Vous êtes sur la page 1sur 73

CAHIER TECHNIQUE N° 33

Novembre 2014
 

Association Française du génie Parasismique 
 

METHODES D’EVALUATION ET DE RENFORCEMENT 
SISMIQUE DE STRUCTURES POTEAUX‐POUTRES 
APPLICATION AUX ECOLES, COLLEGES ET LYCEES 
DE GUADELOUPE ET DE MARTINIQUE 
 

 
 

Avec le soutien de : 

 




 

Avant‐propos 
Le groupe de travail Renforcement des Etablissements scolaires aux ANtilles (REANT) de l’Association 
Française du génie Parasismique (AFPS) s’est intéressé à définir des méthodes d’évaluation et de 
renforcement sismique portant sur des structures poteaux‐poutres représentatives du système 
structurel des établissements scolaires guadeloupéens et martiniquais. 

Le travail a été réalisé au sein du groupe de travail élargi GERIS (Groupe d'Etude sur le Risque Sismique), 
dans le cadre de la Convention n° 2200681159 – Actions de Prévention du Risque Sismique, entre le 
Ministère de l' Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie (MEDDE) et l'Association Française 
du Génie Parasismique (AFPS). 

Le groupe de travail REANT a été constitué des membres suivants : 

Philippe BISCH – EGIS Industries 
Stéphane CAZADIEU – EGIS Industries 
Gabriel DONTEVIEUX – Expert 
Pierre‐Olivier MARTIN – CTICM 
Michèle ROBIN‐CLERC – Architecte 
Anjeza SHENA – EGIS Industries 

Nous tenons également à remercier Didier DERIS – ANCO Martinique,  Sylvain POLLET – SOCOTEC 
Antilles, et, Nicolas TAILLEFER – CSTB – pour leurs utiles suggestions. 

Le groupe de travail s’est intéressé à : 

 Définir des méthodes d’évaluation basées sur la NF EN 1998‐3 [R8] applicable aux ouvrages 
existants plutôt que basées sur la NF EN 1998‐1 [R7] applicable aux ouvrages neufs, 
 Définir des méthodes de renforcement ne demandant aucune installation de chantier lourde, 
aucun moyen de levage lourd, pouvant être mises en œuvre par campagnes successives ne 
demandant pas de devoir fermer l’ensemble des locaux scolaires ou administratifs, 
 Définir des méthodes de renforcement industrialisables pouvant être conçues, fabriquées et 
mises en œuvre par des entreprises guadeloupéennes ou martiniquaises. 

   



Page | 3




Table des matières
1  Méthode de diagnostic et de renforcement du bâti existant .............................................................. 8 
1.1  Introduction ............................................................................................................................. 8 
1.2  Principes généraux .................................................................................................................. 8 
2  Détermination du mouvement sismique en surface ............................................................................ 9 
2.1  Détermination de la forme spectrale de l’action sismique de référence ............................... 9 
2.2  Détermination du niveau d’accélération spectrale de l’action sismique de référence ........ 12 
3  Définitions générales .......................................................................................................................... 13 
3.1  Définition de la rotation de corde ultime .............................................................................. 13 
3.2  Définition du facteur de ductilité en terme de rotation de corde, en terme de courbure et en 
terme de déplacement ...................................................................................................................... 15 
3.3  Définition de la pression de confinement ............................................................................. 17 
3.3.1  Pression de confinement exercée par les cerces d’une section circulaire .............. 17 
3.3.2  Pression de confinement exercée par les cadres, étriers et épingles d’une section
carrée ou rectangulaire ............................................................................................................... 18 
3.4  Définition du diagramme contrainte‐déformation du béton avec pression de confinement21 
3.4.1  Introduction ................................................................................................................. 21 
3.4.2  Premier modèle de confinement ................................................................................ 21 
3.4.3  Second modèle de confinement .................................................................................. 22 
3.4.4  Troisième modèle de confinement ............................................................................. 22 
3.5  Détermination de la longueur de rotule plastique ................................................................ 23 
4  Détermination de la rotation de corde ultime ................................................................................... 24 
4.1  Définition de la rotation de corde ultime .............................................................................. 24 
4.2  Détermination de la partie élastique de la rotation de corde ultime ................................... 24 
4.2.1  Armatures longitudinales à haute adhérence sans recouvrement sur la longueur de la
rotule plastique ............................................................................................................................ 24 
4.2.2  Armatures longitudinales à haute adhérence avec recouvrement sur la longueur de la
rotule plastique ............................................................................................................................ 25 
4.2.3  Armatures longitudinales lisses sans recouvrement sur la longueur de la rotule
plastique 28 
4.2.4  Armatures longitudinales lisses avec recouvrement sur la longueur de la rotule
plastique 28 
4.3  Détermination de la partie plastique de la rotation de corde ultime ................................... 29 



Page | 4




4.3.1  Armatures longitudinales à haute adhérence sans recouvrement sur la longueur de la
rotule plastique ............................................................................................................................ 29 
4.3.2  Armatures longitudinales à haute adhérence avec recouvrement sur la longueur de la
rotule plastique ............................................................................................................................ 30 
4.3.3  Armatures longitudinales lisses sans recouvrement sur la longueur de la rotule
plastique 32 
4.3.4  Armatures longitudinales lisses avec recouvrement sur la longueur de la rotule
plastique 32 
4.4  Exemples d’application .......................................................................................................... 33 
4.4.1  Poutre ........................................................................................................................... 33 
4.4.2  Poteau ........................................................................................................................... 38 
5  Détermination de la résistance à l’effort tranchant cyclique ............................................................ 44 
6  Détermination de la rotation de corde de calcul ............................................................................... 46 
6.1  Introduction ........................................................................................................................... 46 
6.2  Détermination de la courbe de capacité ............................................................................... 46 
6.3  Détermination du déplacement cible ................................................................................... 47 
6.4  Exemple d’application ........................................................................................................... 50 
7  Détermination de méthodes standardisées de renforcement .......................................................... 59 
7.1  Confinement par chemisage métallique injecté ................................................................... 59 
7.1.1  Description ................................................................................................................... 59 
7.1.2  Mode opératoire........................................................................................................... 59 
7.2  Confinement par tissu métallique unidirectionnel, par tissu de fibre de carbone quadri‐
directionnel et par tissu de fibre de carbone unidirectionnel .......................................................... 65 
7.2.1  Description ................................................................................................................... 65 
7.2.2  Mode opératoire........................................................................................................... 65 
7.3  Confinement par ceinturage métallique précontraint .......................................................... 69 
7.3.1  Description ................................................................................................................... 69 
7.3.2  Mode opératoire........................................................................................................... 69 
8  Références .......................................................................................................................................... 72 
8.1  Décrets et Arrêtés ................................................................................................................. 72 
8.2  Réglementation ..................................................................................................................... 72 
8.3  Guide de l’AFPS ..................................................................................................................... 72 
8.4  Bibliographie sélectionnée .................................................................................................... 72 



Page | 5




8.4.1  Livres .............................................................................................................................. 72 
8.4.2  Articles ........................................................................................................................... 73 
 

   



Page | 6




 
Liste des figures
Figure 1 –  Spectre de réponse élastique en accélération horizontale – Accélération spectrale en 
fonction de la période – Zone de séismicité forte – Catégorie III – Classes de sol A à E ........ 10 
Figure 2 –  Spectre de réponse élastique en accélération horizontale – Accélération spectrale en 
fonction du déplacement spectral – Zone de séismicité forte – Catégorie III – Classes de sol A 
à E .......................................................................................................................................... 11 
Figure 3 –  Noyau confiné ........................................................................................................................ 18 
Figure 4 –  Pression de confinement ........................................................................................................ 20 
Figure 5 –  Chargement latéral normé .................................................................................................... 50 
Figure 6 –  Courbe de capacité et courbe de capacité idéalisée .............................................................. 53 
Figure 7 –  Spectre élastique, spectre anélastique et spectre de capacité .............................................. 55 
Figure 8 –  Déplacement du nœud de contrôle en fonction du coefficient d’amplification du chargement 
latéral normé ‐ m ................................................................................................................... 56 
Figure 9 –  Réactions horizontales en fonction du coefficient d’amplification du chargement latéral 
normé ‐ kN ............................................................................................................................. 57 
Figure 10 –  Réactions verticales en fonction du coefficient d’amplification du chargement latéral normé 
‐ kN ......................................................................................................................................... 57 
Figure 11 –  Effort tranchant obtenu pour le déplacement du nœud de contrôle égal au déplacement 
cible ‐ kN ................................................................................................................................ 58 
Figure 12 –  Moment fléchissant obtenu pour le déplacement du nœud de contrôle égal au déplacement 
cible ‐ kN.m ............................................................................................................................ 58 
Figure 13 –  Chemisage métallique injecté – Ensemble ............................................................................. 61 
Figure 14 –  Chemisage métallique injecté – Détail – Vue sur long‐pan ou sur pignon ............................ 62 
Figure 15 –  Chemisage métallique injecté – Détail – Vue à l’angle du long‐pan et du pignon ................ 63 
Figure 16 –  Chemisage métallique injecté – Détail – Vue par dessous – Dalle non représentée ............. 64 
Figure 17 –  Renfort croisé en écharpe de tissu métallique unidirectionnel sur les faces extérieures du 
poteau .................................................................................................................................... 66 
Figure 18 –  Constitution du tissu métallique unidirectionnel ................................................................... 66 
Figure 19 –  Renfort en tissu de fibre de carbone quadri‐directionnel sur la face inférieure de la poutre et 
sur la face intérieure du poteau ............................................................................................. 67 
Figure 20 –  Renfort en tissu de fibre de carbone quadri‐directionnel sur la face extérieure de la poutre 68 
Figure 21 –  Renfort en tissu de fibre de carbone unidirectionnel autour du poteau ................................ 68 
Figure 22 –  Ceinturage métallique précontraint – Procédé CAM – Vue par dessous ............................... 70 
Figure 23 –  Ceinturage métallique précontraint – Procédé CAM – Vue par dessus ................................. 70 
Figure 24 –  Ceinturage métallique précontraint – Procédé CAM – Vue latérale ...................................... 71 
   



Page | 7




1 Méthode de diagnostic et de renforcement du bâti existant

1.1 Introduction
Nous rappelons les principes généraux à suivre permettant de décider de la nécessité de devoir 
procéder ou non à un renforcement. 

1.2 Principes généraux


Les travaux du groupe de travail conjoint de l’Association Française du génie Parasismique (AFPS) et du 
Centre Technique et Scientifique du Bâtiment (CSTB) [R11] ont permis de définir le facteur de 
conformité  comme le rapport entre l’accélération maximale de référence provoquant la défaillance du 
bâti de l’ouvrage existant, et, l’accélération correspondante qui serait considérée pour le bâti de 
l’ouvrage neuf. 

La valeur du facteur de conformité  varie de la valeur du facteur de conformité avant renforcement 
noté effectif   à la valeur du facteur de conformité après renforcement noté final : 

0 1 

0 1 

0 .  

Où   désigne l’accélération maximale de référence de l’ouvrage neuf. 

Les valeurs du facteur de conformité effectif   et final   , ou de manière équivalente les valeurs 


des accélérations   et  , sont déterminées par une des méthodes définies dans la NF EN 1998‐3 
[R8]. 

La comparaison entre la valeur du facteur de conformité minimal  et la valeur du facteur de 
conformité effectif  permet de décider de la nécessité de devoir procéder ou non à un 
renforcement, à savoir : 

 Si  , il n’y a pas lieu de procéder à un renforcement, 
 Si  , il y a lieu de procéder à un renforcement permettant d’assurer un facteur de 
conformité  . 

La définition du facteur de conformité minimal  résultera des travaux en cours du groupe de travail 
Quantification Effective du Risque et démonstration de l’Intérêt du Renforcement (QUERIR) de 
l’Association Française du génie Parasismique (AFPS). 

Enfin, comme nous cherchons à minimiser les coûts nous sommes conduits à retenir le coût minimal 
correspondant à . 



Page | 8




2 Détermination du mouvement sismique en surface

2.1 Détermination de la forme spectrale de l’action sismique de référence


D’après le Décret n°2010‐1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de séismicité du 
territoire français [R2], les départements de la Guadeloupe et de la Martinique sont classés en zone de 
séismicité forte. 

D’après l’Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique 
applicables aux bâtiments de la classe dite à risque normal [R3], les établissements scolaires sont classés 
en catégorie d’importance III. 

D’après ce même arrêté, les divers paramètres à retenir pour la détermination de la forme spectrale de 
l’action sismique de référence pour la zone de sismicité et la catégorie d’importance précédente sont : 

 Paramètre de sol : 
1,00⁄1,20 1,15 1,35 1,40 pour les classes de sol A à E 

 Période correspondant à la limite inférieure du palier d’accélération spectrale constante : 
0,15 ⁄0,15 ⁄0,20 ⁄0,20 ⁄0,15  pour les classes de sol A à E 

 Période correspondant à la limite supérieure du palier d’accélération spectrale constante : 
0,40 ⁄0,50 ⁄0,60 ⁄0,80 ⁄0,50  pour les classes de sol A à E 

 Période correspondant au début de la branche à déplacement spectral constant : 
2,00  pour toutes les classes de sol 

D’après l’Article 3.2.2.2 de la NF EN 1998‐1 [R7], le spectre de réponse élastique en accélération 
horizontale est défini par les expressions suivantes : 

. . . 1 2,5. 1 .    pour 0  

2,5. . . .    pour   

2,5. . . . .    pour   

.
2,5. . . . .    pour  4  



Page | 9




Nous donnons, à la Figure 1, les spectres de réponse élastique  . 1,00  à cinq pour cent 
d’amortissement visqueux  1,00 pour les classes de sol A à E où l’accélération spectrale est 
représentée en fonction de la période. 

La valeur de l’accélération au palier d’accélération spectrale constante est 0,255 g, 0,306 g, 0,293 g, 
0,344 g et 0,357 g pour les classes de sol A à E. 

Classe de sol E 
Classe de sol C

Classe de sol D
Classe de sol B
Classe de sol A

 
Figure 1 – Spectre de réponse élastique en accélération horizontale – Accélération spectrale en 
fonction de la période – Zone de séismicité forte – Catégorie III – Classes de sol A à E 
   



Page | 10




Nous donnons, à la Figure 2, les spectres de réponse élastique  . 1,00  à cinq pour cent 
d’amortissement visqueux  1,00 pour les classes de sol A à E où l’accélération spectrale est 
représentée en fonction du déplacement spectral. 

La valeur de l’accélération au palier d’accélération spectrale constante est 0,255 g, 0,306 g, 0,293 g, 
0,344 g et 0,357 g pour les classes de sol A à E. 

Pour une période supérieure à 2,00 s, la valeur constante du déplacement spectral est 5,1 cm, 7,6 cm, 
8,7 cm, 13,7 cm et 8,9 cm pour les classes de sol A à E. 

Classe de sol E  Classe de sol D

Classe de sol C
Classe de sol B
Classe de sol A

 
Figure 2 – Spectre de réponse élastique en accélération horizontale – Accélération spectrale en 
fonction du déplacement spectral – Zone de séismicité forte – Catégorie III – Classes de sol A à E 
   



Page | 11




2.2 Détermination du niveau d’accélération spectrale de l’action sismique de
référence
D’après l’Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique 
applicables aux bâtiments de la classe dite à risque normal [R3], le niveau d’accélération spectrale de 
l’action sismique de référence  .  correspondant aux divers niveaux de performance relève du 
choix exclusif du Maître d’Ouvrage. 

Suivant à la NF EN 1998‐3 [R8], les divers niveaux de performance et les divers états‐limites associés 
relevant également du choix exclusif du Maître d’Ouvrage sont : 

 L’objectif de « non‐effondrement » correspondant à l’état‐limite de quasi‐effondrement (NC), 
 L’objectif de « dommages significatifs » correspondant à l’état‐limite ultime de dommages 
significatifs (SD), 
 L’objectif de « limitation des dommages » correspondant à l’état‐limite de limitation des 
dommages (DL). 

L’objectif de « non‐effondrement » doit être retenu lorsqu’il s’agit de sauvegarder des vies humaines. 
Après la secousse principale d’un niveau d’accélération spectrale comparable au niveau d’accélération 
spectrale de l’action sismique de référence considéré pour cet objectif, l’ouvrage ne s’effondrera pas 
mais ne résistera probablement pas aux diverses secousses secondaires. L’ouvrage devra probablement 
être démoli. 

L’objectif de « dommages significatifs » assure la sécurité des personnes et la sauvegarde partielle de 
l’ouvrage. Après la secousse principale, l’ouvrage ne s’effondrera pas et résistera probablement aux 
diverses secousses secondaires. L’ouvrage pourrait être réparé mais à un coût élevé. 

L’objectif de « limitation des dommages » assure la sécurité de personnes et la sauvegarde complète de 
l’ouvrage. Après la secousse principale, l’ouvrage ne s’effondrera pas et résistera aux diverses secousses 
secondaires. L’ouvrage pourra être réparé à un coût raisonnable. 

Comme déjà précisé, le choix de l’accélération maximale de référence au niveau du substratum rocheux 
et du coefficient d’importance  ou de manière équivalente le choix du niveau d’accélération 
spectrale de référence  . relève du Maître d’Ouvrage. 

Suivant [R11], le coefficient d’importance   pourrait être pris égal par le Maître d’Ouvrage à : 

 L’état‐limite de quasi‐effondrement (NC) :  1,20  
 L’état‐limite de dommages significatifs (SD) :  0,90 
 L’état‐limite de limitation des dommages (DL) :  0,60 



Page | 12




3 Définitions générales

3.1 Définition de la rotation de corde ultime


é
La rotation de corde ultime   est définie comme la somme de la partie élastique  et de la 
partie plastique  de la rotation de corde ultime : 

é
 

é
.  
3

. . 1  
2.

. . . 1  
3 2.
é
La partie élastique de la rotation de corde  s’obtient en considérant un comportement 
élastique sur la portée d’effort tranchant   : 

é .
 
3. .

.  

é .
 
3. .
é é
. .  

é .
 
3. .

 
.

é
.  
3

La partie plastique de la rotation de corde  s’obtient en considérant un comportement 
plastique concentré à mi‐ longueur de rotule plastique    : 

. .  
2

. . 1 .  
2.



Page | 13




.  

. . 1  
2.

La rotation de corde ultime, définie à l’Article A.3.2.2(6) à (9) de la NF EN 1998‐3 [R8], est : 

1
. . . . 1  
3 2.

2,00 ou  1,70 pour les éléments primaires en fonction des différents modèles de 
confinement utilisables présentés au paragraphe 3.4. 
 1,00 pour les éléments secondaires. 

La rotation de corde ultime   ne dépend que de la :  

 Courbure élastique , 
 Courbure ultime , 
 Longueur de la rotule plastique , 
 Portée d’effort tranchant définie comme la distance entre le point de courbure maximale et le 
point de courbure nulle, ou de manière équivalente, comme la distance entre le point de 
moment maximal et le point de moment nul . 

Nous allons commencer par définir le facteur de ductilité en terme de rotation de corde , en terme de 
déplacement   ou encore en terme de courbure . 

   



Page | 14




3.2 Définition du facteur de ductilité en terme de rotation de corde, en terme
de courbure et en terme de déplacement
Dans le cas où la courbure   est comprise entre la courbure élastique  et la courbure ultime , la 
rotation de corde   s’écrit : 

. . . 1  
3 2.

Dès lors, le facteur de ductilité exprimé en terme de rotation de corde   s’écrit : 

. . . 1
3 2.
 
.
3

3.
1 1 . . 1  
2.

é 3.
1 1 . . 1  
2.

é

3.
1 . . 1  
2.

Le facteur de ductilité en terme déplacement    se déduit du facteur de ductilité exprimé en terme de 
rotation de corde   : 

Le facteur de ductilité exprimé en terme de courbure   se déduit du facteur de ductilité exprimé en 
terme de rotation de corde   : 

3.
1 1 . . 1  
2.



Page | 15




2. 1 . 3. . 2.
 
2.

2. . 1
1  
3. . 2.

1
1  
3.
. 1
2.

é 1
1  
3.
. 1
2.
é

1
 
3.
. 1
2.

   



Page | 16




3.3 Définition de la pression de confinement

3.3.1 Pression de confinement exercée par les cerces d’une section circulaire
Avant de pouvoir déterminer la pression de confinement exercée par les cadres, étriers et épingles 
d’une section carrée ou rectangulaire, nous allons nous intéresser à la pression de confinement exercée 
par les cerces d’une section circulaire. 

. .  

.  
.

.  

En fait, la pression de confinement exercée par les cerces n’est pas uniforme sur la face extérieure de la 
section circulaire. Elle s’exerce au droit de chaque cerce sur la totalité de son périmètre. 

Pour en tenir compte, il convient d’introduire la notion de coefficient d’efficacité du confinement. 

Le coefficient d’efficacité du confinement  est défini comme le produit du coefficient d’efficacité du 
confinement dans un plan perpendiculaire aux cerces  et du coefficient d’efficacité du confinement 
dans un plan parallèle aux cerces  : 

é
 
é

4  

1  
4.

1  
2.

é
 
é

1,00 

. 1  
2.



Page | 17




Finalement, la pression de confinement exercée par les cerces s’écrit : 

. .  

. 1 .  
. 2.

. 1 .  
. 2. .

3.3.2 Pression de confinement exercée par les cadres, étriers et épingles d’une
section carrée ou rectangulaire
Par un raisonnement similaire, la pression de confinement exercée par les cadres, étriers et épingles 
d’une section carrée ou rectangulaire s’écrit : 

; .  

; .  
. .

.  

En fait, la pression de confinement exercée par les cadres, étriers et épingles n’est pas uniforme sur la 
face extérieure de la section carrée ou rectangulaire. Elle ne s’exerce qu’à chaque angle tenu par le 
cadre extérieur et à chaque point tenu par un cadre, un étrier ou un cadre intérieur. 

Noyau confiné

Enrobage 

Noyau non confiné

 
Figure 3 – Noyau confiné  
 



Page | 18




Pour en tenir compte, il convient d’introduire la notion de coefficient d’efficacité du confinement. 

Le coefficient d’efficacité du confinement  est défini comme le produit du coefficient d’efficacité du 
confinement dans un plan perpendiculaire aux cadres, étriers et épingles  et du coefficient d’efficacité 
du confinement dans un plan parallèle aux cadres, étriers et épingles  : 

é
 
é

1 . 1  
2. 2.

é
 
é

1
. .∑
6  
.

1
1 .  
6. .

1
. 1 . 1 . 1 .  
2. 2. 6. .

Finalement, la pression de confinement exercée par les cadres, étriers et épingles s’écrit : 

. .  

1
; . 1 . 1 . 1 . .  
. . 2. 2. 6. .

1
; . 1 . 1 . 1 . .  
. . 2. 2. 6. . .

   



Page | 19




Pour des configurations courantes correspondant à des poteaux carrés, nous obtenons : 

 
2. 1
. 1 . 1 . .  
. 2. 6. .
 
Où   désigne la section d’un brin du cadre extérieur 

2. √2. 1
. 1 . 1 . .  
. 2. 6. .
 
Où   et   désignent respectivement la section d’un brin du 
cadre extérieur et la section d’un brin de cadre intérieur 

2. 1
. 1 . 1 . .  
. 2. 6. .
 
Où   et   désignent respectivement la section d’un brin du 
cadre extérieur et la section d’un brin des cadres intérieurs 

 
Figure 4 – Pression de confinement 
   



Page | 20




3.4 Définition du diagramme contrainte‐déformation du béton avec pression
de confinement

3.4.1 Introduction
La pression de confinement  permet d’accroître la contrainte maximale , la déformation à la 
contrainte maximale , la déformation ultime , et, par voie de conséquence modifie le 
diagramme contrainte‐déformation parabole‐rectangle du béton . 

Le diagramme contrainte‐déformation parabole‐rectangle du béton, décrit à l’Article 3.1.7(1) de la NF 
EN 1992‐1‐1 [R6], est : 

Pour la partie parabolique par 0  

. 1 1  

Pour la partie rectangle par   

Nous donnons trois modèles de confinement différents pouvant être utilisés pour déterminer le 
diagramme contrainte‐déformation parabole‐rectangle du béton en présence d’une pression de 
confinement. 

3.4.2 Premier modèle de confinement


Le premier modèle de confinement utilisable, décrit à l’Article 3.1.9(2) de la NF EN 1992‐1‐1 [R6], est : 

Pour  0,05.  
5,0.
. 1,000  

Pour  0,05.  
2,5.
. 1,125  

.  

0,2.
 

Avec : 

 
.



Page | 21




3.4.3 Second modèle de confinement
Le second modèle de confinement utilisable, décrit à l’Article A.3.2.2(8)b) de la NF EN 1998‐3 [R8], est : 

,
. 1 3,7.  

. 1 5. 1  

0,5.
 

Avec : 

 
.

3.4.4 Troisième modèle de confinement


Un troisième modèle de confinement utilisable est le modèle de MANDER J.B., PRIESTLEY M.J.N. et PARK 
R. [R12], [R16] et [R17]: 

2.
. 2,254 1 7,940. 1,254

. 1 5. 1  

1,4. . .  

Avec : 

 
.

 
.

 
.

 
.



Page | 22




3.5 Détermination de la longueur de rotule plastique
La longueur de rotule plastique, définie à l’Article A.3.2.2(7) de la NF EN 1998‐3 [R8], doit être prise 
égale à : 

.
0,1. 0,17. 0,24.  

Avec : 

 
.

 
.

Dans le cas où la courbure ultime a été déterminée pour le modèle de confinement décrit à l’Article 
3.1.9(2) de la NF EN 1992‐1‐1 [R6], et, pour une déformation maximale de 25 ‰, 50 ‰ et 60 ‰ pour les 
armatures de classe A, B et C. 

La longueur de rotule plastique, définie à l’Article A.3.2.2(8) de la NF EN 1998‐3 [R8], doit être prise 
égale à : 

.
0,20. 0,11.  
30

Dans le cas où la courbure ultime a été déterminée pour le modèle de confinement décrit à l’Article 
3.2.2(8)b) de la NF EN 1998‐3 [R6], et, pour une déformation maximale de 25 ‰, 50 ‰ et 60 ‰ pour les 
armatures de classe A, B et C. 

Enfin, la longueur de rotule plastique doit être prise égale à : 

0,08. 0,22. .  

Dans le cas où la courbure ultime a été déterminée pour le modèle de confinement de MANDER J.B., 
PRIESTLEY M.J.N. et PARK R. [R12], [R16] et [R17]. 

   



Page | 23




4 Détermination de la rotation de corde ultime

4.1 Définition de la rotation de corde ultime


é
La rotation de corde ultime   est définie comme la somme de la partie élastique  et de la 
partie plastique  de la rotation de corde ultime définies dans les paragraphes suivants. 

é
 

4.2 Détermination de la partie élastique de la rotation de corde ultime


é
La partie élastique de la rotation de corde ultime   déterminée suivant l’approche 
expérimentale de BISKINIS D.E., de FARDIS M.N. et de PANAGIOTAKOS T.B. [R13], reprise à l’Article 
A.3.2.4(2) à (4) de la NF EN 1998‐3 [R8], est définie dans les paragraphes suivants. 

4.2.1 Armatures longitudinales à haute adhérence sans recouvrement sur la


longueur de la rotule plastique

 Pour   
,

é .
. 0,0014. 1 1,5.  
3 8.

 Pour   
,

é .
. 0,0014. 1 1,5.  
3 8.

Avec : 

 
.

Avec la courbure élastique  et le moment élastique  déterminés par : 

 
.

1
. 2. . . . .  
2



Page | 24



 
.

 
.

 
.

 
. .

 
. 1 .

. .
2 2 3
. . .  
. 1 . . 1 . .
2 2 2 2

Avec la résistance à l’effort tranchant de l’élément considéré sans armatures d’effort tranchant  ,  
déterminée suivant l’Article 6.2.2(1) de la NF EN 1992‐1‐1 [R6], à savoir : 

,
0,18 0,2
. 1 ; 2 . 100. ; 0,02 . 0,15. . .
. .

, ,  
0,053 0,2
. 1 ;2 . 0,15. . .
.

4.2.2 Armatures longitudinales à haute adhérence avec recouvrement sur la


longueur de la rotule plastique

 Dans le cas où la longueur en recouvrement des armatures longitudinales à haute 
adhérence   satisfait à la fois à : 

.
,  
. .
1,05 .



Page | 25




0,3. .
,  

 Pour   
,

é .
. 0,0014. 1 1,5. .  
3 8.

 Pour   
,

é .
. 0,0014. 1 1,5. .  
3 8.

Avec : 

 
.

 
.

Avec le moment élastique  déterminé en dehors du recouvrement comme précédemment décrit au 
paragraphe 4.2.1. 

Avec la courbure élastique  et le moment élastique  déterminés sur le recouvrement par : 

.  
. ,

Avec : 

1
. 2. . . . .  
2

 
.

2.  
.



Page | 26




 
.

 
. .

 
. 1 .

. .
. . . 2 2 3  
. 1 . . 1 . .
2 2 2 2

Avec la résistance à l’effort tranchant de l’élément considéré sans armatures d’effort tranchant  ,  
déterminée suivant l’Article 6.2.2(1) de la NF EN 1992‐1‐1 [R6], à savoir : 

,
0,18 0,2
. 1 ; 2 . 100. ; 0,02 . 0,15. . .
. .
, ,  
0,053 0,2
. 1 ;2 . 0,15. . .
.

 Dans le cas où la longueur en recouvrement des armatures longitudinales à haute 
adhérence   satisfait à la fois à : 

.
,  
. .
1,05 .

0,3. .
,  

La méthode de détermination de la partie élastique de la rotation de corde ultime précédemment 
présentée au paragraphe 4.2.1 est applicable avec pour unique modification : 

2.  
.

 Dans le cas où la longueur en recouvrement des armatures longitudinales à haute 
adhérence   satisfait à la fois à : 



Page | 27




.
,  
. .
1,05 .

0,3. .
,  

La méthode de détermination de la partie élastique de la rotation de corde ultime précédemment 
présentée au paragraphe 4.2.1 est applicable avec pour unique modification : 

2.  
.

 Dans le cas où la longueur en recouvrement des armatures longitudinales à haute 
adhérence   satisfait à la fois à : 

.
,  
. .
1,05 .

0,3. .
,  

La méthode de détermination de la partie élastique de la rotation de corde ultime précédemment 
présentée au paragraphe 4.2.1 est applicable avec pour unique modification : 

2.  
.

4.2.3 Armatures longitudinales lisses sans recouvrement sur la longueur de la


rotule plastique
La méthode de détermination de la partie élastique de la rotation de corde ultime précédemment 
présentée au paragraphe 4.2.1 est applicable sans aucune modification. 

4.2.4 Armatures longitudinales lisses avec recouvrement sur la longueur de la


rotule plastique
Seule la méthode de détermination de la partie plastique et non élastique de la rotation de corde ultime 
d’armatures longitudinales lisses en recouvrement sur plus de quinze diamètres et avec crochets 
standards, a priori crochets à plus de 150°,  est prévue dans la NF EN 1998‐3 [R8]. 

Cette disposition étant très peu commune, nous ne la présentons pas. 



Page | 28




4.3 Détermination de la partie plastique de la rotation de corde ultime

La partie plastique de la rotation de corde ultime   déterminée suivant l’approche 
expérimentale de BISKINIS D.E. de FARDIS M.N. et de PANAGIOTAKOS T.B. [R13], reprise à l’Article 
A.3.2.2(2) à (5) de la NF EN 1998‐3 [R8], est définie dans les paragraphes suivants. 

4.3.1 Armatures longitudinales à haute adhérence sans recouvrement sur la


longueur de la rotule plastique
, , . .
1 0,01; , .
. 0,0145. 0,25 . . . 9; . 25 . 1,275  
. 0,01;

Avec : 

 
.

 
.

 
.

 
. .

.  
.

.  
.

. . 1
; . 1 . 1 . 1 . .  
. . 2. 2. 6. .

 
.

1,00 et 1,20 pour les éléments dont les dispositions constructives relatives à la résistance au 
séisme sont présentes, et, pour les éléments dont les dispositions constructives relatives à la résistance 
au séisme sont absentes correspondant à la présence ou à l’absence de cadres, étriers ou épingles 
assurant le confinement. 

1,80 pour les éléments primaires, et, 1,00 pour les éléments secondaires. 



Page | 29




4.3.2 Armatures longitudinales à haute adhérence avec recouvrement sur la
longueur de la rotule plastique

 Dans le cas où la longueur en recouvrement des armatures longitudinales à haute 
adhérence   satisfait à : 

.
,  
. .
1,05 .

, , . .
1 0,01; , .
. . 0,0145. 0,25 . . . 9; . 25 . 1,275  
, . 0,01;

Avec : 

 
.

 
.

 
.

 
. .

2. .  
.

.  
.

. .
; . 1 . 1 . .  
. . 2. 2.

. . 1
; . 1 . 1 . 1 . .  
. . 2. 2. 6. .

 
.

1,00 et 1,20 pour les éléments dont les dispositions constructives relatives à la résistance au 
séisme sont présentes, et, pour les éléments dont les dispositions constructives relatives à la résistance 
au séisme sont absentes correspondant à la présence ou à l’absence de cadres, étriers ou épingles 
assurant le confinement.  

1,80 pour les éléments primaires, et, 1,00 pour les éléments secondaires. 


Page | 30




 Dans le cas où la longueur en recouvrement des armatures longitudinales à haute 
adhérence   satisfait à : 

.
,  
. .
1,05 .

, , . .
1 0,01; , .
. 0,0145. 0,25 . . . 9; . 25 . 1,275  
. 0,01;

Avec : 

 
.

 
.

 
.

 
. .

2. .  
.

.  
.

. .
; . 1 . 1 . .  
. . 2. 2.

. . 1
; . 1 . 1 . 1 . .  
. . 2. 2. 6. .

 
.

1,00 et 1,20 pour les éléments dont les dispositions constructives relatives à la résistance au 
séisme sont présentes, et, pour les éléments dont les dispositions constructives relatives à la résistance 
au séisme sont absentes correspondant à la présence ou à l’absence de cadres, étriers ou épingles 
assurant le confinement.  

1,80 pour les éléments primaires, et, 1,00 pour les éléments secondaires. 



Page | 31




4.3.3 Armatures longitudinales lisses sans recouvrement sur la longueur de la
rotule plastique
, , . .
1 0,01; , .
. 0,0145. 0,25 . . . 9; . 25 . 1,275  
. 0,01;

Avec : 

 
.

 
.

 
.

 
. .

.  
.

.  
.

. . 1
; . 1 . 1 . 1 . .  
. . 2. 2. 6. .

 
.

1,33 

1,80 pour les éléments primaires, et, 1,00 pour les éléments secondaires. 

4.3.4 Armatures longitudinales lisses avec recouvrement sur la longueur de la


rotule plastique
Seule la méthode de détermination de la partie plastique et non élastique de la rotation de corde ultime 
d’armatures longitudinales lisses en recouvrement sur plus de quinze diamètres et avec crochets 
standards, a priori crochets à plus de 150°, est prévue dans la NF EN 1998‐3 [R8]. 

Cette disposition étant très peu commune, nous ne la présentons pas. 

   



Page | 32




4.4 Exemples d’application

4.4.1 Poutre
Nous étudions une poutre correspondant aux données d’entrée suivantes : 

 Largeur de la poutre :  b 0,300 m 
 Hauteur de la poutre :  h 0,500 m 
 
 Section des armatures longitudinales inférieures (3HA20) :  A 9,42 cm  
 Section des armatures longitudinales supérieures (3HA16) :  A 6,03 cm  
 Section des armatures longitudinales intermédiaires :  0,00 cm  
 Section des cours d’armatures transversales parallèles à la largeur (2HA8) :  A 1,00 cm  
 Section des cours d’armatures transversales parallèles à la hauteur (3HA8) :  A 1,51 cm  
 
 Distance des armatures longitudinales inférieures à la fibre inférieure :  c 0,044  
 Distance des armatures longitudinales supérieures à la fibre supérieure :  0,042  
 Espacement des cours d’armatures transversales :  0,080  
 
 Résistance moyenne à la compression du béton :  28  
 Limite d’élasticité des armatures à haute adhérence :  400  
 
 Effort normal (Compression positive et traction négative) :  0,183  

Les armatures longitudinales sont sans recouvrement sur la longueur de la rotule plastique. 

De plus, le Maître d’Ouvrage est en possession des plans de construction détaillés d’origine et a fait 
procéder à une inspection in‐situ limitée suivant les Tableaux 3.1 et 3.2 de la NF EN 1998‐3 [R8]. 

Dès lors, le niveau de connaissance est dit intégral et le coefficient de confiance  est égal à 1,00. 

   



Page | 33




é
Nous déterminons la partie élastique de la rotation de corde ultime  suivant l’approche 
expérimentale de BISKINIS D.E. de FARDIS M.N. et de PANAGIOTAKOS T.B. [R13], reprise à l’Article 
A.3.2.2(2) à (4) de la NF EN 1998‐3 [R8]. 

La hauteur comprimée réduite  vaut : 

1
. 2. . . . .  
2

6,675. 0,0069 0,0044 0 0,0033 2.6,675. 0,0069 0,0044.0,092 0 0,0033


6,675. 0,0069 0,0044 0 0,0033  

0,1825 

Avec : 

9,42. 10
0,0069 
. 0,300. 0,500 0,044

6,03. 10
0,0044 
. 0,300.0,456


.
0,183
0,0033 
. . 0,300.0,456.400

0,042
0,092 
0,456

0,500
1,096 
0,456

200000 200000
, , 6,675 
28 29962
22000 22000
10 10

400
400  
. 1,00.1,00

La courbure élastique  vaut : 

400
0,0054  
. 1 . 200000. 1 0,1825 . 0,456



Page | 34




Le moment élastique   vaut : 

. .
2 2 3
. . .
. 1 . . 1 . .
2 2 2 2

0,1825 1,096 0,1825


29962.
.
0,0054.0,3. 0,456 . 2 2 3
1,096 1,096
200000. 1 0,1825 . 0,0069. 1 0,1825 0,092 . 0,0044. 0,092
2 2

0,120 .

La résistance à l’effort tranchant de l’élément considéré sans armatures d’effort tranchant  ,  
déterminée suivant l’Article 6.2.2(1) de la NF EN 1992‐1‐1 [R6], vaut : 

28
21,54  
. 1,00.1,30

,
0,18 0,2
. 1 ; 2 . 100. ; 0,02 . 0,15. . .
. .

, ,  
0,053 0,2
. 1 ;2 . 0,15. . .
.

,
0,18 0,2 9,42. 10 0,183
. 1 ; 2 . 100. ; 0,02 . 21,54 0,15. . 0,300.0,456
1,30 0,456 0,300.0,456 0,30.0,500

, ,  
0,053 0,2 0,183
. 1 ;2 . 21,54 0,15. . 0,300.0,456
1,30 0,456 0,300.0,500

, 0,052; 0,013 0,013  

é
La partie élastique de la rotation de corde  vaut : 

,
 Pour  9,23  
, ,

é .
. 0,0014. 1 1,5.  
3 8.

é 0,020.400 0,50
0,0054. 0,0014. 1 1,5.  
3 8. 21,54



Page | 35




é 0,0011
0,0026 0,0018.  

,
 Pour  9,23  
, ,

é .
. 0,0014. 1 1,5.  
3 8.

é 0,500 0,0044 0,0042 0,020.400 0,50


0,0054. 0,0014. 1 1,5.  
3 8. 21,54

é 0,0011
0,0034 0,0018.  

Nous déterminons la partie plastique de la rotation de corde ultime   suivant l’approche 
expérimentale de BISKINIS D.E. de FARDIS M.N. et de PANAGIOTAKOS T.B. [R13], reprise à l’Article 
A.3.2.2(2) à (5) de la NF EN 1998‐3 [R8]. 
, , . .
1 0,01; , .
. 0,0145. 0,25 . . . 9; . 25 . 1,275  
. 0,01;

, ,
1 ,
0,01; 0,0747 , , .
. 0,0145. 0,25 . . 21,54 . 9; . 25 . 1,275  
1,00.1,80 0,01; 0,1166 0,50

,
0,0080 . 9;  
0,50

Avec : 

400
400  
. 1,00.1,00

400
400  
. 1,00.1,00

28
21,54  
. 1,00.1,30

0,183
0,0566 
. . 0,30.0,50.21,54

6,03. 10 400
. . 0,0747 
. 0,30.0,50 21,54

9,42. 10 400
. . 0,1166 
. 0,30.0,50 21,54



Page | 36




. . 1
; . 1 . 1 . 1 . .  
. . 2. 2. 6. .

. . 1,00. 10 1,51. 10 0,08 0,08 4. 0,12 2. 0,44 400


; . 1 . 1 . 1 . .  
0,08.0,44 0,08.0,24 2.0,44 2.0,24 6.0,44.0,24 21,54

. .
0,012 


.

Finalement, la rotation de corde ultime  vaut : 

,
 Pour  9,23  
, ,

,
é 0,0011
0,0026 0,0018. 0,0080 . 9;  
0,50

,
 Pour  9,23  
, ,

,
é 0,0011
0,0034 0,0018. 0,0080 . 9;  
0,50

   



Page | 37




4.4.2 Poteau
Nous étudions un poteau correspondant aux données d’entrée suivantes : 

 Largeur du poteau :  b 0,300 m 
 Hauteur du poteau :  h 0,300 m 
 
 Section des armatures longitudinales inférieures (3HA16) :  A 6,03 cm  
 Section des armatures longitudinales supérieures (3HA16) :  A 6,03 cm  
 Section des armatures longitudinales intermédiaires (2HA16) :  4,02 cm  
 Section d’un brin d’armatures transversales parallèles à la largeur (1HA8) :  A 0,50 cm  
 Section d’un brin d’armatures transversales parallèles à la hauteur (1HA8) :  A 0,50 cm  
 
 Distance des armatures longitudinales inférieures à la fibre inférieure :  c 0,042  
 Distance des armatures longitudinales supérieures à la fibre supérieure :  0,042  
 Espacement des cours d’armatures transversales :  0,08  
 
 Résistance moyenne à la compression du béton :  28  
 Limite d’élasticité des armatures à haute adhérence :  400  
 
 Effort normal (Compression positive et traction négative) :  3,390  

Les armatures longitudinales sont recouvertes sur une longueur 40. sur la longueur de la rotule 


plastique. 

De plus, le Maître d’Ouvrage est en possession des plans de construction détaillés d’origine et a fait 
procéder à une inspection in‐situ limitée suivant les Tableaux 3.1 et 3.2 de la NF EN 1998‐3 [R8]. 

Dès lors, le niveau de connaissance est dit intégral et le coefficient de confiance  est égal à 1,00. 

é
Nous déterminons la partie élastique de la rotation de corde ultime  suivant l’approche 
expérimentale de BISKINIS D.E. de FARDIS M.N. et de PANAGIOTAKOS T.B. [R13], reprise à l’Article 
A.3.2.2(2) à (4) de la NF EN 1998‐3 [R8]. 

Nous nous trouvons dans le cas suivant : 

. 0,016.400
40.0,016 0,640 , 1,183
. . 1,05 0,115 . 21,54
1,05 .

0,3. . 0,3.0,016.400
40.0,016 0,640 , 0,414
21,54



Page | 38




Avec : 

400
400  
. 1,00.1,00

28
21,54  
. 1,00.1,30

. . 2 2
. 1 . .
. 2.

. . 0,50. 10 . 2 √2 0,08 8 400


. 1 . .
0,08.0,24 2.0,24 8 21,54

. .
0,115

La hauteur comprimée réduite  vaut : 

1
. 2. . . . .  
2

1 0,163
6,675. 0,0078 0,0156 0,0052 0,1095 2.6,675. 0,0078 0,0156.0,163 0,0052. 0,1095
2
6,675. 0,0078 0,0156 0,0052 0,1095  

0,408 

Avec : 

6,03. 10
0,0078 
. 0,300. 0,300 0,042

6,03. 10
2. 2. 0,0156 
. 0,300.0,258

4,02. 10
0,0052 
. 0,300.0,258

3,390
0,1095 
. . 0,300.0,258.400

0,042
0,163 
0,258

0,300
1,163 
0,258


Page | 39




200000 200000
, , 6,675 
28 29962
22000 22000
10 10

400
400  
. 1,00.1,00

La courbure élastique  vaut : 

400
0,0131  
. 1 . 200000. 1 0,408 . 0,258

Le moment élastique   vaut : 

. .
2 2 3
. . .  
. 1 . . 1 . .
2 2 2 2

0,0131 .0,30. 0,258 . 

0,408 1,163 0,408


29962. .
2 2 3  
0,0052 1,163 0,0052 1,163
200000. 1 0,408 . 0,0078 . 1 0,408 0,163 . 0,0156 . 0,163
2 2 2 2

0,135 .  

La résistance à l’effort tranchant de l’élément considéré sans armatures d’effort tranchant  ,  
déterminée suivant l’Article 6.2.2(1) de la NF EN 1992‐1‐1 [R6], vaut : 

,
0,18 0,2
. 1 ; 2 . 100. ; 0,02 . 0,15. . .
. .

, ,  
0,053 0,2
. 1 ;2 . 0,15. . .
.

,
0,18 0,2 6,03. 10 3,390
. 1 ; 2 . 100. ; 0,02 . 21,54 0,15. . 0,30.0,258
1,30 0,258 0,3.0,258 0,30.0,30

, ,  
0,053 0,2 3,390
. 1 ;2 . 21,54 0,15. . 0,30.0,258
1,30 0,258 0,30.0,30

, 0,488; 0,464 0,464  



Page | 40




é
La partie élastique de la rotation de corde  vaut : 

,
 Pour  0,290  
, ,

é .
. 0,0014. 1 1,5.  
3 8.

é 0,016.400 0,30
0,0131. 0,0014. 1 1,5.
3 8. 21,54

é 0,0006
0,0037 0,0044.

,
 Pour  0,290  
, ,

é .
. 0,0014. 1 1,5.
3 8.

é 0,300 0,042 0,042 0,016.400 0,30


0,0131. 0,0014. 1 1,5.
3 8. 21,54

é 0,0006
0,0046 0,0044.

Nous déterminons la partie plastique de la rotation de corde ultime   suivant l’approche 
expérimentale de BISKINIS D.E. de FARDIS M.N. et de PANAGIOTAKOS T.B. [R13], reprise à l’Article 
A.3.2.2(2) à (5) de la NF EN 1998‐3 Nous nous trouvons dans le cas suivant : 

. 0,016.400
40.0,016 0,640 , 1,183
. . 1,05 0,115 . 21,54
1,05 .

Avec : 

400
400  
. 1,00.1,00

28
21,54  
. 1,00.1,30

. . 2 2
. 1 . .
. 2.

. . 0,50. 10 . 2 √2 0,08 8 400


. 1 . .
0,08.0,24 2.0,24 8 21,54



Page | 41




. .
0,115

La partie plastique de la rotation de corde  vaut : 
, , . .
1 0,01; , .
. . 0,0145. 0,25 . . . 9; . 25 . 1,275
, . 0,01;

, ,
0,640 1 ,
0,01; 0,2488 , , .
. . 0,0145. 0,25 . . 21,54 . 9; . 25 . 1,275
1,183 1,00.1,80 0,01; 0,2074 0,30

,
0,0010 . 9;
0,30

Avec : 

400
400
. 1,00.1,00

3,390
1,7486
. . 0,30.0,30.21,54

6,03. 10 400
2. . 2. . 0,2488
. 0,30.0,30 21,54

6,03 4,02 . 10 400


. . 0,2074
. 0,30.0,30 21,54

. . 2 2 1
. 1 . 1 . .
. 2. 6.

. . 0,50. 10 . 2 √2 0,08 8. 0,12 400


. 1 . 1 .
0,08.0,24 2.0,24 6. 0,24 21,54

. .
0,077


.

   



Page | 42




Finalement, la rotation de corde ultime  vaut : 

,
 Pour  0,290  
, ,

,
é 0,0006
0,0037 0,0044. 0,0010 . 9;
0,30

,
 Pour  0,290  
, ,

,
é 0,0006
0,0046 0,0044. 0,0010 . 9;  
0,30

   



Page | 43




5 Détermination de la résistance à l’effort tranchant cyclique
Pour être sûr qu’aucun mécanisme de ruine fragile ne vienne empêcher le développement du 
mécanisme ductile recherché, la résistance à l’effort tranchant cyclique   doit être démontrée. 

La résistance à l’effort tranchant cyclique  déterminée suivant l’approche expérimentale de BISKINIS 
D.E., de FARDIS M.N. et de PANAGIOTAKOS T.B. [R13], reprise à l’Article A.3.3.1(1) et A.3.3.1(3) de la NF 
EN 1998‐3 [R8], est définie ci‐après : 

 Pour  2,00 

. ; 0,55. . .
2.

1 1 0,05. 5; é
. 0,16. 0,5; 100. . 1 0,16. 5; . . .
. .  

1 0,05. 5; é
. . .

 Pour  2,00 

1 4
. . 1 0,02. 5; é

7

1 1,35. . 1 0,45.100. . 40; . . . sin 2.  


. . .

Avec : 

 
.

 
.

 
2.

1,15 pour les éléments primaires, et, 1,00 pour les éléments secondaires. 

La méthode de détermination de la hauteur comprimée  n’est autre que la méthode de détermination 
de  la  hauteur  comprimée  d’une  section  doublement  armée  soumise  à  un  moment  de  flexion  et  à  un 
effort axial de traction ou de compression à l’état‐limite ultime de résistance. 


Page | 44




Nous ne la rappelons pas pour des raisons de concision. 

é
Les  méthodes  de  détermination  de  la  partie  élastique  de  rotation  de  corde  ultime  et  de  la 
partie  plastique  de  la  rotation  de  corde  ultime précédemment  présentées  aux  paragraphes 
4.2.1 à 4.2.4 et 4.3.1 à 4.3.4 doivent être appliquées. 

   



Page | 45




6 Détermination de la rotation de corde de calcul

6.1 Introduction
La méthode d’analyse structurelle à retenir est la méthode d’analyse non‐linéaire statique sous 
chargement gravitaire constant et sous chargement latéral croissant dite en poussée progressive décrite 
à l’Article 4.3.3.4.2 de la NF EN 1998‐1 [R7], et, à l’Article 4.4.4 de la NF EN 1998‐3 [R8]. 

La détermination de la rotation de corde de calcul  s’obtient à partir de la connaissance des 
déplacements obtenus sur le modèle non‐linéaire pour une valeur du déplacement du nœud de contrôle 
égal à la valeur du déplacement cible déterminée suivant la méthode décrite à l’Annexe informative B 
de la NF EN 1998‐1 [R7]. 

La méthode décrite à l’Annexe informative B de la NF EN 1998‐1 [R7] provient des travaux de VIDIC T., 
de FAJFAR P., de FISCHINGER M. [R18] et de FAJFAR P. et de GASPERSIC P. [R19]. 

6.2 Détermination de la courbe de capacité


L’analyse non‐linéaire statique permet de connaître le déplacement du nœud de contrôle 
correspondant à chaque incrément du chargement latéral croissant. 

La courbe représentant la variation de l’effort total à la base en fonction du déplacement du nœud de 
contrôle dite courbe de capacité s’en déduit immédiatement. 

Dans la pratique, le nœud de contrôle correspond au nœud se trouvant au centre de masse de la 
toiture. 

Le chargement latéral normé est défini par : 

1; . ;…; . ;…; . ; .  

Soit un chargement latéral total ou de manière équivalente un effort total à la base de : 

1
1 .  
.

Dans le cas d’une distribution uniforme ou linéaire avec la hauteur, il convient de prendre  0 ou 
1 dans les expressions précédentes. 

Le chargement latéral normé est amplifié pour définir le chargement latéral à appliquer à chaque 
incrément permettant de définir la courbe de capacité. 

   



Page | 46




6.3 Détermination du déplacement cible
La valeur du déplacement cible est déterminée à partir du spectre de réponse élastique en accélération 
horizontale   correspondant à l’état‐limite ultime considéré. 

Nous rappelons que les divers états‐limites pouvant être considérés sont l’état‐limite de quasi‐
effondrement (NC), l’état‐limite de dommages significatifs (SD) et l’état‐limite de limitation des 
dommages (DL) dont la forme et le niveau d’accélération spectrale sont définis aux paragraphes 2.1 et 
2.2. 

La masse du système équivalent à un seul degré de liberté  est définie par : 


.  

Comme la masse ∗ , la pulsation  ∗
et la rigidité  ∗
du système équivalent à un seul degré de liberté 
sont liées par relation suivante : 
∗ ∗ ∗
.  

Et comme l’effort  ∗ et le déplacement  ∗ correspondant au raccordement entre la phase élastique et 


la phase plastique du système équivalent à un seul degré de liberté sont liés par la relation suivante : 
∗ ∗ ∗
.  

La pulsation ∗ , la fréquence ∗
ou la période  ∗
du système équivalent à un seul degré de liberté sont 
définies par : 



∗. ∗ 

∗ ∗

1
. ∗. ∗ 
2. 2.

∗. ∗

2.

2. . ∗  

Ou de manière équivalente, comme l’effort ∗ , l’accélération spectrale  ∗
 et la masse  ∗
du 
système équivalent à un seul degré de liberté sont liés par la relation suivante : 
∗ ∗ ∗
.  



Page | 47




∗ ∗ ∗
La pulsation , la fréquence ou la période  du système équivalent à un seul degré de liberté sont 
définis par : 



∗  

∗ ∗

1
. ∗  
2. 2.



2.

2. . ∗
 

Le déplacement cible  est déterminé par : 

.


. . . . ∗
. . ∗

Avec : 

∑ .

∑ .

∗ 

 Pour une période du système équivalent à un seul degré de liberté  ∗  supérieure à la période 
correspondant à la limite supérieure du palier d’accélération spectrale constante , nous avons : 

∑ ∗
.
. ∗

∑ .



Page | 48




 Pour une période du système équivalent à un seul degré de liberté  ∗  inférieure à la période 
correspondant à la limite supérieure du palier d’accélération spectrale constante , nous avons : 

1 1 . ∗


1 1 .

∑ ∗
.
. ∗. ∗

∑ . 1 1 .

   



Page | 49




6.4 Exemple d’application
A titre d’exemple d’application, nous considérons une structure élémentaire constituée de quatre 
portiques de 4,00 m d’ouverture espacés de 4,00 m à deux planchers situés à une hauteur respective de 
3,00 m et de 6,00 m. 

Nous concentrons les masses à l’intersection des poteaux avec les poutres transversales et 
longitudinales et obtenons : 
; ; ; ; ; ; ;
; ; ; ; ; ; ;  

3,396; 5,885; 5,885; 3,396; 3,396; 5,885; 5,885; 3,396



3,720; 6,216; 6,216; 3,720; 3,720; 6,216; 6,216; 3,720

4. 3,396 5,885 37,125

4. 3,720 6,216 39,744

37,125 39,744 76,869

Nous obtenons le chargement latéral normé  suivant : 

 
 

 
 
 

 
Figure 5 – Chargement latéral normé 
; ; ; ; ; ; ;

; ; ; ; ; ; ;



Page | 50




; ; ; ; ; ; ;

. ; . ; . ; . ; . ; . ; . ; .

3,396 5,885 5,885 3,396 3,396 5,885 5,885 3,396


; ; ; ; ; ; ;
37,125 37,125 37,125 37,125 37,125 37,125 37,125 37,125

3,720 3 6,216 3 6,216 3 6,216 3 6,216 3 6,216 3 6,216 3 6,216 3
. ; . ; . ; . ; . ; . ; . ; .
37,125 6 37,125 6 37,125 6 37,125 6 37,125 6 37,125 6 37,125 6 37,125 6

0,091; 0,159; 0,159; 0,091; 0,091; 0,159; 0,159; 0,091



0,050; 0,084; 0,084; 0,050; 0,050; 0,084; 0,084; 0,050

37,125
1,000
37,125

39,744 3
. . . 0,534
37,125 6

1,000 0,534 1,534

Nous obtenons le déplacement latéral normé Φ par : 

Φ ;  

Φ 1;  

3
Φ 1;  
6

Φ 1,000; 0,500  

Et obtenons le coefficient  suivant : 

∑ . 37,125.1,000 39,744.0,500 56,997


1,211
∑ . 37,125. 1,000 39,744. 0,500 49,061

   



Page | 51




Le chargement latéral normé amplifié à chaque incrément pour définir le chargement latéral à y 
appliquer a permis de définir la courbe de capacité suivante : 

Coefficient d’amplification du  Effort total à la base  Déplacement du nœud de 


Incrément 
chargement latéral normé  H (kN)  contrôle dt (cm) 
1  0  0  0,0 
2  28  43  0,2 
3  48  73  0,5 
4  63  96  0,7 
5  76  116  1,0 
6  88  136  1,2 
7  101  154  1,4 
8  113  173  1,7 
9  124  191  1,9 
10  136  209  2,2 
11  148  227  2,4 
12  160  245  2,6 
13  171  263  2,9 
14  183  281  3,1 
15  194  298  3,4 
16  203  311  3,6 
17  208  320  3,8 
18  212  325  4,1 
19  215  330  4,3 
20  217  333  4,6 
21  219  335  4,8 
22  219  336  5,0 



Page | 52




Coefficient d’amplification du  Effort total à la base  Déplacement du nœud de 
Incrément 
chargement latéral normé  H (kN)  contrôle dt (cm) 
23  220  337  5,3 
24  220  338  5,5 
25  221  339  5,8 
26  221  339  6,0 
27  221  339  6,2 
28  221  340  6,5 
29  222  340  6,7 
30  222  340  7,0 
31  222  340  7,2 
32  222  340  7,4 
33  222  340  7,7 
34  222  340  7,9 
35  222  340  8,2 
36  222  340  8,4 
37  221  340  8,6 
38  221  340  8,9 
39  221  339  9,1 
40  221  339  9,4 
41  221  339  9,6 
42  221  339  9,8 
43  221  339  10,1 
44  221  338  10,3 
45  220  338  10,6 
46  220  338  10,8 
47  220  338  11,0 
48  220  338  11,3 
49  220  337  11,5 
50  220  337  11,8 
51  220  337  12,0 
Figure 6 – Courbe de capacité et courbe de capacité idéalisée 
La courbe de capacité idéalisée a été définie à partir de la courbe de capacité de manière à ce que : 

 Les surfaces sous la courbe de capacité idéalisée et sous la courbe de capacité soient les mêmes, 
à savoir 3469,28 . , 
 La courbe de capacité idéalisée croise la courbe de capacité à un déplacement égal à soixante 
pour cent du déplacement correspondant au raccordement entre la phase élastique et la phase 
plastique de la courbe de capacité idéalisée, à savoir 0,6.3,4 2,0 . 

A noter au passage que le facteur de conformité avant renforcement noté  vaut : 

 
2,5. . . . .

340
0,41 
2,5.1,20.3,00.1,20.1,00.76,869



Page | 53




Dès lors, l’effort  ∗ et le déplacement  ∗ correspondant au raccordement entre la phase élastique et la 
phase plastique du système équivalent à un seul degré de liberté valent : 


336,819
278,103  
1,211


3,4
2,8  
1,211

Et, la masse du système équivalent à un seul degré de liberté  vaut : 


. 37,125.1,000 39,744.0,500 56,997  

L’accélération correspondant au point de raccordement entre la phase élastique et la phase plastique du 
système équivalent à un seul degré de liberté  vaut : 

278,103

4,879 . 0,497  
56,997
∗ ∗ ∗
La pulsation , la fréquence ou la période  du système équivalent à un seul degré de liberté valent : 



336,819
∗. ∗ 13,18 /  
56,997.0,028

∗ ∗

1 1 336,819
. ∗. ∗ . 2,10  
2. 2. 2. 56,997.0,028

∗. ∗

2. 56,997.0,028

2. . ∗ 2. . 0,48  
336,819

   



Page | 54




Pour la vérification de l’état‐limite de quasi‐effondrement (NC), nous considérons pour la définition de 
la forme spectrale un sol de classe B et pour la définition du niveau d’accélération spectrale
. . 0,50.1,20.3,00 1,800 .  

 
Figure 7 – Spectre élastique, spectre anélastique et spectre de capacité 

La période du système équivalent à un seul degré de liberté  0,48  est inférieure la période
0,50 . 

Nous obtenons une accélération spectrale   égale à : 

2,5. . . . .  


2,5.1,80.1,20.1,00 

5,400 . 0,550  

Le facteur de réduction  vaut : 

5,400
1,106 
4,879

Le facteur de ductilité  vaut : 

0,50
1 1 . ∗
1 1,106 1 . 1,111
0,48

 


Page | 55





Le déplacement spectral cible  vaut : 
∗ ∗
. 1,11.2,8 3,1  

Le déplacement cible  vaut : 

. 1,211.3,1 3,8  

Dès lors, la rotation de corde de calcul  s’obtient à partir de la connaissance des déplacements obtenus 
sur le modèle non‐linéaire pour le déplacement du nœud de contrôle égal au déplacement cible de 3,8 . 

 
Figure 8 – Déplacement du nœud de contrôle en fonction du coefficient d’amplification du 
chargement latéral normé ‐ m 
 



Page | 56



 
Figure 9 – Réactions horizontales en fonction du coefficient d’amplification du chargement 
latéral normé ‐ kN 

 
Figure 10 – Réactions verticales en fonction du coefficient d’amplification du chargement latéral 
normé ‐ kN 



Page | 57



 
Figure 11 – Effort tranchant obtenu pour le déplacement du nœud de contrôle égal au 
déplacement cible ‐ kN 

 
Figure 12 – Moment fléchissant obtenu pour le déplacement du nœud de contrôle égal au 
déplacement cible ‐ kN.m 
   



Page | 58




7 Détermination de méthodes standardisées de renforcement

7.1 Confinement par chemisage métallique injecté

7.1.1 Description
La méthode de renforcement consiste à confiner par un chemisage métallique le poteau, et, à besoin 
l’extrémité des poutres longitudinales et transversales y arrivant. 

Nous l’appliquons à un poteau extérieur à l’angle de deux façades recevant une poutre longitudinale et 
une poutre transversale, le poteau extérieur en façade recevant deux poutres longitudinales et une 
poutre transversale, et, le poteau intérieur recevant deux poutres longitudinales et deux poutres 
transversales s’en déduiront facilement. 

Le chemisage métallique est constitué : 

 Pour le poteau inférieur de deux pièces identiques (pièces 1 et 2), 
 Pour le nœud de jonction entre le poteau inférieur, le poteau supérieur et les poutres 
longitudinale et transversale y arrivant par une pièce extérieure (pièce 3), une pièce intérieure 
inférieure (pièce 4) et une pièce intérieure supérieure (pièce 5), 
 Pour le poteau supérieur de deux pièces identiques (pièces 6 et 7). 

L’assemblage entre les différentes pièces se fait par brides verticales ou horizontales assemblées par 
boulonnerie à haute résistance apte à  la précontrainte. 

L’acier est un acier de base de nuance S235 de qualité JR et la boulonnerie à haute résistance apte à la 
précontrainte est de classe 8.8 ou 10.9. 

Le chemisage métallique est rempli par injection sous pression d’un mortier à matrice cimentaire à 
résistance élevée, à retrait compensé, et, à expansion contrôlée. 

Ce mortier de classe de résistance C60/75 est utilisable pour toutes les classes d’exposition. 

7.1.2 Mode opératoire


Le mode opératoire à respecter est le suivant : 

 Carottage au travers de la dalle parallèlement à la face intérieure des poutres longitudinale et 
transversale pour permettre d’introduire et de serrer les brides horizontales des pièces 4 et 5, 
 Détection et repérage par procédé de détection magnétique des armatures longitudinales 
supérieures, longitudinales inférieures et transversales des poutres longitudinale et transversale 
pour permettre de réaliser des forages verticaux sans couper ni blesser les armatures existantes, 
 Forages verticaux au travers des poutres longitudinale et transversale, 
 Mise en place et réglage des pièces 1 et 2, 
 Serrage de la boulonnerie à haute résistance apte à la précontrainte des brides verticales des 
pièces 1 et 2, 


Page | 59




 Mise en place et réglage des pièces 3, 4 et 5, 
 Serrage de la boulonnerie à haute résistance apte à la précontrainte des brides verticales des 
pièces 3, 4 et 5, 
 Serrage de la boulonnerie à haute résistance apte à la précontrainte des brides horizontales des 
pièces 4 et 5, 
 Serrage de la boulonnerie à haute résistance apte à la précontrainte des brides horizontales des 
pièces 1, 2 et 4, 
 Introduction de la boulonnerie apte à la précontrainte au travers de la bride horizontale des 
pièces 6, 7, 3 et 5, au travers des poutres transversales, et, au travers des brides horizontales 
des pièces 1, 2 et 3 et 4, 
 Réalisation d’un dispositif d’étanchéité entre la boulonnerie et les pièces 3, 4 et 5 pour 
permettre de réaliser l’injection sous pression du mortier à matrice cimentaire à résistance 
élevée à retrait compensé et à expansion contrôlée, 
 Réalisation d’un dispositif d’étanchéité sur le pourtour des poutres longitudinales et 
transversales en bout des pièces 3, 4 et 5, 
 Mise en place, réglage et soudure bout à bout entre elles des pièces de fermeture en bout des 
pièces 3, 4 et 5, 
 Réglage et soudure d’angle entre les pièces de fermeture et les pièces 3, 4 et 5 permettant de 
réaliser l’injection sous pression du mortier à matrice cimentaire à résistance élevée à retrait 
compensé et à expansion contrôlée, 
 Répétition des opérations précédentes pour les hauteurs d’étage restantes, 
 Injection sous pression par mortier à matrice cimentaire à résistance élevée à retrait compensé 
et à expansion contrôlée. 

Un mode opératoire avec injections successives par hauteur d’étage pourrait être envisagé au prix 
d’adaptations mineures. 

   



Page | 60



Figure 13 – Chemisage métallique injecté – Ensemble   



Page | 61



Figure 14 – Chemisage métallique injecté – Détail – Vue sur long‐pan ou sur pignon 
   



Page | 62



Figure 15 – Chemisage métallique injecté – Détail – Vue à l’angle du long‐pan et du pignon 
   



Page | 63



Figure 16 – Chemisage métallique injecté – Détail – Vue par dessous – Dalle non représentée 
   



Page | 64




7.2 Confinement par tissu métallique unidirectionnel, par tissu de fibre de
carbone quadri‐directionnel et par tissu de fibre de carbone
unidirectionnel

7.2.1 Description
La méthode de renforcement par tissu métallique unidirectionnel, par tissu de fibre de carbone quadri‐
directionnel et par tissu de fibre de carbone unidirectionnel est décrite aux Articles 3.1.1, 3.1.2 et 3.1.3 
de la référence [R15]. 

Nous l’appliquons à un poteau extérieur à l’angle de deux façades recevant une poutre longitudinale et 
une poutre transversale, le poteau extérieur en façade recevant deux poutres longitudinales et une 
poutre transversale, et, le poteau intérieur recevant deux poutres longitudinales et deux poutres 
transversales s’en déduisent directement. 

7.2.2 Mode opératoire


Le mode opératoire à respecter est le suivant : 

 Mise en place de renforts croisés en écharpe en tissu métallique unidirectionnel sur les faces 
extérieures des poutres longitudinale et transversale et sur les faces extérieures du poteau, 
 Mise en place d’un tissu en fibre de carbone quadri‐directionnel à la jonction des poutres 
longitudinale et transversale avec le poteau sur les faces inférieures des poutres et sur les faces 
intérieures du poteau, 
 Mise en place d’un renfort en fibre de carbone quadri‐directionnel à la jonction des poutres 
longitudinale et transversale avec le poteau sur les faces extérieures des poutres, 
 Mise en place d’un renfort en tissu de fibre de carbone unidirectionnel sur le pourtour des 
poteaux inférieur et supérieur, 
 Mise en place d’un tissu de fibre de carbone unidirectionnel sur la face extérieure, la face 
inférieure et la face intérieure des poutres longitudinale et transversale. 

La spécification technique d’exécution relative à la préparation des surfaces préalable à la mise en 
œuvre de la méthode de renforcement et relative à la mise en œuvre de la méthode de renforcement 
est donnée aux Articles 3.1.2 et 3.1.3 de la référence [R15]. 

   



Page | 65



Figure 17 – Renfort croisé en écharpe de tissu métallique unidirectionnel sur les faces 
extérieures du poteau 

Figure 18 – Constitution du tissu métallique unidirectionnel 



Page | 66



Figure 19 – Renfort en tissu de fibre de carbone quadri‐directionnel sur la face inférieure de la 
poutre et sur la face intérieure du poteau 



Page | 67



Figure 20 – Renfort en tissu de fibre de carbone quadri‐directionnel sur la face extérieure de la 
poutre 

Figure 21 – Renfort en tissu de fibre de carbone unidirectionnel autour du poteau 
   



Page | 68




7.3 Confinement par ceinturage métallique précontraint

7.3.1 Description
La méthode de renforcement par ceinturage métallique précontraint est décrite aux Articles 3.1.1, 3.1.2 
et 3.1.5 de la référence [R15]. La méthode de renforcement est brevetée (procédé CAM). 

Nous l’appliquons à un poteau extérieur à l’angle de deux façades recevant une poutre longitudinale et 
une poutre transversale, le poteau extérieur en façade recevant deux poutres longitudinales et une 
poutre transversale, et, le poteau intérieur recevant deux poutres longitudinales et deux poutres 
transversales s’en déduisent directement. 

7.3.2 Mode opératoire


Le mode opératoire à respecter est le suivant : 

 Carottage au travers de la dalle parallèlement à la face intérieure des poutres longitudinale et 
transversale pour permettre d’introduire et de mettre en précontrainte le ceinturage des 
poutres, 
 Détection et repérage par procédé de détection magnétique des armatures longitudinales 
supérieures, longitudinales inférieures et transversales des poutres longitudinale et transversale 
pour permettre de réaliser des forages horizontaux sans couper ni blesser les armatures 
existantes, 
 Carottages horizontaux au travers des poutres longitudinale et transversale pour permettre 
d’introduire le ceinturage du nœud à la jonction du poteau inférieur, du poteau supérieur et des 
poutres longitudinale et transversale, 
 Mise en place de tôles pliées perforées en acier protégé par galvanisation à la jonction des 
poutres longitudinale et transversale avec le poteau en sous face des poutres, 
 Mise en place des tôles pliées en acier protégé par galvanisation sur les arêtes du poteau 
inférieur, du poteau supérieur et des poutres longitudinale et transversale, 
 Introduction et mise en précontrainte à soixante‐dix pour cent de son effort de rupture à la 
traction du ceinturage du nœud à la jonction du poteau inférieur, du poteau supérieur et des 
poutres longitudinale et transversale, 
 Introduction et mise en précontrainte à soixante‐dix pour cent de son effort de rupture à la 
traction du ceinturage sur le poteau inférieur, le poteau supérieur et sur les poutres 
longitudinale et transversale. 

La spécification technique d’exécution relative à la préparation des surfaces préalable à la mise en 
œuvre de la méthode de renforcement et relative à la mise en œuvre de la méthode de renforcement 
est donnée aux Articles 3.1.2 et 3.1.5 de la référence [R15]. 

   



Page | 69



Figure 22 – Ceinturage métallique précontraint – Procédé CAM – Vue par dessous 

Figure 23 – Ceinturage métallique précontraint – Procédé CAM – Vue par dessus 
   



Page | 70



Figure 24 – Ceinturage métallique précontraint – Procédé CAM – Vue latérale 
   



Page | 71




8 Références

8.1 Décrets et Arrêtés


[R1]  Décret du n°2010‐1254 du 22 octobre 2010 relatif à la prévention du risque sismique. 
[R2]  Décret  du  n°2010‐1255  du  22  octobre  2010  portant  délimitation  des  zones  de  sismicité  du 
territoire français. 
[R3]  Arrêté  du  22  octobre  2010  relatif  à  la  classification  et  aux  règles  de  construction  parasismique 
applicables aux bâtiments de la classe dite à « risque normal ». 
[R4]  Arrêté  du  19  juillet  2011  modifiant  l’Arrêté  du  22  octobre  2010  relatif  à  la  classification  et  aux 
règles  de  construction  parasismique  applicables  aux  bâtiments  de  la  classe  dite  à  « risque 
normal ». 
[R5]  Arrêté du 25 octobre 2012 modifiant l’Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux 
règles  de  construction  parasismique  applicables  aux  bâtiments  de  la  classe  dite  à  « risque 
normal ». 

8.2 Réglementation
[R6]  NF EN 1992‐1‐1 – Eurocode 2 – Calcul des structures en béton – Partie 1‐1 : Règles générales et 
règles pour les bâtiments – Troisième tirage – Octobre 2011. 
[R7]  NF EN 1998‐1 – Eurocode 8 – Calcul des structures pour leur résistance aux séismes – Partie 1 : 
Règles  générales  –  Actions  sismiques  et  règles  pour  les  bâtiments  –  Deuxième  tirage  –  Octobre 
2010. 
[R8]  NF EN 1998‐3 – Eurocode 8 – Calcul des structures pour leur résistance aux séismes – Partie 3 : 
Evaluation et renforcement des bâtiments – Deuxième tirage – Octobre 2010. 

8.3 Guide de l’AFPS


[R9]  Dispositions  constructives  parasismiques  des  ouvrages  en  acier,  béton,  bois  et  maçonnerie 
conformes aux Eurocodes – AFPS – 2011. 
[R10]  Guide pour la conception parasismique des bâtiments en acier ou en béton armé selon l’Eurocode 
8 – AFPS‐ICE – Mai 2010. 
[R11]  Diagnostic et renforcement du bâti existant vis‐à‐vis du séisme – AFPS‐CSTB – Mars 2013. 

8.4 Bibliographie sélectionnée

8.4.1 Livres 

[R12]  Displacement‐based seismic design of structures – PRIESTLEY M.J.N., CALVI G.M. and KOWALSKY 
M.J. – IUSS Press – 2007. 
[R13]  Seismic design, assessment and retrofitting of concrete buildings based on Eurocode 8 – FARDIS 
M.N. – Geotechnical, geological and earthquake engineering – Volume 8 – Springer – 2008. 
[R14]  Techniques for the seismic rehabilitation of existing buildings – Federal Emergency Management 
Agency – FEMA 257 – 2006. 



Page | 72




[R15]  Linee  guida  per  riparazione  e  rafforzamento  di  elementi  strutturali,  tamponature  e  partizioni  – 
Dipartimento  della  protezione  civile  –  Rete  dei  Laboratori  Universitari  di  Ingegneria  Sismica  – 
ReLUIS – 2009. 

8.4.2 Articles 

[R16]  Theoretical stress‐strain model for confined concrete – MANDER J.B., PRIESTLEY M.J.N. and PARK 
R.  –  Journal  of  structural  engineering  –  American  Society  of  Civil  Engineers  –  Volume  114  – 
Number 8 – Pages 1804‐1826 – August 1988. 
[R17]  Observed stress‐strain behavior of confined concrete – MANDER J.B., PRIESTLEY M.J.N. and PARK 
R.  –  Journal  of  structural  engineering  –  American  Society  of  Civil  Engineers  –  Volume  114  – 
Number 8 – Pages 1827‐1849 – August 1988. 
[R18]  Consistent  inelastic  design  spectra  –  Strength  and  displacement  –  Earthquake  engineering  and 
structural dynamics – Journal of the International Association for Earthquake Engineering ‐ VIDIC 
T., FAJFAR P. and FISCHINGER M. – Volume 23 – Issue 5 – Pages 507‐521 – Wiley – May 1994. 
[R19]  The  N2  method  for  the  seismic  damage  analysis  of  reinforced  concrete  buildings  –  Earthquake 
engineering  and  structural  dynamics  –  Journal  of  the  International  Association  for  Earthquake 
Engineering – FAJFAR P. and GASPERSIC P. – Volume 25 – Issue 1 – Pages 31‐46 – Wiley – January 
1996. 



Page | 73

Vous aimerez peut-être aussi