Vous êtes sur la page 1sur 9

COURS SUR L’HYGIENE, LA PROTETION ET

LA PRESERVATION DE L’ENVIRONEMENT

Chapitre I : REGLEMENTATION


I-ASPECTS JURIDIQUES ET REGLEMENTAIRES
Au Maroc ; les principaux moyens juridiques d’intervention dans le domaine de
la protection et de la préservation de l’environnement découlent de nombreux
textes législatifs et réglementaires. S’y ajoutent les règles de mise en jeu de la
responsabilité civile de droit commun pour les dommages et les nuisances
causés par des particuliers ou des industriels ainsi que ceux qui sont relatifs à la
responsabilité administrative de l’Etat ; des collectivités locales ou des
organismes publics.
II-LOIS ET TEXTES REGISSANTS LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT DANS LE DOMAINE
DE LA QUALITE DES ANIMAUX ET DES PRODUITS D’ORINE ANIMALE

LOI n°49-99 (du dahir n°1-02-119 du 1er Rabii II 1423) : relative à la protection
sanitaire des élevages avicoles au contrôle de la production des produits
avicoles
1-Conditions exigées pour avoir l’autorisation d’exercice
le respect des exigences sanitaires et hygiéniques ; les prescriptions
hygiéniques et techniques relatives à la chaine de production fixée par la
réglementation.
 Cette dernière devra préciser les éléments suivants :
Pour les fermes d’élevage avicoles et les couvoirs
-la distance minimale à respecter entre deux unités d’élevage ou entre
une unité et un couvoir ou entre deux couvoirs
-le plan des locaux et leurs équipements
-les mesures techniques qui doivent être prises concernent
essentiellement :
√ assurer l’évacuation du fumier et des eaux usées
√ assurer l’élimination des cadavres et es déchets
√ assurer une protection contre les vecteurs d’agents pathogènes
Pour les centres de conditionnement et de transformation des œufs
√ avoir une conception des locaux et leurs équipements
√ respecter les conditions sanitaires et d’hygiène
Pour les abattoirs avicoles industriels ; les établissements de découpe ; de
transformation ; de conditionnement et de congélation des viandes de
volailles.
√ le choix du site d’implantation
√ le choix des locaux ; les équipements et leur conception
pour les moyens de transport et de transporteurs de volailles vivantes et
des œufs
√ avoir les conditions d’exercice de l’activité de transporteurs
√ connaitre les modalités de désinfection des moyens de transport
pour la commercialisation des viandes de volailles et des œufs de
consommation
√ les conditions sanitaires et hygiéniques requises ou demandées
√ les équipements de base nécessaires

2- les conditions sanitaires :


. Les différentes analyses, les prélèvements et toute autre investigation
sont à la charge du demandeur de l’adhésion au contrôle
.Un médecin vétérinaire dument autorisé à exercer à titre privé
.En cas d’abattage ou de sinistre épizootique, les propriétaires ne
peuvent prétendre aux indemnités que s’ils sont détenteurs de certificats
sanitaires.

3-L’alimentation et les problèmes de résidus:


A -cet effet il est interdit dans ce cadre: √ d’alimenter les volailles avec
additifs ou d’aliments non autorisés ; d’administrer tout médicament non
autorisé
B-Une enquête est ouverte dans le cas ou des anomalies sont observées
au cours de l’inspection sanitaire comme par exemple présence de résidus,
présence d’additifs non autorisés
4-Les déchets, le stockage et les moyens de transport
En dehors des endroits et lieux autorisés par l’administration compétente ; il
est interdit de déposer, d’enfouir des cadavres, des déchets provenant des
fermes d’élevage avicole, de couvoirs, des abattoirs, des centres de
conditionnement ou de transformation d’œufs et des marchés de gros de
volailles ; Ces cadavres doivent être brulés ; Les moyens de transport adaptés
et aménagés doivent être nettoyés et désinfectés
B-LOI n°28-00 : C’est la prévention et la protection de la santé humaine,
de la faune, de la flore, les eaux, l’air, le sol, les écosystèmes, les sites, les
paysages et l’environnement en général contre les effets néfastes ou nocifs des
déchets.
C-LOI n°12-03 : C’est une loi qui est relative aux études d’impact sur
l’environnement publiée par Dahir n°1-03-60 du 10 Rabiaa I 1424
correspondant au 12 mai 2003 parue au Bulletin Officiel (B.O) n°5118 du 19 juin
200
1-Quelques définitions générales :
-Etude d’impact sur l’environnement : c’est une étude préalable qui permet
d’évaluer les effets directs ou indirects pouvant atteindre l’environnement soit
à court, moyen et long terme suite à la réalisation de projets économiques et
de développement
Pétitionnaire : C’est une personne physique ou morale, auteur d’une demande
d’autorisation ou d’approbation concernant un projet soumis à l’étude
d’impact sur l’environnement.
-Environnement : C’est l’ensemble des éléments naturels et des établissements
humains, ainsi que les facteurs économiques, sociaux ou culturels qui
favorisent l’existence, la transformation et le développement du milieu, des
organismes vivants et des activités humaines.
2-Objectifs et contenus
-L’étude de l’impact sur l’environnement  a pour objectifs principaux : d’évaluer
les répercussions éventuelles notamment les effets direct, indirects,
temporaires et permanents du projet sur l’environnement….
- Cette étude comporte :
√ la description globale de l’état initiale du site concerné par le projet
√ le programme de suivi et de surveillance du projet

-Cette autorisation de l’étude d’impact sur l’environnement est subordonnée à


une décision d’acceptabilité environnementale
D) Dahir 3 chaoual 1332 (25 août 1914) portant réglementation des
Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux, paru au Bulletin
officiel n° 97 du 07/09/1914 (7 septembre 1914)
B) Infractions :
1ere classe ou catégorie d’établissement :
-abattoirs publics
-établissements d’incinération des produits d’origine animale
-établissements de fabrication et de dépôts d’engrais
2eme classe ou catégorie d’établissement :
-établissements de dépôts d’alcool pour des quantités supérieures à 200
litres
-magasins à fourrages
-fours à briques
E) Dahir du 13 octobre 1933 (22 Joumada II 1352) paru au BO n° 1101 du 1 er
décembre 1933
le contrôle et la surveillance par l’autorité administrative compétente
-Les établissements sont rangés en 3 classes 
La 3eme classe ne nécessite pas d’autorisation mais d’une déclaration
écrite adressée à l’autorité municipale ou locale du contrôle du lieu où le
site sera installé l’établissement
F)Charte communale :parue au B.O :n°5058 du 16 ramadan 1423
correspondant au 21 novembre 2002 :Dahir n°1-02-197 du 25 Rejeb 1423
correspondant au 3 Octobre 2002 portant promulgation de la loi n°78-00
portant charte communale.
C’est une loi adoptée par les 2 chambres (parlements et conseillers).Les
communes sont divisées en 2 types urbaines et rurales .Elles sont créées par
décret. Le conseil communal est un conseiller élu et leurs membres sont élus
aussi. Il comporte et est constitué de commissions chargées de l’étude et de
l’examen des affaires à soumettre au vote de la séance plénière.
Par exp : commission chargée des questions budgétaires et financières
G) Dahir n°1-03-59 du 10 RabiaaI 1424 correspondant au 12 mai 2003
portant promulgation de la loi n°11-03 relative à la protection et à la
mise en valeur de l’environnement
Les principaux objectifs peuvent être résumés comme suit :
-protéger l’environnement de toutes formes de pollution
-améliorer le cadre de vie de l’homme
B) Définitions :

1-Développement durable : ‫المستدامة التنمية‬


C’est un processus de développement qui s’efforce de satisfaire les besoins
des générations présentes sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre à leurs besoins.
2-Equilibre écologique : ‫االكولوجي التوازن‬
Les rapports d’interdépendance entre les éléments constituants
l’environnement permettent l’existence, l’évolution et le développement de
l’homme et des autres êtres vivants.
3-Etablissements humains : ‫اإلنسانية المؤسسات‬
C’est l’ensemble des agglomérations urbaines et rurales quel que soit leur
type et leur taille ainsi que l’ensemble des infrastructures dont elles
disposent pour assurer à leurs habitants une existence saine et décente.
4-Biodiversité : ‫البيولوجي التنوع‬
Toutes espèces vivantes animales et végétales vivantes dans les différentes
écosystèmes terrestres, marins et aquatiques.
5-Standards : ‫المعايير‬
Ce sont des références permettant d’uniformiser les méthodes et les
modalités des analyses et d’évaluer les différentes constantes scientifiques
et techniques.
6-Normes : ‫القواعد‬
Ce sont des valeurs limites à ne pas dépasser.
7-Déchets : Tous résidus résultants d’un processus d’extraction, d’exploitation,
de transformation, de production, de consommation, d’utilisation, de contrôle
ou de filtration d’une manière générale tout objet et matières abandonnées où
que le détenteur doit éliminer pour ne pas porter atteinte à la santé, à la
salubrité publique et à l’environnement.
II) LES DIFFERENTS POLLUANTS :
Un polluant est une substance naturelle ou artificielle que l'homme a introduite dans un milieu
où elle était absente (ou présente en quantité différente).

Il existe 3 grands groupes de polluants :

1-LES POLLUANTS DE NATURE PHYSIQUE


-La chaleur :(pollution thermique car cette chaleur peut avoir des effets
néfastes sur les espèces aquatiques. )
- Les radio-isotopes (pollution radioactive) : Le récent accident de la
centrale nucléaire de Fukushima au Japon en est un exemp
-Le bruit : Le bruit peut être une nuisance importante, en particulier pour la
faune
- La pollution lumineuse : Il peut s’agir notamment de l’impact de
l’éclairage public sur les animaux nocturnes
2-LES POLLUANTS CHIMIQUES

3-LES POLLUANTS DE NATURE BIOLOGIQUE


Cette catégorie inclut les toxines algales, les germes pathogènes et les parasites.
Les agents biologiques sont des entités microbiologiques cellulaires ou non
(organisme vivant souvent invisible à l’œil nu) capables de se reproduire ou de
transférer du matériel génétique. Ils sont responsables du risque biologique selon
la définition du code du travail (Article R 231-61 du code du travail)
On peut les classer  en 5 familles :
  -   Les bactéries
  -   Les virus
  -   Les champignons
  -   Les parasites
  -   Les agents transmissibles non conventionnels (ATNC)

CHAPITRE III : GESTION DES DECHETS


I) Déchets provenant des activités d’abattage et de découpe :
Le processus d’abattage génère une production de sous produits, qui peuvent
être valorisés et transformés
A) Modalités de gestion de ces déchets :
1°) l’organisation de la collecte
2°) le compostage(Les déchets provenant des activités d’abattage sont
constitués essentiellement de matières organiques et peuvent donc être
compostés)
3°) la récupération des sous produits
la récupération des carcasses des bétails en produits de viandes traités
et conservés en boites et,la transformation des matières non comestibles
en produits utiles
4°) l’incinération
5°) l’enfouissement
Sous produits valorisation
Langue, foie, cœur, rein… Consommation humaine
Graisses -matières grasses
-margarines
-confiseries
-chwin gum
os -consommation humaine
-farine d’os
-fabrication de boutons
-poignés de couteaux
-colle
sang -alimentation animale
-fabrication de produits pharmaceutiques
-matieres additives alimentaires …
glycérine -utilisations industrielles, pharmaceutiques (solvants,
nitroglycérines…), cosmétiques et chimiques
intestins -saucissons
-cordes musicales
-ligatures chirurgicales …
gélatines -confiseries
- glaces
-produits alimentaires gélifiés..
rénine -fabrication de fromage
Graisses non comestibles - roues
-lubrifiants
-certains insecticides
- certains germicides
Laine -pinceau
-carpette
-tapisserie
-plâtre pour isolement
II) Déchets provenant des unités ou entreprises agro-alimentaires:
Gestion et traitement : Il existe différents modes de traitement ou de
valorisation de déchets et de sous produits des entreprises agro-alimentaires.
Les plus importants sont les suivants :
-épandage direct ou après compostage
-alimentation animale
-industries cosmétiques
-industries pharmaceutiques
Valorisations énergétique
1) collecte : La collecte de ces déchets et des sous produits agro-
alimentaires
2) valorisation de la matière : La composition de la majorité de déchets et
sous produits des entreprises agro-alimentaires leur confère une valeur
de fertilisants organique
3) Valorisation énergétique :
a) Le biogaz : La méthanisation ou la digestion anaérobie est un procédés
de décomposition de la matière organique
b) La biomasse :(filière vegetale) l'ensemble des matières organiques d'origine
végétale (algues incluses), animale ou fongique (champignons) pouvant devenir source
d'énergie par combustion

Chapitre 4 : MESURES DE PROTECTION

En quoi consistent les mesures de protection de la faune et de la flore ?

Elles ont pour objectif d’éviter la disparition d’un certain nombre d’espèces animales et
végétales. La protection de la faune vise à conserver le patrimoine génétique des espèces
animales, maintenir les équilibres naturels et recoloniser certains milieux de vie 

Qu’appelle-t-on réserves naturelles ?

Les réserves naturelles ont pour objectifs de protéger les espèces végétales ou animales, les
éléments minéraux, les fossiles rares ou en voie de disparition, le milieu naturel contre les
dégradations humaines,

Qu’appelle-t-on parcs nationaux ?


Les parcs nationaux ont pour finalité de sauvegarder une partie du territoire national
présentant un intérêt particulier en préservant la nature (milieu naturel, espèces animales et
végétales) et les paysages contre toute dégradation et en maintenant sa diversité biologique.

Qu’appelle-t-on parcs naturels régionaux ?

Les parcs naturels régionaux sont créés, à l’initiative des conseils régionaux, pour protéger et
mettre en valeur de grands espaces ruraux habités

En quoi consistent l’initiation et la formation à la protection de la nature ?

Des formations et des initiations à la protection de la nature sont dispensées par les centres
permanents d’initiation à l’environnement

Qu’est-ce qu’une enquête publique ?

Il y a ouverture d’une enquête publique en matière d’environnement, lorsque des travaux,


aménagements ou ouvrages, sont susceptibles d’affecter l’environnement, en raison de leur
nature même, de leur consistance ou du caractère des zones concernées