Vous êtes sur la page 1sur 251

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE


DEPARTEMENT BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du diplôme


d’Ingénieur
En Bâtiment et Travaux Publics

PROJET DE RECONSTRUCTION DU PONT


A MAROANTSETRA VILLE

Présenté par : RATOVONDRAINY Léonard


Rapporteur : Monsieur RAKOTOARIVELO Rivonirina
UNIVERSITE D’ANTANANARIVO
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE
DEPARTEMENT BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du diplôme


d’Ingénieur
En Bâtiment et Travaux Publics

PROJET DE RECONSTRUCTION DU PONT A


MAROANTSETRA VILLE
Présenté par : RATOVONDRAINY Léonard
Président : Monsieur RABENATOANDRO Martin
Rapporteur : Monsieur RAKOTOARIVELO Rivonirina
Examinateurs : Monsieur RAZAFINJATO Victor
Monsieur RANDRIATSIMBAZAFY Andrianirina
Monsieur ANDRIANARIMANANA Richard
Date de soutenance : 21 Janvier 2010
Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

SOMMAIRE
REMERCIEMENTS
LISTE DES TABLEAUX
LISTE DES FIGURES
LISTE DES ABREVIATIONS
NOTATIONS
LISTE DES ANNEXES
INTRODUCTION

PARTIE 1 : ETUDE DE L’ENVORONNEMENT DU PROJET


CHAPITRE I : ETUDE SOCIO - ECONOMIQUE DE LA ZONE D’INFLUENCE
CHAPITRE II : ETUDE DE TRAFIC ROUTIER

PARTIE II : ETUDES PRELIMINAIRES


CHAPITRE I : ETUDE HYDROLOGIQUE
CHAPITRE II. ETUDE HYDRAULIQUE ET CALAGE DE L’OUVRAGE
CHAPITRE III : ETUDES GEOTECHNIQUE
CHAPITRE IV : DIAGNOSTIQUE ET PROPOSITION DES SOLUTIONS
CHAPITRE V : COMPARAISON ET ESTIMATION DES VARIANTES

PARTIE III : ETUDE DE LA VARIANTE RETENUE


ETUDE DE LA SUPERSTRUCTURE
CHAPITRE I : NOTION DE PRECONTRAINTE ET HYPOTHESES DE CALCUL
CHAPITRE II : CALCUL DE LA DALLE
CHAPITRE III. ETUDE DES ENTRETOISES
CHAPITRE IV : ETUDE DE LA POUTRE PRINCIPALE
ETUDE DES INFRASTRUCTURE
CHAPITRE I : ETUDE DES APPAREILS D’APPUIS
CHAPITRE II : ETUDE DE LA CULEE
CHAPITRE III: ETUDE DE LA PILE

PARTIE IV : EVALUATION DU PROJET ET ETUDE D’IMPACTS


ENVIRONNEMENTAUX
CHAPITRE I : EVALUATION DU COUT DU PROJET
CHAPITRE II : ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX

CONCLUSION GENERALE
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES
TABLE DES MATIERES

RATOVONDRAINY Léonard Page i


Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

REMERCIEMENTS
Gloire à Dieu Puissant pour sa bénédiction tout au long de nos études et l’accomplissement de
ce mémoire de fin d’études.

Nos vifs remerciements vont à :

► Monsieur RAMANANTSIZEHENA Pascal, Directeur de l’Ecole Supérieure


Polytechnique d’Antananarivo pour ses initiatives dans le bon déroulement de la
formation au sein de la polytechnique ;
► Monsieur RABENATOANDRO Martin, Chef de Département Bâtiment et Travaux
Publics au sein de l’ESPA, qui a ménagé tant d’efforts pour l’amélioration de nos
formations au sein du département B.T.P ;
► Monsieur RAKOTOARIVELO Rivonirina, qui, malgré ses lourdes taches, a bien
voulu diriger dans l’élaboration du présent mémoire de fin d’études ;
► Touts les membres du jury, qui ont bien voulu examiner ce travail malgré leurs
lourdes occupations ;
► Monsieur RAKOTOARISOA Rubard Ingénieur d’étude au Ministère des travaux
Publics et de la Météorologie, qui nous a aidé dans la recherche du thème de
mémoire malgré ses lourdes taches.
► Tous les enseignants au sein du département B.T.P de l’E.S.P.A ;
► Mes parents, pour leur prière et leurs soutiens morals et financier pour faire moi ce
que je suis aujourd’hui ;
► Mes frères et sœurs, pour leur aide dans le but de faire réussir leur petit frère ;
► Toute la famille, pour leur encouragement ;
► Tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à l’élaboration du présent mémoire
de fin d’études

RATOVONDRAINY Léonard Page ii


Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

LISTE DES TABLEAUX


TABLEAU N°01 : AGES DE LA POPULATION DE LA REGION ANALANJIROFO EN 2004 ..................................................... 3
TABLEAU N°02 : NOMBRE D’ETABLISSEMENT SCOLAIRE ................................................................................................ 3
TABLEAU N°03 : REPARTITION DE LA SUPERFICIE CULTIVABLE ET CULTIVEE .................................................................. 4
TABLEAU N°04 : PRODUCTION DE VANILLE EN TONNES PAR DISTRICT .......................................................................... 4
TABLEAU N°05 : PRODUCTION DE LETCHIS EN TONNES PAR DISTRICT ........................................................................... 5
TABLEAU N°6 : PRODUCTION DE CAFE EN TONNES PAR DISTRICT ................................................................................. 5
TABLEAU N°7 : EVOLUTION DES EFFECTIFS PAR CATEGORIES DE PECHES [TONNES] ..................................................... 6
TABLEAU N°8 : LISTE DES SOCIETES ŒUVRANT DANS LA PECHE .................................................................................... 6
TABLEAU N°9 : INVENTAIRE DE LA BIODIVERSITE [ESPECE] ............................................................................................ 6
TABLEAU N° 10 : DONNEES DU TRAFIC ROUTIER DE LA RN5 .......................................................................................... 9
TABLEAU N°11 : PROJECTION DU TRAFIC FUTUR ............................................................................................................ 9
TABLEAU N°12 : DONNEES DES DEBITS ......................................................................................................................... 10
TABLEAU N° 13 : CALCUL DE Q SELON LA LOI DE GIBRAT-GALTON............................................................................... 11
TABLEAU N° 14 : CALCUL DE Q SELON LA LOI DE PEARSON III ...................................................................................... 12
TABLEAU N° 15: CALCUL DU DEBIT Q SELON LA LOI DE GUMBEL ................................................................................. 12
TABLEAU N° 16 : PARAMETRE DES LOIS STATISTIQUES ................................................................................................ 13
TABLEAU N°17: ECHANTILLON DE 37 DEBITS DE CRUE DE LA RIVIERE D’ANJAHANAMBO ........................................... 13
TABLEAU N°18 : CALCUL DE  2 SUR LA LOI DE GUMBEL ............................................................................................. 14
TABLEAU N°19 : CALCUL DE  2 SUR LA LOI DE PEARSON III ........................................................................................ 14
TABLEAU N° 20 : CALCUL DE VI POUR LA LOI DE GIBRAT-GALTON ............................................................................... 15
TABLEAU N° 21 : CALCUL DE LA COTE NATURELLE DE L’EAU ..................................................................................... 16
TABLEAU N°22 : DONNEES GEOTECHNIQUE ................................................................................................................. 23
TABLEAU 23:DEFINITION DES CATEGORIES CONVENTIONNELLES DES SOLS ................................................................ 25

TABLEAU24 : VALEUR DU FACTEUR DE PORTANCE


kp
................................................................................................ 25
TABLEAU N°25 : CHOIX DE LA COURBE POUR LE CALCUL DU FROTTEMENT UNITAIRE QS ........................................... 27
TABLEAU N°26 : VALEUR DES FROTTEMENTS UNITAIRES QS ........................................................................................ 28
TABLEAU N°27 : PRIX UNITAIRE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION ......................................................................... 36
TABLEAU N° 28: RATIO DES ARMATURES ...................................................................................................................... 36
TABLEAU N°29 : POIDS VOLUMIQUES DES MATERIAUX ............................................................................................... 36
TABLEAU N°30 : LARGEUR DE LA MEMBRUE (POUTRE METALLIQUE) .......................................................................... 50
TABLEAU N° 31 : DEVIS ESTIMATIF VARIANTE N°01 ...................................................................................................... 57
TABLEAU N° 32 : DEVIS ESTIMATIF N°02 ....................................................................................................................... 58
TABLEAU N°33: DEVIS ESTIMATIF VARIANTE N°3.......................................................................................................... 59
TABLEAU 34 : COMPARAISON DES VARIANTES ............................................................................................................. 61
TABLEAU 35 : EVALUATION DES VARIANTES ................................................................................................................. 62
TABLEAU N° 36 : ELANCEMENT DES POUTRES EN FONCTION DU TYPE D’OUVRAGE ................................................... 65
TABLEAU N°37 : RESULTAT DES MOMENTS FLECHISSANT DE LA DALLE ....................................................................... 74
TABLEAU N°38: RESULTAT DES EFFORTS TRANCHANTS DE LA DALLE ........................................................................... 75
TABLEAU N°39: RESULTAT DES EFFORTS DE L’APPUI CONSOLE .................................................................................... 78
TABLEAU N°40 : SOLLICITATIONS DE CALCUL DE LA DALLE........................................................................................... 79
TABLEAU N° 41: ARMATURE DU HOURDIS AUX APPUIS ............................................................................................... 81
TABLEAU N°42 : ARMATURES EN TRAVEE DE L’ENTRETOISE ........................................................................................ 89
TABLEAU N°43 : ARMATURES AUX APPUIS DE L’ENTRETOISE ....................................................................................... 89
TABLEAU N°44 : MOMENT DU AUX CHARGES PERMANENTES DE LA POUTRE ............................................................. 93
TABLEAU N°45 : MOMENT DU AUX SURCHARGES DU TROTTOIR ................................................................................ 93
TABLEAU N°46 : MOMENT DU AUX SURCHARGES BC DANS LE CAS LE PLUS DEFAVORABLE ....................................... 94
TABLEAU N°47 : MOMENT DU AUX SURCHARGES A(L) ................................................................................................. 95
TABLEAU N°48 : CALCUL DES COEFFICIENTS DE REPARTITION TRANSVERSALE ............................................................ 96

RATOVONDRAINY Léonard Page iii


Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

TABLEAU N°49: MOMENT DE CHAQUE POUTRE ........................................................................................................... 96


TABLEAU N°50 : MOMENT DE CHAQUE POUTRE DU AUX SURCHARGES BC................................................................. 97
TABLEAU N°51 : MOMENT DE CHAQUE POUTRE DU AUX SURCHARGES DES TROTTOIRS ........................................... 97
TABLEAU N°52: MOMENT DE CHAQUE POUTRE DU AUX SURCHARGES A(L) ............................................................... 98
TABLEAU N°53 : MOMENT DE CHAQUE POUTRE A L’ELU ............................................................................................. 98
TABLEAU N°54 : MOMENT DE CHAQUE POUTRE A L’ELS .............................................................................................. 99
TABLEAU N°55: EFFORT TRANCHANT DU AUX CHARGES PERMANENTES .................................................................. 100
TABLEAU N°56 : CALCUL DES CHARGES A(L) : ............................................................................................................. 101
TABLEAU N°57 : EFFORT TRANCHANT DU AUX SURCHARGES DE TROTTOIR V(T) ...................................................... 101
TABLEAU N°58 : EFFORT TRANCHANT DU AUX SURCHARGES A(L) ............................................................................. 102
TABLEAU N°59 : EFFORT TRANCHANT DU AUX SURCHARGES BC AUX ORDONNEES POSITIVES ................................ 103
TABLEAU N°60: EFFORT TRANCHANT DU AUX SURCHARGES BC AUX ORDONNEES NEGATIVES................................ 103
TABLEAU N°61 : CALCUL DES COEFFICIENTS DE REPARTITION TRANSVERSALE DE V ................................................. 103
TABLEAU N°62 : EFFORT TRANCHANT DE CHAQUE POUTRE DU AUX CHARGES PERMANENTES ............................... 104
TABLEAU N°63 : SURCHARGES DES TROTTOIRS .......................................................................................................... 105
TABLEAU N°64 : EFFORT TRANCHANT DE CHAQUE POUTRE DU AUX SURCHARGES BC ............................................. 105
TABLEAU N°65 : EFFORT TRANCHANT DE CHAQUE POUTRE DU AUX SURCHARGES A(L) ........................................... 106
TABLEAU N°66 : EFFORT TRANCHANTS DE LA POUTRE A L’ELU .................................................................................. 106
V A L’ELU ...................................................................................................................................................................... 106
POUTRE (CAS DEFAVORABLE)...................................................................................................................................... 106
TABLEAU N°67 : EFFORT TRANCHANTS DE LA POUTRE A L’ELS .................................................................................. 107
V A L’ELS ...................................................................................................................................................................... 107
POUTRE (CAS DEFAVORABLE)...................................................................................................................................... 107
TABLEAU N° 68: PARAMETRES POUR LE CALCUL DE CENTRE DE GRAVITE ................................................................. 108
TABLEAU N° 69: PARAMETRES POUR LE CALCUL DE MOMENT D’INERTIE DE LA SECTION MEDIANE ........................ 109
TABLEAU N° 70: PARAMETRES POUR LE CALCUL DE MOMENT D’INERTIE DE LA SECTION D’ABOUT ........................ 109
TABLEAU N°71 : PARAMETRES DE TRACE DES CABLES ................................................................................................ 114
TABLEAU N°72 : ORDONNEES DES CABLES .................................................................................................................. 115
TABLEAU N°73 : TRACE DU CABLE EQUIVALENT ......................................................................................................... 116
TABLEAU N°74 : VERIFICATION DU TRACE DU CABLE EQUIVALENT ............................................................................ 117
TABLEAU N°75 : TENSION OBTENUE AVEC UN CABLE APRES PERTES DE TENSION DUES AUX FROTTEMENTS .......... 119
TABLEAU N°76 : PERTES DE PRECONTRAINTE DUES A L’ANCRAGE ............................................................................. 120
TABLEAU N° 77: PERTES INSTANTANEES TOTALES  i ( x)  MPa  : .................................................................. 123
TABLEAU N°78: LA TENSION PROBABLE DANS UN CABLE, APRES PERTE DE TENSION INSTANTANEE ....................... 124
TABLEAU N°79 : PERTES DE TENSION DUES A LA RELAXATION DES ARMATURES  p ( x) ................................... 127
TABLEAU N° 80 : PERTES DE TENSION DUES AU FLUAGE DU BETON .......................................................................... 129
TABLEAU N°81 : PERTES DE TENSION DIFFEREES  d ( x) ....................................................................................... 130
PERTE DE TENSION FINALE DANS CHAQUE CABLE : LA TENSION FINALE PROBABLE EST DONNEE PAR : ................... 131
TABLEAU N°83: CARACTERISTIQUES DE LA SECTION NETTE DE LA POUTRE SEULE .................................................... 133
TABLEAU N° 84: CARACTERISTIQUES DE LA SECTION NETTE DE LA POUTRE + HOURDIS ........................................... 134
TABLEAU N°85 : CARACTERISTIQUES DE LA SECTION HOMOGENEISEE : POUTRE + HOURDIS ................................... 135
TABLEAU N° 85 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA SECTION D’ABOUT ..................................................... 139
TABLEAU N°87 : DETERMINATION DE LA FORCE DE PRECONTRAINTE DANS LA SECTION D’ABOUT (X= 0) ............... 140
TABLEAU N°88 : EFFORTS ET CONTRAINTES DANS LA SECTION D’ABOUT (X = 0) ....................................................... 140
TABLEAU N°89 : DETERMINATION DE PRECONTRAINTE P DANS LA SECTION D’ARRET DU CABLE N°6 ...................... 140
TABLEAU N°90 : EFFORTS ET CONTRAINTES DANS LA SECTION D’ABOUT (X = 0,5M) ................................................ 140
TABLEAU N°91 : DETERMINATION DE PRECONTRAINTE P DANS LA SECTION D’ARRET DU CABLE N°7 ...................... 141
TABLEAU N°92 : EFFORTS ET CONTRAINTES DANS LA SECTION D’ABOUT (X = 3M) ................................................... 141
125,834 ........................................................................................................................................................................ 141

RATOVONDRAINY Léonard Page iv


Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

TABLEAU N°94 : EFFORTS ET CONTRAINTES DANS LA SECTION D’ABOUT (X= 5,5) .................................................... 141
TABLEAU N° 95: PRECONTRAINTE P DANS LA SECTION D’ARRET DU CABLE N°9 (X= 8,5M) ....................................... 142
TABLEAU N°96 : EFFORTS ET CONTRAINTES DANS LA SECTION D’ABOUT (X= 8,5) ..................................................... 142
TABLEAU N°97 : REPARTITION DES EFFORTS DE FREINAGE AU NIVEAU DES APPUIS ................................................. 150
TABLEAU N°98 : EFFORTS DUS AU FLUAGE, AU RETRAIT ET A LA VARIATION DE TEMPERATURE .............................. 151
TABLEAU N° 99: EFFORT SOLLICITANT UN APPAREIL D’APPUI DE LA CULEE............................................................... 152
TABLEAU N°100 : VERIFICATION DES APPAREILS D’APPUI .......................................................................................... 153
TABLEAU N°101 : SOLLICITATION DU MUR EN RETOUR ............................................................................................. 160
TABLEAU N°102 : CALCUL DE POIDS PROPRE DE LA CULEE ......................................................................................... 165
TABLEAU N°103 : CALCUL DE MOMENT STABILISANT DE LA CULEE ........................................................................... 166
TABLEAU N° 104 : ETUDES DE LA STABILITE PAR RAPPORT AU POINT O DE LA SEMELLE ........................................... 169
TABLEAU N°105 ET 106 : MATRICE DE RIGIDITE AUX ETATS LIMITES ......................................................................... 173
TABLEAU N°107 : CALCUL DU COEFFICIENT DE MAJORATION DES DEBOURSES ........................................................ 184
TABLEAU N°109 : DEVIS QUANTITATIFS ...................................................................................................................... 186
TABLEAU N°110 : QUANTITES AVANT METRE ............................................................................................................. 186
TABLEAU N°111 : NUMEROS DES PRIX ........................................................................................................................ 187
TABLEAU N°112 : SOUS DETAIL DE PRIX DU BETON ARME Q350................................................................................ 188
TABLEAU N°113 : SOUS DETAIL DE PRIX DU BETON ARME Q400................................................................................ 188
TABLEAU N°114 : SOUS DETAIL DE PRIX DE L’ACIER ORDINAIRE HA ........................................................................... 189
TABLEAU N°115 : SOUS DETAIL DE PRIX DU COFFRAGE METALLIQUE ........................................................................ 189
TABLEAU N°116 : SOUS DETAIL DE PRIX DU COFFRAGE EN BOIS ................................................................................ 190
TABLEAU N°117 : SOUS DETAIL DE PRIX DE LA COUCHE DE REVETEMENT EN EDC .................................................... 190
TABLEAU N°118 : SOUS DETAIL DE PRIX DE LA COUCHE D’IMPREGNATION EN ECR .................................................. 191
TABLEAU N°119 : BORDEREAU DETAIL ESTIMATIF ...................................................................................................... 192
TABLEAU N° 121 : VALEURS DES PARAMETRES POUR LA DETERMINATION DE LA VAN ............................................. 194
TABLEAU N° 122: CASH - FLOW ................................................................................................................................... 194

RATOVONDRAINY Léonard Page v


Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

LISTE DES FIGURES


FIGURE N°01 ET 02 : PLAN DE SITUATION DU PROJET .................................................................................................... 2
FIGURE N° 03 : SECTION TRAPEZOÏDALE DU COURS D’EAU .......................................................................................... 16
FIGURE N° 04 : COURBE DE TARAGE ............................................................................................................................. 17
FIGURE N°05 : PROTECTION DE LA PILE CONTRE L’AFFOUILLEMENT............................................................................ 21
FIGURE 06: DEFINITION DE LA PRESSION LIMITE EQUIVALENTE AU PRESSIOMETRE ................................................... 24
FIGURE N° 07: COURBE DONNANT LE FROTTEMENT LATERAL UNITAIRE LIMITE LE LONG DU PIEU. ........................... 26
FIGURE N° 08 : PARTIE EFFONDREE (COTE MARONTSETRA) ......................................................................................... 30
FIGURE N° 09 : PILE DU PONT ACTUEL .......................................................................................................................... 31
FIGURE N° 10 : SOLUTION A COURT TERME .................................................................................................................. 31
FIGURE N° 11 : SOLUTION A MOYEN TERME ................................................................................................................. 32
FIGURE N°12 : COUPE LONGITUDINALE DU PONT EN BETON ARME ............................................................................ 33
FIGURE N°13 : COUPE TRANSVERSALE DU PONT EN BETON ARME .............................................................................. 33
FIGURE N°14 : COUPE LONGITUDINALE DU PONT MIXTE ............................................................................................. 34
FIGURE N°15 : COUPE TRANSVERSALE DU PONT MIXTE ............................................................................................... 34
FIGURE N°16 : COUPE LONGITUDINALE DU PONT EN BP .............................................................................................. 35
FIGURE N°17 : COUPE TRANSVERSALE DU PONT BP ..................................................................................................... 35
FIGURE N°18 : SCHEMA DE CALCUL DE LA TRAVEE DE CALCUL .................................................................................... 37
FIGURE 19: POUTRE PRINCIPALE EN BA ........................................................................................................................ 38
FIGURE N°20 : CULEE AN BA .......................................................................................................................................... 40
FIGURE N°21 : FONDATION SOUS PILE ET CULEE DU PONT EN BA ............................................................................... 43
FIGURE N°22 : POUTRE PRINCIPALE EN BP .................................................................................................................... 44
FIGURE N°23 : FONDATION SOUS PILE ET CULEE DU PONT EN BP ................................................................................ 49
FIGURE N° 24: POUTRE PRINCIPALE EN ACIER .............................................................................................................. 50
FIGURE N°25 : POSITION DE LA DALLE SUR POUTRE METALLIQUE ............................................................................... 52
FIGURE N°26 : FONDATION DU PONT MIXTE ................................................................................................................ 56
FIGURE N°27 : TECHNIQUE DE LA PRECONTRAINTE ..................................................................................................... 63
FIGURE N°28 : PRECONTRAINTE PAR PRE-TENSION ...................................................................................................... 64
FIGURE N°29 : PRECONTRAINTE PAR POSTE-TENSION .................................................................................................. 64
FIGURE N°30 : TECHNIQUE DE MISE EN TENSION DES CABLES ..................................................................................... 64
FIGURE N° 31: SYSTEME DE SURCHARGE BC ................................................................................................................. 66
FIGURE N° 32 : SYSTEME DE SURCHARGE BE ............................................................................................................... 67
FIGURE N° 33 : SYSTEME DE SURCHARGE BR ............................................................................................................... 67
FIGURE N°34 : SCHEMA DE CALCUL DE LA DALLE ......................................................................................................... 70
FIGURE N°35 : SCHEMA DE CALCUL DE LA DALLE ......................................................................................................... 71
FIGURE N°36 : SECOND CAS DU SYSTEME BC POUR LE CALCUL DE MF DE LA DALLE ................................................... 72
FIGURE N°37 : CALCUL DE MF DE LA DALLE DU AU SYSTEME BE .................................................................................. 73
FIGURE N°38 : CALCUL DE MF DE LA DALLE DU AU SYSTEME BR .................................................................................. 73
FIGURE N°39 : CHARGES PERMANENTE SUR LE HOURDIS CONSOLE ............................................................................ 76
FIGURE N°40 : DISPOSITION DE SURCHARGE 0,45T/M2 SUR LE TROTTOIR .................................................................. 77
FIGURE N° 41 : DISPOSITION DE LA ROUE DE SUR LE TROTTOIR ........................................................................... 77
FIGURE N°42 : ARMATURES DU HOURDIS EN TRAVEE SUIVANT LA PETITE PORTEE..................................................... 79
FIGURE N° 43 : ARMATURES DU HOURDIS AUX APPUIS ............................................................................................... 81
FIGURE N° 44 : PRE-DALLE. ............................................................................................................................................ 83
FIGURE N° 45: SCHEMA DE CALCUL POUR LES ENTRETOISES D’ABOUT ET INTERMEDIAIRES ...................................... 85
FIGURE N°46 : SCHEMA DE CALCUL DE LA REACTION R ................................................................................................ 86
FIGURE N°47 : SCHEMA DE CALCUL DES EFFORTS DE L’ENTRETOISE DU AU SYSTEME BC ........................................... 87
FIGURE N°48 : SCHEMA DE CALCUL DES EFFORTS DE L’ENTRETOISE DU AU SYSTEME BE ........................................... 87
FIGURE N°49 : SCHEMA DE CALCUL DES EFFORTS DE L’ENTRETOISE DU AU SYSTEME BR ........................................... 88
FIGURE N° 50 : SCHEMA DE CALCUL DE LA LI POUR Α ≤ X ............................................................................................. 92
FIGURE N°51 : SCHEMA DE CALCUL DE LA LI POUR Α ≥ X.............................................................................................. 92
RATOVONDRAINY Léonard Page vi
Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

FIGURE N°52 : LI DU MOMENT FLECHISSANT DANS ∑ .................................................................................................. 92


FIGURE N°53 : LI DU MF DE LA SURCHARGE BC ............................................................................................................ 94
FIGURE N° 54 : SCHEMA DE CALCUL DU CRT DU SYSTEME BC ...................................................................................... 95
FIGURE N° 55 : COURBE ENVELOPPE DU MOMENT FLECHISSANT A L’ELU ................................................................... 99
FIGURE N°56 : DIAGRAMME DE LI DE L’EFFORT TRANCHANT..................................................................................... 100
FIGURE N°57 : LI DE V DE LA SURCHARGE BC .............................................................................................................. 102
FIGURE N°55 : DIAGRAMME DE V DU A LA CHARGE PERMANENTE ........................................................................... 104
FIGURE N°58 : DIAGRAMME DE V DU A L’ELU............................................................................................................. 107
FIGURE N°59 : SECTION DE LA POUTRE ....................................................................................................................... 108
FIGURE N°60 : NOYAU CENTRAL.................................................................................................................................. 110
FIGURE N°61 :DETERMINATION DES COEFFICIENTS DE CABLAGE .............................................................................. 114
FIGURE N°62 : FUSEAU DE PASSAGE ........................................................................................................................... 117
FIGURE N°63 : APPAREIL D’APPUI ............................................................................................................................... 148
FIGURE N°64 : ELEMENTS DE LA CULEE ....................................................................................................................... 154
FIGURE N°65 : DISTRIBUTION DE LA POUSSEE DE LA SURCHARGE DE REMBLAI ........................................................ 156
FIGURE N°66 : SCHEMA DE CALCUL POUR LE FERRAILLAGE DU MUR GARDE GREVE ................................................. 157
FIGURE N° 67 : SCHEMA DE CALCUL DU MUR EN RETOUR. ........................................................................................ 158
FIGURE N° 68 : SCHEMA DE CALCUL DU MUR EN RETOUR ......................................................................................... 160
FIGURE N° 69 : SCHEMA DE CALCUL DU MUR DE FRONT............................................................................................ 162
FIGURE N° 70 : STABILITE DE LA CULEE ....................................................................................................................... 165
FIGURE N° 71 : SCHEMA DE MISE EN ŒUVRE DE LA DALLE DE TRANSITION. ............................................................. 167
FIGURE N° 72 : FERRAILLAGE DE LA DALLE DE TRANSITION ........................................................................................ 167
FIGURE 73: SCHEMA DE CALCUL DE LA STABILITE DE LA PILE ..................................................................................... 169
FIGURE N° 74: MODELISATION DE CALCUL DE LA COLONNE : .................................................................................... 170
FIGURE N°75 : DIAGRAMME DE MOMENT FLECHISSANT DE LA PILE A L’ELU ............................................................. 176

RATOVONDRAINY Léonard Page vii


Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

LISTE DES ABREVIATIONS


Ar : Ariary
B.A : Béton Armé
BAEL : Béton Armé aux Etats Limites
B.P : Béton Précontraint
BPEL : Béton Précontraint aux Etats Limites
BD : Base de données
CEG : Collège d’Enseignement Général
CFP : Centre de Formation Professionnelle
CHD : Centre Hospitalier de District
CSB : Centre de Santé de Base
CMD : Coefficient de Majoration Dynamique
CRT : Coefficient de répartition Transversale
EDC : Enrobé Dense à Chaud
ELS : Etat Limite de Service
ELU : Etat Limite Ultime
EPP : Ecole Primaire Publique
ESPA : Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo
HA : Haute Adhérence
INSTAT : Institut Nationale de la statistique
LI : Ligne d’influence
MECIE : Mise En Comptabilité des Investissements avec l’Environnement
MO : Main d’œuvre
MTPM : Ministère de Travaux Publics et de la Météorologie.
NB : Nota Bene
NE : Niveau d’Etiage
PAE : Plan d’Action Environnementale
PHEC : Plus Haute eaux Cyclonique
PK : Point kilométrique
PU : Prix Unitaire
PUD : Plan d’Urbanisme Directeur
RN : Route Nationale
SETRA : Service d’Etude Technique des Routes et d’Autoroutes
TBR : Très Basse Relaxation
TIR : Taux Interne de Rentabilité
VAN : Valeur Actuelle Nette

RATOVONDRAINY Léonard Page viii


Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

NOTATIONS
Hydraulique
C: Coefficient de débit
DH : Dénivellation du bassin versant
g: Accélération de pesanteur
h: Hauteur d’eau
I: Pente du bassin versant
I0 : Pente du cours d’eau
K: Coefficient de rugosité
L: Longueur du rectangle équivalente
P: Périmètre mouillée
Q: Débit de crue
R: Rayon hydraulique
S: Section mouillée
SBV : Surface du Bassin Versant
TAM : Caractéristiques du cours d’eau en amont
TAV : Caractéristiques du cours d’eau en aval
V: Vitesse d’écoulement de l’eau à l’état naturel
VAM : Vitesse moyenne en amont
VAV : Vitesse moyenne en aval �: Coefficient sans dimension représentant la distribution des
vitesses de l’eau
Δz : Surélévation du niveau d’eau
σ: Ecart-type
μ3 : Moment centré d’ordre 3
Bétons
Eb : Module de résistance
fbu : Résistance limite à la compression relative à l’ELU
fcj : Résistance à la compression à j jours d’âge
ftj : Résistance à la traction à j jours d’âge
n: Coefficient d’équivalence acier/béton égale à 15
σbu : Contrainte admissible pour l’état limite ultime de résistance du béton sécurité
Θ: Coefficients sans dimensions dépendant de la durée d’application des charges
Aciers
EP : Module d’élasticité des aciers de précontrainte
ES : Module d’élasticité des aciers
F: Coefficient de frottement en courbure d’une armature de précontrainte
fe : Limite d’élasticité des aciers
fprg : Contrainte de rupture garantie pour l’armature de précontrainte
fpeg : Contrainte à la limite conventionnel d’élasticité:
Autres
Au : Section d’armatures à l’ELU
Aser ou As : Section d’armatures à l’ELS
I: Moment d’inertie d’une section
M: Moment de flexion
Mu : Moment de flexion à l’ELU
Mser ou Ms : moment de flexion à l’ELS
N: Effort normale
V: Effort tranchant
Notation minuscules
RATOVONDRAINY Léonard Page ix
Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

b: Dimension transversale (largeur ou épaisseur d’une section)


b0 : Epaisseur brute de l’âme d’une poutre
d: Hauteur utile
e: Excentricité d’une résultante par rapport au centre de gravité d’une section
ho : Epaisseur d’une membrure du béton
k: Coefficient en générale
lf : Longueur de flambement
st : Espacement des armatures transversales �: Périmètre
Notations en lettres grecques
λ: Elancement mécanique d’une pièce comprimée �: Coefficient de poisson
ρ: Rapport de dimension
Δ: Variation
Φ: Diamètre des armatures (parfois d’une section)
Σ: Sommation
ω: Aire

RATOVONDRAINY Léonard Page x


Mémoire de fin d’étude Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

LISTE DES ANNEXES

ANNEXE 1 : VALEURS DE L’INTEGRALE DE GAUSS F(U) ................................................................................................... A

ANNEXE 2 : TABLEAU DE
 ( ) ...................................................................................................................................... B
ANNEXE 3 : TABLEAU DE  2
DE PEARSON ..................................................................................................................... C
ANNEXE 4 : TABLEAU DE PEARSON III F ( x ) .................................................................................................................. D
ANNEXE 5 : ESTIMATION DES CRUES : SEUIL DE CONFIANCE 95% ...................................................................................E
ANNEXE 6: ABAQUE POUR LA DETERMINATION DU COEFFICIENT DE DEBIT................................................................... F
ANNEXE 7: ABAQUE DE PIGEAUD .................................................................................................................................... H
ANNEXE 8 : TRACE DES CABLES ........................................................................................................................................ J
ANNEXE 9 : FUSEAU LIMITE ............................................................................................................................................. K
ANNEXE 10 : LES PERTES DE TENSION PAR DEFORMATION INSTANTANEE DU BETON ................................................... L
ANNEXE 11 : VERIFICATION DES CONTRAINTES NORMALES DANS CHAQUE PHASE ...................................................... U
VERIFICATION DES CONTRAINTES NORMALES DANS LA PHASE I.................................................................................... U
ANNEXE 11: DIVERS PLANS DE FERRAILLAGE ...................................................................................................................Z
ANNEXE 12 : ABAQUES D’INTERACTION ET COUPE DE LA FONDATION ........................................................................ BB

RATOVONDRAINY Léonard Page xi


INTRODUCTION GENERALE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

INTRODUCTION GENERALE
Beaucoup des régions à Madagascar possèdent des ressources et des richesses naturelles qui
méritent d’être exploitées. Malheureusement, Nous avons des problèmes pour les moyens de
transport surtout les transports terrestres à cause du vieillissement et manque d’entretien des
réseaux de communication.

Alors, les régions productrices sont enclavées et les produits pourrissent sur place.

L’impact de ce problème frappe les potentiels économiques de la zone, l’une parmi eux c’est le
District de Maroantsetra de la région ANALANJIROFO.

Pour résoudre le problème d’enclavement de la région, et pour assurer l’évacuation des produits,
il est nécessaire de faire les travaux de réhabilitation du pont d’Anjahanambo dans la ville de
Maroantsetra, a été effondré en juillet 2006 suite à l’effondrement des pieux métalliques
fortement corrodés de la première pile en rivière

Pour l’élaboration de l’étude, nous avons développé quatre parties différentes :

▲ La première partie se concentre sur l’étude socio-économique de la zone d’influence ;


▲ La deuxième partie met en évidence des études préliminaires ;
▲ La troisième partie est basée sur l’étude technique proprement dite ;
▲ La quatrième partie étudie l’évaluation financière et impacts environnementaux du projet.

RATOVONDRAINY Léonard Page 1


PARTIE I : ETUDE DE
L’ENVIRONNEMENT
DU PROJET
ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT DU PROJET Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE I : ETUDE SOCIO - ECONOMIQUE DE LA ZONE D’INFLUENCE


I.1. Localisation du site du projet
Le projet en question est un pont situé sur la route nationale 5 dans la ville de
Maroantsetra reliant celui-ci à Soanierana Ivongo, il traverse la rivière d’Anjahanambo
juste avant l’embouchure de l’océan indien.

Figure n°01 et 02 : plan de situation du projet

RATOVONDRAINY Léonard Page 2


ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT DU PROJET Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

I.2. Présentation de la région d’influence


La région concernée par le projet est la région d’Analanjirofo :

 Districts (Ex- Fivondronana) composants la région: FENOARIVO-EST, SAINTE-MARIE


(NOSY-BORAHA), MAROANTSETRA, MANANARA-AVARATRA, VAVATENINA,
SOANIERANA-IVONGO
Superficie: 21930 km²

 Densité démographique: 39,3 habitants/km²


 Régions limitrophes: SAVA, SOFIA, ALAOTRA-MANGORO, ATSINANANA.

a. Population
Groupe d'âges de la population de la région ANALANJIROFO en 2004

Source : INSTAT/DDSS

Tableau n°01 : âges de la population de la région ANALANJIROFO en 2004

Homme Femme Total


Enfant âgés de moins de 6 ans 98 700 97 300 196 000
Population scolarisable (âgée de 6 à 10 ans) 61 700 59 600 121 300
Adolescents âgés de 11 à 14 ans 42 800 40 100 82 900
Individus âgés de 15 à 59 ans 207 800 215 100 422 900
Individus âgés de plus de 59 ans 18 600 19 100 37 700
Effectif 429 600 431 200 860 800

b. Enseignement et éducation

Nombre d’établissement scolaire :

Source : Monographie de la région Toamasina

Tableau n°02 : Nombre d’établissement scolaire

DISTRICT Nombre d’établissement public


EEP CEG Lycée
Toamasina I 25 3 1
Toamasina II 264 5 -
Brickaville 249 6 1
Sainte Marie 16 2 1
Fenerive Est 350 8 1
Vavatenina 230 5 1
Soanierana Ivongo 140 4 1
Mananara Nord 226 7 1
Maroantsetra 120 7 1
Total région 1520 47 8

Après passage des cyclones, plusieurs écoles ont été fermées. Beaucoup d’entre elles ferment
encore leurs portes. Les parents d’élèves ne peuvent pas supporter les frais de réparation, vu les
coûts élevés des matériaux de construction. Le budget de fonctionnement habituel ne permet pas
la réhabilitation.

RATOVONDRAINY Léonard Page 3


ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT DU PROJET Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

c. Secteur économique de la zone d’influence

Production agriculture

Répartition de la superficie cultivable et cultivée

Source : annuaire Statistique Agricole de la région Toamasina

Tableau n°03 : Répartition de la superficie cultivable et cultivée

Superficie cultivable Superficie cultivable


District
[km2] Ha pourcentage
Toamasina II 4940 40670 12
Brickaville 5297 34190 6
Sainte Marie 176 11100 43
Fenerive Est 3057 41570 4
Vavatenina 2747 45455 14
Soanierana Ivongo 5204 20405 3
Mananara Nord 4318 50535 8
Maroantsetra 6722 54305 14
Total région 32489 298230 12

Production de vanille en tonnes par district

Tableau n°04 : Production de vanille en tonnes par district

District 2001 2002 2003 2004


Nosy boraha 10 10 1 5
Maroantsetra 155 150 83 75
Mananara nord 745 710 137 125
Fenerive est 20 20 22 20
Vohibinany - - 1 5
Vatomandry - - 5 5
Mahanoro 10 10 - -
Toamasina II - - 2 5
Tanambao Manampotsy - - - -
Moramanga - - - -
Vavatenina 5 5 3 5
Soanierana Ivongo - - 45 35
TOTAL 945 905 299 280

RATOVONDRAINY Léonard Page 4


ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT DU PROJET Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Production de letchis en tonnes par district

Tableau n°05 : Production de letchis en tonnes par district

District 2001 2002


Nosy boraha 90 90
Maroantsetra 100 90
Mananara nord 520 500
Fenerive est 6430 6105
Vohibinany 14625 14625
Vatomandry 13030 12375
Mahanoro 3920 3730
Marolambo 910 865
Toamasina II 4695 4695
Tanambao Manampotsy 480 460
Amparafaravola 40 40
Ambatondrazaka 150 150
Moramanga 60 71
Vavatenina 3050 3050
Anosibe An’ala 300 280
Soanierana Ivongo 1800 1710
TOTAL 66585 65210

Production de café en tonnes par district

Tableau n°6 : Production de café en tonnes par district

District 2001 2002 2003 2004


Nosy boraha 3400 3570 1255 1255
Maroantsetra 60 60 4 5
Mananara nord 1560 1285 835 790
Fenerive est 980 930 806 770
Vohibinany 1890 1795 931 880
Vatomandry 3100 3250 1741 1740
Mahanoro 2850 2710 1818 1725
Marolambo 2250 2130 921 875
Toamasina II 1100 1050 631 600
Tanambao Manampotsy 270 255 280 280
Amparafaravola 30 30 40 40
Ambatondrazaka 25 25 35 35
Moramanga 530 500 1759 1761
Vavatenina 1400 1330 567 570
Andilamena 20 20 25 25
Anosibe An’ala 690 655 198 190
Soanierana Ivongo 1350 1280 610 580
TOTAL 21295 20875 12456 12120

Pêche et ressources halieutiques :

Du fait de sa longue façade maritime et son réseau hydrographique dense, la côte Est jouit à la
fois d’un potentiel en pêche maritime et continentale. Les plans d’eau douce, lacs et lagunes sont
nombreux : Ambanikoro, Andranomamy, Nosive et Varaha, sans oublier le canal des
Pangalanes.
RATOVONDRAINY Léonard Page 5
ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT DU PROJET Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

d. Evolution des effectifs par catégories de pêches [tonnes]


Source : Direction de la pêche /MAEP

Tableau n°7 : Evolution des effectifs par catégories de pêches [tonnes]

Production 1997 1998 1999


Pêche industrielle 21842 24448 27288
Pêche artisanale traditionnelle 64099 24448 60221
Production en eau douce 32650 62456 31560
Aquaculture 2477 32011 3486
Total région 121068 4884 122545

e. Liste des sociétés œuvrant dans la pêche


Source : monographie de la région de Toamasina

Tableau n°8 : Liste des sociétés œuvrant dans la pêche

Noms Produits cibles Zones d’intervention


Mahanoro, Vatomandry,
Crevettes, civelles, langouste,
Sté REFRIGOPECHE EST Toamasina II, Fenerive Est,
poulpes, anguilles,…
Soanierana Ivongo.
Sté Import/Export de Trépangs, Crevettes Sainte Marie, Maroantsetra,
Toamasina poulpes, calmars. Mananara Nord
Mahanoro, Toamasina I,
Crevettes, civelles, langouste,
Sté La Bouffe Mananara Nord, Soanierana
poulpes, calmars,…
Ivongo, Brickaville.
Crevettes, civelles, langouste, Sainte Marie, Maroantsetra,
Sté de Pêche Sainte Marie
poulpes, calmars, anguilles,… Mananara Nord.
Mananara Nord, Sainte Marie,
Foulepointe, Toamasina II et I,
Sté SUNRISE Coquillages, escargots.
Fenerive Est, Soanierana
Ivongo.
Sainte Marie, Fenerive Est,
Sté KWAI CHUNG et Cie Trépans, aileron.
Vatomandry
Sté M/car PESCA civelles Mahanoro

f. Tourisme
Inventaire de la biodiversité [espèce]

Tableau n°9 : inventaire de la biodiversité [espèce]

Type d’espèce Nombre


Oiseau terrestre 77
Plante vasculaire 1200
Algues, herbier 31 – 68
Poisson 179
Espèce de coraux 132
Mollusque 64
Espèce d’échinoderme 34

RATOVONDRAINY Léonard Page 6


ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT DU PROJET Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

En résumé:

Nous pouvons dire que l’étude des monographique des régions affectées par le projet montre
qu’elle dispose des potentiels économiques dignes d’être mis en valeur.

Ces potentiels sont surtout justifiés par :

 La prépondérance de nombreuse culture d’exploitation ;


 L’existence d’industries agroalimentaire ;
 La multitude des sites touristiques vraiment particuliers aux régions.

Sur le plan climat, la côte Est est dominée par une très forte humidité et une chaleur constante
qui favorise le développement de toute une gamme de cultures essentiellement destinées à
l’exportation (café, girofle, letchis, canne à sucre,….)

Cependant, la précarité des infrastructures et des voies d’évacuation des produits constitue un
grand facteur bloquant le développement de ces régions suscitées. La RN5 tient alors une grand
part dans ces régions et c’est pourquoi il est nécessaire de reconstruire les ouvrages y afférents

RATOVONDRAINY Léonard Page 7


ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT DU PROJET Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE II : ETUDE DE TRAFIC ROUTIER


L’étude de trafic de la route joue un rôle très important dans l’établissement du projet
routier. En effet, la croissance moyenne annuelle du trafic routier influe beaucoup sur
l’importance de la route et par conséquence sur l’activité économique de la région. Dans
ce chapitre, nous allons prévoir l’évolution probable du trafic routier de la RN5 afin
d’optimiser le nombre de voies et le dimensionnement du pont à réaliser.

II. 1 Facteur d’évolution du trafic


L’évolution du trafic routier est un grand facteur lié au développement économique des
régions concernées. Le but des études de transport consiste à prévoir les moyens
adéquats de cette évolution et estimer les investissements nécessaires pour ce projet.

II. 2 Catégorisations des véhicules


D’après le classement fait par le Ministère des Travaux Publics et de la Météorologie, on a
6 catégories de véhicules, a savoir :

A : Véhicule particulier

B : Familiales, bâchés, Minibus

C : Camion et Autocar de PTC  10T

D : Camion et Autocar de 10T  PTC  16T (sans remorque avec un seul essieu)

E : Camion : PTC  16T (sans remorque à double essieux arrières)

F : Poids lourds avec remorque, train double et articulé.

Les véhicules sont classés selon leurs poids et la disposition des essieux.

II. 3 Etude du trafic


Pour étudier la rentabilité d’un aménagement routier, il faut avoir une idée sur l’évolution
du trafic. L’évolution de ce type de d’étude nécessite donc d’une part la connaissance du
volume du trafic, de sa composition, des types de véhicules utilisés pour le transport,
d’autre part, la projection de toutes ces données dans le futur. L’élaboration de ces
projections doit s’appuyer sur la connaissance de la situation existante et du passé récent.

a. Trafic passé
Les données suivantes sont extraites des études du trafic routier effectuées par la Société
Louis Berger International.

RATOVONDRAINY Léonard Page 8


ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT DU PROJET Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Source : Louis Berger International

Tableau n° 10 : Données du trafic routier de la RN5

Catégories des ANNEES


véhicules 2000 2001
A 121 164
B 212 255
C 54 47
D 9 24
E 1 8
F 2 1
TOTAL 399 499

b. Estimation du trafic futur


Nous allons estimer l’accroissement annuel du trafic routier à 3% et appliquer la formule
suivante :

Tn  T0  (1   )n

– trafic moyen journalier de l’année n

- trafic moyen journalier de l’année prise comme origine de base

- taux d’accroissement annuel du trafic

- nombre d’année de projection

A cause de données sur le trafic actuel de la RN5 ne sont pas bien précisées, nous allons
prendre comme origine de base l’année 2001 pour l’estimation du trafic actuel. Ainsi, on a :

Tableau n°11 : projection du trafic futur

Année 2010 2020 2030 2060


n 10 20 30 60
Trafic 671 902 1212 2940

Conclusion générale:

Le trafic sur la RN5 pourrait atteindre les 2940 véhicules/jour après 50ans d’année de
référence c'est-à-dire en 2060. Donc il est indispensable de bien dimensionner l’ouvrage afin de
s’adapter au trafic futur. Au point de vue de la zone d’influence, le district de Maronatsetra avait
beaucoup de production à évacuer et l’augmentation de population ne cesse pas de s’arrêter.
Par conséquent, l’ouvrage devra être un pont à double voie.

RATOVONDRAINY Léonard Page 9


PARTIE II : ETUDES
PRELIMINAIRES
ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE I : ETUDE HYDROLOGIQUE


L’étude hydrologique a pour objectif de déterminer le débit de crue maximal qui peut entraîner
des dégâts considérables pour l’état général de l’ouvrage. Voici les débits de crues des années
1908 à 2004.
II.1. Donnée des débits
Tableau n°12 : données des débits

Année Débit [m3/s] 1986 929


1968 1056 1987 974
1969 1064 1988 996
1970 949 1989 786
1971 852 1990 792
1972 954 1991 958
1973 819 1992 1026
1974 863 1993 887
1975 729 1994 1209
1976 839 1995 1165
1977 766 1996 1146
1978 713 1997 1007
1979 674 1998 948
1980 895 1999 983
1981 718 2000 996
1982 608 2001 1229
1983 679 2002 1207
1984 701 2003 1197
1985 941 2004 1064

Comme le phénomène de crue est ajustable à des lois statistiques, nous allons prévoir le débit
maximal de crue qui pourrait menacer le pont d’ANJAHANAMBO durant une période de 50 ans.
Ce débit est calculé à partir de hauteur de pluie enregistrée vers 1968 à 2004.

II.2. Estimation des débits de crues du projet


Les lois statistiques le plus utilisées sont :

► Loi de GIBRAT-GALTON ;
► Loi de PEARSON III;
► Loi de GUMBEL.

a. Loi de GIBRAT-GALTON
La fonction de répartition de la loi de GIBRAT-GALTON est de la forme :

1 u x2
F (u ) 
2 
exp(
2
) dx

Ou la variable réduite u  a log(Q  Qo )  b

Les paramètres statistiques

 Moyenne algébrique : Q
 Qi  927m 3
/s
N

RATOVONDRAINY Léonard Page 10


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 (Qi  Q)
2

 Variance :  2
  28281, 62m6 / s 2
N 1
N

3
 Moment centré d’ordre 3 :   (Qi  Q)  320781m9 / s 3
2

( N  1)( N  2)
Les paramètres d’ajustement Qo, a et b :

La valeur de Qo est déterminée à partir d’une équation 3è degré exprimé par:

4 (Q  Qo)3

3  2  3(Q  Qo) 2

Après la résolution du 3è degré de variable Qo, on trouve = -6554,00 m3/s

1,517
Et par suite a   102, 41
 2 
log 1  2
 (Q  Qo) 

1,1513
b  a log(Q  Qo)  396, 72
a
Donc la variable réduite vaut u = 102,41 log (Q + 6554) – 396,72

Pour T = 50 ans, F = = 0,98

Q(50) = 1278,44m3/s

Et on a pour une valeur de la période de retour T, avec F = 1 – 1/T et d’après la table de GAUSS
donnant la valeur de u en fonction de F en [Annexe 1] :
Calcul de Q selon la loi de GIBRAT-GALTON :

Tableau n° 13 : Calcul de Q selon la loi de GIBRAT-GALTON

T[ans] F=1- U Q [m3/s]

10 0,90 1,28 1143,314


20 0,95 1,64 1205,871
50 0,98 2,05 1277,736
100 0,99 2,33 1327,196

Ce qui nous donne le débit Q50 = 1277 [m3/s]

b. Loi de PEARSON III


a
Q

( ) O
La fonction de répartition est de la forme : F (Q)  exp( Q) Q 1 dQ

Avec () la fonction d’Euler ;

a , : 2 paramètres d’ajustement utilisés dans le calcul

 ( )  log Q  
log Qi
; avec log = 3,053 ;  log Qi = 112,93 et N = 37
N

RATOVONDRAINY Léonard Page 11


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Après calcul on trouve () = 0,007

L’abaque en [annexe 1] donne  en fonction de  et on a :

 = 31,95 et a = = 0,034

Pour T = 50 ans, F = = 0,98

La variable réduite pour la loi de PEARSON III est : u = a.Q

Ainsi pour déterminer les débits de fréquence donnée, on utilisera la table de PEARSON III qui
donne F(u), fonction de non dépassement, en fonction de la variable réduite u et du paramètre .
D’où les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau n° 14 : Calcul de Q selon la loi de PEARSON III

T[ans] F=1- U Q [m3/s]

10 0,90 39,35 1141,71


20 0,95 41,47 1203,21
50 0,98 44,64 1295.19
100 0,99 46,54 1350.31

c. Loi de GUMBEL
Cette loi est aussi appelée loi des valeurs extrêmes ou loi doublement exponentielle, sa fonction
de répartition est exprimée par : F (Q)  exp( exp( u ))

Avec u =  (Q – Qo) = - Ln (-Ln F)

Les paramètres statistiques sont les mêmes pour les lois vues au paravent mais les paramètres
1
les d’ajustement sont donnés par :  0,780

Avec σ = 168,17 d’où  = 0,0076

Qo = – 0,45 σ = 851, 32 m3/s

La fonction de répartition devient alors :

F (Q)  exp( exp(0, 0076(Q  951,32)))

1 u
Pour T = 50 ans, F  1   0,98 ; u = 3,90 et on tire Q   Qo
T 
Tableau n° 15: Calcul du débit Q selon la loi de GUMBEL

T[ans] F=1- U Q [m3/s]

10 0,90 2,25 1147,37


20 0,95 3,20 1272,37
50 0,98 3,90 1364,48
100 0,99 4,60 1456,58

Ce qui nous donne le débit : Q50 = 1364,48 [m3/s]

RATOVONDRAINY Léonard Page 12


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

II.3. Test de validité des ajustements

Le test de validité de l’ajustement permet de juger si les lois appliquées sont parfaitement
acceptable ou non pour représenter la distribution statistique des débits, les lois convenables
fournissent des résultats relativement bien groupé très homogènes, l’un des tests le plus utilisé
est le test de

Méthode d’utilisation :

L’échantillon des N valeurs classées par ordres décroissantes ou croissantes est divisé en K
classes arbitraires telles que chaque classe contient au minimum un nombre ni  5 de valeurs
expérimentales ; On détermine en suite le nombre théorique vi des valeurs contenues dans la
classes i par :
Ui
Vi  N  f (u ) du  N  F (ui )  F (ui 1 ) 
Ui 1

(ni  vi ) 2
 2 est exprimé par :  2  
vi

La probabilité de dépassement correspond au nombre de degrés de libertés  = k – p – 1

Tableau n° 16 : paramètre des lois statistiques

Lois statistiques paramètres p


Loi de GUMBEL ,σ 2
Loi de GIBRAT-GALTON ,σ, 3
Loi de PEARSON III , log (Q) 2

► Si la probabilité trouvée est  0,05, l’ajustement est satisfaisant ;


► Au cas contraire, l’ajustement est à rejeter.

Tableau n°17: Echantillon de 37 débits de crue de la rivière d’ANJAHANAMBO

N° de Bornes xi Nombre expérimentale ni


classe
1  1064 7
2 1064 – 983 7
3 983 – 929 7
4 929 – 786 8
5  786 8

Jugement de la loi de GUMBEL par le test de  2

On détermine le nombre théorique des valeurs contenues dans chaque classe i selon le tableau
suivant par la fonction de répartition de GUMBEL :

F (Q)  exp( exp(0, 0076(Q  851,32)

RATOVONDRAINY Léonard Page 13


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°18 : calcul de  2 sur la loi de GUMBEL

Classe Q F(Q) F(Qi) – F (Qi+1) vi = N [F(Qi) – F (Qi+1)]


+ 1 1,80 6,66
1 1060 0,820
0,127 4,716
2 983 0,692
0,118 4,359
3 929 0,575
0,318 14,102
4 786 0,194
0,193 7,157
5 0 0
(ni  vi )2
2    5, 46
vi

La valeur de = 5,46 et  = 5 - 1 - 2 = 2 alors après la lecture de l’abaque de PEARSON en


[annexe 3], la probabilité P ( ) = 0,07

Conclusion : La loi de GUMBEL est acceptable pour représenter la distribution statistique des
37 échantillons de débits. Alors le débit de crue maximal qui pourrait se produire dans une
période de 50 ans avec une probabilité de 98% est estimé de 1364,74 m3/s

.Jugement de la loi de PEARSON III par le test du  2 :

Q
0, 03431,95
La fonction de répartition est : F (Q ) 
(31,95) 0  exp(Q)Q 30,95 dQ

Les tables de PEARSON en [Annexe 4] donnent les valeurs de F(Q) en fonction de


x= a × Q = 0,034 × Q et  = 31,95

Tableau n°19 : calcul de  2 sur la loi de PEARSON III

classes Q X = a.Q F F(Qi) – F (Qi+1) vi = N [F(Qi) – F (Qi+1)]

+∞ +∞ 1
1 0,203 7,511
1064 36,18 0,797
2 0,179 6,623
983 33,42 0,618
3 0,122 4,514
929 31,59 0,496
4 0,317 11,729
786 26,72 0,1804
5 0,1804 6,675
0 0 0

(ni  vi ) 2
2    22, 25
vi
RATOVONDRAINY Léonard Page 14
ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

La valeur de = 22,25 et  = 5 - 1 - 2 = 2 ; mais la probabilité n’est pas trouvée dans la table de


distribution de PEARSON donc il est préférable de rejeter

Jugement de la loi de GIBRAT-GALTON par le test du χ²:

La fonction de répartition s’écrit : F(u) =

Avec u = 102,41 log (Q + 6554) – 396,72

Tableau n° 20 : Calcul de vi pour la loi de GIBRAT-GALTON

classes Q U F(U) F(Ui) – F (Ui+1) vi = N [F(Ui) – F (Ui+1)]


+∞ 0

1 0,206 7,622
1064 0,82 0,206

2 0,161 5,957
983 0,34 0,367
3 0,125 4,625
929 0,02 0,492
4 0,305 11,285
786 -0,83 0,797
5 0,202 7,474
0 -5,87 0,999

= = 18,18

La valeur de = 18,18 et  = 5 - 1 - 3 = 1 ; mais la probabilité n’est pas trouvée dans la table de


distribution de PEARSON donc il est préférable de rejeter ;

D’après la comparaison des 3 lois différentes, le seul acceptable est celle de GUMBEL, donc le
débit de crue à prendre en compte pour le projet sera alors : Q50 = 1364,48 [m3/s]

RATOVONDRAINY Léonard Page 15


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE II. ETUDE HYDRAULIQUE ET CALAGE DE L’OUVRAGE


L’objectif de cette étude est de dimensionner notre ouvrage a partir du débit de pointe de valeur
Q = 1364,48 m3/s, de fréquence de 50ans. Elle permet aussi d’établir le calage de notre pont

II. 1 La cote naturelle d’eau


La cote naturelle d’eau est la hauteur h d’eau correspondant à la crue du projet au droit
du franchissement, pour connaitre cette cote, on utilise la formule de MANNING-STRICKLER
suivante :

Avec - coefficient de rugosité.

- rayon hydraulique : ;

- pente du lit de la rivière au droit de l’ouvrage : ;

- section mouillée .

Du point de vue hydraulique, le dimensionnement du canal est assimilé à un trapèze de base b


et on fixe approximativement la pente des berges égale à 1/m.

Figure n° 03 : Section trapézoïdale du cours d’eau


Caractéristiques du schéma de calcul :

b - largeur à la base de l’ouvrage (largeur de l’ouverture de la rivière pendant la plus basse eau)
= 112m

Nous adoptons K=20 car les berges sont en mauvais état et présentent quelques herbes et
pierres.
m = 1 pour une pente des berges de 1 : 1
Calcul de la cote naturelle de l’eau

Tableau n° 21 : Calcul de la cote naturelle de l’eau

h[m] S [m2] P[m] R[m] Q [m3/s]


1 112,50 114,24 0,98 121,986
2 226,00 116,47 1,94 385,144
3 340,50 118,71 2,87 753,006
4 456,00 120,94 3,77 1210,064
4,35 491,19 121,62 4,04 1364,598

RATOVONDRAINY Léonard Page 16


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

1760.0028

1364.598

1210.064
Débit Q en m3/s

753.006

385.144

121.986
0
0 1 2 3 4 4.35 5
Hauteur de l'eau en m

Figure n° 04 : Courbe de Tarage


Après interpolation linéaire de valeur de h, on trouve h = 4,35m et on arrondie sa valeur à 4,40m

II. 2 Détermination de la surélévation de l’eau

La hauteur déterminée précédemment est celle du plan d’eau naturel c'est-à-dire sans l’ouvrage.
Mais la présence des piles provoquent en général une perturbation de la section d’écoulement.
Ce qui va provoquer une surélévation ΔZ du niveau de l’eau. Elle est exprimée par:

Q2 V
Z    AM  hf  m
2  g  C  S0
2 2
2 g

Avec :

g- accélération de la pesanteur [m/s2] ;

– surélévation de la ligne d’eau, ;

C – coefficient de débit (sans dimension) ;

So – section d’écoulement au droit de franchissement correspondant au débit Q50 en [m2] ;

Q = Q50 = 1464,48 m3/s

hf – perte de charge par frottement [m] ;

 - coefficient sans dimension représentant la distribution des vitesses dans la section


considérée ;

VAM – vitesse moyenne en amont [m/s]

RATOVONDRAINY Léonard Page 17


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

a. Détermination du coefficient de débit C :


Ce coefficient peut être calculé par la formule générale :

C = Cc * CE * C * CP * CF * CY * CX * CS

Avec : CC : coefficient de contraction


CE : coefficient dû aux conditions d’entrée
C : coefficient dû au biais du pont
CP : coefficient dépendant des piles
CF : coefficient dépendant du nombre de FROUDE
CY : coefficient dû à la profondeur relative de l’eau
CX : coefficient dû à l’excentricité du pont par rapport à l’écoulement majeur
CS : coefficient dû à la submersion de l’ouvrage

 Détermination de coefficient de contraction Cc :


Le coefficient de contraction Cc est en fonction du coefficient de transfert relatif m et du
rapport b’/B

Avec b’ – largeur moyenne de remblai qui est égal à 10m;


B – débouché linéaire du pont qui est égal à 120m
b T0
Donc  0, 083 et m  1 
B TAM

Où T0 et TAM sont les coefficients de transformation en aval et en amont de l’ouvrage. Du fait la


rivière présente un seul lit sur l’emplacement de l’ouvrage. Donc on a
To  TAM  k  S0  R02/ 3 m3 / s  , soit m  0

Et = 20 * 415,96 * (3,81)2/3 = 20293, 87 [m3/s]

Après ces résultats, la lecture d’un abaque [annexe6] de l’hydraulique routière donne la valeur
de Cc = 1
 calcul de coefficient dû aux conditions d’entrée CE :
Car l’ouvrage n’aura pas de mur en aile en biais, donc CE = 1

 Détermination de coefficient dû au biais du pont C :


Notre ouvrage est perpendiculaire à la ligne d’écoulement, on a C = 1

 Détermination de coefficient dépendant des piles Cp :


Il est fonction du nombre (np), du type et de la largeur de la pile (p) :
 Ici : le nombre de la pile np = 2 ;
 pile circulaire de largeur p = 1,00 [m]

Soit 0,016
Après lecture d’un abaque [annexe 6], on trouve : CP = 1

RATOVONDRAINY Léonard Page 18


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Détermination de coefficient dépendant du nombre de FROUDE CF :


Il est déterminé a partir de nombre de FROUDE :
Q50
Fr 
S AV  g  YAV
Où : SAV : section d’écoulement à l’aval du pont ;
Q : débit de l’écoulement au droit du pont ;
YAV : la profondeur moyenne d’eau à l’aval du pont.

S AV
YAV 
bAV

Avec : = So = 490 m2 et bAV= B = 120 m


490
YAV   4, 08m
120

Ce qui donne : Fr = = 0,4250

Après la lecture sur l’abaque [annexe 6] ; CF = 0,98

 Détermination de Cy :
Y
C’est un coefficient en fonction du paramètre (y caractérise la profondeur relative d’eau au
B
droit des culées) et m.
Pour m = 0, on a : Cy = 1

 Détermination de Cx :
Comme on a un pont non excentré : Cx = 1

 Détermination de CS :
En général, la submersion du pont est à éviter, donc : CS = 1
Finalement ;
C = 1 × 1 × 1 × 1 × 1 × 0,98 × 1 × 1 × 1 = 0,98

b. Calcul de la perte de charge :


Elle est due aux caractéristiques hydrauliques du pont. Elle est représentée dans l’expression de
ΔZ par le terme :

Q2 V
Z    AM  hf  m
2  g  C  S0
2 2
2 g

Q2 1364, 482
  0, 412
2  g  C 2  S02 2  9,81 0,982  490

RATOVONDRAINY Léonard Page 19


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

c. Calcul de la hauteur d’eau correspondant à la pression dynamique en amont

VAM

2g
Avec α : coefficient de distribution de la vitesse.
D’après notre cours d’hydraulique générale, cette valeur de α varie entre 1 et 1,2. Dans notre
cas, choisissons α = 1
Q50 1364, 48
Et : VAM  V0    2, 78m / s
S0 490

VAM 2, 78
La pression dynamique est alors :   1  0,14m
2g 2  9,81

d. Calcul de la perte de charge par frottement:


2 2
 Q  Q
hf  LAM      m
 TAM   T0 

En générale : LAM  B  120m ;

2 2
 1364, 48   1364, 48 
hf  120    10    0,588m
 20293,87   20293,87 

On aura finalement : Z = 0,412 – 0,14 + 0,588 = 0,86 m

D’où la cote PHEC devient :


PHEC = h + ΔZ = 4,3 + 0,86 = 5,16 m par rapport à la cote la plus basse du plan d’eau.

II.3 Cote sous-poutre (CSP) :


Car le site est dans la région boisée, alors le tirant d’air est 1,50m, la cote sous-poutre est :
CSP = PHE + Tirant d’air = 5,16 + 1,50 = 6,66 m
CSP = 6,66 m

II.4. Profondeur d’affouillement :

Pour les ouvrages hydrauliques, l’affouillement est un problème qu’on ne peut pas négliger. Pour
ce la, il faut déterminer sa profondeur afin d’éviter les accidents qui peuvent survenir. La
profondeur d’affouillement au droit des piles de pont se détermine par la somme des différentes
profondeurs suivantes :

 Profondeur due à la réduction de section du cours d’eau HR ;


 Profondeur normale d’affouillement Hn ;
 Profondeur d’affouillement local due à la présence des piles HLC .

a. Profondeur due à la réduction de section du cours d’eau HR :

Dans notre cas, la section du cours d’eau n’est pas rétrécie par les remblais d’accès, par suite, la
profondeur d’affouillement, due à cette réduction, ne sera pas considérée. Alors HR = 0 m.

RATOVONDRAINY Léonard Page 20


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

b. Profondeur normale d’affouillement Hn


Elle est déterminée par les relations suivantes:
A1
H n  0, 48* Q00,36 
Bm
Avec :
 A1 : Section mouillée de la rivière correspondant au PHE du projet qui est égal à
491,19m2 ;
 Bm : Largeur au miroir du lit mineur de la rivière correspondant à la crue du projet, sa
valeur est de 112m ;
 Qo = 1364,68m3/s.

491,19
H n  0, 48*1346, 480,36   2, 06 m
112
c. Profondeur d’affouillement local due à la présence des piles HLC

La présence d’une pile dans la rivière interrompt l’écoulement uniforme.


BREUSERS (1965) a proposé une formule empirique pour déterminer la profondeur
d’affouillement due à la présence d’une pile :
HLC = 1,4×P
Ici P : diamètre du pile égal à 1m
Donc HLC = 1,4m

d. Profondeur totale d’affouillement


HT = Hr + Hn + HLc = 0 + 2, 06 + 1,4 = 3,46m

II.5. Protection de la pile contre l’affouillement


En général, la méthode la plus couramment utilisée est celle de la protection par empierrement
c’est – à –dire la réduction des affouillements par tapis d’enrochements. Celui-ci consiste à
déverser des blocs d’enrochement de diamètre adéquat dans la fosse d’affouillement. En outre
ce type de protection quand il est bien exécuté, peut neutraliser les affouillements possibles et il
est plus économique.

Figure n°05 : Protection de la pile contre l’affouillement

Le matériau utilisé pour l’enrochement est le granite, car il présente une résistance mécanique
élevée par rapport aux autres pierres.

II.6. Diamètre de l’enrochement selon la formule d’IZBASH

 *Vmax
2
d
0, 72* g *(  s   )

Avec : Vmax = vitesse maximale de l’écoulement correspond à Q50

RATOVONDRAINY Léonard Page 21


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Q50 1364, 48
► Vmax    3, 26 m / s
S 491,19
► g : accélération de la pesanteur, g = 9,81 m/s² ;
► ρ : masse volumique de l’eau, ρ= 1 000 kg/m3;
► ρS : masse volumique de l’enrochement ρS= 2 600 kg/m3;
► d : diamètre de l’enrochement.
1000*3, 262
d  0,94 m
0, 72*9,81*(2600  1000)
Après calcul on a trouvé, d= 0,94 m c’est-à-dire nous allons prendre des enrochements de
diamètre égale à 0,94 m pour atténuer les effets de l’affouillement.
Pour éviter tout affouillement, les dimensions du tapis en plan doivent être de l’ordre de trois fois
le diamètre de la pile, pour une pile circulaire.

RATOVONDRAINY Léonard Page 22


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE III : ETUDES GEOTECHNIQUE


Cette étude permet d’avoir une idée sur la fondation de notre ouvrage en basant sur les
prélèvements et essais effectuées sur places.

III.1. Nature et structure du sol


Les données géotechniques montrent que la structure des sols se présente comme suit :

 couche de sable grisâtre d’épaisseur varie de 3 à 8m ;


 refus plafonnant entre 24 à 26m en dessous de la côte du terrain naturel.

III.2. Reconnaissance géotechnique


Les investigations sur le site ont été effectuées par le LNTPB avec des prélèvements
d’échantillons afin de procéder à une analyse granulométrique et d’autres essais d’identification.

Résultats des pressiométrique sont les suivants :

Tableau n°22 : données géotechnique

COTE MAROANTSETRA VILLE COTE MANANARA NORD


Structure du sol Profondeur pl [Mpa] Structure du sol Profondeur pl [Mpa]
en m en m
Sable fin 1 0,19 Sable fin 1 0,18
légèrement 2 0,15 légèrement 2 0,19
argileuse grisâtre 3 0,36 argileuse grisâtre 3 0,31
4 0,29 4 0,29
5 0,25 5 0,22
Sable fin grisâtre Sable fin grisâtre
6 0,29 6 0,20
7 0,30 7 0,28
8 0,35 8 0,32
9 0,30 9 0,38
10 0,45 10 0,28
11 0,49 11 0,24
12 0,38 12 0,35
13 0,44 13 0,30
14 0,47 14 0,38
15 0,60 15 0,55
Sable moyen Sable moyen
16 0,87 16 0,72
grisâtre grisâtre
17 0,99 17 0,98
18 1,11 18 1,18
19 1,26 19 1,34
20 1,52 20 1,58
21 1,78 21 1,74
22 1,91 22 1,93
23 1,97 23 1,97
24 1,98 24 1,98

Les sondages au pénétromètre dynamique montrent le refus plafonnant entre 24 à 26m en


dessous de la côte du terrain naturel

RATOVONDRAINY Léonard Page 23


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

III.3. Capacité portante Qp par la méthode pressiométriques


La charge limite en compression d’un élément de fondation profonde est donnée par :
D’après le fascicule 62, titre V, de 1993, la charge limite de pointe est donnée par la formule :

Qp  A  k p  Ple*

Avec : A section de pointe ;


Kp: Facteur de portance ;
Ple*  Ple  po avec po   w h  0,5  ( sat   w )h
 w  1, 00T / m3 ;  sat  2, 00T / m3
Car nous avons de sol de faible portance alors on adopte la caractéristique des pieux suivante :

  1,20m - diamètre du pieu ;


D = 23 m – profondeur de l’ancrage.

  1,202
D’où A  1,13m2
4
Pression limite nette équivalente
C’est une pression moyenne autour de la base du pieu. Elle est déterminée de la manière
suivante :

Figure 06: définition de la pression limite équivalente au pressiomètre

D b
1
3a  b Db
Pl 
*
e pl *( z ) dz

Avec a = B/2 si B >1 m ;


a =0,5 m si B <1 m ;
B : largeur de l’élément de fondation. Pour un pieu circulaire, B =  ;
b = min (a, h) où h est la hauteur de l’élément de fondation dans la couche porteuse.
D’après les recommandations du rapport géotechnique, h=3 

pl ( z ) est obtenu en joignant par des segments de droite sur une échelle linéaire les différents
pl mesurés.

RATOVONDRAINY Léonard Page 24


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Alors on peut écrire :


D b 23,6
1 1
Pl   pl * ( z ) dz  
*
pl * ( z )dz
3a  b D b 1,8  0, 6 22,40
e

Facteur de portance kp :
La valeur de kp est fixée à partir des tableaux ci-dessous :
Tableau 23:Définition des catégories conventionnelles des sols

Tableau24 : Valeur du facteur de portance kp

Eléments mis en œuvre Eléments mis en


Nature des terrains sans refoulement du œuvre avec
sol refoulement du sol
A 1,1 1,4
Argiles, limons B 1,2 1,5
C 1,3 1,6
A 1,0 4,2
Sables, Graves B 1,1 3,7
C 1,2 3,2
A 1,1 1,6
Craies B 1,4 2,2
C 1,8 2,6
Marnes, marno-calcaires 1,8 2,6
Roches altérées 1,1 à 1,8 1,8 à 3,2
D’après le résultat de l’assai pressiométrique ci-dessus le sol est constitué de sable moyen
grisâtre entre la profondeur 18m et 24,70 m. Prenons kp=1,1.

RATOVONDRAINY Léonard Page 25


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Côte Maroantsetra Côte Mananara Nord


PROFONDEUR [m] Pl* [MPa] PROFONDEUR [m] Pl* [MPa]
22,41 1,614 22,41 1,604
23 1,625 23 1,625
23,59 1,627 23,59 1,637

Côte Maroantsetra :
1  1, 614  1, 625 
Ple*   ( 1,80)  (1, 627  0, 6)   1, 62138MPa  162,138T / m2
1,8  0, 60  2 

Qp  A  kp  Ple*  1,13 1,1162,138  201,538T

Côte Mananara Nord :

1  1, 604  1, 625 
Ple   ( 1,80)  (1, 637  0, 60)   1, 62013MPa  162, 013T / m2
1,80  0, 60  2 

Qp  A  kp  Ple*  1,13 1,1162,013  201,382T

III.4. Calcul de la charge limite de frottement latéral Qf


L’effort total limite mobilisable par frottement latéral sur toute la hauteur h concernée du fût du
pieu est calculé par l’expression suivante
h
Q f  P  qs ( z )dz
0

Dans cette expression P désigne le périmètre du pieu et qs(z) le frottement latéral unitaire limite
à la cote z.
P      3,77m
Le frottement latéral unitaire limite est donné en fonction de la pression limite nette pl
(Qui exprime la compacité ou le serrage du sol) par les courbes de la figure ci-après :

Figure n° 07: courbe donnant le frottement latéral unitaire limite le long du pieu.

RATOVONDRAINY Léonard Page 26


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Le choix de courbe se fait en fonction de la nature du sol et de l’élément de la fondation.

Tableau n°25 : Choix de la courbe pour le calcul du frottement unitaire qs

(1) Réalésage et rainurage en fin de forage ;


(2) Pieux de grandes longueurs (supérieure à 30 m) ;
(3) Forage à sec, tube non louvoyé ;
(4) Dans le cas des craies, le frottement latéral peut être très faible pour certains types de pieux.
Il convient d’effectuer une étude spécifique dans chaque cas ;
(5) Sans tubage ni virole foncé perdu (parois rugueuses) ;
(6) Injection sélective et répétitive à faible débit.

RATOVONDRAINY Léonard Page 27


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

La valeur du frottement latéral unitaire est donnée dans le tableau suivant :

Tableau n°26 : valeur des frottements unitaires qs

Côte Maroantsetra Côte Mananara Nord


Profondeur Classe Profondeur Classe du
Courbe q s [MPa] Courbe q s [MPa]
[m] du sol [m] sol
A Q1 0 A Q1 0
0à3 0à3
A Q1 0 A Q1 0
A Q1 0,015 A Q1 0,014
A Q1 0,009 A Q1 0,009
3à7 A Q1 0,007 3à7 A Q1 0,004
A Q1 0,009 A Q1 0,002
A Q1 0,01 A Q1 0,008
B Q2 0,015 B Q2 0,011
B Q2 0,011 B Q2 0,009
B Q2 0,022 B Q2 0,016
B Q2 0,028 B Q2 0,0084
B Q2 0,014 B Q2 0,015
B Q2 0,027 B Q2 0,027
B Q2 0,028 B Q2 0,029
B Q2 0,04 B Q2 0,039
7 à24 B Q2 0,054 7 à 24 B Q2 0,050
B Q2 0,059 B Q2 0,0585
B Q2 0,060 B Q2 0,0627
B Q2 0,062 B Q2 0,063
B Q2 0,065 B Q2 0,064
B Q2 0,067 B Q2 0,070
B Q2 0,075 B Q2 0,074
B Q2 0,079 B Q2 0,076
B Q2 0,080 B Q2 0,078

On a :
Côte Maroantsetra : Q f  3,77 (0,005  3)  (0,00875 4)  (0,044 17)  315,177T

Qp Qf 201,538 315,177
Capacité portante : Q p      205,828T
2 3 2 3

Côte Mananara Nord :

Q f  3,77 (0,00467  3)  (0,00575  4)  (0,04415  17)  296,922T


Qp Qf 201,382 296,922
Capacité portante : Q p      199, 665T
2 3 2 3

RATOVONDRAINY Léonard Page 28


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

III.4. Capacité portante Qad par l’essai pénétromètre dynamique


Vue les valeurs approximatives de la pression limite au niveau de la fondation, il vaut mieux de
comparer la force portante admissible du pieu par l’essai pénétromètre dynamique. Elle est
donnée par :

qd
Qad  A
n
Avec :

  2
 A  1,13m 2
4
 n = 6 coefficient de réduction qui tient compte du fait que la mesure de la résistance à la
rupture du sol est faite sur sollicitation dynamique
 qd est obtenu à partir des formules de Hollandais ou de DELMAG.

Ce qui donne :

13 103
Côte Maroantsetra : Qad   1,13  2, 4485 10 3 KN  244,83T
6

Après recoupement des deux méthodes et par mesure sécurité, on va retenir la valeur minimale
qu’on a obtenu par la méthode pressiométrique.

Finalement, la capacité portante utilisée pour le dimensionnement est :

Côte Maroantsetra : Qp  205,828T

Côte Mananara Nord : Q p  199, 665T

RATOVONDRAINY Léonard Page 29


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE IV : DIAGNOSTIQUE ET PROPOSITION DES SOLUTIONS


IV.1. Diagnostique
La diagnostique de l’ouvrage existant est nécessaire pour proposer la solution adéquate.

Les caractéristiques générales de l’ouvrage sont les suivantes :

► circulation à une voie ;


► longueur totale est de 120m
► 4 travées indépendantes de 30m en béton précontraint ;
► Gabarit : ;
► Dalle en BA ;
► Revêtement de l’ouvrage : enrobée ;
► Parapet gauche – droite ;
► Culées : remblayée avec un mur en retour en BA ;

L’état actuel est un pont non accessible car :

 Deux travées étaient effondrées ;


 Les futs de la pile sont en mauvais état à cause de sa forte corrosion.

Figure n° 08 : Partie effondrée (cote MARONTSETRA)

RATOVONDRAINY Léonard Page 30


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Analyse de dégradation :
► Car le site se trouvant dans la zone côtière, la salinité de l’atmosphère entraine la
corrosion rapide des éléments métalliques et son vieillissement aussi demande de
solution.

Figure n° 09 : pile du pont actuel


IV.2. Proposition des solutions
Car jusqu'à maintenant, les habitants utilisent des bacs pour franchir la rivière, alors on va
proposer 3 solutions rationnelles à propos de cet effondrement des deux travées.

a. Solution a court terme ou provisoire


Comme le cas le plus courant à Madagascar :

▲ remplacement de la travée effondrée en pont Belley.

Figure n° 10 : solution a court terme

RATOVONDRAINY Léonard Page 31


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

b. Solution a moyen terme


Remplacement de la travée effondrée en pont mixte acier béton car sa mise en œuvre est facile
et ne s’occupe pas beaucoup de temps:

Figure n° 11 : solution a moyen terme

c. Solution a long terme :

Reconstruction d’un nouveau pont pour satisfaire les conditions et les besoins actuels et futurs.

RATOVONDRAINY Léonard Page 32


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE V : COMPARAISON ET EVALUATION DES VARIANTES


L’objectif de cette étude est de rechercher la solution la plus rationnelle pour la reconstruction de
l’ouvrage, le résultat trouvé après analyse s’appelle  variante principale 
Il est indispensable aussi de comparer les structures schématiquement possibles proposés par
le concepteur pour retenir la variante

Proposition des variantes :


Pour la reconstruction de ce pont, on va proposer quelques types de structures les plus courants
à Madagascar. Cette proposition dépend surtout de la longueur totale du pont

V.1.Comparaison des variantes

a. variante n°01 : Pont en Béton Armé à 6 travées indépendantes de 20m


COUPE LONGITUDINALE

Figure n°12 : coupe longitudinale du pont en Béton Armé

COUPE TRANSVERSALE

Figure n°13 : coupe transversale du pont en Béton Armé


Avantages

 Facilité d’exécution (construction maitrisée par beaucoup d’entreprises nationales)


 Résistant et n’exige pas beaucoup d’entretien ;
 Gain de temps vis-à-vis de la réalisation ;
 Diverses formes architecturales possibles.
Inconvénients
 Poids propre très lourd ;
 Perturbation d’écoulement dû à la présence des 2 piles intermédiaires ;
 Nécessite beaucoup de matériaux ;
 Coût onéreux par la construction des 6 piles intermédiaires et leurs fondations respectives

RATOVONDRAINY Léonard Page 33


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

b. variante n°02 : Pont mixte Acier-Béton à 2 travées indépendantes de 60m


COUPE LONGITUDINALE :

Figure n°14 : coupe longitudinale du pont mixte


COUPE TRANSVERSALE

Figure n°15 : coupe transversale du pont mixte


Avantages :
 Facilité d’exécution ;
 Structure moderne ;
 Structure plus élancée ;
 Délai d’exécution court ;
 Bon débouché hydraulique ;
 Résistant tant en traction qu’en flexion.
Inconvénients :
 Matériaux constituants très coûteux ;
 Peu de forme architecturale ;
 Nécessité d’entretien difficile.
 Importation des matériaux métalliques

RATOVONDRAINY Léonard Page 34


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

c. variante n°03 : Pont en Béton Précontraint à 3 travées indépendantes de 40m


COUPE LONGITUDINALE

Figure n°16 : coupe longitudinale du pont en BP


COUPE TRANSVERSALE

Figure n°17 : coupe transversale du pont BP

Avantages

 Structure plus élancée ;


 Longue durée de vie de service ;
 Entretien périodique inutile.
Inconvénients :
 Exportation des câbles précontraints
 Matériels de mis en œuvre sophistiqués ;
 Nécessite du personnel qualifié ;
 Structure relativement coûteuse ;
 Durée d’exécution plus longue ;
 Nécessite de grandes entreprises pour l’exécution, ce qui est rare à Madagascar
actuellement.
 Présente des difficultés pour l’exécution ;

RATOVONDRAINY Léonard Page 35


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

V.2. Evaluation des variantes vis-à-vis du coût

a. Hypothèses et données de base


• Prix unitaires
Pour estimer du coût de la construction pour chaque variante, nous avons les prix de références
suivants :
Tableau n°27 : prix unitaire des matériaux de construction

Désignation Prix unité


Aciers d’armatures passives [HA] 10 684 Ar/kg
Câbles d’armatures précontraintes 34 846 Ar/kg
Béton Q350 572 031 Ar/m3
Béton Q400 618 286 Ar/m3
Forage des pieux 464 000 Ar/ml
Revêtement 175 754 Ar/T
Parapet 151 793 Ar/ml

 Ratios des armatures

Tableau n° 28: ratio des armatures

Désignation ratio unité

Superstructures en BA 160 [kg/m3]


Superstructure de câble précontraint 70 [kg/m3]
Acier passif pour la superstructure en BP 95 [kg/m3]
Pieux 80 [kg/m3]
Culées 60 [kg/m3]
Piles 90 [kg/m3]
Semelles (culées et piles) 65 [kg/m3]

 Poids volumiques des matériaux

Tableau n°29 : poids volumiques des matériaux

Désignation Poids volumiques unité


Béton ordinaire 2,4 [T/m3]
Béton armé 2,5 [T/m3]
Acier 7,85 [T/m3]
Parapet 0,06 [T/ml]
Revêtement 2,3 [T/m3]

 Surcharges d’exploitation
Les surcharges d’exploitation équivalentes au système de surcharge Bc sont considérées
comme uniformément réparties

RATOVONDRAINY Léonard Page 36


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

o Dues aux camions


 qiec = 4,10 T/ml pour une travée de 12m
 qiec = 3,18 T/ml pour une travée de 18m
 qiec = 2,75 T/ml pour une travée de 24m
 qiec = 2,44 T/ml pour une travée de 33m

o Dues aux piétons


 qiec = 0,45 [T/m2]

b. Variante n°1 : Pont en BA à six travées indépendantes de 20 m


Détermination de la travée de calcul

Figure n°18 : schéma de calcul de la travée de calcul

 L1 - Longueur totale de chaque poutre ;


 L - Longueur de la travée de calcul ;
 Lo - Portée libre des poutres principales ;

Avec  =

L1 = 20m ; Lo = 18,08m

Et L = 1,05.L0 + 0,60, ce qui donne : L = 19,60m

Les caractéristiques fonctionnelles du pont sont :


 Longueur de la travée de calcul : L = 19,60m;
 Largeur de la chaussée : LC = 7m ;
 Trottoir : et

Predimensionnement de la superstructure :

• Dalle en BA :
La dalle du tablier sera en béton coulé sur place. Son épaisseur est donnée par la relation ci-
après pour respecter la condition de non poinçonnement :
;
Prenons hd = 0,20m

RATOVONDRAINY Léonard Page 37


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Poutre principale en BA

Figure 19: Poutre principale en BA

Pour une poutre principale en BA, la hauteur h est définie par :


L L
h ;
15 11
1,30  h  1, 78
On prend : h = 1,55m

Epaisseur de l’âme b0

bo se calcule par la formule :


; Tel que : et
Pour = 0,15 ; on prend bo = 0,21m

Largeur de le table de compression b

Avec c = 3.hd et
b = 0,21 + 3 0,60 = 1,42 m
Son épaisseur est prise égale à

Distance entre axe des poutres

Soit X cette distance, la condition s’écrit :

On prend

 Entretoise :

Prenons comme épaisseur d’une entretoise : e = 0,20m

Espacement des entretoises :


L’espacement entre deux entretoises doit être compris entre 3m et 5m.
19, 60
Pour 5 entretoises dans une travée, l’entraxe est égale à = 4,90m
4
La hauteur d’une entretoise est voisine de celle de la poutre,

Pour que h = 1,55m ; prenons he = 1,35m

RATOVONDRAINY Léonard Page 38


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Trottoir :

Sa largeur lt = 1m et son épaisseur et = 20cm

 Revêtement du tablier

Le revêtement sera une couche d’enrobée de 4cm d’épaisseur.

 Descente des charges

Charges permanentes
Les poids de chaque élément s’expriment par la relation générale :
Poids = poids volumique × volume
Quantité des matériaux en superstructure

Pour une travée, l’estimation approximative des matériaux sont :

 Dalle : - - - - - - - - - - - - - - - - - 4,500 T/ml


 Poutre principale : - - - - - - - - - 4,605 T/ml
 Entretoise : - - - - - - - - - - - - - - 4,050 T/ entretoise
 Trottoir : - - - - - - - - - - - - - - - 1 T/ml
 Revêtement : - - - - - - - - - - - - - 0,644 T/ml
 Parapet : - - - - - - - - - - - - - - - 0,120 T/ml
La charge permanente totale G est

G = [(4,50 + 4,605 + 1 + 0,644 + 1,120)  19,60] + 4,050 × 5 = 252,90 T

Charges d’exploitations Q (surcharges)

 Piétons : 0,45 × 1 × 2 = 0,90 T/ml


 Surcharge Bc : - - - - - - - - - = 2,75 T/ml

Total : - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - = 3,65 T/ml

Q = 3,65 × 19,60 = 71,54 T/ml

D’où pour une travée, la charge d’exploitation totale est:

A l’ELS : Ns = G + Q = 324,44 T/ml

A l’ELU : Nu = 1,35×G + 1,5×Q = 448,725 T/ml

RATOVONDRAINY Léonard Page 39


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Predimensionnement de l’infrastructure

o Culée

lm eg

Entretoise
Dalle de

hg
transition
Corbeau
hm

Mur en ls

hs
retour
Sommier

Hp
Mur de front

Semelle hse

lse

Figure n°20 : culée an BA


 Mur garde-grève
Il a pour rôle de servir de butée contre la poussée des terres et d’isoler le tablier du contact du
remblai d’accès.
Sa hauteur hg est la somme de :
 l’épaisseur du revêtement ;
 la hauteur de la poutre principale ;
 la hauteur de l’appareil d’appuis.

hg = 1,55 + 0,04 +0,05 = 1,64 m

L’épaisseur de ce mur est exprimé par :

20cm ≤ eg ≤ 30cm

on prend eg = 30cm

On prendra sa longueur égale au gabarit du pont : Lg = 9m

 Mur en retour :

On prend une longueur Lr = 3,00 m

Lr  2 3  2
Epaisseur er =  = 0,25 m
20 20
Hauteur hr = hg + hs

 hs – hauteur du sommier, qui est  0,60m ou on prend hs = 0,70m


 hg – hauteur de mur de garde-grève ; hg = 1,64m

hr = 1,64 + 0,70 = 2,34m


RATOVONDRAINY Léonard Page 40
ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Mur de front

Son épaisseur est exprimé par : 0,4ht  ef  0,5ht ; ici ht = 1,55m

Donc 0,62  ef  0,77 ; alors ef = 0,70m

Sa hauteur hf = CSP - hs

hf = 6,66 - 0,70 = 5,96 m

Sa largeur est voisine de celle du pont lf = 9,00m

 Sommier

C’est une pièce horizontale faisant partie de la culée qui reçoit les charges concentrées venant
des poutres.

Sa hauteur hs est  0,60m ou on prend hs = 0,70m

ef
Sa largeur ls  d  c   eg
2

Avec : d - écartement de joint, , on prend ;

c - largeur d’about de la poutre prise égale à ;


ls  0,02 + 0,4 + 0,35 + 0,25 = 1,02m ;

On prend ls = 1,10m ;

On prendra sa longueur égale au gabarit du pont : Lg = 9m

 Dalle de transition
Les dimensions de la dalle de transition sont les suivantes :
- Longueur Ldalle = 3m ;
- Largeur ldalle = 9 – (2*0,3) = 8,4m;
- Epaisseur edalle = 0,30m

 Semelle sous culée


d
Sa hauteur : il faut que hsc  , alors : on prend hsc = 1,50m
2
Sa largeur lsc = 3,00m
Sa longueur Lsc = l(tablier) + ef = 9,00 + 0,7 = 9,70m

Calcul du nombre de pieux sous culée


Poids de la culée Pc =
Poids (Mur garde-grève + Sommier +2× (Mur en retour) + Mur de front + Semelle)
Pc = 2,5 × (4,43 + 6,93 + 3,51 + 46,38 +23,28) = 211,34T

Ns 324, 44
Charge totale transmise par la semelle : Nt  Pc  = 211,34   373,56T
2 2

RATOVONDRAINY Léonard Page 41


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

N 
Le nombre de pieux est donné par : n pieux   t    pc
Q 
 p
pc = 1,6 : coefficient de sécurité ;

Qp : charge portante d’un pieu prise égale à :

 205,828 T sur la côte Maroantsetra,  n pieux ( pile)  2,90 on prend 3 pieux


 199,665T sur la côte Mananara nord,  n pieux ( pile)  2,99 on prend 3 pieux

o Pile

Adoptons une pile à 3 colonnes :

 Chevêtre :

Son dimension est :

 Longueur Lchv = 8,00m


 Largeur lchv = 1,60m
 Hauteur hchv = 0,80m

 Colonnes (Fut)

Le diamètre d’une colonne est donné par :

- hauteur maximal de l’élément considéré,

- épaisseur de semelle de fondation,

hp = 6,66 – 0,80 – 0,80 = 5,06m

D’où D  0,48m ; on prend D = 1,00m

 Semelle de fondation sous pile


Les dimensions de la semelle sont les suivantes :

─ Longueur Lsf = 8,00m


─ Largeur lsf = 2,50m

d
Sa hauteur : il faut que hsc  , alors : on prend hsc = 1,50m
2
Calcul du nombre de pieux sous pile
Poids d’une pile Pp = Poids (Chevêtre +3×(Colonne) + Semelle)
Volume des éléments en BA

 Chevêtre - - - - - - - - - - - - - - 10,24m3
 Colonne - - - - - - - - - - - - - - 11,92m3
 Semelle - - - - - - - - - - - - - - 30,00m3

RATOVONDRAINY Léonard Page 42


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

D’où : Pp = 2,5*(10,24 + 11,92 + 30,00) = 130,40 T

Charge totale transmise par la semelle :

Nt  Pp  Ns = 130, 40  324, 44  454,84T T

N 
Le nombre de pieux est donné par : n pieux   t    pp
Q 
 p
pp = 1,4 : coefficient de sécurité

Qp : charge portante d’un pieu prise égal à :

 205,828 T sur la côte Maroantsetra,  n pieux ( pile)  3,09 on prend 4 pieux


 199,665T sur la côte Mananara nord,  n pieux ( pile)  3,18 on prend 4 pieux

Figure n°21 : fondation sous pile et culée du pont en BA

c. Variante n°2 : Pont en BP à 3 travées indépendantes de 40 m chacune


Détermination de la travée de calcul :

On a L1 = 1,07.L0 + 0,65 avec L1 = 40[m], on trouve L0 = 36,78m

Et L = 1,05.L0 + 0,60, ce qui donne : L = 39,21m

Les caractéristiques fonctionnelles du pont sont :

 Longueur de la travée de calcul : L = 39,21 m ;


 Largeur de la chaussée : LC = 7m;
 Trottoir : et

RATOVONDRAINY Léonard Page 43


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Predimensionnement de la superstructure

 Dalle en BA
Epaisseur hd = 20cm

 Poutre principale

Figure n°22 : Poutre principale en BP


Pour une poutre principale en BP, la hauteur h est définie par :

L L
h ce qui est égale à 1,96  h  2, 614
20 15

Prenons h = 2,30m

Table de compression b

La largeur de la table est telle que :

0, 6h  b  0,8h . Ce qui est égale à 1,38  b  1,84

Prenons b = 1,60m

Supposons que nous avons un hourdis général coulé au dessus des poutres, l’épaisseur
minimale de la table de compression est 10[cm], et prenons ho = 15cm

Epaisseur de l’âme b0

En zone médiane, où l’effort tranchant est faible, l’âme est dimensionné au minimum constructif
dans le but d’alléger le plus possible la structure.
b0 se calcule par la formule :

; Tel que : et
d = 2,07, pour = 0,15 ; on prend bo = 0,31m
Pour les poutres préfabriquées avec les plus gros câbles, bo doit vérifier la condition minimale
des gaines exprimée par :
RATOVONDRAINY Léonard Page 44
ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

bo  3 avec  - diamètre d’encombrement de la gaine = 7,1cm

bo  21,3cm

Elle doit vérifier aussi : 0,13 ≤ bo ≤0,33

Les valeurs de b0 seront :


- Pour les sections médianes : bo = 22cm
- Pour les sections d’about : bo = 32cm

Talon

La largeur du talon est :

Prenons bt = 80cm

Sa hauteur est telle que :

0,22
Prenons ht = 45cm

Gousset de la membrane supérieure

Prenons gs = 0,12cm

Gousset de la membrane inférieure

L’angle  est compris entre : 45 ≤  ≤ 60°. Prenons  ≤ 45°

Distance entre axe des poutres

Soit X cette distance, la condition s’écrit :

Prenons m

 Entretoise
Pour une structure en BP, son épaisseur varie de 25 à 30cm.
Prenons e = 30cm.

Espacement des entretoises


39, 21
Pour 5 entretoises dans une travée, l’entraxe est égale à  9,80
4
La hauteur d’une entretoise est voisine de celle de la poutre :

Prenons he = h – ht = 2, 30 – (0,45+sin(45°))

he  1,575 m pour l’entretoise intermédiaire;

he  1,635 m pour l’entretoise d’about

RATOVONDRAINY Léonard Page 45


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Trottoir
Le trottoir est de 1[m] de largeur et de 0,18[m] d’épaisseur.

 Revêtement du tablier
Le revêtement sera une couche d’enrobée de 4[cm] d’épaisseur.

Calcul de descente des charges

Charges permanentes :

Calcul du poids de chaque élément de la superstructure par ml du pont :

 Dalle - - - - - - - - - - - - - - - 4,5T/ml
 Poutre principale :

Section médiane - - - - - - 5,34T/ml

Section d’about - - - - - - 2,34T/ml

 Entretoise - - - - - - - - - - 12,20T/entretoise
 Trottoir - - - - - - - - - - - - 0,90T/ml
 Revêtement - - - - - - - - - 0,644T/ml
 Parapet - - - - - - - - - - - - 0,120T/ml

Pour une travée, la charge permanente totale G est

G = 39 ,21 × (4,50 + 5,34 + 2,34 + 0,90 + 0,644 + 0,120) + 5×12,20 = 603,83T

G = 603,83T

Charges d’exploitations (surcharges)

Piéton - - - - --- - - - - - - 0,45*1,00*2 = 0,90 T/ml


Surcharge Bc - - - - - - - - - - - - - - 2,75 T/ml

Total - - - - - - - - - - - - - 3,65 T/ml

Pour une travée, la charge d’exploitation totale est:

Q = 3,65*39,21 = 143,12T

Déduisons alors la charge totale pour une travée :

A l’ELS : Ns = G + Q = 746,95 T/ml

A l’ELU : Nu = 1,35×G + 1,5×Q = 1029,85T/ml

Predimensionnement de l’infrastructure :

o Culée
 Mur garde-grève :
Sa hauteur hg est la somme de :
 l’épaisseur du revêtement ;
 la hauteur du tablier ;
 la hauteur de la poutre principale ;
 la hauteur de l’appareil d’appuis.
hg = 0,04 + 0,20 + 2,30 + 0,05 = 2,59 m

RATOVONDRAINY Léonard Page 46


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

L’épaisseur de ce mur est exprimé par : 20cm ≤ eg ≤ 30cm

On prend eg = 30cm

Sa longueur égale au gabarit du pont : Lg = 9m

 Mur en retour :

On prend une longueur Lr = 3,00 m

Lr  2 3  2
Epaisseur er =  = 0,25 m
20 20
Hauteur hr = hg + hs

 hs – hauteur du sommier, qui est  0,60m ou on prend hs = 0,70m


 hg – hauteur de mur de garde-grève ; hg = 2,59m

hr = 2,59 + 0,70 = 3,29m

 Mur de front

Son épaisseur est exprimé par : 0,4ht  ef  0,5ht ; ici ht = 2,30m

Donc 0,92  ef  1,15 ; prenons ef = 1,10m

Sa hauteur hf = CSP + hs

hf = 6,66 - 0,70 = 5,96 m

Sa largeur est voisine de celle du pont lf = 9,00m

 Sommier

C’est une pièce horizontale faisant partie de la culée qui reçoit les charges concentrées venant
des poutres.

Sa hauteur hs est  0,60m ou on prend hs = 0,70m

ef
Sa largeur ls  d  c   eg
2

Avec : d - écartement de joint, , on prend ;

c - largeur d’about de la poutre prise égale à ;

ls  0,02 + 0,4 + 0,50 + 0,30 = 1,22m ;

On prend ls = 2,00m ;

On prendra sa longueur égale au gabarit du pont : Lg = 9m

 Dalle de transition
Les dimensions de la dalle de transition sont les suivantes :
- Longueur Ldalle = 3m ;
- Largeur ldalle = 8,4 m ;
- Epaisseur edalle = 0,30m

RATOVONDRAINY Léonard Page 47


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Semelle sous culée


d
Sa hauteur : il faut que hsc  , alors : on prend hsc = 2,50m
2
Sa largeur lsc = 4,00 m
Sa longueur Lsc = 12 m
Calcul du nombre de pieux sous culée
Poids de la culée Pc
Poids (Mur garde-grève + Sommier +2×(Mur en retour) + Mur de front + Semelle)
Pc = 2,5 × (7,00 + 6,30 + 5,30 + 88,50 + 120) = 567,77T

Ns 746,95
Charge totale transmise par la semelle : Nt  Pc  = 576, 77   941, 225 T
2 2

N 
Le nombre de pieux est donné par : n pieux   t    pc
Q 
 p
pc = 1,6 : coefficient de sécurité ;

Qp : charge portante d’un pieu prise égale à :

 205,828 T sur la côte Maroantsetra,  n pieux ( pile)  7,39 on prend 8 pieux


 199,665T sur la côte Mananara nord,  n pieux ( pile)  7,45 on prend 8 pieux

o Pile :
Adoptons une pile à 3 colonnes :

 Chevêtre :

Son dimension est :

 Longueur Lchv = 8,00m


 Largeur lchv = 1,60m
 Hauteur hchv = 1,00m

 Colonnes (Fut)

Le diamètre d’une colonne est donné par :

- hauteur maximal de l’élément considéré :

hp  HSP  Hch  H semelle

hp = 7,12m

D’où D  0,59m ; on prend D = 1,00m

 Semelle de fondation sous pile


Les dimensions de la semelle sont les suivantes :

RATOVONDRAINY Léonard Page 48


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

─ Longueur Lsf = 8,00m


─ Largeur lsf = 3,00m
─ Hauteur hsf = 2,50m

Calcul du nombre de pieux sous pile


Poids d’une pile Pp = Poids (Chevêtre +3×(Colonne) + Semelle)
Volume des éléments en BA

D’où : Pp = 282,075 T

Charge totale transmise par la semelle : Nt  Pp  Ns = 282, 075  746,95  1029, 025T

N 
Le nombre de pieux est donné par : n pieux   t    pp
Q 
 p
pp = 1,4 : coefficient de sécurité

Qp : charge portante d’un pieu prise égal à :


 205,828 T sur la côte Maroantsetra,  n pieux ( pile)  7,00 on prend 8 pieux
 199,665T sur la côte Mananara nord,  n pieux ( pile)  7,22 on prend 8 pieux

Figure n°23 : fondation sous pile et culée du pont en BP

d. Variante n°3 : Pont mixte en Acier-Béton à 2 travées indépendantes de 60m


Détermination de la travée de calcul :

On a L1 = 1,07.L0 + 0,65 avec L1 = 60m, on trouve L0 = 55,47m

Et L = 1,05.L0 + 0,60, ce qui donne : L = 58,84m

Les caractéristiques fonctionnelles du pont sont :

 Longueur de la travée de calcul : L = 58,84 m;


 Largeur de la chaussée : LC = 9m;
 Trottoir : et

RATOVONDRAINY Léonard Page 49


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Predimensionnement des pièces de la superstructure

 Poutre principale :

Figure n° 24: Poutre principale en acier


Avec :

 h – hauteur totale de la poutre


 hw - hauteur de l’âme
 ts – épaisseur de la membrure supérieure
 bs – largeur de la membrure supérieure
 tw - épaisseur de l’âme
 bi - largeur de la membrure inferieure
 ti - épaisseur de la membrure inferieure

 hauteur totale de la poutre :

1 h 1
L’élancement admissible courant des poutres est :  
25 L 20

L 58,84
On prendra la moyenne : h    2, 62m
22,5 22,5

 membrure :

Les conditions d’usinage et de voilement local conduisent en général à limiter la valeur de la


largeur b :
400mm  b  1300mm
Tableau n°30 : largeur de la membrue (poutre métallique)

Portée Largeur de la semelle inferieur Largeur de la semelle inferieur [mm]


[mm]
 30 400 500
30 à 50 500 500 à 700
50 à 70 600 800
70 à 85 700 900
85 à 100 800 1000

RATOVONDRAINY Léonard Page 50


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Comme notre poutre a une portée de 58,84m, on prendra la largeur de la membrure supérieure :
bs = 600[mm] et celle de la membrure inférieure bi = 800[mm].
 épaisseur des membrures :
Selon l’article 16-3 du titre V- fascicule 61 :
b
Pour l’acier E36 ou E355 :  30
t
600
ts  = 20mm prenons ts  25 mm
30

800
ti  = 26,67mm prenons ti  30 mm
30
 épaisseur de l’âme :

L’épaisseur de l’âme dépend :

o de l’usinage (difficulté de l’usinage si l’âme est trop mince) ;


o des phénomènes de voilement (nombre de raidisseur) ;
o de l’esthétique (déformation des âmes au niveau des raidisseurs : visibles de l’extérieur).

Et les conditions suivantes pour la valeur de tw :


─ La condition d’élancement veut que : tw  0,005.hw
o La condition d’épaisseur minimale impose : tw  12mm

Avec hw  h  (hs  hi ) = 2070 mm

 La condition d’élancement veut que : tw = 10,35mm


 La condition d’épaisseur minimale impose : tw =12,00mm
Prenons tw =15,00mm

 Entraxe des poutres :


Pour les ponts mixtes, l’entraxe varie de 4 à 13m.

On doit également tenir compte que l’écartement des poutres se situe entre 0,50 et 0,55 fois la
largeur du tablier.
On prendra donc l’entraxe des poutres égal à 5,5[m]

 Entretoise :
 Hauteur :

1 1
La hauteur de l’entretoise est de l’ordre de à de la portée
10 15

1 1
D’où  5,50  he   5,50
10 15

Alors 0,55  he  0, 44

Prenons he = 0,50m
RATOVONDRAINY Léonard Page 51
ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Espacement :

L’espacement des entretoises varie en général de 6 à 10[m] en fonction du risque de flambement


latéral des membrures comprimées. Pour 8 entretoises sur une travée, l’espacement égal à
8,41[m]
 Epaisseur de l’âme :

L’épaisseur de l’âme de l’entretoise est de 10 à 12mm. Dans notre cas, prenons donc l’épaisseur
égale à 12mm

 Largeur des membrures :

La largeur des membrures joue un rôle important contre le renversement lors du bétonnage. Elle
varie de 220 à 350mm. On va prendre une largeur de 300mm avec une épaisseur de 20mm.

NB : le connecteur est un dispositif qui a pour rôle de s’opposer au glissement entre la dalle et
l’ossature métallique, et de résister au soulèvement du corps du béton. Çà peut être un goujon

 Trottoir
Le trottoir est de 1m de largeur et 0,18m d’épaisseur.
 Revêtement du tablier
Le revêtement sera une couche d’enrobée de 4[cm] d’épaisseur.
 Dalle de couverture :

Elle a pour rôle de transmettre les charges aux poutres.

Epaisseur de la dalle :

Selon la règle générale, l’épaisseur de la dalle de couverture en béton armé est obtenue par :

1 e 1
 
35 l 25

Avec l : entraxe des poutres prise égale à 5,50m

0,16  e  0, 22

Prenons une épaisseur de dalle égale à 20cm entre les deux poutres.

Toutefois, il existe un renformis au delà de la poutre métallique

Figure n°25 : position de la dalle sur poutre métallique


Avec b = 0,5×e à 20cm

C = 1,5×e à 30cm

Prenons b =20cm et c = 30cm


RATOVONDRAINY Léonard Page 52
ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Calcul de descente des charges

Charges permanentes :

► Dalle - - - - - - - - - - - - - - - 264,78T
► Poutre principale - - - - - - 72,10T
► Entretoise - - - - - - - - - - - 6,052T
► Trottoir - - - - - - - - - - - - - 52,96T
► Revêtement - - - - - - - - - 37,893T
► Parapet - - - - - - - - - - - - - 7,061T

D’où pour une travée, la charge permanente totale G = 440,85T

Charges d’exploitations (surcharges):

Piéton - - - - --- - - - - - - 0,45*1,00*2 = 0,90 T/ml


Surcharge Bc - - - - - - - - - - - - - - - - - - 2,75 T/ml

Total - - - - - - - - - - - - - - - - 3,65 T/ml

Pour une travée, la charge d’exploitation totale est: Q = 3,65*58,84 = 214,766T

Déduisons alors la charge totale pour une travée :

A l’ELS : Ns = G + Q = 655,618T

A l’ELU : Nu = 1,35×G + 1,5×Q = 917,30T/ml

Predimensionnement de l’infrastructure

o Culée
 Mur garde-grève
Sa hauteur hg est la somme de :
 l’épaisseur du revêtement ;
 l’épaisseur de la dalle de couverture avec le renformis(b) ;
 la hauteur de la poutre principale ;
 la hauteur de l’appareil d’appuis.
hg = 0,04 + 0,40 + 2,62 + 0,05 = 3,11 m

L’épaisseur de ce mur est exprimé par : 20cm ≤ eg ≤ 30cm

On prend eg = 30cm

Sa longueur égale au gabarit du pont : Lg = 9m

 Mur en retour

On prend une longueur Lr = 3,00 m

Lr  2 3  2
Epaisseur er =  = 0,25 m
20 20
Hauteur hr = hg + hs

 hs – hauteur du sommier, qui est  0,60m ou on prend hs = 0,70m


 hg – hauteur de mur de garde-grève ; hg = 2,30m

hr = 3,11 + 0,70 = 3,00m

RATOVONDRAINY Léonard Page 53


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Mur de front

Son épaisseur est exprimé par : 0,4ht  ef  0,5ht ; ici ht = 2,62m

Donc 1,048  ef  1,31 ; alors ef = 1,10m

Sa hauteur hf = CSP + hs

hf = 6,66 - 0,70 = 5,96m

Sa largeur est voisine de celle du pont lf = 9,00m

 Sommier

C’est une pièce horizontale faisant partie de la culée qui reçoit les charges concentrées venant
des poutres.

Sa hauteur hs est  0,60m ou on prend hs = 0,70m

ef
Sa largeur ls  d  c   eg
2

Avec : d - écartement de joint, , on prend ;

c - largeur d’about de la poutre prise égale à ;

ls  0,02 + 0,4 + 0,50 + 0,30 = 1,22m ;

On prend ls = 1,25m ;

On prendra sa longueur égale au gabarit du pont : Lg = 9m

 Dalle de transition
Les dimensions de la dalle de transition sont les suivantes :
- Longueur Ldalle = 3m ;
- Largeur ldalle = 8,4m ;
- Epaisseur edalle = 0,30m

 Semelle sous culée


d
Sa hauteur : il faut que hsc  , alors : on prend hsc = 2,00m
2
Sa largeur lsc = 3,00m
Sa longueur Lsc = 12m
Calcul du nombre de pieux sous culée
Poids de la culée Pc =
Poids (Mur garde-grève + Sommier +2× (Mur en retour) + Mur de front + Semelle)
Pc = 2,5×(8,40 + 7,88 + + 5,72 + 72,86 + 36) = 327,15T

Ns 656,812
Charge totale transmise par la semelle : Nt  Pc  = 327,15   655,56T
2 2

 Nt 
Le nombre de pieux est donné par : n pieux  
Q    pc
 p 

RATOVONDRAINY Léonard Page 54


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

pc = 1,6 : coefficient de sécurité ;

Qp : charge portante d’un pieu prise égale à :

 205,828 T sur la côte Maroantsetra,  n pieux ( pile)  5,09 on prend 6 pieux


 199,665T sur la côte Mananara nord,  n pieux ( pile)  5,25 on prend 6 pieux

o Pile
Adoptons une pile à 3 colonnes :

 Chevêtre

Son dimension est :

 Longueur Lchv = 8,00m


 Largeur lchv = 1,60m
 Hauteur hchv = 1,00m

 Colonnes (Fut)

Le diamètre d’une colonne est donné par :

- hauteur maximal de l’élément considéré :

hp  HSP  Hch  H semelle ,

hp = 7,12m

D’où D  0,59m ; on prend D = 1,00m

Semelle de fondation sous pile


Les dimensions de la semelle sont les suivantes :

─ Longueur Lsf = 8,00m


─ Largeur lsf = 3,00m
─ Hauteur hsf = 2,00m

Calcul du nombre de pieux sous pile :


Poids d’une pile Pp = Poids (Chevêtre +3×(Colonne) + Semelle)
Volume des éléments en BA

 Chevêtre - - - - - - - - - - - - - - 12,8m3
 Colonne - - - - - - - - - - - - - - 16,78m3
 Semelle - - - - - - - - - - - - - - 48,00m3

D’où : Pp = 2,5*(12,80 + 16,78 + 48,00) = 193,95 T

Charge totale transmise par la semelle : Nt  Pp  Ns = 193,55  656,812  850,36T T

N 
Le nombre de pieux est donné par : n pieux   t    pp
Q 
 p

RATOVONDRAINY Léonard Page 55


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

pp = 1,4 : coefficient de sécurité

Qp : charge portante d’un pieu prise égal à :


 205,828 T sur la côte Maroantsetra,  n pieux ( pile)  5,78 on prend 6 pieux
 199,665T sur la côte Mananara nord,  n pieux ( pile)  5,96 on prend 6 pieux

Figure n°26 : fondation du pont mixte

RATOVONDRAINY Léonard Page 56


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

e. Devis estimatif de chaque variante


Les devis estimatifs de chaque variante sont récapitulés dans les tableaux suivants :

Devis estimatif de la variante n°1 - Pont en BA à six travées indépendantes

Tableau n° 31 : Devis estimatif Variante n°01

Désignation Unité Quantité Prix unitaire [Ar] Montant [Ar]


SUPERSTRUCTURE
Tablier + transition Béton m3 227,88 38 500 8773380
Acier ordinaire kg 33868,8 8 250 279417600
Poutre principale Béton m3 510,75 38 500 19663875
Acier ordinaire kg 82360 8 250 679470000
3
Entretoise Béton m 69,12 38 500 2661120
Acier ordinaire kg 11059,2 8 250 91238400
Trottoir Béton m3 47,04 38 500 1811040
Acier ordinaire kg 7526,4 8 250 62092800
Revêtement T 75,74 27500 2082850
Parapet ml 240 16500 3960000
TOTAL SUPERSTRUCTURE 1151171065

SUPERSTRUCTURE
Béton m3 422,68 38 500 16273180
Culées
Acier ordinaire kg 7695,6 8 250 63488700
Piles (colonne + Béton m3 266,545 38 500 10261982,5
chevêtre) Acier ordinaire kg 23989,05 8 250 197909663
Semelles (pile + Béton m3 720 38 500 27720000
culées) Acier ordinaire kg 46800 8 250 386100000
Béton m3 94,52 38 500 3639020
Pieux sous culée
Acier ordinaire kg 6481,44 8 250 53471880
Béton m3 202,55 38 500 7798175
Pieux sous pile
Acier ordinaire kg 16204 8 250 133683000
TOTAL INFRASTRUCTURE 900345600
TOTAL GENERAL 2051516665

RATOVONDRAINY Léonard Page 57


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Devis estimatif Variante n°2 - Pont en BP à trois travées indépendantes de 40m :

Tableau n° 32 : Devis estimatif n°02

Prix unitaire Montant [Ar]


Désignation Unité Quantité
[Ar]
SUPERSTRUCTURE
Tablier + Béton m3 227,934 38 500 8 775 459
transition Acier ordinaire kg 36469,44 8 250 300 872 880
Béton m3 251,25 38 500 9 673 125
Poutre
Acier ordinaire kg 4020,00 8 250 33 165 000
principale
Acier précontrainte kg 23868,75 47500 1 133 765 625
3
Entretoise Béton m 43,2 38 500 1663200
Acier ordinaire kg 6912 8 250 57024000
Trottoir Béton m3 74,052 38 500 2 851 002
Acier ordinaire kg 11848,32 8 250 97 748 640
Revêtement T 75,76 27500 2 083 400
Parapet ml 240,00 16500 3 960 000
TOTAL SUPERSTRUCTURE 1 948 939 206

SUPERSTRUCTURE
Béton m3
147,92 38 500 5 694 920
Culées
Acier ordinaire kg
8875,20 8 250 73 220 400
Béton m3
Piles 106,618 38 500 4 104 793
Acier ordinaire kg 6930,17 8 250 57 173 902
Semelles Béton m3 480 38 500 18 480 000
(pile + Acier ordinaire kg
culées) 31200 8 250 257 400 000
Béton m3
Pieux sous 189,042 38 500 7 278 117
culée Acier ordinaire kg
15123,36 8 250 124 767 720
Béton m3
Pieux sous 162,036 38 500 6 238 386
pile Acier ordinaire kg
12962,88 8 250 106 943 760
TOTAL INFRASTRUCTURE
661 301 998
TOTAL GENERAL
2 610 241 205

RATOVONDRAINY Léonard Page 58


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Devis estimatif Variante n°3 - Pont mixte acier-béton à deux travées indépendantes de
60m :

Tableau n°33: Devis estimatif Variante n°3

Prix unitaire Montant [Ar]


Désignation Unité Quantité
[Ar]
SUPERSTRUCTURE
Tablier + Béton m3 228,024 38 500 8 778 924
transition Acier ordinaire kg 36483,84 8 250 300 991 680
Poutres principales en acier Kg 144200 8 000 1 153 600 000
Entretoises en acier Kg 12104 8 000 96 832 000
Béton m3 42,3648 38 500 1 631 044
Trottoir
Acier ordinaire kg 6778,368 8 250 55 921 536
Revêtement T 32,95 27 500 906 125
Parapet ml 240 16 500 3 960 000
TOTAL SUPERSTRUCTURE
1 622 621 310
SUPERSTRUCTURE
Béton m3 189,72
38 500 7 304 220
Culées
Acier ordinaire kg 11383,20
8 250 93 911 400
3
Piles Béton m 53,309
(colonne + 38 500 2 052 396
chevêtre) Acier ordinaire kg 4797,81 8 250 39 581 932
3
Semelles Béton m 360 38 500 13 860 000
(pile + Acier ordinaire kg
culées) 23400 8 250 193 050 000
Béton m3
Pieux sous 135,03 38 500 5 198 655
culée Acier ordinaire kg
10802,4 8 250 89 119 800
3
Béton m
Pieux sous 81,018 38 500 3 119 193
pile Acier ordinaire kg
6481,44 8 250 53 471 880
TOTAL INFRASTRUCTURE
500 669 477
TOTAL GENERAL
2 123 290 787

RATOVONDRAINY Léonard Page 59


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

f. Evaluation de ces variantes


Il est indispensable de quantifier objectivement les avantages et inconvénients de chaque
variante que nous venons d’énumérer. Pour cela il nous faut classer ces avantages et
inconvénients suivant des analyses multicritères
Les critères sont citées par:
i. Portée économique ;
ii. Nécessité en nombre d’appui intermédiaire ;
iii. Intégration dans le site ;
iv. Disponibilité en matériaux de construction ;
v. Technicité des entreprises nationales ;
vi. Esthétique de l’ouvrage ;
vii. Les contraintes d’exécution et délai d’exécution ;
viii. Caractéristiques de l’ouvrage ;
ix. Pérennité de l’ouvrage ;
x. Coût de l’ouvrage ;
xi. Coût d’exploitation, de réparation et d’entretien.

RATOVONDRAINY Léonard Page 60


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Comparaison des variantes par analyse multicritère :

Tableau 34 : Comparaison des variantes

Critères Variantes n°1 Variantes n°2 Variantes n°3


i La portée ne doit pas dépasser 25m. De 30 à 50m en précontrainte par post- La portée ne doit pas excéder 100m.
tension et ne dépassant pas 30m par pré-
tension.
ii On a besoin de 5 piles. Ne nécessite qu’une seul pile Pas d’appui intermédiaire.
iii La présence de ces 5 piles sera sûrement Moins d’inconvénient que pour la variante La construction présente peu de formes
un inconvénient pour l’écoulement de n°1 car la structure est plus élancée. architecturales.
l’eau.
iv Approvisionnement faciles (matériau On doit importer les câbles précontraints. Certains matériaux doivent aussi être
courants). importés.
v Technologie bien maîtrisée par les Peu d’entreprises nationales dominent La structure est encore peu employée à
entreprises nationales. encore cette technologie de construction. Madagascar.
vi Moins esthétique. Esthétique Moins esthétique.
vii Mise en œuvre facile et de durée assez Rapide à mettre en œuvre avec les Demande un montage assez spécial mais
courte. éléments préfabriqués. rapide à mettre en œuvre.
viii Poids propre important. Plus élancé et assez léger ; Poids propre assez important ;
Bonne résistance. Bonne résistance à la fissuration. Offre une homogénéité des efforts le long
de l’ouvrage.
ix Assez durable. Durable. Corrodable.
x La présence des 5 piles augment ce coût. Coût élevé. Coût élevé.
xi Demande assez d’entretien. Ne demande qu’un minimum d’entretien. Demande assez d’entretien.

RATOVONDRAINY Léonard Page 61


ETUDES PRELIMINAIRES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Evaluation des variantes


Critères Variante n°1 Variante n°2 en Variante n°3 Mixte
en BA BP acier-béton
i 1 2 3
ii 1 2 3
iii 1 2 3
iv 3 1 2
v 3 2 1
vi 2 3 2
vii 2 2 2
viii 2 3 2
ix 2 3 1
x 1 2 3
xi 2 3 1
Totaux 20 25 23
Tableau 35 : Evaluation des variantes

N.B : (1) : moins avantageux ; (2) : mieux avantageux ; (3) : plus avantageux.

Conclusion :
D’après les coûts estimatifs, on peut affirmer que le pont en béton armé est la moins chère parmi les
3 variantes proposées et la variante BP est la plus chère.
Mais après analyse multicritère, le pont en béton précontraint prend un avantage par rapport aux
deux autres, nous allons opter pour la variante en béton précontraint comme variante principale.
En tenant compte de ces arguments et du trafic passant sur l’ouvrage, notre étude va se baser alors
sur la conception d’un nouveau pont en béton précontraint à deux voies de circulation, à trois
travées indépendantes de 40m chacune, qui remplacera l’ouvrage actuel au même endroit après
l’enlèvement des déchés.
Notons bien que le coût de la réalisation d’un pont en béton précontraint s’avère plus élevé, elle ne
demande qu’un minimum de réparation et d’entretien au cours de son exploitation.

RATOVONDRAINY Léonard Page 62


PARTIE III : ETUDE DE
LA VARIANTE
RETENUE
ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

A. ETUDE DE LA SUPERSTRUCTURE

CHAPITRE I : NOTION DE PRECONTRAINTE ET HYPOTHESES DE CALCUL


I.1. TECHNIQUES DE LA PRECONTRAINTE
La précontrainte a pour objectif, en imposant aux éléments un effort de compression axial
judicieusement appliqué, de supprimer (ou fortement limiter) les sollicitations de traction dans le
béton.

Figure n°27 : technique de la précontrainte


Cette précontrainte peut être :

► Une précontrainte partielle : autorisation des contraintes de traction limitées.


► Une précontrainte totale : élimination totale des contraintes de traction.

a. Mode de précontrainte
Pour réaliser l’opération de précontrainte, il existe deux possibilités.

 Précontrainte par pré-tension

Dans ce procédé, les câbles de précontrainte sont tendus entre deux massifs solidement ancrés
avant le coulage du béton. Cette technique est surtout employée sur les bancs de préfabrication,
pour réaliser des éléments répétitifs.

RATOVONDRAINY Léonard Page 63


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Etapes générales de réalisation

Figure n°28 : Précontrainte par pré-tension

 Précontrainte par post-tension

Ce procédé consiste à tendre les câbles de précontrainte, après coulage et durcissement du béton,
en prenant appui sur la pièce à comprimer. Cette technique est utilisée pour les ouvrages
importants est, généralement, mise en ouvre sur chantier.
Etapes générales de réalisation
 Placement des gaines dans le coffrage.
 Coulage du béton.
 Après le durcissement du béton, la mise en tension des câbles.
 Le blocage se fait par différents systèmes de cales sur une zone de béton fretté.
 L’injection d’un coulis de ciment.

Figure n°29 : Précontrainte par poste-tension


La mise en tension peut être faite en tendant l’acier aux deux extrémités de la pièce (actif - actif) ou
en tendant une seule extrémité uniquement (actif –passif)

Figure n°30 : technique de mise en tension des câbles

RATOVONDRAINY Léonard Page 64


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

L’injection est une opération extrêmement importante, car elle assure un double rôle
• La protection des armatures de précontrainte contre la corrosion ;
• L’amélioration de l’adhérence entre les armatures et les gaines.
L’opération de l’injection doit être réalisée dès que possible après la mise en tension des armatures.
Le produit d’injection doit répondre aux impératifs suivants:
 avoir une assez faible viscosité pour couler facilement et pénétrer dans toutes les ouvertures
et entre fils des câbles de précontrainte ;
 conserver cette faible viscosité pendant un délai suffisant pour que l’injection puisse
s’effectuer dans de bonnes conditions avant le début de prise;
 après durcissement, avoir une résistance suffisante pour assurer efficacement l’adhérence
de l’armature au béton;
 présenter un retrait minimal ;
 ne pas être agressif vis-vis de l’acier de précontrainte.

Le produit d’injection était autrefois un mortier formé de ciment, de sable et de l’eau; aujourd’hui le
sable est à peu près complètement abandonné, au profit de coulis de ciment CPA, comportant un
adjuvant.
L’ensemble d’un procédé de précontrainte comprend, généralement, les éléments suivants :

b. Elancement des poutres en fonction du type d’ouvrage


Tableau n° 36 : élancement des poutres en fonction du type d’ouvrage

Gamme de portée [m]


Type d'ouvrage Distribution des
Min Privilégié Max Elancement travées

1/18 à 1/23 Travées isostatiques


PRAD (pré 10 15 à 25 30
tension) 1/23 à 1/25 Travées continues
VIPP (post (portées égales si
tension) 30 35 à 45 50 1/16 à 1/18
possible)

PRAD : les ponts à poutres préfabriquées précontraintes par adhérence ;

V.I.P.P : Viaduc à travées Indépendantes à Poutres Préfabriquées précontraintes par post-tension.

Matériels de mise en tension : vérins, pompes d’injection, pompe d’alimentation des vérins etc.
Dans notre étude, nous allons opter pour la précontrainte par post-tension.

I .2. HYPOTHESES DE CALCUL


Les règles techniques de conception et calcul des ouvrages en béton armé suivant la méthode des
états limites dit : « règles BAEL 91 modifiées 99 » seront la base de calcul pour la détermination des
armatures des ouvrages en béton armé.
Quant aux calculs justificatifs et aux procédés de construction, ils sont faits suivant les
règles BPEL 91 pour le BP.
Les hypothèses fondamentales concernant ces deux procédés sont les suivantes :
 les sections droites restent planes après déformation ;
 la résistance à la traction du béton est négligée ;
 le béton et l’acier sont considérés comme des matériaux linéairement élastiques ;

RATOVONDRAINY Léonard Page 65


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

a. Système de surcharges de calcul


Les charges sont prévues par la circulaire du 19 Aout 1960
► Système de surcharges A(l)
Par définition, la chaussée peut supporter une charge d’intensité A, exprimée en [kg/m2] et donnée
en fonction de la longueur surchargée l.
Elle est donnée par la formule :

320 106
A = 350 + [kg/m²]
l + 60 l2 + 225,000
3

La surcharge est uniforme et statique ;

C’est un système de surcharge à ne plus affecté du coefficient de majoration dynamique (CMD) du


fait que ce coefficient tient compte du CMD dans l’établissement de sa formule.

► Système de surcharges B
Les surcharges roulantes B comprennent 03 systèmes distincts et indépendants :
─ le système Bc d’un camion type ;
─ le système Be d’un essieu isolé ;
─ le système Br d’une roue isolée.

o Système Bc
Un camion type Bc comporte trois essieux répondants aux caractéristiques suivantes :

Longitudinalement

Transversalement Surface d’impact

Figure n° 31: Système de surcharge Bc

RATOVONDRAINY Léonard Page 66


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

► Système Be
Le système Be représente un essieu isolé assimilé à un rouleau qui a les caractéristiques suivantes:
o Poids total - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 20T
o Largeur - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 2,5m
o Surface d’impact sur la chaussée - - - - - - - - - - - - - - - - 2,5m x 0,08m

En respectant de ne pas empiéter les bords, le rectangle d’impact de l’essieu, disposé normalement
à l’axe longitudinale de la chaussée, pourra être placé n’importe où sur la surface de chaussée.

250

8
250

20[T]
En plan
20[T]

Longitudinalement Transversalement

Figure n° 32 : Système de surcharge Be

► Système Br
Le système Br se compose d’une roue isolée communiquant un effort de 10T à travers une surface
d’impact de 0,30m x 0,30m
La surface d’impact pourra être disposée à n’importe quelle surface surchargeable du tablier.

10[T]
30

30

En plan

10[T] 10[T]

Longitudinalement Transversalement

Figure n° 33 : Système de surcharge Br

► Coefficient de majoration dynamique


Le système de surcharge B est affecté du coefficient de majoration dynamique δ qui sera le même
pour les trois systèmes Bc, Be et Br pour chaque élément de l’ouvrage. Ce coefficient est exprimé
par :

RATOVONDRAINY Léonard Page 67


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

0, 4 0, 6
  1     
1  0, 2 L 1  4 P
S
L - longueur exprimée en m

P – Charge permanente

S – Surcharge maximale B

I.3. Caractéristiques des matériaux

a. Béton armé
 Le béton mis en œuvre aura le dosage de 350[kg/m3] de CEMI 42,5 ;
 Résistance à la compression à 28 jours est fc28 = 25 MPa
 Résistance à la traction à 28 jours d’âge du béton noté ft28
Avec ft28 = 0,6 + 0,06*fc28 = 2,1MPa
 Contrainte de calcul :
• Resistance limite à la compression relative à l’ELU :
0,85  fc
f  28  14,17 MPa
bc  b
Avec  b  1,5 : coefficient de sécurité du béton
 - coefficient dépendant de la durée d’application de l’action :
 Pour , ;
 Pour , ;
 Resistance limite à la compression relative à l’ELS :
= 0,6 fc28 = 15MPa

b. Béton précontraint
 Résistance à la compression à j jours d’âge est exprimée par :

dans le but d’avoir une bonne résistance du béton dès son jeune âge.

 Résistance à la traction à 28 jours d’âge du béton noté ft28


Avec ft28 = 0,6 + 0,06*fc28 = 3MPa ;
 Le béton mis en œuvre aura le dosage de 400[kg/m3] de CEMI 52,5.

c. Acier
 Armatures ordinaires :
Nous utiliserons des barres à hautes adhérences de classe FeE400 dont la limite d’élasticité
garantie est : fe  400MPa

RATOVONDRAINY Léonard Page 68


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Contrainte de calcul :
fe
A L’ELU :  S   348MPa
s
A L’ELS:
 Armatures de précontrainte :
Nous optons des câbles toronnés 12T13 (acier de très basse relaxation) dont les
caractéristiques sont les suivantes:
 Aire de la section- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 1 130mm2 ;
 Masse par mètre linéaire - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 8,87Kg ;
 Diamètre d’encombrement de la gaine - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 71 mm ;
 Aire d’encombrement de la gaine - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 3 959 mm2 ;
 Contrainte de rupture garantie f prg - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 1 812 MPa ;
 Contrainte initiale admissible sous l’ancrage f peg - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 1 590 MPa ;
 f: coefficient de frottement par unité de déviation angulaire - - - - - - - - - - - - - 0,18 rd-1 ;
 Module de déformation longitudinale Ep - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -1990000MPa ;
 Contrainte de vérinage initial : c’est la contrainte admissible lors de la mise en tension des
aciers, donnée par ;

RATOVONDRAINY Léonard Page 69


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE II : CALCUL DE LA DALLE


II.1. HOURDIS CENTRAL

Figure n°34 : schéma de calcul de la dalle


Les dimensions du panneau de dalle à prendre sont :

la : distance entre deux entretoises

lb : distance entre deux poutres suivant la coupe transversale du pont

la = 3,00 – 0, 22 = 2,78m

lb = 9,80 – 0,30 = 9,50m

a. Définition des charges


Les charges permanentes à prendre en compte sont :

gh = g1 + g2
g1: poids du revêtement = 2,3  0,04  0,092T / m2
g2: poids propre du hourdis = 2,5  0, 20  0,500T / m2

Soit gh = 0,592 T/m2

 Calcul du coefficient de majoration dynamique (CMD)

Ce coefficient est exprimé par :

0, 4 0, 6
  1     1 
1  0, 2 L 1  4 P
S

Avec :

L = distance entre les places des poutres de rives = 6m

P = 0,592  6, 00  6, 00  21,312T

S - Poids total maximum des essieux du système Bc disposé sur le tablier de cette travée en [T]
d’où S = 60[T]
0, 4 0, 6
  1   1, 43
1  0, 2  6, 00 1  4  21,312
60

RATOVONDRAINY Léonard Page 70


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

b. Détermination des sollicitations


 Moments fléchissant dus à la charge permanente

Figure n°35 : schéma de calcul de la dalle


la 2,78 1
   0, 29 et  3, 42
lb 9,50 
L’abaque de PIGEAUD [annexe 7] donne M1 = 0,034 et M2= 0,003
• Moments dus aux charges permanentes
M  ( M   M ) * P et M  ( M  M ) * P
a 1 2 b 1 2
P  0,592  2, 78  9,50  15, 634T
Avec  - coefficient de Poisson du béton qui a de valeur :
 = 0 à 0,2 pour le calcul des déformations ;
 = 0 pour le calcul de sollicitation du béton.
Ce qui donne : Ma = 0,532Tm/m et Mb = 0,047Tm/m
• Moments dus aux surcharges d’exploitation
Comme dans tous les calculs des sollicitations, l’essentiel est de trouver les effets défavorables dus
aux différentes surcharges d’exploitation.
Les largeurs influencées des roues de surcharges B sont :

Largeur influencée suivant la coupe longitudinale du pont

Largeur influencée suivant la coupe transversale du pont


u = a1 = a2 +ed +2er
v = b1 = b2 + e d + 2er
RATOVONDRAINY Léonard Page 71
ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Système Bc :
Pour les roues jumelées : a2 = b2 = 0,25m
Et u = v = 0,25 + 2 * 0,04 + 0,20 = 0,53m
Le moment maximal se produit lorsqu’une roue jumelée se trouve au milieu de la dalle

Figure n°36 : second cas du système Bc pour le calcul de Mf de la dalle


Effet de C1B2B3C4 ou effet 01
u = 0,53 et v2 = 3,53
u 0,53 v 3,53
  0,190 et 2   0,372
la 2,78 lb 9,50
 pour   0,29 , M1  0,1375 et M 2  0,0241
Ma  p * u * v2 * ( M 1   M 2 )  21,36 * 0,53*3,53* 0,1375  5,495Tm / ml
Mb  p * u * v2 * ( M1  M 2 )  21,36 * 0,53*3,53* 0,0241  0,963Tm / ml
Effet de C2B1B4C3 ou effet 02
u = 0,53 et v1 = 2,47
u 0,53 v 2, 47
  0,190 et 1   0, 26
la 2,78 lb 9,50
 pour   0,29 , M1  0,1615 et M 2  0,038
Ma  p * u * v1 * ( M1   M 2 )  21,36 * 0,53* 2,47 * 0,1615  4,516Tm / ml
Mb  p * u * v1 * ( M1  M 2 )  21,36 * 0,53* 2,47 * 0,038  1,063Tm / ml

Effet de A1A2A3A4 ou effet 03


u = 0,53 et v1 = 0,53
u 0,53 u 0,53
  0,190 et   0,056
la 2,78 lb 9,50
 pour   0,29 , M1  0,214 et M 2  0,149
Ma  p * u * v1 * ( M1   M 2 )  21,36 * 0,53* 0,53* 0,214  1,284Tm / ml
Mb  p * u * v1 * ( M1  M 2 )  21,36 * 0,53* 0,53* 0,149  0,894Tm / ml
Finalement
  Ma(effet 01)  Ma(effet 02)  
 Ma        Ma(effet 03)   2,535Tm / ml
 2  
  Mb(effet 01)  Mb(effet 02)  
 Mb        Mb ( effet 03)   1,207Tm / ml
  2 
RATOVONDRAINY Léonard Page 72
ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Pour le système Be

Figure n°37 : calcul de Mf de la dalle dû au système Be


La valeur de a2 = 0,08m et b2 = 2,50m
On a :
v = 0,08 + 2 * 0,04 + 0,20 = 0,36m
u = 2,50 + 2 * 0,04 + 0,20 = 2,78m
P = 20 [T]
u 2,78 v 0,36
  1 et   0,0379
la 2,78 lb 9,50
 pour   0,29 , M1  0,095 et M 2  0,0792
Ma    P  ( M1   M 2 )  1,43  20  0,095  2,714Tm / m
Mb    P  ( M1  M 2 )  1,43  20  0,0792  2,265Tm / m

 Pour le système Br

Figure n°38 : calcul de Mf de la dalle dû au système Br


Ici a2 = b2 = 0,30[m]
D’où u =v = 0,30 + 2 * 0,04 + 0,20 = 0,58m
P= 10 [T]
u 0,58 v 0,58
  0, 209 et   0,0611
la 2,78 lb 9,50
 pour   0,29 , M1  0,200 et M 2  0,138
Ma  P * ( M1   M 2 )  10 * 0,200  2,00Tm / m
Mb  P * ( M1  M 2 )  10 * 0,138  1,38Tm / m

RATOVONDRAINY Léonard Page 73


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Combinaison d’action
Si on compare les différents résultats des moments fléchissant dus au système de surcharge B,
alors on peut retenir la valeur de surcharges Br dans le sens de petite portée et de surcharge Be
dans le sens de la grande portée.
A l’ELS :
Ma  Ma(G)  1,2  Ma( Br )  0,532  1,2  2,714  3,789Tm / m
Mb  Mb(G)  1,2  Mb( Be)  0,047  1,2  2,265  2,765Tm / m
A l’ELU :
Ma  1,35Ma(G)  1,07 1,5  Ma( Br)
 1,5  0,532  1,07  1,5  2,714  5,154Tm / m
Mb  1,35Mb(G)  1,07 1,5  Mb( Be)
 1,35  0,047  1,07 1,5  2,265  3,70Tm / m
Compte tenu des coefficients de réduction -0,5 aux appuis et 0,8 en travée dus à l’encastrement
partiel, nous avons les résultats suivants :
Tableau n°37 : résultat des moments fléchissant de la dalle

Dans le sens de la petite Dans le sens de la grande


portée (Ma) portée (Mb)
MOMENT en [Tm/ml]
ELS ELU ELS ELU

Aux appuis -1,894 -2,577 -1,894 -2,577

A mi-travée 3,171 4,123 3,171 4,123

 Calcul des efforts tranchants


On détermine les efforts tranchants en appliquant les formules approchées données par
PIGEAUD.
 Effort tranchant dus aux charges permanentes
Charge uniformément repartie p  0,592T / m 2
p  la
Avec 0    0, 4  Ta   0,823T / m et Tb  0
2

 Effort tranchant dus aux surcharges d’exploitations


• Système Bc
 Roue isolée
u = v = 0,53m et P = 6 T

P
Ta  Tb    5,39T / m
3u
 Deux roues
u = 0,53m, v = 2,03m donc u v

RATOVONDRAINY Léonard Page 74


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

P P
Tb    5,39T / m ; Ta    2,37T / m
3u 3u  v
• Système Be

u = 2,78m, v = 0,36m et P = 20T, dans notre cas uv :

P 20 P
Alors Ta    1,43   3,43T / m et Ta    3,286T / m
3u 3  2,78 (3u )  v
• Système Br
 Roue isolée
u = v = 0,58m et P = 10 T ;

P
Ta  Tb    8,22T / m
3u
D’après ces résultats de calcul des efforts tranchants sous le système B, on trouve que la roue
isolée Br apporte l’effort tranchant maximal pour la dalle.

A l’ELU : 1,35G  1,5  1, 07  ( Br )

A l’ELS : G  1, 2  ( Br )

Tableau n°38: résultat des efforts tranchants de la dalle

EFFORTS TRANCHANTS [T/ml]


CAS DES CHARGES
Petite portée Grande portée
Charges permanentes 0,823 0
Surcharges d’exploitations 8,22 8,22
ELU 9,043 8,22
ELS 15,90705 14,796

RATOVONDRAINY Léonard Page 75


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

II.2. HOURDIS CONSOLE


Sollicitations dues aux charges permanentes

Figure n°39 : charges permanente sur le hourdis console


Les charges permanentes mises en jeu sont :

 Gp – poids propre du parapet- - - - - - - - - - - - - - - - - - 0,06 T/ml


 gt – poids propre du trottoir- - - - - - - - - - - 0,18*2,5 = 0,45 T/ml
 gh – poids propre de l’ hourdis - - - - - - - - - - - - - - - - - 0,592T/m2

• Détermination du moment fléchissant :

bh2 b
Sa formule est exprimé par : Mg  g h   gt  b  (b  )  G p  bh Tm / ml 
2 2

Ici : bh  1,39m ; b  1, 00m ; b  0,39 m

Ce qui donne Mg = 1,056Tm/ml

• Détermination de l’effort tranchant

Pour l’effort tranchant, on a : Vg  gh  bh  gt  b  Gp T / ml 

Vg = 1,333T/ml

Sollicitations dues aux surcharges d’exploitation

On considère deux surcharges :

o Une surcharge uniforme de 0,45T/m2 ;


o Une roue isolée de 3T

RATOVONDRAINY Léonard Page 76


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Surcharge uniforme de 0,45T/m2

Figure n°40 : disposition de surcharge 0,45T/m2 sur le trottoir


b
 Moment fléchissant : M po  P0  b  (b  ) Tm / ml 
2

1
M P 0  0, 45*1, 00*(0,39  )  0, 4005Tm / ml
2

Effort tranchant :  VP0  0, 45*1,00  0, 45T / ml

 Une roue isolée de 3T

Pour surcharger le trottoir, on considère également une roue isolée de 3[T] avec une surface
d’impact de 0,20 x 0,20m2 et disposée dans la position la plus défavorable. On a :

Figure n° 41 : disposition de la roue de sur le trottoir

1, 29
Moment fléchissant : M P  3   1,50Tm / m
2,58

3
Effort tranchant : VP   3, 06T / m
0,98

RATOVONDRAINY Léonard Page 77


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

c. Combinaisons d’actions
Dans tous les cas, on ne considère que la combinaison qui donne l’effet le plus défavorable :
 (Charge permanente + surcharge (Bc) + surcharge de trottoir

 A l’ELS

M ap. c  M g  1, 07  [( M Bc )  max( M PO ; Mp)] [Tm / ml ]

M ap. c  1,056  1,07  (4, 29  1,50)  7, 25 Tm / ml 

Vap. c  Vg  1, 2  [(VB )  max(VPO ;Vp)] [T / ml ]

Vap. c  1,33  1, 2  [34,94  3,06)]  46,93T / ml 

 A l’ELU

M ap. c  1,35* M g  1, 07 1,5  [( M Bc )  max( M PO ; Mp)] en [Tm / ml ]

M ap. c  1,35*1,056  1,5 1,07  (4, 29  1,50)  10,72 Tm / ml 

Vap. c  1,35*Vg  1, 2 1,5  [( M Bc )  max( M PO ; Mp)] en [T ]

Vap. c  1,35 1,33  1,5 1, 2  (34,94  3,06)  70,195 T / ml 

Ici ap. c – appui console

Pour avoir le moment aux appuis, on devrait prendre le coefficient d’encastrement partiel    0,5

Tableau n°39: résultat des efforts de l’appui console

M ap. c en [Tm / ml ] ELS - 3,625


ELU - 5,36
Vap. c en [T / ml ] ELS 46,93
ELU 70,195

Sollicitations de calcul :
En comparant les valeurs de M ap. c et M ap et celles de Vap. c et Vap ; les valeurs des sollicitations de
calcul pour la dalle sont rassemblées dans le tableau ci-dessous.
Les moments et efforts aux appuis sont :

RATOVONDRAINY Léonard Page 78


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°40 : Sollicitations de calcul de la dalle

Sollicitations Moments fléchissant Efforts tranchants [T]


[Tm/ml]
ELS ELU ELS ELU
Aux appuis - 3,625 - 5,360 46,93 70,195

d. Calcul des armatures de la dalle


Les armatures sont calculées par mètre linéaire de la dalle suivant le petit côté et le grand côté

La détermination des armatures longitudinales sera faite en considérant les valeurs trouvées pour
les deux états limites.
Avec ho  20 cm ; et bo  100 cm
 Section à mi-travée :

Figure n°42 : armatures du hourdis en travée suivant la petite portée


 Calcul aux ELU :

On a Mu = 4,123 Tm = 412300kgcm

Mu
Calcul de moment réduit : bu 
b0 * d 2 * fbc

0,85* f c 28
Avec fbc  et f c 28  25 MPa  250 bars
 * b

 = 1, car nous somme dans la combinaison d’action considérée a une durée d’application t  24h

b = 1,5 et s = 1,15 pour la combinaison fondamentale

0,85* 250
Ce qui donne f bc   141, 7 bars
1*1,5

f 4000
f ed  e
  3480 bars
s 1,5

421600
Donc bu   0,1137
100*162 *141, 7

On a d’après les caractéristiques des matériaux :

o Nous utiliserons des barres à hautes adhérences de classe FeE400 dont la limite d’élasticité
garantie est : fe  400MPa
RATOVONDRAINY Léonard Page 79
ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

o Combinaison fondamentale  lu  0,392

D’où  
bu lu

 On n’utilise pas les armatures de compression

  1,25*(1  1  2*  )  1, 25*(1  1  2*0,1162)  0,1512


bu

Zb  d *(1  0, 4* )  0,18*(1  0, 4*0,1549)  15,03cm

Mu 4246000
Au    7,8816 cm2
Zb * f ed 15, 0086*3480

 Calcul aux ELS :

Mser = 2,171 Tm = 217100kgcm

= 161,312 MPa = 1613,12 bars ; = 15 MPa = 150 bars

15* bc 15*150
1    0,582
 s  15* bc 1613,12  15*150

Puis nous calculons le moment résistant du béton et on compare avec Mser

1   1  1   0,582  
M rb  * 1 *  bc * 1     * b0 * d 2  *0,527 *150* 1     *100*162  900608kg cm
 
2   3  2   3 

M ser  M rb  Les armatures comprimées ne sont pas nécessaires et l’on a :

 1   0,582 
z b  d * 1    18* 1    12,896cm
 3   3 

M ser 317100
La section d’armature est : Aser    15, 24cm 2
Z b *  s 12,896*1613,12

Armature minimale :
La section d’armature minimale est donnée par :

b *h f 
Amin  max  0 ; 0, 23* b * d * t 28   2, 00 cm 2
 1000 fe 

Prenons A = 15,39cm2 ; soit A = 10HA14 avec espacement de 8,67cm.

RATOVONDRAINY Léonard Page 80


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Section aux appuis

Figure n° 43 : armatures du hourdis aux appuis


Tableau n° 41: armature du hourdis aux appuis

Mu [kgcm] 536000
Mser [kgcm] 362500
fbc [bars] 141,7
bu 0,1478
 
bu lu
 0,2008
Zb [cm] 15,05
Au [cm2] 10,467
Mrb [kgcm] 900608
M ser  M rb
zb [cm] 12,89
Aser [cm2] 17,43
2
A min [cm ] 2,00

Prenons A = 18,15cm2 soit A = 9HA16, avec espacement de 11,48cm.

 Armature de l’hourdis console

Nous avons vu que la valeur du moment de calcul est le ; et nous trouvons M=


Mapp ; alors les armatures de l’hourdis console sont égales à celle aux appuis.

 Vérification du poinçonnement de la dalle

L’action des charges concentrées appliquée au centre de la dalle est nécessaire pour la vérification
au poinçonnement, donc la condition suivante doit vérifier :
f c 28
Qu  0, 045* uc * h 0 * ; avec f c 28  25MPa  25*10T / m 2
b
 Qu - charge de calcul à l’ELU ;
 uc - périmètre du rectangle d’impact à considérer au niveau du feuillet moyen de la dalle ;
 ho - épaisseur de la dalle

RATOVONDRAINY Léonard Page 81


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Pour la surcharge Br : b2  a2  30 cmet P  10 T


─ am  a2  2* h r  ho  30  (2*0, 4)  20  58 cm  0,58 m
─ bm  b2  2* h r  ho  30  (2*0, 4)  20  58 cm  0,58 m
─ uc  2*(am  bm )  2*(58  58)  232 cm  2,32 m
─ Qu  1,5* P  1,5*10  15,00 T
f c 28 25*102
─ Qu  0, 045* uc * h 0 *  0, 045* 2,32*0, 20*  34,8 T
b 1,5
 On trouve que : Qu  Q u , alors la condition de non poinçonnement est vérifiée.
 Pour la surcharge Bc : b2  a2  25 cm et P  6 T
─ am  a2  2* h r  ho  25  (2* 4)  20 53 cm  0,53 m
─ bm  b2  2* h r  ho  25  (2*4)  20 53 cm  0,53 m
─ uc  2*(am  bm )  2*(53  53)  212 cm  2,12 m
─ Qu  1,5* P  1,5*6  9,00 T
f c 28 25*102
─ Qu  0, 045* uc * h 0 *  0, 045* 2,12*0, 20*  31,8 T
b 1,5
 On trouve que : Qu  Q u , alors la condition de non poinçonnement est vérifiée.
 Pour la surcharge Be : b2  0,8 [cm]; a2  250 cm et P  20 T
─ am  a2  2* h r  ho  250  (2* 4)  20 278 cm  2, 78 m
─ bm  b2  2* h r  ho  8  (2*4)  20 36, 0 cm  0,36 m
─ uc  2*(am  bm )  2*(278  36)  628 cm  6, 28 m
─ Qu  1,5* P  1,5*20  30,00 T
f c 28 25*102
─ Qu  0, 045* uc * h 0 *  0, 045*6, 28*0, 20*  94, 2 T
b 1,5
 On trouve que : Qu  Q u , alors la condition de non poinçonnement est vérifiée.
Conclusion : après toute vérification aux trois systèmes B, on peut dire que la dalle résiste bien
au poinçonnement.

e. Vérification de l’effort tranchant


Vu 2960
u    1, 64 bars
bo * d 100*18
0, 07
or  u   fc28  13, 07 bars
b
 u   u ; Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

RATOVONDRAINY Léonard Page 82


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

II.3. Pré dalle


Il joue le rôle de coffrage perdu, c’est un élément préfabriqué en béton armé, sa surface
inférieure est parfaitement lisse et la supérieure est rugueuse avec des armatures en attente
pour recevoir l’hourdis.

Figure n° 44 : pre-dalle.

 Détermination des sollicitations :


Sachant que : épaisseur du pré dalle + épaisseur de l’ hourdis = 20cm
Donc : g  2,5*0, 2*1, 00  0,5[ T / ml]
Calcul du moment fléchissant :
Comme le pré dalle se comporte comme une poutre s’appuyant sur les tables de compression des
poutres principales comme sur deux appuis simples, alors on a :

gl 2
M0   0, 21Tm
8

A l’ELU : Mu  1,35Mo  0, 284Tm

A l’ELS : Mser  Mo  0, 21Tm

gl
Calcul des efforts tranchants : V0   0, 46T
2

A l’ELU :

A l’ELS :

 Calcul des armatures :

 Armature longitudinale :
Mser = 21000 kgcm ;

Mrb = 32827 kgcm

Aser = 2,24cm2

Soit A = 2,26 cm2 = 8HA6

RATOVONDRAINY Léonard Page 83


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Armature de répartition

Soit correspondant à .

 Vérification des efforts tranchant :


En procédant de la même manière que la dalle, nous vérifions que :

Vu  f c 28 
Ici  u  et  u  min 0,15* ; 4[ MPa]
bo * d  b 

620  250 
u   0,86 bars et  u  min 0,15* ; 40 [bars]  25 bars
100*7, 2  1,5 

  u  0,6 u  15bars ; Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

Dessin de ferraillage [annexe 9]

RATOVONDRAINY Léonard Page 84


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE III. ETUDE DES ENTRETOISES


Les entretoises ont pour rôle de repartir les charges entre les poutres dans les sens
transversales et elles assurent aussi la rigidité des poutres contre la torsion sous charges
principales.
III.1. Calcul des sollicitations
Chaque travée est considérée semi- encastré aux poutres

Figure n° 45: schéma de calcul pour les entretoises d’about et intermédiaires

a. Charges permanentes
On prend l’entretoise intermédiaire comme entretoise de calcul parce qu’elle est la plus sollicitée
Caractéristique géométrique :
─ Epaisseur ee = 30cm ;
─ Hauteur he = 1,575m ;
─ Longueur Le = 2,78m ;
─ Entraxe des deux entretoises est de 9,80m.
Les charges directement appliqués sont :
 le poids propre de l’entretoise et revêtement
g (entretoise)  2,5*1,575*0,30  1,182T / ml
g (revêtement )  (2,5  0, 2  0,3)  (2,3  0, 04  0,3)  0,177 T / m
 les charges transmises (distribution triangulaire)
 (1,575  0,7875) (1,575  0,7875) 
 2   2,5   2,3    5,95T / m
 2 2 
 Calcul des sollicitations
Moment fléchissant a chaque travée de l’entretoise
A mi-travée
g * L2e  0,177  5,95  1,182   2, 78
2

M   7, 06 Tm
8 8

Effort tranchant:
g (total ) * Le 7,309* 2, 78
A l ' appui gauche : V (0)    10,16 T
2 2
RATOVONDRAINY Léonard Page 85
ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Et on tient compte les encastrements partiels aux extrémités de la travée


 Aux appuis Mapp  0,5Mg  3,53Tm
l
 A mi – travée M ( )  0,8Mg  5, 648Tm
2

b. Surcharges d’exploitations
Pour le calcul des sollicitations dues aux surcharges permanentes :
 on cherche le cas le plus défavorable en chargeant les lignes d’influences par les différentes
charges du système B
 on multiplie par le CMD.

 Moment fléchissant :
Coefficient de majoration dynamique :
0, 4 0, 6
  1     1 
1  0, 2 L 1  4 P
S
Ici : L : longueur de la travée = 39,21m
P = Ge(M)*L = 7,837*39,21 = 307,289 T
S = surcharge maximale supportée de la travée, d’où S = 60T
D’où CMD = 1,07
Avant de calculer le moment fléchissant dû a la surcharge Bc, il est nécessaire de trouver la charge
reportée par l’entretoise due à une file de roues de camions.
Pour ce faire, on calcule la réaction au niveau de l’entretoise considérée conservant de la LI

 Sollicitation dues au système Bc

Figure n°46 : schéma de calcul de la réaction R

R  P yi  14, 22T

RATOVONDRAINY Léonard Page 86


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Figure n°47 : schéma de calcul des efforts de l’entretoise dû au système Bc


Moment fléchissant
M Bc    R  Yi (Mo)
M Bc  1,07 14, 22  (0,545  0, 295)  12,78Tm
Effort tranchant
VBc    R  Yi (VO )
VBc  1,07 14, 22  (1  0, 281  0,101)  21,03T

 Sollicitation dues au système Be

Figure n°48 : schéma de calcul des efforts de l’entretoise dû au système Be

RATOVONDRAINY Léonard Page 87


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Moment fléchissant
20
M Be   * P *W avec P  8T /m
2,5
W  0,956 m2  M Be  11, 70Tm
Effort tranchant
VBe   * P *W avec W  1,376 m2  VBe  16,842T
 Sollicitation dues au système Br

Figure n°49 : schéma de calcul des efforts de l’entretoise dû au système Br


Moment fléchissant :
10
M   * P *W avec P   33,33T / m et W  0,19725m 2
0,30
M Br  1,07  33,33  0,19725  7,035 Tm
Effort tranchant :
VBe   * P *W  1,07  33,33  0, 2838  10,12T
Si on compare les valeurs de chaque système B, on observe que le système Bc est le plus
dominant, donc on le retient pour le calcul des armatures.
On obtient aussi les efforts suivants :
A l’ELU :
M 0  1,35  7,06  1,5  12,78  28,701Tm
V0  1,35  10,16  1,5  21,03  45,261Tm
A l’ELS :
M 0  7,06  12,78  19,84Tm
V0  10,16  21,03  31,19Tm
Et si on tient compte des encastrements partiels aux extrémités de la travée
En travée :
A l’ELU :
Mt  0,8  28,701 22,96Tm
Ma  0,5  28,701 11,48Tm
RATOVONDRAINY Léonard Page 88
ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

A l’ELS :
Mt  0,8 19,84 15,872Tm
Ma  0,5 19,84 9,92Tm
III.2. Dimensionnement des armatures
Armatures en travée de l’entretoise:
Paramètre de calcul :
o longueur le = 2,78m ;
o hauteur he = 1,575m ;
o bo = 0,3m.
Tableau n°42 : Armatures en travée de l’entretoise

Mu [kgcm] 2296000
Mser [kgcm] 1587200
fbc [bars] 141,7
bu 0,0269
 
bu lu
 0,0341
Zb [cm] 139,81
Au [cm2] 4,71
Mrb [kgcm] 21206000
M ser  M rb
zb [cm] 114,25
Aser [cm2] 8,61
A min [cm2] 5,13
2
Prenons A = 9,24cm ; soit A = 6HA14

Armatures aux appuis de l’entretoise


Tableau n°43 : Armatures aux appuis de l’entretoise

Mu [kgcm] 1148000
Mser [kgcm] 992000
fbc [bars] 141,7
bu 0,0134
 
bu lu
 0,0169
Zb [cm] 140,79
Au [cm2] 2,34
Mrb [kgcm] 21206000
M ser  M rb
zb [cm] 114,25
2
Aser [cm ] 5,383
A min [cm2] 5,13

Prenons A = 6,16cm2 ; soit A = 4HA14


RATOVONDRAINY Léonard Page 89
ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Vérification de la contrainte tangentielle dans le béton


Aux appuis : Vu = 110,66T
Nous vérifions que la contrainte tangentielle reste inférieure à celle admissible qui est égale à :
Vu  f c 28 
u  et  u  min 0,15* ; 4 MPa 
bo * d  b 
38,979
u  102  0,92 MPa et  u  2,5 MPa
0,3  (0,9 1,575)
La condition est vérifiée, donc l’armature d’âme droite est suffisante.
Armatures d’âme :
Le diamètre maximal d’armature d’âme doit être :
h b
t  min (l ; ; )  min (1, 6 ; 6,5 ; 3, 0)  1, 6 cm
35 10
Prenons t  1,60 cm  16 mm
Donc on peut prendre : At = 2,35cm2 = 3HA10

 L’espacement des armatures est donné par la relation :


fe
0,9* At *
s
st  = 39,25 cm
b *( u  0,3* ft 28 )
La série de Caquot la plus proche est de 25. Donc prenons st = 25 cm
Armature de peau :
Puisque la hauteur de parement des entretoises est supérieure à 150 cm, alors on prévoit des
armatures de peau.
Ap= 3 cm² par mètre linéaire, pour la fissuration préjudiciable.
Prenons Ap = 6HA10 = 6,28 cm²
Dessin de ferraillage [annexe 9]

RATOVONDRAINY Léonard Page 90


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE IV : ETUDE DE LA POUTRE PRINCIPALE


Les poutres sont considérées poser sur deux appuis simple de portée libre L = 39,21m
1. Charge
 Charges permanentes :
 Charges uniformément réparties :
 Poutre : - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 1,220*2,5*3 = 9,153 T/m
 Hourdis : - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -0,20*2,5*9 = 4,50T/m
 Trottoir : - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -0,20*2,5*1*2 = 1,00 T/m
 Revêtement : - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - 0,04*2,3*7 = 0,644 T/m
 Parapet : - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 0,06*2 = 0,120 T/m
 Entretoise supposée uniformément repartie
2  0,3 1,56  2, 78  2,5  2 2  0,3 1, 61 2, 68  2,5  2 25,955
ge     0, 662T / m
39, 21 39, 21 39, 21

g   gi  16,429T / m

 Surcharges d’exploitations

 Surcharges des trottoirs :


Une surcharge de 150[Kg/m2] est appliquée sur les trottoirs de façon à produire l’effet maximal.
C'est-à-dire une surcharge de 150 1  150kg / m

 Surcharges A(l) :
La chaussée supporte une surcharge uniforme égale à :
320*106 320000000
A (l )  350   350   1197,62 kg / m2  1,198 T / m2
l  60* l  225000
3 2
(39, 21)  60*(39.21) 2  225000
3

Pour un mètre linéaire de longueur du pont :


A(l )  1,198  7, 00  8,383T / m

 Surcharges du système Bc30 :


On dispose sur la chaussée autant de convois de camion que la chaussée comporte de voie de
circulation et l’on placera toujours les convois dans la situation la plus défavorable pour l’élément
considéré.

2. Calcul des sollicitations


Moments fléchissant de l’ensemble:
Nous déterminons les sollicitations par la méthode des lignes d’influences.

Les fonctions d’influences du moment fléchissant dans la section  :


 Si P = 1 se trouve à gauche de la section  :

RATOVONDRAINY Léonard Page 91


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Figure n° 50 : schéma de calcul de la LI pour α ≤ x


Les expressions des fonctions d’influences des sollicitations seront :
x
 M ( , x)   *(1  )
L
 Si P = 1 se trouve à droite de la section  :

Figure n°51 : schéma de calcul de la LI pour α ≥ x



 M ( , x)  x *(1  )
L

Figure n°52 : LI du moment fléchissant dans ∑

 Moment dû aux charges permanentes


MG  g * w ; Avec ω : aire de la LI du moment

RATOVONDRAINY Léonard Page 92


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°44 : moment dû aux charges permanentes de la poutre

Ordonnée Moment MG
Position de la section Aire de la LI
max [Tm]
0 0 0 0
0,05*L = 1,9605 1,862 36,513 599,886
0,1*L = 3,921 3,528 69,184 1136,626
0,15*L = 5,8815 4,999 98,012 1610,220
0,2*L = 7,842 6,274 122,994 2020,667
0,25*L = 9,8025 7,352 144,133 2367,970

0,30*L = 11,763 8,234 161,429 2652,126

0,35*L = 13,7235 8,921 174,882 2873,136

0,40*L = 15,684 9,411 184,491 3031,001


0,45*L = 17,6445 9,705 190,256 3125,720
0,5*L = 19,605 9,802 192,178 3157,292

 Moment dû aux surcharges du trottoir

Pour un seul trottoir chargé  M t1  0,15* w

Pour deux trottoirs chargés  M t 2  2 * 0,15* w

Tableau n°45 : moment dû aux surcharges du trottoir

Position des Aire de la LI M (t2) en


M (t1) en Tm
sections (w) Tm
0 0 0 0
0,05*L = 1,9605 36,513 5,477 10,954
0,1*L = 3,921 69,184 10,371 20,755
0,15*L = 5,8815 98,0107 14,701 29,403
0,2*L = 7,842 122,991 18,449 36,898
0,25*L = 9,8025 144,133 21,620 43,240
0,30*L = 11,763 161,429 24,214 48,428
0,35*L = 13,7235 174,881 26,232 52,464
0,40*L = 15,684 184,491 27,673 55,347
0,45*L = 17,6445 190,256 28,538 57,076
0,5*L = 19,605 192,178 28,826 57,653

RATOVONDRAINY Léonard Page 93


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Moment dû aux surcharges Bc dans le cas le plus défavorable

Pour le calcul des sollicitations, on a l’habitude de chercher le cas le plus défavorable, donc
on va choisir quatre camions Bc deux à deux dans le même sens. Et la formule du moment
est exprimée par :

M ( Bc )   Pi * Yi

Avec : Pi :charge concentrée ;

Yi : ordonnée de la LI.

Figure n°53 : LI du Mf de la surcharge Bc


Tableau n°46 : Moment dû aux surcharges Bc dans le cas le plus défavorable

Position des Ordonnée des roues


sections M(Bc) [Tm]
24T 24T 12T 24T 24T 12T

0 0 0 0 0 0 0 0

0,05*L = 1,9605 1,96 3,46 7,96 12,96 14,46 18,96 179,6856

0,1*L = 3,921 3,92 5,42 9,92 14,92 16,42 20,92 335,8464

0,15*L = 5,8815 5,88 7,38 11,88 16,88 18,38 22,88 468,4824

0,2*L = 7,842 7,75 9,25 13,75 18,75 20,25 24,75 577,5936

0,25*L = 9,8025 8,30 9,80 14,30 19,30 20,80 25,30 672,135

0,30*L = 11,763 10,26 11,76 16,26 21,26 22,76 27,26 743,1912

0,35*L = 13,7235 12,22 13,72 18,22 23,22 24,72 29,22 790,7238

0,40*L = 15,684 14,14 15,64 20,14 25,14 26,64 31,14 814,7328

0,45*L = 17,6445 11,64 13,14 17,64 22,64 24,14 28,64 842,1885

0,5*L = 19,605 9,19 10,69 15,19 20,19 21,19 26,19 842,570

RATOVONDRAINY Léonard Page 94


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Moment dû aux surcharges A(l)

M A(l )  8,383* w

Tableau n°47 : Moment dû aux surcharges A(l)

Position des Aire de la LI


MA(l) en Tm
sections (w)
0 0 0
0,05*L = 1,9605 36,513 306,107
0,1*L = 3,921 69,182 579,992
0,15*L = 5,8815 98,010 821,657
0,2*L = 7,842 122,912 1031,014
0,25*L = 9,8025 144,133 1208,314
0,30*L = 11,763 161,429 1353,315
0,35*L = 13,7235 174,881 1466,091
0,40*L = 15,684 184,49 1546,647
0,45*L = 17,6445 190,256 1594,981
0,5*L = 19,605 192,178 1611,097

Calcul du coefficient de répartition transversale CRT :

Comme la portée est supérieure à deux fois la longueur du pont, la section transversale du
pont est considérée indéformable. La méthode de Courbon donne ce coefficient par :

CRT   
Ii 
1 
 Ii * e * xi 
 Ii   Ii * xi 2 

Ici, les moments d’inertie sont égaux à I

Figure n° 54 : schéma de calcul du CRT du système Bc


On obtient les coefficients de répartition transversale relatifs aux différentes charges

RATOVONDRAINY Léonard Page 95


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°48 : calcul des coefficients de répartition transversale

POUTRE
à gauche au centre à droite
abscisse xi -3 0 3

Surcharge Bc (excentricité e = 1m)

η 0,5 0,333 0,5

Surcharge A(l) , charges permanente (excentricité e = 0)

η 0,333 0,333 0,333

Surcharge du trottoir (1 chargé) (excentricité e = 4)

η 1 0,333 1

Surcharge du trottoir (2 chargés) (excentricité e=0)

η 0,333 0,333 0,333


Moment fléchissant de chaque poutre

On les calcule par Mp = η *MG avec MG moment fléchissant de l’ensemble.

Poutre de rive et intermédiaire dues aux charges permanentes

Pour la charge permanente, la charge appliquée à la poutre de rive est égale à celle de la
poutre intermédiaire donc le moment devrait être identique.

Tableau n°49: Moment de chaque poutre

MG Poutre intermédiaire en
Position des sections MG Poutre de rive en Tm
Tm
0 0 0
0,05*L = 1,9605 199,762 199,761

0,1*L = 3,921 378,496 378,496

0,15*L = 5,8815 536,203 536,202


0,2*L = 7,842 672,882 672,882
0,25*L = 9,8025 788,533 788,533
0,30*L = 11,763 883,157 883,157
0,35*L = 13,7235 956,754 956,754
0,40*L = 15,684 1009,323 1009,320
0,45*L = 17,6445 1040,864 1040,860
0,5*L = 19,605 1051,738 1051,738

RATOVONDRAINY Léonard Page 96


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Surcharges Bc

MP = CMD*CRT*MBc

Tableau n°50 : Moment de chaque poutre dû aux surcharges Bc

Position des MBc (poutre de MBc (poutre


sections rive) intermédiaire)
0 0 0
0,05*L = 1,9605 96,311 64,143
0,1*L = 3,921 180,0137 119,889
0,15*L = 5,8815 251,106 167,236
0,2*L = 7,842 309,591 206,187
0,25*L = 9,8025 360,264 239,936
0,30*L = 11,763 398,350 265,301
0,35*L = 13,7235 423,828 282,269
0,40*L = 15,684 436,698 290,840
0,45*L = 17,6445 451,413 300,641
0,5*L = 19,605 453,762 302,205

 Surcharges des trottoirs :

M = CRT*Mt

Tableau n°51 : Moment de chaque poutre dû aux surcharges des trottoirs

Position des Moment dû au trottoir Moment dû au trottoir


sections (un chargé) en [Tm] (deux chargés) en [Tm]
Mt1 (poutre de Mt1 (poutre Mt2 (poutre Mt2 (poutre
rive) intermédiaire) de rive) intermédiaire)
0 0 0 0 0
0,05*L = 1,9605 5,477 1,823 3,647 3,647
0,1*L = 3,921 10,374 3,455 6,911 6,911
0,15*L = 5,8815 14,701 4,895 9,791 9,791
0,2*L = 7,842 18,44 6,143 12,287 12,287
0,25*L = 9,8025 21,620 7,199 14,398 14,398
0,30*L = 11,763 24,214 8,063 16,127 16,127
0,35*L = 13,7235 26,232 8,735 17,470 17,470
0,40*L = 15,684 27,67 9,215 18,430 18,430
0,45*L = 17,6445 28,538 9,503 19,006 19,006
0,5*L = 19,605 28,826 9,599 19,198 19,198

RATOVONDRAINY Léonard Page 97


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Surcharges A(l) :

M = CRT*MA(l)

Tableau n°52: Moment de chaque poutre dû aux surcharges A(l)

MA(l) Poutre MA(l) Poutre de


Position des
intermédiaire rive [Tm]
sections
[Tm]
0 0 0
0,05*L = 1,9605 101,933 101,934
0,1*L = 3,921 193,137 193,138
0,15*L = 5,8815 273,612 273,612
0,2*L = 7,842 343,356 343,356
0,25*L = 9,8025 402,370 402,370
0,30*L = 11,763 450,655 450,655
0,35*L = 13,7235 488,209 488,209
0,40*L = 15,684 515,034 515,034
0,45*L = 17,6445 531,129 531,129
0,5*L = 19,605 536,494 536,494

3. Combinaison d’action du moment fléchissant de la poutre


Les combinaisons d’action à considérer en phase d’exploitation sont :

A l’ELU  M ELU  1,35* M G  1,5*1,07 max( M A(l ) ; M Bc )  max( M t1; M t 2 ) 

A l’ELS  M ELU  M G  1,20 max(M A(l ) ; M Bc )  max(M t1; M t 2 ) 

Tableau n°53 : moment de chaque poutre a l’ELU

Position des Moment a l’ELU [Tm]


sections Poutre de rive Poutre intermédiaire
Mmin Mmax Mmin Mmax
0 0 0 0 0
0,05*L = 1,9605 275,533 442,073 272,606 439,137
0,1*L = 3,921 522,063 837,612 516,516 832,049
0,15*L = 5,8815 739,589 1186,612 731,732 1178,736
0,2*L = 7,842 928,112 1489,081 918,251 1479,198
0,25*L = 9,8025 1087,631 1745,025 1076,076 1733,435
0,30*L = 11,763 1218,147 1954,428 1205,205 1941,447
0,35*L = 13,7235 1319,659 2117,297 1305,639 2103,235
0,40*L = 15,684 1392,168 2233,632 1377,377 2218,797
0,45*L = 17,6445 1435,673 2303,433 1420,420 2288,134
0,5*L = 19,605 1450,175 2326,700 1434,768 2311,247

RATOVONDRAINY Léonard Page 98


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°54 : moment de chaque poutre a l’ELS

Position des Moment a l’ELS [Tm]


sections Poutre de rive Poutre intermédiaire
Mmin Mmax Mmin Mmax
0 0 0 0 0
0,05*L = 1,9605 203,410 328,655 201,586 326,459
0,1*L = 3,921 385,408 622,714 381,952 618,555
0,15*L = 5,8815 545,994 882,179 541,099 876,286
0,2*L = 7,842 685,169 1107,048 679,026 1099,654
0,25*L = 9,8025 802,933 1297,322 795,733 1288,657
0,30*L = 11,763 899,285 1453,001 891,221 1443,295
0,35*L = 13,7235 974,225 1574,084 965,490 1563,570
0,40*L = 15,684 1027,754 1660,572 1018,539 1649,481
0,45*L = 17,6445 1059,871 1712,465 1050,368 1701,027
0,5*L = 19,605 1070,577 1729,763 1060,978 1718,209

On a aussi la courbe enveloppe du moment fléchissant

COURBE ENVELOPPE (poutre de rive à l'ELU)

Mmax
2326.70

2000
MOMENT FLECHISSANT [Tm]

Mmin
1450.17

1000

500

0
0 5 10 15 19.605 25 30 35 39.21
POSITION DE LA SECTION (x)

Figure n° 55 : courbe enveloppe du moment fléchissant a l’ELU

RATOVONDRAINY Léonard Page 99


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Efforts tranchants :
Comme le calcul du moment fléchissant, on utilise la LI de l’effort tranchant.
La fonction d’influence de l’effort tranchant dans la section ∑ a pour expression :
 
 V ( , x )  pour   x
L

V ( , x)  1   pour   x
 L

Figure n°56 : diagramme de LI de l’effort tranchant


Effort tranchant dû aux charges permanentes :

Notre longueur de calcul est L = 39,21m, et on adopte le pas de la section de calcul par 0,1L.

VG   g  w avec g  16, 429T / m


W : aire totale de la LI
Tableau n°55: Effort tranchant dû aux charges permanentes

Ordonnée (Y) Aire (w)


x L-x  (W- - W+) VG en [T]
Y 
Y 
W W
0 39,21 0 1 0 19,605 19,605 322,0905
3,921 35,289 0,1 0,9 0,196 15,880 15,684 257,672
7,842 31,368 0,2 0,8 0,784 12,547 11,763 193,254
11,763 27,447 0,3 0,7 1,764 9,606 7,842 128,836
15,684 23,526 0,4 0,6 3,136 7,057 3,921 64,418
19,605 19,605 0,5 0,5 4,901 4,901 0 0
23,526 15,684 0,6 0,4 7,057 3,136 -3,921 -64,418
27,447 11,763 0,7 0,3 9,606 1,764 -7,842 -128,836
31,368 7,842 0,8 0,2 12,547 0,784 -11,763 -193,254
35,289 3,921 0,9 0,1 15,880 0,196 -15,684 -257,672
39,21 0 1 0 19,605 0 -19,605 -322,090

RATOVONDRAINY Léonard Page 100


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Calcul des charges A(l)

320*106
Pour   x  A (l )  350 
x 3  60* x 2  225000

320*106
Pour   x  A (l )  350 
( L  x)3  60*( L  x)2  225000

Longueur en m A(l) en T/m


Pas
x L-x x  x
0L 0 39,21 12,405 8,383
0,1L 3,921 35,289 12,3622 8,967
0,2L 7,842 31,368 12,224 9,563
0,3L 11,763 27,447 11,984 10,150
0,4L 15,684 23,526 11,644 10,708
0,5L 19,605 19,605 11,213 11,213
0,6L 23,526 15,684 10,708 11,644
0,7L 27,447 11,763 10,150 11,984
0,8L 31,368 7,842 9,563 12,224
0,9L 35,289 3,921 8,967 12,362
L 39,21 0 8,383 12,405
Tableau n°56 : Calcul des charges A(l) :

Effort tranchant dû aux surcharges de trottoir V(t) :

Vt1  0,15  W  avec W  : aire de la partie positive



Pour un seul trottoir chargé :    
Vt1  0,15  W avec W : aire de la partie negative

 
Vt 2  2  0,15  W

Pour deux trottoirs chargés :   


Vt 2  2  0,15  W

Tableau n°57 : Effort tranchant dû aux surcharges de trottoir V(t)

Aire (w) Vt1 [T] Vt2 [T]


Pas     
W W V V V V
0L 0 19,605 0 2,940 0 5,881
0,1L 0,196 15,880 0,029 2,382 0,058 4,764
0,2L 0,784 12,547 0,117 1,882 0,235 3,764
0,3L 1,764 9,606 0,264 1,440 0,529 2,881
0,4L 3,136 7,057 0,470 1,058 0,941 2,117
0,5L 4,901 4,901 0,735 0,735 1,470 1,470
0,6L 7,057 3,136 1,058 0,470 2,117 0,941
0,7L 9,606 1,764 1,440 0,264 2,881 0,529
0,8L 12,547 0,784 1,882 0,117 3,764 0,235
0,9L 15,880 0,196 2,382 0,029 4,764 0,058
L 19,605 0 2,940 0 5,881 0

RATOVONDRAINY Léonard Page 101


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Effort tranchant dû aux surcharges A(l)

 
VA(l )  A(l )  W

VA ( l )   
VA(l )  A(l )  W

Tableau n°58 : Effort tranchant dû aux surcharges A(l)

Pas Aire (w) A (l) V A(l)


    
W W A(l ) A(l ) V V
0L 0 19,605 12,405 8,383 0 164,355
0,1L 0,196 15,880 12,362 8,967 2,423 142,411
0,2L 0,784 12,547 12,224 9,563 9,586 119,99
0,3L 1,764 9,606 11,984 10,15 21,146 97,513
0,4L 3,136 7,057 11,644 10,70 36,527 75,579
0,5L 4,901 4,901 11,213 11,21 54,961 54,961
0,6L 7,057 3,136 10,708 11,64 75,579 36,527
0,7L 9,606 1,764 10,150 11,91 97,513 21,146
0,8L 12,547 0,784 9,563 12,224 119,993 9,586
0,9L 15,880 0,196 8,967 12,362 142,411 2,423
L 19,605 0 8,383 12,405 164,355 0

Effort tranchant dû aux surcharges Bc

V( Bc )   Pi * Yi

En premier lieu, on va charger la partie négative de la ligne d’influence de façon extrême


suivi du chargement de la partie positive de façon maximum :

Figure n°57 : LI de V de la surcharge Bc

RATOVONDRAINY Léonard Page 102


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°59 : Effort tranchant dû aux surcharges Bc aux ordonnées positives

Ordonnée Y de la partie positive


Pas (VBC )
24T 24T 12T 24T 24T 12T
0L 1 0,962 0,847 0,719 0,681 0,566 97,644
0,1L 0,9 0,862 0,747 0,619 0,581 0,466 85,644
0,2L 0,8 0,762 0,647 0,519 0,481 0,366 73,644
0,3L 0,7 0,662 0,547 0,419 0,381 0,266 61,644
0,4L 0,6 0,562 0,447 0,319 0,281 0,166 49,644
0,5L 0,5 0,462 0,347 0,219 0,181 0,066 37,644
0,6L 0,4 0,362 0,247 0,119 0,081 0 26,052
0,7L 0,3 0,262 0,147 0,019 0 0 15,708
0,8L 0,2 0,162 0,047 0 0 0 9,252
0,9L 0,1 0,062 0 0 0 0 3,888
L 0 0 0 0 0 0 0

Tableau n°60: Effort tranchant dû aux surcharges Bc aux ordonnées négatives

Ordonnée Y de la partie négative


Pas (VBC )
24T 24T 12T 24T 24T 12T
0L 0 0 0 0 0 0 0
0,1L 0,1 0,062 0 0 0 0 3,888
0,2L 0,2 0,162 0,047 0 0 0 9,252
0,3L 0,3 0,262 0,147 0,019 0 0 15,708
0,4L 0,4 0,362 0,247 0,119 0,081 0 26,052
0,5L 0,5 0,462 0,347 0,219 0,181 0,066 37,644
0,6L 0,6 0,562 0,447 0,319 0,281 0,166 49,644
0,7L 0,7 0,662 0,547 0,419 0,381 0,266 61,644
0,8L 0,8 0,762 0,647 0,519 0,481 0,366 73,644
0,9L 0,9 0,862 0,747 0,619 0,581 0,466 85,644
L 1 0,962 0,847 0,719 0,681 0,566 97,644

 Effort tranchant de chaque poutre :


Il est déterminé par Vp = CRT*V , avec V effort tranchant de l’ensemble

Tableau n°61 : calcul des coefficients de répartition transversale de V

POUTRE
à gauche au centre à droite
abscisse xi -3 0 3
Surcharge Bc (excentricité e=1)
CRT 0,5 0,333 0,5
Surcharge A(l) = charges permanentes (excentricité e=0)
CRT 0,333 0,333 0,333
Surcharge du trottoir (1 chargé) (excentricité e = 4)
CRT 1 0,333 1
Surcharge du trottoir (2 chargés) (excentricité e=0)
CRT 0,333 0,333 0,333

RATOVONDRAINY Léonard Page 103


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Effort tranchant de chaque poutre dû aux charges permanentes

Tableau n°62 : Effort tranchant de chaque poutre dû aux charges permanentes

EFFORT TRANCHANT DES POUTRES DUS AUX


CHARGES PERMANENTES
POUTRE DE RIVE POUTRE
INTERMEDIAIRE
107,256 107,256
85,805 85,805
64,354 64,354
42,902 42,902
21,451 21,451
0,000 0,000
-21,451 -21,451
-42,902 -42,902
-64,354 -64,354
-85,805 -85,805
-107,26 -107,26
On a le diagramme de l’effort tranchant dans la poutre
Effort tranchant (charge permanente) en T

107.26

50

-50

-107.26

0 5 10 15 20 25 30 35 39.21
Longueur en m

Figure n°55 : diagramme de V dû a la charge permanente

RATOVONDRAINY Léonard Page 104


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 surcharges des trottoirs

Tableau n°63 : surcharges des trottoirs

Effort tranchant (un trottoir chargé) Effort tranchant (deux trottoirs chargés)
POUTRE DE POUTRE POUTRE
POUTRE DE RIVE
RIVE INTERMEDIAIRE INTERMEDIAIRE
V V V V V V V V
0 2,940 0 0,979 0 1,958 0 1,958
0,029 2,382 0,0097 0,793 0,019 1,586 0,019 1,586
0,117 1,882 0,0391 0,626 0,078 1,253 0,078 1,253
0,264 1,440 0,0881 0,479 0,176 0,959 0,176 0,959
0,470 1,058 0,1566 0,352 0,313 0,705 0,313 0,705
0,735 0,735 0,2448 0,244 0,489 0,489 0,489 0,489
1,058 0,470 0,3525 0,156 0,705 0,313 0,705 0,313
1,440 0,264 0,4798 0,088 0,959 0,176 0,959 0,176
1,882 0,117 0,6267 0,039 1,253 0,078 1,253 0,078
2,382 0,029 0,7932 0,009 1,586 0,019 1,586 0,019
2,940 0 0,9792 0 1,958 0 1,958 0

 Surcharges Bc

Tableau n°64 : Effort tranchant de chaque poutre dû aux surcharges Bc

(VBC )P   VBC

EFFORT TRANCHANT DU AUX SURCHARGES Bc


POUTRE DE RIVE POUTRE INTERMEDIAIRE
 
(VBC ) (VBC ) (VBC ) (VBC )
0 48,822 0 32,515
1,944 42,822 1,294 28,519
4,626 36,822 3,080 24,523
7,854 30,822 5,230 20,527
13,026 24,822 8,675 16,531
18,822 18,822 12,535 12,535
24,822 13,026 16,531 8,675
30,822 7,854 20,527 5,230
36,822 4,626 24,523 3,080
42,822 1,944 28,519 1,294
48,822 0 32,515 0

RATOVONDRAINY Léonard Page 105


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Surcharges A(l)

Tableau n°65 : Effort tranchant de chaque poutre dû aux surcharges A(l)

EFFORT TRANCHANT DU AUX SURCHARGES A(l)


POUTRE DE RIVE POUTRE INTERMEDIAIRE
 
V V V V
0,000 54,730 0,000 54,730
0,807 47,423 0,807 47,423
3,192 39,958 3,192 39,958
7,042 32,472 7,042 32,472
12,164 25,168 12,164 25,168
18,302 18,302 18,302 18,302
25,168 12,164 25,168 12,164
32,472 7,042 32,472 7,042
39,958 3,192 39,958 3,192
47,423 0,807 47,423 0,807
54,730 0,000 54,730 0,000

Combinaison d’action :

4. Combinaison d’action de l’effort tranchant de la poutre


A l’ELU  VELU  1,35*VG  1,5*1,07 max(VA(l ) ;VBc )  max(Vt1;Vt 2 ) 

A l’ELS  VELS  VG  1,20 max(VA(l ) ;VBc )  max(Vt1;Vt 2 ) 

Tableau n°66 : effort tranchants de la poutre à l’ELU

V à l’ELU
POUTRE (cas défavorable)
144,796 237,356
114,495 195,774
81,567 154,031
46,192 112,346
8,681 71,052
-30,554 30,554
-71,052 -8,681
-112,346 -46,192
-154,031 -81,567
-195,774 -114,495
-237,361 -144,801
-144,796 -237,356

RATOVONDRAINY Léonard Page 106


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Diagramme de V dû a l’ELU

237.36
200 V min
V max
144.79
Effort tranchant a l' ELU en T

100

50

-50

-100

-144.79

-200
-237.36
0 5 10 15 20 25 30 35 39.21
Position de la section en m

Figure n°58 : diagramme de V dû a l’ELU

Tableau n°67 : effort tranchants de la poutre à l’ELS

V à l’ELS
POUTRE (cas défavorable)
107,256 176,46
84,801 145,571
60,383 114,562
34,134 83,59
6,29 52,92
-22,84 22,84
-52,92 -6,29
-83,59 -34,13
-114,562 -60,38
-145,571 -84,80
-176,464 -107,26
-107,256 -176,46

RATOVONDRAINY Léonard Page 107


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

5. Vérification de la section du béton


La vérification de la section du béton des poutres est nécessaire pour le calcul de la précontrainte.

Déterminons alors le centre de gravité et le moment d’inertie de la section :

Figure n°59 : section de la poutre

 Centre de gravité

Paramètre pour le calcul de centre de gravité

Tableau n° 68: Paramètres pour le calcul de centre de gravité

SECTION MEDIANE SECTION D’ABOUT


N° désignation
S [cm2] Y [cm] S*Y [cm3] S [cm2] Y [cm] S*Y [cm3]
1 table 2400 7,5 18000 2400 7,5 18000
2 Gousset sup. 288 19 5472 288 19 5472
3 Ame 5440 100 544000 3740 100 374000
4 Gousset inf. 576 177 101952 841 177 148857
5 Talon 3600 207,5 747000 3600 207,5 747000

RATOVONDRAINY Léonard Page 108


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Les coordonnées du centre de gravité sont exprimées par :

YG 
 S *Y
i i
et XG 
S *X i i
. Les sections sont symétriques par rapport à l’axe 0Y, donc
Y i X i

XG  0

1416424
 Pour la section médiane YG , m   115,12 cm
12034

1293329
 Pour la section d’about YG , a   118,99cm
10869

Détermination du moment d’inertie par rapport à l’axe passant par le centre de gravité
Tableau n° 69: Paramètres pour le calcul de moment d’inertie de la section médiane

N SECTION MEDIANE
Désignation
° Io [cm4] d [cm] d2 [cm] S [cm2] Io+S*d2
1 table 45000 107,62 11582,064 2400 27841954,56
2 Gousset sup. 2304 96,12 9239,0544 288 2663151,67
3 Ame 13101333,3 15,12 228,6144 5440 14344995,67
4 Gousset inf. 18432 61,88 3829,1344 576 2224013,41
5 Talon 607500 92,38 8534,0644 3600 31330131,84

Tableau n° 70: Paramètres pour le calcul de moment d’inertie de la section d’about

N SECTION D’ABOUT
Désignation
° Io [cm4] d [cm] d2 [cm] S [cm2] Io+S*d2
1 table 45000 111,5 12432,25 2400 29882400
2 Gousset sup. 2304 100 10000 288 2882304
3 Ame 9007166,67 19 361 3740 10357306,67
4 Gousset inf. 39293,3889 56,33 3173,0689 841 2707844,334
5 Talon 607500 88,5 7832,25 3600 28803600

Le moment d’inertie de la section tout entière :

I   I oi  Si * di2

Avec Ioi : moment d’inertie de l’élément considéré par rapport a son centre ;

di : distance de l’axe centrale de l’élément a l’axe centrale de la section ;

Si :section de l’élément.

 Pour la section médiane I m  78404247,15cm2

 Pour la section d’about I a  74633455cm2

RATOVONDRAINY Léonard Page 109


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

6. Détermination des paramètres de calcul de précontrainte de la section


médiane
V - distance du centre de gravité à la fibre supérieure ; (V = YG = 115,12 cm)

V’ - la distance entre du centre de gravité à la fibre inférieure. (V’ = h – V = 114,88 cm

C : limite supérieur du noyau central.


I
C  55, 47cm
S *V 

C’ - limite inférieur du noyau central.

I
C   55,35cm
S *V

Figure n°60 : noyau central


I
Le rendement géométrique de la section est défini par:    0, 482
SVV 

I
Le carrée du rayon de giration : i 2   6372, 257cm 2
S

 I I  M max  M min
Il faut vérifier la condition suivante : sup  ; 
V V  1  1

Avec :

Poutre de rive : Mmax =1729,76 Tm et Mmin = 591,14Tm

Poutre intermédiaire : Mmax =1718,21 Tm et Mmin = 591,14Tm

1  0,6* fc 28 0,6  40 24MPa  2400T / m2

1   ft 28  3MPa  300T / m2

I I 
sup  ;   0, 6811m2
V V 

RATOVONDRAINY Léonard Page 110


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

M max  M min
Poutre la poutre de rive   0, 4217m2
 1   1

M max  M min
Poutre la poutre intermédiaire   0, 4174m2
 1   1

La condition étant bien vérifiée, les dimensions données aux poutres peuvent être retenues pour la
suite de l’étude.

a. Calcul de la force de la précontrainte


Précontrainte sous critique :

La section est dite sous critique si le fuseau de passage est strictement situé hors de la zone
d’enrobage et la charge permanente est entièrement compensée par la précontrainte.

Elle est déterminée par l’expression suivante :

M max  M min 1729, 76  591,14


P1    1027, 45T
C  C (55, 47  55,35) *102

Précontrainte sur critique :

Une section est dite sur critique si le fuseau de passage coupe la zone d’enrobage.
Elle est déterminée par :

M max
P2 
C  V   cp

Avec Cp = 0,05*h =0,05*2,30 = 0,115m et C = 0,5547m et V’ = 1,1488m

1729, 76
P2   1088,93T
(0,5547  1,1488)  0,115

La force de précontrainte est donnée par :

P  max( P1; P2 )  1088,93T

Pour la détermination du nombre de câbles, il faut que la condition suivante soit vérifiée :

M
P  A *  lim max  ;
 *h

Avec A = 12304cm2 = 1,2304m2 et  lim max  2400T / m


2

1138, 6233
P  2952,96   1925,88T  La condition est vérifiée.
0, 482* 2,30

Excentricité en section critique : e p  V   C p  1,148  0,115   1, 0338m

RATOVONDRAINY Léonard Page 111


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

b. Détermination de nombre des câbles


Pour la détermination des tensions dans les câbles, on estimera que la valeur des pertes et des
chutes de tension est de 25% à l’origine   sp  0, 25* sp0 MPa
Tension à l’origine :
 sp0  min 0,8* f prg ;0,9 f peg 
f prg  1812MPa et f peg  1590MPa

Ce qui donne  sp0  min 0,8*1812 ;0,9*1590  1431MPa

Tension dans les câbles après pertes et chutes de tension :

 sp   sp0    sp avec   sp  0, 25* sp0  357,75MPa

 sp  1431  357,75  1073, 25MPa

 Section totale du câble

P 1088,93
T
ACP    101,38cm2
 sp 10, 7325

 Nombre total des câbles :

T
ACP 101,38
n avec ACP  11,30cm 2  n   8,972 ; prenons n  9
ACP 11,30

La section réelle totale des câbles est donnée par la relation suivante:
T
ACP  9*11,30  101, 70cm2

Dans la pratique, la précontrainte se fait en deux phases dont :


 La première phase consiste à une mise en tension des câbles destinés à reprendre l’effet
des charges permanentes (première famille de câbles), elle se fait lorsque le béton atteint
son jour d’âge ;
 La seconde phase est une mise en tension d’une deuxième famille de câbles destinés à
reprendre les actions supplémentaires, elle se fait lorsque le béton a acquis une résistance
suffisante, soit au jour d’âge du béton.

 Nombres de câbles de la première famille :


La mise en tension des câbles de la première famille sera faite après 7 jours de coulage du
béton sans coulage de la dalle et des entretoises. Dans cette phase, la fibre inférieure de la
poutre va subir des efforts de compression.
 Contrainte de compression admissible :
7
 bc  0, 6* f c 7  0, 6* * 40  15,89 MPa
4, 76  0,83*7
Les contraintes dues aux poids propre de la poutre seule sont :

RATOVONDRAINY Léonard Page 112


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

• fibre supérieure :
Mg 591,14*105
 
s
g *V  *115,12  86,796bars  8,679MPa
I 78404247,15

• fibre inferieure :
Mg 591,14*105
 gi   *V   *114,88  86,62bars  8,662MPa
I 78404247,15
Le nombre de câbles n1 à tendre en première phase est obtenu en vérifiant la relation suivante :
n1
* p , max   gp ,max  0, 6* f c 7
n
n1 - nombre de câbles de la première famille ;
n - nombre total de câbles.
 bc   gp ,max
n1  *n
 p ,max
P e *V 
Avec  p ,max  (1  2 ) avec e  (V   0, 05* h)  103,38  cm 
S i

 p ,max  8,85 MPa ,  gp ,max  8,679 MPa et  bc  15,89 MPa

Ce qui donne : n1  7,33 on prend n  4

 Nombre de câble de la deuxième famille :


Pour les câbles à tendre à la deuxième famille après coulage du béton des entretoises et de la
dalle, on en déduit n2 = N – n1 = 9 -4 = 5
Il faut vérifier aussi que :
 n1  40% de n
 n2  60% de n

c. Dispositions constructives des câbles


L L
• La zone de relevage de relevage de câble est :  Lrelevage 
4 3
Avec L = 39,21m, alors 9,80  Lrelevage  13, 07 ; prenons Lrelevage  11m
• Angle de relevage est 20    30 :
L’angle le plus courant est égal à : 24°15’
• Les rayons de courbure des câbles de précontrainte doivent vérifier :
R  sup 800* ; 4  m
Avec   13mm  1,3 cm , alors R  10, 4  m
Pour le neuvième câble, on va prendre R 9  10,8 m, pour l ' autre Ri 1  Ri  1, 2

RATOVONDRAINY Léonard Page 113


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Figure n°61 :determination des coefficients de câblage

La longueur L de la partie rectiligne de conduite de la câble est tel que : 0,5m ≤ L ≤ 1 m


Prenons L=1 m.
L’espacement des armatures doit satisfaire les règles suivantes :

 si q  1 
 
 Espacement vertical : eV  Max 1, 2* si q  2
4cm 
 
1,5* si p  3
 
 Espacement horizontal : eH  Max  si p  2 
1,5* si q  2 
 
Avec p : ligne de conduite, q : colonne de conduite et  : diamètre de la gaine de couverture qui a
de valeur 7,1cm
• Distance des armatures de précontrainte aux parements :
3 
c  Max  * a ;  ; d  ; Ici d : enrobage ;
4 
Paramètres de tracé des câbles :

On peut déterminer l’angle de déviation  i des câbles et les valeurs de c i , bi et d i à l’aide des
ai
valeurs de a i et de R i avec cos( i )  1  ; ci  L cos( i ) ; di  R1 sin ( i ) et b i  ci  di
Ri

Tableau n°71 : Paramètres de tracé des câbles

N° a i [m] R i [m]  i [deg] c i [m] d i [m] b i [m] Tan (  i ) L rel [m]


1 0,4 27,1 9,5123 0,9863 3,4923 5,4648 0,16756 0
2 0,8 25,9 14,164 0,9696 5,3681 7,3073 0,25237 0
3 1,2294 24,7 17,5559 0,9534 6,4970 8,4038 0,31637 0
4 1,6 23,5 21,1553 0,9326 7,5485 9,4137 0,38698 0
5 2,0308 22,3 24,274 0,9116 8,2560 10,0791 0,45097 0
6 2,0515 21,1 25,283 0,9042 8,1074 9,9158 0,47233 0,5
7 2,0515 19,9 26,1443 0,8977 7,8709 9,6663 0,49085 3
8 2,0515 18,7 27,0523 0,8906 7,6142 9,3954 0,51068 5,5
9 2,0515 17,5 28,0117 0,8829 7,3361 9,1018 0,53197 8,5

RATOVONDRAINY Léonard Page 114


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Détermination des ordonnées des câbles :

Pour le tracé de câbles, notons par la position des câbles par les coordonnée (X ; Y) dans le repère
(O, X, Y), avec Y=f(X)
Les coordonnées de chaque câble sont obtenues à partir des équations suivantes

 Si X  Lrel  0, 20  il n’y a pas de câble ;


 Si Lrel  0, 2  X  Lrel  0, 2  ci  Y   X tan i  e  ai   Lrel  0, 2 *tan i ;
  Lrel  0, 2  bi  X  
2

 Si Lrel  0, 2  ci  X  Lrel  0, 2  bi  Y  e  Ri * 1    ;
  Ri  

 Si Lrel  0, 2  bi  X  Y  e . Avec e – enrobage des câbles à mi – travée.

Tableau des ordonnées des câbles :

ABSCISSE ORDONNEES (Y) SUIVANTS LES NUMEROS DES CABLES [m]


(X) en [m] 1 2 3 4 5 6 7 8 9
-0,4 0,4 0,8 1,2294 1,6 2,0308 0 0 0 0
0 0,3812 0,7186 1,0653 1,4152 1,7655 2,1645 0 0 0
1 0,2567 0,5178 0,8008 1,0917 1,3844 1,7374 0 0 0
1,5 0,2085 0,4327 0,6852 0,9481 1,214 1,5462 0 0 0
2 0,1712 0,3576 0,5804 0,8165 1,0568 1,3709 0 0 0
3 0,1198 0,2374 0,4029 0,5896 0,7803 1,0587 1,9333 0 0
4 0,1065 0,1558 0,2675 0,4049 0,5531 0,7983 1,5241 0 0
5 0,1065 0,1134 0,1733 0,266 0,3755 0,5905 1,1778 2,1548 0
5,5 0,1065 0,1067 0,1415 0,2128 0,3012 0,5059 1,0265 1,919 0
6 0,1065 0,1065 0,12 0,1705 0,2404 0,4332 0,8895 1,7009 0
7 0,1065 0,1065 0,1065 0,1179 0,1531 0,3242 0,6567 1,3153 0
8 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1108 0,2631 0,4775 0,9931 2,1491
9 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,3503 0,7322 1,5798
9,5 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,3055 0,6234 1,4732
10 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,2742 0,5288 1,2844
10,5 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,255 0,4482 1,1127
11 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,2485 0,3814 0,9577
12 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,2485 0,2887 0,6958
13 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,2485 0,2499 0,4958
13,5 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,2485 0,2485 0,4182
14 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,2485 0,2485 0,3554
15 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,2485 0,2485 0,2733
15,9422 0,4 0,1065 0,1065 0,1065 0,1065 0,2485 0,2485 0,2485 0,2485
Tableau n°72 : ordonnées des câbles

d. Tracé du câble équivalent


Le câble équivalent est un câble fictif passant par le centre de gravité GC des groupes des câbles
de chaque section de la poutre et que l’on peut déterminer à partir de la position Gc par rapport à
l’arrête inférieure de la poutre à l’aide de la formule suivante :
n
 A cpi* yi
yed  i 1
ATcp
On va choisir un seul type de câble de même section, alors la formule devient :

RATOVONDRAINY Léonard Page 115


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Y i
Y ed  i 1
Avec n – nombre des câbles.
n
Abscisse -0,79 0 1 1,5 2 3 4
Ordonnée 0,674 0,834 0,643 0,559 0,484 0,569 0,423

Abscisse 5 5,5 6 7 8 9 9,5 10


Ordonnée 0,551 0,480 0,419 0,321 0,491 0,383 0,354 0,319

Abscisse 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Ordonnée 0,289 0,263 0,224 0,197 0,188 0,181 0,172 0,170
Tableau n°73 : Tracé du câble équivalent

e. Tracé des fuseaux limites


Premier fuseau limite :
C’est le fuseau à l’intérieur duquel doit se trouver le tracé du câble moyen pour qu’il n’y ait pas de
traction sur l’une ou l’autre des fibres extrêmes quel que soit le cas de charges envisagé.

• Bord inférieure du fuseau limite (ei):


MG
ei   C  
P
• Bord supérieure du fuseau limite (es) :

(M G  M Q )
eS  C 
P
Deuxième fuseau limite :
C’est le fuseau à l’intérieur duquel doit se trouver le tracé du câble moyen (câble équivalent) pour la
contrainte maximale reste inférieure à la résistance limite à la compression du béton.
• Bord inférieure du fuseau limite (ei):
 b * Bn MG
ei  (1  ) *C 
P P
• Bord supérieure du fuseau limite (es) :
 b * Bn (M G  M Q )
eS  (  1) * C  
P P
Avec : MG – moment dû aux charges permanentes ;
MQ – moment dû aux surcharges d’exploitation ;
Bn – surface nette de la section complète.
P – force de précontrainte ;
 bc  0,6* fc 28  15 MPa 
C : limite supérieur du noyau central.
I
C  55, 47  cm 
S *V 

C’ - distance entre le sommet inférieur du noyau central.

I
C   55,35  cm
S *V

RATOVONDRAINY Léonard Page 116


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Les résultats de calculs sont donnés dans le tableau [annexe 8]

Vérification du tracé du câble équivalent :


Tableau n°74 : Vérification du tracé du câble équivalent

SECTION Fuseau de passage Excentricité du


[m] Bord inferieur Bord supérieur centre de gravité du
CE
0 -0,5042 0,9475 0,1029
1 -0,5582 0,7396 -0,1840
1,5 -0,5841 0,6367 -0,3097
2 -0,6093 0,5351 -0,4232
3 -0,6577 0,3491 -0,4171
4 -0,7032 0,1671 -0,6045
5 -0,7458 0,0029 -0,5291
5,5 -0,7661 -0,0782 -0,6088
6 -0,7857 -0,1566 -0,6779
7 -0,8227 -0,2989 -0,7880
8 -0,8569 -0,4359 -0,6577
9 -0,8883 -0,5564 -0,7662
9,5 -0,9029 -0,6156 -0,7951
10 -0,9168 -0,6709 -0,8301
10,5 -0,9300 -0,7205 -0,8603
11 -0,9425 -0,7695 -0,8856
12 -0,9654 -0,8615 -0,9250
13 -0,9855 -0,8714 -0,9516
13,5 -0,9945 -0,8847 -0,9603
14 -1,0027 -0,9078 -0,9673
15 -1,0171 -0,9259 -0,9764
15,9422 -1,0281 -0,9408 -0,9792

0.9475
bord superieur du fuseau de passage
bord inferieur du fuseau de passage
0.5 Excentricité du centre de gravité du câble equivalent
FUSEAU DE PASSAGE

0,1029
0

-0.5042

-1.1

0 2 4 6 8 10 12 14 16
SECTION [m]

Figure n°62 : fuseau de passage


Cette figure montre que le câble équivalent se situe à l’intérieur des deux fuseaux de passage le
long de la poutre.

RATOVONDRAINY Léonard Page 117


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

f. Calcul des pertes et chutes de tension


 Pertes de tension instantanées
Les pertes instantanées sont les pertes de précontrainte qui se produisent juste après la mise en
tension des câbles et le transfert de précontrainte (c'est-à-dire injection des coulis et libération des
vérins, après durcissement du coulis).
Pour le cas de post-tension, les différentes pertes de tension sont :
 Les pertes de tension par frottement ;
 Les pertes de tension par déformations instantanées du béton ;
 Les pertes de tension dues à l’ancrage.
La tension probable dans un câble au point d’abscisse x, après pertes et chutes de tension
instantanées, est donnée par la formule suivante:

 Perte de tension par frottement de l’armature


Lors de la mise en tension du câble, l’existence de frottement entre celui-ci et le béton provoque
inévitablement la diminution de la force de précontrainte. Elle est exprimée par :
  ( x)   Po   Po ( x)

Avec :  po ( x)   po  e( f   x )  MPa ;

 x - distance de la section considérée à celle des sorties des organes de mise en tension ;
  – déviation angulaire totale du câble sur la distance x ;
   0,003m1 - coefficient de perte de tension par unité de longueur ;
 f  0,18 rad 1 - coefficient de frottement de la courbe ;
  Po  1431 MPa 

 (0,18 0,003 x )
Alors   ( x)  1431(1  e )

RATOVONDRAINY Léonard Page 118


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Le tableau suivant résume les valeurs de précontrainte   ( x) en  MPa  obtenues avec chaque câble après les pertes et chutes de tension par frottement
dans différentes section de la poutre :
Tableau n°75 : Tension obtenue avec un câble après pertes de tension dues aux frottements

X[m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


câble
1 1388,8 1384,7 1382,6 1380,5 1376,45 1372,32 1368,21 1366,16 1364,1 1360,0 1355,9
2 1368,7 1364,6 1362,6 1360,5 1356,49 1352,42 1348,37 1346,35 1344,3 1340,3 1336,2
3 1354,2 1350,1 1348,1 1346,1 1342,12 1338,10 1334,09 1332,09 1330,1 1326,1 1322,1
4 1339,0 1335,0 1333,0 1331,0 1327,0 1323,1 1319,1 1317,12 1315,1 1311,2 1307,3
5 1325,9 1322,0 1320,0 1318,1 1314,1 1310,2 1306,24 1304,28 1302,3 1298,4 1294,5
6 1321,8 1317,8 1315,8 1313,9 1309,94 1306,02 1302,11 1300,16 1298,2 1294,3 1290,4
7 1306,41 1302,49 1298,59 1296,65 1294,7 1290,8 1286,9
8 1294,89 1292,95 1291,0 1287,2 1283,3
9
1287,1 1283,3 1279,4

X[m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,942


câble
1 1351,9 1349,8 1347,8 1345,8 1343,8 1339,8 1335,7 1333,8 1331,8 1327,8 1324,03
2 1332,3 1330,3 1328,3 1326,3 1324,3 1320,35 1316,4 1314,42 1312,45 1308,5 1304,83
3 1318,2 1316,2 1314,2 1312,7 1310,3 1306,4 1302,5 1300,5 1298,6 1294,7 1291,01
4 1303,4 1301,4 1299,5 1297,5 1295,6 1291,7 1287,8 1285,9 1283,9 1280,1 1276,50
5 1290,6 1288,7 1286,8 1284,8 1282,9 1279,10 1275,3 1273,35 1271,44 1267,6 1264,1
6 1286,6 1284,7 1282,7 1280,8 1278,9 1275,05 1271,2 1269,3 1267,4 1263,6 1260,06
7 1283,1 1281,2 1279,3 1277,3 1275,4 1271,61 1267,8 1265,9 1264,00 1260,2 1256,66
8 1279,5 1277,5 1275,6 1273,7 1271,8 1267,99 1264,2 1262,3 1260,40 1256,6 1253,08
9 1275,6 1273,7 1271,8 1269,8 1267,9 1264,2 1260,4 1258,50 1256,6 1252,8 1249,31

RATOVONDRAINY Léonard Page 119


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Perte de tension a l’ancrage


La perte de tension à l’ancrage, ou bien due à l’enfoncement du cône, est due au glissement de
l’armature par rapport à son ancrage.

Elle est obtenue par la relation :

l1  l2
 a   EP en  MPa 
l1

Avec :

• EP  190000  MPa - module d’élasticité longitudinale de l’armature de précontrainte ;


• l1  1mm - déplacement de la rondelle située entre l’ancrage et l’élément de
précontrainte (béton) ;
• l1  1mm - déformation propre de l’ancrage ;
• li - Longueur de l’armature de précontrainte considérée.

Pertes de précontrainte dues à l’ancrage

N° câble Longueur [mm]  anc  MPa 


1 40064,218 9,485
2 40184,339 9,456
3 40321,223 9,424
4 40517,621 9,379
5 40727,439 9,330
6 39780,621 9,552
7 34819,114 10,914
8 29858,683 12,727
9 23899,181 15,900
Tableau n°76 : Pertes de précontrainte dues à l’ancrage

Perte de tension par déformation instantanée du béton


Les armatures de précontraintes sont liées au béton, par conséquent, elles vont subir la même
déformation, et par suite, une perte de précontrainte. L’effet de la compression des armatures de
précontrainte entraine le raccourcissement du béton.
 Phase I : mise en tension de la première famille des câbles à 7 jours après durcissement
de béton ;
 Phase II : mise en tension de la deuxième famille de câbles, 14 jours après la mise en
tension de la première famille de câbles.

Variation de la contrainte au niveau d’un câble de précontrainte :

 Car cette variation provient d’une action extérieure, appliquée après la mise en tension du
câble considéré, on a :
M Y
 b   MPa 
I
Avec :
o M - moment fléchissant engendré par l’action extérieure ;
o Y - excentricité du câble considéré par rapport au centre de gravité de la section
résistante au moment de l’application de l’action extérieure en [m] ;
RATOVONDRAINY Léonard Page 120
ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

o I - moment d’inertie de la section résistante par rapport à son centre de gravité (section
brute) en [m4] ;
 Si la variation provient de la mise en tension des câbles de la 2ème famille, elle est donnée
1 e Y
par :  b ( x)   pi 2 ( x)  Acp  (  2 ) en  MPa 
Bb , p I
Avec :

  pi 2 ( x)  tension obtenue avec les câbles de la deuxième famille après les pertes de
tension dues aux frottements et à l’ancrage ;
 Acp - section d’un câble en [m2] ;
 Bb, p - aire de la section brute (poutre + hourdis) en [m2] ;
 e2 - excentricité du câble fictif équivalent aux câbles de la deuxième famille ;
Les pertes de tension qui résultent des déformations instantanées du béton dues à l’action des
armatures de précontraintes et autres actions extérieures (actions permanentes) sont:
 b ( x)
 pi ( x)  E p  en  MPa 
Ebi
Avec :
  b ( x)  variation de contrainte au niveau du béton enrobant le câble considéré ;
 Ebi - module d’élasticité longitudinale du béton au moment où la variation de contrainte :
Ebi  11000  3 f ci
 après 14 jours de durcissement de la poutre Eb14  35701  MPa  ;
 après 28 jours, mise en place de la superstructure et mise en tension des câbles de la
2ème famille
Eb 28  37619  MPa 

Les pertes de tension par déformation instantanée du béton, dans le câble n°01 à
n°09 [annexe 10]

RATOVONDRAINY Léonard Page 121


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Pertes instantanées totales de tension du câble :

Les pertes instantanées par frottement, par enfoncement du cône et par déformation instantanée
du béton se produisent les unes à la suite des autres.
La perte instantanée totale, désignée aussi dans la règle de BPEL, par perte à la mise en œuvre
est définie par :
 i      anc   pi  MPa 
Avec :
►   : perte de tension par frottement de l’armature;
►  anc : perte de tension due à l’ancrage ;
►  pi : perte de tension totale par déformation instantanée du béton.

RATOVONDRAINY Léonard Page 122


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n° 77: Pertes instantanées totales  i ( x)  MPa  :


Abscisse X en m
N° de câbles 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8

1 51,59 66,544 67,950 69,236 78,922 83,674 87,488 91,697 107,141 115,845 103,282
2 71,71 85,490 87,234 88,790 98,629 103,445 107,318 111,478 126,893 135,537 122,915
3 86,17 98,717 100,809 102,650 112,655 117,515 121,734 125,752 141,038 149,705 137,039
4 101,35 112,615 115,051 117,180 127,339 132,230 136,935 140,763 155,700 164,470 151,853
5 114,35 124,338 127,120 129,540 139,861 144,776 150,040 153,658 168,135 176,916 164,565
6 118,77 126,668 129,692 132,359 142,031 146,836 152,859 155,963 167,808 175,548 167,129
7 0,00 0 0 0 145,486 150,448 159,135 161,387 170,780 178,066 172,900
8 0,00 0 0 0 0 12,727 166,972 167,839 172,908 178,922 180,601
9 0,00 0 0 0 0 0 0 0 159,768 163,623 192,620

Abscisse X en m
N° de câbles 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422

1 114,499 118,064 122,157 125,880 129,235 135,101 140,034 142,181 144,213 147,985 151,189
2 134,073 137,609 141,673 145,366 148,692 154,500 159,374 161,492 163,496 167,210 170,359
3 148,155 151,670 155,712 159,385 162,690 168,456 173,288 175,385 177,368 181,040 184,151
4 162,924 166,416 170,437 174,087 177,370 183,091 187,880 189,955 191,916 195,545 198,614
5 175,577 179,050 183,051 186,683 189,947 195,630 200,381 202,437 204,380 207,971 211,005
6 176,513 179,648 183,191 186,446 189,414 194,691 199,238 201,262 203,196 206,832 209,981
7 181,318 184,407 187,951 191,243 194,230 199,496 204,033 206,051 207,980 211,606 214,746
8 186,667 189,468 192,752 195,990 199,080 204,705 209,447 211,468 213,392 217,007 220,136
9 193,428 195,415 197,821 200,576 203,502 209,418 214,921 217,393 219,699 223,813 227,079

La tension au point i d’abscisse x, après perte de tension instantanée :


C’est la tension initiale probable dans un câble après les pertes instantanées. Elle est obtenue grâce à la formule suivante C’est la tension initiale probable dans
un câble après les pertes instantanées. Elle est obtenue par :  pi ( x)  ( po   pi ( x) ) MPa ; avec  po  1431MPa

RATOVONDRAINY Léonard Page 123


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°78: la tension probable dans un câble, après perte de tension instantanée

Abscisse X en m
0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8
N° de câbles
1 1379,41 1364,46 1363,05 1361,76 1352,08 1347,33 1343,51 1339,30 1323,86 1315,15 1327,72
2 1359,29 1345,51 1343,77 1342,21 1332,37 1327,56 1323,68 1319,52 1304,11 1295,46 1308,09
3 1344,83 1332,28 1330,19 1328,35 1318,35 1313,48 1309,27 1305,25 1289,96 1281,30 1293,96
4 1329,65 1318,38 1315,95 1313,82 1303,66 1298,77 1294,07 1290,24 1275,30 1266,53 1279,15
5 1316,65 1306,66 1303,88 1301,46 1291,14 1286,22 1280,96 1277,34 1262,87 1254,08 1266,44
6 1312,23 1304,33 1301,31 1298,64 1288,97 1284,16 1278,14 1275,04 1263,19 1255,45 1263,87
7 0,00 0,00 0,00 0,00 1285,51 1280,55 1271,86 1269,61 1260,22 1252,93 1258,10
8 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 1418,27 1264,03 1263,16 1258,09 1252,08 1250,40
9 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 1271,23 1267,38 1238,38

Abscisse X en m
9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422
N° de câbles
1 1316,50 1312,94 1308,84 1305,12 1301,76 1295,90 1290,97 1288,82 1286,79 1283,01 1279,81
2 1296,93 1293,39 1289,33 1285,63 1282,31 1276,50 1271,63 1269,51 1267,50 1263,79 1260,64
3 1282,84 1279,33 1275,29 1271,61 1268,31 1262,54 1257,71 1255,62 1253,63 1249,96 1246,85
4 1268,08 1264,58 1260,56 1256,91 1253,63 1247,91 1243,12 1241,05 1239,08 1235,46 1232,39
5 1255,42 1251,95 1247,95 1244,32 1241,05 1235,37 1230,62 1228,56 1226,62 1223,03 1220,00
6 1254,49 1251,35 1247,81 1244,55 1241,59 1236,31 1231,76 1229,74 1227,80 1224,17 1221,02
7 1249,68 1246,59 1243,05 1239,76 1236,77 1231,50 1226,97 1224,95 1223,02 1219,39 1216,25
8 1244,33 1241,53 1238,25 1235,01 1231,92 1226,30 1221,55 1219,53 1217,61 1213,99 1210,86
9 1237,57 1235,58 1233,18 1230,42 1227,50 1221,58 1216,08 1213,61 1211,30 1207,19 1203,92

RATOVONDRAINY Léonard Page 124


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Perte de tension différée :

Elles sont composées de :

 Perte de tension due au retrait du béton :

Le retrait se manifeste dès le durcissement du béton.

La perte de tension due au retrait du béton dans un câble à l’instant t a pour expression :

 r (t )   r  r (t )  r (tO )  EP

Avec  r  2,5  104 valeur expérimentale du retrait du béton ;


r (t ) : La loi de variation du retrait du béton à l’instante t telle que :
t B
r (t )  avec rm  ¨
t  9  rm P
 B = 1,5504 m2
 P = 8,2955 m
 rm  18,69m

tO : âge du béton à la mise de tension des câbles.

 Pour t = 7 jours, r (tO ) = 0,0399 ;


 Pour t = 28 jours, r (tO ) = 0,1427 ;
 Pour t = ∞, r (tO ) = 1

Ce qui nous donne les valeurs de pertes de tension dans un câble :

 Perte de tension dans un câble de la première famille :

 r (t )  2,5  104  1  0,0399  *190000  45,602 MPa

 Perte de tension dans un câble de la deuxième famille :

 r (t )  2,5  104  1  0,1427  *190000  40,7214 MPa

 Pertes de tension dues à la relaxation des armatures :

La perte de tension due aux relaxations des aciers est exprimée par :

 P ( x)  6,102  1000  (   0 )   Pi ( x)

 pi
  : valeur prise égale à ;
f prg

RATOVONDRAINY Léonard Page 125


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 0  0,43 : Pour les armatures à très basses relaxation ;


 0  0,35 : Pour les armatures à basses relaxation ;
 0  0,30 : Pour les armatures à relaxation normale.
 1000  2,5 % : Relaxation isotherme à 1000 heures en pourcentage de la tension
initiale ;

RATOVONDRAINY Léonard Page 126


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°79 : Pertes de tension dues à la relaxation des armatures  p ( x)

Abscisse X en m
N° de câbles 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8
1 68,542 66,110 65,883 65,676 64,125 63,370 62,766 62,103 59,694 58,354 60,292
2 65,279 63,082 62,806 62,561 61,017 60,267 59,667 59,025 56,671 55,368 57,275
3 62,974 61,003 60,677 60,390 58,844 58,098 57,454 56,844 54,546 53,260 55,143
4 60,593 58,850 58,476 58,150 56,604 55,865 55,159 54,587 52,378 51,098 52,944
5 58,584 57,058 56,637 56,271 54,722 53,990 53,211 52,678 50,567 49,304 51,085
6 57,907 56,705 56,248 55,846 54,398 53,684 52,795 52,340 50,615 49,500 50,713
7 0 0 0 0 53,885 53,151 51,875 51,547 50,186 49,140 49,880
8 0 0 0 0 0 75,036 50,736 50,610 49,879 49,017 48,778
9 0 0 0 0 0 0 0 0 51,783 51,221 47,077

Abscisse X en m
9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422
N° de câbles
1 58,560 58,014 57,390 56,825 56,317 55,434 54,696 54,376 54,073 53,514 53,041
2 55,588 55,058 54,451 53,902 53,410 52,554 51,840 51,532 51,240 50,701 50,246
3 53,489 52,970 52,376 51,839 51,357 50,521 49,825 49,524 49,240 48,715 48,273
4 51,323 50,816 50,235 49,710 49,239 48,423 47,745 47,452 47,176 46,667 46,238
5 49,496 48,999 48,429 47,914 47,453 46,655 45,991 45,705 45,436 44,939 44,521
6 49,362 48,914 48,409 47,948 47,528 46,786 46,150 45,869 45,600 45,096 44,662
7 48,676 48,237 47,735 47,271 46,851 46,115 45,484 45,204 44,938 44,439 44,008
8 47,916 47,521 47,058 46,604 46,173 45,391 44,736 44,458 44,194 43,699 43,273
9 46,963 46,685 46,348 45,964 45,557 44,740 43,984 43,646 43,332 42,774 42,333

RATOVONDRAINY Léonard Page 127


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Perte de tension due au fluage du béton :

Le fluage du béton est la déformation qui se produit sous l’effet d’une contrainte permanente.
La perte de tension est déterminée à partir de la formule suivante :
EP
 f l   b   M  
Eij

 M : La contrainte maximale du béton au niveau du câble moyen définie par :

M ( x) 
 Pi ( x) Acp

 Pi ( x) AcpeP2

 Mpp  Mh  Men  e
P
S I I

Avec ACP : section d’un câble 12T13 prise égale à 0,00113 m2

 Mpp - Moment fléchissant dû à la poutre


 Mh - Moment fléchissant dû à l’hourdis ;
 Men - Moment fléchissant dû à l’entretoise.
 Ep - Excentricité du câble moyen par rapport au centre de gravité de la section brute
(hourdis+poutre).
  b : Contrainte finale dans le béton au niveau du câble moyen lorsque toutes les pertes
différées sont produites ;
 Ei j : Module d’élasticité longitudinale instantanée du béton ;
 I : moment d’inertie de la section brute {poutre + hourdis} ;

j: âge du béton à la mise en précontrainte qui est égale à 7 jours et ce qui donne.

Ei 7  32791 MPa

EP  190000 MPa

Apres avoir trouvé  b , on calcule  M

M S eP  ACP ACP eP2 


 b ( x)   M ( x)     d ( x)   
I  S I 

5
Et   d ( x)    r ( x)    f l ( x) 
6
  p ( x)
►   d ( x) - perte différée totale ;
►  f l ( x) - perte de tension par fluage dans chaque câble ;
►   ( x) - somme des pertes dues au fluage ;
fl

►   ( x) - somme des pertes de tension dues au retrait du béton ;


r

►   ( x) - Somme des pertes dues à la relaxation des aciers.


p

RATOVONDRAINY Léonard Page 128


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Les résultats sont récapitulés dans le tableau suivant :

Tableau n° 80 : Pertes de tension dues au fluage du béton

Abscice X [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


 M  MPa  8,400 9,614 10,198 10,727 10,783 14,329 11,488 12,121 14,665 15,679 12,368

  fl ( x)  Mpa  70,708 80,928 85,843 90,296 90,769 120,615 96,704 102,033 123,445 131,982 104,110
 f l ( x)  MPa  14,142 13,488 14,307 15,049 45,385 60,308 12,088 12,754 15,431 16,498 11,568

Abscice X [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


 M  MPa  13,405 13,580 13,863 14,085 14,243 14,408 14,404 14,345 14,268 14,070 13,835

  fl ( x)  Mpa  112,840 114,311 116,693 118,563 119,892 121,281 121,252 120,753 120,101 118,436 116,457
 f l ( x)  MPa  12,538 12,701 12,966 13,174 13,321 13,476 13,472 13,417 13,345 13,160 12,940

RATOVONDRAINY Léonard Page 129


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Chute différée totale de tension


Les pertes différées par retrait, par fluage, par relaxation, sont calculées en considérant le phénomène comme indépendant, or ils se produisent simultanément
et agissent les uns sur les autres.
Tableau n°81 : Pertes de tension différées  d ( x)

Abscisse X en m
N° de câbles 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8
1 116,862 114,182 114,812 115,382 144,424 158,718 109,995 110,109 110,778 110,728 107,414
2 114,143 111,659 112,248 112,785 141,834 156,132 107,413 107,544 108,259 108,240 104,899
3 112,222 109,926 110,473 110,977 140,023 154,325 105,569 105,726 106,488 106,483 103,123
4 110,238 108,132 108,639 109,110 138,157 152,464 103,656 103,845 104,681 104,682 101,290
5 108,563 106,639 107,107 107,544 136,588 150,901 102,033 102,255 103,172 103,187 99,741
6 103,119 101,464 101,902 102,309 131,438 145,766 96,806 97,092 98,331 98,469 94,550
7 0 0 0 0 131,010 145,321 96,039 96,431 97,973 98,169 93,856
8 0 0 0 0 0 163,559 95,089 95,651 97,718 98,067 92,937
9 0 0 0 0 0 0 0 0 99,305 99,904 91,520

Abscisse X en m
N° de câbles 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422
1 106,940 106,649 106,393 106,130 105,854 105,273 104,655 104,332 104,008 103,357 102,743
2 104,464 104,185 103,944 103,694 103,432 102,873 102,275 101,962 101,647 101,013 100,414
3 102,714 102,446 102,215 101,975 101,721 101,179 100,595 100,289 99,980 99,358 98,769
4 100,909 100,650 100,431 100,201 99,956 99,431 98,862 98,563 98,260 97,651 97,073
5 99,387 99,136 98,926 98,704 98,468 97,957 97,401 97,107 96,810 96,211 95,643
6 94,394 94,184 94,028 93,851 93,650 93,186 92,653 92,362 92,066 91,461 90,880
7 93,822 93,620 93,466 93,287 93,085 92,626 92,097 91,809 91,514 90,913 90,335
8 93,190 93,023 92,903 92,732 92,520 92,023 91,474 91,186 90,894 90,297 89,722
9 92,395 92,327 92,311 92,199 92,007 91,480 90,847 90,510 90,176 89,526 88,938

RATOVONDRAINY Léonard Page 130


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Perte de tension finale dans chaque câble : La tension finale probable est donnée par :

 p  ( x)   pi ( x)   d ( x) en  MPa 
Tableau n°82 : Perte de tension finale dans chaque câble

Abscisse X en m
N° de câbles 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8
1 1262,544 1250,274 1248,238 1246,383 1207,654 1188,608 1233,517 1229,195 1213,081 1204,427 1220,305
2 1245,151 1233,852 1231,518 1229,425 1190,536 1171,423 1216,270 1211,978 1195,848 1187,222 1203,186
3 1232,604 1222,356 1219,718 1217,373 1178,322 1159,160 1203,697 1199,522 1183,474 1174,812 1190,838
4 1219,414 1210,253 1207,309 1204,710 1165,505 1146,306 1190,409 1186,391 1170,618 1161,848 1177,858
5 1208,088 1200,023 1196,773 1193,916 1154,551 1135,323 1178,928 1175,088 1159,693 1150,898 1166,695
6 1209,116 1202,868 1199,406 1196,332 1157,532 1138,398 1181,336 1177,945 1164,861 1156,983 1169,321
7 0 0 0 0 1154,504 1135,231 1175,826 1173,181 1162,247 1154,765 1164,243
8 0 0 0 0 0 1254,714 1168,939 1167,511 1160,374 1154,011 1157,462
9 0 0 0 0 0 0 0 0 1171,928 1167,473 1146,860

Abscisse X en m
9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422
N° de câbles
1 1209,561 1206,287 1202,450 1198,990 1195,910 1190,626 1186,312 1184,487 1182,779 1179,658 1177,068
2 1192,463 1189,206 1185,383 1181,939 1178,876 1173,627 1169,351 1167,546 1165,858 1162,777 1160,227
3 1180,130 1176,884 1173,073 1169,640 1166,589 1161,366 1157,117 1155,326 1153,652 1150,602 1148,080
4 1167,167 1163,933 1160,133 1156,712 1153,674 1148,478 1144,258 1142,483 1140,824 1137,805 1135,313
5 1156,036 1152,814 1149,023 1145,613 1142,585 1137,413 1133,218 1131,456 1129,810 1126,818 1124,352
6 1160,093 1157,168 1153,780 1150,702 1147,936 1143,123 1139,109 1137,376 1135,738 1132,707 1130,139
7 1155,860 1152,973 1149,583 1146,470 1143,685 1138,878 1134,870 1133,140 1131,506 1128,481 1125,920
8 1151,144 1148,509 1145,345 1142,278 1139,400 1134,273 1130,080 1128,345 1126,714 1123,697 1121,142
9 1145,176 1143,258 1140,868 1138,226 1135,490 1130,102 1125,231 1123,096 1121,125 1117,662 1114,983

RATOVONDRAINY Léonard Page 131


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

g. Justification des contraintes normales à l’ELS


La justification a pour but de vérifier l’état de la section du béton pour qu’il ne soit ni trop
comprimée ni tendue. Par suite, il est nécessaire de déterminer les contraintes au niveau des
fibres inférieures et supérieures de la section résistante au cours des diverses phases de la
précontrainte.
a. Sections de calcul :
On considère deux sections : section nette et section homogénéisée.
 Section nette
Avec une section nette, on soustrait aux sections brutes les vides longitudinaux (ce sont les vides
dus aux gaines de précontrainte). On a :
 2
 Aire de la section nette : Bn  Bb  nc   m 2 
4

Bn [m2]- aire de la section nette ;

Bb [m2]- aire de la section brute ;

nc [m]- nombre de câbles de précontrainte au niveau de la section considérée ;

Φ - diamètre d’une gaine (ici Φ = 7,1cm)

 Le centre de gravité de la section nette (position par rapport à la fibre inférieure de la


poutre) est exprimé par :

Bb  Vb  ( Bn  Bb )  Vc
Vn   m
Bn

Vc - position du centre de gravité des câbles par rapport à la fibre inférieure de la poutre ;

Vb - position du centre de gravité de la section brute par rapport à la fibre inférieure de la
poutre

 La formule pour trouver le moment d’inertie de la section nette par rapport à son centre de
gravité :

In  Ib  (Vb  Vc)2  Bb  (Vn  Vc)2  ( Bn  Bb ) m4 

 Section homogénéisée :
C’est la section nette ajoutée de l’aire de section des armatures longitudinales de précontraintes
multipliée par un coefficient d’équivalence (n = 5 pour le béton- acier de précontrainte).
 Aire de la section :
Bh  Bn  n  nc  Acp m2 

 Centre de gravité par rapport à la fibre inférieure de la poutre :


Bn  Vn  n  nc  Acp  Vc
Vh   m
Bn

RATOVONDRAINY Léonard Page 132


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Moment d’inertie de la section homogène par rapport à son centre de gravité :


I h  I n  (Vh  Vn)2  Bn  n  nc  Acp  (Vn  Vc)2 m4 
Tableau n°83: Caractéristiques de la section nette de la poutre seule

Abscisse X [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Bn  m2  1,211 1,207 1,207 1,207 1,203 1,203 1,199 1,199 1,199 1,199 1,195

Vn  m 1,147 1,152 1,155 1,157 1,158 1,163 1,163 1,165 1,167 1,170 1,168
Vn  m 1,153 1,148 1,145 1,143 1,142 1,137 1,137 1,135 1,133 1,130 1,132
I n m 
4
0,760 0,761 0,762 0,764 0,765 0,771 0,769 0,773 0,776 0,781 0,777

Abscisse X [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Bn  m 
2
1,195 1,195 1,195 1,195 1,195 1,195 1,195 1,195 1,195 1,195 1,195

Vn  m 1,172 1,173 1,174 1,174 1,175 1,176 1,177 1,177 1,178 1,178 1,178
Vn  m 1,128 1,127 1,126 1,126 1,125 1,124 1,123 1,123 1,122 1,122 1,122
I n m4  0,783 0,784 0,787 0,789 0,790 0,793 0,795 0,796 0,796 0,797 0,797

RATOVONDRAINY Léonard Page 133


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n° 84: Caractéristiques de la section nette de la poutre + hourdis

Abscisse X [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Bn  m 
2
1,531 1,527 1,527 1,527 1,523 1,523 1,519 1,519 1,519 1,519 1,515

Vn  m 1,415 1,419 1,420 1,421 1,422 1,425 1,425 1,426 1,428 1,430 1,429
Vn  m 1,085 1,081 1,080 1,079 1,078 1,075 1,075 1,074 1,072 1,070 1,071
I n m4  1,181 1,188 1,192 1,195 1,194 1,202 1,199 1,203 1,207 1,214 1,206

Abscisse X [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Bn  m 
2
1,515 1,515 1,515 1,515 1,515 1,515 1,515 1,515 1,515 1,515 1,515

Vn  m 1,431 1,432 1,433 1,433 1,434 1,435 1,436 1,436 1,436 1,436 1,436
Vn  m 1,069 1,068 1,067 1,067 1,066 1,065 1,064 1,064 1,064 1,064 1,064
I n m4  1,214 1,216 1,219 1,222 1,224 1,227 1,230 1,231 1,231 1,232 1,232

RATOVONDRAINY Léonard Page 134


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°85 : Caractéristiques de la section homogénéisée : poutre + hourdis

Abscisse X [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Bn  m 
2
1,559 1,561 1,561 1,561 1,562 1,562 1,564 1,564 1,564 1,564 1,566

Vn  m 1,404 1,402 1,402 1,401 1,401 1,400 1,400 1,399 1,399 1,398 1,398
Vn  m 1,096 1,098 1,098 1,099 1,099 1,100 1,100 1,101 1,101 1,102 1,102
I n m4  1,183 1,194 1,198 1,203 1,202 1,213 1,207 1,213 1,219 1,228 1,217

Abscisse X [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Bn  m 
2
1,566 1,566 1,566 1,566 1,566 1,566 1,566 1,566 1,566 1,566 1,566

Vn  m 1,397 1,397 1,397 1,396 1,396 1,396 1,395 1,395 1,395 1,395 1,395
Vn  m 1,103 1,103 1,103 1,104 1,104 1,104 1,105 1,105 1,105 1,105 1,105
I n m4  1,228 1,231 1,235 1,238 1,241 1,246 1,249 1,250 1,251 1,252 1,253

RATOVONDRAINY Léonard Page 135


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Différentes des phases de justifications :


A l’état limite de service, on a cinq phases de vérifications de contraintes à savoir :
 Phase I :
Mise en tension des câbles de la première famille après 7 jours de durcissement de la poutre.
Dans ce cas, nous avons les paramètres suivants :
 Section résistante : section nette de la poutre seule ;
 Action à prendre en compte : poids propres de la poutre, sollicitations dues aux câbles de
la première famille, après les pertes instantanées.
 Phase II :
Juste après coulage du hourdis et des entretoises après 28 jours d’âges du béton des poutres.
 Section résistante : section nette de la poutre seule ;
 Action à prendre en compte : poids propres de la poutre et du hourdis, forces de
précontrainte dues aux câbles de la première famille après pertes instantanées et
différées
 Phase III :
Après mise en tension des câbles de la deuxième (après 28 jours de durcissement de la poutre)
 Section résistante : section nette de la poutre seule et de la dalle ;
 Action à prendre en compte : pois propres du tablier ; précontrainte dues aux câbles de la
première famille après les pertes citées ci-après :
 Pertes instantanées :
Frottement : première et deuxième familles des câbles ;
Rentrée d’ancrage : première et deuxième famille des câbles ;
Déformation instantanée du béton provenant de la mise en œuvre du hourdis et de la mise en
tension des câbles de la deuxième famille.

Pertes différées :
Retrait à 28 jours pours les câbles de la première famille ;
Relaxation des aciers et fluage du béton : nous supposons que les câbles de la première famille
ont effectué 25% de ces pertes de tension.
 Phase IV :
Juste après la mise en place de la superstructure
 Section résistante : section nette de la poutre + dalle ;
 Les actions à prendre en compte sont les mêmes que dans la phase III en considérant la
déformation instantanée du béton.
 Phase V :
C’est la phase d’exploitation de l’ouvrage.
 Section résistante : section total du tablier ;
 Les actions à prendre en compte : action des câbles de précontrainte après pertes
instantanées et différées, poids propre de l’ouvrage et surcharge d’exploitation.
Calcul des contraintes normales du béton :

 Contraintes normales dues aux forces de précontraintes :


P P  e pm
Fibre supérieure :  ( x, Vn )    Vn  MPa 
Bn In
P P  e pm
Fibre inferieure :  ( x, Vn)    Vn  MPa 
Bn In

RATOVONDRAINY Léonard Page 136


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

P est la force de précontrainte obtenue avec les câbles (ici P   P max  ACP )

epm excentricité du câble moyen par rapport au centre de gravité de la section nette en [m].

 Contraintes normales dues aux effets des actions extérieures :


▲ Fibre supérieure :
M M
 ( x,Vn )   Vn et  ( x,Vh )  Vh  MPa 
In Ih
▲ Fibre inferieure :

M M
 ( x,Vn)    Vn et  ( x,Vh)    Vh  MPa 
In Ih

Les contraintes admissibles à vérifier sont

On a fc28  40  MPa 

Phase I et II:

Dans les deux premières phases, les contraintes admissibles sont :

14
fc14   40  34,19  MPa 
4, 76  0,83 14

ft14  0,6  0,06  fc14  2,65  MPa 

Contrainte admissible en compression :

 bc  0, 6  fc14  20,51  MPa 

Contrainte admissible en traction :

 bt  0, 7  ft14   1,86  MPa  dans la section d’enrobage ;

 bt  1,5  ft14   3,98  MPa  ailleurs

Phase III, IV et V:

A 28 jours, on a :

fc28  40  MPa 

ft28  0,6  0,06  fc28  3,00  MPa 

Contrainte admissible en compression :

 bc  0, 6  fc28  24  MPa 

RATOVONDRAINY Léonard Page 137


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Contrainte admissible en traction :

 bt  0, 7  ft28   2,10  MPa  dans la section d’enrobage ;

 bt  1,5  ft14   4,50  MPa  ailleurs

Vérification des contraintes normales :

Les phases de justification sont relatives aux étapes de construction de l’ouvrage. Le tableau ci-
après établi la vérification des contraintes normales, à l’état limite de service.

Toutes les vérifications des contraintes normales dans la phase I II III IV V [annexe 11]

RATOVONDRAINY Léonard Page 138


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

D’après la comparaison des valeurs de contraintes normales dans le béton. On peut conclure
que les contraintes normales sont toutes respectées c’est-à-dire : elles ne dépassent pas les
valeurs limites.
▲ Justification des contraintes tangentielles à l’ELS
Pour la sécurité d’un ouvrage, les relations suivantes doivent être vérifiées :
2
 2  0, 4  fc j  ( ft j   x )   12
3
ft j 2
 2  2  (0, 6  fc j   x )  ( ft j   x )   22
fc j 3

Avec  x 
 Pi la contrainte normale due aux actions extérieures et à la précontrainte
A
longitudinale
A : la section nette du béton ;
 : Contrainte tangentielle ou de cisaillement. Elle est déterminée à partir de la formule de
résistance de matériaux
Vred  S A

I  bn
S A : moment statique par rapport à l’axe horizontal passant par le centre de gravité ;
I : moment d’inertie de la section nette par rapport à l’axe horizontale passant par son centre de
gravité en [m4]
bn : largeur nette de la section au niveau du centre de gravité en [m];
Vred : effort tranchant réduit, Vred  V   Pi  sin( i) en [T]
 i : angle de relevage des câbles en [rad];
Pi : force de précontrainte obtenue avec un câble en [T] ;
La justification sera effectuée dans la section d’about et d’arrêt des câbles, au niveau du centre
de gravité de la section nette de la poutre et durant la phase d’exploitation de l’ouvrage où les
contraintes tangentiel sont les plus contraignantes.

▲ Vérification de la section d’about :


Les caractéristiques géométriques de la section d’about sont :

Aire [m2] V en m V’ en m I en [m4] bn en [m] Sa en [m3] fc28 [MPa] ft28 [MPa]


1,2304 1,15287 1,14712 0,7601 0,32 0,3689 40 3
Tableau n° 85 : Caractéristiques géométriques de la section d’about

 p max  1, 02   po  0,8  ( pi   pd )


P   p max  Acp

RATOVONDRAINY Léonard Page 139


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°87 : Détermination de la force de précontrainte dans la section d’about (x= 0)

N° câbles  i  rad   p max  MPa Pi T  Pi  sin( i) T 


1 9,5123 1324,855 149,709 24,728
2 14,164 1310,941 148,136 36,231
3 17,5559 1300,903 147,002 44,319
4 21,1553 1290,351 145,810 52,597
5 24,274 1281,290 144,786 59,493
6 - - - -
7 - - - -
8 - - - -
9 - - - -
Somme 735,442 217,368

Tableau n°88 : Efforts et contraintes dans la section d’about (x = 0)

Effort tranchant maximal à l’ELS en [T] 176,4614


Effort réduit (Vred) en [T] 40,9070
Contrainte tangentielle  en [MPa] 0,6204
Contrainte normale  x en [MPa] 6,0750
Contrainte tangentielle limite  12 en [MPa] 8,4600
Contrainte tangentielle limite  2
2 en [MPa] 18,9557
Car :       Les conditions sont vérifiées.
2 2
1
2
1

Tableau n°89 : Détermination de précontrainte P dans la section d’arrêt du câble n°6

N° câbles  i  rad   p max  MPa Pi T  Pi  sin( i) T 


1 9,5123 1319,947 149,154 24,637
2 14,164 1306,421 147,626 36,106
3 17,5559 1296,804 146,539 44,180
4 21,1553 1286,687 145,396 52,447
5 24,274 1278,064 144,421 59,343
6 25,283 1279,614 144,596 61,726
7 - - - -
8 - - - -
9 - - - -
Somme 877,732 278,439

Tableau n°90 : Efforts et contraintes dans la section d’about (x = 0,5m)

Effort tranchant maximal à l’ELS en [T] 167,77


Effort réduit (Vred) en [T] 110,669
Contrainte tangentielle  en [MPa] 1,678
Contrainte normale  x en [MPa] 7,284
Contrainte tangentielle limite  12 en [MPa] 9,427

Contrainte tangentielle limite  22 en [MPa] 19,698

Car :  2   12   12  Les conditions sont vérifiées.

RATOVONDRAINY Léonard Page 140


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°91 : Détermination de précontrainte P dans la section d’arrêt du câble n°7

N° câbles  i  rad   p max  MPa Pi T  Pi  sin( i) T 


1 9,5123 1280,943 144,747 23,909
2 14,164 1267,249 143,199 35,023
3 17,5559 1257,478 142,095 42,840
4 21,1553 1247,224 140,936 50,839
5 24,274 1238,461 139,946 57,505
6 25,283 1240,845 140,216 59,856
7 26,1443 1238,423 139,942 61,634
8 - - - -
9 - - - -
Somme 991,080 331,605

Tableau n°92 : Efforts et contraintes dans la section d’about (x = 3m)

Effort tranchant maximal à l’ELS en [T] 125,834


Effort réduit (Vred) en [T] 205,771
Contrainte tangentielle  en [MPa] 3,101
Contrainte normale  x en [MPa] 8,241
Contrainte tangentielle limite  12 en [MPa] 10,192
Contrainte tangentielle limite  22 en [MPa] 20,078

Car :  2   12   12  Les conditions sont vérifiées.


Tableau n° 93: Détermination de précontrainte P dans la section d’arrêt du câble n°8 (x= 5,5m)
N° câbles  i  rad    MPa
p max P T  P  sin( i) T 
i i

1 0 1298,176 146,694 0
2 14,164 1284,403 145,137 35,497
3 17,5559 1274,438 144,011 43,418
4 21,1553 1263,933 142,824 51,520
5 24,274 1254,890 141,803 58,267
6 25,283 1257,176 142,061 60,644
7 26,1443 1253,365 141,630 62,378
8 27,0523 1248,828 141,118 64,151
9 - - - -
Somme 1145,279 375,875

Tableau n°94 : Efforts et contraintes dans la section d’about (x= 5,5)

Effort tranchant maximal à l’ELS en [T] 88,477


Effort réduit (Vred) en [T] 287,398
Contrainte tangentielle  en [MPa] 4,288
Contrainte normale  x en [MPa] 9,554
Contrainte tangentielle limite  12 en [MPa] 11,243

Contrainte tangentielle limite  22 en [MPa] 20,302


Car :  2   12   12  Les conditions sont vérifiées.

RATOVONDRAINY Léonard Page 141


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n° 95: Précontrainte P dans la section d’arrêt du câble n°9 (x= 8,5m)

N° câbles  i  rad   p max  MPa Pi T  Pi  sin( i) T 


1 0 1286,766 145,405 0
2 0 1273,080 143,858 0
3 0 1263,207 142,742 0
4 0 1252,830 141,570 0
5 24,274 1243,912 140,562 57,758
6 25,283 1246,585 140,864 60,133
7 26,1443 1242,861 140,443 61,855
8 27,0523 1238,262 139,924 63,608
9 28,0117 1231,635 139,175 65,333
Somme 1274,543 308,687

Tableau n°96 : Efforts et contraintes dans la section d’about (x= 8,5)

Effort tranchant maximal à l’ELS en [T] 51,177


Effort réduit (Vred) en [T] 257,5098
Contrainte tangentielle  en [MPa] 3,7927
Contrainte normale  x en [MPa] 10,7104
Contrainte tangentielle limite  12 en [MPa] 12,1684
Contrainte tangentielle limite  22 en [MPa] 20,2140

Car :  2   12   12  Les conditions sont vérifiées.

h. Détermination des armatures passives


Il existe deux sortes d’armatures longitudinales passives dans les éléments des ouvrages en
précontraints :
 Les armatures dans la zone tendue :
D’après le tableau qui établi les valeurs de contraintes normales dans le béton, toutes les
valeurs sont positives, alors, notre poutre est en compression. Par suite, les armatures tendues
ne sont pas nécessaires.

 Les armatures de peau :


Ces armatures sont surtout nécessaires pour répartir l’effet des retraits différentiels et la variation
des températures.
La section totale des armatures de peau doit vérifier la relation suivante :
A  sup 3 cm2 ;0,10%  B
Ou B : section du béton de la poutre = 1,2304 m2
A  12,304 cm2  A  12,32cm2  8HA14 par parement.

i.Etat limite de service vis – à - vis des déformations


Calcul des flèches et contre flèches :
En général, la flèche positive se dirige vers le bas et négative vers le haut.

RATOVONDRAINY Léonard Page 142


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Flèches dues aux charges permanentes :


Elle est appelée aussi « flèche durable » et donné par la relation :
5 gL4
fg  
354 0,85  Evj  I red
Ei j 11000  3 f cj
L = 39,21m ; g = 4,091 T/ml ; Evj   (module de déformation différée du béton)
3 3
A 28 jours, nous avons Ev28 = 12 540 MPa
Ired = 0,7241 m4 le moment d’inertie réduit par rapport au centre de gravité du béton.
 fg =0,163 m
 Flèches dues aux surcharges d’exploitations :
On cherche à déterminer la flèche la plus défavorable, donc on considère aussi la surcharge qui
produit un moment maximal
5 qL4
fq  
354 0,85  Eij  I red
Eij : déformation instantanée longitudinale du béton = 37619,5 MPa. La surcharge A(l) est la plus
prépondérante des surcharges, alors on aura :
A(l) =8,465 [T/ml]
q   A(l )  A(l )  0,15  p  2,96T / m
 fq = 0,0393 m
 Flèches dues à la force de précontrainte ou contre-flèche de précontrainte :
Elle est donnée par la relation suivante :
1 P  e  L2
f P   c OP
8 0,80  Evj  I red
Avec PC  1274,543 T force de précontrainte obtenue avec les 9 câbles dans la section médiane
après toutes les pertes.
ePO  0,979 m distance du centre de gravité des câbles par rapport à celui du béton.
 fp = -0,3302 m

 Contre flèches de construction :


Pour notre cas, on trouve que f P  fQ , alors la poutre prend une forme cambrée. Pour atténuer cet
inconvénient, il est nécessaire de mettre au fond du coffrage une flèche de construction telle que :
3
fc   f p  f g
4
Ca qui donne fc = 0,3695 m
 Flèches résultante :
En service à vide :
fSV  ( f p  f g  f c )  0, 2023 m
En service à charge :
fSC  f p  f SV   0,1279m

 Vérification des flèches :

RATOVONDRAINY Léonard Page 143


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Pour assurer la sécurité des usagers sur notre ouvrage, il faut que la flèche de la superstructure
due aux charges d’exploitation mobile fq reste inférieure à celle admissible f lim telle que : telle que :
L
f lim   0, 098m
400
Car : fq = 0,0393 m, alors la condition est donc bien vérifiée.

Calcul et vérification des rotations :


► Rotation due aux charges permanentes :
1 gL3
g  
24 0,85  Evj  I red
 g  0, 0133rad
► Rotation due aux surcharges d’exploitation :
1 qL3
q  
24 0,85  Eij  I red
 q  0,0032rad

► Rotation due aux forces de précontrainte :

P  eOP  L
P 
2  0,8  Evj  I red
P   0,0337rad

► Rotation résultante :

Rotation en service à vide :

V   g   P  0, 0204rad

Rotation en service en charge :

V   g   P   q  0, 0172rad

max  adm 0,0210  rad  .La condition est vérifiée, donc il n’y à rien à craindre au point de vue
de rotation.

Vérification de section à l’état limite ultime de résistance :

Contraintes limites de calcul :

0,85  fc28
beton :  fbc   22, 67 MPa
 b

RATOVONDRAINY Léonard Page 144


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

f peg
Acier de precontraite :   sp ,u   1382, 60MPa
s

fe
Acier ordinaire:   s ,u   348MPa
s

La section de calcul en BP doit vérifier la relation :   1

Hauteur relative de la zone du béton comprimé :


Cette hauteur correspond à l’état de rupture du béton comprimé et à l’atteinte de la limite élastique
des armatures tendues.
Elle est donnée par la formule suivante

1
1  m  w  0,85  0, 008   b  0,85  (0, 008*22, 67)  0, 669m
 w
1  1  (1  )
2 1,1

 1  sup( s ,u ;  sp ,u  400   SP )  MPa 

 sp  1, 02   O  0,8 finale  1, 02 1431  0.8*316, 07  1206, 764 MPa

1  sup(384 ;575,83) 575,83 MPa

 2 : Contrainte limite des armatures dans la zone du béton comprimé prise égale à 400MPa

1
1   0, 639m
575,83 0, 669
1  (1  )
400 1,1

• hauteur de la zone comprimée :

T
ACP   SP
 T
ou ACP  n * ACP  9*79,1  711,9cm 2
0,8  b  d   b

711,9 1206, 764


  0,1373m
0,8  230 15  22, 67

   1 : la relation est vérifiée.

 Position de l’axe neutre :

L’axe neutre tombe dans la table si :  sp ,u  Acp   b  b  h0   s ,u  As


T

Avec  sp ,u  Acp  9842, 72T


T

RATOVONDRAINY Léonard Page 145


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 b  b  h0  920,115T

As = 0

La condition n’est pas vérifiée, alors l’axe neutre se trouve dans la nervure.

La hauteur de la zone comprimée est donnée par l’équilibre statique : F  0


On obtient :

 sp ,u  AcpT   b  0,8  y  b0   b   b  bo   ho

 sp ,u  AcpT   b   b  bo   ho 9842, 72  7851, 648


y   0,52m
 b  0,8  b 3413, 76

 Capacité portante de la section

Les contraintes de traction dans les câbles de précontrainte sont déterminées en fonction de la
hauteur de la zone comprimée du béton.

La résistance à la flexion est assurée si : M u  M cp

Mcp   b  0,8  b0  y  (d  0, 4 y )   b  h0  (d  0,5ho )  (b  b0 )   s  A   d  c 

Avec A  0

Mcp  8843,95Tm - le moment de capacité portante de la pièce par rapport aux précontraints
tendus.

Mu  2311, 247Tm - le moment ultime dû aux actions extérieures.

Mu  Mcp  : la condition de résistance est vérifiée. La résistance à la flexion, à l’ELU est


assurée.

 Minimum d’armatures transversales :

La section des armatures minimales transversales est donnée par la relation suivante :
At 
 0, 6* bo * s
St fe
At Section d’armatures transversales ;
St Espacement des armatures transversales St  min  0,8d ;40cm 
bo Epaisseur de l’âme.
 Dans la zone Médiane
St  min  0,8*207;40cm   40 cm
On prend alors St = 30cm et At = 2HA10 = 1,57 cm2

RATOVONDRAINY Léonard Page 146


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

400 1,57
St  *  62, 05cm
1,15*0, 40 22
Après comparaison, prenons St = 30cm
 Dans la zone d’about
Dans ces zones d’about, l’effort tranchant est presque maximale. Prenons At=4HA12 de section
réelle 4,52 cm² pour récompenser les efforts et nous avons St ≤ 122,83 cm
Prenons St = 50 cm pour la zone d’about jusqu'à la zone d’arrêts des câbles.
Justification des armatures transversales
Dans les sections critiques (section d’about), on doit vérifier :
Vred ,u * S A  At fe  f tj
   u   *  *cot g (  ) 
 St * bn  s 
red ,u
I n * Bn 3
SA: moment statique, par rapport à l’axe horizontal passant par le centre de gravité G, de la partie
de la section située au dessus de ce centre [m3];
I : moment d’inertie de la section nette par rapport à l’axe horizontal passant par son centre de
gravité [m4].
Vu   Pi sin( ) 55,98*0,3689
 red ,u  * SA  *0, 01  0,85  MPa 
I n Bn 0, 76*0,32
β : angle d’inclinaison des bielles du béton exprimé par :
2* red ,u 1 2* red ,u
tg (2 )     * Arctg ( )
x 2 x
Pour x =0   2  6,075 MPa 

Ce qui donne   7,820


 u  8,15  MPa 
 red ,u   u  les armatures transversales sont donc suffisantes pour assurer la résistance des
parties tendues.
 Justification des bielles de béton
Cette condition est traduite en une vérification de la contrainte de cisaillement agissant sur les
réactions droites de l’ouvrage. Ceci est fait dans le but d’éviter tout calcul complémentaire.
On doit vérifier :
0,85 fcj
 red ,u  *sin(2 )
3*  b
0,85* 40
sin(2  )  0, 27   red ,u  *0, 27  2, 027 MPa
3*1,5
La condition est donc vérifiée.

RATOVONDRAINY Léonard Page 147


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

B. ETUDE DES INFRASTRUCTURE

CHAPITRE I : ETUDE DES APPAREILS D’APPUIS


L’appareil d’appui est nécessaire pour assurer la bonne liaison entre les culées ou piles et les
tabliers afin d’avoir la transmission totale des efforts horizontaux ou verticaux venant de la
superstructure.
Les appareils d’appui le plus utilisés sont les appareils d’appui en élastomères frettés (les frettes
étant en acier inoxydable) dont les caractéristiques sont les suivantes :

Feuillet d’élastomère

t
t
Frette métallique

ts a

bFigure n°63 : appareil d’appui


Les dimensions pour un appareil d’appui sont :(a × b × n) (t + ts), avec

 a : Dimension en plan de l’appareil, côté parallèle à l’axe longitudinal du pont ;


 b : dimension en plan de l’appareil, côté perpendiculaire à l’axe longitudinal du pont ;
 ts : épaisseur d’une frette intermédiaire ;
 t : Epaisseur d’un feuillet élémentaire ;
 n : nombres de feuillets élémentaires d’élastomères ;
 A : surface de l’appareil d’appui ;
 e : épaisseur totale de l’appareil d’appui.

Choisissons les dimensions :

a = 400 mm ; b =500 mm ; n =4 ; t =10 mm ; ts =3 mm

Ce qui donne e = 49 mm
Le coefficient de forme des appareils d’appui est donné par:
ab 400*500
   11,11
2t  (a  b) 2*10*(400  500)

a. Distribution des efforts horizontaux aux appuis


 Calcul du coefficient de souplesse de chaque appui

On a deux hypothèses à proposer :

▲ la culée est infiniment rigide, sauf les appareils d’appui en élastomère ;


▲ pour la pile intermédiaire, seules les déformations des colonnes, chevêtre et appareils
d’appui seront considérées.

RATOVONDRAINY Léonard Page 148


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Efforts horizontaux sur les appuis

Ces efforts se déterminent par les coefficients de souplesse de chaque appui :

Coefficient de souplesse de la pile


 Pour les colonnes
Le coefficient de souplesse des colonnes est défini par l’inverse du coefficient de raideur Kcol
1 h3
 C
K Col 3nEI
 4
3,14*(1, 00) 4
Avec I : moment d’inertie d’une colonne de la pile exprimé par : I    0, 049m 4
64 64
Ei : Module d’élasticité instantané du béton : Eij 11000* 3 fc j

Ev : Module d’élasticité différé du béton : Eij  3700* 3 fc j

Pour fc28 =25MPa : ce qui donne Ei 28  32164 MPa et Ev  10819MPa


1 1
(inst )  2,99 104 m / T et (diff )  8,91104 m / T
KCol KCol

1 (eCh  hC )3  hC3
 Pour les chevêtres : 
KCh 3nEI Ch
b * h3 8, 00*(1, 00)3
Avec : I Ch    0, 667 m 4
12 12
1 1
(inst )  1105 m / T et (diff )  3 105 m / T
KCh KChev

1 e
─ Pour les appareils d’appui : 
K app nGab

Avec G le module d’élasticité transversale de l’appareil d’appui :


 G (instantanée)=1,6 MPa ;
 G (différée) = 0,80 MPa.
1 0, 049
(inst )   2,5 104 m / T
K app 6*160*0, 4*0,5
1 0, 049
(diff )   5,1104 m / T
K app 6*80*0, 4*0,5

 Coefficient de souplesse des piles

RATOVONDRAINY Léonard Page 149


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Il est obtenu par :


1 1 1 1
(inst )  (inst )  (inst )  (inst )  5,6 104 m / T
K pile KCol KCh Kapp
1 1 1 1
(diff )  (diff )  (diff )  (diff )  1, 4 103 m / T
K pile KCol KCh Kapp

 Coefficient de souplesse de la culée :


Le coefficient de souplesse des culées est égal au coefficient de souplesse des appareils d’appui.
1 0, 049
(inst )   2,5 104 m / T
K culée 6*160*0, 4*0,5
1 0, 049
(diff )   5,1104 m / T
K colone 6*80*0, 4*0,5

a. Distribution des efforts de freinage


Les surcharges susceptibles de développer des efforts de freinage sont les surcharges
A (l) et Bc.
 Freinage due à A(L) :
A(l )
Hf 
20  0, 0035* S
S = 39,21* 7 = 274,47 m2
A(l )  1,1976T / m2
 H ( A) f  17,11T
 Freinage due a système Bc :
L’effort de freinage développé par un essieu d’un camion est pris égal à son poids. Il vaut donc
:
 H ( B) f  30T
La force horizontale de freinage se repartit sur les appuis i selon la relation:

Ki
Fi  *F
 Ki
Tableau n°97 : Répartition des efforts de freinage au niveau des appuis

Répartition A(l) Répartition Bc


Désignation
PILE CULEE PILE CULEE
Coefficient de souplesse [mm/T] 0,56 0,25 0,56 0,25
Coefficient de rigidité Ki 1,786 4 1,786 4
Effort développé Hf [ T ] 17,11 17,11 30 30
Effort de freinage Hi [ T ] 5,287 11,823 9,27 20,74

b. Efforts dus au retrait, au fluage et à la variation de température :


Les calculs sont réalisés selon la méthode définie dans le bulletin N°04 du SETRA.

RATOVONDRAINY Léonard Page 150


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

─ raccourcissement du tablier au niveau de l’appui :


di    Xi avec di    li , abscisse de l’appui considéré.
─ déplacements de chaque appui :

 Pour la culée :  U O  
 K *d
i i

K i

 Pour la pile intermédiaire  U1  UO  di :


Les déformations relatives du tablier sont :
► 1  3 104 : phénomène du au retrait et fluage du béton ;
► 2  2 104 : phénomène du à la variation de température à court terme ;
► 3  3 104 : phénomène du à la variation de température à long terme
La distribution des efforts dus à ces trois termes se détermine comme suit :
Fi  Ki  Ui
Tableau n°98 : Efforts dus au fluage, au retrait et à la variation de température

Désignation Appui 1/Ki [mm/T] Ki [T/mm] di [mm] Ui [mm] Fi [T]


Retrait et Culée 0,25 4 0 -2.94 -11,76
fluage Pile 0,56 1,786 11,76 8,82 15,75
Température Culée 0,25 4 0 -1,96 -7,84
à court terme Pile 0,56 1,786 7,84 5,88 10,502
Température Culée 0,25 4 0 -2,94 -11,76
à long terme Pile 0,56 1,786 11,76 8,82 15,75

L’appareil d’appui est soumis aux :


► Action du tablier provenant des charges permanentes et des surcharges
A(L), Bc et des surcharges de trottoirs ;
► Réaction provenant des efforts de freinage ;
► Variations linéaires dues à la température, au fluage et au retrait.

 Descentes des charges :


Les charges verticales sur des appareils d’appui des poutres sont :
Poids propre de la superstructure supportée sur un appui :
g  L 12, 273*39, 21
Ng    80, 204T
23 6
1,1976  39, 21  7 328, 705
Surcharge : N A L     54, 78T
23 6
120
Surcharge BC   20T :
23
Surcharges de trottoir : Nt  8,8T
N min  Ng  80, 204T
N max  Ng  Nt  max  N Bc ; N A( L )   143, 784T

RATOVONDRAINY Léonard Page 151


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Vérification des appareils d’appui des culées


Pour la vérification des appareils d’appui, on considère les cas de charge suivants :

Cas1 : charge permanente + retrait et fluage + température de coutre durée ;

Cas 2 : charge permanente + charge d’exploitation maximale + retrait et fluage + température


de longue durée ;

Les charges et surcharges sollicitant un appareil d’appui sont assemblées dans le tableau
suivant en divisant par le nombre d’appareil d’appui:
Tableau n° 99: Effort sollicitant un appareil d’appui de la culée

Efforts verticaux Efforts horizontaux


Désignation Effort [KN] Désignation Effort [KN]
N min  Ng 802,04 Retrait et fluage 39,2
CULEES Température à CD 52,5
N max  Ng  Nt  max  N Bc ; N A( L )  1437,84 Température à LD 26,13
Freinage 35,01
N min  Ng 802,04 Retrait et fluage 39,2
PILES Température à CD 52,5
N max  Ng  Nt  max  N Bc ; N A( L )  1437,84
Température à LD 39,2
Freinage 52,5
Pour la vérification des appareils d’appui, on considère successivement trois cas qui
correspondent à différentes charges à prendre en compte :

 Contrainte de cisaillement due à l’effort vertical :


1,5* N
N  en  MPa 
a *b * 
N : effort vertical agissant sur l’appareil d’appui ;
 - coefficient de forme = 11,11
 Contrainte de cisaillement due au retrait, fluage et à la variation de température :

G *u1
 H1  en  MPa 
T

 u1 : déformation de l’appareil d’appui due à ces trois termes ;


 T : épaisseur totale de l’appareil d’appui prise égale à 49mm ;
 G = 0,8 MPa: Module d’élasticité transversale différée.

 Contrainte de cisaillement due à l’effort de freinage

Hf
H2  en  MPa 
a *b

Ainsi on en déduit  H   H 1   H 2  0,7* G  0,56MPa

RATOVONDRAINY Léonard Page 152


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Contrainte de cisaillement due à la rotation de l’appareil d’appui :

G  a  T
2

d    N
2t n

D’où n le nombre de feuillets élémentaires d’élastomère, n = 4

- Angle de rotation αT :
L’angle de rotation totale est la somme des angles de rotation de courte durée et de longue durée.
Avec : T  C  l
 Soit αc l’angle de rotation de courte durée due aux surcharges. Dans notre cas,
considérons que la surcharge A(l) est la plus défavorable.
1  l3 
C    (q A(l ))  = 0,0085 rad
EI  24 
I – moment d’inertie de la poutre :
 Soit αl l’angle de rotation de longue durée. Elle est due aux charges permanentes de la
structure. Elle est déterminée par l’équation :
1 gl 3 l2 a (l  a )
L  *(  Pe *  Pe * )
EI 24 16 2
Où : g : poids propre par ml de la structure ;
I : moment d’inertie de la poutre ;
Pe : poids de l’entretoise ;
l : distance entre appui ;
a : distance entre entretoise.
Ce qui donne αl = 0,00031 rad
D’où T  C  l =0,0088 rad
La contrainte de cisaillement finale doit vérifier la condition suivante :

   N   H   d  5* G  4MPa

Tableau n°100 : Vérification des appareils d’appui

Appui Cas N Cisaillement [MPa]


 MPa  N  H1 H2 H d 
ab
Culée 01 4,803 0,6485 0,233 0 0,233 0,0352 1,855
02 8,141 1,0991 0,194 0,3456 0,5396 0,0352 3,247
Pile 01 4,3643 0,5892 0,233 0 0,233 0,0352 1,869
02 7,6142 1,0280 0,194 0,1545 0,3485 0,0352 3,072
Ce tableau montre que tous les valeurs respectent les conditions.

► Vérification de non flambement des appareils d’appui :

a a 400
T  5  8,1
5 T 49

Car 8,1 est strictement supérieur à 5, alors le flambement n’est pas à craindre.

RATOVONDRAINY Léonard Page 153


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE II : ETUDE DE LA CULEE


lm eg

Entretoise
Dalle de

hg
transition
Corbeau

hm
Mur en ls

hs
retour
Sommier

Hp
Mur de front

Semelle

lse hse

Figure n°64 : éléments de la culée


II.1. Mur de garde-grève

a. Calcul des sollicitations


D’après le pré dimensionnement effectué dans l’estimation des variantes, on a les caractéristiques
suivantes :
▲ Longueur L =9,00m ;
▲ Hauteur h =2,59 m ;
▲ Epaisseur e = 0,30m.

 Forces agissantes sur le mur :


▲ La poussée de terre :

Poussée exercée par le remblai d’accès :

Poids volumique de remblai :  r  1,8 T / m3 

Angle de frottement interne :   250

Cohésion : c = 15KN/m2

Charge q uniforme q = 1,00T/m2

La poussée des terres suit une distribution linéaire d’intensité qi    r  ka  q  kaq  c  kac

1  sin  1  0, 4226
ka  kaq    0, 406
1  sin  1  0, 4226

RATOVONDRAINY Léonard Page 154


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

1  kaq 1  0, 406
kac    1, 274
tg 0, 466

qi (r )  (0,731  r  1,505)T / m 2

si r  0  qi  1,505T / m 2

si r  2,59  qi  0,388 T / m 2

qi  0  r  2,0588m

1,505  2,0588
q1   1,549T / m
2
0,388  (2,59  2,0588)
q2   0,173T / m
2
Moment dû à la poussée est :

2,0588
M  q1   1,549  (2,59  ( )  2,95Tm / m
3

2,59  2,0588
M  q2   0,173  ( )  0,0306Tm / m
3

M (q)  M  q2   0,0306Tm / m  3060kgcm

0,0306
V ( q )  V  q2    0,177T / m
0,173
▲ La poussée des surcharges sur les remblais d’accès :

La sollicitation la plus défavorable est l’effet de 2 roues arrière de 6t de 2 camions placées de telle
manière à ce que les rectangles d’impact soient au contact de la face arrière du mur de garde
grève.

La charge réelle équivalente aux 2 roues de 6t est une charge uniforme qui se repartit sous un
angle de 45° sur un rectangle de 0,25 * 0,75m.

RATOVONDRAINY Léonard Page 155


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Figure n°65 : Distribution de la poussée de la surcharge de remblai


Le moment dû à cette charge est :

12* K h hx
M re  
0, 75  2h 0, 25  x
0
dx

 12* K 
M re    4,307  Tm / m
 0, 75  2h 

K  eg  q  ka = 0,122

eg : épaisseur du mur = 0,3m et q = 1,00T/m2

Ce qui donne Mre = 1,063 Tm/m

L’effort tranchant est donné par :

h
Vre   12 K (0, 25  x) dx = 5,86T = 0,651T/ml
0

▲ La force de freinage :
Nous allons considérer le camion de système Bc. le moment créé par ce camion sur le mur garde
grève est :
Ph
Mf 
0, 25  (2  h)
Pour le système Bc, P = 6t ;
q=1 T/m² : charge sur remblai

6  2,59 15,54
Mf Bc    2,862 Tm / ml 
0, 25  (2  2,59) 5, 43
Ici 2,59 = hpoutre + eappareil d’appui + edalle + erevêtement

L’effort tranchant VBC = 6T = 0,667 T/ml

RATOVONDRAINY Léonard Page 156


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Combinaison d’action
Le mur garde grève est assimilé à une dalle encastrée sur le mur de front, donc il est soumis à la
flexion simple.
Les sollicitations de calcul sont :
À l’ELU :
Mu  1,35  M poussée  1,5  ( M remblai  M freinage )
Vu  1,35  Vpoussée  1,5  (Vremblai  V freinage )
À l’ELS :
Ms  M poussée  M remblai  M freinage
Vs  Vpoussée  Vremblai  V freinage

Sollicitation du mur de garde grève aux deux états limites :


A l’ELU : Mu  4,511Tm et Vu  2, 243T
A l’ELS : Ms  3, 011Tm et Vu  1,50T

b. Calcul des armatures


Armatures longitudinales :

Figure n°66 : Schéma de calcul pour le ferraillage du mur garde grève

Mu [kgcm] 451131
Mser [kgcm] 301106
fbc [bars] 141.7
bu 0,0437
 
bu lu
 0,0558
Zb [cm] 26,40
2
Au [cm ] 4,911
Mrb [kgcm] 2564622
M ser  M rb
zb [cm] 21,80
8,5774
Aser [cm2]

A min [cm2] 3,2603

RATOVONDRAINY Léonard Page 157


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Prenons A = 9,24 cm2, d’ou A = 6HA14 pm


Armature de répartition :
A
Ar   3, 08cm2 ; soit Ar = 4HA10 = 3,14cm2
3
Vérification de l’effort de cisaillement :
u   u
Vu fc
u   0, 086 MPa et  u  0, 07 28  1,167 MPa
b*d b
 u   u  les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

II.2. Mur en retour

a. Calcul des sollicitations


Le mur en retour ou mur en aile a pour rôle de soutenir le remblai. Il est soumis aux charges
suivantes :
► Son poids propre ;
► La poussée du remblai ;
► Des charges appliquées à 1 m de l’extrémité théorique du mur comprenant :
o Une charge verticale de 4 T ;
o Une charge horizontale de 2 T.
Les valeurs retenues pour ces charges sont conventionnelles et permettent de représenter :
 Les actions appliquées en cours de construction ;
 Les poussées sur le mur dues à des charges locales sur le remblai ;

Figure n° 67 : schéma de calcul du mur en retour.


Les caractéristiques du mur sont :

Lr = 3,00m ;Hr = 3,29m ;er = 0,30m.

RATOVONDRAINY Léonard Page 158


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Sollicitations dues aux charges horizontales :

Le mur est supposé encastrer le long de mur de garde grève

Poussée exercée par le remblai d’accès :

Poids volumique de remblai :  r  1,8T / m3

Angle de frottement interne :   250

Cohésion : c = 15KN/m2

La poussée des terres suit une distribution linéaire d’intensité qi    r  ka  q  kaq  c  kac

ka  kaq  0, 406

kac  1,274

qi (r )  (0,731  r  1,505) T / m 2

si r  0  qi  1,505T / m2

si r  3,29  qi  0,900T / m 2

qi  0  r  2,0588m

1,505  2,0588
q1   1,549T / m
2
0,900  (3,29  2,0588)
q2   0,554T / m
2
Calcul de la surface équivalente :

4  3,29 S
S1   6,58m2 et S1  S2  H  x  x  1  2m
2 H

RATOVONDRAINY Léonard Page 159


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Figure n° 68 : schéma de calcul du mur en retour


Moment dû à la poussée est :

M  q    (q2 )  x  xG   2  Lth  (0,554  2  1,4405)  8  9,597Tm

V  q    (q2 )  xG   2  (0,554  1,4405)  2  2,798T

 Sollicitations dues aux charges verticales :


 Le poids propre du mur ;

 2,59  3, 29 
P  2,5*   *3*0,30  6, 615T
 2

La charge concentrée de 4T à l’extrémité : cette charge concentrée conventionnelle permet de


négliger l’effet d’éventuels frottements verticaux sur le mur.

A l’encastrement, on a :

Un moment fléchissant :

Mv  P * X G  4* Lth en T   6,615 1, 4405  16  25,53Tm

Un effort tranchant :

Tv  P  4 en T   10,62T

Tableau n°101 : Sollicitation du mur en retour

Due aux charges horizontales Due aux charges verticales


Etat limite
Moment [Tm] Effort tranchant [T] Moment [Tm] Effort tranchant [T]
Service 9,597 2,80 25,53 10,62
Ultime 12,96 3,78 34,46 14,34

RATOVONDRAINY Léonard Page 160


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

b. Calcul des armatures


On va calculer les armatures à partir des efforts horizontaux et verticaux :

h = 100cm ; bo = 30cm

Horizontalement Verticalement
Mu [kgcm] 1296000 3446000
Mser [kgcm] 959700 2553000
fbc [bars] 141,7 141,7
bu 0,0376 0,1001
 
bu lu
 0,048 0,132
Zb [cm] 88,273 85,245
Au [cm2] 4,22 11,616
Mrb [kgcm] 8548740 8548740
M ser  M rb
zb [cm] 72,54 72,54
Aser [cm2] 8,202 21,817
2
A min [cm ] 3,26 3,26

On trouve les armatures horizontales totales A = 30,02 cm2, soit A =16HA16 pm qui est égale à
32,23cm2
Armature de répartition :
A
Ar   10, 07cm2 ; soit Ar = 9HA12 =10,18cm2
3
Vérification de l’effort de cisaillement :
Vu fc
u   0, 0013 MPa et  u  0, 07 28  1,167 MPa
b*d b
 u   u  Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

II.3. Mur de front


Le mur de front est considéré encastré sur le semelle de fondation

a. Calcul des sollicitations


Les charges sollicitées le mur de front sont :

Les charges sollicitées le mur de front sont :

 Poids propre du mur en retour ;


 Poids propre du mur de front ;
 Poids propre du mur garde grève ;

RATOVONDRAINY Léonard Page 161


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Action du tablier sous les charges permanentes et les surcharges d’exploitation ;


 Actions dues au freinage, fluage et retrait
 Poussée de terre.
 La poussée de terre :

Poids volumique de remblai :  r  1,8T / m3

Angle de frottement interne :   250

Cohésion : c = 15KN/m2

La poussée des terres suit une distribution linéaire d’intensité qi    r  ka  q  kaq  c  kac

ka  kaq  0, 406

kac  1,274

qi (r )  0,731 r  1,505 T / m2 

si r  2,59  q(2,59)  0,388T / m 2

si r  9,25  q(9,25)  5,256T / m 2


Car le mur de front supporte la poussée de terre sous forme trapézoïdale, alors on a :

Figure n° 69 : schéma de calcul du mur de front


La résultante des poussées appliquée au mur de front est exprimer par :

RATOVONDRAINY Léonard Page 162


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

q1  q2 0,388  5, 256
Q H   6, 66  18,80T / ml
2 2

Moment dû aux poussées des terres est :

6,66
M poussée  Q  yG  18,80   41,726Tm / ml
3
3, 29
Moment dû au poids mur en retour  6, 615   10,88Tm / m
2

b. Détermination des armatures du mur de front :


 Armature longitudinale :

Elle est soumis à une flexion composée car il est sollicité :

 au moment de flexion (Mf) dû aux forces horizontales (par rapport au centre de gravité du
mur de front):
 a l’effort normale (Nc) de compression du aux forces verticales :
Avec Mf  M poussée  Mf reinage  M rac

Mpoussée = 41,726 Tm/ml

Mfreinage = 14,421 Tm/ml

Mrac = 3,17 Tm/ml

Ng = Rg + P(garde grève) +P(sommier) + P(mur en retour) = 378,63 T/ml

Nq = RA(l) + R(trottoir) = 181,99 T/ml

Les sollicitations aux états limites sont :

A l’ELS : Ms  59,31Tm / m et Vs(compression)  560, 62T / m

A l’ELU : Mu  82, 24Tm / m et Vu (compression)  784,14T / m

L’effort maximal de compression maximale que le béton peut supporter est :

Nb max  b * h * fbc T 

Prenons b = 1,00m ; h = 1,10m avec fbc = 141,7 bars

On trouve Nb max  1558,7T

RATOVONDRAINY Léonard Page 163


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Calcul du coefficient de remplissage pour la compression sur le mur de front :

Nu
1 
Nb max
560, 62
1   0,503
1558, 7

Ce coefficient est strictement inférieure à 0,81, alors nous déterminons la valeur de l’excentricité
critique relative par:
1  9  12  1
  0,144
4  (3  9  12  1

Nous allons calculer la valeur de eNC qui est égale eNC    h  0,144 100  14, 4cm

Mu 82, 24
Or : e    10, 49cm
Nu 784,14

Car , la section est entièrement comprimée et l’état limite ultime n’est pas atteint.

Pour la détermination de l’armature principale, on place un pourcentage minimal d’armature qui est
compris entre 2 à 5%.

0, 25  B 0, 25  7500
A1    18, 75 cm 2
100 100

Soit A =10HA16 = 20,17 cm2

Armature de répartition :
A
Ar   6, 72cm2 ; Soit Ar = 6HA12 =6,72cm2
3
Vérification de l’effort de cisaillement :
Vu fc
u   0,573 MPa et  u  0, 07 28  1,167 MPa
b*d b
 u   u  les armatures transversales ne sont pas nécessaires, mais pour la règle de bonne
construction, on va prevoir des cadres et étriers de 8mm de diamètre avec un espacement de
20cm.

c. Stabilité de la culée vis-à-vis du renversement


On suppose que la culée indéformable peut tourner autour du point coin O de la semelle

Ms
Il faut que :  1,5
MR

Avec : Ms : moment stabilisant

MR : moment renversant

RATOVONDRAINY Léonard Page 164


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Les moments sont calculés par rapport au point coin bas droit de la semelle.

q3  q(ht  11,75)  7,084T / m 2

1,505  2,0588
Q0   1,549T / ml
2
7,08  9,16
Q3   32,45T / ml
2
M Q0  (1,549  11,06)  18,22Tm / ml

M Q3  32,44  3,23  104,800Tm / ml

Les poids propres sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau n°102 : calcul de poids propre de la culée

Désignation Poids volumique [T/m3] Volume [m3] Poids [T]


Mur garde grève 2,50 6,993 17,4825
Sommier 2,50 6,30 15,75
Mur en retour 2,50 5,30 13,23
Mur de front 2,50 59,004 147,51
Semelle de liaison 2,50 120 300
Dalle de transition 2,50 7,56 18,9
Total 205,47 513,663

Figure n° 70 : stabilité de la culée

RATOVONDRAINY Léonard Page 165


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°103 : calcul de moment stabilisant de la culée

Poids [T] Bras de levier [m] Moment en [Tm]


Désignation
Mur garde grève 17,4825 2,85 49,825125
Sommier 15,75 2 31,5
Mur en retour 13,23 4,44 58,7412
Mur de front 147,51 2 295,02
Semelle de liaison 300 2 600
Dalle de transition 18,9 4,5 85,05
Total 1120,14

Mp = 1120,14 Tm = 124,46 Tm/ml

Le poids propre de la superstructure est :

qg  L 12, 273  39, 21


Rg    240, 61T
2 2

Le moment minimal dû à cette action minimale de la superstructure est

Car le bras de levier est de 1,65m, alors

M q  240, 611, 65  397, 01Tm

La réaction due au freinage au retrait et au fluage du béton :

La force de freinage est de 20,74 T


La force due au raccourcissement du tablier : 4,553 T
Les moments dus à ces forces sont :

MFr = 20,74 × 11,75 = 243,695 Tm


MRac = 4,553 × 11,75 = 53,497 Tm

Par suite

Ms = 1120,14 + 397,01 + 243,695 + 53, 497 = 1981,44 Tm


MR = 104,800 × 9 + 243,695 + 53,497 = 1240,392 Tm .

MR = 104,8 + 27,025 + 5,934 =137,76 [Tm/ml]

Ms 1981, 44
Ce qui donne   1, 60  1,5  Le renversement longitudinal de la culée n’est pas à
M R 1240,392
craindre.

Le calcul de vérification vis-à-vis du glissement n’est pas nécessaire car nous utilisons des pieux
d’ancrage et la culée ne risque pas de glisser.

II.4. Dalle de transition


Elle a pour objectif de réduire l’affaissement du remblai au droit de l’entrée du pont. Elle fonctionne
comme un radier général mais s’appuyant sur le corbeau.

RATOVONDRAINY Léonard Page 166


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Figure n° 71 : schéma de mise en œuvre de la dalle de transition.


Dans le cas usuel, la dalle de transition est armée par des treillis avec une maille de
avec des aciers de diamètre 12 mm.

Treillis T12 2020 cm

Figure n° 72 : ferraillage de la dalle de transition

RATOVONDRAINY Léonard Page 167


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE III: ETUDE DE LA PILE


III.1. Inventaires des forces

a. Efforts verticaux
 Charges permanentes

Action du tablier : Rg  qg  L  12, 273  39, 21  481, 224T

 Surcharge d’exploitation :

R q  R tr  max  R A(l ); R Bc   181,995T

- Poids propre de la pile :


  2  1, 002
o Poids de la colonne :  2,5  n   hc  2,5  3   7, 66  45,10T
4 4
o Semelle de liaison : 2,5  8, 00  3, 00 1, 46  87, 6T
o Poids propre du chevêtre : 2,5  8, 00 1, 60 1, 00  32, 00T

a. Efforts horizontaux :
 Effet du vent
La pression du vent est prise égale à : 400kg/m2
▲ Vent sur le tablier : 43,76 T ;
▲ Vent sur le chevêtre : 0,64 T ;
▲ Vent sur une colonne : 1,2 T
 Effet du courant :
Le courant exerce une action hydrodynamique sur les parties immergées. La valeur de la
résultante F des actions hydrodynamiques – linéaires est donnée par la relation suivante:
F  k  eau  h  B  V 2

K : coefficient dépendant de la forme de la pile : k = 0,35 pour les sections circulaires ;

eau : masse volumique de l’eau = 1T/m3 ;

H : hauteur immergée =4,66m ;

B : diamètre de l’obstacle ;

V=3,26m/s (vitesse du courant d’après l’étude hydraulique).

Ce qui donne F = 17,33 T

Avec : Ffreinage = 9,27 T et Fretrait = 4,55 T

III.2. Vérification de la stabilité de la pile


On doit vérifier la stabilité de la pile dans le sens transversal du pont.
Les vérifications se portent sur :
 La stabilité de l’ensemble ;

RATOVONDRAINY Léonard Page 168


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 La stabilité interne de la pile, c'est-à-dire des éléments composant la pile.

L’étude de stabilité de l’ensemble se fait par rapport au point O de la semelle en respectant la


Ms
condition :  1,5
MR
Avec : Ms : le moment stabilisant ;
Mr : le moment renversant.

Figure 73: Schéma de calcul de la stabilité de la pile


Tableau n° 104 : Etudes de la stabilité par rapport au point O de la semelle

Sens transversal Sens longitudinal


Bras de Bras de
Désignations Moment Forces Moment
Forces [T] levier levier
[Tm] [T] [Tm]
[m] [m]
Poids propre de la pile 164,70 4,00 658,8 164,70 1,50 247,05
Réaction de la superstructure 481,224 4,00 1924,896 663,219 1,5 994,828
Action du vent sur tablier 42,35 9,62 407,407
Action du vent sur chevêtre 0,64 9,62 6,1568
Action du vent sur colonne 1,2 8,12 9,744
Effet du courant sur la colonne 17,33 4,75 82,32
Effet du freinage 9,57 10,12 96,8484
Effet du raccourcissement du
4,55 10,12 46,046
tablier

RATOVONDRAINY Léonard Page 169


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Stabilité dans le sens transversal :

Moment stabilisant:

Ms  658,8  1924,896  2583, 697Tm

Moment résistant :

M R  407, 407  6,16  9,744  82,32  505,631Tm

Ms 2583, 696
Vérification:   5,10  1,5
MR 505, 631

Le renversement dans le sens transversal n’est pas à craindre.

 Calcul de la sollicitation de la pile

Il reçoit les poutres principales par l’intermédiaire des appareils d’appui. Le chevêtre et la colonne
sont assimilés à un portique pour mettre solidaire les deux éléments. C’est seulement le poids
propre du chevêtre qui crée sa flexion. En effet la compression venant de la superstructure est
supposée transmise directement aux fûts qui jouent le rôle de poteaux. Les 2 parties extrêmes se
comportent comme des consoles. Pour le calcul on utilise la méthode de rotation. Et on le
modélise comme suit :

Figure n° 74: modélisation de calcul de la colonne :


Pour les calculs de la sollicitation :

A l’ELS: p = g + q + 0,77w

A l’ELU: pu = 1,35g + 1,5q + w

RATOVONDRAINY Léonard Page 170


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

a. Les charges
À l’ELS:

 Poids du chevêtre = 4 T/ml ;


 Poids venant de la superstructure ; P1 = 481,224 + 181,995 = 663,219T ;
 Effet du courant sur la colonne Fc = 17,33 T
 Effet du vent sur le chevêtre ; Fv1= 0,77(43,76 + 0,64) = 34,188T
 Effet du vent sur la 1ère colonne Fv2 = 0,77*1,2 = 0,924T
 Effet du vent sur la 2nde et 3ème colonne =0,77* 0,5* Fv2 = 0,462T

À l’ELU:

 Poids du chevêtre = 1,35  4  5, 4T / m


 Poids venant de la superstructure ; P1 = 1,35G + 1,5P = 922,645T ;
 Effet du courant sur la colonne Fc = 1,35*17,33 = 23,40 T
 Effet du vent sur le chevêtre ; Fv1= 43,76 + 0,64 = 44,4T
 Effet du vent sur la 1ère colonne Fv2 = 1,2T
 Effet du vent sur la 2nde et 3ème colonne = 0,5* Fv2 = 0,6T

b. Sollicitation
 Calcul des coefficients de rigidité :

Puisqu’on a une poutre d’inertie constante :

4 1, 6 13
Chevêtre : R  EI  1,33EI avec I ch   0,133m 4  R  0,177 E
3 12
4 3,14 14
Colonne : R  EI  0,52EI avec I col   0,049m4  R  0,025E
7,66 64
 Coefficients de transmission :

Puisque les colonnes et le chevêtre sont d’inertie constante, alors :

1 1
AB  BE  CF  et DE  DE 
2 2

Equation au niveau de chaque nœud :

Nœud D :

M DA  M DE  M C 2  0
M DA  DA + R DAD + ADR ADA - (1+ DA )R DADA

M DE  DE + R DED + EDR EDE - (1+ DE )R DEDE

M C 2 ( ELS )  2Tm et M C 2 ( ELS )  2,70Tm

RATOVONDRAINY Léonard Page 171


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Nœud E :

M ED  M EB  M EF  0
M ED  ED + R EDD + DE R DED - (1+ ED )R EDED

M EB  EB + R EBE + BE R BEB - (1+ EB )R EBEB

M EF  EF + R EFE + FE R FEF - (1+ EF )R EFEF

Nœud F :

M FE  M FC  M C1  0

M FE  FE + R FEF + EFR EFE - (1+ FE )R FEFE

M FC  FC + R FCF + CFR CFC - (1+ FC )R FCFC

M C1 ( ELS )  2Tm et M C1 ( ELU )  2,70Tm

Car nous avons des charges verticales symétriques, alors :

DE  ED  EF  FE  0

Car nous avons 3 équations à 4 inconnues (  D ;  E ;  F ;  AB ) ; alors il faut chercher une autre
équation afin de trouver le quatrième paramètre.

VCF  VBE  VAD   FH (1)

F H ( ELS )  34,188  (2  0, 462)  0,924  (3 17,33)  88,026T

F H ( ELU )  44, 40  (2  0,6)  1, 20  (3  23, 40)  117,00T

M CF  M FC M  M BE M  M DA
VCF   CF  , VBE   BE  BE et VAD   AD  AD
lCF lBE l AD

 CF ( ELS )  9,781T et  CF ( ELU )  13,070T

 BE ( ELS )   AD ( ELS )  9,721T et  BE ( ELU )   AD ( ELU )  13,122T

(1) Devient :

M CF  M FC  M BE  M EB  M AD  M DA  l AD ( FH   CF   BE   AD )

RATOVONDRAINY Léonard Page 172


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

A L ' ELS  0,78   F   E   D  EI  4,68   AD EI  CF  FC  BE  EB   AD  DA  450, 446Tm
A L ' ELU  0,78   F   E   D  EI  4,68   AD EI  CF  FC  BE  EB   AD  DA  595,075Tm

CF ( ELU )  25, 641Tm et CF ( ELS )  18,911Tm


 FC ( ELU )  20, 473Tm et  FC ( ELS )  15,110Tm

 BE ( ELU )   AD ( ELU )  25,188Tm et  BE ( ELS )   AD ( ELS )  18,562Tm


 EB ( ELU )   DA ( ELU )  19,884Tm et  EB ( ELS )   DA ( ELS )  14, 656Tm

 DE ( ELS )   EF ( ELS )  3Tm et  DE ( ELU )   EF ( ELU )  4, 05Tm


 FE ( ELS )   ED ( ELS )  3Tm et  FE ( ELU )   ED ( ELU )  4, 05Tm

Tableau n°105 et 106 : matrice de rigidité aux états limites

Nœud D E F  AD 2nd membre

D 0, 202E 0, 0885E - 0, 0375E -19,656

E 0, 0885E 0,379E 0, 0885E 0, 0375E -14,565

F - 0, 0885E 0,379E 0, 0375E -10,11

F H 0, 0375E 0, 0375E 0, 0375E 0, 225E 462,059

Nœud D E F  AD 2nd membre

D 0, 202E 0, 0885E - 0, 0375E -25,641

E 0, 0885E 0,379E 0, 0885E 0, 0375E -20,934

F - 0, 0885E 0,379E 0, 0375E -21,823

F H 0, 0375E 0, 0375E 0, 0375E 0, 225E 610,852

On a une matrice sous forme de :

RATOVONDRAINY Léonard Page 173


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 R     F
Avec :  R  : matrice de rigidité :

À l’ELS :

1,856 0, 667 0  0, 7832   D  19, 656 


0, 667 3,189     
 0, 667  0, 7832   E   14,565 
 E  
0 0, 667 1,855  0, 7832   F   10,11 
0, 7832 07832  0, 7832  4, 6997   AD   462, 059 

    R  F 
1

 D   433,987 
   
 E  1  139, 207 
    
 F  E  42,113 
 AD   2142,109 

Calcul des moments fléchissant :

 M DA    DA   RDA 0 0  (1  DA ) RDA  84, 039 


 M      R 0 0  (1  AD ) RAD   56,34 
 AD   AD   DA DA  
 M DE    DE   RDE ED RED 0 0  86,13 
       
 M ED    ED  DE RDE RED 0 0   D  66, 04 
 M     0 REB 0  (1  EB ) REB   E  91, 414 
    
EB EB
 
 M BE    BE  0 EB REB 0  (1  BE ) RBE   F  60, 027 
 M EF    EF  0 FE RFE    22,166 
  AD  
REF 0
     
M 
 FE   FE  0 EF REF RFE 0  16,373
 M     0 0 RFC  (1  FC ) RFC 
 87,985 
 FC   FC    
 M CF   CF  0 0 FC RFC  (1  CF ) RCF  24,159 

Poutre DE :

M DE  M ED (86,13  66, 04)


VD   D   6  44, 723T
lED 3

M DE  M ED (86,13  66, 04)


VE   E   6  56, 72T
lED 3

RATOVONDRAINY Léonard Page 174


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Poutre EF :

M EF  M FE (22,166  16,373)
VE   E   6  6,846T
lEF 3

M EF  M FE (22,166  16,373)
VF   F   6  18,846T
lEF 3

Matrice de rigidité a l’ELU

1,856 0, 667 0  0, 7832   D  25, 641 


0, 667 3,189     
 0, 667  0, 7832   E   20,934 
 E  
0 0, 667 1,855  0, 7832   F   24,823 

0, 7832 07832  0, 7832  4, 6997 
  AD  610,852 

    R  F 
1

 D  570, 207 
   
 E  1  187, 798 
   
 F  E  61, 651 
 AD  2830,96 

Calcul des moments fléchissant :

 M DA    DA   RDA 0 0  (1  DA ) RDA  111, 790 


 M      R 0 0  (1  AD ) RAD   73,845 
 AD   AD   DA DA  
 M DE    DE   RDE ED RED 0 0  113, 497 
       
 M ED    ED  DE RDE RED 0 0   D  87, 754 
 M     0 REB 0  (1  EB ) REB   E  121, 460 
    
EB EB
 

 BE   BE  0
M EB REB 0  (1  BE ) RBE   F  78, 625 
 M EF    EF  0 FE RFE    29,961 
  AD  
REF 0
     
M 
 FE   FE  0 EF REF RFE 0  22, 211 
 M     0 0 RFC  (1  FC ) RFC 
 115, 722 
 FC   FC    
 M CF   CF  0 0 FC RFC  (1  CF ) RCF  25,958 

Calcul des efforts tranchants :

Poutre DE :

M DE  M ED (113, 497  87, 754)


VD   D   8,1   58,983T
lED 3

RATOVONDRAINY Léonard Page 175


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

M DE  M ED (113, 497  87, 754)


VE   E   8,1   75,18T
lED 3

Poutre EF :

M EF  M FE (29,961  22, 211)


VE   E   8,1   9, 29T
lEF 3

M EF  M FE (29,961  22, 211)


VF   F   8,1   25, 49T
lEF 3

Diagramme de moment fléchissant de la pile à l’ELU

Figure n°75 : diagramme de moment fléchissant de la pile à l’ELU

c. Armatures du chevêtre
En travée :

A l’ELS : Ms  83,13Tm

A l’ELU : Mu  113, 493Tm

h  100cm
bo  160cm
Au  37, 713cm 2
Aser  71, 042cm 2

RATOVONDRAINY Léonard Page 176


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Prenons A = 78,42 cm2, soit A = 25HA20

Aux appuis :

A l’ELS : Ms  66, 04Tm

A l’ELU : Mu  87, 754Tm

h  100cm
bo  160cm
Au  28, 722cm 2
Aser  56, 437cm 2

Prenons A = 59,57 cm2, soit A = 20HA20

Armature de répartition :
A
Nous avons : Ar   26,14cm 2 siot Ar  19 HA14  29, 24cm 2
3
Armature de peau :
Elle est nécessaire si on une longueur de parement supérieure ou égale à 80 cm.
Or notre béton a une hauteur 80 cm, alors nous devons prévoir une armature de peau qui a pour
section 3 cm² par mètre linéaire.
Nous avons Ap =2,4 cm² soit 2HA14 =3,08 cm².

d. Armature de la colonne
Nous avons trois colonnes en béton armé de 1 m de diamètre et de 7,66m de hauteur. La forme
circulaire a pour but de diminuer la perturbation de l’écoulement des eaux. La charge reçue par
chaque colonne est le tiers de la charge totale de la superstructure et du chevêtre.

 Armature longitudinale :

Calcul a l’ELS :

Charge venant de la superstructure R = 663,219T
  2 3,14  1, 002
 Poids de la colonne :  2,5  h  2,5  7, 66  15, 04T
4 4
2,5  8 11, 6
 Poids propre du chevêtre :   10, 67T
3
Position du centre de pression :
Mser 56,34
e0    0,082m
Nser  663, 219  15,04  10,67 
D
Car e0   0,125 , la section est entièrement comprimée, alors :
8
lo 7, 66
 La longueur de flambement : l f    5, 417
2 1, 414

RATOVONDRAINY Léonard Page 177


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

2cm

 Excentricité additionnelle ea  Max  l
  3, 064cm
 250

 Excentricité de 1er ordre e1 


  M Go  e
j j
 0, 082  3, 064  3,146cm
 N
a
j j

lf  e
Il faut comparer aussi et Max 15; 20  1 
  h
lf  e
Car  5, 417  Max 15; 20  1   15 ; alors les sollicitations ultimes sont :
  h
 Nu    iNi  930, 054T


M u G  Nu  e1  e2   Nu  e0

3  l 2f
Avec e2  4 2    
10  h
  2

Ou :  M 1L  G   2i  Qi 
  1
 M 1  G  Qi   2
 i  Qi 
Ce qui donne M u G  930, 054  3,154 102  29,33Tm
Pour l’abaque d’interaction [Annexe 12], il faut calculer :
4N 4  930, 054 4M u G c
v   0,89 ; G   0, 028 et  0, 025
 D fbc 3,14 1 1333,33
2 2
 D fbc
3
2r
0,1   D 2  fbc
Après la lecture sur l’abaque P = 0,1, ce qui donne A   24, 07cm 2
fe
4
s
Soit A = 25,13 cm2 = 8HA20
 Armatures transversales :
Le diamètre des armatures transversales est donné par la relation :
i 20
t    6, 77mm
3 3
Choisissons alors une armature de diamètre 12mm
Leur espacement est doit respecter la relation suivante :
St  min 15*l ; a  10cm ; 40cm 
Avec a le diamètre de la colonne :
St  min  24cm ; 110cm ; 40cm   20cm
Dessin de ferraillage [Annexe 11]

RATOVONDRAINY Léonard Page 178


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

III.5. Dimensionnement de la semelle de liaison


Descente des charges :
Charge permanente :
 Superstructure : 644,18 T
 Chevêtre : 32,00T
 Colonne : 45,10 T
 Semelle de liaison : 2,5 *1,46 * 8 * 3 = 87,6 T
Surcharge d’exploitation : 181,995 T
Ainsi la charge à prendre en compte est :
Ns  G  Q  (644,18  45,10  32  87, 60)  (181,995)  990,876 T
Nu  1,35* G  1,5* Q  1,35*(644,18  45,10  32  87, 60)  1,5*(181,995)  1364,97 T
Nombre de pieux sous semelle :
Le nombre de pieux sous culée est donné par la formule suivante :
Ns 990,876
n pieux  1, 6  1, 6  7,8 on prend 8 pieux
Q 203, 03
Vérification des charges supportées par chaque pieu :
Charge transmise par un pieu :
Ns
Sous culée ELS : Q   123,85T
np
Nu
ELU : Q   170, 62T
np
Ns
Sous pile ELS : Q   128, 63T
np
Nu
ELU : Q   173, 65T
np
Vérification des pieux :
Qu Qpu  Qf 201,38  296,91
A l ' ELU Q max     355,92T
1, 4 1, 4 1, 4
Qc 0,5Qpu  0, 7Qf
A l ' ELS Q max    100, 69  207,84  308,53T
1, 4 1, 4
Car Q  Q max  la capacité portante d’un pieu n’est pas à craindre

Disposition constructive :
Pour un fonctionnement correct de la bielle, nous admettons que son angle d’inclinaison est défini
par : 45°≤ θ ≤ 55°. Prenons θ=50°.

III.6. Distance entre axe des pieux


Dp 2  hs
Elle est donnée par : b  
2 tan 

Avec : hs = 1,46m - épaisseur de la semelle et Dp =1,00 m: diamètre du pilier ;


Ce qui donne b’= 3,05 m ;

RATOVONDRAINY Léonard Page 179


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

La hauteur utile des armatures tendues est exprimée par :


 Dp   Dp 
0,5   b    d  0, 7   b  
 2   2 
1, 22  d  1, 71
Prenons d = 1,30 m

Etat limite ultime de compression des bielles :


 Au niveau de la base du pilier :
  2 3,14 1, 002
La section du fût est : Sp    0, 785 m 2
4 4
L’état limite de compression des bielles doit être vérifié par les formules suivantes :
Nu
 0,9  fc28  22, 28 MPa  22,5 MPa
Sp  sin 2 ( )
La condition est vérifiée

 Au niveau de la tête du pieu :


La relation suivante doit vérifier :
1  Nu 
 1,35  Gsemelle  2   0,9  fc28
2  S pieu  sin ( ) 
   pieu
2

Avec S pieu   1, 093m2 section d’un pieu ;


4
Gsemelle  33,74 T
 4,103 MPa  22,5 MPa
La condition est vérifiée

Etat limite de cisaillement du béton :


On désigne par  uo la contrainte tangente conventionnelle qui doit vérifier la condition suivante
0, 045
 uo  fc28  0, 75MPa
b
Pu
Avec  uo 
2(a  b)  h0
a: largeur de la semelle  3, 05  1, 20  (2 1, 20)  6, 65m ;
b : longueur de la semelle =  3  3, 05  2 1, 20  11,55m
1364,97
d’où  uo  2  18, 2 1, 46  10  0, 25MPa  0, 75MPa
2

La condition est vérifiée, le cisaillement du béton n’est pas à craindre.

RATOVONDRAINY Léonard Page 180


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Etat limite ultime de résistance


o Armatures principales :
Cas de fissuration préjudiciable. Les armatures principales inférieures (dans la semelle de liaison)
équilibrent la composante horizontale de la bielle et la section des armatures doit majorer de 50%
afin de respecter l’état limite d’ouverture des fissures.
1,5  Nu
A  246,96cm2 , après majoration de 50%, on a A = 370,44cm2
fe
2  tan( ) 
s
On prendra : A = 80HA25 = 392,70cm2 qui seront disposés en deux nappes avec :
eh  Max(; 4cm)  6cm

ev  19, 48cm

o Armatures complémentaires :
Ce sont des armatures destinées en partie à reprendre les moments de torsion éventuels
résultants des écarts d’implantation.
Armatures supérieure :
A  10% A  39, 27cm2
Prenons A  20HA16  40,34cm2
Les armatures transversales :
Ces armatures sont constituées par des cadres ou étriers intérieurs répandant sur une longueur
égale d. elles ont un pourcentage de :
► Armatures verticales :
Av 1  uo A A
   et Av  0, 20 
b  d 4 ft28 b  d a b

Après calcul, on va prendre Av = 2,26cm2


Soit Av = 9HA6 = 2,54cm2
► Armatures horizontales :
Ces armatures sont constituées de cadres répartis entre les armatures inférieures, dont la section
est égale à :
1 
Ah  (  ou ) A  A  17,30cm 2
4 ft28
Avec une section minimale à respecter qui est égale à 10%A:
Après calcul, nous obtenons :
Soit Ah  18,85cm2  6 HA20

► Armature de peau :
Les armatures de peau sont réparties et disposées parallèlement à la fibre moyenne de la poutre.
Leur section est d’au moins 4cm2 par mètre linéaire de parement.
Prenons 4HA12 =4,52 cm².

RATOVONDRAINY Léonard Page 181


ETUDES TECHNIQUES DE LA VARIANTE RETENUE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

III.6. Ferraillage des pieux


On suppose que les pieux soumis à des compressions simples :
La longueur de flambement d’un pieu est donné par
lo
lf 
2
Avec lo = 23m - longueur libre du pieu :
Soit lf = 16,26m
Pour une section circulaire, l’élancement est :
4* lf 4*16, 26
   54, 21  50    70
 1, 20
Coefficient de réduction α :
0,85 1500
   0, 453
 2
3310,85
0,85 
1500
Armature longitudinale :
Calcul de la section réduite :
  1
2

Br   *  11122, 02 cm2
4
Périmètre de la colonne:
u  2*  * r  7,54m
La section d’armature longitudinale est limitée par :
0, 2* Br 5* B
max(4* u; )  30,16cm 2  Al   415, 265cm 2
100 100
Prenons A = 40HA16 = 80,68 cm2

Armatures transversales :
Le diamètre des armatures transversales est donné par la relation :
i 20
t    5,33mm
3 3
Choisissons alors une armature de diamètre 8mm.
Leur espacement est doit respecter la relation suivante :
St  min 15*l ; a  10cm ; 40cm 
Avec a désigne le diamètre du pieu :
St  min  30,00cm ; 128cm ; 40cm 
On prend St = 25cm

RATOVONDRAINY Léonard Page 182


PARTIE IV :
EVALUATION DU
PROJET ET ETUDE
D’IMPACTS
ENVIRONNEMENTAUX
ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE I : EVALUATION DU COUT DU PROJET

Dans ce chapitre, nous allons évaluer le coût nécessaire pour la réalisation du projet tout en
respectant la règle de l’Art et les différentes prescriptions techniques. Pour connaître alors la
valeur de cet investissement, il est nécessaire de faire les devis quantitatifs et estimatifs du
projet.
I.1 PHASAGE DES TRAVAUX
Phase1 : Travaux préparatoires ;
L’amenée d’engins et des matériels pour l’exécution des travaux ;
L’édification de bureau, de magasin, d’ateliers et l’aménagement nécessaire des
aires de stockage et de travail ;
Les constructions des ouvrages auxiliaires (piste d’accès à la carrière, gite et
emprunts).
Phase 2 : réalisation des appuis
► Constructions des culées :
Forage des pieux ;
Confections des semelles de liaison ;
Confections des différents murs ;
Confections des sommiers d’appui ;
Et mise en place des appareils d’appui.
► Constructions des piles :
Excavation du sol ;
Mise en place des palplanches;
Forages des pieux ;
Confection des semelles de liaison ;
Confection des colonnes ;
Confection de chevêtres ;
Mise en place des appareils d’appuis.
Phase3 : Réalisation du tablier :
▲ Poutres :
Coffrages des poutres préfabriqués ;
Coffrages des plaques d’abouts préfabriquées ;
Réalisation du ferraillage ;
Bétonnage de la poutre ;
Mise en tension de la première famille des câbles de précontrainte au 7ème jour ;
Transfert du banc de préfabrication vers l’aire de stockage ;
Cachetage des ancrages ;
Préparation de poutre avant lancement (préparation des surfaces de reprise avant
bétonnage éventuelle, déploiement d’armatures en attente,…) ;
Lancement des poutres.
▲ Entretoises ;
Coffrages des entretoises ;
Ferraillage de l’entretoise ;
Bétonnage sur place.
▲ Hourdis :
Confection des pré-dalles ;
Mise en place des pré-dalles ;

RATOVONDRAINY Léonard Page 183


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Ferraillages du hourdis ;
Bétonnage ;

 Mise en tension de la deuxième famille de câbles à 28 jours d’âge du béton des


poutres ;
 Bétonnage définitif.
Phase 4 : finition des appuis :
Mises en œuvre des enrochements au niveau de la semelle de fondation ;
Exécution des remblais derrière les culées ;
Mise en place de la dalle de transition.
Phase 5 : mise en place des équipements
▲ Revêtement du tablier ;
Mise en œuvre de la couche d’imprégnation et de la couche d’accrochage ;
Fixation des tous les éléments restants (glissière, garde corps).
Implantations des panneaux de signalisation routière ;
Phase 6 : phase d’essai et assainissement
Essai de mise en charge ;
Nettoyage et balayage ;
Réception provisoire ;
Repli de chantier.
I.2. CALCUL DU COEFFICIENT DE MAJORATION DES
DEBOURSES
K est obtenu par la formule suivante:

K
1  A1   1  A2 
1  A3  1  T 

Les valeurs de Ai sont représentées dans le tableau suivant :


Origines des frais Décomposition à l’intérieure de Indice de composition de Ai   ai %
chaque catégorie de frais chaque catégorie [%]
Frais généraux Frais d’agence et patente a1 = 3
proportionnels Frais de chantier a2 = 6
A1= 11
au déboursé Frais d’étude et de laboratoire a3 = 1
Assurance a4 = 1
Bénéfice brute Bénéfice nette et impôt a5= 20
et frais financier Aléas techniques a6 = 1
A2 = 23
proportionnel au Aléas de révision de prix a7 = 1
prix de revient Frais généraux a8 = 1
Frais
proportionnel au
pris de Frais de siège a9 = 0 A3 = 0
règlement avec
TVA
Tableau n°107 : calcul du coefficient de majoration des débourses

Après calcul, on trouve K = 1,37


On définit par :
Frais de chantier, tous les éléments tels que :
 Salaires, charges, frais de déplacement ;

RATOVONDRAINY Léonard Page 184


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Logement de chantier, mobilier, installation de chantier, installation diverse non


comprise dans l’installation du chantier.
Frais d’étude et de laboratoire, tout les éléments tels que :
 Frais d’étude ;
 Frais de conception et de plan.
Les aléas de révision des prix : tous les éléments rémunérant les aléas à la révision des
prix ;
Les aléas techniques : aléas et impact technique (évacuation d’accident).

I.3. DEVIS QUANTITATIF


Le but est de déterminer les quantités des matériaux nécessaires pour la construction.
Pour le cas des armatures, on détermine le poids des aciers par mètre cube de béton à partir
des résultats de calculs des ferraillages dans l’étude technique.
Les résultats de calculs sont donnés dans le tableau suivant :
Désignation Nombre Unité Quantité
SUPERSTRUCTURE
Couche d’imprégnation - kg 1008
Revêtement
Couche d’EDC - kg 1932
Garde corps 2 L 240
Equipement Evacuation des eaux 24 U 24
Appareil d’appui 18 U 18
Béton Q350 m3 43,20
Trottoir Acier HA 2 kg 691,2
Coffrage en bois m2 240
Béton Q350 m3 216
Dalle Acier HA 1 kg 34560
Coffrage en bois m2 1584
Béton Q350 m3 15,77
Entretoise d’about Acier HA 6 kg 2523,20
Coffrage en bois m2 19,14
Béton Q350 m3 23,644
Entretoise
Acier HA 9 kg 3783,024
intermédiaire
Coffrage en bois m2 19,18
Béton Q400 430,67
Acier HA 40913,65
Poutre principale 9
Acier de précontrainte 30146,90
Coffrage métallique 1782,10
INFRASTRUCTURE
Béton Q350 m3 7,56
Dalle de transition Acier HA 2 kg 453,60
Coffrage en bois m2 27
Béton Q350 m3 13,06
Mur de garde grève Acier HA 2 kg 783,60
Coffrage en bois m2 43,512
Béton Q350 m3 10,584
Mur en retour Acier HA 4 kg 635,04
Coffrage en bois m2 35,28
Sommier Béton Q350 2 m3 12,60

RATOVONDRAINY Léonard Page 185


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Acier HA kg 756
Coffrage en bois m2 12,55
Béton Q350 m3 118,01
Mur de front Acier HA 2 kg 7080,48
Coffrage en bois m2 107,28
Béton Q350 m3 240
Semelle de liaison
Acier HA 2 kg 15600
sous culée
Coffrage en bois m2 80
Béton Q350 m3 70,08
Semelle de liaison
Acier HA 2 kg 4555,20
sous pile
Coffrage en bois m2 46,72
Béton Q350 m3 25,60
Chevêtre Acier HA 2 kg 2304
Coffrage en bois m2 32
Béton Q350 m3 31,369
Colonne Acier HA 6 kg 2823,17
Coffrage métallique m2 7,536
Béton Q400 m3 155,724
Pieux sous piles Acier HA 12 kg 12457,92
Forage m3 541,65
Béton Q400 m3 181,68
Pieux sous culées Acier HA 14 kg 14534,275
Forage m3 631,93
Remblai m3 672,30
Enrochement m3 440,01
Tableau n°109 : devis quantitatifs

Récapitulations des quantités avant métré :


Tableau n°110 : quantités avant métré

OUVRAGE EN SUPERSTRUCTURE
Désignation Unité quantité
Béton dosé à 350[kg/m3] m3 298,614
Béton dosé à 400[kg/m3] m3 430,67
Aciers ordinaires kg 82471,074
Aciers de précontrainte kg 30146,90
Coffrage métallique m2 1782,10
2
Coffrage en bois m 1862,32
Couche d'imprégnation en ECR 60 T 1,008
Couche de revêtement du tablier en EDC T 1,932
OUVRAGE EN INFRASTRUCTURE
Béton dosé à 350[kg/m3] m3 528,863
Béton dosé à 400[kg/m3] m3 337,404
Aciers ordinaires kg 61983,285
Forage pour fondation profonde m3 1173,58

RATOVONDRAINY Léonard Page 186


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Coffrage métallique m2 7,536


Coffrage en bois m2 384,342
Enrochement m3 440,01
Remblai m3 672,30
EQUIPEMENTS
Garde corps ml 240
Appareils d'appui U 18
Evacuation des eaux U 24
I.4. SOUS DETAIL DE PRIX

1. Les numéros des prix


N° des prix Désignation des travaux Unité

100 Installation et replis de chantier Fft


101 Dégagements des emprises Fft
102 Sondages et étude géologiques Fft
110 Enduit d’imprégnation T
111 Revêtement EDC T
120 Béton Q400 m3
121 Béton Q350 m3
122 Acier HA kg
123 Acier de Précontraint kg
124 Coffrage Métallique m2
125 Coffrage en bois m2
130 Garde corps ml
131 Evacuation des eaux U
132 Appareils d’appuis U
140 Forage m3
150 Remblais m3
160 Enrochements m3
Tableau n°111 : numéros des prix

Les sous détails des prix:


Ce paragraphe a pour dut de déterminer le prix unitaire des éléments.
D
Ce prix est donné par : PU  K 
R

RATOVONDRAINY Léonard Page 187


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Où D : total des déboursés ;


K : coefficient des déboursés ;
R : Rendement journalier.
On va montrer quelques exemples de calcul.
Sous détail de prix
Désignation : béton armé Q350
Rendement : 20m3/j
Prix n° :121
Composante des prix Coûts directs Dépenses directes Total
Désignation U Qté U Qté PU MTRL MO MTRO
Matériels
-Outillages Fft 1 Fft 1 60000 60000 60000
Main d'oeuvre
- Chef de chantier Hj 1 H 3 12000 36000
-Chef d'équipe Hj 1 H 4 8000 32000
-O.S Hj 1 H 8 7000 56000
-M.O Hj 4 H 8 5000 40000 164000
Matériaux
-Gravillon m3 0,85 m3 17 30000 510000
- Ciment kg 350 kg 7000 500 3500000
- Sable m3 0,45 m3 9 20000 180000 4190000
TOTAL DES DEBOURSES 4414000
PU = K*D/R 302359
arrondi à 302400
Tableau n°112 : Sous détail de prix du béton armé Q350

Désignation : béton armé Q400


Rendement : 20m3/j
Prix n° :120
Composante des prix Coûts directs Dépenses directes Total
Désignation U Qté U Qté PU [Ar] MTRL MO MTRO
Matériels
-Outillages Fft 1 Fft 1 60000 60000 60 000
Main d'oeuvre
- Chef de chantier Hj 1 H 3 12000 36000
-Chef d'équipe Hj 1 H 4 8000 32000
-O.S Hj 1 H 8 7000 56000
-M.O Hj 4 H 8 5000 40000 164 000
Matériaux
-Gravillon m3 0,85 m3 17 30000 510000
- Ciment kg 400 kg 8000 500 4000000
- Sable m3 0,45 m3 9 20000 180000 4 690 000
TOTAL DES DEBOURSES 4 914 000
PU = K*D/R 336 609
arrondi à 336 600
Tableau n°113 : Sous détail de prix du béton armé Q400

RATOVONDRAINY Léonard Page 188


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Désignation : Acier ordinaire HA


Rendement : 200kg/j
Prix n° :122
Composante des prix Coûts directs Dépenses directes Total
Désignation U Qté U Qté PU [Ar] MTRL MO MTRO
Matériels
-Outillages Fft 1 Fft 1 60000 60000 60 000
Main d'oeuvre
Façonnage
- Chef de chantier Hj 1 H 3 12000 36000
-Chef d'équipe Hj 1 H 4 8000 32000
-O.S Hj 1 H 8 7000 56000
-M.O Hj 4 H 8 5000 40000
Montage
Chef d’equipe Hj 1 H 4 8000 32000
Ferrailleurs Hj 2 H 8 7000 56000
M.O Hj 3 H 8 5000 40000 292 000
Matériaux
Acier kg 1 kg 200 6500 1300000
Fil de fer recuit kg 0,25 kg 50 4000 200000
Ecarteur U 1 U 200 1500 300000 1 800 000
TOTAL DES DEBOURSES 2 152 000
PU = K*D/R 14 741,2
arrondi à 14 750,00
Tableau n°114 : Sous détail de prix de l’acier ordinaire HA

Désignation : coffrage métallique


Rendement : 80m2/j
Prix n° :124
Composante des prix Coûts directs Dépenses directes Total
Désignation U Qté U Qté PU MTRL MO MTRO
Matériels
-Outillages Fft 1 Fft 1 60000 60000 60000
Main d'oeuvre
- Chef de chantier Hj 1 H 3 12000 36000
-Chef d'équipe Hj 1 H 4 8000 32000
-O.S Hj 1 H 8 7000 56000 164000
Matériaux
Panneau m2 0,5 m2 40 50000 2000000
Cale béton U 3 U 240 10000 2400000
Etais U 2 U 160 15000 2400000
Couronne 3 U 3 U 240 20000
oreilles 15/17 4800000 11 600 000
TOTAL DES DEBOURSES 11 824 000
PU = K*D/R 202 486
arrondi à 202 500
Tableau n°115 : Sous détail de prix du coffrage métallique

RATOVONDRAINY Léonard Page 189


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Désignation : coffrage en bois :


Rendement : 60m2/j
Prix n° :125
Composante des prix Coûts directs Dépenses directes Total
Désignation U Qté U Qté PU MTRL MO MTRO
Matériels
-Outillages Fft 1 Fft 1 60000 60000 60 000
Main d'oeuvre
- Chef de chantier Hj 1 H 3 12000 36000
-Chef d'équipe Hj 1 H 4 8000 32000
-O.S Hj 1 H 8 7000 56000
-M.O Hj 4 H 8 5000 40000 164 000
Matériaux
Bois de coffrage m2 4 m2 240 15000 3600000
Cale béton U 3 U 180 15000 2700000
Etais U 2 U 120 10000 1200000
Bois rond m3 8 m3 480 95000 4560000
0
Pointe Kg 1 Kg 60 3000 3600000 53 100 000
TOTAL DES DEBOURSES 53 324 000
PU = K*D/R 1217564,67
arrondi à 1 217 600
Tableau n°116 : Sous détail de prix du coffrage en bois

Désignation : couche de revêtement en EDC :


Rendement : 2,5T/j
Prix n° :111
Composante des prix Coûts directs Dépenses directes Total
Désignation U Qté U Qté PU [Ar] MTRL MO MTRO
Matériels
Outillages Fft 1 Fft 1 60000 60000
Balayage U 1 U 1 10000 10000
Compacteur U 1 U 1 40000 40000
Répandeuse U 1 U 1 30000 30000 140 000
Main d'œuvre
Chef de chantier Hj 1 H 3 12000 36000
Chef d'équipe Hj 2 H 4 8000 32000
O.S Hj 6 H 8 7000 56000
M.O Hj 10 H 8 5000 40000
Conducteur d’engin Hj 2 H 8 8000 64000 228 000
Matériaux
EDC 0/12,5 T 1 T 2,5 180000 450000 450 000
TOTAL DES DEBOURSES 818 000
PU = K*D/R 448 264,00
arrondi à 448 300,00
Tableau n°117 : Sous détail de prix de la couche de revêtement en EDC

RATOVONDRAINY Léonard Page 190


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Désignation : couche d’imprégnation en ECR :


Rendement : 5T/j
Prix n° :110
Composante des prix Coûts directs Dépenses directes Total
Désignation U Qté U Qté PU [Ar] MTRL MO MTRO
Matériels
Outillages Fft 1 Fft 1 60000 60000
Balayage U 1 U 1 10000 10000
Répandeuse U 1 U 1 30000 30000 100 000
Main d'œuvre
Chef de chantier Hj 1 H 3 12000 36000
Chef d'équipe Hj 2 H 4 8000 32000
O.S Hj 6 H 8 7000 56000
M.O Hj 10 H 8 5000 40000
Conducteur d’engin Hj 1 H 8 8000 64000 228 000
Matériaux
ECR 60 T 1 T 5 100000 500000 500000 500 000
TOTAL DES DEBOURSES 828 000
PU = K*D/R 22 687,00
arrondi à 22700,00
Tableau n°118 : Sous détail de prix de la couche d’imprégnation en ECR

RATOVONDRAINY Léonard Page 191


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

2. Bordereau Détail Estimatif


N° Désignation des travaux Unité Quantité Prix Unitaire Montant [Ar]
1 INSTALLATION DE CHANTIER
1.1 Installation et repli de chantier Fft 1 386 000 000 386 000 000
1.3 Sondages et étude géologiques Fft 1 4 331 220 4 331 220
SOUS TOTAL 1 390 331 220
2 TRAVAUX PRELIMINAIRES
2.1 Destruction de l'ouvrage existant Fft 1 14 000 000 14 000 000
2.2 Dégagement des matériaux Fft 1 9 080 000 9 080 000
SOUS TOTAL 2 23 080 000
3 OUVRAGE EN SUPERSTRUCTURE
3.1 Béton dosé à 350[kg/m3] m3 298,614 302400 90300873,6
3.2 Béton dosé à 400[kg/m3] m3 430,67 336 600 144963522
3.3 Aciers ordinaires kg 82471,074 14 750 1216448342
3.4 Aciers de précontrainte kg 30146,90 46 000 1386757400
3.5 Coffrage métallique m2 1782,10 202 500 360875250
3.6 Coffrage en bois m2 1862,32 1 217 600 2267560832
3.7 Couche d'imprégnation en ECR 60 T 1,008 22700 22881,6
3.8 Couche de revêtement du tablier en EDC T 1,932 448 300 866115,6
3.9 Mise en place des poutres préfabriquées U 9,00 6 750 000 60750000
SOUS TOTAL 3 5 528 545 216
4 OUVRAGE EN INFRASTRUCTURE
4.1 Béton dosé à 350[kg/m3] m3 528,863 302400 159928171
4.2 Béton dosé à 400[kg/m3] m3 337,404 336 600 113570186
4.3 Aciers ordinaires kg 61983,285 14 750 914253454
3
4.4 Forage pour fondation profonde m 1173,58 17 000 19950860
4.5 Coffrage métallique m2 7,536 202 500 1526040
4.6 Coffrage en bois m2 384,342 1 217 600 467974819
4.7 Enrochement m3 440,01 40 450 17798404,5
4.8 Remblai m3 672,30 60 340 40566582
SOUS TOTAL 4 1 735 568 517
5 EQUIPEMENTS
5.1 Garde corps ml 240 260 000 62400000
5.2 Appareils d'appui U 18 140 000 2520000
5.3 Evacuation des eaux U 28 15 000 420000
SOUS TOTAL 5 65 340 000
Tableau n°119 : Bordereau Détail Estimatif

Tableau n° 120 : Récapitulation des prix


N° Désignation Montant [Ar]
1 INSTALLATION DE CHANTIER 390 331 220
2 TRAVAUX PRELIMINAIRES 23 080 000
3 OUVRAGE EN SUPERSTRUCTURE 5 528 545 216
4 OUVRAGE EN INFRASTRUCTURE 1 735 568 517
5 EQUIPEMENTS 65 340 000
TOTAL GENERAL HT 7 742 864 953
TVA 20% 1 548 572 991
TOTAL TTC 9 291 437 944
Prix par ml 77 428 649,50

RATOVONDRAINY Léonard Page 192


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Arrêté le présent devis estimatif à la somme de NEUF MILLIARD DEUX CENT QUATRE
VINGT ONZE MILLIONS QUATRE CENT TRENTE SEPT MILLES NEUF CENT
QUARANTE QUATRE.

I.5. ETUDE DE RENTABILITE


Un investissement est considéré rentable dans la mesure où le flux des recettes qu’il
rapporte est supérieur à la dépense qu’il représente.
Pour mesurer la rentabilité économique d’un investissement, la théorie microéconomique
classique retient l’appréciation de la rentabilité économique :
 Valeur actuelle nette (VAN) ;
 Taux interne de rentabilité (TIR) ;
 Délai de récupération du capital des investissements (DRCI).

a. Détermination de la VAN
La valeur actuelle nette est la somme des « cash-flows »prévisionnels du projet actualisé au
taux de rendement minimum exigé qui est le taux d’actualisation.
n
1
VAN   Fp  I
i 1 (1  i) p
FP : représente les flux de trésoreries des années 1 à n appelé « Cash-flow ». Il est
déterminé par la relation suivante :
Fp   Rn  A
A – amortissement ;
Rn – Recette – Dépense ;
Fp
- Cash-flow actualisé;
1  i 
p

I: investissement initial;
i: Taux d’actualisation.
Recettes :
Comme les zones d’influences directes du projet sont réputées pour les cultures à hautes
valeur marchandes et destinées essentiellement à l’exportation, on pourra envisager une
recette annuelle de Ar 720 000 000 avec une un taux d’accroissement annuel de 5%.
Dépense :
A part le coût d’exécution du projet, pour pouvoir maintenir en bon état un ouvrage routier, il
faut bien les entretenir.
Pour un ouvrage de franchissement se fait en béton précontraint, on va fixer le coût
d’entretien 8% de la recette du projet avec un taux d’accroissement de 5% tous les 5ans.
La dépense annuelle est à 3% de la recette annuelle.
Amortissement :
Nous considérons une durée de 20 ans pour que notre projet soit amorti.
Le taux d’amortissement linéaire t est estimé à 5%.
Pour n = 20ans ;
A  I  t  9 291473944  0, 05  464573697, 20 Ar
Taux d’actualisation :
Le taux d’actualisation dépend du taux directeur de la Banque centrale et du taux d’inflation
actuelle. Nous allons prendre un taux d’actualisation i =12%.

RATOVONDRAINY Léonard Page 193


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Les résultats de calculs sont donnés dans le tableau suivant :


Tableau n° 121 : Valeurs des paramètres pour la détermination de la VAN

n [année] Recette nette [Ar] Dépense annuelle [Ar] Cout d’entretien [Ar] Résultat net [Ar]
1 720000000 21600000 698400000
2 756000000 22680000 733320000
3 793800000 23814000 769986000
4 833490000 25004700 808485300
5 875164500 26254935 70013160 778896405
6 918922725 27567681,75 891355043,3
7 964868861,3 28946065,84 935922795,4
8 1013112304 30393369,13 982718935,2
9 1063767920 31913037,59 1031854882
10 1116956316 33508689,47 145204321 938243305
11 1172804131 35184123,94 1137620007
12 1231444338 36943330,14 1194501008
13 1293016555 38790496,64 1254226058
14 1357667382 40730021,47 1316937361
15 1425550752 42766522,55 256599135,3 1126185094
16 1496828289 44904848,68 1451923441
17 1571669704 47150091,11 1524519613
18 1650253189 49507595,66 1600745593
19 1732765848 51982975,45 1680782873
20 1819404141 54582124,22 418462952,4 1346359064

Tableau n° 122: cash - flow

1  i 
n [année] Recette nette Amortissement cash - flow p Valeur actualisée
[Ar] [Ar] [Ar] de revenus [Ar]
1 698400000 464573697,2 1162973697 0,8928571 1038369373
2 733320000 464573697,2 1197893697 0,7971939 954953521,4
3 769986000 464573697,2 1234559697 0,7117802 878735207,2
4 808485300 464573697,2 1273058997 0,6355181 809052007,6
5 778896405 464573697,2 1243470102 0,5674269 705578330,3
6 891355043,3 464573697,2 1355928740 0,5066311 686955698
7 935922795,4 464573697,2 1400496493 0,4523492 633513489,5
8 982718935,2 464573697,2 1447292632 0,4038832 584537220,2
9 1031854882 464573697,2 1496428579 0,3606100 539627147,3
10 938243305 464573697,2 1402817002 0,3219732 451669530,6
11 1137620007 464573697,2 1602193705 0,2874761 460592404,2
12 1194501008 464573697,2 1659074705 0,2566751 425843154,1
13 1254226058 464573697,2 1718799755 0,2291742 393904541,9
14 1316937361 464573697,2 1781511058 0,2046198 364532458,9
15 1126185094 464573697,2 1590758791 0,1826963 290625683,7
16 1451923441 464573697,2 1916497138 0,1631217 312622198
17 1524519613 464573697,2 1989093310 0,1456443 289700184,1
18 1600745593 464573697,2 2065319290 0,1300396 268573274
19 1680782873 464573697,2 2145356570 0,1161068 249090436,6
20 1346359064 464573697,2 1810932761 0,1036668 187733541,1
TOTAL 10526209401
Tout calcul fait, nous avons :
VAN  10526209401  9291473944  1234771457 Ar

RATOVONDRAINY Léonard Page 194


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

b. Taux interne de rentabilité (TIR)


Le taux interne de rentabilité correspond au taux d’actualisation qui rendre nulle la valeur
actuelle nette.
Soit x = TIR ; avec :
n
TIR   Fp(1  x) p  I  0
p 1

Le TIR est obtenu soit en résolvant l’équation précédent soit en faisant varier le taux
d’actualisation jusqu’à nous aurons de VAN =0.
Pour i =13%, VAN = 533 794 652
Pour i =14%, VAN = -94 567 080
Après interpolation, nous avons TIR = 13,849

c. Le délai de récupération du capital investi « DRCI »


Il consiste à mesurer le temps que l’investissement met à récupérer sa mise de fond.
On a trouvé un DRCI =10ans 4mois
Conclusion
Comme on à une VAN positive et que le taux de rentabilité interne est largement supérieur
au taux d’actualisation, on peut dire que le projet est rentable.

CHAPITRE II : ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX


Cette étude a pour but de prévoir et de prévenir tous les impacts négatifs et positifs quant à
la faisabilité d’un projet de construction et d’avoir une idée sur la mesure à prendre pour
atténuer les impacts sur le milieu humain et physique.

II.1 Impacts négatifs

a. Pollution de l’eau
L’analyse de ce sujet invite à déterminer les produits et les procédés susceptibles de
polluer l’eau du site. Les huiles de vidanges, lorsqu’ils ne sont pas stockés ou disposés
dans des conditions correctes, présentent des effets polluants et peuvent contaminer
l’eau. Or de telle contamination présente des risques sur la santé des gens utilisant cette
eau.
Durant les travaux, la circulation des camions de transport des matériaux ou d’autres engins,
est susceptible de générer toute sorte de pollution émanant des échappements, des
lubrifiants et des carbures.

b. Pollution de l’air
La détérioration de l’air peut résulter de la présence en grande quantité de poussières
générées par le déplacement des matériaux et des engins, occasionné par les travaux. De
même, le rejet d’huile de vidanges ou d’autres substances polluantes est susceptible
d’émettre des odeurs désagréables, polluant ainsi l’air.

c. La pollution des sols


La stérilisation des sols (rizières) est générée par l’échappement des lubrifiants et
hydrocarbures par les engins du chantier qui peut même provoquer la destruction et la
diminution de la couverture du sol en altérant sa qualité du point de vue fertilité.

RATOVONDRAINY Léonard Page 195


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

d. Le bruit
Ce type de pollution peut être dû au fonctionnement de certains engins du chantier comme
les compacteurs et autres. Mais surtout, les avertissements sonores et les bruits des
moteurs, non maîtrisé par les chauffeurs, pourront gêner les habitants aux alentours.
Un impact phonique est considéré comme fort lorsque le niveau sonore est supérieur à
70 [dB] au niveau des habitants. En ce sens, un bruit à niveau sonore élevé occasionne des
perturbations à l’égard des gens et peu les rendre mal à l’aise.

e. Le paysage
La mise en place des matériels et matériaux est de nature à altérer la vue panoramique, qui
se traduit par une transformation et modification du paysage en un grand site de
construction.

II.2. Les impacts positifs


En dépit des effets négatifs sus analysés, la réalisation de ce projet présente des effets
bénéfiques aussi bien sur le plan économique que sur le plan social.

a. Sur le plan économique


Les secteurs de développement tel l’agriculture, le commerce et l’industrie vont bénéficier de
la réalisation de ce projet car ceci favoriserait les échanges de produits agricoles et
faciliterait leur accès au marché.
La diminution de la durée, l’économie des carburants et lubrifiants des véhicules de transport
des produits se traduisent par un rendement rapide au niveau des opérations économiques.
La mise en œuvre de ces travaux contribuera également à l’amélioration du service du
transport.
Pour les producteurs, la modération des coûts de transport des marchandises augmenterait
leur rentabilité. Au niveau des consommateurs, cela se traduirait par la baisse des prix.
Un tel développement aboutirait à terme, à la hausse de la production, des rendements et du
revenu par habitant.

b. Sur le plan social


Les effets positifs de ce projet sont aussi considérables sur le plan social. Le développement
du transport faciliterait l’accès des habitants aux soins, l’évacuation des malades en cas
d’urgence. Il permettrait aux organismes privés ou services publiques de multiplier les
séances de sensibilisation face aux problèmes de tous genres.

II.3. Mesures d’atténuation

a. Sur le milieu humain


A ce sujet, il convient de sensibiliser les usagers, ainsi que la population, sur toute sorte de
pollution. De telle sensibilisation devrait notamment permettre aux riverains de prendre
conscience des dangers que peut provoquer l’émission d’odeur désagréable lors des
travaux. L’humidification du sol pourra atténuer les effets des poussières.
La maîtrise de tous les bruits gênant commence par le lancement des consignes aux
chauffeurs de limiter au maximum l’avertisseur sonore. Ensuite, il convient d’établir
l’emplacement des engins du chantier le plus loin possible des maisons à proximité du site.

RATOVONDRAINY Léonard Page 196


ETUDE FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

b. Sur le milieu physique


Une campagne d’information doit être mise en œuvre, afin de prévenir les riverains des
éventuelles perturbations, voire des dangers, liés au fonctionnement des engins du chantier.
Sur le chantier, les panneaux informatifs de vitesse et de sens de circulation, notamment
indiquant la déviation doivent être visibles à partir d’une distance assez loin du chantier pour
avertir les usagers sur l’existence de ces perturbations.
Une cellule de vigilance devrait être constituée pour contrôler et surveiller les zones
environnantes et pour assurer la sécurité des personnes aux alentours.

RATOVONDRAINY Léonard Page 197


CONCLUSION GENERALE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CONCLUSION GENERALE

Maroantsetra a un fort potentiel économique de la région Analanjirofo ; malheureusement, la


ville est isolée a cause de l’effondrement du pont d’Anjahanambo en 2003. Alors il est
nécessaire de reconstruire cet ouvrage de franchissement afin d’améliorer la vie des
habitants dans la zone concernée.
Ce mémoire de fin d’étude est fondé sur la reconstruction du pont 120m de longueur dans
cette ville.
Cependant, pour être encore plus précis dans la réalisation de l’ouvrage en question, il
faudrait avoir des données plus précises pour faire les études entreprises (études
hydrologiques, hydrauliques).
Le choix de notre variante dépend essentiellement des avantages économiques, techniques,
sociales et de plus, qu’elle doit être conforme aux exigences et aux conditions locales du site
d’implantation de l’ouvrage. La variante retenue parmi les trois proposées est un pont en
béton précontraint.

En parlant de l’étude technique, on ne peut pas oublier de mentionner les problèmes


rencontrés tels que difficulté de collections des données, difficultés sur l’étude de la poutre
principale en béton précontraint.

Du point de vue personnel, la préparation de ce mémoire a permis de concrétiser les bases


théoriques acquises durant la formation à l’ESPA.

Finalement, le coût de ce projet, d’après l’étude financière effectuée est estimé à Ar NEUF
MILLIARD DEUX CENT QUATRE VINGT ONZE MILLIONS QUATRE CENT TRENTE SEPT
MILLES NEUF CENT QUARANTE QUATRE.

RATOVONDRAINY Léonard Page 198


BIBLIOGRAPHIE Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

BIBLIOGRAPHIE

[1] Georges DREUX


Cours Pratique de béton précontraint, Règles BPEL, Edition Eyrolles, 1984, 268 pages.
[2]. Courbon J. –« Résistance des matériaux » Tome1 ; DUNOD ; 782 pages ; 1971.
[3]. Courbon J. –« Résistance des matériaux » Tome2 ; DUNOD ; 812 pages ; 1962.
[5] Nguyen VAN TUU
Hydraulique routière, Ministère de la Coopération– République Française, 1981, 342 pages
[6] RIVONIRINA Rakotoarivelo
Cours de RDM et CDS, ESPA, 2006-2007
[7] : SETRA : "Ponts à poutres préfabriquées précontraintes par post-tension (VIPP), Guide
de conception", SETRA, février 1996.

[8] : SETRA : "Appareils d’appui en élastomère fretté, utilisation sur les ponts, viaducs et
structures similaires ", juillet 2007.

[9]. Fascicule n° 62- Titre I - Section I –« Règles techniques de conception et de calcule des
ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites –
BPAL 91 révisé 99 » 246 pages ; Avril 1999.
[10]. Fascicule n° 62- Titre I - Section II –« Règles techniques de conception et de calcule
des ouvrages et constructions en béton précontraint suivant la méthode des états limites –
BPEL 91 révisé 99 » 399 pages ; Avril 1999.
[11]. Fascicule n° 62- Titre V–« Règles techniques de conception et de calcul des fondations
des ouvrages en Génie Civil » 188pages.
[12] RAJOELINANTENAINA Solofo
Cours de Pont, ESPA, 2007
[13] RAJOELINANTENAINA Solofo
Cours de BPEL, ESPA, 2007
[14] RALAIARISON Moïse,
Cours de Management de construction, ESPA, 2009
[15] RAKOTONIRINA Solonjatovo,
Cours et exercices de Mécanique des sols, ESPA, 2008
[16] RABENATOANDRO Martin
Cours et exercices de fondation, ESPA, 2008
[17] Jean Pierre MOUGIN : BAEL 91 modifiée 99 et DTU associée
[18] GUY GRATTESTA, Conception des ponts Edition Eyrolles 1984
[19] Sean Armand CALGARO : Projet construction des ponts LCPC 2000

[20] G. SANGERAT –G.-COSTET. Cours pratique de mécanique de sols-Paris- Bordads -


28 septembre 1981

Léonard RATOVONDRAINY Page I


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

ANNEXES
ANNEXE 1 : Valeurs de l’intégrale de Gauss F(u)

Léonard RATOVONDRAINY Page a


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

ANNEXE 2 : tableau de  ( )

Léonard RATOVONDRAINY Page b


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

ANNEXE 3 : tableau de  2 de PEARSON

Léonard RATOVONDRAINY Page c


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

ANNEXE 4 : tableau de PEARSON III F ( x )

Léonard RATOVONDRAINY Page d


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

ANNEXE 5 : Estimation des crues : seuil de confiance 95%

Léonard RATOVONDRAINY Page e


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

ANNEXE 6: ABAQUE POUR LA DETERMINATION DU COEFFICIENT DE DEBIT

Léonard RATOVONDRAINY Page f


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Léonard RATOVONDRAINY Page g


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

ANNEXE 7: ABAQUE DE PIGEAUD

Léonard RATOVONDRAINY Page h


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Léonard RATOVONDRAINY Page i


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

ANNEXE 8 : tracé des câbles

Angle de relevage
Première famille Deuxième famille
1 9°51’23’’ 6 25°28’30’’
2 14°16’40’’ 7 26°14’43’’
3 17°55’59’’ 8 27°5’23’’
4 21°15’53’’ 9 28°1’17’’
5 24°27’4’’

Léonard RATOVONDRAINY Page j


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Annexe 9 : fuseau limite


Résultat de calcul des fuseaux limites
Section 1er fuseau limite 2e fuseau limite
MG [Tm] MQ [Tm]
[m] ei1 es1 ei2 es2
0 0 0 0,5535 0,5547 -0,3846 0,3846
1 58,76698 167,638 0,4995 0,3468 -0,4386 0,1767
1,5 86,99697 251,457 0,4736 0,2439 -0,4645 0,0738
2 114,45796 334,5796 0,4484 0,1423 -0,4897 -0,0278
3 167,07294 484,5719 0,4001 -0,0437 -0,5380 -0,2138
4 216,61192 633,1959 0,3546 -0,2257 -0,5835 -0,3958
5 263,0749 765,528 0,3119 -0,3899 -0,6262 -0,5600
5,5 285,15289 831,6943 0,2916 -0,4709 -0,6465 -0,6410
6 306,46188 895,771 0,2721 -0,5493 -0,6660 -0,7194
7 346,77286 1010,471 0,2350 -0,6917 -0,7031 -0,8618
8 384,00784 1122,383 0,2009 -0,8287 -0,7373 -0,9988
9 418,16682 1219,4365 0,1695 -0,9492 -0,7686 -1,1193
9,5 434,09281 1267,963 0,1549 -1,0084 -0,7833 -1,1784
10 449,2498 1313,005 0,1409 -1,0636 -0,7972 -1,2337
10,5 463,63779 1352,709 0,1277 -1,1133 -0,8104 -1,2834
11 477,25678 1392,413 0,1152 -1,1623 -0,8229 -1,3324
12 502,18776 1467,638 0,0923 -1,2543 -0,8458 -1,4243
13 524,04274 1529,4 0,0723 -1,3310 -0,8659 -1,5011
13,5 533,81673 1560,281 0,0633 -1,3684 -0,8748 -1,5385
14 542,82172 1586,221 0,0550 -1,4005 -0,8831 -1,5706
15 558,5247 1630,112 0,0406 -1,4552 -0,8975 -1,6253
15,9422 570,505599 1667,176 0,0296 -1,5002 -0,9085 -1,6703
16 571,15168 1668,714 0,0290 -1,5022 -0,9091 -1,6723
17 580,70266 1669,319 0,0202 -1,5116 -0,9179 -1,6817
18 587,17764 1715,602 0,0143 -1,5600 -0,9238 -1,7301
19 590,57662 1724,425 0,0112 -1,5712 -0,9270 -1,7413
19,605 591,139566 1729,7633 0,0106 -1,5767 -0,9275 -1,7467

Léonard RATOVONDRAINY Page k


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Annexe 10 : Les pertes de tension par déformation instantanée du béton


Pertes de tension par déformation instantanée du béton, dans le câble n°1 :
Abscisse x [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8
Excentricité du de la poutre seule -0,768 -0,892 -0,940 -0,978 -1,029 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042
câble % au CDG
de la poutre + hourdis -1,026 -1,150 -1,199 -1,236 -1,287 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301
[m]
Variation de due à M h 0 -0,336 -0,524 -0,717 -1,102 -1,447 -1,758 -1,905 -2,048 -2,317 -2,566
contrainte
 ( x) MPa
b   due à M S 0 -0,110 -0,170 -0,230 -0,350 -0,458 -0,557 -0,603 -0,648 -0,734 -0,812
due à la mise en tension
0 2,291 2,415 2,523 3,968 4,514 4,857 5,416 7,909 9,048 6,492
de la 2ème famille
Perte de due à M S 0 -0,637 -0,983 -1,333 -2,027 -2,655 -3,225 -3,496 -3,757 -4,251 -4,708
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh 0 -1,947 -3,039 -4,156 -6,386 -8,387 -10,18 -11,04 -11,866 -13,426 -14,86
due à la mise en tension
0 13,277 13,993 14,622 22,992 26,155 28,141 31,384 45,828 52,426 37,618
de la 2ème famille

Abscisse x [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Excentricité du de la poutre seule -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042
câble % au
de la poutre + hourdis -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301
CDG [m]
Variation de due à M h -2,794 -2,901 -3,002 -3,098 -3,189 -3,356 -3,502 -3,567 -3,627 -3,732 -3,812
contrainte
 ( x) MPa
b   due à M S -0,885 -0,918 -0,951 -0,981 -1,010 -1,063 -1,108 -1,129 -1,149 -1,182 -1,207
due à la mise en tension
8,017 8,417 8,903 9,319 9,665 10,194 10,538 10,646 10,728 10,824 10,832
de la 2ème famille
Perte de due à M S -5,129 -5,321 -5,508 -5,684 -5,850 -6,157 -6,421 -6,544 -6,655 -6,847 -6,994
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh -16,19 -16,807 -17,394 -17,95 -18,478 -19,444 -20,290 -20,668 -21,017 -21,625 -22,089
due à la mise en tension
46,451 48,773 51,587 53,997 56,004 59,069 61,062 61,687 62,163 62,718 62,762
de la 2ème famille

Léonard RATOVONDRAINY Page l


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n° 86: Pertes de tension par déformation instantanée du béton, dans le câble n°2 :
Abscisse x [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8
Excentricité du de la poutre seule -0,430 -0,631 -0,716 -0,791 -0,911 -0,993 -1,035 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042
câble % au
de la poutre + hourdis -0,689 -0,889 -0,974 -1,050 -1,170 -1,251 -1,294 -1,300 -1,301 -1,301 -1,301
CDG [m]
Variation de due à M h 0 -0,238 -0,399 -0,581 -0,976 -1,379 -1,746 -1,905 -2,048 -2,317 -2,566
contrainte
b 
 ( x) MPa  due à M S 0 -0,085 -0,138 -0,195 -0,318 -0,441 -0,554 -0,603 -0,648 -0,734 -0,812
due à la mise en tension
0 1,981 2,136 2,282 3,776 4,413 4,846 5,416 7,909 9,048 6,492
de la 2ème famille
Perte de due à M S 0 -0,493 -0,799 -1,132 -1,842 -2,555 -3,208 -3,495 -3,757 -4,251 -4,708
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh 0 -1,377 -2,314 -3,364 -5,656 -7,990 -10,11 -11,03 -11,86 -13,42 -14,86
due à la mise en tension
0 11,480 12,376 13,222 21,882 25,573 28,078 31,381 45,828 52,426 37,618
de la 2ème famille

Abscisse x [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Excentricité du de la poutre seule -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042
câble % au
de la poutre + hourdis -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301
CDG [m]
Variation de due à M h -2,794 -2,901 -3,002 -3,098 -3,189 -3,356 -3,502 -3,567 -3,627 -3,732 -3,812
contrainte
b 
 ( x) MPa  due à M S -0,885 -0,918 -0,951 -0,981 -1,010 -1,063 -1,108 -1,129 -1,149 -1,182 -1,207
due à la mise en tension
8,017 8,417 8,903 9,319 9,665 10,194 10,538 10,646 10,728 10,824 10,832
de la 2ème famille
Perte de due à M S -5,129 -5,321 -5,508 -5,684 -5,850 -6,157 -6,421 -6,544 -6,655 -6,847 -6,994
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh - - - - - -
-16,807 -17,394 -18,478 -19,444 -22,089
16,191 17,951 20,290 20,668 21,017 21,625
due à la mise en tension
46,451 48,773 51,587 53,997 56,004 59,069 61,062 61,687 62,163 62,718 62,762
de la 2ème famille

Léonard RATOVONDRAINY Page m


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Tableau n°87 : Pertes de tension par déformation instantanée du béton, dans le câble n°3 :
Abscisse x [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8
Excentricité du de la poutre seule -0,084 -0,348 -0,464 -0,568 -0,746 -0,881 -0,976 -1,007 -1,029 -1,042 -1,042
câble % au CDG
de la poutre + hourdis -0,342 -0,606 -0,722 -0,827 -1,004 -1,140 -1,234 -1,266 -1,287 -1,301 -1,301
[m]
Variation de due à M h 0 -0,131 -0,259 -0,417 -0,799 -1,224 -1,645 -1,841 -2,021 -2,317 -2,566
contrainte
b 
 ( x) MPa  due à M S 0 -0,058 -0,102 -0,154 -0,273 -0,402 -0,528 -0,587 -0,642 -0,734 -0,812
due à la mise en tension
0 1,645 1,822 1,993 3,507 4,186 4,751 5,346 7,866 9,048 6,492
de la 2ème famille
Perte de due à M S 0 -0,336 -0,592 -0,892 -1,581 -2,327 -3,060 -3,402 -3,718 -4,251 -4,708
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh 0 -0,760 -1,498 -2,417 -4,629 -7,091 -9,533 -10,670 -11,712 -13,426 -14,86
due à la mise en tension
0 9,532 10,555 11,549 20,320 24,255 27,530 30,976 45,576 52,426 37,618
de la 2ème famille

Abscisse x [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Excentricité du de la poutre seule -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042
câble % au CDG
de la poutre + hourdis -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301
[m]
Variation de due à Mh -2,794 -2,901 -3,002 -3,098 -3,189 -3,356 -3,502 -3,567 -3,627 -3,732 -3,812
contrainte
 b ( x)  MPa  due à MS -0,885 -0,918 -0,951 -0,981 -1,010 -1,063 -1,108 -1,129 -1,149 -1,182 -1,207
due à la mise en tension
8,017 8,417 8,903 9,319 9,665 10,194 10,538 10,646 10,728 10,824 10,832
de la 2ème famille
Perte de due à M S -5,129 -5,321 -5,508 -5,684 -5,850 -6,157 -6,421 -6,544 -6,655 -6,847 -6,994
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh -16,191 -16,807 -17,394 -17,95 -18,478 -19,444 -20,290 -20,668 -21,017 -21,625 -22,089
due à la mise en tension de
46,451 48,773 51,587 53,997 56,004 59,069 61,062 61,687 62,163 62,718 62,762
la 2ème famille

Léonard RATOVONDRAINY Page n


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Pertes de tension par déformation instantanée du béton, dans le câble n°4 :

Abscisse x [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Excentricité du de la poutre seule 0,266 -0,057 -0,201 -0,332 -0,559 -0,744 -0,883 -0,936 -0,978 -1,031 -1,042
câble % au CDG
de la poutre + hourdis 0,008 -0,315 -0,459 -0,591 -0,818 -1,002 -1,141 -1,194 -1,237 -1,289 -1,301
[m]
Variation de due à M h 0 -0,022 -0,112 -0,244 -0,599 -1,033 -1,489 -1,711 -1,922 -2,292 -2,566
contrainte
b 
 ( x) MPa  due à M S 0 -0,030 -0,065 -0,110 -0,222 -0,353 -0,488 -0,554 -0,616 -0,727 -0,812
due à la mise en tension
0 1,299 1,494 1,687 3,203 3,906 4,605 5,202 7,704 9,001 6,492
de la 2ème famille
Perte de due à M S 0 -0,175 -0,376 -0,637 -1,287 -2,046 -2,830 -3,210 -3,572 -4,214 -4,708
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh 0 -0,125 -0,649 -1,413 -3,471 -5,986 -8,627 -9,915 -11,137 -13,279 -14,86
due à la mise en tension
0 7,529 8,660 9,776 18,558 22,634 26,682 30,144 44,637 52,155 37,618
de la 2ème famille

bscisse x [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,94


Excentricité du de la poutre seule -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042
câble % au
de la poutre + hourdis -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301
CDG [m]
Variation de due à M h -2,794 -2,901 -3,002 -3,098 -3,189 -3,356 -3,502 -3,567 -3,627 -3,732 -3,812
contrainte
b 
 ( x) MPa  due à M S -0,885 -0,918 -0,951 -0,981 -1,010 -1,063 -1,108 -1,129 -1,149 -1,182 -1,207
due à la mise en tension
8,017 8,417 8,903 9,319 9,665 10,194 10,538 10,646 10,728 10,824 10,83
de la 2ème famille
Perte de due à Ms -5,129 -5,321 -5,508 -5,684 -5,850 -6,157 -6,421 -6,544 -6,655 -6,847 -6,994
précontrainte due à Mh -16,191 -16,807 -17,394 -17,95 -18,478 -19,444 -20,290 -20,668 -21,017 -21,625 -22,08
 
 pi ( x) MPa due à la mise en tension
de la 2ème famille 46,451 48,773 51,587 53,997 56,004 59,069 61,062 61,687 62,163 62,718 62,762

Léonard RATOVONDRAINY Page o


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Pertes de tension par déformation instantanée du béton, dans le câble n°5:

Abscisse x [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Excentricité du de la poutre seule 0,617 0,236 0,065 -0,092 -0,369 -0,596 -0,773 -0,848 -0,908 -0,996 -1,038
câble % au CDG
de la poutre + hourdis 0,358 -0,023 -0,193 -0,350 -0,627 -0,854 -1,032 -1,106 -1,167 -1,254 -1,296
[m]
Variation de due à Mh 0 0,089 0,036 -0,068 -0,395 -0,827 -1,304 -1,549 -1,785 -2,214 -2,555
contrainte due à Ms 0 -0,002 -0,027 -0,065 -0,170 -0,301 -0,442 -0,513 -0,582 -0,707 -0,810
 
 b ( x) MPa due à la mise en tension
0 0,952 1,164 1,376 2,892 3,604 4,432 5,025 7,479 8,857 6,483
de la 2ème famille
Perte de due à MS 0 -0,013 -0,158 -0,378 -0,987 -1,744 -2,558 -2,972 -3,370 -4,099 -4,692
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh 0 0,514 0,211 -0,391 -2,287 -4,793 -7,557 -8,978 -10,341 -12,826 -14,80
due à la mise en tension
0 5,514 6,742 7,972 16,758 20,885 25,680 29,114 43,336 51,320 37,564
de la 2ème famille

Abscisse x [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Excentricité du de la poutre seule -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042 -1,042
câble % au
de la poutre + hourdis -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301 -1,301
CDG [m]
Variation de due à M h -2,794 -2,901 -3,002 -3,098 -3,189 -3,356 -3,502 -3,567 -3,627 -3,732 -3,812
contrainte
b 
 ( x) MPa  due à M S -0,885 -0,918 -0,951 -0,981 -1,010 -1,063 -1,108 -1,129 -1,149 -1,182 -1,207
due à la mise en tension
8,017 8,417 8,903 9,319 9,665 10,194 10,538 10,646 10,728 10,824 10,832
de la 2ème famille
Perte de due à M S -5,129 -5,321 -5,508 -5,684 -5,850 -6,157 -6,421 -6,544 -6,655 -6,847 -6,994
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh -16,191 -16,807 -17,394 -17,95 -18,478 -19,444 -20,290 -20,668 -21,017 -21,625 -22,089
due à la mise en tension
46,451 48,773 51,587 53,997 56,004 59,069 61,062 61,687 62,163 62,718 62,762
de la 2ème famille

Léonard RATOVONDRAINY Page p


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Pertes de tension par déformation instantanée du béton, dans le câble n°6

Abscisse x [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Excentricité du de la poutre seule 1,016 0,589 0,397 0,222 -0,090 -0,351 -0,558 -0,643 -0,716 -0,825 -0,886
câble % au
de la poutre + hourdis 0,757 0,330 0,139 -0,036 -0,348 -0,609 -0,817 -0,901 -0,974 -1,083 -1,144
CDG [m]
Variation de due à M h 0 0,222 0,222 0,163 -0,097 -0,487 -0,942 -1,175 -1,406 -1,833 -2,180
contrainte
b 
 ( x) MPa  due à M S 0 0,032 0,020 -0,007 -0,095 -0,215 -0,349 -0,418 -0,486 -0,611 -0,715
due à la mise en tension
0 0,532 0,750 0,969 2,439 3,105 4,093 4,613 6,860 8,156 6,157
de la 2ème famille
Perte de due à M S 0 0,159 0,099 -0,034 -0,478 -1,083 -1,765 -2,111 -2,452 -3,085 -3,609
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh 0 1,120 1,119 0,823 -0,487 -2,458 -4,756 -5,936 -7,101 -9,259 -11,01
due à la mise en tension
0 2,688 3,789 4,893 12,317 15,683 20,670 23,297 34,648 41,195 31,098
de la 2ème famille

Abscisse x [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Excentricité du de la poutre seule -0,900 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900
câble % au
de la poutre + hourdis -1,159 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159
CDG [m]
Variation de due à Mh -2,414 -2,505 -2,593 -2,676 -2,755 -2,899 -3,025 -3,081 -3,133 -3,224 -3,293
contrainte due à Ms -0,789 -0,818 -0,847 -0,874 -0,899 -0,947 -0,987 -1,006 -1,023 -1,053 -1,075
 b ( x)  MPa  due à la mise en tension
de la 2ème famille 7,545 7,902 8,334 8,704 9,012 9,482 9,787 9,882 9,955 10,039 10,045
Perte de due à Ms -3,983 -4,132 -4,277 -4,414 -4,543 -4,781 -4,986 -5,082 -5,167 -5,317 -5,431
précontrainte due à Mh -12,190 -12,654 -13,096 -13,51 -13,913 -14,639 -15,276 -15,561 -15,824 -16,282 -16,631
 pi ( x)  MPa  due à la mise en tension
de la 2ème famille 38,109 39,908 42,091 43,959 45,514 47,888 49,430 49,912 50,279 50,703 50,732

Léonard RATOVONDRAINY Page q


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Pertes de tension par déformation instantanée du béton, dans le câble n°7

Abscisse x [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Excentricité du de la poutre seule 0 0 0 0 0,785 0,375 0,029 -0,122 -0,259 -0,492 -0,671
câble % au
de la poutre + hourdis 0 0 0 0 0,526 0,117 -0,229 -0,381 -0,518 -0,750 -0,930
CDG [m]
Variation de due à M h 0 0 0 0 0,840 0,521 0,049 -0,224 -0,509 -1,094 -1,653
contrainte
b 
 ( x) MPa  due à M S 0 0 0 0 0,143 0,041 -0,098 -0,177 -0,258 -0,423 -0,581
due à la mise en tension
0 0 0 0 1,014 1,627 3,165 3,565 5,395 6,795 5,699
de la 2ème famille
Perte de due à M S 0 0 0 0 0,722 0,208 -0,496 -0,892 -1,303 -2,138 -2,933
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh 0 0 0 0 4,244 2,632 0,247 -1,129 -2,573 -5,525 -8,347
due à la mise en tension
0 0 0 0 5,121 8,218 15,988 18,006 27,248 34,318 28,782
de la 2ème famille

Abscisse x [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Excentricité du de la poutre seule -0,799 -0,843 -0,875 -0,894 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900
câble % au
de la poutre + hourdis -1,057 -1,102 -1,133 -1,152 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159
CDG [m]
Variation de due à Mh -2,141 -2,347 -2,519 -2,657 -2,755 -2,899 -3,025 -3,081 -3,133 -3,224 -3,293
contrainte due à Ms -0,719 -0,778 -0,828 -0,869 -0,899 -0,947 -0,987 -1,006 -1,023 -1,053 -1,075
 b ( x)  MPa  due à la mise en tension
de la 2ème famille 7,207 7,695 8,231 8,675 9,012 9,482 9,787 9,882 9,955 10,039 10,045
Perte de due à Ms -3,633 -3,929 -4,182 -4,389 -4,543 -4,781 -4,986 -5,082 -5,167 -5,317 -5,431
précontrainte due à Mh
 pi ( x)  MPa 
-10,812 -11,853 -12,722 -13,41 -13,913 -14,639 -15,276 -15,561 -15,824 -16,282 -16,631
due à la mise en tension
36,402 38,863 41,570 43,817 45,514 47,888 49,430 49,912 50,279 50,703 50,732
de la 2ème famille

Léonard RATOVONDRAINY Page r


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Pertes de tension par déformation instantanée du béton, dans le câble n°8

Abscisse x [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Excentricité du de la poutre seule 0 0 0 0 0 0 1,006 0,770 0,552 0,167 -0,156
câble % au CDG
de la poutre + hourdis 0 0 0 0 0 0 0,748 0,512 0,294 -0,092 -0,414
[m]
Variation de due à M h 0 0 0 0 0 0 1,697 1,408 1,085 0,370 -0,383
contrainte
b 
 ( x) MPa  due à M S 0 0 0 0 0 0 0,320 0,237 0,146 -0,052 -0,259
due à la mise en tension
0 0 0 0 0 0 1,623 1,769 2,790 4,098 4,596
de la 2ème famille
Perte de due à M S 0 0 0 0 0 0 1,616 1,199 0,740 -0,262 -1,306
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh 0 0 0 0 0 0 8,569 7,111 5,478 1,870 -1,936
due à la mise en tension
0 0 0 0 0 0 8,198 8,936 14,090 20,696 23,213
de la 2ème famille

Abscisse x [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Excentricité du de la poutre seule -0,417 -0,525 -0,620 -0,701 -0,767 -0,860 -0,899 -0,900 -0,900 -0,900 -0,900
câble % au
de la poutre + hourdis -0,675 -0,784 -0,878 -0,959 -1,026 -1,118 -1,157 -1,159 -1,159 -1,159 -1,159
CDG [m]
Variation de due à Mh -1,117 -1,462 -1,786 -2,082 -2,348 -2,769 -3,020 -3,081 -3,133 -3,224 -3,293
contrainte due à Ms -0,459 -0,553 -0,642 -0,723 -0,796 -0,914 -0,986 -1,006 -1,023 -1,053 -1,075
 b ( x)  MPa  due à la mise en tension
de la 2ème famille 5,940 6,540 7,210 7,838 8,400 9,280 9,779 9,882 9,955 10,039 10,045
Perte de due à MS -2,320 -2,795 -3,242 -3,653 -4,022 -4,615 -4,980 -5,082 -5,167 -5,317 -5,431
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh -5,641 -7,385 -9,019 -10,51 -11,859 -13,986 -15,253 -15,561 -15,824 -16,282 -16,631
due à la mise en tension
29,999 33,032 36,414 39,588 42,424 46,869 49,392 49,912 50,279 50,703 50,732
de la 2ème famille

Léonard RATOVONDRAINY Page s


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Pertes de tension par déformation instantanée du béton, dans le câble n°9

Abscisse x [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Excentricité du de la poutre seule 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1,000
câble % au
de la poutre + hourdis 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0,742
CDG [m]
Variation de due à M h 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2,463
contrainte
b 
 ( x) MPa  due à M S 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0,464
due à la mise en tension
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2,124
de la 2ème famille
Perte de due à M S 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2,341
précontrainte
 pi ( x)  MPa  due à Mh 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 12,438
due à la mise en tension
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 10,726
de la 2ème famille

Abscisse x [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Excentricité du de la poutre seule 0,431 0,324 0,136 -0,036 -0,191 -0,453 -0,653 -0,731 -0,793 -0,8755 -0,9003
câble % au -
CDG [m] de la poutre + hourdis 0,1727 0,0661 -0,1227 -0,4494 -0,7113 -0,9113 -0,9889 -1,0517 -1,1338 -1,1586
0,2944
Variation de due à Mh 1,155 0,903 0,391 -0,107 -0,585 -1,458 -2,194 -2,500 -2,761 -3,135 -3,293
contrainte due à Ms 0,118 0,047 -0,090 -0,222 -0,349 -0,581 -0,776 -0,859 -0,929 -1,030 -1,075
 
 b ( x) MPa due à la mise en tension
3,126 3,454 4,180 4,958 5,746 7,236 8,478 8,969 9,373 9,902 10,045
de la 2ème famille
Perte de due à Ms 0,594 0,236 -0,453 -1,122 -1,762 -2,935 -3,921 -4,337 -4,691 -5,203 -5,431
précontrainte due à Mh 5,836 4,560 1,972 -0,542 -2,953 -7,366 -11,080 -12,628 -13,945 -15,833 -16,631
 pi ( x)  MPa  due à la mise en tension
de la 2ème famille 15,789 17,443 21,112 25,043 29,022 36,548 42,819 45,301 47,338 50,010 50,732

Léonard RATOVONDRAINY Page t


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Annexe 11 : Vérification des contraintes normales dans chaque phase


Vérification des contraintes normales dans la phase I
Abscisse X [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8
Contraintes dues à Fibre sup 0 0,786 1,160 1,523 2,221 2,858 3,476 3,753 4,018 4,514 5,027
Mpp [MPa] Fibre inf 0 -0,784 -1,158 -1,519 -2,216 -2,852 -3,469 -3,745 -4,009 -4,505 -5,017
Précontrainte obtenue avec les
6729,83 6709,53 6699,40 6689,29 6669,11 6648,99 6628,93 6618,93 6608,94 6589,00 6569,12
câbles de la 1ère famille [MPa]
Excentricité du CE à la 1ère famille
-0,078 -0,342 -0,457 -0,561 -0,732 -0,865 -0,956 -0,991 -1,018 -1,052 -1,061
[m]
Contrainte due à la mise Fibre sup 5,382 2,370 1,075 -0,072 -1,970 -3,345 -4,333 -4,652 -4,878 -5,118 -5,262
en tension des câbles
Fibre inf 7,177 10,213 11,518 12,680 14,624 16,054 17,069 17,417 17,665 17,934 18,062
de la 1ère famille [MPa]
Contrainte résultante Fibre sup 5,382 3,156 2,235 1,451 0,250 -0,487 -0,856 -0,899 -0,860 -0,604 -0,235
[MPa] Fibre inf 7,177 9,429 10,360 11,160 12,408 13,202 13,599 13,672 13,656 13,430 13,045

Abscisse X [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Contraintes dues à Mpp Fibre sup 5,432 5,627 5,807 5,978 6,140 6,438 6,702 6,821 6,932 7,126 7,277
[MPa] Fibre inf -5,421 -5,615 -5,795 -5,965 -6,127 -6,425 -6,688 -6,807 -6,917 -7,111 -7,262
Précontrainte obtenue avec les câbles
6549,3 6539,41 6529,54 6519,68 6509,8 6490,20 6470,62 6460,85 6451,09 6431,63 6413,34
de la 1ère famille [MPa]
Excentricité du CE à la 1ère famille [m] -1,065 -1,066 -1,067 -1,068 -1,069 -1,070 -1,071 -1,071 -1,071 -1,071 -1,072
Contrainte due à la mise Fibre sup -5,170 -5,137 -5,098 -5,062 -5,031 -4,977 -4,936 -4,919 -4,905 -4,880 -4,864
en tension des câbles de
Fibre inf 17,994 17,959 17,921 17,883 17,846 17,776 17,711 17,680 17,650 17,592 17,541
la 1ère famille [MPa]
Contrainte résultante Fibre sup 0,263 0,490 0,709 0,915 1,109 1,461 1,766 1,902 2,027 2,246 2,413
[MPa] Fibre inf 12,573 12,344 12,126 11,918 11,719 11,352 11,023 10,873 10,732 10,481 10,279

Léonard RATOVONDRAINY Page u


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Vérification des contraintes normales dans la phase II :

Abscisse X [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Contraintes dues à Mpp Fibre sup 0 0,998 1,471 1,926 2,806 3,598 4,377 4,716 5,041 5,649 6,298
[MPa] Fibre inf 0 -1,002 -1,484 -1,950 -2,848 -3,679 -4,475 -4,840 -5,189 -5,845 -6,503
Précontrainte obtenue avec les câbles
6729,83 6667,30 6656,84 6647,60 6597,59 6573,36 6551,49 6531,65 6456,09 6412,53 6475,35
de la 1ère famille [MPa]
Excentricité du CE à la 1ère famille [m] -0,078 -0,342 -0,457 -0,561 -0,732 -0,865 -0,956 -0,991 -1,018 -1,052 -1,061
Contrainte due à la mise Fibre sup 4,767 2,070 0,906 -0,133 -1,831 -3,114 -3,998 -4,313 -4,500 -4,747 -4,916
en tension des câbles de
Fibre inf 6,351 8,981 10,128 11,151 12,803 14,045 14,929 15,210 15,272 15,446 15,756
la 1ère famille [MPa]
Contrainte résultante Fibre sup 4,767 3,068 2,377 1,794 0,975 0,484 0,379 0,404 0,541 0,902 1,382
[MPa] Fibre inf 6,351 7,979 8,644 9,201 9,955 10,367 10,453 10,370 10,082 9,601 9,253

Abscisse X [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Contraintes dues à Mpp Fibre sup 6,786 7,023 7,241 7,449 7,645 8,008 8,331 8,477 8,613 8,852 9,039
[MPa] Fibre inf -7,046 -7,304 -7,544 -7,772 -7,988 -8,385 -8,734 -8,892 -9,037 -9,293 -9,490
Précontrainte obtenue avec les câbles
6419,77 6402,19 6381,97 6363,60 6347,06 6318,22 6294,04 6283,55 6273,63 6255,25 6239,68
de la 1ère famille [MPa]
Excentricité du CE à la 1ère famille [m] -1,065 -1,066 -1,067 -1,068 -1,069 -1,070 -1,071 -1,071 -1,071 -1,071 -1,072
Contrainte due à la mise Fibre sup -4,863 -4,842 -4,817 -4,794 -4,774 -4,738 -4,709 -4,698 -4,688 -4,670 -4,658
en tension des câbles de Fibre inf
15,609 15,559 15,501 15,447 15,398 15,314 15,245 15,217 15,190 15,141 15,103
la 1ère famille [MPa]
Contrainte résultante Fibre sup 1,923 2,181 2,424 2,654 2,872 3,271 3,621 3,779 3,925 4,182 4,381
[MPa] Fibre inf 8,563 8,256 7,956 7,675 7,410 6,930 6,511 6,325 6,152 5,848 5,612

Léonard RATOVONDRAINY Page v


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Vérification des contraintes normales dans la phase III :

Abscisse X [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Contraintes dues à Mpp Fibre sup 0 0,367 0,543 0,713 1,040 1,345 1,634 1,768 1,898 2,144 2,377
[MPa] Fibre inf 0 -0,482 -0,714 -0,940 -1,373 -1,783 -2,166 -2,350 -2,528 -2,864 -3,169
Précontrainte obtenue avec les câbles
7905,85 7842,64 7829,59 7817,82 9034,29 8984,50 10310,81 10285,06 11490,30 11431,53 11482,73
de la 1ère famille [MPa]
Excentricité du CE à la 1ère famille [m] -0,163 -0,454 -0,581 -0,696 -0,691 -0,881 -0,805 -0,886 -0,957 -1,069 -0,938
Contrainte due à la mise Fibre sup 4,500 2,144 1,137 0,238 0,343 -1,328 -0,743 -1,543 -2,489 -3,671 -2,242
en tension des câbles de
Fibre inf 7,579 10,611 11,923 13,099 15,101 17,266 18,826 19,870 23,247 24,773 22,979
la 1ère famille [MPa]
Contrainte résultante Fibre sup 4,500 2,511 1,679 0,952 1,383 0,017 0,890 0,226 -0,591 -1,527 0,134
[MPa] Fibre inf 7,579 10,129 11,210 12,159 13,728 15,483 16,660 17,520 20,719 21,909 19,810

Abscisse X [m] 15,942


9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15
2
Contraintes dues à Mpp Fibre sup 2,582 2,679 2,770 2,857 2,939 3,090 3,222 3,282 3,337 3,433 3,506
[MPa] Fibre inf -3,457 -3,591 -3,718 -3,839 -3,954 -4,163 -4,346 -4,428 -4,503 -4,634 -4,733
Précontrainte obtenue avec les câbles de la
1ère famille [MPa] 11412,6 11387,8 11360,3 11334,7 11310,9 11267,7 11229,1 11211,5 11194 11161,8 11132,
Excentricité du CE à la 1ère famille [m] -1,049 -1,078 -1,114 -1,145 -1,171 -1,211 -1,238 -1,247 -1,254 -1,264 -1,267
Contrainte due à la mise en Fibre sup -3,393 -3,690 -4,045 -4,347 -4,597 -4,977 -5,224 -5,303 -5,363 -5,437 -5,450
tension des câbles de la Fibre inf
1ère famille [MPa] 24,457 24,830 25,281 25,661 25,973 26,435 26,720 26,801 26,858 26,907 26,875
Contrainte résultante Fibre sup -0,811 -1,011 -1,275 -1,490 -1,658 -1,887 -2,001 -2,021 -2,026 -2,004 -1,944
[MPa] Fibre inf 21,000 21,239 21,563 21,822 22,019 22,272 22,374 22,373 22,355 22,273 22,142

Léonard RATOVONDRAINY Page w


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Vérification des contraintes normales dans la phase IV :

Abscisse X [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Contraintes dues à Mpp Fibre sup 0 0,704 1,038 1,360 1,985 2,550 3,107 3,351 3,585 4,027 4,492
[MPa] Fibre inf 0 -0,924 -1,365 -1,793 -2,620 -3,381 -4,118 -4,453 -4,774 -5,379 -5,990
Précontrainte obtenue avec les câbles 7376,9
7319,63 7302,96 7288,14 8208,60 9329,16 9548,92 9520,81 10582,12 10512,44 10596,77
de la 1ère famille [MPa] 2
Excentricité du CE à la 1ère famille [m] -0,163 -0,454 -0,581 -0,696 -0,691 -0,881 -0,805 -0,886 -0,957 -1,069 -0,938
Contrainte due à la mise Fibre sup 4,198 2,001 1,060 0,222 0,312 -1,379 -0,689 -1,428 -2,292 -3,376 -2,069
en tension des câbles de
Fibre inf 7,072 9,904 11,121 12,212 13,721 17,929 17,435 18,394 21,409 22,781 21,206
la 1ère famille [MPa]
Contrainte résultante Fibre sup 4,198 2,704 2,098 1,582 2,296 1,171 2,418 1,923 1,293 0,650 2,423
[MPa] Fibre inf 7,072 8,980 9,756 10,419 11,101 14,548 13,317 13,941 16,635 17,402 15,216

Abscisse X [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Contraintes dues à Mpp Fibre sup 4,848 5,020 5,179 5,330 5,474 5,738 5,972 6,079 6,177 6,350 6,484
[MPa] Fibre inf -6,491 -6,729 -6,952 -7,163 -7,363 -7,731 -8,055 -8,201 -8,336 -8,572 -8,754
Précontrainte obtenue avec les câbles 10517, 10491, 10404, 10319,
10459,64 10430,57 10357,89 10303,26 10288,01 10260,21 10237,22
de la 1ère famille [MPa] 63 03 15 55
Excentricité du CE à la 1ère famille [m] -1,049 -1,078 -1,114 -1,145 -1,171 -1,211 -1,238 -1,247 -1,254 -1,264 -1,267
Contrainte due à la mise Fibre sup -3,127 -3,399 -3,725 -4,000 -4,229 -4,575 -4,801 -4,873 -4,929 -4,998 -5,011
en tension des câbles de
Fibre inf 22,539 22,875 23,277 23,614 23,891 24,301 24,555 24,630 24,683 24,733 24,713
la 1ère famille [MPa]
Contrainte résultante Fibre sup 1,721 1,620 1,454 1,329 1,245 1,163 1,172 1,206 1,248 1,352 1,473
[MPa] Fibre inf 16,048 16,146 16,325 16,452 16,527 16,570 16,500 16,429 16,347 16,161 15,959

Léonard RATOVONDRAINY Page x


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Vérification des contraintes normales dans la phase V

Abscisse X [m] 0 1 1,5 2 3 4 5 5,5 6 7 8


Contraintes dues à Mpp Fibre sup 0 1,138 1,702 2,231 3,257 4,167 5,066 5,445 5,806 6,511 7,214
[MPa] Fibre inf 0 -1,454 -2,172 -2,844 -4,151 -5,300 -6,445 -6,920 -7,373 -8,256 -9,155
Précontrainte obtenue avec les câbles
7376,92 7319,63 7302,96 7288,14 8208,60 9329,16 9548,92 9520,81 10582,12 10512,44 10596,77
de la 1ère famille [MPa]
Excentricité du CE à la 1ère famille [m] -0,152 -0,437 -0,562 -0,676 -0,669 -0,855 -0,780 -0,859 -0,928 -1,037 -0,907
Contrainte due à la mise Fibre sup 4,172 1,974 1,034 0,195 0,262 -1,435 -0,770 -1,508 -2,380 -3,462 -2,185
en tension des câbles de Fibre inf
6,854 9,549 10,717 11,757 13,170 17,156 16,656 17,538 20,377 21,617 20,127
la 1ère famille [MPa]
Contrainte résultante Fibre sup 4,172 3,112 2,736 2,426 3,519 2,732 4,296 3,937 3,426 3,049 5,029
[MPa] Fibre inf 6,854 8,095 8,545 8,913 9,019 11,856 10,211 10,618 13,004 13,361 10,972

Abscisse X [m] 9 9,5 10 10,5 11 12 13 13,5 14 15 15,9422


Contraintes dues à Fibre sup 7,752 7,997 8,236 8,453 8,638 9,012 9,280 9,416 9,522 9,686 9,789
Mpp [MPa] Fibre inf -9,820 -10,126 -10,424 -10,693 -10,922 -11,388 -11,721 -11,892 -12,025 -12,231 -12,359
Précontrainte obtenue avec les câbles 10517,
10491,03 10459,64 10430,57 10404,15 10357,89 10319,55 10303,26 10288,01 10260,21 10237,22
de la 1ère famille [MPa] 6
Excentricité du CE à la 1ère famille [m] -1,015 -1,043 -1,078 -1,108 -1,133 -1,172 -1,198 -1,207 -1,214 -1,223 -1,225
Contrainte due à la mise Fibre sup -3,238 -3,510 -3,834 -4,109 -4,336 -4,681 -4,905 -4,977 -5,033 -5,101 -5,114
en tension des câbles de Fibre inf
21,311 21,605 21,956 22,249 22,487 22,838 23,053 23,115 23,158 23,197 23,175
la 1ère famille [MPa]
Contrainte résultante Fibre sup 4,513 4,487 4,402 4,344 4,302 4,331 4,374 4,439 4,489 4,585 4,674
[MPa] Fibre inf 11,490 11,478 11,532 11,556 11,565 11,450 11,331 11,222 11,133 10,966 10,816

Léonard RATOVONDRAINY Page y


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

ANNEXE 11: DIVERS PLANS DE FERRAILLAGE

Dessin de ferraillage de la poutre

Léonard RATOVONDRAINY Page z


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

Dessin de ferraillage de la poutre + dalle + trottoir

Disposition constructive des armatures de la colonne

Léonard RATOVONDRAINY Page aa


ANNEXES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

ANNEXE 12 : abaques d’interaction et coupe de la fondation

Léonard RATOVONDRAINY Page bb


TABLES DES MATIERES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

SOMMAIRE ............................................................................................................................................... i
REMERCIEMENTS .....................................................................................................................................ii
LISTE DES TABLEAUX ...............................................................................................................................iii
LISTE DES FIGURES................................................................................................................................... vi
LISTE DES ABREVIATIONS ...................................................................................................................... viii
NOTATIONS ............................................................................................................................................. ix

INTRODUCTION GENERALE ..................................................................................................................... 1


CHAPITRE I : ETUDE SOCIO - ECONOMIQUE DE LA ZONE D’INFLUENCE ................................................. 2
I.1. Localisation du site du projet ........................................................................................................ 2
I.2. Présentation de la région d’influence ........................................................................................... 3
a. Population ............................................................................................................................... 3
b. Enseignement et éducation..................................................................................................... 3
c. Secteur économique de la zone d’influence ........................................................................... 4
d. Evolution des effectifs par catégories de pêches [tonnes] ..................................................... 6
e. Liste des sociétés œuvrant dans la pêche ............................................................................... 6
f. Tourisme .................................................................................................................................. 6
CHAPITRE II : ETUDE DE TRAFIC ROUTIER ............................................................................................... 8
II. 1 Facteur d’évolution du trafic ........................................................................................................ 8
II. 2 Catégorisations des véhicules ...................................................................................................... 8
II. 3 Etude du trafic .............................................................................................................................. 8
a. Trafic passé .................................................................................................................................. 8
b. Estimation du trafic futur .......................................................................................................... 9
CHAPITRE I : ETUDE HYDROLOGIQUE .................................................................................................... 10
II.1. Donnée des débits ...................................................................................................................... 10
II.2. Estimation des débits de crues du projet ................................................................................... 10
a. Loi de GIBRAT-GALTON............................................................................................................. 10
b. Loi de PEARSON III .................................................................................................................... 11
c. Loi de GUMBEL.......................................................................................................................... 12
II.3. Test de validité des ajustements ................................................................................................ 13
CHAPITRE II. ETUDE HYDRAULIQUE ET CALAGE DE L’OUVRAGE ........................................................... 16
II. 1 La cote naturelle d’eau ............................................................................................................... 16
II. 2 Détermination de la surélévation de l’eau ................................................................................ 17
a. Détermination du coefficient de débit C ............................................................................... 18
TABLES DES MATIERES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

b. Calcul de la perte de charge .................................................................................................. 19


c. Calcul de la hauteur d’eau correspondant à la pression dynamique en amont ................... 20
d. Calcul de la perte de charge par frottement: ........................................................................ 20
II.3 Cote sous-poutre (CSP)................................................................................................................ 20
II.4. Profondeur d’affouillement........................................................................................................ 20
a. Profondeur due à la réduction de section du cours d’eau HR .............................................. 20
b. Profondeur normale d’affouillement Hn............................................................................... 21
c. Profondeur d’affouillement local due à la présence des piles HLC ........................................ 21
d. Profondeur totale d’affouillement ........................................................................................ 21
II.5. Protection de la pile contre l’affouillement .............................................................................. 21
II.6. Diamètre de l’enrochement selon la formule d’IZBASH ............................................................ 21
CHAPITRE III : ETUDES GEOTECHNIQUE ................................................................................................ 23
III.1. Nature et structure du sol ......................................................................................................... 23
III.2. Reconnaissance géotechnique .................................................................................................. 23
III.3. Capacité portante Qp par la méthode pressiométriques ......................................................... 24
III.4. Calcul de la charge limite de frottement latéral Qf ................................................................... 26
III.4. Capacité portante Qad par l’essai pénétromètre dynamique .................................................. 29
CHAPITRE IV : DIAGNOSTIQUE ET PROPOSITION DES SOLUTIONS ....................................................... 30
IV.1. Diagnostique ............................................................................................................................. 30
IV.2. Proposition des solutions .......................................................................................................... 31
a. Solution a court terme ou provisoire .................................................................................... 31
b. Solution a moyen terme ........................................................................................................ 32
CHAPITRE V : COMPARAISON ET EVALUATION DES VARIANTES.......................................................... 33
V.1.Comparaison des variantes ......................................................................................................... 33
a. variante n°01 : Pont en Béton Armé à 6 travées indépendantes de 20m ................................. 33
b. variante n°02 : Pont mixte Acier-Béton à 2 travées indépendantes de 60m ............................ 34
c. variante n°03 : Pont en Béton Précontraint à 3 travées indépendantes de 40m...................... 35
V.2. Evaluation des variantes vis-à-vis du coût ................................................................................. 36
a. Hypothèses et données de base ................................................................................................ 36
b. Variante n°1 : Pont en BA à six travées indépendantes de 20 m .............................................. 37
c. Variante n°2 : Pont en BP à 3 travées indépendantes de 40 m chacune .................................. 43
d. Variante n°3 : Pont mixte en Acier-Béton à 2 travées indépendantes de 60m ........................ 49
e. Devis estimatif de chaque variante ........................................................................................... 57
f. Evaluation de ces variantes ........................................................................................................ 60
TABLES DES MATIERES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE I : NOTION DE PRECONTRAINTE ET HYPOTHESES DE CALCUL .............................................. 63


I.1. TECHNIQUES DE LA PRECONTRAINTE ......................................................................................... 63
a. Mode de précontrainte ......................................................................................................... 63
b. Elancement des poutres en fonction du type d’ouvrage ...................................................... 65
I .2. HYPOTHESES DE CALCUL ............................................................................................................ 65
a. Système de surcharges de calcul ........................................................................................... 66
I.3. Caractéristiques des matériaux ................................................................................................... 68
a. Béton armé ................................................................................................................................ 68
b. Béton précontraint ................................................................................................................ 68
c. Acier ......................................................................................................................................... 68
CHAPITRE II : CALCUL DE LA DALLE ....................................................................................................... 70
II.1. HOURDIS CENTRAL ..................................................................................................................... 70
a. Définition des charges ........................................................................................................... 70
b. Détermination des sollicitations............................................................................................ 71
II.2. HOURDIS CONSOLE.................................................................................................................... 76
c. Combinaisons d’actions......................................................................................................... 78
d. Calcul des armatures de la dalle ............................................................................................ 79
e. Vérification de l’effort tranchant .......................................................................................... 82
II.3. Pré dalle ...................................................................................................................................... 83
 Armature longitudinale : ....................................................................................................... 83
 Armature de répartition ........................................................................................................ 84
 Vérification des efforts tranchant : ....................................................................................... 84
CHAPITRE III. ETUDE DES ENTRETOISES ................................................................................................ 85
III.1. Calcul des sollicitations.............................................................................................................. 85
a. Charges permanentes ........................................................................................................... 85
b. Surcharges d’exploitations .................................................................................................... 86
III.2. Dimensionnement des armatures ............................................................................................. 89
CHAPITRE IV : ETUDE DE LA POUTRE PRINCIPALE ................................................................................. 91
1. Charge........................................................................................................................................ 91
2. Calcul des sollicitations.............................................................................................................. 91
3. Combinaison d’action du moment fléchissant de la poutre ..................................................... 98
4. Combinaison d’action de l’effort tranchant de la poutre ....................................................... 106
5. Vérification de la section du béton ......................................................................................... 108
6. Détermination des paramètres de calcul de précontrainte de la section médiane............... 110
TABLES DES MATIERES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

CHAPITRE I : ETUDE DES APPAREILS D’APPUIS .................................................................................... 148


a. Distribution des efforts horizontaux aux appuis ................................................................. 148
a. Distribution des efforts de freinage .................................................................................... 150
b. Efforts dus au retrait, au fluage et à la variation de température ...................................... 150
CHAPITRE II : ETUDE DE LA CULEE ....................................................................................................... 154
II.1. Mur de garde-grève ................................................................................................................. 154
a. Calcul des sollicitations........................................................................................................ 154
b. Calcul des armatures ........................................................................................................... 157
II.2. Mur en retour .......................................................................................................................... 158
a. Calcul des sollicitations........................................................................................................ 158
b. Calcul des armatures ........................................................................................................... 161
II.3. Mur de front ............................................................................................................................. 161
a. Calcul des sollicitations........................................................................................................ 161
b. Détermination des armatures du mur de front .................................................................. 163
c. Stabilité de la culée vis-à-vis du renversement .................................................................. 164
II.4. Dalle de transition .................................................................................................................... 166
CHAPITRE III: ETUDE DE LA PILE......................................................................................................... 168
III.1. Inventaires des forces............................................................................................................. 168
a. Efforts verticaux .................................................................................................................. 168
III.2. Vérification de la stabilité de la pile ....................................................................................... 168
a. Les charges .......................................................................................................................... 171
b. Sollicitation .......................................................................................................................... 171
c. Armatures du chevêtre........................................................................................................ 176
d. Armature de la colonne ....................................................................................................... 177
III.5. Dimensionnement de la semelle de liaison............................................................................ 179
III.6. Distance entre axe des pieux................................................................................................... 179
III.6. Ferraillage des pieux................................................................................................................ 182
CHAPITRE I : EVALUATION DU COUT DU PROJET ................................................................................ 183
I.1 PHASAGE DES TRAVAUX ............................................................................................................. 183
I.2. CALCUL DU COEFFICIENT DE MAJORATION DES DEBOURSES .................................................. 184
I.3. DEVIS QUANTITATIF .................................................................................................................. 185
I.4. SOUS DETAIL DE PRIX ............................................................................................................... 187
1. Les numéros des prix ........................................................................................................... 187
2. Bordereau Détail Estimatif .................................................................................................. 192
TABLES DES MATIERES Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

I.5. ETUDE DE RENTABILITE ............................................................................................................ 193


a. Détermination de la VAN .................................................................................................... 193
b. Taux interne de rentabilité (TIR) ......................................................................................... 195
c. Le délai de récupération du capital investi « DRCI » ........................................................... 195
CHAPITRE II : ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX .................................................................... 195
II.1 Impacts négatifs ........................................................................................................................ 195
a. Pollution de l’eau................................................................................................................. 195
b. Pollution de l’air .................................................................................................................. 195
c. La pollution des sols ............................................................................................................ 195
d. Le bruit................................................................................................................................. 196
e. Le paysage ........................................................................................................................... 196
II.2. Les impacts positifs................................................................................................................... 196
a. Sur le plan économique ....................................................................................................... 196
b. Sur le plan social .................................................................................................................. 196
II.3. Mesures d’atténuation ............................................................................................................ 196
a. Sur le milieu humain ............................................................................................................ 196
b. Sur le milieu physique ......................................................................................................... 197
CONCLUSION GENERALE ..................................................................................................................... 198
ANNEXES

TABLE DES MATIERES


Nom : RATOVONDRAINY

Prénom : Léonard

Adresse : Lot IL 22 Morafeno Ambositra (306)

Tél : 0330236614

TITRE :

« PROJET DE RECONSTRUCTION DU PONT A MAROANTSETRA VILLE »

Nombre de pages : 247


Nombre de tableaux : 200
Nombre de figures : 182

RESUME

Ce document narre un projet de reconstruction du pont à Maroantsetra ville sur la


RN5 effondré en 2003.

Après diagnostique, on a proposé 3 solutions, telle que ; provisoire, moyen terme et


long terme. La variante en béton précontraint a été prise comme variante principale après la
considération de plusieurs critères aussi bien techniques qu’économiques.
Le projet promet aussi des effets considérables sur le plan local, Régional et National car la
zone a un fort potentiel économique à Madagascar.

Ce mémoire donne aussi un aperçu de la reconstruction en deux voies, les


dimensionnements et à la fin évalue le montant du projet.

Mots clés : Pont, Béton armé, Béton précontraint


Encadreur : RAKOTOARIVELO Rivonirina