Vous êtes sur la page 1sur 14

Chapitre I : Rappels

I.1 PROPRIETES DES FLUIDES

I.1.1 GRANDEURS PHYSIQUE D’UN FLUIDE

I.1.1.1Température

 Echelle de température relative

Echelle Celsius (°C) : Dans le système international, la température est divisée


en 100 graduations.
 Echelle de température absolue

Echelle Kelvin (K) : Dans le système international ; T(K) = T (°C) + 273,15

I.1.1.2 Masse volumique

La masse volumique (ρ) d’un corps et le rapport entre la masse (m) et le volume
(V) occupé.
𝒎
𝝆= (I.1)
𝑽

ρ s’exprime en kg.m-3
V : volume en m3,
m: masse en kg.

Pour les gaz, la masse volumique dépend de la température et de la pression.


Pour un gaz parfait, la masse volumique est calculable à partir de son équation d’état.

𝑷
𝑷𝑽=𝒎𝑹𝑻 ⇒ 𝑷= 𝝆𝑹𝑻 ⇒ 𝝆= (I.2)
𝑹𝑻

Où :

P : pression absolue en (Pa),


T : température absolue en (K),
R : constante de gaz en (J.kg-1.K-1).

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 1


𝒓
𝑹=
𝑴𝒈𝒂𝒛

r : constante de gaz universelle, (r = 8,314 kJ.kmol-1.K-1).


Mgaz : masse molaire du gaz en (kg.mol-1).
Pour l’air, R = 287 J.kg-1.K-1.

I.1.1.3 Volume massique

Le volume massique (𝝂 ) est l’inverse de la masse volumique.

𝟏 𝑽
𝝂= = (I.3)
𝝆 𝒎

𝜈 s’exprime en (m3.kg-1).

I.1.1.4 Poids volumique

Le poids volumique ou spécifique (𝝕) est le poids de l’unité de volume.


𝒎𝒈
𝝕= 𝝆𝒈= (I.4)
𝑽

𝜛s’exprime en (N.m-3).
m : masse en (kg),
g : accélération de la pesanteur en (m.s-2),
V : volume en (m3).

I.1.1.5 Densité

La densité (δ) d’un corps est le rapport entre la masse volumique du corps
considéré et la masse volumique du corps de référence pris dans les mêmes conditions
de température et de pression.

𝒎𝒂𝒔𝒔𝒆 𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒅𝒖 𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝝆


𝜹= = (sans dimension) (I.5)
𝒎𝒂𝒔𝒔𝒆 𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒅′ 𝒖𝒏 𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒅𝒆 𝒓é𝒇é𝒓𝒆𝒏𝒄𝒆 𝝆𝒓é𝒇

Généralement, le corps de référence est :


𝜌𝑙𝑖𝑞𝑢𝑖𝑑𝑒
 L’eau pour les liquides ( 𝛿 = ),
𝜌𝑒𝑎𝑢
𝜌𝑔𝑎𝑧
 L’air pour les gaz ( 𝛿 = ).
𝜌𝑎𝑖𝑟

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 2


I.1.2 Viscosité d’un fluide

Certains fluides s’écoulent facilement par rapport aux autres. Cela signifie que
chaque fluide a une propriété qui régit son écoulement. Cette propriété est en fait ce
qu’on appelle la viscosité.
La viscosité est la propriété dans laquelle le fluide résiste aux forces de
cisaillement et donc au changement de sa forme, elle concerne les forces de cohésion
entre les molécules fluides. Cette propriété est due aux frottements entre les
particules fluides. La viscosité intervient chaque fois que le fluide est en mouvement.

I.1.2.1 Viscosité dynamique 𝛍 - Expérience de couette

Soient deux cylindres circulaires coaxiaux, de rayons peu différents, dont l’espace
intermédiaire est rempli de fluide. Si on entraine le cylindre extérieur avec un moteur
la vitesse angulaire constante (ω), on constate que le cylindre intérieur a tendance à
tourner dans le même sens. Pour le maintenir immobile, il faut donc lui appliquer un
couple (C) de sens opposé.
La distance (e) entre les deux cylindres étant petite devant leur rayon (r), on peut
schématiser l’expérience en considérant un plan mobile se déplaçant parallèlement à
un plan fixe parallèle à (ox) de surface S = 2 π r h, à la distance (e) et avec la vitesse
U = ω r.
L’expérience a montré que :
- la force F est proportionnelle à la vitesse U et à la surface S,
- la force F est inversement proportionnelle à la distance e.
𝑼𝑺 𝑭 𝒅𝒖
𝑭∝ ou 𝝉= ∝ (I.6)
𝒆 𝑺 𝒅𝒚

Si nous introduisons la constante de proportionnalité nous obtenons la loi de


Newton:

𝑭 𝒅𝒖
𝝉= = 𝝁 (I.7)
𝑺 𝒅𝒚

𝝁 est la viscosité dynamique ou absolue.

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 3


𝑪

Surface
u=U Force
S
F
Vitesse U

r h e
e y

x
u=0
Profile de vitesse

(a) (b)

Figure I.1 : (a) Expérience de couette ; (b) Schématisation dans le plan de


l’expérience de couette

Dans le système international, l’unité de la viscosité dynamique est le Pascal


. seconde (Pa.s) ou Poiseuille (Pl).
Sachant que : 1Pa.s = 1 N.s.m-2 = 1 Pl = kg.m-1.s-1
Autres unités :
1 Pl = 10 poise
La viscosité dépend de :
 La nature du fluide
 La température : La viscosité varie avec la température : 𝜇 = 𝑓(𝑇)
Pour les liquides la viscosité diminue lorsque la température augmente.
Pour les gaz la viscosité augmente lorsque la température augmente.

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 4


Viscosité

Liquides

Gaz

Température

Figure I.4 : Variation de la viscosité en fonction de la température pour les gaz et les
liquides

 La pression : Pour les liquides, la viscosité dynamique varie avec la pression


𝑃
𝜇 ( − 1)
selon la loi : 𝜇0
= 𝑎 𝑃0 , où P0 est la pression atmosphérique et 𝑎 dépend
de la nature du fluide (𝑎 = 1,003 pour les huiles minérales).
 La déformation : Selon la relation entre la contrainte de cisaillement et le
gradient de vitesse, on distingue différents types de fluides :

 Les fluides newtoniens : un fluide est dit newtonien lorsque le tenseur des
contraintes visqueuses est une fonction linéaire du tenseur des taux de
déformation. Le facteur de proportionnalité se nomme viscosité μ, il est
constant et indépendant du taux de cisaillement. L’équation décrivant le
comportement newtonien est :

𝒅𝒖
𝝉= 𝝁
𝒅𝒚

C'est le cas des gaz, vapeurs, liquides purs de masse molaire faible, etc.

 Les fluides non-newtoniens : un fluide est dit non-newtonien lorsque le


tenseur des contraintes visqueuses n’est pas une fonction linéaire du tenseur
des taux de déformation. Il existe plusieurs types de fluide non newtonien
(figure I.5) :

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 5


- Fluide rhéofluidifiant ou pseudoplastique (Graisses,
mayonnaises, …).
- Fluide rhéoépaississant ou dilatant (Solutions avec une haute
concentration en poudres (eau-sable), …).
- Fluide de Bingham (Chocolat, peintures, soupes, savon, …).

Fluides non-Newtoniens (fluide de


Bingham)
Contrainte de
cisaillement,𝝉

Fluides non-Newtoniens (pseudo plastique)

Fluides Newtoniens

Fluides non-Newtoniens (dilatant)

Fluides parfaits

𝒅𝒖
Vitesse de cisaillement,
𝒅𝒚

Figure I.5 : Variation de la contrainte de cisaillement en fonction de la vitesse de


cisaillement pour les fluides Newtoniens et les fluides non-Newtoniens

I.1.2.2 Viscosité cinématique 𝛖

La viscosité cinématique représente le rapport entre la viscosité dynamique et


la masse volumique d’un fluide.
𝝁
𝝂= (I.8)
𝝆
Dans le système international, la viscosité cinématique s’exprime en (m2. s-1).
Autres unités :
1 m2. s-1 = 104 stokes.

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 6


I.2 STATIQUE DES FLUIDES

I.2.1 EQUATION FONDAMENTALE DE LA STATIQUE DES


FLUIDES
On considère un élément de fluide infinitésimal de forme parallélépipédique, de
dimensions (𝒅𝒙, 𝒅𝒚, 𝒅𝒛) et de masse dm, dans un référentiel galiléen. Cet élément de
fluide est à l’équilibre dans le champ de pesanteur, donc la somme des forces qui
s’exercent sur lui est nulle (∑ 𝑭𝒆𝒙𝒕 = 𝟎 ).

Les forces qui s’exercent sur cet élément de fluide sont les suivantes :

 Les forces de volume : le poids du fluide est donné par 𝒅𝒎 𝒈 = 𝝆 𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛 𝒈.


 Les forces de surface : la résultante des forces de pression 𝒅𝑭 .
𝝏𝑷 𝝏𝑷 𝝏𝑷
𝒅𝑭 = − ( 𝝏𝒙 𝒊 + 𝒋+ 𝒌) 𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛
𝝏𝒚 𝝏𝒛

Donc l’équation différentielle fondamentale de la statique des fluides dans le champ


de pesanteur est donnée par la relation suivante:
𝒅𝑷
= −𝝆𝒈 ou encore 𝒅𝑷 = −𝝆𝒈 𝒅𝒛 (I.9)
𝒅𝒛

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 7


z
𝑃(𝑧 + 𝑑𝑧) 𝑑𝑥 𝑑𝑦
𝑃(𝑥) 𝑑𝑦𝑑𝑥

dz
𝑃(𝑦 + 𝑑𝑦) 𝑑𝑥 𝑑𝑦
𝑃(𝑦) 𝑑𝑥 𝑑𝑧

M(x, y, z)
● y
dx dy

x 𝑃(𝑧) 𝑑𝑥 𝑑𝑦
𝑃(𝑥 + 𝑑𝑥) 𝑑𝑦 𝑑𝑧

𝝆 𝒈 𝒅𝒙 𝒅𝒚𝒅𝒛

Figure II.3 : Forces agissant sur un élément volume de fluide en l'équilibre

I.2.1.1 Equation fondamentale de l’hydrostatique

La masse volumique est constante ( ρ = cste) (fluide incompressible).

Par ailleurs, pour la plupart des applications d’ingénierie, la variation de


l’accélération de la pesanteur est négligeable (variation faible avec l’altitude), donc
𝒈 = 𝒄𝒔𝒕𝒆.

On a l’équation fondamentale de la statique des fluides :

𝒅𝑷(𝒛)
= −𝝆𝒈 = 𝒄𝒔𝒕𝒆 (I.10)
𝒅𝒛

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 8


Et comme ρ = cste et 𝒈 = 𝒄𝒔𝒕𝒆

En intégrant l’équation (I.10), on obtient :

𝑷(𝒛) = ∫ 𝒅𝑷(𝒛) = − ∫ 𝝆 𝒈 𝒅𝒛 = −𝝆 𝒈 𝒛 + 𝒄𝒔𝒕𝒆 (I.11)

Ou encore 𝑷(𝒛) + 𝝆 𝒈 𝒛 = 𝒄𝒔𝒕𝒆 (I.12)

Cette relation porte le nom d’équation fondamentale de l’hydrostatique.

I.2.2 FORCE HYDROSTATIQUE SUR UNE SURFACE PLANE

On considère une plaque plane inclinée d’un angle α par rapport à l’horizontal, d’aire
S et de centre de gravité G. Dans la plupart d’applications d’ingénierie, la plaque est
d’un côté en contact avec un fluide de masse volumique ρ et d’autre côté est ouverte à
l’atmosphère. Donc, la plaque est soumise aux deux forces de pression 𝐹1 et 𝐹2
normales à la surface et de directions opposées. La force 𝐹1 est due à la pression du
fluide et la force𝐹2 est due à la pression atmosphérique. La résultante F de ces forces
de pression est appelée force hydrostatique. Cette force F est toujours normale à la
surface S. Le point d’application de la force hydrostatiqueF est le point CP, appelé
centre de poussée (centre de pression).

Le module de la force hydrostatique est donné par :

𝑭 = ∫ 𝒅𝑭 = ∫𝑺 𝝆 𝒈 𝒉 𝒅𝑺 (I.13)

𝑭 = 𝝆𝒈𝒉𝑮 𝑺 (I.14)

Avec :
S : la surface de la plaque immergée,
hG : la profondeur du centre de gravité de la surface S,
ρ : la masse volumique du fluide,
𝑔 : l’accélération de la pesanteur.

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 9


Surface libre
𝑖O
●o
α 𝑘
𝑗

h
hG 𝑛 Z
hCp dF ZG y
ZC
F ●M
●G
●CP
Liquide

z
dS
S
●G
●CP
Centre de gravité

Centre de pression
(Centre de poussée)

Figure II.15 : Force hydrostatique et centre de pression sur une surface plane
inclinée en contact avec un liquide au repos

Le point d’application de la force de pression 𝐹 ou centre de pression (centre de


poussée) est donné par :

𝑶𝑪𝑷 ∧ 𝑭 = ∫ 𝑶𝑴 ∧ 𝒅𝑭 (I.15)

𝑰(𝒙𝒙,𝑮)
𝒁𝑪𝑷 = 𝒁𝑮 + (I.16)
𝑺𝒁𝑮

Et comme 𝒉𝑮 = 𝒁𝑮 𝒔𝒊𝒏 𝜶 et 𝒉𝑪𝑷 = 𝒁𝑪 𝒔𝒊𝒏 𝜶, la formule précédente devient :

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 10


𝑰(𝒙𝒙,𝑮) (𝒔𝒊𝒏 𝜶)𝟐
𝒉𝑪𝑷 = 𝒉𝑮 + (I.17)
𝑺𝒉𝑮

Avec :
S : la surface de la plaque immergée,
ZG : la coordonnée Z du centre de gravité G de la surface S,
ZCp : la coordonnée Z du centre de pression CP,
hG : la profondeur du centre de gravité G de la surface S immergée,
hCp : la profondeur du centre de pression CP.
Le terme 𝑰(𝒙𝒙,𝑮) représente le "moment d’inertie " de la surface S par rapport à un
axe parallèle passant par le centre de gravité G de la surface S.

I.2.3 Théorème d’Archimède (poussée d’Archimède)

Soit un corps solide cubique de volume (a3) et de masse volumique 𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 immergé
dans un fluide incompressible de masse volumique 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 .

ℎ2

ℎ1

Les forces de pression hydrostatique qui s’exercent sur ce corps sont :

- Des forces de pression hydrostatique sur les parois verticales 𝑭𝒃𝒂𝒔 et 𝑭𝒉𝒂𝒖𝒕

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 11


- Des forces de pression hydrostatique sur les parois horizontales 𝑭𝒈𝒂𝒖𝒄𝒉𝒆 et 𝑭𝒅𝒓𝒐𝒊𝒕𝒆
(résultante nulle sur les parois horizontales).

La résultante des forces de pression est donc :

𝑭 = 𝑭𝒉𝒂𝒖𝒕 + 𝑭𝒃𝒂𝒔 (I.18)

𝑭 = −𝑷𝟐 𝒂𝟐 𝒌 + 𝑷𝟏 𝒂𝟐 𝒌 = − 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝒉𝟐 𝒂𝟐 𝒌 + 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝒉𝟏 𝒂𝟐 𝒌 (I.19)

𝑭 = 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝒂𝟐 (𝒉𝟏 − 𝒉𝟐 ) 𝒌 = 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝒂𝟐 𝒂 𝒌 = 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝒂𝟑 𝒌 (I.20)

𝑭 = 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝑽𝒄𝒐𝒓𝒑𝒔 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é 𝒌 = −𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝑽𝒄𝒐𝒓𝒑𝒔 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é 𝒈 (I.21)

La résultante 𝑭 est ascendante (dirigée de bas en haut).

Cette force 𝑭 est opposée à la pesanteur et s’appelle la poussée d’Archimède 𝝅𝑨 ou


poussée hydrostatique.

𝝅𝑨 = − 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝑽𝒄𝒐𝒓𝒑𝒔 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é 𝒈 = − 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝑽𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒅é𝒑𝒍𝒂𝒄é 𝒈 (I.22)

𝝅𝑨 = 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝑽𝒄𝒐𝒓𝒑𝒔 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é 𝒈 = 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝑽𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒅é𝒑𝒍𝒂𝒄é 𝒈 (I.23)

𝑽𝒄𝒐𝒓𝒑𝒔 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é = 𝑽𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒅é𝒑𝒍𝒂𝒄é (I.24)

Avec :

𝑽𝒄𝒐𝒓𝒑𝒔 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é : volume du solide immergé.

𝑽𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒅é𝒑𝒍𝒂𝒄é : volume du fluide déplacé.

𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 : masse volumique du fluide.

𝝅𝑨 : poussée d’Archimède en (N).

La poussée d’Archimède est verticale, et dirigée de bas en haut.


Le point d’application de la poussée d’Archimède est au centre de gravité du volume
de fluide déplacé.

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 12


Théorème d’Archimède

Tout corps immergé partiellement ou totalement dans un fluide subit de la part de


celui-ci une poussée verticale, dirigée vers le haut, appelée poussée d’Archimède, dont
l’intensité est égale au poids du fluide déplacé. Le point d’application de cette force est
le centre de poussée ; il est différent, en général, du centre de gravité.

 Equilibre des corps immergés ou flottant

𝝅𝑨 Z

𝝅𝑨
G
𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆𝒔

𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆𝒔
●G
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔

𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆
𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔
O

(a) Corps immergé (b) Corps flottant

Le corps (immergé ou flottant) est soumis à deux forces : 𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 et 𝝅𝑨 .

Le corps est en équilibre ⇒ 𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 + 𝝅𝑨 = 𝟎 (I.25)

Par projection suivant (oz), on obtient :

𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 = 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é = −𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝑽𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒅é𝒑𝒍𝒂𝒄é (I.26)

𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é 𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆


= (I.27)
𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆

(a) 𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é = 𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 (solide immergé et reste entre deux couches fluides),
donc : 𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 = 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 .

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 13


(b) 𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é < 𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 (solide flotte), donc : 𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 < 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 .

 Equilibre de corps complètement immergé et touche le fond (solide


coule)

A l’équilibre statique ∑ 𝑭 = 𝟎

𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 + 𝝅𝑨 + 𝑹 = 𝟎 (I.28)

Par projection suivant (oz), on obtient :

𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 = 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 𝒈 𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é + 𝑹 (I.29)

On a : 𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒈é = 𝑽𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 ⇒ 𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 > 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆

Pour que le solide soit complètement immergé et touche le fond (il coule), il faut que

𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆 > 𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆 .

𝝅𝑨
𝝆𝒇𝒍𝒖𝒊𝒅𝒆

𝝆𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆𝒔
G
𝑹

𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔

Enseignante : Dr. A. BOUHEZZA Université 20 Août 1955-Skikda 14