Vous êtes sur la page 1sur 33

Tutoriel Karaoke

Partie 1 : Découverte de Aegisub

Introduction :

Divers logiciels sont utilisés pour faire des effets karaoké tel que :

Logiciel Langage de programmation Script ASS en sortie

Aegisub LUA et template Oui


Adobe After Effect Aucun Non
NyuFX LUA Oui
KAFX PYTHON Non
TACX PYTHON Non
OverLua (Obsolète) C Non
LVS LUA Non
AssFxMaker Java Oui

Les différents tutoriels porteront seulement sur Aegisub.

Pourquoi demanderez-vous ?

Tout simplement car pour commencer à apprendre à faire des karaokés, Aegisub correspond bien
puisqu’il permet de pouvoir programmer des effets assez rapidement et efficacement sans vraiment avoir
besoin de connaître le langage de programmation LUA. En effet, il est simplifié afin que ce soit à la
portée de tous.

Aegisub est un logiciel permettant la création et l’édition des sous-titres, pouvant être utilisé entre autres
pour un karaoké ou du sous-titrage pour sourds et mal entendants. Il est distribué sous la cause 3 de la
Licence BSD. Aegisub utilise le format de fichier ASS (Advanced SubStation Alpha).

Aegisub est disponible sur Windows, OS X, Linux et FreeBSD. Il existe une version portable du logiciel
pour Windows.

Depuis la version 2.1.9, pour pouvoir bénéficier d'une correction automatique, il faut désormais
télécharger le "dictionnaire" de la langue voulue. Une version 64 bits est disponible (sur le FTP du site)
mais celle-ci a selon l'éditeur de très pauvres performances, et n'est pas recommandée.

Premiers pas :

La première chose à faire si ce n’est pas déjà fait est de télécharger la dernière version Aegisub depuis
site : http://www.aegisub.org/

Remarque : La version Aegisub du tutoriel est 3.0.4.

Après l’avoir installé et ouvert, vous devriez avoir ceci :

Tutoriel par Spyne21


Si le choix de la langue est en anglais, vous pouvez si le vous le souhaiter la changer pour le français
comme ci-dessous :

Maintenant vous êtes fin prêt pour la suite !

Chargement de la piste vidéo et audio :

Rien de plus simple que de charger la piste vidéo. Vous pouvez soit glisser votre vidéo du dossier ou elle
se trouve vers Aegisub (qui doit être ouvert au préalable), soit en passant par le menu :

Tutoriel par Spyne21


Si votre vidéo contient une piste audio (dans le même conteneur que la piste vidéo) et que vous voulez la
charger, il vous faut passer par le menu :

Là bien sûr, vous devez vous demander, mais comment je peux faire si je veux charger l’audio sans
passer par la vidéo ?

C’est le même principe que pour ouvrir une vidéo. Vous pouvez soit glisser votre piste audio du dossier
ou elle se trouve vers Aegisub (qui doit être ouvert au préalable), soit en passant par le menu :

De plus vous pouvez charger une piste audio depuis un format audio (sans piste vidéo) ou bien depuis un
conteneur ayant les deux pistes vidéo et audio.

Remarque : il est possible d’ouvrir une « fausse vidéo » si vous avez envie. C’est assez pratique quand
vous vous voulez seulement travailler sur un effet et voir ce qu’il en résulte une fois générer. Pour cela, il
faut cliquer sur le menu « Vidéo » puis « Utiliser une fausse vidéo »

Tutoriel par Spyne21


Vous pouvez choisir la résolution, la couleur, la durée, le nombre d’image par seconde (FPS frame per
second) et la durée correspondant au nombre d’image que vous souhaitez avoir.

Pour plus d’informations complémentaires : Working with Video

Les différents outils :

1) Les options en dessous du menu

Tout en haut, nous pouvons remarquer un bon nombre d’options permettant de réaliser différentes tâches :

L’intérêt n’est pas de rentrer trop dans les détails, car les images avec leurs noms parlent d’eux même.

Cependant il est nécessaire pour un « karamaker » de connaître les outils suivants :

- Va à l’image ou au temps,
- Le gestionnaire de styles,
- La fenêtre de propriété de script,
Tutoriel par Spyne21
- Le gestionnaire d’automatismes,
- La liste des affectations,
- Le collecteur de polices,
- ASSDraw 3,
- Le décalage temporel, (Il sera abordé dans la prochaine partie.)
- L’utilisation du chrono kanji, (Facultatif suivant les personnes. Il sera abordé dans la prochaine
partie.),
- Les paramètres Aegisub – Première Partie.

C’est pourquoi dans ce tutoriel, nous nous attarderons sur ces options.

Après avoir chargé une vidéo, vous obtiendrez ces options sur la gauche.

2) Les options à gauche en dessous du menu (après chargement d’une vidéo)

C’est via ces options que vous pouvez effectuer :

- des déplacements de position des sous-titres,


- des rotations des sous-titres suivant X/Y/Z,
- Anamorphose (variation de taille) des sous-titres suivant X/Y,
- ou encore l’utilisation de \clip dans un rectangle ou dans une zone vectorielle,
- l’ouverture du manuel (en local) à la page « Visual Typesetting », pour plus d’informations
complémentaires.

Toutes ces options s’utilisent à l’aide de la souris !

Lorsque vous cliquez sur « Contraint les sous-titres dans une zone vectorielles », des options
supplémentaires s’affiche permettant la création de \clip non rectangulaire. Il est donc différent de
l’option « Contraint les sous-titres dans un rectangle » car il n’utilise pas la balise \clip sous un format
de 4 valeurs, mais plutôt en utilisant le code ASSDraw. Vous aurez donc à l’arrivé un dessin sous forme
de code ASSDraw dans la balise \clip. Nous verrons prochainement les différentes balises en détails !

Tutoriel par Spyne21


Pour un « karamaker », ces options ne sont pas primordiales dans le sens ou ce n’est pas avec eux que
vous allez travailler pour mener à bien votre tâche. Par contre il est très important de les connaître, et
surtout de savoir s’en servir. Vous demanderez pourquoi ? Tout simplement car il se peut que pour une
raison quelconque, que vous n’arriviez pas à automatiser un effet que vous voulez créer. La solution sera
donc, si elle est en rapport avec ces options (que l’on retrouve sous forme de balise), d’effectuer
manuellement ce que vous avez en tête pour en saisir le fonctionnement et ainsi pouvoir après
l’automatiser.

Pour plus d’informations complémentaires : Visual Typesetting

Création/Edition d’une ligne de sous-titre :

C’est ici l’on écrit son texte. Un texte commence à un temps de début et se fini à un temps de fin. Ces
valeurs de temps sont définis lors du « timing » et changeable. Il y a divers options tel que la marge
gauche, droite et verticale. De plus, les options « Gras », « Italique » sont directement disponibles sans
avoir besoin de les ajouter à la main (utilisation des balises).

Ici c’est vraiment la partie la plus importante. En effet tout ce que vous voyez, vous devez le connaître car
vous allez utiliser cette partie tout le temps.

C’est pourquoi nous allons expliquer un peu à quoi sert chaque partie :

Commentaire : C’est une ligne contenant du texte ou un effet qui n’est pas visible lors de l’affichage
avec la vidéo. C’est quelque chose d’essentiel pour un « karamaker » car il faudra que la ligne contenant

Tutoriel par Spyne21


l’effet à générer, soit commentée pour que l’option « Appliquer le modèle karaoké » dans le menu
« Automatisme » soit disponible (pour pouvoir générer votre effet).

Le style : C’est ici que vous allez définir le style que vous voulez appliquer à votre sous-titre. Il est
également important que les lignes commentés contenant un effet et ayant un style, soit le même que les
lignes auxquelles vous voulez appliquer cet effet. Sinon rien ne se génèrera.

Le numéro de calque : C’est quelque chose de fondamental pour un « karamaker », tout comme un
« éditeur », car cela permet de choisir quel sous-titre sera placé en avant si ils ont la même position entre
eux.

Le temps de début : C’est le temps où débute l’affichage du sous-titre.

Le temps de fin : C’est le temps où se termine l’affichage du sous-titre.

La durée de la ligne : C’est le temps que dure l’affichage du sous-titre.

Les différents types de marge : Ici vous pouvez choisir une marge verticale, à gauche ou à droite.
Cependant, il est conseillé de définir le type de marge que vous souhaitez avoir à l’intérieur du style afin
de ne pas avoir à prendre en compte ce que vous avez définis dans le style puis après ici. En clair c’est
vraiment pour vous simplifier la vie. Ces options sont destinées à être utilisé pour un usage ponctuel.

Le cadre « Acteur » : Il est dit plus haut que c’est inutile, cependant c’est la vision de la personne qui a
traduit Aegisub en français. En effet vous pouvez être amené à vouloir générer un effet particulier sur
certaines lignes et pas à d’autres. C’est donc dans ce cadre que nous définirons des mots destinés à cet
usage.

Le cadre « Effet » : C’est ici que vous allez définir sur quel type d’effet vous voulez travailler. Nous
verrons dans un prochain tutoriel, les différentes possibilités.

Le cadre destiné au texte : C’est ici que vous allez placer vos lignes de texte, d’effet destiné à
l’automatisation.

Les couleurs : Vous pouvez choisir votre couleur primaire, seconde, de bordure ou d’ombre. Comme
pour la marge, il est conseillé de le faire via le gestionnaire de style. Ces options sont destinées à être
utilisé pour un usage ponctuel.

B : Mettre en gras le texte ou une partie du texte. Il est aussi possible de le définir dans via le gestionnaire
de style. Cependant ici, on travaille au niveau des balises pas du style !!!

I : Mettre en italique le texte ou une partie du texte. Il est aussi possible de le définir dans via le
gestionnaire de style. Cependant ici, on travaille au niveau des balises pas du style !!!

S : Souligner le texte ou une partie du texte. Il est aussi possible de le définir dans via le gestionnaire de
style. Cependant ici, on travaille au niveau des balises pas du style !!!

S : Barrer le texte ou une partie du texte. Il est aussi possible de le définir dans via le gestionnaire de
style. Cependant ici, on travaille au niveau des balises pas du style !!!

fn : Choisir le style de caractère que vous souhaitez. Il est aussi possible de le définir dans via le
gestionnaire de style. Cependant ici, on travaille au niveau des balises pas du style !!!

Vous pouvez aussi accéder à différentes balises tel que le choix de la police, son style, sa taille, sa
couleur, l’encodage de caractère etc… via cet outil :
Tutoriel par Spyne21
En faisant un « clique droit », vous obtiendrez différentes possibilités :

Tutoriel par Spyne21


Vous serez amené à vous servir du « clique droit » pour par exemple :

- Insérer (avant ou après) une ligne,


- Dupliquer des lignes,
- Couper des lignes,
- Copier des lignes,
- Coller des lignes,
- Supprimer des lignes,
- Etc…

Cependant pour certaines fonctionnalités, il est plus pratique des passer par les raccourcis clavier !

Pour plus d’informations complémentaires : Editing Subtitles

Va à l’image ou au temps :

Cet outil vous permet de connaître le numéro de l’image et le temps.

Vous pouvez vous en servir pour connaitre le prochain changement de plan ou celui d’avant. Un
changement de plan correspond au passage d’une image à une autre.

En effet, un flux vidéo est composé d'une succession d'images qui défilent à un rythme fixe (par exemple
25 images par seconde dans la norme Française L ou 30 images par seconde dans d'autre normes) pour
donner l'illusion du mouvement. Chaque image est décomposée en lignes horizontales, chaque ligne étant
une succession de points. La lecture et la restitution d'une image s'effectue donc séquentiellement ligne
par ligne comme un texte écrit : de gauche à droite puis de haut en bas.
Tutoriel par Spyne21
Le gestionnaire de styles :

Dans cette partie nous allons nous consacrer au gestionnaire de styles. Dans un premier temps nous allons
charger une fausse vidéo avec un fond blanc et une résolution de « 1280x720 » sans toucher aux autres
paramètres.

Puis comme vous avez du remarquer, il y a déjà une ligne par défaut allant de « 0 à 5 secondes » et qui
dure donc « 5 secondes ». Dans cette ligne nous allons ajouter la phrase « Mon texte ».

Vous devriez avoir ceci :

Ouvrons le gestionnaire de style, vous devriez avoir ceci :

Tutoriel par Spyne21


Ce qui se trouve à gauche correspond au « Stockage », c’est ici que vous sauvegardez et chargez vos
styles. Ils sont sauvegardés par Aegisub dans le dossier :

« C:\Users\VotreNom\AppData\Roaming\Aegisub\catalog »

A droite se trouves les styles propre à votre script ASS, c’est que l’on appelle les « styles du script
actif »

Cliquez sur « Nouveau » en haut à gauche pour créer le nom du stockage :

Tutoriel par Spyne21


Cliquer ensuite sur « Nouveau » tout en bas à gauche (donc dans la partie stockage) pour créer votre
style.

Par défaut vous aurez ceci :

Concernant l’alignement à l’écran, en sélectionnant l’une d’entre elle, vous aurez une position de base
comme ci-dessous à l’image :

Rien ne vous empêche de changer la position manuellement après en cliquant sur « Glisser les sous-
titres ».

Remarque : Plus tard nous verrons qu’il existe la balise \an[1-9], Cependant il faut mettre en évidence
dès maintenant, qu’ils ne sont pas identiques lorsqu’on créer un template (modèle dans un script ASS). En

Tutoriel par Spyne21


effet lorsque nous utiliserons des balises tel que \pos, \move ou \clip, \an[1-9] agira à une échelle
différente.

Vous serez aussi amené à changer la couleur :

Les scripts ASS utilisent le code hexadécimal pour avoir les couleurs. C’est est en version BVR (bleu vert
rouge) et non RVB comme dans la plupart des logiciels de dessin. Il est sur 6 caractères.

1 : Choix de la couleur via la palette.


2 : Choix de la teinte de couleur via la palette.
3 : Pipette permettant de récupérer un couleur depuis une vidéo. Elle fonctionne aussi dans tout Aegisub.
4 : Choix de couleurs prédéfinies, anciennement récupérés par la pipette.
5 : Code de couleurs en hexadécimal pour le format ASS.
6 : Code de couleurs en hexadécimal pour le format HTML.
La « pipette » permet de sélectionner la couleur qu’on souhaite et elle nous affiche ensuite le code
hexadécimal. De plus ce qui est le plus pratique, c’est que la « pipette » est utilisable directement sur
votre vidéo.

L’intérêt dans tout ça, c’est que vous pourrez utiliser une couleur identique à celle de votre vidéo.
Cependant ce n’est pas forcement toujours identique à 100%, puisque la « pipette » agit sur les pixels, et
donc si vous tomber sur un pixel légèrement trop foncé ou trop clair, vous ne trouverez pas que votre
couleur est identique à celle de la vidéo.

La démarche est donc d’agrandir le plus possible la vidéo à l’endroit où vous voulez avoir la couleur, puis
utiliser la « pipette » sur la couleur qui est la plus au centre et pas aux extrémités. Il ne faut pas hésiter à
répéter cette démarche jusqu’à obtenir la couleur souhaité.

Pour plus d’informations complémentaires : Colour Picker

Pour l’instant mon style par défaut, vous avez pu vous en rendre compte n’est pas des plus esthétique.

Tutoriel par Spyne21


Je vais donc seulement changer le nom de style en « MonStyle », augmenter la taille de caractère à 40,
supprimer l’ombre en le mettant à 0, rehausser la marge verticale à 15 et c’est tout.

Une fois terminer, faite « Accepter ». Pas besoin de cliquer sur « Appliquer » car nous venons de créer
ce Style. S’il était déjà créer et que nous avions cliqué sur « Editer » à la place de « Nouveau »,
« Appliquer » aurait pu avoir un sens. En règle générale « Accepter » convient parfaitement.

Vous devriez avoir ceci :

Maintenant cliquer sur « Copier dans le script actif » afin de pouvoir avoir deux styles disponible. Une
fois ceci fait, vous pouvez toujours modifier le style « MonStyle » à gauche ou à droite.

Attention : Si vous modifiez à gauche seulement sans le transférer, vous n’aurez pas les changements que
vous avez effectué, à moins de « Copier dans le script actif », ou bien en éditant directement à droite.
C’est pareil dans l’autre sens, si vous voulez sauvegarder votre style dans le stockage il faudra le
transférer de droite à gauche en faisant « Copier dans la banque », sinon le style à gauche ne sera pas
mis à jour.

Comme vous pouvez le voir, vous pouvez aussi « Importer depuis un script… », les styles d’un autre
script ASS.

Le bouton « Editer », comme son nom l’indique permet d’éditer un style déjà présent, vous vous en
servirez tout le temps !!!

Nous allons cliquer sur « Fermer », et sélectionner le style que nous avons créé pour notre ligne de sous-
titre :

Tutoriel par Spyne21


Il ne tient qu’à vous ensuite de créer les styles que vous voulez, le but étant seulement de vous montrer
comment faire.

Pour plus d’informations complémentaires : Editing styles

La fenêtre des propriétés du script:

Laisser la fausse vidéo ouverte.


Cliquez sur « Ouvrir la fenêtre des propriétés du script », vous devriez avoir ceci :

Tutoriel par Spyne21


Pourquoi avons-nous ouvert cette fenêtre ? Car il est nécessaire que votre script ASS et votre vidéo aient
la même résolution afin qu’il n’y ait pas de problème de positionnement lors de la génération d’un effet.
En effet c’est une erreur que l’on retrouve souvent lorsqu’un « karamaker » applique un effet. Le
problème de positionnement se traduit par un rapprochement des caractères ou l’inverse, un éloignement
des caractères.

Pour plus d’informations complémentaires : Script Properties

Le gestionnaire d’automatismes :

C’est ici que vous irez appliquer le template (script ASS) que vous venez de créer :

Pour cela, il vous faudra au préalable « timer » (synchroniser) le karaoké (ligne par ligne et syllabe par
syllabe), créer le template (modèle dans un script ASS). Une fois ceci effectué, vous pourrez cliquer sur
« Appliquer le modèle karaoké »

Remarque : il vous suffit de placer le mot « template » dans le cadre « Effet » d’une ligne pour le rendre
cliquable.

Comme vous pouvez le remarquer, certains scripts sont déjà apparents de base. Ce ne sont pas de
template (script ASS), mais des scripts LUA. En effet Aegisub supporte les scripts LUA. Certains sont
sous forme de macros, et d’autre pas. Les scripts LUA sous forme de macros se définissent par une petite
application configurable (interactive) à l’intérieur de l’application.

Deux façons d’ajouter un script LUA dans Aegisub :

- Via Aegisub lui-même en cliquant sur « Automatisme » puis « Ajouter » :

Tutoriel par Spyne21


- En ajoutant directement le script LUA dans le répertoire : « C:\Program Files
(x86)\Aegisub\automation\autoload »

Remarque : Si vous utilisez la première méthode, vous pourrez à tout moment le « Retirer ». Par contre
dans la deuxième méthode, il n’est pas possible de le « Retirer » puisqu’il est à l’intérieur même du
dossier Aegisub.

Il est possible de générer l’effet d’un script LUA en cliquant sur :

Puis en sélectionnant le filtre et ensuite en cliquant sur export :

Ou en cliquant sur le script LUA lui-même.

Pour plus d’informations complémentaires : Exporting Subtitles

Vous pouvez retrouver une liste de macros pouvant avoir une utilité ici :

Collection of Aegisub macro scripts

Tutoriel par Spyne21


Aegisub-Motion

Gradient Factory

Voici un site en anglais vous permettant d’avoir accès à divers macros et d’en apprendre plus sur l’édition
:

http://unanimated.xtreemhost.com/
http://unanimated.github.io/itw/

Remarque : nous ne nous attarderons pas dans l’utilisation de ces macros. Ce sera donc à vous d’aller
chercher et de tester à quoi elles servent.

La liste des affectations :

Cliquez sur :

Il est possible de stocké dans l’ASS, des Polices ou des Images. Pour cela, il vous suffit de cliquer sur
« Police liées » ou « Images liées ».

Cependant le format de police accepté est le « .ttf » et pour les images ce sont les « .bmp, .gif, .jpg, .ico,
.wmf ».

Il est possible de lier d’autres images telles que « .png » pour ne citer que lui, en changeant l’extension de
votre image manuellement de « .png » en « .jpg ».

Dès lors vous pourrez cliquer sur « Images liées » et votre image apparaitra dans la liste des affectations
au format « .jpg ».

Tutoriel par Spyne21


Ensuite il vous suffira d’éditer le fichier ASS manuellement à l’aide d’un éditeur de texte tel que
« notepad » en changeant cette partie-là :

En

Vous n’aurez plus qu’à sauvegarder votre fichier ASS, via votre éditeur de texte.

Finalement ouvrez Aegisub et la « Liste des affectations », vous devriez avoir ceci :

Nous nous sommes arrêtés sur cette fonctionnalité, car plus tard, il se peut que vous décidiez d’utiliser des
images pour vos karaokés. C’est plus pratique d’utiliser une image lié à l’ASS que d’utiliser une image
extérieur au fichier ASS. Nous verrons pourquoi plus tard.

De plus nous avons vu l’extension « .png » pour une raison précise, car plus tard nous verrons une balise
qui permet de pouvoir visualiser des images dans Aegisub seulement dans ce format.

Tutoriel par Spyne21


Remarque : Si vous voulez récupérer vos images ou polices, il vous suffit de cliquer sur « Extraire ».

Pour plus d’informations complémentaires : Attachment Manager

Le collecteur de polices :

Quand vous serez amené à fournir des scripts ASS ou à en recevoir, l’une des premières choses à
faire sera de vérifier que vous possédez les différentes polices des styles de votre script ASS.

Tout d’abord nous allons ouvrir le collecteur de police :

« Tester la disponibilité des polices » : Vérifie si vous possédez bien toutes les polices utilisées
dans le script ASS (vous précise les lignes pour les polices qui ne sont pas trouvées).

« Copier les polices dans le dossier » : Copie toutes les polices utilisées dans le script ASS. Elles
sont copier dans le dossier de destination, défini dans la partie « Destination » en cliquant sur
« Naviguer… »

Tutoriel par Spyne21


« Copier les polices dans le dossier des sous-titres » : Copie toutes les polices utilisées dans le
script ASS, dans le même dossier que le script ASS.

« Copier les polices dans une archive compressée » : Copie toutes les polices utilisées dans le
script ASS, dans une archive au format « zip ». L’archive créer se trouve dans le dossier de
destination, défini dans la partie « Destination » en cliquant sur « Naviguer… ».

Remarque : Lorsque le script ASS utilise une police que vous ne possédez pas, il affiche le texte
avec la police « Arial ». C’est pourquoi il faut veiller à ce que l’encodeur ait toute les polices pour
ne pas avoir de surprise lors du visionnage de la vidéo après encodage.

Pour plus d’informations complémentaires : Fonts Collector

L’outil ASSDraw 3 :

ASSDraw est un outil important pour un « karamaker », car il permet de créer des formes, dessins en
2D.

Vous pouvez lancer l’outil en cliquant ici :

1) les commandes de dessins

La commande permettant d'afficher des dessins (objet) à l'écran est la suivante :

{\p<1...n>} <commandes de dessins> {\p0}

 La balise {\p<1...n>} (\p<valeur> strictement supérieur à 0) permet d'activer le mode dessin. La


valeur comprise entre les crochets définit l'échelle de l'objet, en utilisant la formule suivante : 2^(valeur-
1).

Par exemple, pour {\p4}, on a 2^(4-1) = 2^3 = 8. Toutes les coordonnées de l'objet seront divisées par 8.

 La balise {\p0} désactive le mode dessin. Tout ce qui se situe après cette commande sera interprété
comme du texte.

\pbo<y> : baseline offset (excentrage de la ligne de base de "y" pixels).

Par défaut tous les objets sont placés sur la ligne de base courante (elle est définie par la position des
sous-titres dans la vidéo et par les marges verticales). Le code \pbo<y> permet d'excentrer de "y" pixels,
la ligne de base courante. Il est, ainsi, possible d'abaisser (y>0) ou de monter (y<0) les objets.

Il existe sept commandes de dessins :

 m <x> <y> : déplace le curseur à la position <x> <y>,


 n <x> <y> : déplace le curseur à la position <x> <y>. Les objets dessinés, mais non fermés, seront
laissés ouverts,
 l <x> <y> : dessine une ligne entre le point sur lequel se trouve le curseur et le point de
coordonnées <x> <y>,
 b <x1> <y1> <x2> <y2> <x3> <y3> : courbe de Bézier de degré 3 avec 4 points de contrôle,

Remarque : une Courbe de Bézier est une courbe paramétrique qui permet très simplement, par
construction itérée de Barycentres (Algorithme de Casteljau), de réaliser un arc de courbe continu
Tutoriel par Spyne21
d'extrémités imposées, et avec des Points de Contrôle qui définissent les tangentes à cette courbe.

Tous les logiciels de dessin utilisent les courbes de Bézier de degré 3.

Exemple de courbe de Bézier de degré 3 avec 4 points de contrôle A, B, C et D.

 s <x1> <y1> <x2> <y2> <x3> <y3> ... <xN> <yN> : courbe B-spline uniforme de degré 3 à
N points. Le nombre minimum de points est de trois.

Une B-Spline Uniforme, considérée uniquement du point de vue géométrique, peut être sommairement
définie comme une suite de Courbes de Bézier accolées les unes aux autres.

Exemple de courbe B-spline de degré 3.

 p <x> <y> : étend la courbe B-spline jusqu'au point de coordonnées <x> <y>,
 c : ferme la courbe B-spline.

Vous devez savoir que :

 Un dessin doit former un objet fermé,


 Tout objet non fermé, le sera automatiquement avec une ligne droite,
 Les coordonnées des objets sont relatives. Elles dépendent de la position du curseur et du mode
d'alignement des sous-titres,
 Les commandes p et c doivent uniquement suivre des commandes relatives à des B-spline,
 Les couleurs des dessins correspondront à celles qui ont été définies dans les lignes de style du
fichier: la couleur de l'intérieur (PrimaryColour), des bordures et de l'ombre (BackColour).

Tutoriel par Spyne21


2) Créer un dessin

Ouvrez le logiciel ASSDraw,

 Allez dans le menu Workspace>Reposition [0, 0] et sélectionnez "Top left". Cela a pour effet de
déplacer l'origine (0,0) en haut à gauche de l'écran,

Nous allons maintenant créer un dessin à partir d'une image existante (téléchargez l'image).

Tutoriel par Spyne21


 Enregistrez l'image dans un répertoire,
 A l'aide du "glisser-déposer" (drag-and-drop), faites glisser l'image dans la fenêtre du logiciel.

Vous devriez obtenir le résultat suivant :

 La fenêtre « Background image opacity » (A) vous permet de régler l'opacité de votre image (50
dans mon exemple),

 Afin de sélectionner la taille de l'image à l'écran, activez le menu "Pan background" et désactivez
le menu "Pan drawing" (B). Cliquez, avec la souris, dans la fenêtre principale du logiciel et, à l'aide de
la molette, sélectionnez les dimensions de l'image,

 Afin de sélectionner l'échelle de travail, activez le menu "Pan drawing" et désactivez le menu
"Pan background" (B). Cliquez, avec la souris, dans la fenêtre principale du logiciel et, à l'aide de la
molette, sélectionnez les dimensions du cadre,

Dans cet exemple, nous allons réaliser un dessin dans un cadre de 52 pixels par 27 pixels.
 Activez les menus "Pan drawing" et "Pan background" (B).

Tutoriel par Spyne21


Nous allons maintenant dessiner notre petit dinosaure à l'aide des commandes de dessins.

Les commandes, situées dans le menu en haut, sont aux nombres de sept :

déplacez un point dessiné à l'écran,

déplacez le curseur à la position <x> <y> (m <x> <y>),

dessinez une ligne entre le point sur lequel se trouve le curseur et le point de coordonnées <x>
<y> (l <x> <y>),

dessinez une courbe de Bézier de degré 3 avec 4 points de contrôle (b <x1> <y1> <x2> <y2>
<x3> <y3>),

sélectionnez un point dessiné à l'écran pour l'effacer,

une fois le dessin réalisé, cette commande vous permet, à l'aide de la souris, de modifier la
hauteur et la largeur du dessin ainsi que de réaliser des rotations du dessin,

une fois le dessin réalisé, cette commande vous permet, à l'aide de la souris, de distordre le
dessin.

 A l'aide du bouton "Drag", déplacez-le point positionné en (0,0) (en haut à gauche) sur la patte du
dinosaure,

Tutoriel par Spyne21


 Cliquez sur le bouton "Line" et dessinez le début de la patte du dinosaure (en cliquant sur le point
(1) puis (2)).

Vous devriez obtenir le résultat suivant :

 Cliquez sur le bouton "Bezier" et dessinez le ventre du dinosaure (en cliquant sur le point (3) puis
en ajustant les points de contrôle (A) et (B)),

Tutoriel par Spyne21


 Dessinez le reste du dinosaure.

Astuce : pour changer l'échelle du dessin :

 Cliquez sur le menu Canvas>Transform,

Tutoriel par Spyne21


 Pour multiplier l'échelle horizontale (axe des x) d'un facteur 3, renseignez le champ "m11" en
mettant 3.0,
 Pour multiplier l'échelle verticale (axe des y) d'un facteur 3, renseignez le champ "m22" en mettant
3.0,
 Cliquez sur "OK" (le dinosaure est maintenant plus long, environ 90 pixels de long au lieu des 30
pixels de départ).

 Copiez le code de la fenêtre "Drawing commands",

Tutoriel par Spyne21


 le fichier ASS dans lequel vous voulez insérer le dessin, et collez les lignes de code dans une ligne
de "Dialogue", entre des balises {\p1} et {\p0}.

Exemple : téléchargez le fichier.

Source : SweetKaraoke

Les paramètres Aegisub – Première Partie :

Il n’est pas conseiller de changer les paramètres d’Aegisub sans savoir ce que l’on fait. Cependant il est
quand même souhaitable d’y faire un tour, nottament pour avoir des informations sur les fichiers de
sauvegarde.
Tutoriel par Spyne21
En effet lors de l’utilisation de Aegisub, il est plus que probable voir même certain, qu’il plantera un jour
ou l’autre.

Imaginons que vous aviez sauvegardé votre fichier il y a longtemps, mais que vous n’avez pas effectué
cette sauvegarde n temps depuis que vous travaillez dessus. Le logiciel plante, pensez vous que vous avez
perdu tout votre travail ?

La réponse est non, en effet par défaut, Aegisub sauvegarde automatiquement toute les « 60 secondes ».
Vous pouvez choisir de changer cette valeur, c’est vous qui voyez.

Bien entendu le chemin « ?user/autosave » ou « ?user/autoback » n’est pas forcement très parlant pour
le commun des mortels.

Donc vous pouvez retrouver vos fichiers dans les dossiers :

- « C:\Users\VotreNom\AppData\Roaming\Aegisub\autosave »
- « C:\Users\VotreNom\AppData\Roaming\Aegisub\autoback »

Attention : Il faut déjà avoir sauvegardé une fois votre fichier pour que l’enregistrement automatique soit
possible.

Tutoriel par Spyne21


Comme vous pouvez le voir dans la capture ci-dessous, le répertoire pour les automatismes se trouve dans
le répertoire :

« ?date/automation » : c’est ce que l’on appelle un chemin relatif, car il qui tient compte de la position
précédente.

Mais rappelez-vous, j’en ai parlé plus haut, si ce chemin ne vous parle pas, vous pouvez toujours y
accéder depuis ce chemin qui n’est autre que le même mais écris en chemin absolu :

« C:\Program Files (x86)\Aegisub\automation »

Il n’est pas conseillé ici aussi de changer le répertoire de base, il est très bien où il est.

Dans la partie 3 du tutoriel, nous nous attarderons un peu plus sur les « Options Avancé » des paramètres
d’Aegisub et plus particulièrement de celle se rapportant à la « Vidéo ».

Pour plus d’informations complémentaires : Aegisub Options

Afficher une image dans Aegisub :

Bien qu’il soit possible d’afficher une image avec une balise de vsfiltermod, nous allons voir un petit
logiciel nous permettant de convertir une image (bmp/gif/jpg/png) en commande de dessins ASS.

Plus précisément, il affiche pixels par pixels (de taille 1x1) votre image. Vous pouvez même ajouter des
balises en complément de l’affichage d’image qui vous permettra d’effectuer par exemple des
déplacements, fondus….

Ce programme ce nomme : Image to ASS Convertor


Tutoriel par Spyne21
Téléchargez-le puis, ouvrez-le.

Vous devriez avoir ceci :

Nous allons dans un premier temps, cliquer sur l’onglet « Common settings » :

Tutoriel par Spyne21


Nous rentrons ensuite les informations suivantes :

- La taille de la vidéo,
- La position de l’image, (Par défaut la position est tout en haut à gauche de la vidéo)
- Le temps de début et de fin de l’affichage de l’image,
- Les balises complémentaires.

Une fois ceci effectué, aller dans l’onglet « Binary transparency » :

Cliquez ensuite sur « Load image », puis l’image de votre choix.


Il ne vous reste plus qu’à cliquer sur « Convert and Save » et choisir le nom et l’emplacement du fichier
ASS que vous voulez créer.

Attention : Plus la taille de l’image est grande, plus le poids du fichier ASS généré sera grand. Il faut en
principe estimer que le poids de l’image sera supérieur à 1 Mo.

Remarque : Ce programme est utile pour afficher des images, cependant il ne faut pas non plus en
abuser, comme par exemple mettre son propre logo sur un autre logo d’un chaine télé d’un anime...

Tutoriel par Spyne21

Vous aimerez peut-être aussi