Vous êtes sur la page 1sur 142

U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC.

n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 1 sur -14
NIVEAU 2

INCENDIE
NIVEAU 2
U.V. INC2

DOCUMENT STAGIAIRE
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 2 sur -14
NIVEAU 2

SOMMAIRE
COMBUSTION ET PROPAGATION .................................................................................................. 9
1 – INTRODUCTION ........................................................................................................................... 9
2 – COMBUSTION............................................................................................................................... 9
Notion succincte de chimie .............................................................................................................. 9
3 – REACTION DE COMBUSTION.................................................................................................... 9
Oxydoréduction ................................................................................................................................ 9
Comburant........................................................................................................................................ 9
Combustible ..................................................................................................................................... 9
Produits de combustion.................................................................................................................... 9
4 – DIFFERENTS TYPES DE COMBUSTION .................................................................................. 10
5 – FACTEURS INFLUENCANT LA VITESSE DE COMBUSTION .................................................. 10
a) l’état de division de la matière.................................................................................................... 10
b) la disposition de la matière et des matériaux............................................................................. 10
c) la température ............................................................................................................................ 10
6 – COMBUSTION DES SOLIDES, LIQUIDES ET GAZ .................................................................. 10
a) combustion des gaz ................................................................................................................... 10
b) combustion des liquides............................................................................................................. 11
Le point éclair ............................................................................................................................. 11
Le point d’inflammation............................................................................................................... 11
Le point d’auto inflammation....................................................................................................... 11
c) dangers des vapeurs combustibles............................................................................................ 12
d) combustion des solides.............................................................................................................. 12
e) danger de l’état de division des solides ..................................................................................... 12
f) potentiel calorifique ..................................................................................................................... 13
g) charge calorifique....................................................................................................................... 13
h) Débit calorifique ......................................................................................................................... 13
7 – LES CLASSES DE FEUX ............................................................................................................ 14
8 – CAUSES DES INCENDIES ......................................................................................................... 15
9 – PROPAGATION........................................................................................................................... 15
a)Transmission de chaleur par....................................................................................................... 15
b) Déplacement des substances en combustion par ..................................................................... 16
10 – INFLUENCES DE L’ENVIRONNEMENT SUR LA PROPAGATION......................................... 16
a) propagation d’un feu en milieu clos ou semi-ouvert .................................................................. 16
b) propagation d’un feu en milieu ouvert........................................................................................ 17
11 – EFFETS DE LA PROPAGATION DES INCENDIES ................................................................. 17
a) occupants et sapeurs-pompiers................................................................................................. 17
b) Economie ................................................................................................................................... 17
CONCLUSION ................................................................................................................................... 17
EXPLOSION ..................................................................................................................................... 18
1 – DEFINITION................................................................................................................................. 18
2 – TYPOLOGIE DES EXPLOSIONS ............................................................................................... 18
a) Mélanges explosifs et détonants................................................................................................ 18
b) explosions de poussières........................................................................................................... 18
c) B.L.E.V.E (Bolling liquid Expandng Vapour Eplosion) ............................................................... 20
d) U.V.C.E (Unconfided Vapour Cloud Explosion)......................................................................... 20
e) BACKDRAFT (explosion de fumée)........................................................................................... 20
3 – EXPLOSIBILITE ET EXPLOSIMETRIE....................................................................................... 20
A – Explosibilité .............................................................................................................................. 20
a) définition de l’explosion .......................................................................................................... 20
b) Plages de danger ................................................................................................................... 20
B – Explosimétrie ........................................................................................................................... 21
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 3 sur -14
NIVEAU 2

a) L’explosimètre ........................................................................................................................ 21
b) Règles d’utilisation de l’explosimètre ..................................................................................... 22
A la prise de garde ......................................................................................................................... 22
Avant les opérations....................................................................................................................... 22
Pendant les opérations .................................................................................................................. 22
Après les opérations....................................................................................................................... 22
4 – GESTION DU RISQUE................................................................................................................ 23
5 - CONDUITE GENERALE D’UNE INTERVENTION ...................................................................... 23
Avec risque d’explosion ................................................................................................................. 23
Après une explosion....................................................................................................................... 23
Avec ou sans feu............................................................................................................................ 23
Avec fuite de enflammée................................................................................................................ 23
PHENOMENES THERMIQUES : Explosion de fumée et embrasement généralisé éclair) ............ 24
1 – RISQUES LIES AUX E.F ET E.G.E............................................................................................. 24
2 – SIGNES ANNONCIATEURS ....................................................................................................... 24
a) Explosion de fumées.................................................................................................................. 24
b) Embrasement généralisé éclair ................................................................................................. 25
c) Possibilité de conjugaison des phénomènes ............................................................................. 25
3 - AVANT TOUTE ACTION OU ENGAGEMENTDES PERSONNELS ........................................... 25
COMPORTEMENT ET REACTION AU FEU ................................................................................... 27
1 – COMPORTEMENT AU FEU DES MATERIAUX ......................................................................... 27
a) réaction au feu des matériaux de construction .......................................................................... 27
b) résistance au feu des éléments de construction........................................................................ 27
De plus, l’application des normes européennes est différente en fonction des types de produits,
d’éléments de construction ou d’ouvrage. ......................................................................................... 29
2 – CHOIX LIES AU COMPORTEMENT ET A LA STABILITE AU FEU........................................... 29
a) Analyse ...................................................................................................................................... 29
3 – ACCES ET CHEMINEMENTS..................................................................................................... 29
a) Attaque du foyer principal ou part du feu ................................................................................... 30
4 – CHOIX DES POINTS D'ATTAQUE ............................................................................................. 30
5 – LES SAUVETAGES..................................................................................................................... 30
LES PROCEDES D’EXTINCTION ................................................................................................... 31
Rappels : ............................................................................................................................................ 31
1 – LE TETRAEDRE DU FEU ........................................................................................................... 31
2 – DIFFERENTS AGENTS EXTINCTEURS .................................................................................... 31
a) L’eau .......................................................................................................................................... 31
Inconvénients.............................................................................................................................. 31
Modes d’action............................................................................................................................ 32
b) La mousse.................................................................................................................................. 32
Composition................................................................................................................................ 32
Modes d’action............................................................................................................................ 32
c) L’eau dopée................................................................................................................................ 32
Modes d’action............................................................................................................................ 32
d) Le CO2........................................................................................................................................ 32
Modes d’action............................................................................................................................ 32
e) La poudre ................................................................................................................................... 33
Modes d’action............................................................................................................................ 33
3 – MODES D’ACTION DES DIFFERENTS AGENTS EXTINCTEURS ........................................... 33
Le refroidissement.......................................................................................................................... 33
L’étouffement ou isolement ............................................................................................................ 33
L’inertage........................................................................................................................................ 33
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 4 sur -14
NIVEAU 2

Le soufflage.................................................................................................................................... 34
La dispersion .................................................................................................................................. 34
L’inhibition ...................................................................................................................................... 34
4 – ADAPTATION DES PROCEDES D'EXTINCTION AUX DIFFERENTES CLASSES DE FEUX . 35
5 – MESURES DE SECURITE.......................................................................................................... 35
MARCHE GENERALE DES OPERATIONS .................................................................................... 36
1 – INTERET DE LA MARCHE GENERALE DES OPERATIONS POUR LE CHEF D’AGRES....... 36
2 – DIFFERENTES ETAPES DE M.G.O ........................................................................................... 36
a) La reconnaissance ..................................................................................................................... 36
b) Sauvetages et mises en sécurité ............................................................................................... 36
c) Etablissements ........................................................................................................................... 36
d) Attaque....................................................................................................................................... 37
e) Protection ................................................................................................................................... 37
f) Déblai .......................................................................................................................................... 37
g) Surveillance................................................................................................................................ 38
h) Reconditionnement et retour au C.I.S........................................................................................ 38
3 – IMPORTANCE DE LA RECONNAISSANCE INITIALE ET DES RECONNAISSANCES
COMPLEMENTAIRES....................................................................................................................... 38
ANALYSE DE LA ZONE D’INTERVENTION ................................................................................... 39
1 – APPROCHE DU SINISTRE AVEC L’ENGIN............................................................................... 39
2 – ANALYSE GENERALE DE LA ZONE D’INTERVENTION.......................................................... 39
a) les accès .................................................................................................................................... 39
b) les bâtiments .............................................................................................................................. 39
c) les réseaux hydrauliques ........................................................................................................... 39
d) L’environnement immédiat......................................................................................................... 40
e) les conditions météorologiques.................................................................................................. 40
3 – REACTIONS IMMEDIATES ........................................................................................................ 40
a) le placement de son engin ......................................................................................................... 40
b) le message précoce ................................................................................................................... 41
c) les mesures de sécurité ............................................................................................................. 41
RECONNAISSANCE D’UN SITE D’INTERVENTION...................................................................... 42
1 – OBJECTIF DU DEROULEMENT TYPE DE LA RECONNAISSANCE........................................ 42
2 – RECONNAISSANCE EXTERIEURE/INTERIEURE .................................................................... 42
3 – RECONNAISSANCE INITIALE RAPIDE DU CHEF D’AGRES ET PRISE DE
RENSEIGNEMENTS ......................................................................................................................... 42
4 – RECONNAISSANCE SECONDAIRE, MOYENS A METTRE EN OEUVRE............................... 43
5 – REGLES DE SECURITE A RESPECTER LORS DES RECONNAISSANCES.......................... 43
a) Menace d’effondrement ............................................................................................................. 43
b) Coupure des énergies ou des fluides ........................................................................................ 43
6 – SITUATIONS SPECIFIQUES ...................................................................................................... 44
7 – RECONNAISSANCE FINALE ..................................................................................................... 44
ELEMENTS A RECHERCHER LORS DE LA RECONNAISSANCE ............................................... 45
SAUVETAGE LORS DES INCENDIES............................................................................................ 47
1 – SPECIFICITES DES SAUVETAGES LORS DES INCENDIES .................................................. 47
2 – NOTION DE SAUVETAGES,DE MISE EN SECURITE,DE PRISE EN CHARGE...................... 47
3 – DIFFERENTES SITUATIONS DE SAUVETAGES...................................................................... 47
4 – ROLE DU CHEF D’AGRES LORS D’UN SAUVETAGE ............................................................. 48
CHOIX ET DIRECTION D’UN SAUVETAGE ................................................................................... 49
1 – CRITERES DE CHOIX D’UNE METHODE DE SAUVETAGE .................................................... 49
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 5 sur -14
NIVEAU 2

a) Par les communications existantes............................................................................................ 49


b) Par l’extérieur ............................................................................................................................. 49
2 – DIRECTION D’UNE OPERATION DE SAUVETAGE.................................................................. 49
3 – CONTROLE DES REGLES DE SECURITE................................................................................ 50
4 – PRISE EN CHARGE DE LA VICTIME......................................................................................... 50
ELEMENTS D’HYDRAULIQUE........................................................................................................ 51
1 – HYDRAULIQUE ADAPTEE AU CHEF D'AGRES ....................................................................... 51
a) Le débit ...................................................................................................................................... 51
 Débit d’une lance.................................................................................................................... 51
 Vitesse de l’eau à l’orifice....................................................................................................... 51
b) La pression................................................................................................................................. 51
 La pression atmosphérique .................................................................................................... 52
 la pression statique................................................................................................................. 52
 La pression dynamique .......................................................................................................... 52
 La réaction aux lances ........................................................................................................... 52
 L’indice de pompe .................................................................................................................. 53
c) Les pertes de charges................................................................................................................ 53
d) le carré du débit ......................................................................................................................... 54
e) calcul de Z .................................................................................................................................. 54
2 – RESSOURCES EN EAU ............................................................................................................. 54
a) les réseaux d’adduction d’eau ................................................................................................... 54
b) les points d’eau naturels ............................................................................................................ 55
c) les points d’eau artificiels ........................................................................................................... 55
3 – FONCTIONNEMENT HYDRAULIQUE D’UNE POMPE.............................................................. 55
a) Principe de fonctionnement ....................................................................................................... 55
b) Possibilités ................................................................................................................................. 56
c) Limites de la pompe centrifuge .................................................................................................. 56
d) phénomène de cavitation........................................................................................................... 56
Définition ..................................................................................................................................... 56
Conduite à tenir .......................................................................................................................... 56
e) Mise en aspiration d’une pompe centrifuge ............................................................................... 57
4 – POSSIBILITE D’ALIMENTATION AU REGARD DES PHENOMENES HYDRAULIQUES ........ 57
5 – CARACTERISTIQUES HYDRAULIQUES GENERALES DES LANCES, TUYAUX,
ACCESSOIRES ET LEUR INCIDENCE SUR LES ETABLISSEMENTS .......................................... 57
6 – LIMITES HYDRAULIQUES ......................................................................................................... 57
7 – LES ETABLISSEMENTS EN RELAIS: ........................................................................................ 58
EVALUATION DES BESOINS EN EAU........................................................................................... 60
1 – PRINCIPES DE L’ESTIMATION DES BESOINS EN EAU POUR ASSURER L’EXTINCTION.. 60
2 – FACTEURS A PRENDRE EN CONSIDERATION ...................................................................... 60
3 – ALIMENTATION EN EAU ............................................................................................................ 60
4 – EMPLOI DES OUTILS DE PREVISION ...................................................................................... 60
ALIMENTATION DE L’ENGIN-POMPE ........................................................................................... 61
1 – ROLE DU CHEF D’AGRES LORS DE L’ALIMENTATION DE L’ENGIN-POMPE ...................... 61
2 – DIFFERENTES SITUATIONS POSSIBLES ................................................................................ 61
3 – MODES D’ALIMENTATION......................................................................................................... 61
4 – MANŒUVRES D’ALIMENTATION.............................................................................................. 62
a) Poteau d’incendie....................................................................................................................... 62
b) Bouche d’incendie...................................................................................................................... 62
c) Alimentation en aspiration.......................................................................................................... 62
d) Alimentation en relais................................................................................................................. 62
e) Alimentation par une noria de porteurs d’eau............................................................................ 62
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 6 sur -14
NIVEAU 2

5 – CHRONOLOGIE ET ORDRES POUR L’ALIMENTATION.......................................................... 63


6 – RELATION ENTRE LE CHEF D’AGRES ET SON BAL .............................................................. 63
7 – CONTROLE DES ACTIONS ET DES REGLES POUR L’ETABLISSEMENT DES TUYAUX .... 63
MANŒUVRES D’ETABLISSEMENT ............................................................................................... 64
METHODE D’EXTINCTION ............................................................................................................. 65
1 – LECTURE DU FEU...................................................................................................................... 65
a) indicateurs principaux de la lecture............................................................................................ 65
b) indicateurs secondaires ............................................................................................................. 65
2 – METHODES D’EXTINCTION ...................................................................................................... 65
Exemple n°1 : Feu d’une palette .................... ............................................................................ 66
Exemple n°2 : Feu de plusieurs palettes à proximité d’un camion-citerne et d’un immeuble
d’habitation ................................................................................................................................. 66
Conclusion...................................................................................................................................... 67
3 – LE MATERIEL ADAPTE .............................................................................................................. 67
a) Les lances .................................................................................................................................. 67
b) Les échelles ............................................................................................................................... 68
c) Les moyens de pénétration........................................................................................................ 68
d) Les caméras thermiques............................................................................................................ 68
e) Les explosimètres ou détecteurs ............................................................................................... 68
f) Les ventilateurs ........................................................................................................................... 68
Conclusion...................................................................................................................................... 68
4 – PRECAUTION A PRENDRE ....................................................................................................... 68
CONCLUSION ................................................................................................................................... 69
METHODES DE VENTILATION ...................................................................................................... 70
1 – DIFFERENCE ENTRE DESENFUMAGE ET VENTILATION ..................................................... 70
a) désenfumage ............................................................................................................................. 70
b) ventilation ................................................................................................................................... 70
2 – INTERET DE LA VENTILATION ................................................................................................. 70
3 – PRINCIPE DE LA VENTILATION (NATURELLE, FORCEE) ...................................................... 70
La ventilation naturelle ................................................................................................................... 70
La ventilation forcée ....................................................................................................................... 71
4 – METHODES DE VENTILATON (HORIZONTALE, VERTICALE)................................................ 71
La ventilation horizontale ............................................................................................................... 71
La ventilation verticale.................................................................................................................... 72
5 – TECHNIQUE DE VENTILATION ................................................................................................. 73
a) La Ventilation par Dépression (V D) ou la Pression Négative (V.P.N) ...................................... 73
b) la Ventilation à Pression Positive (V.P.P) .................................................................................. 74
6 – TACTIQUES DE VENTILATION.................................................................................................. 75
a) La ventilation défensive ............................................................................................................. 75
b) la Ventilation Offensive .............................................................................................................. 76
7 – REGLES DE SECURITE ............................................................................................................. 78
a) reconnaissance des tenants et des aboutissants ...................................................................... 78
b) Les ouvertures ........................................................................................................................... 78
c) la gestion du vent dominant ....................................................................................................... 78
8 – MESURES DE SECURITE.......................................................................................................... 78
a) communication ........................................................................................................................... 78
b) Moyens hydrauliques ................................................................................................................. 78
FEUX EN VOLUMES CLOS OU SEMI-OUVERTS.......................................................................... 79
FEUX D’APPARTEMENT .................................................................................................................. 79
FEU DE PAVILLON ........................................................................................................................... 80
FEU DE COMBLES ........................................................................................................................... 82
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 7 sur -14
NIVEAU 2

FEU DE TOITURE ............................................................................................................................. 83


FEU DE CHEMINEE.......................................................................................................................... 84
FEU DE CAGE D’ESCALIER ............................................................................................................ 86
FEU DE CAVE ET EN SOUS-SOL.................................................................................................... 87
FEUX DE GAINES TECHNIQUES .................................................................................................... 89
FEU DE GARAGE ............................................................................................................................. 90
FEU DE CHAUFFERIE...................................................................................................................... 92
FEU DE JOINT DE DILATATION ...................................................................................................... 93
FEU DANS UN ATELIER................................................................................................................... 94
FEU DANS UN E.R.P. DE TYPE 0.................................................................................................... 95
FEU DANS UN E.R.P. DE TYPE U ................................................................................................... 97
FEU DANS UN ENTREPOT .............................................................................................................. 98
FEU DANS UN MAGASIN (TYPE M) .............................................................................................. 100
FEU DE V.L. DANS UN PARKING .................................................................................................. 102
FEU DE SILO................................................................................................................................... 103
FEU DE BÂTEAU ............................................................................................................................ 105
FEUX EN MILIEU RURAL.............................................................................................................. 108
FEU D’EXPLOITATION AGRICOLE ............................................................................................... 108
Risques principaux ....................................................................................................................... 108
Liés aux types de construction et aux stockages ..................................................................... 108
Risques secondaires .................................................................................................................... 108
Liés aux animaux...................................................................................................................... 108
Liés à l’accessibilité et à la défense extérieure contre l’incendie ............................................. 108
FEU D’ENGRAIS ............................................................................................................................. 109
FEU D’ECURIE OU CENTRE EQUESTRE..................................................................................... 110
FEU DE RECOLTES SUR PIEDS ................................................................................................... 111
FEU DE VEHICULE AUTOMOBILE............................................................................................... 113
DIFFERENTS TYPES DE VEHICULES, DE CARBURANT ET RISQUES ASSOCIES ................. 113
FEU D’HYDROCARBURES ........................................................................................................... 118
LES HYDROCARBURES ................................................................................................................ 118
CAS PARTICULIER : FEUX DE FLAQUE....................................................................................... 121
FEU DE BAC ................................................................................................................................... 122
FEU DE CANIVEAU ........................................................................................................................ 123
FEU DE STATION-SERVICE .......................................................................................................... 123
FEU DE CAMION CITERNE............................................................................................................ 124
FEU D’AERONEF ............................................................................................................................ 124
CAS DES APPAREILS MILITAIRES ............................................................................................... 125
FEUX PARTICULIERS................................................................................................................... 127
FEU AVEC RISQUE CHIMIQUE - FEU DE VEHICULE T.M.D....................................................... 127
FEU AVEC RISQUE RADIOLOGIQUE ........................................................................................... 129
FEU DE TRANSFORMATEUR........................................................................................................ 130
FEU DE TRANSFORMATEUR P.C.B. (PolyChlorure de Biphényle, dit « Pyralène »)................... 131
FUITE DE GAZ ENFLAMMEE......................................................................................................... 132
FEU D’ENGRAIS – FERTILISANTS................................................................................................ 132
FEU DE PESTICIDES ..................................................................................................................... 134
FEU DE MATIERES PLASTISQUES .............................................................................................. 135
FEU DE MATIERES PLASTISQUE................................................................................................. 136
PROTECTION DES BIENS LORS DES INCENDIES.................................................................... 139
DEBLAI ET SURVEILLANCE......................................................................................................... 140
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 8 sur -14
NIVEAU 2

DEBLAI ............................................................................................................................................ 140


SURVEILLANCE.............................................................................................................................. 141
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 9 sur -14
NIVEAU 2

COMBUSTION ET PROPAGATION
1 – INTRODUCTION
L’incendie est une combustion qui se développe de manière incontrôlée dans le temps et dans
l’espace.
Le chef d’agrès, confronté à un incendie, doit parfaitement en maîtriser le comportement afin
d’anticiper son évolution et d’empêcher sa propagation.
2 – COMBUSTION
Notion succincte de chimie
Une réaction chimique est un phénomène qui se déroule au niveau de l’atome.
Un atome est formé d’un noyau de protons et de neutrons autour duquel gravitent des électrons.
Ces atomes, en associant leurs électrons, forment des molécules.
Une réaction chimique est la rupture des liaisons électroniques des molécules pour créer de
nouvelles molécules plus stables chimiquement.
3 – REACTION DE COMBUSTION
C’est une réaction chimique exothermique d’oxydoréduction déclenchée par un apport d’énergie don-
nant des produits de combustion gazeux à haute température.
Oxydoréduction
Echange d’électrons entre un réactif réducteur (cédant des électrons) qui est le combustible et un
réactif oxydant (captant des électrons) qui est le comburant.
Comburant
Un comburant est un corps chimique qui a la propriété de permettre la combustion.
Le comburant habituel est le dioxygène de l’air mais on trouve également d’autres corps comme
l’ozone, les acides oxygénés, les perchlorates et les halogènes (fluor, chlore, etc).
Combustible
Un combustible est un corps chimique qui, avant la combustion, peut se trouver à l’état solide, li-
quide ou gazeux.
On trouve notamment dans les matières combustibles des matériaux d’origine organique (bois, char-
bon, pétrole, …..), différents métaux (sodium, magnésium, aluminium….) et différents gaz (méthane,
souffre…).
Produits de combustion
Ce sont les produits résultant de la réaction de combustion contenus dans les fumées.
Exemple :
Combustion du bois : on trouve dans les fumées du gaz carbonique CO2, du monoxyde de carbone
CO, du carbone C, et de la vapeur d’eau H2O.
Combustion du PVC : on trouve dans les fumées du gaz carbonique CO2, du monoxyde de carbone
CO, du gaz chlorhydrique HCI, du benzène C6H6.
Ces exemples nous démontrent que les fumées contiennent des produits toxiques et inflamma-
bles.
Le chef d’agrès doit donc considérer les fumées comme un gaz hautement combustible.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 10 sur -14
NIVEAU 2

4 – DIFFERENTS TYPES DE COMBUSTION


En fonction de la vitesse de réaction, une combustion peut-être :
- Lente : réaction d’oxydoréduction avec faible dégagement de chaleur et absence totale de flam-
mes (rouille) ;
- Spontanée : réaction d’oxydoréduction avec fort dégagement de chaleur et présence de flammes
sans apport d’une énergie d’activation extérieure. La réaction est engendrée par la propre chaleur
des matériaux (cas typiques de l’inflammation du foin humide par fermentation) ;
- Vive : réaction d’oxydoréduction avec fort dégagement de chaleur et présence de flammes en-
gendrée par une énergie d’activation (flammes) ;
- Très vive : réaction d’oxydoréduction avec fort dégagement de chaleur et présence de flammes
engendrée par une énergie d’activation, et accompagnée d’une surpression (explosion). Cette
surpression peut être une déflagration ou une détonation.
5 – FACTEURS INFLUENCANT LA VITESSE DE COMBUSTION
Plusieurs facteurs peuvent influencer la vitesse de réaction de combustion, soit en l’augmentant soit
en la diminuant.
a) l’état de division de la matière
Plus la surface de contact entre le combustible et le comburant est importante, plus la vitesse de réac-
tion est rapide.
Exemple : pour une même masse, un tas de copeaux s’enflamme plus vite qu’une bûche ;
Pour un même volume, une nappe d’hydrocarbure s’enflamme plus vite qu’un bac.
b) la disposition de la matière et des matériaux
La vitesse de réaction dépend de la disposition des matériaux dans l’espace et de leurs interactions
avec d’autres éléments.
Exemple : une feuille de papier en position verticale s’enflamme plus facilement qu’une feuille en posi-
tion horizontale, de même une feuille de papier en position verticale s’enflamme plus facilement que
cette même feuille collée au mur.
c) la température
L’influence de la température sur la vitesse de réaction exponentielle. Plus l’incendie prend de
l’ampleur, plus la vitesse de réaction est rapide.
On estime que la vitesse de réaction d’oxydoréduction est doublée pour chaque accroissement de
température de 10°.
6 – COMBUSTION DES SOLIDES, LIQUIDES ET GAZ
Que les combustibles soient solides, liquides ou gazeux, ce sont toujours les gaz émis par
l’échauffement de ces combustibles qui s’enflamment.
a) combustion des gaz
La combustion d’un gaz ne peut s’effectuer qu’à deux conditions :
- l’énergie d’activation (exprimée en joules – j) doit être suffisante ;
- le mélange gaz combustible/gaz comburant doit être dans des proportions suffisantes. Ce sont les
limites inférieures d’explosivité (L.I.E) et les limites supérieures d’explosivité (L.S.E).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 11 sur -14
NIVEAU 2

Exemples : énergies d’activation nécessaire pour entamer le processus d’inflammation de gaz


connus :

Gaz Energie d’activation

Méthane 0,3 milli joules

Hydrogène 0,02 milli joules

Pour info : une allumette = 1700 J


L.I.E/L.S.E de quelques gaz :

Limites d’explosivité
Gaz
Inférieures (%) Supérieures (%)

Méthane 5 15

Butane 1,9 8,5

Propane 2,2 9,5

essence 1,4 7,6

b) combustion des liquides


Ce sont les vapeurs émises par les liquides inflammables qui s’enflamment dans certaines conditions
de températures et de pressions.
Lorsque les vapeurs atteignent un mélange gaz combustible/gaz comburant compris entre la L.I.E et
la L.S.E, l’apport d’une énergie d’activation les enflamme.
Pour qu’un liquide inflammable émette des vapeurs combustibles, il faut qu’il atteigne une certaine
température:
Le point éclair
C’est la température minimale à laquelle un hydrocarbure émet des vapeurs combustibles en quantité
suffisante pour que le mélange avec l’air soit inflammable. A cette température, la combustion ne
s’entretient pas d’elle-même.
En retirant l’énergie d’activation, les vapeurs s’éteignent.
Le point d’inflammation
C’est la température à laquelle un hydrocarbure émet des vapeurs combustibles en quantité suffisante
pour que le mélange avec l’air soit inflammable (1° à 3° supérieur au point éclair). A cette températu -
re, la combustion s’entretient d’elle-même.
En retirant l’énergie d’activation, la combustion des vapeurs s’entretient d’elle-même.
Le point d’auto inflammation
C’est la température à laquelle les vapeurs émises par un hydrocarbure s’enflamment spontanément.
A cette température, l’énergie d’activation est bien souvent le rayonnement.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 12 sur -14
NIVEAU 2

Exemples : points éclairs de deux hydrocarbures souvent rencontrés en intervention et point d’auto
inflammation de leurs vapeurs :

Hydrocarbures Point éclair Point d’auto inflammation

Supercarburant - 43°C 450°C

Gazole +70°C 270°C

c) dangers des vapeurs combustibles


Un nombre important de nos interventions concerne des odeurs d’essence en milieu clos (sous-sol
caves…).
Le chef d’agrès doit en permanence être vigilant face au danger occasionné par ces vapeurs combus-
tibles.
Il faut savoir qu’un litre d’essence dégage 200 litres de vapeurs combustibles qui, mélangées à 12800
litres d’air, ce qui représente une pièce d’environ 7m2, ont un pouvoir détonant équivalent à
l’explosion de 7 Kg de dynamite !
d) combustion des solides
La combustion des solides est plus complexe que celle des gaz ou des liquides mais présente malgré
tout quelques similitudes.
Ce ne sont pas les solides qui brûlent mais les gaz de décomposition émis par ces derniers lors-
qu’ils atteignent certaine température.
Un solide soumis à la chaleur se décompose par pyrolyse, c’est ce qu’on pourrait appeler le point
éclair en comparaison aux liquides inflammables.
Comme pour la combustion des gaz, lorsque ces vapeurs de décomposition atteignent leurs tempéra-
tures d’inflammation et qu’elles sont en mélange correct avec un comburant, l’apport d’une énergie
d’activation les enflamme.
Pyrolyse : décomposition chimique provoquées par la chaleur. Cette décomposition intervient même
en l’absence de comburant.
Exemples : températures d’inflammation de quelques solides :

Solides Températures d’inflammation

Bois 280 à 340° C

Charbon 250°C

Papier journal 185°C

Polystyrène 490°C

e) danger de l’état de division des solides


Le chef d’agrès doit en permanence être vigilant face au danger occasionné par les poussières des
solides combustibles.
En faible quantité, ces poussières en dispersion dans l’air peuvent avoir un effet détonant dévastateur
(le 20 août 1997, une explosion dans les installations de stockage de céréales de la société
SEMABLA à Blaye faisait 11 morts et 1 blessé).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 13 sur -14
NIVEAU 2

Exemple : quantité minimale et température d’inflammation des poussières de céréales :

Solide Quantité Température d’inflammation

Poussières de céréales 30g /m3 350 à 500°C

Afin de mieux appréhender le comportement du feu, le chef d’agrès doit avoir quelques notions de
puissance thermique.
f) potentiel calorifique
C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de 1 Kg de combustible s’il est soli-
de ou liquide, de 1m3 s’il est gazeux.
Il s’exprime en MJ/Kg ou MJ/m3
Exemple : potentiels calorifiques de quelques combustibles courants :

Combustible Potentiel calorifique

Bois 17 MJ/Kg

Polystyrène 40 MJ/Kg

Méthane 55 MJ/Kg

Hydrogène 125 MJ/Kg

g) charge calorifique
C’est la quantité de chaleur totale susceptible de se dégager par la combustion de l’ensemble des
éléments combustibles se trouvant dans un local, ramenée à une unité de surface.
Elle s’exprime en MJ/m2.
Exemple : charge calorifique moyenne de quelques locaux courants :

Pièces, bâtiment ou activité Charge calorifique

Cuisine 310

Chambre 570

Hôtel 310

Bibliothèque 1500

Centre commercial 600

h) Débit calorifique
C’est la quantité de chaleur dégagée pendant une unité de temps lors d’un incendie.
Elle dépend du potentiel calorifique et est exprimée en MW.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 14 sur -14
NIVEAU 2

Exemple : puissance moyenne dégagée lors d’un embrasement généralisé éclair

Phénomène Puissance moyenne (MW)

E.G.E 7

Puissance absorbée par une L.D.V 500 l/ min en considérant un rendement de 20% :

Lance Puissance absorbée (MW)

L.D.V 45 à 500 l/ min 4

C’est la raison pour laquelle le chef d’agrès doit rapidement maîtriser le sinistre. Il doit se reti-
rer dès qu’il constate que le débit calorifique est supérieur à la puissance absorbée par la
L.D.V
7 – LES CLASSES DE FEUX
Les différents corps combustibles et inflammables sont répertoriés en quatre classes définies par la
norme européenne.
La connaissance de ces différentes classes permet au chef d’agrès d’utiliser les agents extincteurs
adéquats.
CLASSE A : feu de matériaux solides dont la combustion forme des braises
- bois
- papiers
- tissu
- PVC etc.…
CLASSE B : feu de liquides ou solides liquéfiables
- essence
- pétrole
- huiles
- solvants, peintures, polystyrène, etc.…..
CLASSE C : feu de gaz
- méthane
- butane
- propane
- gaz de ville, etc.….
CLASSE D : feu de métaux
- aluminium
- sodium
- potassium
- métaux alcalins, etc.…
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 15 sur -14
NIVEAU 2

8 – CAUSES DES INCENDIES


En France, un incendie domestique survient toutes les deux minutes, provoquant la mort de plusieurs
centaines de personnes par an.
70% des incendies meurtriers surviennent la nuit.
Force est de constater que l’origine de la plupart des incendies est de facteur humain :
- Malveillance
 incendie criminel
- Négligence
 conduit de cheminée non ramoné ;
 friteuse laissée sur le feu.
- Imprudence
 plusieurs appareils électriques branchés sur la même prise ;
 installation électrique non conforme
 fumer au lit
 enfants laissés seuls avec allumettes ou briquets à leur portée
Lorsque le facteur humain n’est pas mis en accusation, les incendies peuvent être de causes naturel-
les (foudre, fermentation des fourrages…) ou énergétiques (arcs électriques, électricité statique….)
9 – PROPAGATION
Modes de propagation
Le chef d’agrès doit parfaitement maîtriser les différentes façons que possède un incendie pour se
propager.
En effet, le chef d’agrès arrivant le premier sur un incendie doit, dans son idée de manœuvre, tout
mettre en œuvre pour que cet incendie ne se propage pas.
La combustion peut se propager par transmission de chaleur ou par déplacement des substances en
combustion.
a)Transmission de chaleur par
- rayonnement : tout corps en combustion émet de l’énergie sous forme d’ondes électromagnéti-
ques. Ce rayonnement élève la température des combustibles situés à proximité jusqu'à ce que
ceux-ci émettent des gaz combustibles qui s’enflamment à leur tour.
Il n’y a pas de contact entre la flamme et le combustible.

- Conduction : le corps en combustion transmet de


l’énergie à un conducteur qui, s’il est en contact avec un
combustible, élève la température de celui-ci jusqu’à ce
qu’il émette des gaz combustibles qui s’enflamment à leur
tour.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 16 sur -14
NIVEAU 2

- convection : les gaz chauds combustibles émis lors de la


combustion s’élèvent et s’accumulent en partie haute. Lors-
que ces gaz avoisinent les 600° C , ils produisent une distilla-
tion des combustibles situés à proximité et pourront
s’enflammer a leur tour.
Cette propagation peut se faire verticalement ou horizontale-
ment si les gaz chauds rencontrent un obstacle.

b) Déplacement des substances en combustion par


- les gaz : lors d’une combustion incomplète par manque de comburant, des nappes de gaz com-
bustibles imbrûlées peuvent se diffuser verticalement ou horizontalement, attendant un apport
de comburant et une énergie d’activation suffisants pour qu’elles s’enflamment. Ces inflammations
peuvent survenir à des distances assez lointaines du foyer initial.
- Les liquides : les liquides combustibles peuvent se répandre, ce qui augmente leur surface
d’évaporation et accroît le développement des flammes.
- Les solides : lors d’un incendie, des brandons ou des escarbilles incandescents peuvent être
projetés à plusieurs mètres, déplaçant ainsi le foyer initial par bonds successifs. Ce mode de pro-
pagation est souvent observé lors des feux de forêts.
10 – INFLUENCES DE L’ENVIRONNEMENT SUR LA PROPAGATION
L’environnement joue un rôle essentiel quant au risque et à la vitesse de propagation d’un incendie.
En effet, un feu en milieu clos ou semi clos risque de se propager de façon différente dans un bâti-
ment d’habitation ancien par rapport à un bâtiment récent. De même, un feu de forêt ascendant risque
de se propager plus vite qu’un feu de forêt descendant.
a) propagation d’un feu en milieu clos ou semi-ouvert
La propagation d’un feu en milieu clos est directement liée à la structure du bâtiment et à la charge
calorifique des locaux.
- Propagation dans un bâtiment ancien : ces bâtiments n’étant pas soumis à la réglementation
actuelle, le risque de propagation d’un incendie est très important. Le feu se développe librement
et rapidement par un apport massif de comburant. Ce développement anarchique est provoqué
par la faible résistance au feu (fenêtres en simple vitrage, cloisons et portes non coupe-feu…), la
forte réaction au feu des matériaux utilisés (escalier en bois…), l’absence de prévention (escalier
non encloisonnés, non désenfumés…) et la charge calorifique importante de ces locaux.
- Propagation dans un bâtiment récent : ces bâtiments étant soumis à la réglementation actuelle
(arrêtés du 31/01/86 pour les immeubles d’habitations, du 18/10/77 pour les immeubles de grande
hauteur, du 25/06/80 pour les établissements recevant du public, du 05/08/92 pour les immeubles
de bureaux et loi du 19/07/76 pour les installations classées) font que, la forte résistance au feu
(fenêtre en double vitrage, cloisons et portes coupe-feu..), la faible réaction au feu des matériaux
utilisés (escaliers en béton..), la présence de prévention (escaliers encloisonnés, désenfumés…)
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 17 sur -14
NIVEAU 2

et la charge calorifique importante des locaux, un incendie ne se développe pas librement par
manque de comburant .le risque de propagation est retardé.
Par contre dans des conditions particulières de développement, la propagation de l’incendie risque
d’être fulgurante.
b) propagation d’un feu en milieu ouvert
La propagation d’un feu en milieu ouvert, notamment le feu de forêt, est directement liée au relief et
aux conditions météo.
- le relief : la pente conditionne l’inclinaison des flammes par rapport au sol, ce qui facilite la vites-
se de propagation.
Un feu ascendant se propage d’autant plus facilement que la pente est forte car l’efficacité des
transferts thermiques par rayonnement et convection est accrue.
Un feu descendant se propage beaucoup plus lentement mais le risque qu’il saute d’une pente à
l’autre est très important.
- les conditions météo : le vent accélère la propagation en apportant de l’oxygène, en rabattant
les flammes sur la végétation, en modifiant la direction de l’incendie et en transportant des particu-
les incandescentes. L’hygrométrie assèche les végétaux et la température augmente la distilla-
tion.
11 – EFFETS DE LA PROPAGATION DES INCENDIES
La propagation d’un incendie peut avoir des conséquences dramatiques sur les occupants et les sa-
peurs-pompiers mais également sur l’économie.
a) occupants et sapeurs-pompiers
La propagation d’un incendie, notamment des fumées, peut piéger les occupants, occasionnant des
mouvements de paniques (défenestration…) ou des asphyxies.
Les différents retours d’expériences des incendies dramatiques montrent que la plupart des victimes
sont mortes par asphyxie et, pour une part non négligeable, par défenestration.
L’énergie thermique dégagée lors d’un incendie peut affaiblir la résistance au feu des constructions et
occasionner l’effondrement des bâtiments sur les occupants (feu d’immeuble vétuste à Paris en 2005,
17 morts…) et sur les sapeurs-pompiers (feu de parking souterrain en Belgique, 2 S.P tués…) ou
bloquer l’itinéraire de repli.
La propagation par E.G.E ou E.F menace directement les intervenants (décès de 5 SP à Neuilly sur
Seine le 14/09/02).
b) Economie
Un incendie non maîtrisé peut engendrer la fermeture d’une industrie pendant une longue période,
mettant en danger sa survie et pouvant occasionner un désastre économique ou écologique (pollu-
tion, chômage).
CONCLUSION
Le chef d’agrès qui arrive en premier sur un incendie doit tout mettre en œuvre pour que la situation
qu’il découvre à son arrivée ne puisse pas empirer.
Si ses moyens humains et matériels ne lui permettent pas de faire une extinction rapide, toutes ses
actions doivent être axées pour éviter la propagation.
Ce sont ses éléments de reconnaissance qui lui permettent de mettre en place son idée de manœu-
vre.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 18 sur -14
NIVEAU 2

EXPLOSION
1 – DEFINITION
Selon la vitesse de déplacement de la flamme, 2 types d’explosion sont possibles :
- la déflagration : la vitesse de déplacement est inférieure à la vitesse du son (surpression de 4 à
10 bars) ;
- la détonation : la vitesse de déplacement est supérieure à la vitesse du son (surpression de 20 à
30 bars) ;
(Vitesse du son=340 m/sec)
2 – TYPOLOGIE DES EXPLOSIONS
a) Mélanges explosifs et détonants
Formes :
- Solides ;
- Liquides ;
- Pâteuses ou gélatineuses.
Risques :
- présentent un risque de réaction exothermique avec développement rapide de gaz ;
- détonent, déflagrent rapidement ou, sous l’effet de la chaleur de la chaleur, explosent en
cas de confinement partiel, même sans intervention d’oxygène atmosphérique.
b) explosions de poussières
Les conditions à réunir pour une atmosphère explosive

Source
d’inflammation Confinement

Comburant dans
Poussières
inflammables
EX l’atmosphère

Atmosphère explosive

Concentration des
Poussières poussières le
en suspension domaine explosible
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 19 sur -14
NIVEAU 2

Nature des poussières susceptible d’exploser :


- les poussières végétales : lièges, bois, fibres textiles, etc. ;
- les poussières alimentaires : farines, céréales, lait en poudre, etc. ;
- les poussières métalliques : aluminium etc.,
- les poussières diverses (industrielle) : caoutchouc, souffre, matières plastique, etc..
Actions à entreprendre en cas de risque d’explosion :
- pulvérisation d’eau dans l’atmosphère explosive en jet diffusé afin d’humidifier
l’atmosphère et fixer les poussières
- supprimer la source d’inflammation potentielle : chaleur, flamme, étincelle, etc. ;
- ventilation en partie haute, ou inertage.
Réaction chimique
Une réaction chimique est l’ensemble des phénomènes qui engendrent la transformation de substan-
ces chimiques.
C’est la transformation de REACTIF en PRODUITS
A+B donnent C+D
Réactif Produits
Une réaction est endothermique lorsqu'elle absorbe de l’énergie, ou exothermique lorsqu’elle en dé-
gage.
Certaines réactions en chaîne peuvent se propager très vite et entraîner des explosions.
Les sapeurs-pompiers peuvent être exposés à ce genre de réactions chimiques explosives lors de
leurs interventions.
Les causent en sont diverses :
- l’apport d’eau : en présence d’eau, les substances hydro réactives (classe 4 et 3) vont générer
des gaz inflammables et présenter un risque d’explosion.
Exemple : carbure de calcium, sodium, potassium, phosphore.
S’il s’agit de colis, prendre garde aux phases de risques suivantes :
R14-réagit violemment au contact de l’eau
R15-au contact de l’eau, dégage des gaz extrêmement inflammables
- les mélanges : certaines substances ne doivent pas être mélangées au risque de générer des
gaz inflammables, voire une violente explosion.
Exemple : peroxyde d’hydrogène+hydrocarbures.
- les chocs, apport d’énergie : certaines substances sont très sensibles au moindre choc mécani-
que ou thermique.
Exemple : peroxyde d’hydrogène, nitroglycérine, etc.
S’il s’agit de colis, prendre garde aux phases de risques suivantes :
R2-risque d’explosion par le choc, la friction, le feu ou d’autres sources d’ignition ;
R3- grand risque d’explosion par le choc, la friction, le feu ou d’autres sources d’ignition.
Ce genre de réactions chimiques explosives met en jeu des matières généralement instables,
présentes dans des environnements bien particuliers (imprimerie, aéronautique, industrie, etc.)
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 20 sur -14
NIVEAU 2

Dans la reconnaissance, la recherche d’informations concernant le type de feu et les substances ex-
posées est une étape déterminante pour éviter ces réactions chimiques et prévenir du risque
d’explosion :
- dresser une liste des substances exposées à l’incendie ;
- s’assurer de leur compatibilité avec l’eau d’extinction ;
- suivre les précautions inscrites sur les emballages ou sur les fiches de données sécurité ;
- protéger toutes ces substances du rayonnement ;
- limiter leur manipulation et déplacement ;
- empêcher toute contamination avec une autre substance.
c) B.L.E.V.E (Bolling liquid Expandng Vapour Eplosion)
C’est une vaporisation violente à caractère explosive consécutive à la rupture d’un réservoir contenant
un liquide à une température significativement supérieure à sa température normale d’ébullition, à la
pression atmosphérique.
Les effets sont principalement thermiques (boule de feu), de surpression (onde de choc) et effets mis-
siles (projections de débris et d’objets).
Exemple : B.L.E.V.E d’une sphère de propane dans un site industriel.
d) U.V.C.E (Unconfided Vapour Cloud Explosion)
C’est une explosion d’un nuage de gaz en milieu non confiné.
Suite à une fuite de gaz combustible, le mélange du gaz et de l’air peut former un nuage inflammable
qui, en rencontrant une source d’allumage, peut exploser.
Exemple : rupture d’un gazoduc entraînant un rejet et une diffusion de propane.
e) BACKDRAFT (explosion de fumée)
C’est l’explosion des fumées surchauffées accumulées dans un volume clos, explosant lors d’un ap-
port d’air. Cette typologie d’explosion est développée dans le chapitre suivant phénomènes thermi-
ques.
3 – EXPLOSIBILITE ET EXPLOSIMETRIE
A – Explosibilité
a) définition de l’explosion
L’explosion est une réaction brusque d’oxydation ou de décomposition entraînant une élévation de
température, de pression, ou les deux simultanément.
L’énergie libérée par l’explosion se matérialise par une “onde de choc“, accompagnée ou non de dé-
bris, et d’une vague de chaleur.
b) Plages de danger
Lors d’un incendie, les matériaux en combustion vont libérer toutes sortes de gaz, sous forme de fu-
mées. Ces fumées, combinées à l’oxygène de l’air, forment un mélange, qui sera explosif dans une
certaine mesure. Cette mesure est différente pour chaque produit en combustion.
On distinguera trois plages différentes :
- la L.I.E (Limite Inférieure d’Explosibilité) : sous la L.I.E, la teneur en gaz est insuffisante pour ren-
dre le mélange explosif ;
- la P.E (Plage d’Explosibilité) : le mélange est explosif ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 21 sur -14
NIVEAU 2

- la L.S.E (Limite Supérieure d’Explosibilité) : au-dessus de la L.S.E, il n’y a plus assez d’oxygène
pour permettre la combustion du gaz. Attention, lors de la ventilation, il y aura forcément pas-
sage en plage d’explosibilité.
Certains produits ont une plage d’explosibilité réduite (exemple : l’essence de térébenthine, de 0,7 à
2,5% de gaz dans l’air).et d’autres, une plage d’explosibilité très large (exemple : l’hydrogène, de 4 à
75% de gaz dans l’air !).
Ces plages peuvent être résumées par le schéma suivant :

ZONE
DANGEREUSE

PE

LIE LSE

AIR GAZ

N.B : par mesure de sécurité, les explosimètres qu’utilisent les S.P mesurent de 0 à 1OO% de la L.I.E
B – Explosimétrie
a) L’explosimètre
C’est un appareil portatif utilisé par les sapeurs-pompiers pour détecter la présence d’un gaz ou de
vapeurs combustibles dans l’air’ avant que le mélange ne devienne explosif.
Il permet de déterminer le taux de concentration d’un gaz entre 0 et 100% de sa L.I.E et de dé-
clencher des alarmes sonores et visuelles lorsque les seuils prédéterminés sont atteints.
Cet appareil ne doit en aucun cas être confondu avec le toximètre qui détermine un taux de
nocivité ou de toxicité relatif à certains produits gazeux.
Au-dessus de 100% de la L.I.E, les appareils sont munis d’une levée de doute, système qui bloque la
mesure sur le seuil d’alarme supérieur et qui déclenche une alarme sonore et visuelle continue.
Air 0%

ZONE
DANGEREUSE
Air 100%

Zone 1 Zone 2 Zone 3


Gaz 0% Gaz 100%

0 50 100%
LIE LSE

Zone contrôlée par l’explosimètre


Concentration inconnue
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 22 sur -14
NIVEAU 2

Nota Bene : les équipes C.M.I.C et les agents de Gaz de France utilisent des catharomètres. A la
différence de l’explosimètre, le catharomètre mesure le pourcentage de gaz dans l’air.
b) Règles d’utilisation de l’explosimètre
A la prise de garde
- vérifier la présence de l’appareil et de ses accessoires ;
- faire une vérification visuelle de l’ensemble ;
- mettre l’appareil en fonction ;
- vérifier le niveau de charge des accus ;
- connaître le gaz étalon de l’explosimètre.
Avant les opérations
- mettre obligatoirement l’appareil dans sa housse de protection ;
- prendre les accessoires de prélèvement à distance ;
- prendre la bombe aérosol d’eau savonneuse pour localisation de la fuite ;
- mettre l’explosimètre en fonction en atmosphère saine, à l’extérieur de la zone de danger (atten-
tion à la phase d’autoréglage de certains appareils lors de la mise en route, le point zéro pourrait
se voir modifié).
Pendant les opérations
La détection de gaz doit se faire suivant leur densité par rapport à l’air (densité d = 1) :
- méthane (gaz de ville), en partie supérieur (d = 0,55) ;
- propane (d = 1,5) en partie basse ;
- butane (d = 2) en partie basse ;
- autres gaz, renseignements auprès de la C.M.I.C.
Précautions d’emplois ; s’assurer en premier lieu que les mélanges soient bien air/gaz (l’explosimètre
utilise l’oxygène de l’air pour sa fonction d’oxydation catalytique) :
- se renseigner auprès du C.O.S pour l’utilisation de l’explosimètre (produits pouvant détériorer
l’appareil) ;
- ne pas aspirer de liquide lorsque l’on utilise le kit de prélèvement à distance ;
- attention à des mélanges avec de la poussière (obturation du filtre d’entrée) ;
- attention aux mélanges à hautes températures (indication faussée) ;
- ne pas aspirer des fumées (dépôt de cendres et de goudron sur les filtres).
Après les opérations
- reconditionner l’explosimètre et ses accessoires ;
- mettre l’explosimètre en charge ;
- signaler tout problème particulier rencontré au responsable de la maintenance ;
- problème technique ;
- détection dans une atmosphère qui peut détériorer les filaments de la chambre de combustion ;
- appareil saturé en gaz pendant une longue durée etc.…
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 23 sur -14
NIVEAU 2

4 – GESTION DU RISQUE
A son arrivée, le chef d’agrès prendra en compte les éléments suivants :
- appréciation de la situation (reconnaissance des lieux et des risques potentiels) : activité du
site, présence ou non de matières dangereuses, stockage, mesures d’explosimétrie….
Il procédera, suite à cette reconnaissance, aux premières mesures conservatoires :
- délimitation d’un périmètre de sécurité a priori : en prenant en compte les facteurs suivants :
 la météo (vent, chaleur, pluie…)
 les risques relatifs (stockage en extérieur, confinement, enclavement…)
- suppression du risque : en procédant au barrage ou à la coupure d’alimentation des fluides
(électricité, gaz, fioul) ;
- ventilation des locaux : en respectant les enseignements de la lecture du feu.
5 - CONDUITE GENERALE D’UNE INTERVENTION
Avec risque d’explosion
- zonage à priori ;
- employer le minimum de personnel, A.R.I capelé ;
- progression des binômes avec une lance en eau, correctement alimentée.
Après une explosion
- procéder au bilan rapide des victimes visibles (pour les victimes ensevelies, déclencher des
moyens complémentaires si ce n’est déjà fait, tels que sauvetage déblaiement, équipe cynophi-
les…) ;
- regrouper toutes les personnes ayant été concernées de prés ou de loin par l’explosion pour les
faire examiner par un médecin (effet du BLAST) ;
- ne jamais déplacer d’éléments instables (étayer s’il le faut) ;
- procéder à des mesures d’explosimétrie afin d’écarter tout risque secondaire ;
- n’engager sur les lieux que des binômes équipés de leur tenue d’intervention complète.
Avec ou sans feu
- zonage à priori ;
- évacuation et mises en sécurité des personnes ;
- si feu, engager les personnels en tenue de feu complète, A.R.I capelé ;
- apprécier les risques de propagation et établir des lances en protection des biens menacés ;
- faire établir en urgence une lance en attaque directe et la bloquer en jet diffusé d’attaque ;
- prendre en compte les facteurs de la météo.
Avec fuite de enflammée
- zonage à priori ;
- limiter la propagation sans éteindre la flamme ;
- attendre l’intervention de GDF ;
- refroidir les zones soumises au rayonnement.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 24 sur -14
NIVEAU 2

PHENOMENES THERMIQUES : Explosion de fumée et em-


brasement généralisé éclair)
1 – RISQUES LIES AUX E.F ET E.G.E
Trois risques principaux sont à considérer suite à un embrasement généralisé ou une explosion de
fumée :
- des blessures et /ou piégeages des intervenants ;
- la déstabilisation du dispositif de lutte ;
- la propagation de l’incendie.
2 – SIGNES ANNONCIATEURS
a) Explosion de fumées
L’observation des signes d’alarme de l’imminence d’une Explosion de Fumées (backdraft) doit
concerner l’extérieur du volume sinistré .
Les ouvertures :
- Les portes et huisseries fermées sont très chaudes au toucher ;
- les poignées de porte peuvent être chaudes au toucher si elles sont métalliques et traversent les
battants ;
- les fenêtres intactes peuvent vibrer très légèrement du fait de la chaleur et de la surpression inter-
ne ;
- les vitres sont noires et opaques car recouvertes d’un fin dépôt de particules de carbones(suies) ;
la chaleur est perceptible au toucher ainsi qu’au rayonnement.
Le foyer :
- aucune flamme ou lumière extériorisée n’est visible ;
- seules des lueurs rouges de braises ou de petites flammes bleutée de combustion du(CO) peu-
vent être aperçues de l’extérieur ;
- les sons et les bruits sont amortis et aucun crépitement habituel des feux en espace libre n’est
perceptible.
Les fumées :
- sont denses lorsqu’elles sont extériorisées ;
- elles sortent par bouffées des interstices, avec une apparence de pulsation ;
- elles peuvent être ré aspirées à intervalles irréguliers ;
- elles sont de couleurs variées suivant les matériaux décomposés généralement foncées et brunâ-
tres, cependant parfois plus claires, grises ou blanches ;
- elles sortent souvent aussi sous le bas des portes.
Tous ces indices traduisent une forte densité thermique à l’extérieur du volume.

Aucune flamme nette n’est visible. Seules les fumées expulsées et les impressions
de chaleur extériorisées indiquent qu’un incendie “couve“
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 25 sur -14
NIVEAU 2

b) Embrasement généralisé éclair


L’observation des signaux d’alarme de l’imminence d’un Embrasement Généralisé Eclair (Flash-over)
doit concerner la partie supérieure du local, à l’intérieur du volume sinistré.
Le foyer :
- il est localisé en partie basse de la pièce ;
- il émet des flammes de couleur jaune vif ;
- il est correctement ventilé car au moins une ouverture permet un échange avec une entrée d’air
frais malgré une évacuation incomplète sur l’extérieur des produits de combustion et de pyrolyse.
La fumée :
- elle est épaisse, dense et noire ;
- elle s’échappe partiellement par l’ouvrant du volume impliqué.
Un ciel gazeux se forme dans la pièce
- il a la couleur noire et une apparence grasse ;
- le matelas a tendance à s’épaissir, à se densifier.
Il y a stratification des fumées, la chaleur est très forte et très pesante : l’intensité de la chaleur radiati-
ve oblige alors les personnels à s’agenouiller.
Lorsque le matelas est assez épais, il y a apparition de roll-overs, de courtes flammes issues du foyer
qui viennent lécher le matelas de fumée.

Le Roll-over est l’élément précurseur du flash-over.

c) Possibilité de conjugaison des phénomènes


Des quantités importantes de fumées et de gaz de combustion peuvent s’être échappées du volume
initial sinistré vers des zones adjacentes contenues dans la même enveloppe bâtimentaire, notam-
ment du fait de la présence de conduits de V.M.C, ou de climatisation ou encore l’emploi de techni-
ques de ventilation non maîtrisées.
Des locaux voisins du volume initial peuvent alors temporairement contenir des atmosphères explosi-
ves qui n’attendent qu’une source d’inflammation, piégeant les sapeurs pompiers lors de leur progres-
sion.

L’embrasement généralisé éclair apparaît dans la phase de croissance du feu. C’est le moment
ou le feu localisé se généralise.
L’explosion de fumées peut-être plus insidieuse et survenir aussi bien en phase de croissance
qu’en phase de déclin. L’attention des intervenants est alors relâchée, ce qui rend cette phase
d’autant plus délicate et dangereuse.
La plus grande vigilance reste requise pendant toute la durée de l’intervention.

3 - AVANT TOUTE ACTION OU ENGAGEMENTDES PERSONNELS


Appliquer la conduite à tenir face à un risque de phénomènes thermiques :
- procéder à la lecture du feu (signes d’alarme) ;
- évacuation des occupants et accès contrôlé à la zone ;
- ne pas pénétrer dans le local concerné ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 26 sur -14
NIVEAU 2

- ne pas rester devant les ouvrants ;


- ne pas ventiler par le bas (proscrire toute ventilation forcée) ;
- créer un exutoire en partie haute (le plus proche du faîtage) ;
- face à l’impossibilité de créer un exutoire :
o réaliser une trouée de la taille de la L.D.V en partie haute (porte ou fenêtre) ;
o inerter le local au moyen de la L.D.V à débit maximum ;
o arroser jusqu’à disparition des signes ;
- contrôler la disparition des signes d’alarme avant toute pénétration dans le local ;
- faire établir au moins 2 L.D.V classe 500 :
o 1 en attente de plain-pied, en eau ;
o l’autre pour refroidir les fumées dès l’exutoire crée (ou arroser à travers la trouée selon
les cas) ;
- dès disparition des signes, passer en attitude offensive.
Engagement et sécurité du personnel
Le choix du personnel doit être adapté à la mission envisagée, les critères à prendre en compte sont :
- la pénibilité de la mission :durée, conditions, etc…
- les critères humains : age, forme physique et psychologique, fatigue, formation, expérience, etc..
Un engagement à l’intérieur d’un bâtiment sous A.R.I doit se limiter au minimum de temps possible.
Le binôme doit effectuer un contrôle croisé des équipements de protection individuelle avant
l’engagement. Ce contrôle croisé porte sur :
- la présence de l’E.P.I ;
- son état ;
- son positionnement.
Permanence de l’alimentation en eau
Les binômes engagés doivent disposer en permanence d’une lance en eau à robinet Diffuseur Mixte
réglable permettant un débit de 500l /minimum.
Moyens de transmission, circulation de l’information
Essentielle, la circulation de l’information entre les acteurs de secours est primordiale pour coordonner
l’action des équipes et éviter une ouverture de porte ou un bris de vitre malencontreux, amenant un
embrasement généralisé éclair ou une explosion, de fumées.

Avant toute action des personnels, le chef d’agrès, après avoir appréhendé tous les
risques, prend seul les décisions nécessaires
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 27 sur -14
NIVEAU 2

COMPORTEMENT ET REACTION AU FEU


La prévention distingue deux notions importantes dans le domaine des incendies de bâtiments : la
réaction et la résistance au feu des matériaux. La maîtrise de ces dernières, associées à quelques
notions simples de construction est capitale pour le chef d’agrès car elles vont conditionner ses choix
tactiques lors des opérations d’extinction. De plus, elles lui permettront de préserver au mieux ses
personnels en choisissant les placements et cheminements les plus sûrs pour leur sécurité.
1 – COMPORTEMENT AU FEU DES MATERIAUX
a) réaction au feu des matériaux de construction
La réaction au feu des matériaux de construction et d’aménagement correspond à l’aptitude d’un
combustible à contribuer au développement du feu.
Exemples : les panneaux de bois, d’acier, de plâtre, les revêtements muraux, de sol, les peintures….
La réglementation considère plusieurs aspects :
- la quantité de chaleur dégagée au cours de la combustion ;
- la présence ou l’absence de gaz inflammables ;
- la production de fumée ;
- la production de gouttes ou débris enflammés.
La réaction au feu est exprimée sous forme d’un classement déterminé en laboratoire et variant en
fonction du pouvoir calorifique.

Classes Caractéristiques

M0 matériaux incombustibles

M1 matériaux combustibles qui se consument sans flamme

matériaux inflammables dont la combustion cesse dès la suppression de la


M2
source de chaleur
matériaux inflammables dont la combustion se poursuit après suppression de
M3
la source de chaleur, puis cesse
matériaux inflammables dont la combustion se poursuit jusqu'à destruction
M4
totale
matériaux n'ayant pas subi d'essais en laboratoire ou n'entrant pas dans les
NC
catégories précédentes

b) résistance au feu des éléments de construction


La résistance au feu des éléments de construction qualifie leur aptitude à conserver leur rôle isolant
ou porteur durant le temps nécessaire à l’évacuation des occupants et la lutte contre le feu et ce mal-
gré l’action de l’incendie sur les matériaux.
Exemples d’éléments de construction : planchers, murs, cloisons, portes, poteaux, poutres….
Pour classer les éléments de construction, la réglementation tient compte des critères suivants :
- la résistance mécanique sous charge ;
- l’étanchéité aux flammes et aux gaz chauds ou inflammables ;
- l’isolation thermique.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 28 sur -14
NIVEAU 2

En fonction du rôle que l’élément peut-être amené à jouer au cours d’un incendie, des critères
d’efficacité en terme de résistance au feu sont définis ;
Stable au Feu (S.F) Poids
Seule la résistance mécanique est requise

Pare Flamme (P.F)


Résistance mécanique+étanchéité aux flammes et gaz chauds

Coupe-Feu (C.F.)
Résistance mécanique + étanchéité aux flammes et gaz chauds ou inflammables + isolation
thermique
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 29 sur -14
NIVEAU 2

Il est également attribué un degré de classement, selon la durée minimale de résistance au feu. En
fonction des familles de bâtiments, les exigences de stabilité au feu sont différentes.
Les éléments sont classés :

STABLE AU FEU Résistance mécanique

PARE-FLAMMES Résistance mécanique


Étanchéité aux flammes
Absence d'émission de gaz inflammables

COUPE-FEU Résistance mécanique


Étanchéité aux flammes
Absence d'émission de gaz inflammables
Isolation thermique

Les critères de temps s’expriment en minutes :


- 15’, 20’, 30’, 45’, 60’, 90’, 120’, 180’, 240’ et 360’.
De plus, l’application des normes européennes est différente en fonction des types de pro-
duits, d’éléments de construction ou d’ouvrage.
2 – CHOIX LIES AU COMPORTEMENT ET A LA STABILITE AU FEU
a) Analyse
L’analyse que fait le chef d’agrès au cours de sa reconnaissance doit lui apporter des réponses aux
questions suivantes :
- Est-ce que la structure du bâtiment possède une stabilité au feu suffisante pour que je puisse
emprunter les communications existantes pour effectuer mes reconnaissances, mes sauvetages,
mes attaques ?
- Puis-je engager mon personnel en le préservant d’un effondrement ?
- Quels sont les itinéraires de repli, voire de secours disponibles pour mes personnels s’ils sont
piégés par un effondrement ou par le feu ?
- Quels sont les moyens à ma disposition afin de créer une ventilation naturelle, où dois-je prévoir
des moyens de ventilation mécanique ?
- Où dois-je placer mes moyens hydrauliques pour conserver la stabilité du bâtiment ?
- Sur quels éléments de la construction puis-je compter de manière certaine ?
- La propagation sera-t-elle rapide et par où se fera-t-elle ?
- La réaction au feu de l’élément combustible nécessite-t-elle un moyen et un mode d’extinction
particulier ?
Cette liste de questions est non exhaustive et doit être complétée par chacun en fonction de la confi-
guration de l’intervention.
3 – ACCES ET CHEMINEMENTS
Ils doivent être choisis parmi des communications offrant une bonne stabilité au feu. Les intervenants
ne doivent pas pouvoir être piégés par l’effondrement ou l’embrasement des communications emprun-
tées. Pour cela, il est impératif de définir l’itinéraire de repli et l’itinéraire de secours.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 30 sur -14
NIVEAU 2

L’itinéraire de repli : il s’agit de l’itinéraire d’accès normal.


L’itinéraire de secours : il s’agit d’une issue de secours pour les équipes engagées dans un bâtiment
et située autant que possible sur une façade opposée à l’accès normal.
Si le sinistre se situe en étage, l’itinéraire de secours doit être constitué par une échelle aérienne (tout
moyen élévateur).
Cela revient à dire que les échelles doivent être dressées au niveau de feu même si elles ne
servent pas à des sauvetages ou des attaques.
a) Attaque du foyer principal ou part du feu
Les attaques doivent en priorité être menées par l’intérieur des bâtiments si les communications le
permettent. Le choix des points d’attaque doit être lié à l’analyse que le chef d’agrès a pu faire du
bâtiment.
Si un local possède des murs coupe-feu :
- pas de risque immédiat de propagation du feu par les flammes ;
- le feu est contenu par la structure même du local ;
- les missions premières seront donc les attaques des foyers principaux, en respectant les condui-
tes à tenir en cas de signes annonciateurs de phénomènes thermiques.
Si le feu est en progression libre :
- le chef d’agrès devra faire la part du feu (cf. : partie attaque de la M.G.O.) ;
- les attaques devront alors s’appuyer sur des cloisons, des planchers ou des murs coupe-feu pour
renforcer leurs propriétés mécaniques et éviter tout risque de propagation. La mission devra en-
suite évoluer vers l’attaque du foyer principal.
L’attaque du foyer principal ainsi que la part du feu sont souvent menées de front.
Dans ce cas le chef d’agrès doit s’assurer que les binômes chargés d’éviter la propagation n’attaquent
surtout pas le foyer principal. Cela inverserait le tirage et risquerait de brûler les binômes chargés de
l’attaque du foyer principal (cas d’une lance sur échelle, dont la mission sur un feu d’appartement est
d’enrayer la propagation verticale n opposant un rideau d’eau).
4 – CHOIX DES POINTS D'ATTAQUE
Les binômes d’attaque doivent être positionnés sur et sous des éléments offrant une bonne stabilité
au feu, les préservant de tout effondrement (positionnement sur une dalle béton, dans l’encadrement
d’une porte d’un mûr porteur).
proscrire l’accès à l’intérieur des structures métalliques, limiter le temps
d’intervention sous les structures de faible résistance (bois, P.V.C.).
!
5 – LES SAUVETAGES
Si la réaction au feu des communications existantes est dangereuse (propagation rapide, production
importante de fumées, de gouttes enflammées, fonte du matériau) ou leur résistance est mauvaise,
alors les sauvetages et mises en sécurité doivent s’effectuer par l’extérieur. Il va de même pour les
personnes bloquées au sein d’une structure dont la résistance au feu n’est pas garantie. Celles-ci
devront rapidement être mises en sécurité dans une structure résistante au feu en attendant
d’effectuer l’évacuation définitive.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 31 sur -14
NIVEAU 2

LES PROCEDES D’EXTINCTION


Rappels :
La réaction générale de combustion peut être résumée de la façon suivante :
Combustible + Comburant = Gaz + Fumée + Chaleur + Lumière
1 – LE TETRAEDRE DU FEU
La lutte contre l’incendie se résume à une réaction sur les éléments du tétraèdre du feu :

COMBURANT

COMBUSTIBLE RADICAUX LIBRES

ENERGIE D'ACTIVATION
C’est en fait une succession de réactions simples (élémentaires) mettant en jeu des entités très réac-
tives : les radicaux libres.
Les radicaux libres jouent un rôle très important dans :
- la destruction des molécules du combustible et du comburant ;
- l’initiation et la propagation de la réaction en chaîne.
2 – DIFFERENTS AGENTS EXTINCTEURS
a) L’eau
C’est l’agent extincteur le plus utilisé par les sapeurs-pompiers car il est relativement :
- abondant et disponible ;
- économique ;
- pratique d’emploi ;
- efficace.
Inconvénients
- apport d’une surcharge au bâtiment ;
- risques liés à la présence d’électricité ;
- risque de gel en cas de froid ;
- réactivité avec certaines substances ;
- dégâts causés sur les biens.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 32 sur -14
NIVEAU 2

Modes d’action
Refroidissement, soufflage (jet droit), dispersion, inertage (en remplissage de réservoir non dégazé),
étouffement.
b) La mousse
La mousse permet d’intervenir sur des feux spécifiques sur lesquels l’eau serait inopérante, voire
dangereuse (nappe d’hydrocarbure, …).
Composition
- combinaison de trois éléments (émulseur, eau, air) ;
- la faible densité de la mousse lui permet de flotter à la surface des liquides.
La mousse étant fabriquée à base d’eau, ses inconvénients sont identiques à l’eau.
Modes d’action
Refroidissement, étouffement, isolement, écran.
Le chef d’agrès qui décide d’une attaque à la mousse devra prévoir ses réserves en émulseur. Pour
cela, il devra déterminer le taux d’application.
Taux d’application : c’est le volume de solution moussante, par minute et par m² de
STOP nappe de feu, pour assurer l’extinction. Exprimé en l / min / m².

L’attaque « FHL » suivante peut vous aider dans vos calculs :


En pointille, un exemple d’utilisation :
Vous êtes face à un feu d’une surface de 10 000 m² à traiter par un taux d’application de 5l / min / m².
Le milieu vous donne alors le débit de solution moussante.
Avec la concentration en émulseur de la solution moussante (6%), vous obtenez au final la quantité
d’émulseur nécessaire pour une extinction de 20 minutes.
c) L’eau dopée
En plus d’avoir les mêmes effets que l’eau, elle permet d’isoler le combustible du comburant. Cet
agent extincteur, au même titre que la mousse, fait entrer en ligne de compte une quantité de produit
mouillant ou émulseur. Le même raisonnement que pour la mousse est à appliquer.
Modes d’action
Refroidissement, soufflage, dispersion, étouffement.
d) Le CO2
Le gaz stocké dans les extincteurs permet de maîtriser ou d’éteindre un incendie de faible importance.
Il est de bon ton de ne pas utiliser cette option pour un incendie classique, sauf scénario correctement
limité (feu électrique dans une armoire, etc..). Le CO2 est aussi utilisé lors d’extinction automatique. Il
est alors stocké dans de grandes bouteilles tampons dans un local technique, et l’agent extincteur est
amené par l’intermédiaire de conduites rigides.

Risque d’asphyxie lors d’une extinction automatique


!
Modes d’action
Etouffement, soufflage, inertage.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 33 sur -14
NIVEAU 2

e) La poudre
La poudre reste encore de nos jours un moyen utilisé couramment dans certains sinistres, même par-
fois en grande quantité.
Son efficacité et sa simplicité d’utilisation ont amené les industriels à concevoir des engins spéciale-
ment réservés à cette utilisation. Lourde, mais techniquement maîtrisée par les sapeurs-pompiers,
son stockage est effectué dans des réservoirs sphériques et son décompactage est assuré par des
bouteilles de CO2 qui ensuite mettent en pression le réservoir. L’agent extincteur est alors disponible
par l’intermédiaire de lances canons à poudre à main de Ø45.
Modes d’action
Soufflage, dispersion, inhibition.
3 – MODES D’ACTION DES DIFFERENTS AGENTS EXTINCTEURS

Le refroidissement COMBURANT
- aborder l’énergie de la combustion ;
- abaisser l’intensité du feu, donc la tempéra-
ture ;
- agir sur l’ÉNERGIE.

COMBUSTIBLE RADICAUX
LIBRES

L’étouffement ou isolement
- former une barrière afin de supprimer
l’apport du feu, donc la température ;
- agir sur le COMBURANT.

COMBUSTIBLE RADICAUX
LIBRES

ENERGIE D'ACTIVATION

L’inertage
- remplacer l’O2 par un gaz non comburant
inerte ;
- agir sur le domaine d’inflammation et sur le
COMBURANT.
COMBUSTIBLE RADICAUX
LIBRES

ENERGIE D'ACTIVATION
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 34 sur -14
NIVEAU 2

Le soufflage COMBURANT
- projeter violemment un fluide sur les flam-
mes ;
- détourner les vapeurs combustibles dans
l’air (comme lorsque l’on souffle la flamme
d’une bougie) ;
- agir sur l’émission des VAPEURS
COMBUSTIBLES.
RADICAUX
LIBRES
ENERGIE D'ACTIVATION

La dispersion COMBURANT
- agir physiquement pour permettre de bou-
leverser la disposition des matériaux en
feu, afin de diviser l’énergie produite ;
- agir sur le COMBUSTIBLE et l’ÉNERGIE
D’ACTIVATION.

RADICAUX
LIBRES

L’inhibition
COMBURANT
- limiter, stopper l’action des radicaux libres ;
- stopper la réaction en chaîne de combus-
tion ;
- agir sur les RADICAUX LIBRES.

COMBUSTIBLE

ENERGIE D'ACTIVATION
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 35 sur -14
NIVEAU 2

4 – ADAPTATION DES PROCEDES D'EXTINCTION AUX DIFFERENTES CLASSES DE FEUX


Par leur action combinée sur un ou plusieurs éléments du tétraèdre du feu, les agents extincteurs
doivent être choisis en fonction de la classe de feu à éteindre. De cette adaptation de l’agent extinc-
teur par rapport à la classe de feu dépend la réussite de l’extinction et l’absence de reprise ultérieure,
voire de réaction violente.
CLASSES DE FEU AGENTS EXTINCTEURS ADAPTES
Feux de matériaux solides dont la combus-
tion forme des braises → Eau
→ Eau pulvérisée
→ Eau pulvérisée avec additif
A → Poudre ABC
Bois, tissus, papier, livres
Feux de liquides ou solides liquéfiables in- → Mousse
flammables. → Eau dopée
→ Eau pulvérisée avec additif
→ Poudre BC
B → Poudre ABC
Essence, liquide inflammable → CO2
Feux de gaz
→ Poudre BC
C → Poudre ABC
Butane, propane, gaz de ville
Extinction avec des poudres ou des produits
Feux de matériaux particuliers (ciment sec, sable…) adaptés au type
de métal en feu. Son extinction est réservée à
des spécialistes.
D L’eau est à proscrire.
Fer, aluminium Par exemple, son utilisation sur un feu
d’aluminium provoque une explosion.

N.B. : une nouvelle classe de feu a vu le jour en 2005 et est en cours de certification. Il s’agit de la
classe F : feux liés aux auxiliaires de cuisson (huiles et graisses végétales et animales).
5 – MESURES DE SECURITE
Les agents extincteurs, leurs modes d’action et leur adaptation au type de feu doivent être parfaite-
ment connus et leur manipulation maîtrisée.
Malgré une action efficace sur le sinistre, les agents extincteurs peuvent présenter certains dangers
pour le personnel.
Le chef d’agrès doit veiller à ce que les consignes liées à chaque agent extincteur soient respectées.
Ainsi, il veillera, lors de l’extinction, à minimiser les inconvénients de chaque agent, comme :
- pour l’eau : augmentation de la masse en charge ;
- pour la mousse : rupture du tapis ;
- pour la poudre : projection de liquide inflammable.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 36 sur -14
NIVEAU 2

MARCHE GENERALE DES OPERATIONS


1 – INTERET DE LA MARCHE GENERALE DES OPERATIONS POUR LE CHEF D’AGRES
C’est une procédure qui va permettre au chef d’agrès de réaliser une opération de secours et
d’extinction dans un cadre technique et réglementaire.
Même si chaque intervention de secours revêt un caractère différent, elle se déroulera toujours selon
une succession de séquences appelée M.G.O.
2 – DIFFERENTES ETAPES DE M.G.O
a) La reconnaissance
C’est la phase initiale d’une intervention. Elle permet au chef d’agrès d’obtenir l’ensemble des compo-
sants de l’intervention et les enjeux qui en découlent (humain, matériel, économique).
Elle se réalise en plusieurs phases et sera détaillée ultérieurement. La reconnaissance est primordiale
et prépondérante dans toutes les opérations de secours et peut parfois s’échelonner tout au long de
l’intervention.
Les trois phases de la reconnaissance sont :
- la reconnaissance initiale : elle consiste à déterminer le type de sinistre et les risques qu’ils
représentent pour les personnes, les biens et l’environnement. Elle doit permettre au chef d’agrès
de commander les sauvetages, ou déterminer les premières mesures à prendre (ventilation,
moyens hydrauliques, etc..) ;
- La reconnaissance secondaire : les premières actions commandées, le chef d’agrès doit visiter
ou faire visiter l’ensemble des volumes situés autour du sinistre et directement menacés. Cette
reconnaissance “dite cubique“ peut être longue et doit permettre d’anticiper une éventuelle aggra-
vation du sinistre. A l’issue, le chef d’agrès doit compléter, voire modifier ses réactions immédiates
(rajouter une lance, couper des fluides, ventiler des locaux…) ;
- La reconnaissance finale : c’est la phase ultime de la reconnaissance. Le chef d’agrès, avant de
quitter les lieux, s’assurera de l’absence de risque persistant (foyer résiduel, fumées stagnantes,
risque d’effondrement d’un mur…) et y remédiera le cas échéant.
b) Sauvetages et mises en sécurité
Ils sont effectués en priorité, avec les moyens disponibles que sont les échelles (à coulisse, à cro-
chet), les échelles aériennes, le L.S.P.C.C.
Ils ont pour objet d’extraire les personnes, voire les animaux, des dangers vitaux liés au sinistre
(flammes, fumées, effondrement, etc.).
Les sauvetages sont réalisés le plus rapidement possible, ce qui nécessite parfois la mise en œuvre
en parallèle des moyens d’extinction.
c) Etablissements
C’est la disposition donnée aux tuyaux pour amener l’eau d’un point à un autre. Ils doivent être exécu-
tés avec rapidité dans le cadre d’une procédure opérationnelle prédéfinie (G.N.R. établissement des
lances - manœuvres en binôme).
Les établissements sont réalisés soit avec des tuyaux roulés en couronne ou pliés en écheveau, soit
au moyen des dévidoirs mobiles ou tournants.
Les établissements d’attaques doivent être adaptés aux possibilités d’alimentation dont disposent les
secours (délai de réalisation et débit simultané).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 37 sur -14
NIVEAU 2

Le chef d’agrès veille à ce que les règles d’établissements soient respectées de manière à faciliter
l’extinction et prévenir tous dégâts occasionnés aux établissements.
d) Attaque
C’est l’action qui consiste à rabattre les flammes pour enrayer la propagation du feu et aboutir à
l’extinction du foyer. Tous les efforts doivent tendre à circonscrire le feu, avec un nombre suffisant de
lances, pour qu’il ne puisse se propager. Les points d’attaque sont désignés au plus prés, de telle
sorte que l’eau soit projetée avec efficacité sur les matières qui brûlent.
Le chef d’agrès doit veiller à placer ses binômes dans un lieu où l’attaque soit la plus efficace possible
et qui garantisse la sécurité du personnel (mur de refend, bord de mur)
Les différentes phases de l’attaque sont :
- faire la part du feu, en portant ses efforts sur les points les plus menacés et non sur le gros du
foyer ;
- circonscrire l’incendie, en préservant le pourtour par un circuit de lances de manière que le feu
ne puisse se propager d’aucun côté ;
- se rendre maître du feu, en portant l’effort principal du côté menacé, du côté où la flamme est
poussée pour garantir les locaux des matières combustibles ou explosibles, ou les parties de
construction qui en soutiennent d’autres (poutres, limon, entrait) ;
- déclarer feu éteint, lorsque les foyers principaux sont éteints et que seuls, des débris fument ou
charbonnent.
Le chef d’agrès doit veiller aussi au débit des lances par rapport au sinistre (1 GL ou LDV 1000 / 500
3
m potentiel calorifique moyen (ex : bois).
e) Protection
C’est l’action qui consiste à limiter les dégâts occasionnés par l’eau, le feu, la chaleur ou la fumée.
Pour être efficace, elle doit être réalisée le plus rapidement possible sans attendre l’arrivée des engins
spécialisés, si possible dès l’attaque.
Les moyens à utiliser sont : le bâchage, le déménagement, la ventilation, l’épuisement…
Des moyens spécialisés peuvent être employés pour y arriver, notamment sur les feux de gros volu-
mes.
f) Déblai
Il a pour objet de déplacer les décombres qui pourrait encore cacher des foyers et d’écarter ainsi tout
risque de reprise de feu.
Dans les cas où il y a un amas de décombres à déplacer, le maire, pour faciliter l’action des secours,
peut faire appel à des moyens publics ou privés (bennes, goulottes d’évacuation, etc.)
Lorsque la police ou la gendarmerie font état d’une enquête judiciaire, le déblai peut être retardé jus-
qu’à l’arrivée de la personne qualifiée pour ordonner sa reprise. Si les opérations d’extinction le né-
cessitent, il sera réalisé un déblai sommaire.
Au cours de cette phase, le chef d’agrès doit s’assurer que les personnels engagés sont munis de la
protection individuelle maximum, notamment le port de l’A.R.I quand cela est nécessaire (risque
d’intoxication au CO).
Le chef d’agrès s’assure qu’aucune reprise du feu n’est possible du fait des décombres. Il veille éga-
lement à la sécurité du personnel engagé dans cette phase importante, mais peu prisée par son per-
sonnel. Le risque de blessures est d’autant plus élevé que l’attention est retombée après la phase de
l’attaque, plus active.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 38 sur -14
NIVEAU 2

g) Surveillance
Le service de surveillance a pour objet de maintenir du personnel et du matériel sur les lieux de
l’intervention après un sinistre important afin d’empêcher toute reprise du feu. L’effectif de ce service
varie suivant l’importance du sinistre à surveiller et le nombre de lances encore utiles. Il doit être aussi
réduit que possible, mais ne doit pas comporter moins d’un engin d’incendie avec au minimum 4 per-
sonnes (1 chef d’agrès, 1 conducteur, 1 binôme).
S’il y a lieu, des relèves sont effectuées aussi fréquemment que la difficulté des opérations l’exigent. A
chaque ronde de surveillance, les sapeurs doivent informer le chef d’agrès de l’évolution de la situa-
tion (positive ou négative).
Le chef d’agrès doit tenir doit tenir informé le C.T.A/C.O.D.I.S de l’évolution de la situation et doit di-
mensionner la relève (en personnels et en moyens matériels).
Cette phase peut durer plusieurs jours
h) Reconditionnement et retour au C.I.S
La rapidité et la sécurité des opérations ne dépendent pas que de la formation des intervenants. La
qualité de l’entretien du matériel, un rangement méthodique dans les engins optimisent leur emploi en
toutes circonstances. Il en va de même du personnel qui doit pouvoir se doucher, se changer et se
reposer dans les meilleures conditions.
Lors des opérations de longue durée, les secours peuvent être amenés à rester sur les lieux plusieurs
heures, voire plusieurs jours. Le reconditionnement doit alors se faire sur place. Le commandant des
opérations de secours est responsable de la logistique, aussi bien pour le matériel (carburant, bouteil-
les d’air, réparations mécaniques, etc.) que le personnel qui doit être bien nourri, hydraté et réguliè-
rement relevé. Le chef d’agrès veille au sérieux apporté a cette phase cruciale, permettant de garantir
un nouveau départ des secours avec les mêmes personnels et engins pour être de nouveau efficace.
Il peut effectuer un débriefing à chaud, s’il le juge nécessaire.
Il rédige le compte rendu de sortie de secours (C.R.S.S.)

Certaines phases de la M.G.O doivent être assurées simultanément, elles sont complémentaires :

SAUVETAGES/ETABLISSEMENTS puis ATTAQUE

ATTAQUE/PROTECTION.

3 – IMPORTANCE DE LA RECONNAISSANCE INITIALE ET DES RECONNAISSANCES


COMPLEMENTAIRES
La nature de l’intervention doit être appréhendée de manière rapide et efficace par le chef d’agrès. Lui
seul décidera de la possibilité d’engager des renforts supplémentaires. La reconnaissance initiale
permettra une réaction immédiate et adaptée par rapport à la situation.
Le dispositif mis en place, pendant l’opération, des reconnaissances complémentaires seront effec-
tuées au fur et à mesure de l’avancée des binômes et de l’évolution du sinistre.
Ces reconnaissances permettent d’adapter les dispositifs mis en place tout au long de l’intervention
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 39 sur -14
NIVEAU 2

ANALYSE DE LA ZONE D’INTERVENTION


Dans la totalité des missions qu’il aura à commander et particulièrement lors des incendies, le chef
d’agrès doit être capable d’analyser la zone sur laquelle il va être amené à évoluer.
1 – APPROCHE DU SINISTRE AVEC L’ENGIN
Avant même d’être arrivé sur les lieux, le chef d’agrès pourra acquérir un bon nombre d’éléments
permettant de mesurer l’importance du sinistre :
- les informations données par le C.T.A (nombre d’appels, notion de victimes, les autres engins
engagés au départ) ;
- les éléments visibles au loin (panache de fumée, lueur) ;
- les conséquences du sinistre (blocage de la circulation, mouvements de personnes dans les rues,
perturbations sur la périphérie urbaine...).
2 – ANALYSE GENERALE DE LA ZONE D’INTERVENTION
Dès l’arrivée sur les lieux par une vision globale du secteur, le chef d’agrès devra s’attacher à recher-
cher les premiers éléments disponibles concernant la zone d’intervention, à savoir :
a) les accès
- déterminer le meilleur accès en fonction du sens de circulation, de la largeur, du tonnage de
l’engin et des difficultés possibles (portails, portiques, etc.) ;
- rechercher la présence ou non de voies engins ou voies échelles ;
- d’une manière générale, le premier engin se placera au plus prés du sinistre “en premier secours“
afin de permettre une action rapide des personnels, notamment dans les actions de sauvetage,
mais également limiter la longueur des établissements de refoulement.
b) les bâtiments
Afin de dimensionner l’étendue potentielle du sinistre et des enjeux liés à sa possible évolution dans le
temps et dans l’espace, le chef d’agrès doit se renseigner sur :
- le type de construction ;
- le type de bâtiment (E.R.P, etc.) ;
- leurs dimensions ;
- l’implantation par rapport aux autres constructions.
Le nombre d’ouvrants praticables (porte, fenêtre, balcon, etc.) est aussi une information à prendre en
compte immédiatement.
c) les réseaux hydrauliques
La présence de PI-BI, de points d’eau naturels ou artificiels, permettra de déterminer les limites du
dispositif hydraulique que le chef d’agrès devra mettre en place :
- nature des points ;
- caractéristiques (pression, débit) ;
- emplacement et nombre.
Cette partie de l’analyse de la Z I pourra se faire concrètement sur le terrain et viendra en complément
de celle effectuée durant le transit à l’aide des plans parcellaires et diverses fiches ETA- RE.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 40 sur -14
NIVEAU 2

d) L’environnement immédiat
Qu’il soit urbain rural ou industriel, la typologie de l’environnement contenant la zone d’intervention
devra également être pris en compte par le chef d’agrès :
- topographie des lieux ;
- distance et situation des tiers mitoyens de la population voisine, des cibles potentielles (création
d’un périmètre de sécurité) ;
- limiter la propagation (directe ou indirecte) du sinistre à cet environnement.
e) les conditions météorologiques
Dans certains cas de figure, les conditions météo, peuvent avoir une conséquence directe sur
l’intervention et l’évolution du sinistre.

Facteur météo Risques encourus

Le vent - augmente l’apport de comburant et accroît la vitesse de propaga-


tion verticale et horizontale ;
- limite, et parfois même interdit l’emploi des échelles aériennes ;
- peut influencer l’efficacité de la ventilation opérationnelle ;

Le gel, la neige - limitent la vitesse de déplacement des engins ;


- limitent les possibilités d’utilisation des points d’eau naturels ;
- rendent difficile l’utilisation des pompes ;
- limitent la durée d’intervention des personnels

Les fortes chaleurs - augmentent la distillation des matériaux combustibles


- augmentent les risques de malaise des personnels (coup de cha-
leur à l’effort) ;

La pluie - rend glissantes les surfaces.

La période de la journée
Un départ FPT de nuit pour feu d’habitation peut laisser penser à une découverte tardive du sinistre
avant l’alerte, des occupants endormis, etc... Des moyens d’éclairage devront être mis en œuvre pour
faciliter l’action des intervenants.
La période de l’année
Une intervention sur un feu d’habitation en plein hiver, en période froide, implique probablement une
maison fermée, plus calfeutrée qu’en été.
3 – REACTIONS IMMEDIATES
Ayant pris en compte tous ces éléments, le chef d’agrès, sans approfondir ses reconnaissances, doit
être capable d’émettre un certain nombre d’ordres et de consignes concernant :
a) le placement de son engin
Pour utiliser au mieux son engin, disposer de la totalité du matériel embarqué et commander ses bi-
nômes, le placement de l’engin doit être fait rapidement.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 41 sur -14
NIVEAU 2

Si cela nécessite une manœuvre délicate ou se faire en plusieurs temps, il sera exigé qu’un guidage
soit effectué. Ayant des répercutions directes sur la suite de l’intervention (arrivée de renfort, utilisation
de l’EPA, alimentation), le placement de l’engin doit rester du ressort du chef d’agrès et exclure toute
autre alternative.
b) le message précoce
Si la situation l’exige, le chef d’agrès, avec cette seule analyse de la zone d’intervention, peut-être
amené à passer un message précoce pour confirmer ou infirmer la situation pressentie par le CTA. Ce
message, au-delà de la simple information de la hiérarchie, doit être effectué pour demander des ren-
forts (présomption de grand feu), ou annuler des engins engagés au départ mais s’avérant inutiles
ensuite (feu de détritus dans l’enceinte d’un entrepôt désaffecté…).
c) les mesures de sécurité
Un renforcement des consignes habituelles peut être précisé à ce moment précis de l’intervention
(renforcement des E.P.I., réalisation d’un périmètre de sécurité, caractère sensible de l’intervention,
vigilance particulière sur les comptes-rendus). Même si cela ne doit pas retarder les autres actions à
mener, un rappel ou une autre précision concernant les consignes permettent aux intervenants de
travailler en toute confiance et œuvrer en sécurité.
Le chef d’agrès doit être capable de dimensionner sa zone d’intervention pour la délimiter et en
gérer les accès

L’analyse de la zone d’intervention doit être considérée comme un préambule à la reconnais-


sance et permettre au chef d’agrès de mesurer la réelle dimension de l’intervention. Elle doit être
réalisée avec sérieux et systématisée, même sur les missions a priori bénignes. Par ailleurs elle
doit permettre de mettre un certain nombre de mesures conservatoires et prépare l’arrivée des
renforts si nécessaire.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 42 sur -14
NIVEAU 2

RECONNAISSANCE D’UN SITE D’INTERVENTION


1 – OBJECTIF DU DEROULEMENT TYPE DE LA RECONNAISSANCE
C’est une phase primordiale de l’intervention.
La reconnaissance doit être :
- permanente ;
- complète ;
- systématique ;
- méthodique.
2 – RECONNAISSANCE EXTERIEURE/INTERIEURE
Pour assurer une reconnaissance complète, effectuer une reconnaissance extérieure, intérieure sur
les 6 faces du volume (reconnaissance cubique).

SINISTRE

Les éléments à rechercher lors de la reconnaissance sont multiples et parfois complexes. Cependant,
leur importance peut être classée à différents niveaux. C’est pourquoi le chef d’agrès devra réaliser la
reconnaissance selon 3 phases.
3 – RECONNAISSANCE INITIALE RAPIDE DU CHEF D’AGRES ET PRISE DE
RENSEIGNEMENTS
Cette phase fait suite à l’analyse de la ZI et doit permettre au chef d’agrès de mettre en place les ré-
actions immédiates, garantissant la sécurité des personnes, des biens et de l’environnement. Réali-
sée en questionnant le ou les témoins (requérant, voisin, exploitant, ouvrier..), elle doit permettre de
connaître :
- le type de sinistre ;
- son importance et les risques potentiels d’aggravation ;
- les risques vitaux pour les tiers et les intervenants (explosion, effondrement, électrisation…) ;
- les accès permettant le cheminement jusqu’au sinistre.
Reconnaissance complémentaire :
A l’issue de cette prise de renseignements, le chef d’agrès doit alors :
- mettre en place les réactions immédiates permettant de maîtriser le sinistre et ses risques (sauve-
tages, protection, attaque..) en engageant le ou les binômes à sa disposition ;
- demander des renforts si besoin ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 43 sur -14
NIVEAU 2

- renseigner le CTA/CODIS ou le chef de groupe par l’intermédiaire d’un message.


Lors de cette phase, le chef d’agrès doit veiller à garantir la sécurité de son personnel en réalisant
la coupure des fluides et en signalant les risques persistants ou non visibles (effondrement,
électrisation…).
4 – RECONNAISSANCE SECONDAIRE, MOYENS A METTRE EN OEUVRE
Les premières actions étant en cours de réalisation, le chef d’agrès doit poursuivre ses reconnaissan-
ces. Pour cela, en s’aidant d’un témoin ou d’un plan, il recherchera l’ensemble des volumes attenants.
Chacun de ces volumes devra être visité et, si besoin, ventilé.
Cette mission peut être réalisée par le chef d’agrès ou par du personnel d’engins arrivés en renfort.
Cette reconnaissance doit permettre de définir la présence et la localisation des points particuliers à
protéger, ainsi que les accès secondaires au sinistre, les moyens de secours facilitant les intervenants
(désenfumage, R.I.A, escaliers encloisonnés..).
Lors de cette phase, le chef d’agrès mettra en place si nécessaire des actions complémentaires aux
réactions immédiates (mise en place de caméra thermique, accès aux étages au moyen d’une échelle
aérienne…), et requérir si besoin à d’autres services (police, EDF, GDF, services techniques..).
Un message de renseignement devra être passé au CTA/CODIS à chaque mise en place d’une nou-
velle action, ou pour toute évolution de la situation.
5 – REGLES DE SECURITE A RESPECTER LORS DES RECONNAISSANCES
a) Menace d’effondrement
La chaleur d’un incendie peut diminuer la résistance des structures. Il faut vérifier lors de la recon-
naissance l’état des éléments constituant la structure du bâtiment (toiture, poutres, planchers, faça-
des, corniches, etc.).
S’il existe un risque d’effondrement :
- stationner les engins à une distance au moins égale à la hauteur du bâtiment;
- mettre en place un périmètre de protection inaccessible au public dont le rayon doit être égal à 1,5
fois la hauteur du bâtiment;
- le périmètre de sécurité doit être physiquement matérialisé afin d’être opposable au tiers (rubalise,
barrières municipales, engins..).
b) Coupure des énergies ou des fluides
Les “énergies“ comprennent :
- l’alimentation électrique ;
- le gaz (bouteilles, conduites, etc.) ;
- le fuel (chaufferie par exemple) ;
- tout réseau de chaleur (vapeur, eau chaude, etc.).
Repérer l’accès aux organes de coupure et procéder à la consignation de ces sources.
Les “fluides“ comprennent :
- l’eau, avec tous ses risques induits (électrisation, dégâts, surcharge, gel, etc.).
- certains liquides ou gaz dans les établissements de soins ou installations, repérables par un code
de couleur.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 44 sur -14
NIVEAU 2

6 – SITUATIONS SPECIFIQUES
Toute reconnaissance sur de longs cheminements entraînant des risques d’exposition aux fumées se
fera au moyen de l’ARI, conformément aux procédures du GNR.
7 – RECONNAISSANCE FINALE
Le sinistre étant maîtrisé, le chef d’agrès doit vérifier que tout danger est écarté pour les personnes,
les biens et l’environnement.
Pour cela, il devra vérifier et faire vérifier les locaux, installations techniques, l’état de santé des per-
sonnes ayant été concernées par le sinistre, dans un périmètre parfois éloigné.
Le chef d’agrès utilisera tous les matériels à sa disposition, de façon à lever tout doute ou crainte (ex-
plosimètre, caméra thermique, toximètre…).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 45 sur -14
NIVEAU 2

ELEMENTS A RECHERCHER LORS DE LA


RECONNAISSANCE
A l’issue des reconnaissances, le chef d’agrès doit être en mesure de répondre aux questions :
QUOI ?
- sinistre auquel il est confronté (industrie, habitation, végétation, etc..) ;
- lecture du feu (fumées, flamme, chaleur, ouvertures –portes, fenêtres, exutoires, sons) ;
- nature du combustible ;
- ampleur (surface, volume) ;
- risque de propagation ;
- risques particuliers (énergies, stockage, etc.) ;
- particularité ;
- etc..
QUI ?
- sinistrés, tiers sinistrables ;
- sauvetages ou mise en sécurité à réaliser ;
- personnes à prendre en charge ;
- etc.…
DANS QUOI ?
- nature des éléments de construction ;
- importance des bâtiments, nombre de niveaux ;
- vecteurs de propagation ;
- locaux à protéger en priorité (a risque ou de valeur…)
- locaux à risque ;
- etc.…
OÙ ? PAR OÙ ?
- localisation du ou des foyers ;
- accès ;
- cheminements et communications existantes ;
- repérage des itinéraires d’accès, de repli, de secours ;
- ressources locales (ex, locaux pour accueil des sinistrés) ;
- etc.
AVEC QUOI ?
- ressources en eau (réseau de distribution, point d’eau naturel, artificiel, etc.) ;
- dispositif de désenfumage ;
- organes de coupure ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 46 sur -14
NIVEAU 2

- service de sécurité ;

Cette méthode de raisonnement doit amener le chef d’agrès à effectuer une reconnaissan-
ce précise lui permettant d’engager rapidement les bonnes actions
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 47 sur -14
NIVEAU 2

SAUVETAGE LORS DES INCENDIES


1 – SPECIFICITES DES SAUVETAGES LORS DES INCENDIES
Ils ont pour objet d’extraire les personnes, voire les animaux, des dangers vitaux liés aux sinistres
(flammes, fumées, effondrement, etc).
Les sauvetages sont réalisés le plus rapidement possible, ce qui nécessite parfois la mise en œu-
vre en parallèle des moyens d’extinction.
Lors d’une intervention, il appartiendra au chef d’agrès de faire des choix primordiaux afin d’assurer
sans délai les sauvetages.
Pour cela, il devra faire preuve de discernement dans une phase réflexe de l’opération sur laquelle il
interviendra.
Il veillera à définir les priorités dans l’ordre des sauvetages, les moyens les plus sûrs de les assurer
tout en ne mettant pas en jeu de manière certaine la vie des sauveteurs.
2 – NOTION DE SAUVETAGES,DE MISE EN SECURITE,DE PRISE EN CHARGE

On dit qu’il y a sauvetage lorsqu’il y a un danger imminent et vital


pour la victime ou les victimes considérées.
On dit qu’il y a mise en sécurité lorsque la situation est moins drama-
tique et que les personnes (conscientes) sont soustraites de manière
préventive à un risque.
Après avoir rassuré la victime, le binôme de sauvetage la prendra
en charge et lui indiquera la marche à suivre pour se déplacer dans
les fumées et atteindre le point de sortie ou le local désigné par le
chef d’agrès

3 – DIFFERENTES SITUATIONS DE SAUVETAGES


C’est au cours de sa reconnaissance initiale que le chef d’agrès doit déterminer la conduite des sau-
vetages MGO.
Il doit prendre en compte les éléments suivants :
- Des personnes sont-elles en danger ?
- S’agit-il de sauvetages (urgents) ou de mises en sécurité ?
- Où sont situées les victimes (aux fenêtres, à l’intérieur…) ?
- Quels sont les accès pour les évacuer ?
- De quels moyens de sauvetage dispose-t-on ?
- A-t-on besoin de renfort pour les réaliser ?
- Est-il nécessaire d’établir des lances en actions combinées pour effectuer ces sauvetages ?
- Quelles sont les priorités ?
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 48 sur -14
NIVEAU 2

4 – ROLE DU CHEF D’AGRES LORS D’UN SAUVETAGE


Le chef d’agrès doit être en mesure d’analyser la situation de la façon la plus précise possible :
- il choisit la méthode de sauvetage ;
- il choisit le cheminement pour accéder à la victime et pour l’évacuer ;
- il désigne le personnel qu’il juge le plus apte à réaliser la mission ;
- il donne ses ordres de façon claire et précise ;
- il demande les renforts nécessaires ;
- il veille à la sécurité et à la bonne exécution de la manœuvre
- il fait assurer la prise en charge des victimes après leur sauvetage.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 49 sur -14
NIVEAU 2

CHOIX ET DIRECTION D’UN SAUVETAGE


Lors des incendies, les sauvetages consisteront à mettre les victimes à l’abri des fumées, des flam-
mes ou des effondrements.
Le chef d’agrès devra choisir la méthode de sauvetage la plus sûre pour la victime comme pour les
sauveteurs, et la diriger.
Quelle que soit la méthode employée, il faudra commencer par rassurer la victime en lui parlant si
cela est possible.
1 – CRITERES DE CHOIX D’UNE METHODE DE SAUVETAGE
a) Par les communications existantes
Dans tous les cas de figures, les communications existantes devront être privilégiées pour effec-
tuer les sauvetages. Les escaliers et couloirs sont rarement impraticables lors des incendies. Ce sont
les plus surs et les mieux connus des occupants à évacuer. C’est par là que devront être tentés les
sauvetages (sauf si le rayonnement thermique ou le manque de visibilité fait prendre trop de risques à
la victime).
De plus, la généralisation des cagoules de survie permet bien souvent de mettre très rapidement les
victimes à l’abri d’un air vicié et ainsi de les évacuer par les circulations enfumées.
Lorsque des reconnaissances en vue d’un sauvetage sont commandées, dans un milieu où l’incendie
est déclaré ou qu’il risque de s’y propager, les équipiers doivent être engagés avec un moyen
hydraulique (respecter les règles de sécurité d’engagement des binômes, cf. G.N.R.).
Lors de la découverte d’une victime, le repli doit se faire avec le moyen en eau en protection.
b) Par l’extérieur
Si les communications existantes sont impraticables, les sauvetages devront se faire par
l’extérieur. Pour cela, on emploiera les échelles pour accéder aux étages, aux balcons, aux toitures…
Jusqu’au deuxième étage, on emploiera l’échelle à coulisse, au-delà, l’échelle aérienne.
Si la victime est valide et qu’elle est accessible aux échelles aériennes ou à main :
- celle-ci peut descendre librement par une échelle, précédée par un équipier qui l’entoure de ses
bras en tenant les montants de manière à pouvoir la retenir si besoin est. On privilégiera, quand
la situation le permettra, les évacuations au moyen des plateformes des moyens aériens.
- si la victime est inconsciente et/ou qu’il n’y a pas de possibilité de l’atteindre au moyen d’une
échelle, l’emploi du L.S.P.C.C. sera impératif (cf. G.N.R.).
Une personne à l'état inerte ne se transporte à dos sur une échelle que si les autres moyens de
descente font totalement défaut.
2 – DIRECTION D’UNE OPERATION DE SAUVETAGE
Le chef d’agrès, face aux victimes d’un incendie, doit faire face à un public paniqué (Ex : incendie de
la rue de Provence à Paris : 20 morts et près de 60 sauvetages). Il doit prendre des décisions immé-
diates pour la bonne marche des opérations de secours. Un sauvetage est toujours une mesure
d’urgence, dans un contexte dramatique, parfois morbide. Les acteurs de secours doivent faire preu-
ve d’un calme et d’une rigueur exemplaire. Le chef d’agrès en est l’ordonnateur.
Il doit faire preuve de sang-froid, de droiture et d’autorité afin de distribuer les tâches de façon clai-
re et compréhensible de tous. Il ne doit pas se laisser submerger par des sentiments de peur ou
d’effroi, malgré la situation (brûlés graves, enfants, défenestrés…). L’emploi d’un mégaphone pour
rassurer et conseiller les personnes menacées par l’incendie, et donner les ordres aux personnels sur
les échelles, peut être d’un grand secours.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 50 sur -14
NIVEAU 2

3 – CONTROLE DES REGLES DE SECURITE


L’urgence de la situation ne doit faire prendre plus de risques qu’il n’est nécessaire aux binômes en-
gagés. Le chef d’agrès doit être le garant de la sécurité de ses personnels. L’engagement de ces
derniers doit être en conformité avec les règles de sécurité édictées par les G.N.R. et les notes
opérationnelles en vigueur (A.R.I., L.S.P.C.C., longe de maintien des ceinturons, lecture du feu…).
Il doit s’assurer d’avoir reconnu ou fait reconnaître tous les locaux, afin de ne pas oublier une éven-
tuelle victime.
La mise en œuvre de moyens hydrauliques permet souvent de faciliter les sauvetages : les sauveta-
ges et l’attaque doivent être assurés en parallèle.
4 – PRISE EN CHARGE DE LA VICTIME
Le chef d’agrès doit s’efforcer de calmer les personnes affolées menaçant de se jeter dans le vide en
attendant de pouvoir les secourir.
Il est parfois préférable de mettre une personne en sécurité en la rassurant et l’isolant, plutôt qu’en lui
faisant prendre des risques en l’évacuant.
Une fois la victime mise hors de danger, s’assurer qu’une équipe de secours à personne la prend en
compte, avant de continuer les opérations d’extinction.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 51 sur -14
NIVEAU 2

ELEMENTS D’HYDRAULIQUE
Lors des opérations de lutte contre les incendies, le chef d’agrès devra mettre en œuvre divers dispo-
sitifs hydrauliques, en tenant compte des moyens dont il dispose et des ressources en eau disponi-
bles sur la zone d’intervention. Afin de garantir une efficacité des lances établies, son engin devra
fournir une pression suffisante et garantir une alimentation en eau permanente de ses établissements.
Pour cela, il devra comprendre l’origine des phénomènes hydrauliques pour mieux les maîtriser sur le
terrain.
1 – HYDRAULIQUE ADAPTEE AU CHEF D'AGRES
L’hydraulique étudie les lois des liquides et leurs applications.
a) Le débit

Le débit est la quantité d’eau qui s’écoule pendant une unité de temps. Son symbole est la lettre Q.

Q (m3/s) = S (m2) x V (m/s)


S étant la section de l’ajutage
V étant la vitesse de l’eau à la sortie de l’ajutage, elle est différente de celle de la conduite.
 Débit d’une lance

Q=kxSxV

m3 /s 0, 94 m2 m/s
k étant le coefficient d’ajutage. Il varie suivant ce dernier.
 Vitesse de l’eau à l’orifice

V=√2xgxh

m/s m/s2 m
b) La pression
C’est la force exercée par une unité de surface. Pour une force donnée, plus la surface est grande,
plus faible est la pression par unité de surface.
Par exemple, un promeneur s’enfonce dans la neige poudreuse, alors qu’un randonneur à ses côtés
reste à la surface de cette même poudreuse. La masse des deux hommes est la même mais la surfa-
ce de contact du randonneur est augmentée par ses raquettes. La pression qu’il exerce sur la neige
est donc plus faible.

Le symbole de la pression est P. Elle est exprimée en bars (b).


2
1 bar correspond a 1 kg/cm .
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 52 sur -14
NIVEAU 2

P=F/S

Pascal Newton m2
L’unité internationale de pression est le Pascal mais les sapeurs-pompiers utilisent le bar (1 bar = 105
Pascals). Il correspond également au poids d’une colonne d’eau de 10 mètres.
 La pression atmosphérique
C’est la pression, uniformément répartie, exercée par l’air sur la surface de tout corps.
En un point donné, la pression atmosphérique est égale à la pression exercée par le poids de l’air
2
contenu dans une colonne de 1 cm de base, et dont la hauteur correspond à l’épaisseur de
l’atmosphère.
Elle varie selon l’altitude où l’on se trouve, et dépend aussi des conditions météorologiques.
Elle représente, au niveau de la mer, une hauteur de 76 cm de mercure ou de 10,33 m d’eau, à une
2
température de l’eau de 4°C (expérience de Torricel li). Soit une pression de 1,033 kg/cm ou environ 1
bar.
C’est elle qui fait monter l’eau dans les aspiraux lors de la mise en aspiration des engins d’incendie
sur une nappe d’eau.
 la pression statique
C’est la pression de l’eau dans les canalisations et établissements lorsque toutes les lances sont fer-
mées. Sur terrain plat, cette pression est identique dans tous les points de ces canalisations et éta-
blissements.
La pression statique d’un hydrant sera d’autant plus élevée que celui-ci sera placé en contrebas du
réservoir.
Peu importe le diamètre du tuyau raccordé sur l’hydrant, la pression statique sera la même.
 La pression dynamique
C’est la pression de l’eau en mouvement (lances en manœuvre) dans les canalisations et établisse-
ments. Cette pression est différente en tout point de ces canalisations et établissements.
 La réaction aux lances
Les pompes transforment l’énergie cinétique (vitesse) en énergie potentielle (pression).
Les lances transforment la pression en vitesse.
La vitesse de l’eau à l’orifice crée une force qui s’exerce en sens inverse de l’écoulement de l’eau et
provoque le recul, maîtrisable sur terrain plat, mais problématique sur un toit.
On calcule la réaction aux lances de la manière suivante :
▪ pour une lance à ajutage fixe :

R=2xSxP

b (daN) cm2 b (daN)


Par exemple, pour une lance traditionnelle de 65/18 à 5,7 b, le recul sera de :

R = 2 x (0,9 x 0,9 x 3,14) x 5,7 = 2 x 2,54 x 5,7 = 28,956 b


U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 53 sur -14
NIVEAU 2

Rappels : la surface d’un cercle est S = π r² ( r est exprimé en cm²).


▪ pour une lance à débit variable (L.V.D.) :

R = 0,4 x Q x √P

3
b (daN) m /h b (daN)
Par exemple, pour une L.V.D. travaillant à une pression de 6 bars et débitant 500l/min, le recul sera
de :

Q = 500 x 60 = 30 000l/h = 30 m3/h


R = 0,4 x 30 x √6 = 29,394 b.
 L’indice de pompe
C’est la capacité qu’aura un engin à fournir une pression donnée, selon les caractéristiques de sa
pompe.
Dans tout problème d’hydraulique, il faudra calculer l’indice de pompe de l’engin.
Exemples :
3
- un F.P.T. de 120 m /h sous 15 bars aura un travail de pompe de :
120 x 15 = 1 800 unités de travail
3
- Si ce F.P.T. alimente 1 lance débitant 500l/min (30 m /h), la pression disponible est de :
1800 : 30 = 60 b
3
- Si ce F.P.T. alimente 3 lances débitant 500l/min (90m /h), la pression disponible est de :
1800 : 90 = 20 b
c) Les pertes de charges
Les pertes de charges sont la différence entre la pression statique et la pression dynamique. Elles
s’expriment par la lettre J et l’unité chez les sapeurs pompiers sera le bar/hm.
Ces pertes de charge sont dues au frottement de l’eau contre les parois des tuyaux et des molécules
d’eau sur elles-mêmes.
Elles peuvent être augmentées par des coudes dans les établissements, par les passages dans les
pièces de jonction et les lances.
Tableau des pertes de charge (pour les lances traditionnelles)

Ø du tuyau Longueur Q J

22 mm 100 m 58 l /mn 2.2

45 mm 100 m 250 l/mn 1.5 bar

70 mm 100 m 500 l/mn 0.55 bar

110 mm 100 m 1000 l/mn 0.27 bar


U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 54 sur -14
NIVEAU 2

Lois des pertes de charge


- elles sont directement proportionnelles à la longueur de l’établissement ;
- elles sont directement proportionnelles au carré du débit ;
- elles sont inversement proportionnelles au diamètre du tuyau ;
- elles sont indépendantes de la pression, seul le débit compte ;
- elles varient en fonction de la rugosité du tuyau ou de la nature de la canalisation.
d) le carré du débit
Si l’on fait passer plus au moins d’eau dans un établissement, les pertes de charge changent, et il
faudra calculer ce qu’on appelle le carré du débit. Une formule permet de calculer ces nouvelles per-
tes de charge :

J2 = J1 x Q2²
Q1²
J1 : anciennes pertes de charges en b / hm
J2 : nouvelles pertes de charges en b / hm
Q1 : ancien débit en l/mn
Q2 : nouveau débit en l/mn
Exemple : pour une LDV 500 en Ø 45mm :
J2= 1,5 X 250000 = 6 bars
62500
e) calcul de Z
Z correspond aux pertes de charges dues au dénivelé : il faudra alors ajouter ou enlever 1 b pour 10
m.
- soit la lance sera en haut d’une échelle.
- soit il y aura une différence, entre 1 ou plusieurs points cotés, à calculer.
- ou tout simplement à l’étage d’un immeuble.
À noter : vous pourrez rencontrer des pourcentages de pente.
Exemple : une côte à 10 % ce qui veut dire qu’elle s’élèvera de 10 m sur 100 m
2 – RESSOURCES EN EAU
La recherche de la ressource en eau du secteur est primordiale pour le chef d’agrès. Elle va définir la
quantité d’eau disponible et ainsi déterminer s’il est possible de combattre le risque correspondant au
sinistre, à savoir :
- en deçà du risque moyen (ex : feu de VL) ;
- risque moyen (ex : feu d’appartement) ;
- au-delà du risque moyen (ex : feu industriel).
Pour satisfaire ce besoin en eau, le chef d’agrès pourra utiliser :
a) les réseaux d’adduction d’eau
En utilisant les B.I et P.I à proximité du sinistre (cas le plus fréquent).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 55 sur -14
NIVEAU 2

- Caractéristiques : type de sortie (100, 2X65 ou 2X100) débit, pression (statique et à 60 m 3/ h,


diamètre de la conduite d’alimentation).
- Utilisation : utilisé pour alimenter un engin pompe seul, dans la majeure partie des intervention.
- Avantages : facilité d’utilisation (répertoriés, accessibles en tout temps, répartis selon les risques,
débit généralement suffisant).
- Inconvénients : ne permet pas toujours l’utilisation de plusieurs engins. Leur débit en instantané
est limité.
b) les points d’eau naturels
Rivière, fleuve, barrage ou lac à proximité directe du sinistre constituent un atout considérable pour
satisfaire les besoins en eau.
- Caractéristiques : leur contenance ou leur débit, représente un point d’alimentation quasi inépui-
sable. Les accès ainsi que le dénivelé et la hauteur géométrique séparant le point de station et la
surface de la nappe déterminent les limites d’utilisation de ceux-ci.
- Utilisation : permet d’alimenter les engins pompes ne pouvant être alimentés par le réseau
d’adduction d’eau.
- Avantages : quantité d’eau généralement importante. Possibilité de mettre plusieurs engins pom-
pe simultanément en aspiration. Aucun contrôle périodique n’est obligatoire
- Inconvénients : difficultés d’accès et d’utilisation si absence d’aire aménagée. Les conditions
météo peuvent empêcher son utilisation (gel, sécheresse). La qualité de l’eau peut entraîner des
avaries sur les pompes (sable, boue).
c) les points d’eau artificiels
Réalisés par l’homme comme réserve incendie ou à des fins d’utilisation personnelle, les points d’eau
artificiels (étang, piscine, citerne) constituent une réserve d’eau conséquente permettant de pallier le
manque d’eau sur un secteur d’intervention (milieu rural).
- Caractéristiques : construit comme réserve incendie (citerne, bâche à eau, étang) ou pour toute
autre utilisation (piscine, mare), leur contenance est leur principale caractéristique.
- Avantages : permet de pallier le manque d’eau immédiat. A proximité directe du site, facilement
accessible.
- Inconvénients : quantité non renouvelable. Parfois insuffisante face au risque.
3 – FONCTIONNEMENT HYDRAULIQUE D’UNE POMPE
a) Principe de fonctionnement
L’utilisation des pompes est universelle. Elles mettent en mouvement toutes sortes de fluides, trans-
vasent gaz et liquides et sont utilisées par les services d’incendie pour véhiculer l’eau depuis un hy-
drant ou une nappe d’eau vers le ou les points d’attaques.
Une pompe est une machine hydraulique qui modifie en l’augmentant, l’énergie de la veine d’eau qui
la traverse.
La pompe centrifuge est la pompe la plus utilisée par les S.P., elle permet de travailler en haute et
basse pression à des débits importants.
Une pompe centrifuge est un système recevant l’énergie d’un moteur, et qui transforme cette énergie
en la restituant sous la forme de débit de fluide sous pression. On parle de débit nominal : c’est le
débit exprimé en litres/minute égal à un multiple ou à un sous-multiple de 500 sous une pression de
refoulement elle-même appelée pression nominale.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 56 sur -14
NIVEAU 2

Exemple: Une pompe de 2000/15 délivrera au maximum 2000 litres à la minute (débit nominal Qn) à
une pression de 15 bars (pression nominale Pn).

b) Possibilités
Les possibilités d’une pompe (pression ou débit théorique dans l’utilisation au-dessous des caractéris-
tiques nominales) sont déterminées par le calcul de l’indice de pompe.
c) Limites de la pompe centrifuge
Pour que la pompe centrifuge fonctionne, l’eau qui arrive jusqu’au corps de pompe doit avoir une cer-
taine pression (égale ou supérieur à la pression atmosphérique(P at ) qui est de 1013 millibars, ou
environ 1 bar). Les qualités intrinsèques de la pompe centrifuge ne lui permettent pas de compenser
des pertes de charges importantes dans les établissements ou une quelconque défaillance dans le
réseau des hydrants. La dénivelée (positive) sera aussi primordiale dans le bon fonctionnement de la
pompe.
d) phénomène de cavitation
Définition
Caractérisé par un bruit particulier de la pompe, il conduit à une usure prématurée de celle-ci.
La cavitation est la formation de bulles d’air, à température ambiante, qui résulte d’une pression faible
en un point de la pompe. Ces bulles, acheminées vers un endroit de plus forte pression se conden-
sent brutalement aux parois des ailettes et les détériorent.
Cette veine gazeuse s’échauffe et peut aller jusqu’à la rupture de la pompe.
L’occurrence de ce phénomène augmente lorsque la vitesse de rotation de la pompe est éle-
vée.
Conduite à tenir
Afin d’éviter l’apparition du phénomène de cavitation, le chef d’agrès doit veiller à ne pas faire fonc-
tionner la pompe à la limite de ses possibilités (dispositif nécessitant une pression de refoulement
importante).
A l’apparition du phénomène, le chef d’agrès fera réaliser au conducteur les actions suivantes :
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 57 sur -14
NIVEAU 2

- réduire le régime moteur ;


- réduire le débit ;
- ouvrir une vanne de refoulement en partie haute.
e) Mise en aspiration d’une pompe centrifuge
Une pompe seule ne peut pas aspirer de l’eau dans une nappe d’eau, il faut lui ajouter un mécanisme
que l’on appelle amorceur.
L’amorceur est l’accessoire des pompes centrifuges qui a pour but de créer le vide d’air dans la ligne
d’aspiration. Ainsi, la pression atmosphérique pourra repousser l’eau dans les aspiraux jusqu'à la
pompe centrifuge.
Même s’il en existe un certain nombre, deux types d’amorceurs équipent principalement les pompes
des engins actuellement en service. Il s’agit de :
- l’amorceur à anneau d’eau : dont le fonctionnement est conditionné par le remplissage préalable
de l’anneau d’eau ;
- l’amorceur à membranes : entièrement automatisé.
4 – POSSIBILITE D’ALIMENTATION AU REGARD DES PHENOMENES HYDRAULIQUES
En fonction des disponibilités d’alimentation des lances et de la capacité des engins pompes, le chef
d’agrès décidera de la mise en œuvre de l’alimentation en eau de son engin.
Ce choix se fera en fonction de :
- La distance d’établissement (conducteur seul, conducteur aidé du BAL, utilisation du DA.) ;
- mise en aspiration sur un point d’eau aménagé, ou sur une réserve artificielle ;
- nécessité de la mise en place d’un relais (par un autre engin ou une MPR) etc.…
5 – CARACTERISTIQUES HYDRAULIQUES GENERALES DES LANCES, TUYAUX,
ACCESSOIRES ET LEUR INCIDENCE SUR LES ETABLISSEMENTS
Quel que soit l’accessoire hydraulique ou la pièce de jonction, le passage de l’eau à l’intérieur de ces
derniers génère des turbulences, accroissant les pertes de charge.
Chaque matériel hydraulique a ses caractéristiques propres, et aura tendance à augmenter plus ou
moins significativement les pertes de charge dans les établissements (par exemple, un tuyau P.I.L
sera moins gourmand qu’un injecteur proportionneur).
Les incidences de tous ces facteurs font qu’une pression de refoulement théorique à l’engin sera
augmentée en fonction des critères suivants :
- type de lance (lance traditionnelle, LDV, canon) ;
- longueur des établissements ;
- nombre de pièces de jonction ;
- dénivelée du terrain.
6 – LIMITES HYDRAULIQUES
En fonction de ces critères, le chef d’agrès donnera des ordres réalisables, en tenant compte des
particularités hydrauliques liées à l’opération (réseau surchargé, point d’eau pérenne ou non, capaci-
tés hydrauliques des pompes…).
Les tableaux d’hydraulique simplifiée donnés précédemment pourront l’aider lors de ces choix.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 58 sur -14
NIVEAU 2

7 – LES ETABLISSEMENTS EN RELAIS:


Un établissement en relais n’est rien d’autre que le branchement en série de deux ou plusieurs pom-
pes d’incendie sur un même établissement de tuyaux.
Les pompes ne sont pas forcément identiques, elles ne tournent pas forcément à la même vitesse et
entre le refoulement de la première et l’aspiration de la seconde il y a une certaine longueur de
tuyaux.
METHODE DE CALCUL POUR :
- Calculer PN (pression nécessaire).
- Calculer PD (pression disponible).
- Calculer Ne ( Nb d’engins nécessaires et types).
- Calculer le rendement (PN/nouvelle pression disponible).
- Calculer PE (pression aux engins).
- Évaluer l’emplacement des engins.
EXERCICE :
Vous devez alimenter correctement une lance canon à une pression de 10b.
Q 2000 l/min.
A partir d’un point d’eau situé à 1300 m. L’établissement se fera sur toute sa longueur en tuyaux de
110 mm.
Vous disposez d’un FPT 2000/15 et d’une MPR 2000/10.
Le FPT est-il suffisant en considérant qu’il aurait le nombre de tuyaux nécessaires ?
Quels sont les moyens supplémentaires nécessaires et déterminer leurs emplacements ?

8b
2000 l/min
1300
8b
2000 l/min
1300

Calcul des nouvelles pertes de charge


J/hm = 0.27 x (2000 / 1000)²= 1.08 b / hm
Calcul de la Pression totale nécessaire..
PN =P lance + J pour 13 hm
PN = 8 + (13 x 1.08) = 22 b
La pression nécessaire est supérieure à la capacité d’un FPT 2000/15 il faut donc faire un relais avec
par exemple : une MPR 2000/10.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 59 sur -14
NIVEAU 2

La pression totale disponible devient alors :


P tot = 15 + 10 = 25 b
PN/ P tot = 22.04 / 25 = 0.88
Soit 88 %

8b 1300
2000

La pression de refoulement de la MPR sera :


10 x 88 % = 8.8 b soit 9 b
La pression de refoulement du FPT sera :
15 x 88 % = 13.2 b soit 13 b
La distance maxi pouvant être établie depuis la MPR jusqu’au FPT est de :
D = P MPR / Jhm
D = 9 / 1.08
D = 8.33 hm
D = 833 m.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 60 sur -14
NIVEAU 2

EVALUATION DES BESOINS EN EAU


1 – PRINCIPES DE L’ESTIMATION DES BESOINS EN EAU POUR ASSURER L’EXTINCTION
Afin d’assurer une extinction optimale du sinistre, le chef d’agrès doit s’assurer qu’il dispose de la
quantité d’eau nécessaire aux besoins de son dispositif.
Le risque courant
Une circulaire interministérielle (n° 465 du 10 déc embre 1951) fixe les conditions d’application des
besoins en eau lors d’un incendie de risque courant :
Les sapeurs-pompiers doivent disposer d’un débit minimal de 1000l /min. (60 m3/h) sur une
durée minimum d’application de 2 heures, soit 120 000 litres (120 m3) d’eau disponibles sur
place et en tout temps.
2 – FACTEURS A PRENDRE EN CONSIDERATION
En pratique, les incendies ne correspondent pas tous à ce risque courant, le chef d’agrès doit alors
prendre en considération :
- les combustibles (pouvoir calorifique, quantité, etc.) ;
- les agents extincteurs utilisés ;
- le type, le nombre de lances (L.D.V, P.L, G.L, etc.) ainsi que leur débit.
3 – ALIMENTATION EN EAU
Ainsi, en fonction de l’ampleur du sinistre et donc du dispositif hydraulique nécessaire, le chef d’agrès
doit s’assurer de l’alimentation en eau de son engin à partir des ressources en eau du secteur.
4 – EMPLOI DES OUTILS DE PREVISION
La localisation des prises d’eau disponibles aux alentours de la zone d’intervention passe par la
maîtrise des outils de prévision :
- cartographie ;
- plan parcellaire ;
- plan ETA-RE ;
- registre des poteaux et canalisation ainsi que leurs caractéristiques.
Afin d’identifier au plus vite les ressources disponibles sur site, l’utilisation de ces outils doit être la
plus précoce possible (dès le départ ou lors du trajet).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 61 sur -14
NIVEAU 2

ALIMENTATION DE L’ENGIN-POMPE
1 – ROLE DU CHEF D’AGRES LORS DE L’ALIMENTATION DE L’ENGIN-POMPE
Le chef d’agrès doit avant toute chose être capable d’apprécier la puissance thermique de l’incendie
auquel il est confronté.
Face à ce dernier, il se posera les questions suivantes :
- combien de lances dois-je établir ?
- Quelles sont les matières en feu ?
- Quels sont les biens menacés ?
- Est-ce que l’extinction sera rapide ?
- Dois-je demander des renforts ?
Pendant le trajet, et par anticipation, l’utilisation des plans parcellaires lui donnera les possibilités
d’alimentation de son engin. Il indiquera les prises d’eau disponibles au chef d’équipe BAL.
Ces plans lui indiqueront les types de points d’eau (hydrants, points d’aspiration, plans d’eau,…) et
lui donneront une indication de distance très importante (pour rappel : un carreau sur un parcellaire
correspond à une distance de 200 mètres, l’équivalent d’un dévidoir ).
Arrivé sur les lieux, il indiquera au BAL le point d’eau choisi, et lui indiquera sa mission (alimenta-
tion de l’engin pompe avec une ou deux lignes d’établissement…) Ce dernier alimentera l’engin
conformément aux manœuvres décrites dans le GNR, établissement des lances, manœuvres en bi-
nômes
2 – DIFFERENTES SITUATIONS POSSIBLES
Les situations pour lesquelles il sera nécessaire d’alimenter immédiatement l’engin pompe sont les
suivantes :
- utilisation de moyens hydrauliques supérieurs à l’utilisation de la L.D.T ;
- mise en relais d’alimentation sur un autre engin pompe ;
- présomption d’un grand feu ;
- matières hautement combustibles (pneu, hydrocarbure…)
3 – MODES D’ALIMENTATION
Au choix du chef d’agrès, et selon les dispositions particulières sur le lieu d’intervention, plusieurs
solutions seront envisageables pour alimenter l’engin pompe :
- sur hydrant ;
- en aspiration ;
- en relais avec un engin pompe ;
- avec l’emploi d’un Dévidoir Automobile (D.A) ou d’un Camion Citerne Grande Capaci-
té(C.C.G.C.) ;
- etc..
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 62 sur -14
NIVEAU 2

4 – MANŒUVRES D’ALIMENTATION
Sur prises d’eau (2x100 / 2x70-2x100 /1X70-2x100)
a) Poteau d’incendie
Lorsque le P I se situe à moins de 10 m de l’engin, le conducteur seul alimente sa pompe avec un
tuyau de Ø110mm.
Lorsque le P I se situe à plus de 10 m et à mois de 20 m, le conducteur seul alimente sa pompe avec
une ou deux lignes de tuyaux de Ø70 mm.
b) Bouche d’incendie
Lorsque la B I se situe à moins de 10 m, le conducteur seul alimente sa pompe avec un tuyau de
Ø110 mm au moyen du coude d’alimentation de 100.
Lorsque la B I se situe à plus de 10 m et à mois de 20 m, le conducteur seul alimente sa pompe avec
une ou deux lignes de tuyaux de Ø70 mm au moyen de la retenue à robinets (100/2x70).
Lorsque que l’hydrant se situe à plus de 20 m, le BAL réalise l’alimentation au moyen du dévidoir en
établissant une ou deux lignes de tuyaux de Ø70 mm (le nombre de lignes est adaptée au dispositif
final que le chef d’agrès mettra en œuvre).
c) Alimentation en aspiration
Le véhicule est amené à proximité du point d’eau. L’engin doit être arrêté, de préférence, parallèle-
ment à la nappe d’eau et le plus prés possible de celle-ci.
Le calage minimum d’une roue arrière est un préalable indispensable à toute manœuvre
d’aspiration.
L’amorçage est effectué par le conducteur.
La crépine doit toujours être montée ; c’est un bouclier qui protège la pompe.
La longueur de la ligne d’aspiration doit être la plus réduite possible (diminution du temps d’amorçage
et optimisation du rendement de la pompe du fait de la réduction des pertes de charge dans les aspi-
raux).
La hauteur géométrique ne doit pas être supérieur à 7,50 m.
Un amorçage normal ne doit pas du durer plus d’une minute. Au-delà de deux essais, faire re-
chercher les anomalies de fonctionnement par le conducteur et pallier le manque d’eau en passant un
message et en demandant un autre engin pompe ou une MPR.
d) Alimentation en relais
Dans certains cas particuliers (point d’eau trop éloigné, hydrant indisponible en eau,…), les engins
peuvent être alimentés en relais.
Dans certains cas, les relais nécessitent deux tuyaux, soit de Ø 110 mm (pour un engin de 120 m3 de
débit nominal), soit de Ø 70 mm (pour un engin de 60 m3 de débit nominal).
Ces relais seront réalisés au moyen de D.A (véhicule transportant de grandes longueurs de tuyaux et
équipé d’une M.P.R ou d’une pompe puissante).
e) Alimentation par une noria de porteurs d’eau
Il sera nécessaire dans certains cas d’utiliser des porteurs d’eau (C.C.G.C., C.C.I, C.C.F,…) qui réali-
seront une noria afin d’alimenter les engins au point d’attaque.
Calculer le nombre adéquat de porteurs en tenant compte du délai de route et du temps de
remplissage.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 63 sur -14
NIVEAU 2

5 – CHRONOLOGIE ET ORDRES POUR L’ALIMENTATION


Dès que le chef d’agrès constate que plusieurs lances sont nécessaires pour répondre au degré
d’urgence de la situation, il fait établir une ou deux lignes d’alimentation sur la prise d’eau ou le point
d’eau désigné pendant le trajet au moyen du plan.
Dés lors, le BAL prend en charge la mission qui lui a été assignée, aidé en cela par le conducteur,
garant des matériels de l’engin.
L’alimentation de l’engin doit se faire à une allure soutenue, en parallèle avec les établissements
d’attaque, de façon à ce que les personnels exposés au rayonnement et aux risques d’embrasement
aient une lance correctement alimentée, répondant de manière adéquate à la lecture du feu.
Le chef d’agrès tiendra compte du degré de fatigue de ses personnels et des compétences de
chacun à remplir la mission efficacement et rapidement.
6 – RELATION ENTRE LE CHEF D’AGRES ET SON BAL
Dans tous les cas, le chef d’agrès doit exiger le compte rendu, par le chef, de la réussite ou de l’échec
de l’alimentation.
En cas d’échec, le chef d’agrès donnera au BAL un autre point d’eau ou s’alimenter, ou demandera
par radio un porteur d’eau le cas échéant.
7 – CONTROLE DES ACTIONS ET DES REGLES POUR L’ETABLISSEMENT DES TUYAUX
Conformément au GNR, sur l’établissement des lances par une équipe en binôme et précisant les
règles et précautions d’emploi l’établissement des tuyaux, le chef d’agrès portera attention sur les
cheminements à emprunter par le BAL de manière à :
- ne pas couper une rue (sinon, préserver le bon usage des tuyaux en les faisant protéger par des
dispositifs de franchissement de tuyaux) ;
- employer le moins de tuyaux possible ;
- ne pas établir de ligne d’alimentation dans des surfaces ayant brûlé, ou menacées par les risques
du sinistre (effondrement, chutes de matériaux, écoulement de produits…)
- ne pas enchevêtrer plusieurs lignes d’alimentation ;
- serrer les lignes le plus près possible des bordures des trottoirs.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 64 sur -14
NIVEAU 2

MANŒUVRES D’ETABLISSEMENT
Le chef d’agrès doit être capable de diriger les différentes manœuvres d’établissements.
Pour cela, il doit connaître parfaitement :
- les différents établissements ;
- les différents ordres ;
- le contrôle de la prise de matériels par les différents binômes ;
- la chronologie des manœuvres.
Se reporter à la formation initiale d’équipier, module INC1 établissements de tuyaux.
Voir le GDR binômes.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 65 sur -14
NIVEAU 2

METHODE D’EXTINCTION
1 – LECTURE DU FEU
C’est une étape de la reconnaissance initiale consécutive à l’analyse de l’environnement et du bâti-
ment.
La lecture du feu est une opération très importante, elle conditionne le bon déroulement de
l’opération, notamment sur l’engagement des moyens, des binômes et des règles de sécurité à
prendre.
Les éléments retirés de la lecture vont pouvoir donner des indications sur l’apparition d’un éventuel
scénario de type explosion de fumée ou d'embrasement généralisé éclair.
a) indicateurs principaux de la lecture

FUMEES FLAMMES CHALEUR

Couleur Visibilité Boursouflures des zones peintes

Densité Couleur Obscurcissement des fenêtres

Stratification Forme Augmentation soudaine de la chaleur

Lieu d’entrée ou de sortie Position Couches de température

Comportement Intensité

b) indicateurs secondaires

Ouvertures
Sons
Fenêtres Portes Exutoires

Chaleur radiante Chaleur radiante Ouverts / fermés Origine / intensité


Opacité Position d'ouverture
Aspect

2 – METHODES D’EXTINCTION
Le chef d’agrès, confronté à un incendie, a le choix entre différents procédés et moyens d’extinction.
Afin de les exploiter d’une façon optimale, il applique une méthode d’extinction adaptée et propor-
tionnée aux éléments recueillis pendant sa reconnaissance.
Le type de feu
La méthode d’extinction va déprendre du type de feu auquel est confronté l’équipe, c’est-à-dire :
- les matières en combustion : classe de feu, potentiel calorifique, réaction du combustible avec
l’agent extérieur ;
- feu de bâtiment : feu en milieu confiné avec risque d’accident thermique, feu tridimensionnel ;
- feu à l’air libre : feu de surface, urbain, rural, etc ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 66 sur -14
NIVEAU 2

- etc…
Illustration au travers de deux exemples
Exemple n°1 : Feu d’une palette
Lecture du feu après reconnaissance
Type de feu :
- feu de classe A (1 palette) avec faible rayonnement ;
- feu à l’air libre, sans risque de propagation.
Choix de l’agent extincteur :
- eau
Choix du procédé d’extinction :
refroidissement.
Choix du matériel utilisé :
L.D.T à 50l/min, en jet diffusé d’attaque ;
extincteur à eau pulvérisée ;
seau pompe, etc…
Idée de manœuvre :
effectuer une extinction rapide :
un seul point d’attaque :
attaque offensive.
Exemple n°2 : Feu de plusieurs palettes à proximité d’un camion-citerne et d’un im-
meuble d’habitation
Lecture du feu après reconnaissance
Type de feu :
- feu de classe A (plusieurs palettes) avec un rayonnement important et fort risque de propa-
gation ;
- plusieurs éléments aggravants :
o camion-citerne ;
o immeuble d’habitation.
Choix de l’agent extincteur :
- eau.
Choix du procédé d’extinction :
- refroidissement.
Choix du matériel utilisé :
- plusieurs L.D.V de 250 à 500 /l/mn en jets diffusés d’attaque
Idée de manœuvre :
- éviter la propagation au camion-citerne ;
- mettre en sécurité les occupants de l’immeuble ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 67 sur -14
NIVEAU 2

- effectuer une extinction massive ;


- attaque défensive.
Comparaison
Dans ces deux exemples, le chef d’agrès, confronté aux mêmes types de feu, utilise le même procédé
d’extinction.
Par contre, il décide de deux méthodes différentes en fonction des priorités liées à ses reconnaissan-
ces.
Dans la première, il se concentre exclusivement sur l’extinction de l’incendie puisqu’il n’existe pas de
risque de propagation ni de danger pour le personnel.
Il adopte une attaque offensive, c'est-à-dire que ses binômes vont au contact du feu.
Dans la deuxième, l’extinction devient complémentaire d’une autre priorité qui est la protection ;
- protection contre la propagation ;
- protection de la population ;
- protection de son personnel.
Pour atteindre son objectif, il délimite un périmètre de sécurité à priori et détermine plusieurs points
d’attaque. Ces points d’attaque ne sont pas systématiquement concentrés sur l’incendie mais judi-
cieusement répartis pour empêcher la propagation et assurer l’extinction.
Il adopte une attaque défensive, c'est-à-dire que ses binômes utilisent des jets diffusés d’attaque, du
plus loin possible et protégés par des écrans.
Il peut associer une attaque offensive sur le foyer et une attaque défensive sur les éléments à risque
si les conditions de sécurité sont réunies.
Il gère le débit de ses lances en fonction des capacités hydrauliques de son engin et du réseau de
distribution qu’il utilise.
Conclusion
Chaque incendie réclame une méthode d’extinction adaptée
Ce sont les éléments de reconnaissance récoltés par le chef d’agrès qui déterminent sa méthode
d’extinction.
La méthode d’extinction décidée par le chef d’agrès doit, au minimum, empêcher la propagation et
être réalisable hydrauliquement et humainement.
Le chef d’agrès doit en permanence veiller à la sécurité de son personnel et contrôler l’efficacité de
ses actions.
3 – LE MATERIEL ADAPTE
Pour atteindre son objectif, le chef d’agrès dispose d’un panel de matériels à disposition dans son
engin ou sur demande.
a) Les lances
- La lance du dévidoir tournant (L .D.T) ;
- lance à débits variables (L.D.V) ;
- lance à mousse (L.M) ;
- lances spéciales (L.M) ;
- etc…
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 68 sur -14
NIVEAU 2

Elles doivent être adaptées aux types de feu et aux possibilités hydrauliques de l’engin et du réseau
de distribution.
b) Les échelles
- échelles aériennes ;
- échelles à coulisse ;
- etc…
Elles permettent d’accéder aux étages pour effectuer des extinctions ou des sauvetages.
c) Les moyens de pénétration
- les vérins hydrauliques ;
- les outils à main (hache, hooligan tool, petite pince, pied de biche, bélier…) ;
- etc….
Ils permettent de pénétrer dans des endroits clos et inaccessibles.
d) Les caméras thermiques
Elles permettent de localiser des points chauds.
Lors de reconnaissances longues et périlleuses sous A.R.I, elles assurent une progression sécurisan-
te aux binômes.
e) Les explosimètres ou détecteurs
A utiliser sur tous les incendies, ils permettent de s’assurer de la présence ou non de gaz explosifs ou
toxiques.
f) Les ventilateurs
Ils permettent d’évacuer rapidement les fumées pour :
- progresser en sécurité ;
- éviter la panique et l’asphyxie des occupants ;
- diminuer le risque engendré par les fumées en milieu clos.
Conclusion
La liste de ces matériels n’est évidemment pas exhaustive.
Le chef d’agrès doit prendre conscience que ces matériels, combinés de façon adéquate et intelligen-
te, vont participer à la bonne méthode d’extinction.
4 – PRECAUTION A PRENDRE
Les situations que doit affronter un chef d’agrès sont multiples et complexes et l’obligent à appliquer
des méthodes d’extinction différentes en fonction de ses lectures de feux.
Toutefois, des précautions élémentaires sont à prendre quelle que soit la méthode d’extinction adop-
tée.
A savoir :
- Coupure systématique des énergies à son arrivée et au plus près du sinistre lorsque c’est possi-
ble ;
- mise en place d’un dispositif hydraulique permettant, au minimum, de contenir le sinistre, et adap-
té aux possibilités hydrauliques de son engin et du réseau de distribution (à partir du moment où
ses lances sont en eau, il est interdit de provoquer une rupture d’alimentation) ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 69 sur -14
NIVEAU 2

- lorsque les matériels et la situation le permettent, associer son attaque à une ventilation positive
ou négative ;
- veiller en permanence à la sécurité de son personnel. Pour ce faire, appliquer certaines règles
opérationnelles et logistiques :

OPERATIONNELLES LOGISTIQUES

- port des E.P.I ; un binôme déshydraté est perdu.


- travail en binômes ;
- un binôme de sécurité pour quatre binômes enga-
gés ;
Le chef d’agrès doit donc prévoir, dès que possi-
- pas d’engagement sans : ble et bien avant la déshydratation de son per-
sonnel, de restaurer ses binômes en boissons
o cheminement de repli ;
fraîches et chaudes et en aliments énergétiques
o code de communication ;
- prévoir une rotation d’engagement, un binôme
fatigué se concentre beaucoup moins sur les ris-
ques qu’il encourt :
- prévoir un doublement des accès en étage au
moyen d’échelles en cas de risque d’effondrement
des communications existantes ;
- prévoir un soutien sanitaire en cas d’accident

CONCLUSION
Pour atteindre son objectif, le chef d’agrès doit effectuer certaines actions parallèles à l’extinction et
surtout prendre soin de son personnel.
Un binôme blessé ou exténué est inutile et risque, de surcroît, d’aggraver la situation en augmentant
les problèmes à gérer.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 70 sur -14
NIVEAU 2

METHODES DE VENTILATION
1 – DIFFERENCE ENTRE DESENFUMAGE ET VENTILATION
Dans les volumes clos, les fumées présentent cinq dangers :
- la combustibilité : elles peuvent brûler ou exploser ;
- la chaleur : elles peuvent enflammer des matériaux, brûler les victimes ou les sauveteurs ;
- la mobilité : elles peuvent propager l’incendie ;
- la toxicité : elles peuvent asphyxier les victimes ou les sauveteurs ;
- l’opacité : elles peuvent égarer les victimes ou les sauveteurs ;
a) désenfumage
Dans le passé, la ventilation consistait à évacuer les fumées résiduelles et s’apparentait plus au “dé-
senfumage“ des locaux. Elle était surtout entreprise lors de la phase de déblai.
b) ventilation
La ventilation consiste en la suppression et le remplacement de l’air chaud, des fumées des
suies et des gaz de combustion d’un volume sinistré par de l’air frais.
2 – INTERET DE LA VENTILATION
La ventilation présente quatre intérêts principaux :
- augmentation de la visibilité des intervenants ;
- limitation des risques d’embrasement généralisé éclair ;
- diminution de la température ;
- diminution du stress des personnels
3 – PRINCIPE DE LA VENTILATION (NATURELLE, FORCEE)
La ventilation naturelle

C’est le principe de désenfumage naturel le


plus élémentaire connu, mis en application, no-
tamment en France pour de nombreux E.R.P,
bâtiment d’habitation et locaux industriels ou
commerciaux. ouverture de
l’exutoire
Il s’agit d’un balayage initié par les différences de
ouverture de
gradient de T° et de densité entre l’air frais l’amenée d’air
extérieur et les gaz et distillats de combustion, Augmentation
contenus entre les points d’entrée et de sortie de de la ventilation
la masse d’air.

Entrée d’air
frais

VENT NATUREL

Pour obtenir le mouvement des masses d’air, il est nécessaire de procéder à l’ouverture de deux
ouvrants en façade afin de créer un courant d’air.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 71 sur -14
NIVEAU 2

AVANTAGES INCONVENIENTS

- simple et rapide à mettre en œuvre - Mise en œuvre dès l’ouverture d’une porte,
même sans que les sapeurs-pompiers ne
- ne nécessite aucun matériel spécifique
s’en aperçoivent ;
- très efficace en cas de vent fort
- dans la grande majorité des cas, n’est pas
très puissante ;
- Très difficilement modulable ;
- inapplicable si le vent dominant n’est pas
favorable

La ventilation forcée

La ventilation forcée consiste en l’utilisation d’un Augmentation


moyen mécanique de ventilation. Il s’agit de la ventilation
d’augmenter l’efficacité de la ventilation naturelle.
Les principes sont parfaitement identiques.
ouverture de
On peut donc dire que tous les effets de ventila- l’exutoire
tion naturelle, qu’ils soient bons ou mauvais, sont
augmentés

ouverture de
l’amenée d’air

VENT NATUREL

AVANTAGES INCONVENIENTS

- puissantes ; - Dangereuse si elle mal mise en œuvre ;


- peut-être mise en œuvre à la demande, en - nécessite d’avoir pris en compte tous les
fonction des besoins opérationnels ; volumes ;
- peut-être modulée en fonction des nécessi- - nécessite des personnels formés (équipier,
tés de l’intervention ; chefs d’agrès, chef groupe…)
- peut contrer un vent faible. - peut générer des risques pour les victimes
ainsi que pour les personnels engagés

4 – METHODES DE VENTILATON (HORIZONTALE, VERTICALE)


En fonction du flux d’air, deux méthodes différentes : la ventilation horizontale et la ventilation verticale
La ventilation horizontale
C’est la solution la moins complexe. Elle consiste à avoir le point de soufflage et le point
d’extraction au même niveau.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 72 sur -14
NIVEAU 2

AVANTAGES INCONVENIENTS

- aisée à mettre en œuvre ; - si le foyer se situe en étage ou en sous-sol,


nécessite de placer le ventilateur au niveau
- présente un risque réduit de propagation du
concerné ;
foyer et d’enfumage des locaux sains ;
- ne peut être utilisée sur la configuration bâ-
- demande un temps minimum de reconnais-
timentaire complexe faisant craindre des ris-
sance avant la mise en œuvre ;
ques de propagation par dissémination de la
- très efficace, elle stabilise l’accumulation de chaleur, des fumées et des gaz de combus-
gaz chauds en partie haute, donc limite les tion
risques de propagation par effet
d’embrasement généralisé (flash-over)

La ventilation verticale
C’est la solution la plus complexe à utiliser.
Elle consiste à avoir le point de soufflage en partie basse du bâtiment et / ou les points d’extraction en
partie haute.
Une propagation du foyer dans des zones non atteintes par le sinistre d’origine est à craindre si une
reconnaissance précise du bâtiment n’a pas été préalablement effectuée et si on ne maîtrise pas le
cheminement des fumées.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 73 sur -14
NIVEAU 2

AVANTAGES INCONVENIENTS

- solution simple en ce qui concerne le posi- - risques importants de propagation en dehors


tionnement du matériel de soufflage ; de l’itinéraire normal de l’incendie par trans-
port de matériaux enflammés, fumées et/ou
- très efficace, elle évite l’accumulation de gaz
gaz de combustion entre le foyer et
chauds en partie haute, donc limite les ris-
l’exutoire ;
ques de propagation par effet
d’embrasement généralisé éclair (flash-over) - nécessite de créer en partie haute un ou
plusieurs exutoires situés à la verticale du
foyer ;
- demande un temps conséquent de recon-
naissance avant la mise en œuvre ;
- inutilisable sur les configurations bâtimentai-
res complexes.

5 – TECHNIQUE DE VENTILATION
Il existe deux méthodes différentes : la Ventilation par Dépression (ou la Pression Négative) et la Ven-
tilation par Pression Positive
a) La Ventilation par Dépression (V D) ou la Pression Négative (V.P.N)

Ce principe de ventilation forcée consiste à placer


le volume sinistré en dépression en aspirant
ouverture de
les gaz à l’intérieur du volume et en les rejetant l’amenée d’air
à l’extérieur. frais
Augmentation
de la ventilation

ouverture de
Augmentation
l’exutoire
de l’entrée d’air frais

VENT NATUREL
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 74 sur -14
NIVEAU 2

AVANTAGES INCONVENIENTS

- Guidage des fumées aisé ; - emploi de matériels spécifiques ;


- aucun risque de propagation par dispersion - débit d’air très limité par les pertes de charge
de la chaleur, des fumées et des gaz de en ligne ;
combustion ;
- création de “points morts“ d’où chaleur et
- neutralisation des fumées par la mise en fumée ne sortent pas ;
place d’une lance L.D.V en sortie d’extraction
- boucher les issues car nécessité de limiter
l’effet “vortex“ à l’ouvrant ;
- encrassement et résistance thermique de
l’équipement ;
- respect du principe A.D.F du matériel

b) la Ventilation à Pression Positive (V.P.P)

Elle consiste à envoyer de l’air à l’intérieur


d’un volume. On parle de mise en surpres-
sion d’où la dénomination de ventilation par Mise en Augmentation
Route du ventilateur de la ventilation
pression positive.
Cet air peut-être soufflé directement dans
ouverture de
le local ou depuis la porte d’entrée du bâti- l’amenée d’air
ment. La surpression se propage ensuite à frais
travers tout le bâtiment jusqu’au volume
concerné par l’incendie. ouverture de
l’exutoire
Le rapport théorique entre la surface de
l’ouverture de soufflage et la surface de
l’exutoire de sortie doit être compris entre
0,75 et 1,5 si on veut obtenir la surpression Entrée d’air
frais VENT NATUREL
escomptée.
Exemple : pour une ouverture de soufflage
de 2m2, (porte classique), l’exutoire de sor-
tie doit avoir une surface comprise entre
1,5 m2 et 3 m2 (soit 1 à 2 fenêtres).

AVANTAGES INCONVENIENT

- simple à mettre en œuvre (le ventilateur est - mise en œuvre par des personnels formés et
mis à l’extérieur du volume et facile à posi- habitués à la pratique ;
tionner).
- méthodologie rigoureuse à suivre impérati-
- le rendement est supérieur à la ventilation vement ;
par dépression pour un même ventilateur ;
- réactivité et propagation possible du foyer ;
- les effets sont rapidement visibles ;
- difficultés pour guider la chaleur, les fumées
- la sécurité et le confort des personnels sont et les gaz de combustion ;
accrus (ils travaillent dans une veine d’air
- nécessité de positionner des ventilateurs en
frais)
relais le long du parcours de la veine d’air
frais sur des distances importantes
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 75 sur -14
NIVEAU 2

Avant que le processus de ventilation forcée par surpression ne soit en action, l’ouvrant
d’évacuation doit être protégé par un binôme sous A.R.I. Les personnels doivent impérativement
porter leurs équipements de protection individuelle complets et ajustés. Ils doivent de plus être dotés
d’une L.D.V alimentée.
Cette lance doit être utilisée pour refroidir les fumées et les gaz lors de leur sortie, mais en aucun
cas, le jet d’eau en diffusé ne doit pénétrer par l’orifice de ventilation.
Cette action perturberait le régime aéraulique et risquerait, par l’apport d’air frais, de créer un risque
important pour les sapeurs pompiers engagés sur le site, à savoir le refoulement des fumées et
des gaz chauds dans leur direction et l’entrée d’air frais dans le volume.
6 – TACTIQUES DE VENTILATION
Deux tactiques de ventilation :
- la Ventilation Défensive permet de protéger des lieux et des locaux de la propagation par les fu-
mées et les gaz chauds ;
- la Ventilation Offensive permet de modifier le développement de l’incendie, car le flux d’air entre
directement en contact avec le foyer.
a) La ventilation défensive
Il s’agit uniquement de la ventilation des locaux non atteints par l’incendie pour permettre leur protec-
tion des fumées et gaz chauds.
La tactique défensive consiste en une mise œuvre de la ventilation :
- loin du feu ;
- différée dans le temps, après que le feu soit éteint.
Les différentes raisons opérationnelles la justifiant peuvent être :
- d’éviter qu’une partie de la chaleur, des fumées, et des gaz de combustion dégagés par le sinistre
ne viennent à se répandre dans des volumes ;
- de désenfumer les locaux en fin d’intervention en présence de configurations bâtimentaires com-
plexes induisant des reconnaissances longues

VENT NATUREL
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 76 sur -14
NIVEAU 2

AVANTAGES INCONVENIENTS

- permet une protection des zones non encore - ne procure aucune efficacité sur le dévelop-
touchées par les fumées et gaz chauds ; pement de l’incendie
- ne risque pas de provoquer une extension du
sinistre

b) la Ventilation Offensive
Dans ce cas, la ventilation est utilisée comme méthode de lutte à part entière. Elle consiste en une
ventilation directe du volume dans lequel se développe l’incendie et a donc un effet direct sur
l’importance du feu. Il est impératif que le volume d’air soufflé soit très important par rapport à
l’incendie.
Elle permet :
- d’agir directement sur le processus de combustion ;
- de procurer aux intervenants de meilleures conditions d’intervention et d’éviter de leur faire subir
une partie de la chaleur, des fumées et gaz de combustion dégagées par le sinistre
- de faciliter les sauvetages ou mises en sécurité.
La tactique offensive consiste en une mise en oeuvre de la ventilation :
- près du feu dès l’arrivée sur les lieux des équipes d’attaque ;
- en parallèle aux sauvetages et aux établissements.
Peu après l’arrivée des secours, après une reconnaissance préalable, si de la fumée s’échappe par
un ouvrant en façade, la tactique de ventilation offensive peut être rapidement mise en œuvre sous la
forme d’une ventilation horizontale par mise en suppression du local.

+ + +
+ +
+ + + + +
+ + ++ ++

VENT
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 77 sur -14
NIVEAU 2

AVANTAGES INCONVENIENTS

- c’est une méthode de lutte à part entière ; - elle nécessite une reconnaissance importan-
te et détaillée ;
- elle donne aux binômes d’attaque des condi-
tions de travail de bonnes qualités : chaleur, - elle impose des liaisons permanentes entre
visibilité… les différents intervenants ;
- elle est rapide à mettre en œuvre ; - elle nécessite du personnel disponible et
formé ;
- Elle est très efficace, car puissante et direc-
tement sur les flammes (principe du souffla- - elle risque de propager l’incendie entre sa
ge d’une bougie) position d’origine et l’exutoire de sortie ;
- Si le débit d’air de ventilation est limité il va
augmenter la puissance thermique de
l’incendie (principe du soufflet dans les âtres)

Cas particulier : la ventilation par jet de lance vers l’extérieur


Lorsque des moyens mécaniques de ventilation ne sont pas disponibles, et si le personnel disponible
le permet, le chef d’agrès peut donner mission à un porte lance de ventiler les locaux au moyen de sa
lance. Le phénomène créé s’apparente au système de venturi, et accélère la sortie des fumées.
Principe : Utilise l’effet venturi créé par une L.D.V en jet diffusé par un ouvrant ;
Risques : éviter en hiver (gel) et dégâts des eaux ;
Limites : mobilise 1 SP, ressources en eau ;
Mise en œuvre :
- le jet doit couvrir 85 à 90% de la surface ouverte ;
- plus le débit est élevé, + l’effet venturi est fort ;
- fermer les autres ouvrants ;
- L.D.V à environ 60 cm de l’ouvrant.
RECAPITULATIF DE LA VENTILATION TACTIQUE
Les différents composants de la ventilation peuvent se résumer comme suit :

Naturelle ?
PRINCIPES
Forcée ?

Horizontale ?
METHODES
Verticale ?

TECHNIQUES par Dépression ?


par Pression positive ?
poPosit.
TACTIQUES Défensive ?
Offensive ?
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 78 sur -14
NIVEAU 2

7 – REGLES DE SECURITE
a) reconnaissance des tenants et des aboutissants
Avant de mettre en œuvre toute méthode de ventilation, il est indispensable de procéder à une recon-
naissance approfondie préalable des volumes directement et indirectement concernés.
b) Les ouvertures
Il faut deux ouvertures au minimum.
Les principes de positionnement en opposition et la différence de hauteur des ouvertures du local à
ventiler sont élémentaires mais très importants.
L’une des ouvertures (celle en partie basse) sert de point d’entrée de l’air frais et la seconde (en partie
haute) d’exutoire, avant l’ouverture de la prise d’amenée d’air cette chronologie de réalisation étant
impérative
Ces deux ouvertures doivent obligatoirement exister, quel que soit le principe de ventilation
retenu.
c) la gestion du vent dominant
Si un vent dominant existe sur la zone d’intervention, il peut suffire à obtenir le courant d’air efficace. Il
est alors inutile de mettre en œuvre des moyens mécaniques de ventilation.
La ventilation doit toujours se faire dans le sens du vent dominant afin de mettre à profit ses effets.
Le vent dominant peut contrarier ou annuler les effets des moyens mécaniques mal positionnés.
8 – MESURES DE SECURITE
La décision d’employer l’une des techniques de ventilation tactique forcée a des implications directes
aussi bien sur la sécurité des intervenants et des impliqués qu’en ce qui concerne les ressources en
moyens humains ou matériels dont dispose le C.O.S.
a) communication
Si le C.O.S décide de la mise en œuvre d’une technique de ventilation, les équipes situées à l’intérieur
du volume doivent en être informées en premier lieu.
Une attention toute particulière est portée à la sécurité des sapeurs pompiers devant rester dans
les étages supérieurs lors de la mise en œuvre de la technique de surpression.
Ils doivent pouvoir informer sans délai le C.O.S dès qu’ils sont prêts et rendre compte fréquemment
sur leur situation, sur l’évolution de leur environnement et sur l’efficacité de la méthode.
b) Moyens hydrauliques
Chaque binôme engagé dans le bâtiment doit impérativement disposer d’une LDV pouvant offrir un
débit de 500l/m, dès que la situation l’exige.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 79 sur -14
NIVEAU 2

FEUX EN VOLUMES CLOS OU SEMI-OUVERTS


FEUX D’APPARTEMENT

Risques principaux
- Victimes potentielles ;
- propagations horizontale et verticale.
Risques secondaires
- EDF / GDF ;
- dégâts des eaux d’extinction.
Renforts éventuels
- V.S.A.V ;
- éclairage ;
- ventilation ;
- assistance respiratoire ;
- étaiement.
Accès / Cheminements
- Le premier engin pompe doit dépasser l’adresse !;
- prévoir l’emplacement des échelles aériennes ;
- faire le tour du bâtiment, attention aux façades inaccessibles et cours intérieures ;
- ne pas utiliser l’ascenseur.(si non prioritaire).
Reconnaissances
- Couper les énergies ;
- évacuation générale (sauf IGH) ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 80 sur -14
NIVEAU 2

- regrouper les impliqués au P.R.V ,


- mettre en œuvre les moyens de désenfumage (horizontale et verticale) existants ;
- reconnaissances de tous les appartements, marquages des portes à la craie ;
- attention : risque de backdraft ou flash-over (lecture du feu).
Attaque
- Attaquer par l’intérieur au moyen de colonnes sèches existantes ou par des établisse-
ments verticaux ;
- enrayer la propagation ;
- pas d’attaque directe par l’extérieur.
Déblai
- Protection des biens des niveaux inférieurs ;
- port de l’A.R.I. ;
- caméra thermique ;
- mesures de monoxyde de carbone ;
- étaiement si nécessaire.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- police ;
- mairie ;
- Services sociaux si nécessaire de relogement(s) ;
- EDF / GDF + ;
- Gestionnaire du bâtiment.
FEU DE PAVILLON
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 81 sur -14
NIVEAU 2

Risques principaux
- Victimes potentielles ;
- danger des feux en espace clos (cave, appartement, combles).
Moyens à prévoir
- VSAV ;
- éclairage, ventilation, protection et soutien ;
- renfort en personnel et soutien.
Accès Cheminements
- Le premier engin se positionne de façon à laisser accessibles les 4 faces du bâtiment
(Échelles à coulisse) ;
- prévoir l’emplacement des échelles aériennes ;
- déterminer les points d’accès.
Reconnaissances
- Sauvetages ;
- coupure des fluides ;
- lecture du feu (feu de cave, de pièce ou de combles avec possibilité des 3 en même
temps).
Attaque
- Attaquer par l’intérieur (L.D.V. 500) ;
- empêcher la propagation si pavillon mitoyen ;
- ventilation des volumes ;
- suivant localisation du sinistre mettre en œuvre une tactique d’attaque propre à chaque
feu (feu de cave, feu de pièce(s), feu de comble) ;
- attention à la présence de combles aménagés (victimes potentielles).
Alimentation
- alimenter systématiquement l’engin.
Déblai
- Protection des biens des niveaux inférieurs ;
- port de l’A.R.I. ;
- caméra thermique ;
- mesures de monoxyde de carbone ;
- étaiement si nécessaire.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- force de l’ordre ;
- mairie ;
- Services sociaux si nécessaire de relogement(s) ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 82 sur -14
NIVEAU 2

- EDF / GDF.
FEU DE COMBLES

Risques principaux
- Embrasement généralisé des combles et de la toiture ;
- effondrement du plancher ;
- atteinte de la structure du bâtiment ;
- dégâts causés par l’usage abusif des moyens hydrauliques.
Moyens à prévoir
- Bâchage, étaiement, assèchement, assistance respiratoire, ventilation, éclairage.
Accès Cheminements
Par l’intérieur (trappes, escaliers)
- S’assurer de la nature de la structure du plancher.
Par l’extérieur (échelle aérienne, à coulisse)
- Utilisation systématique du L.S.P.C.C
Reconnaissances
- Recherche de victimes (caméra thermique) ;
- anticiper sur les mises en sécurité ;
- localiser les recoupements et les isolements ;
- lecture du feu.
Attaque
- Utiliser ou créer des exutoires (évacuation) ;
- attaquer uniquement par les communications existantes dans le sens du tirage ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 83 sur -14
NIVEAU 2

- utiliser les lances sur les échelles aériennes exclusivement pour stopper la propagation.
Alimentation
- placer la division au plus près du foyer. à défaut, la ramener au pied de l’escalier.
Déblai
- Assurer la protection des personnels (L.S.P.C.C, longe de maintien au travail) ;
- assurer la protection des biens au niveau inférieur ;
- mesures de taux de CO (air ambiant et air expiré) ;
- caméra thermique.
Remontée de l’information
- -C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- -mairie, services techniques ;
- -Services sociaux si nécessité de relogement(s) ;
- -EDF/GDF ;
- -Etablissement gestionnaire du bâtiment.
FEU DE TOITURE

Risques principaux
- Propagation de la combustion aux cloisons contiguës ;
- présence de bouteilles de gaz ou d’acétylènes.
Moyens à prévoir
- Matériel de percement ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 84 sur -14
NIVEAU 2

- caméra thermique ;
- bâchage, étaiement, assèchement.
Accès Cheminements
- Le premier engin pompe dépasse l’adresse ;
- prévoir l’emplacement des échelles aériennes.
Reconnaissances
- localiser précisément le foyer afin de l’isoler en amont et en aval.
Attaque
- Attaquer uniquement par les communications existantes dans le sens du tirage ;
- utiliser les lances sur échelles aériennes pour stopper la propagation.
Alimentation
- alimenter systématiquement l’engin.
Déblai
- Assurer la protection des personnels en hauteur (L.S.P.C.C, longe de maintien au tra-
vail) ;
- vérifier l’absence de points chauds à l’aide de la caméra thermique ;
- protection des niveaux inférieurs si besoin.
Remontée de l’information
- -C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- -force de l’ordre ;
- -EDF / GDF.
FEU DE CHEMINEE
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 85 sur -14
NIVEAU 2

Risques principaux
- Asphyxie des occupants par fissuration du conduit ;
- propagation aux planchers, cloisons ou combles, notamment avec les foyers fermés.
Moyens à prévoir
- Éclairage, ventilation, étaiement ;
- matériel de percement.
Accès Cheminements
- Le premier engin se positionne de façon à laisser accessibles les 4 faces du bâtiment
(échelles à coulisses) ;
- prévoir l’emplacement des échelles aériennes.
Reconnaissances
- Couper le tirage en fermant portes et fenêtres du local ;
- localiser le foyer.
Attaque
- Éteindre le foyer dans l’âtre et le vider ;
- Attaquer par le bas en utilisant un seau pompe ou une lance à feu de cheminée ;
- Si les matières en ignition dans le conduit sont inaccessibles, passer la chaîne par le haut
pour les faire tomber ;
- Si le conduit n’est pas droit, prévoir une ou des trouées d’extinction (au dessus du foyer)
ou de dégagement (au dessous du foyer)
Alimentation
- Pas nécessaire si intervention courante.
Déblai
- Evacuer les cendres à l’aide du matériel à feu de cheminée ;
- s’assurer que le conduit est froid sur toute sa hauteur en y posant les mains nues ou
mieux, en utilisant une caméra thermique ;
- vérifier que le conduit n’est pas fissuré ;
- conseiller le locataire ou le propriétaire de ne pas utiliser sa cheminée sans qu’elle soit vé-
rifiée par un fumiste ;
- réaliser une protection si besoin.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- forces de l’ordre Services sociaux si nécessaire de relogement(s) ;
- EDF / GDF ;
- mairie et services sociaux si nécessité de relogement(s).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 86 sur -14
NIVEAU 2

FEU DE CAGE D’ESCALIER

Risques principaux
- Panique des occupants ;
- victimes potentielles ;
- propagation rapide à tous les étages ;
- condamnation des issues de secours.
Moyens à prévoir
- V.S.A.V. ;
- éclairage, protection et soutien, ventilation ;
- renfort en personnel et matériels.
Accès Cheminements
- Le premier engin pompe dépasse l’adresse ;
- prévoir l’emplacement des échelles aériennes.
Reconnaissances
- le premier engin se positionne de façon à laisser libre d’accès les 4 faces du bâtiment ;
- prévoir l’emplacement des échelles aériennes.
Attaque
- Attaque massive (L.D.V. 500 l/min) par l’intérieur à partir du niveau inférieur ;
- si besoin, attaquer simultanément à différents niveaux par les ouvrants au moyen des
échelles aériennes.
- Créer rapidement un exutoire en partie haute de la cage d’escalier
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 87 sur -14
NIVEAU 2

Alimentation
- alimenter systématiquement l’engin.
Déblai
- Reconnaissances méticuleuses de tous les appartements, de toutes les gaines techni-
ques et du vide-ordures ;
- mesures d’explosivité ;
- protection des niveaux inférieurs si besoin.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- forces de l’ordre ;
- EDF/GDF ;
- mairie et services sociaux si nécessité de relogement(s).
FEU DE CAVE ET EN SOUS-SOL

Risques principaux
- Victimes potentielles ;
- propagation des fumées et du feu au niveau supérieur par les communications verticales
ou les gaines techniques ;
- cheminements complexes et explosion en présence de gaz.
Moyens à prévoir
- V.S.A.V. ;
- éclairage, assistance respiratoire ;
- ligne guide et liaisons personnelles ;
- émulseur.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 88 sur -14
NIVEAU 2

Accès Cheminements
- Le premier engin pompe dépasse l’adresse ;
- prévoir l’emplacement des échelles aériennes.
Reconnaissances
- S’assurer de la fermeture des portes d’accès au sous-sol depuis l’étage supérieur (propa-
gation verticale) ;
- Barrer les énergies, couper les fluides ;
- Mettre en sécurité les occupants impliqués (P.R.V) et éviter la panique en rassurant les
habitants ;
- n’engager des binômes que sous ARI avec ligne de vie et/ou moyens hydrauliques ;
- rappel des consignes de sécurité aux binômes avant tout engagement ;
- disposer dès que possible d’un binôme de sécurité ;
- recenser les matériaux stockés ;
- reconnaître et ventiler les niveaux supérieurs.
Attaque
- Éteindre à l’eau ou à la mousse (moyen ou haut foisonnement) en cas de risques particu-
liers.
Alimentation
- alimenter systématiquement l’engin.
Déblai
- A réaliser sous A.R.I. ou en présence de moyens de ventilation par raccord ZAG ;
- surveiller la concentration atmosphérique en CO.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A
- forces de l’ordre
- EDF/GDF
- Mairie
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 89 sur -14
NIVEAU 2

FEUX DE GAINES TECHNIQUES


Une gaine est un volume fermé, accessible par des trappes ou des portes de visite, et renfermant un
ou plusieurs conduits. Ces installations présentent généralement des caractéristiques coupe-feu.

Risques principaux
- Propagation des fumées lors de l’ouverture des trappes ;
- propagation de la combustion aux locaux ;
- diffusion de fumées et de gaz dans les locaux environnants.
Moyens à prévoir
- Caméra thermique.
Accès Cheminements
- Localiser le foyer par les trappes et portes de visite de la gaine (fermées par une serrure).
Porter une attention particulière sur :
- les gaines et jonctions en liaison avec le sinistre
- les canalisations techniques.
Reconnaissances
- Localiser précisément le foyer afin de l’isoler en amont et en aval ;
- identifier la nature du combustible, prendre toutes les précautions s’il s’agit d’une gaine
contenant des conducteurs électriques ;
- procéder à des relevés de concentration en CO.
Attaque
- En règle générale, extinction par les trappes et portes de visites ;
- par refroidissement à l’eau bouillante au moyen de seaux-pompes ou de lances (jets sous
pression) ;
- ventilation des locaux obligatoires.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 90 sur -14
NIVEAU 2

Alimentation
- Pas nécessaire
Déblai
- Vérification de l’absence de points chauds au moyen de la caméra technique ;
- protection des niveaux inférieurs si besoin.
Remontée de l’information
- -C.O.D.I.S. / C.T.A
- -forces de l’ordre
- EDF/GDF
FEU DE GARAGE

Risques principaux
- Stockage de produits inflammables et toxiques ;
- présence possible de véhicules au G.P.L.c. ;
- présence de fosses.
Moyens à prévoir
- Eclairage, ventilation, étaiement, anti-pollution ;
- émulseur
- renfort en personnel et matériel.
Accès Cheminements
- Le premier engin se positionne de façon à laisser libre d’accès les façades du bâtiment ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 91 sur -14
NIVEAU 2

- prévoir l’emplacement des échelles aériennes ;


- cheminements difficiles à l’intérieur de l’établissement
Reconnaissances
- Sauvetage si besoin ;
- couper les fluides ;
- attention aux structures souvent métalliques ;
- s’assurer de la présence ou non de véhicules G.P.L.c. ;
- lecture du feu préalable et les signaux d’alerte.
Attaque
- L.D.V. 500 pour empêcher la propagation aux locaux administratifs et aux habitations atte-
nantes ;
- lances à mousse pour attaquer le stockage de produits dangereux ;
- -attaque du point d’eau au point d’attaque en présence de véhicules au G.P.L.c. (cf. feu de
véhicule au G.P.L.c.) ;
- attention à la présence de fosses de mécanicien noyées par l’eau d’extinction ;
- attention aux eaux d’extinction (hydrocarbures, huiles…).
Alimentation
- Alimenter systématiquement l’engin.
Déblai
- Port de l’A.R.I., si nécessaire ;
- mesures d’explosimétrie.
Remontée de l’information
- -C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- -forces de l’ordre ;
- EDF/GDF ;
- mairie.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 92 sur -14
NIVEAU 2

FEU DE CHAUFFERIE

Risques principaux
- Stockage de produits inflammables ;
- fumée dans les étages en cas de chaufferie en sous-sol.
Moyens à prévoir
- Eclairage, ventilation, anti-pollution, protection et soutien ;
- émulseur si chaufferie fuel.
Accès Cheminements
- Le premier engin se positionne de façon à laisser libre d’accès les 4 faces du bâtiment ;
- prévoir l’emplacement des échelles aériennes.
Reconnaissances
- Sauvetage si besoin ;
- identification du combustible ;
- coupure des fluides (électricité, combustible) ;
- lecture du feu préalable et les signaux d’alerte.
Attaque
- Lance à mousse en présence d’hydrocarbure liquide ;
- protection incendie des étages si chaufferie en sous-sol ;
- protection des étages inférieurs si chaufferie en terrasse ;
- ventilation de la cage d’escalier si chaufferie en sous-sol.

Alimentation
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 93 sur -14
NIVEAU 2

- Alimenter systématiquement l’engin.


Déblai
- Port de l’A.R.I. si nécessaire ;
- mesures d’explosimétrie ;
- recherche d’une possible pollution par hydrocarbure ;
- protection des niveaux inférieurs si besoin.
Remontée de l’information
- -C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- -forces de l’ordre ;
- mairie ;
- EDF/GDF.
FEU DE JOINT DE DILATATION
Le joint de dilatation permet d’absorber la variation des dimensions d’un élément de construction
(murs, etc.) sous l’effet des changements de température. Il divise un ouvrage en différentes parties
indépendantes et donc empêche toute fissure généralisée.

Risques principaux
- Propagation de la combustion aux cloisons contiguës ;
- diffusion de la fumée et de gaz (monoxyde de carbone) dans les locaux environnants.
Moyens à prévoir
- Extinction longue et complexe ;
- matériel de percement ;
- caméra thermique.
Accès Cheminements
Porter une attention particulière sur :
- les gaines et jonctions en liaison avec le sinistre ;
- les vides constitués par les faux plafonds ;
- les canalisations techniques.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 94 sur -14
NIVEAU 2

Reconnaissances
- Localisation précise du foyer afin de l’isoler en amont et en aval ;
- relevés de concentration en CO.
Attaque
- En règle générale, extinction par des trouées en partie supérieure des points chauds ;
- refroidissement à l’eau mouillante au moyen de seaux pompes ou de lances (jets sous
pression) ;
- étouffement par obturation des fissures avec du plâtre ou du ciment ;
- dans tous les cas, stopper la propagation par des trouées ;
- ventilation des locaux obligatoire.
Alimentation
- Pas nécessaire.
Déblai
- Vérification de l’absence de points chauds au moyen de la caméra thermique ;
- protection des niveaux inférieurs si besoin.
Remontée de l’information
- -C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- -forces de l’ordre ;
- EDF/GDF.
NOTE : rédiger un descriptif très détaillé des dégâts occasionnés par les S.P. (croquis, photos, comp-
te-rendu, etc.)
FEU DANS UN ATELIER

Risques principaux
- Pouvoir calorifique élevé ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 95 sur -14
NIVEAU 2

- possibilité de produits inflammables et toxiques ;


- possibilité d’habitation au-dessus.
Moyens à prévoir
- Eclairage, ventilation, protection et soutien ;
- renfort en personnels et matériels.
Accès Cheminements
- Le premier engin se positionne de façon à laisser libre d’accès les 4 faces du bâtiment ;
- prévoir l’emplacement des échelles aériennes.
Reconnaissances
- Sauvetage si besoin ;
- coupure des fluides ;
- attention aux structures ;
- lecture de feu (feux de classe A ou B).
Attaque
- L.D.V. 500 par l’intérieur sauf si les structures sont métalliques ;
- lance à mousse si présence de produits inflammables (liquides, plastiques) ;
- empêcher la propagation aux habitations et aux locaux administratifs ;
- ventiler en partie haute si présence d’habitations.
Alimentation
- Alimenter systématiquement l’engin.
Déblai
- Port de l’A.R.I. si nécessaire ;
- mesures d’explosimétrie ;
- étaiement si nécessaire ;
- protection des niveaux inférieurs si besoin.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- -forces de l’ordre ;
- mairie ;
- EDF/GDF

FEU DANS UN E.R.P. DE TYPE 0


U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 96 sur -14
NIVEAU 2

Risques principaux
- Victimes potentielles ;
- panique des occupants ;
- propagation rapide due à la non observation des règles de sécurité par les occupants.
Moyens à prévoir
- V.S.A.V ;
- éclairage, ventilation, protection et soutien ;
- renfort en personnels et matériels.
Accès Cheminements
- Le premier engin se positionne de façon à laisser libre d’accès les faces du bâtiment ;
- prévoir l’emplacement des échelles aériennes.
Reconnaissances
- Sauvetage, évacuation des occupants et du personnel ;
- coupure des fluides ;
- se procurer un plan de l’établissement ;
- recensement du nombre exact d’occupants ;
- mise en œuvre du désenfumage.
Attaque
- L’évacuation des personnes reste prioritaire aux personnels engagés sous A.R.I. ;
- L.D.V. 500 par les communications existantes ;
- empêcher la propagation verticale extérieure au moyen d’échelles aériennes ;
- pas d’attaque directe par l’extérieur.
Alimentation
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 97 sur -14
NIVEAU 2

- Alimenter systématiquement l’engin.


Déblai
- Port de l’A.R.I. si nécessaire ;
- mesures d’explosimétrie ;
- étaiement si nécessaire ;
- protection des niveaux inférieurs si besoin.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- forces de l’ordre ;
- mairie ;
- EDF/GDF.
FEU DANS UN E.R.P. DE TYPE U

Risques principaux
- Nombreuses victimes potentielles ;
- populations sensibles : invalides physiques, psychiques, nourrissons, réanimation lour-
de… ;
- atteinte de points névralgiques (blocs opératoires, urgences, …) ;
- présence de matières dangereuses (infectieuses, toxiques, corrosives et éventuellement
de radioéléments) ;
- gaz médicaux.
Moyens à prévoir
- Moyens du Plan Rouge ;
- moyens d’intervention chimique et/ou radiologique.
Accès Cheminements
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 98 sur -14
NIVEAU 2

- Repérer les voies échelles ;


- prévoir un point de regroupement des moyens et les norias de V.S.A.V.
Reconnaissances
- Recueil des informations sur le S.S.I. ;
- faire le point avec le responsable de l’établissement ;
- transférer horizontalement la zone sinistrée (attention : long et mobilise beaucoup de per-
sonnes) ;
- estimation du nombre de victimes ;
- déterminer l’emplacement du Point de Regroupement des Victimes (P.R.V.) ;
- confier les indemnes au personnel hospitalier ;
- mise en œuvre des moyens de désenfumage.
Attaque
- Coupure des fluides et des énergies de la zone sinistrée à l’issue de son évacuation, en
accord avec le responsable de l’établissement ;
- attaque (s) par l’intérieur exclusivement ;
- recherche d’une structure d’accueil des victimes.
Alimentation
- Alimenter systématiquement l’engin ;
- utiliser les colonnes sèches si existantes ;
- prévoir la logistique en oxygène (voir si dans la bâtiment).
Déblai
- Canalisation – Confinement – Absorption des eaux de ruissellement incendie ;
- contrôle des déblais et réalisation d’un parc du matériel contaminé.
Remontée de l’information
- préfecture ;
- mairie, DDASS ;
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- EDF/GDF ;
- forces de l’ordre ;
- service prévention du S.D.I.S.

FEU DANS UN ENTREPOT


U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 99 sur -14
NIVEAU 2

Risques principaux
- Danger : très faible stabilité au feu ;
- embrasement généralisé et atteinte de la structure ;
- l’enchevêtrement des tôles effondrées ne permet pas à l’eau d’atteindre les foyers ;
- attention : panneaux sandwich tôle/mousse en polyuréthane (fumées toxiques + propaga-
tion) ;
- attention : risque d’effet chalumeau (le feu court dans les panneaux et son avancée se tra-
duit par un brunissement du parement de tôle et une déformation) ;
- attention aux bouteilles de gaz qui alimentent les chariots élévateurs, qui peuvent faire tor-
chère ou exploser ;
- risque d’explosion par la présence de réserves de gaz ;
- risque toxique (stockage de produits chimiques divers) ;
- pollution par écoulement des eaux d’extinction.
Moyens à prévoir
- Engins pompes grande puissance – désincarcération - échelles aériennes – DA – éclaira-
ge – ventilation – assistance respiratoire – soutien sanitaire et logistique – caméra thermi-
que.
Accès Cheminements
- Faire couper les voies de circulation si nécessaire (routes, autoroute, S.N.C.F.) ;
- définir un Point de Regroupement des Moyens (P.R.M.) ;
- mettre rapidement en place des madriers de franchissement ;
- faire procéder à l’ouverture de tous les accès du site.
Reconnaissances
- Mise en sécurité – recensement des impliqués ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 100 sur -14
NIVEAU 2

- vérification de la coupure des énergies et des fluides ;


- ouverture des exutoires ou lanterneaux ;
- localisation des recoupements et des isolements (murs coupe-feu).
Attaque
- Préservation prioritaire des locaux administratifs (informatique, archives…) et de produc-
tion ;
- engagement d’un minimum de personnel dans le bâtiment, le long des murs coupe-feu ;
- refroidissement des cuves G.P.L. soumises au rayonnement ;
- découpe des panneaux sandwichs et contrôle à l’aide d’une caméra thermique.
Alimentation
- Faire établir des lignes de Ø 110 mm en attente, pour mettre en place des points d’eau
avancés.
Déblai
- Port de l’A.R.I. systématique ;
- détection de CO permanente.
Remontée de l’information
- préfecture (DRIRE, DIREN, DDASS) ;
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- mairie ;
- EDF/GDF ;
- forces de l’ordre ;
- service des eaux (forte demande hydraulique).
FEU DANS UN MAGASIN (TYPE M)

Risques principaux
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 101 sur -14
NIVEAU 2

- Incendie généralisé ;
- nombreuses victimes (selon les heures d’occupation des lieux) ;
- effondrement.
Moyens à prévoir
- Engins pompes – échelles aériennes – éclairage – ventilation – assistance respiratoire –
désincarcération ;
- moyens sanitaires (selon les heures d’occupation des lieux).
Accès Cheminements
- Prévoir les emplacements des échelles aériennes ;
- définir l’emplacement (au point d’attaque ou au point d’eau) des engins pompes ;
- prendre garde à l’encombrement des accès parking, voies et hydrants.
Reconnaissances
- S’assurer de l’évacuation du public ;
- localiser l’incendie ;
- recueillir les informations du S.S.I. ;
- déterminer les accès possibles ;
- faire couper les fluides et les énergies ;
- s’assurer du fonctionnement des moyens de secours, sinon les actionner manuellement
(S.S.I.) ;
- attention : n’actionner que les exutoires des cantons enfumés.
Attaque
- Réaliser la part du feu ;
- attaquer massivement par l’extérieur ;
- attaquer par l’intérieur en prenant garde à la stabilité du bâtiment ;
- dans les réserves en sous-sol, il peut exister une ou plusieurs trémies d’attaque (trappes
de plancher de 60 cm escamotables, tous les 20 m).
Alimentation
- Anticiper les besoins en eau ;
- utiliser les hydrants et réserves d’eau (hors sprinklers).
Déblai
- S’assurer de la présence des forces de l’ordre pendant les opérations de déblais (intrusion
– vol) ;
- prévenir le risque d’effondrement de la structure ou des rayonnages.
Remontée de l’information
- préfecture / mairie ;
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- service des eaux (si débits d’attaque importants).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 102 sur -14
NIVEAU 2

- EDF/GDF ;
- service de prévention du S.D.I.S ;
- forces de l’ordre.
FEU DE V.L. DANS UN PARKING

Risques principaux
- Victimes potentielles ;
- dangers des feux en espace clos ;
- dangers des feux de VL au G.P.L.c.
- pouvoir calorifique important pouvant endommager les structures.
Moyens à prévoir
- V.S.A.V. ;
- éclairage, ventilation, protection et soutien, assistance respiratoire ;
- renfort en personnels et matériels.
Accès Cheminements
- Eviter de pénétrer dans un parking souterrain par la voie d’accès des véhicules (comparti-
mentage) ;
- utiliser les accès piétons (colonnes sèches, sas) ;
- utiliser des lignes guides (engagement opérationnel G.N.R. appareils respiratoires).
Reconnaissances
- Se procurer un plan de l’établissement ;
- s’assurer que le désenfumage fonctionne ;
- identifier le niveau concerné ;
- utiliser plusieurs points d’entrée ;
- identifier le type de véhicule ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 103 sur -14
NIVEAU 2

- lecture du feu préalable et des signaux d’alerte ;


- rappeler les ascenseurs au R.D.C.
Attaque
- Utiliser la technique I.G.H. (Poste de Commandement Avancé au niveau concerné, Poste
de Commandement au Poste Central de Sécurité) ;
- établir du point d’eau au point d’attaque (L.D.V. 500).
Alimentation
- Alimenter systématiquement l’engin ;
- alimenter les colonnes sèches.
Déblai
- Port de l’A.R.I. et ventilation ;
- mesures d’explosimétrie / CO ;
- vérification de la solidité des structures.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- forces de l’ordre ;
- mairie ;
- EDF/GDF.

FEU DE SILO

Risques principaux
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 104 sur -14
NIVEAU 2

- Explosion de poussières ou de céréales ;


- ruines du silo avec enseveli (s) ;
- pollution éventuelle en fonction du contenu du silo.
Moyens à prévoir
- Engins pompes – échelle aérienne – étaiement ;
- caméra thermique ;
- équipes cynotechniques et sauvetage déblaiement si explosion.
Accès Cheminements
- Prévoir les emplacements des échelles aériennes ;
- définir un P.R.M.
Reconnaissances
- Déterminer le type de silo (plat ou vertical, en béton ou en métal, circulaire ou rectangulai-
re, couvert ou non) ;
- demander la nature du contenu et le niveau de remplissage : identifier le risque d’explosion
en fonction de la granulométrie. Plus les particules sont petites (farine), plus le risque est
élevé ;
- faire arrêter les machines (tapis roulants, vis sans fin…) ;
- reconnaître les moyens d’extinction fixes, l’existence d’évents, de vidange, d’accès en par-
tie haute.
2 types de feu sont possibles :
- feu couvant dans la masse (combustion lente) ;
- feu de surface (combustion vive).
Risques : formation de cavité dans la masse, effondrement avec accélération de la combustion, voire
explosion.
Conduite à tenir :
1 – Reconnaissances
- Consulter les sondes thermiques si elles existent ;
- mesure du taux de CO dans le silo (taux élevé = combustion importante) ;
- visualiser la zone en feu à l’aide d’une caméra thermique.
L’évolution de ces paramètres permettra d’évaluer la situation.
2 – Protection
- Délimiter une zone d’exclusion égale à 1,5 fois la hauteur du silo ;
- faire établir un périmètre de sécurité de 300 à 500 mètres ;
- ne pas stationner dans l’axe des évents latéraux ;
- arrêter les flux de matières (godets, tapis, vis sans fin…) ;
- isoler le silo concerné.
3 – Extinction
- Refroidir le silo par l’extérieur (15l/min/m²) ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 105 sur -14
NIVEAU 2

- coller les poussières en partie haute par projection de mousse ou 1 L.D.V. en jet diffusé
par intermittence (pour éviter un agglomérat) ;
- utilisation d’une lance de type bourgeois ou à vis Joualex pour atteindre la masse en com-
bustion.
Envisager l’une des 2 solutions avec le responsable du site :
Solution 1 : vidanger
- Surtout pour les petits silos ;
- seulement lorsque tout risque d’explosion est écarté ;
- vidanger à faible débit et y associer une extinction ;
- prévoir remorques ou bennes et un moyen hydraulique.
Solution 2 : inerter
- Intervention de spécialistes (plusieurs jours) ;
- qui, avec quoi ?
- 3 3 3
quantités nécessaires : 2 kg de CO2/m de silo ou 1 m N2/m
Déblai
- Port de l’A.R.I. et ventilation ;
- mesures d’explosimétrie ;
- vérification de la solidité des structures.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A.
- préfecture, mairie ;
- E.D.F. – G.D.F ;
- experts B.T.P. ;
- DRIRE, DDAF, DDASS en fonction des risques de pollution.
FEU DE BÂTEAU
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 106 sur -14
NIVEAU 2

Risques principaux
- Intoxications, blessures ou noyades ;
- pollution aquatique ;
- instabilité – naufrage du bâteau ;
- vétusté du bateau et composition de la cargaison (toxique, chimique, grains…).
Moyens à prévoir
- Plongeurs surface non libre + canot ;
- éclairage – ventilation ;
- moyens d’aspiration ;
- émulseur ;
- caméra thermique.
Accès Cheminements
- Amarrer le bateau ;
- définir un P.R.M. ;
- limiter le nombre de sapeurs-pompiers embarqués sur le bateau.
Reconnaissances
- Recenser les passagers ;
- combinaison avec le commandant de bord (seul maître à bord) ;
- envisager une reconnaissance avec caméra thermique ;
- attention : depuis janvier 2004, le G.P.L.c., le butane et le propane peuvent être utilisés
comme carburant pour les bateaux (réservoirs ou bouteilles).
Rappel : Tribord à droite et Bâbord à gauche (prendre en compte le sens de la navigation).
Attaque
- Créer des exutoires ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 107 sur -14
NIVEAU 2

- utilisation systématique de mousse ;


- refroidir la coque par l’extérieur ;
- épuiser les cales.
Alimentation
- Alimenter systématiquement l’engin ;
- aspiration sur plan d’eau.
Déblai
- Effectuer les déblais et la surveillance sous A.R.I., car l’atmosphère saturée en vapeur
humide surchauffée peut interdire tout cheminement à l’intérieur du bateau.
Remontée de l’information
- Préfecture ;
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- mairie ;
- service de la navigation (V.N.F.) ;
- gendarmerie fluviale, police.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 108 sur -14
NIVEAU 2

FEUX EN MILIEU RURAL


FEU D’EXPLOITATION AGRICOLE
Risques principaux
Liés aux types de construction et aux stockages
Propagation
Il s’agit généralement des constructions traditionnelles en moellons où l’emploi de bois présente un
risque important de propagation.
Beaucoup ne possèdent aucune séparation (mur coupe-feu) entre les locaux de vie et les locaux ré-
servés à l’activité agricole ; ce qui facilite la propagation des fumées et complique l’action des secours
dans leur mission de sauvetage.
Effondrement
Ces constructions présentent des risques importants d’effondrements. En effet, pendant la phase
d’extinction, l’apport important d’eau sur les stockages provoque une surcharge de poids sur les struc-
tures (liés au conditionnement « haute densité » et aux conditions de stockage). De plus, la projection
d’eau provoque un lessivage des murs et crée un affaiblissement des joints.
L’évolution des modes de stockages (bottes rectangulaires, balles rondes) implique des modifications
de structure architecturale. Leurs manutentions provoquent également des chocs sur les structures
qui créent un affaiblissement de celles-ci.
L’absence de fondations peut provoquer un effondrement des murs de soutien et nécessite donc une
attention particulière de la part des sapeurs-pompiers.
Contrairement aux constructions traditionnelles, certains bâtiments en structure métallique et par-
paings possèdent une faible résistance au feu, engendrant un risque d’effondrement et empêchant
toute progression intérieure.
De plus, la configuration des locaux, notamment la présence de fosses ou d’objets entreposés dans
les circulations et la méconnaissance des lieux est un risque pour le personnel intervenant.
Flux thermique
Les stockages de paille et de foin dégagent un flux thermique important nécessitant une attaque à
distance. D’autres produits, tels que des réservoirs d’ammoniac ou des stockages d’engrais (voir en-
cadré feu d’engrais) sont des sources d’explosion et de propagation. Le risque chimique et le risque
de pollution sont à prendre en compte.
Risques secondaires
Liés aux animaux
La présence d’animaux sur la zone d’intervention peut présenter un grand danger pour les sapeurs-
pompiers et les automobilistes, en cas de fuite liée à l’affolement de ceux-ci lors d’un incendie.
Leur sauvetage est une des priorités car ils représentent une activité essentielle dans le fonctionne-
ment d’une ferme.
De plus, le risque de blessure par piétinement, encornement, coup de sabot reste présent.
Liés à l’accessibilité et à la défense extérieure contre l’incendie
Souvent situés à plusieurs kilomètres d’une commune ; leurs mauvaises caractéristiques, l’absence
de voie d’engin ou échelle, sont autant d’éléments néfastes pour le bon déroulement de l’intervention.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 109 sur -14
NIVEAU 2

La plupart des corps de ferme ne possèdent pas toujours de réserve incendie propre. La répartition
éparse des poteaux d’incendie, la faible capacité du réseau d’eau, la mauvaise accessibilité à l’étang
situé à proximité, retardent l’action des services d’incendie dans leurs missions d’extinction.
FEU D’ENGRAIS
Les principaux composant des engrais minéraux simples sont : l’azote (nitrate d’ammonium, am-
monitrate), le phosphore (phosphate naturel) ou le potassium (chlorure de potassium). Les engrais
composés sont eux réalisés par la combinaison chimique de plusieurs substances.
Les dangers principaux pour un stock d’engrais extérieur à base de nitrate d’ammonium sont liés à
la présence de produits contaminants, susceptibles de se mélanger avec l’engrais.
La configuration la plus pénalisante pouvant conduire à l’explosion est d’un feu d’engrais, avec pré-
sence de produits contaminants à l’intérieur d’un bâtiment.
Les engrais trouvés sur les incendies, tels que l’ammonitrate, sont de très bons carburants lors-
qu’ils sont en contact avec des matières organiques telles que des hydrocarbures, du fumier, des
métaux en poudre, du bois, du plastique, etc..
Dans ce cas, on obtient un mélange explosif au-delà de 200°C, sensiblement équivalent au T.N.T.
Il s’agit d’un explosif faible, mais les expérimentations permettent de démontrer que le produit ne peut
exploser sans les paramètres suivants :
- présence d’ammonitrate avec ajout d’hydrocarbures (fabrication du nitrate fuel) ;
- confinement (mise en pression) ;
- chauffage du produit (suite à un incendie par exemple) ;
- et le tout soumis à un choc violent (dynamite).
Lors d’un incendie d’une exploitation agricole, la procédure à suivre est la suivante :
1 – reconnaissance :
- lecture précise du feu ;
- recherche de signes extérieurs caractéristiques (fumées, flammes…).
2 – réaction immédiate :
- établissement de L.D.V. 500 en faisant la part du feu et en privilégiant la défense du corps de
ferme (équivalant à la zone « administrative » d’une entreprise), puis aux hangars de stockage
des engins agricoles.
3 – recherche de renseignements :
- avec l’exploitant, prendre le maximum de renseignements sur la nature des produits stockés (hy-
drocarbures, matières organiques, métaux en poudre, bois, plastiques, engrais…).
4 – attaque :
- ne pas pénétrer dans le local, sauf urgence ;
- ventiler les locaux à l’aide de ventilateur à pression positive ;
- créer des exutoires dans le quart supérieur du volume ;
- attaquer massivement à l’eau privilégiant des moyens d’extinction fixes (lances sur affût) ;
- réaliser un périmètre de sécurité.
Reconnaissances
- Procéder aux sauvetages et mises en sécurité des personnes et des animaux ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 110 sur -14
NIVEAU 2

- en l’absence de sauvetage, il est recommandé de ne pas exposer les sapeurs-pompiers ;


- se renseigner sur la nature des stockages, des recoupements, des points les plus sensibles pour
l’exploitant.
Moyens à prévoir
- Engins pompes de grande capacité ;
- dévidoirs automobiles ;
- C.M.I.C. si présence d’ammonitrates.
Attaque
- Lutter contre la propagation ;
- attaquer massivement par l’extérieur ;
- disperser au plus vite les matières en ignition.
Règles de sécurité
- Attention à l’engagement du personnel (structure métallique) ;
- port des appareils respiratoires ;
- mettre en place une surveillance jusqu’à extinction totale ;
- attention au vent ;
- toujours anticiper les besoins en eau et ne pas négliger les risques liés aux stockages.
Alimentation
- Utiliser des points d’eau naturels et utiliser des engins ou des unités de grande capacité
(F.P.G.P.D., D.A.) ;
- si les moyens hydrauliques sont suffisants, procéder à la lutte contre l’incendie, sinon protéger les
tiers et faire la part du feu.
Déblai
- Prévoir la phase de déblais, en utilisant des engins type tractopelle (entraide agricole) ;
- prévoir avec le propriétaire une surface d’étalement importante afin de répandre le fourrage.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- EDF / GDF.
FEU D’ECURIE OU CENTRE EQUESTRE
Risques principaux
- Danger : pouvoir calorifique important ;
- propagation à d’autres bâtiments ;
- les animaux sont extrêmement dangereux car en situation de panique ;
- solliciter la police ou la gendarmerie pour rechercher les bêtes enfuies qui peuvent présenter un
grand danger pour les automobilistes ;
- très faible stabilité au feu du bâtiment.
Moyens à prévoir
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 111 sur -14
NIVEAU 2

- D.A. ou C.D.R.H. (+ porteur d’eau si absence de points d’eau pérennes) ;


- éclairage ;
- vétérinaire, cellule animalière ;
- engins agricoles pour déblai.
Accès Cheminements
- Accès généralement difficile situé en zone rurale ;
- vérifier que l’accès aux points d’eau peut se faire par des voies carrossables (mise en oeuvre du
D.A.).
Reconnaissances
- Mises en sécurité / évacuation des personnes et des animaux ;
- tenter de canaliser les bêtes en créant un chenal d’évacuation avec de la rubalise ou des com-
mandes jusqu’au point de regroupement des équidés (manèges) ;
- se renseigner sur la nature des stockages ;
- reconnaissance de l’habitat.
Attaque
- Si les ressources hydrauliques sont suffisantes, procéder à l’attaque du foyer, sinon protéger les
tiers (barrière hydraulique) et faire la part du feu.
Alimentation
- Utiliser les points d’eau naturels ou utiliser des engins porteurs d’eau ou D.A.
Déblai
- Prévoir des véhicules d’équarrissage (animaux morts), via le maire de la commune ;
- utiliser des engins de type tractopelle (entraide agricole) ;
- dans le cas de feux de paille ou autres fourrages, prévoir une surface d’étalement importante et
des moyens d’extinction si nécessaire (attention au vent !).
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- préfecture -mairie ;
- EDF / GDF ;
- services vétérinaires et société d’équarrissage.
FEU DE RECOLTES SUR PIEDS
Risques principaux
Ils sont liés à la météo : les feux de récoltes présentent un danger lorsque les flammes sont poussées
par le vent sur des constructions, des taillis ou des sous-bois.
Moyens à prévoir
- D.A. ou C.D.H.R. (+ porteur d’eau si absence de points d’eau pérennes), C.C.F., C.C.R… ;
- engins agricoles pour déblai.
Accès Cheminements
- Déterminer les accès possibles ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 112 sur -14
NIVEAU 2

- se présenter par une rocade ou une pénétrante (voir illustration) sous le vent ;
- respecter la catégorie de son engin (1-urbain, 2-rural, 3-tout-terrain), et ne s’engager qu’en fonc-
tion.
Reconnaissances
- Déterminer la force du vent et évaluer la progression du foyer (3% de la vitesse du vent) ;
- reconnaître les points sensibles menacés par les flammes et les fumées (maison, ferme, bourg..) ;
- évaluer avec le propriétaire du champ la surface des cultures menacées et la transmettre au plus
vite au C.O.D.I.S./C.T.A., en précisant les accès à privilégier.
Attaque
- Ne pas attaquer de front ;
- diminuer la largeur du front de feu en attaquant par l’un des côtés. Les renforts seront placés de
façon à prendre le feu en tenaille et en réduisant petit à petit la tête du feu.
Règle d’or : axer les efforts sur la défense des points stratégiques en faisant la part du feu.
Alimentation
- Anticiper les ravitaillements ;
- l’alimentation se fera par des norias de porteurs d’eau, si les prises d’eau font défaut.
Règles de sécurité
- Prévoir une réserve de bouteilles d’eau pour les personnels intervenant (attention : l’ennemi à
redouter, outre les flammes et les fumées, est le coup de chaleur à l’effort) ;
- alléger la tenue d’intervention si besoin.
Attention : ce feu est un feu en espace libre, soumis aux caprices du vent. Toujours prévoir un itiné-
raire de repli d’urgence au cas où le vent tournerait subitement.
Déblai
La phase de déblai se résume à une phase de noyage pour éviter toute reprise de feu.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- mairie ;
- forces de l’ordre.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 113 sur -14
NIVEAU 2

FEU DE VEHICULE AUTOMOBILE


DIFFERENTS TYPES DE VEHICULES, DE CARBURANT ET RISQUES ASSOCIES
Le parc automobile est essentiellement constitué de véhicules roulant aux carburants dits « classi-
ques ». Cependant, avec le développement des nouvelles énergies, il se peut que le chef d’agrès soit
confronté à un feu « particulier » d’un véhicule roulant au G.P.L. ou à l’électricité.
Les risques associés sont alors à prendre en compte, et la conduite à tenir sera appliquée en fonction.

Type de véhicule Risques encourus

embrasement général ;
Super 98/95 rupture du réservoir ;
carburant hautement volatil ;

carburant plus « lourd » que le super ;


Gazole ou Gas-Oil
grande quantité de carburant dans les réservoirs de poids lourds ;

fuite de carburant enflammé (torchère) ;


G.P.L.c. explosion du réservoir avec présence d’une boule de feu (BLEVE) et projection
de missiles ;

électrisation par contact avec un conducteur (courant continu) ;


Electricité conductibilité des eaux d’extinction ;
brûlure de type chimique (batterie contenant des substances alcalines).
Risques liés au G.P.L.c.
G.P.L.c. : Gaz de Pétrole Liquéfié Carburant.
Le G.P.L.c. est un carburant automobile constitué d’un mélange de deux gaz : 50% de propane et
50% de butane.
Cette proportion est variable en fonction des pays et des conditions climatiques.
Il est liquéfié sous environ 5 bars de pression à une température de 20°C.
Le G.P.L.c. se dilate de 0,25% par degré de température.
Un litre de G.P.L. liquide fournit 250 litres de G.P.L. gazeux.
Pour faciliter la détection d’une fuite éventuelle, un produit chimique – le MERCAPTAN – lui donne
une odeur.
Les véhicules concernés
Il existe deux types d’équipements :
- les véhicules MONO-CARBURATION qui ne fonctionnent qu’au G.P.L.c.
- les véhicules BI-CARBURATION qui fonctionnent au G.P.L.c. ou à l’essence. C’est le type bi-
carburation que l’on rencontre le plus souvent.
Dans ce type d’équipement, on retrouve différents types de véhicules :
- les véhicules bi-carburation installés d’origine ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 114 sur -14
NIVEAU 2

- les véhicules transformés par un installateur agréé puis validés par le service des mines selon
la réglementation ;
- les véhicules transformés avec du matériel de récupération et non recensés par les mines.
Ces véhicules sont très dangereux car non sécurisés.
Le véhicule peut fonctionner à l’essence ou au G.P.L.c. grâce au sélecteur de carburant.
Le réservoir
Le réservoir placé à l’arrière peut-être :
- de type cylindrique ou bi-cylindrique et être placé à l’intérieur du coffre ou sous le véhicule ;
- de type torique et être positionné dans le logement de la roue de secours.
Il est fabriqué en tôle de 3 à 7 mm d’épaisseur. Il est éprouvé sous une pression de 30 bars puis au
bout de 8 ans. Il est rééprouvé également en cas de démontage ou de cession de véhicule si le réser-
voir a plus de 5 ans.
Le volume maximum d’un réservoir ne peut excéder 150 litres sur un véhicule inférieur ou égal à 3,5
tonnes.
Le réservoir est arrimé pour résister à une décélération équivalente à un choc frontal supérieur à 100
km/h
Le réservoir n’est rempli qu’à environ 80 à 85% de sa capacité, de façon à permettre l’existence
d’un ciel gazeux indispensable pour absorber la dilation du liquide.
La présence de soupapes de sécurité évite « en principe » l’explosion en cas de suppression lors d’un
incendie. Elles libèrent la pression par petites giclées, formant tout de même à intervalles réguliers,
une torchère de flammes de plusieurs mètres.
Le dispositif de remplissage
Le dispositif de remplissage est équipé d’un clapet permettant l’isolement dès l’arrêt du remplissage.
Le système est toujours positionné à l’opposé de l’échappement.
C’est la présence du dispositif de remplissage qui permet d’identifier un véhicule fonctionnant au
G.P.L.c.
La polyvanne
La polyvanne ou plaque du groupe accessoire est intégrée au réservoir.
Elle est équipée de molettes de fermeture ou d’une électrovanne permettant d’isoler le réservoir en
cas de besoin. Son clapet anti-retour permet d’isoler le réservoir en cas de rupture de canalisa-
tion.
La polyvanne a pour fonction :
- de limiter le remplissage du réservoir à 80-85% ;
- d’assurer l’étanchéité et le fermeture du réservoir ;
- de limiter le débit de gaz sur la sortie liquide en cas de rupture de canalisation ;
- d’indiquer le niveau de gaz restant dans le réservoir avec un système de report sur le tableau de
bord.
La distribution
La distribution se fait en phase liquide jusqu’au compartiment moteur, il est ensuite réchauffé et vapo-
risé.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 115 sur -14
NIVEAU 2

Elle est sécurisée par une électrovanne, placée au niveau détendeur/vaporisateur, et asservie au
contact du véhicule.
Sur les dispositifs munis d’électrovannes, dès le contact coupé et/ou la batterie débranchée, les élec-
trovannes se ferment et le gaz ne circule plus.
Identification du véhicule
Dans l’état actuel de la réglementation, aucune identification spécifique n’est mise en place.
Cependant, quelques signes d’identification existent :
- présence d’un réservoir visible (sous le coffre) ;
- présence d’un éventuel signe GPL à l’arrière ;
- présence d’un orifice de remplissage « différent » (parfois le deuxième bouchon de remplissage
est à l’intérieur de la trappe carburant) ;
- interroger le propriétaire ou l’entourage.
Lors de l’arrivée sur les lieux, il est impératif de se renseigner sur le numéro d’immatriculation.
Ce numéro sera alors transmis au C.T.A. qui demandera aux services de police de consulter le fichier
des cartes grises, la mention relative au carburant utilisé étant précisée. En cas d’incendie du véhicule
et en l’absence de numéro ou de précision quant à l’utilisation du carburant, le chef d’agrès appliquera
la conduite à tenir comme pour un véhicule au G.P.L.c.
Phénomène de BLEVE
En cas d’incendie d’un réservoir au G.P.L.c., les risques encourus par les sapeurs-pompiers sont
considérablement accrus.
Outre le risque « classique » d’un feu de véhicule y est associé le phénomène de BLEVE (Boiling
Liquid Expanding Vapour Explosion). Le BLEVE est l’explosion du gaz inflammable après la rupture
brutale du réservoir. Il faut rester vigilant même après l’extinction. Le risque de BLEVE persiste tant
que la pression du gaz n’est pas retombée à l’intérieur du réservoir.
Les accidents recensés mettent en évidence trois effets principaux :
- l’effet thermique : la formation d’une boule de feu provoque des brûlures graves. Les interve-
nants doivent porter la tenue de protection individuelle complète ;
- l’effet mécanique : les zones d’effets variables en fonction des caractéristiques mécaniques des
véhicules, de leur situation dans l’environnement, du niveau de remplissage de réservoir, ne peu-
vent être fixées avec précision. L’ordre de grandeur de périmètre de sécurité à 50m semble
néanmoins admissible, voire 100m pour les projections de « missiles ». Les projectiles sont épar-
pillés essentiellement sur les côtés et à l’arrière du véhicule (cône de dispersion). Ils provoquent
des traumatismes et des brûlures ;
- l’effet de surpression : l’onde de choc peut provoquer des traumatismes des tympans. De plus,
des phénomènes de « BLAST » peuvent être envisagés en milieu confiné.
Principe d’attaque d’un feu de véhicule automobile en tenant compte de l’incertitude sur le
type de carburant
Conformément à la note opérationnelle n°4 de la DDS C et du 05/02/99, il convient : de considérer
que tout véhicule automobile est susceptible de contenir un réservoir de G.P.L.c. (sauf informa-
tion non équivoque).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 116 sur -14
NIVEAU 2

CONDUITE À TENIR
1. La réception de l’appel
Lors de la réception de la demande de secours, le chef d’agrès précisera si possible le numéro
d’immatriculation du véhicule concerné. Le C.T.A. contactera alors les services de police ou de gen-
darmerie afin qu’ils interrogent le fichier des cartes grises, la mention relative au carburant utilisé étant
précisé.
Sur les lieux, en l’absence de signes extérieurs d’identification du G.P.L.c., de la présence du proprié-
taire pouvant confirmer le type de carburant, il conviendra d’aborder le véhicule avec une extrême
prudence.
2. Accès cheminement
Stationner l’engin d’incendie en écran, à 50 mètres minimum et dans la zone avant du véhicule en feu.
3. Protection individuelle
Etre en tenue de feu complète :
- tenue SPF1, veste d’intervention fermée ;
- casque F1 avec bavolet et écran facial baissé, cagoule, gants, surpantalon…
4. Reconnaissance et protection
Réaliser un périmètre de sécurité d’un rayon de 100 mètres (public) en collaboration avec les services
de police ou de gendarmerie.
5. Limitation du nombre d’intervenants
Positionner les intervenants derrière les écrans : autres véhicules en place, éléments de mobilier ur-
bain, murs, au besoin utiliser le véhicule d’incendie comme bouclier.
Engager dans le périmètre un minimum de personnel ;
1 seul binôme d’attaque ;
Les autres restent en retrait derrière les écrans.
6. Extinction à l’aide d’une lance
- Etablir une lance (L.D.V. 500) ;
- la progression du binôme se fait du point d’eau vers le point d’attaque, par les ¾ avants du véhi-
cule en feu en utilisant comme protection les écrans naturels rencontrés (murs, arbres, …).
7. Refroidissement du réservoir de G.P.L.c.
Après extinction, procéder à un examen du véhicule en gardant à l’esprit que le BLEVE peut intervenir
alors même que le feu de l’habitacle est éteint, le réservoir étant encore soumis aux rayonnements de
son environnement immédiat.
Le risque de BLEVE ou d’éclatement hydraulique du réservoir persiste tant que la pression ne sera
pas retombée à l’intérieur de celui-ci, des contraintes mécaniques dues au dégagement du véhicule,
voire des chocs thermiques, sont susceptibles d’en provoquer la rupture.
Conduite à tenir pour la phase d’extinction complète :
- régler la lance en jet diffusé ;
- fermer l’alimentation de la lance à la vanne du F.P.T. ;
- fixer la L.D.V. au volant ou au siège à l’intérieur du véhicule en direction du réservoir ;
- retrait du binôme d’attaque derrière des écrans (F.P.T.) ;
- mettre sous eau la lance F.P.T. ;
- laisser suffisamment couler l’eau pour refroidir totalement le réservoir.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 117 sur -14
NIVEAU 2

Rôle du chef d’agrès

FEU DE VOITURE

CARBURATION TRANSMISSION DE
NORMALE L’IMMATRICULATION VEHICULE
AU C.T.A./C.O.D.I.S. au G.P.L.c.

Intervention - périmètre de sécurité ;


courante - minimum de personnel ;
- tenue de feu complète ;
- attaque par les ¾ avants ;
- protection à l’aide d’écrans ;
Attention à l’effet de BLEVE.
Règles de sécurité
- établir un périmètre de sécurité ;
- 1 binôme à l’attaque ;
- 1 binôme de sécurité ;
- pas d’attaque en jet bâton (risque de choc thermique provoquant la rupture du réservoir).
- tenue de feu complète, pour tous les personnels, y compris le conducteur ;
- en cas de doute sur la carburation du véhicule, traiter l’intervention comme pour un véhicule rou-
lant au G.P.L.c. ;
- si menace de biens publics et particuliers, prévoir des lances supplémentaires pour la défense de
ces derniers (demande de renforts) ;
- si aucune menace, laisser brûler en contrôlant la combustion et en demandant les forces de
l’ordre.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 118 sur -14
NIVEAU 2

FEU D’HYDROCARBURES
LES HYDROCARBURES

Point d'ébullition

Tension vapeur
Point éclair (°C)

flammation (°C)
Point d'autoin-
38°C (kg/cm )
2
Densité Limite d'inflammation Observations

(°C)
Hydrocarbure

Liquide
Vapeur Inférieure supérieure
à 15°C
Représente
0,5 à –
METHANE 0,554 -164 537 5,3 14 97 % du gaz
164
de Lacq
0,6 à –
PROPANE 1,522 -102 -42 13,3 466 2,2 10
42
BUTANE 0,6 à 0 2,006 -60 0 3,6 405 1,9 8,5
PENTANE 0,6 2,491 -40 36 1,1 309 1,5 7,8
HEXANE 0,7 2,975 -22 69 0,35 234 1,2 7,5
HEPTANE 0,7 3,453 -4 98 0,12 223 1,2 6,7
ESSENCE C 0,7 3,400 -24 71 0,23 235 1,2 7
<0,65 à Du 15/10 au
SUPER 0,75 3 -38 70 456 1,0 7,6
0,80 30/04 hiver
WHITE SPIRIT 0,8 30<PE<55 140 0,04 230 1,0 6,0
PETROLE 0,8 42 160 250 1,7 5,0
PETROLE
0,8 66 180
BTA*
GASOIL:FOD** 0,8 65<PE 270 6,0 13,5
260 à
FOL*** 0,95 70<PE
400
150 à
HUILES 0,9 140<PE
320
BTA* : Basse teneur en Aromatique - FOD** : Fioul Domestique - FOL*** : Fioul Lourd
Composés uniquement de carbone et d’hydrogène, les hydrocarbures sont des produits naturels, et
peuvent se trouver sous la forme solide, liquide ou gazeuse. Ils servent le plus souvent à produire de
l’énergie, mais sont aussi utilisés à des fins industrielles dans la pétrochimie (plasturgie).
Transformation, stockage, distribution
En France, les matières premières sont acheminées par d’énormes tankers maritimes. Ces matières
premières proviennent des pays exportateurs, ou de plateformes offshore situées dans les mers et
océans. Leur transformation est effectuée par des raffineries qui modifient le pétrole brut en différents
hydrocarbures, servant pour une multitude d’applications (essences, huiles, lubrifiants, produits polai-
res…).
Ces produits sont stockés dans d’énormes réservoirs de plusieurs centaines de milliers de litres, dis-
posés dans des cuvettes de rétention, et qui sont recensés en deux principales catégories :
- réservoir (bac) à toit flottant ;
- réservoir (bac) à toit fixe.
Dans ces installations, on trouvera également nombre de canalisations et de vannes, allant jusqu’à
des quais de chargement pour les citernes des camions et des trains.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 119 sur -14
NIVEAU 2

A une plus petite échelle, le stockage des hydrocarbures se trouve aussi dans des stockages privés
(stations-service, chaufferies, réserves dans les industries ou les usines), où l’on trouvera des cuves
de plusieurs milliers de litres.
Le transport et l’acheminement des hydrocarbures peuvent se faire par voie :
- fluviale et maritime : péniche, tanker ;
- terrestre : camions-citernes, wagons-citernes ;
- souterraine ou aérienne : oléoducs.
Risques
Lors d’un incendie, outre les dégâts causés par le feu et le rayonnement thermique, on pourra citer :
- la pollution par les fumées d’incendie ;
- la pollution par projection d’hydrocarbure ou écoulement, favorisant la dégradation, voire la dispa-
rition du biotope ;
- l’explosion (B.L.E.V.E. – U.V.C.E.) ;
- le débordement soudain et brutal (BOIL-OVER)
- les réactions sociologiques (riverains et médias).
Différents scénarios d’incendie
Lors d’un incendie mettant en cause des hydrocarbures, le chef d’agrès pourra rencontrer différents
scénarios, par ordre de gravité :
- feu de véhicule automobile ;
- feu de cuve de fioul chez un particulier ;
- feu de station-service ;
- feu de dépôt pétrolier (réservoir, cuvette).
Chaque scénario demandant évidemment des moyens différents.
Premières mesures d’urgence
Reconnaissances
- sauvetages – mises en sécurité ;
- recensement si site industriel ;
- évaluer la surface en feu ;
- se renseigner sur la nature des liquides (lourds – polaires).
A RETENIR POUR MEMOIRE :
Produits lourds (fuel, bitume, essence, l’ensemble des hydrocarbures non miscibles à l’eau)
⇒ ex : 400 m² en feu : Q=2000 l/min de solution moussante.
Produits polaires (alcool, acétone, éther, MTBE. L’ensemble des liquides inflammables miscibles à
l’eau).
⇒ ex : 250 m² en feu : Q=2000 l/min de solution moussante.
Principes de l’attaque et de l’extinction d’un feu d’hydrocarbures
La lutte contre un feu d’hydrocarbure s’effectue dans la grande majorité des cas à la mousse.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 120 sur -14
NIVEAU 2

Rappels : principe d’extinction de la mousse


La mousse agit sur le feu pour l’éteindre par refroidissement (vaporisation de l’eau qui constitue en
majeure partie celle-ci par les flammes et la chaleur du foyer) et par étouffement. En effet, elle va
constituer une couverture qui va isoler le feu de l’air ambiant, donc de l’oxygène essentiel à son déve-
loppement. Elle va aussi arrêter l’émission des vapeurs inflammables et isoler les flammes du com-
bustible. De plus, elle forme un écran contre le rayonnement de la chaleur.
Les caractéristiques d’une mousse
Une mousse est caractérisée par son taux de concentration, son taux de foisonnement et son rende-
ment.
Nous prendrons, pour illustrer, l’exemple suivant :
3
3 litres d’émulseur + 97 litres d’eau donnent 100 litres de solution moussante pour 1 m de
mousse.
Le taux de concentration
C’est la quantité d’émulseur qui est mélangée à l’eau et qui va donner la solution moussante.

volume d’émulseur Exemple : 3l =3%


100 l
volume solution moussante (eau + émulseur)

Le taux de foisonnement
C’est le volume de mousse obtenu par rapport au volume de solution moussante.

volume de mousse Exemple : 1000 l = 10


100 l
volume solution moussante (eau + émulseur)

Le rendement
C’est la caractéristique principale d’une mousse. Plus le rendement est élevé, meilleure est la mous-
se.

volume de mousse Exemple : 1000 l = 333


3l
volume d'émulseur)

Attaque du feu
- Refroidir à l’eau les structures contiguës (autres cuves ou bâtiments) ;
- temporiser à la mousse si non réalisée par l’industrie ;
- attaque massive à la mousse dès que la quantité d’émulseur suffisante est disponible.
Alimentation
- Mettre en place des points d’eau avancés (lignes de Ø 110 mm) ;
- prévoir des engins pompes pour alimenter les unités productrices de mousse grande capacité.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. (TRANSAID – Moyens départementaux, voire zonaux en émulseur) ;
- préfecture (DRIRE – DIREN) ;
- mairie ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 121 sur -14
NIVEAU 2

- industriels.
Notion de taux d’application et de débit à assurer
Pour une surface en feu donnée, il faudra appliquer :
- un taux d’application (en l/min/m²) ;
- un débit de solution moussante (en l/min) ;
- le volume d’émulseur (en litres) nécessaire en considérant un temps d’extinction de 20 min.
Reportez-vous à l’attaque « FHL ».
CAS PARTICULIER : FEUX DE FLAQUE
La flaque d’hydrocarbure en feu est alimentée par une fuite de combustible :
- périmètre de sécurité (minimum de personnels) ;
- projection de mousse sur le contenant qui alimente la fuite (refroidissement, création d’une cou-
ronne de mousse qui isolera le réservoir) ;
- coupure de l’alimentation en combustible ;
- extinction au moyen d’un tapis de mousse qui recouvrira progressivement le combustible ;
- attention à la rupture accidentelle du tapis (projection d’eau seule, pieds des personnels interve-
nant…) ;
- contention du combustible et des eaux d’extinction au moyen de levées de terre ou de tuyaux à
moitié remplis.
La flaque d’hydrocarbure est isolée, en feu :
- périmètre de sécurité (minimum de personnels) ;
- extinction au moyen d’un tapis de mousse (grande surface) ou de poudre (petite surface) qui re-
couvrira progressivement le combustible ;
- si attaque à la mousse, attention à la rupture accidentelle du tapis (projection d’eau seule, piéti-
nement des personnels intervenant…) ;
- extinction dans le sens de la longueur et sous le vent.
La flaque d’hydrocarbure en feu est dans une cuvette :
Sans feu de bac associé
- périmètre de sécurité (minimum de personnels) ;
- isoler du feu les réservoirs les plus en danger par projection de mousse sur les parois (création
d’une couronne de mousse autour du bac) ;
- procéder à l’extinction de la cuvette à l’aide de déversoirs ;
- penser à maintenir un taux d’application jusqu’à la sécurisation totale (vidange de la cuvette) ;
- éviter la rupture du tapis de mousse par l’eau !
Avec feu de bac associé
- priorité au feu de cuvette pour éviter la dégradation des bacs.
Avec feu alimenté par une fuite de bac
- transformer la fuite de combustible en fuite d’eau par injection d’eau dans le bac concerné.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 122 sur -14
NIVEAU 2

FEU DE BAC
Flamme rouge orangée à un orifice (toit fixe)
- obturer l’orifice ;
- souffler la flamme par un jet de lance.

- pas de mousse dans le réservoir ;


- ne pas refroidir le bac
- ne pas soutirer de produit

Flamme bleu verte à un orifice (toit fixe)


- Périmètre de sécurité : minimum de personnels ;
- transférer du produit ou de l’eau dans le réservoir (augmentation la concentration).

- Pas de mousse dans le réservoir


- ne pas refroidir le bac
- ne pas soutirer de produit

Fumée à un orifice (toit fixe)


- Périmètre de sécurité : minimum de personnels ;
- transférer la mousse dans le réservoir par installation fixe.
Feu de bac ouvert (toit fixe déchiré)
- Projeter de la mousse dans le réservoir en feu ;
- refroidir la jupe du réservoir : 15 litres/min/m² ;
- isoler ou refroidir les réservoirs voisins.

Eviter la rupture de mousse par l’eau ;


Eviter le jet bâton sur le réservoir

Feu de joint (toit flottant)


- projection de mousse dans la couronne par installation fixe ;
- projection de mousse par lance ou canon à mousse.
Feu de bac de produit réchauffé
- Périmètre de sécurité : minimum de personnels ;
- soutirer du produit pour obtenir une hauteur libre de 3 mètres ;
- remplir le réservoir de mousse ;
- arrêter le réchauffement s’il y a lieu (coupure de la vanne).
Feu de plusieurs bacs (sans feu de cuvette associé)
- Périmètre de sécurité : minimum de personnels ;
- ordre décroissant d’attaque des bacs en feu :
o les bacs susceptibles de propager le feu à d’autres bacs ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 123 sur -14
NIVEAU 2

o les bacs à toit fixe puis à toit flottant ;


o les bacs les moins pleins, puis les plus pleins ;
o les bacs les plus petits, puis les grands ;
- ordre décroissant de protection des bacs intacts, exposés, les plus dangereux :
o les bacs contenant des liquides dont le point éclair est particulièrement bas ;
o le bac le plus petit ;
o le bac ayant le niveau de liquide le plus bas ;
o le bac à toit fixe ;
o le bac à toit flottant.

FEU DE BAC : RISQUE MAJEUR


LE BOIL-OVER
Le boil-over est un accident majeur. C’est un phénomène de vaporisation brutale de l’eau d’extinction
qui survient quelque temps après l’attaque. Suite à l’incendie, il se crée une onde de chaleur qui va
descendre dans le fond du bac. Au contact de l’eau, un effet piston va se former, et expulser le pro-
duit en le vaporisant pour partie (boule de feu), l’autre partie retombant hors du bac et propageant
l’incendie.
Produits susceptibles de générer un Boil-over :
- résidu atmosphérique
- brut lourd ;
- brut moyen ;
- FO2, FO1, FOD ;
- - Gasoil, TRO, Kérosène.

FEU DE CANIVEAU
Les caniveaux concernent tous les canaux d’évacuation des eaux, ainsi que les conduits dans les-
quels passent des câbles, des conduites, etc. Ils constituent des échappatoires tout tracés pour
l’extension d’un incendie en transportant le combustible hors de la zone de chantier. Le chef d’agrès
devra les identifier lors de sa reconnaissance, et agir en fonction lorsqu’un feu de caniveau se décla-
re.
Les caniveaux de petits volumes peuvent être combattus, lorsqu’ils sont emplis d’un produit en feu,
par un extincteur à poudre. L’attaque se fera alors sous le vent, dans le sens de la dénivelée, et d’une
seule pulvérisation en remontant la flamme.
Pour les caniveaux de plus grande capacité, un volume de mousse sera déversé au point le plus haut,
pour que cette dernière recouvre peu à peu le produit en feu.
FEU DE STATION-SERVICE
Le stockage des carburants étant bien protégé (cuves enterrées, éloignées des pistes de distribution
et maintenues en atmosphère saturée), le risque d’incendie dans une station-service se cantonne à :
- écoulement de carburant lors de la distribution : traiter le feu comme un feu de flaque, couper
l’alimentation en combustible ;
- feu à l’évent de dégazage : arrêter le dépotage en cours, éteindre au moyen d’un extincteur à
poudre, ne pas soutirer de produit.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 124 sur -14
NIVEAU 2

D’autres scénarios d’incendie existent, les stations offrant d’autres services associés susceptibles de
provoquer un feu, et dont les produits peuvent alimenter la combustion (pneumatiques, aérosols, hui-
les, graisses, …).
Le chef d’agrès adaptera alors sa méthode d’attaque (feu libre, feu en volume clos…) et choisira judi-
cieusement son agent extincteur (mousse, poudre, sable, eau…).
FEU DE CAMION CITERNE
Feu de tracteur
- refroidir le camion en plaçant des lances queue de paon et des L.D.V. en jet pulvérisé ;
- faire établir un périmètre de sécurité a priori par les forces de l’ordre ;
- engager un minimum de personnel ;
- protéger la réserve de produit en la refroidissant ;
- attaquer le feu comme un feu de véhicule automobile.
Feu du P.L. avec citerne éventré
- après levée de terre, s’apparente à un feu de cuvette de rétention.
Feu de dôme
Sans débordement :
- extinction par fermeture du couvercle.
Avec débordement :
- la lance ou les lances doivent atteindre la paroi presque au sommet, ainsi la mousse suit le che-
min de l’hydrocarbure et s’écoule sur la nappe au sol. Le feu de dôme est éteint ensuite en rabat-
tant le couvercle.
FEU D’AERONEF
Risques principaux
- Explosion des réservoirs ;
- explosion de vapeurs de kérosène (d=0,8 ;LIE 4,5kg) ;
- nombreuses victimes.
Moyens à prévoir
- Engins pompes + lance canon ;
- désincarcération – moyens sanitaires ;
- porteur d’eau – émulseur et poudres – commandement.
Accès Cheminements
- Si difficultés d’accès, prévoir P.R.M. et n’engager que les moyens tout terrain ;
- si avion militaire, ni hommes ni moyens dans l’axe de l’avion.
Reconnaissances
- Procéder aux sauvetages ;
- relevés d’explosimétrie même en absence d’incendie (présence de kérosène) ;
- envoyer un cadre à la tour de contrôle de l’aérodrome ou aéroport s’il est proche ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 125 sur -14
NIVEAU 2

- identifier le type d’appareil (tourisme, monomoteur, bimoteur, jet, bi réacteur…).


Attaque
- réaliser un tapis de mousse en commençant par les ailes, puis le fuselage, même en absence
d’incendie ;
- prévoir les moyens d’extinction spécifiques pour feu de métaux (poudre).
Alimentation
- anticiper sur les moyens hydrauliques en nombre et en quantité (D.A., porteurs d’eau, moyens
émulseurs…).
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- forces de l’ordre (police de l’air et des frontières – douanes) ;
- préfecture – mairie.
CAS DES APPAREILS MILITAIRES
Principes généraux d’intervention
1. Etablir un périmètre de sécurité
N’y pénétrer que pour des sauvetages. Le cas échéant :
- limiter le nombre d’intervenants ;
- éviter la trajectoire du crash ;
- s’interdire les accès dans les axes de tirs ;
- limiter les déplacements ;
- baliser les munitions et refroidir les munitions soumises au rayonnement ;
- ne jamais manipuler les munitions.
2. En l’absence de sauvetages
- ne pas s’engager ;
- demander la gendarmerie.

Type Risques
- Kérosène ;
- nombreuses personnes ;
Avions de transport
- armement ;
- explosifs.
- Kérosène ;
- armement
Avions d’armes - siège éjectable ;
- présence possible d’hydrazine, substance toxique (réser-
voir de 30L côté droit du fuselage).
- Kérosène
Hélicoptères (voitures tournantes) - nombreuses personnes ;
- armement.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 126 sur -14
NIVEAU 2

Manœuvre des engins feux d’hydrocarbures


La manœuvre et la mise en place des engins et matériels feux d’hydrocarbures feront l’objet d’un ap-
prentissage régulier, en fonction des matériels spécifiques au département.
Rôle du chef d’agrès
Lors d’un feu important intéressant des hydrocarbures, il est impératif que le chef d’agrès appréhende
les dangers relatifs à une intervention isolée, sans concertation avec un dispositif en place ou en de-
venir.
Avant la mise en place d’une chaîne de commandement, et en attendant son engagement opération-
nel, les reconnaissances du premier chef d’agrès permettront :
- de déterminer l’hydrocarbure incriminé ;
- de prévoir un P.R.M., à l’extérieur du site, et de définir les voies d’accès ;
- de définir les moyens fixes de défense du site en se renseignant auprès de l’industriel ;
- de mettre en place un dispositif de défense des points sensibles (rideaux d’eau, queue de
paon…).
Une fois le P.C. établi, il portera à la connaissance du chef de site tous les renseignements utiles à
l’intervention, et prendra dès lors sa mission, en se gardant de toute initiative.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 127 sur -14
NIVEAU 2

FEUX PARTICULIERS
Le chef d’agrès doit être capable de connaître les techniques d’attaque concernant les feux spéciaux
suivants.
FEU AVEC RISQUE CHIMIQUE - FEU DE VEHICULE T.M.D
Risques principaux
- Toxicité, corrosivité, explosivité ;
- pollution (air, eau, terre, etc.).
Renforts éventuels
- Emulseur ;
- éclairage – ventilation ;
- assistance respiratoire ;
- moyen d’intervention chimique ;
- soutien médical.
Accès Cheminements
- Prévoir un itinéraire dos au vent ;
- informer les renforts ;
- arrêter les véhicules à 50 mètres a priori.
Reconnaissances
- Demander la nature du (ou des) produit(s) concerné(s), la quantité, l’état physique et chimique, le
contenant, la présence ou non de fuite… ;
- établir un périmètre de sécurité à 100 mètres a priori (ou plus sous le vent), 500 mètres si risque
d’explosion ;
- récupérer les fiches de danger des produits impliqués.
Attaque
- Engager un minimum de personnels en tenue de feu complète et sous protection respiratoire ;
- attaquer au vent, à distance, derrière des écrans si possible, en limitant la quantité d’eau et pas
en jet droit (dispersion des matériaux) ;
- utiliser un agent extincteur adapté, (voir plaque orange, plaques étiquettes, réglette TMD, « fiches
de données de sécurité »).
Alimentation
- Création de points d’eau avancés ;
- mise en place d’une zone de soutien et de logistique (tenues, bouteilles d’air…).
Déblai
- Port de l’A.R.I. ;
- canaliser, confiner et absorber les eaux d’extinction.
Décontamination sommaire
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 128 sur -14
NIVEAU 2

Débuter une décontamination sommaire avant mise en place éventuelle du dispositif C.M.I.C. :
- déshabiller le personnel ;
- stocker les vêtements et l’outillage utilisé en un seul endroit ;
- doucher à la lance le personnel, sur rétention.
Remontée de l’information
- Préfecture (D.R.I.R.E. – D.D.A.S.S. – D.D.A.F.) – D.D.E. ;
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- forces de l’ordre ;
- mairie ;
- service des eaux – comité de pêche.
Un incendie impliquant un T.M.D. pose le problème de l’inaccessibilité de la fiche de transport (don-
nées issues de l’ADR 2003). Les agents extincteurs utilisables ne pourront être identifiés, dans un
premier temps, qu’à partir de ce tableau ci-joint, qui n’est que le dénominateur commun de tous les
produits ou familles de produits transportés avec le même code de danger.

AGENTS EXTINCTEUR UTILISABLES


CODES DANGER
(SELON ADR)
50 – 99 Eau
22 – 25 – 223 – 225 – 228 – 236 – 265 (sauf trifluorure
de chlore) – 338 – 44 – 46 – 446 – 60 – 63 – 66 – 68 – Tous les agents extincteurs
69 – 606 – 663 – 85
539 – 558 – 559 – 56 – 58 Eau pulvérisée – poudres – CO
23 – 336 – 338 Eau pulvérisée – mousse – poudres – CO
20 – 33 – 339 – 368 – 638 – 639 Mousse – poudres – CO
268 – 65 – 669 – 84 Eau pulvérisée – mousse – poudres
26 – 263 – 39 – 568 – 80 – 89 – 856 – 99 Poudre – CO
323 – X323 – 362 – X362 – 382 – X382 – 423 – X423 –
Sable sec – poudres spécifiques
462 – 482
223 – 239 – 333 – X333 – X338 – 36 – 38 – 623 – 64 –
642 – 664 – 665 - 668 – X80 – 83 – X83 – 86 – 88 – X88 Poudre
– 823 – 839 – X839 – 842 – 883 – 885 – 886 – X886 - 90
Cas particulier

CODE DANGER AGENTS EXTINCTEURS UTILISABLES


30 Mousse – poudres – CO
Poudres
40 Tous les agents extincteurs
Poudres
48 Poudres – CO
Sable sec – poudres spécifiques
884 Eau pulvérisée – mousse – poudres
Poudres
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 129 sur -14
NIVEAU 2

FEU AVEC RISQUE RADIOLOGIQUE


Risques principaux
- Irradiation ;
- contamination atmosphérique et surfacique par les fumées d’incendie et les eaux de ruisselle-
ment ;
- impact médiatique.
Renforts éventuels
- Assistance respiratoire ;
- moyens d’intervention radiologique ;
- soutien médical.
Accès Cheminements
- Prévoir un itinéraire dos au vent ;
- informer les renforts ;
- arrêter les véhicules à 100 mètres a priori.
Reconnaissances
- Réaliser un périmètre de sécurité d’au moins 50 mètres (débit de dose diminué de 2500 fois) ;
- demander la nature de la source ou de la matière, son état physique, la quantité, l’activité, le débit
de dose, la date de mise en service, l’étiquetage, la valeur de la tension (appareil à rayon X) ou le
type d’appareil ;
- agrandir le périmètre sous le vent et prévoir un sas de contrôle.
Attaque
- Engager un minimum de personnels en tenue de feu complète et sous protection respiratoire ;
- mesurer le temps d’engagement des personnels ;
- attaquer au vent, à distance, derrière des écrans si possible, en limitant la quantité d’eau et pas
en jet droit (dispersion des matériaux).
Alimentation
- Mise en place d’une zone de soutien et de logistique (tenues, bouteilles d’air…).
Déblai
- Port de l’A.R.I. ;
- canaliser, confiner et absorber les eaux d’extinction ;
- contrôler les déblais et réaliser un parc matériel contaminé.
Sécurité des personnels
- Ne pas boire, ni manger ;
- ne pas fumer ;
- ne pas se ronger les ongles ;
- se doucher et récupérer l’ensemble des effets dans des sacs.
Remontée de l’information
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 130 sur -14
NIVEAU 2

- Préfecture (C.E.A. – A.N.D.R.A. – I.R.S.N. – D.R.I.R.E.) ;


- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- mairie.
FEU DE TRANSFORMATEUR
Risques principaux
- Electrisation (attention aux eaux de ruissellement ou de décantation) ;
- propagation de l’incendie.
Renforts éventuels
- Agent E.D.F. ;
- éclairage – ventilation ;
- assistance respiratoire ;
- émulseur ou poudres extinctrices.
Accès Cheminements
- Arrêter les engins à 50 m ;
- périmètre de sécurité à priori de 50 mètres.
Reconnaissances
- Faire isoler le transformateur par le responsable du site, si possible ;
- protection respiratoire du personnel intervenant.
Attaque
- N’attaquer qu’une fois la coupure effective ;
- protéger, si possible, les parties exposées au sinistre (mise en place de lances en attente) ;
- attaquer prioritairement à la poudre et au CO2 (dans le sens du tirage) ;
- parfaire l’extinction et refroidir à l’eau pulvérisée ou à la mousse.
Déblai
- Port de l’A.R.I. ;
- canaliser les eaux d’extinction.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- Préfecture - mairie ;
- E.D.F. si voie publique – entreprise spécialisée si voie privée.
Distances de sécurité
+ de 4m Entre 3 et 4 m Entre 2 et 3 m Entre 1 et 2 m Entre 0,5 et 1m - de 0,5 m

+ de 250kv Jusqu’à 250kv Jusqu’à 50kv Jusqu’à 20kv - de 20kv NON

Transformateur hors tension


!
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 131 sur -14
NIVEAU 2

FEU DE TRANSFORMATEUR P.C.B. (PolyChlorure de Biphényle, dit « Pyralène »)


Risques principaux
- Intoxication respiratoire et percutanée ;
- pollution « chaude » en cas d’incendie ;
- pollution « froide » en cas de fuite.
Moyens à prévoir
- Moyens d’intervention chimique.
Accès Cheminements
- Arrêter les engins à 50 m, vent dans le dos ;
- périmètre de sécurité à priori de 200 mètres dans le cône de diffusion ;
- si le seul accès possible est face au vent, placer la cabine des engins en surpression en ouvrant
une ou deux bouteilles d’air.
Reconnaissances
- Faire isoler le transformateur par le responsable du site, si possible ;
- protection respiratoire du personnel intervenant ;
- détection chlore par équipe C.M.I.C. si dégagement de fumées.
Attaque
- N’attaquer qu’une fois la coupure effective ;
- protéger, si possible, les parties exposées au sinistre (mise en place de lances en attente) ;
- attaquer prioritairement à la poudre et au CO2 (dans le sens du tirage) ;
- parfaire l’extinction et refroidir à l’eau pulvérisée ou à la mousse en limitant les quantités d’eau
pour éviter les risques de pollution.
Déblai
- Faire effectuer les déblais par une société spécialisée ;
- faire isoler les matériels et équipements individuels (déchets ultimes ⇒ isolement et destruction).
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A ;
- Préfecture - mairie ;
- D.R.I.R.E. – D.I.R.E.N. ;
- E.D.F. si voie publique – entreprise spécialisée si voie privée.
PCB – Attention : DANGER
Les PCB, largement utilisés dans l’industrie entre 1930 et la fin des années 80 pour leur excellente
isolation électrique, leur stabilité thermique et leur résistance au feu, ont été interdits de production en
1986 et disparaîtront définitivement en 2010.
En effet, leur lente biodégradabilité et leur dangerosité pour l’environnement et les organismes
vivants sont des PCB une substance extrêmement toxique. Ils sont susceptibles de provoquer
d’importants problèmes de santé, car ils dégagent, lors d’un incendie, des dioxines en réaction
avec l’O² de l’atmosphère. De plus, ils sont solubles dans les graisses et peuvent par ce biais
s’accumuler dans la chaîne alimentaire.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 132 sur -14
NIVEAU 2

Tous les personnels ayant été exposés lors d’une intervention mettant en cause des PCB, devront
se soumettre à une analyse toxicologique par le S.S.S.M. ou par du personnel hospitalier.
Tous les matériels seront confinés, puis suivront le circuit « déchet ultime » en vue de leur élimi-
nation.
FUITE DE GAZ ENFLAMMEE
Risques principaux
- Inflammation des matériaux environnants ;
- fort rayonnement.
Moyens à prévoir
- Gaz de France ;
- police.
Reconnaissances
- S’assurer qu’aucune personne ne reste bloquée à l’intérieur de locaux soumis au rayonnement ;
- repérer l’organe de coupure.
Attaque
- Limiter la propagation sans éteindre la flamme ;
- refroidir les zones soumises au rayonnement jusqu’à l’arrivée du gazier ;
- l’extinction se fera par coupure du gaz :
- par personnel S.P., si possible ;
- par G.D.F.
Remontée de l’information
- G.D.F. ;
- forces de l’ordre ;
- mairie.
FEU D’ENGRAIS – FERTILISANTS
Risques principaux
- Décomposition auto-entretenue. Noyau faisant conduction et convection par la création d’une
cheminée dans le tas de fertilisant produisant des fumées toxiques ;
- dégagements principaux : oxydes d’azote (Nox), ammoniac ;
- risques d’explosion (croûte par l’eau / contact avec matières organiques / présence de combusti-
ble).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 133 sur -14
NIVEAU 2

Différents types d’engrais

Type de fertilisant Forme Particularités


Engrais azoté en solution Liquide Appelé « azote liquide », ne présente aucun
(incolore, légère odeur danger majeur.
ammoniaquée) Seul risque de pollution des eaux en cas de
fuite.
N ou Ammonitrate (simple) Granulés Risque de décomposition. Si retrait de la
source de chaleur → arrêt de la décomposi-
tion.
Explosion possible. Surtout par teneur >
28% N.
NP (Composé) Granulés Risque de décomposition
NK (Composé) Granulés Risque de décomposition
PK (Composé) Granulés Aucune décomposition possible
NPK (Composé) Granulés Risque de décomposition
NASC (Nitrate d’Ammonium Liqueur, stockage > à Décomposition possible à partir de 150°C.
en Solution Chaude) 110°C Possibilité de le cristalliser à l’eau pulvéri-
sée avec beaucoup de précaution.
Urée Granulés ou liquide Aucune décomposition possible, ininflam-
mable.
Moyens à prévoir
- Cellule Mobile d’Intervention Chimique ;
- assistance respiratoire ;
- S.S.S.M.
Accès - Cheminements
- Périmètre de sécurité ;
- protection du personnel (A.R.I.) ;
- évacuation ou confinement de la zone sous le vent.
Reconnaissances
- Repérer l’emplacement de la décomposition à l’aide d’une caméra thermique ou en visualisant le
phénomène convecteur de la fumée (cheminée).
Attaque
- Dégager la matière qui n’est pas en décomposition à l’aide de pelles ou engins mécaniques, at-
tention au manque de visibilité dû à la fumée (caméra thermique en cabine ou guidage radio et
A.R.I. pour le conducteur) ;
- utiliser de l’eau (L.D.V. dans le cas général, lances auto-propulsives si stockage en vrac) ;
- l’engrais solide ne doit pas former de croûtes par l’utilisation de l’eau (augmentation de la tempé-
rature avec risque d’explosion) ;
- rabattre ou contenir la fumée avec des écrans d’eau ;
- pour info, vitesse moyenne de propagation du noyau : 1,50m/heure dans toutes les directions.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 134 sur -14
NIVEAU 2

Déblai
- Vérifier ce qui est extrait du sinistre avec une caméra thermique (certitude de non décomposi-
tion) ;
- assurer la rétention des eaux d’extinction.
Lecture des étiquettes (exemples)
Pour un ammonitrate, il faut faire attention à :
- type d’engrais
- ammonitrate à une teneur supérieure à 28% d’azote(N), voir tableau ci-dessus
- étiquette de danger
- code ONU du produit.
Pour un composé NPK, il faut faire attention à :
- type d’engrais
- proportion de chaque composant N-P-K (en % de la masse totale)
- La présence d’azote sous forme nitrique et ammoniacal signifie que nous sommes en présence
d’un engrais contenant des ammonitrates (en l’occurrence au moins 12,4% de la masse totale).
En cas de doute sur le niveau de risque d’un engrais, il convient d’adopter un principe de pré-
caution :
- périmètre de sécurité ;
- pas d’hydrocarbure ni aucun combustible ;
- écarter toute source de chlore éventuelle ;
- le cas échéant, considérer qu’il s’agit d’un feu avec risque chimique.
Remontée de l’information
- Préfecture (D.R.I.R.E., D.D.A.S.S., D.D.A.F.) – D.D.E. ;
- C.O.D.I.S. / C.T.A. ;
- forces de l’ordre ;
- mairie.
FEU DE PESTICIDES
Un pesticide est un produit servant à combattre des insectes et des plantes indésirables, des mala-
dies, etc.
Ils appartiennent à la famille des produits phytosanitaires. Il en existe sous plusieurs formes : liquide,
poudre, aérosol, etc..
Ils sont organiques ou inorganiques.
On peut trouver 300 types de pesticides différents sous trois catégories principalement :
- les herbicides (contre les mauvaises herbes) ;
- les fongicides (contre les champignons) ;
- les insecticides (contre les insectes).
Risques principaux
- Toxicité, corrosivité, explosivité ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 135 sur -14
NIVEAU 2

- pollution.
Moyens à prévoir
- Assistance respiratoire ;
- unité antipollution ;
- Cellule Mobile d’Intervention Chimique.
Accès – Cheminements
- Accéder vent dans le dos ;
- prévoir un centre de rassemblement des moyens.
Reconnaissances
- S’informer de la nature des produits ;
- répertorier les cheminements possibles de pollution par les eaux d’extinction (égouts, caniveaux,
etc.) pour les obturer ;
- répertorier les possibilités de pollution atmosphérique vers les habitations (confinement, évacua-
tion).
Attaque
- Attaque dos au vent ;
- attention aux eaux de ruissellement.
Alimentation
- Alimenter systématiquement l’engin.
Déblai
- Port de l’A.R.I. ;
- mesures de contamination ;
- décontamination.
Remontée de l’information
- Préfecture (D.R.I.R.E., D.D.A.S.S., D.D.A.F.) – D.D.E. ;
- C.O.D.I.S. / C.T.A. ;
- forces de l’ordre ;
- mairie.
FEU DE MATIERES PLASTISQUES
Aujourd’hui, les matières plastiques sont omniprésentes dans notre environnement quotidien.
Depuis les années 45, l’industrie du plastique a énormément évolué, aussi bien dans la diversité, la
complexité, que dans les quantités de matières produites.
Ainsi, les sapeurs pompiers sont systématiquement confrontés à des feux de matières plastiques,
générant des fumées épaisses, combustibles, et toxiques.
Risques principaux
- Toxicité ;
- pollution.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 136 sur -14
NIVEAU 2

Moyens à prévoir
- Eclairage, ventilation, assistance respiratoire ;
- unité antipollution ;
- Cellule Mobile d’Intervention Chimique ;
- émulseur.
Accès – Cheminements
- Accéder vent dans le dos ;
- prévoir un centre de rassemblement des moyens ;
- périmètre de sécurité de 50 m contre le vent et 500 m dans le vent.
Reconnaissances
- S’informer de la nature des matières en feu ;
- répertorier les possibilités de pollution atmosphérique vers les habitations (confinement, évacua-
tion).
Attaque
- Attaque défensive dos au vent, avec lances à mousse ou L.D.V. en jet diffusé d’attaque ;
- attention aux eaux de ruissellement.
Alimentation
- Anticiper sur les moyens hydrauliques en nombre et en quantité (D.A., porteurs d’eau, moyens
émulseurs…).
Déblai
- Port de l’A.R.I. ;
- faire effectuer des mesures de pollution de l’air.
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A. ;
- forces de l’ordre ;
- préfecture, mairie ;
- E.D.F. – G.D.F.
FEU DE MATIERES PLASTISQUE
Risques principaux
- Combustion explosive ;
- réaction violente de certains métaux à l’eau et à l’humidité (pluie, bruine…) ;
- projection d’eau = création d’oxygène → « explosion » ;
- réaction violente de certains métaux au CO2, aux halons, à l’azote ;
- très hautes températures de combustion (jusqu’à 5400°C pour certains) ;
- extinction difficile et technique.
Reconnaissances
- Questionner le responsable sécurité, toute personne compétente du site ;
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 137 sur -14
NIVEAU 2

- identifier le foyer, son intensité, sa couleur, son tonnage, le type de métal, sa forme et niveau de
division (massif / en barre / en grains / poudre / poussières) ;
- écarter les risques de propagation, sécuriser la zone ;
- faire le point des moyens d’extinction compatibles sur le site.
Méthode générale
- Identifier le type de métal (questionnement, couleur de combustion) ;
- identifier les facteurs aggravants (pluies, bruine, brouillard, vent) ;
- utiliser en priorité les poudres extinctrices à disposition sur le site, en s’assurant au préalable de
leur compatibilité. Attention : certaines poudres sont corrosives ;
- envisager l’étouffement du foyer par projection de ciment sec, talc sec, sable sec, ou par la pose
de plaques d’acier inoxydable (pour les liquides en feu, cela permet de réduire l’apport de combu-
rant) mais il ne s’agit là que de solutions palliatives.
- appliquer les mesures de protection habituelles :
o périmètre de sécurité de 100 mètres et plus en cas de risque de contact avec l’eau :
pluie, bruine, brouillard… ;
o port de l’A.R.I. systématique ;
o tenues d’approche ;
o mesures d’explosimétrie (H2) ;
o solliciter un expert via C.O.D.I.S. → C.O.Z. ;
o pollution : les combustions de métaux produisent des oxydes métalliques, dans les fu-
mées (lourdes) et au sol. Envisager d’engager une équipe C.M.I.C. (prélèvements at-
mosphériques…).
Moyens à prévoir
- Tenues d’approche (compatibles avec A.R.I.C.O.) ;
- soutien sanitaire (épuisement rapide des personnels intervenant car feux à hautes températures) ;
- logistique (eau de boisson notamment) ;
- moyen d’extinction ou substitut (réquisition).
Remontée de l’information
- C.O.D.I.S. / C.T.A. ;
- préfecture – D.D.E. ;
- -, mairie ;
- C.O.Z. (moyens d’extinction et/ou expert).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 138 sur -14
NIVEAU 2

Principaux métaux combustibles


Famille Métal Symb Etats Couleur de combustion Observations

Flamme jaune, fumée blanche,


dense et caustique. Réaction violente à l'eau, à l'hu-
Sodium Na midité, au CO2 et aux hydrocar-

Liquide, en masse ou divisé (poudre)


Flamme bleue possible si t° bures
modérée

Flamme violette, très localisées, Réaction avec l’eau du béton,


Potassium K
Métaux alcalins

fumées de peroxyde. l’amiante et la silice.

Flamme éblouissante à raies


Lithium Li Un peu moins réactif.
rouges, fumée dense.

Réaction violente à l’eau et à


Rubidium Rb Flamme rouge violette.
l’humidité.
S’enflamme spontanément à
l’air.
Césium Cs
Réaction violente à l’eau et à
l’humidité.
Combustion peu vive
(poudre, poussières,
En masse ou divisé

Calcium Ca Flamme orangée rougeâtre. Réaction violente à l’eau, surtout


Métaux alcalino-

si divisé ou impur.
terreux

Flamme rouge avec jaillisse- Libère de l’hydrogène au contact


Strontium Sr
ment d’étincelles. de l’eau.
Libère de l’hydrogène au contact
de l’eau.
Baryum Ba Flamme vert pâle, jaune
A l’état divisé, peut s’enflammer
spontanément.
Réaction très violente à l’eau, à
poussières, lai-
En masse ou divisé (poudre,
Métaux légers

En masse ou

Flamme très éblouissante, bleu- l’humidité, au CO2, aux hydro-


Magnésium Mg
tée, fumée abondante. carbures halogénés et au carbo-
ne…

nate de sodium.
Peu inflammable en masse,
Flamme très vive blanche à
Aluminium Al davantage en poudre et poussiè-
bleuâtre.
res.

Métal pyrophorique. Combustion


divisé.
Métaux de transition

pouvant être brutale et dange-


Cérium Ce
reuse (en présence d’un courant
d’air).

Peut s’enflammer spontanément


Fer Fe Flamme orange, jaune.
poussières.

seulement à l’état de poussière.


Titane Ti Flamme blanche brillante. Réagit au CO2.
Zinc Zn Flamme blanche brillante. Réaction lente à l’eau
Flamme très brillante, très peu Réagit à l’eau, à l’azote et au
Zirconium Zr
de fumée. CO2.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 139 sur -14
NIVEAU 2

PROTECTION DES BIENS LORS DES INCENDIES


Nécessité de la protection des biens pendant et après l’attaque
La protection des biens consiste à tout mettre en œuvre afin de réduire au maximum les domma-
ges liés à l’incendie (bâchage, déménagement des mobiliers et objets précieux, étaiement, trouées
d’évacuations, rigoles de canalisation des eaux d’extinction, etc..). L’application adéquate des techni-
ques d’extinctions apprises lors de la phase d’attaque, ainsi que des méthodes de protection des
biens participe à la réduction des pertes, et contribue à accélérer la remise en état rapide des lieux.
Pour cela, le chef d’agrès doit l’envisager tout au long de l’intervention.
Cette protection peut se dérouler en trois phases :
ère
- 1 phase : reconnaissance
Déterminer si il existe un risque d’exposition aux fumées, flammes et eau d’extinction (cf. éléments à
rechercher lors des reconnaissances).
ème
- 2 phase : extinction
Agir sur l’incendie pour limiter ces risques.
ème
- 3 phase : protection
Agir sur les biens exposés.
Rôle du chef d’agrès
Le chef d’agrès doit mesurer l’importance des dégâts secondaires que les fumées et l’action
des portes lances pourraient générer. Son rôle, lors des reconnaissances, est de mettre en œuvre
une échelle de degrés d’urgence que la situation impose (par exemple, son action lors de
l’engagement des binômes du fourgon sera différente s’il s’agit d’un feu de cabanon ou d’un feu de
monument historique).
Techniques à mettre en oeuvre
Faire établir au plus vite des plates-formes de fortune pour surélever le mobilier. Disposer les objets
précieux sur des coussins ou couvertures, et recouvrir le tout d’une bâche étanche. Les objets de
grande valeur (tableaux, tapisseries, sculptures, etc..) seront évacués sans délai après avoir pris de
multiples précautions pour leur déplacement, parfois compliqué. Le chef d’agrès dirigera alors les
manœuvres de « sauvetage » (à l’aide du L.S.P.C.C., de commandes, d’objets de portage, etc..).
Principes de sécurité à respecter
Lors des manœuvres de protection, le chef d’agrès doit se méfier des stocks empilés en hauteur (piles
de papier, de cartons, etc..). En effet, l’humidité régnant en partie inférieure diminue la résistance des
matériaux et peut faire s’effondrer l’ensemble. La manipulation d’engins de levage dans les entrepôts
(chariots élévateurs, nacelles, gerbeurs…) est l’affaire des gens formés par l’entreprise, et sous la
responsabilité de celle-ci. Il est donc fortement déconseillé d’utiliser ces matériels.
Les personnels participant à la phase de protection seront équipés des E.P.I. nécessaires à la si-
tuation (A.R.I., L.S.P.C.C., gants, casque…).
Une zone d’entreposage des objets évacués sera établie à l’abri de toutes les manœuvres
d’extinction et de déblai. Le chef d’agrès veillera à la surveillance de ces objets, soit par les forces
de l’ordre, soit par un sapeur si elles font défaut.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 140 sur -14
NIVEAU 2

DEBLAI ET SURVEILLANCE
DEBLAI
Nécessité du déblai lors des incendies pour parfaire l’extinction
Cette étape a pour objet de déplacer les décombres qui pourraient encore cacher des foyers et
d’écarter ainsi tout risque de reprise de feu.
Les déblais permettent de parfaire l’extinction
Dans les cas où il y a un amas considérable de décombres à déplacer, le maire, pour faciliter l’action
des secours, peut faire appel à des moyens publics ou privés (bennes, goulottes d’évacuation, etc.).
Lorsque la police ou la gendarmerie font état d’une enquête judiciaire, le déblai peut être retardé jus-
qu’à l’arrivée de la personne qualifiée pour ordonner sa reprise. Si les opérations d’extinction le né-
cessitent, il sera réalisé un déblai sommaire.
Dans le cas où le feu serait d’origine criminelle, les sapeurs pompiers s’efforceront de laisser en place
tout élément susceptible d’avoir été le facteur déclenchant, et le feront savoir à l’autorité judiciaire.
Rôle du chef d’agrès dans les opérations de déblai
Le chef d’agrès doit veiller à la sécurité du personnel engagé, dans une phase où le risque de
blessures est d’autant plus élevé que l’attention est retombée après la phase d’attaque. Le per-
sonnel est fatigué et moins vigilant à l’environnement, encore dangereux car non sécurisé.
Techniques à mettre en œuvre
Le chef d’agrès examinera le contenu à déblayer et évaluera la quantité de déblais à sortir de la zone
sinistrée. Il demandera au besoin des moyens supplémentaires afin de remplir cet objectif (personnels
supplémentaires, moyens de ventilation et d’éclairage, engins agricoles dans le cadre de l’entraide…).
Il vérifiera l’état des structures du contenant (enveloppe bâtimentaire). Il parera au risque
d’effondrement, soit en faisant étayer les parties menaçant de s’effondrer, soit en faisant mettre à
terre les parties menaçant ruine.
Les points chauds résiduels seront détectés à l’aide de la caméra thermique. Les parements (barda-
ge, lambris…) seront enlevés pour vérifier l’état des structures et des bâtis.
Principes de sécurité à respecter
Au cours de cette phase, le chef d’agrès doit s’assurer que :
- les personnels engagés sont munis de la protection individuelle maximum, notamment le port de
l’A.R.I. (risque d’intoxication au CO et autres fumées toxiques) ;
- le bâtiment est correctement ventilé ;
- aucune reprise de feu n’est possible du fait des décombres entassées ;
- la sécurité du personnel engagé est assurée dans cette phase certes importante mais peu prisée
par son personnel ;
- les moyens en eau sont toujours disponibles.
Il prendra régulièrement des mesures de toxicité à l’aide du détecteur de CO, pour permettre à son
personnel, dès que la situation l’autorise, de se déséquiper afin de ne pas travailler en hyperthermie
(travail quelquefois de longue durée et très physique).
La durée d’engagement du personnel doit être limitée, ainsi le chef d’agrès fait opérer à une rotation
des personnels, à des relèves fréquentes.
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 141 sur -14
NIVEAU 2

Reconnaissance finale
Avant de quitter les lieux, le chef d’agrès vérifiera qu’aucune reprise de feu n’est possible et que le
site du chantier est bien sécurisé.
SURVEILLANCE
Nécessité de la surveillance pour éviter une reprise de l’incendie
Le service de surveillance a pour objet de maintenir du personnel et du matériel sur les lieux de
l’intervention après un sinistre important afin d’empêcher toute reprise du feu.
L’effectif de ce service varie suivant l’importance du sinistre à surveiller et le nombre de lances encore
utiles. Il doit être aussi réduit que possible, mais ne doit pas comporter moins d’un engin d’incendie
avec au minimum 4 personnes (1 chef d’agrès, 1 conducteur, 1 binôme).
Dispositions à prendre, relève
S’il y a lieu, des relèves sont effectuées aussi fréquemment que la difficulté des opérations l’exige. A
chaque ronde de surveillance, les équipiers doivent informer le chef d’agrès de l’évolution de la situa-
tion, positive ou négative.
Le chef d’agrès doit tenir informé le C.T.A. / C.O.D.I.S. de l’évolution de la situation et doit dimension-
ner la relève (en personnels et en moyens matériels).
Principes de sécurité à respecter
Les déblais ainsi que la surveillance sont des étapes très importantes de la lutte contre l’incendie.
En effet, une reprise de feu ultérieure peut représenter une faute professionnelle susceptible
d’engager une responsabilité.
Le chef d’agrès doit donc s’assurer que cette tâche est remplie dans les meilleures conditions possi-
bles (relèves assurées, restauration des personnels, moyens matériels suffisants pour étouffer toute
reprise éventuelle de façon précoce).
U.V. DE FORMATION DE CHEF D’AGRES DOC. n°1
INCENDIE M.A.J. le 08/03/2007
Page 142 sur -14
NIVEAU 2

Le présent document intitulé "U.V. de formation de chef d'agrès" INC 2 est le document pédagogi-
que unique de référence destiné aux sapeurs-pompiers du corps départemental des Pyrénées-
Atlantiques qui suivent la formation de chef d'agrès ainsi que les formations de maintien des acquis.
L'équipe chargée de sa rédaction, animée par le Lieutenant Leugé était constituée de :
• Capitaine Garcia Francis
• Lieutenant Guichard Stéphane
• Major Irigoyen Ramuntcho
• Adjudant chef Errecart Serge
• Adjudant chef Tranché Frédéric
• Sergent-chef Breuneval Christophe
• Sergent-chef Fily Jean Marc

Il a été réalisé à partir des textes réglementaires existants et des différentes documentations conçues
par le groupement formation du Sdis 64, ainsi que d'autres Sdis (44, 77 et 95 notamment)
Il complète et précise les documents élaborés dans ce domaine par le ministère chargé de la sécurité
civile sans les modifier ni les contredire. Il a été approuvé par le groupement formation.
A compter de sa date d'élaboration, il remplace et abroge tous les documents existants dans ce
domaine utilisés au sein du corps départemental.
Sa reproduction est librement autorisée sans modification ni ajout par tous les sapeurs-pompiers du
corps départemental des Pyrénées-Atlantiques. Elle peut être autorisée pour des tiers qui en feraient
la demande expresse auprès du Service départemental d'incendie et de secours des Pyrénées-
Atlantiques.