Vous êtes sur la page 1sur 10

Redressement monophasé commandé

Redressement monophasé commandé


Introduction :
Un montage redresseur commandé permet d’obtenir une tension continue réglable à
partir d’une tension alternative sinusoïdale. L’utilisation de composants tels que les thyristors
permet de réaliser des redresseurs dont la tension moyenne de sortie peut varier en fonction de
l’angle de retard à l’amorçage.
I. Redressement monophasé simple sur charge résistive pure R :
On considère que le thyristor est parfait. φ est appelé angle de retard à l’amorçage. Il est
ϕ
synchronisé sur le réseau. Il correspond à un temps de retard à l’amorçage t ϕ = .T .

VAK
i

TH
220V VS
Ve R
50Hz
i
a. chronogrammes :
VGK

Ve

wt
φ π 2π

Vs

φ π 2π φ+2π
VAK

φ 2π

b. analyse de fonctionnement :
Quelque soit l’état de TH on a : Ve= VAK+ Vs.
• Ve(t)>0 ⇒ VAK>0 : le thyristor peut être amorcé.
- si iG = 0A : TH reste bloqué ( i =0 ) : VAK = Ve et Vs = 0.

-1-
Redressement monophasé commandé

- Si une impulsion de courant iG suffisante apparaît sur sa gâchette alors TH devient


Ve
passant et VAK =0, Vs = Ve et iD = .
R
• Ve(t) =0 ⇒ i =0A : le thyristor se bloque naturellement.
• Ve(t) < 0 ⇒ VAK>0 : le thyristor ne peut pas être amorcé. Il est bloqué
même si une impulsion de courant apparaît sur sa gâchette.
Remarques :
• Vs, i et VAK ont la même période que Ve ⇒ 2π rad.
• Le thyristor doit supporter en inverse VM.
V
• Le courant i = S s’annule périodiquement, nous sommes en régime de conduction
R
discontinu.
• En pratique pour s’assurer qu’un thyristor s’amorce, on envoie sur sa gâchette un train
d’impulsions.
c. valeur moyenne de la tension redressée :
Calculons la valeur moyenne <Vs> de vs(t) :
T 2π 2π
1 1 VM V π
Vs = ∫ VS ( t ) .dt = ∫ VS (θ ).dθ = ∫ sin (θ ).dθ ⇒ Vs = M  − cos (θ ) ϕ
T 0 2π 0 2π ϕ 2π
VM 1 + cos (ϕ )
⇒ Vs =  − cos (π ) + cos (ϕ )  = .VM .
2π 2π
Remarques :
• la valeur moyenne de la tension Vs peut être ajustée en fonction de l’angle de retard à
l’amorçage φ.
V 1 + cos (ϕ )
• iD = S = .VM .
R 2π .R
V
Traçons l’allure de VS = f (ϕ ) pour 0 ≤ ϕ ≤ 2π . Donc: 0 ≤ VS ≤ M .
π

II. Redressement monophasé sur charge RL :


Avant l’instant d’application de l’impulsion de commande à t = t0, le thyristor est bloqué
⇒ i = 0 d’où : Vs = 0 ; mais lorsque l’impulsion est appliquée : Th est fermé ⇒ VAK = 0
di (t )
⇒ Ve = VM sin wt = Vs = Ri (t ) + L
dt

-2-
Redressement monophasé commandé

VAK

i
TH
R
Vs
220V
50Hz Ve
L
i

 R

+ ( sin ( wt − ϕ ) )  .
VM − ( t − t0 )
Si i (t = 0) = 0 alors : ⇒ i (t ) =  sin ϕ e L

( Lw ) + R 2  
2

Donc le thyristor ne se bloquera que lorsque le courant s’annule.


t
Ve
t0 T/2 t0+T t0+2T
+VM

T/2 T 2T
-VM
VAK
+VM

t
T
T/2 2T
-VM
Vs
+VM

t
T/2 T 2T

-VM

Remarque : il y a apparition d’une partie négative au niveau de la tension d’entrée


qu’on peut éviter avec l’emploi d’une diode de roue libre.
III. Redressement monophasé double sur charge résistive pure R :
On prendra l’exemple d’un redresseur double alternance à deux thyristors et transformateur à
point milieu.

À t1 on amorce Th1 (modulo T)


À t1+T/2 on amorce Th2 (modulo T)

-3-
Redressement monophasé commandé

VT1
i1 Th1

VR
v VR
iR v = VM sin wt w = 2π f f = 50Hz iR =
220V R
50Hz
R
v
Th2

i2
VT2

VGK2
t
VGK1 t1+T/2
t
v
t1 T/2 t1+T t1+2T
+VM

t
T/2 T 2T
-VM
VR
+VM

t
VT1 t1 t1+T/2 T 2T
+VM

t
t1 T 2T
-VM

-2VM
iR
VM
R
t

VM i1
R
t
t1 T

-4-
Redressement monophasé commandé

En posant θ = wt et θ1 = wt1 :

• Pour 0 ≤ θ ≤ π : V1 ( t ) > 0 et V2 ( t ) < 0 :


Par conséquent : VTH 1 > 0 ⇒ TH 1 peut être amorcé ;
VTH 2 < 0 ⇒ TH 2 ne peut pas être amorcé même en présence
d’impulsion.
Tant que θ < ϕ , TH 1 et TH 2 sont bloqués :
 iR = i1 = i2 = 0 ;
 VR = 0 ;
 VT 1 = v > 0 ;
 VT 2 = −v < 0 .
A θ = ϕ < π , on amorce TH1, alors:
 VT 1 = 0 ;
 VR = v > 0 ;
v
 i1 = iR = ;
R
 i2 = 0 ;
 VT 2 = −2.v < 0 .
• Pour θ = π : v =0 : iS=iTH1=0 ⇒ TH1se bloque naturellement.
• Pour π ≤ θ ≤ 2π : V1 ( t ) < 0 et v ( t ) < 0 :
Par conséquent : VT 1 < 0 ⇒ TH 1 ne peut être amorcé ;
VT 2 > 0 ⇒ TH 2 Peut être amorcé.
Tant que π ≤ θ ≤ ϕ + π , TH1 et TH2 sont bloqués :
 iR = i1 = i2 = 0 ;
 VR = 0 ;
 VT 1 = v < 0 ;
 VT 2 = −v > 0 .
Aθ = π + ϕ < 2π , on amorce TH2, alors:
 VT 2 = 0 ;
 VR = −v > 0 ;
−v
 i2 = iR = ;
R
 i1 = 0 ;
 VT 1 = 2.v < 0 .
• pour θ = 2π : v = 0 : iS=iTH2=0 ⇒ TH2se bloque naturellement.
Remarques :
 le courant iR s’annule : régime de conduction interrompu.
 Chaque thyristor doit supporter en inverse une tension qui dépend de φ mais ≤2.VM.
 Fonctionne seulement si φ≤π.
 Valeur moyenne de la tension redressée :

-5-
Redressement monophasé commandé

t0 +T π
1 1 1 + cos ϕ
V S
=
T ∫ V ( t ).dt = π ϕ∫ V
t0
S M .sin (θ ).dθ =
π
.VM .

Traçons l’allure de V S
= f (ϕ ) pour 0 ≤ θ ≤ π .

IV. Redressement double sur charge R-L-E : (Régime de conduction continue)


1. Pont tout thyristors sans diode de roue libre :
i1 Is =cste

R
V1 Th1 V’1 Th’2

Vs
Ve = VM sin wt
Ve
Amorçage de Th1,
L Th’1 à α1 et de Th2,
Th’2 à α1+π
V2 V’2
Th2 Th’1
E

α 
L’angle d’amorçage de α1 est choisi de telle façon Ve  1  − Vs > 0 pour que la tension anode-
w
cathode de Th1 soit positive.
On suppose que le courant de sortie is ne s’annule pas.

Conclusion : il existe toujours un groupe (Thi, Th’i) qui conduit.


À chaque amorçage, le nouveau groupe conduit. Il dérive alors naturellement le courant is, ce
qui bloque le groupe précédent.
θ ∈ [α1 , α1 + π ] → Vs = Ve
La tension de sortie vaut donc :
θ ∈ [α1 + π , α1 + 2π ] → Vs = −Ve

-6-
Redressement monophasé commandé

VGK2 ; V’GK2
θ
VGK1 ; V’GK1 α1 +
θ
v α π α α
+V

θ
π 2π 4π
-VM
VR
+V

VT1
+V

-VM
α1 +π
1 Ve 2Ve cos α1
[ − cos θ ]α
α1 +π
Vs = ∫ Ve sin θ dθ = ⇒ Vs = .
π α1
π 1
π

2Ve Vs
La tension moyenne en
R sortie peut être positive ou
négative suivant la valeur
π/2 π de α1.
α1
0

2Ve
-
R
2Ve cos α1
Vs − E −E
is = = π .
R R

-7-
Redressement monophasé commandé

2. Pont tout thyristors avec diode de roue libre :


is
i1 ir
La diode D placée aux
V1 Th1 V’1 Th’2 R bornes de la charge a pour
effet de supprimer toutes
iD les pointes inférieures à 0
ie
de Vs.
Ve D Vs Dès que Vs≤0, D entre en
L conduction →iD=is donc
ir=0→tous les thyristors se
V2 V’2 bloquent.
Th2 Th’1
E

Vs
+VM

θ0 π
θ0+π 2π θ0+2π 3π θ
i1

D Th1, Th’1 D Th2, Th’2 D Th1, Th’1


iD

V. Association MCC et redresseur :


1. fonctionnement dans un quadrant :
a. Pont mixte asymétrique

iT1 ID1 Ic A
Th1 D1
VT1 VD1
i
Uc = UAB
Ve MCC
-----

iT2 ID2
Th2 D2
VT2 VD2
B

-8-
Redressement monophasé commandé

n U Remarque : le pont asymétrique n’a pas


Moteur besoin de diode de roue libre dans le cas
0 <α < π d’une charge inductive (R,L ou R,L,E) car
1 quand la tension Uc veut devenir négative,
Imoy
les diodes D1 et D2 deviennent
C conductrices et assurent la roue libre.

b. Pont mixte symétrique (voir exercice 4 TD N°7)


iT1 iT2 Ic A
Th1 Th2
VT1 VT2
i
Uc = UAB
Ve MCC
-----

ID1 ID2
D1 D2
VD1 VD2
B
Rque : Ce pont a les 2 cathodes réunies, donc la même commande pour les deux thyristors.
2. fonctionnement dans deux quadrants :
a. Pont PD2 tout thyristor :
iT1 iT3 Ic A
Th1 Th3
VT1 VT3
i
Uc = UAB
Ve MCC
-----

iT2 iT4
Th2 Th4
VT2 VT4
B
n U
Si 0<α<π/2 : le PD2 fonctionne en redresseur
Moteur et la MCC fonctionne en moteur (quadrant 1).
1 0 <α < π/2 Imoy
Si π/2 < α <π : le PD2 fonctionne en onduleur
4 Génératrice C et la MCC en génératrice (quadrant 4).
π/2 <α < π

-9-
Redressement monophasé commandé

Th1 Th3 A n U
Onduleur
VT3
iT1 iT3 Génératrice
MCC 2 π/2 <α < π
U
Ve ------ Imoy
iT2 iT4 -- Moteur C
3 0 <α < π/2
Th2 Th4 VT4
Redresseur
B
3. fonctionnement dans quatre quadrants :

Pont 2
Pont 1

n U Pont 1 : Redresseur Pont 1


Pont 2 : Onduleur
Moteur
Génératrice 0 <α < π/2
π/2 <α < π 2 1 Imoy

Moteur 3 4 Génératrice C
0 <α < π/2 π/2 <α < π
Pont 2 : Redresseur
Pont 1: Onduleur

Pont 2

- 10 -

Vous aimerez peut-être aussi