de température T(x,y,t) = T . x R+y2 . Calculer l'évolution temporelle de la température de la
parcelle de uide présente en (0, R) à t = 0 puis calculer l'accélération qu'elle subit.

22
2.4. Décomposition du champ de vitesse

Exercice 14. calculer la trajectoire d'une parcelle de uide située initialement en (x0 , y0 ) dans un
écoulement dont le champ de vitesse est : ~v = −ω.y.~ex + ω.x.~ey avec ω un scalaire positif.

Exercice 15. on considère un champ de vitesse instationnaire ~v(x,y,t) = V. sin (ω.t) .~ex + V.~ey avec
V et ω deux scalaires positifs. Dans cet écoulement, une cheminée d'usine positionnée en (xE , yE )
relargue de la fumée entre les instants ti et tf . Calculer l'équation de la ligne d'émission à un instant
t > tf .

2.4 Décomposition du champ de vitesse

Figure 2.5  Décomposition de la déformation totale.


Pour analyser le champ de vitesse plus en détail, nous allons nous appuyer sur la gure 2.5. A un ins-
tant t donné, nous allons nous intéresser à une parcelle de uide en ~x = (x, y, z) et possédant la vitesse
~v = (vx , vy , vz ), ainsi qu'à une deuxième parcelle, proche de la première, en ~x + d~x ayant la vitesse ~v + d~v .
Pour passer de l'une à l'autre, il faut eectuer des déformations que nous allons préciser dans cette section.

Ecrivons un développement limité de la vitesse au 1er ordre. L'opérateur gradient sera noté ∇ (on trouve
aussi la notation "grad") :
 
∂vx ∂vx ∂vx
 ∂x ∂y ∂z 
~v (~x + d~x) = ~v (~x) + (∇~v ) .d~x + Résidu avec ∇~v ≡  ∂vy ∂vy ∂vy
(2.8)
 
∂x ∂y ∂z

 
∂vz ∂vz ∂vz
∂x ∂y ∂z

Note : le gradient de vitesse s'exprime parfois en faisant intervenir le produit dyadique. On a alors la relation
T
∇~v = grad ~v = (∇ ⊗ ~v ) . Le gradient de vitesse ∇~v est un tenseur d'ordre 2 qu'il est possible d'exprimer
sous la forme d'une somme d'un tenseur symétrique d et d'un tenseur anti-symétrique r :
 h i h i
T ∂vj


 d ≡ 1
2. ∇~v + (∇~v ) soit dij ≡ 12 . ∂vi
∂xj + ∂xi

∇~v = d + r avec (2.9)

 h i h i
T ∂vj
≡ 1
2 . ∇~
v − (∇~v ) soit rij ≡ 21 . ∂vi


 r
∂xj ∂xi

Pour des raisons que nous allons préciser ci-après, le tenseur d est appelé tenseur des taux de défor-
mations et le tenseur r le tenseur des taux de rotation. La raison du choix de cette décomposition va
apparaître en analysant la gure 2.6.

23
Chapitre 2. Cinématique, forces et contraintes

Figure 2.6  Illustration des déformations "Translation+Expansion+Cisaillement+Rotation". Source Wi-


kipedia.

2.4.1 Rotation
La gure 2.6 fait apparaître les angles α, β, γxy qui sont tous les trois négatifs (attention au sens trigonomé-
trique adopté). L'angle entre l'axe des abscisses et la bissectrice de l'angle BAC
\ ou bac c sera nommé θ. Il est
positif par construction. Ces conventions se traduisent notamment par les égalités :

 α+γ +β −π
xy = 2
(2.10)
γxy
 θ = −α − 2

On dénit maintenant le vecteur tourbillon (ou simplement tourbillon) par la relation suivante :
 
∂vz ∂vy
∂y − ∂z
~ ≡ 1 .rot ~v avec
 
Ω rot ~v ≡  ∂vx
− ∂vz (2.11)
 
2 ∂z ∂x

 
∂vy ∂vx
∂x − ∂y

Le sens physique de cette grandeur est simple : la norme du vecteur tourbillon est la vitesse angulaire θ̇.
En d'autres termes, le vecteur tourbillon permet de quantier la vitesse à laquelle la parcelle uide
h tournei
autour de son centre de gravité. En eet, en utilisant la relation 2.10, on peut écrire que θ̇ = 2 . β̇ − α̇ .
1

∂v ∂v
Par ailleurs, on a sin(dα) ≈ dα et sin(dα) ≈ − ∂xy .dt d'où α̇ ≈ − ∂xy et, par analogie β̇ ≈ − ∂v
∂y . Avec ces
x

éléments, on trouve facilement que Ω~ = θ̇.~ez . Cela signie qu'une valeur positive de Ωz est associée à une
rotation dans le sens trigonométrique.

On note que le vecteur tourbillon ainsi déni est lié au tenseur r des taux de déformation en rotation par la

24
2.4. Décomposition du champ de vitesse

relation :
 
rzy
 
~ =
Ω (2.12)

 rxz 
 
ryx

On parle d'écoulement tourbillonaire lorsqu'il existe au moins un endroit où le vecteur tourbillon n'est
pas nul. A contrario, on parle d'écoulement non tourbillonaire lorsque le vecteur tourbillon est nul
partout dans le volume étudié.
Compte-tenu de la dénition du tenseur r (équation 2.9) et du vecteur Ω
~ (équation 2.11), on obtient :

~ ∧ d~x
r.d~x = Ω (2.13)

Les anglos-saxons utilisent souvent la notion de vorticité dénie par la grandeur :


~ ≡ rot ~v
ω (2.14)

Le calcul de la vorticité revêt une grande importance pratique car c'est souvent dans les tourbillons que
l'énergie se dissipe le plus. Le design des appareils peut alors être optimisé.

Table 2.3  Par imitation avec un faucon en vol à faible vitesse, ajout d'un aileron pour contrôler la
séparation des tourbillons et augmenter la portance d'un facteur 2. La couleur représente ωz (la vorticité
selon z ) en rouge pour une vorticité positive (sens trigonométrique) et en bleu pour une vorticité négative.
Source : web.

Table 2.4  Illustration des vortex en bout d'aile.

25
Chapitre 2. Cinématique, forces et contraintes

2.4.2 Déformations
En mécanique des uides, les taux de déformations sont usuellement caractérisés par le tenseur γ̇ plutôt que
le tenseur des taux de déformation d déni par l'équation 2.9 en page 23 :
∂vi ∂vj
γ̇ ≡ 2.d et donc γ̇ij = + (2.15)
∂xj ∂xi
Rigoureusement parlant, le tenseur γ̇ est un tenseur décrivant les taux de déformation. Toutefois, on utilise
souvent le terme tenseur des taux de cisaillement. Comme on va le voir par la suite, cette dénomination
est abusive car ces deux grandeurs ne sont identiques que lorsque les uides sont incompressibles.

Quoiqu'il en soit, il est naturel de décrire la déformation totale (d) comme la somme d'une expansion isotrope
(dexp ) et d'un cisaillement à volume constant (dcis ) :

d ≡ dexp + dcis (2.16)

Dans ce qui suit, nous analysons chacune des deux contributions.

Expansion. La gure 2.6 montre qu'au cours du laps de temps dt, le volume de matière V ≡ dx.dy.dz
évolue de la quantité suivante :
     
∂vx ∂vy ∂vz
dV = .dx.dt .dy.dz + .dy.dt .dx.dz + .dz.dt .dx.dy
∂x ∂y ∂z
La variation relative de volume s'écrit :
 
dV ∂vx ∂vy ∂vz dV 1 dV
= + + .dt = div ~v .dt soit = div ~v .dt ou encore div ~v = .
V ∂x ∂y ∂z V V dt
On retiendra la formulation suivante, qui montre qu'une divergence de la vitesse positive correspond à une
diminution locale de masse volumique :
−1 dρ
div ~v = . (2.17)
ρ dt
Naturellement, un uide incompressible est caractérisé par div ~v = 0.

La composante du tenseur des taux de déformations d associée à l'expansion isotrope sera notée dexp et,
logiquement, proportionnelle à la divergence de la vitesse. Puisqu'on travaille en trois dimensions, on aura :
Trace(d) div ~v
dexp ≡ .I soit dexp,ij ≡ .δij (2.18)
3 3

Cisaillement On note dcis le tenseur obtenu par diérence entre d et dexp :

div ~v
 
1 ∂vi ∂vj
dcis ≡ d − dexp soit dcis,ij ≡ . + − .δij (2.19)
2 ∂xj ∂xi 3
Puisque la trace de d et la trace de dexp sont toutes deux égales à la divergence de la vitesse, le tenseur dcis
est de trace nulle. Comme d, le tenseur dcis est symétrique. Son sens physique est associé aux déformations
angulaires (cisaillement à volume constant). Le choix du symbole grec γ̇ pour désigner le tenseur des taux de
cisaillement (équation 2.15) n'est pas le fruit du hasard : sa composante γ̇xy se trouve être égale à la vitesse
de variation de l'angle γxy déni sur la gure 2.6. En eet, la deuxième équation 2.10 permet d'écrire :
d (α + β)
γ̇xy = −
dt
∂v
Comme on l'a déjà montré dans la section 2.4.1, on a dα dt = − ∂x et dt = − ∂y . Cela nous permet bien de
y dβ ∂vx

retrouver que le taux de cisaillement γ̇xy n'est rien d'autre que la vitesse à laquelle l'angle γxy évolue, c'est-
à-dire la vitesse avec laquelle la parcelle carrée de uide se transforme en losange sous l'eet des gradients

26
2.4. Décomposition du champ de vitesse

de vitesse.

Une valeur positive du taux de cisaillement se traduit par un angle γ dont la valeur absolue devient de plus
en plus faible. Une valeur élevée de γ̇ est associée à des déformations élevées. C'est pour cette raison que
le tenseur dcis est associé aux déformations angulaires. Le tableau 2.5 donne l'ordre de grandeur de γ̇ pour
quelques procédés ou instruments.

Procédé ou instrument Gradient de vitesse typique γ̇ [s−1 ] Durée caractéristique


Sédimentation, uage 10−6 - 10−4 1 jour

Egouttage, coulure 10−2 - 101 1 seconde

Rhéomètre à rotation 100 - 103 10 ms

Malaxage, pompage 101 - 102 10 ms

Extrusion 101 - 105 1 ms

Pulvérisation 103 - 106 0,1 ms

Table 2.5  Ordre de grandeur du taux de cisaillement γ̇ .

Figure 2.7  Schéma d'une extrudeuse bi-vis pour granulation de polymère. Le taux de cisaillement γ̇ est
très élevé (entre 10 et 105 s−1 ). Source : web.

2.4.3 Synthèse
Dans ce qui précède, on a décomposé la déformation d'une parcelle de uide en diérentes composantes.
On peut maintenant réécrire l'équation 2.8 sous la forme :

div ~v
~v (~x + d~x) = ~v (~x) + ~ d~x
| ∧
Ω + .d~x + dcis .d~x + Résidu (2.20)
| 3{z }
{z }
Rotation
| {z }
Cisaillement
| {z }
Translation Expansion

Exercice 16. On considère un écoulement incompressible dans le plan rθ. La composante radiale de
la vitesse est de la forme vr = V. cos θ. Identier les expressions possibles de la composante tangentielle
vθ .

27
Chapitre 2. Cinématique, forces et contraintes

Figure 2.8  Schéma d'une atomisation par spray-drying. Une suspension (particules dans liquide) est
pulvérisée par une buse et pénètre dans une tour à haute température où le solvant s'évapore. Le taux de
cisaillement γ̇ est très élevé (entre 103 et 106 s−1 ). Source : web.

Exercice 17. On étudie un uide visqueux en écoulement


entre deux plans parallèles proches l'un de l'autre. Le champ
de vitesse est ~v (x, y, t) = U. H
y
.~ex où U = 4 mm.s−1 et
H = 4 mm. A l'instant t = 0, les segments ac et bd sont
des marques formant une croix dans le uide. Calculer la
position des quatre points à l'instant t0 = 1, 5 s et faire un
schéma. Calculer le taux de déformation angulaire ainsi que
le vecteur tourbillon.

Exercice 18. On considère l'écoulement stationnaire d'un uide newtonien de masse volumique ρ et
de viscosité µ entre deux plans parallèles xes situés en y = ±H , entre la section x = 0 et x = L.
La pression en (x, y, z) = (0, 0, 0) est notée p1 et celle en (L, 0, 0) est notée p2 . La gravité est notée
~g = −g.~ey . On peut montrer que le prol de vitesse est parabolique :

1 p1 − p2
~v = vx .~ex avec . H 2 − y2

vx (x, y, z, t) = .
2µ L
Décomposer le tenseur des gradients de vitesse en ses composantes élémentaires.

28
2.4. Décomposition du champ de vitesse

Figure 2.9  Illustration des lignes de courant, champs de vitesse, pression, taux de cisaillement et vorticité
pour un écoulement 2D convergent.

29
Chapitre 2. Cinématique, forces et contraintes

2.5 Forces et contraintes


2.5.1 Force et vecteur-contrainte
Considérons un volume de contrôle et notons dF~ext/int la force que l'environnement extérieur exerce sur
la matière à l'intérieur du volume à travers une surface (imaginaire ou réelle) d'aire dS . La force est une
grandeur extensive (proportionnelle à dS ) qui s'exprime en [N]. Pour manipuler une grandeur intensive, on
dénit couramment le vecteur-contrainte T~ (exprimé en [Pa]) par la relation suivante :

dF~ext/int
T~ ≡ lim (2.21)
dS→0 dS

2.5.2 Tenseur des contraintes de Cauchy


Pour dénir le tenseur des contraintes (de Cauchy) σ , nous allons travailler dans un repère cartésien
orthonormé, de base (~ex , ~ey , ~ez ). Le vecteur normal sortant, dirigé de l'intérieur du volume de contrôle vers
l'environnement extérieur, sera noté ~nout .
  


 T(x)x
  
Pour , le vecteur-contrainte est noté ~(x) et ses composantes sont : T~(x) ≡ 

~
n out = ~
e T
 
 x T
 (x)y 

  





 T(x)z







  



 T(y)x
  
Pour ~nout = ~ey , le vecteur-contrainte est noté T~(y) et ses composantes sont : T~(y) ≡  T(y)y 
 

  



 T(y)z







  



 T(z)x
  
Pour , le vecteur-contrainte est noté ~(z) et ses composantes sont : T~(z) ≡ 

~
n out = ~
e T
 
 z T
 (z)y 

  



 T(z)z
(2.22)
On peut assembler verticalement ces trois vecteurs T~(i) particuliers (i ∈ {x, y, z}) pour construire ce qu'on
appelle le tenseur des contraintes (de Cauchy) et que l'on note σ :
       
σxx σxy σxz T(x)x T(y)x T(z)x
       
σ ≡  T~(x)   T~(y)   T~(z)  soit  σyx σyy σyz  ≡  T(x)y T(y)y T(z)y  (2.23)
       
       
σzx σzy σzz T(x)z T(y)z T(z)z

30
2.5. Forces et contraintes

De la sorte, on peut calculer le vecteur-contrainte T~ pour une orientation ~nout quelconque par :

T~ = σ · ~nout (2.24)

et en déduire la force F~ext/int qu'exerce l'environnement extérieur sur l'intérieur du volume de contrôle à
travers la surface d'aire S (et de normale unitaire sortante ~nout ) :

x σ · ~n x Xσ 3
F~ext/int = out .dS d'où Fext/int,i = ij .nout,j .dS (2.25)
j=1

Avec les choix qui sont les nôtres 4 , nous retiendrons la convention suivante, illustrée sur la gure 2.10 :

Le terme σij .dS est la composante selon la direction ~ei de la force dF~ qu'exerce l'environnement
extérieur sur un volume de matière à travers l'élément de surface d'aire dS et de normale sortante de
direction ~ej .

Considérons maintenant un volume de matière délimité par une surface dont la normale sortante est de
direction ~ex . Lorsque σxx > 0, alors l'environnement exerce sur le volume de matière une force dont la
composante selon ~ex est positive. Cela signie que l'environnement "tire" la matière qui se trouve "en
traction". Inversement, lorsque σxx < 0, l'environnement "pousse" la matière qui se trouve "en compression".
Dans ce qui suit, on va voir que l'expression de la force F~ext/int contient deux contributions : une force
normale et une force tangentielle, dite de cisaillement.

Figure 2.10  Notations utilisées pour le tenseur des contraintes : σij est la composante selon l'axe i de la
force exercée sur la face de normale j .

4. D'autres choix sont possibles. Ils sont exposés dans la section 7.4 en page 83.

31
Chapitre 2. Cinématique, forces et contraintes

2.5.3 Pression hydrostatique


Lors d'un changement de base, l'expression du tenseur des contraintes change. Toutefois, la direction
et l'intensité des forces qui s'exercent sont des grandeurs physiques et ne dépendent donc pas du choix
d'une base fait arbitrairement par l'utilisateur. Il est donc logique que le tenseur des contraintes possède des
invariants, c'est-à-dire des grandeurs qui sont indépendantes de la base. Les invariants d'un tenseur A sont
les coecients du polynôme caractéristique P (λ) ≡ Det (A − λI). Pour un tenseur d'ordre deux (2 indices)
en trois dimensions (chaque indice va de 1 à 3), ce polynôme s'écrit P (λ) = −λ3 + I1 .λ2 − I2 .λ + I3 et les
invariants sont :

 I ≡ σxx + σyy + σzz
 1


I2 ≡ σxx .σyy + σyy .σzz + σxx .σzz − σxy 2 2
− σyz 2
− σzx (2.26)


 I ≡ σ .σ .σ + 2.σ .σ .σ − σ 2 .σ − σ 2 .σ − σ 2 .σ

3 xx yy zz xy yz zx xy zz yz xx zx yy

On voit que I1 = Trace (σ) et que I3 = Det (σ). Les dimensions de I1 , I2 et I3 sont respectivement Pa, Pa2
et Pa3 .

La pression hydrostatique p est une grandeur particulièrement utile en mécanique des uides. Elle
est construite à partir du premier invariant du tenseur des contraintes (sa trace), ce qui rend sa valeur
indépendante du choix du repère. Plus précisément, compte-tenu de la convention "normale sortante" adoptée
dans ce document, sa dénition 5 s'énonce :
−Trace (σ)
p≡ (2.27)
3
Un matériau en compression est caractérisé par une valeur positive de la pression, identique à la pression
dénie en thermodynamique. Notons également qu'un uide est toujours en compression : contrairement à
un solide qui peut résister à la traction, un uide ne le peut pas.

2.5.4 Tenseur des contraintes de cisaillement


Le tenseur des contraintes de cisaillement τ est la partie déviatorique du tenseur des contraintes σ . En
d'autres termes, il est construit de telle manière que sa trace soit nulle. Vu la dénition de la pression
(équation 2.27) et de la convention "normale sortante" 6 , on a :
σ ≡ τ − p.I (2.28)
où I est le tenseur identité.Le tenseur des contraintes de cisaillement est souvent appelé tenseur des contraintes
visqueuses car, comme on le verra dans la section 3.2.3 en page 43, il est directement lié à la viscosité du uide.

Le tenseur des contraintes a été décomposé en σ = τ − p.I . Il s'ensuit que l'équation 2.25 qui donnait
l'expression de la force F~ext/int s'exerçant sur un élément de surface dS peut être ré-écrite comme la somme
d'une force tangentielle (due au cisaillement) et d'une force normale (due à la pression) :
x τ · ~n x Xτ 3
F~ext/int = out .dS − p.S.~nout d'où Fext/int,i = ij .nout,j .dS − p.S.nout,i (2.29)
j=1

Le tenseur τ des contraintes de cisaillement possède lui aussi trois invariants, notés J1 , J2 , J3 . Ils sont dénis
de la même manière que pour le tenseur des contraintes, comme coecients du polynôme caractéristique.

 J ≡ τxx + τyy + τzz
 1


J2 ≡ τxx .τyy + τyy .τzz + τxx .τzz − τxy 2 2
− τyz 2
− τzx (2.30)


 J ≡ τ .τ .τ + 2.τ .τ .τ − τ 2 .τ − τ 2 .τ − τ 2 .τ

3 xx yy zz xy yz zx xy zz yz xx zx yy

5. Si l'on avait adopté la convention "normale entrante" (voir discussion en page 83), il aurait fallu dénir la pression par
p≡
Tr(σ) pour garantir sa positivité.
3
6. Si l'on avait adopté la convention "normale entrante", il aurait fallu écrire σ ≡ τ + p.I .

32
2.5. Forces et contraintes

Par construction, le premier invariant J1 est nul. Cette condition particulière, et le fait que le tenseur des
contraintes de cisaillement τ est symétrique (démonstration en page 87), permet d'exprimer les invariants
d'une autre manière :

 J1 = 0


 h i
2 2 2
J2 = 13 .I12 − I2 = 16 . (σxx − σyy ) + (σyy − σzz ) + (σzz − σxx ) + σxy 2 2
+ σyz 2
+ σzx (2.31)


 J = 2 .I 3 − 1 .I .I + I

3 27 1 3 1 2 3

Il est parfois utile de résumer le tenseur des contraintes par un scalaire unique, que l'on nomme contrainte
eective. Diérentes propositions ont été formulées : Tresca, Rankine et von Mises. Ci-dessous l'expression
de la contrainte eective de von Mises ; c'est probablement la plus utilisée en mécanique des uides.
vM ≡ 3.J
p
σe 2

Exercice 19. On considère trois situations où le tenseur des contraintes σ est connu. Que peut-on
dire dans chacun des cas ?
     
−2 0 0 1 0 1 1 0 4
     
σa ≡  0 −2 0  σb ≡  0 2 0  σc ≡ 
     
0 0 0 
     
0 0 −2 −1 0 3 4 0 −4

Exercice 20. On considère l'écoulement stationnaire d'un uide newtonien de masse volumique ρ et
de viscosité µ entre deux plans parallèles xes situés en y = ±H , entre la section x = 0 et x = L.
La pression en (x, y, z) = (0, 0, 0) est notée p1 et celle en (L, 0, 0) est notée p2 . La gravité est notée
~g = −g.~ey . On peut montrer que le prol de vitesse est parabolique et que le tenseur des contraintes
se met sous la forme :
 
−p τxy 0 
   τ
xy = −y. p1 −p 2

σ(x, y, z, t) =  τxy −p 0  avec L


 
   p = p − x . (p − p ) − ρ.g.y
1 L 1 2
0 0 −p

Calculer la force exercée par le uide sur la paroi supérieure. Commenter les diérents termes.

33
2.6 Solutions des exercices

Exercice 8 La mire se déplace le long de la droite y = 1 − x depuis le point (0, 1) vers le bas. Le champ de
température est axisymétrique autour de l'axe [Oz) perpendiculaire au plan (Oxy), présente un minimum
en (0, 0) et croît quand on s'éloigne de l'origine. Qualitativement, on peut s'attendre à ce que la fonction
TM (t) soit décroissante puis croissante. Pour les calculs, on va utiliser la dénition de la dérivée totale
(équation 2.1) qui s'énonce dT ∂T
uM · ∇) T . La vitesse du point de mire s'obtient en dérivant

dt M = ∂t + (~
sa position par rapport au temps. On trouve une vitesse de mire croissante ~uM = 2A.t. (~ex − ~ey ). Comme
le système étudié est stationnaire (vitesse du uide et champ de température indépendants du temps),
on écrit que la dérivée partielle de la température par rapport au temps hest nulle. En  utilisant
 i la formule
développée de l'opérateur d'advection (équation 2.2), on a : dT ∂T ∂T
soit dT
  
dt M = 2A.t. ∂x M − ∂y dt M =
M
R2 .t.(x(t) − y(t) ) ou encore dt M = T . R2 .t.(2A.t − 1). Par intégration par rapport au temps, on obtient
T . 4A dT 4A
 2

TM (t) = T0 + T . 2A R2 .(At − t ). La constante d'intégration T0 se calcule en disant que pour t = 0, la mire est
4 2

en (0, 1) où la température est connue. On en déduit que T0 = T /R2 . La fonction ainsi trouvée se comporte
qualitativement comme intuité.

Exercice 9 La mire se déplace le long d'un cercle centré à l'origine. Le champ de température est axi-
symétrique autour de l'axe [Oz) perpendiculaire au plan (Oxy), présente un minimum en (0, 0) et croît
quand on s'éloigne de l'origine. Qualitativement, on peut s'attendre à ce que la fonction TM (t) soit une
constante. Pour les calculs, on va utiliser la dénition de la dérivée totale (équation 2.1) qui s'énonce
dT ∂T
uM · ∇) T . La vitesse du point de mire s'obtient en dérivant sa position par rapport au

dt M = ∂t + (~
temps. On trouve une vitesse de mire croissante ~uM = − sin(t).~ex + cos(t).~ey . Comme le système étudié est
stationnaire (vitesse du uide et champ de température indépendants du temps), on écrit que la dérivée
partielle de la température par rapportau temps est nulle. En utilisant la formule développée de l'opérateur
d'advection (équation 2.2), on a : dT dt M = ... = 0. Par intégration par rapport au temps, on obtient que
TM (t) est une constante, conformément à ce qu'on a pu intuiter.

Exercice 10 Dans l'approche lagrangienne, l'accélération ~aP d'une parcelle de uide P se déduit de sa
2
position ~rP par dérivation : ~aP = ddt~r2P . Ici, la vitesse ~uP de la parcelle est égale à la vitesse (connue) ~v
du uide. Par dénition, on a dx dt = uP x soit dt = V. 1 + L . Cette équation diérentielle s'intègre
dxP xP

P

facilement et donne xP (t) = L. eV t/L − 1 . Par double dérivation, on obtient la composante selon x de
2 2
l'accélération de la parcelle de uide : aP x = ddtx2P = VL .eV t/L .
Dans l'approche eulérienne, l'accélération ~aP d'une parcelle de uide est égale à la dérivée matérielle du champ
de vitesse ~v . On a donc ~aP = D~
Dt . D'après la dénition donnée dans l'équation 2.4 et en ne s'intéressant qu'à
v

V 2 V t/L
la composante selon x, on peut écrire aP x = ∂v ∂t + vx . ∂x + vy . ∂y + vz . ∂z soit aP x = vx . ∂x = L .e
x ∂vx ∂vx ∂vx ∂vx
.

Exercice 11 à l'instant t = 2, la vitesse du uide en (2, 8) est ~v = 0, 8.~ex − 3, 2.~ey . Sa norme est d'environ
3,3 m.s−1 . Pour établir l'expression des lignes de courant, on utilise l'équation 2.7 pour trouver dy −Bt dx
y = A . x
−Bt
de quoi on tire y = C.x A (la grandeur t est considérée comme constante). La constante d'intégration C
est donnée par la condition initiale ; on obtient C = 16. A chaque instant t, la ligne de courant passant
−t
par le point (2, 8) a pour équation y(x) = 16.x 2 . Pour calculer la trajectoire d'une parcelle de uide, on
utilise l'équation 2.5 qui se décline sous la forme de dx
dt = A.xP .t et dt = −B.yP .t . Après séparation des
P dyP 2

variables, on peut intégrer par rapport au temps et obtenir la trajectoire recherchée :


  
A.(t2 −t20 )
 xP (t) = x0 . exp


2
 
−B.(t3 −t30 )
 yP (t) = y0 . exp


3

Exercice 12 l'équation aux dimensions du produit ρ.V 2 est [ρ.V 2 ] = M.L−1 .T −2 . On constate que ce
dernier produit est homogène à une pression. Celle du produit ρ.ν 2 est [ρ.ν 2 ] = M.L.T −2 . On constate que
ce dernier produit est homogène à une force.
2.6. Solutions des exercices

Exercice 13 dans un premier temps, on va calculer la trajectoire de cette particule, c'est-à-dire calculer sa
position ~rP = (xP , yP ) au cours du temps. On utilise pour cela l'équation 2.5 qui se décline sous la forme
dt = A.xP et dt = −A.yP . Après séparation des variables, on peut intégrer par rapport au temps et
de dx P dyP

obtenir la trajectoire recherchée : 


 x (t) = x .eAt
P 0
 y (t)
P = y0 .e−At

Dans un deuxième temps, on peut calculer la température de cette parcelle par :


2 2   
[xP (t)] + [yP (t)] x 2 0
 y 2
0
TP (t) = T . soit TP (t) = T . .e2At + .e−2At
R2 R R

Enn, l'accélération de la particule se calcule simplement en dérivant deux fois la position :



2
d ~rP  a (t) = A2 .x .eAt
Px 0
~aP = d'où
dt2  a (t) = A2 .y .e−At
Py 0

Ce résultat aurait pu être obtenu en utilisant l'équation 2.4 pour calculer le champ d'accélération (partout
dans l'espace) à partir du champ de vitesse :
     
∂vx
∂~v vx . ∂v ∂vx
∂x + vy . ∂y
x
A2 .x
~a = + (~v · ∇) ~v d'où ~a =  ∂t + = 
∂t ∂vy
vx .
∂vy
+ vy .
∂vy
A2 .y
∂t ∂x ∂y

puis à évaluer ce champ à l'endroit où passe la parcelle de uide :


   
A2 .xP A2 .x0 .eAt
~aP =   soit ~aP =  
A2 .yP A2 .y0 .e−At

Exercice 14 Réponse sur internet en cliquant sur ce lien.

Exercice 15 La ligne d'émission à un instant t donné est une courbe nie : l'extrémité la plus en aval (resp.
amont) est occupée par la parcelle de uide qui était en E à l'instant ti (resp. tf ). Considérons un point P
de coordonnées (xP , yP ) appartenant à la ligne d'émission cherchée. Par dénition, la parcelle de uide qui
se trouve en P à l'instant t était en E à l'instant t0 .

35
Chapitre 2. Cinématique, forces et contraintes

Calculons sa trajectoire entre t0 et t. On utilise l'équation 2.5 et une intégration temporelle pour obtenir :

 x (t) = −V . cos (ω.t) + C
P ω 1
 y (t) = V.t + C
P 2

Comme on sait que la parcelle était en E à l'instant t0 , on peut déterminer les deux constantes d'intégration
C1 et C2 . On obtient : 
 x (t) = x + V . cos (ω.t0 ) − V . cos (ω.t)
P E ω ω
 y (t) = y + V. (t − t0 )
P E

Il s'agit de l'équation paramétrique de la ligne d'émission recherchée, le paramètre t0 variant entre ti et tf .


Dans ce cas particulier, on peut éliminer le paramètre t0 en injectant dans la première équation l'expression
de t0 que l'on peut établir grâce à la deuxième équation. On trouve :
  
V yE − yP V
xP = xE + . cos ω. t + − . cos (ω.t)
ω V ω

La ligne d'émission recherchée est une portion de la courbe xP (yP ) ainsi trouvée.

Exercice 16 Pour un écoulement incompressible, on a vu dans la section 2.4.2 que la divergence de la


vitesse div ~v était nulle. L'expression de la divergence en coordonnées cylindriques est donnée par l'équation
7.72 en page 100 que l'on rappelle ici : div ~v = 1r . ∂(r.v
∂r
r)
∂θ + ∂z . Puisqu'on travaille dans le plan
+ 1r . ∂vθ ∂vz

(vz = 0), on a ∂v ∂θ = −V. cos θ . On en déduit que la composante radiale de la vitesse doit être de la forme
θ

vθ (x, y, t) = −V. sin θ + f (r, t).

Exercice 17 La vitesse n'ayant qu'une composante selon x, il est facile de trouver la position des points abcd
à l'instant t0 . Pour i ∈ {O, a, b, c, d}, on écrit x0i = xi + U. yHi .t0 . On trouve respectivement x0O = 5, x0a = 4,
x0b = 6, 5, x0c = 6 et x0d = 3, 5 mm. En traçant les nouveaux points, on peut déduire que la déformation est
causée à la fois par une déformation angulaire (car cOb d 6= c\ 0 O 0 b0 ) et par une rotation (car l'angle entre la

bissectrice de l'angle cOb


d et le repère xe évolue).
Le taux de déformation angulaire, c'est-à-dire la vitesse à laquelle les angles se déforment, n'est rien d'autre
∂vy
que le taux de cisaillement γ̇ déni par l'équation 2.15 en page 26. On a γ̇xy = γ̇xy = ∂v ∂y + ∂x . Dans
x

notre cas particulier, la composante verticale vy est identiquement nulle et, puisque ∂v ∂y = H , le taux de
x U

cisaillement est γ̇ = 1 s .−1

La dénition du vecteur tourbillon (équation 2.11) est rappelée Ω ~ ≡ 1 .rot ~v . Puisque vx est la seule compo-
2
sante non nulle et ne dépend que de y , on a Ω ~ = Ωz .~ez avec Ωz = − 1 . ∂vx = − 1 . U = −0, 5 s−1 . Le signe
2 ∂y 2 H
négatif indique que la rotation se fait dans le sens anti-trigonométrique (=sens horaire), ce que conrme la
lecture du schéma.

Exercice 18 Concernant la rotation, la relation 2.9 permet d'écrire :


 
∂vx


 d xx ≡ ∂x


 rxx ≡ 0
 
∂vy
 
 dyy ≡
  ryy ≡

0
h ∂y i et h i
1 ∂v ∂vy 1 ∂v ∂vy


 dxy ≡ 2 . ∂yx + ∂x 

 rxy ≡ 2 . ∂yx − ∂x

 

 
 d
yx≡ d xy
 r ≡yx −r xy

36
2.6. Solutions des exercices

D'où :
   
0 y 0 0 y 0
−1 p1 − p2   −1 p1 − p2  
∇~v = d + r avec d= . . y et r= . .  −y
   
0 0  0 0 
2µ L   2µ L  
0 0 0 0 0 0

La relation 2.12 permet de calculer le vecteur tourbillon :


 
rzy
  1 p1 − p2
~ =
Ω  rxz  soit Ω(x, ~ y, z, t) = . .y.~ez

  2µ L
ryx

On voit que la composante selon z du vecteur tourbillon est positive pour 0 < y < H . Cela signie que
la rotation dans cette région se fait dans le sens trigonométrique (l'angle négatif θ déni sur la gure 2.6
augmente au cours du temps / sa valeur absolue diminue).
Concernant l'expansion, la relation 2.18 permet d'écrire :
 
0 0 0
div ~v
 
1 ∂vx ∂vy ∂vz  
dexp ≡ .I = . + + .I d'où dexp =  0 0 0 
 
3 3 ∂x ∂y ∂z  
0 0 0

On voit que le uide ne subit pas d'expansion. Cela signie qu'il est incompressible.
Concernant le cisaillement, la dénition 2.19 permet d'écrire que, dans notre cas particulier, le tenseur dcis
est égal au tenseur d.

Exercice 19 Cas a : les contraintes de cisaillement (termes non diagonaux) sont tous nuls. Les gradients de
vitesse étant nuls, le uide est au repos (ou en translation uniforme - écoulement piston). La pression p est
égale à l'opposé du tiers de la trace (équation 2.27), soit 2.
Cas b : ce cas ne peut pas exister car le tenseur des contraintes est symétrique pour des uides communs
(équation 7.38 en page 87).
Cas c : la pression est égale à 1. L'écoulement se fait dans le plan xz car les gradients de vitesse selon y sont
nuls.

Exercice 20 La force F~f luide/paroi que le uide exerce sur la paroi peut se calculer grâce à l'équation 2.25

F~f luide/paroi = −F~ext/int avec F~ext/int =


x σ · ~n
out .dS

Le vecteur normal unitaire ~nout est dirigé vers l'extérieur de la zone uide et donc s'écrit ~nout = ~ey pour la
face supérieure. En considérant une aire S = 1 m2 , on obtient :
     
−p τxy 0 0 −τxy
     
F~f luide/paroi = −σ · ~ey .S = −  τxy −p 0  ·  1  .S =  p  .S
     
     
0 0 −p 0 0

Pour y = H , on obtient donc :


 
~ p1 − p2 p1 − p2
Ff luide/paroi = H. .~ex + p1 − x. − ρ.g.H .~ey
L L
On voit que la force exercée par le uide sur la paroi possède deux composantes : une composante qui "tire"
la paroi dans le sens d'écoulement du uide (terme de cisaillement, que l'on peut montrer proportionnel à la
viscosité µ) et une composante selon ~ey qui "pousse" la paroi vers y élevé (terme de pression).

37
Chapitre 2. Cinématique, forces et contraintes

38
Chapitre 3

Fluides particuliers et lois constitutives,


classication des écoulements
La première section présente les propriétés thermodynamiques des matériaux. Ces propriétés sont valables
à l'équilibre et peuvent être calculées à partir de l'équation d'état complète du matériau.

La deuxième section présente les propriétés de transfert des matériaux. Dans la notion de transfert se
cache la notion de cinétique (et non plus de thermodynamiques). En eet, ces propriétés caractérisent la
vitesse à laquelle un matériau réagit à une sollicitation (exemple : intensité du ux de chaleur pour une
diérence de température imposée).

La troisième section propose une typologie sommaire des diérents types d'écoulement rencontrés dans
la nature ou en situation industrielle.

3.1 Propriétés (thermodynamiques) des matériaux


3.1.1 Masse volumique
La thermodynamique 1 nous apprend que la masse volumique d'un matériau quelconque dépend de la tem-
pérature et de la pression par l'intermédiaire de l'équation d'état :
ρ = ρ(T, p)
On peut donc écrire :    
∂ρ ∂ρ
dρ = .dT + .dp
∂T p ∂p T
En d'autres termes, la modication de la masse volumique est due à deux contributions : la dilatabilité
(induite par une modication de température) et la compressibilité (induite par une modication de pression).
Souvent, on utilise deux coecients thermo-élastiques pour ré-écrire l'équation précédente :

Coecient de dilatation thermique


  
−1 ∂ρ

 α ≡ ρ . ∂T
 p
dρ 
= −α.dT + κT .dp avec (3.1)
ρ 
Coecient de compressibilité isotherme
  
 κ ≡ 1 . ∂ρ

T ρ ∂p
T

On note par ailleurs la dénition du coecient de compressibilité adiabatique κS :


 
1 ∂ρ
κS ≡ . (3.2)
ρ ∂p S

1. Voir cours de thermodynamique disponible à l'adresse http://www.emse.fr/~bonnefoy/Public/Thermo-EMSE.pdf.

39
Chapitre 3. Fluides particuliers et lois constitutives, classication des écoulements

On parle de uide incompressible lorsque sa masse volumique ρ peut être considérée comme quasiment
constante (au maximum quelques pourcents de variation sur la plage de pression et température caractéri-
sant l'écoulement). En général, la nature compressible/incompressible du uide a moins d'importance que
la nature compressible/incompressible de l'écoulement (voir page 47).

3.1.1.1 Inuence de la température (dilatabilité)


Lorsqu'on étudie la convection naturelle (mise en mouvement du uide causé par un gradient de température),
on utilise une équation d'état simpliée qui prend le nom d'approximation de Boussinesq :

ρ (T, p) = ρ0 . [1 − α0 . (T − T0 )] (3.3)

où α0 est le coecient de dilatation thermique déni dans l'équation 3.1 et calculé pour la température de
référence T0 . On utilise cette expression de la masse volumique dans le bilan de quantité de mouvement
4.24 qui prend alors le nom d'équation de Boussinesq. Pour un gaz parfait 2 , on peut montrer que le
coecient de dilatation thermique α est égal à 1/T (soit environ 3,4.10−3 K−1 à 20°C). Pour l'eau, il est
égal à 2,07.10−4 K−1 à 20°C.

3.1.1.2 Inuence de la pression (compressibilité)


Pour un écoulement athermique (absence de ux de chaleur car température uniforme dans le volume), la
masse volumique dépend de la pression selon la loi :

ρ (T, p) = ρ0 . [1 + κT . (p − p0 )] (3.4)

où la compressibilité isotherme κT dépend en premier lieu de l'état physique de la matière :


• gaz : 10−5 Pa−1
• liquides : 10−10 -10−9 Pa−1
• solides : 10−11 -10−10 Pa−1
D'autres valeurs numériques sont données dans le tableau 3.1 en page 48 pour certains matériaux. Pour un
gaz parfait, la compressibilité isotherme
h est égale
i à 1/p. Pour un liquide, on peut utiliser l'équation d'état
n
c2s .ρ0
de Tait-Murnaghan p = p0 + n .
ρ
ρ0 − 1 où l'exposant n vaut environ 7,15 pour l'eau.

3.1.2 Capacités caloriques et coecient adiabatique


Les capacités caloriques massiques à pression et volume constants sont notées c̄p et c̄V respectivement.
En notant s̄ l'entropie massique, elles sont dénies par les relations :

∂ s̄

 c̄p ≡ T. ∂T p



(3.5)


∂ s̄

≡ T. ∂T

 c̄
V V

La thermodynamique nous apprend qu'on peut faire apparaître l'enthalpie massique h̄ et l'énergie interne
massique ū :   
∂ h̄

 c̄p = ∂T

 p
(3.6)


∂ ū
 
c̄V =

∂T V

Le coecient adiabatique est déni par :


c̄p
γ≡
c̄V
2. L'équation d'état d'un gaz parfait s'énonce ρ(T, p) = p
R̃T
où R̃ ≡ R/M̃ avec R la constante des gaz parfaits et M̃ la masse
molaire.

40
3.2. Equations constitutives

Le coecient adiabatique γ vaut 5/3 pour un gaz parfait monoatomique et 7/5 pour un gaz parfait diato-
mique. Pour une substance absolument quelconque, on peut montrer la relation :
κT
γ=
κS

3.1.3 Vitesse du son


Pour un corps absolument quelconque (solide, liquide ou gaz), la vitesse du son (adiabatique 3 ) vs est
dénie par la dérivée partielle de la pression p par rapport à la masse volumique ρ, à entropie S constante :
s  r
∂p 1
vs ≡ d'où vs = (3.7)
∂ρ S ρ.κS

La vitesse du son est faiblement inuencée par la pression mais peut varier signicativement en fonction de
la température. Pour l'eau liquide à (20°C, 1 bar), la vitesse du son est de 1482 m.s−1 . Elle est égale à 1484
m.s−1 pour (20°C, 10 bars) et 1526 m.s−1 pour (40°C, 1 bar). Pour un gaz parfait de masse molaire M̃ ,
l'équation d'état pV = N RT permet d'établir que :

R
q
vs = γ.R̃.T avec R̃ ≡ (3.8)

Pour de l'air (proche d'un gaz parfait diatomique), la vitesse du son est égale à 343,4 m.s−1 pour (20°C, 1
bar), à 344,5 m.s−1 pour (20°C, 10 bar) et à 355 m.s−1 pour (40°C, 1 bar).

3.2 Equations constitutives


Les lois constitutives sont les équations qui décrivent le comportement d'un matériau particulier. Elles
sont comme une signature qui traduit sa spécicité (état physique, nature chimique, . . .).

Lorsque les champs de température, de vitesse et de concentration sont uniformes dans un système (i.e.
même valeur en chaque point de l'espace), alors ce dernier est au repos et son état ne varie pas au cours
du temps. En revanche, s'il existe des inhomogénéités spatiales, alors on observe l'apparition de ux qui
tendent à les réduire. Par exemple, un gradient de température induira un ux de chaleur, un gradient de
concentration induira un ux de quantité de matière, . . . Ainsi, les lois constitutives établissent un lien entre
une force motrice et un ux pour un matériau donné. Pour chaque loi constitutive, il y a, plus ou moins
caché, un couple de grandeurs conjuguées.

Pour de "faibles" inhomogénéités, les ux sont diusifs et on se trouve dans le domaine linéaire, c'est-
à-dire que le ux diusif d'une grandeur extensive est proportionnel à la force motrice (le gradient de sa
grandeur conjuguées). Les relations force-ux ont été identiées par les grands noms de la Science dans des
congurations simples. Si les homogénéités dépassent un certain seuil, il peut y avoir des ux convectifs
également.

3.2.1 Comportement thermique


On observe le lien de causalité suivant : une diérence de température génère un ux de chaleur ou
plus précisément un ux d'énergie interne. Par conséquent, le couple de variables conjuguées est T /U ou
T /S . La loi de Fourier établit un lien de proportionnalité entre le ux diusif d'énergie interne ϕU,di
(qui n'est rien d'autre que le ux de chaleur conductif ~q) et le gradient de température ∇T . La constante
r
3. On peut aussi dénir la vitesse du son isotherme cs par la relation cs ≡ . Pour un matériau quelconque, on

∂p
∂ρ T

montre en utilisant la formule de Reech que les deux vitesses du son sont liées par vs = cs . γ .

41
Chapitre 3. Fluides particuliers et lois constitutives, classication des écoulements

de proportionnalité est notée λ et s'appelle conductivité thermique. Elle s'exprime en W.m−1 .K−1 . Les
gures 3.1 et 3.2 donnent la valeur de la conductivité thermique pour diérents matériaux courants.

Loi de Fourier : ~q = −λ.∇T (3.9)

Figure 3.1  Conductivité thermique de diérents matériaux.

Figure 3.2  Conductivité thermique de diérents matériaux.

3.2.2 Comportement chimique


On observe le lien de causalité suivant : une diérence de potentiel chimique génère un ux de matière.
Dans la pratique, les lois constitutives établissent plutôt un lien entre le ux de matière et la fraction mas-

42
3.2. Equations constitutives

sique (ou la concentration) des constituants, plus facile à mesurer ou calculer que le potentiel chimique.

Plusieurs mécanismes diusifs ont été identiés : la diusion de concentration (également appelée diu-
sion de masse ou diusion ordinaire ), la diusion thermique qui résulte d'un gradient de température, la
diusion de pression qui résulte d'un gradient de pression et la diusion forcée qui est causée par des forces
extérieures s'appliquant inégalement sur chaque constituant (exemple : force électrostatique). Dans les cas
usuels, la diusion de concentration est prépondérante.

Dans le cas particulier d'un système binaire A-B, la loi de Fick dresse un lien de proportionnalité entre
le ux diusif de matière et le gradient de composition. La constante de proportionnalité est notée DAB et
s'appelle coecient de diusion moléculaire. Elle s'exprime en m2 .s−1 . Dans sa variante massique, la
loi de Fick s'écrit :
Loi de Fick (massique) : ϕ~ di,A = −ρ.DAB .∇ωA (3.10)
où ϕ
~ di,A est le ux diusif massique de A (en kg.m−2 .s−1 ) et ωA sa fraction massique (voir section 4.3 en
page 54). Dans sa variante molaire, la loi de Fick s'écrit :

Loi de Fick (molaire) : ~ ∗di,A = −c.DAB .∇xA


ϕ (3.11)

où ϕ
~ ∗di,A représente le ux diusif molaire de A (en mol.m−2 .s−1 ) et xA sa fraction molaire (voir section 4.2
en page 53).

3.2.3 Comportement mécanique


On observe le lien de causalité suivant : une diérence de vitesse génère un ux de quantité de mouvement.
Par conséquent, le couple de variable conjuguées est ~v /P~ où P~ ≡ m~v est la quantité de mouvement. En
d'autres termes, le gradient de vitesse ∇~v qui s'exprime en [s−1 ] est la force motrice à l'origine d'un ux de
quantité de mouvement qui s'exprime en [kg.m−1 .s−2 ] c'est-à-dire en [Pa]. On écrira donc la loi constitutive
sous la forme suivante :
σ = f (∇~v )
Cette relation est particulière à chaque uide. Toutefois, on peut établir une règle générale sur la forme de
cette relation. En eet, on a établi trois choses :
 le tenseur des contraintes σ est symétrique pour des systèmes non magnétiques (équation 7.38 en page

87)
 par construction, le tenseur des contraintes de cisaillement τ possède les mêmes symétries que σ

(équation 2.15 en page 26)


 le gradient de vitesse ∇~ v peut s'écrire comme la somme d'un tenseur symétrique (noté d) et d'un
tenseur anti-symétrique (noté r) (équation 2.9 en page 23)
On en déduit que le tenseur τ est une fonction de cette composante symétrique d ou, ce qui revient au même,
une fonction du taux de cisaillement γ̇ qui est un tenseur d'ordre 2 déni par γ̇ ≡ 2d. On a donc :
T
τ = f (γ̇) avec γ̇ ≡ ∇~v + (∇~v ) (3.12)
L'expression de f est spécique à chaque uide. Dans ce qui suit, nous allons voir le cas simple d'une relation
linéaire (uide newtonien), d'une relation générale (uides complexes) et d'une fonction identiquement nulle
(uide parfait).

3.2.3.1 Fluide newtonien


On a vu en page 26 que le tenseur des taux de déformations d peut être écrit comme la somme de deux
contributions : un cisaillement à volume constant dcis et une expansion isotrope dexp :
div ~v
 h i
1 ∂vi ∂vj


 dcis,ij ≡ 2 . ∂xj + ∂xi − 3 .δij

d = dcis + dexp avec

≡ div3 ~v .δij


 d
exp,ij

43
Chapitre 3. Fluides particuliers et lois constitutives, classication des écoulements

Le tenseur des contraintes de cisaillement peut également être vu comme la somme de ces deux contributions :
τ = τcis + τexp
On appelle uide newtonien un uide caractérisé par une simple relation de proportionnalité entre τcis et
dcis d'une part et entre τexp et dexp d'autre part :

 τ ≡ 2µ.dcis
 cis


(3.13)


≡ 3µV .dexp

 τ
exp

Au nal, le tenseur des contraintes de cisaillement d'un uide newtonien s'écrit :


 
2 T
τ = µ.γ̇ + µV − µ .div ~v .I avec γ̇ ≡ ∇~v + (∇~v ) (3.14)
3
où I représente la matrice identité. Sous forme développée, on a :
    3
∂vi ∂vj 2 X ∂vi
τij ≡ µ. + + µV − µ .div ~v .δij avec div ~v ≡ (3.15)
∂xj ∂xi 3 i=1
∂xi

Examinons le sens physique des paramètres µ et µV à l'aide de deux écoulements particuliers.

Pour un uide subissant un cisaillement pur dans une cellule de Couette plane (écoulement entre deux plans
parallèles), le champ de vitesse est de la forme ~v = vx .~ex avec vx (x, y, z) = V0 . H
y
. Pour cet écoulement, que le
uide soit compressible ou incompressible, la divergence de la vitesse est nulle et l'on peut écrire τxy = µ. ∂v ∂vy .
x

Cela montre que la grandeur µ n'est rien d'autre que la célèbre viscosité dynamique, et s'exprime en Pa.s.
Deux autres unités se rencontrent : le Poiseuille (symbole PI) et la Poise (symbole P ou Po). Les équivalences
sont les suivantes : 1 Pa.s = 1 PI = 10 P = 1000 cP.

Pour un uide compressible subissant une compression pure, le champ de vitesse peut se mettre sous la
forme ~v = vx .~ex avec vx (x, y, z) = V0 . L
x
. Dans ce cas, on trouve que le tenseur des taux de cisaillement γ̇
est nul et l'on peut écrire τ = µ .div ~v .I avec µ0 ≡ µV − 23 µ. Le paramètre µV apparaît donc étroitement
0

lié à la constante de proportionnalité µ0 reliant la vitesse d'expansion à la contrainte. Dans la littérature, le


terme de viscosité de dilatation-expansion désigne parfois le paramètre µV (ex : Bird et al.) et parfois le
coecient µ0 (ex : Plaut). Avec tout autant d'imprécision, on trouve aussi le terme de viscosité de volume
pour l'un ou l'autre des grandeurs. Une discussion sur la valeur de µV ou µ0 est donnée en page 57.

On vient d'établir la forme particulière de la relation τ = f (γ̇) pour un uide newtonien. On voit que, pour
un uide newtonien et incompressible (div ~v = 0), on a une relation simple de proportionnalité entre la force
motrice (le taux de cisaillement γ̇ ) et la densité de ux de quantité de quantité de mouvement. Il s'agit de
la loi de Newton :
Loi de Newton : τ = µ.γ̇ (3.16)
Cette expression fait écho à la loi de Fourier et à la loi de Fick. Contrairement à ces deux dernières, on
notera l'absence de signe "-" dans la loi de Newton. C'est à mettre sur le compte de la convention choisie
sur l'orientation de la normale : elle est sortante dans ce document (voir tableau 7.3).

3.2.3.2 Fluides complexes


De nombreux uides tels que les pâtes de dentifrice, les gels, le miel, les huiles lourdes, . . .s'écoulent
comme un liquide si la contrainte de cisaillement dépasse une valeur critique et se comportent comme un
solide dans le cas contraire. Dans le domaine naturel, les boues (eau + particules cohésives d'argile) sont un
autre exemple de uide non newtonien, c'est-à-dire caractérisé par une relation non linéaire entre τij et dij .
Il est du ressort de la rhéométrie que de caractériser le comportement rhéologique de ces uides. La gure 3.3
donne l'allure des courbes τ (γ̇), appelées rhéogrammes. L'axe des abscisses correspond à un uide parfait
et l'axe des ordonnées à un solide idéal.

44
3.3. Classication des écoulements

Figure 3.3  Rhéogramme = signature rhéologique de diérents uides non newtoniens.

3.2.3.3 Fluide parfait


Le uide parfait est un uide dont le tenseur des contraintes de cisaillement est identiquement nul. Il s'agit
d'un uide qui n'existe pas dans la nature.

3.3 Classication des écoulements


3.3.1 Critères géométriques
3.3.1.1 Dimension spatiale
Bien évidemment, on peut identier la dimension spatiale :
 1D : parfois utilisable pour un écoulement en conduite.
 2D : plus simple à résoudre qu'en 3D, par exemple dans le cas d'invariance selon une direction de
l'espace
 3D : le cas général

3.3.1.2 Interne vs. externe


Un écoulement interne est complètement conné par des parois solides (conduite, pompe, compresseur,
turbine, milieu poreux, . . .) ou bien écoulement en canal ouvert (euves, canaux d'irrigation, . . .).

Un écoulement externe est autour d'un objet immergé dans un uide sans limite (sous-marin en plongée,
avion en vol, balle de golf, fusée,. . .).

45
Chapitre 3. Fluides particuliers et lois constitutives, classication des écoulements

Figure 3.4  Ecoulement externe (autour de la navette spatiale américaine).

3.3.2 Critères cinématiques


3.3.2.1 Stationnaire vs. instationnaire
Un écoulement est stationnaire si, en tout point de l'espace, ses propriétés sont constantes dans le temps.
Concrètement, toutes les dérivées partielles par rapport au temps ∂
∂t sont nulles.

A contrario, il sera qualié d'instationnaire s'il existe un ou plusieurs endroits où les propriétés de l'écou-
lement varient dans le temps.

3.3.2.2 Isovolume
Un écoulement est dit isovolume ou isochore ou solénoïdal lorsque la divergence de la vitesse est nulle. Les
anglos-saxons parlent de "divergence-free ow". Il est dit "non-solénoïdal" dans le cas contraire. Rappelons
qu'un uide incompressible (son volume reste constant) est caractérisé par une divergence nulle de la vitesse
(équation 2.17 en page 26).

3.3.2.3 Rotationnel vs. irrotationnel


Dans un écoulement rotationnel, le vecteur tourbillon Ω
~ n'est pas nul partout dans le uide (dénition 2.11
en page 24).

A contrario, dans un écoulement irrotationnel, le rotationnel de la vitesse est nul. Si le domaine de l'écou-
lement est dénué de "trous" (simplement connexe), alors il existe une fonction scalaire Φ appelée potentiel
des vitesses, vériant :
~v = −∇Φ
Si, de plus, l'écoulement est à divergence nulle (div ~v = 0), alors le laplacien du potentiel est nul. Il s'agit de
l'équation de Laplace qui facilite la résolution de certains problèmes :

∆Φ = 0

3.3.2.4 Subsonique vs. supersonique


Considérons un uide dans lequel la vitesse du son adiabatique (dénie dans la section 3.1.3 en page 41)
est vs . Un écoulement de ce uide sera qualié de subsonique (resp. supersonique) si sa vitesse V est

46
3.3. Classication des écoulements

inférieure (resp. supérieure) en tout point à la vitesse du son. On utilise souvent le nombre de Mach, dont la
dénition est donnée dans les tableaux 1.2 et 1.3 en page 10 :

τson  τ
son ≡ vLs
Ma ≡ avec
τconv  τ
conv ≡ V
L

c'est-à-dire :
V √
Ma ≡ ou bien M a = V. ρ.κS (3.17)
vs
Le tableau 3.1 en page 48 donne la valeur de la vitesse du son et de la compressibilité pour un certain nombre
de matériaux.

3.3.2.5 Laminaire vs. turbulent


Un écoulement est laminaire lorsque l'ensemble du uide s'écoule plus ou moins dans la même direction,
de manière régulière, en couches parallèles glissant les unes sur les autres. Il n'y a pas de mouvements trans-
verses à la direction de l'écoulement.

Un écoulement est turbulent lorsque le uide s'écoule de manière désorganisée, avec des tourbillons qui
provoquent un mélange du uide et/ou des couches uides qui se décollent les unes des autres.

Le nombre de Reynolds permet de quantier l'importance relative des forces visqueuses (qui tendent à
rendre l'écoulement laminaire) et des forces inertielles (qui tendent à rendre l'écoulement turbulent). On
rappelle sa dénition, donnée dans les tableaux 1.2 et 1.3 en page 10 :

L2
visc ≡ ν
τvisc  τ
Re ≡ avec
τconv  τ
conv ≡ L V

où τvisc est le temps caractéristique du transport diusif de la quantité de mouvement et τconv celui du
transport convectif de la quantité de mouvement. Compte-tenu de la dénition de la viscosité cinématique
ν ≡ µ/ρ, on peut aussi écrire le nombre de Reynolds en faisant intervenir la viscosité dynamique µ :

ρ.V.L
Re ≡ (3.18)
µ
Le choix de la longueur caractéristique L dépend du problème étudié. Il y a une part d'adaptation et
donc d'arbitraire. Toutefois, bien souvent, il s'agit de la plus petite dimension physique. Ainsi, on retiendra
le diamètre d'une longue canalisation, le diamètre d'une sphère solide dans un grand volume, l'épaisseur d'un
prol pour une aile d'avion, . . .

3.3.2.6 Compressible vs. incompressible


Un écoulement est incompressible lorsque le volume d'une parcelle de uide n'évolue au cours de son mou-
vement. Cela signie que la masse volumique est uniforme dans l'espace. Dans un écoulement compressible,
le volume d'une parcelle de uide peut changer avec sa position. Cela implique que la masse volumique
n'est pas uniforme dans l'espace. Pour quantier l'importance de la compressibilité, on adoptera la dénition
suivante :
δρ
L'écoulement est incompressible si et seulement si 1 (3.19)
ρ
Pour un uide incompressible, par dénition, la masse volumique est mathématiquement constante et donc
le rapport δρ/ρ est identiquement nul. Il s'ensuit qu'un écoulement de uide incompressible est toujours
incompressible. C'est le cas des écoulements de liquides, à l'exception des situations telles que la cavitation
ou le coup de bélier.

47
Chapitre 3. Fluides particuliers et lois constitutives, classication des écoulements

Pour un uide compressible, en utilisant les dénitions de la compressibilité adiabatique κS (équation 3.2
en page 39) et de la vitesse du son vs (équation 3.7 en page 41), on peut faire apparaître l'écart de pression
δp observé dans le système en écoulement 4 :
1 δp
L'écoulement est incompressible si et seulement si . 1 (3.20)
vs2 ρ

Ecoulement inertiel. Dans le cas d'un écoulement rapide dominé par l'inertie (nombre de Reynolds
élevé), les écarts de pression δp sont de l'ordre de grandeur de ρ.V 2 . Il s'ensuit que δρ
ρ ∝ M a et donc :
2

Un écoulement inertiel est incompressible si et seulement si M a2  1 (3.21)

Dans la pratique, un écoulement inertiel est déclaré incompressible lorsque M a < 0, 3.

Ecoulement visqueux. Dans le cas d'un écoulement lent dominé par la viscosité (nombre de Reynolds
M a2
ρ ∝ Re et donc :
faible), les écarts de pression sont de l'ordre de grandeur de µ.V /L. Il s'ensuit que δρ

Un écoulement visqueux est incompressible si et seulement si M a2  Re (3.22)

Cette condition est plus restrictive que celle pour les écoulements inertiels.

3.4 Données numériques


Le tableau 3.1 contient quelques propriétés de transfert de certains matériaux classiques.

ρ µ λ DAB c̄p α κT vs
kg.m −3
Pa.s W.m−1
.K −1
m .s2 −1
J.K −1
.kg −1
m .s 2 −1
Pa m.s−1
Air (20°C) 1,204 1,825.10−5 0,0251 10−5 1007 2,07.10−5 1
p ≈ 10−5 343
Eau (20°C) 998 1,002.10 −3
0,598 2,3.10 −9
4182 1,43.10 −7
4,6.10 −10
1482
Ethanol (20°C) 789 1,144.10−3 0,169 1,1.10−9 2399 8,93.10−8 1,1.10−9 1144
Glycérol (20°C) 1264 1,519 0,286 2386 9,48.10 −8
2,5.10 −10
1920
Huile moteur 888 0,837 0,145 1881 8,68.10 −8
7.10 −10
1461
Mercure (25°C) 13534 1,534.10 −3
8,51 1,6.10 −9
139 4,51.10 −6
3,7.10 −11
1450
Métaux liquides 2.10 -2.10
3 4
10−4
-10 −3
1-10 2
10 −9
-10
−8
10 3
10 −6
-10 −4

Liquides organiques 103 10−4 -10−3 0,15 10−10 -10−7 103 -3.103 10−8 -10−7
Sels fondus 2.103 10−3 10−1 -1 10−10 103 -4.103 10−7 1850
Huiles silicones 10 3
10 −2
-103
0,1 10−13
-10 −9
2.10 3
10 −7

Verre fondu (800 K) 3.10 3


10 10 −2
10 −12
10 3
10−6

Table 3.1  Valeurs typiques de la masse volumique ρ, de la viscosité dynamique µ, de la conductivité ther-
mique λ, du coecient de diusion moléculaire DAB , de la capacité calorique massique c̄p , de la diusivité
thermique α = λ/(ρ.c̄p ), de la compressibilité isotherme κT et de la vitesse du son (adiabatique) vs .

4. Cette approche basée sur l'analyse dimensionnelle est inspirée de l'ouvrage d'Etienne Guyon et al., voir page 113.

48
3.4. Données numériques

Figure 3.5  Viscosité de certains uides en fonction de la température.

49
3.5 Solutions des exercices

\nobreak
Chapitre 4

Bilans locaux
Lorsque l'on cherche à résoudre un problème où interviennent des transferts de masse, énergie, quantité
de mouvement,. . . il est naturel de faire un bilan de ces grandeurs extensives. Ces bilans portent parfois le
nom d'équations de conservation même si certaines grandeurs ne se conservent pas (ex :dissipation d'éner-
gie mécanique par frottement visqueux). Dans ce chapitre, les bilans sont établis à l'échelle locale. Dans le
chapitre suivant, ils seront intégrés sur des volumes macroscopiques.

Forme générale d'un bilan


Remarquons tout d'abord que les bilans ne concernent que les grandeurs extensives. En eet, des grandeurs
intensives, telles que la température ou la couleur d'un objet, ne s'ajoutent pas et ne peuvent donc pas faire
l'objet d'une comptabilité.

Le bilan d'une grandeur extensive F prend la forme très générale suivante :

Variation de la grandeur Flux entrant par Création dans le coeur


= + (4.1)
contenue dans le volume Ω la frontière ∂Ω du volume Ω

Un tel bilan peut être établi pour un volume de contrôle macroscopique (ni) ou un volume de contrôle
microscopique (innitésimal). Dans le premier cas, le terme de variation est dF/dt tandis que dans le deuxième
cas, nous allons voir qu'il est égal à ∂f /∂t où la densité volumique f est dénie par :

f ≡ lim
F
c'est-à-dire F(t) =
yf (4.2)
(t) .dV
V →0 V
Ω(t)

Convention sur la normale à une surface. En s'appuyant sur la gure 4.1, on considère un volume Ω
de l'espace, séparé de son environnement par la surface ∂Ω. Le vecteur ~n désigne le vecteur unitaire normal
à la surface ∂Ω. Traditionnellement, en physique, mécanique des uides et simulation numérique, la normale
est sortante tandis qu'en génie des procédés et en thermodynamique, elle est entrante. Dans ce document,
lorsque le vecteur ~n apparaît sans indice, il faut considérer que la normale est sortante. Autant que faire
se peut, nous recommandons l'usage d'indice. Nous désignons par ~nin la normale entrante et par ~nout la
normale sortante, l'une et l'autre étant liées par ~nin = −~nout .

4.1 Forme générale d'un bilan local


Considérons une grandeur extensive F , scalaire ou vectorielle, et écrivons le bilan de cette grandeur sur
un volume quelconque Ω. La vitesse de variation de F se présente comme la somme d'un terme Φ qui est le

51
Chapitre 4. Bilans locaux

Figure 4.1  Représentation schématique d'un volume de contrôle Ω, de sa frontière ∂Ω avec l'environnement
et les normales entrante (~nin ) et sortante (~nout ) à la frontière.

ux net entrant à travers la frontière ∂Ω et le terme Σ qui est la source nette au sein du volume Ω :

dF
=Φ+Σ (4.3)
dt
Par dénition de la densité volumique f , on a :

F ≡
y f.dV (4.4)

Par dénition de la densité volumique de source s, on peut écrire :


Σ≡
y s.dV (4.5)

Par dénition de la densité de ux ϕ, le ux net entrant à travers la frontière ∂Ω est :
Φ≡
{ ϕ.~n (4.6)
in .dS
∂Ω

En appliquant le théorème de Green-Ostrogradsky (équation 7.48 en page 90), on obtient :

Φ=−
y (div ϕ) .dV (4.7)

L'équation 4.3 se présente nalement sous la forme d'une égalité faisant intervenir trois intégrales triples.
Cette égalité étant vraie pour tout volume Ω, cela signie que l'on peut écrire :

∂f
= −div ϕ + s (4.8)
∂t
On peut vérier que ce résultat est indépendant de la convention choisie pour l'orientation de la normale à
une surface.
L'expérience montre qu'il existe trois modes de transfert d'une grandeur extensive :
 la convection (macroscopique) : il s'agit d'un simple transport de la grandeur extensive qui est "atta-
chée" à la matière en mouvement. Par exemple, les passagers d'un wagon sont convectés (advectés)
par le train. Ils ont la vitesse du train.
 la diusion (microscopique) : elle peut s'ajouter à la convection et sera décrite plus en détail dans ce
qui suit.
 le rayonnement ou l'induction : ils ne seront pas décrits dans cet ouvrage.

Considérons le cas où le ux total est la somme d'un ux diusif et d'un ux convectif.

ϕ ≡ ϕconv + ϕdi avec ϕconv ≡ f~v (4.9)

52
4.2. Bilan local de masse

Le bilan local peut prendre les deux formes suivantes. La première est issue des équations 4.8 et 4.9. La
deuxième fait, en plus, usage de la dénition de la dérivée matérielle (équation 2.4).



 (forme eulérienne) ∂f
∂t = −div (f~v + ϕdi ) + s







Bilan local : (formes lagrangiennes) Df
Dt = −f.div ~v − div ϕdi + s (4.10)







 Df
ρ Dtρ = −div ϕdi + s pour f 6= ρ

On précise que la première formulation lagrangienne (Df /Dt = ...) est inconditionnellement correcte tandis
que la deuxième (ρ.D fρ /Dt = ...) n'est vraie que lorsque l'équation de continuité 4.15 est observée, ce qui
est tout de même observé dans de très nombreuses situations.

4.2 Bilan local de masse


On considère le cas général où le uide contient plusieurs constituants Ak de masse molaire M̃k qui peuvent
réagir entre eux. On note rj la vitesse de réaction en mol.m−3 .s−1 associé à l'équation chimique j :
X j
νk Ak = 0
k

4.2.1 Pour chaque constituant


Si la grandeur F est la masse mk du constituant k , alors la densité volumique f est la masse volumique
partielle ρk en kg.m−3 . L'équation de fermeture suivante est valable :
X
ρ= ρk

La fraction massique ωk de chaque constituant est dénie par :


ρk
ωk ≡
ρ
Le taux algébrique de production de masse du constituant k en kg.m−3 .s−1 s'obtient en sommant la contri-
bution de chaque réaction chimique j : X j
sk = νk .M̃k .rj
j

Lavoisier a postulé en 1789 que la masse totale est une grandeur conservative. Cela est vrai dans la plupart
des systèmes physiques, à l'exception des systèmes relativistes et des réactions nucléaires pour lesquels la
masse peut évoluer en vertu de l'équivalence masse-énergie. Par conséquent, dans des conditions standard,
la somme des termes sources est nulle : X
sk = 0 (4.11)
k

On note ~vk la vitesse du constituant k dans le référentiel xe. Il ne s'agit pas de la vitesse instantanée d'une
molécule particulière de Ak mais de la vitesse moyenne de toutes les molécules de Ak dans un petit volume.
Par construction, la vitesse moyenne (en masse) associée au mélange est égale à :
X
~v ≡ ωk .~vk (4.12)
k

La vitesse ~v ainsi dénie est celle, mesurable par un tube de Pitot ou par anémométrie Laser, qui intervient
dans les bilans de quantité de mouvement.

53
Chapitre 4. Bilans locaux

Le ux massique ϕk du constituant k en kg.m−2 .s−1 s'écrit sous la forme d'une somme de deux termes, l'un
convectif et l'autre diusif :

 ϕk
 ≡ ρk .~vk
ϕk ≡ ϕconv,k + ϕdi,k avec (4.13)
 ϕconv,k ≡ ρk .~v

En dénissant le ux total massique ϕtot comme la somme des ux massiques, on arrive à trois relations très
pratiques : 


 ϕtot = ρ.~v
X 

ϕtot ≡ ϕk d'où ϕconv,k = ωk .ϕtot




ϕk = ϕdi,k + ωk .ϕtot

Tout bien considéré, le bilan local de masse du constituant k s'énonce :

∂ρ.ωk
 X j

 = −div (ρ.ωk .~v + ϕdi,k ) + νk .M̃k .rj



 ∂t j

B.L. de masse du constituant k : (4.14)

 Dωk X j
div


 ρ. = − ϕdi ,k + νk .M̃k .rj
Dt


j

Dans le cas d'un mélange binaire AB , on montre facilement que ϕdi,A = −ϕdi,B . La section 3.2.2 en page
42 présente une courte discussion sur les diérents mécanismes de diusion, à savoir l'équation de Fick liant
ϕdi,k aux concentrations.

4.2.2 Pour le uide dans son ensemble


Si la grandeur F est la masse m, alors la densité volumique f est la masse volumique ρ. En ajoutant membre
à membre les bilans locaux de chacun des constituants et en utilisant les équations 4.11 et 4.12, on obtient
le bilan local de masse qui porte le nom d'équation de continuité. On trouve ci-dessous les expressions
eulérienne et lagrangienne respectivement :




∂ρ
∂t = −div (ρ~v )

B.L. de masse (équation de continuité) : (4.15)



= −ρ.div ~v


Dt

4.2.3 Cas particulier d'un uide incompressible


Pour un uide incompressible, la masse volumique ρ est une constante (dans le temps et l'espace). Par
conséquent, le bilan de masse se simplie en :

div ~v = 0 (4.16)

4.3 Bilan local de quantité de matière


On considère le cas général où le uide contient plusieurs constituants Ak de masse molaire M̃k qui peuvent
réagir entre eux. On note rj la vitesse de réaction en mol.m−3 .s−1 associé à l'équation chimique j :
X j
νk Ak = 0
k

54
4.3. Bilan local de quantité de matière

Si la grandeur F est la quantité de matière Nk du constituant k , alors la densité volumique f associée est la
concentration ck en mol.m−3 . On dénit la concentration c du mélange par la relation suivante :
X
c≡ ck

La fraction molaire xk de chaque constituant k est dénie par :


ck
xk ≡
c

Le taux algébrique de production du constituant k en mol.m−3 .s−1 s'obtient en sommant la contribution de


chaque réaction chimique j :
X j
sk = νk .rj
j

On note ~vk la vitesse du constituant k dans le référentiel xe. Il ne s'agit pas de la vitesse instantanée d'une
molécule particulière de Ak mais de la vitesse moyenne de toutes les molécules de Ak dans un petit volume.
Par construction, la vitesse moyenne molaire ~v ∗ du mélange est égale à :
X
~v ∗ ≡ xk .~vk (4.17)
k

La vitesse ~v ∗ ainsi dénie n'est pas facilement mesurable ; elle est diérente de la vitesse moyenne massique
~v qui intervient dans les bilans de quantité de mouvement. On notera en particulier qu'on peut avoir une
vitesse moyenne molaire ~v ∗ non nulle pour un mélange au repos (~v nul).

Le ux total molaire ϕ∗k en mol.m−2 .s−1 s'écrit sous la forme d'une somme de deux termes, l'un convectif et
l'autre diusif :


 ϕk
 ≡ ck .~vk
ϕk ≡ ϕconv,k + ϕdi,k avec
∗ ∗ ∗
 ϕ∗conv,k ≡ ck .~v ∗

En dénissant le ux total molaire ϕ∗tot comme la somme des ux molaires, on arrive à trois relations très
pratiques :



 ϕ∗tot = c.~v ∗
X 

ϕ∗tot ≡ ϕ∗k d'où ϕ∗conv,k = xk .ϕ∗tot (4.18)




 ∗
ϕk = ϕ∗di,k + xk .ϕ∗tot

ATTENTION ! L'écriture du bilan de quantité de matière sous la forme = ... ou bien ∂x


∂ck
∂t ∂t = ... est
k

délicate et sujette à erreur. Dans la mesure du possible, il est préférable d'utiliser un bilan de masse. Si une
écriture molaire du bilan est indispensable, on pourra se référer à la page 851 de l'ouvrage de Bird, Lightfoot
et Stewart (2nde édition).

4.3.1 Liens entre les bilans de masse et de quantité de matière


La vitesse massique ~v , qui est la vitesse classique mesurée en mécanique des udies, est liée à la vitesse
d'ensemble molaire ~v ∗ par les relations suivantes :


P
 ~v
 = ~v + xk . (~vk − ~v )

= ~v ∗ + ωk . (~vk − ~v ∗ )
P
 ~v

55
Chapitre 4. Bilans locaux

Les compositions molaires et massiques, ainsi que les ux, sont liés par :


 ρk (xk ) = ck .M̃k 
= M̃k .ϕ∗k

 ϕk

 

ωk (xk ) = Pxkx.M̃ k
et (4.19)
j .M̃j
 ϕconv,k = ωk . M̃k .ϕ∗k
  P

 xk (ωk ) = Pωkω/M̃


 k
/M̃ j j

En particulier, pour un mélange binaire, on a 1 :


  −2
 ∇xA = 1 ωA ωB
. + .∇ωA

M̃ .M̃ M̃ M̃B
 A B A
(4.20)
M̃A .M̃B
 ∇ωA = 2 .∇xA


(xA .M̃A +xB M̃B )

Exercice 21. la composante selon x de la vitesse d'un écoulement bidimensionnel est de la forme
vx (x, y, t) = Ax. Identier les diérentes composantes vy selon y qui décrivent un uide incompressible.

Exercice 22. on considère un écoulement radial unidimensionnel dans le plan rθ. Le champ de vitesse
est tel que vr = f (r) et vθ = 0. Déterminer les conditions que f (r) doit respecter pour garantir que
l'écoulement est incompressible.

4.4 Bilan local de quantité de mouvement (linéaire)


4.4.1 Cas général
Si la grandeur F est la quantité de mouvement m~v , alors sa densité volumique f est égale à ρ~v . Plusieurs
méthodes sont possibles pour établir le bilan local de quantité de mouvement. L'une d'elles consiste à écrire
le bilan des forces sur un petit élément de volume dont on suit la trajectoire (voir démonstration en page 86).
Ce bilan des forces prend le nom d'équation de Cauchy. Pour un système sans force électro-magnétique,
on a :
D~v
ρ = div σ + ρ~g (4.21)
Dt
où σ représente le tenseur des contraintes totales. Ce bilan des forces peut être ré-écrit 2 :
∂ρ~v
= div (σ − ρ~v ⊗ ~v ) + ρ~g (4.22)
∂t
où le symbole ⊗ désigne le produit dyadique déni en page 80 3 . Par analogie avec la forme canonique du
bilan local (équation 4.10), cette formulation montre que le ux diusif de quantité de mouvement est égal
au tenseur des contraintes et que le terme source est égal à la somme des forces volumiques qui s'exercent à
distance (gravité, force électrostatique, force électromagnétique, . . .).

Dans le chapitre précédent, on avait déni la pression p par la relation 2.27 et le tenseur des contraintes de
cisaillement τ par la relation 2.28. On rappelle leurs dénitions ci-dessous :
−Trace (σ)
p≡ et σ ≡ τ − p.I (4.23)
3
1. La deuxième équation s'obtient facilement en utilisant l'équation ωA = f (xA .M̃A , xB .M̃B ), la relation de fermeture
xA + xB = 1 et son corollaire ∇xA = −∇xB .
2. Cela peut être réalisé à titre d'exercice. Il sut d'utiliser la dénition de la dérivée matérielle (équation 2.4), l'équation
de continuité sous sa forme eulérienne et les relations 7.26 et 7.27 du formulaire en page 83.
3. Le produit ~u ⊗ ~v est parfois noté ~u~v sans symbole entre les vecteurs. Nous n'adoptons pas cette dernière notation car elle
porte à confusion.

56
4.4. Bilan local de quantité de mouvement (linéaire)

Avec ces notations, le bilan local de quantité de mouvement s'écrit de l'une ou l'autre manière :

 ∂t + div (ρ~v ⊗ ~v ) = div τ − ∇p + ρ~g
 ∂ρ~
v







 
B.L. de qté de mouvement (éq. de Cauchy) : ρ. ∂~ v
= div τ − ∇p + ρ~g (4.24)

v · ∇) ~v
∂t + (~








 ρ D~v = div τ − ∇p + ρ~g

Dt

Cette expression est valable dans un référentiel inertiel (galiléen). Si l'on travaille dans un référentiel non
galiléen, il faut ajouter quelques forces dont la force de Coriolis. Ce cas est présenté en annexe (équation
7.39 en page 88).

4.4.2 Cas particulier des uides newtoniens (équation de Navier-Stokes)


Pour un uide newtonien (dénition en page 44), le tenseur des contraintes de cisaillement a la forme
suivante :  
2µ T
τ = µ.γ̇ + µV − .div ~v .I avec γ̇ ≡ ∇~v + (∇~v ) (4.25)
3
On en déduit l'expression de div τ :
  
 h
T
i 2µ
div τ = div µ. ∇~v + (∇~v ) + ∇ µV − .div ~v (4.26)
3
Lorsque la viscosité dynamique µ et le paramètre µV sont des constantes, alors on peut utiliser l'égalité 7.28
du formulaire en page 83 pour écrire :
 
1
div τ = µ.∆~v + µV + µ .∇ (div ~v ) (4.27)
3
Pour poursuivre la discussion amorcée en page 43, dans de très nombreux cas pratiques, on peut considé-
rer que µV = 0. Cette hypothèse de Stokes est rigoureusement exacte pour les gaz monoatomiques à
faible pression (voir théorie cinétique). Elle peut être considérée comme raisonnable pour les autres gaz sauf
lorsque l'on étudie l'amortissement des pulsations de volume produites par une brusque variation de pression
ou l'amortissement d'ondes ultrasonores. Lorsque le uide est un liquide, sa faible compressibilité conduit sou-
vent à considérer que la divergence de la vitesse est nulle, ce qui élimine le besoin de connaître la valeur de µV .

L'équation 4.26 peut être simpliée dans le cas d'un écoulement incompressible (voir dénition en page
47). En eet, on a alors de très faibles variations relatives de masse volumique δρ/ρ  1 et l'on peut faire
l'approximation que la masse volumique est constante. D'après le bilan local de masse, équation 4.15 en
page 54, cela implique la nullité de la divergence du champ de vitesse. On en déduit, que pour un uide
incompressible et newtonien de viscosité constante, on a :
div τ = µ.∆~v (4.28)
Le bilan de quantité de mouvement 4.24, lorsque le uide est incompressible et newtonien de viscosité
constante, porte le nom d'équation de Navier-Stokes :

D~v
Equation de Navier-Stokes : ρ. = ρ~g − ∇p + µ.∆~v (4.29)
Dt
Le terme µ.∆~v est le produit de la viscosité et du laplacien de la vitesse qui est une mesure de la courbure
locale du champ de vitesse. Il est nul pour un prol de vitesse linéaire. La gure 4.2 illustre le fait que
les forces visqueuses ont pour eet de linéariser le prol de vitesse en accélérant/entraînant les parcelles
uides en retard et en freinant/ralentissant les parcelles uides en avance par rapport à un prol linéaire.
En d'autres termes, on retiendra que les forces visqueuses agissent comme une force de rappel et stabilisent
l'écoulement en linéarisant les prols de vitesse.

57
Chapitre 4. Bilans locaux

Figure 4.2  Les forces visqueuses tendent à régulariser le champ de vitesse en le rapprochant d'un prol
linéaire.

Cas particulier des écoulements à fort nombre de Reynolds. Ce cas se rencontre pour un écoulement
très turbulent (vitesse très élevée) ou bien un uide parfait (viscosité nulle). Dans l'équation de Navier-Stokes,
le terme visqueux est négligeable et l'on obtient l'équation d'Euler :

D~v
Equation d'Euler : ρ. = ρ~g − ∇p (4.30)
Dt

Notons qu'elle n'est pas valable à proximité d'une interface uide-solide. En eet, comme la vitesse relative du
uide est nulle au contact du solide, il existe nécessairement une zone de faible vitesse où les eets visqueux
ne peuvent être ignorés.

Cas particulier des écoulements stationnaires à faible nombre de Reynolds. Lorsque les eets
visqueux prédominent sur les eets inertiels et que l'écoulement est stationnaire, on parle d'écoulement
rampant (creeping ow). Dans ce cas, l'équation de Navier-Stokes se simplie et prend le nom d'équation
de Stokes :
Equation de Stokes : 0 = ρ~g − ∇p + µ.∆~v (4.31)

58
4.5. Bilan local d'énergie mécanique

4.5 Bilan local d'énergie mécanique


L'énergie mécanique Em est la somme des énergies cinétique Ec et potentielle Ep :
1 2
Em ≡ Ec + Ep d'où em ≡ ec + ep = ρv + ρΨ
2
où em , ec et ep sont leur densité volumique respective et Ψ le potentiel gravitationnel.

4.5.1 Cas général


Pour établir le bilan local d'énergie mécanique, on va ajouter membre à membre les bilans locaux d'énergie
cinétique et d'énergie potentielle.

Energie cinétique. Si l'on multiplie par ~v le bilan local de quantité de mouvement exprimé par la relation
4.21, on arrive à :
Dēc ec
ρ = (div σ + ρ~g ) .~v avec ēc ≡ (4.32)
Dt ρ
En utilisant l'expression générale d'un bilan local (4.10), on peut donner une version eulérienne du précédent
bilan :
∂ec
= −div (ec .~v ) + (div σ + ρ~g ) .~v (4.33)
∂t
Compte-tenu des égalités 7.23 et 7.24 du formulaire en page 83, on peut écrire le bilan local d'énergie cinétique
sous sa forme canonique :

∂ec
= −div ec .~v − σ T .~v + ρ~g .~v − σ T : (∇~v )
 
 ∂t


B.L. d'énergie cinétique : (4.34)


 ρ. Dēc = −div −σ T .~v + ρ~g .~v − σ T : (∇~v )
 
Dt

où, par identication avec la forme canonique 4.10, le terme −σ T .~v représente le ux diusif d'énergie
cinétique. Cette expression est valable dans un référentiel inertiel (galiléen). Si l'on travaille dans un référentiel
non galiléen, il faut ajouter un terme lié à la force d'inertie. Ce cas est présenté en annexe (équation 7.40 en
page 88).

Energie potentielle. L'énergie potentielle Ep = m.Ψ est le produit de la masse m par le potentiel gra-
vitationnel Ψ. On note ep ≡ ρ.Ψ sa densité volumique. Le potentiel gravitationnel étant constant dans le
temps, on a :
∂ep ∂ρ
= Ψ.
∂t ∂t
D'après le bilan local de masse (équation 4.15), on a :

∂ep
= −Ψ.div (ρ~v )
∂t
On peut faire apparaître la divergence d'un produit et ainsi écrire :

∂ep
= −div (ρ~v Ψ) + ρ~v .∇Ψ
∂t
Dans l'objectif d'établir une formulation lagrangienne, on utilise le fait que la force de pesanteur dérive du
potentiel Ψ pour écrire ~g = −∇Ψ et donc :

∂ep
= −div (ep .~v ) − ρ.~g .~v (4.35)
∂t

59
Chapitre 4. Bilans locaux

Dans le membre de droite, on voit apparaître un terme de ux convectif et un terme source. Le bilan local
d'énergie potentiel prend donc la forme suivante :
 
∂ep
 = −div (ep .~v ) − ρ.~g .~v  e ≡ ρ.Ψ
∂t  p

 


B.L. d'énergie potentielle : avec ~g ≡ −∇Ψ (4.36)

 

 ρ. Dēp

= −ρ.~g .~v

 ē ≡ ep /ρ
Dt p

Energie mécanique. En additionnant membre à membre les équations 4.34 et 4.36, on obtient la forme
générale du bilan local d'énergie mécanique.

∂em
= −div em .~v − σ T .~v − σ T : (∇~v )
 
∂t



B.L. d'énergie mécanique : (4.37)


 ρ. Dēm = −div −σ T .~v − σ T : (∇~v ) = (divσ) .~v
 
Dt

4.5.2 Commentaire sur le sens physique du terme σT : (∇~v )


Le bilan d'énergie mécanique fait apparaître le terme −σ T : (∇~v ) s'exprimant en [W.m−3 ]. Il est très souvent
négatif et peut être interprété comme une dissipation d'énergie mécanique en chaleur. Pour mieux comprendre
sa signication physique, on peut exprimer ce terme comme la somme de deux contributions :

−σ T : (∇~v ) = −τ T : (∇~v ) + p.div ~v

Le deuxième terme du membre de droite est associé au mouvement d'expansion/compression. Il est positif en
cas d'expansion (champ de vitesse divergent, div ~v > 0) et négatif en cas de compression (champ de vitesse
convergent, div ~v < 0). Il est nul lorsque le uide est incompressible.

Le premier terme est associé au mouvement de cisaillement. Lorsque le tenseur des contraintes est symétrique
(absence de force magnétique), on peut jouer sur les indices et utiliser la dénition du tenseur γ̇ des taux de
cisaillement (équation 2.15 en page 26) pour écrire :
XX ∂vj XX ∂vi XX 1 ∂vi ∂vj
τ T : (∇~v ) = τji . = τij . = τij .γ̇ij avec γ̇ij ≡ +
i j
∂xi i j
∂xj i j
2 ∂xj ∂xi

Pour un uide incompressible et newtonien, l'équation 4.25 en page 57 se simplie en τ = µ.γ̇ . Dans ces
conditions :
1 XX 2
τ T : (∇~v ) = µ. γ̇ij (4.38)
2 i j

Comme la divergence de la vitesse est nulle pour un uide incompressible, on démontre ainsi que le terme
source du bilan d'énergie mécanique, pour un uide incompressible et newtonien, se met sous la forme :

1 XX 2
−σ T : (∇~v ) = − µ. γ̇ij < 0
2 i j

Ce terme "source" est toujours négatif pour un uide newtonien. Cela traduit le fait que le cisaillement d'un
uide visqueux dissipe de l'énergie mécanique en chaleur, de manière irréversible. On retiendra que dans la
pratique, il est négligeable sauf en cas de viscosité très élevée ou de gradients de vitesse très élevés comme
par exemple dans la lubrication, l'extrusion rapide, le malaxage de polymères et les vols d'aéronefs très
rapides.

60
4.6. Bilan local d'énergie interne et d'enthalpie

4.5.3 Cas particulier pour un écoulement incompressible et stationnaire


Le bilan d'énergie mécanique prend une forme particulièrement simple dans certaines conditions que nous
allons détailler ci-après. En eet, en ajoutant membre à membre les équations 4.33 et 4.35, on obtient :
 
∂em 1 2
= −div ρv .~v + ρΨ~v + ~v .div σ
∂t 2

On va utiliser la décomposition σ = τ − p.I et la dénition suivante de la pression généralisée P :


1 2
P≡ ρv + p + ρΨ (4.39)
2
Grâce à l'équation 7.19 du formulaire en page 82, le bilan local d'énergie mécanique s'écrit :
 
∂em 1 2
=− ρv + ρ.Ψ .div ~v + ~v . (div τ − ∇P)
∂t 2

Pour un uide incompressible (div ~v = 0) et un régime stationnaire (∂/∂t = 0), on a :

DP
= ~v .div τ
Dt
Le terme DP/Dt représente la dérivée matérielle de la pression généralisée, c'est-à-dire la variation temporelle
de cette grandeur associée à une parcelle de uide, au cours de son déplacement le long d'une ligne de courant
(tangente en tous points au vecteur vitesse).
Pour un uide incompressible newtonien de viscosité constante (équation 4.25), on a div τ = µ.∆~v . Si
l'on considère deux points 1 et 2 le long d'une ligne de courant, alors la variation de pression généralisée
∆P ≡ P2 − P1 est la suivante : Z 2
∆P = µ.∆~v .d~l (4.40)
1

Dans le cas général, on voit ainsi que la pression généralisée varie le long d'une ligne de courant. L'équation
4.40 montre que la pression généralisée reste constante dans deux situations. La première se rencontre lorsque
le champ de vitesse est à Laplacien nul (que le uide soit visqueux ou parfait). C'est par exemple le cas dans
les écoulements laminaires cisaillés plans. La deuxième situation se rencontre lorsque la viscosité est nulle,
c'est-à-dire lorsque le uide est parfait. L'équation prend alors le nom de théorème de Bernoulli 4 . Pour
un uide parfait, incompressible en écoulement permanent, il stipule que :
1 2
P≡ ρv + p + ρ.Ψ est constante le long d'une ligne de courant (4.41)
2
La gure 4.3 indique graphiquement dans quelles conditions le théorème de Bernoulli est applicable.

Exercice 23. On considère l'écoulement stationnaire d'un uide newtonien incompressible dans un
tube horizontal de rayon R et de longueur L. En fonction du débit volumique QV , calculer la perte
de charge ∆p dans le cas où l'écoulement est laminaire puis en utilisant le théorème de Bernoulli.
Commenter.

4.6 Bilan local d'énergie interne et d'enthalpie


L'énergie totale E est la somme de l'énergie mécanique Em et de l'énergie interne U . On note respectivement
e, em et u leurs densités volumiques :
1 2
E ≡ Em + U d'où e≡ρv + ρΨ + u
2
4. Il s'agit de Daniel Bernoulli, un physicien suisse, et non de "Bernouilli", même si les pâtes italiennes sont délicieuses.

61
Chapitre 4. Bilans locaux

Figure 4.3  Zones de validité (en blanc) et d'invalidité (en rose) de la relation de Bernoulli. Source : Majid
Bahrami, Simon Fraser University (lien).

4.6.1 Bilan local d'énergie interne


Le bilan local d'énergie interne s'écrit sous forme lagrangienne :
Dū
ρ = −div ϕU,di + sU (4.42)
Dt
Pour simplier les expressions et être cohérent avec de très nombreux ouvrages dans la littérature, nous
utiliserons le symbole ~q pour désigner la grandeur vectorielle ϕU,di . Comme on le verra par la suite, il s'agit
de la densité de ux de chaleur par conduction :
~q ≡ ϕU,di (4.43)
On additionne membre à membre les bilans d'énergie mécanique (équation 4.37) et interne (équation 4.42) :
Dē
= −div ~q − σ T .~v + sU − σ T : (∇~v ) (4.44)

ρ
Dt
Par ailleurs, l'énergie totale étant conservative (terme source nul), on peut écrire :
Dē
ρ = −div ϕE,di + 0 (4.45)
Dt
Par identication entre les équations 4.44 et 4.45, on peut écrire :

 sU

 = σ T : (∇~v )



E,di = ~q − σ T .~v

 ϕ

On en déduit le bilan local d'énergie interne :






∂u
∂t = −div (u.~v + ~q) + σ T : (∇~v )

B.L. d'énergie interne : (4.46)


 ρ. Dū = −div ~q + σ T : (∇~v )

Dt

ainsi que le bilan local d'énergie totale :



∂e
= −div e.~v + ~q − σ T .~v
 
∂t



B.L. d'énergie totale : (4.47)


 ρ. Dē = −div ~q − σ .~v
 T

Dt

62
4.7. Conditions aux limites

4.6.2 Bilan local d'enthalpie


L'enthalpie H est liée à l'énergie interne U par la relation H = U + pV . Il s'ensuit que l'enthalpie massique
h̄ et l'énergie interne massique ū sont liées par :

p  ū = uρ

h̄ ≡ ū + avec (4.48)
ρ  h̄ = h

ρ

En notant que σ = τ − pI , le bilan d'énergie interne (équation 4.46) s'écrit ainsi :

Dū
ρ = −div ~q + τ T : (∇~v ) − p.div ~v
Dt
En utilisant les règles classiques de dérivation puis le bilan local de masse (équation 4.15), on peut établir :
 
D p 1 Dp p Dρ 1 Dp p
= . − 2. = . + .div ~v
Dt ρ ρ Dt ρ Dt ρ Dt ρ

d'où l'expression du bilan local d'enthalpie :

Dh̄ Dp
ρ = −div ~q + τ T : (∇~v ) + (4.49)
Dt Dt

Il est parfois pratique de connaître l'évolution de la température. Pour ce faire, il sut de connaître l'équation
d'état h̄ = h̄ (T, p) spécique au matériau étudié. En eet, on peut écrire :
   
Dh̄ ∂ h̄ DT ∂ h̄ Dp
= . + .
Dt ∂T p Dt ∂p T Dt

Les cours de thermodynamique nous apprennent que :


  
∂ h̄

 ∂T = c̄p


 p


      
 ∂∂ph̄ = v̄. [1 − α.T ] 1
1 + ∂∂ ln
ln ρ

 = ρ. T
T p

 
où c̄p représente la capacité calorique massique et v̄ = 1/ρ le volume massique et α ≡ −1
ρ .
∂ρ
∂T le
p
coecient de dilatation. Par conséquent, le bilan d'enthalpie peut prendre la forme suivante. Notons bien
que la température n'étant pas une grandeur extensive, il ne s'agit pas d'un bilan local de température. Cette
équation est connue sous le nom d'équation de la chaleur.
 
DT ∂ ln ρ Dp
Equation de la chaleur : ρc̄p . = −div ~q + τ T : (∇~v ) − . (4.50)
Dt ∂ ln T p Dt

2
De la thermodynamique, on rappelle la relation de Mayer c̄p − c̄v = T.αρ.κT , la dénition du coecient adiaba-
c̄p
tique γ ≡ c̄v et son lien avec la vitesse du son adiabatique γ = vs .ρ.κT .
2

4.7 Conditions aux limites


Considérons deux milieux 1 et 2, uide ou solide, séparés par une frontière ∂Ω.

63
Chapitre 4. Bilans locaux

Dans certains cas de gure, la valeur d'une grandeur f telle que la vitesse, la température ou la concentration
d'une espèce est imposée. On parle alors de condition de Dirichlet :

Pour un point ~r sur la frontière ∂Ω : f (~r) = une valeur imposée

Dans d'autres cas, c'est une valeur du ux de f qui est imposé (ux thermique, ux de matière ou ux de
force, c'est-à-dire une contrainte). On parle alors de condition de Neumann :

Pour un point ~r sur la frontière ∂Ω : (∇f )(~r) .~nout = une valeur imposée

On trouve également la condition de Robin qui est une condition mixte :


Pour un point ~r sur la frontière ∂Ω : α. (∇f )(~r) .~nout + β.f (~r) = une valeur imposée

On s'aidera de la gure 4.4 pour repérer les deux milieux, le vecteur unitaire ~n normal à l'interface et le
vecteur unitaire ~t tangent à l'interface. Le tableau 4.1 résume les diérentes situations qui seront explicitées
ci-dessous.

Figure 4.4  Conditions aux limites entre deux uides.

Variables conjuguées Dirichlet Neumann


Mécanique ~v /P~ Vitesse [m/s] Flux de Qté de Mvt. [(kg.m.s−1 ).m−2 .s−1 ] =[Pa]
Thermique T /S ou T /U Température [K] Flux de chaleur [J.m−2 .s−1 ]=[W.m−2 ]
Chimique µi /Ni ou ci /Ni Concentration [mol.m−3 ] Flux de matière [mol.m−2 .s−1 ]

Table 4.1  Conditions aux limites de Dirichlet (valeur imposée) ou de Neumann (ux imposé).

4.7.1 Mécaniques
Conditions de Dirichlet. Si les milieux 1 et 2 ne traversent pas la frontière (absence d'interpénétration),
alors on peut écrire :
~v1 .~n = ~v2 .~n

Si les milieux 1 et 2 adhèrent l'un à l'autre (ce qui sera le cas pour les uides visqueux mais pas pour les
uides parfaits), alors on peut écrire :
~v1 .~t = ~v2 .~t

64
4.7. Conditions aux limites

Conditions de Neumann. Rappelons que la densité de ux de quantité de mouvement est une contrainte.
L'égalité des contraintes normales (la pression) s'exprime simplement par p1 = p2 si l'interface entre les mi-
lieux 1 et 2 est plane. Dans le cas général d'une interface courbe, il faut faire intervenir la tension supercielle
par la loi de Laplace :  
1 1
p2 = p1 + γ12 . + 0
R R
où γ12 est la tension de surface entre les milieux 1 et 2 et où R et R0 sont les rayons de courbure principaux de
l'ellipsoïde qui tangente l'interface. La pression est toujours plus élevée à l'intérieur de la concavité. L'égalité
des contraintes tangentielles se traduit par :
T~1 .~t = T~2 .~t
où T~i est le vecteur-contrainte déni par l'équation 2.21 en page 30. Pour mémoire, ce vecteur contrainte est
lié au tenseur des contraintes par la relation 2.24 qui s'énonce T~ = σ · ~nout . Par analyse dimensionnelle, on
peut montrer que le vecteur contrainte est proportionnelle à la viscosité dynamique. Par conséquent, pour
un couple (X/uide parfait) ou bien (milieu dense/gaz), alors l'un des vecteurs contraintes est nul ou très
faible devant l'autre et l'on écrire T~ = ~0.

4.7.2 Thermiques
Conditions de Dirichlet. Sauf s'il y a une réaction chimique exothermique ou endothermique à l'interface
(exemple : oxydation d'un métal par un gaz oxydant), il y a continuité de la température :
T1 = T2

Conditions de Neumann. Sauf s'il y a une réaction chimique exothermique ou endothermique à l'inter-
face (exemple : oxydation d'un métal par un gaz oxydant), il y a continuité du ux de chaleur :
~q1 = ~q2
Si un des deux milieux est isolant thermique (conductivité thermique inniment faible), on parle de conditions
adiabatiques et l'on a ~q = ~0.

Conditions de Newton. Lorsqu'on modélise le transfert de chaleur à l'échelle macroscopique, on ne


s'intéresse pas aux détails du champ de température à proximité immédiate de l'interface mais on utilise la
loi de Newton qui stipule que la somme des contributions conductive et convective (mais pas radiative) au
transfert de chaleur total s'écrit :
q = h. (Tinterface − T∞ )
où la température du solide au contact direct avec le uide est notée Tinterface et où la température du uide
environnant, loin de l'interface, est notée T∞ . Le paramètre h est appelé coecient d'échange de chaleur
local [W/m2 ]. Il est lié au nombre sans dimension de Nusselt par la relation suivante :
h.L qconv
Nu = avec Nu ≡ 1 + (4.51)
λ qcond
où L représente la dimension caractéristique du système et λ la conductivité thermique du uide. Lorsque
le uide est au repos, le transfert thermique se fait uniquement par conduction (Nu = 1). Quand il y a un
mouvement convectif, le transfert thermique est amélioré (Nu > 1). Des corrélations permettent de trouver
le nombre de Nusselt en fonction des nombres de Reynolds (caractérisant la nature de l'écoulement) et de
Prandtl (caractérisant la nature du uide).

4.7.3 Chimiques
Conditions de Dirichlet. Sauf s'il y a une réaction chimique à l'interface, on écrit l'égalité des potentiels
chimiques. Dans certains congurations, cette égalité implique l'égalité des concentrations (voir cours de
thermodynamiques). On retiendra :
µ1 = µ2

65
Chapitre 4. Bilans locaux

Conditions de Neumann. On écrit l'égalité des ux de matières (en mol/m2 /s) sauf s'il y a une réaction
chimique à l'interface qui consomme ou produit le constituant étudié.

66
4.8. Synthèse

4.8 Synthèse
Les tableaux 4.2 et 4.3 donnent l'expression du bilan local pour plusieurs grandeurs extensives F . Ces
expressions sont très générales. Elles s'appliquent à tous les matériaux (solide, liquide, gaz) et ne font pas
d'approximations autres que l'absence de force électro-magnétique.

∂f D fρ
= −div (f~v + ϕdi ) + s ou bien ρ = −div ϕdi + s pour f 6= ρ
∂t Dt

Formulation eulérienne Formulation lagrangienne


Masse ∂ρ
∂t = −div (ρ~v ) Dρ
Dt = −ρ.div ~v

QDM ∂ρ~
v
∂t = −div (ρ~v ⊗ ~v − σ) + ρ~g Dt = div σ + ρ~
ρ D~
v
g

E. cin. ∂ec
= −div ec .~v − σ T .~v + ρ~g .~v − σ T : (∇~v ) Dt = div σ .~
ρ Dē
 T

∂t
c
v + ρ~g .~v − σ T : (∇~v )
∂ep Dēp
E. pot. ∂t = −div (ep .~v ) − ρ.~g .~v ρ Dt = −ρ~g .~v

En. méca. ∂em


= −div em .~v − σ T .~v − σ T : (∇~v ) Dt = div σ .~
ρ Dē
 T

∂t
m
v − σ T : (∇~v )

E. int. ∂u
∂t = −div (u.~v + ~q) + σ T : (∇~v ) ρDDt = −div ~

q + σ T : (∇~v )

E. tot. ∂e
= −div e.~v + ~q − σ T .~v Dt = −div ~
ρ Dē
 
∂t q − σ T .~v

Enth. ∂h
∂t = −div (h.~v + ~q) + τ T : (∇~v ) + Dp
Dt Dt = −div ~
ρD h̄
q + τ T : (∇~v ) + Dp
Dt
 
Dt = −div ~
∂ ln ρ
ρc̄p . DT q + τ T : (∇~v ) − ∂ ln T . Dp
Dt
p

Table 4.2  Bilans locaux, dans leur formulation eulérienne et lagrangienne. Les densités volumiques sont
ec ≡ 12 ρv 2 , ep ≡ ρΨ. Les grandeurs barrées f¯ désignent les densités massiques : f¯ ≡ f /ρ.

Grandeur F = f.V f ϕdi s


Masse m ρ ~0 0
Q. de mouv. m~v ρ~v −σ ρ~g
En. cin. 1
2 mv
2 1
2 ρv
2 T
−σ .~v ρ~g .~v − σ T : ∇~v
En. pot. mgz ρgz ~0 −ρ~g .~v
En. méca. 1 1 2
2

2 mv + mgz ρ. 2v + gz −σ T .~v −σ T : ∇~v
En. int. U u ~q σ T : ∇~v
En. tot. 1
2 mv
2
+ mgz + U 1
2 ρv
2
+ ρgz + u ~q − σ T .~v 0
Enthalpie H h ~q Dp
Dt + τ T : ∇~v

Table 4.3  Eléments pour écrire le bilan local.


On rappelle l'existence d'un formulaire en page 82.

67
4.9 Solutions des exercices

Exercice 21 pour un uide incompressible, on sait par l'équation 4.16 que div ~v = 0. La dénition de la
∂vy
divergence (page 93) conduit à écrire ∂v
∂x + ∂y = 0. Compte-tenu de la forme imposée de vx , on déduit
x

∂v
que ∂yy = −A. Une intégration conduit à vy (x, y, t) = −A.y + f (x, t) où f est une fonction quelconque (par
exemple nulle).

Exercice 22 on s'inspire de l'exercice précédent. On trouve que 1r . ∂(r.v


∂r
r)
= 0 de quoi on tire que r.vr est
une constante. Par conséquent, la fonction f (r) est de la forme r avec C une constante.
C

Exercice 23 Pour un écoulement laminaire, on peut utiliser l'équation de Navier-Stokes 4.29 et la géométrie
du système (~v = v(r) .~ez et p = p(z) ) pour trouver que la perte de charge est p0 − pL = π8 . µ.Q
R4 .L.
V

Pour un écoulement turbulent, on ne peut pas utiliser l'équation de Navier-Stokes. En revanche, on peut
utiliser le théorème de Bernoulli 4.41 qui s'écrit p0 − pL = 12 ρ. vL − v02 . Puisque le prol de vitesse est
2


invariant par translation selon z , les vitesses v0 et vL sont identiques, ce qui conduit à p0 − pL = 0.

Les deux résultats sont diérents. Cela met en lumière le fait que le théorème de Bernoulli ne s'applique pas
aux écoulements où la viscosité joue un rôle important.
Chapitre 5

Bilans macroscopiques
Dans de nombreux contextes liés à la mécanique des uides, on cherche à calculer des grandeurs telles que
des débits, des températures, des forces, des puissances mécaniques ou thermiques. Dans ces situations, il
n'est pas particulièrement utile de connaître le champ de température ou de vitesse en tout point du volume
de contrôle. Au contraire, une grandeur macroscopique est souvent susante, au moins dans une première
étape de dimensionnement.

Le schéma 5.1 montre un système macroscopique délimité par des pointillés rouges. Le uide qu'il contient
reçoit une puissance mécanique externe Ẇ0 (par exemple par un ensemble arbre+hélice en rotation ou bien
par un barreau magnétique mis en mouvement à distance) ainsi qu'une puissance thermique externe Q̇0 (par
exemple par contact avec un échangeur de chaleur situé au coeur du système ou bien par excitation des
molécules par des micro-ondes). Le système est alimenté par plusieurs conduites. Les parois solides exercent
sur le uide interne une force F~s/f et chauent le uide (densité de ux de chaleur par conduction ~q).

Par dénition, l'approximation unidimensionnelle est valable lorsque l'écoulement est considéré
comme unidimensionnel, c'est-à-dire lorsque les grandeurs p, T, ~v , ρ sont considérées comme uniformes sur
la section S des conduites connectées au système étudié. L'indice i désigne le numéro de la conduite d'arri-
vée/sortie.

Figure 5.1  Représentation schématique d'un système macroscopique quelconque.

69
Chapitre 5. Bilans macroscopiques

5.1 Les diérents volumes de contrôle


Le volume de contrôle Ω est la région de l'espace qui nous intéresse. Cette région est séparée de son
environnement par une frontière notée ∂Ω se déplaçant à la vitesse ~v∂Ω . Il s'avère commode de distinguer
trois types de volumes de contrôle :
 volume matériel : il s'agit du volume occupé par de la matière a priori en mouvement. Dans ce cas,
la vitesse de déplacement de la frontière est égale à la vitesse de déplacement (des molécules) de la
matière : ~v∂Ω = ~v
 volume imaginaire : il s'agit d'une zone de l'espace qui est dénie géométriquement, c'est-à-dire
indépendamment de la matière qu'il peut contenir. On distingue deux situations :
 frontière xe : la vitesse de la frontière est nulle : ~v∂Ω = ~0
 frontière mobile : la vitesse de la frontière est une fonction arbitrairement choisie par la personne
qui étudie le système : ~v∂Ω = f (t).

Figure 5.2  Les trois types de volumes de contrôle macroscopiques.

5.2 Expression générale du bilan macroscopique


Dans le cas général, on étudie une grandeur extensive F associée au volume de contrôle. Cette grandeur
est typiquement la masse m de ce volume, sa quantité de mouvement m~v ou bien son énergie E . Le bilan
macroscopique établit un lien entre la variation temporelle dFdt et les diérents termes de ux et termes
sources. Dans un premier temps, nous allons établir son expression pour un volume de contrôle quelconque
(= imaginaire et mobile). Ensuite, nous étudierons les deux cas particuliers où le volume de contrôle est
matériel ou bien imaginaire xe.

5.2.1 Volume de contrôle quelconque


Connaissant le lien entre F et f (équation 4.2), l'expression du bilan local (équation 4.10) et le théorème
de transport de Reynolds (équation 7.52 en page 91), on peut écrire :

dF y (s − div (ϕ { (5.1)
= di + f~v )) .dV + f~v∂Ω .~nout .dS + Fext
dt
Ω(t) ∂Ω(t)

où s désigne la densité volumique de source. On a donc :

dF y s.dV − y (div ϕ y div (f~v) .dV + { (5.2)


= di ) .dV − f~v∂Ω .~nout .dS + Fext
dt
Ω(t) Ω(t) Ω(t) ∂Ω(t)

En utilisant le théorème de Green-Ostrogradsky (équation 7.48 en page 90), l'expression devient :

dF
=
y s.dV + { ϕdi .~nin .dS +
{ f (~v − ~v∂Ω ) .~nin .dS + Fext (5.3)
dt
Ω(t) ∂Ω(t) ∂Ω(t)

70
5.3. Bilan macroscopique de masse

5.2.2 Volume de contrôle matériel


Dans ce cas particulier, on peut écrire ~v∂Ω = ~v et donc :
dF
=
y s.dV + { ϕdi .~nin .dS + Fext (5.4)
dt
Ω(t) ∂Ω(t)

Malgré les apparences de simplicité, cette équation n'est pas évidente à mettre en oeuvre. En eet, dans de
nombreux cas pratiques, on ne connaît pas l'évolution des frontières du volume matériel (exemple typique :
écoulement turbulent).

5.2.3 Volume de contrôle imaginaire xe


Dans ce cas particulier, on peut écrire ~v∂Ω = ~0 et donc :
dF y s.dV + { ϕ { f~v.~n (5.5)
= di .~nin .dS + in .dS + Fext
dt
Ω ∂Ω ∂Ω

Quoique plus longue, cette expression est très utilisée en pratique car les intégrales se calculent sur des
domaines connus et invariants dans le temps.

5.3 Bilan macroscopique de masse


Lorsque F est la masse m ≡
t
ρ.dV du système, ce bilan permet de calculer des débits massiques.
Compte-tenu du fait qu'il n'y a pas de création ni de diusion de masse, le bilan s'écrit de la manière
suivante pour un volume de contrôle imaginaire xe :
dm { ρ~v.~n (5.6)
= in .dS
dt
∂Ω

Dans l'approximation unidimensionnelle, on a :


dm X
= ṁi,in avec ṁi,in ≡ ρi .Si .~vi .~ni,in (5.7)
dt i

où ṁi,in désigne le débit massique du uide (de masse volumique ρi ) entrant par la section Si de la conduite
à la vitesse moyenne ~vi . Par construction, il s'agit d'une grandeur algébrique : le débit est positif si la vitesse
est dirigée vers l'intérieur du système et négatif sinon.

5.4 Bilan macroscopique de quantité de mouvement


Lorsque F est la quantité de mouvement P~ ≡
t
ρ~v .dV du système, ce bilan permet de calculer des
forces ou des puissances mécaniques. Il s'écrit de la manière suivante pour un volume de contrôle imaginaire
xe :
dP~
= m~g +
{
(−σ).~nin .dS +
{ ~ ext
(ρ~v ⊗ ~v ) .~nin .dS + F (5.8)
dt
∂Ω ∂Ω
~ ext est une force extérieure, par exemple apportée par un moteur ou évacuée par un turbo-alternateur
où F
ou bien encore apportée par un champ magnétique sur un uide constitué de charges électriques.

Lorsque la frontière imaginaire xe ∂Ω du système peut être considérée comme l'union de la frontière ∂Ωs
entre le uide interne et les parois solides et de la frontière ∂Ωf entre le uide interne et le uide externe,
on obtient :
dP~
= m~g +
{ σ.~nout .dS +
{ σ.~nout .dS +
{ (ρ~v ⊗ ~v ) .~nin .dS +
{ ~ ext
(ρ~v ⊗ ~v ) .~nin .dS +F (5.9)
dt
∂Ωs ∂Ωf ∂Ωs ∂Ωf
| {z } | } | {z } |
T1 T3
{z {z }
T2 T4

71
Chapitre 5. Bilans macroscopiques

Le terme T 1 représente la force F~s/f que les parois solides exercent sur le uide contenu dans le système
(voir équation 2.25 en page 31). C'est souvent la grandeur que l'on cherche à calculer. Compte-tenu du fait
que σ = τ − pI et que la contrainte de cisaillement τ est souvent négligeable en norme par rapport à la
pression p d'un uide 1 , le terme T 2 se simplie en une intégrale sur la surface de p.dS
~ . Lorsque les parois sont
imperméables, la vitesse du uide à leur contact est nulle. Par conséquent, le terme T 3 est identiquement
nul. On en déduit l'expression suivante du bilan macroscopique de quantité de mouvement :

dP~ { (pI + ρ~v ⊗ ~v) .~n ~ ext


= m~g + F~s/f + in .dS + F (5.10)
dt
∂Ωf

Cas particulier n°1 : l'état stationnaire. Dans ce cas, la résultante F~tot/f des forces qui s'appliquent
sur le uide (gravité + parois solides + pression du uide + force extérieure) est égale et opposée au débit
de quantité de mouvement entrant dans le système. Il s'ensuit que l'équation 5.10 se simplie et prend la
forme suivante, appelée théorème d'Euler :

Th. d'Euler :
{ (ρ~v ⊗ ~v) .~n avec
{ p.~n ~ ext
F~tot/f = − in .dS F~tot/f ≡ m~g + F~s/f + in .dS + F
∂Ωf ∂Ωf

(5.11)

Cas particulier n°2 : l'approximation unidimensionnelle. Dans l'approximation unidimensionnelle,


le bilan 5.10 se simplie en :
(
dP~ F~pression
P
~ ext = pi .Si .~ni,in
= m~g + F~s/f + F~pression + F~qdm + F avec i
(5.12)
dt F~qdm
P
= i ṁi,in .~vi

On notera que le sens physique du terme ṁi .~vi se perçoit facilement dans le cas d'une fusée qui décolle (sa
quantité de mouvement augmente) lorsqu'un gaz de combustion en sort à grande vitesse.

5.5 Bilan macroscopique d'énergie (totale)


Lorsque F est l'énergie totale E ≡ 21 mv 2 + mgz + mū du système, ce bilan permet de calculer des
températures ou des puissances thermiques. Partant du bilan local d'énergie totale (équation 4.47), on peut
écrire, pour un volume de contrôle imaginaire xe :

dE
= ΣE +
{ T
 
~q − τ − pI .~v .~nin .dS +

1 2 { 
ρv + ρgz + ρū ~v .~nin .dS (5.13)
dt 2
∂Ω ∂Ω

où la source (macroscopique) d'énergie ΣE est égale à la somme de la puissance mécanique Ẇ0 (autre que
les forces de pression et de pesanteur) et de la puissance thermique Q̇0 . Comme la contrainte de cisaillement
τ est souvent négligeable, en norme, à la pression p d'un uide, on peut réorganiser les termes et donner
l'expression générale du bilan macroscopique d'énergie :

dE
= Ẇ0 + Q̇tot +
 {
1 2

ρv + ρgz + ρh̄ ~v .~nin .dS (5.14)
dt 2
∂Ω

où l'intégrale sur la surface inclut le travail des forces de pression et de pesanteur. Dans l'équation 5.14,
l'enthalpie massique h̄ est liée à l'énergie interne massique ū par la relation h̄ = ū + p/ρ 2 et la puissance
1. Pour un uide newtonien 1000 fois plus visqueux que l'eau (µ = 1 Pa.s) et une vitesse de cisaillement typique d'un
procédé "gentil" (γ̇ = 102 s−1 ), la contrainte de cisaillement τ est de l'ordre de 102 Pa, ce qui est négligeable devant la pression
atmosphérique (105 Pa).
2. Cette relation s'obtient en divisant par m la relation connue H = U + pV .

72
5.6. Bilan macroscopique d'énergie mécanique

thermique totale Q̇tot contient le terme Q̇0 lié à la chaleur apportée directement au coeur du système et un
autre terme lié au ux conductif ~q intégré sur la surface de contrôle :

Q̇tot ≡ Q̇0 +
{ ~q.~n (5.15)
in .dS
∂Ω

Dans l'approximation unidimensionnelle, le bilan macroscopique d'énergie peut s'écrire :


 
dE X 1 2
= Ẇ0 + Q̇tot + ṁi,in . v + gzi + h̄i (5.16)
dt i
2 i

dt = 0) dans une conduite (Ẇ0 = 0) adiabatique (Q̇tot = 0),


Dans le cas particulier d'un régime stationnaire ( dE
on a conservation de la grandeur macroscopique 12 v 2 + gz + h̄. Bien souvent, l'enthalpie massique h̄ n'est
pas connue. Il s'avère alors plus commode de faire apparaître explicitement les grandeurs dont elle dépend
(température, pression ou entropie).

Bilan d'énergie avec les variables T et p Lorsque les grandeurs T et p sont imposées, on peut considérer
l'enthalpie comme une fonction de T et p et écrire :
  
∂ h̄
    
 ∂T = c̄p
∂ h̄ ∂ h̄
dh̄ = .dT + .dp avec  p     (5.17)
∂T p ∂p T 
 ∂p∂ h̄ 1 ∂ ln ρ
= ρ . 1 + ∂ ln T
T p

Bilan d'énergie avec les variables s et p Bien souvent, la température n'est pas connue à l'avance et sa
valeur dépend des irréversibilités dans l'écoulement (le cisaillement visqueux transforme l'énergie mécanique
en énergie thermique). Dans ce cas, il est plus judicieux de considérer l'enthalpie comme une fonction de la
pression p et de l'entropie s pour écrire :
  
 
∂ h̄
 
∂ h̄  ∂∂sh̄ = T
dh̄ = .ds + .dp avec  p (5.18)
∂s p ∂p s  ∂ h̄
= ρ1
∂p
s

Graphiquement, la température T étant strictement positive, les isobares h̄ (s, p0 ) sont des fonctions crois-
santes de s. Par ailleurs, la masse volumique étant aussi strictement positive, l'isobare (s, pHigh ) se situera
au dessus de l'isotherme (s, pLow ) dans le diagramme h̄ − s.

5.6 Bilan macroscopique d'énergie mécanique


Lorsque F est l'énergie mécanique Em ≡ 12 mv 2 + mgz du système, on peut utiliser la formulation
eulérienne du bilan local d'énergie mécanique (équation 4.37) pour écrire :

dEm
=
{ 
1 2

ρv .~v + ρ.Ψ.~v − σ T .~v .~nin .dS −
y
σ T : (∇~v ) .dV + Σext
Ec
dt 2
∂Ω Ω

où Σext
Ec désigne la source (macroscopique) d'énergie cinétique extérieure (par exemple amenée par une agi-
tation mécanique ou bien un champ électro-magnétique). Compte-tenu du fait que le tenseur des contraintes
peut être décomposé selon σ = τ − p.I et de l'égalité σ T : (∇~v ) = τ T : (∇~v ) − p.div ~v , on a :
dEm { P.~v.~n {τ T
y p.div ~v.dV − y τ T
: (∇~v ) .dV + Σext
= in .dS − .~v .~nin .dS + Ec
dt
∂Ω ∂Ω Ω Ω

où P désigne la pression généralisée dont on rappelle la dénition donnée dans l'équation 4.39 en page 61 :
1
P ≡ p + ρv 2 + ρ.Ψ (5.19)
2

73
Chapitre 5. Bilans macroscopiques

A l'aide du théorème de Green-Ostrogradsky (équation 7.48 en page 90) et de l'égalité 7.22 du formulaire en
page 83, ce bilan d'énergie mécanique peut aussi s'écrire :
dEm { P.~v.~n y p.div ~v.dV + y [~v.div τ ] .dV + Σ ext
(5.20)
= in .dS + Ec
dt
∂Ω Ω Ω

La première intégrale volumique fait apparaître la divergence de la vitesse (qui est nulle lorsque le uide est
incompressible, voir équation 4.16 en page 54). La deuxième intégrale volumique est toujours négative. Elle
représente la vitesse à laquelle l'énergie mécanique est dégradée en énergie thermique par les frottements
visqueux. Dans la section 5.6 en page 74, on verra que cette puissance dissipée est proportionnelle à la viscosité
dynamique lorsque le uide est simple (newtonien, incompressible, . . .). Pour simplier les équations, on pose :

Pvisc. ≡
y [~v.div τ ] .dV (5.21)

Le bilan macroscopique d'énergie mécanique s'énonce donc :


dEm { P.~v.~n y p.div ~v.dV + P ext
(5.22)
= in .dS + visc. + ΣEc
dt
∂Ω Ω

Dans l'approximation unidimensionnelle, le bilan 5.22 s'énonce :


dEm
=
X
Pi .
ṁi,in
+
y
p.div ~v .dV + Pvisc. + Σext (5.23)
Ec
dt i
ρ i

Cas particulier. Le bilan d'énergie mécanique prend une forme particulièrement simple dans le cas où les
trois conditions suivantes sont observées :
 régime stationnaire (∂/∂t = 0 et d/dt = 0)
 uide incompressible (div ~v = 0)
 uide newtonien de viscosité constante (équation 4.25)

Dans le cas d'un écoulement stationnaire, pour un uide incompressible et en l'absence de source externe
d'énergie cinétique, le bilan macroscopique d'énergie mécanique (équation 5.22) se simplie en :
{ P.~v.~n
in .dS = −Pvisc.
∂Ω

Pour un uide incompressible et newtonien de viscosité constante, on peut utiliser la relation 4.28 en page
57 pour écrire la puissance dissipée (en [W]) :

Pvisc. = µ.
y ~v.∆~v.dV

Dans ces conditions, le bilan macroscopique d'énergie mécanique se réduit à :


{ 
1 2

ρv + p + ρ.Ψ .~v .~nin .dS = −µ. ~v .∆~v .dV
y
2
∂Ω Ω

Dans l'approximation unidimensionnelle, l'équation précédente s'énonce :


X 1
2
v +
pi

+ Ψi .ṁi,in = −µ. ~v .∆~v .dV
y
i
2 i ρi

Si, en plus de toutes les hypothèses précédentes, le uide est parfait (µ = 0) et s'il y a une entrée et une
sortie, alors le bilan d'énergie mécanique prend la forme suivante, que l'on peut qualier de théorème de
Bernoulli macroscopique :
1 2
Pentrée = Psortie avec P≡ ρv + p + ρ.Ψ (5.24)
2

74
Chapitre 6

Compléments

6.1 Corrélations empiriques pour écoulements typiques


6.1.1 Ecoulement en conduite
La longueur d'entrée hydrodynamique (nécessaire à l'établissement d'un prol de vitesse invariant par
translation) est :
(
Lhyd Re
20 pour un écoulement laminaire
=
d 1/6
4, 4.Re pour un écoulement turbulent

Figure 6.1  Longueur d'entrée hydrodynamique (cas laminaire et turbulent). Source : Larousse.
Notons ∆P la perte de charge dans une conduite cylindrique de longueur L et de diamètre d parcourue par
un uide de masse volumique ρ ayant une vitesse moyenne V . L'analyse dimensionnelle montre qu'elle peut

75
Chapitre 6. Compléments

s'écrire sous la forme suivante :  


L 1 2
∆p ≡ fD . . ρV (6.1)
d 2
où fD est appelé le coecient de perte de charge de Darcy fD . De même, par analyse dimensionnelle,
on montre que la contrainte de cisaillement locale τ que le uide de vitesse moyenne V exerce sur la paroi
solide de la conduite se met sous la forme :
 
1 2
τ ≡ fF . ρV (6.2)
2

où fF est le coecient de perte de charge de Fanning. Les deux coecients fD et fF sont sans
dimension et sont liés par la relation :
fD = 4.fF (6.3)
La gure 6.2 synthétise une grande masse de données expérimentales. Il s'agit du diagramme de Moody.

Figure 6.2  Diagramme de Moody permettant de calculer une perte de charge en conduite cylindrique.


 fD = 64
Re pour un écoulement laminaire (théorie)
  
ε/d
= −2.Log10 . 2,51
pour un écoulement turbulent (Colebrook, 1939)
 1

fD Re.
√ + 3,7
  fD  1,11 
√1 = −1, 8.Log10 . 6,9
+ ε/d pour un écoulement turbulent (Haaland, 1983)



fD Re 3,7

Considérons les transferts de chaleur entre un uide circulant dans le tube à température constante. La
longueur d'entrée thermique (nécessaire à l'établissement d'un prol de température invariant par translation)
est : (
Ltherm Re.P r
20 pour un écoulement laminaire
=
d 10 pour un écoulement turbulent

76
6.1. Corrélations empiriques pour écoulements typiques

Pour un écoulement laminaire, le coecient de transfert de chaleur moyen peut être calculé par :
 1/3  0,14
Re.P r µbulk
N u = 1, 86. . pour z < Ltherm (Sieder et Tate, 1936)
L/D µparoi
0, 065.Re.P r. D
2/3 pour tout z (Mills)
L
N u = 3, 66 +
1 + 0, 04. Re.P r. D
L
Notons que la valeur N u∞ = 3, 66 est celle mesurée pour un écoulement laminaire complètement développé.
Pour un écoulement turbulent dans un tube lisse et long (L > 60.D), avec un uide tel que 0, 7 < P r < 160,
on utilise la formule :
(
0, 3 si le uide est refroidi
N u = 0, 023.Re .P r pour Re > 10000 (Dittus et Boelter) avec n =
0,8 n
0, 4 si le uide est réchaué
Toutes les propriétés physiques doivent être évaluées à la température bulk moyenne du uide (moyenne
arithmétique entre la température bulk à l'entrée et à la sortie).

6.1.2 Ecoulement le long d'un plan


Transfert de chaleur dans le cas d'une paroi à température constante Lorsque la température de
la paroi est constante, le coecient moyen de transfert de chaleur s'obtient par intégration (à Pr constant) :
N¯ux = 2.N ux . Les valeurs du coecient local sont les suivantes.

Pour une couche limite laminaire (Rex < 5.105 ) :


1/2
0, 3387.Rex .P r1/3
N ux = h Churchill (1976) - Rose (1979)
2/3 i1/4
1 + 0,0468
Pr

Pour une couche limite turbulente (Rex > 5.105 ) :


( 4/5
0, 0296.Rex .P r1/3 si Rex < 107
N ux = −2,584
Colburn-Schlichting
1, 596.Rex . (LnRex ) .P r1/3 si Rex > 107

6.1.3 Ecoulement autour d'une sphère


On dénit le coecient de traînée CD par la relation :
1
FD = CD . ρv 2 .S
2
L'inuence du nombre de Reynolds particulaire Re ≡ ρvd
µ est résumée graphiquement sur la gure 6.3 et
peut être calculée par les formules suivantes :
24
CD = si Re < 2 (loi de Stokes)
Re
24
. 1 + 0, 15.Re0,687 pour 1 < Re < 1000 (Schiller et Nauman)

CD =
Re

CD ≈ 0, 44 pour 103 < Re < 3.105 (Newton)


   −7,94
Re Re
2, 6. 0, 411. Re

24 5,0 2,63.10 5 0, 25.
CD = +  1,52 + −8,00 +
106
Re
pour Re < 106 (Morrisson 2013)
Re 1+

Re Re
1 + 5,0 1 + 2,63.10 5
106

77
Chapitre 6. Compléments

Figure 6.3  Coecient de frottement CD d'une sphère.

78
Chapitre 7

Annexes mathématiques

7.1 Symboles de Kronecker et Levi-Civita, convention d'Einstein


Le symbole de Kronecker δij est déni par la relation suivante :
(
1 si i = j
δij ≡ (7.1)
0 si i 6= j

Le symbole de permutation de Levi-Civita εijk est déni par la relation suivante :



 +1

 si (i, j, k) = (1, 2, 3), (2, 3, 1) ou (3, 1, 2) (permutation paire)
εijk ≡ −1 si (i, j, k) = (3, 2, 1), (1, 3, 2) ou (2, 1, 3) (permutation impaire) (7.2)

si i = j ou j = k ou k = i (autre)

 0

La convention d'Einstein permet d'alléger les écritures. Lorsqu'il y a des sommes de grandeurs avec des
indices, on ajoute les termes contenant des indices répétés (muets). Les autres indices sont dits explicites ou
réels. Quelques exemples :
X X X X
ai bi = ai bi = aj bj = aj bj et aij bj = aij bj et ~u = ui .~ei = ui .~ei
i j j i

79
Chapitre 7. Annexes mathématiques

7.2 Tenseurs et produits tensoriels


7.2.1 Tenseurs
En mécanique des uides, on est amené à manipuler un certain nombre de quantités qui sont autant de
tenseurs (voir illustration en gure 7.1). Les plus fréquemment rencontrés sont :
 scalaires (ordre tensoriel = 0) : température, pression, énergie, . . .
 vectorielles (ordre tensoriel = 1) : vitesse, ux, quantité de mouvement, . . .
 matricielles (ordre tensoriel = 2) : tenseur des contraintes, des déformations, . . .

Figure 7.1  Un tenseur d'ordre n est caractérisé par n indices.


Un tenseur est une grandeur intrinsèque. Sa représentation, par exemple sous forme de matrice, dépend du
repère de l'espace que l'on a choisi mais il désigne toujours la même réalité physique. De toute évidence, la
direction des forces et leur intensité seront les mêmes, que l'on décrive le système en coordonnées cartésiennes
ou cylindriques !

Un tenseur d'ordre n est caractérisé par n indices. Si l'on désigne par (~e1 , ~e2 , ~e3 ) la base orthonormée directe
dans laquelle on travaille, alors un tenseur ~u d'ordre 1, un tenseur σ d'ordre 2 et un tenseur T d'ordre 3
s'écrivent : 
 ~u = ui .~ei


σ = σij .~ei ⊗ ~ej


T = Tijk .~ei ⊗ ~ej ⊗ ~ek

où les grandeurs ~ei ⊗ ~ej et ~ei ⊗ ~ej ⊗~ek sont des produits dyadiques. Pour l'instant, on peut interpréter ~ei ⊗~ej
comme un élément constituant une base de l'espace vectoriel des tenseurs d'ordre 2 (idem pour les tenseurs
d'ordre 3).

80
7.2. Tenseurs et produits tensoriels

7.2.2 Produits tensoriels


On peut appliquer diérentes opérations à ces tenseurs. Si l'on note a et b deux tenseurs et α et β leur
ordre respectif, le tableau 7.1 indique l'ordre tensoriel du résultat de l'opération et le tableau 7.2 donne
leur expression pour une base (~e1 , ~e2 , ~e3 ) donnée (que ce soit pour un système de coordonnées cartésiennes,
cylindriques, sphériques, . . .). Les scalaires sont désignés par s, les vecteurs par ~u, ~v , w
~ et les tenseurs d'ordre
2 par σ, τ, Π.

Produit Notation Ordre tensoriel Traduction


Produit vectoriel a∧b α+β−1 cross product 1
Produit dyadique a⊗b α+β outer product
Produit contracté a·b α+β−2 inner product
Produit doublement contracté a:b α+β−4 doubly contracted product

Table 7.1  Ordre tensoriel des diérents produits tensoriels.

Produit Notation Résultat Expression générale Représentation


Produit vectoriel
P
~u ∧ ~v w
~ w
~= εijk .uj .vk .~ei wi = εijk .uj .vk
i,j,k

Produit dyadique
P
~u ⊗ ~v σ σ= ui .vj .~ei ⊗ ~ej σij = ui .vj
i,j

Produit contracté
P
~u · ~v s s= ui .vi s = ui .vi
i
P
σ · ~u ~v ~v =σij .uj .~ei vi = σij .uj
i,j
P
σ·τ Π Π= σik .τkj .~ei ⊗ ~ej Πij = σik .τkj
i,j,k

Produit doublement contracté


P
σ:τ s s= σij .τji s = σij .τji
i,j
P
T :τ ~v ~v = Tijk .τkj .~ei ~v = Tijk .τkj .~ei
i,j,k

Table 7.2  Expression générale des diérents produits tensoriels. La colonne "Représentation" donne les
composantes des vecteurs ou matrices dans la base (~e1 , ~e2 , ~e3 ) (et uniquement dans cette base).Le symbole
εijk désigne le symbole de permutation de Levi-Civita (équation 7.2). Les indices (i, j, k) prennent chacun
leur valeur parmi (x, y, z), (r, θ, z) ou (r, θ, φ).

Propriétés
T
(~u ⊗ ~v ) = ~v ⊗ ~u (7.3)
σT : τ = σ : τ T (7.4)

Convention : il existe deux P dénitions possibles (lien) pour le produit P


tensoriel doublement contracté
σ : τ . Ce produit est égal à i j σij τji selon la première dénition et à i j σij τij selon la deuxième.
P P
Lorsque les deux tenseurs sont symétriques (ce qui est souvent le cas en mécanique des milieux continus),
ces deux dénitions conduisent au même résultat. Dans ce polycopié, nous choisissons la première dénition,
ce qui conduit à l'équation 7.22 en page 83.

81
Chapitre 7. Annexes mathématiques

7.3 Opérateurs diérentiels


7.3.1 Dénitions
Les quatre opérateurs diérentiels les plus utilisés en mécanique des uides sont le gradient, la divergence,
le rotationnel et le laplacien. Ils peuvent s'appliquer à un tenseur T d'ordre quelconque. Leur dénition
générale est donnée ci-dessous. Leur expression développée dépend du système de coordonnées et est donnée
plus loin dans les annexes (sections 7.7, 7.8 et 7.9).

Le gradient d'un tenseur T d'ordre n est un tenseur d'ordre n + 1 noté ∇T (ou grad T ) déni par :

dT ≡ ∇T · d~x (7.5)

Le rotationnel d'un vecteur ~u est un vecteur noté rot ~u déni par :


rot ~u ≡ ε : (∇~u) (7.6)

où ε est le tenseur d'ordre 3 de Levi-Civita (voir équation 7.2) et où ∇~u désigne le gradient de vitesse (un
tenseur d'ordre 2). Le symbole " :" désigne le produit doublement contracté déni dans le tableau 7.2.

La divergence d'un tenseur T d'ordre n est un tenseur d'ordre n − 1 noté div T et déni par :

div T ≡ (∇T ) : I2 (7.7)

où I2 est le tenseur identité d'ordre 2 (Iij = δij ).

Le laplacien d'un tenseur T d'ordre n est un tenseur d'ordre n noté ∆T et déni par la divergence du
gradient :
∆T ≡ div (∇T ) (7.8)

7.3.2 Formulaire
Les symboles s et t désignent des scalaires, ~u et ~v des vecteurs et σ et τ des tenseurs d'ordre 2. Pour plus
de facilité, les équations suivantes peuvent être établies en coordonnées cartésiennes mais elles sont valables
quel que soit le système de coordonnées.

Gradient
∇ (s.t) = s.∇t + t.∇s (7.9)
∇ (s.~u) = s.∇~u + ~u ⊗ ∇s (7.10)
∇ (~u · ~v ) = (~u · ∇) ~v + (~v · ∇) ~u + ~u ∧ (rot ~v ) + ~v ∧ (rot ~u) (7.11)
Rotationnel
rot (∇s) = ~0 (7.12)
rot (s.~u) = s.rot ~u + (∇s) ∧ ~u (7.13)
rot (~u ∧ ~v ) = (div ~v ) .~u − (div ~u) .~v . + (~v · ∇) ~u − (~u · ∇) ~v (7.14)
rot (rot ~u) = ∇ (div ~u) − ∆~u (7.15)
rot (∆~u) = ∆ (rot ~u) (7.16)
Divergence
div (rot ~u) = 0 (7.17)
div (∇~u) = ∆~u (7.18)
div (s.~u) = s.div ~u + (∇s) · ~u (7.19)
div (~u ∧ ~v ) = (rot ~u) .~v − (rot ~v ) .~u (7.20)

82
7.4. Conventions sur la construction du tenseur des contraintes

div (s.σ) = s.div σ + σ.∇s (7.21)


div (σ.~u) = ~u. div σ T + σ : (∇~u) (7.22)


div (~u · σ) = ~u. (div σ) + σ T : (∇~u) (7.23)


div (~u · σ) = div σ T · ~u (7.24)

 
T
div (∇~u) = ∇ (div ~u) (7.25)

div (~u ⊗ ~v ) = ~u.div ~v + (∇~u) .~v (7.26)


div (~u ⊗ s.~v ) = div (s.~u ⊗ ~v ) (7.27)
 
T
div ∇~u + (∇~u) = ∆~u + ∇ (div~u) (7.28)
Laplacien
∆~u = ∇ (div~u) − rot (rot ~u) (7.29)

7.4 Conventions sur la construction du tenseur des contraintes


Dans ce document, nous avons adopté deux conventions (voir section 2.5.2 en page 30) :
 l'orientation de la normale à une surface est donnée par ~nout , le vecteur unitaire normal sortant
 le tenseur des contraintes est construit en assemblant les vecteurs T~(i) verticalement
D'autres dénitions du tenseur des contraintes sont possibles. Cela porte à confusion car les auteurs n'utilisent
qu'un seul et même symbole σ . Pour éliminer toute ambiguïté, il faudrait donc préciser la manière dont on
construit le tenseur des contraintes. Dans ce document, le tenseur des contraintes est :

σ ≡ out
ver σ

7.4.1 Normale entrante/sortante


Le choix dépend beaucoup de la communauté : les géophysiciens et les thermodynamiciens utilisent souvent
la normale entrante ; les mécaniciens du solide et les informaticiens la normale sortante. En mécanique des
uides, les deux se rencontrent. Quoiqu'il en soit, les auteurs qui adoptent la convention 'normale entrante'
sont conduits à dénir le tenseur des contraintes in
ver σ , qui est l'opposé du nôtre :
in σ = − σ
ver
Avec cette dénition, le vecteur-contrainte n'est pas calculé par l'équation 2.24 mais par :

T~ = in
ver σ · ~nin (7.30)

Puisque ~nin = −~nout , on calcule bien la même grandeur physique T~ . Notons pour nir qu'avec la convention
"normale entrante", inver σxx > 0 implique que la matière est "en compression".

7.4.2 Assemblage vertical/horizontal


Certains auteurs dénissent le tenseur des contraintes en assemblant les vecteurs T~(i) horizontalement :
  T 
T~(x)    
   σxx σxy σxz T(x)x T(x)y T(x)z
T
soit (7.31)
     
σ≡ ~
T  σyx σyy  ≡  T(y)x
σyz  T(y)y T(y)z 
  
 (y)  
  T 
T~(z) σzx σzy σzz T(z)x T(z)y T(z)z

Leur tenseur des contraintes est le transposé du nôtre :


out σ = σ T
hor

83
Chapitre 7. Annexes mathématiques

Avec le tenseur des contraintes ainsi déni, le vecteur-contrainte n'est pas calculé par l'équation 2.24 mais
par :
T~ = ~nout · out
hor σ (7.32)
Cette dernière expression n'est pas très correcte syntaxiquement. En Europe, on utilise l'écriture ( out
T
hor σ) ·~nout
pour désigner la même grandeur (ce qui est bien égal à σ · ~nout ).

Pour information, on trouve ci-dessous les conventions adoptées dans certains ouvrages de référence :
 ce document : normale sortante et assemblage vertical
 Bird : normale entrante et assemblage horizontal
 Guyon : normale sortante et assemblage vertical + tenseur des contraintes de cisaillement noté σ 0 au
lieu de τ dans ce document (Guyon, p. 163)
 Fox : normale sortante et assemblage horizontal

7.4.3 Synthèse
Quelle que soit la convention adoptée, on a :
 les grandeurs dF~ et T~ sont identiques (car elles ont un sens physique immédiat)
 un matériau en compression est caractérisée par une pression p positive
Par ailleurs, on rappelle les formules de passage :


 ~nin = −~nout
 hor σ (ver

 T
out = out σ)
(7.33)
 hor σ = − (ver
out σ)
T

 in
 ver

ver
in σ = −out σ

84
7.4. Conventions sur la construction du tenseur des contraintes

Normale ~n entrante Normale ~n sortante


~n = ~nin ~n = ~nout
σ =ver
in σ σ =ver
out σ
T~ = σ · ~n T~ = σ · ~n
Assemblage vertical
Compression ⇔ σ > 0 Compression ⇔ σ < 0
Trace(σ) −Trace(σ)
p= 3 p= 3
 
T(x)x T(y)x T(z)x σ = τ + p.I σ = τ − p.I

σ ≡  T(x)y
 T(y)y T(z)y

 σij .dS est la composante selon ~ei σij .dS est la composante selon ~ei
de la force dF~ qu'exerce de la force dF~ qu'exerce

T(x)z T(y)z T(z)z l'environnement extérieur sur un l'environnement extérieur sur un
volume de matière à travers volume de matière à travers
l'élément de surface d'aire dS et de l'élément de surface d'aire dS et de
normale entrante de direction ~ej normale sortante de direction ~ej
~n = ~nin ~n = ~nout
σ =hor
in σ σ =hor
out σ
T~ = ~n · σ T~ = ~n · σ
Assemblage horizontal
Compression ⇔ σ > 0 Compression ⇔ σ < 0
Trace(σ) −Trace(σ)
p= 3 p= 3
 
T(x)x T(x)y T(x)z σ = τ + p.I σ = τ − p.I

σ ≡  T(y)x
 T(y)y T(y)z

 σij .dS est la composante selon ~ej σij .dS est la composante selon ~ej
de la force dF~ qu'exerce de la force dF~ qu'exerce

T(z)x T(z)y T(z)z l'environnement extérieur sur un l'environnement extérieur sur un
volume de matière à travers volume de matière à travers
l'élément de surface d'aire dS et de l'élément de surface d'aire dS et
normale entrante de direction ~ei de normale sortante de direction ~ei

Table 7.3  Diérentes conventions. Dans ce document, on adopte la convention en haut à droite : assemblage
vertical et normale sortante.

85
Chapitre 7. Annexes mathématiques

7.5 Démonstrations
7.5.1 Bilan des forces
Le bilan local de quantité de mouvement se résume à un bilan des forces. Il sut pour s'en convaincre de
reconnaître que la dimension d'une force est celle d'un débit de quantité de mouvement par unité de surface :
kg. m
1 N = 1 s.ms2 . Considérons donc le volume élémentaire décrit sur la gure 2.10 en page 31, on peut écrire :

D~v
dm. = dF~contact + dF~volumique
Dt
où dm est la masse et D~ Dt l'accélération du volume élémentaire. En page 31, on a déni le tenseur des
v

contraintes σ par un assemblage vertical, ce qui a permis d'écrire l'équation 2.25 établissant le lien entre la
force F~contact et le tenseur des contraintes σ . En projection sur l'axe Ox, on obtient :


 dm ≡ ρ.dx.dy.dz





   
dFcontact,x ≡ σxx|x+dx − σxx|x .dy.dz + σxy|y+dy − σxy|y .dx.dz + σxz|z+dz − σxz|z .dx.dy







dFvolumique,x ≡ dm.gx

où l'on rappelle que σij est la composante selon l'axe i de la force exercée sur la face de normale j . Le bilan
des forces s'écrit alors : 
Dvx ∂σxx ∂σxy ∂σxz
 ρ. Dt = ∂x + ∂y + ∂z + ρ.gx


Dv ∂σyx ∂σyy ∂σyz
ρ. Dty = ∂x + ∂y + ∂z + ρ.gy

 ρ. Dvz
 ∂σzx ∂σzy ∂σzz
Dt = ∂x + ∂y + ∂z + ρ.gz
On obtient nalement :
D~v
= div σ + ρ.~g
ρ. (7.34)
Dt
où div σ désigne la divergence du tenseur des contraintes.

7.5.2 Bilan des moments


Le bilan des forces de l'équation 7.34 est établi en considérant la vitesse de translation. De manière similaire,
on peut considérer la vitesse de rotation et établir un bilan des couples. On considère un cube élémentaire
de dimensions dx.dy.dz qui est cette fois centré en (x, y, z). On a :
D~
ω
I. = Couples de contact + Couple volumique (7.35)
Dt
où D~
ω /Dt est l'accélération angulaire. Le moment d'inertie selon l'axe Oz est déni par la relation suivante :
Z dx Z dy Z dz
2 2 2
Iz ≡ ρ.r̄2 .dx̄.dȳ.dz̄ avec r̄2 ≡ x̄2 + ȳ 2
−dx −dy −dz
2 2 2

L'intégration spatiale permet d'obtenir :


h i
2 2
ρ. (dx) + (dy)
Iz = .dx.dy.dz (7.36)
12
Le couple de contact est le fruit des forces qui s'exercent sur les faces du volume élémentaire. Le couple
autour de l'axe Oz est :
   
dy dx
Tz = 2. (σyx .dx.dz) . + 2. (−σxy .dy.dz) . soit Tz = (σyx − σxy ) .dx.dy.dz
2 2

86
7.5. Démonstrations

Par construction, le couple de volume est le produit d'une constante kz nie et du volume élémentaire :

Kz = kz .dx.dy.dz

Après division par dx.dy.dz , la vitesse angulaire ω̇z du cube autour de l'axe Oz est :
h i
2 2
ρ. (dx) + (dy) Dθ̇
z
. = (σxy − σyx ) + kz
12 Dt
Pour que la vitesse angulaire reste nie lorsque dx et dy tendent vers zéro, il faut que le membre de droite
soit identiquement nul. On a donc :
σyx = σxy + kz (7.37)
La force gravitationnelle est une force volumique qui ne crée par de couple. On a donc ~k = ~0. En revanche,
dans les uides magnétiques (gaz stellaires, noyau liquide de la terre, autres systèmes technologiques,. . .), le
terme kz peut être non nul. Nous retiendrons qu'en dehors des systèmes magnéto-hydrodynamiques, cette
constante est nulle et donc que le tenseur des contraintes est symétrique :

Le tenseur des contraintes σ est symétrique (sauf systèmes magnétiques) : σij = σji (7.38)

7.5.3 Systèmes électro-magnétiques


L'expression locale du bilan de quantité de mouvement a été donnée dans l'équation 4.4 en page 56 pour
des systèmes simples. Lorsqu'il y a un champ magnétique B ~ et que la matière contient des charges électriques,
alors la force de Lorentz s'exerce et il faut l'ajouter à la gravité.
 
Pour une particule ponctuelle de charge q , son expression est F~ = q E ~ . Pour une distribution de
~ + ~v ∧ B
charge continue, de densité volumique ρe (en C.m−3 ), la force volumique (en N.m−3 ) s'exprime par :
 
f~ = ρe . E~ + ~v ∧ B
~

Comme la densité de courant électrique J~ (en A.m−2 ) est dénie par J~ ≡ ρe~v , on peut écrire :

f~ = ρe .E
~ + J~ ∧ B
~

L'évolution temporelle du champ magnétique est donnée par l'équation d'induction, dont la forme complète
est complexe. Lorsque le nombre de Reynolds magnétique est très grand devant 1 (ce qui est très souvent le
cas en astrophysique et dans les machines de fusion), alors on est dans le cadre de la MHD idéale et la loi
d'induction prend la forme simpliée suivante :
~
∂B  
≈ rot ~v ∧ B
~
∂t

D'après les équations de Maxwell, on a rotB ~ = µ0 J~ + ε0 µ0 ∂ E~ . Dans le cas particulier où la vitesse caracté-
∂t
ristique de l'écoulement est très faible devant la vitesse de la lumière, les eets relativistes sont négligeables
et l'approximation suivante est valable :
rot B
~ ≈ µ0 J~

7.5.4 Systèmes en rotation


L'équation de Navier-Stokes 4.29 en page 57 a été établie dans un référentiel inertiel (on dit aussi ga-
liléen ). Par dénition, dans un référentiel inertiel, le principe d'inertie est vérié : un corps sur lequel la
résultante des forces est nulle, est en mouvement de translation rectiligne uniforme, ou au repos.

Lorsque l'on étudie l'écoulement d'un objet en rotation, il est souvent pratique de se placer dans le réfé-
rentiel lié à l'objet. Ce référentiel n'est pas inertiel et le bilan des forces doit être ré-écrit. Cette situation se

87
Chapitre 7. Annexes mathématiques

rencontre par exemple lorsque l'on étudie la circulation des océans ou bien le noyau uide de la terre ou bien
encore l'écoulement dans une éprouvette placée dans une centrifugeuse ou bien l'atomisation d'une nappe de
liquide résultant de l'impact d'un jet sur une surface plane tournante.

On considère tout d'abord un repère xe R d'origine O et un repère mobile R0 d'origine O0 . Dans le
repère xe, le centre O0 du repère R0 est à la position ~r(O0 ) , se déplace à la vitesse ~v(O0 ) et possède une
accélération ~a(O0 ) . On appelle Ω ~ le vecteur rotation instantanée de R0 par rapport à R, avec Ω~ = θ̇.~k et θ̇ la
vitesse angulaire de rotation. Précisons que la rotation de R0 par rapport à R est le changement de direction
des seuls axes (O0 x0 , O0 y 0 , O0 z 0 ) par rapport aux axes (Ox, Oy, Oz), sans rapport avec la trajectoire du point
O0 . On considère ensuite un point M particulier de l'espace dont la position, la vitesse et l'accélération sont
notées ~r, ~v et ~a dans le repère xe R et ~r 0 , ~v 0 et ~a 0 dans le repère mobile R0 . On peut établir trois lois de
composition de mouvement :



 Position : ~r = ~r 0 + ~rO0
Vitesse : ~v ~ ∧ ~r 0
= ~v 0 + ~vO0 + Ω
 
~

Accélération : ~ ∧ Ω
~a = ~a 0 + ~aO0 + Ω ~ ∧ ~r 0 + dΩ ~ ∧ ~v 0
∧ ~r 0 + 2Ω


dt

Dans le référentiel xe, la seconde loi de Newton s'énonce :

m~a = F~vraie

où F~vraie est la résultante des vraies forces. En vertu de la loi de composition des accélérations, on a :
m~a 0 = F~vraie + F~Centrifuge + F~Euler + F~Coriolis − m.~aO0

où l'on a déni les forces ctives suivantes :


  


 Force centrifuge : F~Centrifuge ≡ ~ ∧ Ω
−m.Ω ~ ∧ ~r 0
~
 Force d'Euler : F~Euler ≡ −m. ddtΩ ∧ ~r 0
Force de Coriolis : F~Coriolis ~ ∧ ~v 0

≡ −m.2Ω

Application 1 : dans le référentiel inertiel, le bilan local de quantité de mouvement (équation 4.24 en page
57) s'énonce :
D~v
ρ = div σ + ρ~g
Dt
Si l'on souhaite travailler dans le référentiel mobile, il prendra donc la forme suivante :

D~v 0
ρ. = div σ + ρ~g + F~Centrifuge + F~Euler + F~Coriolis − m.~aO0 (7.39)
Dt

Application 2 : dans le référentiel inertiel, le bilan local d'énergie cinétique (équation 4.34 en page 59) peut
s'écrire :
Dec
= (∇ · σ + ρ~g ) .~v
Dt
En multipliant l'équation 7.39 par ~v 0 , on trouve :

Dē0c  
ρ. = ~v 0 . div σ + ρ~g + F~Centrifuge + F~Euler − m.~aO0 (7.40)
Dt

Notons ici que le terme ~v 0 .F~Coriolis n'apparaît pas parce qu'il est identiquement nul par construction : la
force de Coriolis ne travaille pas.

88
7.5. Démonstrations

7.5.5 Théorème Π de Vaschy-Buckingham


7.5.5.1 Notations
Notons D1 , . . . , DM les dimensions de base. On a vu dans la section 1.1 en page 1 que M = 7 pour la
physique et que le Système International était basé sur le choix (D1 , . . . , D7 ) = (M, L, T, θ, I, J, N ).

Considérons une grandeur physique x. Son équation aux dimensions s'écrit :


M
Y
[x] = am
Dm (7.41)
m=1

Par exemple, si x est une vitesse, on aura [x] = L.T −1 et (a1 , . . . , aM ) = (0, 1, −1, 0, 0, 0, 0).

La dimension du produit de deux grandeurs x et y ainsi que d'une puissance de x s'établit facilement :

[x.y] = [x] . [y] (7.42)

k
(7.43)
 k
x = [x]
Par ailleurs, on peut établir les équations aux dimensions suivantes :
   
dx ∂x [x]
= = (7.44)
dy ∂y [y]
Z 
y(x) .dx = [y] . [x] (7.45)

[x]
[∇x] = (7.46)
L
[x]
(7.47)
 2 
∇ x = [∆x] = 2
L
Par exemple, la dimension du produit d'un diamètre par une vitesse est celle d'une longueur au carré divisée
par un temps soit [d.V ] = L2 .T −1 . De même, la dimension d'une vitesse élevée au cube est celle d'une longueur
au cube divisée par un temps au cube soit [V 3 ] = L3 .T −3 et l'ensemble des exposants est (0, 3, −3, 0, 0, 0, 0).

7.5.5.2 Enoncé
Considérons un ensemble
QM deami
n grandeurs physiques x1 , x2 , . . . , xn . Pour chacune d'elle, l'équation aux di-
mensions est [xi ] = m=1 Dm . Notons r le rang de la matrice A dénie par :
 
a11 ... a1n
 . .. .. 
A≡ . .
 . . 

aM 1 ... aM n

Le théorème Π stipule que l'on peut former n − r nombres adimensionnés indépendants.

7.5.5.3 Démonstration
Considérons un ensemble de n coecients k1 , . . . , kn et formons la grandeur N en multipliant des puis-
sances de xi :
Yn
N≡ xki i
i=1

89
Chapitre 7. Annexes mathématiques

Cherchons les conditions à réunir pour que N soit sans dimension. Pour cela, écrivons son équation aux
dimensions :
" n # n
Y Y k
ki
[N ] = xi = [xi ] i
i=1 i=1

ou encore :
!ki n
n
Y M
Y n Y
Y M M Y
Y n M
Y
P
ami .ki
ami ami .ki ami .ki i=1
[N ] = Dm = Dm = Dm = Dm
i=1 m=1 i=1 m=1 m=1 i=1 m=1

Les jeux de coecients ki rendant la grandeur N sans dimension sont tels que l'exposant de chacun des Dm
est nul, c'est-à-dire lorsque les M équations suivantes sont observées :
 Pn


 a1i .ki = 0
 i=1

... = 0


 Pn

 a .kMi i = 0
i=1

En utilisant une forme matricielle, on peut écrire :



n
k1
 . 
. 
Y
N≡ xki i est sans dimension ⇐⇒ A.k = 0 avec k≡
 . 
i=1
kn

Il s'agit d'un système sous-déterminé (le nombre n d'inconnues est supérieur au nombre M d'équations) et
homogène (second membre nul). En algèbre linéaire, on a vu que, si le déterminant de la matrice A est non
nul, alors il existe n − r solutions linéairement indépendantes, où r est le rang de la matrice.

7.6 Théorèmes importants


7.6.1 Théorème de Green-Ostrogradsky
Le théorème de Green-Ostrogradsky est également connu sous le nom de théorème de ux-
divergence 2 . Il permet de transformer l'intégrale d'un champ vectoriel ~u sur un volume Ω en une intégrale
sur la frontière ∂Ω séparant ce volume de son environnement. Ce théorème s'applique pour un volume Ω
absolument quelconque (matériel ou imaginaire, xe ou mobile).
y (div ~u) .dV = { ~u.~n (7.48)
out .dS
Ω ∂Ω

Le théorème de Green-Ostrogradsky peut être étendu à un tenseur σ d'ordre 2 :


y (div σ) .dV = { σ.~n (7.49)
out .dS
Ω ∂Ω

où div σ désigne la divergence du tenseur σ .

2. On trouve aussi les dénominations théorème de Green ou théorème de Gauss car sa découverte fut faite indépen-
damment par ces chercheurs

90
7.6. Théorèmes importants

7.6.2 Théorème du gradient


En appliquant le théorème de Green-Ostrogradsky au champ vectoriel ~u = f.~u0 avec ~u0 un vecteur
constant, on obtient le théorème du gradient qui permet de transformer l'intégrale d'un champ scalaire
f sur un volume Ω en une intégrale sur la frontière ∂Ω séparant ce volume de son environnement.
y ∇f.dV = { f.~n (7.50)
out .dS
Ω ∂Ω

où la grandeur ∇f représente le gradient de f . La gure 7.2 illustre graphiquement ce théorème, souvent


utilisé en identiant f à la pression p.

Figure 7.2  Illustration 1D du théorème du gradient (cas particulier du théorème de Green-Ostrogradsky.


Z b Z b   Z b
∂f X
(∇f )x .dx = .dx = df = f (b) − f (a) = [f (x) .~ex ] .~nout,x (7.51)
a a ∂x a x∈{a,b}

7.6.3 Théorème de transport de Reynolds


Le théorème de transport de Reynolds donne l'expression du taux de variation temporelle d'une
grandeur extensive F pour un volume Ω absolument quelconque (matériel ou imaginaire, xe ou mobile). On
note f la densité volumique de F et ~v∂Ω la vitesse de déplacement de la surface de contrôle ∂Ω. Le vecteur
unitaire normal à la surface de contrôle et pointant vers l'extérieur du volume Ω est noté ~nout .
dF
=
y ∂f .dV + { f.~v∂Ω .~nout .dS avec F(t) =
yf (7.52)
(t) .dV
dt ∂t
Ω(t) ∂Ω(t) Ω(t)

91
Chapitre 7. Annexes mathématiques

7.7 Bilans en coordonnées cartésiennes (~ex, ~ey , ~ez )


7.7.1 Produits tensoriels
Nous déclinons ici les dénitions données dans le tableau 7.2 en page 81. Elles ne sont valables qu'en tant
que représentations dans la base (~ex , ~ey , ~ez ).
 
uy .vz − uz .vy
 
~u ∧ ~v = 
 uz .vx − ux .vz 

ux .vy − uy .vx
 
ux .vx ux .vy ux .vz
 
~u ⊗ ~v =   uy .vx uy .vy uy .vz 

uz .vx uz .vy uz .vz

~u · ~v = ux .vx + uy .vy + uz .vz


 
σxx .ux + σxy .uy + σxz .uz
 
σ · ~u = 
 σyx .ux + σyy .uy + σyz .uz 

σzx .ux + σzy .uy + σzz .uz
 
σxx .τxx + σxy .τyx + σxz .τzx σxx .τxy + σxy .τyy + σxz .τzy σxx .τxz + σxy .τyz + σxz .τzz
 
σ·τ =
 σyx .τxx + σyy .τyx + σyz .τzx σyx .τxy + σyy .τyy + σyz .τzy σyx .τxz + σyy .τyz + σyz .τzz 

σzx .τxx + σzy .τyx + σzz .τzx σzx .τxy + σzy .τyy + σzz .τzy σzx .τxz + σzy .τyz + σzz .τzz

σ : τ = (σxx .τxx + σxy .τyx + σxz .τzx ) + (σyx .τxy + σyy .τyy + σyz .τzy ) + (σzx .τxz + σzy .τyz + σzz .τzz )

7.7.2 Opérateurs diérentiels


L'opérateur ∇ s'écrit :      
∂• ∂• ∂•
∇• = ~ex + ~ey + ~ez (7.53)
∂x yz ∂y xz ∂z xy
Le gradient d'un scalaire s est un vecteur. Il peut-être noté grads mais nous préférerons la notation ∇s :
 
∂s
∂x
X ∂s
.~ei d'où (7.54)
 
∇s = ∇s =  ∂s 
∂xi  ∂y 
i∈{x,y,z} ∂s
∂z

Le gradient d'un vecteur ~u est le tenseur d'ordre 2 (voir note de bas de page 3 ) :
 
∂ux ∂ux ∂ux
∂x ∂y ∂z
X ∂ui
.~ei ⊗ ~ej d'où ∂uy ∂uy ∂uy
(7.55)
 
∇~u ≡ ∇~u =  ∂x ∂y ∂z

∂xj  
i,j∈{x,y,z} ∂uz ∂uz ∂uz
∂x ∂y ∂z

Le gradient d'un tenseur τ est le tenseur d'ordre 3 :


X ∂τij
∇τ ≡ .~ei ⊗ ~ej ⊗ ~ek (7.56)
∂xk
i,j,k∈{x,y,z}

3. Le gradient d'un vecteur peut être noté ∇~u ou grad~u. On peut montrer que ∇~u = (∇ ⊗ ~u)T .

92
7.7. Bilans en coordonnées cartésiennes (~ex , ~ey , ~ez )

La divergence d'un vecteur ~u est le scalaire :


X ∂ui ∂ux ∂uy ∂uz
div ~u = d'où div ~u = + + (7.57)
∂xi ∂x ∂y ∂z
i∈{x,y,z}

La divergence du tenseur τ est le vecteur :


 
∂τxx ∂τxy ∂τxz
∂x + ∂y + ∂z
X ∂τij
div τ = .~ei d'où div τ =  ∂τyx ∂τyy ∂τyz
(7.58)
 
∂x + ∂y + ∂z

∂xj  
i∈{x,y,z} ∂τzx ∂τzy ∂τzz
∂x + ∂y + ∂z

Le rotationnel d'un vecteur ~u est le vecteur :


 
∂uz ∂uy
∂y − ∂z
rot ~u =  (7.59)
 
∂ux ∂uz
 ∂z − ∂x


∂uy ∂ux
∂x − ∂y

Le laplacien d'un scalaire s est le scalaire :


X ∂2s ∂2s ∂2s ∂2s
∆s = d'où ∆s = + + (7.60)
∂x2i ∂x2 ∂y 2 ∂z 2
i∈{x,y,z}

Le laplacien d'un vecteur ~u est le vecteur :


 
∂ 2 ux ∂ 2 ux ∂ 2 ux
∂x2 + ∂y 2 + ∂z 2
X ∂ 2 ui ∂ 2 uy ∂ 2 uy ∂ 2 uy
.~ei d'où (7.61)
 
∆~u = ∆~u =  + + 
∂x2j  ∂x2 ∂y 2 ∂z 2 
i,j∈{x,y,z} ∂ 2 uz ∂ 2 uz ∂ 2 uz
∂x2 + ∂y 2 + ∂z 2

L'opérateur d'advection appliqué à un scalaire s est :


∂s ∂s ∂s
(~v · ∇) s = vx . + vy . + vz . (7.62)
∂x ∂y ∂z
L'opérateur d'advection appliqué à un vecteur ~u est :
 
(~v · ∇) ux
(7.63)
 
(~v · ∇) ~u = 
 (~v · ∇) uy 

(~v · ∇) uz

La dérivée matérielle d'un scalaire s est le scalaire :


Ds ∂s ∂s ∂s ∂s ∂s
= + (~v · ∇) s = + vx . + vy . + vz . (7.64)
Dt ∂t ∂t ∂x ∂y ∂z
La dérivée matérielle d'un vecteur ~u est le vecteur :
   
Dux ∂ux
Dt ∂t + vx . ∂u ∂ux ∂ux
∂x + vy . ∂y + vz . ∂z
x

D~u ∂~u Duy ∂uy ∂uy ∂uy ∂uy


(7.65)
   
= + (~v · ∇) ~u =  Dt
=
∂t + vx . ∂x + vy . ∂y + vz . ∂z

Dt ∂t    
Duz ∂uz
Dt ∂t + vx . ∂u
∂x
z
+ vy . ∂u
∂y
z
+ vz . ∂u
∂z
z

Le produit doublement contracté d'un tenseur τ d'ordre 2 et du gradient ∇~u s'écrit :


 
∂uy
τxx . ∂u + τxz . ∂u
 
τ : (∇~u) = ∂x
x
+ τ xy . ∂x ∂x
z
     
∂u
+ τyx . ∂u∂y
x
+ τyy . ∂yy + τyz . ∂u ∂y
z
(7.66)
 
∂uy
τzx . ∂u + τzz . ∂u
 
+ ∂z
x
+ τ zy . ∂z ∂z
z

93
Chapitre 7. Annexes mathématiques

7.7.3 Bilan local de masse et de quantité de matière


7.7.3.1 Bilan local de masse
Notation compacte (voir équation 4.15 en page 54) :
∂ρ Dρ
+ div (ρ~v ) = 0 ou bien = −ρ.div ~v
∂t Dt
Notation développée :
   
∂ρ ∂ (ρvx ) ∂ (ρvy ) ∂ (ρvz ) Dρ ∂vx ∂vy ∂vz
+ + + = 0 ou bien = −ρ. + +
∂t ∂x ∂y ∂z Dt ∂x ∂y ∂z

7.7.3.2 Loi de Fick pour la diusion binaire


Notation compacte (voir équation 3.10 en page 43) :
~ di,A = −ρDAB .∇ωA
ϕ
Notation développée :  
∂ωA
∂x
 
~ di,A = −ρDAB . 
ϕ ∂ωA 
 ∂y 
∂ωA
∂z

7.7.3.3 Bilan local de quantité de matière


Notation compacte pour mélange binaire A-B avec ρDAB constant et une diusion moléculaire décrite par
la loi de Fick (voir Bird p.851) :
DωA
ρ = ρDAB .∆ωA + rA
Dt
Notation développée :
 2
∂ 2 ωA ∂ 2 ωA
  
∂ωA ∂ωA ∂ωA ∂ωA ∂ ωA
ρ. + vx + vy + vz = ρDAB . + + + rA
∂t ∂x ∂y ∂z ∂x2 ∂y 2 ∂z 2
On peut préférer utiliser les fractions molaires xA au lieu des fractions massiques ωA . Pour cela, il sut
N
d'utiliser l'équation précédente en remplaçant (ρ, ωα , ~v , rα ) par respectivement (c, xα , ~v ∗ , Ralpha − xα Rβ )
P
β=1
N
où ~vα est la vitesse de α dans le référentiel xe, ~v ∗ = ~vα la vitesse molaire moyenne, cα la concentration
P
α=1
N
molaire de α, c = cα et Rα le taux volumique de production molaire de α.
P
α=1

7.7.4 Bilan local de quantité de mouvement (cas général)


Notation compacte (voir équation 4.24 en page 57) :
 
∂~v D~v
ρ. + (~v · ∇) ~v = −∇p + div τ + ρ~g ou bien ρ = −∇p + div τ + ρ~g
∂t Dt
Notation développée (sans faire l'hypothèse de la symétrie de τ ) :
   
∂vx ∂vx ∂vx ∂vx ∂p ∂τxx ∂τxy ∂τxz
ρ + vx + vy + vz =− + + + + ρgx
∂t ∂x ∂y ∂z ∂x ∂x ∂y ∂z
   
∂vy ∂vy ∂vy ∂vy ∂p ∂τyx ∂τyy ∂τyz
ρ + vx + vy + vz =− + + + + ρgy
∂t ∂x ∂y ∂z ∂y ∂x ∂y ∂z
   
∂vz ∂vz ∂vz ∂vz ∂p ∂τzx ∂τzy ∂τzz
ρ + vx + vy + vz =− + + + + ρgz
∂t ∂x ∂y ∂z ∂z ∂x ∂y ∂z

94
7.7. Bilans en coordonnées cartésiennes (~ex , ~ey , ~ez )

Note : si le vecteur normal était orienté vers l'intérieur, alors il y aurait un signe "-" devant le deuxième
terme du membre de droite. Par ailleurs, les indices de τ seraient permutés si le tenseur des contraintes était
construit par un assemblage horizontal.

7.7.5 Tenseur des taux de cisaillement


Notation compacte (voir équations 2.9 en page 23 et 2.15 en page 26) :
T
γ̇ = ∇~v + (∇~v )

Notation développée :

γ̇xx = 2. ∂v
∂x
x

∂vy
γ̇yy = 2 ∂y

γ̇zz = 2 ∂v
∂z
z

∂vy
γ̇xy = γ̇yx = ∂vx
∂y + ∂x
∂vy
γ̇yz = γ̇zy = ∂z + ∂vz
∂y

γ̇zx = γ̇xz = ∂vz


∂x + ∂vx
∂z

7.7.6 Tenseur des contraintes de cisaillement pour un uide newtonien


Notation compacte (d'après les équations 3.14 en 44 et 2.15 en page 26 ) où la dimension spatiale est notée
D:  
2
τ = µ.γ̇ + κ − µ .div ~v .I
3
Notation développée :

= ∂x + κ − 3 .div ~
µ. 2 ∂v 2µ
  
τxx x
v
h i
∂v ∂vy
= µ. 2 ∂yy + κ − 2µ 3 .div ~ avec div ~v ≡ ∂vx ∂vz

τyy v ∂x + ∂y + ∂z

= µ. 2 ∂z + κ − 2µ 3 .div ~
 ∂vz  
τzz v
h i
∂vy
τxy = τyx = µ. ∂v∂y + ∂x
x

h i
∂v
τyz = τzy = µ. ∂zy + ∂v ∂y
z

= =
 ∂vz ∂vx

τzx τxz µ. ∂x + ∂z

7.7.7 Bilan local de quantité de mouvement (équation de Navier-Stokes)


Notation compacte (voir équation 4.29 en page 57) pour un uide incompressible et newtonien de viscosité
constante :
D~v
ρ. = ρ~g − ∇p + µ.∆~v
Dt

95
Chapitre 7. Annexes mathématiques

Notation développée :
 2
∂ 2 vx ∂ 2 vx
  
∂vx ∂vx ∂vx ∂vx ∂p ∂ vx
ρ + vx + vy + vz =− +µ + + + ρgx
∂t ∂x ∂y ∂z ∂x ∂x2 ∂y 2 ∂z 2
 2
∂ 2 vy ∂ 2 vy
  
∂vy ∂vy ∂vy ∂vy ∂p ∂ vy
ρ + vx + vy + vz =− +µ + + + ρgy
∂t ∂x ∂y ∂z ∂y ∂x2 ∂y 2 ∂z 2
 2
∂ 2 vz ∂ 2 vz
  
∂vz ∂vz ∂vz ∂vz ∂p ∂ vz
ρ + vx + vy + vz =− +µ + + + ρgz
∂t ∂x ∂y ∂z ∂z ∂x2 ∂y 2 ∂z 2

7.7.8 Bilan local d'énergie


7.7.8.1 Equation de la chaleur (cas général)
Notation compacte (voir équation 4.50 en page 63) :
 
DT ∂ ln ρ Dp
ρc̄p . = −div ~q + τ T : (∇~v ) − .
Dt ∂ ln T p Dt

Notation développée :
     
∂T ∂T ∂T ∂T ∂qx ∂qy ∂qz T ∂ ln ρ Dp
ρc̄p . + vx + vy + vz =− + + + τ : (∇~v ) − .
∂t ∂x ∂y ∂z ∂x ∂y ∂z ∂ ln T p Dt

avec :
 
∂vx ∂v
+ τyx . ∂xy + τzx . ∂v
 
τ T : (∇~v ) ≡ τxx . ∂x ∂x
z

     
∂vy
+τxy . ∂v
∂y
x
+ τyy . ∂y + τzy . ∂vz
∂y
 
∂vx
 ∂vy ∂vz

+τxz . ∂z + τyz . ∂z + τzz . ∂z

et :
Dp ∂p ∂p ∂p ∂p
≡ + vx + vy + vz
Dt ∂t ∂x ∂y ∂z

7.7.8.2 Loi de Fourier pour la diusion de chaleur


Notation compacte (voir équation 3.9 en page 42) :

~q = −λ.∇T

Notation développée :
 
∂T
 ∂x 
 
~q = −λ.  ∂T 
 ∂y 
 
∂T
∂z

7.7.8.3 Equation de la chaleur (uide newtonien incompressible)


Notation compacte pour un uide incompressible et newtonien de viscosité µ constante, une diusion de
chaleur obéissant à la loi de Fourier et une conductivité thermique λ constante (voir équation 4.50 en page
63) :
DT 1 XX 2
ρc̄p . = λ∆T + µ.Φ avec Φ ≡ . γ̇
Dt 2 i j ij

96
7.7. Bilans en coordonnées cartésiennes (~ex , ~ey , ~ez )

Notation développée :

∂2T ∂2T ∂2T


   
∂T ∂T ∂T ∂T
ρc̄p . + vx + vy + vz = λ. + + + µ.Φ
∂t ∂x ∂y ∂z ∂x2 ∂y 2 ∂z 2

où la fonction de dissipation Φ pour un uide newtonien quelconque 4 s'exprime par :


  2 
∂vx 2 ∂vy ∂vz 2
 
Φ = 2 ∂x + ∂y + ∂z
h i2 h i2 
∂v ∂vy ∂vz 2 2
+ ∂xy + ∂v ∂vz
+ ∂v − 23 . [div ~v ]

x
∂y + ∂y + ∂z ∂z + ∂x
x

et
∂vx ∂vy ∂vz
div ~v = + +
∂x ∂y ∂z

4. Voir l'ouvrage de Bird et , page 82.


al.

97
Chapitre 7. Annexes mathématiques

7.8 Bilans en coordonnées cylindriques (~er , ~eθ , ~ez )


La position d'un point M dans l'espace est caractérisée par le triplet (r, θ, z ) où r est appelé rayon ou module,
θ est l'azimut et z l'altitude ou cote.

Pour passer des coordonnées cylindriques aux coordonnées cartésiennes, on utilise :


  p


 x(r,θ,z) = r. cos θ 

 r(x,y,z) = x2 + y 2

 

et réciproquement arctan xy (7.67)

 y(r,θ,z) = r. sin θ  θ(x,y,z) =

 


 z 
(r,θ,z) = z  z
(x,y,z) = z

On note (~ex , ~ey , ~ez ) la base orthonormée directe en coordonnées cartésiennes et (~er , ~eθ , ~ez ) la base orthonormée
directe en coordonnées cylindriques. On note que la première est indépendante de la position du point M
considéré tandis que la deuxième l'est. On a les relations suivantes :
 


 ~er = cos θ.~ex + sin θ.~ey + 0.~ez 

 ~ex = cos θ.~er + (− sin θ).~eθ + 0.~ez

 

~eθ = − sin θ.~ex + cos θ.~ey + 0.~ez et ~ey = sin θ.~er + cos θ.~eθ + 0.~ez (7.68)

 


 

 ~e = 0.~ex + 0.~ey + 1.~ez  ~e = 0.~er + 0.~eθ + 1.~ez
z z

On peut déduire les 9 égalités suivantes, qui seront utiles pour trouver l'expression des opérateurs diérentiels
en coordonnées cylindriques :

∂~er ~ ∂~er ∂~er ~


=0 = ~eθ =0
∂r ∂θ ∂z

∂~eθ ~ ∂~eθ ∂~eθ ~


=0 = −~er =0 (7.69)
∂r ∂θ ∂z

∂~ez ~ ∂~ez ~ ∂~ez ~


=0 =0 =0
∂r ∂θ ∂z

98
7.8. Bilans en coordonnées cylindriques (~er , ~eθ , ~ez )

7.8.1 Produits tensoriels


Nous déclinons ici les dénitions données dans le tableau 7.2 en page 81. Elles ne sont valables qu'en tant
que représentations dans la base (~er , ~eθ , ~ez ).
 
uθ .vz − uz .vθ
 
 
~u ∧ ~v = 
 uz .vr − ur .vz


 
ur .vθ − uθ .vr
 
ur .vr ur .vθ ur .vz
 
 
~u ⊗ ~v = 
 uθ .vr uθ .vθ uθ .vz 

 
uz .vr uz .vθ uz .vz

~u · ~v = ur .vr + uθ .vθ + uz .vz

 
σrr .ur + σrθ .uθ + σrz .uz
 
 
σ · ~u = 
 σθr .ur + σθθ .uθ + σθz .uz


 
σzr .ur + σzθ .uθ + σzz .uz

 
σrr .τrr + σrθ .τθr + σrz .τzr σrr .τrθ + σrθ .τθθ + σrz .τzθ σrr .τrz + σrθ .τθz + σrz .τzz
 
 
σ·τ =
 σθr .τrr + σθθ .τθr + σθz .τzr σθr .τrθ + σθθ .τθθ + σθz .τzθ σθr .τrz + σθθ .τθz + σθz .τzz 

 
σzr .τrr + σzθ .τθr + σzz .τzr σzr .τrθ + σzθ .τθθ + σzz .τzθ σzr .τrz + σzθ .τθz + σzz .τzz

σ : τ = (σrr .τrr + σrθ .τθr + σrz .τzr ) + (σθr .τrθ + σθθ .τθθ + σθz .τzθ ) + (σzr .τrz + σzθ .τθz + σzz .τzz )

7.8.2 Opérateurs diérentiels


Pour établir les expressions des diérents opérateurs en coordonnées cylindriques, on aura besoin d'utiliser
la règle de dérivation des fonctions composées qui s'énonce :
             
∂• ∂r ∂• ∂θ ∂• ∂z ∂•
= . + . + .
∂x y,z ∂x y,z ∂r θ,z ∂x y,z ∂θ r,z ∂x y,z ∂z r,θ

Compte-tenu des expressions de r, θ, z en fonction de x, y, z (voir équations 7.67), cela permet d'obtenir :

∂•
= cos θ. ∂• sin θ ∂•
  
∂r θz − r . ∂θ rz


∂x yz



  
∂• ∂• cos θ ∂• (7.70)
 
∂y = sin θ. ∂r θz
+ r . ∂θ rz

 xz

 ∂• 
 ∂•


∂z xy = ∂z rθ

L'opérateur ∇ en coordonnées cylindriques peut s'obtenir en partant de de son expression en coordonnées


cartésiennes (équation 7.53). On exprime les vecteurs ~ex , ~ey et ~ez en fonction de ~er , ~eθ et ~ez (équations

99
Chapitre 7. Annexes mathématiques

7.68). On utilise ensuite la règle de dérivation des fonctions composées (équations 7.70) et l'on simplie pour
obtenir :      
∂• ~eθ ∂• ∂•
∇• = ~er . + . + ~ez . (7.71)
∂r θz r ∂θ rz ∂z rθ

Le gradient d'un scalaire s est un vecteur. Pour obtenir son expression, la première méthode, lente, consiste
à partir de son expression en coordonnées cartésiennes (équation 7.54 de gauche), à exprimer les vecteurs
~ex , ~ey et ~ez en fonction de ~er , ~eθ et ~ez (équations 7.68) puis à utiliser l'équation 7.70. La deuxième méthode,
rapide, consiste à appliquer l'opérateur ∇ à la grandeur scalaire s :
 
∂s
       ∂r 
∂s 1 ∂s ∂s
.~ez soit
 
∇s = .~er + . .~eθ + ∇s =  1 ∂s
r . ∂θ

∂r θz r ∂θ rz ∂z rθ




∂s
∂z

Le gradient d'un vecteur ~u est un tenseur d'ordre 2. Pour obtenir son expression, la première méthode,
lente, consiste à partir de son expression en coordonnées cartésiennes (équation 7.55 de gauche), à remplacer
les vecteurs ~ex , ~ey et ~ez en fonction de ~er , ~eθ et ~ez (équations 7.68), à exprimer le vecteur ~u sous la forme
ur .~er + uθ .~eθ + uz .~ez puis à utiliser les relations 7.70. La deuxième méthode, plus rapide, consiste à partir de
T
l'égalité générale ∇~u = (∇ ⊗ ~u) . On utilise l'expression 7.71 pour l'opérateur ∇, la dénition du produit
dyadique ⊗ donnée dans le tableau 7.2 et les relations 7.69. On obtient :
 
∂ur 1 ∂ur uθ ∂ur
∂r r ∂θ − r ∂z
 
 
∇~u =  ∂uθ 1 ∂uθ
+ ur ∂uθ 
 ∂r r ∂θ r ∂z 
 
∂uz 1 ∂uz ∂uz
∂r r ∂θ ∂z

La divergence d'un vecteur ~u est un scalaire. Elle s'obtient comme la trace du gradient de ce vecteur :
1 ∂(r.ur ) 1 ∂uθ ∂uz
div ~u = tr (∇~u) = . + . + (7.72)
r ∂r r ∂θ ∂z

La divergence du tenseur τ est le vecteur :


 
1 ∂(rτrr ) 1 ∂τrθ τθθ ∂τrz
r ∂r + r ∂θ − r + ∂z
 
2
div τ =  1 ∂ (r τθr )
 
1 ∂τθθ ∂τθz τrθ −τθr
 r2 ∂r + r ∂θ + ∂z + r


 
1 ∂(rτzr ) 1 ∂τzθ ∂τzz
r ∂r + r ∂θ + ∂z

Le rotationnel d'un vecteur ~u est le vecteur :


 
1 ∂uz ∂uθ
r . ∂θ − ∂z
 
rot ~u = 
 
∂ur ∂uz
 ∂z − ∂r


 h i 
1 ∂(r.uθ ) ∂ur
r. ∂r − ∂θ

Le laplacien d'un scalaire s est le scalaire :


1 ∂2s ∂2s
 
1 ∂ ∂s
∆s = div (∇s) = . r + 2. 2 + 2
r ∂r ∂r r ∂θ ∂z

100
7.8. Bilans en coordonnées cylindriques (~er , ~eθ , ~ez )

Le laplacien d'un vecteur ~u est le vecteur :


   
∂ 1 ∂(r.ur ) 1 ∂ 2 ur ∂ 2 ur 2 ∂uθ
∂r r ∂r + r 2 ∂θ 2 + ∂z 2 − r 2 ∂θ
 
 
∆~u = div (∇~u) =  (7.73)
 
∂ 1 ∂(r.uθ ) 1 ∂ 2 uθ ∂ 2 uθ 2 ∂ur
 ∂r r ∂r + r 2 ∂θ 2 + ∂z 2 + r 2 ∂θ


 
1 ∂ ∂uz 1 ∂ 2 uz ∂ 2 uz

r ∂r r ∂r + r 2 ∂θ 2 + ∂z 2

L'opérateur d'advection appliqué à un scalaire s est :


∂s vθ ∂s ∂s
(~v · ∇) s = vr . + . + vz .
∂r r ∂θ ∂z

L'opérateur d'advection appliqué à un vecteur ~u est :


 

vr . ∂u ∂ur
− uθ + vz . ∂u

∂r + r .
r r
 ∂θ ∂z 
 
(~v · ∇) ~u =  ∂u vθ ∂uθ
+ ur + vz . ∂u

 vr . ∂rθ + r .
θ 
∂θ ∂z 
 
vθ ∂uz
vr . ∂u
∂r +
z
r . ∂θ + vz . ∂u
∂z
z

La dérivée matérielle d'un scalaire s est le scalaire :


Ds ∂s ∂s ∂s vθ ∂s ∂s
= + (~v · ∇) s = + vr . + . + vz .
Dt ∂t ∂t ∂r r ∂θ ∂z

La dérivée matérielle d'un vecteur ~u est le vecteur :


 
∂ur vθ
vr . ∂u ∂ur
− uθ + vz . ∂u

∂t + ∂r +
r
r . ∂θ ∂z
r
 
D~u  ∂uθ

= vr . ∂u vθ ∂uθ
+ ur + vz . ∂u

+ θ
+ r .
θ 
Dt 
 ∂t ∂r ∂θ ∂z 

∂uz vθ ∂uz
∂t + vr . ∂u
∂r +
z
r . ∂θ + vz . ∂u
∂z
z

Le produit doublement contracté d'un tenseur τ d'ordre 2 et du gradient ∇~u s'écrit :

∂uθ
τ : (∇~u) = τrr . ∂u ∂uz
∂r + τrθ . ∂r + τrz . ∂r
r

∂uθ
+ τθr . 1r . ∂u 1 1 ∂uz
 
∂θ − uθ + τθθ . r . ∂θ + ur + τθz . r . ∂θ
r

1 ∂uθ
+ τzr . ∂u ∂uz
∂z + τzθ . r . ∂z + τzz . ∂z
r

7.8.3 Bilan local de masse et de quantité de matière


7.8.3.1 Bilan local de masse
Notation compacte (voir équation 4.15 en page 54) :

∂ρ Dρ
+ div (ρ~v ) = 0 ou bien = −ρ.div ~v
∂t Dt
Notation développée :
 
∂ρ 1 ∂ (rρvr ) 1 ∂ (ρvθ ) ∂ (ρvz ) Dρ 1 ∂ (rvr ) 1 ∂vθ ∂vz
+ + + = 0 ou bien = −ρ. + +
∂t r ∂r r ∂θ ∂z Dt r ∂r r ∂θ ∂z

101
Chapitre 7. Annexes mathématiques

7.8.3.2 Loi de Fick pour la diusion binaire


Notation compacte (voir équation 3.10 en page 43) :

~ di,A = −ρ.DAB .∇ωA


ϕ

Notation développée :
 
∂ωA
 ∂r 
 
~ di,A
ϕ = −ρ.DAB .  1 ∂ωA
r . ∂θ

 
 
∂ωA
∂z

7.8.3.3 Bilan local de quantité de matière


Notation compacte pour mélange binaire A-B avec ρDAB constant et une diusion moléculaire décrite par
la loi de Fick (voir Bird p.851) :
DωA
ρ = ρDAB .∆ωA + rA
Dt
Notation développée :

1 ∂ 2 ωA ∂ 2 ωA
     
∂ωA ∂ωA vθ ∂ωA ∂ωA 1 ∂ ∂ωA
ρ. + vr + + vz = ρDAB . r + 2 + + rA
∂t ∂r r ∂θ ∂z r ∂r ∂r r ∂θ2 ∂z 2

On peut préférer utiliser les fractions molaires xA au lieu des fractions massiques ωA . Pour cela, il sut
N
d'utiliser l'équation précédente en remplaçant (ρ, ωα , ~v , rα ) par respectivement (c, xα , ~v ∗ , Ralpha − xα Rβ )
P
β=1
N
où ~vα est la vitesse de α dans le référentiel xe, ~v ∗ = ~vα la vitesse molaire moyenne, cα la concentration
P
α=1
N
molaire de α, c = cα et Rα le taux volumique de production molaire de α.
P
α=1

7.8.4 Bilan local de quantité de mouvement (cas général)


Notation compacte (voir équation 4.24 en page 57) :
 
∂~v D~v
ρ. + (~v · ∇) ~v = −∇p + div τ + ρ~g ou bien ρ = −∇p + div τ + ρ~g
∂t Dt

Notation développée (sans faire l'hypothèse de la symétrie de τ ) :

vθ2
  h i
1 ∂(rτrr )
ρ ∂vr
∂t + vr ∂v
∂r +
r vθ ∂vr
r ∂θ − r + vz ∂v
∂z
r
= − ∂p
∂r + r ∂r + 1 ∂τrθ
r ∂θ − τθθ
r + ∂τrz
∂z + ρgr
 2

1 ∂ (r τθr )
∂vθ
+ vr ∂v vθ ∂vθ vr vθ
+ vz ∂v = − 1r ∂p 1 ∂τθθ ∂τθz τrθ −τθr

ρ ∂t ∂r +
θ
r ∂θ + r ∂z
θ
∂θ + r2 ∂r + r ∂θ + ∂z + r + ρgθ
h i
1 ∂(rτzr )
∂vz
+ vr ∂v vθ ∂vz
+ vz ∂v = − ∂p 1 ∂τzθ ∂τzz

ρ ∂t ∂r +
z
r ∂θ ∂z
z
∂z + r ∂r + r ∂θ + ∂z + ρgz

Note : si vecteur normal était orienté vers l'intérieur, alors il y aurait un signe "-" devant le deuxième
terme du membre de droite. Par ailleurs, les indices de τ seraient permutés si le tenseur des contraintes était
construit par un assemblage horizontal.

102
7.8. Bilans en coordonnées cylindriques (~er , ~eθ , ~ez )

7.8.5 Tenseur des taux de cisaillement


Notation compacte (voir équations 2.9 en page 23 et 2.15 en page 26) :
T
γ̇ = ∇~v + (∇~v )

Notation développée :

γ̇rr = 2. ∂v
∂r
r

= 1 ∂vθ vr

γ̇θθ 2. r ∂θ + r

γ̇zz = 2. ∂v
∂z
z

γ̇rθ = γ̇θr = 1 ∂vr


r ∂θ − vθ
r + ∂vθ
∂r

γ̇θz = γ̇zθ = 1 ∂vz


r ∂θ + ∂vθ
∂z

γ̇zr = γ̇rz = ∂vz


∂r + ∂vr
∂z

7.8.6 Tenseur des contraintes de cisaillement pour un uide newtonien


Notation compacte (d'après les équations 3.14 en 44 et 2.15 en page 26 ) :
 
2
τ = µ.γ̇ + κ − µ .div ~v .I
3

Notation développée :

= ∂r + κ − 3 µ .div ~
µ. 2 ∂v 2
 r 
τrr v
1 ∂(rvr )
= µ. 2 r ∂θθ + vrr + κ − 32 µ .div ~v avec div ~v =
 1 ∂v   1 ∂vθ ∂vz
τθθ r ∂r + r ∂θ + ∂z

= ∂z + κ − 3 µ .div ~
µ. 2 ∂v 2
 z 
τzz v

= = µ. 1r ∂v vθ ∂vθ
 
τrθ τθr ∂θ − r + ∂r
r

= = µ. ∂v 1 ∂vz
 
τθz τzθ ∂z + r ∂θ
θ

= = µ. ∂v ∂vr
 z 
τzr τrz ∂r + ∂z

7.8.7 Bilan local de quantité de mouvement (équation de Navier-Stokes)


Notation compacte (voir équation 4.29 en page 57) pour un uide incompressible et newtonien de viscosité
constante :
D~v
ρ. = ρ~g − ∇p + µ.∆~v
Dt
Notation développée :

v2 1 ∂ 2 vr ∂ 2 vr
     
∂vr ∂vr vθ ∂vr ∂vr ∂p ∂ 1 ∂ 2 ∂vθ
ρ + vr + − θ + vz =− +µ (rvr ) + 2 − + + ρgr
∂t ∂r r ∂θ r ∂z ∂r ∂r r ∂r r ∂θ2 r2 ∂θ ∂z 2

103
Chapitre 7. Annexes mathématiques

1 ∂ 2 vθ ∂ 2 vθ
     
∂vθ ∂vθ vθ ∂vθ vr vθ ∂vθ 1 ∂p ∂ 1 ∂ 2 ∂vr
ρ + vr + + + vz =− +µ (rvθ ) + 2 + + +ρgθ
∂t ∂r r ∂θ r ∂z r ∂θ ∂r r ∂r r ∂θ2 r2 ∂θ ∂z 2

1 ∂ 2 vz ∂ 2 vz
     
∂vz ∂vz vθ ∂vz ∂vz ∂p 1 ∂ ∂vz
ρ + vr + + vz =− +µ r + 2 + + ρgz
∂t ∂r r ∂θ ∂z ∂z r ∂r ∂r r ∂θ2 ∂z 2

7.8.8 Bilan local d'énergie


7.8.8.1 Equation de la chaleur (cas général)
Notation compacte (voir équation 4.50 en page 63) :
 
DT ∂ ln ρ Dp
ρc̄p . = −div ~q + τ T : (∇~v ) − .
Dt ∂ ln T p Dt

Notation développée :
     
∂T ∂T vθ ∂T ∂T 1 ∂(r.qr ) 1 ∂qθ ∂qz ∂ ln ρ Dp
ρc̄p . + vr + + vz =− + + + τ T : (∇~v ) − .
∂t ∂r r ∂θ ∂z r ∂r r ∂θ ∂z ∂ ln T p Dt
avec :
∂uθ
τ T : (∇~u) = τrr . ∂u ∂uz
∂r + τθr . ∂r + τzr . ∂r
r

∂uθ
+ τrθ . 1r . ∂u 1 1 ∂uz
 
∂θ − uθ + τθθ . r . ∂θ + ur + τzθ . r . ∂θ
r

1 ∂uθ
+ τrz . ∂u ∂uz
∂z + τθz . r . ∂z + τzz . ∂z
r

et :
Dp ∂p ∂p vθ ∂p ∂p
≡ + vr + + vz
Dt ∂t ∂r r ∂θ ∂z

7.8.8.2 Loi de Fourier pour la diusion de chaleur


Notation compacte (voir équation 3.9 en page 42) :

~q = −λ.∇T

Notation développée :
 
∂T
 ∂r 
 
~q = −λ.  1 ∂T
r . ∂θ

 
 
∂T
∂z

7.8.8.3 Equation de la chaleur (uide newtonien incompressible)


Notation compacte pour un uide incompressible et newtonien de viscosité µ constante, une diusion de
chaleur obéissant à la loi de Fourier et une conductivité thermique λ constante (voir équation 4.50 en page
63) :
DT 1 XX 2
ρc̄p . = λ∆T + µ.Φ avec Φ ≡ . γ̇
Dt 2 i j ij

Notation développée :

1 ∂2T ∂2T
     
∂T ∂T vθ ∂T ∂T 1 ∂ ∂T
ρc̄p . + vr + + vz = λ. r + 2 2 + + µ.Φ
∂t ∂r r ∂θ ∂z r ∂r ∂r r ∂θ ∂z 2

104
7.8. Bilans en coordonnées cylindriques (~er , ~eθ , ~ez )

où la fonction de dissipation Φ pour un uide newtonien quelconque 5 s'exprime par :


h 2 2 i
∂vr 2 1 ∂vθ
+ vrr + ∂v

Φ = 2 ∂r + r ∂θ ∂z
z

1 ∂vr 2
2  ∂vr ∂vz 2 2

+ r ∂θ + r ∂θ + ∂v − 23 . [div ~v ]
 ∂    1 ∂vz 
+ r ∂r r ∂z
θ
+ ∂z + ∂r

et
1 ∂(r.vr ) 1 ∂vθ ∂vz
div ~v = . + . +
r ∂r r ∂θ ∂z

5. Voir l'ouvrage de Bird et al. , page 82.

105
Chapitre 7. Annexes mathématiques

7.9 Bilans en coordonnées sphériques (~er , ~eθ , ~eφ)


La position d'un point M dans l'espace est caractérisée par le triplet (r, θ, φ) où r est appelé rayon ou module,
θ l'angle polaire, la colatitude (angle complémentaire de la latitude) ou le zénith et φ l'azimut ou la longitude.

Pour passer des coordonnées sphériques aux coordonnées cartésiennes, on utilise :


 
p
r(x,y,z) = x2 + y 2 + z 2

 x(r,θ,z) = r. sin θ. cos φ
 






   √ 
x2 +y 2
y(r,θ,z) = r sin θ. sin φ et réciproquement z
θ(x,y,z) = arccos √ 2 2 2 = arctan z

 
 x +y +z

 

= arctan xy

 z(r,θ,z) = r. cos θ  φ

(x,y,z)

En utilisant la règle de dérivation des fonctions composées, on peut dériver la grandeur • avec :
  
∂• cos θ. cos φ sin φ
sin θ. cos φ. ∂• ∂• ∂
  
= + . − .


∂x ∂r θφ r ∂θ rφ r. sin θ ∂φ
  yz

  rθ


∂• ∂• cos θ. sin φ ∂• cos φ ∂•
 
∂y = sin θ. sin φ. ∂r θφ + r . ∂θ rφ + r. sin θ . ∂φ

 xz rθ


 ∂•  ∂•
 sin θ ∂•


∂z xy = cos θ. ∂r θφ − r . ∂θ rφ

On note (~ex , ~ey , ~ez ) la base orthonormée directe en coordonnées cartésiennes et (~er , ~eθ , ~eφ ) la base orthonor-
mée directe en coordonnées sphériques. On note que la première est indépendante de la position du point M
considéré tandis que la deuxième l'est. On a les relations suivantes :
 


 ~er = sin θ. cos φ.~
e x + sin θ. sin φ.~e y + cos θ.~
e z


 ~ex = sin θ. cos φ.~er + cos θ. cos φ.~eθ − sin φ.~eφ

 

~eθ = cos θ. cos φ.~ex + cos θ. sin φ.~ey − sin θ.~ez et ~ey = sin θ. sin φ.~er + cos θ. sin φ.~eθ + cos φ.~eφ

 


 

 ~e = − sin φ.~e + cosφ.~e + 0.~e  ~e = cos θ.~e − sin θ.~e + 0.~e
φ x y z z r θ φ

Le premier système ci-dessus permet d'écrire :


∂~er ~ ∂~er ∂~er
=0 = ~eθ = sin θ.~eφ
∂r ∂θ ∂φ

∂~eθ ~ ∂~eθ ∂~eθ


=0 = −~er = cos θ.~eφ
∂r ∂θ ∂φ

∂~eφ ~ ∂~eφ ~ ∂~eφ


=0 =0 = − sin θ.~er − cos θ.~eθ
∂r ∂θ ∂φ

106
7.9. Bilans en coordonnées sphériques (~er , ~eθ , ~eφ )

7.9.1 Opérateurs diérentiels


Pour établir l'expression de l'opérateur ∇ en coordonnées cylindriques, on peut utiliser son expression en
coordonnées cartésiennes ∇• = ~ex . ∂x ∂• ∂•
+ ~ey . ∂y ∂•
+ ~ez . ∂z (voir équation ...) et exprimer les vecteurs ~ex , ~ey et
~ez en fonction de ~er , ~eθ et ~eφ puis chacune des dérivées partielles selon x, y, z par l'expression adéquate en
fonction des dérivées partielles selon r, θ, φ. Après simplication, on obtient :
     
∂• 1 ∂• 1 ∂•
∇• = ~er + . ~eθ + . ~eφ
∂r θφ r ∂θ rφ r sin θ ∂φ rθ

Le gradient d'un scalaire s est le vecteur :


 
∂s
       ∂r 
∂s 1 ∂s 1 ∂s
(7.74)
 
∇s = .~er + . .~eθ + . .~eφ =  1 ∂s
r . ∂θ

∂r θφ r ∂θ rφ r. sin θ ∂φ rθ




1 ∂s
r. sin θ . ∂φ

Le gradient d'un vecteur ~u est le tenseur d'ordre 2 :


 
∂ur 1 ∂ur uθ 1 ∂ur uφ
∂r r ∂θ − r r. sin θ . ∂φ − r
 
 
∇~u =  ∂uθ 1 ∂uθ ur 1 ∂uθ uφ cos θ
 ∂r r ∂θ + r r. sin θ . ∂φ − r . sin θ


 
∂uφ 1 ∂uφ 1 ∂uφ ur uθ cos θ
∂r r ∂θ r. sin θ . ∂φ + r + r . sin θ

La divergence d'un vecteur ~u est le scalaire :


1 ∂(r2 .ur ) 1 ∂(uθ sin θ) 1 ∂uφ
div ~u = 2
. + . + .
r ∂r r. sin θ ∂θ r. sin θ ∂φ
La divergence du tenseur τ est le vecteur :
 
∂τrr 1 ∂τrθ 1 ∂τrφ 1
∂r + r ∂θ + r. sin θ ∂φ + r . (2τrr − τθθ − τφφ + τrθ . cot θ)
 
div τ = 
 
∂τθr 1 ∂τθθ 1 ∂τθφ 1
 ∂r + r ∂θ + r. sin θ ∂φ + r . (3τrθ + (τθθ − τφφ ). cot θ) 

 
∂τφr 1 ∂τφθ 1 ∂τφφ
∂r + r ∂θ + r. sin θ ∂φ + 1r . (3τrφ + 2.τθφ . cot θ)

Le rotationnel d'un vecteur ~u est le vecteur :


 h i 
1 ∂(uφ sin θ) ∂uθ
r sin θ . ∂θ − ∂φ
 
h i 
rot ~u = ∇ ∧ ~u = 

1 1 ∂ur ∂(ruφ )
 r. sin θ . ∂φ − ∂r


 h i 
1 ∂(r.uθ ) ∂ur
r. ∂r − ∂θ

Le laplacien d'un scalaire s est le scalaire :


∂2s
   
1 ∂ ∂s 1 ∂ ∂s 1
∆s = . r2 . + . sin θ + 2 .
r2 ∂r ∂r r2 . sin θ ∂θ ∂θ r2 . sin θ ∂φ2
Le laplacien d'un vecteur ~u est le vecteur :
 h i 
∂u
∆ur − ur + sin1 θ . ∂(uθ∂θ
2
r2 .
. sin θ)
+ sin1 θ . ∂φφ
 
h i
∆~u = div (∇~u) =  (7.75)
 
vθ cot θ ∂uφ
 ∆uθ + r22 . ∂u ∂θ − 2. sin2 θ − sin θ . ∂φ
r 

 h i 
∂uθ uφ
∆uφ + r2 . 2sin θ . ∂u∂φ
r
+ cot θ. ∂φ − 2 sin θ

107
Chapitre 7. Annexes mathématiques

L'opérateur d'advection appliqué à un scalaire s est le scalaire :


∂s vθ ∂s vφ ∂s
(~v · ∇) s = vr . + . + .
∂r r ∂θ r sin θ ∂φ

L'opérateur d'advection appliqué à un vecteur ~u est le vecteur :


   

∂ur
+ vrθ ∂ur ∂ur
 
v − uθ + r sin − uφ . sin θ
 r ∂r ∂θ θ ∂φ 
   
(~v · ∇) ~u =  ∂u vφ
+ vrθ ∂uθ ∂uθ
 
 vr ∂rθ ∂θ + ur + r sin θ ∂φ − uφ . cos θ 

       
∂u ∂uφ v
vr ∂rφ + vrθ ∂θ
φ
+ r sin θ
∂uθ
∂φ + ur . sin θ + uθ cos θ

La dérivée matérielle d'un scalaire s est le scalaire :


Ds ∂s ∂s vθ ∂s vφ ∂s
= + vr . + . + .
Dt ∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ

La dérivée matérielle d'un vecteur ~u est le vecteur :


   
v
∂ur ∂ur
+ vrθ ∂ur ∂ur
  φ
∂t +vr ∂r ∂θ − uθ + r sin θ ∂φ − uφ . sin θ
 
D~u  ∂uθ ∂uθ vφ
  
= + vrθ ∂uθ ∂uθ
 
+vr + ur + r sin − uφ . cos θ 
Dt 
 ∂t ∂r ∂θ θ ∂φ 
      
∂uφ ∂uφ ∂uφ v
∂t +vr ∂r + vrθ ∂θ
φ
+ r sin θ
∂uθ
∂φ + ur . sin θ + uθ cos θ

Le produit doublement contracté d'un tenseur τ d'ordre 2 et du gradient ∇~u s'écrit :

∂uθ ∂u
τ : (∇~u) = τrr ∂u
∂r + τrθ ∂r + τrφ ∂r
r φ

uθ ∂u
+ τθr 1r ∂u + τθθ 1r ∂u ur
+ τθφ 1r ∂θφ
 
∂θ − r ∂θ + r
r θ

     
1 ∂ur uφ 1 ∂uθ uφ cos θ 1 ∂uφ ur uθ cos θ
+ τφr r. sin .
θ ∂φ − r + τφθ .
r. sin θ ∂φ − .
r sin θ + τφφ r. sin θ . ∂φ + r + r . sin θ

7.9.2 Bilan local de masse et de quantité de matière


7.9.2.1 Bilan local de masse
Notation compacte (voir équation 4.15 en page 54) :

∂ρ Dρ
+ div (ρ~v ) = 0 ou bien = −ρ.div ~v
∂t Dt

Notation développée :

∂ρ 1 ∂ r2 ρvr 1 ∂ (ρvθ sin θ) 1 ∂ρvφ
+ 2 + + =0
∂t r ∂r r sin θ ∂θ r sin θ ∂φ

ou bien
"  #
Dρ 1 ∂ r 2 vr 1 ∂ (vθ sin θ) 1 ∂vφ
= −ρ. 2 + +
Dt r ∂r r sin θ ∂θ r sin θ ∂φ

108
7.9. Bilans en coordonnées sphériques (~er , ~eθ , ~eφ )

7.9.2.2 Loi de Fick pour la diusion binaire


Notation compacte (voir équation 3.10 en page 43) :

~ di,A = −ρ.DAB .∇ωA


ϕ

Notation développée :
 
∂ωA
 ∂r 
 
~ di,A
ϕ = −ρ.DAB .  1 ∂ωA
r . ∂θ

 
 
1 ∂ωA
r. sin θ . ∂φ

7.9.2.3 Bilan local de quantité de matière


Notation compacte pour mélange binaire A-B avec ρDAB constant et une diusion moléculaire décrite par
la loi de Fick (voir Bird p.851) :
DωA
ρ = ρDAB .∆ωA + rA
Dt
Notation développée :

∂ 2 ωA
       
∂ωA ∂ωA vθ ∂ωA vφ ∂ωA 1 ∂ ∂ωA 1 ∂ ∂ωA 1
ρ. + vr + + = ρDAB . 2 r2 + 2 sin θ + 2 2 +rA
∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ r ∂r ∂r r sin θ ∂θ ∂θ r sin θ ∂φ2

On peut préférer utiliser les fractions molaires xA au lieu des fractions massiques ωA . Pour cela, il sut
N
d'utiliser l'équation précédente en remplaçant (ρ, ωα , ~v , rα ) par respectivement (c, xα , ~v ∗ , Ralpha − xα Rβ )
P
β=1
N
où ~vα est la vitesse de α dans le référentiel xe, ~v ∗ = ~vα la vitesse molaire moyenne, cα la concentration
P
α=1
N
molaire de α, c = cα et Rα le taux volumique de production molaire de α.
P
α=1

7.9.3 Bilan local de quantité de mouvement (cas général)


Notation compacte (voir équation 4.24 en page 57) :
 
∂~v D~v
ρ. + (~v · ∇) ~v = −∇p + div τ + ρ~g ou bien ρ = −∇p + div τ + ρ~g
∂t Dt

Notation développée (sans faire l'hypothèse de la symétrie de τ ) :


!
∂vr ∂vr vθ ∂vr vφ ∂vr vθ2 + vφ2
ρ + vr + + −
∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ r
 
∂p 1 ∂ 1 ∂ 1 ∂τrφ τθθ + τφφ
r2 τrr +

=− + 2 (τrθ sin θ) + − + ρgr
∂r r ∂r r sin θ ∂θ r sin θ ∂φ r

!
∂vθ ∂vθ vθ ∂vθ vφ ∂vθ vr vθ − vφ2 cot θ
ρ + vr + + +
∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ r
 
1 ∂p 1 ∂ 1 ∂ 1 ∂τθφ (τrθ − τθr ) − τφφ cot θ
r3 τθr +

=− + 3 (τθθ sin θ) + + + ρgθ
r ∂θ r ∂r r sin θ ∂θ r sin θ ∂φ r

109
Chapitre 7. Annexes mathématiques

 
∂vφ ∂vφ vθ ∂vφ vφ ∂vφ vr vφ + vφ vθ cot θ
ρ + vr + + +
∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ r
 
1 ∂p 1 ∂ 3
 1 ∂ 1 ∂τφφ (τrφ − τφr ) + τθφ cot θ
=− + 3 r τφr + (τφθ sin θ) + + + ρgφ
r sin θ ∂φ r ∂r r sin θ ∂θ r sin θ ∂φ r

Note : si vecteur normal était orienté vers l'intérieur, alors il y aurait un signe "-" devant le deuxième
terme du membre de droite. Par ailleurs, les indices de τ seraient permutés si le tenseur des contraintes était
construit par un assemblage horizontal.

7.9.4 Tenseur des taux de cisaillement


Notation compacte (voir équations 2.9 en page 23 et 2.15 en page 26) :
T
γ̇ = ∇~v + (∇~v )
Notation développée :

γ̇rr = 2. ∂v
∂r
r

= 1 ∂vθ vr

γ̇θθ 2. r ∂θ + r
 
∂vφ
γ̇φφ = 2. 1
r. sin θ . ∂φ + vr +vθ cot θ
r

= = ∂ vθ 1 ∂vr

γ̇rθ γ̇θr r ∂r r + r ∂θ
vφ 
γ̇θφ = γ̇φθ = sin θ ∂
r ∂θ sin θ + 1 ∂vθ
r sin θ ∂φ
vφ 
γ̇φr = γ̇rφ = ∂
r ∂r r + 1 ∂vr
r sin θ ∂φ

7.9.5 Tenseur des contraintes de cisaillement pour un uide newtonien


Notation compacte (d'après les équations 3.14 en 44 et 2.15 en page 26) :
 
2
τ = µ.γ̇ + κ − µ .div ~v .I
3
Notation développée :

= ∂r + κ − 3 µ .div ~
µ. 2 ∂v 2
 r 
τrr v

= µ. 2 r ∂θ + vrr + κ − 23 µ .div ~v
 1 ∂vθ  
τθθ
h  i
∂vφ
= 1 vr +vθ cot θ
+ κ − 32 µ .div ~v

τφφ µ. 2 r sin θ ∂φ + r

= =
 ∂ vθ  1 ∂vr 
τrθ τθr µ. r ∂r r + r ∂θ
h i
vφ 
τθφ = τφθ = µ. sinr θ ∂θ
∂ 1
sin θ + r sin θ ∂φ
∂vθ

h i
vφ 
τφr = τrφ = 1
µ. r sin ∂vr
θ ∂φ + r ∂
∂r r

avec :
1 ∂(r2 .vr ) 1 ∂(vθ sin θ) 1 ∂vφ
div ~v = . + . + .
r2 ∂r r. sin θ ∂θ r. sin θ ∂φ

110
7.9. Bilans en coordonnées sphériques (~er , ~eθ , ~eφ )

7.9.6 Bilan local de quantité de mouvement (équation de Navier-Stokes)


Notation compacte (voir équation 4.29 en page 57) pour un uide incompressible et newtonien de viscosité
constante :
D~v
ρ. = ρ~g − ∇p + µ.∆~v
Dt
Notation développpée :
!
∂vr ∂vr vθ ∂vr vφ ∂vr vθ2 + vφ2
ρ + vr + + −
∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ r

1 ∂2 ∂ 2 vr
   
∂p 1 ∂ ∂vr 1
+ µ 2 2 r 2 vr + 2

=− sin θ + 2 2 + ρgr
∂r r ∂r r sin θ ∂θ ∂θ r sin θ ∂φ2

!
∂vθ ∂vθ vθ ∂vθ vφ ∂vθ vr vθ − vφ2 cot θ
ρ + vr + + +
∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ r

∂ 2 vθ
     
1 ∂p 1 ∂ ∂vθ 1 ∂ 1 ∂ 1 2 ∂vr 2 cos θ ∂vφ
=− +µ 2 r2 + 2 (vθ sin θ) + 2 2 + − + ρgθ
r ∂θ r ∂r ∂r r ∂θ sin θ ∂θ r sin θ ∂φ2 r2 ∂θ r2 sin2 θ ∂φ

 
∂vφ ∂vφ vθ ∂vφ vφ ∂vφ vr vφ + vφ vθ cot θ
ρ + vr + + +
∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ r

∂ 2 vφ
     
1 ∂p 1 ∂ 2 ∂vφ 1 ∂ 1 ∂ 1 2 ∂vr 2 cos θ ∂vθ
=− +µ 2 r + 2 (vφ sin θ) + 2 2 + 2 + 2 2 +ρgφ
r sin θ ∂φ r ∂r ∂r r ∂θ sin θ ∂θ r sin θ ∂φ2 r sin θ ∂φ r sin θ ∂φ

7.9.7 Bilan local d'énergie


7.9.7.1 Equation de la chaleur (cas général)
Notation compacte (voir équation 4.50 en page 63) :
 
DT ∂ ln ρ Dp
ρc̄p . = −div ~q + τ T : (∇~v ) − .
Dt ∂ ln T p Dt

Notation développée :

1 ∂(r2 .qr )
     
∂T ∂T vθ ∂T vφ ∂T 1 ∂ 1 ∂qφ T ∂ ln ρ D
ρc̄p . + vr + + =− 2
+ (q θ . sin θ) + +τ : (∇~
v )− .
∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ r ∂r r sin θ ∂θ r sin θ ∂φ ∂ ln T p

avec :

∂vθ ∂v
τ T : (∇~v ) = τrr ∂v
∂r + τθr ∂r + τφr ∂r
r φ

vθ 1 ∂vθ 1 ∂vφ
+ τrθ 1r ∂v vr
 
∂θ − r + τθθ r ∂θ + r + τφθ r ∂θ
r

     
1 ∂vr vφ 1 ∂vθ vφ cos θ 1 ∂vφ vr vθ cos θ
+ τrφ r. sin .
θ ∂φ − r + τ θφ .
r. sin θ ∂φ − .
r sin θ + τφφ r. sin θ . ∂φ + r + r . sin θ

et :
Dp ∂p ∂p vθ ∂p vφ ∂p
≡ + vr + +
Dt ∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ

111
Chapitre 7. Annexes mathématiques

7.9.7.2 Loi de Fourier pour la diusion de chaleur


Notation compacte (voir équation 3.9 en page 42) :

~q = −λ.∇T

Notation développée :
 
∂T
 ∂r 
 
~q = −λ.  1 ∂T
r . ∂θ

 
 
1 ∂T
r. sin θ . ∂φ

7.9.7.3 Equation de la chaleur (uide newtonien incompressible)


Notation compacte pour un uide incompressible et newtonien de viscosité µ constante, une diusion de
chaleur obéissant à la loi de Fourier et une conductivité thermique λ constante (voir équation 4.50 en page
63) :
DT 1 XX 2
ρc̄p . = λ∆T + µ.Φ avec Φ ≡ . γ̇
Dt 2 i j ij

Notation développée :

∂2T
       
∂T ∂T vθ ∂T vφ ∂T 1 ∂ ∂T 1 ∂ ∂T 1
ρc̄p . + vr + + = λ. 2 r2 + 2 sin θ + 2 2 +µ.Φ
∂t ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ r ∂r ∂r r sin θ ∂θ ∂θ r sin θ ∂φ2
avec :
  2 
∂vr 2 1 ∂vθ vr 2 1 ∂vφ vr +vθ cot θ
 
Φ = 2 ∂r + r ∂θ + r + r sin θ ∂φ + r
h i2 h i2
vθ 1 ∂vr 2 vφ  ∂vθ ∂vr vφ 
 ∂   sin θ ∂ 1 1 ∂
+ r ∂r r + r ∂θ + r ∂θ sin θ + r sin θ ∂φ + r sin θ ∂φ + r ∂r r

− 23 div ~v

où la fonction de dissipation Φ pour un uide newtonien quelconque 6 s'exprime par :

1 ∂(r2 .vr ) 1 ∂(vθ sin θ) 1 ∂vφ


div ~v = 2
. + . + .
r ∂r r. sin θ ∂θ r. sin θ ∂φ

6. Voir l'ouvrage de Bird et al. , page 82.

112
7.10. Ressources documentaires

7.10 Ressources documentaires


7.10.1 Livres
Computational Fluid Dynamics. John Anderson, McGraw-Hill Education, 1 févr. 1995, 547 pages.
https://books.google.fr/books?id=dJceAQAAIAAJ et aussi un lien de consultation PDF

Introduction to Fluid Mechanics. Philip J. Pritchard et John W. Mitchell, Wiley, 8th Edition, 12 mars
2015, 672 pages. https://books.google.fr/books?id=vXu5BwAAQBAJ

Hydrodynamique physique. Étienne Guyon, Jean-Pierre Hulin et Luc Petit, EDP Sciences, 3ème édi-
tion, septembre 2012, 724 pages. https://laboutique.edpsciences.fr/produit/595/9782759808939/
Hydrodynamique%20physique

Transport Phenomena. R. Byron Bird, Warren E. Stewart, Edwin N. Lightfoot, John Wiley & Sons,
Revised 2nd edition, 2007, 905 pages. https://books.google.fr/books?id=L5FnNlIaGfcC
Lien Google vers le livre de Bird, Lightfoot et Stewart (2nd edition)

Transferts de chaleur. Lienhard livre au format pdf


Mise à jour : http://web.mit.edu/lienhard/www/ahtt.html

7.10.2 Polycopiés, fascicules


Le calcul tensoriel et diérentiel : outil mathématique pour la physique des milieux continus.
E. Plaut, Mines Nancy, 2018, 78 pages. Polycopié au format pdf
Mise à jour : http://emmanuelplaut.perso.univ-lorraine.fr/mmc/polct.pdf

Visualisation des écoulements. National Committee for uid mechanics lms, Flow visualization, S.J.
Kline, Stanford University
www.emse.fr/~bonnefoy/Public/MFTVideos/FlowVisualizationShapiro.pdf

7.10.3 Vidéos
Série de lms de Shapiro. Ascher Shapiro, National Committee for Fluid Mechanics Films, 1961, 547
pages. http://web.mit.edu/hml/ncfmf.html

Visualisation des écoulements. Ascher Shapiro, 1961. Extrait de 8 minutes. www.emse.fr/~bonnefoy/


Public/MFTVideos/FlowVisualizationShapiroLight.mp4

Ressaut hydraulique. Société Unit Parktech AG. http://www.emse.fr/~bonnefoy/Public/MFTVideos/


SurfOnHydraulicJump.mp4

7.10.4 Sites webs


Dérivées totale et particulaire, théorème de transport de Reynolds.Wikipedia https://fr.m.
wikipedia.org/wiki/Concepts_de_base_en_th%C3%A9orie_des_milieux_continus

7.10.5 Tutoriels
Beginner's guide to aeronautics. Site web de la NASA https://www.grc.nasa.gov/www/k-12/airplane/
bga.html

113
Chapitre 7. Annexes mathématiques

114
Chapitre 8

Méthodologie et formulaire

115
Chapitre 8. Méthodologie et formulaire

Pour répondre à une question de Mécanique des Fluides et Transferts, on peut s'inspirer de la méthodologie
suivante, en l'adaptant aux spécicités du problème étudié :

Méthodologie
1. dénir le système étudié et son état initial
• dénir sans ambiguïté un volume de contrôle Ω par sa frontière ∂Ω avec l'environnement
(gure 4.1 en page 52). En particulier, bien clarier si cette frontière est immobile, advectée
par le uide ou bouge de manière dé-corrélée du uide (gure 5.2 en page 70).
• dénir les conditions aux limites (page 63)
• dénir l'état initial du système
• identier la nature de l'information recherchée : locale (chapitre 4) ou macroscopique
(chapitre 5)

2. poser les équations


• recenser les phénomènes physiques à l'oeuvre
• établir les bilans des grandeurs extensives pertinentes
 bilan de masse (local page 54 et global page 71) : nécessaire si uide en mouvement,
calcul de débit
 bilan de quantité de mouvement (local page 57 et global page 72) ou bilan d'énergie
cinétique (local page 61) : nécessaire si uide en mouvement, calcul de forces
 bilan d'énergie totale (local page 62 et global page 72) ou bilan d'enthalpie (local page
63) : nécessaire si calcul de ux thermique et de température
• écrire les équations constitutives (=spéciques au matériau) :
 masse volumique (page 39) : compressibilité (κ, M a), dilatabilité (α)
 quantité de mouvement (page 43) : loi rhéologique (τ (γ̇))
 énergie (page 42) : conduction de chaleur (c̄p , λ)
 quantité de matière : diusion d'espèces dans un mélange
• simplier avec l'aide de l'analyse dimensionnelle
 compressible/incompressible (page 47) : nombre de Mach (éq. 3.17)
 laminaire/turbulent (page 47) : nombre de Reynolds (éq. 3.18)
 uide newtonien/complexe/parfait (page 43)

3. résoudre mathématiquement
• identier les invariances (pour chaque grandeur successivement) :
 invariance temporelle : stationnaire/instationnaire
 invariance par translation selon une direction de l'espace
 invariance par rotation autour d'un axe ou d'un point
 invariance par retournement autour d'un plan
• choisir le système de coordonnées pertinents : cartésien, cylindrique ou sphérique
• choisir un volume élémentaire qui simplie la résolution mathématique tout en capturant la
physique intéressante
• tenir compte des conditions aux limites

116
MASSE QUANTITE DE ENERGIE ENERGIE
MOUVEMENT MECANIQUE INTERNE

Eq. de continuité Eq. de Cauchy Bilan d'énergie mécanique Bilan d'énergie interne
(4.15 page 54) (4.24 page 57) (4.37 page 60) (4.46 page 62)
Dρ v m ū
= −ρ.div ~v ρ D~ = ρ~g + div σ ρ Dē = [div τ − ∇p] .~v ρD = −div ~q + σ T : (∇~v )
Dt Dt Dt Dt

ρ cst.
ρ cst µ cst. ep =cst h̄ ≡ ū+ ρp
Fluide newt.

Bilan d'énergie cinétique Bilan d'enthalpie


Isovolume Eq. de Navier-Stokes
(4.34 page 59) (4.49 page 63)
(4.16 page 54) (4.29 page 57)
c h̄
v ρ Dē
Dt
= ρD
Dt
= −div ~q +
div ~v = 0 ρ. D~ = ρ~g − ∇p + µ.∆~v
Dt [div τ − ∇p + ρ~g ] .~v T
τ : (∇~v ) + Dp
Dt

Fluide parf.
Re = 0 Fluide no phase
parfait ρ cst. change
stat.
stat.

Eq. de la chaleur
Eq. de Stokes Eq. d'Euler Th. de Bernoulli
(4.50 page 63)
(4.31 page 58) (4.30 page 58) (4.41 page 61)
v 1 ρc̄p . DT
Dt
= −div ~q + τ T :
ρ~g − ∇p + µ.∆~v = ~0 ρ. D~ = ρ~g − ∇p ρv 2 + p + ρgz = cst. ln ρ
 Dp
Dt 2 (∇~v ) − ∂∂ ln .
T p Dt

117
Chapitre 8. Méthodologie et formulaire

Formulaire
Cinématique
 h i h i
T ∂vj


 d ≡ 1
2. ∇~v + (∇~v ) soit dij ≡ 21 . ∂vi
∂xj + ∂xi


∇~v = d + r avec p. 23


 h i h i
T ∂vj
1
soit rij ≡ 21 . ∂vi

 r ≡ 2. ∇~v − (∇~v ) ∂xj − ∂xi

~ ≡ 1 .rot ~v = ω
Ω ~ et ~ ∧ d~x
r.d~x = Ω p. 24
2

d ≡ dexp + dcis avec dexp ≡ Trace


3
(d)
.I et Trace(d) = div ~v = 1 dV
V . dt = −1 dρ
ρ . dt p. 26
∂vj
γ̇ ≡ 2.d et donc γ̇ij = ∂vi
∂xj + ∂xi p. 26

Contraintes

Le terme σij .dS est la composante selon la direction ~ei de la force dF~

qu'exerce l'environnement extérieur sur un volume de matière p. 31

à travers l'élément de surface d'aire dS et de normale sortante de direction ~ej .


−Trace(σ)
p≡ 3 p. 32

σ ≡ τ − p.I p. 32

Divers
  
 α≡ −1 ∂ρ
ρ .

∂T

ρ = −α.dT + κT .dp avec  
p p. 39
 κ ≡ 1 . ∂ρ

T ρ ∂p
r T
 q
vs ≡ ∂p
∂ρ = 1
ρ.κS et κT = γ.κS p. 41
S

118
Index
Approximation thermo-élastique, 39
de Boussinesq, 40 Colburn-Schlichting (corrélation de), 77
unidimensionnelle, 69 Colebrook (corrélation de), 76
Assemblage horizontal/vertical, 83 Compressibilité
adiabatique κS , 39, 47
Bernoulli (théorème de), 61, 74 isotherme κT , 39, 47
Bilan Conditions aux limites, 63
forme générale, 51 chimiques, 65
Bilan local de Dirichlet, 64
d'énergie cinétique, 59 de Neumann, 64
d'énergie interne, 62 de Robin, 64
d'énergie mécanique, 60, 61 mécaniques, 64
d'énergie potentielle, 60 thermiques, 65
d'enthalpie, 63 Conductivité thermique λ, 42
de masse, 53, 54 Constituant, 53, 54
de quantité de matière, 54 Continuité (équation de), 54
de quantité de mouvement, 56, 57, 86 Contraintes
forme générale, 53 eective de von Mises, 33
Bilan macroscopique de cisaillement τ , 32
d'énergie, 72 pression hydrostatique p, 32
d'énergie mécanique, 74 tenseur σ des, 30
de masse, 71 vecteur-contrainte T~ , 30
de quantité de mouvement, 71 Convention
forme générale, 70 de sommation d'Einstein, 79
Bond (nombre de), 11 sur la normale entrante/sortante, 31, 51, 83
Boussinesq (approximation de), 40 sur le tenseur des contraintes, 83
Corrélation
Capacité calorique cp et cv , 40 de Churchill et Rose, 77
Capillaire (nombre), 11 de Colburn-Schlichting, 77
Cauchy de Colebrook, 76
équation de, 56, 57 de Dittus et Boelter, 77
tenseur des contraintes σ ), 30 de Haaland, 76
tenseur des contraintes de, 30 de Morrisson, 77
Champ de vitesse, 20, 23 de Newton, 77
Churchill et Rose (corrélation de), 77 de Schiller et Nauman, 77
Cisaillement, 26 de Sieder et Tate, 77
Coecient Couple de forces, 86
adiabatique γ , 40 Courant
d'échange de chaleur h, 65 ligne de, 61
de compressibilité κ, 39 tube de, 21
de diusion moléculaire, 43 Courant (ligne de), 21
de dilatation α, 39 Courbe maîtresse, 5
de perte de charge de Darcy fD , 76
de perte de charge de Fanning fF , 76 Déformation, 26
de traînée, 11, 77 angulaire, 26

119
Index

Dérivée de continuité, 54
matérielle (D/Dt), 17 de la chaleur, 63
particulaire (D/Dt), 17 de Laplace, 46
partielle (∂/∂t), 17 de Navier-Stokes, 11, 57
totale (d/dt), 17 de Stokes, 58
Damköhler (nombres de), 11 Equation d'état, 39
Darcy (coecient de), 76 de Tait-Murnaghan, 40
Densité d'un gaz parfait, 40
de ux ϕ, 52 Eulérienne (formulation), 17
volumique f , 51 Euler
volumique de source s, 52 équation de, 58
Diagramme de Moody, 76 nombre de, 11
Diusion théorème de, 72
de chaleur, 42 Expansion, 26
de matière, 42
de quantité de mouvement, 44 Fanning (coecient de), 76
Dimension, 2 Fick (loi de), 43
Dirichlet (conditions aux limites), 64 Fluide
Dittus et Boelter (corrélation de), 77 complexe, 44
incompressible, 40, 47
Echelle newtonien, 44, 57
caractéristique, 3, 10 parfait, 45
changement de, 7 Fluvial (écoulement), 12
Ecoulement Flux
externe, 45 convectif ϕconv , 52
uvial, 12 diusif ϕdi , 52
incompressible, 47 total ϕ, 52
inertiel, 48 Force, 31, 71
interne, 45 Formulation
iso-volume, 46, 54 eulérienne, 17
isochore, 46 lagrangienne, 17
laminaire, 12, 47 Fourier (loi de), 42
rotationnel, 46 Froude (nombre de), 11
solénoïdal, 46
stationnaire, 46 Gaz parfait, 41
subsonique/supersonique, 12, 46 Gradient (théorème du), 91
torrentiel, 12 Grandeur
tourbillonaire, 24 de base, 3
turbulent, 12, 47 physique xi , 1
Einstein (convention de sommation), 79
Haaland (corrélation de), 76
Electro-magnétique (système), 87
Horizontal/vertical (assemblage), 83
Emission (ligne d'), 21
Energie Incompressible
cinétique, 59 écoulement, 47
interne, 61 uide, 40, 47
mécanique, 59 Invariants, 32
potentielle, 59 Invariants (d'un tenseur), 32
totale, 61 Iso-volume (écoulement), 46, 54
Enthalpie h, 63, 72 Isochore (écoulement), 46
Equation
aux dimensions, 2 Kronecker (symbole de), 79
constitutive, 41
d'Euler, 58 Lagrangienne (formulation), 17
de Cauchy, 56, 57 Laminaire (écoulement), 12, 47

120
Index

Laplace (équation de), 46 Particulaire (dérivée), 17


Levi-Civita (symbole de), 79 Peclet (nombre de), 11
Lewis (nombre de), 11 Perte de charge, 76
Ligne Poise, Poiseuille, 44
d'émission, 21 Potentiel des vitesses Φ, 46
de courant, 21, 61 Prandtl (nombre de), 11
Loi Pression, 32
de Fick, 43 généralisée P , 61
de Fourier, 42 hydrostatique p, 32
de Newton, 44 Produit
de Stokes, 77 dyadique, 81
physique, 1 scalaire, 81
Longueur tensoriel, 81
caractéristique, 10, 47 vectoriel, 81
d'entrée hydrodynamique, 75 Puissance
d'entrée thermique, 76 mécanique, 71
thermique, 72
Mélange binaire et diusion, 43
Méthodologie, 115 Réaction chimique, 53, 54
Mach (nombre de), 11, 47 Référentiels (galiléen, en rotation), 87
Maquette, 7 Reynolds
Matrice dimensionnelle, 3 nombre de, 11, 47
Moments (bilan de), 86 théorème de transport, 91
Moody (diagramme), 76 Rhéogramme, 44
Morrisson (corrélation de), 77 Rhéologie, 44
Robin (conditions aux limites), 64
Navier-Stokes (équation de), 11, 57 Rotation, 24
Neumann (conditions aux limites), 64 système en, 87
Newton Rotationnel
corrélation de, 77 écoulement, 46
loi de, 44 d'un vecteur, 93
Nombre Schiller et Nauman (corrélation de), 77
capillaire, 11 Schmidt (nombre de), 11
d'Euler, 11 Sieder et Tate (corrélation de), 77
d'Ohnesorge, 11 Similitude
de Bond, 11 complète, 7
de Damköhler, 11 incomplète ou partielle, 8
de Froude, 11 Solénoïdal (écoulement), 46
de Lewis, 11 Son (vitesse de), 41, 47
de Mach, 11, 47 Stokes
de Nusselt, 11, 65 équation de, 58
de Peclet, 11 hypothèse de, 57
de Peclet thermique, 11 loi de, 77
de Prandtl, 11 nombre de, 11
de Reynolds, 11, 47 Subsonique/supersonique, 12, 46
de Schmidt, 11 Symbole
de Stokes, 11 de Kronecker, 79
de Weber, 11 de Levi-Civita, 79
Normale (convention d'orientation), 31, 51, 83
Nusselt (nombre de), 11, 65 Tait-Murnaghan (équation d'état), 40
Temps caractéristiques, 10
Ohnesorge (nombre de), 11 Tenseur, 80
Opérateur d'advection, 18 des contraintes σ , 30
Orientation de la normale, 31, 51, 83 des contraintes (de Cauchy), 30

121
Index

des contraintes de cisaillement τ , 32


des gradients de vitesse ∇~v , 23
des taux de cisaillement(γ̇ ), 26
des taux de déformation d, 23
des taux de rotation r, 23
Théorème
Π de Vaschy-Buckingham, 3, 89
d'Euler, 72
de Bernoulli, 61, 74
de ux-divergence, 90
de Gauss, 90
de Green-Ostrogradsky, 90
de transport de Reynolds, 91
du gradient, 91
Torrentiel (écoulement), 12
Tourbillon Ω~ , 24, 46
Traînée (coecient de), 77
Trajectoire, 20
Tube de courant, 21
Turbulent (écoulement), 12, 47

Unité, 1

Vaschy-Buckingham (théorème Π), 3, 89


Vecteur
contrainte T~ , 30, 31
tourbillon Ω ~ , 24
Viscosité
cinématique ν , 44
de cisaillement µ, 44
de volume κ, 44
dynamique µ, 44
Vitesse du son, 47
adiabatique vs , 41
isotherme cs , 41
Volume de contrôle, 70
imaginaire xe, 70
imaginaire mobile, 70
matériel, 70
von Mises (contrainte de), 33
Vorticité ω
~ , 24

Weber (nombre de), 11

122
Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne

Mécanique des fluides


et transferts

Travaux Dirigés

Version du 30 juillet 2020


Index

124
Chapitre 9

Travaux dirigés

Sommaire
9.1 Exercice d'application sur la cinématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
9.2 Convection libre et forcée simultanées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
9.3 Dimensionnement d'une canalisation cylindrique . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
9.4 Résistance à l'avancement d'un navire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
9.5 Maquette d'un camion en souerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
9.6 Transfert de chaleur d'un lm ruisselant vers une surface solide froide . . . . 132
9.7 Echauement dans un viscosimètre de Couette . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
9.8 Ecoulement de deux uides immiscibles adjacents . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
9.9 Prol de température dans une ailette de radiateur . . . . . . . . . . . . . . . 136
9.10 Refroidissement par transpiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
9.11 Prol de température dans une résistance électrique . . . . . . . . . . . . . . . 139
9.12 Ecoulement d'un uide de Bingham en conduite . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
9.13 Tuyère et aube . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
9.14 Rendement d'une éolienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
9.15 Obstacle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
9.16 Absorbeur-neutralisateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
9.17 Solidication d'une goutte sphérique par refroidissement . . . . . . . . . . . . 146
9.18 Ressaut hydraulique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
9.19 Dimérisation catalytique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
Chapitre 9. Travaux dirigés

126
9.1. Exercice d'application sur la cinématique

9.1 Exercice d'application sur la cinématique


On considère un écoulement 2D dans le domaine [0; L] × [0; L]. Les champs de température et de vitesse
sont tous deux stationnaires :
x+y
T(x,y) = T0 .
L
 
y
L
~v(x,y) = V0 . 
 

−x
L

L'objectif de cet exercice, qui compte une dizaine de questions, est de manipuler les grandeurs de base de
cinématique et d'établir un lien fort entre les descriptions lagrangienne et eulérienne.

Question 1 : représenter le champ de vitesse par des vecteurs

Question 2 : calculer les équations des lignes de courant

Question 3 : rappeler la condition dans laquelle les lignes de courant se confondent avec les trajectoires.

Question 4 : considérant cette condition réalisée, calculer la trajectoire d'une micro-particule injectée au
point (0,L/2).

Question 5 : quelle est la position de la particule à chaque instant ?

Question 6 : tracer les lignes isothermes et en particulier l'isotherme T = T0 /2.

Question 7 : quelle est la variation de température de la particule injectée précédemment le long de sa


trajectoire ?

Question 8 : étudier le champ de vitesse

127
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.2 Convection libre et forcée simultanées


Dans les problèmes de transfert de chaleur en milieu agité (vitesse V d'un uide imposée), on utilise les
grandeurs adimensionnées suivantes :



 Nombre de Reynolds Re ≡ ρ.V.L
µ


 Nombre de Nusselt Q.L
N u ≡ λ.∆T


 Nombre de Prandtl
 µ.c
P r ≡ λp

où ρ est la masse volumique du uide, λ sa conductivité thermique, µ sa viscosité dynamique et cp sa capacité


calorique massique.
L est une échelle de longueur, Q une densité de ux de chaleur (en W.m−2 ) et ∆T une diérence de
température. Lorsque le milieu est stagnant, on remplace le nombre de Reynolds Re par le nombre de
Grashof Gr :
L3 .ρ2 .g.β.∆T
Gr ≡
µ2
 
où β ≡ −1 ∂ρ
ρ . ∂T est le coecient de dilatation thermique volumique du uide. Dans une installation
p
industrielle de plein air, certaines parties sont soumises à de l'air stagnant et d'autres à de l'air en dépla-
cement (ventilation, . . .). Les pertes thermiques de ces installations dépendent souvent des quatre nombre
adimensionnés décrits ci-dessus et sont décrites par une relation de la forme :

N u = f (Re, P r, Gr)

On envisage, pour déterminer cette fonction f , de réaliser une expérimentation sur une maquette réduite au
dixième (k ≡ L2 /L1 = 0, 1). On opérera avec les mêmes T , ∆T et g . On considérera le même uide (l'air)
mais, si nécessaire, avec une pression et une vitesse diérentes. On supposera que les grandeurs µ, β , cp et
λ restent constantes. L'air est assimilé à un gaz parfait.

Question : indiquer dans quelles conditions de vitesse et pression, on mènera l'expérimentation et comment
on en déduira les pertes thermiques (énergie calorique perdue par unité de temps) de l'installation réelle.
On aectera l'indice 1 à l'installation réelle et l'indice 2 à la maquette.

128
9.3. Dimensionnement d'une canalisation cylindrique

9.3 Dimensionnement d'une canalisation cylindrique


Une conduite en fonte de diamètre d1 , de longueur L1 et de rugosité ε1 doit assurer un débit volumique
Q̇v d'eau liquide permanent. Pour l'application numérique, on prendra : Q̇v,1 = 5 l.s−1 , ρ1 = 103 kg.m−3 ,
µ1 = 10−3 Pa.s, d1 = 20 cm, L1 = 100 m, ε1 = 0, 25 mm. Les trois premières questions sont très numériques,
mais rapides à résoudre. Leur intérêt apparaîtra avec la quatrième question. On pourra s'aider du diagramme
de Moody (gure 9.3).

Question 1 : Que vaut le nombre de Reynolds ? L'écoulement est-il laminaire ou turbulent ?

Question 2 : En utilisant l'équation ci-dessous, quelle diérence de pression entre l'amont et l'aval faut-il
imposer pour obtenir ce débit ?  
L 1 2
∆p = fD . . ρV (9.1)
d 2

Question 3 : mêmes questions pour une conduite en acier devant transporter un sirop. Pour l'application
numérique, on prendra : Q̇V,2 = 10 l.s−1 , ρ2 = 103 kg.m−3 , µ2 = 10−2 Pa.s, d2 = 40 mm, L2 = 1 m, ε2 = 50
µm.

Question 4 : en admettant que la perte de charge ∆p est proportionnelle à la longueur de la conduite pour
un écoulement incompressible, établir l'équation 9.1 en utilisant l'analyse dimensionnelle. En particulier, on
mettra en oeuvre le contenu des sections "Former des grandeurs adimensionnées" (page 3) et "Adimensionner
une loi physique inconnue" (page 5).

Question 5 : comparer l'écoulement dans les deux conduites. Rééchir à la possibilité d'utiliser la deuxième
(sirop, L = 1 m) comme maquette de la première (eau, L = 100 m). En d'autres termes, comment prédire
la perte de charge ∆p1 de la grande conduite à partir de la mesure expérimentale de ∆p2 faite sur la petite
conduite, sans utiliser le diagramme de Moody ?

129
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.4 Résistance à l'avancement d'un navire


Ce problème a pour objet la détermination de la résistance à l'avancement R d'un navire dont la géo-
métrie de la coque est donnée. La première partie expose la méthode. La deuxième présente une application
numérique.

Question I-1 : conduire l'analyse dimensionnelle du problème : identier les nombres sans dimension
pertinents et établir la forme de la fonction qui les lie.

Question I-2 : pour établir la loi qui prédit la résistance à l'avancement du navire, on veut se servir d'une
maquette plus petite d'un facteur λ = 10. Ecrire les conditions de similitude correspondantes. En déduire la
vitesse à laquelle la maquette doit se déplacer. La similitude peut-elle être complète ?

Question I-3 : dans l'expérience sur maquette réalisée au bassin des carènes, le uide utilisé est néces-
sairement de l'eau. Du fait du résultat obtenu à la question précédente, on utilise l'hypothèse simplicatrice
suivante. En première approximation, la résistance à l'avancement R peut se décomposer en deux forces
indépendantes R = Rf + Ro avec :
 Rf : force liée à la viscosité du uide et traduisant l'eet du frottement de l'eau le long de la coque

 Ro : force représentant la résistance d'onde, c'est-à-dire la résistance opposée par le système de vagues

créées par le bateau à la surface de l'eau


Chacune de ces deux forces, adimensionnées par le produit ρL2 V 2 , ne dépend alors que d'un seul nombre
R
sans dimension. Quel est le nombre sans dimension dont dépend ρL2fV 2 ? Quel est celui dont dépend ρLR2oV 2 ?
Comment s'exprime leur somme ?

Question I-4 : en tenant compte du fait qu'il existe de nombreuses formules permettant de calculer la
résistance de frottement, quelle sera alors la marche à suivre pour déterminer la résistance totale qui s'exerce
sur un navire à partir d'une expérience sur maquette ?

Question II-1 : On considère maintenant l'application au cas d'un transbordeur rapide sur l'eau (viscosité
dynamique µ = 10−3 ). Calculer la résistance à l'avancement R1 du transbordeur réel à la vitesse de service V1
de 24 noeuds (c'est-à-dire 12,35 m.s−1 ). Ce bateau a les caractéristiques suivantes : longueur à la ottaison
L1 = 155 m et surface mouillée S1 = 4214 m2 . Une maquette au 1/21 de ce transbordeur a été réalisée et a
fait l'objet d'essais au bassin des carènes. Les résultats expérimentaux obtenus pour la résistance totale R2
en fonction de la vitesse V2 sont indiqués dans le tableau ci-dessous. On donne l'expression suivante pour la

V2 [m.s−1 ] 0,298 0,404 1,123 1,796 2,245 2,694 2,919

R2 [N] 1,86 3,24 27,28 65,70 103,47 165,14 209,37

résistance de frottement d'un corps immergé de surface mouillée S :






0,074
(Re)0,2
pour Re < 107 formule de Prandtl

1 
Rf = Cf .ρ.S.V 2 avec Cf =
2 


0,455
pour Re > 107 formule de Prandtl-Schlichting


(Log10 Re)2,584

Question II-2 : quelle est la puissance développée pour propulser le bateau à cette vitesse ?

130
9.5. Maquette d'un camion en souerie

9.5 Maquette d'un camion en souerie

On utilise une souerie pour caractériser un attelage "camion porteur + remorque". Il apparaît que la force
de traînée FD dépend de la surface frontale A du véhicule, de sa vitesse V ainsi que des propriétés de l'air.

Question 1 : identier les nombres adimensionnés pertinents.

Question 2 : expliquer comment prédire la force de traînée à l'échelle 1 :1 en utilisant les résultats des
essais en souerie.

Question 3 : on essaye de prédire le comportement d'un camion de surface frontale A = 10 m2 roulant


à 90 km.h en utilisant une maquette avec un rapport de taille de 1 :4. Calculer la vitesse de l'air qu'il
−1

faut choisir pour les essais en souerie. Sachant que la force de traînée mesurée en souerie est de 2,46 kN,
calculer la puissance du moteur du camion (en kW).

131
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.6 Transfert de chaleur d'un lm ruisselant vers une surface solide
froide
Dans de nombreux contextes industriels, il est nécessaire de refroidir un liquide avant de le ré-utiliser (cf.
centrale thermique à vapeur pour produire de l'électricité) ou de le relâcher dans la Nature (cf. préservation
de la faune aquatique / uviale). Ce processus sera d'autant plus rapide que l'aire de l'interface entre le
liquide chaud et la source de froid sera plus importante. C'est ce qui explique que de nombreuses solutions
consistent à disperser un liquide sous forme de nes gouttelettes dans un gaz plus froid (tour aéroréfrigérante)
ou bien de l'étaler en lm mince sur des parois solides refroidies par ailleurs. Dans cet exercice, on va étudier
le transfert de chaleur dans cette deuxième conguration : un lm de liquide chaud ruisselle en lm mince
sur une surface solide froide. De cette manière, le liquide est refroidi.

Partie I - Question 1 : établir le prol de vitesse à travers un lm liquide ruisselant le long d'une paroi
plane verticale. Expliciter les hypothèses faites et la méthodologie utilisée (s'inspirer de la page 116). Dans
cette question, on considère la température comme uniforme. On utilisera les notations données sur la gure.

Partie I - Question 2 : quelle est la force F~ qu'exerce le uide sur la paroi solide (prendre une aire de 1
m )?
2

Partie I - Question 3 : calculer la vitesse moyenne < vz > en fonction de l'épaisseur δ du lm liquide.

Partie I - Question 4 : proposer un critère permettant de prédire les conditions pour lesquelles l'hypothèse
selon laquelle ~v = vz (x).~ez ne devient plus valable. En déduire une épaisseur de lm maximale dans le cas
de l'eau.

Partie II - Question 1 : on cherche à refroidir un liquide chaud (température initiale T0 ) en le faisant


ruisseler au contact d'une paroi verticale plane froide (température Tf < T0 ) sous forme de lm d'épaisseur
δ . On ne modélise pas la phase gazeuse. On admettra que le prol de vitesse dans le lm est de la forme :
 
x 1  x 2
vz (x) = U. − .
δ 2 δ

Si la hauteur H du lm est susamment petite (tout en étant grande devant δ ), la chaleur provenant de
la paroi solide ne diuse que sur une petite distance dans le lm liquide. Dans cette sous-région du lm,
donner une approximation du prol de vitesse puis établir l'équation aux dérivées partielles dont la résolution
permettra de déterminer le prol de température. Justier les hypothèses permettant d'arriver à une EDP
sous la forme de l'égalité de deux produits "M.N=P.Q".

Partie II - Question 2 : proposer trois conditions aux limites raisonnables pour résoudre l'EDP établie.
Les traduire sous forme d'équations.

132
9.6. Transfert de chaleur d'un lm ruisselant vers une surface solide froide

Partie II - Question 3 : T −T
on pose θ ≡ T0 −Tff et η ≡ (9β.z) x
1/3 et β ≡ ρ2 .gµ.λ
z .c̄p .δ
. Montrer que l'EDP
peut se mettre sous la forme d'une EDO faisant intervenir la fonction θ(η) et transformer ses conditions aux
limites.

Partie II - Question 4 : résoudre l'EDO obtenue.

Partie II - Question 5 : donner l'expression du ux de chaleur ~q de la paroi vers le uide et calculer sa
valeur moyenne sur la hauteur H .

133
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.7 Echauement dans un viscosimètre de Couette


Le viscosimètre de Couette est un instrument couramment utilisé pour mesurer la viscosité d'un liquide. Il
est constitué de deux cylindres verticaux et coaxiaux, entre lesquels est versé le uide à caractériser. Lorsque
l'un des cylindres est mis en rotation, le uide est cisaillé et la mesure du couple moteur nécessaire pour
maintenir constante la vitesse de rotation permet de calculer la viscosité lorsque le uide est newtonien.
Usuellement, la taille de l'entrefer est très petite devant le rayon des cylindres, ce qui facilite la résolution
analytique des équations. Dans cet exercice, on s'intéresse à l'échauement du uide généré par les frotte-
ments visqueux.

On considère un uide newtonien incompressible placé entre deux cylindres verticaux et coaxiaux. Le cylindre
extérieur, de rayon Rext , est immobile alors que le cylindre intérieur, de rayon Rint ≡ κ.Rext avec κ < 1, est
animé d'un mouvement de rotation de vitesse angulaire ω autour de son axe (voir gure ci-dessous).

Question 1 : déterminer le prol des vitesses dans le uide. On supposera que l'écoulement de uide entre
les deux cylindres est laminaire.

Question 2 : en déduire la puissance mécanique nécessaire pour entretenir le mouvement du viscosimètre.

Question 3 : établir l'équation diérentielle permettant de calculer le prol de température au sein du


uide lorsque la température de chaque paroi est maintenue constante (respectivement Tint et Text ). On ne
cherchera pas à la résoudre dans cette question.

Question 4 : résoudre l'équation diérentielle trouvée précédemment en procédant à une adimensionali-


sation préalable. On utilisera les notations suivantes :

r T − Tint µ.ω 2 .Rext


2
r∗ ≡ et θ= et Br ≡
Rext Text − Tint λ. (Text − Tint )

où Br désigne le nombre de Brinkman, µ la viscosité dynamique et λ la conductivité thermique.

134
9.8. Ecoulement de deux uides immiscibles adjacents

9.8 Ecoulement de deux uides immiscibles adjacents


L'objectif de cet exercice est de clarier la notion de contrainte et d'établir un pont entre bilan macroscopique
et bilan local de quantité de mouvement.

Deux liquides incompressibles et immiscibles s'écoulent selon la direction z dans une ne fente horizontale
de longueur L et de largeur 2b sous l'eet d'un gradient de pression ∆p ≡ (p0 − pL )/L > 0. Les débits sont
ajustés de telle manière que la fente est remplie à moitié par le uide I et à moitié par le uide II. Pour
éviter l'instabilité de Rayleigh-Taylor, on dispose le uide le plus dense en bas. Les vitesses d'écoulement sont
susamment faibles pour que l'écoulement soit stable (ni instabilité de cisaillement de Kelvin-Helmholtz, ni
turbulence,. . .) et donc que l'interface reste parfaitement plane.

Figure 9.1  Schéma de l'écoulement dans la fente.

Question : déterminer les champs de pression et de contrainte en l'absence de gravité. En déduire le prol
de vitesse lorsque les uides sont newtoniens.

Question : commenter le graphique suivant.

135
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.9 Prol de température dans une ailette de radiateur


On se propose d'étudier la puissance thermique que permettent d'évacuer les ailettes d'un radiateur de
refroidissement. On représente une telle ailette par la gure 9.2. Une de ses extrémités est en contact avec
le corps chaud qu'il s'agit de refroidir (température constante et uniforme Tw = 340 K). L'atmosphère
ambiante est à la température T∞ = 300 K et l'on suppose que la densité de ux de chaleur à l'interface
obéit à la loi de Newton. L'intérêt d'une telle ailette est d'augmenter l'aire d'échange entre le corps chaud et
l'air ambiant, qui est un mauvais conducteur de la chaleur. Notations et valeurs numériques : conductivité
thermique λ = 100 W.m−1 .K−1 , coecient d'échange convectif h = 30 W.m−2 .K−1 , demi-épaisseur B = 0, 5
mm, largeur W = 10 mm et longueur L = 20 mm.

Figure 9.2  Schéma d'une ailette de radiateur.

Question 1 : rappeler les diérents modes de transfert de la chaleur et les équations constitutives associées.

Question 2 : identier l'équation bilan pertinente pour calculer le prol de température. Proposer une
stratégie de résolution. Indiquer pourquoi elle n'est pas pratique à mettre en oeuvre analytiquement.

136
9.9. Prol de température dans une ailette de radiateur

Question 3 : en s'aidant d'une petite analyse dimensionnelle, faire une approximation 0D pour calculer
la puissance thermique dissipée.

Question 4 : faire une approximation 1D.

137
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.10 Refroidissement par transpiration


Pour maintenir à température acceptable des ailes de turbine, les parois d'une tuyère ou un corps de fusée,
une isolation classique (enveloppe solide et imperméable) comme l'isolation d'une maison n'est pas susante
(il faudrait des épaisseurs trop importantes) et il faut mettre en oeuvre d'autres stratégies pour réduire les
ux de chaleur. L'une des plus ecaces et répandues est le refroidissement actif par transpiration. Le principe
est de remplacer l'enveloppe imperméable par une enveloppe poreuse ou perforée à travers laquelle un uide
circule dans la direction opposée au ux de chaleur. Dans la nature, cette stratégie de transpiration est mise
en oeuvre par les animaux et les plantes pour éviter de trop s'échauer (et est complétée par l'évaporation).

Figure 9.3  Premier exemple : refroidissement


d'une tuyère (géométrie cylindrique).
Figure 9.4  Deuxième exemple : refroidissement d'un
réservoir d'azote liquide (géométrie sphérique).

Dans cet exercice, on va regarder comment cette technique d'isolation peut s'appliquer au stockage
cryogénique et, plus précisément, comment elle peut aider à réduire la consommation énergétique nécessaire
pour maintenir de l'azote liquide (en bleu) à la température Tint = −200°C, alors que le réservoir, supposé
sphérique, est au contact de l'atmosphère à température Text = 20°C. La résolution du problème avec une
enveloppe poreuse épaisse allant de r = Rint à r = Rext fait intervenir les écoulements dans les milieux
poreux et dépasse le cadre de ce cours d'introduction à la mécanique des uides. Pour cette raison, nous
allons étudier un dispositif où l'enveloppe poreuse épaisse est remplacée par un espace rempli de gaz et bornée
par deux enveloppes (poreuses) très minces en r = Rint et en r = Rext . On note κ ≡ Rint /Rext ∈ [0; 1].
Que l'isolation soit passive ou active, la chaleur qui vient de l'atmosphère (chaude) vers l'azote (froid) est
évacuée par un serpentin de réfrigération.

Question 1 : les deux enveloppes sphériques sont poreuses. De l'air sec initialement à Tint est soué depuis
le coeur de l'enveloppe interne vers l'extérieur avec un débit massique Wr [kg.s−1 ]. En mettant en oeuvre
la méthodologie donnée dans la section 8 en page 116, évaluer l'inuence de l'écoulement sur le prol de
température. Si besoin, on pourra utiliser les valeurs numériques suivantes pour estimer l'ordre de grandeur
des diérents termes : Rext = 10 cm, ρ = 1, 3 kg.m−3 , κ = 12 et une vitesse typique inférieure à 10 mm.s−1 .
On pourra aussi prendre c̄p = 1000 J.kg−1 .K−1 et λ = 0, 026 W.m−1 .K−1 .

Question 2 : en fonction du débit d'air sec, calculer la puissance de réfrigération Q̇ qu'il faut établir pour
que la température de l'enveloppe interne reste Tint . Comparer à la puissance Q̇0 calculée dans le cas où le
uide est au repos.

138
9.11. Prol de température dans une résistance électrique

9.11 Prol de température dans une résistance électrique


L'anémométrie à l chaud est une technique expérimentale permettant de mesurer la vitesse d'un uide
(gaz ou liquide) avec une résolution spatiale variable (mm à m) et un temps de réponse très court (ms ou
moins). Son principe est le suivant : on fait parcourir un courant électrique dans un l métallique d'un dizaine
de µm de diamètre pour le maintenir chaud. Le uide qui s'écoule autour du l a tendance à refroidir le l
et donc à faire chuter sa résistance électrique. Une mesure de cette dernière permet, après calibration, de
calculer la vitesse du uide.
Ici, on considère un l métallique parcouru par un courant électrique continu. On cherche à déterminer le
prol de température à l'intérieur de la résistance électrique ainsi constituée. Notations et valeurs numériques :
pour un l de longueur L = 20 cm et de diamètre R = 10 µm, la résistance électrique est Re = 11, 5 Ω.
L'intensité électrique est I = 1 A, la conductivité thermique λ = 370 W.m−1 .K−1 et la température à la
surface du l T0 = 300 K.

Question : identier l'équation bilan pertinente pour calculer le prol de température. Proposer une
stratégie de résolution et la mettre en oeuvre.

139
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.12 Ecoulement d'un uide de Bingham en conduite


On souhaite faire circuler un liquide très visqueux dans une conduite cylindrique et dimensionner la pompe
de manière à garantir un débit souhaité. Concrètement, on cherche à établir un lien entre la perte de charge
∆p dans la conduite en fonction du débit volumique Qv souhaité et des propriétés du uide, notamment sa
loi rhéologique. La longueur et le rayon de la conduite sont notés L et R respectivement. Il est fortement
suggéré de s'inspirer de la méthodologie de résolution proposée en page 116.

Question 1 : dessiner les contraintes σθr , σzr et σzθ . Représenter par une èche la force qui s'exerce sur
les surfaces élémentaires associées. Se reporter à la section 2.5 en page 30 pour les notations.

Question 2 : identier les équations bilans permettant de calculer le champ de pression p(r,θ,z) et le champ
de contrainte de cisaillement τ(r,θ,z) .

Question 3 : identier les simplications possibles, résoudre et tracer le prol de contrainte de cisaillement.
Calculer sa valeur maximale τmax .

Question 4 : utiliser le résultat précédent pour calculer le prol de vitesse dans le tube lorsque le uide
est décrit par le modèle de Bingham :

 pour τ ≤ τc : γ̇ = 0

 pour τ ≥ τc

: γ̇ = τ −τc
ou bien τ = µ.γ̇ + τc
µ

Question 5 : vérier que l'on obtient le prol de vitesse d'un uide newtonien en prenant τc = 0.

140
9.13. Tuyère et aube

9.13 Tuyère et aube


L'eau d'un barrage sert à entraîner une turbine Pelton. Ce type de turbine est adaptée à des chutes
dites "hautes chutes" (∆H > 400 m) avec un faible débit d'eau (qv < 15 m3 .s−1 ). On s'intéresse ici à la
tuyère placée au bout de la conduite forcée et à l'aube de la turbine sur laquelle le jet est envoyé. Une
conduite cylindrique horizontale (diamètre D0 ) se termine par une tuyère convergente, de diamètre nal D1 ,
qui débouche à l'atmosphère. Le jet qui s'échappe frappe une aube dont la coupe dans un plan horizontal a
la forme d'un arc de cercle (schéma de droite). L'aube dévie l'écoulement par rapport à sa direction initiale.
L'écoulement dévié est encore dans un plan horizontal. Données numériques : qv = 0,2 m3 .s−1 ; D0 = 0,2 m ;
D1 = 0,05 m ; Patm = 101325 Pa ; ρ = 103 kg.m−3 ; µ = 10−3 Pa.s ; θ = 60°.

Question 1 : Considérant un écoulement stationnaire, calculer la composante horizontale de la force F~/tuy


s'exerçant sur la tuyère. Cette dernière se présente comme la somme de la force F~eau/tuy exercée par le uide
et de la force F~air/tuy exercée par l'atmosphère.

Question 2 : On suppose que l'aube s'éloigne de la tuyère de manière rectiligne (en restant sur l'axe
de la tuyère) à une vitesse ~vroue . Donner l'expression de la force F~/roue qui s'exerce sur l'aube de la roue.
Celle-ci comporte deux contributions : la force F~eau/roue exercée par le jet liquide et la force F~air/roue due
à la pression atmosphérique. Déterminer la direction et l'intensité de la force totale. Donnée numérique :
k~vroue k = 10 m.s−1

Question 3 : Calculer la puissance P reçue par la roue à aube, celle qui peut être récupérée sur son axe.
Comparer cette puissance à la puissance cinétique PEc du jet (son débit d'énergie cinétique). Optimiser
l'installation.

141
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.14 Rendement d'une éolienne


On s'intéresse au fonctionnement d'une éolienne en régime permanent. L'objectif de cet exercice est de
calculer la puissance d'une éolienne et son rendement maximal théorique. On considère que l'inuence de la
pesanteur est négligeable. On n'entrera pas dans le détail de ce qui se passe au voisinage de l'hélice. Pour
information, le graphique ci-dessous (source) donne une idée du rendement réel des éoliennes en fonction du
"tip-speed ratio", c'est-à-dire le ratio entre la vitesse en bout de pale et la vitesse du vent .

Question 1 : que peut-on dire de la compressibilité de l'air ? du frottement visqueux ?

Question 2 : On utilise les indices 1 et 2 pour désigner un plan à l'amont lointain et un plan à l'aval
lointain. On utilise les indices A et B pour désigner les plans juste avant et juste après le disque capteur
(l'éolienne). Montrer que la vitesse de l'air varie continument au passage de l'hélice. Montrer également
que le tube de courant qui s'appuie sur le cercle décrit par l'extrémité des pales de l'éolienne s'élargit. On
note v1 la vitesse du vent non perturbé par l'éolienne. Il s'avère avantageux de découper le système en trois
sous-systèmes : 1-A, A-B et B-2.

Question 3 : exprimer la force F~f /h exercée par le uide sur l'hélice en fonction de S1 , v1 et v2 .

Question 4 : calculer la puissance P/h reçue par l'hélice en fonction de S1 , v1 et v2 .

Question 5 : Exprimer la vitesse vh du vent au niveau de l'éolienne en fonction de v1 et v2 . En déduire


l'expression de la puissance P/h reçue par l'hélice en fonction de Sh , v1 et le paramètre λ ≡ vvh1 .

Question 6 : Proposer une dénition pour le rendement cp d'une éolienne ? Trouver vh qui maximise la
puissance reçue. Quel est alors la vitesse v2 loin en aval de l'éolienne ?

142
9.15. Obstacle

9.15 Obstacle
Un jet d'eau vient impacter une plaque. La plaque est prolée en son centre pour aider l'eau à prendre
le virage. L'eau quitte la plaque perpendiculairement à sa direction initiale, en respectant une symétrie
cylindrique. Quelle(s) force(s) subit la plaque ? Application numérique : v = 5 m.s−1 , djet = 1 cm, µ = 10−3
Pa.s et R1 = 10 cm.

143
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.16 Absorbeur-neutralisateur
Un absorbeur-neutralisateur (scrubber en anglais) est un dispositif destiné à piéger des particules en sus-
pension dans un gaz en les mettant en contact avec des gouttelettes de liquide. Ce type de dispositif permet
de nettoyer un euent gazeux avant de le rejeter dans l'atmosphère ou l'envoyer dans un autre équipement
industriel. L'eau polluée par les particules "nocives" est récupérée puis traitée. Parmi les diérentes techno-
logies, on trouve le système ci-dessous.

Un jet d'eau liquide propre à grande vitesse (vitesse vL et débit massique ṁL dans tube de rayon RL ) est
injecté en (1). Il se fragmente en minuscules gouttelettes qui se dispersent dans le gaz en se déplaçant dans
le tube. En (2), ces gouttelettes et le gaz entraîné se déplacent à la même vitesse v2 , vitesse par ailleurs
approximativement uniforme sur la section (2). La présence du jet liquide (1) a pour conséquence d'aspirer
le gaz en (0), entre les deux disques.

Pour simplier, on considère que le rayon Rd de ces disques est grand devant le rayon Rt du tube horizontal.
On suppose aussi que la pression est uniforme dans chaque section du tube. La pression p1 dans le liquide
injecté est en particulier aussi celle du gaz qui arrive de l'espace entre les disques en Rt . Cela signie que l'on
ne tient pas compte de l'eet du virage pris par ce dernier. On néglige l'eet de la pesanteur et on étudie le
régime stationnaire. L'objectif de l'exercice est d'établir la relation suivante, donnant le débit massique de

144
9.16. Absorbeur-neutralisateur

gaz entraîné :
ṁG = f (vL , ṁL , Rt , Rd , h, ρG , ρL )

Question 1 : établir une relation entre la pression p1 et le débit de gaz ṁG en s'intéressant à l'écoulement
du gaz entre les deux disques (pour r compris entre Rt et Rd ). Indiquer la raison pour laquelle on ne peut
pas utiliser un bilan macroscopique de quantité de mouvement pour établir cette relation. Sans les vérier,
on explicitera les hypothèses faites.

Question 2 : en s'intéressant au uide "gaz+gouttes" dans le cylindre de rayon Rt , utiliser un bilan de


quantité de mouvement pour établir une relation entre la pression p1 et le débit de liquide ṁL . On supposera
que v2 << vL et que ṁL .vL >> ṁG .v2 .

Question 3 : combiner les deux résultats pour exprimer ṁG en fonction de ṁL , h, RL , ρG , ρL .

Question 4 : vérier a posteriori si les hypothèses adoptées dans les questions 1 et 2 sont valables. On
prendra les valeurs numériques suivantes : Rt = 10 cm, Rd = 50 cm, h = 1 cm, ṁL = 4 kg.s−1 , vL = 40
m.s−1 , ρL = 1000 kg.m−3 , ρG = 1, 3 kg.m−3 , µG = 2.10−5 Pa.s, p0 = patm = 105 Pa et c = 330 m.s−1 .

145
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.17 Solidication d'une goutte sphérique par refroidissement


L'impression 3D permet de produire des matériaux de formes complexes en fusionnant avec un Laser ou un
faisceau d'électrons certaines zones choisies d'un empilement de nes particules métalliques. Ces particules
sont produites par un atomiseur dont le principe est le suivant : le métal est chaué jusqu'à devenir liquide
puis pulvérisé en un brouillard de gouttes sphériques qui se solidient lors de leur refroidissement. Dans
cet exercice, on considère une goutte de rayon R initialement chauée à la température T0 . Elle est placée
dans de l'air froid de température Tair . Comme la température d'équilibre liquide/solide Teq est comprise
entre T0 et Tair , la goutte liquide va se refroidir et se transformer progressivement en particule solide. On
cherche à évaluer la durée nécessaire à la solidication complète de la goutte. On notera Ts (t) la température
à la surface de la goutte. A tout instant, on a Tair < Ts (t) < Teq < T0 et on se placera dans le cas où les
gouttelettes quittant la buse ont une température à peine supérieure à leur température de solidication
(T0 ≈ Teq ). Pour évaluer la densité de ux de chaleur q entre le système étudié et le gaz environnant, on
utilisera la loi de Newton ~qin = h. (Ts − Tair ) .~nin où h est le coecient d'échange de chaleur en W.m−2 .K−1
qui dépend de la vitesse relative entre la sphère et le gaz environnant. On suppose que la masse volumique
ρ et la conductivité thermique λ ne dépendent pas de l'état physique (liquide ou solide).

Question 1 : à partir de deux temps caractéristiques τ dont on explicitera l'expression, proposer un


nombre adimensionné pour comparer l'inuence respective de la conduction de chaleur au sein de la goutte
et le transfert de chaleur à l'interface goutte-gaz.

Question 2 : on se place dans le cas où le transfert par conduction est limitant (= le transfert de chaleur
à l'interface sphère-gaz est comparativement beaucoup plus rapide). Ceci permet d'adopter une stratégie
de résolution en deux étapes. Dans un premier temps, on considère donc que le régime est stationnaire.
Ecrire l'EDP permettant d'établir le prol de température dans la zone solide, entre la surface située en R et
l'interface liquide-solide en Req , puis l'intégrer (en considérant que la température de surface est constante).

Question 3 : en calculant le ux de chaleur QR > 0 , exprimé en W, traversant l'interface goutte-air


en considérant successivement les deux côtés de cette interface, montrer que la température Ts à l'interface
solide-air peut se mettre sous la forme A.Tair + (1 − A) .T0 . Exprimer le coecient A sous la forme 1+N
1

N dépend de R, Req , h et λ. Etudier les deux cas limites.

Question 4 : montrer que le ux de chaleur QR peut se mettre sous la forme QR = H.S. (T0 − Tair ) où
H est le coecient d'échange global en [W.m−2 .K−1 ]. Expliciter
H en fonction de h , R et Req .
1 1

Question 5 : dans un deuxième temps, on considère connu le ux de chaleur QR quittant la sphère. Donner
−dR
une expression permettant de calculer la vitesse de propagation de l'interface solide-liquide dt eq en m.s−1 .
On notera L la chaleur latente de solidication en J.kg .
−1

Question 6 : calculer la durée tf nécessaire à la solidication complète de la goutte.

146
9.18. Ressaut hydraulique

9.18 Ressaut hydraulique


Le ressaut hydraulique est un phénomène typique des écoulements en canal à surface libre, qui se distinguent
des écoulements en conduite par le fait qu'ils ne sont pas induits par une diérence de pression mais par
la gravité ou la force centrifuge. Les hypothèses que l'on sera amené à prendre sont elles aussi typiquement
utilisées pour obtenir une solution approchée des écoulements en canal.

La gure de gauche ci-dessous représente un ressaut hydraulique obtenu en dirigeant un jet liquide vertical
sur un plan horizontal. En régime stationnaire, on observe un bourrelet de faible dimension qui sépare la
région centrale où l'épaisseur du lm liquide est faible de la région périphérique où la hauteur du lm est plus
importante. A droite, on observe une coupe de ce ressaut. La suite de cet exercice se fera dans un référentiel
cartésien.

Question 1 : déterminer quels phénomènes antagonistes peuvent expliquer l'existence du saut.

Question 2 : eectuer l'analyse dimensionnelle du problème.

Question 3 : les conditions pour écrire le théorème de Bernoulli entre les sections (1) et (2) sont-elles
réunies ? Justier.

Question 4 : peut-on négliger la compressibilité dynamique de cet écoulement ?

Question 5 : calculer le ratio κ ≡ h2


h1 en fonction de V1 et h1

Question 6 : montrer que, sur chaque section (1) ou (2), la pression généralisée est indépendante de la
profondeur. Comparer ces deux pressions généralisées.

Question 7 : pensez-vous qu'un écoulement de même géométrie pourrait exister avec la vitesse orientée
dans l'autre direction ? Justier.

147
Chapitre 9. Travaux dirigés

9.19 Dimérisation catalytique


On considère un réacteur à lit catalytique xe. Ce type de réacteur est constitué d'un empilement de par-
ticules solides à travers lequel un gaz circule. Les particules solides sont constituées d'un squelette poreux
(ex : alumine, silice, . . .) orant une grande surface spécique sur lequel on dépose une ne couche d'un
métal M qui servira de catalyseur (ex : palladium, platine, fer, . . .). A l'interface solide-gaz, on observe
une réaction chimique hétérogène (ex : dimérisation du propène radicalaire selon la réaction 2 CH2 =CH-
CH•2 → CH2 =CH-CH2 -CH2 -CH=CH2 ) : les molécules de A contenues dans le gaz réagissent avec le métal M
pour donner un constituant B qui désorbe immédiatement pour rejoindre la phase gazeuse selon l'équation
350°C
2Ag −−−−→ Bg .
métal
Pour déterminer la quantité de catalyseur nécessaire à la conversion de la charge, il faut s'intéresser à ce qui
se passe au voisinage de la surface de chaque particule, par exemple à une position 0 < y < H médiane dans
le lit catalytique. Comme la taille des pores est très faible (de quelques dizaines de nanomètres à quelques
microns), les molécules de gaz se déplacent par diusion plutôt que par convection. On étudie donc les trans-
ferts de matière diusifs dans la couche gazeuse d'épaisseur δ à proximité de la surface. Au delà de cette
distance δ , les tourbillons assurent un mélange convectif ecace et les fractions molaires moyennes de A et
B sont considérées comme constantes.

Dans cet exercice, on considère que le régime est stationnaire et les transferts de chaleur sont négligeables
(bien qu'en réalité les réactions solide-gaz soient souvent très rapides et exothermiques). Le lm est supposé
au repos et les constituants à l'état gazeux. La gure de gauche ci-dessous représente un lit catalytique et
celle de droite les notations.

Question 1 : exprimer le ux massique de A qui est converti en B en fonction de l'épaisseur δ de la couche
de diusion. On suppose ici que la réaction chimique se déroule instantanément et que la fraction molaire
de A à la limite de la zone de diusion est égale à xA0 . Cette valeur de xA0 décroît quand la position y dans
le lit catalytique s'éloigne de l'entrée.

Question 2 : reprendre la question 1 en considérant que la réaction chimique n'est pas inniment rapide
mais obéit à une loi cinétique de premier ordre. A l'interface solide-uide, le ux massique de consommation
de A s'exprime par :
ϕA = νA .M̃A .rA
350°C
où νA = −2 est le coecient stoechiométrique de Ag dans la réaction 2Ag −−−−→ Bg et M̃A sa masse molaire.
métal
La vitesse de réaction rA est toujours positive et donnée par :

rA = k1 .cA avec cA = xA .c

Puisque la réaction est surfacique, ϕA est en [kg.m−2 .s−1 ], rA est en [mol.m−2 .s−1 ] et k1 en [m.s−1 ] 1 .

1. Dans le cas usuel d'une réaction chimique , on écrit la même équation ϕA = M̃A .k1 .cA mais ϕA s'exprime en
volumique
[kg.m−3 .s−1 ] et k1 en [s−1 ].

148

Vous aimerez peut-être aussi