Vous êtes sur la page 1sur 11

Département GCGP

Site de Villeurbanne Doua

Année universitaire 2020/2021

Lundi 22 mars 2021

DS DE TECHNOLOGIE DES PROCEDES


 Durée : 2h 
Aucun document autorisé

Une attention spéciale sera apportée à la présentation générale de la copie ; en particulier, les
résultats devront être présentés, autant que possible, tout d’abord sous forme littérale, puis sous
forme numérique. Le résultat final, avec ses unités le cas échéant, sera clairement mis en valeur.
Les trois problèmes sont indépendants.
Les copies anonymes ne seront pas corrigées.

Problème I.
Etablir l’expression de la fonction de transfert de J réacteurs parfaitement agités en série,
V
de volumes unitaires identiques Vi = . On considérera que la cascade est alimentée
J
V
par un débit volumique Qv constant ; on notera τ =
Qv

Problème II
On souhaite étudier la distribution des temps de séjour d’un réacteur industriel, dont le temps
de passage est τ = 2 h .
II.1) En supposant le réacteur parfaitement agité continu, en mettant en œuvre à l’instant
t = 0 une injection impulsion de Dirac avec un traceur A. A partir du bilan de matière
C ( p)
sur A, établir la fonction de transfert G 1 (p) = As où CAe(p) et CAs(p) sont les
C Ae (p)
transformées de Laplace des concentrations en A respectivement à l’entrée et à la sortie.
II.2) En réalité, on peut considérer que ce réacteur comprend deux zones successives,
considérées comme parfaitement agitées, de volumes différents, respectivement α V et
(1 − α ) V :

(1-α) V
αV

Quelle est la fonction de transfert G2(p) du réacteur ainsi modélisé ?


En déduire sa distribution des temps de séjour.
V
On posera τ =
Qv

-1- …/…
II.3) La mesure expérimentale de la DTS conduit aux résultats suivants :

t (h) 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4


E(t) 0,3313 0,3758 0,3255 0,2550 0,1902 0,1382 0,0989 0,0702

Quelle est la valeur de α ?

II.4) Dans ce réacteur, modélisé avec α = 0,3 , on réalise une réaction 2 B → Produits avec
r = k c 2B et k = 0,1 mol −1 .L.h −1 . La concentration de l’alimentation est c Be = 5 mol.L−1 ;
le temps de passage reste τ = 2 h . Quel sera le taux de conversion de B ?

Problème III.
On considère une réaction gaz-liquide entre le sulfite de sodium (A) et l’oxygène (B) selon la
stœchiométrie suivante :
1
Na 2 SO 3 + O 2 → Na 2SO 4
2
(A) (B) (C)
On effectue la réaction dans un réacteur discontinu (fermé pour le liquide) de volume constant
V = 2,5 L , à 20 °C et sous 1 atm. Le réacteur est une cuve agitée standard, agité par une turbine
de Rushton de nombre de puissance N P = 5,5 . La charge initiale du réacteur est constituée
d’une solution aqueuse de sulfite de sodium de volume 2,5 litres à la concentration
c Ao = 30 g.L−1
En présence d’air (21% molaire d’oxygène) à 20°C et sous 1 atm, la concentration de l’oxygène
à l’équilibre dans l’eau est c *BL = 0,273 mol.m −3
III.1) La mesure des concentrations en sulfite au cours du temps, pour différentes vitesses
d’agitation, donne les résultats suivants :

-2-
En quel régime (chimique ou diffusionnel) fonctionne ce réacteur ? Justifiez votre
réponse. Que pouvez-vous dire alors de la concentration en oxygène dans la phase
liquide (cBL) ?
III.2) En appliquant le modèle du double film, en supposant le régime permanent à l’interface
et l’absence d’un facteur d’accélération ( E = 1 ), exprimer le flux d’oxygène transféré φB
en fonction du coefficient de transfert kLa et de la concentration à l’équilibre c *BL .
dc
Comparer la variation de la concentration en sulfite (flux de sulfite consommé) A au
dt
flux d’oxygène transféré.
En déduire l’expression du nombre de sulfite NS.
III.3) A la vitesse d’agitation de 700 tr.min-1, les résultats des mesures sont les suivants :
t (min) 0 15 30 45 60
cA (g.L-1) 30 24,6 20,3 14,7 10,1
A partir du tracé de la courbe expérimentale, déterminer la valeur du nombre de sulfite.
Quelle est la valeur de la conductance de transfert kLa ?
On estime la taille des bulles de gaz (supposées sphériques) à 2 mm ; que vaut le
coefficient de transfert kL ?

-3-
Données :
Masses atomiques : S (32 g.mol-1), O (16 g.mol-1), C (12 g.mol-1), H (1 g.mol-1),
Cu (64 g.mol-1), Na (23 g.mol-1)

Transformées de Laplace :
F(p) f(t)
1 1 −t/τ
16 e
1+ τ p τ

21
1
(1 + τ 1 p)(1 + τ 2 p)
1
τ1 − τ 2
(
e − t / τ1 − e − t / τ 2 )
1 1 t n −1 − t / τ
43 e n entier ≥ 1
(1 + τ p) n τ n ( n − 1)!

Barème indicatif (sur 29 points) :


I) 4 points

II.1) 3 points II.2) 6 points II.3) 3 points II.4) 3 points

III.1) 3 points III.2) 3 points III.3) 4 points

-4-
Lundi 22 mars 2021
DS DE TECHNOLOGIE DES PROCEDES
 Durée : 2h 
Aucun document autorisé

CORRIGE

Problème I. Réacteurs en cascade


Bilan matière sur le traceur A inerte dans le ième réacteur agité :
dn
1 FAi−1 = FAi + Ai
dt
A débit volumique constant :
dc
Q v c Ai−1 = Q v c Ai + Vi Ai
dt
Soit dans le domaine de Laplace :
 V   τ p
C Ai−1 (p) = 1 + i p  C Ai (p) = 1 +  C Ai (p)
 Q v   J 
C Ai (p)1
1 Et la fonction de transfert : G i (p) = =
τp
C Ai −1 (p)
1+
J
La fonction de transfert de la cascade est le produit des J fonctions de transfert
C ( p) 1
successives, donc : G (p) = AJ =
2 C Ae (p)  τ p  J
1 + 
 J 

On peut aussi écrire le système de J équations :


  τ p
C Ae (p) = 1 + J  C A1 (p)
  
C (p) = 1 +  τ p 
 A1  C A 2 ( p)
 J 
.........................................

C Ai −2 (p) = 1 + τ p  C Ai −1 (p)
  J 

C Ai −1 (p) = 1 + τ p  C Ai (p)
  J 
  τ p 
C Ai (p) = 1 +  C Ai+1 (p)
  J 
.........................................
  τ p
C AJ −1 (p) = 1 + J  C AJ (p)
  

-5- …/…
DS Réacteurs 22 mars 2021

 τ p
J

D’où l’on tire : C Ae (p) = 1 +  C AJ (p)


 J 
C ( p) 1
Et la fonction de transfert : G (p) = AJ = CQFD
C Ae (p)  τ p  J
1 + 
 J 

Problème II. Distribution des temps de séjour


II.1) Bilan matière sur A dans le réacteur agité
Avec un traceur inerte, il n’y a pas de terme de production chimique :
dn
FAe = FAs + A
1 dt
dc V dc As
1 Q v c Ae = Q v c As + V As ⇒ c Ae = c As +
dt Q v dt
Dans le domaine de Laplace :
C Ae (p) = C As (p) + τ p C As (p)
C As (p) 1
1 Et la fonction de transfert : G i ( p) = =
C Ae (p) 1 + τ p
II.2) Modèle à deux RPAC consécutifs :

(1-α) V
cAe cA1 αV cAs
Qv Qv Qv

Bilan matière sur A dans le premier réacteur agité


dn
FAe = FA1 + A1
dt
dc V dc A1
1 Q v c Ae = Q v c A1 + (1 − α ) V A1 ⇒ c Ae = c A1 + (1 − α )
dt Q v dt
Dans le domaine de Laplace :
C Ae (p) = [1 + (1 − α ) τ p] C A1 (p) ⇒
1 C A1 (p) 1
=
C Ae (p) 1 + (1 − α ) τ p

Bilan matière sur A dans le second réacteur agité


dn
FA1 = FAs + As
dt
dc V dc As
1 Q v c A1 = Q v c As + α V As ⇒ c A1 = c As + α
dt Q v dt
Dans le domaine de Laplace :
C As (p)
C A1 (p) = (1 + α τ p ) C As (p) ⇒
1 1
=
C A1 (p) 1 + α τ p

-6-
DS Réacteurs 22 mars 2021

D’où la fonction de transfert :


C (p) C As (p) C A1 (p) 1 1
G (p) = As = =
C Ae (p) C A1 (p) C Ae (p) 1 + (1 − α ) τ p 1 + α τ p
C As (p) 1
G ( p) = =
C Ae (p) [1 + (1 − α ) τ p] (1 + α τ p )
1 Soit :

La distribution des temps de séjour est l’original de cette fonction de transfert.


D’après la transformée n° 21 du fascicule de données (également donnée dans l’énoncé),
l’original de
1
(1 + τ 1 p)(1 + τ 2 p)
est
1
τ1 − τ 2
(
e − t / τ1 − e − t / τ 2 )
Ici, τ1 = (1 − α ) τ et τ 2 = α τ ; donc :

1 E( t ) =
1
(1 − α ) τ − α τ
(
e − t / (1−α )τ − e − t / ατ )

II.3) On choisit (arbitrairement) une valeur de t présente dans le tableau de résultats, et on


calcule E(t) pour différentes valeurs de α (en évitant le cas particulier α = 0,5 puisque
les réacteurs sont de volumes différents).
Pour t = 2 h :
α 0,1 0,2 0,3 0,4 0,6 0,7 0,8 0,9
2
E(t) 0,2057 0,2331 0,2550 0,2670 0,2670 0,2550 0,2331 0,2057
NB : on observe que l’on retrouve les mêmes valeurs de part et d’autre de α = 0,5 (0,1
et 0,9 ; 0,2 et 0,8 ; etc) ; c’est normal puisque la fonction de transfert de l’ensemble est le
produit des fonctions de transfert de chaque réacteur, et que ce produit est commutatif.
L’ordre dans lequel sont placés ces réacteurs (le plus petit en premier ou en second)
n’intervient donc pas dans la DTS.
On identifie donc la valeur de α pour laquelle on retrouve E ( t = 2 h ) = 0,2550 :
1 α = 0,3 (équivalent à α = 0,7 pour la DTS)

II.4) Bilan matière sur B réactif dans le premier réacteur agité :


FBe + rB V1 = FB1 ⇒ c Be − 2 k c 2B1 (1 − α )
V
= c B1
Qv

2 k c B2 1 (1 − α )
V
+ c B1 − c Be = 0
Qv
Application numérique :
V
k = 0,1 mol −1 .L.h −1 c Be = 5 mol.L−1 τ= =2h α = 0,3
Qv
L’équation du second degré devient : 0,28 c 2B1 + c B1 − 5 = 0
Le discriminant vaut : ∆ = b 2 − 4 a c = 12 − 4 . 0,28 (−5) = 6,60

-7-
DS Réacteurs 22 mars 2021

− b + ∆ − 1 + 6,6
1 D’où : c B1 = = c B1 = 2,802 mol.L−1
2a 2 . 0,28

Bilan matière sur B réactif dans le second réacteur agité :


V
FB1 + rB V2 = FBs ⇒ c B1 − 2 k c 2Bs α = c Bs
Qv
V
2 k c 2Bs α + c Bs − c B1 = 0
Qv
Application numérique :
V
k = 0,1 mol −1 .L.h −1 c B1 = 2,802 mol.L−1 τ = =2h α = 0,3
Qv
L’équation du second degré devient : 0,12 c 2Bs + c Bs − 2,802 = 0
Le discriminant vaut : ∆ = b 2 − 4 a c = 12 − 4 . 0,12 (−2,802) = 2,345
1 − b + ∆ − 1 + 2,345
D’où : c Bs = = c Bs = 2,214 mol.L−1
2a 2 . 0,12

Finalement :
F − FBs c Be − c Bs 5 − 2,214
1 X B = Be = = X B = 0,5572
FBe c Be 5

Remarque 1 :
Attention, si l’on permute les deux réacteurs, il vient :
V
c Be − 2 k c B2 1 α = c B1 ⇒ 2 k α τ c B2 1 + c B1 − c Be = 0 ⇒ c B1 = 3,516 mol.L−1
Qv

c B1 − 2 k c 2Bs (1 − α ) = c Bs ⇒ 2 k (1 − α ) τ c 2Bs + c Bs − c B1 = 0 ⇒ c Bs = 2,183 mol.L−1


V
Qv
c − c Bs 5 − 2,183
X B = Be = = 0,5635
c Be 5
Cette valeur est différente de la précédente. Bien que l’ordre des deux réacteurs n’ait pas
d’influence sur la DTS, il en a une sur la conversion – pour cette réaction d’ordre 2 (non
linéaire).

Remarque 2 :
Si la réaction est d’ordre 1 : r = k c A avec k = 0,1 h −1
En prenant la configuration initiale (gros réacteur en premier) :
c Be
c Be − 2 k c B1 (1 − α )
V
= c B1 ⇒ c B1 = = 3,906 mol.L−1
Qv 1 + 2 k (1 − α ) τ
V c B1
c B1 − 2 k c Bs α = c B1 ⇒ c Bs = = 3,488 mol.L−1
Qv 1+ 2 k α τ
c − c Bs
D’où : X B = Be = 0,3025
c B1

-8-
DS Réacteurs 22 mars 2021

En prenant la configuration permutée (petit réacteur en premier) :


V c Be
c Be − 2 k c B1 α = c B1 ⇒ c B1 = = 4,464 mol.L−1
Qv 1+ 2 k α τ
c B1
c B1 − 2 k c Bs (1 − α )
V
= c B1 ⇒ c Bs = = 3,488 mol.L−1
Qv 1 + 2 k (1 − α ) τ
c − c Bs
D’où : X B = Be = 0,3025
c B1

Dans le cas d’une réaction du premier ordre (procédé linéaire), l’ordre des réacteurs
n’influe pas sur la conversion.

-9-
DS Réacteurs 22 mars 2021

Problème III. Réacteur gaz-liquide


III.1) La variation de la concentration de sulfite en fonction du temps est linéaire, ce qui est
curieux si l’on était en régime chimique (sauf si la réaction était d’ordre zéro). De plus,
la vitesse de cette variation dépend de la vitesse d’agitation : on convertit davantage
lorsque l’on agite plus vigoureusement. Or l’agitation influe directement sur le transfert.
C’est donc bien le transfert qui limite les performances du réacteur : en améliorant le
2
transfert (augmentation de la vitesse d’agitation), on améliore la conversion. On est donc
en régime diffusionnel, ou physique.
Le transfert ne suffit pas à apporter suffisamment d’oxygène pour « alimenter » la
1 réaction ; il n’y a donc pas d’oxygène en phase liquide : c BL = 0

III.2) Modèle du double film :


PBG

c*BL
cBL

En régime permanent à l’interface, le flux d’oxygène transféré s’exprime par :


1 φ B = k L a (c *BL − c BL ) = k L a c *BL
Il est égal au flux d’oxygène consommé, qui est lui-même relié au flux de sulfite
consommé par la stœchiométrie (on consomme deux fois moins d’oxygène que de sulfite)
:
1 dc A
φB = −
2 dt
(le signe moins vient du fait que la concentration transférée augmente, alors que la
1
concentration consommée diminue ; ou mieux, que ν B = − ).
2
Or ce flux d’oxygène transféré, exprimé en mmol.L .min (ou en mol.m-3.min-1), n’est
-1 -1

autre que le nombre de sulfite :


1 dc A
2 NS = −
2 dt

dc A
III.3) est la pente de la courbe expérimentale donnant la variation de la concentration en
dt
sulfite au cours du temps. Il faut donc préalablement calculer les concentrations molaires,
en divisant la concentration massique par la masse molaire du sulfite de sodium.
M Na 2SO3 = 2 . 23 + 32 + 3.16 = 126 g.mol −1

t (min) 0 15 30 45 60
cA (g.L-1) 30 24,6 20,3 14,7 10,1
cA (mol.L-1) 0,238 0,195 0,161 0,117 0,080

- 10 -
DS Réacteurs 22 mars 2021

La courbe est donc :

La pente vaut − 0,002627 mol.L−1 . min −1


− 0,002627
Le nombre de sulfite est donc : NS = − = 0,001314 mol.L−1 . min −1
2
−1 −1
1 Soit : NS = 1,31 mmol.L . min

Le flux d’oxygène transféré étant connu ( φ B = NS = 1,31 mmol.L−1 . min −1 , soit


1,31
φB = = 2,19 .10 −5 mol.L−1 .s −1 ), on peut calculer la conductance de transfert kLa :
1000 . 60
φB 2,19 .10 −5
φ B = k L a c *BL ⇒ k La = = k L a = 8,02 .10 −2 s −1
1 c *BL 0,273 .10 −3
Ou : k L a = 4,81 min −1

Les bulles étant supposées sphériques, leur surface spécifique vaut :


S π d2 6 6
1 a= = = = −3
= 3000 m −1
V πd 3
d 2 .10
6
k a 8,02 .10 −2
1 D’où : k L = L = k L = 2,67 .10 −5 m.s −1
a 3000
Ou k L = 1,60 .10 m. min −1
−3

- 11 -

Vous aimerez peut-être aussi