Vous êtes sur la page 1sur 90
NEXUS BP 24) (ae a le Nag eae eat Uy cd AU SECC Rares pas Ja catastrophe ? me llicolem Selmer: ig Un preity ‘trés suspect Peet i ee CE ice eke nin WAT Murat lol cy Peery Pn ic Bt wu © Feb a: 05-53-03-45-0 eb RET ies E ass Cad eOHE Sto Racers [O07 ofecreun oe pusicarion = fe “bed ernery L ‘SECRETARIAT: ABONINEMENTS = t f } } lore Wale SECRETARAT DE REDACTION : ‘Sylvie Gojard| InrooRAr a usteanions ‘Gerara musuet ‘Sommervite Patricia Mengendre “TRAOUCTIONS # tans Dufour ‘Christie ince Gurene Bezhaves Genarine narrouat Rénacrion Korma one ‘eanhot OES wace've couverruRe 5 ‘eara masiet weRwuR Imprimerie Contrate. enboure eerlgd emda a estion : goberions-nous aussi aisément la réalité des crises limatique, politique, financiére, sociale... dont nous abreuvent en permanence les ‘médias, entretenant culpabilité et stress, sis ne se fondaient sur un terreau ccalturel enrichi depuis des lustres par les grandes religions du Livre ? Notre histoire ne trouve-t-elle donc aucune alternative & notre nature pécheresse ? Eh bien si! Les écrits gnostiques et apocryphes découverts au XX" sidcle doment une tout autre lecture des racines de notre identité, révélant des interventions exotiques &humanlté & rapprocher des nombreux points obscurs entourant le phénoméne ovni. Le dossier de ce numéro constitue ainsi une explaration nouvelle de la nature méme des chatnes psychologiques qul nous maintiennent prisonniers de notre condition, et que nous continuons de renforcer complaisamment par paresse et par ignorance, Mleux encore, i agit ici de comprendre comment ces entraves peuvent devenir les portes d’accés privilégiées a notre libert. ‘Ainsi, pour paraphraser un ufologue américain célebre: « La meilleure preuve de Yexistence ume intelligence extraterrestre, cest qu’elle ne nous ait pas contactés >, respectant notre liberté 2 expérimenter les impasses sur lesquelles nous ppourrons établir notre souveraineté, ou profitant de notre godt pour la cécité ‘Nous ne pouvons nous empécher, en attendant, de vous livrer le détail de quelques unes des farces ‘macabres auxquelles nous sommes, ou serons confrontés, avec par exemple un article de Daniel Fstulin quia réussi&collecter le contenu des discussions tenues discrétement par a fine fleur de nos dirigeants politiques et économiques lors de la derniére réunion de la trés secréte société des Bilderbergers. Comme le pressentent les physiciens de pointe, la dimension spatio- temporelle serait bien lune des clés d'accds aux échanges interstellares, ainsi qu’en témoigne Henry Deacon, ex-collaborateur de « black programs », qui nous livre une nouvelle compréhension de la natute futuriste de certains visiteurs de Vespace. ‘Autre limite une divulgation totale de la réalité de ces visites, la remise en cause de nos dépendances dans le domaine de la production @’énergie, ainsi que edépeint le directeur du « Disclosure Project », Steven Greer. Alors que, par millies, les antennes-relais de téléphonie et de Wifi envahissent notre environnement, nous vous livrons une étude fouillée des méfaits évidents de ces champs électromagnétiques sur les processus biologiaues de lhumain, cen particulier le systdme hormonal, annongant Pimminence d'un scandale sanitaire dépassant celui de 'amiante. A lire absolument pour éviter de gros problémes de santé & vos proche. Un autre article interessant la santé vous affranchira de la réalité trds| programmée, en tant gu’arme biologique, d'un mycoplasme a lorigine de nombreuses nowvelles affections comme le VI, le syndrome de la guerre du Golfe ou a fibromyalgie. Diffcile de garder les yeux ouverts sur des réalités aussi désagrécbles ? Pas si 'on considére, contrairement au godt sirupeux de la soupe médiatique qui nous est servie, que c'est en affrontant ce qui apparatt difficile que l'on avance et que l'on grandit. Alors bonne croissance, bonne lecture... et & la prochaine. = a David Dennery NEXUS ne53 novembra-décemore 2007 al SOMMAIRE 4 BOPP 2 REGARD SUR LE MONDE Tibet Pos de séincarmation sons outorsation sme : Le Paniagone e's Foreign Office victimes Espace : Io Sol don “8, Caganisoion de la Mal Santé Scandale Vingt ons aps... enor do Lockable ier bien losiges Santé: 'Agence envronnementale exopéenne dénonce les dangers du Wi 10 _ EVANGILE DE.JUDAS LYHERITAGE GNOSTIQUE AU SECOURS DE L’HUMANITE 14 - LES GNOSTIQUES A LIVRE OUVERT Evangile de Judas, codex de Nog Hammadi, manuscrits do la mor Morte... que racontent ces textes miraculeusement prewes experimentation nimle DOSSIER rescapés das aulodatés de IEglise pour éire aujourd'hui ALL objet de tont de passions et de pelémiques. IAF Une aventure archéologique aux enjeux pro Erm 20 - JOHN LASH : « LA GNOSE EST UN CHEMIN a VERS LILLUMINATION > oa Américain vivent entre Bruxelles et Andclovsi, John Lash < est mythologue et exes fout lo monde a accueil foxte gnostique i lance un por Vines de tecinologies oliénigines, coniscaton de la ation ‘extraterresttes humains, tout doit ére rendu public mointenant pour échonge la dante a offi un oven cux gSnrations fates. 63 - HENRY DEACON : « LES VISITEURS DE ROSWELL \VENAIENT RECTIFIER NOTRE AVENIR » Dans le code du Project Comelot destin 6 informer lo public «ur los relations exopoliiques entie note Terre ot cules plongies, Bill Ryan et Kerry Cassidy ont 86 en contac! avec un Inystorieux informateur, Henry Deacon. Sous ce psovdonyme, ce « physicien de Livermore », qui préiond avoir #8 tres impliqué dans toutes ces questions lots de longues années possbes ov sein d'agences de renseignement américaines, @ line entre 2006 st 2007 de nombreux détails sur les « blocks programs + ¢ leus technologies, les voyages spaliotempovels te, Depuis mors 2007, homme « mysiétiousement romp joule communication. Ryan et Cossidy proposent ici une ion de les entretiens avec Wi compile nexus Be novyambre-decemore- 2007, $054 pes satin: 94 eS UE : | 10/7 SOMMAIRES ANCIENS NUMEROS Wo GEOPOLITIQUE 70 WIFI, MOBILES. Mame 3 fobricans et gouvernemants pesison! 8 inintser Vimpact des technologies sons fil sur notre sanié, les pathologies, les chifres ot les études sont fa pour dénoncer UN SCANDALE SANITAIRE EN VUE le contrare: le royonnement électiomognétique des raléphones porlobles, ontenresvelais ef ovttes apparels 18s hormonaux, nos échonges infercelilates et méme notre ADN vio des processus oujourdhul claitement identifies slectriques bouleversent nos 5 82 - LES DESSOUS DES FIEAUX DU SIECLE (2° PARTIE) UN MYCOPLASME TRES SUSPECT Dune notre pécédent numéro, nous explarions hypolhase selon laquelle Ie VIH aurait 61@ ciéé en laborotoie ofin lenrayer la surpopulation mondiale. Fort les circonslances mystérieuses de leur ‘cppatiion et leur impasse *hérapeutique Gauies affections inexpliquées comme le syndrome de la quatre du Golfo et lo Fibromyalgie viennent layer cote cffroyable théorie, Dons ce seénorio ett por le complexe miiteroindusriel, un certain mycopiasme extiémemeni dangerous, manipulé en laberatoire, vent le premier ie. DE BON DE COMM REGARD SUR LE MONDE PAS DE REINCARNATION SANS AUTORISATION — Jans une démarche qui_parattrait ‘comique si elle n’était pas si grave, le Parti communiste chinols (PCC) ‘a adopté le 1" septembre dernier de nouvel les ragles destinges a « exercer un contréle absolu» sur le bouddhisme au Tibet. Ces directives stipulent que «les lamas n’ont plus le Grolt dese réincarner sans avoir regu Vautorisa- tion préalable des autorités communistes »! Une telle permission semble difficile& cbtenir a Vavance de la part d'un officiel. Ce que signifie réellement cette loi c'est que la reconnaissai publique d'une incarnation particuliére ne peut ésormais venir que du Parti communiste LePCC souhaite évidemment nommer des gens de son bord & tous les postes-clés du boud dhisme tibstain, comme Il a tenté de le faire avec lactuel Panchen Lama, enlevé Il y a douze ans (8 age de six ans) et dont on ria plus entendu parler depuis. LeParticommuniste adéjdannoncéquitl choisirat le nouveau Dalai Lama & T'in- térieur du Tibet. Toutefois, Sa Sainteté a indiqué & de nombreuses occasions que sa prochaine réincarmation se ferait hors ‘du Tibet, dans un pays libre, & moins qu'une résolution acceptable concernant la question du Tibet n’alt été adoptée, Sewer: Thal TERRORISME zs LE PENTAGONE ET LE FOREIGN OFFICE VICTIMES DE CYBERPIRATES CHINOIS es pirates chinois supposés ap- partenir 8 I’Armée de libération populaire se livrent & des atta- féroce Jamals lancée contre ie ministdre de la Défense des Etats ques contre les réseaux informatiques Unis. Des responsa- des ministeres britanniques. bles ont confirmé selon des représentants de Whitehall, quune «intrusion avait 616 détectée > dans le systeme de messagerie électroni- aque utilisé par le r seau desservant le bu- eau de Robert Gates, de la Défense, Selon les pirates sen sont pris au réseau du Foreign Office et autres ministéres-clés. Un incident survenu Yan dernier, qui avait mis hors service une partie des systdmes informatiques de la Chambre Communes, sest avéré étre Voeuvre d'un groupe organisé de pirates chinois. Les responsables de la sécurité et de la défense restent évasifS quant aux dé- tails de ces attagues, lls reconnaissent nnéanmoins que plusieurs ministeres de Whitehall ont été victimes de cyberguer- riers chinois. Un expert a indiqué qu’ slagissait« d'une menace permanente » Ces informations ont été révélées apres Vattaque par V'armée chinoise d'un ré- seauinformatiquemilitaireduPentagone en juin dernier. Selon le Financial Time, des responsables américains ont confié quill Sagissatt dela cyberattaque la plus des responsables américains, lenquéte avait établi la responsabilité de Armée de libération populaire Les ftats-Unis ont donné comme nom de code Tian Rain au nombre croissant d'at- taques chinoises, tout particuliérement dirigées contre le Pentagone, mais aussi contre d'autres ministéres américains, au cours de ces dernires années. Angela Merkel, la chancelidre allemande, aurait soulevé la question des attaques chinoises contre les ordinateurs de son gouvernement lors d'une visite & Pékin Alex Neill, spécialiste de la Chine et chef de TAsia Security Programme au Royal United Services Institute (RUS), 2 in- digué que ces cyberattaques chinoises duraient depuis au moins quatre ans. 11 4 décrit I'attaque contre le Pentagone comme « Ia plus flagrante et la plus im- pudente & ce jour » ira fe eu ad fon wi hin tea que MAN: ATTENTAT DE LOCKERBIE : LES PREUVES ETAIENT BIEN FALSIFIEES VINGT ANS APRES... es preuves-clés utilisées par lalssant penser qu'ly aurait eu erreur V'autorisation en 1998 et sest rendu & les procureurs pour impliquer _judiciire ‘Dumfries pour voir ces fameuses preu- Ja Libye dans Vattentat de homme d'affaires zurichois Edwin ves. « On ma montré des fragments Lockerbie sont probablement des Boller, qui a passé prés de vingt ans & dune carte de circuit imprimé mar- faux. tenter deblanchir le nom de son entre- ron qui correspondait & notre proto- Pris de vingt ans aprés Texplosion prise, attend Tappel avec autant d’im- type, Mas lorsque nous fabriqulons le du-vol 103 de la Pan Am au-dessus de patience que Megrahi. Mobo, lentre- MST-13, les retardateurs comportalent écasse le 21 décembre 1988, des alé- prise de Bollier désormais en falite, a des cartes vertes Je savals que ceux ven gations de complot politique interns-fabriqué leretardateur quia permisaux —dusdlatibyeavalent des cartes ertes.Je tional et de travail d'investigation bécléprocureurs d'impliquer la Libye aprés Tai ditaux enquézeurs. » sont portées contre le gouvernement en avoir soi-disant découvert des frag- En 2001, Bollier a passé cing jours & la britannique, leFBIet la police cosseise, ments sur une collin écossaise. barre des témoins lors duu procts de Fin aot, en effet, un des témoins cru- Aujourd’hui agé de 70 ans, Bollier, ad- Lockerbie & Camp Zeist aux Pays-Bas. ciaux,lingénieursulsse UlrichLumpert, met avoir trait avec la Libye : « Deux. «Jtais témoin a décharge, mais le pro- aurait avoué avoir menti sur Torigine ans avant Lockerbie, nous avons vendu c&s était si désireux de prouver Vim d'un « retardateur » capital (preuve qui vingt retardateurs MST-13 & armée plication de Ja Libye que l'on n'a teow a aidé a « coincer » "homme accusé de _libyenne, Les agents du FBI et les en- aucun compte de mes déclarations. Une Vattentat). qu@teurs écossais ont affirmé que l'un photo des fragments a 66 présentée au ancien agent libyen Abdel Basset Ali de ces retardateurs avait servi déclen- tribunal et ai demande & revoir les pit- al-Megrahi purge actuellement sa peine cher l2 bombe. On nous a montré une ces, Lorsqu’on me lesa apportées, elles a la prison de Greenock, mats courant photo assez floue et ai confirmé que étaient pratiquement carbonisées, Elles septembre, la cour dappel écossaise les fragments avaient air de provenir avaient été falsifiées depuis que je es devrait entendre Vaffaire Megrahi, de un de nos retardateurs », avais vues Dumnfies. » aprés que la Scottish Criminal Cases Toutefois, Boller qui était pas See: Te C Review Commission a décrété en juin convainca par cette photo a demandé & quill existait suffisamment d’éléments voir les fragments, Ila fini par obtenir L' AGENCE ENVIRONNEMENTALE EUROPEENNE DENONCE LES DANGERS DU WI Forganisme de controle au sommet del'Europe lance sures gouvernements et les organismes de santé publique pour tun appel pour une action immédiate pour rét quills prennent des mesures de précaution pour prévenir les exposition au rayonnement du Wifi, des télepho- rayonnements électromagnétiques de s'étendre rapidement nes mobiles et de leurs pylénes. jouvelles technologies. Le gouvernement allemand AI suggére qulun délat pourrait condutre & une crise sani- entrain de conseiler ses ctoyens dutiliser les con- taire similaize 8 celles causées par Vamiante, la cigarette nections Internet avec cable au lieu du Wifi et es lignes té- et le plomb dans lessence. Lavertissement, de Agence léphoniques plut8t que les tséphones mobiles Environnementale Européenne (EEA) fait suite & une revue La revue (telectuce) scientifique, produite par le scientifique internationale qui conclut que les limites de sé- International Bio Initiative Working Group (Groupe inter- curitéfixées pour le rayonnement sont « des milliers de fois national de travail Bio Initiative) composé de scientifiques trop indulgentes », et un rapport officiel britannique de la de premier plan et dexperts indique que « Vexpostion semaine derniére qui conclut qu‘elles ne sauraient éviter le 8 de nouvelles sourees a eréé des nivemux sans précé- risque de développement de cancers venant de Vutilisa- dent de champs électromagnétiques artificiels qui tion de téléphone portables. couvrent toutes les zones de Fespace habitable sur Le professeur Jacqueline McGlade, la directrice ad- ‘Terre, causant une exposition cumulative et & ministrative d'EEA, a déclaré le 16 septembre: « long terme & des rayonnements massifs et ac- La recherche récente et les revues de la littéra- crus qui sont sans précédent dans "histoire ture (relectures) sur les effets & long terme humaine », Elle ajoute : « On a besoin de des rayonnements venant des télécommu- corriger la facon dont nous acceptons nications du mobile suggérent quiil serait les tests et le déploiementes tech prudent pour les autorités de la santé de logies de facon a prévenie les prot recommander des actions pour réduire les res de santé de nature globale » ‘expositions, spécialement envers les groupes vulnérables,tels que les enfants» Linitiative d"EEA va augmenter la pression . novembro-dacembre 2007 . REGARD SUR LE MONDE Rae: VERYCHIP, VERY CANCERIGENES agence Associated Press vient de publier un ar- ticle révélant que des implants de puces élec- troniques avaient provoqué un cancer chez des animaux de laboratoire, Selon les conclusionsd'une série articlesderecherches'éta- Jantsur plus dedix ans les sourist les rats auxquelson aim- plantédestranspondeursRFTD souscapsulede verreontdéve- loppé des cancers mor‘els fulgurants dans 10 % des cas. Selon les chercheurs, les tumeurs sont d'abord apparues autour des puces avant de s’étendre tout autour du dispositi es publications apportent de Peau au moulin du docteur Katherine Albrecht, experte en protection de la vle privée et fervente détractrice de la fameuse puce VeriChip [puce ‘identification qui s'insére sous la peau). Fondatrice d'une association de protection des consommateurs contre ces technologies, CASPIAN (Consumers Against Supermarket Privacy invasion and Numbering), Katherine Albrecht a pris conscience du lien puce-cancer lors de larédaction, avec Liz Melntyre, de son livre Spychips. Contactées par un homme dont le chien était mort dune tumeur provoquée pat une puce électronique, Albrecht et Mcintyre ont alors décou- vert des études médicales montrant un lien de cause & effet centre des implants de puces électroniques et le cancer chez auites animaux. Jusqu’s ce quielles les portent 2 Ia con- de VAssociated Pres, ces études étaient quasiment passées inapersues investigation menée par TAP quatre mois durant a mis au Jour d'autres documents, dent plusieurs avaient dé) ‘liés avant que la société mere de VeriChip, Applied Digital PUCES RFID Solutions, ne demande & la FDA Fautorisation de commercia- liser cet implant pour I'homme. La VeriChip a regu en 2004 Vaval de la FDA, alors présidée par le secrétaire dEtat & la Santé et aux Affaires sociales Tommy Thompson, quia plus tard rejoint le conseild’administration de entreprise. En vertu de la politique de la FDA, cest VeriChip qui aurait alti porter ces études a attention de la FDA, mais le PDG de VeriChip, Scott Silverman, affirme que la société n’était pas auicourant de ces recherches, Albrecit doute qu'une société telle que VeriChip, dont I'ac- tivité principale est limplant de puces électroniques, at pu Jgnorer existence de ces études : « Que monsieur Silverman mat pas 66 au courant est un signe de négligence. Sil sa- vait quelque chose, Il avait certainement de bonnes raisons de garder le silence, explique-telle. Sila FDA avait eu con- nalssance du lien avee le cancer, elle n'aurait probablement jamais autorisé son produit. » Tepuis quelle a cbtenu l'aval de la FDA, VeriChip s'est atta- quée aux personnes atveintes de diabéte ou de démence et a récemment annoncé avoir implanté la puce & quatre-vingt- dix malades ¢’ Alzheimer et leurs soignants, en Floride, Des fonctionnaires mexicains, des salariés dune socité de sécu- nig américaine et des adeptes de certains night-clubs euro- pens ont également recu l'implant. Albrecht incite les personnes implantées a se faire retirer la puce le plus vite possible, « Ces nouvelles révélations chan- gent tout, affirme-telle. Pourquoi prendre le risque d'avoir lune puce cancérigéne dans le bras? » Souee Kabanne Albee, S/Ches ce, 7 splnbre 007. ESPACE a es scientifiques de la mission Ulysse ont prou- vé que des sons générés au plus profond du Soleil faisaient trembler et vibrer la Terre au diapason. David Thomson et Louis Lanzerotti, scientifiques par- ticipant a lexpérience HISCALE a bord de la sonde Ulysse, et leurs colldgues Frank Vernon, Marc Lessard et Lindsay Smith se sont apercus que le champ magnétique de la Terre, 'atmosphére et les systemes terrestres participaient tous Aacette symphonie cosmique. Ils appor- ‘ent la preuve que la Terre bouge au rytiime du Solel et démontrent qu'il existe dans divers systimes terres: tres des sons isolés distincts, probable- ment générés par des ondes de pres- sion et de gravité dansle Solel. Grice 3 des tech rigues statistiques A Phoniecommigue LE SOLEIL FAIT DANSER LA TERRE ! ultrasophistiquées, thomson etsescollégues ont retrouvé ces sons isolés émis par le Soleil dans des données sismiques ict sur a Terre, Ils ont également constaté que le champ magné- tique de la Terre et latmosphire, et méme certaines tensions induites sur des cables océaniques, participaient & cette oer a eae cep ns pa es entendre, méme avec un grand effort d'atten- Uta ques ety aprbecepotr Toreillchumaine eng 9 real detonite dota 5 000 microti (mtn crofiertz correspond une v bration toutes les 278 heures). Cest eds dguciitapesen Geos dea plus basse note audible par homme. Pee romance i ieee acre alc ments (le la au dessus du do médian sur tn plano) correspond #40 hertz ah ae Source Boe a sande Liye, ovambrecdscembre 2007 SCANDALE a ne agence de I'ONU fait la pluie et le beau temps sur notre plandte en matiére de recommandations médicales ~ elle en publie environ deux cents par an. Or depuis trois semaines, TOMS (Orga- nisation mondiale de la santé) subi le plus grand séisme de son existence, ‘On Jui reproche un manque total de trans- parence ures preuves scientifiques étayant Ses recommandations et une collusion avec Jes multinationals industrielles. Bref, [OMS aurait trompé le monde en- tier pour des motifs bassement financiers. Vattague a été lancée par un article paru dans The Lancet, ne des revues scientifiques _médicales les plus prestigieuses, Trois cher- cheurs ont décortiqué le travail de lagence depuis tne vingtaine d’années et relevé des ‘erreurs graves. Par exemple, TOMS a soute- ru récemment les nouveaux médicaments contre Taypertension, beaucoup plus chers que les anciens, mals sans bénéfice prouvé pour la santé, Dans cette affaire comme dans bien autres, l'industrie pharmaceutique aurait és diserdvement graissé la patte des fonctionnaires de VMs. Apris article, une lettre ouverte émanant d'une chercheuse quia passé dix-sept ans AI'OMS, Alison Katz, est tombée sur le bureau de la nouvelle di- rectrice de l'agence, la Chinoise Margaret Chan. La lettre parle franchement de « cor- ruption, népotisme, violation des statuts et BIOTECHNOLOGIE ~~ HeongJeongduNational Institute of Agricultural Biotechnology de Suwon, fen Corée du Sud, et ses collegues affirment avoir identifie dans le riz deux génes réagissant aux ondes sonores, Selon eux, le promoteur de l'un de ces gines sensiblas au son pourrait méme &tre attaché a d/autres genes pour les rendre réactifs& leur tour. Ces découveries font suite L’OMS, ORGANISATION DE LA MAL-SANTE inefficacté du contrble interne » et conclut ‘que « IMS est devenue une victime de la mondialisation néo-libérale >. Flle rappelle au passage qu‘tme gréve du personnel de Tow, la premitre de son histoire, avait eu Hieu en 2005, sue par sept cent employés horripilés. ta direction avait réagi par des sonetions disiplinales. ‘Un parfum de scandale entoure aussi la dé- mission précipitée de Michael Repacholi, im chercheur qui a drigé pendant dix ans Ja commission de TOMS chargée de I'l tromagnétisme. Les normes adoptées par TOMS sur le tslphone portable et ses an- tennes-elais sont aujourd’hul taxées de ««surréalistes» par la plupaet des experts indgpendants. « Autant interdire aux voi~ tures de rouler & plus de mille klométres/ hheure |» persifle lun dentre eux, le pro- fesseur Pierre Le Ruz, consultant du Conseil européen. Depuis le aépart de Repacholi les langues se délient ot Yon sat a présent auil touchait personnellement 150000 dollars par an allous par Tindustrie du portable. On apprend aussi que toutes les recommandations de (f YOMS concernant la pol- lution électrique, notam- ment les lignes & haute tension, ont 6 relues et corvigées par des repré- sentants de Lindustrie, sans aucune parti pation des scientifiques, lors de réunions ‘non annoncées sur le site Internet de TOMS et dont laccds était interdit aux chercheurs ‘eta la presse, Tout cela est évidemment con- ‘rare a charte de !0MS et pourrait donner liewa un proces fagon « sang contaminé » Face aux critiques, les responsables de agence se défendent mollement, évoquant lemanquede temps et de moyens, Et ils pro- rmettent de faire mieux la prochaine fois. Mais ca urge. Comme Iécrit le rédacteur en chef de The Lancet dans son éditorial «Si les pays n'ont plus conflance dansla compéten- ce technique de 'OMS, alors son existence _méme doit étre remise en question », ip. / cpt arog fag! ‘ronuliore/nolunesossoidace des plants de riz au | bruit ot en sur- veillant leur ni- veau diactivité | génique. tisniont constaté des differences, ce- © pendant, quien diffusant des sons a des fréquences bien spécifiques. Lactivité ie. 2 toute une série dallégations jusque-13 non fondées scientifi- des gines rbes et ALD augmentait a 128 et 250 hertz et le {quement selon lesquelles les plantes réagiraient au son. Si les diminuait & 50 hertz, Sachant que ces deux gines réagissaient . chercheurs disent vrai, leur découverte pourrait permettre ala lumiére,les hercheurs ont répété lexpérience dans le noir ut aux agriculteurs d'activer et de désactiver certains génes de et constaté que les deux génes réagissalent bel et bien au son. ; cultures, comme ceux de la floraison, en diffusant des ondes _« Ces résultats suggtrent que le son pourrait étre une alterna- = sonores dans les champs. Une solution sGement plus économi- tive Ala lumiére en terme de régulation génique », expliquent v que et écologique que les techniques d'activation chimique des les chercheurs dans la revue Molecular Breeding. nes déja proposées. Su Pl Senin Les chercheurs ont découvert les gines sensibles aux sons en s0a0! NEXUS 1°53 REGARD SUR LE MONDE ARES NON LETALES ALERTE CONTRE LA MILITARISATION DE LA MEDECINE a British Medical Association (BMA) vient de publier un nouveau rapport sur la pharmacolo- gie tactique (« Les médicaments utilisés comme armes»), la troisiéme de ses publications a dénoncer la militarisation de la médecine et les nouvelles for- ‘mes de guerre qu'elle pourrait engender, Ge prosldme dure depuls au moins quarante ans, mais ls re cherches se sont acclérés aprés le 1 Septembre, Suite aux at tentats davantage de ressources ont ét mises disposition en sme 'tudie les technologies nécesaires pour mener des con- flts« asyméeriques » dans lesquels ais et ennemis peuvent ‘tre confondts Dans un méme temps, les avancées perpétuelles des neuroscien- ces ouvrent de nouvelles perspectives. Les molécules peuvent césormais ere recombinées pour cibler des processus de bioré- ulation, y compris des fonctions neurologiques et des proces- sus cariovasulaies, Par le passé, ¢éait un processus experi mental laborieux; aujourdhui, on peut I'informatiser de fagon A pouvoir rapidement identifier les agents biactifs les pus pro- metteurs et leurs propriété, Personne ne songerait priver l'industrie médicale et pharma- ceutigue de els mayens, mais celasoulbve a crainte de vor des biomécanismes utilis des finsderépresson,detortureou de terreur, Nous pourrions également voir des troupes entrer en action avee une combatvité accrue et une meilleure résistance ‘lapeur,aladouleur et ala fatigue grice um bon petit cocktall chimique. maginer que la pharmacologie militaire puisse sup- primer e sentiment de culpabilitéou le stress post traumatigue ne relive pas de la science-fiction. Latentation économique est forte: les blessures psychologiqnes sont cing fois plus nombret- ses que lesblessures physiques chez les soldats en guerre, Le rapport dela British Medical Association signale que malgré lesinterdictions ur les armes biclogiques et chimiques, les go- vyemements « sintéressent de prés a la possibilitédutliser les médicaments comme armes ».Cela Sexplique en partie par lt recherche d’armes non Ital. En 1998, une commission parlementaire européenne aréclamé interdiction totale de tous es travaux de recherche et dévelop- = & comme armes, c'est s‘engager sur une pente militarisée. NExUS n°53 ‘pement « cherchant &appliquer la connaissance des processus chimiques dlectriques, sonores ou autres du cerveau hummain & L'élaboration darmes susceptibles de permettre une manipula tion de re humain » Mais denuise 11 Septembre, lesagences de sécurité nationale sont moins tenues de rendre des comptes. Pour laBMA, usage militaire de médicaments souleve de gros- ses questions éthiques parce que « Vagent permettant de neu- tyaliser quelqulun sans risquer de le tuer nexiste pas et est pas, pris de voir le jour » Le rapport de Vassociation prévient aussi aque la recherche militaire risque d'abaisser les normes médica les dexpérimentation des médicaments sur homme. (ue se passeraitil siun pays décrétait que les armes pharma- ceutiques ne nécessitent pas dessas cliniques ? Utiliser des Et si une commission d’éthique médicale déct- i dait de es ester sur ls vieux, les malades ou les Ped icaMentS oa dee aieca taco existants “un pays ol 'argent et le pouvoir politique valent plus quel'éthique? Sides armes biochimiques dangereuses étaient reégultrementutlisées pour desopérationsantt- terrorists ouant|-insurectionnellsilfaudait sattendre voir apparatre des variantes capar glissante bles dimmobiliser quelqulun ou de provoquer eraritel ‘une douleur. ses (on congoft également des armes permettant la biologie de délivrer des médicaments sur des cibles : se- ringues &trajectoie stabllsée, obus de mortier pour disperser des agents chimiques, istolets de paint-ball medifis, plombs microencapsulés brant un agent lorsque lion marche dessus et véhicules sans pilote 1a BMA souligne juste le risque de fraglistion des normes juridiques internationales qui protégent lumanlté de Vemn- poisonnement et de la dissémination délibérée d'une maladie (normes mises en place au terme de plusieurs décennies de négociations} Utiliser des médicaments existants comme armes, Cest sen- gager sur une pente glissante menant & la biologie militar: sée. Celle! pourrait aller jusgu’a une manipulation inten- tionnelle des émotions, des souvenirs, de la réponse imme nitaire voire de la fertlité (a pourrait croire que toutes les armes chimiques et biolo- slques sont interdites par les conventions internationales. Malheureusement, la Convention sur les armes chimiques accorde une dérogation pour l'application de la Iégislation nationale, y compris le maintien de ordre. La convention ne permet pas l'usage d’agents anti-émeutes pour la guer~ re. Néanmoins, le terme « maintien de ordre » n'a pas été Aéfinl, et le rBle des agents incapacitants comme armes anti-terroristes a ouvert une importante brdche, Les res- ponsables charges du controle des armes se rassembleront A ta Haye Van prochain pour réexaminer la convention. Diet Ti tls feraient bien de tenir compte des mises en garde delaBMa. snatanal Ma bons 29-908! 2007, LES ain’ pula- gros pas dica- anti- drat PREVENTION HA" LA TOXICOGENOMIQUE, UNE ALTERNATIVE A EXPERIMENTATION ANIMALE n dossier demandant d’inclure la to» cogénomique parmi les tests requ préalablement & la mise sur le marché de toute substance chimique vient d'étre de- posé auprés du CEVMA’ et de 'OCDE?, deux organisations jouant un réle majeur dans la définition de ces tests. Le dossier, élaboré par Antidote Europe, a été transmis, selon la procédure réglementaire, cesta-dire via tn coordinateur national du programme de lignes directrices pour les tests de toxicologie de TOCDE, dépendant de Agence de protection de la santé de cet organisme. Cette procédure est rarisstie, & tel point que le coordinateur national a da prendre des renseignements avant de se charger du dossier! Cette méconnaissance des procédures par les autorités elles-mémes pourrait-lle expliquer pourquoi il faut si longtemps avant qu'une avancée scientifique ne soit intégrée aux lois censées protégernotre santé? Mise au point au début des années 90, la toxicogéno- rmigue est une méthode qui permet d'évaluer la toxi- cité dune substance chimique en mesurant les varia- tons de expression de certains genes au sein de cel- lules lnmaines cultivées en présence dela substance, La connaissance du réle des genes afectés permet de comprende quel type de toxicité pourra présenter la substance (cancérogénicté, neurotoxicté,toxicité our la reproduction, etc) et par quels mézanismes rmoldculaires. Le test d'une substance par la toxico- _génomique est bien plus rapide et moins cher que les tests actuellement employés, basés sur l'expérimienta- tion animale, gualfiés de « mauvaise science » par le directeur du CEVMA, le professeur Thomas Hartung. Cette méthode moderne figure au premier rang de cel Nexus 953 BRN novembre-decembre 2007 Les que le Conseil national de la recherche (NRC) améri- cain propose pour remplacer les tests sur des animaux dana tan nant rao lott: «La tonesogle XI sade une vslonet une strate Test rs urgent dintégrer les méthodes de toiclo- gie modemnes aux réglementations tlles que REACH* Gul, apres stor Lent plus de 10000 substances Soap at ‘Catte fre Bao, se méthode est jeuit den éraluer le Véritablement text. encore tude as iL quelle ven donne les scientifique, mnoyens, ce qui west pas contrairement eas avec les tess ac- tellement oxigés. Il est aux tests fet bit weet ae sur animaux, le rinr des minis car elle évalue Feurctosigues, strlite, les substances , nous apprend Bart D, Ehrman dans le Christianisme mis sens dessus dessous : PEvan- gile de judas, un autre vision (Flammarion, Natio- ‘nal Geographic, 2006). D'autres évangiles appa- rurent, quion prétendit également rédigés par des apétres, I se livra ume énorme compéti- tion entre tous ces évangiles prétendument ré- digés par des « témoins directs » et disciples du Christ ou par des compagnons de ces apétres. En réalité, chacun de ces évangiles représen- tait une tendance au sein de tous ces groupes préchrétiens et gnostiques. Tous ces évangiles ont été révérés par un groupe ou un autre et avec le temps, il en est appar de plus en plus, Finalement, le groupe ayant recueilli le plus d'adeptes et pris les mesures politiques les plus cfficaces et les plus radicales l'emporta sur tous les autres. « Ce fut le groupe auquel appartenaient Irénée et d'autres figures familidres aux spécia- listes du christianisme des (et It siécle, comme Justin le Martyre ou Tertullien. Ce groupe devint orthodoxe, et, une fois scellée sa victoire sur tous les adversaires, il réécrivit histoire de Ten- gagement, prétendant quielle avait toujours été saaniaiiliiiiaines = novembre deere 2007 om mt pes les et lus. lus us ous ent cia me nt en- ae Yopinion majoritaire dans Te christianisme, que ses vues avaient toujours été celles des églises apos- toliques et des apétres et que ses credo étaient cenracinés dans les ensei- gnements de Jésus. La preuve en étalt que Ma- thieu, Mare, Litc et Jean racontatent tous Phistoire ‘comune les proto-orthodoxes s'étafent accoutumés, _Alfentendre » (Bart D.Ehrman, Le Chrstianisae mis sens dessus dessots..). Des textes miraculés ‘Tous les autres évangiles gnostiques ou chrétiens hérétiques furent détruits a instar des groupes qui les vénéraient lors de violentes campagnes dlépuration religieuse. Ou bien, ils tomberent dans Voubli et non repris par les Copistes, les ori- -ginaux furent réduits en poussigre avec le temps. (cE vangile de edesteterunrouble carilconfere ov personnage personnifiant la traitrise et la corruption | [des concepis qui ont si bien servi "Egle dans ses campognes d'ontisémitisme}, un autre réle et une autre ‘auto. Mieux encore : Judas incarne ici le disciple peéléré du Christ qui lui prédit: « Voil, je tai révélé les ‘Mysidres du Roycume... Tu deviendras le treiziéme et tu se10s moult par les aunes générations — et tu régneras, sur elles » (LEvangile de Judas, scéne 3) Dens les évangiles canoniques, le réle de Judas est clair : plus les évangiles sont tardifs, plus Judes inearne le réle du trate. Le remord le ronge, mais son sort final varie d'un évangile & Veuire, du suicide é une mort dauloureuse et quasi surnaturelle. Dans LEvangile de Jean, Judes est diabolisé av point ob Iron ne distingue plus la figure de Judas de celle ds Jits qui seraient responsables de la mort de Jésus. Judas o trahi pour Vargent et le pouvoir, deux concepis qui seront associés plus tard & Fimage du jit porfide, du ¢ péri juif » do la droite extréme Nous tombons également dons lo racine « rligiouse » do Vontisémitisme 0} le peuple) julfa incarné aux yeux do tfglise le peuple déieida, , i wee de aes, re seoerbrencecembre 2007 = Tous les autres évangiles gnosti- ques ou chrétiens hérétiques furent détruits 4 linstar des les vénéraient lors campagnes d’épuration religieuse. Judas et la racine de I’antisémitisme feau reman dele cninacros uy [ODOT Uhistoire et la chance ont permis de récupérer quel- ques-uns de ces évangiles hérétigues comme Tin- croyable recueil de tex- tes récupérés & Nag Ham- madi ou encore le codex de Tchacos. Si ces découvertes archéologiques nfavaient pas été faites, nous ne saurions rien de ces 6vangiles. Ft rien ou pas grand-chose des con- cepts qui étaient enseignés a l'époque du Christ par ces groupes dissidents. Nous r’aurions pas mis la main sur Lvangile de Philippe, sur les deux versions différentes de 1’Bvangile de Thomas (frére de Jésus) ou sur vangile de Marie-Madeleine. Et bien entendu, sur PEvangite de Judas qui fait par- tie du codex Tchaces. Nous ne saurions rien on plus de Texistence d'un enseignement alternatif du Christ qui n'a rien & voir avec le martyre et la résurrection. roupes qui le violentes les tweurs du fis de Dieu. Dans ce cas précis, lo symbolique véhiculée par le personnage de Judas seri les desseins de I'église catholique qui poursuivait divers buts, entre autre chose, éter toute connotation juive ou christionisme, gommer toute inspiration judetque. Grace ev personage de Judas, Jésus devient le fis ressuscité de Dieu, défenseur des valeurs chrétiennes de 'Occident et des peuples européens par opposition au judetsme sémitique. Ventisémitieme y «trouvé sa legitimitéreligieuse puis politique. Calul qui embrasse le chrstinisme fait partie du peuple élu, de coux qui seront sauvés par opposition au peuple ju qul est un peuple d'imposteurs apatrides etcriminels. C'est la résultot d’une compétition messianique dans le cadre d'une idéologie du slut Un point fondamental LEvangile de Judas ne roconte pas I'6pisode de la crucifixion t de la résurrection. Il se clot sur le moment o¥ Judos livre Jésus aux Romains aprés que le Christ ait everti de le dificlté de sa téche, du sacrifice et de importance de so mission. Cette fin obrupte peut signifier une chose selon certains exégétes : pour les gnostiques, lo crucifixion ‘tla résurreciion ne sont pos importantes. ésus doit mourir dons son corps de chair pour que son exprit se libére et vive John Lash : « La gmose est un chemin icain vivant entre Bruxelles et lAndalousie, John Lash est mythologue et exégéte de tex: ites gnostiques. Alors que tout le monde a accueilli L’Evangile de Judas comme un texte gnostique, il lance un véritable pavé dans la mare en affir- mant le contraire. Il s‘explique. Nexus: En quoi L'Evangile de Judas est-il vraiment intéressant ? John Lash : Ce texte est intéressant dans la me- sure oli est absurd. Il s'agit dabsurdités dans les croyances chrétiennes, Particuligrement, la croyan- ce selon laquelle la crucifixion de Jésus était néces- saire pour l'avénement d'un plan divin pour sauver Vhumanité. N:: Done, ce texte nest pas gnostique ? J.Lo: Absolument, ce nest pas un texte gnostique. Mais il contient des themes gnostiques explicites comme les concepts darchontes, de pléréme, de connaissance secréte, Mais ces conceptions sont em- >ployées pour délivrer un message conventionnel de sauvetage de 'humanité, un message de type « sal- vationniste » si fon peut employer ce néologisme tiré de Vanglas, N : Pourtant, dans ce texte, Judas n'endosse pas le role habituel du traitre tel que le dessinent les évangiles du Nouveau Testament, les textes ‘canoniques ? J. Les Oui, il ny a pas didée de trahison. Il est ccomplice avec le Christ Cela peut étre une idée tres choquante mais derridre cette idée que Judas étalt comple, ily a une grande question : complice de quot ? Quelle était la mission du christ pour les chrétiens ? cet évangile de Judas n'est pas du tout tun texte gnostique parce qué les gnostiques étaient contre Tidée de la résurrection, de la rédemption, du rachat des péchés etc, Done, ce n'est pas possible que Judas ait aidé le Christ & accornplir cette mission sacrifcielle. Car cest de cela dont il stagit :une mis- sion sacrificiele 'N : Mais tout le monde pense que c'est un texte gnostique! J. Le: Non, cestume erreur. ly a des gens qui vou- draient faire croire que certains textes sont gmost- = NEXUS nos3 novembre-decembre 2007 ques parce que cela correspond & leurs croyances est tout. Fondamentalement, lEvangile de judas ng peut éire gnostique parce quill endosse une missi secréte de sauvetage de humanité par un messi plutét quiun message parlant de l'existence du chemin pour se libérer, un chemin ouvert & tous. N:Sice mest pas un texte gnostique, quest ce q: explique toute la publicité autour de ce texte ? J.Let ily ade plus en phis de gens parmi es chi fiens et les non chrétiens qui estiment que cett@ notion de sacrifice divin est absurde, inacceptabl que cela na rien & voir avec la Vie. Avec ce role d Judas, on a une autre fayon de voir cette histoire certes, mais en fin de compte et malheureusement on aboutit& a méme histoire. N: Dans /Evangile de Judas, ily a un passage oi illest question d’dlus, d'une génération dont « les Ames montent vers les royaumes supérieurs. et d'une génération souillée, d’étres hum: dépourvus d'ame a Finstar des archontes. i semble que ce type de notion soit absent de textes gnostiques sethiens, ceux que vous const dérez. comme dauthentiques textes gnostiques. J.L.+ Cette notion vient des Zaddikims ou Zadokital (zélotes). chez les gnostiques sethiens, il n'y a pasd notion f'éhus, mals plutdt d'élites plus évolges da Je connaissance. N : Est-ce que tout le monde a acces a cet J. La: Oui, tout le monde. La piste de I'évolution d la conscience humaine est ouverte & tous chez. I sgnostiques. N : Quel est le vrai message présent dans Ie textes gnostiques? J.L.:llm'ya pas vraiment un « message du Christ dans les textes gnostiques de l'école de Set ) Or, des ee _ ites ede lans ctte nde les ist» seth vers illumination » (Nair: selon la référence biblique le troisiéme enfant d'adam et Eve qui est le « fils de consolation » aprés qu’Abel fut assassiné par Catia) - celle que jinterpréte - parce quil n'y a pas, selon les Sethiens, de Messie et sil n'y a pas de Messie, i nly a pas de message. Par contre, ily a une mise en garde, un avertissement contre la conception du « Salut » et de Ja rédemption. Selon les gnostiques, i svagit & de concepts malsains qui impliquent Vidée d’um péché originel dont homme devrait, étre saurvé, ce qui est absurde. Pour les gnostiques, ce qui est important, c'est Péducation de étre humai celle de Vintelligence divine en nous. 1 faut faire évoluer cette intelligence divine en nous, Et puis, dans certains textes de Nag Hammadi comme le second traité de Seth, ily a un avertissement trés trés aigu contre la notion de higrarchie patriar- cale, contre cette croyance, cette idéologie qui caractérise organisation du pouvoir et des religions judéo-chrétiennes, Diese seipent ToC ev.J-&., Muse de Chossos, Ce N:: Vous étes done un spécialiste des textes gnostiques « sethiens ». Quiest ce que cela signi fie? Existe-til d'autres écoles gnostiques que celles de Seth ? J. Lit Les textes gnostiques de Nag Hammadi contiennent un matériel qui refléte plus d'une douzaine d'écoles gnostiques différentes. Ces écrits sont divers, contradictoires et souvent incohé- rents, Certains textes comme Apocryphe de Jacques (NHL 1.2) ne sont absolument pas gnostiques. we revere decembre 2007 évolutionde lintel- (Wea, ligence humaine, le « Nols >, cesti-dire I'tin- a Ke 2 Interview les exégbies ont apposé des labels sur les codex composant le ma- tériel textuel découvert & Nag Hammadi: séthien, ophite, va- lentinien, marcion, chrétien. Mais un texte comportant des éléments distinets de la tradition ophite comme par exemple LEvangile. de Philippe (NHL 13) peut également pré- senter dautres caractéristiques. Aucun de ces labels n’est en réalité vraiment consistant, Les textes de Nag Hammadi (NHL) contiennent également des éléments trés critiques & lencontre du. Judaisme et du christianisme mais les exé- agetes ont préfére les ignorer pour la sau- vveyarde de leur rectitude théologique. Je compare le fait de travailler avec les crits gnostiques coptes & la construc- tion d’un jeu composé de piéces de Lego, Avec la méme pile de pices, vous pouver construire un oiseau, un pont, Fy um guerrier ou une fusée. J'ai choisi les éléments de divers textes qui sont en concordance avec un schéma «sethien » ou « ophien-sethien » {ndir: les Ophites ou Ophiens sont lune secte gnostique apparue en Syrie et en Egypte vers 'an 100 de notre ére, Elles accordaient une grande importance 3 la sym- bolique du serpent dans la Genése et établissaient un lien entre la grose et 'arbre de la connaissance du bien et du mal. Contrastant avec interprétation chrétienne faisant du serpent un Satan, les Ophites -voyaient dans cet animal un héros apportant lacon- nalssance 4 homme et une figure relige au divin et non au diable), Les Ophites vénéraient la figure symbolique du serpent, ce qui revient & dire qu'ls = EE étaient adeptes du yoga de le Kundalini, Les ca- ractéristiques ophites dans le NAL ressemblent att bouddhisme tantrique. Le titre de « Fils de seth » @tait assumé par les gnostiques peéchrétiens. La cache dans laguelle se trouvaient les manuscrits de NHL a été découverte dans un lieu conna par les anciens sous le nom de « Sheniset » ou « acacia de seth >. Dans la Bible, Seth est le fils d'Adam et Eve (Genése. 4:25 ; 5:3) et on I'ignore totalement. Pour moi, lécole ophite/sethienne est la racine héréditaire de la gnose, Ses caractéristiques sont : Ja pratique de lillumination comparable 4 la con- ception bouddhiste, des rites mystiques sexuels, le yoga de la Kundalini, la tradition de Tinstruction sacrée par le biais d'un Intié, un étre touché par la lumitre intérieure, un étre qui dénonce le faux diew eréateur, qui révéle la nature de « erreur » humat- ne et lintrusion extraterrestre par les archontes, I ‘ya également 'astronomie et Ie langagedes étoiles, lacosmologie du pléréme (Vorlentation vers le cen- tre dea galaxie) et au-dessus de tout cela, le mythe de la chute de la déesse Sophia, Ni Les textes gnostiques « sethiens » contien- nent une mise en garde contre les mouvements, ‘qui deviendront le christianisme moderne et notamment contre Ie « messianisme ». Quels sont ses dangers? J.L.+ Le point de vue sethien n’est pas seulement préchrétien, mais radicalement anti-chrétien. Je veux dire que les gnostiques de la tradition se- thienne sont opposés a Idéologie d'un Sauveur de Vhumanité, nient Vexistence d’um « Dieu le Pere » ainsi que la dépendance & un squveur surhumain. Le Second Traité du Grand Seth (VIt,2) est le texte sethien le plus lucide, le plus solide et le plus co- hérent, Ce texte est une attaque violente contre le judaisme et le christianisme. I ridiculise Adam, ‘Abraham et Moise il insiste sur le fait que les adep- tes de « ladoctrine d'un homme mort » ne peuvent connaitre lalumiére et ne peuvent ménme pas avoir connaissance de leur humanité, Ce texte nie Pexis- tence de la résurrection physique dans le cas spé- cial de Jésus, comme d'ailleurs dans tous les autres cas, Mais dans le méme temps, il nous indique que nous pouvons maitriser la mort avant de mouris, Dans la religion conventionnelle, Jésus-Christ est tune icéne de la foi messianique. ily a eu de nom- bbreux messies tout au long de Mhistoire, mais Jésus 1a été imposé par la force brute, Vitimidation psy- chologique, le lavage de cerveau, Un messie est unt personnage qui vient pour sauver "hutmanité mais la gnose est un chemin vers Illumination, et non vers le sauvetage de Phumanité, La gnose rejette Tidée selon laquelle Dieu a un plan pour nous sau- ver ou que nous devons suivre ses lois de Fagon & Nexus nes3 overore-dacembre 2007 tre récompensés maintenant et aprés notre mort. Les gnostiques ne sont pas contre amour fra- temel ou tous les autres principes éthiques duu christianisme, mais je dois souligner que les « ver- tus chrétiennes » nie sont pas des monopoles de cette foi, Les valeurs humanistes que revendique le christianisme appartiennent a Mhumanité et pas seulement aux chrétiens. Les grostiques étafent des humanistes palens quis oppesaient au christia~ nisme sur le terrain métaphysique et non éthique. En tant que paiens, ils rjetaient la croyance selon Jaquelle la souffrance a une valeur de rédemption. Cette opposition s'applique a la souffrance umai- ne en général et tout spécialement & la souffrance un messie divin ou sauveur. Les gnostiques sont contre ce complexe du messie dans ces quatre com- pposants : un dieu créateur masculin, un plan pour fe peuple élu, un messie envoyé par Dieu le Pere et apocalypse ou encore ce que Y'on peut appeler le ddeame de la récompense divine. Uensemble de ces quatre éléments forment une pathologie reigieuse efnon une vraie religion, Les gnostiques s’opposent au messianisme parce qu'il éoigne lhumanité de son vrai potentiel pour la mener vers un scénario cauchemardesque de rétribution divine, méme s'il hous est promis amour et la palx sur la Terre ! Le danger du messianisme réside dans le fait que nous attendons de Dieu ce que nous pouvons seulement faire nous-méme. N : De plus, vous étes le seul exégite & ma con- naissance a donner une interprétation « pafen- ‘ne », quasi chamanique des textes gnostiques du Nag Hammadi et vous rejetez de facon totale et sans hésitation les interprétations chrétiennes des évangiles et textes gnostiques. Vous n'étes absolument pas daccord avec le mouvement de penseurs qui voudrait eréer une sorte de « now- vyeau christianisme > avec les textes gnostiques. Pourquoi rejetez-vous ces interprétations cheé- tiennes qui tentent de faire des textes du Nag: Hammadi de nouveaux évangiles chrétiens? J. Lt Lorsque jai commence a écrite sur les gnos- tiques en 1997, aprés un grand nombre d'années de recherches et de réflexion, il pouvait sembler étrange de considérer les gnostiques comme des chamanes. En peine dix ans, cette vision a changé parce que notre compréhension du chamanisme! s'est élargie. Pour T'ethnie des Evenks de Sibétie, le terme « chamane » signifie « celui qui sat », ce qui signifie la méme chose que le terme « griostikos », Les chamanes voyagent dans des royaumes sur- naturels et acquirent des pouvoirs occultes, tout comme les « Telestal » (« ceux qui sont attirés vers tun but, les initis »), sorciers gnostiques de I'école des Mystéres. vin des mysiras SEbisis por Demet: «la Tene Me» ou slo Mare dela Tere» Dense = Ferhone [Care remain! es grains © ear qui rensrate ule 8 Prune Felet Elsi, ves 420 a4. -C Muste aonel orcheslogaue dahines Iie Pour moi, ce message est clair : la Terre est vivante et animée par une sagesse divine. Le paganisme est la reconnaissance de ce fait. Je désigne par « vision sophianique » le concept d’épanouissement gnostique du paganisme. Dans mon livre Not in His Image, festime que les ‘gostiques étaient Pépanouissement final de la re- ligion patenne dans l'Ancien Monde, Cela remonte Pere paléolithique. « Paten » signifi ittéralement habitant des campagnes. Cela imptique quils sont pproches de la nature et quils vénérent les puissan- ces de la Terre. Dans la religion paierme, 'étre su- préme est féminin :il sagit de la Déesse ou Magna Mater, soit la Grande Mere. Je relie la Grande Mére Gaia. Je décris ici "aspect pré-patriarcal du paga- nisme bien entenda, La période qui a suivia été do- ‘minge par des dieux guerviers masculins.J'ai essayé de restaurer le gnosticisme tel qu'il se présentait & ses origines, avec ses racines palennes, Je montre que les gnostiques de I’ére chrétienne représentent. laderniére génération de chamanes ayant pratiqué e des des techniques de yoga, une sexualité sacrée et des ange rituels psychédéliques ou « enthéogéniques » usant risme de plantes psychoactives (Ndlr : Penthéobotanique re, le est une discipline qui étudie les plantes hallucino- ce qui snes utilisées dans les rites chamaniques). Ils ont kos ». pratiqué tout cela dans un contexte naturel par le > sur biais d'une relation intime avec la planéte Terre. , tout Les Sethiens vénérent la nature parce qu'elle re- s vers ‘ecole présente la transformation de la déesse Sophia qui signifie « sagesse ». Pour moi, ce message est clair le Terre est vivante et animée par une sagesse di- Br novemere-decembre 2007 vine. Le paganisme est la reconnaissance de ce fait. Je désigne par « vision sophianique > le concept épanouissement gnostique du paganisme. Je mooppose avec force & la récupération des écrits ‘gnostiques pour en faire un christianisme « nou- vveau et amélioré », Le matériel « sethien-ophite » contenu dans certains codex est anti-chrétien: il rejette le concept de « Messie/Sauveur » et le plan de Dieu, Pourquoi pervertir ce matériel et en faire ume autre version « des paroles de Dieu » ? Le but de mes recherches est de mettre & la lumitre du Jour le message préchrétien et anti-chrétien de la ‘gnose aprés mille huit cents années de répression et dobscurité. Je crois que seul ce message peut vaincre ce quil y a de maléfique dans la foi judéo- chrétienne. Simplement parce la gnose représen- tait une telle menace lorsque le christianisme s'est constitué, les enseignements gnostiques ont été totalement éradiqués. Les gnostiques n'ont pas 616 vaincus par largumentation, le raisonnement et un débat honnte. ils ont été poursuivis, persé- cutés et tués. Je ne vois aucune ratson de réconci- lier la fol chrétienne avec la tradition sacrée qui a 626 déteutte intentionnellement par les fondateurs du claristianisme, Qui tirera le bénéfice de cette réconcillation ? N : La personnalité du Christ du Nouveau Testament et celle décrite dans les textes de Nag ‘Hammadi semblent trés différentes. J.L.: In’y a pasde personnalité du Christ dans les éerits gnostiques. ily a un étre divin, un éon appelé «Christos », mais ine sagit pas du Christ du Nou- vveau Testament, de Saint Paul et de Saint Jean. Le Christ gnostique ne s'incame pas dans une forme shumaine et ne le fera jamais et il ne se sacrife pas pour I"humanité. il n'y a pas de messie dans les enseignements sethiers et ophites, Le maitre gnos- tique (qui peut aussi bien étre une femme qu'un hhotntne) est une personne mortelle d'un exception- nelle sagesse que Yon appelle « phoster » ou init, illuming, celui qui révéle. La grose consiste en un enseignement adress¢ a humanité afin que celle-ci réalise son potentiel inn, et non en un sauvetage de "hhumanité par Pintercession d’une intervention divine ou des promesses fondées sur un maitre plan attribué a En outre, si vous pensez & Jésus en tant que visage hhumain du Chris, il n'y a pas ce genre de person- nage dans la littérature copte du NHL. Les codex de Nag Hammadi ne présentent pas des anecdotes comme on les trouve dans les Evangiles. II n'y a en réalité quasi aucune histoire telles que celles que Yon trouve dans le Nouveau Testament, celles qui ‘montrent Jésus guérissant les malades, nourrissant les affamés ou attaquant les changeurs du temple. kn fait, Jésus n'est pas nommé lttéralement dans le NHL. Le texte emploie un code, écrivant ex- pression « IS »surmontée par un trait. Les exégbtes traduisent cela par « Maeso)s, la forme grecque de Jésus. En procédant de la sorte, ils identifient immédiatement IS @ la figure connue du Jésus des Evangiles. yestime que cette hypothése est infor- de et fausse Leterme « Christ » tel qu'il est compris selon Saint Paul et Saint Jean n'apparait pas dans les textes du NHL. Une fois encore, il y aun code :« XS » ou ‘XRS » surmonté par un trait horizontal. C'est traduit par « Christ » méme si « Christos » est plus consistant avec son S final. Identifier enseignant ou le maitre gnostique avec le personnage de Jésus Christ décrit dans le Nouveau Testament est une fausse route. Les théologiens le font parce qu’ils dont une éducation chrétienne et quils trouvent dans Ia littérature gnostique ce qu'ils ont envie d'y trouver, ce qui correspond 2 leurs croyan- ces. Mais pour étre honnéte et objectif, il n'y @ en fait pas une seule prouve pas que le Jésus historique du Nouveau Testament était un gnostique. Ni Le Dieu de FAncien Testament, Yahvé, représente un ordre patriarcal. Dans votre ve, vous le comparez au grand archonte des ‘gnostiques, au démiurge, un faux dieu impos teur qui a conditionné Fhomme & suivre des valeurs articifielles, emprantes de violence et dominées par Ia peur et le mépris des femmes. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce scénario qui a finalement mené a la mise en place des religions monothéistes actuelles ? J. Le: Cotte comparaison est exacte, mais nest pas ‘iene. Les écrits gnostiques tels que Le Trait sur Torigine dui monde (Gcrit sans ttre 1 5) affirment clairement que Yahweh est un imposteur fou, Crest lidée scandaleuse des gnostiques sur le tence d'un faux dien créateur qui améne a V'idée dlune espace extraterrestre appelée « archontes ». be chef des archontes est dépeint tel un idiot atrogant qui creit avoir créé Tunlvers tout entier Dans la cosmologie gnostique, les archontes fabri- quent le systéme solaire mais pas la Terre qui est tune transformation de Sophia, divinité ou éon du centre galactique, ou pléréme. Ce scénario plagant les humains entre les éons, les vrais dieux et les archontes, de pseudo divinités, a été considéré comme de la science-fiction théologique. En effet, les gnostiques pensent que Diew existe, mais il est dément et travaille contre I'humanité. Cette affir- ‘mation outrageuse se référe & ce que des millions de réconcilier la foi lire les termes « 18» chrétienne avec la tradition < «X85 » Je ne pe iH ‘ co gee. tends pas que mon sacrée qui a été détruite interprétation est in- intentionnellement par les fallible, mais je pense fondateurs du christianisme. qvelle est plus proche ta ar du message authenti- Qui firera le bénéfice de gte'at non comompu cette réconciliation ? de la gnose. | Je ne vois aucune raison gt unique manitre de Les gnostiques furent accusés par les premiers chrétiens d’étre des héré- tiques et furent persécutés pour leurs convictions. Le mot « hérésie » vient du grec et signe « choi sir ». Un hérétique est quelqu’un qui choisit en quot croire. Avec mon interprétation du NHL dans tune perspective sethienne, les gens de cette épo- que n’avaient pas le chofx. tls pouvaient adopter tune vision non chrétienne du gnosticisme. La pre- igre étape de compréhension de cette vision est de considérer que le Christ gnostique n'est pas le Christ de la foi orthodoxe. Si Jésus peut étre placé dans les écrits gnostiques, il ne sera qu'un homme rmortel, un enseignant et pas un messie divin, Et ce qu'il enseigne est diamétralement différent ‘du message de la foi chrétienne. Un texte comme vongile de Thomas (NHL 11,2) semble présenter tun personage comme Jésus, un rabbin plein de sagesse sans doute. Mais L'Evangile de Thomas est faible selon les critéres de la gnose radicale. il ne s'élive pas contre la vision de Jésus dessinée par les chrétiens parce qu'il ne contient pas d’argu- ments contre le christianisme tels qu’on les trouve dans d'autres écrits gnostiques. Et de fait, cela ne Nexus ness. = snore oscars 2007 de gens prennent pour Dieu : tous les croyants dans le monotheisime (judaisme, christianisme et {slam) acceptent ce prétendu dieu comme étant authentique, Les gnostiques pensent également ‘que nous avons une relation intime avec les vrais Dieux, C'est-2-dire les Eons et plus spécifiquement Sophia, Son destin unique est d'étre connectée & Y'évolution humaine. a gnose sethienne est un outil puissant contre Ja patriarchie, Uhistoire de la chute de Sophia du pléréme (ndir: qui améne a la création de la Terre et de Vhomme) est un mythe « écoféministe » d'une immense beauté et d'une grande envergure. ‘Jai mis en relation des éléments de ce mythe avec la théorie de Gafa. Uhistoire de Sophia inspire la Libération de la femme, l'illumination sexuelle et fa défiance contre un jeu de pouvoirs de domine- tion masculine et contre une autorité religieuse masculine. La dénonciation gnostique du faux Dieu Je Pére jéhovah et le rejet du complexe mes- sianique signalent un retour de la race humaine vers léquilibre mental. Le mythe de Sophia peut méme étre essentiel & long terme pour la survie de notre espéce. cau cut Les gnostiques pensent que Dieu existe, mais qu'il est dément et travaille contre I’humanité. Cette affirmation outrageuse se référe & ce que des millions de croyants des religions monothéistes prennent pour Dieu. N : Quelle est la proportion de textes & conno- tation chrétienne dans le Nag Hammadi ? Vous évoquez également Hexistence a Fepoque du Christ d'une secte radicale qui vouait un culte & ce démiurge et vous comparez cette secte ~ les Zaddikims & une secte ufologique. Pourquoi ? Qui sont les Zaddikims ? Jl: On ne trouve pas Jésus-Christ dans la lit- ‘érature gnostique de NHL, excepté dans certains passages qui ont été christianisés, J'estime qu'un Cinguiéme des textes qui nous sont parvenus pré- sente ume tonalité chrétienne, C'est parce que ces textes ont été rédigés alors que certains chrétiens convertis voulaient mélanger les idées gnostiques avec F'idéologie du sauveur,& certains égards assez étrangeres au message gnostique. Le résultat est assez hasardeux. Nous trouvons lorigine de ce Crist sauveur dans les rouleaux de la mer Morte. On recense actuellement sept théories sur Vorigine des rouleaux !A instar de ’exégate renégat Robert Eisenman, fattribue les rouleaux de la mer Morte & une secte séparatiste de Juifs radicaux, les Zaddli- kins, « les Vertueux ». Les Zaddikims préchaient Vexistence d'un plan divin pour les élus, la venue dun messie, la récompense divine ou apocalypse, Cest-d-dire les éléments de base du complexe de rédemption, Edmund Wilson et John Allegro relient également les racines du christianisme & cette secte fanatique de la mer Morte. Dans mon livre Notin His Image, je montre le lien qui existe entre la secte de Ja mer Morte et les gnostiques, ce qui n'a pas été Nexus nes3. rovembrensscembre 2007 mis en évidence par d'autres exégetes. En réalité, les gnostiques séthiens étaient les ennemis décla- rés des Zaddikims gul, pour leur part, les avaient inscrts en téte de leur «liste de cibles » &atteindre figurant dans la « Régle de la Guerre » (Ndlr : ou « rouleau de la guerre des Fils de Lumigre contre les Fils des Ténébres ». I s‘agit d’um des manuscrits de Qumran qui dresse la liste de tous les ennemis des « Justes » ou «fils de la humiére tels que se nomment les membres de la secte et décrit la stratégie et les armes a employer pour vaincre ces ennemis « téné- bbreux »).Des textes gnostiques comme la premiere apocalypse de Jacques contiennent un avertisse- ‘ment contre les Zaddikims et la peste idéologique associée & des parasites dordre spirituel et mental appelés archontes. Les mages gnostiques avaient Atecté dans les fanatiques de la mer Morte une dangereuse secte ufologique. Certains passages des rouleaux offrent une descrip- tion vivante de témoignages visuels d’apparitions ovnis qui correspondent traits pour traits aux ‘témoignages contemporains. Mon étude indique que les Zaddikims étaient obsédés par apocalypse comme les membres de la secte de la branche da- vidienne de Waco, aut Texas, C’était un groupe mi- nnuscule, détesté et craint par la majorité de la po- pulation juive qui ne suivaient en aucune maniére leur vision extrémiste. Le contenu des rouleaux de la mer Morte suintent la paranoia, la xénophobie, tune arrogance assassine. Comme le Coran, les tex- tes de la mer Morte sont emplis de menaces contre les incroyants, contre ceux qui ne seraient pas assez vertueux, rigoristes pour plaire & Dieu. Tous ‘ceux qui lisent les rouleaux de la mer Morte avec un esprit ouvert et équilibré peuvent constater que es qualificatifs sont corrects et ne sont pas le fruit d'un préjugé personnel N + Les gnostiques ont une perception trés moderne de univers puisquils évoquent dé- Yexistence d'une forme de réalité virtuelle =HAL-, une sorte de copie de la réalité dénuée de vie. Ainsi, selon Ia conception de la création, du monde des gnostiques, Sophia est capable de créer de la vie organique alors que les archon- tes ne sauraient créer que des contrefacons. Pouvez-vous nous en dire plus ? J.L.+ Le terme copte « HAL » signifie « simula- tion ». Ce concept est central dans la cosmologie gostique. Dans le mythe de Sophia de I'école sethienne/ophite, des étres divins appelés éons projettent humanité & partir du centre du cosmos (ou pléréme). Lespéce humaine est techniquement tune « émanation du pléréme ». Nous sommes les expressions potentielles du Divin et certainement as fats & Timage d'un dieu male eréateur: Le mythe = L 25 Les textes gnostiques décrivent dans un lan- gage clair aussi bien les extraterrestres Short Greys que ceux de type reptilien. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que les gnos- tiques étaient des parapsychologues entrai- nés capables de détecter, d'identifier et de repousser une intrusion extraterrestre. affirme que, suite a la chute de Sophia du coeur galactique, une autre espace d'entités a été formée, les archontes. Ces derniers ont fabriqué le systeme solaire, mais la Terre est apparue suite ala transfo- mation de Sophia qui s'est trouvée capturée par le mécanisme planétaire, Voila la bizarre cosmologie ‘deux mondes des gnostiques que l'on peut compa- rer al'hologramme a deux sources de Philip K Dick. (dlr : Dick est un célabre écrivain de science-fle- tion obsédé par la réalité virtuele, les mondes et ‘organises srtificiels, auteur, entre autres, de Blade Runner, tl croyait que notre réalité était en partie rmasquée par une réalité virtuelle 30) Dans cette situation bizarre, l'mumanité dott faire face a la tromperie des archontes et tout spéciale- rent au pouvoir de la simulation. Lesprit hurnain sgéntre des simulations comme des cartes, des mo- dales, des schémas, mais la tendance des atchontes est de donner plus d'importance & ce processus, 4 de facon 2 ce que nous soyons plus impliqués, iimmergés dans des modéles conceptuels, dans dut virtuel que dans le monde naturel ». HAL suppose une forme extréme de technologie de information ainsi que de réalité virtuelle, Les gnostiques nous ont mis en garde contre le risque pour "huma- nité de perdre ses racines avec la réalité sensuelle ainsi qu’avec la sagesse de Sophia incarnée dans la ‘Terre en lui préférant le simulacre de réalité des archontes. Cette aberration est un théme dominant dans les romans de science-fiction de Philip K.Dick. Crest aussi fe théme central de la trilogie Matrix (voir encadré page 13). N : En examinant les textes gnostiques, ce qui est désigné sous appellation d’archontes peut- il étre assimilé & des entités extraterrestres ? Lauteur britannique Nigel Kerner considére que les Short Greys sont des sortes de « ro- bots », dotés d'une « vie » extraterrestre artifi- cielle quil compare celle des archontes du Nag Hammadi. Quen pensez-vous ? J.L.: Ama connaissance, Kerner aétéle premier a identifier les archontes aux extraterrestres, mais i ne sagit pas d'un spécialiste des textes gnostiques et de plus il n'a pas développé ses arguments. J'ai écrit abondamment sur le probleme « archonte/ novernbre-secerore 2007 extraterrestre », Les textes gnostiques décrivent dans um langage clair aussi bien les extraterrestres Short Greys que ceux de type reptilien. tne Fait aucun doute dans mon esprit que les gnostiques étaient des parapsychologues entrainés capables de détecter, didentifier et de repousser une intrusion extvaterrestre, De plus, le mythe de Sophia expli- que les origines et les mobiles de ces prédateurs extraterrestres. Les textes gnostiques comme La Premibre Apocalypse de Jacques (NHL V, 3) contien- nent des descriptions explicites d'enlavernent ex- tratersestre avec intrusion et la manlére de résister aux archontes. N : Les religions du Livre parlent toutes de la «fin des temps », de Vapocalypse, d’un scé- nario selon lequel un Antéchrist surviendra juste avant les temps du Jugement dernier of homme sera soit élu, soit damné. Quel scéna- rio proposent les textes de Nag Hammadi ? J.Lo: I nya rien de vraiment comparable dans le gnosticisme de l’école sethienne-ophite avec apocalypse judéo-chrétienne. Il est. vrai que certains textes de NHL sont intitulés « Apo- calypse ». Un texte comme Le Concept de notre Grand pouvoir (NHL VI, 4), décrit « le jugement de la chair », une destruction géologique et la colire divine qui 2 déja éclaté auparavant et qui éclatera & nouveau. A la fin de notre existence matérielle viendra apocalypse et certaines ames rejoindront la lumiére éternelle et d'autres seront Iibérées de Vasservissement. Méme si ce texte est fortement « christiannisé », il ne menace pas de rétribution divine dans le sens oi les chrétiens le comprennent aujourd'hui. La Paraphrase de Shem (vii, 2), un long texte quelque peu obscur, décrit également une époque oti « le mal dans toute sa/ puissance descendra sur le monde » et « la nature sera détruite ». Mais des événements surnaturels arrivent dans le cosmos avec une dramaturgie de récompense et de punition. Les gnostiques témoignent et comprennent le bouleversement cosmique, d'autres non, La connaissance sauve et ignorance condamne d’elle-méme. N: Danse méme ordre d'idées, depuis quelque ‘temps, on n’arréte pas de parler d'une date fati- dique, celle de 2012, qui marquerait une muta- tion pour lhumanité selon le calendrier maya, ‘Méme certains whistleblowers de Vufologie, ‘ces témoins soit disant privilégiés émanant du shadow government évoquent cette date. Que pouvez-vous nous en dire ? Je Le: La date de 2012 est devenue un « attrac- teur de I'étrange » pour de nombreuses théories et prédictions. La date finale du calendrier maya ent res La Création selon la gnose | Loséston du monde a doo Tore cont pros .gnostiques dans l’hypostase des archonies, por exemple, 3 trés bizarre el n'a aucun report de prés ov de loin avec la Genése de Ancien Testament dans laquelle une entité ‘anthropomorphe crée la Terte, ca biosphare, les animaux ui ks peuplent et 'humanité en sept jours. Dans le mythe gnosique de Sophia, lest question d'une erreur de création el de parcours, celui de Sophia tombant du pléréme, du coeur de notre galaxie et qui, dans sa chute, provogve apparition de la Tere. Lo déesse Sophia, por la puissance de-son réve, en vient & se métamorghoser ot € sincorporer dans un aste, la Tere. Selon John Lash, lo substance premire de ce corps est de la « lumiére organique » ‘4 « sophionique ». En termes imagés, Sophia es! tombée ‘omourevse de son réve de création, ef comme hypnoisés, elle «fini par sincarner dans Ia Tere, devenue plangle consciante Crest lors de cet « événement » ef du dégagemant a énergie Immense provoqué por ceo chute de lo déesso, qu'a surgi est simplement une date, ni plus, ni moins. Les Mayas n'ont pas prédit la fin des temps. Certaines personnes sertent que humanité est sur un mau vals chemin et qu'il est nécessaire qu'elle change de voie ou qu'elle se métamorphose. Ce besoin un changement a ét8 relié a la fin des temps du calendrier maya et cest ainsi que ce sujet se retrouve au centre de toutes les attentes, Mais la ‘mutation de notre espéce est un processus lent. Les gnostiques pensent que nous avons besoin ef éduquer Mesprit humain, C’était des enseignants et des guides pour lhumanité & I’époque antique et bien avant encore! Yous n’avez pas besoin du calendrier maya pour voir cela, Uéducation de Vhumanité esta meilleure manire de réaliser son potenticl divin ~ ce qui est le but des gnostiques, tua but désigné par le terme « Telos » ~ et tout cela n'a aucun rapport avec une récompense ou une punition divine, Nous sommes responsables, Nous décidons de notre propre destin et comment répondre aux plus larges desseins du cosmos. Les gens doivent comprendre ce que signifie le terme anice », un concept qui ia tien & voir avec l'intelligence, le savoir encyclopédique, mais avec le monde de la perception, de la dualité qu'il nous faut dépasser N : Beaucoup de gens se servent du Da Vinct Code pour « brainwasher » le grand public avec une idéologie eugéniste et héréditaire telle que celle développée par Laurence Gard- ner. Nrest-ce pas une autre fagon d'asseoir molencontreusement le demivrge, le Grand Archonte, une enfiteinerganique, [donc depourvue de lumiére organique ui s'est prise pour Dieu et qui a géndré des sorts d'aides, des assistants: les archonies. Noto sysiéme planétaire s'est lors développé et est devenu le royaume des archonte ar opposition 4 la tore, siége de Sophia ov de Gata. Ces ‘rchentes, pour defier Sophia, ont vouly créer la vie at un premier homme, monstrueux, « surgi de cote tentative ‘Ayant Ww le sort peu enviable do cote eréoture, Sophia lui a fait don d'une étincelle divine, du « Nois », en bref de cote ‘Gme étemelle dont sont dépourvus les archontes. Les archontes, ‘ont alors tenté de soumetir et de subjuguer fhumanité détentrice de cette me, cette connexion avec la source. Etrange odyssée que celle On retrouve dans ce récit mylhigue Vidée de cate confrontation centre des enftés doiées d’une éme, d'une connexion avec la source erécitice et d'autres qui en sont privées Iroir « La double humanité... » poge 26) J.Ls+ Le Code Da Vinci de Dan Brown vulgarise des points de vue gnostiques mais de maniére erronge. Ce roman sensationnaliste pousse les gens acroire que les textes gnostiques servent les desseins du seénario du Prieuré de Sion : 8 savoir, histoire selon laquelle Jésus et Marie-Madeleine ont eu un enfant qui a créé la lignée théocratique européen- tue en commencant par la lignée mérovingienne autour de 450 de notre ére, Méme si un texte gnos- tique, LEvangile de Philippe, met en scéne le role d'un présumé Jésus embrassant Marie-Madeleine, les écrits gnostiques ne propesent ou n'endossent absolument pas un programme théocratique, Au depart, les grostiques rejetaient l'idée de procréa- tion entre des humains avec la collaboration d'un faux diew créateur ou démiurge. tls pratiquaient tune sexualité magique ou tantrisme, mais pas le sexe dédié & la procréation. ils ne se seraient ja- mais prévalu d'une lignée héréditaire sacrée, Les gnostiques étaient des enseignants illuminés qui se vouaient & «la plus haute éducation » de Phu- manité, en s‘appliguant a la relier & Vinteligence vivante de la Terre, Gala-Sophia. tls rejetalent agenda politique fonds sur le maftre-plan d'un Diew paternaliste extraplanétaire et de la mission dun messie, etc. Cest la principale raison pour laquelle ces « hérétiques » furent brutalement dliminés par les tenants de ce plan, les premiers {déologues chrétiens qui avaient proclamé la vere ctu messie en Jésus-Chirist: Le Code Da Vine! est ume vilaine arnaque qui a sérieusement mis & mal notre compréhension du vrai message de la gnose. une idéologie messianique qui correspond aux doctrines des Péres de lEglise et donc a l'idéo- Logie zaddikim? Nexus nos = rovatine-deceme 2007 = Propos recueillis par Karma One aobt/septembre 2007 | DOSSIER La double humaniteé :|c ans un passage-clé de VEvangile di D== Jésus ce disciple pr légié des informations capitales dont i serait le seul & pouvoir saisir Ia portée : il existerait deux lignées humaines, «la grande génération sans archonte au-dessus delle » et une autre dépourvue d’ém Une notion qui sustite un profond malaise et de nombreuses interrogations. alheureusement, ce pas- sage critique est amputé de certains mats, le co- dex étant abimé. Jésus explique que la génération adamique, représentant ceux a qui larchange Gabriel a accord l'esprit éter- nel et qui appartient par conséquent & « la grande _génération sans archonte » regagnera le royaume dont elle est issue. Quant & la seconde génération, el- le est dépourvue d'dme éternelle, mais posséde « un esprit a titre temporaire pour le service » requ de ‘archange Michel (voir encadré page 29). Cette notion d'une double humanité a été relayée par \ autres auteurs comme Bo- | ris Mouravieff, un histo- rien russe du début du == xxesidcle, grand sj liste de Vésotérisme chrétien, du my dans orientale, enseignant et chercheur 4T'Unt- versité de Gendve, ami dOuspensky et de Gurdjieff 1 souligne ainsi dans son ceuvre maftresse en trois volumes = Gnosis - Vexistence dime double hhumanité et de co. fait, dun double os héritage + aw Lela”. tune pene d Andres Mantegne, 145 = nonenineetne 207 sein de Ihumanité, certains seraient dotés d'une Ame éternelle tandis que les autres seraient des sortes de robots, des entités organiques mimant activité de ame, dotées d'um esprit « collectf », par opposition a me individuelle de 'étre humain « adamique ». Pour Mouravieft, la caractéristique fondamentale de humanité est sa capacité de com- passion, d'empathie, ce que l'on résume justement sous le vocable « d'humanité ». «Les Ecritures Saintes contiennent plus d’une référence au sujet de In cocxistence sur notre plangte de ces deux shumanités, qui sont maintenant de forme sitnilaire, mais d'essence différente... , rapporte Mouraviett, 1a seconde lignée est constituée par « les étres de la race anthropotde », en d'autres termes, la lignes pré-adamique, d'avant I'intervention de la déessel Sophia dans la création de l'humaité. Cette lignes pré-adamique serait Peeuvre des archontes (voi encadré « La création du monde selon la _gnose » page 27) Mal utlisée, mal comprise, cette infor mation dérangeante est dangereus et ne sert a rien. $i cette notion aut chaos, de lostracisme et de la disci rmination tun monde déja fondé en partie sur la ségrégation. Les informations di Mouravief ne sont, a notre sens, qu des hypothéses de travail e ne constituent en aucun des certitudes absolue' ‘qui pourraient servir des visées racistes hhaineuses. Un concept dongereux Nous avons demandé & D: niel Meurois-Givaudan, connt pour ses ouvrages sur le Chri dont les best-sellers De Mémoi dssénions ou Réits dun woye geur de lastral,ce qu'il pensaitd cet étrange concept d'une double 3/ gnostiquement incorrect stique e com ment ritures 2 sujet ; deux ilare, aviett res de lignée déesse lignée s (voir on la infor- ereuse jon de nenta- s radi- chaos discri- partie yas de as, que vail et solues tes et & Da- Christ moire voy sait de double humanité présente dans Lfvangile de Judas et lautres textes : « Selon ma propre compréhension des choses, explique-til. Tout ce qui vit est doté due Ame. Le mot “ame” est cependant un peu flou...Cest le terme global et pratique qui sert & Evoquer la notion de conscience. Toutefois, vous conviendrez aisément que cette notion fait aussi référence & une multitude de réalités extrémement diverses, Doi le concept plus précis de. niveauxde conscience ». En fat, ily aurait dans Vunivers une tude de formes de vie, chacune manifestant et expétimentant un niveau de conscience spécifique, Cest-i-dire une sphere particuligre de perception de la vie. La Terre a la spécifcité de ne pas étre homogene quant aux niveau de conscience qu'elle abrite, Elle est comme un point de convergence, tune zone de rencontre cosmique permettant & des hniveaux de sensibilité - ou de conscience ~ diffé- rents des'exprimer & des fins d'évolution, Depuis ce u’on appelle Paube des Temps, la Terre est ainsi le liew de rendez-vous privilégié détves dont les Ames sont dorigines extrémement éparses. Il en est de trés primaires, n'agissant qu’a des fins parfois bes- tiales, souvent égotiques et d'autres, plus altruistes. ayant la lumidre de la Connaissance pour but, Selon le stade de conscience atteint par une ame, la com- préhension des grands principes comme ceux du Bien et du Mal, par exemple, peuvent diverger radi- calement, Ce qui est le Bien d'un type de conscience peut étre percu comme le Mal & un autre niveau. Avant d'avoir atteint un réel point d’intégration de das s'enquiert de la destinge ‘Adam ot de Phumanité: Judas demanda & Jésus: « esprit de Homme estil mortel? » Jésus répondit: « Cest pourquoi Dieu © ordonné & Michel ’cccorder les exprits aux hommes, comme un prét, afin quils puissentofrr leur service par devotion, mai le Grand < Esprit > © ordonné & Gabriel ds donner ls esprits& la grande génération sans roi (selon Iéiteur, ka « _génération sans roi» signife quelle est libre et indomplable et qu'il s'agit de la génération de Seth) ~ c'estrdire Mesprit avec I’éme. Par conséquent, 4e[restel des &mes (une ligne perdue).. crit de UBrongle do Judas, codex de Koco, ition Nofoalgsogrphic, 2004 NEXUS nesa. - rnovembre-decente 2007 la Sagesse, une Ame a toujours tendance & percevoir comme étant bien ce qui, en fait, correspond a ses appétits et & Péquilibre de son microcosme inté- eur, Je crois personnellement que le fait de parler une humanité « a deux vitesses » ~ avec et sans me - exprime un concept potentiellement dange- reux dans le sens oi il nous ancre toujours davan- tage dans la dualité il désigne des ennemis absolus, il nunifie pas. Sil‘on prétend vouloir emprunter le chemin de la Sagesse, il faut essayer de voir plus loin et accepter le fait que toutes les formes de ma- nipulation, de domination, d'asservissement aussi = et méme de monstruosité - sont des étapes sur la vwoie de Evolution », Un chemin ouvert é tous Quant a John Lash, méme s'il pense que le travail de Mouravieff sur la gnose est brillant, il insiste sur le fait que J'illamination gnostique est un chemin ‘ouvert tous et qu'il n'y a pas d'humanité sans ame. En cours de route, l'homme peut perdre son ime, est-a-dire sa connexion avec la source :« La théo- vie de Mouravieff est une brillante transposition de certaines idées gnostiques qui décrivent avec force Ia folie et Vabsence dame dont humanité peut fare preuve. Mais je ne trouve aucune preuve tex- tuelle d'une humanité pré-adamique sans dme dans kes écrits gnostiques. La séparation duale ou en- core la forte dichotomie qu'il propose est contraire aux enseignements de base des gnostiques sur le «Nols >: nous sommes tous porteurs du « Not », du moins sous sa forme potentielle. Bien entends, si vous n’en faites pas usage, vous perdez cette con- nnexion avec la source qu'est le « Nobis». Comme on le dit en anglais: « Use itor loose it |» (« Usiisez-le oul disparait»).Certes, ly a toujours quelque cho- se perdre, mais les zombies sans ame n’ont rien a perdre, La tragédie de Vhumanité réside dans le fait, que nous avons quelque chose de précieux & perdre. Je pense que le scénario de Mouravieff est utile en termes dianalyse des “symptémes”, a savoir une manitre de décrire le comportement typique des archontes, mais ilne refléte pas la promesse réelle de Illumination gnostique, cest-a-dive un chemin ‘ouvert a tous». = EE DOSSIER Des prédateurs Archontes, flyers, portails organiques, Gris... ces entités dont parlent les gnos- yes, les chamanes ou les ufologues présentent de troublantes similitudes. Mais la plupart des auteurs s‘accordent sur le caractare limité de leur pouvoi et la prevalence de notre libre-arbitre. revemore-décembre 2007 utes les stratégies d'existence ct d'adaptationont droitdecité,quecela soit le parasitisme et la prédation ou au contraire la symbiose ou le mutua- lisme, Laura Knight (du geoupe des Casstopéens) 2 consacré wn long article 2 Ia question de la double Ihumanité qu'elle relie la psychopathie. Elle dési- ‘gre par « service des autres » cette empathie, cet altruisme qui pousse lndividu ase « sacrifier » au profit des autres parce qui est capable de s'iden- tifier a leur souffrance ou & leur Joie, En mode prédation ou « service de soi », entité privilégie Ia force, la ruse et la consommation de ce qu'elle trouve comme ressources pour son seul et unique intérét, quitte a sacrfier les autres et pomper leur Energie. Cette stratégie de subsistance ‘4 court terme est, objectivement, moins rentable sur la durée car elle peut mener a T'auto- destruction, comme le montre notre plandte, principalement gui- dée par « le ser- vice de soi» liom Boks, 173). ‘Solem es Vanthropologue Carlos Castaneda, sur la base des enseignements du sorcier yaqui don juan, parle de Finfluence sur I'homme d'une entité prédatrice non organique et parasitaire qu’ll désigne sous le terme de « flyer »,c'est-A-dire «planeur ». Les enti- tés de ce type ont une existence objective pour les. chamanes de la tradition tolttque et nous pouvons les voir dans certains états de conscience atteints & force de ténacité et de discipline : « Les sorciers de Vane‘en Mexique... ont découvert quelque chose de transcendant., lls ont découvert que nous avons un compagnon de vie, Venu des profondeurs du cos- ‘mos, un prédateur est [3, qui toute notre vie nous ‘maintient sous son emprise, Il a su nous rendre faibles et dociles étoutfe toute velléité de protes- tation ou dindépendance et nous empéche de vivre Wbrement », écrit Castaneda dans Le Voyage définitif (Editions du Rocher, 1998), Des cultivateurs d’émotions humaines Ces « lourdes ombres noires », comme les appelle Castaneda, sont des enti parasitaires d'une autre dimension qui consomment certaines de nos émo- tions humaines comme nous consommons de la nourriture. Il se délectent de ce que les sorciers rmexicains pergoivent chez nous comme étant « une couche brillante de conscience...» «C'est pour- quoi nous étions une proie facile pour le mode de conscience diffrent, plus pesant du prédateur... Cette étroite bande de conscience était le sidge de Fauto-contemplation dans laquelle I'homme était irrémédiablement piégé », explique don juan & un Carlos Castaneda stupéfait. Ces « flyers » cultivent chez l'homme les émotions dont ils sont friands, cette manidee dont notre mental travaille, centré sur Tu-méme: « tls ont besoin de nous pour se nnourrir et est pour cela quis nous pressurent implacablement »,affirme don juan. « Exactement comme nous qui élevons des poulets pour les man- ger, ils nous élévent dans des poulaillers humains pour ne jamais manquer de nourriture », Comme ils se délectent de nos peurs, de notre agressivité, ‘isles cultivent et les suscitent en nous prétant leur mode de fonctionnement. Voila ce qu'en dit encore don Juan : « Ce sont les prédateurs... qui nous ont imposé nos systtmes de croyance, nos idées sur le bien et le mal, nos meeurs sociales. Ce sont eux psychiques parmi nous qui suscitent nos espoirs et nos attentes, nos réves de succés ou notre peur de I'échec, eux encore qui insufflent dans notre esprit convoitise, avidité et licheté et qui le rendent prétenticux, routinier et égocentrique... ls ont accompli wie manceuvre extraordinaire, extraordinaire bien sir sur un plan stratégique, mais horrible du point de vue de ceux. qui en sont victimes. Ilsnous ont donné leur esprit ! ‘Tumentends ? Les prédateurs ont remplacé notre esprit par le leur qui est bizarre, incohérent, grin- cheux, et hanté par la peur d'etre percé 3 jour... ». Incontournables, mais pas insurmontables Dans un méme ordre d'idées, don Juan résume en tune phrase ce que peut représenter pour "homme Vexpérience de la conscience et de la lutte contre le prédateur : « Nous sommes des sondes énengétiques douées de conscience... que univers a cr6ées pour prendre conscience de lui-méme. Les planeurs cons tituent pour nous un défi auguel nous ne pouvons nous soustraire. Nous ne devons pas les méestimer. Nous devons les vainere pour que univers laisse les tres humains poursuivre leur existence » (Carlos Castaneda, Le voyage defini). Et une facon de les vaincre consiste & donner de motns en moins portance & lego, ce que Castaneda appelle « Tauto- contemplation », c'esta-dire ce dialogue mental permanent alimeaté par des émotions telles que Tenvie, le manque, la jalousie, la peur... Alors, petit 2 petit, le prédateur se désintéressera de nous. Cette tanitre de donner le moins d'importance possible a Tego est trés voisine du systéme de pensée boud- hist. Cest une fagon de restaurer notre connexion avec la source créatrice dela conscience, Des organismes robotiques En fin de compte, quelle est la nature de ces << prédateurs », de ces « archonies » de la tradition gnostique ? En se renseignant sur leur nature, nous ‘Pourrons comprendre s'il faut se les représenter en termes de menaces. S'agit-il d'entitgs organiques, dextraterrestres issus de notre dimension ? Ou bien d'étres extradimensionnels, des sortes den- tités éthériques ? Est-ce que ce Sont des parasites zon organiques comme les décrit Castaneda ? Prenons d'abord la thse de John Lash les archon- tes sont des entités non organiques, des sortes = owtinedcatre 2007 = i t 7a | DOSSIER organismes robotiques incapables de eréer par ceux-mémes. Ils imitent et travestissent la vie com- ime le font les entités robotiques. ls ont aussi la capacité d’évoluer de notre dimension a une autre gui nous est « invisible ». Ce qui est cohérent avec le récit des victimes abductions qui évoquent parfois des épisodes de matérialisation/dématé- rialisation de ces entités (Gris ou Reptiliens). Mais John Tash insiste sur le fait que les archontes sont des imitateurs et quils seraient surtout incapables avoir une em- prise physique et directe sur notre ‘monde. Ils ne peu- vent pas par exem- pple manipuler no- tae patrimoine gé- nétique et ne sont nos créateurs, Ils yeulent nous le faire croire ‘Quant & Nigel Ker~ ner, cet auteur britannique qui a consacré un Livre entier & lemprise extraterrestre des Short Greys sur humanité, i souligne a V'ins- tar de la pensée gnostique : « Nous sommes piégés dans une existence physique parce que nous avons cettaines «restrictions », certains traits, certal- hes «caractéristiques » qui reflétent chez nous ‘un manque de compréhension de la véritable na- ture de la réalite. Ces caractéristiques tells que la haine, Fenvie, Vavidité, Vagressivté, etc, sont des forces mentales d’impulsion qui séparent,divisent. Les archontes influencent Un pouvoir limité Et Lash de fortement muancer : « Les archontes, influencent la facon dont vous percever.le monde. lis nnfluencent pas le monde en lu-méme. La puis- sance premigre du monde dans lequel nous vivons avére ére la Divinité qui réside dans notre planéte, intelligence de Gata, appelée Sophia par les gnosti- ques. Si vous vous alignez sur Fintlligence de Gaia, ‘vous ne perceve7 plus le monde comme un endroit investi par la peur et la prédation mais comme un rmonde de beauté, de bonté et de magie ». Vhurnanité ne peut étre surpassée par les archontes, conclut John Lash, mais nous pouvons abdiquer. A savoir quils pourraient nous avoir 8 Tusure grace 4 une sorte de guerre psychique. Des entités psychiques AVinstar de Castaneda, Jacques Vallée voit derrigre intervention extraterrestre un phénoméne d'or- de spiritul et donc des créatures inorganiques qui = novermbre-cszernore 2007 ercevez le monde, mais pas le monde en lui:méme. La puissance premiére du monde dans lequel nous vivons savére étre la Divinité ui réside dans notre planéte, |’intelligence le Gaia, la Sophia des gnostiques. Si vous vous alignez sur lintelligence de Gaia, vous ne percevez plus le monde comme un endroit investi par la peur et la prédation, mais comme un monde de beauté, de bonié et de magie. se manifestent essentiellement au niveau de notre psyché. « Clest une nouvelle forme de conscience qui émenge et qui arrive a manipuler notre percep- tion de la réatit...»affirme-t-il dans Confrontations Nous les percevions dans les récits fautrefois com- ‘me des « démons », mais aussi des anges, des succu- bes, es « djinns » de la tradition islamique. Ce sont également les étres féeriques, les gnomes les lutins des sagas irlandaises et nordiques. La maniére dont ces entités se manifestent évolue avec nos valeurs sociales, culturlles cetnotre savoir tech nologique, Dans som livre Enquéte sur les cenlbvements extrax terrestres, la. jour naliste francaise Marie-thér’se de Brosses constate : « I pent y avoir des univers. paralleles et des formes de conscience fractale qui envahissent pé- riodiquement notre réalité», Ces entités issues d'univers paralléles ma- nipulent notre conscience ainsi que notre espace- temps car Cest essentiellement le moyen qu‘elles ont trouvé pour communiquer avec nous. la fagon dont vous Des Gris auteurs d’abductions Les thases développées par Anton Parks et dans um autre mesure par Nigel Kerner montrent qu'il Sagi entités organiques ayant une incidence physiq sur notre réalité, Pour Nigel Kerner, les archonte sont les Gris des récits d'enlévements extrate restres. Il leur manque tne « dine », & savoir u connexion avec ce qu'il nomme « lire premier » la source créatrice et donc la capacité de se réinca ner. Seule, a technologie leut permet de prolong leur existence de manidre indéterminée mais le patrimoine génétique est sujet & 'entropie, cest-& dire & des mutations et une déstructuration drama tique. Ces entités veulent se reconnecter la soure cet cest la raison pour laquelle elles auraient ins tne partie de leur patrimoine dans le ndtre au m iment de l'épisode biblique de la Genése. Les Annunaki de la tradition sumérienne ‘Anton Parks (voi NEXUS n° 43 et n° 50), par biais de ses visions et de son analyse des réci sumériens, percoit dans les cas abductions ex traterrestres actuels la conséquence d'intrusio préalables qui ont joué un réle fondamental da la gendse et [histoire de humanité, Nous som le résultat dun combat, due lutte d'influenc Archontes, Gris et commun entre les descriptions du monde selon les gnostiques et le systéme développé par Carlos Castaneda et son mentor. Il serait trop long de faire ces inventaires dans le présent article, mais les points communs relevés par Lash entre les deux systémes de connaissance sont saisissants de similitude. De son été, le scientifique américain Gerry Zeitlin, un ancien du projet Seti (Search for Extraterrestrial Intelligence) 0 consacré un article sur les archontes et les extraterrestres des récits contemporains d’abductions intitulé : « La gnose, les archontes et les Gris : un programme de cantrdle » [htp:/ /openseti.org/GnosticA. him) Ces prédateurs d'une autre dimension font penser & corlaines caractérstiques « prédatrices » décrtes par fos victimes d'abductions oxtroterresires, nolamment lorsqy'elles ont 6 confrontées & des entités repiliennes. Les orchontes sont décrits comme des enités désincarnées, parelles & des anges, mais issues dun « autre royaume », d'une autre dimension que la néire. Dons les récits de certaines personnes viclimes dlenlevements, les créatures repiiliennes apparaissent également comme extra-dimensionnells. Des témoignages rassemblés par Karla Turner por exemple mettent en évidence le foit ue les enflés repiliennes sont des «< shapeshifier », des changeurs de forme. En d/avires termes, dons ces témoignages, les Victimes croient d/abord voir un étre humain qui lour fait face. Puis, fa forme change et c'est un extraterresia gris auquel calles sont confontées. Et on fixant encore plus lour attention sur re gui les o enlevées, fa Viclime se rend comple que derriére lepparence d'un exiraterresire Gris se cache en réalité une enti repilienne, Bref, dans certains temcignages d'enlevés, les enlies extraterrestres sont des as du mimétisme, de imitation et du changement dlapparence. Pour John Lash, le principal talent des archontes est le ‘mimétisme, le changement de forme ‘st la manipulation de la conscience. Une caraciéristique décrite dons Le Deu traité du grand Seth du codex de Nag Homma (Vil, 2) : « Au contraire, les archontes de la EE lash a ainsi dressé une liste de ireize points Deal dure poinure a Wiliam slot, sphére de laldabaoth furent indociles concernant la Pensée qui descendit vers celui-ci de la part de sa scour Sagesse. Ils se sont fabriqué une réunion avec ceux qui soni en leur compagnie dans un mélange de nuées de feu — c’étit leur jalousie ~ of avec tous les autres qui ont 416 produits par les créatures qu’ils ont modelées, comme sls eveient pélri le noble plaisir de 'Eglse. Et pour cat raison, ils ont révélé un mélange d'ignorance dans une contrefocon de fev et de tere et un meurrer, cor ils sont petits et sans instruction, C'est sans savoir qu‘ls ont ev cette audace et is n'ont pas compris que la lumiére sunit 2 la lumidre, les tenébres aux ténabres, lo soullure 8 la corruption et incorruptible 8 limmaculé » David Icke a également rassemblé une série de emoignages de personnes qui ont décrit comment des ‘Salutes repilionnes pouvaient « ombrer » ou « se D'anciennes religions porlaient de démons, de succubes, d'incubes, de tronses et de possessions ; on parle aujourd hui dlenlevements, de troumatismes et de syndrome psychiorique de personnaliés mmuliples dans les cas les plus exirémes at les plus manitestes. Mais pour en revenir ux « fiyers », selon les conceptions enlisu ot place de la notion de péché originel. le « Nois » pourrait are defini comme I'étincells divine qui se eféte en chacun de nous, cette lumiére qui nous pousse 1 nous guide indubitablement vers lo ranscendance. Dans LEvangile de Marie Madeleine (Ediions Le Persea, Moniréol, 2000), Daniel Meurois offre que le « Nos correspond au mental supérieur ou encore supramental.IIn‘a rian é voir ‘ver lntllect pur qu diss8que et por conséquent dévitlise Vobjet de son regard ». Il en va de méme pour la fomeuse Ds MauroisGivaudan est un euteur atypique, ou « connaissance » des gnostiques, la « Sophia » la fois déesse ff source de humenité terresve, contenant et contenu. Cele connaissance qui neus rele & la source n'a rien & voir avec un saveir morifére, livesque, encyclepédique, avec une évenivelle culture générale. Non, il sagt plutét d'une connaissance du réel, de notre fonclionnemen! émolionnel, de notre copacité & nous observer et & voir audela des ‘apporences. « Un tel poral est oppelé Nos... le Novs resilve done Vare & luiméme, il le prolonge et Finvente & linfini & mesure quill déploie ses ciles. La sagesse est de le lesser monter en soi lorsque 'on se soit sur le bord de lo folaise, 4 bout d’arguments et le ccnur assiffé » (Comment dieu devint Dieu, une biographie collective ; Editions Le Perséo, ‘Manirécl, 2005). Le « Nous » est done notre supplément d’aime, ce « plus » qui nous difference d'un fenctionnemant urement robolique el BE provenani dune vile or sous la forme d'une information Il faut prendre conscience devrait tout d'abord le remplacer Gorigine tlépatique mais sous Que notre Epoque est en P* l# notion derreur, plus hu- train de faire exploser les enregistrée de ce que nous appe- horizons traditionnels de de poser aussi sur cette notion celle d'une projection intégrale de laconscience dans la mémoire Ions le passé. la pensée. N: Dans L’Evangile de Judas, le portrait qui est fait de Judas est totalement différent de celui des évangiles canoniques. De Varchétype du traitre, il passe au disciple favori, le plus initié, Que pensez-vous de cette autre idée, de ce soé- nario éloigné de celui que vous évoquez. dans votre ouvrage Ce Clou que jai enfoncé ? D. M.-G. :Je suis parfaitement en accord avec la thése d'un judas complice avec Jésus pour mettre en place un seénario permettant a celui-ci d'ac- complir son destin, Jen formule lidée en détails dans Les enseignements premiersd Christ, Cependant, tout cela ne signifie pas pour autant que Judas ait bien vécu ce qui lui a été demandé sous le sceau du secret, Quill se soit vu comme coupable d’une abomination et qu'il ait erré dans un état que nous qualifcrions de dépressif ne contredit pas la thése une complicit ultime entre le Maitre et son dis- ciple. Cet état est dailleurs logique étant donné le fardeau qu'il lui a été demandé de porter. Judas a, de toute fayon été, a mon sens, 'un des apétres les plus initiés & la pensée du Christ, On né deman- de beaucoup qu'a ceux qui peuvent donner beaucoup... J'ai du respect pour le réle qui a 6té contraint de jouer, N: Dans votre livre Ce Clou que jai enforcé, vous traitez entre autres choses du concept de culpabilité quia été instrumentalisé par les grandes religions. Comment pourrions-nous décondition- ner Vhomme de ce sentiment qui, bien quiatile & certains égards, semble le plonger dans un gouffre auto-destructeur ? D.M.-G. + Ententant peu a peu de lul faite comprendre que le péché au sens religieux et dramatique du teerme est un non-sens et qu’on Farle caale e'une grande moscique do sl mle, ‘ets 200-250 op, |-C. Eon flo, dieu de ‘emis, at aprésenié dons une orbe cles conte dos signas 2ediocaux, ere un crbe yar tun arte dégor [6 & vel ‘Ass ples, lo terembie Tels (Gaia Gyptohek, Munich, Ijemogne Nexus nos3 = neverninestacemive 2007 ‘maine... Ensuite, dans un second: ‘temps, Je crofs qu'il conviendrait erreur un autre regard. Une erreur est en réalité la consé- quence d’un manque de compréltension ou de ma- turlté, Notre vie et ses erreurs sont en réalité des expérimentations cest-d-dire des apprentissages successifs. tl est nécessaire de visiter des impasses pourapprendre & mieux nous tenir droit et devenir plus adultes au niveau de notre ame. Il faut oser risquer de se tromper pour avancer. C'est ne pas avancer qui me semble étre la plus lourde des er- reurs, Faire du sur-place est bien plus triste que de trébucher, Ne serait-ce pas ainsi que on peut com- prendre les fameuses paroles de 'Evangile : « Dieu ‘orira es tiddes » ? Ni Dans Comment dieu devint Diew, vous af- firmez + « Le créateur est un compositeur qui joue de la fliate de Pan. Au risque de paraitre blasphématoire, je dirais qu'll souffle amoureu- sement le paganisme, c'est-a-dire le chant cho- ral de tout ce qui est. Mais il n'y a de blasphéme que dans le coeur de celui qui connait Vidée de salir et de rétrécir Fonde de vie ». Ce recours a une entité paienne de Vancienne religion, cette idée de connexion avec Ja nature ont été com- battues avec beau- coup de brutalité par l'Eglise catho- lique. Pourquoi cotteréférence au Paganisme, aux premiers cultes, 4 Lanimisme et presque au chamanisme ? Daniel Meurois-Givaudan : Parce gue les pre- miers Peres de l'Eglise et leurs successeurs jusqu’a nous ont diabolisé ce qui n'avait pas lieu de Vétre.. ‘Quel prétre connaft Torigine étymologique du mot «pale », un mot systématiquement employé pour salir et dénaturer ce qui n'est pas « chétien » done ‘«sauvable »? Paien vient textuellement du latin « paganem » qui définit ce qui vient des campagnes. Un culte paien «est done un culte qui est issu du contact direct avec les forces qui peuplent la Nature et qui maintiennent celle-ci en équilibre. Les chamanes sont des étres psychiques dont la particularité est justement de pouvoir entrer en relation avecces forces. Leurs con- naissances ne s‘opposent aucunement aux grands principes développés par lenseignement d'un étre comme le Christ. Cest une fausse querelle que opposer le cristianisme et la vision chamanique cu paienne de notre monde. Ces dewx approches de la vie sont en réalité complémentaires tout comme le sont le masculin et le féminin. Je connais personnellement des chamanes qui ont un respect infini pour le Christ et son enseignement. Il ya une ésinformation coupable qui est a imputer & fglise chrétienne, totaitariste dans son ensemble. Quill y ait eu des excts dans le contexte du paganisme et du chamanisme est incontestable... mais la religion chrétienne a-t-elle elle-méme les mains propres sur toute la longueur de son parcours ? Certainement pas | Ellen’a aucune lecon a donner & ce niveaw-l3. N : Le Jésus du Nouveau Testament est tres different, me semble-t-il, du Jésus décrit dans vos ouvrages. Le premier est considéré par FEglise comme un personnage essentiellement rédempteur, venu racheter Vhumanité du péché originel. Le votre est plutot un véritable « ini- tié> venu apporter aux hommes et 2 ses disci- ples la connaissance sur la nature humaine, son fonctionnement, celui de 'univers. Hest proche cen cela de lentité du « Christ » de certains tex- tes gnostiques. Quen pensez-vous ? D. M.-G. : Oui, effectivement mon vécu, tel que re- Taté dans mes ouvrages, est beaucoup plus proche de la sensibilité gnostique (encore qu'il fen épouse pas du tout certains aspects dualistes } que de la vision cdu Christ imposée par Miglise de Rome. Le probleme de celle-c se situe au niveau de Iorguel et, bien sir par voie de conséquence, au niveau d'une domina- tion & maintenir sur la conscience des foules pour asseoir un pouvoir temporel. Son discours a toujours voulu prouver que seule sa compréhension du Christ avait valeur rédemptrice. Ele a fait de Jésus un hom- me-dieu figé dans son le dés le départ, qui n'a donc pas chemin en tant qu’étre lnamain incarné et face ‘augue! il faut simplement s'agenouiller pour abtenir Te salut puisqu'il est Dieu, point final | Mourvis Givaudan, la Tere, le Solel les planétes sont égolement « habits » par une intelligence, une enscionce, une éme supérieure aU sens gnostique du terme, Fefiniment expSrimeniée qui s‘es ointe & d’autres en « un ‘marioge cosmique >. « ls ont la possibiité de fusionner leurs lezprits fn de permetie lémergenea de ce qui sera le soleil ‘ntériur d'une planéte lars dune vague de création & ven. ‘Oui, toute plonéte posséde son soleil contra. Celuici est son feu socré, son coeur pelptant, so force de cohésion. Il est cuss vel que peut Fate le noyau d'une celle au sein de cele Ce quill nous fut comprendre surtout, cest qu'il es le gordien de ses mémoires, clestédire la somme incolcvlable des ‘expériences vécves globolement par les formes de vie que les Motes ascensionnés qui lui ont donné noissonce ont emporté ‘vec 20x & partir de la demiére vague de création ion ils sont issu» En fait, pour paraphraser ce que Daniel MeuroisGivaudon cfrme & propos du systéme solaire et des goloxies, nous feourtions dire que des « super consciences » habitent chaque sie. Le cceur de la galoxie est « habité » por une autre sorte de super conscience plus éveluée encore, de « Dieu » Focal qui es! la somme de loutes les mémoires et de toutes les D= lo conception du monde développée par Daniel ‘expériences de conscience et de vie qui peuplent cette ‘gclaxie,« Le soleil mojeur d'une golaxie ~ son Diev est né cde lo fusion de ious les soils ~ cestadire de tous les Chriss ~ oyent eu en charge des systémes planétaires, dans la vogue de cxéation précé Poradoxalement donc, un Pére es la résulanie inévitoble de l'Amour, de la Connaissance et de la Vision d'un grand nombre de Fis, qui euemémes sont las anfants les plus abouts | ct offins dune mulitude d’humanités et de forme constamment | fen évolution » [Deniel MeuroisGivauden, Comment diou dlevient Dieu, une biographie collective, Editions le Porséo, ‘Mentréal, 2005) Ce qui ne correspond qu’8 un seul niveau puisque Fen sci que Vunivers est infin! et que les univers sont sons doute muliples. Le « Divin »s'expérimente de maniare infnie et se roffie & infin parle biis d’expériences de la vie partois indicibles et incompréhensibles pour novs Les gnostiques avaient eux aussi une vision du monde «spatiale » puisqu'l tat question dass, de soleil, atviles, darchontes, d'éons, et de conflts golactiques. Pour eux, le sidge des éons, du « divin » est le coeur golactique tandis que les bras d'une goloxie sont encore le sidge des archontes, des enfités non organiques, ne | me Ey ; oN et EE Il est facile de comprendre que l'avance ra technologique des visiteurs de I'Espace leur ont ee conféré aisément les attributs du divin et quiils en ont profité. Je me caricature pres- que pas... Cest une vision des choses évidemment pug rile, déconnectée de toutes les rélités de ce monde, qurelles soient psychologi- ques, métaphysiques, initiatiques et histo- riques. Cette vision est finalement trés. dévespon- sabilisante. On nous demande de déléguer notre capacité de réflexion et de crois- sance personnelle & un Etre qui vient gommer nos ‘problémes...& condition que nous lui prétions hom- ‘mage. C'est contraire & toute démarche spirtuelle authentique. La rémission des péchés et le rachat de Thhumanité nous sont expliqués de fagon mensongére et ont pour conséquence de nous enfoncer dans le sentiment de culpabilité, En réalité, la mission du Christ se situe au niveau du nettoyage d'une partie du fardeau karmigue con- tracté par notre Humanité au fil des Temps. Le Christ est vent sur Terre pour résoudre un probleme de na- ture énengétique afin de rénitialise la progression de notre espece. lnfempéche que le réle quil a jou ne nous décharge pas de notre karma personnel et nous laisse fort heureusement toute notre responsabilité individuell sur notre propre chemin de ibération, N : Pour les gnostiques, le Diew de PAncien Tes- ‘tament, Yahvé est comparé au démiurge, & un faux dieu, un impostenr brutal et colérique ve- ru installer une dre de servitude pour les étres humains. Que pensez-vous de cette idée ? Que pensez-vous des informations contenues dans les codex de Nag Hammadi ? Pourquoi PEglise catholique a-t-elle combattu avec une telle vio- lence les gnostiques selon les informations en. votre possession ? D.M.-G. : Il est évident quavec un regard abjectif, le diew de l’Ancien Testament se montre un dieu. vengeur exigeant un total asservissement 2 ses volontés, Il entretient de ce fait la dualité entre le Bien et le Mal, ses étus et les autres. Il manifeste ausst incontestablement des soucis temporels. Mes proptes recherches a travers les Annales akashiques minclinent & penser que plusieurs identités se ca- chent derritre ce dieu. Ce qui est trop souvent admis comme « Dieu » se référe en réalité souvent aux « Elohims », Elohim est un terme pluriel dont les ‘Annales montrent clairement qu'il fait allusion & des étres provenant d'un autre espace, d'un autre monde que le ndtre et tentant dasseoir un pouvoir sur Terre, A mon sens, on lesa angélisés et divinisés » tun peu facilement d'une facon globale. Cela nous améne automatiquement & la these des jsiteurs de VEspace tentant dintervenir dans le schéma d’évolution de notre humanité a un moment donné de son Histoire. Ce sont ces archontes dont certains auteurs parlent ou encore ces étres de la dimension de Enki et Enlil de la Tradition sumé- rienne, Les Annales laissent entrevoir que tous ces visiteurs nfavaient pas nécessairement les mémes visées quant a leur réle jouer sur Tere. Certains entre eux ont voulu tendre une main « aidante »& notre espéce tandis que d'autres ont eu une attitude purement colonialiste et dominatrice Il est facile de comprendre que leur avance technologique leur conférait aisément les atiributs du Divin et quis en ont profits Pour mei, il ne s’agit pas d'une thése mais bien d'une réalité que Yon finira t6t ou tard par ne plus pouvoir tier Pour ce que je connais des textes issus du codex de Nag Hammadi et en fonction du vécu qui est le ‘mien, Penseignement initial du Chist a été beau- coup miews traduit par la Tradition gnostique que par celui de toute autre Fglise se réclamant de La. ‘Meme si le gnosticisme est ambigu et contradictotre a certains points de vue, notamment au niveau des relations charnelles, la place qu'll accorde au Fémi- hin en tant qu’énergie ou sensibilité réceptrice est tr8s représentative de ce que le Mattre exprimat, ne serat-ce que par le role quill ft jouer & Marie~ Madeleine & ses c6tés, La sensibilté Féminine avait pour lui un r6le initateur, un rle q’ime approche de la Vie exclusivement masculine ne pouvait rem- plit, Marie Madeleine symbolise véritablement la Sophia de la Tradition gnostique, Cest-a-dire Tame humaine en tant que creuset ou coupe peéte a re- cueillir le Souffle divin descendu sur Terre, ce que i \ ire lesGrecs anciens appelaient Pour ce que je connais des Que pensez-vous de la vi- a lineal el (F ceIN Glens cesweeseyaais Sila religion des papes a fextes issus du codex de p, MG. : a thise de john combattu de telles idées Nag Hammadi et en fonction Lash est peut-étre un peu ex- depuis son origine c'est en ly yécu qui est le mien, “lve dans sa formulation raison de Tatutude des pe [73 initialdu Christ #43078 les informations mniers Peres de [églse, n- !’enseignementinitial du Christ gui cont en ma possessio capables de se défaire dune a 616 beaucoup mieux traduit elle nest sans doute pas trés pensée patriarcale et de pqr |a Tradition gnostique loinde ce quis‘est produt. fortir dune vision duaiste P qj id ‘a f ile, on parle aujourd hu des Es opposant systématique- QUE PAT celul Ge Toute AUITe séniens d'une fagon trop glo- thon Tespri'e la matare, Eglise se réclamant de Lui. bale sans prendre conscience Vhomme et la femme, etc. Enice sens, la pensée catholique est encore Ihéritiére de certains aspects du judaisme. N:: John Lash, un mythologue et exégate des tex- tes gnostiques de Nag Hammadi dénonce dans son livre Not in kis Image Yexistence d'une sec- te radicale proche de Qumran, obéissant aux préceptes contenus dans certains des manuscrits découverts prés de Ia mer Morte : les Zaddikims ou « Zadokites », la branche « re~ ligieuse » des Zélotes qui en serait le bras armé. Pour Lash, il Sagirait d'une sec te apocalyptique, extré- miste, raciste et vouant / un cultea une entité ex- traterrestre tandis que | les Zélotes développe- raient un programme mystico-militariste dont Ia finalité essen- tielle était @établir un Etat théocratique fondamentaliste sur la Terre promise. Lentité extraterres- tre laquelle les Za- dokites voueraient un culte serait Ya- hvé que les gnosti- ques comparent i un archonte. Lash la compare d’ailleurs une sorte de secte nfologique. Les Zad- @ikims, parmi les- quels stest trouvé un jour Paul de Tarse, sur- Yeillaient, poursuivaient et combattaient les grou- gu’au cours du temps, ceux-ci ‘ont conntten leur sein des scissions, Certains d'en- fre eux, avant méme Varrivée du Christ, surtout dans la région de Qumran, se montraient extré- ement rigides et éventuellement guerviers. Is se référaient essentiellement au code de vie du L&viti- ‘que... Les Zaddikims, quien étaient relativernent proches,faisaient partie de ces radicatx, ‘extrémistes et s‘opposaient donc avec vigueur a la pensée que cherchait 'développer le Maitre Jésus. 1 est tr2s logique quils sient vigoureusement — com- battu le courant gnosti- que dont Torigine est diailleurs antérieure & emergence du chris- tianisme, Que Sail de ‘Tarse ait eu des con- tacts avec eux n'est pas pour me sur- prendre en raison de ses tendances assez nettement _machis- tes qui trahissaient en ce sens la pen- sée du Maitre Jésus, Bien quion tente de nous le faire croire, sail, le futur Paul, nlest pas un disci- ple direct du Christ quil a combattu, on le sait, durant toute la période de sa vie publique. Apres sa conversion spectaculaire, c'est sa propre compréhension des choses quiil a voulu imposer. En cela il y est assez bien parvenu, dans Diopets Annals de Messin, Slaixe Mundi Ta foulée de Simon-Pierre. 11465] Noforel Galery pes gnostiques. Avez-vous eu connaissance de ce groupe ? al ovens came 2007 N : Aujourd’hui, les mouvements évangélistes liés aux néoconservateurs américains acqui rent une puissance de plus en plus impresston- nante aux Etats-Unis, mais aussi en Europe et surtout en Afrique qui est la cible de groupes évangéliques et de prédicateurs. lls voudraient imposer au monde un scénario de «Fin des ‘Temps », a savoir la venue de lAntéchrist puis du Messie avec un Jugement dernier et la désignation délus, détres humains jugés dignes des Ecritures. Cet- taines de ces personnes sont ‘méme au pouvoir ala Maison Blanche daprés les témoi- gnages de militaires US & Ia retraite qui ont oc- cupé des. postes-clés du cartel militaro-in- dustriel. On parle & ‘cet égard d'une date fatidique, celle de 2012, Estee que cette date A une quelconque si- gnification pour ‘vous ? Et que pen- sez-vous de cette idée @apocalypse, de venue dan messie venn punir les pécheurs, oa Daniel Meurois-Givau- dan : Il sagit d'une date quion ne peut écarter puisqu’elle revient dans certains trés anciens calendriers comme devant marquet un tournant pour notre Humanité ‘La question est néanmoins de savoir a partir de quel calendrier de base on se référe pour parler de 2012.0n sait que le calendrier grégorien, le nétre, est certainement en retard de quel ques années par rapport ala date de naissance réelle de Jésus. Tout cela fait que nous ignorons exactement fen quelle année nous sommes. Cela a de toute fagon peu importance car, en valeur absclue, une date ne signifieien dans le grand calendrier cosmique. Que nous allions malgré tout vers ‘un changement trés important. au niveau mondial est, me semble- fl, une évidence. Nul ne peut dire pourtant si celui-ci surviendra en 2009, 2012 ou 2020... Les Maftres de les grands événe- ments planétaires relévent du niveau de synchronisation entre la conscience globale de notre espéce et celle des forces qui régissent notre monde. D'une fagon comme d'une autre, que ce soit demain matin ou dans dix ans, il est clair que nous as sistons 4 la fin d'un monde, c’est-d-dire d'un certain ordre des choses ». noverre daca 2007 sagesse quil miest arrivé de pouvotr consulter sur ‘ce point sont unanimes:« Rien n'esttotalement fixe, affirment-ils en substance, tout fluctue en fonction du libre-arbitre dont nous disposons. Les grands événements planétaires relevent du niveau de syx- chronisation entre la conscience globale de notre espbce et celle des forces qui régissent notre monde. Diune fagon comme d'une autre, que ce soit demain ‘matin ou dans dix ans, il est clair que nous assistons ala fin d'un monde, clest-dire d'un certain ordre des choses ». Aucun messie au sens salvateur et puritif du terme nest done & attendre. Qu’un Envoyé d'une envergure ‘comparable & celle du Christ se fasse connaftre est tout A fait probable et jy crois personnellenentn, ris il ne faut pas s'attendre& ce qu'll vienme résou- dre nos problémes par un simple coup de baguette magique! Cette vision des choses fait seulement Vaffaire de quelques naifs voulant échapper & la res- ponsabilité qui incombe & chaque étre luumain dés quill s'agit de sa propre évolotion et de celle de notre monde. Clest nous, individuellement puis collecti- vvernent, qui tenons en main notre aveni et notre capacité diaccession & notre Libération intérieure, II serait vraiment puéril de simaginer qu'une Force, aussi lumineuse soit-lle, vienne faire nos devoirs de classe & notre place... La fonction de Ta Véritable Lumiére est précisément déduquer. La clef de Tas- cension de notre conscience passe donc avant tout par notre réforme, N:Est- ce que Vidéologie des groupes terroristes {slamistes qui tirent parti du désespoir des gens et qui est fondée sur une promesse d’un bonheur aprés la mort si fon combat « au nom de Diew » fest pas la copie conforme de discours que des groupes chrétiens radicaux ~ des croisades aux tunités de combat franquistes en passant par Opus Dei et les Evangélistes américains - ont tent et tiennent encore anjourd’hui ? Selon ces groupes, « la vie est une vallée de larmes et de souffrance, le bonheur rest pas de ce monde et homme est une créature indigne ». John Lash compare ce type didéologie « rédemp- trice » a un virus quia manipalé et conditionné Ia psyché de Vhumanité depuis la venue des «religions du livre » issue de cultes sumériens et babyloniens. Etes-vous daccord avec cette assertion ? Lhumanité est-elle en grand danger a cause de ce que font les religions avec la soif spirituelle de Petre humain ? D.M.-G. :e suis assez en accord avec cette analyse de la situation actuelle. Ce qu’on appelle régulie- rement, dans une religion ou l'autre, la « Cause de Dieu », a toujours été un prétexte pour la manipu- lation des foules appauvries et asservies. Que cet ; t __nourrit sont invari appauvrissement soit matériel ou moral ou méme les deux a lafols n'y change ppas grand-chose, le principe de la ‘manipulation est toujours le mé- me, La sensation de manque est, chez V’étre humaln, le vecteur par lequel les excés s'instal- lent. Le fanatisme est la forme la plus aboutie de cet état de fait car les iddaux dont il se lement lgitimés par ume cause supérieure Ce que n'a pas encore com- pris notre humanité, cst la différence entre la re- igiosité et la spiritualité, Lune conditionne létre a des dogmes aux visées sou- vent temporelles, Pautre lui procure des clefs de croissance intérieure et travaille& la libération de son ame. Les pouvoirs en place ne tiennent évidemment pas a ce que cette différence soit faite car tout ce qui peut créer ou entretenir le principe du conditionnement les fortife. A premigre vue oui, notre hunianité est en grand danger. Cependant, si on prend un tant soit peu altitude, on peut aisément comprendre que les forces de la Séparativité seront toujours ultime- ment au service de celles de I'Unification, En effet, sila Conscience n'explore pas toutes les aberrations auxquelles son libre-arbitre lui donne accts, elle ne Sources = Nige Kone, The Song of she Gey Uislatan Halong sugnon 197 "Pau Yon Ward « God, Gance ond Couicivenes, neohunan | ~lecques Lace les Grastquas, Estos AM! Utd, | en ae fase | sons dei deccus“(Brargie cophie sever, Hamraren, Nenad 1 Publishing, 200, Dorie! WavosGimelon + Conant Dew bogiophe colortn, friar le Panos, Menta Dati Maurie Sveudon, [Engle de Mareadelene..onlon | [elie cs erp, Econ le ete, Mental, 2000 = Cares Catoross 1 lz Face ak sierce, Toe Golimard 1088, Carls Caeredo, Voyage dfn, Esters ds Rocker 1998, petves Wels | Revcloons, Arce Mose, Donel Marot-Givoudan se orca en Evopo pou in sfmincke (bp dav ove ee « LEmaigrerenl de Celonbe Set argarisau utiacas dehynsecs iy pat agclarar® oben des iformotion aur ce séminas osu es enoe c= Dare Maio voudan le ses woow does ‘oon lead com cu vaewumeutetsgnewdon com {Hien Internet |. Job tas: hip ewer natcsonycxg/ Sucriton de lie cone inlenes dex Svangdlcues au Fenogone hip // moar mleanemigaicheseon o16/ae" | "Gate Zate: brp //eparao.o1a/GrowicA ral “lata Kini He //eamiopowa ‘grandit pas réellement. il faut tomber pour apprendre & marcher. Nous en sommes encore 18 au niveau de ensemble de notre espece. Je crois fermement que nous ne sommes pas encore sortis S, delenfance.. ‘uvrer afin de sort de Torniére Se du dualisme me paratt capital Rh aujourd'hui, Ce qu'on appelle eS de fagon schématique Lumiere cet Ombre, Bien et Mal sont les ‘arguments simplistes par les- quels nous nous maintenons dans un incessant et épuisant état de jugement, de condam- nation et de lutte, II y a une question que nous devrions apprendre 8 nous poser régu- ligrement : Pourquoi avons-nous toujours la sensation détre du «bon cété »7 Nous nous condition- nons de génération en génération pour centretenir la certitude que l'erreur est toujours dans ce qui ne nous ressemble pas en facon de pen- ser et en facon d'étre, Je suis toujours surpris de voir A quel point un tres grand nombre dlentre nous nfarrive pas & saisic la notion de compassion, une notion gui est pourtant Ia base de toutes les gran- des traditions dont nous nous réclamons pour nous asserviretfinalement nous entretuer. Sans doute ne nous sommes-nous pas encore suffsamment braés au jeu primaire du manichéisme | Propos recueillis par Karma One aoiit- re 2007 on es Inu este oo conronrone wars 1DES9516309. eral: canal se des Poducons Ine Soars Korps Gr anne cone Remco feo bags Gerpapoe dope so ctoton an 2004. Un sp linge Korea saralae dow ie ocaton fi de lr das onguttos sur det sem « hore ramen». Colac Temecrel yas ei) com/index hipe// = Namie There de Srosees = Erovie sur fe anvemts | | conf wel h/argonsporais!_ him hip://ze7 n/n ‘ertoanerte, Pon, 1095, oe ee ae Nexus n°s3. a rovernbre-dacebra 2007 Par Daniel Estulin © juin 2007 wee stanbul, Turquie, 3 juin 2007. La conférence Bilderberg, vientde sachever. Aprés un déjeuner somptueuxen cette belle journée chauce et ensolellée, la plupart des Bilder- bergers regagnent leur pays avec, dans leurs bagages, dds Instructions précises du Comité de direction sur Ja maniére d'étendre secrétement les pouvoirs du gouvernement mondial. Parmi les sommités pré- Ssentes cette année, citons : Henry Kissinger ; Henry Kravis financier et fondateur du fonds de placement KKR] ; Marie-Josée Kravis, de Hud- son Institute ; Vernon Jordan [homme dffalres et ancien conseiller de Clinton] ;ftienne Davignon, président du Groupe Bilderberg ; Sa Majesté la reine Beatrix des Pays-Bas, fille de l'un des fondateurs, le prince Bernhard ; et le roi et la reine d’Espagne, Comment se fait-il que des libéraux progressistes comme John Edwards et Hillary Clinton ainsi que des humanitaires bien intentionnés avec plusieurs projets sociaux en cours, comme David Rockefeller et chacune des maisons royales d'Europe, assistent année aprés année a la conférence Bilderberg, sachant que 'objectif final de ce groupe de voyous méprisables est l'instauration d'un empire fasciste mondial ? Comment tout cela estil orchestré ? idee est de donner & chaque pays une constitution politique et une structure économi- 4que nationale appropriées, organisées aux fins suivantes : 1) placer le pouvoir politique entre les mains de personnes choisies et éliminer tous les intermédiaires ; 2) établir une concentration maximale d'industries et éradiquer toute concurrence injustifiée ; 3) atablir un contrdle absolu des prix de tous les biens et de toutes les matidres premigres (les Bilderbergers le permettent en tenant les rénes de la Banque mondiale, du Fonds monéiaire international et de 'Organisation mondiale du commerce) ; et 4) créer des institutions judiciaires et sociales capables de prévenir toute action extréme En toute illégalité Bien que ces personnalités affirment participer & la conférence annuelle du groupe en tant que simples citoyens et non dans Texercice de leurs fonctions gouvernementa- les, permettez-moi d'en douter. Surtout si on compare la régle de Chatham House au Logan Act aux Etats-Unis, oii est parfaitement illégal que des élus rencontrent en privé des hommes affaires influents pour débatire et décider de la politique générale (voir encadré p46). Les conférences Bilderberg suivent un protocol traditionnel fondé en 1919, sur la lancée de la Conférence de la paix de Paris (tenue & Versailles), par Institut royal des affaires internationales (RILA) basé a Chatham House, & Londres. Uinstitut royal des affaires inter- rationales, souvent simiplement désigné par le terme Chatham House, est le bras exécutif de la monarchie britannique en matiére de politique étrangere. Selon les procédures du RILA « Dans le cadre d'une rencontre organisée en vertu dela ré- sle de Chatham House, les particigants sont libres d’utiliser les informations regues, mais ni dentité ni l'appartenance de T'ntervenant, ni de tout autre participant, ne peuvent Stre révélées ji ne faut pas non plus mentionner que ces informations ont été communi- quées lors dune rencontre de institut » = ovembre-cscemare 2007 7 vers un empire fasciste mondial ee Sie canes etc eee iene icc aia Petite ig eset Cee ee arid cent vingt personnalités Coc ten des affaires, de l'industrie, Pe oe a See esc Cu a Ro Bilderberg se tenait du 31 mai Preitne ere tr Carlton d'Istanbul, en Turquie. Lavoie le veut la « tradition », les discussions ont porté sur Pee ccs Ene ee cera eee ees eed Ce eed Eee cure ae Eieue erence aes eee en nec Pee a GEOPOLITIQUE Le Logan Act visait a interdire ade Les EtatsUnis et l'Europe toyen américain, tandis que son simples citoyens américains @in- terférer dans les relations entre les ‘ont un accord tacite : le institution soeur, le Fonds moné- taire international (FMI), doit etre Etats-Unis et les gouvernements président de la Banque présidée par un Européen, Néan- étrangers. Grincements autour de la Banque mondiale avons réalisé une petite synthése des conclusions de la Conférence Bilderberg 2007, Voici un résumé des points-clés, accompagné de quelques commentaires. Parmi les autres thémes abordés, citons le changement climatique et le réchauffement de la plane, le réle de la Turquie dans la nouvelle Union européenne, les réformes de la Banque mondiale, la géopolitique du Meyen- Orient, le conflit en Irak, la menace nucléaire po- tentielle de Iran et 'avenir de la démocratie et dur populism . La délégation des Etats-Unis soutient unanime- ment la candidature de Robert Zoellick pour prendre la présidence de la Banque mondiale. Agé de 53 ans, ce fervent défenseur du libre-échange a travaillé comme cadre supérieur 4 Wall Street et ‘occupé des fonctions importantes au sein de deux administrations Bush. Durant la conférence, il a promis « d’ceuvrer pour rétabli Ia confiance dans la banque ». « Nous devons mettre nos différences de cOté et nous tourner ensemble vers l'avenir Je pense que la Banque mondiale a encore de beaux Jours devant elle », a déclaré Zoellick, quasiment certain d’étre hu la peésidence. La décision finale sera prise fin juin par les vingt-quatre membres du conseil d'administration de Ta banque. Les Etats-Unis et Europe ont un accord tacite : le président de la Banque mondiale doit atre un ci mondiale doit &tre un moins, selon nos sources internes, citoyen américain, tandis le FMI doit tre présidé [e cadre duque les Etats-Unis nom Grace & nos sources interes, nous par un Européen. les Bilderberger seuropéens ne se satisfont plus de ce statu quo, dans ‘ment un candidat unique a 'ssue de consultations informelles avec des membres de la Banque mondiale. La tiomination de Zoellick semble faire capoter les demandes timides de réforme de ce processus de sélection au sein de la Banque mondiale, l'une des pierres diangle de Farchitecture financiére mon- dale créée par les vaingueurs de la Seconde Guerre mondiale. Un Bilderberger belge a proposé « un processus de sélection au mérite, indépendant de a nationalité », qui sera de toute évidence rejeté par administration Bush, Fait assez remarquable, des Bilderbergers européens ont & plusieurs occa- sions ouvertement rejeté le modele actuel, disant {que « cette nomination respirait Thypacrsie », notamment parce que les Etats-Unis et la Banque ‘mondiale prénent responsabilité et transparence envers les pays en vole de développement, princi= paux clients de la banque. Mais avec un Espagnol a Ia téte du FM (Rodrigo Rato) et un Francais a la présidence de la Banque centrale européenne (Jean-Claude Trichet & 'épo- que, aujourdhul Dominique Strauss-Khan), difficile imaginer que les Etats-Unis cédent le contrdle de la Banque mondiale, Seule la Réserve fédérale amé- ricaine resteralt sous contréle américai, ‘« Remplacer un responsable nommé par Bush par tun autre ne résoudra pas les problémes fonda- mentaux de gouvernance de la Banque mondiale, a P VIP hers Logan Act Jormi les personnes ayant assisté aux conférences Bilderberg au fil des ans et outrepassé le Logon Act, citons Allon Dulles (CIA) ; le sénateur Jemes Fulbright (de 'Arkansos, boursier Rhodes) ; Dean Acheson {socrbtalre d'or sous le président Truman) : Nelson et Laurance Rockefeller; lencien president Gerald Ford ; Henry J. Heinz Il (ancien PDG de H. HeinzCo,) ; Thomas L. Hughes foncien président de la Dotation Camegie pour la paix internationale) ; Robert S, MeNomara (ministe de la Défense du président Kennedy et encien président de la Banque mond do la Fendation Ford et ancien éditeur de a revue Foreign Affoics du Conseil des relations étrangéres); John J. McCloy [eneien président de lo Chase Manhattan Bonk) ; George F Kennan (ancien ambessadeur américain en Union soviéique) ; Paul H Nitze (ancien représentant de la Schroeder Bank : Nitze o joué un ro capital dans les accords de contréle des armements, qui ont toujours dépendu du RIIA| ; Robert O. Anderson (ancien président d'Allantc Richfield Co., et président de Aspen Insitute for Humanistic Studies) ; John D. Rockefeller IV {ancien gowerneur de Virginie occidentale, aujourd'hui sénateur ‘eméricain); Cyrus R. Vance (secrétcie dtc! sous le président Carter); Eugene R. Black ancien président de la Banque mondiale}; Joseph Johnson {ancien président de la Detation Carnegie pour la poix internationale); le général Andrew J Goodpaster (ancien Commandant supréme des forces cliées en Europe, et plus tard adminisrateur en chef de I’Académie cde West Poin!) ; Zbigniew Brzezinski conssiller de sécurité notionale du président Carter, co-fondateur de lo Commission hrilatrale); le général Alexonder Haig (auirelois commandant européen de 'Otan, ancien assistant Henry Kissinger, ot pls tord seerétaire d'Etat sous le président Reagan] ; James S, Rockefeller [ancien président du consell et président ee la First National City Bank, aujourd’hui devenue Citibank] le); William P. Bundy (ancien président = Nexus n°s3 cexpliqué un Scandinave, Les gouvernements mem- bres devraient rejeter tout moyen détourné pré- servant la structure de gouvernance de la banque, et réclamer un processus de sélection ouvert, basé sur le mérite. » Zoellick et big pharma Le nom de Zoellick a également fait sourciler les groupes de développement en raison de sa proxi- mité avec la classe dirigeante américaine et les ‘grands patrons, un des participants (Je al pas pu conflmer son ‘dentité) a demandé & Zoellick comment il envi- sageait de rerouer avec les pays du Tiers-monde et du Quart-monde, sachant que lorsqu'il était re- présentant américain au Commerce, il avait forcé Jes gouvernements des pays pauvres & adhérer aux lois sur 1a propriété intellectuelle imposées ppar les Etats-Unis qui empéchent notamment les ays en voie de développement d'avoir accés aux médicaments, Zoellick a été trés proche de l'indus- trie pharmaceutique, et les accords commerciaux bilatéraux quil a négociés ont empéché des mil- lions de personnes d avoir aecés aux médicaments générigues, Toutefois, ce quia vraiment agacé les délégués tant américains qu’européens, c'est de voir le linge sale de la Banque mondiale lavé en public, grace en particulier & Paul Wolfowitz et 2 sa stu- pidité, dont ila, sit dit en passant, fait porter le chapeau a la presse, {Post-scriptum le 25 juin, Robert Zoellick a été lua Punanimité président de la Banque mon- diale pour une durée de cing ans, succédant & Paul Wolfowitz & compter du 1* juillet Dans une déclaration publiéesur htip:// @ wewwavorldbank.org, i a indiqué: « Das que je prendrai mes fonctions & la Ban- que mondiale, je rencontrerai toutes les personnes qui sefforcent d'éradiquer la pauvreté un peu partout dans le monde, notamment en Afrique, en promouvant le développement socio-économique, en investissant dans la croissance et en encourageant Vespoir, les opportuni- tés et la dignite »] autres de la colére de Pélite mondialiste. Un Bilderberger américain a déclaré qu’aprés des années de stagnation économique, « la Russie agit contre les idéologies et politiques concilian- tes de l'unipolarité, contre ses manifestations et machinations récemment réapparues et contre les instruments de sa perpétuation, comme l'or- ganisation du traité de Atlantique nord [Otan). » Bilderberg 2007 a servi d'exercice de concertation pour adopter une politique et une stratégle corn- runes face &la résurgence de la Russie. Le groupe désapprouve notamment la stratégie actuelle de la Russie visant a démanteler activement ce qu'il reste de « lesprit de soumission & la volonté de Amérique », selon les mots d’um Bilderberger, qui est né durant la période post-soviétique et a joud un réle crucial dans le développement de l'unipo- larité menée par les Etats-Unis. C’était au début des années 90, au commencement du régne d'Eltsine, Aprds le pillage massif des an- inées 90, via la « thérapie de choc » et le program- ime de préts contre actions orchestré par les théo- riciens socialistes d’Harvard comme Jeffrey Sachs, Andrei Schliefer, David Lipton et Jonathan Hay, le paysa étéamené & 'aube de l'économie capitaliste du XXP sidcle, Résultat, la Russie a fini par tomber dans l'anarchie, sa population gagnée par le dé- sespoir, incapable de supporter un établissement militaire international, aiguisant ainsi les appetits coloniaux. Cest exactement ce qu'avait proposé George Ball durant la Conférence Bilderberg 1968, au Canada, J'y reviendrai un peu plus tard. Soit dit en passant, le terme de « thérapie de choc » désigne la soudaine libéralisation des prix et du change combinée au retrait des subventions publiques et la libé ralisation immédiate du commerce VYintérieur d'un pays, tous les ingrédients nécessaires pour un appauvrissement de la société... en loccurrence russe. a guerre pour I’énergie Dans le livre de Zbigniew Brzezinski publié en 1997 The Grand Chessboard', «la Russie »et «ses réserves d’énergic vitale » est mentionnée plus fréquern= Bilderberg 2007 4 ment que tout autre pays, Brzezinski Barrer la route la Russie servi d’exercice de est un ancien conseiler de sécurité Autre grande préoccupation pour les Bilderbergers américains et euro- concertation péens : Vactuelle dénionsiration de Adopter une pol nationale du président Carter, cofon- dateur de la Commission trilatéra- le, membre du Conseil des relations force de la Russie sur la question de et une stratégie com- étrangéres et du Club Bilderberg et Vénergie. La controverse autour de la licence de TNK-BP, la joint-venture munes face 4 la résur- proche associé de David Rockefel- ler et dHemry Kissinger. C'est l'ini- russe de BP, n'est qu'une raison parmi gence de la Russie. _tié par excellence. Selon Brzezinski, novembre déeemrs 2007 GEOPOLITIQUE Thégémonie mondiale des Etats-Unis et done du Club Bilderberg dépendait du contréle total des ré- serves d’énergie de la Russie en Asie centrale. Tant que la Russie était forte, elle restait une menace, un obstacle potentiel a imposition de la volonté &onomique et militaire du Club Bilderberg Le contréle géopolitique et les impératifs du club en matiére d’Snergie vont encore une fois jouer un role-clé dans [a vie de centaines de millions de gens innocents. _ Toujours dans The Grand Chessboard, Brzezinski aex- pliqueé comment la question de Iénergie motivat la politique américaine : « Une puissance qui domine 'Eurasie contrélerait deux des trois régions les plus avancées et les plus économiquement productives du monde. Un simple coup d'ceil la carte laisse aussi penser que le contréle de I'Eurasie entraine- rait presque automatiquement la subordination de «© premiére réunion du groupe Bilderberg s'est fenve en moi 1954 & I/héte| Bilderberg 4 Oosterbeek ([Pays-Bas) sous impulsion des fondateurs du groupe Bilderberg, le Prince Bernhard des PaysBas, Denis Healey, Joseph Retinger, David Rockefeller, mois aussi Jozef Luns [exsecrétaire général de l'Oten} ot Paul Van Zesland (ex-Premier minisre belgo ot banquier). Consue initiclement, dans le contexte de la guerre froide, pour renforcer la coopération eccidentale conte expansion sevidtiqus, la conférence a toujours impoxb dee régles strictes de confidentialité : adresse de Ihétel(totalement vid de ses clienis pour l'occasion] maintenue seeréte jusqu‘au dernier moment, pos d'enregisrement des débats ni de prise de roles, aucune conférence de presse, discussions & huisles, et interdiction absolve de divulguer des informations & l'extrieut. Présidée jusqu'en 1976 parle prince Bernhard de Lippe, puis, par David Rockefeller, a conférence Bilderberg est aujourd'hui sous la présidence du vicomte Etienne Davignen. - NEXUS 9°59 noverbre-decerntre 2007 Afrique, faisant de laémisphére occidental et de VOcéanie des satellites géopolitiques du continent central du monde. Environ 75 % de la population mondiale vit en Eurasie, et essentiel des richesses physiques du globe s' trouve également, tant dans les entreprises que sous terre. LEurasie représente 60 % du PNB mondial et environ trois-quarts des ressources d'énergle mondiales connues > histoire de Phumanité montre que pour contréler ensemble du monde, il faut impérativernent con- tréler le corur de 'Eurasie. LAzerbatdjan, qui ren- ferme les richesses du bassin de la mer Caspiemne et d'Asie centrale, en est un exemple typique. Du point de wue des Etats-Unis, Tindépendance des Etats d'Asie centrale maura plus aucun sens si Vazerbaidjan tombe entre les mains de Moscou. Pour les Bilderbergers, le contréle de l'énergie est Tebut ultime. Le theme de I'énergie réapparaft plus loin dans le livre de Braezinski, érit quatre ans avant le 11 Sep- tembre : la consommation mondiale ’énergie de- vrait augmenter considérablement dans les vingt a trente prochaines années. Selon les estimations du ministre américain de VEnergie, la demande devrait augmenter de plus de 50 % entre 1993 et 2025, la hausse la plus forte se situant en Extréme Orient, La dynamique du développement économi que de I'Asie génére déja de fortes pressions pour Texploration et Pexploitation de nouvelles sources énergie ». En clair, aux yeux des Bilderbergers, a Russie était le premier maillon de la chaine. Lavénement d’une société mondiale Dans un exposé intitulé « Uinternationalisation des affaires » présenté lors de la conférence Bilderberg 1968 (qui a eu lieu du 26 au 28 avril 1968 & Mont ‘Tremblant, au Canada), George Ball alaissé entre- voir Vorientation économique du groupe. Ball, qui Gtait sous-secrétaire d'Etat aux affaires économi- ques sous JFK et Lynden Johnson, membre du Co- tmité de direction du groupe Bilderberg et directeur principal de Lehman Brothers and Kuhn Loeb Inc, a défini la nouvelle politique de mondialisation de Bilderberg et la manire dont elle fagonnerait le nouvel ordre mondial Comme le note Pierre Beaudry dans Synarchy No- ‘vement of Empire!, «.. Ball a exposé les avanta- es d'un ordre économique mondial néo-colonial basé sur le concept d'une “société mondiale”, et Aécrit certains des obstacles éliminer pour y parvenis. Selon Ball, la priorité était d'en finir avec “la structure politique archaique de I'ftat nation” », Autrement dit, Ball récamait un retour 4 Yencien systéme colonialiste, mais bati cette fois-ci sur le concept d'une « société mondiale ». ir at ur Beaudry poursuit : « Selon Ball, “pour étre produc- tifs, nous devons commencer par recomnaftre expli- citement le décalage entre le développement de la société mondiale (concept répondant aux besoins modernes) et la persistance d'une structure politi- que archaique d’Ftats nations, la plupart de petite ou moyenne taille, qui évolue trop lentement face aux besoins du nouveau monde” Beaudry conclut : « Il était clair pour Ball que la structure méme de I'ftat nation, et Tidée d'état, ou d'une assistance générale & un peuple, repré- sentaient le principal cbstacle & toute tentative de pillage de la planéte, en particulier des nations fai- bles et pauvres, et & la création d’un empire mon- dial néo-colonial. La priorité de la société mondiale est évidemment basée sur le libre échange interna- tional, lequel est mesuré par le crittre britannique de profit, & savoir acheter bon marché et vendre & prix dor. Le probleme est que les gouvernements nrationaux ont des priorités différentes, voire contraires...» Quelle légitimité ? 1 la page 39 d'une transcription de la conférence Bilderberg 1968, Ball interrogeait: « Oli trouver une base égitime autorisant les dirigeants d’entreprises & prendre des décisions pouvant affecter profondé- ment la vie économique des nations envers lesquel- les ils n’ont qu'une responsabilité limitée?» ‘Autrement dit, Messieurs Rockefeller et Davignon, voici ce que M. Ball aimerait savoir : comment tablit-on une société mondiale du genre d'Hali- burton, dont le pouvoir surpasserait n’importe quel gouvernement de la plandte ? N'est-ce pas ce que signifie une « société mondiale », aux mains de la classe dirigeante ? Le multimilliomnaire belge président de Bilderberg, Etienne Davignon, déclarait lors d'une interview avcordée & la BBC en 2005: « Je ne pense pas qu'il existe de classe ditigeante mondiale. Les affaires et la politique influencent la société, c'est du simple bon sens. Les entreprises ne contestent pas le droit de diriger aux leaders démocratiquement élus. » En étes-vous stir, monsieur Davignon ? La démocra- tie parlementaire actuelle fonctionne sur la base d'un chef e'ftat et d'un parlement « élus » pouvant tre renversés chaque fois que Ion décide d'orches- trer une crise et de confier le systéme financier & tun troisiéme pouvoir, appelé « systéme bancaire central indépendant ». ‘Aux Etats-Unis, ce systéme bancaire « indépen- dant » est connu sous le nom de Réserve fédérale, banque privée étroitement lige au groupe Bilder berg. En Europe, le systime bancaire indépendant est géré via la Bangue centrale européenne, dont les politiques monétaires sont-établies par les mem- rovembre-cécembre 2007 bres dirigeants de I'élite Bilderberger, comme Jean- Claude Trichet. En Grande-Bretagne, ce syst#me indépendant est géré par la Banque d’Angleterre, dont les membres sont aussi des membres & temps plein du cercle d'initiés du groupe Bilderberg. Le systéme bancaire central indépendant contréle Témission de monnaie et les taux de crédit et d'in- térét nationaux. Chaque fois que le gouvernement le contrarie, il use et abuse de son pouvoir pour orchestrer son renversernent, Le Premier ministre britannique Margaret Thatcher a été renversée suite a son refus de remettre la souverainetébritan- nique aux mains de a société mondiale concue par les Bilderbergers, cette société que Kuh, Loeb and Lehman Brothers ont batie partout dans le monde, par le biais de fusions et acquisitions, depuis les années 60 jusqu’3 aujourd'hui. Ces demniéres décennies, toute la politique de déréglementation des industries et des banques américaines a préci- sément été établie en réponse &ce scénario, en vue de créer des corporations géantes au service d'un nouvel empire dont lintention n'est autre que la guerre perpétuelle, La déroute russe programmée Le démantélement et Paffaiblissement de la Russie qui ont suivi (au point qu'elle n’a pu s'opposer aux opérations de l'armée américaine qui ont permis de prendre le contréle des réserves de pétrole et de gaz d'Asie centrale) peuvent-ils avoir fait partie d'un plan pluridécennal de domination mondiale ? Ceesten tout cas ce que pensent de grands analystes parfaitement crédibles. En 1997, lors d'un symposium organisé & Born, en Allemagne, le Dr Sergei Glazyev, président de la commission de politique économique & la Douma de la Fédération russe, a expliqué : « Cette colonisation, ddéguisée en réformes, a détruit les institutions fon- damentales dela société russe de la fagon suivante 1) destruction du systéme financier de I'ftat via un aceroissement sans fin dela dette nationale, une ré- duction de Vassiette fiscale, 'aggravation dela crise des non-paiements et la désorganisation du systtme monétaire;2) destruction du potentiel scientifique et technologique du pays, via une réduction drasti- que des subventions nationales accordées ala scien- ce, leffondrement de la coopération technologique et de Fintégration de la production scientifique au cours de la privatisation de masse, et le refus du gouvernement davoir une politique scientifique, technique, industrielle ou structurelle ; 3) la vente A des entreprises étrangéres de blocs de contrdle actions des entreprises russes les plus puissantes de l'industrie, de la production électrique et des télécommunications ; 4) la cession du droit dex ploiter les gisements de matires premiéres les plus GEOPOLITIQUE précieux de Russie & des transnationales ; 5) 'éta- biissement d'un contréle étranger sur le marché boursier russe ; 6) l'établissement d'un contrdle éteanger direct sur le modelage de la politique éo- hhomique intérienre et extéricure de la Russie? ». Les conclusions de Bilderberg sont d'une sincérité frappante : « Les Etats-Unis ne peuvent plus négli- get, voire ignorer, la Russie résurgente, la Chine ‘montante ou les régimes du monde fournissant le pétrole qui alimente "économie américaine. I faut faire quelque chose, et vite, pour saper l'influence ‘rofssante de la Russie en matitre d'énergie mon- diale. La détérioration stratégique des relations rrusso-américaines est due & cette lutte géopolitique pour la suprématie sur le plan de l'énergie », Levis d'un déldgué finnois selon lequel « une con- frontation militaire russo-américaine est improba- Die, aussi tendues que puissent étre les relations » nest plus si sar, face & une Amérique de plus en plus désespérée repoussant une Russie de plus en plus agressive, Henry Kissinger a ajouté que « la po- litique étrangére américaine unilatéraliste et agres- sive a forcé les Etats de “axe du mal” & accélérer leur course a l'armement nucléaire pour se proté- ser contre les frappes de l'armée américaine ». Richard Perle a fait remarquer qu‘en réponse aux tactiques américaines agressives déployées aux quatre coins du globe, la Russie avait mené des actions asymétriques pour ébranler 1a capacité des Etats-Unis & propulser efflcacement leur force militaire sur ses plates-bandes et sur celles de ses partenaires et aliés, Lorsqu’un Bilderberger amé- ricain a tenté de protester, les délégués européens Les catastrophes ont toujours été bonnes pour les affaires. Sans souffrance, il n’y aurait pas d'aide humanitaire. Et sans aide humanitaire, les réseaux de services secrets ne pourraient pas satisfaire les appétits occidentaux de contréle géopolitique. cont évogué la récente réaction de la Chine face aux intentions des Etats-Unis de miltariser V'espace : une démonstration simple et relativement peu coo teuse de destruction de son satellite, Cet exemple a provegué un certain remous dans la salle, au grand regret des Américain. UAfghanistan et le prix de la trohison Autre sujet abordé : Afghanistan. Les participants se sont accordés a reconnattre que la mission de Votan dirigée par les Etats-Unis sembourbait et que « la situation dans le pays empirat >. Selon un Bilderberger britannique, le prabléme est da 2 « des attentes irréalistes ». Selon lui, réclamer a Nexus nosa une réforme démocratique tout en soutenant les _guerriers Pachtounes sans afficher de réel progrés «a contribué & discréditer pas mal de nos notions fondamentales aux yeux des Afghans ». Toutefois, les Bilderbergers ne sont pas les seuls 4 Gtre perplexes devant la fagon dont les gouver- nnemenis et leurs partenaires afghans min ‘ment choisis ont réussi a dépenser des milliards de dollars dans laide au développement sans que l'on constate de réelle amélioration, Les catastrophes ont toujours été bonnes pour les affaires, Sans souffrance, il n’y aurait pas d'aide hhumanitaire, Et sans aide humanitaire, les réseaux de services secrets ne pourraient pas satisfaire les appétits occidentaux de contréle géopolitique. Plus la situation semble terrible, plus c'est vendeur, Pendant que les Américains recevaient leur lot quotidien dimages de répression, de souffrance et de femmes afghanes en burka, une campagne de propagande était subrepticement lancée dans les pages des joumnaux et magazines sur papier glacé. le New Yorke Times et le New Yorker huilaignt la ma- chine & misére en incitant le gouvernement amé- ricain, les Nations unies et quiconque voulait bien les entendre & « faire quelque chose ». La terreur et Vhorreur, 8 Timage de la haute joaillerie, sont devenues des produits. instrumentation humanitaire Aujourd’hui, VAfghanistan et ses cousins africains que sont le Soudan, Ethiopie, 'frythrée, le Congo, le Rwanda et autres nations bénéficiant de Taide hhumanitaire occidentale se trouvent dans une si- tuation désespérée, Les Bilderbergers semblent de- ‘ander : comment est-il possible que des missions Jhumanitaires d'une telle ampleur aient échoué si Jamentablement 7 Une mission bien intentionnée aurait-elle mal tourné en raison de la corruption, e la cupidité et d'un manque de recul ? Ou bien Sagit-il d'un démantélement implacable de terres et cultures étrangtres exercé sous couvert dongani- sations humantalres étroitement liges au plus vaste apparell du gouvernement ? Par ailleurs, le soutien de seigneurs de la drogue afghans par le gouvernement américain constitue tun autre indice vital. Selon les Nations unies, le trafic de drogue générerait chaque année un profit de prés de 700 milliards de dollars libres dimpéts, De telles liquidités, ca ne peut pas se cacher dans un bas de laine | il faut sacrément dexpérience et abileté pour déplacer de telles sommes incognito, Quelgu’un doute-tal encore que |’Afghanistan ne soft qu'urte question de drogue ? Quelqu'un doute-t- ALencore de limplication de la CLA ? La CIA a par exemple fnancé les Fréres musulmans en 1977 forme les moudjahidines en préparation de 0 os Ja campagne de collusion entre Washington et I's- Jam de droite : la guerre afghane, Le confit afghan est né & la mosquée AlAzhar du Caire, le centre névralgique des Fréres musulmans. Pew aprés les attentats du 11 Septembre, le pirate de Tair supposé Mohammed Atta a té présenté comme um membre de la Confrérie musulmane dans phisieurs publi- cations occidentales telles que le Washington Post (22 septembre 2001), PObserver (23 septembre 2001) et Newsweek (31 décembre 2001). Parmi les autres «, membres figuraient Khalid sheik Mohammed et Ramzi Yousef, les cerveaux de Vattentat 8 la bombe de 1993 contre le World Trade Center. Le bras droit Oussama ben Laden, un Egyptien conmu sous le nom d'Ayman al-Zawahiri fait ini aussi partie de la Confrérie depuis des années. Aujourd’hui, nous sommes & la croisée des chemins. La voie que nous allons suivre sera déterminante pour lavenir de I'humanité. Nous avons le choix : devenir un état mondial électronique sous surveillance policiére ou rester des étres humains libres. Robert Dreyfuss, dans son livre fort intéressant De- vil Game, a expliqué cela ainsi: «Ils sont retournés en Afghanistan et ont formé une nouvelle branche, Ja Société islamique, Parla suite, ces mémes “profes- seus", comme on les appelat,allaient former le pi- ‘vot des moudjahidines afghans qui menaient depuis une dizaine d années une guerre contre occupation sovidtique, avec le soutien des tats-Unis, Les trois principaux “professeurs” étaient Abdul Rasul Sayvaf, Burhanuddin Rabbani et Gulbuddin Hekmatyar >. Sayyaf et Hekmatyar, deux gros trafiquants de dro- gue pachtounes et atouts de la CTA, étalent soutenus par les services secrets pakistanais ainsi que la pro- pre « branche » pakistanaise dela Confrérie, rice & de Vargent saoudien. I existe encore un autre lien entre la Confiérie et [ultra secret groupe Bilderberg. Au début des années 80, les Bilderbergers Michael Ledeen, de Tultraconservateur American Enterprise Institute, et Richard Perle ont utilisé Hekmatyar comme icéne de la résistance antisoviétique a 'époque ol ce der- niler collaborait activement avec des terrorstes du Hezb-‘tslami pour ébranler influence américaine en_ Afghanistan. Quelqu’un peut-il encore penser qu'il Sagit d'une coincidence ? Tout dabord il y a ‘ti I aide humanitaire » via des organisations non ‘gouvernementales, 'armée américaine n'a pas tardé a suivre, venant& la rescousse « 3 des fins purement Jumanitaires », Une fois sur place, cela s'est trans- formé en « reconstruction de nation >. Ala fin, c'est a NEXUS n99 evens une chasse au dictateur terrorist. Durant une discussion animée & la Conférence Bil- aerberg 2007 distanbul, un Italien a demandé si Tes forces de POtan commandées par les Ftats-Unis avaient « la volonté de rester dans la course ». ‘Au lendemain du sige militaire américain de Tora Bora, en Afghanistan, en décembre 2001, le général commandant, Tommy Franks, aurait dit qu'l nétait pas dans son intention de «se laser entrainer dans un engagement longue durée de style sovié- tique commie dans les années 60%. Aujourd’hui, ce- pendant, les Bilderbergers américains font pression sur les alliés de ’Otan pourqu'ilsenvoient davantage de troupes. Kissinger a insisté sur le fait que « Ia volonté » man- quait et que par conséquent « nous devions com ‘mencer & reconnaitre nos limites ». « Les choix aux- quels nous sommes confrontés sont tres dificil, »a précisé une figure royale européenne, parfaitement accord avec Kissinger quant au manque d'engage- ment et de volonté, Un représentant de 'Otan a ‘tégoriquement afirmé que lOccident n'avait ni lin- telligence politique ni la compréhension nécessaire pour mener une campagne de contre-insurrection en Afghanistan pendant plus de dix ans. Un vaste programme d’asservissement Le groupe Bilderberg n'est pas un but en soi, mais le moyen d'instaurer un gouvernement mondial unique. Cette organisation est devenue un gouvernement fant6me qui, lors de ses conférences annuelles ultra sectétes, décide de la fagon dont elle va exécuter ses plans, Le but ultime est de transformer la Terre en prison en amenant un marché mondial unique, con- tr6lé par un gouvernement mondial unique, survlllé par une armée unique, fnancitrement tenu par une banque mondiale et peuplé d'habitants bardés de puces électroniques dont les besoins vitaux se récul- sent au matéralisne et la survie (travaller, acheter, procréer, dormir), tous connectés & un ordinateur ‘moncial survelllant leurs moindres fits et gestes, Et cela devient de plus en plus facile parce que le développement des technologies de télécommu- nication, combing aux avaneées du. savoir et aux nouvelles méthodes de manipulation comportemen- tale, est en train de transformer en affreuse réax lité ce qui, & autres époques de Ihistoire, n'tait qu'une mauvaise intention. Chaque nouvelle mesure, prise individuellement, peut semibler aberrante, mais accumulation de changements, dans le cadre une progression permanente, méne tout droit & Tasservissement. ya pourtant de 'espoir. Un peu partout sur laplané- te, des points de tension commencent ase fracturer et des gens commencent & prendre parti. La population commence & ouvrir les yeux sur Tirrationalté gui lui GEOPOLITIQUE est impesée, Notre conscience collective commence & Lavoie que nous allons sulvre sera déterminante pour 6veiller, Vous voyez, les pouvoirs établis nous ont dit Vavenirdehumanité. Nousavons le choix: deveniran que les événements mondiaux étaient trop difciles & Etat mondial électronique sous surveillance policiére comprendre pour les non-initis. Ils ont menti! cou rester des étres humains libres. Noublions jamais On nous a dit quil fallait protéger les secrets natio- que ce n'est pas & Dieu de nous trer du « Nouvel age ‘naux, Evidemment | Aucun gouvernement nfa envie des téndbres» prévupournous.C’est nous. Unhom- le ses citoyens découvrent que ses plus brillants sme avertien vaut deux. Nousnetrouverons jamais les sments participent a une collusion massive, & une bonnes réponses sans poser les bonnes questions, ll conspiration et au pillage dela plant Aujourd’hui, nous sommes la croisée des chemins. ‘Traduction : Christéle Guinot Etaient présents 4 la L incusit bon nombre de tomités : responsobles poliques, hommes d'affaires, banaviers cenraux, commissaires etropéens el potrons de la grande presto occidantele. leurs eBtéa igurient déminents représontans de le royauié ‘européenne, D’aprés la Tite du coms de drecion de Bilderberg & laquelle auteur a ev accbs, volc les personner qui ont partic & la conférence Bilderberg 2007 (bizarrement, Dovid Rockefeller n’stat pas présant). Grahom Allon, profesceur on éludes gouvernementale, fivicire de la chairMandelsone ; Douglas Dillon, Faculté dex études jouvernementles; John F. Kennedy, Univeraté d Harvard (EtlsUns] ; George Alogeskouts, minsite de économie et des finances (Grace); Ali Bobocan, minisre des Affirs économiques (Turquie); Frencsco Pino Belsemo, POG dIMPRESA SOPS, ancien Premier rrinise (Portugll ; Michel Bernier, vieeprésidert de Mérioux Allonea ; ancien minisra des Affoiros éitongéres (France) ; Micheal Borone, rédocieur principal d'US News & Werld Report (Etats Unis); Marin Bortensein, insite fédéral de Economie st du Trova {Autiche); Neoles Boverez,ctioci chez Gibson, Dunn & Crotcher UP [Frane) So Molt fo reine Betrx des Poystas; Leonor Beleza, president do lo Fondation Chompalimaud (Partagal ; France Barnabs, Viewpréident de Rothschild Europe (ai) + Rosina M reall eetaiar ay anya oa boa ds F Michigan (Bre Unis); Car Bid, minsre des Affaires Girengéres, onion Premier min aA. Brand, ehronigueur Torquel 7 Uoyd C. Blankfein, POG de Goldman Sachs & Co. (Etots-Unis) ; Anders Borg, minisire des Finances (Suéde) ; Charles G. Boyd, BOG do Business Executives for Noioncl Secury [EhrsUnil ; Umi N. Boyer, membre dv comity exsulf de Boyne Hol Turquie) ; Vendeline A. H. yon Bredow, correspondant économique The Eeanomt, rapporteur (Allemagne) ; lan Bret président d’Eurasic Group (Etats Unis) ; Oscer Bronner, éditour et édacteur de Der Stendard [Autiehe) : Hubert Burda, st PDG d'Hubert Burda Media Holding (Belgique) ; Gerald Butts, secrétcire principal du bureau du Premier Flontri (Coneda) ; Cong Conder, jornaie 2 Refrons (Turquie |7 Hen de Coats, prénicet conse Ce 206 d'AxA (rence) Joan lus Cebit, POG de Grupo PRISA nesta group (Espagne); Hime! Csi, onsen mine dea ‘ens range oer hu privat cil de "Ohm on Aighaiten ug); Ker Cli, entre, nl: Timothy ©: Caine, 706 do Ripslawood Holding LLC te Uni) rons vm Basle, rpreseion’ permanent Ge a Bagigue & Oion (belige) ; Gworge A Dovid, president de Cecacsls HBC Sh (Grece| | EHenne Dovgnen, vcepreadent de svertredebel, president honerire dev conferncesBiderberg (Belgique) 1 Rechard, Dearie, profesaur au collge de Pembroke, Cambridge TRoyoume\Un| Kerol_ Dervis, sdminsateue de PNUD. (Targus) Anne Dempentealed? mtn i Palanan (Gebel: Themes E Dinden’ cacti ud O/cony & Myers LLP (Etats Unis) ; Mathias Dapfner, POG d’Axel Springer AG (Allemagne) ; Cem Dun anion ambotzadvr & Union aurapéanne (orale) Eahor Dyson president de EDventure Holdings, Inc, (EtoteUnis} ; Anders Eldrup, président de DONG AS {Bynemert) Jahn Eltnn,Viewpresden dict SpA (ale Ok Federpishvacratte Etat permanent aux Affaires étrongéres (Danemark) ; Martin S. Feldstein, POG du Notional Bureau of Economie Research (Etats Unis) ; Timothy F. Geithner, PDG de lo Federal Reserve Bonk of Now York eansUni ; Poul A Gig bdecour on chek dso eg erle ds Wal Sea Jour (sun ol Gi, de the Forond rt, lerael srl) ; Dermot Glosron, président de AB Group [land] Emre GBnansay, rotunear dtconsa @ TUnvenn ds a socin mine dea Aaron Grunge fauisl ; Mere Grovmen, viceprésdent Se The Cohen Growp (Eien) Afed Suvenbouonchoneeigr Fédéral [Auricel» Richard N. Hoos, président du Cone! dor relations éirangeres (Elate-Unie ; Vicor Holberstadt, professeur d’économie & [Université Gs Leiden entin secraloregénaral honors des contrences Bidrberg (ays Bee) Peter. Hart preside! do Pear. Hon Reveorch Associ (CcisUni:Frenk Heemskerk, miniire do" Commerce sstrour (Pays8aq) 7 Poul Hormel, POG da Cop Gem SA [Fronce) ; Richard C, Holbrocke, vice-président de Perseus, LLC (Etats-Unis) ; Jan H. M. Hommen, prsien! de Ree Elsevier NV (Payea]-Joap G, de Hoop Schell, serie {général de ('Oton (PoysBos/International) ; Atte Jadskelainen, directeur’ d frogrammes nfarmatich, sports et ragionsur 3 IE (Fone; Kennelh lacs, Vicopresdent do Larord USA, Loaord fries & Co, LLC (Ec-Unl Jemoe A Jeinton vie ardent de Ferou LL (fcirUnis Varnon Jordan, Jr, crecoor Reet cl da Lozord Fries & Co, LLC (Pott) a Moje ev tpagne Ivan aa oles 7 yr Kelcinen, miniie des Finances (Pinlond): Jason Kenney, membre pe a Pde Ok 4 Peremen (Canedal ular Ke, PDG de The Coes-CalCompony (sUni] ar, ‘hn Kar {lord Kerr of Kinlochord), morbre dela Chombre cor lord, préeicon ‘jit defo Royal Duch Shel PL (Royaumn ; Henry A Kisinger,présdent do Konner ance [0S ser vor Rede, ore paca du gape COUPES pour ies qvesions de polique grongbre (Alemagnel; Klaus Knlelé,POG do Lome os Nexus nes3 A propos de auteur a Sigmens AG (Allemagne); Mustafa ¥. Koe, président de Kos Holding AS (Toru) ; Bruce Kovner, président de Coxto Associates LIC (Eons); Hoy Krav, associé fondeteur de Kohlberg Krave Roberis&°Co (eels Uni) “ Meriedoséo Krave, membre dy come de drcion de dion nite (en rR 6 de Serabrond ASA ye al Newi Kes, commas So Commision euraptenne {Payesaa/ Inerotianel)» Berording Leon Gross, secre dich aux Altares srongorer Eopogpel Mogens tyikctot, momtre do Prlement [Denemori); Wiliam . Lo atta speciel du present pout lo Polique elle saree de dfense do Conse da scuriénaionee(Etatr Uni) ;Jesce- Mathews, presidente dela Dotaion Camogie pour i Pax rerncioale (EitsUnis) ; Michoel Me Dowel minsve de la lise, de |6gelté of der réformes lgilaives(iionde) + John Re Mictsthwat, Sdedur@ the Economist (ReysumeUni); Mario Mon, président de "Universita Commerce Luigi Bocconi (ai) » Craig J. Mundie, dlractur technique des srotéies avoneses ot a lo poliique de, Mirosel Corporation [CotsUni} Egil Myklbus, presen! de SAS 1 Norsk Hydro ASA (Norvbgol Matthias Nes, rédocour en chef adjoint de Die Zai [Allemagne “Ewald Nowoly, POG de BAWAG PSE [ce) | Chinn Oc, dracice do le edacon & Frans tdlvion(Hanel ermal pride! de Raye Deh Shell PLC/Nokia Corperaton (Finlande) + George Osborne, daputé (RoyoumeUn) | Lawrence Parc, présdente de MEDE? (Mouvement des Enroprizs de Fronce) (France|; Christopher Patten, membre dole Chambre des Lords (Reyeume-Uni): Richard NN. rl; membre rida! de VAmarcan Enerpre Insitute for Puble Poly Reseereh(Ectsni) Rick Per, gouverneut do Texas (EtteUni) ; Volar Petes, drecour de Sfung Wheenechoht und Polnk (Alemagnel 7 Sen Atasso Royle le prince Philippe de Belgique ; Rodrigo de Roto y Figoredo, dreceur gunércl du FM {lnfernofonall Oli Rehm, conmisare & le Commision evtpéome (ietomatonal; Heater Resmen, POG de Indigo Books Iu Ine. (Canada; Motos Roiiques inciri, Promise vienorésident do Grupo Santonder, Cluded Gropo (Espagne) ; Olvie Roy, drectew: de recherche cu CNRS {France}; Paolo Scaroi, POG e! Eni SpA [tat Ee Seba, président du corks exécuif ef POG de Googe Etats-Unis); udelf Scholten, membre du Conseil des adninisrteurs &'Onsterekhische Konrolbenk AG (Auich) ; Jorgen Schrompp, ancion président du Cone de crecon de DaimlerChrysler AG (Allemagne): Klaus sehwely rodent ‘recut dy Forum économique moncial (Suissa): Robart W. Seb, copresident de Morgon Stonlay [Eis Unis) Keihleen Sebelius, gouverneur du Kensos (Eats Unis); Jota Srearon, dircrce exiculive dv Progremms slimentoite mendial des NU [EtelsUnit|, Kristen Siverberg, sovesecréaie dct cu Burseu of Intemational Orgeizaton Airs (ictsUnis) | Domenica Sscaleo, diveciow général et Vie pri de Morgan Str | vir Solana,” Heut représentont pour la poliqes shangd ommune,secréiire général dy Consel do Union européenne et de Union {international 52 Mojests ls reine Erpagne Sophia; AyseSoysc, Gy Bosphore [Torque); Lawrence H. Sumivers, protest & Uni “iHorvord [EttsUna) ; Peter D. Sutherland, preiirtde 8P PIC et de Goldman Sache | président POG de Telelonckisbcloget LMC Eresxon(Suéde) ; Poul A. Taggar,profetseur de poltique & /Univeraig du Sussex {Roycumeni) 7 Sidney Tourl, president et PDG Eh Lily and Company (Ele Uni) + J. Merin Tay, prtiden de Syngenta international AG (Royaume Un); Peter A pigsden de Clerom Capitol Monogemert, LLC {ElalsUnis) Teja Tilkainen, sectors Gio, ministre dex Mfaires srangeres(Fnlonde) ; Michel Tom, président @1NG NV iPayebex); JeonCloude Tichet, gouvemneur de lo Banque central curopeene (Femce/ Internationcl; Jon live Mo, 6G d’Umoe AS (Noreége) ; Denil L,Vaslla, président € PDG de Novartis AG (Susie; lroen von der Veer, eminisrotour général de Royal Dutch Shell PLC fPays3es); Jocob Wallenberg, président investor Ab (Suede); Vin] Weber, asocié chez Clark & Weinstock [EtetsUns) 7 Guise Westerell, pretlent do Foti démocrate livéral(Almagns}; Rose Wilson, ambestedour en Turquie {EtateUns) Jemes D. Woltenschn, presden! de Wlfrsahn & Company, LLC (EteUns} Poul Wellowite, présden’ de la Banque mondicle (Inernahonll 7 Joseph 8. Wood, sour sistont @U vieeprésiden, Alcirer "de. séeurtsnofioncle (Gils Unis); Advion.D. Woolsidge, corespondon’ 8 Senger de The Economit ;rapportecr (Royaume: Un); Arzuhon Dogon Yalgindag,preidente du TUSIAD (Turque) Err Yaeaogla, siden cy conse c'odminsiraion de’ MAP, oncien président du TUSIAD Turquie); hip, Zelitow, profeseur d sexe are dea chave Whe Burka Miller 3 Université de Virgin (Ete Unie) Rober’, Zoalice’, ancien représentant amaricain av capmetce, encon sovrsocrstars o’ flat, directeur genéral de Goldman Sachs (Eot-Uni). Pris a conlrece Berber 207, ion ge non manonds la ine fi pariepans dives parle oreo tes colarancns derarg. de ovambre-ascemre 2007 Be NERGIE En mai-juin 2005, nous publiions un article de Robert Stanley sur une bougie diallumage révolutionnaire nommée Firestorm. Ce papier o valu & son auteur des milliers de messages de lecteurs parmi lesquels beaucoup de personnes motivées par les économies de carburant, mais aussi de nombreux inventeurs et investisseurs pleins d’idées en matiére de technologies « vertes >, comme les voporisateurs a carburant ov les bougies & impulsion. Allumage et carburant : 1 juin 2007, fai eu un entretien téléphonique avec Robert Krupa, linventeur de la ‘boule Firestorm. Aprés toutes ces années, pour des raisons inexpliquées, ina toujours pas passé la production de son systtme @allumage & propos duquel il avait ffirmé fére- ‘ment : « J'afait passer la modeste bougle de age de pierre & l'ége de Tespace ». Lorsque je lui ai demandlé si son invention pouvait fonctionner normalement sans réglage du mélange air/carburant,sm'arépondu qu'il ne pouvaitobtenir Tes résultats escomptés (plus de puis- sance, plus de kilométrage et moins de pollution) sans « appauvrir » le mélange ar/carbu- rant & un taux de 30:1. Je lui avais posé cette question précisément parce qu'il s'avére que obtention d'un meilleur rendement en puissance et en kilométrage ne dépend pas d'un azeilleur systéme d allumage. La def d'un meilleur rendement, c'est la vaporisetion, Toutes les bougles actueles sont assez puissantes pour allumer un carburant bien vaporisé, essence ou le pétrole brillent bien a létat de vapeur, pas a T'état liquide. Gréce aux nombreuses lettres de lecteurs de NEXUS, jai appr quil existe des centaines de systémes qui vaporisent le carburant, C'est de cette fagon que l'on améliore radicalement Fefficacité d'un carburant liquide. Lun des ‘moyens les plus simples et les plus ingénieux qu m’ait &té donné d observer consiste & faire tourner la pompe i carburant en sens inverse, Cest-A-dire A envoyer''ar dans le fond ‘du réservoir. La vapeur de carburant se dilate alors rapidement et est conduite par le haut vers le moteur. La voiture & vapeur Un systdme beaucoup plus complexe est couvert par le brevet US n*4.323.043 alloué en 1982 pour un type de technologie de vaporisation. Le brevet expose clairement que la puissance de tout moteur a combustion inteme peut étre améliorée, et la consommation et la pollution (consistant essentiellement en carburant imbrilé) dimminuées moyennant utilisation d'un vaporisateur. Nous devons la démonstration de cette technologie a une équipe d'ingénteurs canadiens qui ont construitune « voiture vapeur », Ce véhicule de hautes performances est réputlé nne consommer gue 3,16 litres/100 km (voir: http://www.fvelvaporcar.com). Diantres technologies analogues utilisent extraction de vapeur. Lune des plus intéres- santes, baptisée « hydrogéne & la demande », est fondde sur la méme technique de vapo- risation d'un liquide, le carburant étant de Feau. Le gaz hydrogene/oxygene est extrait de Une bougie dans ‘ombre ‘tle bougie Firestorm (tempéte de feu) 0 6 inventée par le chercheur américain Robet Krupa dans les années 90. Ella a lc particular de créer un plasma qui remplit toute la chambre de combustion. Résulas : plus de puissance, 44 & 50 % &conomie de carburont, diminution des rejes, et de nombreux problémes évités comme le déréglement de I'écortement das pointes, las raiés I'llumage, les retours de flamme, etc. Comment expliquer qu'une ‘elle invention ne soit pas encore sur la marché 2 Selon son auteur, la réponse est r8s simple : parsonne ne veut la produire parce qu'elle est inusable | A Issue de huit semaines de tests, Bosch cura « prédit qu’ellené s'userait jamais », se souvient Robert Krupa inferviewé par Robert Stonlay en 2004 [NEXUS n® 38, p. 30} BEI ovambrendscembre 2007 = la poussée des technologies « vertes » Par Robert M. Stanleyojuin 20078 Teau en utilisant un peu délectricité et un composé catalytique. Ce gaz fourit une puissance « propre » mais savére extrémement corrosif chevaux, toujours par rapport & des bougies conventionnelles. Les bougies & impulsion repré- sentent une toute nouvelle categorie dallumage. Tout ++ au point dattaquer le métal. 1a solution actuelle, assez complexe, comsiste& gar- en ayant le méme. aspect a hr les parois métalligues que les bougies classiques s avec dela céramique et se plagant de la méme - Reste & savoir qui va fa- fagon sur le moteur, leur e briquer le meilleur vapo- technologie est fondée sur risateur & carburant. In- venteurs et ingénieurs du monde entier s‘activent le puissance de Fimpul- sion, un processus utilisé dans les lasers les appareils Ie sur ce probleme ainsi a tayons X et les radars, n que sur autres techno- Le directeur général de logies avancées de vapo- Enerpulse explique : «Ce t risation. Ce n'est quime qui distingue [a Pulstar t question de temps avant d'une bougie ordinaire, e que nous pulssions tous Crest le condensateur in- t bénsfic moteurs . arate ss clus qui emmagasine la : es Reste & savoir qui va fabriquer le. fc dearauedanage a meilleur vaporisateur & carburant. puis la libere sous forme d Une bougie Inventeurs et ingénieurs du monde ‘se puissante boule de t surpuissante . fag) bla plasma. La Pulstar est ca- Ce 23 janvier 2006, Ener @Ntier s.activent Sur C@ Probleme pable de fournir 10.000 fois pulse Inc., fabriquant ainsi que sur d'autres technologies la puissance d'une bougie Geppareils fallumaze qyencées de vaporisation. Ce n’est . Qu’allons-nows en faire? Entre d'une part le maintien du secret, Vffon- drement des écosyst2mes, épuisement des ressour- ces fossils et le soulevement des populations démmu- nies et dautre part les bouleversements provoqués parla levée du secret, nous devons faire le choix qui a pas été fait en 1950. Iln'y aplus de génération & aqui faire passer la patate chaude. Une organisation internationale du tout cela, i faut ajouter les efforts produits pour ‘mettre en place une infrastructure capable d'entre- tenie un degeé de dissimulation tel que présidents, chefs de la CIA, leaders éminents dui congrés, pre- riers ministees étrangers, etc. ont pu étre tenus dans Vignorance. Cette infrastructure est glgantes- que et. illegal. Soyons clairs: Tentité qui contréle la question des ovnis et des technologies qui y sont associées est plus ‘puissante que nimporte quel gouvernement dans le monde et rrimporte quel homme e’tat officiel. Le président Eisenhower avait compris cette situar tion lorsqu'en janvier 1961, dans son dernier dis- cours, il mile monde en garde contre le « complexe ailitaro-industriel »en expansion. Ilnous avertissatt directement d'un danger terrible dont il avait une connaissance personnelle, Car ilavait vu le vaisseau extraterrestre et les corps de ses occupants [NdT ceux de Roswell) il connaissalt l'existence des pro- grammes secrets relatifs & cette affaire, Mais savait aussi qu'il avait perdu le contrOle de la situation et qu'on » lui mentait sur la véritable nature et l'ism- portance des recherches déja engagées. ‘Aujourd'hui, organisation du silence est une opéra- tion internationale quasi-gouvernementale, quasi- privée qui fonctionne indgpendamment de toute agence ou de tout gouvernement recon, Le « g0u- vernement » tel que vous, moi ou Thomas Jefferson Tentendons na plus rien voir dans Vaflaire. Vorgs- nisation qui controle étroitement le projet est cloi- sonnée, sélective, « noire » ou non reconnue. Vous ly accéde2 que si vous étes inclus, et si vous ne Vétes ‘pas, peu importe que vous soyez directeur de la CIA, président, directeur du comité du Sénat pour les Re- lations étrangéres ou secrétaire général des Nations, novembre-décembre 2007 ‘unies, vous n'ées tout simplement pas dans le coup. 1a situation est a ce point grave que les princfpanx chefs d étatmajor du Pentagone que fai rencontrés n'ont pas plus accds & ces projets que homme de Ja rue j sauf si, pour une raison quelcongue, ils sont ‘euxcanémes intérieur du systéme, ce qui est rare Létablissement et le maintien d'un tel pouvoir int- plique de déploiement d'un éventail de mesures. 1 est probable qu'au début, le secret n'était gardé que pour éviter une déstabilisation. Mais le risque de fuites, ou la décision d'un chef tat de dire la vé- ‘rite en toute égalité ont conduit au développement un tissu de plus en plus étendu de secrets et d'opé- rations illgales. Aujourd'hul, les mailles du fet se sont refermées sur Popération elle-méme. Le scandale de histoire La complexité de projets compartimentés, le carac- tre inconstitutionnel et clandestin des activités, la « privatisation » (cue vol) de technologies de pointe par des associations d'entreprises (la parte « indus trielle » du complexe auguel faisait allusion Eisen- ower), les mensonges continuels & 'égard des élus et du public, tout cela a engendré une psychose de dissimulation permanente, parce que la divulgation provoquerait le plus vaste scandale de Ihistoire. Par exemple, comment le public réagirait-il sl sa vat que la degradation des écosysttmes et a perte irvéversible de millers d espéces de plantes et d’ani- aux cause auraient pu etre évitées parla difusion «une information honnéte dans les années 50 ? Quelle serait la réaction de la société si fon savait «que des milliards de milliards de dollars ont été dé- ‘pensés au fil des ans pour des projets non autorisés, a NEXUS noso anticonstitutionnels ? Et sion savait que Targent du contribuable a été affecté par des consortiums & la mise au point, dans le secret, de technologies déri- vvées de l'étude d'objets extraterrestres, puis breve- t6es et exploitées & grand profit ? Non seulement le contribuable a été spolié, mais en plus il doit payer pour utiliser des progrés techniques dont ila déja f- rhancé les recherches & son insu ! Notons également en passant qu'il y a eu vol de propriété intellectuelle 4 T'égard des alignigenes. Les industries nvont pas seulement profit de la rétention de technologies dans les domaines de 'énergie et des transports, mais elles récoltent une manne grice aux progrés de Pélectronique, de la miniaturisation et de leurs retombées, Tout cela constitue un vol de multiples rmilliards de dollars de technologies qui deveaient appartenir au dontaine public, le contribuable ayant payé pour cela Ce n'est pas tout. Que diraient les gens sis savaient ‘que les programmes d'exploration spatiale mons- {trueusement coditeux utilisant des fusées sont des cexpériences primitives et inutiles, puisque des tech- nologies et des mayens de propulsion infiniment plus avancés étaient déja disponibles avant méme que nous rallions sur la Lune ? La NASA et la plupart des compagnies associées sont autant victimes du secret que le gouvernement et le public. Une toute petite faction cloisomnée au sein de la NASA est seule ‘au courant des technologies extraterrestres qui se cachent derrtre certains projets. ‘Mon propre orice, qui a contribué & la conception du module qui a déposé Neil Armstrong sur la Lune, a été, lui aussi, victime du secret, car tout accds & des ‘informations sur les technologies de pointe lui a été ) UFOLOGIE refusé Ila d0, comme tout le monde, se contenter de ancienne physique et des propulseurs combustion périmés. Quelle honte ! Le projet secret, quelle que fut'intention de dépact, vest lissé emporté par son propre pouvoir et en a abusé. Notre destinge a été prise en otage pendant cinquante années. si le coup @'Etat discret perpétcé au début des années 50 était +6vélé maintenant, cela provoqueralt un séisme so- cial sans précdent. Le pire n’a pas été dit Tout ce qui vient détre décrit est secondaire face & tun autre probleme : le groupe occulte qui gére ces programmes secrets issus des ovnis a ausst la main- mise exclusive sur la relation naissante entre les aliénignes et 'humanité. Et cette relation a été tra- sgiquement mal conduite, au point de nous mener au bord de la catastrophe. Que se passe-til lorsqu/'um groupe non élu, non man- até, auto-désigné et dominante militaire soccupe seul du rapport entre humains et extraterrestres 7 Si vous portez des verres teintés de rose, le monde ‘enter vous semble rouge. Ftst vous portez des lunet- tosmiltares, tout événement nouveau et incontrolé sera interprété comme une menace. Pareil groupe fa da monde qu'une conception bornée et univo- aque. Les qualités dominantes y sont le pouvoir et le contrdle, Un tel enfermement engendre un milieu dol sont absents le sens de 'équilibre des pouvoirs ct de la négociation. Dans cet environnement, des décisions extrémement dangereuses peuvent &re prises sans réplique, sans débat, sans perspective ni vision ouverte Nous savons que, dans cette bulle du secret, du mi litarisme et de la paranoia, des actes excessivement danigereux ont été commis 8 'égard des aliénigenes. Nous tenons de nombreuses sources internes que des technologies avancées ont été utilisées pour cibler et détruire des engins extraterrestres. Si seulement 10 % de cola est vrai (et jai Tintime conviction que TYinformation est exacte d 100 %), nous sommes en présence d'une crise diplomatique et sociale globale aqui échappe totalement & notre contréle et canstitue ‘une menace pour la plandte entiére. Les projets occultes de rétro-ingénierie ont produit tun bond quantique dans des technologies qui, ap~ pliquées & des fins militaire, peuvent étre retour- nnées contre ceux-li mémes & qui nous les avons em- ppruntées et dont les intentions & notre égard sont ‘raisemblablement pacifiques. La course engagée pour militarser espace est le résultat d'une vision imyope, militariste et paranoide des intentions pré- stumées des aligniganes. $l nly est pas mis fin, cela peut dégénérer en catastrophe. Quelles que soient les intentions de ce puissant grou- pe, il est urgent qu'l apparaisse au grand jour et que Nexus ness Jes hommes d'état du monde puissent intervenir sur cette situation, Bien que nous n'ayons aucune raison de croire que les aiénignes sont hostile a notre égard, lest pour- tant clair qu'ls ne toléreront pas qu'on les agresse 5 Tautodéfense est probablement un réflexe universel. is ont jusquiict témoigné d'une grande patience, mais i les technologies développées en secret par les ‘hommes arrivent & égalité avec les leurs et quill se sentent menacés, un point critique pourrait étre at~ teint; cette perspective devrait nous faire réfléchir. La divulgation, une question de survie Pour faire face & pareil probléme, il nous faudrait des Jimmy Carter, Dalai Lama et autres hommes dEtat de ‘ce calibre, Mais ion les maintient aca et que Faf- faire demeure dans Tombre, notre sort est entre les mains de la poignée d'irresponsables qui décident & notre place, Cela doit changer, et vite. ‘Les motivations du secret sont claires : pouvoir mon- ial, contrGle économique et technologique, gel dela situation géopolitique, peur du scandale et dela mise ‘anu du comportement de certains, etc. Mais méme si divulguer l'affaire ovni/ET est de nature a provo- ‘quer urn chamibardement radical de toutes les facet- tes de la vie sur Terre, c'est pourtant bien ce choix quill faut faire. Plus nuisible encore, le secret est un cancer qu'il faut stopper avant quill ne détruse la vie sur laplandte, Une relation qui pourrait étre prometteuse entre hu- rmanité et desalignigenes se trouve confisquée par des miltaires aux vues biaisées et aux programmes se- crets dangereux, Aprés cinquante années de cet abus, ne nous en reste plus cinquante autres avant que ne seffondirent les Ecosystémes dela planéte. iI n'y a pas de choix facile, mais il n'y en a quiun de bon} voulez-vousnousaider le faire? Traduction : André Dufour A propes de lavtour Steve Mn Gre0, MD, docour an mdcio, ev ondsau ot dress G9 Declsse Per! [Psst Divgotin), Gn rc) 2001 ps fa conrance de pes mglion gout Netinal Pes dbs Wsingon, DC gy cecal ion ims porerl des ering comaincanis | ecsteee des oie ebemeteretter Ie Br Greet oy empioyo reece dors ‘Ronde tt des sues erage anraie ov ctbuars ose vemon lls coves aie nom de Sreigie dv pon! 280 1 ayer parmatian! de foie 'écoremie des comb Ie Dr Geer ven de publar : niddon Toth, Fs TWsite Cockee, ConraisatesInente| qo! tele 2m chew nena Tpit seo plone oe dee genes 2 oe TB terecs qui exoyert ce dasmer ost cou touche a Tot al reer Dos etic on ee be dans los fos 48 et 49 de NERS les ones |e 2 del oduct torent, ‘ale Toe, Suit dane nox poges exliue, p85. Four destes norton st h De Groot son 2 [jis SEAS UFOLOGIE 3 Projet Camelot Henry Deacon : « Les visiteurs de Roswell venaient rectifier notre avenir » Par Bill Ryan et Kerry Cassidy © février-mai 2007 Dans le cadre du Project Camelot destiné @ informer le public sur les relations exopolitiques entre notre Terre et d’autres planétes, Bill Ryan et Kerry Cassidy ont été en contact avec un mystérieux informateur, Henry Deacon. Sous ce pseudonyme, ce « physicien derniére communication de « Henry Dea- i ira ic 616 Sr CTSNET ee erm» au pred vit 30 mars 2007. Malgré nos tentatives de rétablic 5 impliqué dans toutes ces questions le contact, il est complétement silenciewx depuis. lors de longues années passées au sein ‘Avant de nous adresser son dernier message, dagences de renseignemont emé nous avattsignalésacrainte de devoir mettre fin © 9 eS 5, ‘Bis nei nos entretiens. Bien quil fut trés prudent (et parfoisénigmatique) dans ses communications - qui nous parvenaient «liv entre 2006 et 2007 de nombreux détails sur les « blacks programs » et leurs technologies, les voyages spatio~ ar des chemins variés et parfois astucieux~ j 5 Mie'biat sane aor sur lasullce MPO, oe Dees mors 2007, exercée par certaines agences (voir les détails homme a mystérieusement rompu plusloin). Henry reste pour nous unamiquencus — foyte communication. Ryan et Cassidy avons appris 4 apprécier, que nous admirons : Srqusae avoneconfiane, Ses message casa PFOPOSeN ic une compilation de leurs busés, son humour pétillant, et ses valeurs solides _entretiens avec lui. ‘nous manquent. Oti qu'il soit et quoi quill fasse, ‘nous le souhaitons en sécurité et en bonne santé, ‘Nous supposons, s'il vit encore, qu'l lira ces pages. Les propos qui suivent ne sont pas issus d'une interview. Il sagit d'une compilation des conversations cet messages écrits les plus importants que nous avons en avec ni depuis notre premitre rencontre en aciit 2006: Le plus grand secret Lors de notre premitre interview, Henty a affirmé r'avoir jamais entendu parler de Dan Burisch [mi- crobiologiste prétendant avoir été employé dans le cadre de « black project » (projets scientifiques ‘occultes & l'Aire 51)]. Mals comme certains de leurs propos respectifs nous paraissaient se recouper, ‘nous lui avons vivement consellé de visionner la vidéo en trois parties de notre interview du docteur Burisch?. Trois semaines plus tard, le 27 septembre 2006, nous avons recu Temail suivant, que nous reproduisons ici entitrement et mot pour mot : « Dan Burisch dit toute la vérité. Je le confirme, dates et tout. Mellleurs veeux >. C’étaittrés important et nous avons corroboré cela aussit&t avec Henry. Il semble bien que les affirmations de Dan, aussi incroyables qu'elles paraissent, soient exactes, © novembre -aacembre 2007 ' ra UFOLOGIE Henry ne fit aucun commentaire sur }-Rod [un Gris sur lequel Burisch affieme avoir effectué des prélé- ‘vemenis], les traités[accords sur renlévement dh mains] ou le projet Lotus, car il n’en avait aucune connaissance. Mais il confirma qu‘au coeur de tout cequi est «classifié,réside un grand secret auquel méme de nombreux initis n’ont pas accés, secret portant sur un probléme complexe d'échéances temporelles différentes. Selon lui certains visiteurs sont bien des humains issus de notre lointain avenir et un événement futur important pourrait avoir des conséquences majeures pour la Terre et ses habi- tants. Cest ce demier fait qui motive le maintien du secret et rend la divulgation si problématique Henry n’a cessé de souligner combien l'incident de Roswell avait été une calamité pour tout le monde, y compris pour nos visiteurs du futur dont la mission — régler des problémes survenus dans leur histoire — s'est trouvée gravement entravée. Roswell : une mission altruiste Selon Henry, et Dan Burisch, les visiteurs de Roswell étaient des humains du futur. Ils ne venaient pas d'une autre planéte, mais de la Terre telle quelle sera dans l'avenir; lls ont fait un bond en arriére jusqu’a 1947 pour tenter de régler des problémes vvécus au cours de leur histoire. il semble que Dan ait aussi raison lorsqu'il affirme qu'ils venaient d'un futur plus proche que d'autres vishteurs arrivés par la suite, Mais Henry na fourni & ce sujet ni détails ni chronologic. les visiteurs de Roswell n'étalent motivés que par Taltruisme ; ils sont venus par compassion, pas par obligation. Malheureusement, leur mission @ novembre-decembre 2007 tris mal tourné, non parce que leur vaisseau s'est écrasé —un accident provoqué par un radar & haute puissance que les militaires ont par la suite utilisé comme arme - mais parce qu'lsavaient & bord un dispositif qui leur était indispensable pour s'orien- ter dans lespace-temps et donc pour rentrer chez ‘euxau bon endroit et au bon moment. Cet appareil se présentait comme une petite botte, ‘beaucoup plus petite que le « miroir » [NAT : «Loo- king Glass », allusion & Alice au Pays de Merveiles] utilisé, selon Dan Burisch et Bill Hamilton, dans di- ‘verses expériences par les scientifiques militares. La boite des visiteurs a été saisie et examinée par les militaires ce quia provoqué d’emblée une catas- trophe. Le probleme des chronologies s'est trouvé considérablement aggravé parce que la tecianologle des portes temporelles nous a été révélée au mau- vais moment et que le militares ont ew accés une connaissance de l'avenir, Un imbroglio chronologique Henry n’a cessé de souligner combien l'incident de Roswell avait té une calamité pour toutle monde,y compris pour nos visiteurs du futur dont la mission de rectification de l'avenir s'est trouvée gravement entravée. Depuis lors, ces derniers n'ont cessé de tenter de sauver la situation, mais nous tious trou- vons dans un désordre chronologique d'une telle ‘complexité que méme les esprits contemporains les plus brillants ne parviennent pas y voir clair. Nous avons demandé & Henry pourquoi, année aprés année, des soucoupes volantes continuaient de s'écraser.1l a répondu s’étre étonné de ce que les visiteurs n’aient pas prévu, avant dopérer un retour dans le temps, le danger constitué par les radars, mais que de toute facon, pour plusieurs raisons, ils prenaient de grands risques & venir il, amalgré leur technologie avancée. Plusieurs raisons a ces accidents, y compris des agressions de notre part. Un fait important : Henry a souligné que les visiteurs n’étaient pas des Gris (tout en ne précisant ‘pas ce que sont pour lui les Gris). [NaI :les Gris sont des Miminu, extraterrestres a téte de fourm ; lire Les Chroniques du Girkic d'anton Parks] Uc Etoile sombre » et le réchauffement global ‘une époque, Henry avait travaillé & la NOAA [Ad- ‘ministration Nationale Qcéanique et Atmosphért- que ; http://noaa.gov/] et Cest la quil avait pris connaissance de ce quill appelle fe « dewsiéme $0 leil ». II s'agit d'un objet astronomique massif situé sur une orbite circumsolaire trés excentrique et fort inclinée par rapport 8 Técliptique. Son appro- che provoque par résonance diverses réactions de notre Soleil ae ae eee est te isé un ez te, les] par sve ie au- ine de ery ent de elle sles ient que “les curs “ici, sons. otre sles sant sont ire [ad- nérie pris » So situs we et pro ss de Uun des principaux problémes que les visiteurs dosh aalkeaioet régler, Dan Burisch V'avait signalé a plusieurs reprises, c’était un &vénement déclenché par une poussée massive d'activité solaire dans notre proche avenir. Un groupe restreint au sein de la NOAA est cons- clent que cest [8 que réside la cause du réchauffe ment, non seulement de la Terre, mais de toutes les plandtes du systme solaire. Gardée secréte, cette information est pourtant connue depuis des Nous avons signalé & Henry le site Internet « Dark Star» de Andy Lloyd (http://www.darkstart. couk/), quiil ne connaissait pas, Cette affaire est en rapport avec la catastrophe de Roswell. 'un des principaux problémes que les visiteurs du futur souhaitaient régler, ainsi que Dan Burisch l'avait signalé 3 plusieurs reprises, cétait un événement déclenché par une poussée massive d'activitésolai- re dans notre proche avenir. Comme Dan, Henry a beaucoup insisté sure fait que cet événement était juste possible conformément au futur possible ob- servé dans le « miroir » [dont question plus haut] - tmais qu'aujourd' hui il est estimé peu probable. Henry nous a expliqué que Paugmentation de Vac- tivité solaire n’était due qu’en partie a Is étoile a Nexus nes3 novembre-decemare 2007 sombre » et que d'autres facteurs, complexes, en- traient enjeu. certains, d’ordre galactique, sont des événements naturels périodiques qui ont touché la Terre plusieurs fois au cours de son histoire. Ce qui est exceptionnel dans le cas présent, cist la con: vergence de facteurs aggravants ~tels que les és sions toxiques, le surpeuplement et les tendances belliqueuses de lhumanlté - qui se conjuguent avec les activités solaires cycliques majeures, le tout constituant une menace pour notre bien-étre et celui de la biosphere, Henry désirait ardemment visiter PEgypte et cela le préoccupatt car, selon lui, il fallait fire vite. Quand nous lui avons demandé pourquoi, ila répondu que cela n’avait rien voir avec la guerre ou a politique, mais avec « une menace sur environnement ». 1a refusé d'en dire davantage ou de révéler d’ol lui ve- nit information, Signal non-local et circuits résonants chaotiques Henry nous a raconté qu'il avait été personnelle- ment en contact avec une équipe indépendante qui, alafindes années 70, avait réalisé Pexpérience pilo- ted’Alain Aspect destinée a prouver le théordme de Bell, cela sous les auspices d'un projet secret mené a Livermore. Comme d'habitude s'agissant de re- cherches sous « budgets noirs», les résultats n’ont jamais été publiés. La mathématique et la physique FOLOGIE du procédé sont complexes, mais la technologie qui en est issue est utilisée régulitrement aujourd'hui pour communiguer instantanément sur d'énormes distances. Revenant a notre premiere interview, Henry donna des précisions concernant les circuits résonants chaatiques 1s sont faciles a fabriquer et ne coditent pas cher et es informations & ce sujet sont dispo- nibles depuis les années 70, sous forme fragmen- tée, dans certaines communautés académiques. Il ) et sa population a augmenté puis diminué au fil des sié- cles, Elle est installée « sur le lit d'un ancien fond marin » elle se trouve non loin du lieu de la photo /sse.jplnasa.gov/mul- timedia/display.cfmn?IM_1D=568 prise en 1976 par Ia sonde Viking 2 sur ltendue de Utopia Planitia (a « Plaine de Nulle part », aussi nommée « Plaine deLUtopie »). Les images les plus récentes de la NASA (http:// science.nasa.gov/headlines/y2001/ast24may_ ‘Lhtm), jetant le discrédit sur lidée dun visage sur Mars, ont ét6 retouchées, ainsi que les couleurs du ciel martien sur la plupart des photos offcilles de la NASA (voir http://www enterprisemission.com/ colors.htm) (il est manifestement plus bleu qu'l nous semble permis de croire) = Les Anunnaki interviennent dans toute cette af- faire. Henry y a fait plusteurs fois référence, expli- quant quilsétatent actifs dans les temps présents. Pour lu, is viennent d'un autre systéme d'étotles, ‘mais tl ignore lequel [NdT : des Pléades ; lire Les Chroniques du Girk d'anton Parks]. Nous les appe- lous « Anuinnaki », la race dont parle Zecharia Sit- chin. [NdT : Ce nom nous vient des tablettes sumé- riennes, mais 4. Parks réfute certaines affirmations de Sitchin, voir le tome Il de ses Chroniques, Leur les sch Te ng. ft IM m),, ail ide, Let 6 Henry nous apprit que le passage 4 travers une BS stargate était«instantané » etque cette expérience So ye sur 6tait aussi désorientante qu’exaltante. ‘nom est Anunna, ce sont ceux qui sont établis sur Tui avons clairement demandé s'il y était allé, Apres Terre que l'on appelle Anunnaki, le KI étant la vi- ‘un long silence, il a fini par répondre en souriant + ha- bration propre 3 notre planete.) « Jai beaucoup joué au ping-pong et regardé la vet Les Anunnaki sont divisés en plusieurs factions dont télévision ». Chacune de ses évocations de la base tni- certaines sont amicales et d'autres hostiles. L’une laissait la nette impression qu'il l'avait personnel- sur des caractéristiques les plus sinistres de ces dernié- Jement visitée. ion res est leur gottt pour la chair humaine. D’autres groupes d’Anunnaki tentent d'empécher cela. Cette Des stargates humaines et naturelles ion ‘information est si incroyable que, au fil des conver- Plus tard, lors d'une autre conversation, il nous a nes. sations, Henry a da l'aborder & plusieurs reprises de dit que le passage a travers une stargate était « ins- ila maniére indirecte avant que nous ne saisissions ce tantané » et que cette expérience était aussi déso- lez: quill tentait de nous dire. rientante qu'exaltante. Une stargate de fabrication ng ~ Les transports s’effectuent de deux fagons : A tra- humaine apparait comme une surface grise sans re- Ena vers les stargates pour le personnel et le petit ma- lief. Les stargates naturelles ont un aspect différent ie tériel, et sur les vaisseaux spatiaux pour les mar- ct sont beauicoup plus difficiles a détecter. ond chandises volumineuses. La flotte de ces vaisseaux Henry et nous étions tout a fait d’accord sur le fait oto de liaison aller-retour porte le nom de code de Solar que le caractére absolument incroyable de ses révé- a ‘Warden [Gardien Solaire} ations constituait la meilleure garantie de sa sécu- par Ayant eu de tels échos par d'autres sources, nous rité. Nous avons postposé cette partie de Phistoire tia avons questionné Henry sur le nom de code. Nous de Henry jusqu’a ce jour pour lul éviter le discrédit sine lui avons envoyé deux messages séparés contenant de certains. Mais maintenant qu'il semble avotr été cchacun un seul mot : Solar et ensuite Warden, Nous ne les avons assortis d’aucun contexte ni donne la ralson de ces communications. La réponse est vé- rue immédiatement sous forme de trois emails provenant de trois adresses différentes. Le premier affichait « Mars »; le second « Alternatif »[aller-re- tout] ; le troisiéme poriait pour sujet « non inscrit ici» et donnait 'URL bittp://www.chinfomnavy,mil/ navpalib/ships/carriers/cv-list1,html ;impression- nant | [Nd Le lien ci-dessus ouvre une liste des porte-avions de la marine américaine avec toutes leurs caractéristiques, Le sujet du message de Henry réduit au silence, "honnéteté intellectuelle nous contraint & tout révéler. Traduction : André Dufour saves sr Hay O2ocen a i un compte des pris ivi res er pojetarte g/ inemote physcss in| Yon aus NEAIS Foca" 48 2 ln vide de ine de Dan Sch ible Is ste prince iru le lin de nde 2 Benson 16 im dy eae dole ene done ‘elle lon: hip://mope google com/oe SleathlaedarioknacatieeUTFSR2—1 28 | 121 17si0séspe0 079711 0.08883 12h 956471 ies, signifie donc clairement « vous ne trouverez pas de (Ns nos queasy aetaar cons ments TU consens Les liste des vaisseaux spatiaux qui font la navette avec re we arc in). ope- Mars», sous-entendu ily ertabien une!) (aero cerca ae sit = Henry nous a laissés dans Vincertitude en sous- | "hare Kery Cossdh canter ego respite de mé- entendant a plusieurs reprises qu'il avait lui-méme | Project Camelot. tes leceues qui souhaileroin! voit difse: des | jons ét6sur Mars. La premitre fois, ‘était aucours d'une | stmaion « cononieles > inporanes even! odes 3 | leur conversation oi il était question de la base. Nous ee ee se novempre-decempre 2007 WIFI, MOBILES... Un scandale ‘Mame si fabricants et gouvernements persistent & minimiser Vimpact des technologies sons fil sur notre santé, les pathologies, les chiffres et les études sont la pour dénoncer le contraire ; le rayonnement électromagnétique des téléphones: portables, antennes-relais et autres appareils électriques bouleversent nos systémes hormonaux, nos échanges intercellulaires et méme notre ADN via des processus aujourd'hui clairement iden Ly a plus de dix ans, 'écrivais dans NEXUS mon premier article dénongant la pres- cription débridée de 'hormonothérapie substitutive et des contraceptifs oraux, On sait désormais que ces médicaments sont responsables de pathologies et de décés de nombreuses femmes 3 travers le monde, Toutes ces années, ai poursuivi mes recher- ches et constaté la désinformation entourant la question de la santé hormonale des femmes. /ai découvert au passage un puissant perturbateur endocrinien :électropol- lution et ses effets désastreux sur les systdmes hiormonaux des hommes et des femmes aujourd’hui. De I'électricité au Wifi Lannée 1879, celle oti Thomas Edison a présenté sa premigre ampoule électrique, a mar~ qué les esprits. Le filament incandescent de cette ampoule a littéralement révolutionné le monde, Lge de I’éectricité était né. Impossible aujourd'hui d’imaginer vivre sans cette source d’énergie, sans parler des multiples technologies et appareils facilitant la vie quelle a engendrés, Toutefois, méme le génie ¢’Edison nlaurait pu prévoir les immen- ses conséquences de sa découverte sur la sant, Lignes électriques, émetteurs, cables électriques et appareils électroménagers gé- nnérent des champs électriques et magnétiques, lignes de force invisibles entourant ‘out appareil électrique. Notre amour de I'électricité nous vaut aujourd'hui d’étre encerclés dandes d’énergie, appelées rayonnement électromagnétique (REM), que on estime cent & deux cents millions de fois plus importantes qu'il ya cent ans Le probléme est aggravé par explosion dela technologie sans fil: téléphones porta- bles, Bluetooth, PDA (assistants numériques personnels), Internet sans fil, Wifi (dans les aéroports, les hétes, les cafés, les écoles, etc.) et tours de téléphonie émettrices de mi- cro-ondes nécessaires& la transmission. Cet univers sans fil omniprésent émet un spectre particulier de rayonnement électromagnétique aux effets néfastes bien spécifiques sur les systémes vivants. End peine vingt ans, la technologie sans fil sestimposée travers le monde. Actuellement, ‘Ly a plus de 236 millions de téléphones portables aux Etats-Unis, 20 millions au Canada €£19 millions en Australie [plus de 48 millions en France). En outre, des millions de tours de tdléphonie cellulaire ont surgi dans le paysage et des milliers de collectivités disposent de la Wifi ou envisagent de sen équiper. Aux Etats-Unis et au Canada, le nombre de bornes Wifi devrait passer de 12 400 8 la fin 2007 & 78 000 en 2008, En virgt-cing ans & peine, la grande majorité de la race humaine aura été exposée & une dose massive de rayonnement électromagnétique. Notre homéostasie est aujourd’ hui MERE ovembrevascamirs 2007 it sanitaire en vue Par Sherrill Sellman © 2007 chamboulée par des taux sans précédent de REM (Coutes formes confondues), perturbant gravement le fonctionnement de notre corps. La menace high-tech De plus en plus d'études scientifiques re- connaissent que la plus grande mena- ce actuelle pour notre santé et notre bien-étre (et pour toutes les formes de vie) est une forme de pollution 2 i i insidieuse, invisible et omnipré- Ali y sente appelée« slectropollution». #4 oes De nombreux problmes de santé AE ont été associés a une exposition Rai = au REM : divers cancers (en par- ce ticulier du cerveau, de l'oeil, de Voreille et du sang)’, fausses couches’, anomalies congénita- les‘, syndrome de fatigue chro- nique’, maux de téte’, stress es chronique’, nausées et proble- mes cardiaques*, autisme’, trou- bles d'apprentissage”, insomnie et maladie d’Alzheimer*, _ Quoi que vous en pensiez, Puni- le vers high-tech menace gravement te notre santé, Le médecin Robert Becker {auteur de Cross Currents: The Perils of Electropollution, chercheur, spécialiste en rayonnement électromagnétique an roi i fo 8 é et deux fois nomin au prix Nobel) nt se dit trés préoccupé par I'élec- re tropollution : « Pour moi, il est ue clair qu’actuellement la plus grande source de pollution a dans notre environnement ns est la prolifération des champs i Glectromagnétiques. A I'échelle re mondiale, je la considére bien su- ur périeure au réchauffement de la plandte... ou a Taugmentation des nt, éléments chimiques dans l'environ- da nement", » nt Vanatomie de l'électropollution es Les 100 billions de cellules du corps hi tain comainiquent entre elles via des signatsx ne dlectromagnétiques basse fréquence subtils et ul des réactions biochimiques. Ces voies de si- novembra-décembre 2007 gnalisation acheminent les informations qui se traduisent par les processus biochimiques et physiologiques du corps. Une exposition con- tinue au rayonnement électromagnétique peut considérablement déformer et perturber ces voies de communication cellulaire, déréglant le métabolisme cellulaire et, & la longue, entrai- nant la maladie, Le stress biologique di a I’électropollution af- fecte profondément la physiologie et la com- munication intercellulaire. Imagine le chaos résultant dune 77 N des systémes de communication dans une ville, Dans le corps, interruption des processus habituels et la perturbation de la communication inter- cellulaire provoquent un ( chaos similaire, La fonction cellulaire se détériore et les membranes cellulaires dur- \ : cissent, devenant incapables absorber les nutriments et e'évacuer les toxines. La dégra- dation des processus cellulaires entraine un véritable bouleversement biologique dans notre corps. Des centaines d'études ont montré les effets néfastes du REM sur le syst8me immunitaire™, la synthése enzymatique’, le systeme nerveux", Vapprentissage, I'humeur et le comportement”. ‘Tous les aspects de la vie aux niveaux molécu- laire, cellulaire, biochimique et physiologique peuvent soutfrir d’une exposition au REM. REM, mélatonine et cancer Les hormones sont des substances extrémement. puissantes compte temu des minuscules quantités produites par les glandes endocrines. La plupart entre elles, Veestrogene, la progestérone, la testostérone, I'insuline et la mélatonine, sont fabriquées par milliard ou par billion. De petites fluctuations hormonales suffisent & provoquer de grands changements physiologiques. Va leur role prépondérant dans tous les processus vitaux, ‘maintenir I'équilibre hormonal est impératif pour une santé optimale. En cas de déséquilibre hormonal, la capacité du corps & réguler les sys- ‘mes fondamentaux se détraque. Notre style de vie moderne menace sérieusement la fonction endocrine. Stress, toxicité, mauvaise alimentation, manque de sommeil et produits pharmaceutiques... autant de perturbateurs en- docriniens qui menacent cet équilibre précaire. Toutefois, un genre particulier de perturbateur endocrinien a été sérieusement néglige : le rayon- = Nexus nes3 rnement électromagnétique. Lune des conséquen- ces les plus graves d'une exposition au REM est peut-étre son effet sur nos systémes hormonaux. Au coeur de notre cerveau se trouve une glande endocrine sensible & la lumiére, la glande pinéale (@ peu prés de la taille d'un pois). Depuis toujours, la glande pinéale est associe au « troisiéme cel» mystique qui voit tout. Jadis considérée comme inutile, elle apparatt aujourd'hui comme lune des glandes les plus importantes du corps, et no- tamment la principale source de mélato- =WE Découverte tl y a cinquante ans, Jamélatonine est aujourd'hui salue comme une hormone miraculeu- 7 _\ se, régulant de nombreuses fonc- tions-clés de le crofssance et de la santé de "homme et pro- tégeant efficacement du can- cer. La mélatonine est produite environ quatre-vingt-dix mi- nutes aprés Fendormissement, Des études ont montré que les concentrations de cette hormone dans le sang, basses dans la journée, augmentent & la tombée du jour, pour atteindre Jeur niveau maximum au mi- lieu de la nuit. La glande pinéale répondant aux signaux transmis par les nerfs optiques, le fait de bombarder de lumigre les yeux d'une personne pendant la nuit peut inhiber le pic nocturne ha- bituel de mélatonine et en diminuer la production globale pour la journée. Pendant le sommeil, 1a lummidre artificielle a un effet dépressif bien plus grand que la lumitre naturelle. Mélatonine anti-cancéreuse es chercheurs sont de plus en plus surpris par le nombre de processus physiologiques contrélés ou influencés par la mélatonine. En plus de réguler les rythmes circadiens qui gouvernent nos cycles de veille/sommeil, cest un des meilleurs destruc- teurs de radicaux libres, assurant ainsi la synthése de PADN et la division cellulaire. Non seulement la mélatonine inhibe-telle la libération dleestro- gine, mais elle empéche aussi le développement du cancer du sein’ autre propriété anticancéreuse de la mélatonine réside dans sa capacité a augmenter la cytotoxicité des lymphocytes tueurs du systéme immunitaire, Elle est méme capable de renforcer le systéme immunitaire et de contrer l'immunosuppression due au stress, Dans le sein, elle utte contre deux autres facteurs de division cellulaire : Phormone prolactine et celle connue sous le nom de « facteur de croissance épidermique ». La mélatonine multiplie par cent les propriétés novambre-décemers 2007 est ux. ide ale rs, I> me ne 10- to- et an ite ni- nt. les ur Si vous base de antictumorales de la vitamine D et stimule sa faculté & stopper la croissance des tumeurs. Par ailleurs, elle agit comme un inhibiteur de l'aro- tatase, puissante protection contre les cancers dépendants des cestrogenes". Inutile de dire qu'il est vital d’assurer une produc- tion réguliére et suffisante de mélatonine au quo- tidien, Malheureusement, dormir dans une piéce au milieu de nos appareils favoris (téléphone sans fil, teléphone portable, horloge numérique, lecteur de CD/poste de radio, ordinateur et téléviseur) peut sérieusement inhiber notre production nnoc~ ture de mélatonine. Il se peut que la suppression de la mélatonine soit & Vorigine des effets néfastes du REM sur la santé REM et cancer du sein En 2001, le Dr Masami Ishido et ses collegues de institut national japonais des études environne- mentales ont montré que les cellules mammaires cancéreuses traitées & la mélatonine reprenaient leur croissance lorsquielles étaient exposées & un REM A la fréquence du secteur” lls ont constaté que les champs magnétiques perturbaient le sys- téme de signalisation des cellules (leur réseau de commutication interne qui détermine la fagon dont elles réagissent a leur environnement), Ce fasant, le Dr Ishido et ses collegues ont également remis en question T'un des principes essenticls de Ja toxicologie : plus la dose est faible, mieux c'est. effet du REM observé & 12 milligauss (m6) était quasiment le méme que celui observé dans un champ cent fois supérieur, 8 1 gauss (1 G). Le Dr Ishido a constaté que plus la dose était faible, plus Veffet était fort”. Ce mécanisme permet d'expli- quer pourquoi une réduction de mélatonine due au REM provoque un certain nombre de cancers parmi lesquels le cancer du sein, le cancer de la prostate, le cancer colorectal, le mélanome, les tumeurs ovariennes malignes et la leucémie infantile. On sait aujourd'hui que la suppression de la mé- latonine survient & des fréquences guare supé- teures aux fréquences courantes des habitations: 50 hertz (Hz) (par ex. en France) et 60 hertz dormez 4 proximité d'une télphone sans fil et/ou d'une horloge numérique ou si votre installation électrique est défectueuse, votre exposition au REM suffira & supprimer votre production nocturne de mélatonine. Or, cette hormone agit comme un puissant anticancéreux. novambre-décambre 2007 (par ex. aux ftats-Unis). Si vous dormer & proxi- mité d'ume base de téléphone sans fil et/ou d'une horloge numérique ou si votre installation élec- trique est défectueuse, votre exposition au REM suffira & supprimer votre production nocturne de tmélatonine. Le lien entre cancer du sein et REM ne cesse de se renforcer. Le Dr Patricia Coogan et ses collegues de la Boston University of Public Health ont rapporté un risque accru de 43 % chez les femmes exposées a des champs magnétiques sur leur lieu de travail, tels que ceux émanant des gros ordinateurs?. En fait, selon cette étude, les femmes ayant des métiers en lien avec Uélectricité (6lectriciennes, installatrices de téléphone, réparatrices de lignes lectriques et ingénieures lectriciennes) couraient dlavantage le risque de mourie d'un cancer du sein, Cette incidence accrue a été directement associée & la suppression de la mélatonine par le REM. Et ce lien de cause a effet ne concerne pas seule- rent les femmes, Dans cing études, um REM élevé a été mis en cause dans une incidence accrue de can- cer du sein masculin, chez les hommes travaillant comme monteurs de lignes téléphoniques, dans les postes d'aiguillage et dans les services d'tilité publique, les cas de cancer du sein étaient six fois plus nombreux que dans la population masculine en général” Autres perturbations endocriniennes dues au REM Le Dr Charles Graham, physiologiste expérimen- tateur, a découvert que les champs magnétiques avaient un effet sur deux autres hormones. Chez Tes femmes, une exposition nocturne a des taux levés de REM en laboratoire a considérablement augmenté le taurx d'cestrogene, facteur de risque conu du cancer du sein“, Chez les hommes, une exposition au REM a réduit le taux de testosté- one, chute hormonale associée aux cancers du testicule et de la prostate", LeDr Graham note que 'amplitude constante d'un champ importe moins que son intermittence ou ‘encore les sautes de puissance appelées « transi- toires électriques ». Ces sautes peuvent dévelop- per une grande quantité d’énergie en un laps de temps trés court. Ils’en produit chaque fois que des lumigres ou autres appareils électriques sont allumés, que des moteurs ou des compresseurs (tels que ceux des réfrigérateurs et des climati- seurs) démarrent ou que des varlateurs d'inten- sité fonctionnent. Les transitoires sont dificiles a éviter parce quils peuvent provenir d'ailleurs (de la maison du voisin ou des lignes électriques de la rue). Le Dr Graham pense aussi que le REM correspond beaucoup mieux a la définition d'un = wey perturbateur endocrinien que bon nombre de {ours comme les sdche-cheveux, les aspira polluants de environnement qualifiés de xéno- les ouvre-boites, les ordinateurs, les fours micr9 hormones parce que les champs magnétiques ondes, les lampes de bureau, les mixeurs et le semblent produire leurs effets en agissant sur et hhorloges électriques. Plus troublant encore via des hormones et nion comme des hormones. vu d'autres études, méme si la mélatonine Des millions de femmes de par le monde se font venait & réduire la vitesse de développement & prescrire du tamoxifene, le médicament le plus cancer du sein en culture, elle devenait incapable populaire pour éviter une récidive du cancer du inhiber la croissance des cellules mammaires sein. Une étude trés importante a montré que le cancéreuses lorsqu'elle était exposée & un chat tamoxiféne perdait sa capacité & stopper la proli- ‘magnétique de 12 mG? «, fération des cellules cancéreuses lors d'une expo- Les femmes traitées au tamoxiféne pour un ¢ sition Aun REM*. Le niveau de REM produisant cet cer du sein sont rarement, voire jamais, incitée effet (12 mG ou plus) est celui des appareil de tous les a réduire leur exposition au REM ou a utiliser ds technologies adaptées pour s'en protéger. Les neuro transmetteurs, catégorie Nous savons aujourd'hui qu'il existe une forme spécifique et trs dangereuse de REM qui affecte le fonctionnement du cerveau et du corps : le signal porteur d'information émis par l'antenne des téléphones portables, connu sous le nom de « panache de champ proche » et qui émet sur un rayon de 15 4 18 centimétres tout autour de l’antenne. ovembre-cécembre 2007 il spéciale d’hormones incluant la sérotonine et a dopamine, jouent un réle majeur dans ’hu- meur, Les fluctuations du taux de sérotonine sont notamment associées & la dépression. Des taux réduits de sérotonine dans le cerveau ont par exemple été associés & une augmentation de la fréquence des suicides". Une étude a examiné les fonctions cérébrales de singes exposés a des champs magnétiques de 60 Hz. tl s'est avéré que les taux de sérotonine et de dopamine (ce dernier affectant les processus cérébraux qui contrélent Ces sites récepteurs interprétent IICRW comme une énergie menacante inconnue. Pour se protéger, la membrane cellulaire se verrouille instantanément. Cela signifie que les nutriments ne peuvent plus pénétrer dans la cellule et que les toxines et déchets ne peuvent plus sen échapper. Cela signifie aussi que la communication intercellulaire vitale est rompue. Je mouvement, la réaction émotionnelle et la sensation de plaisir et de douleur) étaient consi- dérablement réduits juste aprés une exposition. Seul le taux de dopamine revenait a la normale plusieurs mois plus tard*. Selon le Dr Becker ; « I! semble exister deux ty- pes de dépression clinique : 'une due a de sim- ples facteurs psychosociaux et l'autre due 3 un facteur externe influengant la production de ces substances chimiques psychoactives par la glan- de pinéale. Le lien entre la glande pinéale et les champs magnétiques ayant été démontré, il serait bon diinclure I'évaluation de leffet des champs électromagnétiques anormaux dans la recherche du facteur responsable®, » D’autres chercheurs sont du méme avis", Hormones du stress et REM Une exposition 8 des taux élevés de REM augmente ausst le taux d'adrénaline, hormone de la fuite ‘ou de la lutte, Ibérée par les glandes surrénales, B, Blake Levitt, auteur d'Electrical Fields, exp que: « Un stress chronique prolongé nuit & tous les systmes anatomiques, y compris au systéme reproducteur. Un stress subliminal peut affecter la fertilité et lever la tension artérielle, ce qui peut provoquer cardiopathies, accidents vasculaires cé- rébraux et immmodéficience... De bréves exposi- tions a un REM, comme l'utilisation d'un téléphone sans fil plusieurs fois dans la journée, suffiraient a provoquer des pics d'adrénaline® », autre hormone du stress est le cortisol, qui af fecte la réponse au stress 8 long terme. Egalement produtt par les surrénales, le cortisol joue un réle dans le métabolisme du glucose, la régulation de Ta tension artérielle, la Iibération d'insuline, la réaction inflammatoire, l’équilibre hormonal et le fonctionnement du systéme immunitaire, Le taux de cortisol influence aussi l’énergie et la mémoire. IInlest pas surprenant quite exposition & un REM augment le taux de cortisol sérique'*", Telephones portables et rayonnement proche Nous savons aujourd'hui qu'il existe une forme spécifique et trés dangereuse de REM qui affecte le fonctionnement du cerveau et du corps : le si gnal porteur d'informations émis par Tantenne des téléphones portables, connu sous le nom de «panache de champ proche » (notez que l'anten- ne des nouveaux téléphones portables est invish ble; le rayonnement proche ren reste pas moins tun probléme pour la santé). Le rayonnement proche émet sur un rayon de 15 a 18 centimétres tout autour de l’antenne. Il résulte d'une saute de puissance nécessaire pour transmettre un signal radio & une base parfois située A des kilométres, Chaque fois que nous activons le téléphone pour envoyer ou recevoir (que nous le tenions contre Voreille, que nous l'ayons fixé la celnture ou que nous le gardions dans la poche), nous sommes ex- posés 3 de dangereuses ondes porteuses d’infor- mations dans le panache de champ proche. les dernitres études montrent que le rayonne- rent de fond des nombreux appareils électriques émettant un REM ainsi que des récentes bornes Wifi équivaut en densité aux ondes porteuses d'informations émanant du champ proche. Cela signifie que le danger se situe non seulement & proximité de V'antenne du téléphone portable, ‘mats aussi dans l'environnement général auquel nous sommes exposés tous les jours”. Bien que l'industrie de la technologie sans fil ct certains organismes gouvernementaux conti- nuent d/affirmer l'innocuité des téléphones por- tables (aon sans rappeler l'industrie du tabae), de récentes preuves scientifiques ont révélé un schéma émergent de graves problemes de santé dus & une exposition au rayonnement proche. Les téléphones portables sont tout sauf inoffensifs. Parma les problémes biologiques recensés,citons, une dégradation de la barritre hémato-encépha- ligue, des dommages génétiques, une rupture de la communication intercellulaire et un risque accru de cancers”. La barriére hémato-encéphali- que est un fitre situé dans les vaisseaux sanguins du cerveau qui empéche les substances chimiques dangereuses datteindre le tissu cérébral sensible et de détruire IADN. Le rayonnement proche est capable douvrir la barrigre hémato-eneéphali- que, permettant ainsi a des substances toxiques de pénétrer librement dans le tissu cérébral Anomalies dans I'ADN Lerayonnement proche endommage aussi 'ADN. Bon nnombre d’études ont découvert des micronoyaurx (ragments @ADN entounés d'une membrane sans fonction physiologique) dans le sang d'utilisateurs de téléphones portables. Les micronayaux résultent ._ d'une dégradation de lafaculté de la cellule a Sauto- réparer et sont le signe de dommages génétiques. Si les cellules cérébrales ne sont plus capables de Sautoréparer, les tumeurs ont le champ libre. Fait plus troublant, la présence de micronoyaux peut aussi révéler dautres problémes de santé (immuno- déficience, troubles du sommeil, troubles défcitaires de Fattention, autisme et maladie d’Alzheimer). Les principales glandes du corps (aypophyse, hypotha- lamus, glande pinéale) étantsituées dans le cerveau, tun usage contimuel du téléphone portable pourrait considérablement perturber les facultés de signalisa- tion des hormones Noublions pas le circuit électrique des téléphones portables, qui génére une énergie concurrente inter- férant avec le champ biologique de la personne ou champ d’nergie. Ce type de REM omniprésent, ou ambiant, affecte de nombreux processus physiolo~ siques. Lorsque vous fixez votre téléphone portable a]a ceinture ou le gardez dans une poche de votre pantalon, ce champ ambiantaffecte les tissus et or- sganes les plus proches, notamment ceux dela région pelvierne. Deux études ont déja montré une réduc- tion de 30 % dans la numération des spermatozoides des utilisateurs de téléphones portables. Comme de plus en plus de femmes fixent leur téléphone porta- bled la ceinture, les organes reproducteurs féminins risquent également d’en ptir™ faut aussi tirer la sonnette d’alarme sur les dangers cu rayonnement ambiant des casques téléphoniques. n sait aujourd'hui que les casques, loin davoir un effet protecteur, peuvent en réalité augmenter les Emissions de rayormement dans le cerveau jusqu’a 300%. Lateclnologie Bluetooth est particuligrement dangereuse. La seule solution consiste & utiliser un écouteur stéthoscope. Que vous ayez ou non un téléphone mobile, la prolifération de la technologie sans fil vous expose, vous et vos enfants, & un rayonnement dangereux qui endommage instantanément vos celluies et aliére tous vos processus physiologi- ques. Pas moyen d’y échapper. novembre décembre 2007 Téléphones portables, membranes cellulaires et ondes porteuses Ces dernitres années, Vexposition aux radiofré- quences émises par les téléphones portables et les appareils de communication sans fil, accusée de provoquer de graves dommages physiologiques aux cellules, est passée au centre des préoccupations, ‘Au départ, Vindustrie de la technologie sans fil et le gouvernement américain ne considéraient pas les radiofréquences des téléphones portables comme dangereuses pour la santé. Malgré de nombreu- ses preuves du contraire, Vindustrie maintient sa position, Au tout début de cette technologie, on croyait que seul un effet thermique (un réchauffe- ‘ment, comme dans un four & micro-ondes) pouvait endommager les tissus. Les tSléphones portables n'étant pas assez puissants pour réchautfer les tis sus, le gouvernement américain wa pas demandé d'études visant & examiner les problémes de santé potentiels, Toutefols, la science émergente a découvert que le probleme des téléphones portables ne venait pas de leur puissance de sorte (effet thermique) mais du transfert d'informations sur I'« onde porteuse » émise et recue par Vantenne du téléphone. On ap- pelle cela une « onde radioélectrique porteuse d'in- formations » (ICRW). Il sagit d'une fréquence qui achemine des paquets spécifiques d'informations, permettantla transmission de divers éléments (voix, texte, images, etc}, Cest Id que réside le probleme: cette onde a une fréquence inédite. Nos cellules ny sont absohament pas habituées et la percoivent comme un dangereux envahisseur étranger. Lesderniéres études ont clairement ideutifié les mé- canismes biologiques des effets néfastes des ICRW, [Nos membranes cellulaires sont dotées de sites ré- cepteurs spéciaux, appelés « microtubules », capa- bles de détecter les fréquences. Ces sites récepteurs interprétent IICRW comme une énergie menacante inconnue. Pour se protéger, la membrane cellulaire se verrouille instantanément. Cela signifie que les nutrimients ne peuvent plus pénétrer dans la cellule ‘et que les toxines et déchets ne peuvent plus sen ‘&chapper. Cela signifie aussi que la communication intercellulaire vitale est rompue':. Cet effet est im- ‘médiatet dure tant que la personne est exposée aux CRW. Plus ce laps de temps est long, plus les dom- ‘mages biclogiques sont importants (dommages des radicaux libres, mutation génétique, perte d'énergie cellulaire, vieilissement prématuré et, & la longue, maladie dégénérative), le Dr Carlo, la référence Si quelquiun’connait les effets néfastes des té- léphones portables et de la technologie sans fil, est bien George Carlo, docteur en médecine, ttu- laire d'un doctorat et auteur de Cell Phones: invisible Hazards in the Wireless Age. Eminent professeur d’épi- démiologie, le Dr Carlo a ét€ engage par la Cellular ‘Telecommunications Industry Association (CTIA) comme chercheur en chef pour conduire un pro- gramme de recherche sur cing ans de 28 millions de dollars sur les effets néfastes potentiels des télé- phones portables. La CTIA était persuadée quauicun effet néfaste ne serait découvert. Or le Dr Carlo et son éguipe de deux cents chercheurs en ont bel et «bien trouvé, Le Dr Carlo sest alors fait renvoyer sans ‘ménagement et les résultats accablants ont été en- terrés, Depuis, il est devenu Fun des détracteurs les plus célébres et les plus virulents de l’industrie dela technologie sans filet 'un des plus grands spécialis- tes mondiaux en électropolfution, Selon le Dr Carlo: « Ces ondes radioélectriques porteuses d'informa- tions déclenchent des réactions des membranes protéiques au niveau des membranes cellulatres, éentrafnant une perturbation de la communication intercellulaire et laccumulation de radicaux libres Vintérieur de la cellule. test capital de comprendre ce mécanisme parce qu'il explique la grande diver- sité de symptémes observés chez les patient faisant état d'une électrohypersensibilité et autres troubles tels que des maux de téte et une anxiété inexpliquée qui, nous le savons désormais,..sont dus & ces onides radioélectriques porteuses informations" » Imaginez ce qui se passe si une cellule ne peut plus recevoir de mutriments vitaux, éliminer les dé- chets ni communiquer correctement avec les autres celles : cst le chaos le plus complet au niveau cellulaire! Comme nous sommes entourés de tours de télépho- nie et diutilisateurs de téléphones portables, i est pratiquement impossible de ne pas étre continuel- lement exposés aux ICRW et aux dommages perma- nents de nos processus physiologiques. La technologie sons fil : des risques accrus Le Mobile Telephone Health Concerns Registry est une organisation sans but lucratif créée pour rassembler des informations sur les effets des té- léphones portables sur la santé". Auparavant, les plaintes concemaient des problémes de santé dus aux téléphones portables. Ces deux derniéres an- nées, cependant, la plupart concernent les ondes radiaélectriques ambiantes (de fond) émanant de ‘uitiples sources sans fil La puissance de ces ICRW ambiantes avoisine 'intensité des radiofréquences <érises par les téléphones portables. Quiest-ce que cela signifie ? Fh bien que vous ayez cou non un téléphone portable/mobile, la prolifé- ration de la technologie sans fil vous expose, vous et vos enfants, & un rayonnement dangereux qui endommage instantanément vos cellules et al- Nexus n°53 | LE BROUILLAGE BIOLOGIQUE ENVIRONNEMENTAL al Le soleil et le champ magnétique terrestre. Le «smog» électromagnétique ambiant a été multiplié par 100 ces derniéres décennies, et ce probleme est encore aggravé par la chute du champ| magnétique terrestre. Tout cela concourre & mettre! en difficuté croissante nos mécanismes biologiques, | nous demandant un effort d'adaptation de plus en| | plus important ll est clair que notre électronique cellulaire et neurologique interne a de plus en plus de mal a fonetionner au milieu de ce brouillage permanent RETROUVER L’ENERGIE | MAGNETIQUE DE LA TERRE Le Viofor JPS produit une action spécifique sur organisme par un champ magnétique a variations lentes et a basse valeur dinduction. Cette) action éveille dans Vorganisme des mécanismes, | pemmettant, d'une maniére sOre, de rétablir son | équilibre naturel, apportant une amétioration de la | santé et le soulagement de nombreuses affections. Latout de cette methode est son action analgésique| et régéneratrice qui en fait un excellent adjuvant tout type de traitement Sté Valemis La Merlaudiére - 37600 Perrusson Courriel : valemis@wanadoo.fr Tel: lle de France Tel: France et international +33 (0)2 47 91 54 57 Site : www.valemis.fr | _SANTE |, Dib | Knap O, Kaa, lagen Ch, Ford D, Seng, Iden 8 Meek Sto fr SY Knaepaen Posse 400530, 2 eat D, Dib Burt joe Kreme, Close A hnon ate opodscve cuore and acremagrare fell spon 2 4 fisescs Ges Tie ace not pono nek ond vk bk dela, Eerobay 20 5. tein 8, Co Fideniseny 4 t2re tous vor processus physiologiques. Pas moyen aly échapper. Le Dr Carlo est conscient de la crise de santé publique ‘sans précédent qui se prépare dans ce monde sans fil: « Les études scientifiques continuent & montrer que les ondes radioélectriques des téléphones portables et autres appareils sans fl, ayjourd hui utilisés par plus de trois milliards de personnes dans le monde, sont dan- ‘gereuses. L'industrie des téléphones portables élude Te probléme ; les gouvernements du monde entier ont des liens tellement inextricables avec cette industrie quils sont incapables de protéger les consommateurs. la science émergente montre qu'elles entrainent des problémes allant de troubles de V'apprentissage et du spectre autistique au cancer. Si on n'agit pas, ce sont ros enfants et petits-enfants qui devront continuer & supporter le fardeau de la maladie® » La mauvaise nouvelle est que nous avons affsire & tune crise de santé publique sans précdent. La bonne nouvelle est qu'il existe des mesures préventives effi- caces, scientifiquement validées. Trois mesures de protection Résoudre le probléme de I’électropollution exige agir a trois niveaux distincts. Le Dr Carlo affirme quiil est nécessaire d’agir & ces trois niveaux a la Biel Cham 15 rect 1998, 2792012597401 lug 1.107 18, IPE. Gress A Unt M Sle Dy Seaton & (CN [erate ‘itvaton a yrphome 8 Cale Sipe ou Ei Elcanagraic Feiss | Bel Char 19 e193 nv ck Fe Econicke Dethe EVR end Heal. Envton Hach Popactes dc 2001 fois pour se protéger suffisamment contre I'élec~ tropollution. Il appelle cela « le paradigme de santé publique ». Tout d'abord, il faut empécher le déclenchement inapproprié de la réaction de protection de la mem- brane cellulaire. Il existe des technologies qui agis- sent sur la « cause » des problémes. Ce sont des cas- ques adaptés et des technologies de champ sonore actives (mises au point par 'armée américaine) et passives. Ensuite, il est important de restaurer la communica- tion intercellulaire et datténuer les « effets » d'une ‘exposition au REM. Pour ce faire, uilisez les techno logies del’énergie subtle, diodes et autres pendentifs Combinées aux précédentes, elles seront encore plus efficaces. Enfin, il est nécessaire de réparer et corriger les dom- sages cellulaires, Cest fa qu'interviennent les alica~ ments, les antioxydants et les compléments favorisantt laréparation. Pour une protection maximale, il faut agir aux trois niveaux simultanément : protéger les cellules des dommages directs, rétablir la communication inter- cellulaire et fournir au corps les nutriments essentiels pour sautoréparer et rester sain. Le Dr Carlo explique : « Leffet combing de l'électro- oF Shdation oe Fam Femengroaea nase as 0 Pour | Meslay A Mahojon,RucslsT Cha A, Regen, Ke D, Pond, Live R Uchin A, EestomageatiFldndncad Sraron ot a See wide Eater Hkh Pct 14.9598, ‘Connsion t1 Non onsig Footer fecha] Senda 1 aSups 6.917.933. 2 loc # arta usa rrr ©, Wackada, §.Poranen | siletes of share oxecajo of magnet ald an ha Bibel proces che bron In Peochinil 1993, 14.2725) AN, Grtusich 8 \ Sea A -Exninoton 7201, 168)5} 501-507. fa cure! poh: Siamary of also deter, Bole onaprets 2005 emir hype 251g 7h 7585 en pase ot gh a EM big ih ion Hath Pose 8 ss A\ Sezer 9 lectonogpatc hypenesivy: biegcl lec of diy lacey wih enshats on dbs and mule sees, Eacronog Sil Met 3 10 25.2508 1G, Enwon Heath Pospea on 2003; 17117}881 883, 1 Sie D8, Cherouy 1 ln Degree peat end revecegeative danse mesh anorg shoe uibipeter Ertl 2 facie Feber ©. VD, 13. Ware di De ott ©, Beck por ns Neon Ha, ow 14, Sonenez 2 Souees RD, Kome by naomsn ' areser a Meare "han Erg Never Enc: Ape EXF ft ot 12 #0, Kowsient Cl Senhowe 7) 1927], ocala Hees rt NEPB spor #240, NalnalRasiaegiea recon Bood, Chin, fejouneU, Sn tence ches dom latromegreter & ie, Se Una of Now Yok hy / Nona ETS /SurneryS 7 ares NI embshmsers rene o pou es 717/582, ex 978.9. ron Tha Prom ol Secromedcin, He >, NPB pot R239, Noto fod 2 fas of Taeromognate egy oo i / erm er ec ‘Sacraagnet > Eve ence DW al, loons snotenmanal go ler ©, Lazo, sMrin © iake ond bos Wun 2007, Pa 17520590, Act i slagrae te WF) of 50 2 2 cls, Cociegenees 2001; 22) Elecapaln, Jat Pacha; New Yok décembre 1989, 000, 0 p/w em A CI(1991,Blaial i of Emer a Noon on Berd, Chon 20,0190 fot 9 Nowtniang Hectunagpte és one Rosen I, Rakchagurey ord Tbe crear, Bic ‘skin poinenoponeal ane he ingm Werans Heat Sid Cares Couas Come! 2007 2 sTecwol os 1004 1G Miconoe Neva, 28 aren: 2008, Ma nysumeronmienons.c Fontes Meleten Lt Porson BR, levee damage in mammtion brain oar expnue io mires for Si ble phon ee g/scenefcar sempre rol Rasen. I Enry ow Fusney Heth Paspecines de 1993; 101/101-1085, ren fos foo 31 resi 2007, PMID: 17541729. 1 wecuing casa ethways cml lo nein a8 ov2005 ta a Nexus ness rovembre-aacemore 2007 ie a 2s 200 4a 45 46 nd 8, pollution & ces trois niveau est le risque sanitaire Te plus grave jamais connu parce qu'il vinsinue insidieusement dans nos vies. Ces expositions por- tent atteinte aux processus biologiques fonda- ‘mentaux, notamment a la réaction immunitaire et autres mécanismes de compensation physiolo- sgique. Ainsi, I'électropollution fragilise la popula- ton face a d'autres agressions environnementales, comme la pollution de Fair et de Veau, la malnu- trition, Vexposition aux virus et bactéries, ainsi qu’a des facteurs de stress physiques tels qu'une chaleur ou un froid extréme et aux événements stressants dela viet», Alors que nous fongons téte baissée dans ce monde high-tech qui nous fascine, nous devons aussi comprendre que nous participons tous & une ex- périmentation & grande échelle. I'électropollution constitue une menace bien réelle pour les gé& nérations actuelles et futures. Prendre des me- sures efficaces niest pas un luxe, cest une né& cessité. Que cela nous plaise ou non, le mon de électromagnétique west pas prés de dispa- raitre. Cest & chacun d'entre nous de prendre les mesures préventives qui nous protegeront, Note de éditeur Concern Ja lite cane Iectepoluion en Fones, nos vous re ‘commandant de vale le sie de Newyp orgor son vsratla mine Ginioations su le wal wanenastupong | [Note de Fauteur a tg pds, jee ats njous garde de connie el ow HI] produ, mois evaucTh le probleme ee I6esepolvton ei grove 542 [me sens oblgGe de revorenande ue fecinologia ao fat | | prewes. BIOFRO Technology hip://www bcpscechaclogy con) 9 {pone [ican of crsaye ds icerens dwypntnion de dou ech | roogies combnocs dar se pucs d léphone ot danse pes «ut | ‘ersles » pou odincous, fovows son Ii. lo pombe, aopeles | rechlegi eel de nance molec, tue tcl pee si cx chomp sonore bevelee sop plemier rhea en opt inmédictonen ls dommoges cous oux manbrones clare (aure ur une tochnloge de Ferengi sure, la cnolege de resooance Ereigtlique, 4.1 eu second nya, en mda! s commenizaion ines. Vsiez Ie ip ire! hpi bicerergesitle sm eur sore a se empevcennnint le ty Sea | A prope ra a Sheil Selnan au savropah tiplemte,paychohtapeve, colar ies inkenceucl re trey Sec of caeallire Corte four les cuesons de scutes ov rayonamant Hacromgre oie. Cat outer des beste Henmane Heap. Vo! Women INUST Keow Abo! Thow Homores (Geil inienctons|, 1996 2001 4s | at Wa, Pv! Your Dough From Gang Breas Concer (Catv nersionsl, 2003 Elo set ds omens olen pou NES | Sore poner concer Shon Selman por tlishors ou 1 (8) nous, notre famille et les générations futures. I ‘Traduction: Christalecuinet | (72://smma-vholwonenmeskrowcom. FO Box 690416, 721800416, Bettina Telephone "+1 (218) 457 1058 22, Coogan Fr Cano, RW, Nevconb 4, Wend TB, Gog Bopdan S, needed, Bowen J, Langnichar VE, Oncapctond Exp GOs Magnet Has (Se ik of Sart Gone in Wear, Eldeniolay sap 1990, 7slas00e 23. Dene PA, Thana DE, Rebar Casto, «Chinptied pase Eton Fils ref rect Coren Ware, An Jeers 1001; 144 4047 24, Galen G pec 25 ChotsEt nonsD a, Betemagrt fa. polchctomd pha or amacrine ly view, A En 15 oe 2008, 1578168291 26, Hons MY sub GA, Ly FP l/s / veld PA ce 421 Golnand Seman, op. at > 25 £22 Ungar, Metuger 5 Rohan Tay, Ts N, Hartt A, ry Soran occogy EA Taek! nererten For Beco Paaton EME rece fc) Slaw. baratoral ural linen energies 7007, Bourassa, Mip\// wm bgarigncarecm/ Pata /O/Deconen/ Jigs 20008 wes e\Rhodlecvpcneconezes pdt 45 neuion vst du Dr Gorge Cao 8 lots, #TE News, Dublin ard, 22 friar 2007, b/w /mom/2007/0222/ preter 222 2251 rl. 220,rrrere ane Greg Nown, 2 Sais 2007, to, /arege dy ret(200/0205. on seahnconeas on 45 p/n sowie, Is, Ertan phancge nor Or Gorge Cao, $n 2007 iki | 487 1036, por eal 8 golahieortink rat ov ws ton ate ore Ika, OF novemore-aecemore 2007 =a Ee ane SANTE 30) LES DESSOUS DES FLEAUX DU SIECLE (2° partie) Un mycoplasme Dans notre précédent numéro, nous explorions I’hypothése selon laquelle le VIH aurait été créé en laboratoire afin d’enrayer la surpopulation mondiale... Par les circonstances mystérieuses de leur apparition et leur impasse thérapeutique, ‘autres affections inexpliquées comme le syndrome de la guerre du Golfe et la fibromyalgie viennent étayer cette effroyable théorie. Dans ce seénario écrit par le complexe militaro-industriel, un certain mycoplasme extrémement dangereux, manipulé en laboratoire, tient le premier réle... ire que les problémes autour de la question du SIDA sont nombreux est un euphémisme que Ton pourrait volontiers qualifier de doux s'ils n'étalent douloureux. Le cas de la fibromyalgie ct le mystére qui recouvre les mycoplasmes ne sont pas moins dérangeants. Les malades sont con- frontés a labsence de réponse claire venant du corps médical comme des chercheurs. a nature est remplie de créatures étranges, dont les mycoplasmes. Alors qu'une cellule est rnormalement constituée d'une paroi rigide, ils sont dotés ’une paroi molle, d'ot leur nom et laclasse 2 laquelle ils se rattachent, les mollicutes, les « peaux moles », Membres du monde des bactéries, les rmycoplasmes ont besoin de cellules hétes pour se reproduire et se développer. De formes diverses, présents autant chez I'homme que chez l'animal ou dans le rdgne végétal, leur développement est conditionné la plupart du temps par un milieu précis et 'or déaombre aujourd hui une centaine affections causées par eux, touchant notamment les organes génitaux, 'appareil urinaire et le systime respiratoire, iI faut toutefois ne tirer aucune conclusion hative : mycoplasme nest pas synonyme de maladie ;en effet, on en retrouve naturellement dans la gorge et sur les rmuqueuses des organes génitaux sans pour autant qu'il sofent néfastes&la santé (voir encadré). Des manipulations militaro-scientifiques ? a question en resterait [a sll n‘existait, comme pour le VIH, un débat autour de ces minuscules créatures. On Ta vu, le doute existe sur les origines du VIH (crigine animale, manipulation biologique..). Les mycoplasmes, eux, existent bel et bien et Ion suppose qu'ils seraient méme une relique microbiologique de la période ancienne de formation d'une vie cellulaire complexe. La ‘question soulevée par les mycoplasmes est celle de leur usage possible dans le cadre de recherches rilitaro-scientifiques dont objectifaurait 68 de mettre au point une série affections mortelles ou trésinvalidantes. le génome d'un mycoplasme esten effet suffisamment simple pour théoriquement autoriser de telles manipulations, des manipulations gui, au départ, se font dans le cadre classique de la recherche en génétique, mais dont les applications pourraient étre motivées, non plus par la quéte d'une connaissance de plus en plus fine de la vie et de ses mécanismes, mais par des intéréts politico-économiques. Cela rappelle l'une des questions soulevées a propos de Vorigine du VIH ui, pour quelques-uns, serait simplement une production de laboratoires américains qui, grace WEEE novombre-decembre 2007 mL Pa me sy! let ne _ est Jes ses, ine tle pas ules tion thes sou nent que ara rots vin. rice trés suspect Jean Dhot © 2007 8 des fonds gouvemementaux, furent en mesure de développer la recherche dans lobjectif de créer des virus mortels dans les années 70 (voir numéro précédent) Un brevet déposé Pour appuyer cette théorie, on peut mettre en avant existence d'un brevet américain, enregis- tré sous le numéro 1991 - 5 242 820 a American Registry of Pathology, Vorganisme officiel de dé- pdt des brevets scientifiques lis & la biologie (voir page 84). Une question naive vient immédiatement 8 Tesprit. Pourquoi déposer un brevet pour une bactérie, sauf si elle représente un intérét finan- Parmi les maladies imputables aux mycoplas- mes, on trouverait la fibromyalgie, mais aussi le syndrome de la guerre guicela dont tes symptémes sont trés proches : fatigue, dou- leurs généralisées, troubles du sommeil... ier ou stratégique quelconque ? Ce brevet concer- ne des mycoplasmes considérés comme parmi les facteurs des maladies telles quelle SIDA, la maladie Alzheimer, ou plus communément le syndrome de fatigue chronique, Cela implique que depuis plus de quinze ans des laboratoires ont isolé et/ou modifié des mycoplasmes dont ils connaissent et ‘maftrisent au moins partiellement 'action physio- logique, éventuellement néfaste a l’étre humain. Cest, par principe et de manigre trés simple, la définition d'une arme a effet pathogdne. Deux pos- sibilités Soffrent alors: soit des mycoplasmes ont 6té ‘modifiés pour faciliter ou renforcer leur action pa- thogbne, soit ils ne Vont pas été mais leur réle dans a. contamina- tion de telle ou telle mala- die grave est si_ important quils pour: Talent étre utilisés sur des champs de batalles pour créer, chez Yennemi, des conditionsidéa- les de contamina~ tion pour tes maladies auxquelles ils sont souvent associés (pneumonie, troubles du syst#me urinaire.) Certes, & eux seuls, les mycoplasmes ne sont généralement ppas mortels; ils peuvent étre toutefois suffisam- ‘ment invalidants pour étre un facteur déterminant, de ’évolution d'une guerre, Comme American Registry of Pathology est lar- gement subventionné par des institutions étasu- niennes (Chambre des Représentants, Sénat, divers ‘ministéres..), il n'y a qulun pas, que certains fran- chissent, pour dénoncer Vexistence d'une véritable arme mycoplasmique, créée bien évidemment au detriment de la population américaine, en premier lieu, mondiale ensuite, Mais au service de qui tl est bien sir impossible d'obtenir la moindre réponse, La maladie des vétérans Dans le lot des maladies imputables aux myco- plasmes, on trouverait la fibromyalgie mais aussi le syndrome de la guerre du Golfe, Rappelons Principaux mycoplasmes présents chez Vhomme - Le mycoplasma fermentans, Féquent, est présent dons des du SIDA déclaré. pathologies affectant ensemble de Forgenisme ; + Vureaplosma ureolyficum provoque des moladies il ext woisemblablement un des faceurs qui conribue ov de Feppaeil génital et de l'appareil urinaire ; il est passage du stode de porter « scin » du VI au slade transmissible de la mare & Venfent | décloré du SIDA, + Enfin, le mycoplasma genitalium, provoque lui eussi des le mycoplasma preumeniae, ov egent Eaton, provoque _maladies de apparel génital et se ransmel cisément lors principalement une forme de pneumenie, mais i peut de ropports sexuels, | ‘aussi provoquer des cffections louchant le sysiéme nerveux On ignore encore aujourd'hui Vétendue des infections qui | central, le coeur, le panerées ou bien encore le foie. lui sont les. + Le mycoplasma hominis, comme le M. fermentans Ces un des plus petits orgonismes vivant et 'un de ceux 1 peutsire un focteur fecilitant le passage au stode dont le génome es le plus simple - Nexus nes3 = SANTE fen quelques mots de quoi il sagit. En 1990-1991, lune coalition militaire réunissant pays arabes et occidentaux est interventie pour chasser les armées irakiennes du Koweit. A leur retour, plusieurs dizai- nes de milliers de soldats américains se plaignirent de douleurs généralisées, de troubles du sommel et affections in- validantes diverses. Progressivement, et non sans mal, les associations des vétérans du Golfe parvinrent & faire officiellement recorinaitre lexisten- ce d'un syndrome dit « de la guerre du Golfe », cest-t-dire d'un ensemble cohérent de symptémes physiques et psychiques affectant les troupes ayant participé & des opérations par- ticuliéres en frak ou au Koweit. Parmi les premiéres causes, on &v0- qua Vuranium sppauvri, largement utilisé lors des bombardements, mais aussi des agents chimiques libérés dans atmosphere lors des opérations de des- truction de stocks d’armes irakiens. Puis ‘on en vint & évoquer des causes moins avouables : utilisations d'armes bacté- riologiques ou chimiques par les troupes alliées, affablissement du syst8me im- ‘maumitaire et perturbation du syst#me merveux central suite aux nombreux vaceins que recurent les militaires | Souffrance et désarroi d’un soldat francais [ice sree ee ets le nombreux | problémes soulovés par les mycoplosmes, nous avons | requ des Kémoignages, parmi lesquels celuici, dont 'cuteur «@ souhaité resler anonyme :« ../ai resu le diagnostic de Fibromyclgie début aaGt 2005 & lo suite d'un effort ménager plus intense, Depuis jenvier 2007, je suis invalide et ma vie entire est soccagée & tous points de vue. Pour information, ‘foi té miltaire et 8 cate occasion, jai dé subir de multiples veccinations event de partir au Tchad. Je suis donc ula motivé pour des recherches poussées en ce domaine. Devent le mutisme des médecins et leurs regards détournés quand je leur demandais les eauses de ces horribles dovleurs, | j'ai compris que je devais « investiquer » soul; & cette date, des informations mojeutes zont artivées entre mes mains, i est plus que temps de révéler au public co qui se posse, les mensonges dont is sont abet, les pathologies qui les tiendent car la eroissonce des “maladies émargentes” i ‘st exponentille. Et de réclamer des comptos cux gouvernement» avant et pendant les opérations.. Lapparition des mémes symptmes dans quelques familles des mi- litairesatteints renforca la question de Vorigine de la maladie, car sila contamination ravait été lige quiau contexte (absorption de poussiéres, irradie- tion..), elle aurait dé étre limitée, Or, puisque des personnes qui ravaient jamais été sur le champ de bataille étaient & leur tour contaminées, c'est que les malades leur avaient transmis quelque chose. Mais quoi? Les autorités américaines admirent enfin que certaines des affections liges au syn- drome étaient d’origine mycoplasmique et quelles pouvaient donc se transmettre d'autant plus faci- Jement que Yon vivait sous le méme toit. Quant & Vorigine premigre -d’ott venaient ces mycoplas- mes ? ~elle reste encore aujourd'hui dans Vombre mais d'aucuns pensent quis ont fait partie du lot armes i effets pathogénes utilisées contre I'irak. On en revint alors & ce fameux brevet, justement enregistré pendant la guerre. La fibromyalgie, syndrome fourre-tout Une relation apparut logiquement entre ce syndrome et la fibromyalgie pulsqu'une partie des symptémes étaient communs (douleurs _généralisées, troubles du sommeil notamment), au point que des vétérans du Golfe purentt passer pour des flbromyalgiques. Fort de cela, la fbromyalate niapparaftrait donc plus comme une simple maladie aux origines encore indéfinies mais, & image du syndrome de la guerre du Golfe, comme tune retombée malheureuse d'une hypothétique ‘manipulation faite sur les mycoplasmes puisque ces bactéries jouent un réle dans le syndrome, Du dans la mesure oi la fibromyalgie recouvre tun nombre important de symptmes, elle pourrait tre qu'une étiquette fourre-tout sous quelle on placerait la flbromyalgie reconnue par !OMS, c'est a-dire une maladie rhumatismale, des troubles psychiques et des troubles fs des mycoplasmes Silles Etats-Unis ont bien reconnu Texistence d'un ensemble de problémes de santé spécifiques aux soldats dela gueree du Golfe, ce rest pas le cas dela France dont les troupes étalent pourtant elles aussi engagées. Or, en France, il existe aussi des soldats malades (voir encadré ci-contre), entre autres de fibromyalgie, aprés avoir particlpé a des opérations militaires au Moyen-Orient, en Afrique ou ailleurs. Ils sont certainement en droit de sInterroger = cexiste--il un syndrome du Tchad comme len existe ‘un pour la guerre du Golfe ou pour celle de Bosnie - directement lig utilisation d'uranium appauvri - et si tel est le cas, quel rapport existe-til avec la Albromyalgie, du moins avec les mycoplasmes ? 1 nlexiste aucune réponse officielle ORs a nne7[uuani m ‘Patent Number: 5,242,820 Ee United States Patent 1" Lo agate of Patent ipa RaTHOOESIE MTCOFLASSS ee rs) vernon: Lo, Petorncs Me: he ee mnt ce re a Ste nee, aoe geome ena pen noses os wan de Means gm oe Ma pone atm a ae ee Ba Jost tae of ya S57 ‘yeeason = Mivensraaacemere’ feembre 2007 = ‘Mycoplasma incognitus Les mycoplasmes utilisés & des fins pew avouables par les groupes militaro-économiques sans more- lite? Cest ce quavancent plusieurs chercheurs & la tte desquels Garth Nicholson. Chercheur de renom, fin connaisseur de la microbiclogie, il ne se serait peut-étre pas penché sur le probleme si sa fille, sol- dat dans larmée américaine,n'étit revenue malade de la guerre du Golfe, Peu aprés son retour, Nichol- son et sa femme tombérent malade & leur tour, puis laquelle se penchent les chercheurs. Les malades du SIDA, de la fibromyalgie mais aussi de l‘arthrite rhumatoide ont semble+il souventdes affections d'origine mycoplasmique. Comment les traiter @ Telle est la question sur Jeur chat, qui en mourut. Soupgonnant un lien entre Ja maladie de sa file, son séjour en Irak et la conta- mination familiale, Nicholson alarma les autorités sanitaires et les vétérans, mais en vain. Tres tot incrimina le gouvernement et ses recherches sur les armes biologiques. Face aux pressions qu'il suit, i reut d'autre choix que de quitter son centre de re- cherches au Texas (spécialisé sur lecancer) pour fou dere sien en Californie, institut de médecine molé- claire (Institute For Molecular Medecine), ‘Aux cours de ses travaux, Nicholson découvrit un ‘mycoplasme qu'il baptisa, non sans humour, mycoplasma incognitus. Ses recherches Iii permirent de comprendre que certains ‘léments de ce mycoplasme le rendaient assez proche du virus du VIH, sans tou- tefois quiun lien puisse exister objecti- ‘vement avec lu. Surtout, il parvint & guérir sa file avec un simple trai- tement antibiotique. Laffaire prenait une tournure _singuliére: qu'un nouveau myce- pplasme ait été décou- vert n/avait,en soi, rien détonnant tanta famille est nombreuse et tant il est diffici- le de les dépister ; mais les étu- des de Nicholson montrérent qu'il ne pouvait s'agir que de la création. dun laboratoire qui avait certaine- ment intégré des éléments du VI dans un mycoplasme classique. Limi nodéficience, qui est fun des signes du SIDA, contribuait a installer tne grande fragiité dans Yorganisme des malades. Aprés bien des batailles, les travaux de Nic cholson sont aujourd'hui considérés comme recevables par les instances offcielles amé= ricaines, méme sls sont encore foin de faire Yunanimité. Nicholson n'a pas pour autant arrété ses re- cherches et il garde une orelle attentive & toutes les maladies opportunistes qui pour- ‘aient avoir une signature mycoplasmique. Ainsi, dans la mesure oi le mycoplasma incognitus précéde la survenue de troubles importants, préparant semble-il le ter= rain A des infections virales, il seralt possi ble qu’ travers le monde des problemes de santé autres que le syndrome de la guerre