Vous êtes sur la page 1sur 8

Electronique de puissance

Redressement Monophasé non commandé

Le redressement est la conversion de l’énergie électrique alternative généralement sinusoidale en énergie


électrique continue. Pour réaliser cette conversion,on utilise ce qu’on appelle ”les redresseurs” qui sont des
dispositifs électroniques à base des composants d’électronique de puissance (Diode, Thyristor,...).

On rappelle que les conversions électroniques (DC-DC, AC-DC, DC-AC et AC-AC) dépendent fortement
de la charge mise en jeu.

Dans ce chapitre, nous étudierons que le redressement monophasé, c’est-à-dire qu’on essayerons de re-
dresser une tension sinusoidale entre Phase et Neutre (Le réseau domestique bien evidemment), le redress-
ment triphasé sera illustré dans?un autre chapitre... La tension d’entrée sera donc dans tout ce chapitre :
Ve ptq  Vm sinpωtq avec Vm  V 2 bien sur !

Un redresseur est dit non commandé lorsqu’il est constitué de diodes.

I- Redressement simple alternance ou Monoalternance non commandé :

I-1- Charge résistive :

Analyse :

Lorsque la diode conduit :


Vs ptq  Ve ptq et Vd ptq  0 ?
Ve ptq
Donc, d’après la loi d’Ohm, on a : iptq   sinpωtq
2V
R R

La diode reste passante jusqu’à ce que : iptq  0


C’est-à-dire : jusqu’à ce que : sinpωtq  0
On en déduit que la diode se bloque pour la première fois quand t 
T
2
Dans ce cas : Vs ptq  0 et Vd ptq  Ve ptq d’après la loi des mailles.
La diode restera dans cet état jusqu’à ce que iptq devient positif à nouveau, donc jusqu’à t  T

Récapitulatif :
pour 0 ¤ t ¤
T
2

Fiche issue de https://www.ilephysique.net 1


?
iptq  sinpωtq
2V
R
Vs ptq  Ve ptq
Vd ptq  0

pour
T
2
¤t¤T

iptq  0
Vs ptq  0
Vd ptq  Ve ptq

Représentation :

Calcul des grandeurs essentielles :

La valeur moyenne de la tension de sortie :


» ?
T ?
 T1 2V sinpωtqdt 
2V
2
Vsmoy
0 π
Facteur de puissance :
»T » T
2V 2 V2
 1
Ve ptqiptqdt 
1
sin2 pωtq 
2
On a : P
2R
T 0
d »T T 0 R

Et : S VI V 1
i2 ptqdt  ?
V2
T 0 R 2
?
On en déduit le facteur de puissance : fp  P
S
 2
2

I-2- Charge inductive :

Fiche issue de https://www.ilephysique.net 2


Analyse :

On suppose que la diode est passante : Vd ptq  0


Donc ; Vs ptq  Ve ptq
? diptq
C’est-à-dire : 2V sinpωtq  L Riptq
dt
C’est une équation différentielle qui a pour solution :
R
 t
iptq  A sinpωtq ?B cospωtq Ce L ?
Avec A  2
RV 2
et B  2
LωV 2
R pLωq 2 R pLωq2
On retrouve C en prenant en considération la condition initiale : ip0q  0
Ce qui donne : C  B
On retrouve alors l’expression du courant :
? ?
iptq   RL t  cospωtqq
pLωq2 sinpωtq pLωq2 pe
RV 2 LωV 2
R2 R2

Maintenant, si la diode est bloquée : iptq  0


Mais la bobine impose la continuité du courant dans la charge
Donc la diode ne se bloque pas à t  , on peut vérifier cela en remplaçant t par
T T
dans l’expression de
2 2
iptq 

On obtient i
T
 0
2  
La diode se bloque en t0  tr avec tr P 0,
T T
2 2

Récapitulatif :
pour 0 ¤ t ¤ t0

iptq ¡ 0
Vs ptq  Ve ptq
Vd ptq  0

pour t0 ¤t¤T

iptq  0
Vs ptq  0
Vd ptq  Ve ptq

Fiche issue de https://www.ilephysique.net 3


Représentation :

La tension de sortie n’est pas globalement supérieure ou égale à 0, afin de forcer cette tension à rester positive,
on ajoute une diode dite de roue libre .

I-3- Charge inductive avec diode de roue libre :

Analyse :

D’après les propriétés des diodes, lorsque plusieurs diodes se trouvent dans un circuit, une seule seulement
peut conduire : celle qui a le potentiel anodique le plus élevé .
La loi des mailles s’écrit : Ve ptq  Vd ptq  Vrl ptq
Donc, lorsque Ve ptq ¡ 0 (c’est-à-dire quand 0   t   ), on a : Vd ptq ¡ Vrl ptq
T
2
Et d’après la propriété citée précedemment : la diode D conduit et Drl est bloquée .
Mais lorsque Ve ptq   0( c’est-à-dire quand   t   T ), on a : Vd ptq   Vrl ptq
T
2
Et dans ce cas : Drl conduit et D est bloquée .
nous avons alors :
D conduit et Drl bloquée pour tP r0, s
T
2

Drl conduit et D bloquée pour tP r , T s


T
2
Donc pour t   ; on est dans le cas précédent, rien ne change :
T
2

Fiche issue de https://www.ilephysique.net 4


? ?
iptq  e L t  cospωtqq
pLωq2 sinpωtq p
RV 2 LωV 2 R

R2 R2 pLωq 2
 
Le rôle de la diode de roue libre Drl apparait quand t P
T
,T
2
Dans ce cas : La charge est court- circuitée, c’est-à-dire : Vs ptq  0


et le système est régi par la nouvelle équation différentielle : ?


diptq
Riptq L   p e 2L 1q
T LωV 2 RT

dt
0 avec la condition initiale : i
2 R 2 pLωq
? 2

La solution de cette équation-Différentielle est : iptq  2  RT 1qe L pt 2 q


pLωq2 pe
LωV 2 R T
2L
R
Récapitulatif :
pour 0 ¤ t ¤
T
2

? ?
iptq  sinpωtq  RL t  cospωtqq
pLωq2 pe
RV 2 LωV 2
R2 pLω q2 R2
Vs ptq  Ve ptq

pour
T
2
¤t¤T

?
iptq   RT 1qe L pt 2 q
pLωq2 pe
LωV 2 R T
2L
R2
Vs ptq  0

Représentation :
Remarque : ce graphe est tracé sous la condition τ !T

Fiche issue de https://www.ilephysique.net 5


II- Redressement double alternance ou Bialternance non commandé :

Pour ce type de redressement, on utilise le montage Parallèle Double (PD2) appelé aussi le Pont de Graetz.

II-1- Charge Résistive :

Analyse :

Quand : 0 ¤ t ¤ : Ve ptq ¡ 0
T
2
Donc Le potentiel max correspond à l’anode de la diode D1 et le potentiel min correspond à la cathode de
la diode D3 .
D’après les propriétés min et max de la diode, seul les diodes D1 et D3 conduisent .
On en déduit : U d1  U d3  0
La loi des mailles nous fournit : Ve ptq  Vs ptq U d1 U d3
Donc, dans ce cas : Vs ptq  Ve ptq

Quand
T
2
¤ t ¤ T : Ve ptq   0
Dans ce cas, le potentiel max correspond à l’anode de la diode D2 et le potentiel min correspond à la cathode
de la diode D4.
Donc, seul les diodes D2 et D4 conduisent.
On en déduit : U d2  U d4  0
La loi des mailles nous fournit : Ve ptq U d2 U d4 Vs ptq  0
Donc, dans ce cas : Vs ptq  Ve ptq

Récapitulatif :
pour 0 ¤ t ¤
T
2

Vs ptq  Ve ptq

pour
T
2
¤t¤T

Vs ptq  Ve ptq

Fiche issue de https://www.ilephysique.net 6


Représentation :

Visualisation du courant :

pour 0 ¤ t ¤
T
2

is  ie

pour
T
2
¤t¤T

is  i e

II-1- Charge Inductive :

Fiche issue de https://www.ilephysique.net 7


La tension de sortie dans ce cas subit la même chose que celle dans le cas d’une charge résistive .

Par contre, en ce qui concerne le courant, L’ajout de l’inductance causera l’opposition de la variation de ce
dernier (le courant de sortie ), on dit que la bobine lisse
le courant is , de plus, le système est régit par l’équation différentielle suivante : Ris L
dis
dt
 Vs ptq ( la
solution est présentée pas mal de fois précédemmment, il faut juste faire attention au signe deVs ptq qui varie
sur la période T comme on déjà vu)

Plus l’inductance est grande, plus la variation (l’ondulation) du courant est faible, en général, on prend une
valeur de L suffisemment grande pour pouvoir considérer is  cte

Merci à medkarimnl et à gts2 pour avoir contribué à l’élaboration de cette fiche

Fiche issue de https://www.ilephysique.net 8