Vous êtes sur la page 1sur 8

L3 GCI

Relation de Bernoulli

Relation de Bernoulli et pertes de charge

I- Remplissage d’un réservoir


Pour remplir un réservoir R, on puise de l’eau ( = 103 kg/m3) dans un bassin B à l’aide
d’une pompe P branchée sur une conduite de diamètre D (= 125mm) et de longueur droite
équivalente L. La pompe qui assure un débit constant égal à Q = 100 l/s est située au niveau zP
= 0 (voir figure). La surface libre du bassin est située à l’altitude zb. Le niveau d’eau dans le
réservoir est tel que l’extrémité S (Zs) de la conduite est noyée (H = 10 m). On donne g = 9,81
m.s-2.

H
L

Z
Zs Q
R P
ZB

B
1) En statique, exprimer la pression Pr(z) à l’altitude z dans le réservoir en fonction de H
2) Calculer la vitesse débitante U dans la conduite.
3) L’eau étant considérée comme un fluide non visqueux, donner l’expression puis la
valeur numérique de la pression effective p à la sortie de la pompe dans les deux situations
suivantes :
a) la conduite de diamètre D débouche directement dans l’eau
b) la sortie de la conduite est munie d’un diffuseur qui ramène la vitesse de sortie à
zéro.
4) Calculer la pression réelle à l’entrée de la pompe en fonction de zB (= - 2m) et U. On
prendra Patm = 101300 Pa. Que se passe t-il lorsque |zB| est supérieur à 10m.

5) Calculer la puissance P fournie au fluide par la pompe dans les deux situations de
sortie précédentes (a et b).

6) Dans le cas où les pertes par frottement visqueux sont prises en compte entre la pompe
et le réservoir, calculer pour le débit Q donné :
a) la perte de charge h dans la conduite. Le coefficient  de perte de charge
linéaire sera estimé à partir des abaques de Moody Mourine (page 8) pour une rugosité de
0,045 mm et une viscosité cinématique  = 10-6 m2/s.
b) la puissance P’ fournie au fluide par la pompe avec et sans diffuseur.

Cohard 11 1/8
L3 GCI
Relation de Bernoulli

II- Courbes caractéristiques et point de fonctionnement d’une installation

Château d’eau
vanne 1 z3
Tronçon 1 J
K
z1

Tr
on
vanne 2

ço
S1

n
pompe 1

3
E1

Tronçon 2
Réservoir d’eau

z2
S2
pompe 2
E2
puit
L’installation permet d’alimenter un château d’eau à partir de deux réservoirs : un lac et un
puits. La surface du réservoir d’eau se trouve à la cote z1 = 40m, La surface du puits se trouve
à la cote z2 = 20m et la surface libre du château d’eau à z3 = 50m.

Caractéristiques des tronçons de conduite

Tronçon 1 2 3
Noeud amont - noeud aval E1 - J E2 - J J-K
Diamètre (mm) 300 250 350
Longueur (m) 4000 5000 15000
Rugosité  (mm) 0.1 0.1 0.1

Seules les pertes de charge linéaire dans les conduites seront prises en compte.

Caractéristiques des pompes

Pompe 1 HMT (m CE) 100 98.5 90 77.8 65.5


Q (l/s) 0 30 80 120 150
Pompe 2 HMT (m CE) 150 145.4 117.8 77.6 37
Q (l/s) 0 30 80 120 150

Questions préliminaires

1) Calculer la vitesse Vi du fluide dans chaque tronçon pour un débit maximal de 150l/s.

Cohard 11 2/8
L3 GCI
Relation de Bernoulli

2) Comparer les valeurs trouvées par rapport aux valeurs de HMT des pompes. Quelle
hypothèse peut-on formuler ?

tronçon D (mm) V pour Q=150 l/s V²/2g


1 300
2 250
3 350

3) Calculer pour une conduite de diamètre 300 mm, le nombre de Reynolds dans le
tronçon 1 pour les conditions de débit proposées dans le tableau 2 du document réponse. La
viscosité cinématique de l’eau est = 10-6 m²/s, et sa masse volumique = 103 m3/s

4) En utilisant l’abaque de Moody Mourine, donner les coefficients de perte de charge ,


dans le tronçon 1 pour les conditions de débit proposées dans le tableau en fin d’exercice.

 Par la suite, on supposera que les coefficients de perte de charge


prennent les mêmes valeurs en fonction du débit dans les trois tronçons.

La vanne 1 est ouverte et la vanne 2 est fermée.

5) En utilisant la relation de Bernoulli, exprimer la charge totale H1E en mètre de Colonne


d’eau (m CE) en fonction de z1.

6) En écrivant Bernoulli entre le point S1 et J, exprimer la charge totale H1S en m de CE en


fonction du débit Q1 dans le tronçon 1 et de la charge totale HJ au point J.

7) exprimer la hauteur manométrique HMT aux bornes de la pompe 1 en fonction de HJ, Q1


et z1.

8) En utilisant la courbe caractéristique de la pompe 1, calculer HJ en m de CE en fonction


de Q1 pour les valeurs de débit Q1 (l/s) données dans le tableau en fin d’exercice.

9) Tracer la courbe HJ1 de HJ en fonction de Q1 sur le graphique G1 du document


réponse.

10) En écrivant Bernoulli entre le point J et la surface libre (3) du château d’eau, exprimer
la charge totale HJ en fonction du débit Q3 dans le tronçon 3.

11) Calculer HJ en fonction de Q3 (l/s) données dans le tableau en fin d’exercice.

12) Tracer la courbe HJ2 de HJ en fonction de Q3 sur le graphique G1 en fin d’exercice.

13) Le point de fonctionnement de l’installation correspond à l’intersection entre les 2


courbes. Déterminer les valeurs de HJ et de Q du point de fonctionnement.

La vanne 1 est fermée et la vanne 2 est ouverte.

14) En utilisant la relation de Bernoulli, exprimer la charge totale H2E en m de CE en


fonction de z2.

Cohard 11 3/8
L3 GCI
Relation de Bernoulli

15) En écrivant Bernoulli entre le point S2 et J, exprimer la charge totale H2S en m de CE


en fonction du débit Q2 dans le tronçon 2 et de la charge totale HJ au point J.

16) exprimer la hauteur manométrique HMT aux bornes de la pompe 2 en fonction de HJ,
Q2 et z2.

17) En utilisant la courbe caractéristique de la pompe 2, calculer HJ en m de CE en


fonction de Q2 pour les valeurs de débit Q2 (l/s) données dans le tableau en fin d’exercice.

18) Tracer la courbe HJ2 de HJ en fonction de Q2 sur le graphique G1 en fin d’exercice.

19) Déterminer le point de fonctionnement de l’installation en donnant les valeurs de HJ et


de Q.

La vanne 1 est ouverte et la vanne 2 est ouverte.

20) Que peut-on dire de la charge totale HJ au point J dans les trois tronçons ?

21) Quelle est la relation entre Q1, Q2 et Q3 ?

22) Le calcul de HJ en fonction du débit Q reste valable lorsque les deux vannes sont
ouvertes. On peut donc pour une valeur de HJ donnée, obtenir les débits dans chaque tronçon
à partir des courbes HJ1 et HJ2. Donner alors les valeurs de Q1+Q2 pour les valeurs de HJ
données en fin d’exercice.

23) Tracer la courbe HJ en fonction de Q1+ Q2.

24) Déterminer le point de fonctionnement de l’installation.

25) En comparant les valeurs du débit Q3 dans les cas :


 La vanne 1 est ouverte et la vanne 2 est fermée : Q3.1
 La vanne 1 est fermée et la vanne 2 est ouverte : Q3.2
 La vanne 1 est ouverte et la vanne 2 est ouverte : Q3.3
Peut-on dire que Q3.1 + Q3.2 = Q3.3 ?

Cohard 11 4/8
L3 GCI
Relation de Bernoulli
Questions 3,4, 8, 11,17

Q (l/s) 0 30 80 120 150


HMT1 (m) 100 98.5 90 77.8 65.5
V1 (m/s)

Re
coef PdC 1
HJ1

HJ3

HMT2 (m) 150 145.4 117.8 77.6 37


HJ2

Questions 22

HJ (m) 140 130 120 110 100


Q1+Q2 (l/s)

Cohard 11 5/8
L3 GCI
Relation de Bernoulli

III- Dimensionnement de réseau aéraulique


On se propose d’explorer 2 méthodes de dimensionnement de réseau aéraulique.
Le réseau est réalisé à partir de conduits circulaires, en tôle galvanisée. Un exemple de ce
réseau est représenté sur la figure ci-dessous. Les sorties de conduits sont constituées par des
grilles présentant entre A’ et A (Resp. B’ et B) une perte de charge de 30 Pa. Les deux
bouches de sortie débitent chacune 3000 m3/h dans deux salles à la pression atmosphérique
(PB = PA = Patm). Les coudes (dont le nombre pour chaque branche est donnée dans le tableau
ci-dessous) sont à R/D = 1 soit un coefficient de perte de charge singulière coude=0,22. La
dérivation est constituée par un assemblage dont les pertes de charge singulières pour chaque
branche  valent respectivement  = 0,56 et  = 0,18. La masse volumique de l’air est = 1,2
kg/m3, et la viscosité dynamique est  = 1,5.10-5 Pa.s.
10 m R RB 9m
V
RA
1m 3m

2m A’ B’
A B
3m

La première méthode consiste à obtenir une vitesse constante de l’air dans chacun
des conduits.

1) Déterminer le diamètre des conduits pour une vitesse U=10m/s (ce qui évite d’avoir
trop de bruit).
2) Déterminer les pertes de charges de chaque branche du réseau. Vous remplirez pour
cela le tableau 1 de la feuille réponse. Vous utiliserez le diagramme de Moody Mourine pour
calculer le coefficient de perte de charge linéaire, à partir du calcul du Reynolds et des valeurs
de rugosités équivalentes données dans le tableau 1.

3) Ce réseau est il équilibré (même perte de charge dans les branches A et B à 10 Pa


près) ?
Les réseaux ne pouvant fonctionner que de manière équilibrée, si les pertes de charges
dans l’une et l’autre branche ne sont pas identiques, il en résulte une modification des débits
dans chaque branche, et donc le non respect du cahier des charges. Dans le cas ou ce réseau
ne serait pas équilibré, proposez une solution qui permette de respecter le cahier des charges
et d’avoir une vitesse constante dans tout le réseau.
4) Déterminer la hauteur manométrique du ventilateur à installer (P en Pa) pour assurer
l’écoulement dans toutes les branches du réseau après équilibrage (les pertes de charge sont
alors les mêmes dans les tronçons A et B).

5) En supposant un ventilateur de rendement global g=0.5, calculer la puissance


électrique absorbée.

Cohard 11 6/8
L3 GCI
Relation de Bernoulli
La deuxième méthode proposée est celle dite « du regain de pression statique ».
L’objectif de cette méthode est d’obtenir une pression statique quasi-constante à chaque nœud
du réseau (les nœuds d’un réseau sont les points où apparaissent des dérivations ou des
jonctions). Ceci est effectué en adaptant les diamètres des tronçons qui relient les différents
nœuds.

6) on souhaite qu’aucun point du tronçon B (qui est le tronçon le plus résistif : plus de
coude, plus long) ne soit en dépression (par rapport à Patm). Les pertes de charge le long du
conduit font baisser la pression. Celle ci sera donc minimum en B’. En imposant la condition
précédente et en écrivant la relation de Bernoulli entre B’ et B, calculer la vitesse UB dans le
tronçon B. En déduire le diamètre DB du conduit B.

7) En appliquant la relation de Bernoulli généralisée entre le point R situé juste à l’amont


de la dérivation et le point B’ situé juste à l’amont de la bouche B (dans la conduite) montrer
U2 U B
que l’on peut écrire la relation suivante : 1   B  R2  1  Nbcoude coude   L
UB 4QB
reliant les pertes de charges aux vitesses UR et UB sachant que l’on souhaite réaliser PR = PB’.
Calculer la valeur de la vitesse UR du tronçon racine. En déduire le diamètre DR du conduit
racine.

8) recalculer les pertes de charges dans les tronçons R et B. Vous rassemblerez les
résultats dans le tableau 2 de la feuille réponse.

9) Le tronçon B étant le plus résistif, le concepteur, pour équilibrer le réseau, prévoit une
bouche d’aération entre A’ et A qui permettra d’obtenir une perte de charge pour la branche A
identique à la perte de charge pour la branche B (Ptot_A = Ptot_B). Dans ces conditions,
déterminer la hauteur manométrique du ventilateur à installer (en Pa),

10) En supposant un ventilateur de rendement global g=0.5, calculer la puissance


électrique absorbée.

Branche D L r V Re  coud deriv Pl (Pa) Pderiv Pbouche Pcoude Ptotal
(m) (m) (m/s) *10-5 e (Pa) (Pa) (Pa) (Pa)

A 0,00028 10 0,56

B 0,00028 10 0,18

Racine 0,00019 10 / / / / /

II.8 méthode du regain de pression statique : tableau 2

Branche D L r V Re  coud deriv Pl Pderiv Pbouche Pcoude Ptotal


(m) (m) (m/s) e

B 0,00028 0,18

Racine 0,00019

Cohard 11 7/8
L3 GCI
Relation de Bernoulli

0.0001

Cohard 11 8/8

Vous aimerez peut-être aussi