Vous êtes sur la page 1sur 19

Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

GENERALITES

Introduction

La qualité de l’énergie électrique concerne tous les acteurs du domaine énergétique, qu’ils
soient producteurs, distributeurs, consommateurs d’électricité, ou fabricants d’équipements.
Elle est devenue un sujet de grand intérêt ces dernières années, essentiellement pour les
raisons suivantes :

 Des impératifs économiques


Les perturbations électriques ( coupures, creux de tension, harmoniques, surtensions …)
ont un coût élevé pour les industriels car elles engendrent des arrêts de production, des pertes
de matières premières, une baisse de la qualité de la production, un vieillissement prématuré
des équipement, les retards de livraisons, etc.

 La généralisation des équipements sensibles aux perturbations et/ou générateurs de


perturbations.

Ces équipements ont la particularité d’être à la fois sensibles aux perturbations de la


tension et générateurs de perturbations. Ces dispositifs dégradent donc la qualité de la tension.
Ils existent dans toutes les catégories d’utilisateurs :

 dans le domaine industriel par l’emploi de constituants d’électronique de


puissance (variateurs de vitesses, redresseurs, gradateurs, onduleurs…) ;

 dans le domaine tertiaire avec le développement de l’informatique ;

 dans le domaine domestique par l’utilisation en grand nombre des téléviseurs,


magnétoscopes, lampes à économie d’énergie, …

La multiplicité de ces équipements au sein d’un même procédé exige une alimentation
électrique performante en termes de continuité et de qualité. En effet, l’arrêt temporaire d’un
élément de la chaîne peut provoquer l’arrêt de l’outil de production (fabrication de semi-
conducteurs, cimenterie, traitement de l’eau, imprimerie, sidérurgie, pétrochimie…).

En conséquence, la compatibilité électromagnétique (CEM) impose des normes et


recommandations de plus en plus contraignantes (limitations des niveaux d’émission des
perturbations…).

 L’ouverture du marché de l’électricité.


La libération du marché de l’énergie électrique fait que la qualité de l’énergie est devenue
un des critères de choix d’un fournisseur d’énergie plutôt qu’un autre de la part des
consommateurs. Les fournisseurs se doivent donc fournir à leurs clients une énergie avec une
qualité maximale.

Qualité de l’énergie électrique 1


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

Qualité de l’énergie électrique


Considérons un récepteur triphasé alimenté par un réseau triphasé équilibré en tension, et
analysons l’énergie consommée (fig.1).

I
Récepteur 3ϕϕ
U équilibré

ϕ)
P ; Cos(ϕ

∆t
W = P.∆

P = √ 3 UICos (ϕ
ϕ)

Nous constatons que la qualité de l’énergie électrique peut être considérée comme une
combinaison de la qualité de la tension et de la qualité du courant.

Qualité de la tension

L’énergie électrique est distribuée sous la forme d’une tension constituant un système
sinusoïdal triphasé dont les paramètres caractéristiques sont les suivants :

 l’amplitude des trois tensions,


 la forme d’onde,
 la fréquence,
 la symétrie du système triphasé. Cette symétrie est caractérisée par l’égalité des
modules des trois tensions et de leur déphasage relatif.

La mesure de ces paramètres permet de juger la qualité de la tension. Une détérioration de


l'un d'entre eux ou de plusieurs à la fois laisse supposer la présence d'une anomalie dans le
réseau électrique.

Qualité du courant

La qualité du courant se caractérise de la même manière que pour les tensions par quatre
paramètres : amplitude, fréquence, forme d’onde et symétrie.

Le terme « qualité du courant » est rarement utilisé, car la qualité du courant est
étroitement lié à la qualité de la tension et la nature des charges. Pour cette raison, « la qualité
de l’énergie électrique » est souvent réduite à « la qualité de la tension ». C’est l’hypothèse
que nous ferons dans la suite de ce document, où le terme de « qualité de l’énergie »
s’applique uniquement à celle de la tension.

Qualité de l’énergie électrique 2


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

Mesures de la QEE

La mesure de QEE consiste habituellement à caractériser les perturbations


électromagnétiques conduites basse fréquence (gamme élargie pour les surtensions
transitoires et la transmission de signaux sur réseau) :

 creux de tension et coupures,


 surtensions,
 surtensions transitoires,
 fluctuations de la tension ( flicker ) ,

 variations de la fréquence,

 déséquilibres du système triphasé,

 harmoniques et interharmoniques.

Ces perturbations peuvent être groupées en quatre catégories selon qu’elles affectent :

1) l’amplitude : creux de tension, coupures, surtensions,


2) la forme d’onde : harmoniques, transitoires,
3) la fréquence : variations,
4) la symétrie du système triphasé : déséquilibre.

Ces perturbations dégradent la qualité de l’énergie électrique. Mais, elles n’engendrent des
phénomènes indésirables que si leur niveau dépasse une certaine limite.

Les creux de tension sont la cause la plus fréquente de problèmes de qualité d’énergie. Ils
représentent les perturbations électriques les plus pénalisantes du fait de leur fréquence et de
la sensibilité de nombre d’appareillages présents dans les réseaux industriels.

Il convient donc de souligner que la qualité de l’énergie électrique dépend non seulement
du fournisseur mais également de l’utilisateur final :

 Le distributeur d’énergie électrique, doit livrer un produit de qualité, c’est-à-dire une


tension à 50 Hz, sinusoïdale, triphasée équilibrée sous une valeur nominale.

 L’utilisateur doit savoir consommer, c’est–à –dire, ces équipements ne doivent pas
apporter des perturbations sur le réseau susceptibles de gêner les autres utilisateurs.

Qualité de l’énergie électrique 3


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

La vérification de la qualité de la fourniture électrique passe par l’utilisation d’outils


performants permettant la vérification de tous les paramètres décrits précédemment (par
exemple : l’emploi des analyseurs de réseaux triphasés permettant l’analyse complète des
paramètres de qualité réseaux, un diagnostic et une évaluation des problèmes observés sur le
réseau ).

Pour améliorer la qualité de l’énergie électrique, il est indispensable de comprendre


l’origine des perturbations et d’en apprécier les risques.

Critères de la qualité de l’énergie électrique


L’expression « Qualité de l’Energie Electrique » peut être traduite par l’équation suivante :

QEE = Continuité + Qualité de la Tension.

On ne peut évidemment parler de « qualité de la tension » que lorsque la tension est présente.

Les critères de qualité de l’énergie sont directement issus de l’observation des


perturbations électromagnétiques des réseaux électriques. Ces perturbations peuvent se
propager, par conduction le long des fils et câbles, ou par rayonnement sous forme d’ondes
électromagnétiques.

La notion de qualité de l’énergie électrique est attachée au niveau de satisfaction de


l’utilisateur. Les performances de ses équipements sont directement liées à la qualité de la
tension d’alimentation. Par exemple, une variation de 10 % de l’amplitude de la tension se
traduira par une perte de couple de 19 % pour une machine asynchrone.

Les effets des perturbations

D’une façon générale, quelle que soit la perturbation, les effets peuvent être classés de
deux façons différentes :

1) Effets instantanés : manœuvres intempestives de contacteurs ou d’organes de


protection, mauvais fonctionnement ou arrêt d’une machine.
L’impact financier de la perturbation est alors directement chiffrable.
2) Effets différés : pertes énergétiques, vieillissement accéléré du matériel dû aux
échauffements et aux efforts électrodynamiques supplémentaires engendrés par les
perturbations.
L’impact financier est plus difficilement quantifiable.

Une présentation des perturbations électriques les plus courantes dans le domaine
électrotechnique basse tension est donnée par les deux tableaux suivant :

Qualité de l’énergie électrique 4


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

Perturbations Causes possibles Effets

 Courts-circuits dans le réseau ,


 Démarrage de moteurs de forte Variations de couple,
puissance , éventuellement arrêts machine
Creux de tension  Couplage de charges importantes
( chauffages électriques, fours
électriques, etc. ) .

Variation de la tension  fours à arc, appareils de soudure, Variations de l’éclairage


variations de charge importantes. (scintillements)

 Coups de foudre directs ou


indirects
 Manœuvres d'appareils de
commande
 Coupure de courants de court- Détérioration d’appareillages
Surtensions circuit par des appareils de électroniques, arrêts machine
protection ;
 couplage de dispositifs de
compensation d’énergie réactive
sans réactance

Tableau 1 : les perturbations électriques les plus courantes.

Qualité de l’énergie électrique 5


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

Perturbation Générateurs d’harmoniques Victimes


(sources)

 Dispositifs électroniques de  Moteurs électriques,


puissance :
 Transformateurs,
 Démarreur progressif,
 convertisseur de fréquence,
 Câbles,
 variateur de vitesse,
 Electronique de
 hacheur,
puissance,
Harmoniques  onduleur,
 Dispositifs de
 Alimentation à découpage.
mesure et régulation,
 Four à arc,
 Four à induction,
 Condensateurs.
 Tubes fluorescents,
 Circuit magnétiques saturés :
(transformateur, self),
 Appareils électroménagers tels
que radio, télévision, ordinateur

Tableau 2 : Les générateurs d’harmoniques les plus fréquents

Toutes ces sources d’harmoniques se comportent comme des charges non linéaires. Les
harmoniques peuvent provoquer des effets néfastes sur les installations et les équipements
électriques. Le tableau suivant donne certains exemples de ces effets.

Qualité de l’énergie électrique 6


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

Victimes Effets

 Couples mécaniques pulsatoires, dus aux champs


tournants harmoniques, donneront des vibrations
Moteurs électriques
dans les machines tournantes. Ils peuvent
entraîner une destruction du matériel.

 Pertes supplémentaires dans leurs stators ( cuivre


et fer ) .

 Vibrations et bruit acoustiques.

Transformateurs  Pertes supplémentaires dues à l’effets de peau


(augmentation de la résistance du cuivre avec la
fréquence), à l’hystérésis et aux courants de
Foucault.

 Apparition de phénomène de saturation.

 Les pertes des câbles traversés par des courants


harmoniques sont majorées, entraînant une
élévation de température. Parmi les causes de
pertes supplémentaires, nous pouvons citer :
Câbles - l’élévation de la résistance apparente de l’ame
avec la fréquence,
- l’élévation des pertes diélectriques dans isolent
avec la fréquence.

Electronique de puissance  Trouble de commutation, de synchronisation

Dispositifs de mesure et de régulation  Erreur de mesure, mouvais fonctionnement

 Echauffement, altération.
Condensateurs
 Risque de résonance amont (inductance réseau),
suite à la circulation de certains harmoniques.

Tableau 3 : Effets néfastes provoqués par les harmoniques-réseau


Qualité de l’énergie électrique 7
Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

Solutions pour améliorer la QEE

L’objectif de l’amélioration de la QEE est l’élimination ou la minimisation des


perturbations agissant sur les charges. Il est donc nécessaire d’identifier la nature des
perturbations, leurs caractéristiques et leur origine, pour ensuite pouvoir proposer différentes
méthodes d’amélioration. Il n’y a pas une solution standard pour tous les problèmes de
fourniture et il faut choisir les mieux adaptées pour chaque application, en prenant en compte
certains critères techniques et économiques. En général, il y a deux types de stratégies
possibles d’amélioration de la QEE :

 Stratégies de prévention des perturbations.


 Stratégies de minimisation des effets des perturbations sur la charge.

CREUX DE TENSION ET COUPURES

Définition
Un creux de tension est une chute brutale de l’amplitude de la tension (fig. 1.1 ). Il est
caractérisé par :

U
∆t

 sa profondeur (∆U),
∆U
 sa durée (∆t). t

Figure 1.1 : Creux de tension

La norme IEEE 1159 fixe la diminution de la tension à une valeur située entre 10% et 90%
de la tension nominale suivie d’un rétablissement de la tension. Par contre la norme EN50160
fixe la diminution de la tension à une valeur située entre 1% et 90 % de la tension nominale.
Volontairement, nous considérons la norme IEEE 1159 car, d’habitude l’amplitude de la
tension doit être maintenue dans un intervalle de ± 10% autour de la valeur nominale.

Origine

Les creux de tension et les coupures brèves sont principalement causés par des
phénomènes conduisant à des courants élevés qui provoquent à travers les impédances des
éléments du réseau une chute de tension.
Les creux de tension et les coupures brèves sont causés principalement par des
perturbations dues à l’exploitation des réseaux et aux défauts sur ces réseaux. Les principales

Qualité de l’énergie électrique 8


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

sources de creux de tension et de coupures brèves sont les courts-circuits et le démarrage de


machines de forte puissance.

Un court-circuit a comme effet une augmentation très importante du courant dans la ligne
où il se produit (fig. 1.2 ), et la chute de tension aux bornes de l’impédance entre la source et
le point de raccordement ( ZS ) fait que la tension vue par d’autres utilisateurs raccordés au
même point de raccordement (A) a diminué fig. 1.3 ).
D

E ZS

A

Autres charges

Figure 1.2 : Surintensité provoquée par un court-circuit

Le courant de démarrage des moteurs de forte puissance (asynchrones essentiellement)


peut atteindre atteint 5 à 6 fois le courant nominal. Après cette phase transitoire, il diminue
jusqu’à arriver au courant nominal lorsque la machine se rapproche de sa vitesse nominale.
Cette surintensité produit une chute de tension transitoire (fig. 1.4) qui décroît
progressivement au fur et à mesure que le courant diminue. Ces creux durent normalement
entre quelques secondes et quelques dizaines de secondes, en fonction de la constante
mécanique de la machine.

U
U
Un
Un

t t

Figure 1.3 : Creux de tension provoqué par Figure 1.4. Creux de tension provoqué par le
un court-circuit démarrage
d’un moteur de forte puissance

Effets des creux de tension sur les charges

Les creux de tension et les coupures perturbent de nombreux appareils raccordés au réseau.
Un creux de tension ou une coupure peut se traduire par des conséquences néfastes. Parmi les
effets néfastes des creux de tension sur les principaux éléments constitutifs d’une installation
industrielle, on peut citer :

Qualité de l’énergie électrique 9


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

1) Moteur asynchrone

Lors d’un creux de tension, le couple d’un moteur asynchrone (proportionnel au carré de la
tension) diminue brutalement et provoque un ralentissement. Ce ralentissement est fonction
de l’amplitude et de la durée du creux, de l’inertie des masses tournantes et de la
caractéristique couple-vitesse de la charge entraînée. Si le couple que le moteur développe
devient inférieur au couple résistant, le moteur décroche.

2) Moteur synchrone

Les effets sont à peu près identiques au cas des moteurs asynchrones. Les moteurs
synchrones peuvent cependant supporter des creux de tension plus importants (de l’ordre de
50 %) sans décrocher, du fait de leur inertie généralement plus importante, et de la
proportionnalité de leur couple avec la tension.

3) Contacteurs

Ces appareils, alimentés en courant alternatif, s’ouvrent lorsque leur circuit de commande
est soumis à des creux de tension dont l’amplitude atteint environ 30% de la tension assignée.
Les récepteurs commandés par ces contacteurs ne sont alors plus alimentés lors du retour de
la tension.

4) Variateurs de vitesse

Les variateurs de vitesse se mettent généralement en défaut pour une chute de tension
supérieure à 15 %.

5) Eclairage
Les creux de tension provoquent un vieillissement prématuré des lampes à incandescence
et des tubes fluorescents.

Protection contre les creux de tension et les coupures


Dans le cas des courts-circuits, il est impossible de les éliminer complètement, mais on
peut essayer de réduire leur nombre, leur profondeur et leur durée au maximum.
En ce qui concerne les perturbations provoquées par les courants absorbés par les charges
de fortes puissances lors de leur mise sous tension, on peut essayer d’éviter l’injection de ces
courants perturbateurs dans le réseau en modifiant les caractéristiques du courant absorbé ou
en compensant la composante perturbatrice de ce courant.

Parfois, il n’est pas possible ou trop onéreux d’éviter la génération et l’injection dans le
réseau des grandeurs perturbatrices (courants et tensions). Une solution plus intéressante
s’impose, il s’agit de la « désensibilisation » contre les creux de tension et les coupures.
Le principe général de désensibilisation contre les creux de tension et les coupures est de
compenser le manque d’énergie par un dispositif à réserve d’énergie intercalé entre le réseau
et l’installation. Cette réserve doit avoir une autonomie supérieure à la durée du creux de
tension dont on veut se protéger. Ce qui permet d’augmenter le niveau d’immunité de la
charge (éviter que les perturbations réseau arrivent jusqu’à la charge).

Qualité de l’énergie électrique 10


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

PERTURBATIONS HARMONIQUES

Introduction
Le distributeur d’énergie électrique, doit fournir un produit de qualité, c’est-à- dire une
tension sinusoïdale (fig. 2.1).Mais les tensions (ondes) observées, de façon permanente ou
temporaire, sur les réseaux ne sont jamais parfaitement sinusoïdales (fig. 2.2, 2.3, 2.4).

U
U

t t

Figure 2.1 : Tension de qualité Fig. 2.2 : tension délivrée par un alternateur
« bon marché »
U
U

t
t

Figure 2.3 : Tension de sortie d’un Figure 2.4 : Tension au niveau d’un jeux de
gradateur barres alimentant un redresseur

La correction de la forme d'onde ( la forme d’onde doit être la plus proche possible d’une
sinusoïde ) est rendue nécessaire si la déformation dépasse certaines limites, souvent atteintes
dans les réseaux possédant des sources de perturbations harmoniques tels que : fours à arc,
convertisseurs statiques de puissance, ou encore certains types d'éclairage, etc.

Dans une installation électrique, la dégradation de la qualité du courant (fig. 2.5 ; 2.6)
conduit à la dégradation de la qualité de la tension. En effet, certains récepteurs (charges
déformantes ) consomment des courants non sinusoïdaux ( courants riches en harmoniques ),
même s’ils sont alimentés par une tension sinusoïdale. Par l’intermédiaire de l’impédance de
court-circuit du réseau, les courants harmoniques déforment la tension de celui-ci.

Qualité de l’énergie électrique 11


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

I
I

t t

Figure 2.5 : Courant absorbée par un Figure 2.6 : Courant absorbé par une
transformateur saturé alimentation à découpage

Les déformations du courant et de la tension peuvent perturber le fonctionnement normal


d’autres équipements électriques. C’est pourquoi, les distributeurs d’énergie ayant la
contrainte de fournir une tension sinusoïdale, doivent prendre en charge l’atténuation des
perturbations harmoniques. Cependant, des réglementations internationales imposent aux
consommateurs des limites aux harmoniques, engendrées par leurs systèmes, tant en courant
qu’en tension.

Grandeurs harmoniques
Considérons pour commencer un variateur de vitesse (fig.2.7 ) et observons le courant
absorbé par l’une de ses phases (fig.2.8 ) :

+
C

Figure 2.7 : Schéma simplifié d’un variateur (partie puissance)

Qualité de l’énergie électrique 12


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

Nous constatons que le courant relevé est périodique, mais il n’est pas sinusoïdal. La
distorsion de ce courant, cache derrière elle un certain nombre d’harmoniques appelés souvent
« harmoniques-réseau ». Ces harmoniques ( fig. 2.9) sont des composantes sinusoïdales de
l’onde de courant. Chaque composante possède une fréquence multiple de celle de la
composante fondamentale (Sinusoïde de fréquence égale à la fréquence industrielle c’est à
dire la fréquence de la tension fournie par le réseau ).

L1 L2 L3

Variateur
de vitesse

I(t)

MAS
t

Figure 2.8 :Courant absorbé par un variateur de vitesse

f = 50 Hz f = 50 Hz
I(t) I1(t)

t t

Allure du courant absorbé


I3(t) f = 150 Hz
t

I5(t) f = 250 Hz
t

Figure 2.9 : Décomposition du courant absorbé par une phase du variateur

Qualité de l’énergie électrique 13


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

La décomposition du courant I(t) montre que les courants harmoniques (I3, I5, … )
viennent s'additionner à la composante fondamentale pour donner au courant sa forme non
sinusoïdale. Les courants harmoniques dégradent donc la qualité du courant. Ils ne
transportent aucune puissance active. Cette puissance est transportée uniquement par la
composante fondamentale du courant. Par contre les courants harmoniques provoquent un
échauffement supplémentaire de la ligne, causée par les pertes dues à l’effet Joule.

Propagation des courants harmoniques.

Les courants harmoniques circulent à travers les impédances du réseau ( fig .2.11 ) et
gênèrent une chute de tension dans l’impédance-réseau (ZS ). Cette chute de tension se traduit
pour les autres utilisateurs par une distorsion de la tension VA (elle n’est plus
sinusoïdale).Cette tension est riche en composantes harmoniques. Ces tensions harmoniques
peuvent perturber le fonctionnement des autres utilisateurs raccordés à la même source.
L’impédance de la source aux différentes fréquences harmoniques a donc un rôle fondamental
dans la sévérité de la distorsion en tension. A remarquer que si l’impédance de la source est
faible (Puissance de court-circuit élevée) la distorsion en tension est faible.
Générateur
d’harmoniques

ZS

A
VA = E – ZSI
E
AUTRES
CHARGES
VA

Figure 2.11: dégradation de la qualité de la tension du réseau


par la présence d’une charge déformante.

Appareils générateurs d'harmoniques (sources de pollution harmonique)

Parmi les principaux générateurs d’harmoniques, on peut citer :

 Dans l’industrie :

Qualité de l’énergie électrique 14


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

 Les dispositifs électroniques de puissance ( variateurs de vitesse, redresseurs,


onduleurs, hacheurs, alimentations à découpage, gradateurs, démarreurs électroniques,
… ),
 Les systèmes possédant les inductances à noyau de fer en régime saturé,
 Les fours à arc.

 Usages domestiques :

 Lampes basse consommation dite à économie d’énergie,


 Tubes fluorescents,
 Tous les appareils électroménager comportant une alimentation à découpage (
téléviseur, ordinateur, magnétoscope, … ).

La figure 2.12 donne l’allure du courant absorbé par quelques générateurs d’harmoniques
et son spectre.

Variateur de vitesse %

t
t
h

%
Redresseur/chargeur

tt
h

%
Charge informatique %

t h

%
Eclairage fluorescent

t h

Figure 2.12 : Caractéristiques de quelques charges déformantes

Qualité de l’énergie électrique 15


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

Dans les installations où le conducteur neutre est distribué, les charges non-linéaires
peuvent entraîner dans ce conducteur des surcharges importantes, puisque les harmoniques
de rang 3K s’ajoutent et reviennent à la source par le conducteur neutre, d’où une attention
particulière à porter à la détermination de la section du conducteur neutre qui, véhiculant
la somme des courants d’harmoniques 3 des trois phases(fig.2.13) , risque un
échauffement important.

L1
L2
L3
N
IN
I1 I2 I3

Figure 2.13 : récepteurs monophasés uniformément répartis


sur réseau triphasé équilibré
La NFC 15100 permet lorsque le conducteur de neutre est peu chargé de choisir une section
moitié de celle des conducteurs de phase. Elle ne peut être appliquée que si les matériels
électriques ne produisent aucun harmonique ou des harmoniques de valeur réduite.
D’après cette norme, lorsque les appareils alimentés produisent des courants harmoniques
importants, la section du conducteur neutre ne doit pas être inférieure à celle des conducteurs
de phase, même si les puissances des appareils alimentés sont également réparties sur les
différentes phases.

Principales perturbations provoquées par les courants et tensions harmoniques


 Effets instantanés ( ou à court terme ) :

 Des vibrations et des bruits acoustiques, surtout dans les appareils


électromagnétiques (transformateurs, inductances) ,
 Des couples mécaniques pulsatoires qui donnent des vibrations dans les machines
tournantes,
 Perturbation des dispositifs de régulation,
 Perturbations induites sur les lignes à courants faibles (télécommunication, chaîne
hifi, écran d’ordinateur, téléviseur …),
 Perte de précision des appareils de mesure : par exemple un compteur d’énergie à
induction classe 2 donnera une erreur supplémentaire de 0,3 % en présence d’un
taux de 5 % d’harmonique 5 en courant et en la tension.
 Déclenchements intempestifs des protections,
 Destruction par surcharge thermique de condensateurs,
 Diminution du facteur de puissance : Cette diminution est due à la puissance
déformante engendrée par la présence d’harmoniques, ce qui donne un surcoût de la
facture d’électricité.

Qualité de l’énergie électrique 16


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

 Effets à long terme

 Echauffement et vieillissement des condensateurs : l'impédance du condensateur


diminuant avec la fréquence, les courants harmoniques de rang élevé circuleront
plus facilement. Ce qui provoque sa surcharge et donc son échauffement.
 Echauffement dû aux pertes supplémentaires des machines et des transformateurs :
 pertes supplémentaires dans les machines : Echauffement dû aux pertes
supplémentaires engendrées par augmentation des pertes cuivre et fer au stator et
surtout au rotor due aux différences importantes de vitesse entre les champs
tournants harmoniques et le rotor.
 pertes supplémentaires des transformateurs dues à l’effet de peau (augmentation
de la résistance du cuivre avec la fréquence et donc augmentation de l’effet
Joule), à l’augmentation de l’hystérésis et des courants de Foucaut.
 Echauffement des câbles : Les pertes des câbles traversés par des courants
harmoniques sont majorées, d’où une élévation de température.
 Surcharge et échauffement supplémentaire du conducteur de neutre : Ils sont la
conséquence de la présence de courants d’harmoniques 3 et multiples de 3 présents
dans les conducteurs de phases qui s’ajoutent dans le neutre et reviennent à la
source.

Pour éviter les conséquences néfastes causées par la pollution harmonique, nous devons
limiter la distorsion en respectant les limites acceptables, les recommandations et les normes.

D’après la norme EN 50160, « le taux global de distorsion harmonique de la tension


fournie (y compris tous les harmoniques jusqu’au rang 40) ne doit pas dépasser 8 % » : Au-
delà d’un taux de distorsion harmonique de tension de 8 % les dysfonctionnements sont
probables. Entre 5 et 8 %, les dysfonctionnements sont possibles. Par exemple, pour
l’électronique sensible le taux de distorsion en tension ne doit pas dépasser 5% .
Concernant le taux globale de distorsion en courant, on peut citer les limites acceptables
suivantes :
- machines asynchrones : distorsion en courant statorique admissible = 1,5 à 3,5 % ;
- machines synchrones : distorsion en courant statorique admissible = 1,3 à 1,4 % ;
-condensateurs de puissance : distorsion en courant = 83 % ce qui donne une
surcharge de 30 % (1,3 I nominale) la surcharge en tension pouvant atteindre 10 % ;

Protection contre les perturbations harmoniques.


Deux solutions sont envisageables :

 stratégie préventive des perturbations

Elle consiste à utiliser des convertisseurs statiques peu /ou non polluants
(redresseurs dodécaphasés, redresseur à prélèvement sinusoïdal).

 stratégies de minimisation des effets des perturbations.

Cette solution utilise des composants passifs (inductances, condensateurs,


transformateurs) et /ou joue sur le schéma de l’installation :

Qualité de l’énergie électrique 17


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

 Augmenter la puissance de court-circuit de l’installation,


 Agir sur la structure de l'installation,
 Abaisser l’impédance harmonique de la source,
 Réduire les courants harmoniques des charges déformantes,
 Confiner des harmoniques,
 Protéger les condensateurs,
 Filtrer les harmoniques :

 Le filtrage passif
Il s'agit d’insérer en amont d’une charge polluante un circuit comportant des
composants passifs (inductance, condensateur, résistance). Ce Circuit est accordé sur
la fréquence de l’harmonique à rejeter, et se comporte donc comme un court-circuit
pour l’harmonique considéré. Deux filtres passifs sont fréquemment utiliser : le shunt
résonant, et le filtre amorti d’ordre deux.

 Le filtrage actif

Le but des filtres actif est d’engendrer soit des courants, soit des tensions
harmoniques de manière à ce que le courant et la tension soient rendus sinusoïdaux. Le
filtre actif est connecté en série ou en parallèle suivant qu’il est conçu respectivement
pour compenser les tensions ou les courants harmoniques.

 Le filtrage hybride
Les filtres hybrides cumulent les avantages des filtrages passif et actif.

Le tableau suivant donne une étude comparative des filtrages passif, actif et hybride.

Qualité de l’énergie électrique 18


Journée sur l’utilisation optimale de l’énergie électrique

Filtre Principe Caractéristiques


Dérivation par un circuit LC accordé sur  Pas de limites en courant
chaque fréquence harmonique à éliminer. harmonique.
 Compensation d’énergie
Charge
non
réactive assurée.
linéaire  Elimination d’un ou plusieurs rangs
harmoniques (habituellement
5, 7, 11).
Passif Filtre  Risque d’amplification des
passif harmoniques en cas de
modification du réseau.
 Filtre « réseau » (global).

Génération d’un courant annulant tous les  Solution bien adaptée au


harmoniques créés par la charge polluantes. filtrage « machine » (local)
 Filtrage sur une large bande
de fréquence.
 Auto-adaptatif :
Charge
modification du réseau sans
polluante
Actif influence,
s’adapte à toutes variations
de charge et de spectre
harmonique,
Filtre actif
Cumule les avantages des solutions filtrage  Couvre un large domaine de
passif et actif . puissance et de performances :
Filtrage sur une large bande de
fréquences.
Compensation d’énergie
réactive.
Hybri Grande capacité de filtrage
de en courant.
Filtre actif Bonne solution technico-
Filtre hybride
Filtre passif économique pour un
filtrage « réseau ».

Principes et caractéristiques du filtrage passif, actif, hybride.

Qualité de l’énergie électrique 19

Vous aimerez peut-être aussi