Vous êtes sur la page 1sur 3

1

Revue de presse quotidienne de la SONARA


N° 345 du 18/02/16

BUÉA EN TÊTE DES VILLES LES PLUS CHÈRES DU CAMEROUN EN 2015 (CAMEROUN-INFO.NET)

L’ARCHIDIOCÈSE DE DOUALA LANCE LA CHASSE AUX SORCIÈRES ET LICENCIE 9 ENSEIGNANTS GRÉVISTES (CAMEROUN-INFO.NET)

TÉLÉPHONIE MOBILE: POURQUOI CAMTEL ET NEXTELL SONT À LA TRAÎNE ? (CAMEROUN-INFO.NET)

COTISATIONS SOCIALES DE NOUVEAUX TAUX FIXÉS (CAMEROON-TRIBUNE)

GERMANY BETS ON FCFA 3.3 BILLION TO BOOST POULTRY FARMING AND AGRICULTURE (BUSINESSINCAMEROON.COM)

BUÉA EN TÊTE DES VILLES LES PLUS CHÈRES DU CAMEROUN EN 2015 (CAMEROUN-INFO.NET)
Sur le plan national, l’inflation passe de 1,9% en
2014 à 2,7% en 2015. La ville de Buéa dans la région
du Sud-Ouest et celle de Garoua dans la région du
Nord occupent la tête de peloton des agglomérations
les plus onéreuses du Cameroun. D’après des chiffres
de l’Institut National de la Statistique (INS), l’année
2016 suit le cours de l’année précédente. «Toutes
les villes du Cameroun sont en proie aux pressions
inflationnistes. La capitale du Sud-Ouest, Buéa, en-
registre la plus forte hausse des prix (4,3%) suivie de
Garoua (3,6%), Ebolowa (3,5%),Bamenda (2,9%),
Yaoundé (2,9%), Douala (2,5%) et Bertoua (25%)»,
extrait-on du quotidien Mutations du mercredi 17 fé-
vrier 2016. D’après l’INS, la hausse du niveau général
des prix en 215 découle de la flambée des prix de biens et services de transports. «A cela il fau-
drait ajouter la hausse des prix des boissons alcoolisées, tabac et stupéfiants (5,9%) provenant en
grande partie de l’augmentation des prix des bières industrielles en février 2015», révèlent les
enquêteurs dans un rapport rendu public mardi 16 février 2016.

Tél: (237) 233.33.22.38 / 233.33.22.39—Fax: (237) 233.33.21.88


B.P 365 Limbe
2

L’ARCHIDIOCÈSE DE DOUALA LANCE LA CHASSE AUX SORCIÈRES ET LICENCIE


9 ENSEIGNANTS GRÉVISTES (CAMEROUN-INFO.NET)
La grève de Novembre 2015 joue les prolongations. 9 enseignants qui avaient pris part au débrayage des
maîtres d’écoles primaires de l’archidiocèse de Douala viennent d’être licenciés. L’on les accuse d’avoir
pris part à une grève « illégale ». Certains d’entre eux ont 20 ans de service, d’autres 30. L’on redoute
le licenciement de 150 autres grévistes dans les prochains jours. Tous avaient cessé de travailler les 10,
11 et 12 novembre 2015. Les quelques 800 grévistes qu’ils étaient revendiquaient une augmentation de
salaire. Ils ne voulaient plus des 40 000 ou 50 000 francs CFA qui leur étaient versés jusque-là. Au terme
des négociations tripartites, ils ont obtenu un relèvement de 1000 francs Cfa. Ce qui selon le chef du
personnel Félix Senda, est insignifiant. Il se plaint, expliquant que les enseignants des écoles catho-
liques se considèrent comme «la couche de la société du travail la plus ridiculisée ici à Douala». Tou-
jours combatif, il crie contre ce qu’il considère comme des injustices perpétrées contre ceux qu’il dé-
fend.

TÉLÉPHONIE MOBILE: POURQUOI CAMTEL ET NEXTELL SONT À LA TRAÎNE ? (CAMEROUN-INFO.NET)

Bon nombre de stations radiophoniques émettant sur


l’étendue du territoire national ont leurs installations lo-
gées au Mont Mbankolo à Yaoundé. Selon Minette Libom Li
Likeng, Ministre des Postes et Télécommunications, il s’agit
d’installations illégales. Suite donc à ce constat fait par le
Minpostel au cours de la visite du 16 février dernier, il a
été décidé de mettre fin à cette occupation anarchique.
Une décision prise aux côtés d’Issa Tchiroma Bakary, Mi-
nistre de la Communication présent au moment de la visite
sur le Mont Mbankolo. «C’est une honte. Nous allons pren-
dre des mesures fortes pour mettre fin à tout cela», a dé-
claré le Minpostel. Le quotidien Le Messager dans son édi-
tion en kiosque ce 17 février 2016, dit qu’un mémo a été
présenté aux membres du Gouvernement. Il indique que «41 exploitants de radioélectriques fournissant
des services de radiodiffusion et de télévision, très peu y sont installés de manière légale». On va donc ap-
prendre dudit mémo que les occupants de ce site se recrutent parmi les administrations publiques, les éta-
blissements publics administratifs et les entreprises privées. On lit dans le mémo qu’ «à l’exception des
cas comme Mtn et Camrail, la quasi-totalité des occupants n’ont pas de licences d’exploitation des réseaux
de communications électroniques délivrées par le Minpostel, pas d’accords d’assignation de fréquences,
pas de certificat d’homologation des équipements».

COTISATIONS SOCIALES DE NOUVEAUX TAUX FIXÉS (CAMEROON-TRIBUNE)


Les cotisations sociales, ce sont les prélèvements calculés en pourcentage du salaire qui permettent au
salarié de toucher des prestations sociales en cas de maladie, de chômage, d'accident du travail. L’on
parle donc des cotisations « salariales », qui viennent diminuer le salaire brut du salarié et les cotisations
« patronales », payées par les employeurs. Dans les cotisations salariales, il y a d’abord des prélèvements
pour la sécurité sociale avec les branches maladie, vieillesse, invalidité, décès, famille, accident du tra-
vail, maladies professionnelles. Elles sont gérées par la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNPS).
Concernant précisément les prestations familiales, le décret présidentiel n°2016/072 du 15 février 2016
fixe les cotisations à 7% du salaire pour les travailleurs relevant du régime général. Employés de maison y
compris. Les travailleurs relevant du régime agricole y laisseront 5,65% du salaire, tandis que ce sera 3,7%
pour les travailleurs de l’enseignement privé. Pour ce qui est de l’assurance-pensions de vieillesse, d’inva-
lidité et de décès, les cotisations culminent à 8,4% du salaire 4,2% à la charge de l’employeur et 4,2% à
celle du travailleur. Les assurés volontaires au titre des branches sus-évoquées prennent entièrement en
charge leurs cotisations : 8,4%. Le plafond des rémunérations dans ces branches a été établi à 750 000 F
par mois, soit 9 000 000 F par an.

Tél: (237) 233.33.22.38 / 233.33.22.39—Fax: (237) 233.33.21.88


B.P 365 Limbe
3

GERMANY BETS ON FCFA 3.3 BILLION TO BOOST POULTRY FARMING AND AGRICULTURE (BUSINESSINCAMEROON.COM)

Set up green innovation centres to improve


the poultry, cocoa and potato production; this
in order to increase small producers' income.
This is the goal targeted by a funding of FCfa
3.3 billion granted by the Federal Republic of
Germany to the Cameroonian government. The
corresponding agreement was signed on 15 Fe-
bruary 2016 in Yaoundé, the Cameroonian ca-
pital. According to the parties, the choice of
products targeted by the financing was made
based on their large presence in the consump-
tion patterns (particularly in the case of pota-
toes) or their importance within the agricultu-
ral activity of the country. This is the case for
cocoa, which is produced in seven of the ten
regions of Cameroon and covers roughly 600,000 family farms. "We hope that the support given to
us will help contribute to modernise and professionalise the food sector in Cameroon, including
food processing industries", Holger Mahnicke, Ambassador of the Federal Republic of Germany in

 goldfish can see both infrared and ul-


traviolet light
 spiders have transparent blood
 scorpions glow under ultra violet
light
 the human eye can detect more
shades of green that any other co-
lour

Tél: (237) 233.33.22.38 / 233.33.22.39—Fax: (237) 233.33.21.88


B.P 365 Limbe