Vous êtes sur la page 1sur 141

ROYAUME DU MAROC

MINISTERE DE L’INTERIEUR
REGION DE LAAYOUNE SAKIA EL HAMRA

MARCHÉ N° …..…/RLSH/2021

OBJET : TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET D'AMENAGEMENT DES


EQUIPEMENTS TOURISTIQUES A LA PROVINCE DE LAAYOUNE -Bivouac
à l'entrée nord de la ville de Laayoune -

CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES


(CPS)

PASSÉ AVEC :…………………………………………………………
SOMMAIRE
CHAPITRE I : CLAUSES ADMINISTRATIFS ET FINANCIERES..................................................6
ARTICLE 1 : OBJET DU MARCHE...................................................................................................6
ARTICLE 2 : CONSISTANCE DES TRAVAUX.................................................................................6
ARTICLE 3 : DOCUMENTS CONSTITUTIFS DU MARCHE...........................................................6
ARTICLE 4 : REFERENCE AUX TEXTES GENERAUX ET SPECIAUX APPLICABLES AU
MARCHE............................................................................................................................................6
ARTICLE 5 : VALIDITE ET DELAI DE NOTIFICATION DE L’APPROBATION DU MARCHE....7
ARTICLE 6 : PIECES MISES A LA DISPOSITION DE L’ENTREPRENEUR..................................7
ARTICLE 7 : DESIGNATION DES INTERVENANTS......................................................................8
ARTICLE 8 : PERSONNE CHARGEE DU SUIVI DE L'EXECUTION DU MARCHE......................8
ARTICLE 9 : ELECTION DU DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR................................................8
ARTICLE 10 : NANTISSEMENT.......................................................................................................8
ARTICLE 11 : SOUS-TRAITANCE....................................................................................................8
ARTICLE 12 : DELAI D’EXECUTION..............................................................................................9
ARTICLE 13 : NATURE DES PRIX...................................................................................................9
ARTICLE 14 : REVISION DES PRIX................................................................................................9
ARTICLE 15 : CAUTIONNEMENT PROVISOIRE ET CAUTIONNEMENT DEFINITIF...............9
ARTICLE 16 : RETENUE DE GARANTIE......................................................................................10
ARTICLE 17 : ASSURANCES- RESPONSABILITE........................................................................10
ARTICLE 18 : APPROVISIONNEMENTS.......................................................................................10
ARTICLE 19 : RELATION ENTRE DIVERS ENTREPRENEUR SUR LE MEME CHANTIER.....10
ARTICLE 20 : DROITS DE TIMBRE ET ENREGISTREMENTS....................................................11
ARTICLE 21 : RECRUTEMENT ET PAIEMENT DES OUVRIERS................................................11
ARTICLE 22 : PROMOTION DE L’EMPLOI LOCAL.....................................................................11
ARTICLE 23 : MESURES DE SECURITE ET D’HYGIENE...........................................................11
ARTICLE 24  : PROVENANCE, QUALITE ET ORIGINES DES MATERIAUX..............................11
ARTICLE 25 : RÉCEPTION PROVISOIRE.....................................................................................11
ARTICLE 26 : ENLEVEMENT DU MATERIEL ET DES MATERIAUX.........................................12
ARTICLE 27 : DÉLAI DE GARANTIE.............................................................................................12

2
ARTICLE 28 : MODALITÉS DE RÈGLEMENT..............................................................................12
ARTICLE 29 : PÉNALITÉS POUR RETARD...................................................................................12
ARTICLE 30 : RETENUE À LA SOURCE APPLICABLE AUX TITULAIRES ÉTRANGERS NON
RÉSIDENTS  AU MAROC.................................................................................................................13
ARTICLE 31 : RÉCEPTION DÉFINITIVE......................................................................................13
ARTICLE 32 :CAS DE FORCE MAJEURE......................................................................................13
ARTICLE 33 : RÉSILIATION DU MARCHE...................................................................................13
ARTICLE 34 : GARANTIE DECENNALE.......................................................................................13
ARTICLE 35 : LUTTE CONTRE LA FRAUDE ET LA CORRUPTION...........................................13
ARTICLE 36 : RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS ET LITIGES....................................................14
CHAPITRE II :CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES...................................................15
CHAPITRE III :MODE D’EXECUTION DES OUVARGES............................................................81
MODE D’EXECUTION DES OUVRAGES.......................................................................................81

3
MARCHE N° : ………./RLSH/2021
Marché passé par Appel d’Offres Ouvert sur offre de prix, en application de l’alinéa 2 du paragraphe 1,
de l’article 16 et du paragraphe 1 de l’article 17  et de l’alinéa 3 du paragraphe 3 de l’article 17 du décret
n°2‐12‐349 du 8 Joumada I 1434 (20 Mars 2013), relatif aux marchés publics.

ENTRE

Le Conseil de la Région Laâyoune Sakia El Hamra, représenté par Monsieur SIDI HAMDI OULD
ERRACHID Président du dit Conseil,
Désigné ci-après par le terme "Maître d’Ouvrage",
D'UNE PART
ET
1. Cas d’une personne morale
La société …………………………………………………….représentée par M :………………….
.……………………………………………………………………qualité…………………………..
……………………………….
Agissant au nom et pour le compte de .………………………………………………….en vertu des
pouvoirs qui lui sont conférés.
Au capital social ………………………………………………….. Patente n°
………………………………………….…..
Registre de commerce de …………………………………..Sous le n°………………………..
……………………….
Affilié à la CNSS sous n° ………………………………………………………………………………..
………………….…….
Faisant élection de domicile au
……………………………………………………………………………...................
…………………………………………………………………………………………………………………………
Compte bancaire n° (RIB sur 24 chiffres)……………………………………………………………
ouvert auprès de …………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………
Désigné ci-après par le terme « ENTREPRENEUR »
D’AUTRE PART
IL A ETE ARRETE ET CONVENU CE QUI SUIT

4
2. cas de personne physique
M………………………………………………………….Agissant en son nom et pour son propre compte.
Registre de commerce de …………………………………………..sous le
n°…………………………………………
Patente n° ………………………………………….… Affilié à la CNSS sous n°
………………………………………..
Faisant élection de domicile au
……………………………………………………………………………...................
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………
Compte bancaire n° (RIB sur 24 chiffres)…………………………………………………….……
ouvert auprès de………………………………………………………………………………………….
Désigné ci-après par le terme « ENTREPRENEUR »
D’AUTRE PART
IL A ETE ARRETEET CONVENU CE QUI SUIT
3. cas d’un groupement
Les membres du groupement soussignés constitué aux termes de la convention
……………………………………………………………(les références de la convention)………………
………….. :
- Membre 1 :
M. ……………………………………………………………………qualité …………………………..
……………………………….
Agissant au nom et pour le compte de………………………………………………….en vertu des
pouvoirs qui lui sont conférés.
Au capital social …………………………………………………. Patente n°
………………………………………….…..
Registre de commerce de……………………………………Sous le
n°…………………………………………………
Affilié à la CNSS sous n°
…………………………………………………………………………………………………….……
Faisant élection de domicile au
……………………………………………………………………………...................
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………
Compte bancaire n° (RIB sur 24 chiffres)….……………………………………………..……………
ouvert auprès de………………………………………………………………………………………………
- Membre 2 :
………………………………………………………………………………………………………….
(Servir les renseignements le concernant)
- …………………………………………………………………………………………………………
…………………….

5
- …………………………………………………………………………………………………………
…………………….
- Membre n :
………………………………………………………………………………………………………….

Nous nous obligeons (conjointement ou solidairement, selon la nature du groupement) ayant M……..… ..(prénom,
nom et qualité)……. en tant que mandataire du groupement et coordonnateur de l’exécution des prestations, ayant
un compte bancaire commun sous n° (RIB sur 24 chiffres)......…………………………………………………..
………
ouvert auprès de (banque)
……………………………………………………………………………………………………

Désigné ci-après par le terme « ENTREPRENEUR ».


D’AUTRE PART

IL A ETE ARRETE ET CONVENU CE QUI SUIT

CHAPITRE I : CLAUSES ADMINISTRATIFS


ET FINANCIERES

6
ARTICLE 1 : OBJET DU MARCHE
Le présent marché a pour objet : TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET D'AMENAGEMENT DES
EQUIPEMENTS TOURISTIQUES A LA PROVINCE DE LAAYOUNE. -Bivouac à l'entrée
nord de la ville de Laayoune -.
ARTICLE 2 : CONSISTANCE DES TRAVAUX
Les travaux à exécuter au titre du présent marché consistent en ce qui suit : (sans que cette liste soit
limitative) :
 Travaux de démolition et d’évacuation ;
 Travaux du gros œuvre ;
 Travaux du second œuvre ;
 Fourniture et pose de revêtement (pavé autobloquant, grès cérame…).
 Travaux d’assainissement et eau potable.
 Travaux d’électrification,
 Travaux de construction de locaux.

ARTICLE 3 : DOCUMENTS CONSTITUTIFS DU MARCHE


Les documents constitutifs du marché sont ceux énumérés ci-après :
1. l'acte d'engagement, sous réserve du cas prévu par les dispositions du paragraphe b de l'article 87
du décret précité n° 2-12-349 du 8 joumada I 1434 (20 mars 2013)
2. Le présent Cahier des Prescriptions Spéciales (CPS) 
3. Le bordereau des prix- détail estimatif ;
4. Le cahier des prescriptions communes (CPC), le cas échéant;
5. Le cahier des clauses administratives générales applicable aux marchés de Travaux (CCAG-T) ;
En cas de discordance ou de contradiction entre les documents constitutifs du marché, autres que
celles se rapportant à l’offre financière tel que décrit par le décret précité n° 2-12-349, ceux-ci prévalent
dans l'ordre où ils sont énumérés ci-dessus.

ARTICLE 4 : REFERENCE AUX TEXTES GENERAUX ET SPECIAUX APPLICABLES AU


MARCHE
Le titulaire du marché est soumis aux dispositions des textes suivants :
A- Textes généraux :

7
 Dahir n° 1-15-83 du 20 ramadan (7 Juillet 2015) portant promulgation Loi organique
n° 111-14 relative aux régions (BO n°6440 du 18-2-2016).
 Le Décret n° 2-12-349 du 8 joumada I 1434 (20 mars 2013) relatif aux marchés
publics ;
 Le Dahir n° 1-15-05 du 29 rabii II 1436 (19 février 2015) portant promulgation de la
Loi n° 112-13 relative au nantissement des marchés ; BO n° 6344 du 19-3-2015.
 Le Décret n°2.17.449 en date du 23 novembre 2017 relatif à la comptabilité publique
des régions et de leurs groupements ;
 Le dahir n°1-56-211 du 11 Décembre 1956 relatif aux garanties pécuniaires des
soumissionnaires et adjudicataires des marchés publics ;
 Le dahir n° 1-03-194 du 14 rajeb 1424(11 septembre 2003) portant promulgation de la
loi n°65-99 relative au code du travail ;
 Le décret n° 2-14-394 du 6 chaabane 1437 (13 mai 2016) approuvant le cahier des
clauses administratives générales applicables aux marchés de travaux (CCAG-T);
 Le décret n ° 2-16-344 du 17 chaoual 1437 (22 juillet 2016) fixant les délais de
paiement et les intérêts moratoires relatifs aux commandes publiques ;
 Tous les textes législatifs et réglementaires concernant l’emploi, les salaires de la main
d’œuvre particulièrement le décret royal n° 2.73.685 du 12 Kaâda 1393 (08 Décembre
1973) portant revalorisation du salaire minimum dans l’industrie, le commerce, les
professions libérales et l’agriculture.
 Tous les textes réglementaires ayant trait aux marchés de l’Etat rendus applicables à la
date de signature du marché.
B- Textes spéciaux :
 Le devis général d’architecture (édition 1956) du royaume du Maroc approuvé par la
décision du ministre de l’habitat et de l’urbanisme du 27 février 1956 et rendu applicable par
le décret royal n° 406- 67 du 17 juillet 1967 ;
 La loi n° 12-90du 12 juillet 1991 relative à l’urbanisme ;
 Le décret n° 2.02.177 du 22 février 2002 approuvant le règlement parasismique (RPS 2000)
applicable aux bâtiments, fixant les règles parasismique et instituant le comité national de
génie parasismique ;
 Les règles de calcul de béton armé CCBA 68 et BAEL ;
 Le décret n° 2.94.223 du 6 moharrem 1415 (16 juin 1994) relatif à la qualification et la
classification des entreprises de bâtiments et de travaux publics ;
 Tous les textes réglementaires ayant trait aux marchés de l’Etat rendus applicables à la date
de signature du marché.
L’entrepreneur devra se procurer ces documents s’il ne les possède pas et ne pourra en aucun cas exciper
de l’ignorance de ceux-ci et se dérober aux obligations qui y sont contenues

ARTICLE 5 : VALIDITE ET DELAI DE NOTIFICATION DE L’APPROBATION DU MARCHE


Le présent marché ne sera valable, définitif et exécutoire qu’après notification de son approbation par
’autorité compétente et le visa du comptable assignataire.
L’approbation du marché doit intervenir avant tout commencement d’exécution. Cette approbation sera
notifiée dans un délai maximum de 75 jours à compter de la date d’ouverture des plis.

ARTICLE 6 : PIECES MISES A LA DISPOSITION DE L’ENTREPRENEUR


Aussitôt après la notification de l’approbation du marché, le maître d’ouvrage remet gratuitement au
titulaire, contre décharge de ce dernier, un exemplaire vérifié et certifié conforme de l’acte d

8
’engagement, du cahier des prescriptions spéciales et des pièces expressément désignées comme
constitutives du marché à l’exception du cahier des prescriptions communes applicable et du cahier des
clauses administratives générales applicable aux marchés de travaux.
Le maître d’ouvrage ne peut délivrer ces documents qu’après constitution du cautionnement définitif, le
cas échéant.
ARTICLE 7 : DESIGNATION DES INTERVENANTS
Les personnes intervenant dans le présent marché sont :
- Mr Le Président de La Région Laâyoune Sakia El Hamra, en qualité de maître d’ouvrage.
- Le Bureau d’Etudes Zetta Engeneering, en qualité d’OPC des Projets de la Région.
- Cabinet d’Architecte AGORA, en qualité du maître d’œuvre du projet

ARTICLE 8 : PERSONNE CHARGEE DU SUIVI DE L'EXECUTION DU MARCHE


Le suivi de l’exécution du marché est confié à un fonctionnaire désigné par le maître d’ouvrage.
Le nom ou la qualité de cette personne sera notifié à l’entrepreneur.

ARTICLE 9 : ELECTION DU DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR


A défaut d’avoir élu domicile au niveau de l’acte d’engagement, toutes les correspondances relatives au
présent marché sont valablement adressées au domicile élu par l’entrepreneur, et indiqué sur son Acte
d’engagement.
En cas de changement de domicile, l'entrepreneur est tenu d'en aviser le maître d'ouvrage dans un délai de
15 jours suivant ce changement.

ARTICLE 10 : NANTISSEMENT
Dans l’éventualité d’une affectation en nantissement, il sera fait application des dispositions du dahir n°
1-15-05 du 29 rabii II (19 février 2015 ) relatif au nantissement des marchés publics, étant précisé que :
1°) la liquidation des sommes dues par l’administration, maître d’ouvrage, en exécution du présent
marché sera opérée par les soins de Monsieur Le Président du Conseil de la Région Laâyoune Sakia El
Hamra ;
2°) le fonctionnaire, chargé de fournir au titulaire du marché ainsi qu'au bénéficiaire des nantissements ou
subrogations les renseignements et états prévus au dahir n°1-15-05 du 19 février 2015, est Monsieur Le
Président du Conseil de la Région Laâyoune Sakia El Hamra ;
3°) les paiements prévus au présent marché seront effectués par Le Trésorier Public de Laâyoune, seul
qualifié pour recevoir les significations des créanciers du titulaire du présent marché.
Le maître d'ouvrage délivre sans frais, à l'entrepreneur, sur sa demande et contre récépissé, un exemplaire
spécial du marché portant la mention " exemplaire unique"
et destiné à former titre conformément aux dispositions du dahir du n°1-15-05 du 29 rabii II 1436 (19
février 2015)relatif au nantissement des marchés publics.
Les frais de timbre de l’original du CPS et de « l’exemplaire unique » remis à l’entrepreneur sont à la
charge de ce dernier.

9
ARTICLE 11 : SOUS-TRAITANCE
Si l’entrepreneur envisage de sous-traiter une partie du marché, il doit requérir l’accord préalable du
maître d’ouvrage auquel il est notifié la nature des prestations, l’identité, la raison ou la dénomination
sociale, et l’adresse des sous-traitants et une copie conforme du contrat de la sous-traitance.
La sous-traitance ne peut en aucun cas dépasser cinquante pour cent (50%) du montant du marché ni
porter sur le lot ou le corps d’état principal du marché.
Les sous-traitants doivent satisfaire aux conditions requises des concurrents conformément à l’article 24
du Décret n°2-12-349 précité.

ARTICLE 12 : DELAI D’EXECUTION


L’entrepreneur devra exécuter les travaux du présent marché dans un délai de 12mois (huit mois). Le
délai d’exécution court à partir de la date prévue par l’ordre de service prescrivant le commencement de
l’exécution des travaux et notifié par le maître d’ouvrage à l’entrepreneur.
Ce délai s’applique à l’achèvement de tous les travaux incombant au titulaire y compris le repliement des
installations de chantier, la remise en état des terrains et lieux et la fourniture des plans de récolement,
documents et notices d’entretien.

ARTICLE 13 : NATURE DES PRIX


Le présent marché est à prix unitaires.
Les sommes dues au titulaire du marché sont calculées par application des prix unitaires portés au
bordereau des prix ou bordereau des prix détail estimatif, le cas échéant, joint au présent cahier des
prescriptions spéciales, aux quantités réellement exécutées conformément au marché.
Les prix du marché sont réputés comprendre toutes les dépenses résultant de l’exécution des travaux y
compris tous les droits, impôts, taxes, frais généraux, faux frais et assurer à l’entrepreneur une marge pour
bénéfice et risques et d'une façon générale toutes les dépenses qui sont la conséquence nécessaire et
directe du travail.

ARTICLE 14 : REVISION DES PRIX


Si pendant le délai contractuel, des variations sont constatées dans la valeur des index de références, les
prix du marché sont révisés par application de la formule ci-dessous.
Les prix du marché seront révisables en application de la formule de révision des prix suivante :
P = P0 x (0.55+(0.45 x (BAT6 / BAT60))

P : le montant des travaux hors taxe révisé ;


Po : le montant des travaux initial hors taxe ;
BAT6o : indice global de bâtiment tout corps d'état au mois de la date limite de remise des offres ;
BAT6 : indice global de bâtiment tout corps d'état au mois de la date de l’exigibilité de la révision.
T0 : Taux de la Taxe sur Valeur Ajouté appliqué à la date de remise des offres.
T : Taux de la Taxe sur Valeur Ajouté appliqué à la date de l’exigibilité de la révision.
La révision des prix sera appliquée aux travaux qui restent à exécuter à partir de la date de variation des
index constatée par les décisions prises à cet effet par le ministre chargé de l’équipement.

10
ARTICLE 15 : CAUTIONNEMENT PROVISOIRE ET CAUTIONNEMENT DEFINITIF
Le montant du cautionnement provisoire est fixé à 100 000.00dirhams. (Cent Milles DHS) dirhams.
Le montant du cautionnement définitif est fixé à Trois pour cent (3%) du montant initial du marché.
Si l’entrepreneur ne réalise pas le cautionnement définitif dans un délai de 20 jours à compter de la date
de la notification de l’approbation du présent marché, le montant du cautionnement provisoire fixé ci-
dessus reste acquis à l’Etat.
Le cautionnement définitif sera restitué ou la caution qui le remplace est libérée à la suite d’une
mainlevée délivrée par le maître d’ouvrage dans un délai maximum de trois mois suivant la date de la
réception définitive des travaux.

ARTICLE 16 : RETENUE DE GARANTIE


Une retenue de garantie sera prélevée sur les acomptes. Elle est égale à dix pour cent (10 %) du montant
de chaque acompte.
Elle cessera de croître lorsqu'elle atteindra Sept pour cent (7%) du montant initial du marché augmenté le
cas échéant, du montant des avenants.
La retenue de garantie peut être remplacée, à la demande de l'entrepreneur, par une caution personnelle et
solidaire constituée dans les conditions prévues par la réglementation en vigueur.
La retenue de garantie est restituée ou la caution qui la remplace est libérée à la suite d’une mainlevée
délivrée par le maître d’ouvrage dans un délai maximum de trois mois suivant la date de la réception
définitive des travaux.

ARTICLE 17 : ASSURANCES- RESPONSABILITE


L’entrepreneur doit adresser au maître d’ouvrage, avant tout commencement des travaux,
Les attestations des polices d’assurance qu’il doit souscrire et qui doivent couvrir les risques inhérents à
l’exécution du marché et ce, conformément aux stipulations de l’article 25 du CCAG- Travaux tel qu’il a
été modifié et complété.

ARTICLE 18 : APPROVISIONNEMENTS


Le présent marché ne prévoit pas d’acompte sur approvisionnements de matériaux et matières premières
destinés à entrer dans la composition des travaux objet du marché.

ARTICLE 19 : RELATION ENTRE DIVERS ENTREPRENEUR SUR LE MEME CHANTIER  


Conformément à l’article 32 .du CCAG- Travaux, l’entrepreneur veillera au bon ordre du chantier,
assurera la coordination des travaux et la sécurité des travailleurs ainsi que les mesures à caractère
commun ;
Chaque entrepreneur doit suivre l’ensemble des travaux, s’entendre avec les autres entrepreneurs sur ce
que les travaux ont de commun, reconnaître par avance tout ce qui intéresse les réalisations, fournir les
indications nécessaires à ses propres travaux, s’assurer qu’elles sont suivies et, en cas de contestation, en
référer au maître d’ouvrage.
Un planning général, portant sur l’ensemble de ces travaux, est établi à cet effet par le maître d’ouvrage et
l’ensemble des entrepreneurs.

11
Tous les entrepreneurs sont tenus de participer aux dépenses communes proportionnellement aux
montants de leurs marchés y compris les révisions de prix et avenants éventuels et ce après contrôle du
maître d’ouvrage.
ARTICLE 20 : DROITS DE TIMBRE ET ENREGISTREMENTS
L'entrepreneur doit acquitter les droits auxquels peuvent donner lieu le timbre et l'enregistrement du
marché, tels que ces droits résultent des lois et règlements en vigueur.

ARTICLE 21 : RECRUTEMENT ET PAIEMENT DES OUVRIERS


Les formalités de recrutement et de paiement des ouvriers sont celles prévues par les dispositions des
articles 22 et 23 du CCAG- Travaux.

ARTICLE 22 : PROMOTION DE L’EMPLOI LOCAL


Conformément aux dispositions de l’article 141 du décret n° 2.12.349 du 20 mars 2013 relatif aux
marchés publics, le titulaire du marché doit recourir à l’emploi de la main d’œuvre locale au niveau de la
collectivité bénéficiaire de la prestation objet du marché, dans la limite de 10 % de l’effectif requis pour
la réalisation du marché.

ARTICLE 23 : MESURES DE SECURITE ET D’HYGIENE


L’entrepreneur s’engage à respecter les mesures de sécurité et d’hygiène conformément aux dispositions
de l’article 33 et 34 du CCAG- Travaux.

ARTICLE 24 : PROVENANCE, QUALITE ET ORIGINES DES MATERIAUX


Tous les matériaux, matières et produits utilisés dans les travaux objet du présent cahier des prescriptions
spéciales proviendront de carrières ou d’usines agréées par le maître d’œuvre. L’entrepreneur ne peut, en
aucun cas, se prévaloir de l’éviction par le maître d’œuvre de fournisseurs ou sous-traitants pour
demander une majoration quelconque sur le prix de la fourniture.
Les matériaux doivent satisfaire aux normes marocaines en vigueur à la signature du marché ou à défaut,
aux normes internationales ou à défaut aux règles de l’art usuelles.
Le maître d’œuvre peut effectuer tous les essais qu’il estime nécessaires pour vérifier que les matériaux
ou produits utilisés sont conformes aux spécifications imposées.
L’entrepreneur est tenu d’éloigner du chantier, à ses frais, en un lieu agréé par le maître d’œuvre les
matériaux ne satisfaisant pas aux conditions ci-dessus.
Le maître d’œuvre est seul compétent pour juger de la qualité des matériaux et décider de leur lieu
d’emploi. En particulier le lieu de provenance des matériaux ne peut en aucune façon laisser préjuger de
leur qualité.

ARTICLE 25 : RÉCEPTION PROVISOIRE


A l’achèvement des travaux et en application de l’article 73. Du CCAG- Travaux, le maître d’ouvrage
s’assure en présence de l’entrepreneur de la conformité des travaux aux spécifications techniques du
marché et prononcera la réception provisoire.
Cette réception sera sanctionnée par l’établissement d’un procès-verbal de réception provisoire.
Sile maitre d’ouvrage constate que les travaux présentent des insuffisances ou des défauts ou ne sont pas
conformes aux spécifications du marché, l’entrepreneur procédera aux réparations nécessaires
conformément aux règles de l’art. A défaut, la réception ne sera pas prononcée, et le délai d’exécution ne
sera pas prorogé pour autant.

12
ARTICLE 26 : ENLEVEMENT DU MATERIEL ET DES MATERIAUX
En application de l’article 44 du CCAG-Travaux, le délai fixé pour le dégagement, le nettoiement et la
remise en état des emplacements mis à la disposition de l’entrepreneur est de Quinze (15) jours de
calendrier à compter de la date de la réception provisoire.
Une pénalité particulière de Cent Cinquante (150 dhs) par jour de calendrier de retard sera appliquée à
compter de la date d’expiration du délai indiqué plus haut. Cette pénalité sera retenue d’office sur les
sommes encore dues à l’entrepreneur.

ARTICLE 27 : DÉLAI DE GARANTIE


Le délai de garantie est fixé à Douze mois (12 mois) à compter de la date de la réception provisoire.
Pendant le délai de garantie, l’entrepreneur sera tenu de remettre au maître d’ouvrage les plans des
ouvrages conformes à l’exécution, de procéder aux rectifications qui lui seraient demandées en cas de
malfaçons ou d’insuffisances constatées et de remédier à l’ensemble des défectuosités, sans pour autant
que ces travaux supplémentaires puissent donner lieu à paiement à l'exception de ceux résultant de l’usure
normale, d'un abus d'usage ou de dommages causés par des tiers.

ARTICLE 28 : MODALITÉS DE RÈGLEMENT


Le règlement des prestations réalisées sera effectué sur la base de décomptes établis par le maître
d’ouvrage en application des prix du bordereau des prix – détail estimatif aux quantités réellement
exécutées, déduction faite de la retenue de garantie, le cas échéant.
Le montant de chaque décompte est réglé à l’entrepreneur après réception par le maître d’ouvrage de tous
les métrés, situations et pièces justificatives nécessaires à sa vérification.
Seules sont réglées les prestations prescrites par le présent cahier des prescriptions spéciales ou par ordre
de service notifié par le maître d’ouvrage.
Sur ordre du maître d’ouvrage, les sommes dues à l’entrepreneur seront versées au compte bancaire n°
(RIB sur 24 positions)………………………………………………………
Ouvert auprès de…………………………………………………………………………………….

ARTICLE 29 : PÉNALITÉS POUR RETARD


A défaut d'avoir terminé les travaux dans les délais prescrits (ou à la date d’achèvement prescrite lorsque
le marché fixe ladite date), il sera appliqué à l’entrepreneur une pénalité par jour calendaire de retard de 1
‰ (un pour mille) du montant du marché modifié ou complété éventuellement par les avenants.
Cette pénalité sera appliquée de plein droit et sans mise en demeure sur toutes les sommes dues à
l’entrepreneur.
L’application de ces pénalités ne libère en rien l’entrepreneur de l’ensemble des autres obligations et
responsabilités qu’il aura souscrites au titre du présent marché.
Toutefois, le montant cumulé de ces pénalités est plafonné à huit pour cent (8 %) du montant du marché
modifié ou complété éventuellement par des avenants.
Lorsque le plafond des pénalités est atteint, l’autorité compétente est en droit de résilier le marché après
mise en demeure préalable et sans préjudice de l'application des mesures coercitives prévues par l'article
79 du CCAG-Travaux.

13
ARTICLE 30 : RETENUE À LA SOURCE APPLICABLE AUX TITULAIRES ÉTRANGERS
NON RÉSIDENTS AU MAROC
Une retenue à la source au titre de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu, le cas
échéant, fixée au taux de dix pour cent (10 %), sera prélevée sur le montant hors taxe sur la valeur ajoutée
des travaux réalisés au Maroc dans le cadre du présent marché.
Cependant, le titulaire peut opter pour une imposition forfaitaire au taux de huit pour cent (8 %) sur le
montant hors TVA dans les conditions prévues à l’article 16 du Code général des Impôts.

ARTICLE 31 : RÉCEPTION DÉFINITIVE


Conformément aux stipulations de l’article 76 du CCAG-Travaux et après expiration du délai de garantie,
il sera procédé à la réception définitive, après que le maître d’ouvrage se soit assuré que les malfaçons ou
les imperfections éventuelles ont été réparées par l’entrepreneur

ARTICLE 32 : CAS DE FORCE MAJEURE


Conformément aux prescriptions de l’article 47 du CCAG-Travaux notamment son paragraphe 3,

ARTICLE 33 : RÉSILIATION DU MARCHE


La résiliation du marché peut être prononcée dans les conditions et modalités prévues par l’article 138 du
décret n° 2-12-349 du 20 mars 2013 relatif aux marchés publics et notamment celles prévues aux articles
69 et 79 du CCAG-Travaux.
La résiliation du marché ne fera pas obstacle à la mise en œuvre de l’action civile ou pénale qui pourrait
être intentée au titulaire du marché en raison de ses fautes ou infractions.
Si des actes frauduleux, des infractions réitérées aux conditions de travail ou des manquements graves
aux engagements pris ont été relevés à la charge de l'entrepreneur, le ministre, sans préjudice des
poursuites judiciaires et des sanctions dont l’entrepreneur est passible, peut par décision motivée, prise
après avis de la Commission des Marchés, l'exclure temporairement ou définitivement de la participation
aux marchés de son administration.

ARTICLE 34 : GARANTIE DECENNALE


L’entrepreneur est tenu de présenter, à ses frais et au plus tard à la réception définitive du marché, une
police d’assurance couvrant la responsabilité décennale telle que celle-ci est définie par l’article 769 du
Dahir du 12 Août 1913 formant code des Obligations et Contrats.
Les termes et l’étendue de cette police d’assurance sont soumis à l’accord du maître d’ouvrage.

ARTICLE 35 : LUTTE CONTRE LA FRAUDE ET LA CORRUPTION


L’entrepreneur ne doit pas recourir par lui-même ou par personne interposée à des pratiques de fraude ou
de corruption des personnes qui interviennent, à quelque titre que ce soit, dans les différentes procédures
de passation, de gestion et d’exécution du marché.
L’entrepreneur ne doit pas faire, par lui-même ou par personne interposée, des promesses, des dons ou
des présents en vue d'influer sur les différentes procédures de conclusion d'un marché et lors des étapes de
son exécution.
Les dispositions du présent article s’appliquent à l’ensemble des intervenants dans l’exécution du présent
marché.

14
ARTICLE 36 : RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS ET LITIGES
Si, en cours d’exécution du marché, des différends et litiges surviennent avec l’entrepreneur, les parties
s’engagent à régler ceux-ci dans le cadre des stipulations des articles 82, 83 et 84 du CCAG- Travaux.
Les litiges éventuels entre le maître d’ouvrage et l’entrepreneur sont soumis aux tribunaux compétents du
Maroc.

15
CHAPITRE II : CAHIER DES
PRESCRIPTIONS TECHNIQUES
I) DISPOSITIONS GENERALES

ARTICLE 1. ORGANISATION DU CHANTIER


Dans un délai de 15 jours (QUINZE JOURS) à dater du jour de la notification de l'ordre de service lui
prescrivant de commencer les travaux, l'Entrepreneur devra faire agréer, par la Maîtrise d'Œuvre, les
dispositions détaillées qu'il compte adopter pour ce qui concerne sa propre organisation du chantier
(installations, stockages, hébergements, etc...) ainsi que le matériel qu'il compte utiliser pour atteindre
les objectifs fixés par le planning directeur. L'Entrepreneur fait son affaire auprès des services
compétents de toutes démarches, autorisations et règlement de frais de branchement au réseau de voirie
etc… ou autres sujétions ayant trait au chantier, il fait établir notamment les branchements et
canalisations pout la distribution de l’eau, de l’électricité et du téléphone correspondant aux besoins de
chantier. Il est spécifié que l'agrément du matériel par la Maîtrise d'Œuvre ne diminue en rien la
responsabilité de l'Entrepreneur quant au respect des délais et aux conséquences dommageables que son
utilisation pourrait avoir à l'égard des tiers. En cours de travaux, la Maîtrise d'Œuvre pourra exiger que
soient modifiées ou complétées les dispositions agrées initialement si celles-ci paraissent insuffisantes et
si, à l'expérience, elles ne donnent pas satisfaction, en particulier si l'usure du matériel est la cause d'une
qualité ou d'une cadence insuffisante dans l'exécution des travaux. Toutes les installations provisoires
sont démolies et enlevées en fin de chantier ainsi que les aires de stockage et de fabrication. Le terrain
est remis en parfaite état de propreté par l’Entrepreneur lors de l’achèvement des travaux et de leur
réception. Si les travaux viennent à être interrompus, pour quelque cause que ce soit, l’Entrepreneur doit
protéger les constructions et ouvrages réalisés, contre les dégâts qu’ils pourraient subir ou les dommages
qu’’ils pourraient occasionner, sans frais supplémentaires pour le Maitre d’Ouvrage.

ARTICLE 2. APPROVISIONNEMENT EN EAU


Dans le cas où le branchement d'eau pour l'alimentation générale du chantier n'était pas encore réalisé
lors du démarrage des travaux, l'Entrepreneur devra assurer son approvisionnement à l'aide de citernes
qui devront être en nombre suffisant afin de ne pas freiner la cadence normale dans l'exécution des
travaux.

ARTICLE 3. PROVENANCE DES MATERIAUX


Les matériaux destinés à l'exécution des travaux seront d'origine marocaine. Il ne sera fait appel aux
matériaux d'origine étrangère qu'en cas d'impossibilité de se les procurer sur le marché marocain. Les
matériaux proviendront, en principe, des lieux d'exécution, de production ou des dépôts suivants :

16
DESIGNATION DES
PROVENANCE
MATERIAUX
Sable De mer, carrière du Maroc de bonne qualité
Gravette Calcaire dur des carrières du Maroc
Moellons Pierre dure des carrières de la région
Ciment D'usines marocaines ou Dépôts du Maroc
Briques en terre cuite D'usines agréées
Agglos D'usines agréées
Conduites d'assainissement D'usines agréées
Aciers à béton Des dépôts du Maroc
Planchers préfabriqués D'usines agréées
Remblais d’apport en tout venant Des carrières de la région.
Matériaux de revêtement D’usines Marocaines ou dépôts du Maroc
Bois Des dépôts du Maroc
Quincaillerie Vachette ou similaire du commerce local
Aluminium Profilés d’aluminium du Maroc ou similaire
Ferronneries Des dépôts du Maroc
Tuyauterie en fonte Des usines du Maroc
Fer galvanisé Des dépôts du Maroc
Acier INOX Des dépôts du Maroc
Tuyauterie PVC Des usines du Maroc
Sanitaires et robinetterie JACOB DELAFON ou similaire
Câblerie filerie Des usines du Maroc
Fils en cuivre Du commerce local
Appareillage LEGRAND ou similaire des dépôts du Maroc
Lustrerie Des dépôts du Maroc
Peinture Des usines du Maroc
vitrerie Des dépôts du Maroc

ARTICLE 4. ESSAIS DES MATERIAUX ET MATERIELS


Conformément aux stipulations de l'Article 4, paragraphe 3 du Devis Général d'Architecture, les frais
d'essais des matériaux seront à la charge de l'Entrepreneur pour tous travaux ou fournitures qui n'auront
pas satisfait aux conditions imposées par le présent C.P.T. et les normes. L'Entrepreneur devra tenir, en
permanence, sur le chantier des récipients ou éléments de matériaux disponibles à des prises de
prélèvements pour études, essais ou analyses. L'Entrepreneur fournira, à ses frais, la main-d’œuvre et les
échafaudages nécessaires, le cas échéant, pour permettre aux organismes habilités de procéder à leurs
essais.

ARTICLE 5. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES GENERALES


Les dimensions, dispositions et descriptions des ouvrages sont indiquées par les plans et par les termes
de la présente description. Le plan architectural sera fourni par le Maître d'Œuvre et le B.E.T. Au cas où
l'Entrepreneur constaterait des omissions ou anomalies dans ces dessins, il devra en avertir le Maître
d'Œuvre et le B.E.T avec écrit et obtenir son agrément avant d'adopter une solution différente.
Nonobstant les plans établis par la maitrise d’œuvre, il reste entendu que l'Entrepreneur s'engage par son
offre à livrer des ouvrages d'une tenue parfaite et sans défaut.

17
ARTICLE 6. PRESCRIPTIONS DUES PAR L'ENTREPRENEUR
Dans le cadre de son marché, l'Entreprise devra implicitement :
- Les plans d'exécution complémentaires à ceux de principe fournis par le B.E.T. ;
- Les documents de recollement
- Les incidences consécutives aux travaux en heures supplémentaires, heures de nuit, etc.
nécessaires pour respecter les délais d'exécution :
- Tous les autres faits et prestations même non énumérés ci-dessus mais nécessaire à réalisation
parfaite et complète des travaux telle que l'assistance d'un géomètre pour exécuter les travaux.
Avant le commencement des travaux, l'Entrepreneur est tenu de vérifier les cotes des plans, coupes, etc.
et de signaler par écrit à la Maîtrise d'Œuvre toutes les erreurs ou omissions qu'il pourrait constater ou de
le rendre attentif à tout changement qui serait éventuellement à opérer. Les travaux ne pourront être
commencés avant le visa de ces plans et dessins par l'Architecte, le BET et le Bureau de Contrôle. Ce
visa ne diminuera en rien la responsabilité de l'Entrepreneur qui reste pleine et entière.

ARTICLE 7. IMPLANTATION DES OUVRAGES


L'Entrepreneur reconnaît, par la signature de l'engagement valant soumission, qu'il a une parfaite
connaissance du terrain sur lequel les constructions objet du marché, doivent être élevées, de tous les
éléments locaux en relation avec l'exécution des travaux et qu'il a connaissance de tous les plans et
documents utiles à la réalisation des constructions.
L'implantation des ouvrages sera à la charge de l'Entrepreneur, établie à l'aide des dessins du projet par
un Géomètre, agréé par la Maîtrise d'Œuvre, qui devra réaliser la pose des repères définissant les axes et
les niveaux principaux permettant à tout moment leur vérification ou report des côtes du projet. . Il sera
établi un procès-verbal de ces opérations pour être transmis au Maître d'Ouvrage. L'implantation sera
matérialisée par des chaises en planches établies en dehors de l'emprise du bâtiment et qui portent les
encoches et marques nécessaires à la détermination des contours. Ces encoches définissent les axes ainsi
que les niveaux (+ ou - 0.05) rattachés au nivellement général du Maroc.
L'Entrepreneur peut utiliser tout autre système de marque, présentant des garanties équivalentes après
accord du Maître d'Œuvre et du B.E.T.
Avant de commencer le travail, l'Entrepreneur doit signaler par écrit au Maître d'Œuvre toute erreur qui
aurait pu être commise sur les plans et il est tenu de commencer toutes les vérifications qu'il juge
nécessaires. Aucune réclamation ne sera admise une fois le piquetage effectué.
Dans le cas d'erreur d'implantation ou de nivellement, l'Entrepreneur reste entièrement responsable de
cette erreur.

ARTICLE 8. OBLIGATIONS PARTICULIERES


Les obligations de l'entreprise comportent non seulement l'observation des prescriptions des textes
énumérés ci-dessus, mais aussi l'observation de tout autre décret, arrêté, réglementation ou normes en
vigueur à la date de la remise de l'offre et applicable aux travaux du présent lot. Dans le cas où un point
du projet ne serait pas conforme à une publication en vigueur, l'entreprise devrait le signaler au Maître
d'Œuvre avant la remise de son offre. Tous les frais d'une modification du projet une fois le marché
passé seraient à la seule charge de l'entreprise.

18
II) SOUS LOT GROS-ŒUVRE

ARTICLE 9. NATURE DES TRAVAUX


Les travaux du présent sous lot comprennent (fournitures, transports, mise en œuvre, et toutes sujétions
de finition des ouvrages conformément aux règles de l’art):
- Les terrassements en masse, rigoles et puits, les évacuations et remblais
- Les bétons armés et maçonneries en fondation
- Les travaux de drainage et soutènement
- Les canalisations et regards pour EP - EU - EV
- Les dallages Tout venant et forme
- Les dallages en béton de fibres.
- Les bétons armés en élévation
- Les planchers
- Les maçonneries et cloisonnements
- Les enduits intérieurs et extérieurs
- Les ouvrages divers (en fourniture et pose, ou en pose seulement, suivant descriptif)
- Les travaux d’évacuation et de nettoyage
L'Entrepreneur doit prévoir, sans qu'ils soient décrits, tous les travaux nécessaires à la parfaite finition
des ouvrages conformément aux règles de l'art.

ARTICLE 10. TERRASSEMENTS


1) Classification des terrains
Les terrains sont classés selon les difficultés d’extraction dans l’ordre suivant :
a) Terrain ordinaire : Terres végétales, sables meubles, remblais de formation récente,
gravois.
b) Terrain argileux ou caillouteux non compact  : Argileux, pierreux ou caillouteux,
schistes tufs, marnes fragmentées, sables agglomérés par un liant argileux.
c) Terrain compact : Appartiennent à cette catégorie les argiles compactes, la glaise ( qui est
un mélange de sable de limon argileux ) et les sables fortement agglomérés y compris les
roches devant être attaquées au pic ou à la pioche.
d) Terrain rocheux : Appartiennent à cette catégorie les roches devant être attaquées au
marteau piqueur ou nécessitant l’emploi de la brise roche.

2) Travaux préliminaires
a) Etaiement préalable des constructions voisines
Avant d’entreprendre une fouille contre un ouvrage existant à conserver ou à son
voisinage immédiat, il est procédé, à l’étaiement de cet ouvrage dans les conditions
précisées à l’article 2.3 du D.T.U.
b) Parois des fouilles
Pour assurer la stabilité des parois, celles-ci sont étayées ou taillées avec fruit.
c) Finition du fond et des parois
Lorsqu’on se trouve en présence d’un terrain sensible à l’action de l’air ou de l’eau,
tels que certaines marnes, argiles, schistes…la finition du fond et des parois est
exécutée peu de temps avant l’exécution des soutènements ou des fondations.
d) Limite d’emploi des engins mécaniques
Lorsque la fouille est exécutée par des moyens mécaniques, l’extraction des déblais
est arrêtée plus haut que la cote de fond prévue et en dedans du tracé prévu pour les
parois de façon à éviter l’amollissement du fond et des parois, par les griffes de

19
l’engin. La finition de la fouille est réalisée soit à la main, soit par un procédé ne
présentant pas l’inconvénient ci-dessus.

e) Fouille au voisinage de constructions existantes


Lorsque l’exécution d’une fouille est de nature à causer des dommages aux
constructions voisines, l’extraction des déblais doit être réalisée en plusieurs phases
ou procédée d’une reprise en sous œuvre de ces constructions.
Les fouilles de reprise en sous œuvre sont exécutées par petites parties, à l’aide de
tranchées, de puits ou de galeries.
Dans tous les cas, les terres et les maçonneries à conserver sont étayées et blindées
dans les conditions prévues au chapitre II du D.T.U.
f) Etaiements et blindages
L’étaiement et le blindage des fouilles sont déterminés en fonction de la nature du
terrain, du pendage des couches ainsi que des variations de leur état physique sous
l’action des intempéries ou des venues d’eau notamment.
Ils doivent tenir compte en outre de la profondeur des fouilles et des surcharges
susceptibles d’exister en crête de ces dernières (présence d’immeubles voisins et des
voies de communications, stationnement et circulation d’engins mécaniques, dépôt
de matériaux)
Dans le cas où les parties en élévation paraissent ne pas présenter la solidité normale
des étais sont établis dans ce cas de façon à soutenir l’ensemble jusqu’au-dessus des
parties verticales douteuses en outre les dispositions particulières de consolidation à
prendre sont fixées par le Maître de l’ouvrage en collaboration avec la Maîtrise
d’œuvre. Les étais et blindages sont retirés au fur et à mesure du comblement des
fouilles par les maçonneries ou bétons compte tenu du temps de durcissement des
mortiers ou des bétons.

ARTICLE 11. MATERIAUX


Tous les matériaux utilisés devront répondre aux normes en vigueur et être de bonne qualité, ils doivent
être soumis, préalablement aux essais d'agrément d'un laboratoire agréé, dans les 15 jours qui suivent
l'ordre de service de commencer les travaux.
1) -Sables et agrégats :
Les sables et les agrégats employés devront être conformes à la norme N.M. 10.01.F.005.
Toutefois, dès l'ouverture du chantier, l'Entrepreneur devra soumettre à la Maîtrise d’Œuvre les essais de
granulométrie, des agrégats et sables qu'il se propose d'employer, effectués par un laboratoire agréé à la
charge de l'Entrepreneur.
Pour les sables, le pourcentage en éléments de diamètre < à 0,8mm sera au maximum de 4 %.

2) -Liants :
Les ciments seront livrés soit en sacs, soit en vrac. Toutefois, les ciments de classes différentes de celles
du ciment utilisé pour la confection du béton armé courant seront livrés obligatoirement en sacs si
l'Entrepreneur ne dispose pas d'un silo spécialement affecté à leur stockage.
Les ciments à utiliser seront conformes à la NM 10.01 F 004.
3) -Moellons :
Les moellons seront durs, bien gisants, sans fils ni bousins, dégagés de toutes gangue ou terre,
parfaitement propres.

20
Ils devront rendre un son clair sous le choc du marteau. Ceux qui rendraient un son sourd, qui
contiendraient des parties tendres ou s'écraseraient en grains sablonneux au lieu de se briser en éclats, à
arêtes vives, seront rejetés.
Ces moellons seront ébousinés à vif, leur préparation se fera sur le tas et consistera à faire disparaître, au
marteau, les irrégularités qui s'opposeraient à une bonne liaison.
4) -Agglomérés :
Les éléments en agglomérés de béton prévus au marché, seront des éléments creux ou pleins de bon
calibrage et seront de classe de résistance C I , et proviendront obligatoirement d'une usine agréée par la
Maîtrise d’œuvre.
Les blocs en agglomérés de béton seront soumis à essai pour agrément. Ils devront correspondre à la
norme N.M.10.1.009.
La porosité totale en poids sera inférieure à 15 % et la résistance à l'écrasement sera supérieure à :
. 90 kg/cm2 pour les agglos porteurs (section nette)
. 60 kg/cm2 pour les agglos de remplissage (section nette).

5) -Briques en terre cuite


Les briques en terre cuites prévues au marché seront des éléments creux de bon calibrage et seront de
classe de résistance CI, et proviendront obligatoirement d'une usine agréée par la Maîtrise d’œuvre.
Elles doivent être conformes à la norme N.M.10.1.042 version 2001.

6) -Aciers :
Les aciers employés devront répondre aux normes marocaines en vigueur.
Aciers haute adhérence FE 500
* Limite d'élasticité : 5.120 bars diamètre < 20
: 4.920 bars diamètre> 20
* Allongement de rupture : 12 %

Fil clair :
* Limite d'élasticité : 5.200 bars diamètre < 6
: 4.410 bars diamètre > 6
* Allongement de rupture : 10 à 12 %

Des essais de traction et de pliage à froid pourront être exigés.


Les armatures devront être exemptes de pailles, criques, stries, gerçures et soufflures; elles devront être
parfaitement propres sans aucune trace de rouille adhérente, de peinture ou de graisse.

ARTICLE 12. CLASSIFICATION ET DOSAGE DES BETONS


Les différents bétons devront être conformes à la norme marocaine 1O.O3.F.OO9. Les qualités et les
dimensions des agrégats données ci-après ne sont données qu'à titre indicatif. Celles qui seront
définitives seront proposées par l'Entrepreneur au BET et déterminées par un laboratoire agréé.

21
I) -BETON CLASSE B2
Résistance nominale à 28 jours = 270 bars à la compression
- Béton armé, béton coffré et béton de forme
. Sable 0,01/6,3 : 400 litres
. Gravette 5/25 : 900 litres
. Ciment CPJ 45 : 350 kg
Le diamètre maximal des agrégats ne dépassera pas 25 mm.

-Gros béton
. Sable 0,01/6,3 : 450 litres
. Gravettes 5/25 : 350 litres
. Cailloux 25/63 : 650 litres
. Ciment CPJ.45 : 350 kg
Le diamètre maximal des agrégats ne dépassera pas 63 mm.

II) -BETON CLASSE B4


Résistance nominale à 28 jours = 180 bars à la compression.
1) -Béton cyclopéen
. Sable 0,01/6,3 : 400 litres
. Gravillons 6,3/25 : 800 litres
. Ciment CPJ.45 : 250 kg
. Moellons : de dimensions correspondant à l'emploi ; la plus grande
Dimension doit être inférieure à la 8/10 de la dimension la plus faible de l’ouvrage à exécuter, sans
excéder 30 cm.
Les moellons ajoutés doivent être mouillés au préalable parfaitement enrobés et répartis régulièrement
dans la masse de l'ouvrage. Leur volume final ne doit pas être supérieur à la moitié du volume final de la
partie d'ouvrage construite avec ce type de béton.
2) -Béton de propreté
. Sable 0,1/6,3 : 400 litres
. Gravette 5/25 : 800 litres
. Ciment CPJ.45 : 250 kg
Le diamètre maximal des agrégats ne dépassera pas 40 mm.

ARTICLE 13. COFFRAGES


Les coffrages devront être suffisamment rigides pour que sous l'effet de la poussée du béton frais lors de
la vibration, ils ne prennent pas de "ventre" qui nuirait à l'aspect.
Les joints entre panneaux devront être suffisamment étanches pour ne pas laisser échapper la laitance de
ciment.
L'Entrepreneur devra utiliser un produit de décoffrage à faire agréer par la Maîtrise d’œuvre. Il devra
également vérifier qu'il n'y a pas de contre-indication d'emploi du produit utilisé eu égard à la nature du
revêtement. Le fuel est interdit.
Il est précisé à l'Entreprise que le bois de coffrage doit être neuf. Le bois usé et présentant trop de
défauts ne doit pas être utilisé; ceci pour garantir une bonne qualité des bétons sous aspect visuel.
Dans le cas d'ouvrages soignés, l'Architecte peut exiger l'utilisation de coffrage en contreplaqué marine
ou métallique, et cela sans plus-value.

22
ARTICLE 14. CLASSIFICATION ET DOSAGE DES MORTIERS
Tous les enduits devront être conformes aux prescriptions du DTU 26.1 "Travaux d'enduits aux mortiers
de liants hydrauliques".
1) -Mortier no1 - Mortier pour hourdage : murs et cloisons
. Sable 0,1/3,15 : 1.000 litres
. Ciment CPJ 35 : 350 kg
o
2) -Mortier n 2 - Mortier bâtard - corps d'enduits
. Sable 0,1/3,15 : 1.000 litres
. Ciment CPJ 35 : 300kg
. Chaux grasses : 150 kg
3) -Mortier no3 - Enduit de finition
. Sable 0,1/2 : 1.000 litres
. Ciment CPJ 35 : 200 kg
. Chaux grasse : 150 kg.

4) -Mortier no4 - Gobetis - glacis d'appuis - enduits gras lissés


. Sable 0,1/3,15 : 1.000 litres
. Ciment CPJ 35 : 500 kg
o
5) - Mortier n 5 - Enduit hydrofuge
. Sable 0,1/3,15 : 1.000 litres
. Ciment CPJ 35 : 400 kg
. Hydrofuge : Suivant dosage prescrit par le fabricant.

6) - Mortier n°6 - Dégrossissage


. Sable 0,1/3,15 : 500 litres
. Grains de riz tamisé : 500 litres
. Ciment CPJ 35 : 300 kg

ARTICLE 15. ESSAIS


1) - Essais sur les bétons
Chaque type de béton proposé fera l'objet d'essais par un Laboratoire agréé par le maitre d’ouvrage aux
frais de l'Entrepreneur.
(Une convention devra être établie entre l'entreprise et le laboratoire, qui sera soumise à la Maîtrise
d'Œuvre pour avis).
Les résultats de ces essais seront consignés dans les procès-verbaux qui comporteront les
renseignements suivants :
 Nature des granulats et carrières d'origine
 Granulométrie - granulat
 Coefficient DEVAL des pierres à partir desquelles est fabriqué le granulat.
 Caractéristiques du ciment et usine d'origine
 Résultat d'analyse de l'eau utilisée
 Composition du béton (granulat, ciment, sable)
 Nature, marque et dosage des adjuvants éventuellement proposés avec copies obligatoires de
l'agrément CSTB
 Résultat des essais à la compression et à la traction à 7 et 28 jours sur 18 éprouvettes au total

23
 Résultat des 3 essais dits "Slump Test" de référence exécutée sur le béton ayant servi à constituer
les éprouvettes
 Temps de malaxage préconisé pour le béton proposé.

2) Essais sur les mortiers


Les mortiers feront l'objet d'essais (traction, compression, flexion) qui définiront leurs caractéristiques
mécaniques et permettront en fonction des agrégats entrant dans la composition des mélanges, d'arrêter
par type de mortier, le volume d'eau de gâchage.
Le contrôle par la Maîtrise d'Œuvre du respect des dosages sur le chantier sera effectué au cours des
travaux, les mortiers ne pourront être fabriqués que mécaniquement dans des malaxeurs, la capacité des
brouettes, caisses ou récipients utilisés pour les mélanges sera contrôlée contradictoirement avant leur
utilisation.
Le mortier doit être employé aussitôt après sa confection. Tout mortier desséché ou qui aurait commencé
sa prise sera rejeté.
Pour le cas des enduits intérieurs et extérieurs et afin d'éliminer les risques de faïençage ou de
fissuration, leurs compositions et modes d'application doivent être déterminés, par un laboratoire agréé
aux frais de l'Entrepreneur, après analyse et essais de conformité aux normes, des matériaux
approvisionnés. L'Entrepreneur doit se conformer aux recommandations du laboratoire pour le choix et
le dosage des matériaux sans prétendre à aucune plus-value.
Pour les autres essais se référer aux normes en vigueur.

ARTICLE 16. CONTROLE


Au cours du chantier, l'Entrepreneur sera tenu d'utiliser des matériaux ayant les mêmes qualités et les
mêmes dosages. Au cas où pour des raisons diverses, l'Entrepreneur sera amené à modifier l'origine de
ses matériaux, il serait tenu d'effectuer une nouvelle série d'essais identiques à ceux décrits
précédemment pour justifier les caractéristiques des nouveaux types de bétons et mortiers proposés.
L'Entrepreneur devra toujours pouvoir fournir la preuve de l'origine des matériaux approvisionnés, et de
leur qualité.
Pour les ouvrages en béton préfabriqués, des essais seront exécutés inopinément par le Laboratoire et à
la demande de la Maîtrise d'Œuvre.
Des essais de résistance seront exécutés en cours de chantier pour l’ensemble des bétons, et tous les 25
m3 mis en œuvre, il sera exécuté un prélèvement pour essais de contrôle.
Ces essais, conduits suivant les normes en vigueur et sous la vérification d'un laboratoire agréé,
porteront sur la détermination des résistances à la compression sur cylindres à 7 et 28 jours sur 9
éprouvettes au sol par essai, et de la consistance par essais d’affaissement au cône d'Abrams.

Les prélèvements seront exécutés inopinément par le laboratoire et à la demande de la Maîtrise d’Œuvre,
dans la limite de fréquence fixée plus haut, qui est bien entendu une fréquence moyenne.
Au cas où les caractéristiques résultant des essais de contrôle seraient inférieurs aux caractéristiques
exigibles, les mesures imposées pourront aller jusqu'à la destruction et la reconstruction de ces ouvrages.
Cependant, il pourrait être exigé que des essais de contrôle en place non destructifs soient exécutés aux
frais de l'Entrepreneur. Dans ce cas, et si les essais confirment la mauvaise qualité des ouvrages,
l'Entrepreneur pourra proposer des mesures propres à remédier à la situation. Le Maître d'Ouvrage
restera cependant seul juge et sa décision finale sera sans appel.

24
La fourniture des moules pour éprouvettes, les essais, les transports et les frais de laboratoire sont à la
charge de l'entreprise qui doit en tenir compte dans ses prix.
Il est demandé à l'Entreprise de signer avec un laboratoire agréé par la Maîtrise d'Œuvre une convention
portant sur les essais et analyses de tous les matériaux figurants au présent marché, conformément aux
normes en vigueur suivant un programme d'essais arrêté d'un commun accord entre la Maîtrise d’Œuvre
et le Bureau de Contrôle (Cette convention avant signature des deux parties devra être soumise à la
Maîtrise d’Œuvre et au Bureau de contrôle pour avis).

Les résultats devront être transmis régulièrement et directement par le Laboratoire au Maître d'Ouvrage,
à la Maîtrise d’Œuvre et au Bureau de contrôle.
Le Maître d'Ouvrage pourra demander des essais d'expertise s'il le juge nécessaire.
ARTICLE 17. CONFECTION DES BETONS
1) -Fabrication des bétons
Tous les bétons seront obligatoirement fabriqués par moyens mécaniques: Centrale a béton installée sur
le chantier où bétons prêt à l'emploi (fournisseur de béton à faire agréer par la Maîtrise d'Œuvre).
2) -Dosage des bétons
Le dosage devra être fait obligatoirement par méthode pondérale. Le dosage en eau devra se faire grâce
à un dispositif assurant une précision de + ou - 2 %.
Le poids de l'eau de gâchage sera sensiblement égal à 50 % du poids de ciment, et dans tous les cas
compatibles avec une bonne mise en œuvre.
La proportion d'eau devra être adaptée à la composition du béton et à l'humidité des agrégats.

ARTICLE 18. MISE EN OEUVRE DU BETON


Le béton doit être mélangé conformément aux prescriptions de l'article 8.2. de la Norme Marocaine
N.M. 1O.O3.F.OO9.
Le mélange doit être continu jusqu'à ce que la répartition des matériaux dans la cuve du malaxeur ait une
consistance uniforme et que la masse ait une couleur homogène.
Le temps de mélange pour chaque gâchée ne sera pas inférieur à la période minimale recommandée par
le fabricant.
Le volume des matériaux mélangés dans chaque gâchée ne doit pas excéder la capacité du malaxeur.
Chaque gâchée de béton doit être vidé complètement avant que le tambour du malaxeur soit rechargé
pour une nouvelle gâchée. A chaque arrêt de travail, le tambour du malaxeur sera parfaitement nettoyé.
Le béton doit être mis en place le plus rapidement possible après le malaxage sans dépasser un délai
maximal de 30 minutes. Il sera vibré ou pré-vibré selon le cas.
De toute façon par temps chaud, la température du béton ne devra pas dépasser 25oC.
D'une manière générale, le béton pendant son coulage ne devra pas avoir une température inférieure à
10oC et la température ambiante extérieure ne devra pas être inférieure à 5oC.
En dessous de cette température, le coulage du béton ne sera pas autorisé.
L'enrobage des aciers sera particulièrement soigné dans les nervures.
Toutes reprises de bétonnage (béton frais coulé sur du béton sec), ou ragréage, se fera après repiquage
du béton à refus et nettoyage de la surface de reprise de tous matériaux invisibles et débris en utilisant
des produits spéciaux de reprise type SIKA ou similaire.

25
ARTICLE 19. MISE EN OEUVRE DU COFFRAGE
Le coffrage et ses supports devront être neufs et seront calculés suffisamment larges pour permettre de
supporter le poids du béton, des aciers et autres charges.
Tous les joints dans les coffrages ou entre les coffrages et les éléments de structure déjà réalisés devront
être parfaitement étanches pour éviter toute perte de laitance de ciment à travers ces joints.
Toutes façons complémentaires au coffrage seront exécutées sans supplément de prix, suivant plans,
tels que cintres, arches, plans inclinés, feuillures, larmiers, réservations, etc.
Les ouvrages seront réalisés avant coulage du béton, et aucune partie de béton ne sera enlevée pour
quelque raison que ce soit sans l'autorisation expresse de la Maîtrise d'Œuvre et du Bureau de Contrôle.
L'étayage vertical de tout coffrage sera placé de manière à éviter le déplacement de tous les éléments du
support lors des phases de décoffrage.
Le coffrage des poutres et soffites doit être construit de manière à permettre d'enlever les parties de
coffrage des faces verticales sans déranger les structures porteuses de ces coffrages.
Immédiatement avant le coulage du béton dans les coffrages, l'intérieur de ceux-ci doit être débarrassé
de tous matériaux étrangers, par jet d'air comprimé et par arrosage. Par temps chaud, les coffrages
seront abondamment trempés avant le coulage et maintenus humides pendant 48 h.
Les faces de coffrages devant être en contact avec le béton seront enduites d'un produit spécial de
décoffrage (à faire agréer par la Maîtrise d'Œuvre et le Bureau de Contrôle), ce produit sera choisi de
manière à ne causer aucun désordre lors de l'application des enduits, revêtements et peintures sur les
parements de béton. Ce produit sera appliqué avant la mise en place des aciers sur lesquels il ne sera
jamais appliqué.

ARTICLE 20. MISE EN OEUVRE DES ARMATURES


La mise en œuvre des armatures répondra aux conditions du règlement en vigueur RPS 2000 et seront en
acier FE500 et en particulier :
 Les écarts dans la position des étriers ne dépasseront pas leur diamètre, ces pièces étant
ligaturées assez solidement pour éviter tout déplacement au cours du bétonnage.
 Aucune tolérance ne sera admise sur la position des armatures principales.
 Le pliage des barres sera obligatoirement effectué sur un mandrin.
Les armatures seront maintenues à leur place exacte par rapport aux coffrages au moyen de cales en
béton de dimensions aussi petites que possible et de façon à permettre un enrobage parfait de 2,5cm
(environ 4 cales au m2). Ces cales seront exécutées à l'aide de table vibrante et comporteront à leur
partie supérieure un fil de fer enrobé pour l'attache des barres suivant les règles de l'art.
ARTICLE 21. MISE EN OEUVRE DES CLOISONS
Les liaisons verticales des cloisons avec les autres éléments composant la structure devront être assurées
selon le cas par feuillures réservées ou par arrachement permettant harpage ou lancis. Si des dispositions
utiles n'ont pu être prises au moment de la construction des maçonneries principales, celles-ci seront
refouillées ou piquées pour obtenir le résultat désiré.
Les liaisons comporteront au minimum un harpage ou lancis tous les mètres de hauteur.
Dans les ouvrages en béton armé, il sera réservé des engravures au moment du coulage, et la liaison avec
les poteaux de l'ossature sera faite soit par des éléments en métal déployé fixé sur les poteaux par pointes

26
spit, à raison d'un morceau de métal déployé tous les 6 rangs de briques, soit par mise en place au
coulage du béton des poteaux de chevelus en acier doux diamètre 6, disposés tous les métrés.
Toutes les cales et étrésillons devront être placés pour empêcher les déplacements et déformations des
huisseries, et être maintenus jusqu'à complet séchage des scellements et calfeutrements au mortier.
Les cadres ou pré-cadres, selon le cas, seront posés lors du montage des cloisons. Seront exécutés tous
scellements, bourrage et garnissage au mortier, (grain de riz, sable et ciment).
La dernière rangée de briques ou d'agglos devra être parfaitement garnie au mortier de grains de riz sous
le plancher haut pour assurer l'adhérence de la jonction.
Dans le cas de l'exécution de doubles cloisons, toutes précautions seront prises pour ne pas laisser
tomber de mortier au fond du vide entre les deux cloisons, des épingles seront mises en place pour
liaisonner les deux parois, acier doux diamètre 6 à raison de 1 au m². Au dessus de chaque ouverture,
dans cloisons simple et double, il sera prévu un linteau en B.A. horizontal ou cintré suivant plan
Architecte, dimensions en fonction de l'ouverture.
Toutes les cloisons en épi comporteront un raidisseur en B.A. sur toute leur hauteur.
Toutes les cloisons dépassants les 3m de hauteur comporteront un chaînage intermédiaire de 10 à 15cm,
fois l’épaisseur de la cloison où double cloison.

ARTICLE 22. MISE EN OEUVRE DES ENDUITS


Les spécifications ci-après s'appliquent à tous les enduits extérieurs et intérieurs au mortier de ciment ou
bâtards suivant le cas.
Il est spécifié que l'incorporation dans les mortiers de produits spéciaux tels que plastifiants,
accélérateurs de prise, antigel, etc ... est interdite.
Le support doit avoir une surface nette, propre, exempte d'impuretés telles que poussières, plâtre, huile,
etc..., rugueuse de telle sorte qu'elle permettra un accrochage et une adhérence parfaite de l'enduit. Au
cas où cette dernière condition ne serait pas remplie, il y aurait lieu de piquer, boucharder, ou brosser le
subjectile.
Le subjectile sera au préalable humidifié à refus en plusieurs fois et à un quart d'heure d'intervalle, la
face à enduire devra être humidifiée en profondeur et réessayée en surface.

Les enduits extérieurs quels qu'ils soient devront toujours assurer l’étanchéité parfaite des murs.
Les travaux d'enduits comprendront implicitement tous les ouvrages, accessoires nécessaires à une
finition parfaite et complète notamment les arêtes droites ou arrondies, les cueillies, les gorges, les joints
creux, les larmiers, les glacis, les calfeutrements de menuiseries et autres, le grillage galvanisé aux
liaisons béton briques et saignées, les filets et champs, les raccords ou bouchements et scellements, les
joints creux au mortier n°4 parfaitement rectilignes à la jonction des cadres de menuiserie métallique
avec l'enduit, les raccordements aux plinthes et aux revêtements muraux après exécution de ces derniers,
etc...
Les enduits seront exécutés conformément aux prescriptions et conditions du D.T.U. No26.1.
Le principe d'exécution étant :
 le gobetis au mortier no4 projeté fortement, la surface étant rugueuse, de 0,003m d'épaisseur
environ.
 corps d'enduit au mortier no2 appliqué en deux passes de 0,007 à 0,010 m d'épaisseur environ.
 couche de finition au mortier n°3 de 0,005 à 0,007m d'épaisseur environ.
La finition devra être de teinte uniforme, sans marque de reprise.
Des joints en creux de 1 x 1 cm horizontaux et verticaux sépareront les différents types d'enduits.

27
Le grillage galvanisé (maille de 20mm) destiné à éviter les fissures entre les éléments béton et les
remplissages en matériaux de nature différente (briques, agglos, etc...) devra être mis en place et fixé par
spits avec le plus grand soin. Ce grillage sera incorporé à la couche formant corps d'enduit, il débordera
de 20 cm de chaque côté de la jonction.

ARTICLE 23. MISE EN OEUVRE DES DALLAGES


Les sols en béton selon les cas :
 pentes: pour toute surface comportant des points d'évacuation d'eau, ou pour dallages extérieurs.
 horizontaux : pour toutes autres surfaces.
Dans le cas de sols pentes, la pente sera toujours régulière.
Dans le cas de sols horizontaux, ils seront parfaitement plans et de niveau, les tolérances admissibles
étant les suivantes, sans qu'elles puissent s'additionner sur la longueur du local.
 forme béton brut pour recevoir revêtements Scellés ou chape, dans tous les sens : 10mm sur 2 m
 forme béton fini avec chape incorporée (béton reflué), dans tous les sens : 5mm sur 2m.
 chape ciment rapportée, lissée ou Bouchardée, dans tous les sens : 3 mm sur 2m.

Le fond de forme sera parfaitement dressé, nettoyé et fortement compacté avant tous travaux.
La sous-couche sera constituée d'un empierrement en pierres sèches rangées à la main en matériaux
étalés à la grille et soigneusement damés.
Les interstices seront remplis de petits éléments afin d’assurer un parfait calage de l’ensemble, il sera
procédé ensuite à un arrosage et un damage.
Les formes en béton de 10cm seront armées d'un quadrillage de 20x20 cm en acier TOR  6.

ARTICLE 24. RESERVATIONS ET SCELLEMENTS


L'attention de l'Entreprise est attirée sur le fait qu'elle doit inclure dans ses prix toutes les réservations
nécessaires (dans dalles, voiles, murs, etc...) aussi bien pour ses travaux que pour ceux des autres corps
d'état.
Ces réservations et scellements sont inclus dans les prix.

ARTICLE 25. TOLERANCES


Les tolérances admissibles sont celles prescrites par les règlements, et applicables à chaque type
d'ouvrage.

III) SOUS LOT - ETANCHEITE


ARTICLE 26. NATURE DES TRAVAUX
Les travaux du présent lot comprennent (fournitures, transports, mise en œuvre, et toutes sujétions):
- Tous compléments nécessaires aux documents fournis par le Maître d'Œuvre et relatifs aux plans
de pente, dessins de détail d'ouvrages d'étanchéité et de joints, définition des dimensions des
pièces de raccord de l'étanchéité aux ouvrages d'évacuation des eaux pluviales, détermination à
partir des règles D.T.U.
- La transmission en temps et en heure au Maître d'Œuvre, au B.E.T et au Bureau de Contrôle de
ces documents, ainsi que l'indication de l'état de surface et de finition, et des tolérances
admissibles, nécessaires à la bonne exécution des ouvrages d'étanchéité.
- La fourniture et la mise en œuvre des matériaux des revêtements d'étanchéité en parties courantes
et relevées.

28
- La fourniture et la mise en œuvre des parties métalliques insérées ou reliées aux revêtements et de
tous dispositifs de joints.
- La fourniture, la mise en œuvre et le raccordement avec les revêtements d'étanchéité des fourreaux
de passage éventuels et des tubes de raccordement aux tuyaux de ventilation.
- La fourniture et la mise en œuvre des matériaux entrant dans la constitution des protections
lourdes, meubles ou dures, ou de l'autoprotection, y compris le cas échéant, les diverses sous-
couches nécessaires à l'exclusion des revêtements en carrelage ou pierre sur protection lourde.
- Le transport, le stockage, le gardiennage, la manutention et l'amenée à pied d'œuvre de toutes les
fournitures.
- L'installation de chantier et tous étaiements et échafaudages éventuels munis de protections
réglementaires.
- L'enlèvement des matériaux excédentaires et l'évacuation hors du chantier des débris, chutes et
emballages.
- La remise en état éventuelle des ouvrages des autres corps d'état qui auraient été détériorés par son
personnel ou matériel.
- La réalisation des supports autres que ceux qui sont constitués par des panneaux isolants non
porteurs ou formes de pente.
- Les travaux correctifs de nivellement.
- La fourniture et la mise en œuvre des revêtements en carrelage ou pierre ou tous autres
revêtements durs sur protection lourde
- L'exécution des engravures et des bandeaux.

ARTICLE 27. MATERIAUX


Tous les matériaux utilisés devront répondre aux normes en vigueur et être de bonne qualité, ils doivent
être soumis préalablement aux essais par un laboratoire agréer, dans les 15 jours qui suivent l'ordre de
service de commencer les travaux.
1) - Sables et agrégats :
Les sables et agrégats employés devront être conformes à la norme
N.M. 10.01.F.005.
Toutefois, dès l'ouverture du chantier, l'Entrepreneur devra soumettre à la Maîtrise d’Œuvre l'étude
d'analyse granulométrique des agrégats et sables qu'il se propose d'employer, effectués à sa charge par le
Laboratoire. Pour les sables, le pourcentage en élément diamètre < 0,80 mm sera maximum de 4 %. Pour
les agrégats, il sera possible d'utiliser soit des agrégats roulés, soit des agrégats concassés, il devront en
tous cas présenter un bon rapport de formes.
La constance des caractéristiques granulométriques des sables et agrégats approvisionnés est exigée.
Le stockage des sables et agrégats s'effectuera sur une aire bétonnée parfaitement propre prévue à cet
effet.
2) - Liants :
Le ciment utilisé sera le CPJ 35 et le CPJ45 correspondant à la Norme Marocaine
N.M. 1O.O1.F.OO4.
Le ciment sera livré en sac ou en vrac si l'entrepreneur dispose de silo de stockage.
3) - Enduits d'imprégnation à froid (EIF)
Ce sont des produits à base de bitume en solution ou en émulsion. La teneur en bitume doit être égale ou
supérieure à 50 % (0,300 kg/m2).
4) - Enduit d'application à chaud (EAC)
Les enduits d'application à chaud sont à base de bitume oxydé 90/40. Ce bitume oxydé est livré en sacs.
Ils doivent être conformes aux Normes NF 66.008 - 66.004 - 66.011.

29
On entend par couche d'EAC, un couche de bitume de 1,2 kg/m² à 1.5kg/m².
La teneur en bitume ne doit pas être inférieure à 70 %.
5) - Bitumes armés
Ce sont des chapes souples de bitume avec armature en toile de jute, en carton feutre, en tissus de verre et
voile de verre. Ils doivent être conformes à la norme
N.M. 10.01.C.011.
6) - Feutres bitumes
Ce sont des feutres en bitume modifié par élastomère SBS, mises et œuvre par soudage et exécution
suivant les prescriptions du D.T.U. 43.1

ARTICLE 28. GARANTIE - ESSAIS - CONTROLE


1) - Garantie :
L'Entrepreneur est responsable pendant dix ans (10ans) à compter de la réception définitive, de toute
l'étanchéité (terrasses, salles d'eau etc.) contre toute infiltration provoquée par une mauvaise qualité des
produits employés ou par une mauvaise exécution des travaux, et notamment par dessiccation, fissuration,
soufflures, retrait du produit, décollement des solins, déchirures consécutives au retrait ou à la dilatation
du support, etc
Cette garantie comprend la remise en état du produit d'étanchéité et de la protection avec les mêmes
produits que ceux qui ont servi à l'établissement de l'étanchéité ou avec tout autre produit de qualité
équivalente ou supérieure préalablement agréé par la maîtrise d'œuvre, ainsi que la réparation des
dommages causés à la construction par les infiltrations.
2) - Essais :
Des essais d'étanchéité seront effectués par mise en eau teintée de préférence. On établit le niveau à 5 cm
au-dessous des points hauts des relevés. Il y a lieu de veiller à ce que la surcharge d'eau ainsi créée ne
dépasse pas celle admise par les calculs de résistance.
Ce niveau est maintenu pendant 24 heures. La vidange de l'eau se fera progressivement pour éviter tout
refoulement dans les conduites d'évacuation. Aucune fuite ou trace d'humidité ne doit apparaître en sous
face des plafonds ou sur les murs. Ces essais sont entièrement à la charge de l'Entrepreneur.
3) - Contrôle :
La Maîtrise d'Œuvre et le Bureau de Contrôle prescriront des prélèvements destinés à effectuer des essais
de laboratoire pour le contrôle des qualités, résistance, souplesse, etc......
A cet effet, en présence de l'Entrepreneur on découpera dans le revêtement d'étanchéité, des échantillons
de 0,30 X 0,20 m environ.
Les prélèvements devront être effectués au plus tard le jour de la terminaison des travaux d'étanchéité
proprement dits, et en tous cas, avant l'exécution de la protection.
Les prélèvements doivent être au nombre de 3 par superficie caractéristique en des endroits différents.
Le rebouchage sera effectué immédiatement.
Les frais de prélèvement, d'essais et de rebouchage sont entièrement à la charge de l'Entrepreneur qui doit
en tenir compte dans ses prix.

ARTICLE 29. MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX


Les travaux seront exécutés conformément aux règles de l'Art, aux modes d’emplois et d’application
renseignées dans chaque avis technique pour les différents produits d’étanchéité proposés et en particulier
aux prescriptions du DTU No43.1.

30
31
IV) SOUS LOT REVETEMENTS
ARTICLE 30. ETAT DE SURFACES -SUBJECTILES
Les travaux du présent sous lot débutent au plancher béton armé livré par l'Entreprise de gros
œuvre brut, à l'arase indiquée et comprennent l'intégralité des ouvrages nécessaires à une
parfaite et complète terminaison des travaux à la cote des planchers finis.
Les travaux de pose de revêtements muraux s'effectueront sur cloisons briques ou agglo et sur
voiles béton.
L'arase vis à vis de la cote finie pour les parties recevant un dallage est définie dans les plans
architecte.
Il appartient à l'Entreprise du présent sous lot d'en reconnaître l'arase, la qualité et l'état des
surfaces. Pour cela, elle doit vérifier que le support est convenablement nettoyé et débarrassé
de tous les déchets par le ou les corps d'état qui s'en sont rendus responsables.
S'il le faut, l'Entreprise présentera à la Maîtrise d'Œuvre, par écrit, ses observations et fera
remédier aux défauts constatés.
L'Entreprise devra fournir aux autres entreprises qui la précéderont les sujétions impliquées
par les techniques qu'elle mettra en œuvre et s'enquérir auprès d'elles des états de surface des
subjectiles (coffrages bois, métalliques) ou de la nature des matériaux employés.

ARTICLE 31. DEFINITION DES OUVRAGES ET PRESTATIONS INCLUSES


AU PRESENT SOUS LOT
Les ouvrages faisant l'objet du présent sous lot comprennent :
 les revêtements de sols et muraux définis aux plans Architectes et au devis descriptif.
Les prestations comprennent :
- La fourniture, le transport, l'amenée à pied d’œuvre, la pose et la mise en œuvre de tous
les matériaux conformément aux prescriptions des D.T.U 52 et 55.
- Les planchers seront livrés au présent sous lot débarrassés de tous les gravois et
nettoyés.
Il sera donc exécuté, au titre du présent sous lot, le nettoyage soigné par balayage, grattage et
lavage, jusqu'à ce que toutes les traces de plâtre ou autres impuretés aient disparu des sols
bruts.
- La vérification des niveaux.
- Coupes et sciottages.
- Raccords aux autres ouvrages.
- Le traitement des revêtements au niveau des joints de dilatation par la mise en place
d'un soufflet en plomb et d'un système d'étanchéité.
- Les dispositifs d'interdiction d'accès aux pièces pendant la durée des travaux de
revêtements et les délais subséquents de protection de ces revêtements.
- Le balayage et le nettoyage des revêtements et plinthes.
- L'épandage d'une couche de sciure de bois en protection des revêtements.
- L'enlèvement hors chantier de tous déchets et gravois résultant des travaux.

ARTICLE 32. PRESTATIONS NON INCLUSES AU PRESENT SOUS LOT


Ne font pas partie des prestations dues au présent sous lot :
- Le tracé des traits de niveau sur murs de gros œuvre aux cloisons enduites ou non.

32
- Les travaux rectificatifs ou complémentaires de gros œuvre ou de tous autres corps
d'état nécessaires pour mettre le chantier en l'état défini à l'article 3.3. du cahier des
charges D.T.U. No 52.1.
- L'exécution des socles maçonnés des cloisons bois ou dérivés du bois, plâtre.

ARTICLE 33. VERIFICATION DES MATERIAUX


L'Entrepreneur prendra toutes dispositions utiles pour avoir sur le chantier la quantité de
matériaux vérifiés et acceptés indispensable à la bonne marche des travaux et dont
l'échantillonnage aura été agréé par la Maîtrise d'Œuvre et le Maître d'Ouvrage.
Il devra présenter une liste complète des matériaux approvisionnés avec leur marque, qualité et
provenance.

ARTICLE 34. MATERIAUX


Tous les matériaux employés devront répondre aux normes en vigueur, ils doivent être soumis
préalablement aux essais d'agrément d'un laboratoire agréé, dans les 15 jours qui suivent
l'ordre de service. Ces essais comprendront :
- CARREAUX EN GRES CERAME MATE LOCAL MONOCUISSON 1200° C :
Classement U.P.E.C.
Les carreaux en grés cérame mate mono cuisson 1200°C devront répondre au classement U3
P3 E3 C2.
EN 98 Caractéristiques dimensionnelles : Epaisseur 5% maximum
Lar./Long. 0,6% maximum
Planéité 0,5% maximum
Orthogonalité 0,6% maximum
Rectitude des arrêtes 0,5% maximum
EN 99 Absorption d’eau  3%
EN 100 RESISTANCE A LA FLEXION  27N/ mm2
EN 101 DURETE ECHELLE MOHS  5
EN 102 RESISTANCE A L’ABRASION (Méthode Capon)  205 mm3
EN 103 COEFFICIENT DE DILATATION THERMIQUE  9 MK-1
EN 104 RESISTANCE ECART TEMPERATURE
EN 105 RESISTANCE AUX CRAQUELURES
EN 106 RESISTANCE A L’ATTAQUE CHIMIQUE (Classe B )
EN 154 RESISTANCE A L’ABRASION (METHODE PEI) Classe III
EN 202 RESISTANCE AU GEL

-CARREAUX EN GRES CERAME D'IMPORTATION MONOCUISSON 1200° C :


** Classement U.P.E.C.
Les carreaux en grés cérame mate ou vitrifié monocuisson 1200°C devront répondre au
classement U4 P4 E3 C2 et aux caractéristiques des normes suivantes :
EN 98 Caractéristiques dimensionnelles :
Epaisseur 5% maximum
Lar./Long. 0,6% maximum

Planéité 0,5% maximum


Orthogonalité 0,6% maximum
Rectitude des arrêtes 0,5% maximum

33
EN 99Absorption d’eau  1%
EN 100RESISTANCE A LA FLEXION  40N/ mm2
EN 101 DURETE ECHELLE MOHS  7
EN 102RESISTANCE A L’ABRASION ( Méthode Capon )  150 mm3
EN 103COEFFICIENT DE DILATATION THERMIQUE  6 MK-1
EN 104RESISTANCE ECART TEMPERATURE ( aucune altération )
EN 105RESISTANCE AUX CRAQUELURES ( aucune altération )
EN 106RESISTANCE A L’ATTAQUE CHIMIQUE ( Classe AA )
EN 154RESISTANCE A L’ABRASION ( METHODE PEI )Classe IV
EN 202 RESISTANCE AU GEL ( aucune altération )

** Marbre et granit :
 porosité en pourcentage,
 résistance à l'écrasement,
 essai de gélivité,
 imperméabilité,
 résistance à l'usure,
 masse volumique,
 résistance à la compression.
L'ensemble de ces essais sont à la charge de l'Entreprise et doivent être conforme aux normes
en vigueur aux classements cités ci-avant et aux D.T.U.

ARTICLE 35. LES MATERIAUX


1) - Les liants
Les liants doivent être conformes aux normes NF P.15.101 à 464, il sera utilisé des ciments à
maçonner CPJ 35 conformément à l'arrêté Ministériel n° 1.137/85 du 5 Novembre 1985 sans
constituant secondaire, ou des chaux hydrauliques de classe 60 ou 100 soit naturel XHN soit
artificiel XHA.
Ils ne doivent être ni chauds, ni éventés.
2) - Sables
Les sables utilisés doivent être conformes aux normes NF P. 17.301/302/309 et
18.301/302/304/305/306.
Les sables employés doivent être du sable d'oued tamisé, de dune ou de carrière lavé, de
granulométrie 0,08/2.
3) - Eau de gâchage
L'eau de gâchage des coulis, mortiers et bétons, doit satisfaire aux dispositions de la norme NF
P. 18.303.
Elle ne doit contenir aucune matière nuisible en solution ou suspension.
4) - Confection des mortiers
Les matières constitutives sont intimement mélangées avant l'addition d'eau et à nouveau
malaxées jusqu'à l'obtention de la consistance plastique.
Les mortiers doivent être préparés mécaniquement dans une bétonnière ou manuellement dans
des auges ou sur une aire propre en béton, planches ou tôles en respectant les proportions
indiquées.
Le dosage du sable est réalisé soit au moyen de caisses, soit en utilisant des brouettes
calibrées, conformément à la Norme Française P18.401.
Les mortiers sont préparés au fur et à mesure de l'avancement des travaux et sont employés
aussitôt après leur confection.
L'emploi du mortier desséché ou ayant commencé à faire prise est interdit.

34
Tableau des mortiers de pose - Poids moyen de liant pour 1m3 de sable
Répartition en Mortier de Mortier de Mortier bâtard -3-
REF. volume chaux - 1 - ciment - 2 - Chaux Ciment
1 partie liant
A 700 kg 1.100 kg 350 kg 550 kg
1 partie sable
1 partie liant
B 350 kg 550 kg 175 kg 275 kg
2 parties sable
1 partie liant
C 233 kg 366 kg 117 kg 183 kg
3 parties sable
1 partie liant
D 175 kg 275 kg 88 kg 138 kg
4 parties sable
1 partie liant
E 140 kg 220 kg 70 kg 110 kg
5 parties sable

5) Coulis pour joints de carreaux


Les coulis seront exécutés soit en ciment pur, soit au mortier dosé à 1100 kg de ciment par m3
de sable fin.
Ils sont préparés par faible quantité au fur et à mesure de l'avancement des travaux.
Ils doivent être très fluides afin de bien pénétrer dans les joints.

ARTICLE 36. JOINTS DE DILATATION ET DE RETRAIT


1) - Joints de gros œuvre
Les joints de dilatation et de retrait du gros œuvre doivent être respectés et traités par
l'entreprise du présent sous lot dans la forme par l'exécution d'un soufflet en plomb, dans le
mortier de pose et dans le revêtement par le bourrage à l'aide d'un matériau plastique
compressible genre SIKA ou similaire.
2) - Joints de fractionnement du revêtement
Les surfaces supérieures à 60 m2 seront fractionnées.
Les couloirs très longs seront fractionnés par tranches de l'ordre de 8 ml de longueur environ.
Ces fractionnements seront exécutés exclusivement dans le mortier de pose et dans le
revêtement.
Les joints de fractionnement doivent être propres et remplis avec une matière souple ou semi-
rigide à faire agréer par la Maîtrise d’Œuvre et le Bureau de contrôle.

3) - Joints périphériques
Pour les surfaces de revêtement supérieures à 12 m 2 environ, un vide doit être réservé entre le
revêtement et les parois verticales des murs ou cloisons ainsi qu'autour des poteaux. Ce vide
doit intéresser le mortier de pose. Les plinthes droites dissimuleront ce vide.
Les joints périphériques doivent être propres et remplis avec un matériau compressible.

ARTICLE 37. MODE DE POSE


1) - Carreaux
Les carreaux seront posés selon l'un ou l'autres des modes suivants sur une forme, au mortier de
ciment dosé à 150 kg/m3 ou en béton maigre dosé à 200 kg/m3,
de 5 cm d'épaisseur minimum.
a/ A la bande
35
Au cordeau et au pilon, à bain soufflant de mortier, le dosage de mortier de ciment sera du
type C2, le dosage du mortier bâtard sera du type C3.
Ces mortiers doivent avoir une consistance très plastique.
Alignés par bandes entre règles ou cordeaux, les carreaux sont fixés au pilon et à la batte au
fur et à mesure de l'avancement, avant tout début de prise de ciment.
b/ A la règle et a la batte
Le dosage de mortier de ciment sera du type D2, le dosage du mortier bâtard sera du type D3.
Ces mortiers doivent avoir une consistance très plastique.
Les carreaux sont posés et battus de telle sorte que le mortier reflue partiellement dans les
joints.
c/ Joints entre carreaux
Les carreaux sont posés à joints réduits de 1,5 mm pour les carreaux de 10x20 et suivant
indication de l'Architecte pour les carreaux supérieurs à cette dimension.
Le remplissage de ces joints se fera après durcissement suffisant du mortier de pose pour
éviter le descellement des carreaux et au plus tard le lendemain de la pose.

d/ Tolérance de pose
- Planéité : une règle rigide de 2 m de longueur promenée en tous sens, ne doit pas accuser
une flèche supérieure à 3 mm.
- Niveau : Aucun point de carrelage ne doit se trouver à plus de 5 mm de part et d'autre des
cotes d'arase, pentes comprises, rapportées au trait de niveau.
- Alignement des joints : la même règle de 2 m posée en sorte que ses deux extrémités
règnent avec les bords homologues de deux carreaux de même ligne ou de même rang,
ne doit pas accuser de différence d'alignement supérieure à 2 mm en plus des
tolérances de calibrage.
e/ Nettoyage et protection
- Immédiatement après le coulage des joints un nettoyage sera effectué au chiffon sec et
à la sciure fine de bois blanc. Le frottage doit être exécuté suivant les diagonales des
carreaux sans dégarnir les joints.
- L'accès des locaux doit être interdit pendant la mise en œuvre du revêtement et durant
les 3 jours suivants.
La protection normale des revêtements est assurée par une couche de sciure de bois blanc.

2) - Revêtement de sol en granito poli blanc coulé sur place


a/ Constitution
- Une sous-couche en mortier dosé à 350 kg minimum de ciment par m3 de sable 0,08/5
mm de 5 cm d'épaisseur minimum (en fonction de l'arase demandée).
- Une couche d'usure de 1,5 cm d'épaisseur en mortier dosé à 500 kg de ciment blanc,
dans lequel il sera incorporé des grains de marbre, de teinte et de dimensions suivant
échantillons approuvés et directives de l'Architecte. Selon la nature des grains et leurs
dimensions, la proportion visible du mortier ne doit pas dépasser 20 %.
b/ Mise en œuvre
- Sur le support préalablement humidifié, le mortier de la sous-couche sera étalé et tiré à
la règle et convenablement damé. La surface ne devra pas être lisse, elle devra
présenter des aspérités (ou des stries exécutées à la truelle) pour permettre un bon
accrochage.

36
- Après prise de la sous-couche, mise en place des joints en ébonite, teinte et calpinage à
faire agréer par la Maîtrise d'Œuvre, parfaitement rectilignes.
- Sur la sous-couche préalablement humidifiée, exécution de la couche d'usure. Elle sera
étendue à la truelle, égalisée au fronton, puis roulée de telle manière que les grains de
marbre soient parfaitement serrés et que les excès éventuels d'eau et de ciment soient
éliminés.
- Après durcissement, 4 à 15 jours, la couche d'usure subira un premier polissage
mécanique à la meule abrasive au carbure de silicium. Il sera éventuellement procédé à
un masticage au ciment de telle sorte que la surface obtenue après ce premier polissage
soit plane et ne présente aucun creux apparent.
- Il sera ensuite procédé à un polissage doux par abrasifs de finesse croissante jusqu'à ce
que la surface définitive présente un aspect poli, glacé, sans rayure ou aspérité, sans
fissure, faïençage, éclat, craquèlement.
- La mise en œuvre de la sous-couche et de la couche d'usure s'effectuera par surfaces de
6 m2 et de 3 m de longueur au plus, séparées par des joints en ébonite. Ces joints,
après polissage, affleureront rigoureusement la surface du dallage.
- La planitude du sol fini sera telle qu'une règle de 2 m de long, promenée en tous sens
sur sa tranche, ne fasse pas apparaître de différence supérieure à 2 mm.
- Les teintes, aussi bien des grains de marbre que des surfaces nues de ciment, devront
être homogènes, sans différence perceptible d'une partie à une autre.
3) Plinthes
- Le support, briques, enduits ou bétons, sera préalablement nettoyé et débarrassé de
toutes impuretés, plâtre, gravois, etc. .....
- Le mortier de pose sera identique à celui du revêtement et aura une épaisseur de 1 cm
maximum après pose.
- La pose s'effectuera au cordeau et au pilon, après exécution du dallage. Aucun vide ne
devra apparaître entre le sol et la plinthe.
- Les joints devront correspondre dans la mesure du possible à ceux du dallage et seront
remplis par un coulis de ciment.
Les faces vues, perpendiculaires au sol, seront parfaitement planes; leur bord supérieur
parfaitement arasé et horizontal.
4) Marches et contremarches
Le revêtement des escaliers sera exécuté conformément aux règles de l'art et au descriptif ci-
après
Les supports en béton devront être bien propres et humidifiés.
Les plinthes rampantes, les plinthes à crémaillères et écoinçons auront des coupes
parfaitement ajustées.
5) - Revêtement mural
a- Carreaux en grès émaillé mate ou vitrifiés
- Le support (béton, agglos pleins, briques) doit être parfaitement propre et humidifié.
- Les carreaux doivent être trempés plus ou moins longtemps dans un récipient d'eau
propre avant la pose.
- Il est exécuté un enduit de 10 à 15 mm d'épaisseur parfaitement dressé en mortier dosé
à raison de 300 kg environ de ciment pour 1 m 3 de sable 0/2. Aussitôt après la prise de
cet enduit, de dressage, on posera les carreaux sur une barbotine de ciment colle type
"SIKALASQA" ou similaire.

37
- 24 heures après la pose des carreaux, les joints sont remplis par un coulis de ciment pur
type de ciment au choix de l'Architecte. Le revêtement est ensuite lavé à grande eau
pour faire disparaître toute trace de ciment.
- La surface du revêtement doit être parfaitement plane. Une règle de 2 m promenée en
tous sens ne doit pas faire apparaître de différence supérieure à
- 2 mm.
- Il ne doit pas y avoir de défauts dans les carreaux, ni de différences de nuances.

6) - Revêtement sols et murs


a- Carreaux marbre sol
Posé sur un lit de sable sur lequel sera posé un mortier de pose avec saupoudrage de ciment
"ne tachant pas" (ciment blanc français) et dans les mêmes conditions que l'article 11.5.1 mais
avec un mortier de pose de 5 cm minimum.
b- Revêtement mural en carreaux ou plaques de marbre intérieur
Carreaux ou plaques :
- Le support sera en béton, agglos pleins ou brique
- Les dalles de 20 mm superposées et juxtaposées seront maintenues à l'écart du support
(minimum 2 cm) par des agrafes placées aux coins de la dalle.
Agrafes :
- Les métaux utilisés pour les agrafes doivent être inoxydables dans la masse :
Acier inoxydable austénitique (alliage au chrome nickel conforme à la norme NF. A. 35.572)
La pose des revêtements muraux doit être exécutée conformément au DTU 55-2.
c- Carreaux en grès-émaillé mates ou vitrifiés
Dans les mêmes conditions que l'article 11.5.1 mais avec un mortier de pose de
5 cm minimum
Joint de dilatation :
L’entreprise à connaissance qu’à tout joint de dilatation il sera mis en place un soufflet en
plomb de 3mm d’épaisseur au niveau des revêtements sols.
Cette prestation est à inclure dans les prix unitaires des revêtements horizontaux aucune
réclamation n’est recevable concernant cette prestation.

38
V) SOUS LOT MENUISERIE BOIS

ARTICLE 38. IMPORTANCE DES TRAVAUX


Compris :
 Toutes les fixations des ouvrages prévus au présent lot
 La protection des ouvrages pendant la durée du chantier
 Le nettoyage des ouvrages en fin de chantier
 Les joints d'étanchéité qui pourraient s'avérer nécessaires
 Le brossage et le dégraissage des ouvrages métalliques inclus dans le présent lot
 La protection anti-rouille à 1 couche de minimum des ouvrages
 Les scellements des pieds d'huisseries.
NOTES IMPORTANTES
 Les entreprises devront obligatoirement remettre dans leur offre :
 Le mode de fixation des différents ouvrages pour chaque nature de support
(tampons bois, chevilles, pointes aciers, etc...)
 La marque et les références précises de la quincaillerie adoptée au cas où celle
dans le présent document serait modifiée par l'Entrepreneur
 Les plans, coupes, schémas de principe et caractéristiques des matériaux employés
afin de permettre la meilleure compréhension possible de l'offre de l'entreprise.

ARTICLE 39. DOCUMENTS TECHNIQUES DE RÉFÉRENCE


Les travaux du présent lot seront exécutés suivant les conditions et les prestations du devis
général d'Architecture "D.G.A.", Article 141 à 145 inclus et des documents qui s'y rapportent, en
particulier les documents techniques unifiés "D.T.U." dans leur dernière édition, y compris les
normes en vigueur 15 jours avant la date limite de remise des offres ainsi qu'aux normes
marocaines.
L'ensemble des documents constituant le Cahier des Charges applicable aux travaux du présent
lot sont:
Les D.T.U.
 N36-1 Menuiserie en bois
 N39.1 & 39.5 Feuillures pour vitrages
Les normes françaises
Toutes celles se rapportant aux ouvrages définis par le présent document. Ces normes bien que
non jointes au dossier d'Appel d'Offres en font partie intégrante, l'Entrepreneur étant censé les
connaître.
Les normes marocaines
Le texte ci-après est rédigé en tenant compte des projets de normes marocaines non encore
diffusées. Elles concernent et définissent :
 Le vocabulaire du bois
 La terminologie des portes et fenêtres
 Les dimensions des portes intérieures, des portes extérieures et des fenêtres de
série.

ARTICLE 40. CONSISTANCE DES TRAVAUX


Les travaux de menuiserie bois comportent :
 Les études, dessins d'exécution et de détail des ouvrages.
 La fourniture des bois, contre-plaqués, panneaux divers, profilés et tôles d'acier
entrant dans la constitution des menuiseries.

39
 La fabrication en atelier, le transport à pied d'œuvre, le stockage, la pose et la
fixation des menuiseries.
 Le tracé de trous de scellement, la pose des précadres et des bâtis (ou cadres).
 Le réglage et l'ajustage des menuiseries aux tolérances prescrites.
 La fourniture et la mise en œuvre des joints de calfeutrement et d'étanchéité.
ARTICLE 41. DESSINS D'EXÉCUTION ET DE DÉTAILS
L'Entrepreneur devra soumettre à l'Architecte, après les dessins d'ensemble qui lui seront remis,
les dessins d'exécution détaillés nécessaires à la réalisation des ouvrages et à leur pose, en liaison
avec les autres corps d'état.
Ces dessins devront en outre préciser les emplacements et dimensions des menuiseries, les axes et
les dimensions des trous de scellement, les dimensions des feuillures à réserver pour les précadres
et bâtis en gros murs et les menuiseries extérieures.

ARTICLE 42. COORDINATION AVEC LES AUTRES ENTREPRISES -


DIMENSIONS DES BAIES
Après agrément, l'Architecte retournera un exemplaire des dessins de l'Entrepreneur visés "Bon
pour exécution" qui se chargera de transmettre un exemplaire à chacun des corps d'état intéressé
pour exécution ou information.
L'Entrepreneur est tenu, avant d'entreprendre la fabrication des ouvrages définis par ses dessins
d'exécution, de vérifier sur place les dimensions des baies. Il signalera par écrit à l'Architecte
toutes les erreurs de dimensions et réservations prescrites par ses dessins et non respectées. Faute
de s'être conformé à cette prescription, l'Entrepreneur subira seul la responsabilité des erreurs non
signalées en temps utile.

ARTICLE 43. PROTOTYPES ET ÉCHANTILLONS


Dans les délais précisés au planning d'exécution, l'Entrepreneur sera tenu de soumettre à
l'approbation de l'Architecte un élément type de chaque nature d'ouvrage prévue.
Ces éléments seront équipés de leur quincaillerie et des garnitures proposées. La fabrication en
série de menuiserie ne pourra commencer qu'après la réception définitive et sans observation de
l'Architecte.
Tous les éléments réalisés devront être rigoureusement conformes aux prototypes acceptés par
l'Architecte, faute de quoi ils seront refusés à la réception.

ARTICLE 44. TRANSPORT / RÉCEPTION A LA LIVRAISON / STOCKAGE


Le transport de tous les éléments de menuiserie sera exécuté avec toutes les précautions
nécessaires pour éviter les détériorations de toutes natures.
Le déchargement se fera en présence de l'Architecte ou de son représentant. Le contrôle effectué
visera la qualité des bois et de la fabrication, la conformité aux documents particuliers du Marché
et l'état d'humidité des bois. Pour cette réception, les précadres et bâtis dormants devront être
munis de bourrelets d'étanchéité définis plus loin.
Tout élément non conforme ou de mauvaise qualité sera rejeté et immédiatement évacué des
chantiers.
Le stockage sur le chantier sera fait dans un local à l'abri des intempéries, suffisamment ventilé
pour éviter toute altération des bois. En cas d'empilage à plat, les pièces de menuiseries seront
isolées du sol par des tasseaux.

ARTICLE 45. PROTECTION DES OUVRAGES


L'Entrepreneur est responsable de la protection de tous les ouvrages faisant partie de son Marché,
et ce, jusqu'à complet achèvement de l'ensemble des travaux de construction du bâtiment, soit
jusqu'à la réception provisoire de tous les corps d'état.
40
Il doit la fourniture et la pose de tous les éléments de protection solides et durables, en particulier
aux endroits de passages fréquents.
Dans le cas où malgré ces précautions des détériorations étaient constatées, les réparations ou le
changement des éléments seront à la charge de l'Entrepreneur. Celui-ci fera son affaire
personnelle de tous rapports avec les autres corps d'état sans que soient concernés en cette matière
l'Architecte, le Maître d'Ouvrage.

ARTICLE 46. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES


Provenance et qualité des matériaux
Les matériaux proviendront en principe des lieux de production suivants :
DÉSIGNATION LIEUX DE PROVENANCE
Bois Sapin Rouge, Des dépôts de la région
d'usines ou dépôts du Maroc
Contre-plaqué Okoumé
Formica ou de qualité équivalente agréée
Plaques stratifiées à surface lisse décorée, par l’architecte
isorel MDF
Quincaillerie - Garnitures Vachette- Bricard ou de qualité équivalente
agréée par l'Architecte

Par le fait de son offre, l'Entrepreneur est réputé connaître les ressources des dépôts indiquées ci-
dessus et aucune réclamation ne sera admise concernant les prix à pied d’Œuvre des matériaux
nécessaires à l'exécution des ouvrages.
Les menuiseries seront fabriquées et mises en œuvre compris les vitreries ainsi que les articles de
quincaillerie conformément aux prescriptions du D.G.A. sauf dérogation aux spécifications
particulières du présent titre.
Les menuiseries seront livrées sur le chantier suivant une cadence nécessaire à l'avancement sans
interruption des travaux.
Les menuiseries réceptionnées seront protégées sur tous les angles par des baguettes en contre-
plaqué.
Les précadres seront livrés avec écharpes.
A leur arrivée sur le chantier, elles seront entreposées dans un endroit sec et abrité. Aucune
menuiserie en vrac ne sera tolérée.
Les parcloses seront d'une seule pièce. Tous rajouts sur une longueur seront refusés.
Les bois utilisés seront exempts de tous défauts, trace de pourriture ou épaufrure, nœuds vicieux
ou non adhérents, de dégâts d'insectes, de fente de battage, de gélivure et de roulure. Tous les bois
recevront un traitement fongicide avant toute mise en œuvre. Le nombre de nœuds devra être
aussi réduit que possible, les bois durs et de même nature.

ARTICLE 47. TOLÉRANCES DE DIMENSIONS


Sur les pièces les tolérances des dimensions seront conformes aux normes.
Sur les parties mobiles devant fonctionner sans difficulté, le jeu entre elles et les parties fixes ne
doit pas excéder 3mm avant peinture ou vernis, le bois étant stabilisé à l'humidité requise pour la
réception.

ARTICLE 48. PROTECTIONS


1) Des bois par produits insecticides et fongicides
Tous les bois recevront un traitement suivant leur essence et leur destination au moyen d'un
produit de base répondant aux spécifications des normes NF.T 72.052 et suivantes.
41
2) Des éléments métalliques
Tous les éléments en acier devront, avant pose, avoir été protégés sur toutes leurs faces contre
l'oxydation par une couche de peinture au minium de plomb ou par un traitement anticorrosion.
ARTICLE 49. ASSEMBLAGES
Les assemblages ne comporteront aucun vide susceptible de nuire à l'étanchéité ou à la solidité de
la menuiserie.
Les défauts d'assemblage ne seront en aucun cas dissimulés y compris au moyen de mastic.
Les assemblages collés seront exécutés de telle sorte qu'aucun décollement ne puisse se produire
dans le temps par suite de variations dimensionnelles des bois par retrait, par fendillement de la
colle, par suite de l'action de l'humidité de l'eau ou de la température naturelle ou artificielle.
A l'exclusion de tout autre mode d'assemblage, toutes les pièces de menuiserie seront assemblées
à tenons et mortaises. Les assemblages à enfourchement seront interdits même pour les précadres
et les bâtis dormants (cadres).
Les chevilles seront en bois dur ou métalliques ; elles seront chassées à une profondeur de 1mm
au moins.

ARTICLE 50. MAINTIEN DES VITRAGES


Les vitrages seront maintenus par parcloses, clipsés sur vis inoxydable et étudiés en vue de
faciliter leur mise en place et leur dépose dans des feuillures d'épaisseur suffisante pour permettre
l'exécution de deux contre-masticages de 2mm de part et d'autre de chaque vitre.
Les parcloses seront simplement pointées pour être mises en place définitivement après la pose
des vitreries.

ARTICLE 51. PROFILÉS


Les profilés d'exécution fournis seront soigneusement respectés. En cas de modification due à
l'Entrepreneur, celui-ci fournira un dossier d'exécution à l'échelle de 0,05 P/m.
En tout état de cause, l'Architecte peut demander à l'Entrepreneur ses coupes, profilés et systèmes
d'assemblage + échantillons avant toute mise en œuvre.

ARTICLE 52. CALFEUTREMENT


Les habillages extérieurs et intérieurs des menuiseries permettant le passage d'air devront régner
esthétiquement avec les ouvrages contigus.
Les calfeutrements des jonctions menuiseries-façades devront permettre :
 L'étanchéité absolue aux eaux de pluie et de ruissellement
 L'évacuation vers l'extérieur des eaux de condensation
 De limiter les ponts thermiques éventuels.

Tous les joints dans lesquels la pluie pourrait s'infiltrer par gravité, toutes les traversées basses des
parties ouvrantes des menuiseries extérieures comporteront des rejets d'eau saillants par mesure
de sécurité.

ARTICLE 53. TRAITEMENT DES OUVRAGES


Les parties en bois des menuiseries seront traitées en usine par l'Entrepreneur immédiatement
après fabrication et avant pose, sur bois parfaitement sec, par :
 Une trempe de cinq minutes dans un bac vertical ou par,
 Une application au pinceau à reflux d'un produit assurant en même temps :
- la stabilité du bois en profondeur
- la dégraisse du bois
- le traitement insecticide fongicide et anticryptogamique
42
- la couche d'impression incolore
- l'accrochage amélioré des peintures et vernis
- les parties métalliques visibles ou cachées seront, après fabrication et s'il y a lieu
après assemblage, soigneusement protégées contre l'oxydation.
Cette protection sera réalisée, avant livraison, par brossage à la brosse métallique, grattage,
sablage ou grenaillage pour faire disparaître toute trace de calamine ou d'oxydation superficielle
puis par application en plein par l'Entrepreneur d'une peinture antirouille du type minium de
plomb qualité supérieure, de 30 à 35 microns d'épaisseur en accord avec la peinture.

Après la pose il sera dû par l'Entrepreneur :


 Une révision complète et minutieuse de la couche de protection pour rattraper les éraflures
et les dégradations provenant du transport et de la mise en œuvre.
 Les jeux de plans de récolement.

ARTICLE 54. ÉTANCHÉITE DES MENUISERIES


Les fentes devront posséder une étanchéité à l'air et à l'eau. Pour ce faire l'Entrepreneur devra
prévoir la mise en place dans une entaille dans le précadre ou bâti dormant selon le cas, d'un
bourrelet en produit bitumineux préboudiné de 20mm de diamètre. Ce bourrelet
Devra être mis en place lors de la réception des menuiseries sur le chantier.
Tout habillage nécessaire prévu en parement devra être intérieur pour compléter les mesures
prises ci-dessus.
Des essais d'étanchéité pourront être demandés aux frais de l'Entreprise.

43
VI) SOUS LOT MENUISERIE ALUMINIUM

ARTICLE 55. OBLIGATIONS DIVERSES


L'Entrepreneur devra tous les travaux de sa profession nécessaires au complet achèvement des
ouvrages.
Les travaux comportent les études, dessins d'exécution, détails des ouvrages (avec position des
cordons d'étanchéité), la fabrication en atelier, le transport, le stockage, le montage et la
distribution aux différents niveaux au fur et à mesure des besoins.
Les précadres en tôle galvanisée (avec peinture antirouille) font partie du présent lot (menuiserie
aluminium).
L'Entrepreneur devra l'implantation, la surveillance et l'assistance à la pose de ses ouvrages.
L'Entrepreneur devra tous traitements et protections imposés par le présent devis et les Cahiers
des Charges. Il devra, en outre, le réglage et l'ajustage de ses menuiseries aux jeux prescrits.
L'Entrepreneur devra prendre toutes dispositions pour le réglage des précadres, cadres et
menuiseries.
L'Entrepreneur devra prendre les dispositions concernant la sécurité de son personnel et celle des
autres ouvriers travaillant au voisinage de ses installations. L'Entrepreneur du présent lot
demeurera responsable, en totalité, des travaux qu'il a effectués.

ARTICLE 56. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES GÉNÉRALES


Les métaux (tôle, profilés, quincailleries et serrureries) seront de première qualité et répondront
aux prescriptions édictées dans le R.E.E.F. par l'Association Française de Normalisation
(AFNOR) et de l'E.W.A.A. Européenne.
Les dessins de principe seront fournis par le Maître d'Œuvre. Au cas où l'Entrepreneur
constaterait des omissions ou anomalies dans ces dessins, il devra en avertir le Maître d'Œuvre et
obtenir son agrément avant d'adopter une solution différente.

Nonobstant les plans établis par le Maître d'Œuvre, il reste entendu que l'Entrepreneur s'engage
par son offre à livrer des menuiseries d'une tenue parfaite et sans défaut.
Les dessins de détails d'exécution seront établis par L'Entrepreneur et soumis à l'agrément du
Maître d'Œuvre.
Les scellements devront faire l'objet d'une étude particulière pour tenir compte des structures qui
doivent recevoir ces menuiseries et qu'il est rigoureusement interdit de dégrader.
NOTA :
Les prix remis par l'Entrepreneur comprendront toutes fournitures, pose, coupes, chutes,
scellements, calfeutrements, ajustages et, d'une façon générale, toutes sujétions concernant les
travaux décrits ci-après.

Toutes les menuiseries en aluminium seront montées avec précadre en tôle galvanisée de
20/10ème d'épaisseur, avec couche de peinture anti-rouille.

Toutes les menuiseries en aluminium seront du type aluminium anodisé de première catégorie,
anodisation en 20 microns minimum.

L'Entrepreneur devra relever lui-même toutes les dimensions des ouvrages à réaliser sur place
et sera responsable de la concordance de ses menuiseries et précadres avec les cotes des
ouvrages de gros-œuvre. Toutes les menuiseries seront exécutées selon les plans de principe du
Maître de l'Œuvre.

44
ARTICLE 57. PRESCRIPTIONS PARTICULIÈRES AUX MENUISERIES
ALUMINIUM
Les métaux mis en œuvre seront travaillés avec le plus grand soin. Ils devront, d'une manière
générale, répondre aux conditions suivantes :
 Étanchéité absolue à l'air et à la poussière
 Étanchéité absolue à l'eau de pluie
 Inoxydabilité des métaux non ferreux
 Rigidité des éléments montés.

1. Profils
Les profils en aluminium seront de première catégorie, classe 20, anodisation 20 microns
minimum.
a. Aluminium bronze : par procédé électro colore genre EUROCOLOR teinte noire
suivant choix du Maître d'Œuvre.
b. Aluminium naturel : teinte naturelle ou champagne suivant choix du Maître
d’Œuvre.
Les assemblages seront nets, parfaitement d'équerre et alignés, sans cavité ni déformation. Les
profils seront travaillés à la machine-outil pour ne pas détériorer l'anodisation du métal, aucune
coupe ou ajustage manuel sur le chantier ne sera toléré.
Tous les profils seront munis des pièces ou chicanes nécessaires pour l'évacuation des eaux de
condensation ou d'infiltration. Les circuits d'évacuation des eaux de condensation ou d'infiltration
devront être étudiés afin de ne pas être exposés à la pression directe du vent. De ce fait, les rejets
d'eaux devront être protégés à l'aide d'un cache en Teflon collé sur le profil aluminium. Ils
comporteront en outre des feutres ou brosses et les garnitures en plastique profilé, contribuant à
l'herméticité des ouvrants.
Les parcloses en aluminium seront du système à clips avec montage des verres sur profils
néoprènes.
Toutes les menuiseries comporteront (intérieurement et extérieurement) des profilés aluminium
formant couvre-joints.
Toutes les menuiseries extérieures seront équipées de pièce d'appui avec rejingot pour rejet d'eau.
Les sections déterminées sur les plans pourront être modifiées en plus dans le cas où ce
changement serait nécessaire à une parfaite finition ou à la bonne tenue des ouvrages. En aucun
cas, l'Entrepreneur ne pourra changer de section ou profil sans avertir le Maître d’Œuvre.
2) Précadres
Toutes les menuiseries aluminium seront pourvues de précadres réalisés en tôle pliée galvanisée
de 20/10ème d'épaisseur.
Toutes les soudures et coupes devront être traitées par des produits de galvanisation à froid.
Ces précadres comporteront les pattes nécessaires pour le scellement ou la fixation sur l'ossature
Gros-Œuvre.
Ils auront une section correspondant aux dimensions des dormants et à la nature des murs de
façon à permettre le calfeutrement.
Les montants verticaux devront avoir une section suffisante pour permettre d'avoir, le cas échéant,
à chaque extrémité, les emplacements nécessaires au logement des mécanismes et commandes de
volets roulants.
3. Cadres dormants
Les cadres dormants seront réalisés en profilés d'aluminium.

45
Les traverses basses des châssis comporteront une pièce d'appui avec rejingot pour rejet d'eau et
un système d'évacuation des buées et eaux pluviales parfaitement efficace (chicanes, pare-vents
en téflon collé, etc...). Les traverses basses des portes fenêtres devront recouvrir les revêtements et
former seuil au niveau du sol.
4. Châssis pivotants
Les châssis pivotants comporteront les pivots à frein avec arrêts, les condamnations nécessaires
(suivant la classe du châssis), les poignées de manœuvre ainsi que les joints d'étanchéité en
néoprène.
5. Châssis ouvrants à la française ou oscillo-battants
Les vantaux ouvrants ou oscillo-battants comporteront les paumelles, crémones, verrous
encastrés, fermetures de sécurité, les butoirs et éventuellement des serrures de sûreté encastrées (2
clés). Leur étanchéité sera assurée par des joints à compression en néoprène.
6. Châssis coulissants
Les châssis coulissants seront construits avec des profilés permettant l'emboîtement du montant
vertical dans la traverse basse, de manière à obtenir une parfaite étanchéité des angles et éviter les
coupes d'onglet avec les profilés de même largeur.
Les vantaux coulissants comporteront les galets de roulement en téflon (montés sur roulement à
billes) assurant un fonctionnement silencieux et facile. Ces galets seront fixés sur platine
comportant un système de réglage, de même que les verrous de fermeture, afin de régler
parfaitement le vantail coulissant par rapport au cadre dormant, garantissant une parfaite
étanchéité.
7. Châssis à bascule
Les châssis à bascule comporteront les compas à coulisse, les crémones à levier et les arrêts.
8. Fentes pour reprise d'air neuf
Dans les locaux climatisés, l'Entrepreneur du présent lot devra prévoir dans les traverses basses,
des fentes d'environ 5mm pour prise d'air extérieur. Leur longueur et leur nombre seront
déterminés par le B.E.T. Ces fentes seront pourvues côté extérieur d'une pare-pluie, pare-vent en
P.V.C. fortement clipsé.
9. Quincaillerie
Les articles de quincaillerie seront toujours de première qualité et garantis comme tels par
l'Entrepreneur qui en demeurera responsable. Ils devront porter l'estampille S.N.F.Q.
Ces quincailleries seront complètes, du modèle le plus récent et spécialement étudiées en fonction
des profilés employés.
Chaque serrure comportera sa gâche et sa contre-gâche.
Tous les vis employées seront en acier inoxydable ainsi que toutes les pièces de montage.
10. Protection contre la corrosion - Aspects
a) Aluminium bronze
Tous les profilés en aluminium, les manœuvres et les condamnations recevront une anodisation
comportant le label EWA EURAS, classe 20, anodisation 20 microns, procédé électro coloré par
pigments de Nickel ou Zinc, teinte bronze ou noire suivant descriptif technique.
Un échantillon de teinte devra être présenté à la soumission ainsi que la référence du procédé de
coloration.
b) Aluminium naturel
Tous les profilés aluminium, les manœuvres et les condamnations recevront une anodisation
comportant le label EWA-EURAS, classe 20, anodisation 20 microns, teinte naturelle ou
champagne, suivant descriptif technique.
Un échantillon de teinte devra être présenté à la soumission.
11. Fixation au Gros Œuvre / Réservations / Scellements

46
Les poteaux d'huisseries en aluminium seront toujours scellés à la dalle supérieure et traverseront
donc, le cas échéant, le faux - plafond du local.
Les scellements des pré - cadres au mortier sont à la charge du Gros - œuvre , après présentation
et fixation des pré - cadres par l'Entrepreneur du présent lot qui restera responsable de la pose des
pré - cadres. A cet effet, il lui appartiendra de contrôler les scellements faits par le maçon, les
alignements, aplombs, etc...
La fixation des pré - cadres ou cadres dormants au gros - œuvre doit être assurée de façon rigide
sur tout le périmètre y compris les pièces d'appui.
Les scellements devront faire l'objet d'une étude particulière pour tenir compte des structures qui
doivent recevoir ces menuiseries et qu'il est rigoureusement interdit de dégrader.
Le choix de l'emplacement des scellements doit être déterminé judicieusement en fonction du
type d'ouvrant et des efforts transmis aux cadres, pouvant en résulter.
Les scellements dans le Gros – œuvre se feront par un système de fixation à sec :
Fixation par équerres en plat plié ou cornières en acier galvanisé fixées elles-mêmes sur des
tasseaux réservés
o Fixation par chevilles à expansion genre SPIT ROCK.
o Fixation sur rails genre HALFEN ou VEMA (profilés en U fermés).
Les fixations au pistolet sont interdites.
Dans le cas d'un système à sceller dans des panneaux préfabriqués au moment du coulage,
l'Entrepreneur de menuiserie fournira des gabarits de positionnement de ses éléments et assistera
l'Entreprise de Gros – œuvre dans la mise en place.

12. Tolérances
Les cotes de menuiseries indiquées par les plans de principe et dans le descriptif technique sont
des cotes théoriques qui ne tiennent pas compte des tolérances dimensionnelles des travaux de
Gros - œuvre .
Le système de fixation des prés - cadres ou cadres devra tenir compte de ces tolérances
dimensionnelles et comportera les éléments nécessaires qui permettent de les absorber.
En cas de nécessiter, le menuisier sera amené à corriger les défauts d'aplomb et d'alignement
éventuels, en accord avec le Maître d'Ouvrage.
Aucune plus-value ou moins-value ne sera appliquée en cas de variation des dimensions de plus
ou moins 10% de la surface de l'ouvrage.
En cas d'augmentation ou de diminution supérieure à 10%, le prix de l'ouvrage modifié sera
calculé sur la base du prix au m² de l'ouvrage initial.

ARTICLE 58. PRESCRIPTIONS PARTICULIÈRES AUX VITRAGES DES


MENUISERIES ALUMINIUM
Les vitrages des menuiseries aluminium seront fournis et posés par l'Entrepreneur du présent lot
et ce vitrage sera inclus dans le prix unitaire de chaque ouvrage. Les épaisseurs de vitrage du
présent Descriptif sont des épaisseurs minimales ; en tout état de cause, les vitrages auront une
épaisseur conforme aux normes et déterminée suivant les prescriptions du Mémento DTU N-39.
Ils seront non déformants et de premier choix.
Le système d'étanchéité des vitrages utilisés en façade sera conforme aux prescriptions du
Mémento DTU N-39.
La mise en œuvre des vitrages sera réalisée suivant les prescriptions du DTU N-39 (feuillures,
jeux, calages, etc...).
47
Toute la miroiterie sera posée avec des profils néoprène spécialement étudiés en fonction des
profilés d'aluminium utilisés. Avant la pose, la face interne du profilé, côté extérieur, sera
préalablement revêtue d'un mastic agréé par le CSTB, avant la pose du joint de néoprène.

ARTICLE 59. PROTECTION DES OUVRAGES


L'Entrepreneur devra la parfaite protection de tous ses ouvrages pendant toute la durée du
chantier. En plus des protections de chantier, les ouvrages recevront, en usine, des protections
provisoires (films plastiques, cires ou paraffines, etc...).
L'enlèvement de ces protections reste à la charge de l'Entrepreneur du présent lot.

ARTICLE 60. RÉVISION - NETTOYAGE


En fin de chantier, l'Entrepreneur devra la révision complète de tous les ouvrages qui auraient été
détériorés, le débouchage des trous de buées, le graissage de tous les axes et parties mobiles, la
vérification de tous les systèmes de manœuvre et de condamnation.
Il devra aussi le nettoyage de ses vitrages et profils apparents.

ARTICLE 61. TRAVAUX ET FOURNITURES DIVERSES


Nonobstant les travaux décrits précédemment, l'Entrepreneur du présent lot devra tous travaux
nécessaires ou fournitures pour une parfaite finition et fonctionnement de ses ouvrages. Aucune
réclamation ne sera admise pour une omission quelconque qui pourrait se glisser dans les plans ou
pièces écrites concernant le présent lot, et qui serait contraire à la volonté du Maître d’œuvre.
De plus, l'Entrepreneur est réputé connaître la climatologie locale et ne pourra, de ce fait, se
prévaloir de défauts qui pourraient se révéler après la pose des menuiseries.

ARTICLE 62. RÉCEPTION DES TRAVAUX


L'Entreprise sera responsable de ses travaux jusqu'à réception de l'ensemble des ouvrages.
Les clés seront remises au Maître de l'ouvrage sur un tableau avec les étiquettes précisant leur
destination.

ARTICLE 63. NATURE DES PROFILÉS


Les profilés à utiliser seront de type ALUMA, Profil Systèmes, ou similaire. Aluminium
Naturel anodisé.

48
VII) SOUS LOT FAUX-PLAFONDS
ARTICLE 64. INDICATIONS GENERALES
Le présent devis a pour objet de définir les conditions d'exécution de la totalité des ouvrages,
objet du SOUS LOT : FAUX-PLAFONDS
1.1. DEFINITION DES PRESTATIONS
Elles comprennent :
- La fourniture, le transport à pied d'œuvre, le stockage, la mise en œuvre, le
réglage, les découpes, les matériaux, matériels, éléments constitutifs et ouvrages
accessoires nécessaires à l'exécution des travaux conformément aux dispositions
du devis descriptif.
- La fourniture d'échantillons et la présentation des prototypes.
- La fourniture, la mise en place et le repli de tous les échafaudages nécessaires à
l'exécution des travaux.
- La conduite et la surveillance du chantier jusqu'à réception des travaux.
- La réfection ou la réparation des ouvrages défectueux ou détériorés constatés soit
en cours d'exécution, soit à la réception, avec toutes les conséquences en
découlant.
- La protection de tous les ouvrages, en cours de chantier pour éviter des
dégradations et les taches dues aux projections de plâtre ou de ciment jusqu'à la
réception des travaux, la protection des arêtes bâties, etc...
- Les nettoyages en cours et en fin de travaux, l'enlèvement des déchets, gravois et
emballages etc..., et tous les matériels utilisés pour la mise en œuvre des ouvrages,
compris transport aux décharges publiques.
L'Entrepreneur a, à sa charge, l'exécution de tous les travaux définis par le présent Cahier des
charges. Il devra livrer les ouvrages parfaitement terminés et suppléer par ses connaissances
professionnelles aux détails qui pourraient avoir été omis dans les prescriptions et qui seraient
nécessaires au parfait achèvement des ouvrages suivant les règles de l'art.
1.2 DOCUMENTS TECHNIQUES DE REFERENCES
L'Entrepreneur du présent lot devra exécuter tous ses travaux ou installations conformément
aux normes et règlements en vigueur au Maroc à la date de la remise de son offre, ou à défaut,
aux normes et règlements Français, notamment :
Normes de mise en œuvre :
-D.T.U. 25-232
Plafonds suspendus. Plaques à enduire.
Plaques de plâtre à parement lisse directement suspendues.
-D.T.U. 25.51
Plafonds en staff.
Normes Marocaines :
NM 10-01-C-045 Plâtres-spécifications.
NM 10-01-B-046 Plâtres-méthodes d'essais.
Normes France :
NFA 35-501  : Aciers pour supports et suspentes.
NFA 45-005  : Profilés plats.
NFA 45-007-45-002  : Profilés en U.
NFA 45-009-45-010  : Profilés en cornière.
NFA 45-009  : Profilés en T.
NFA 35-572  : Aciers inoxydables.
NFA 91-450  : Profilés en aluminium
NFA 91-131  : Fils de fer galvanisés (suspension).
NFB 12-302  : Pour les plâtres.
49
NFB 12-401  : Pour les plâtres
D.T.U. 58-1  : Plafonds suspendus en matériaux fibreux
d'origine minérale, en panneaux dérivés du bois,
et en métal.

1.3 ETENDUE DES TRAVAUX


L'ensemble des ouvrages comprenant essentiellement :
 Faux plafonds en staff lisse.
 Corniche.
 Faux plafonds acoustiques.
1.4 DESSINS D'EXÉCUTION DE DETAIL
L'Entrepreneur devra soumettre à la Maîtrise d’Œuvre d'après les dessins d'ensemble qui seront
remis, les dessins d'exécution détaillés nécessaires à la réalisation des ouvrages et à leur pose,
en liaison avec les autres corps d'état.

Les dessins devront en outre préciser les emplacements et dimensions des faux plafonds, ainsi
que les dessins de détail des faux plafonds.
1.5 IMPLANTATIONS DES OUVRAGES
Après agrément, la Maîtrise d’Œuvre retournera un exemplaire des dessins de l'Entrepreneur
visés "BON POUR EXECUTION".
L'Entrepreneur est tenu, avant d'entreprendre la fabrication des ouvrages définis par ses dessins
d'exécution, de vérifier sur place les dimensions des emplacements. Il signalera par écrit à la
Maîtrise de chantier toutes les erreurs de dimensions et de réservations prescrites par ses dessins
et non respectées. Faute de s'être conformé à cette prescription l'entrepreneur subira seul la
responsabilité des erreurs non signalées en temps utile.
1.6 PROTOTYPES & ECHANTILLONS
Dans les délais précisés au planning d'exécution, l'Entrepreneur sera tenu de soumettre à
l'approbation de la Maîtrise d'Œuvre un échantillon de chaque nature d'ouvrage prévue au
marché.
Ces échantillons seront soumis à l'approbation de la maîtrise d'œuvre. la fabrication complète
des ouvrages ne pourra commencer qu'après l'acceptation définitive et sans observation de la
Maîtrise d'Œuvre.

Tous les éléments réalisés devront être rigoureusement conformes aux prototypes acceptés par
la Maîtrise d'Œuvre faute de quoi ils seront refusés.
1.7 TRANSPORT - RECEPTION A LA LIVRAISON
Le transport de tous les éléments d'ouvrages sera effectué avec toutes les précautions
nécessaires pour éviter les détériorations de toutes natures.
Le contrôle visera la qualité de fabrication et la conformité aux documents particuliers du
marché.
Tout élément non conforme ou de mauvaise qualité sera rejeté et immédiatement évacué des
chantiers.
1.8 PROTECTION DES OUVRAGES
L'Entrepreneur est responsable de la protection de tous les ouvrages faisant partie de sons
marché, et ce, jusqu'à la réception provisoire tous corps d'état.
Il doit la fourniture et la pose de tous les éléments de protection solide et durable, les
réparations ou le changement des éléments seront à la charge de l'Entrepreneur. Celui-ci fera

50
sons affaire personnelle de tous les rapports avec les autres corps d'état sans que soit concerné
en cette matière le Maître d'Ouvrage.

ARTICLE 65. PROVENANCE DES MATERIAUX


Les matériaux destinés à l'exécution des travaux seront d'origine marocaine. Il ne sera fait appel
aux matériaux d'origine étrangère qu'en cas d'impossibilité de se les procurer sur le marché
local.
Les matériaux proviendront en principe des lieux de production suivants :
DESIGNATION LIEUX DE PROVENANCE
Plâtres Des dépôts du Maroc.

Fils de fer galvanisés. Des dépôts du Maroc.

Faux plafond modulaire Importation type "ARMSTRONG " BLANC

Par le fait même de son offre l'Entrepreneur es réputé connaître les ressources des dépôts
indiqués ci-dessus, et aucune réclamation ne sera admise concernant les prix à pied d’Œuvre
des matériaux nécessaires à l'exécution des ouvrages.

ARTICLE 66. PRESCRIPTIONS CONCERNANT LES OUVRAGES


1) GENERALITES
Normes terminologie :
Les normes à prendre en compte et la terminologie applicable aux matériaux sont celles des
normes AFNOR.
Qualité et préparation des matériaux:
Les matériaux seront de la 1° qualité de leur catégorie et exempts de tous défauts. Ils seront
ininflammables.
Fils de fers galvanisés :
Proviendront des dépôts de Maroc et seront de la classe B ; Ils répondront aux spécifications de
galvanisation de la norme NFA91.131.

Plâtre :
Il répondra aux spécifications de la norme NFB 12.302. Sa qualité sera PFC 2, sa finesse
répondra aux caractéristiques ci-dessous :
Tamis d'ouverture mailles carrés (mm)Refus "r" correspondant en %
0,2 r<1
0,1 r < 10
Il sera livré en sacs fermés et proviendra des usines de la région de safi.
Il sera armé à l'étoupe.

2) ESSAIS D'AGREMENT ET DE RECETTE

Pour le plâtre :
Les essais de ce matériau sur ces propriétés physiques, coulabilité, prise, traction et propriétés
chimiques, selon la norme NFB 12.401.
Sa consistance d'emploi, mesurée 3 minutes après le gâchage, correspondra à un étalement de
180 mm + 20 mm, pour un taux de gâchage eau/plâtre < 0,75 (plâtre, eau > 1.33). Essais
exécutés selon spécification de l'art 4.312.1 de la norme NBF 12.302.

51
Sa limite de coulabilité sera égale ou supérieure à 6 mm dans les conditions de l'art 4.3/3.1 de
cette norme.
Son temps de prise sera > 15 minutes ; son pourcentage en 50 sera > 45 %

Essais de réception :
Ils seront de type B. Ils porteront sur :
o La conformité avec le motif prescrit.
o La non-vibration sous l'effet des équipements incorporés.
o L'effet de flèche : tolérance 0,15 % de la largeur de la partie d'ouvrage visible
d'un même point d'observation.
o L'aplomb : sans aucune tolérance.
o L'ajustage : tolérance 3/10 mm pour éléments chanfreinés et 2/10mm pour
éléments non chanfreinés.
o L'équerrage : le hors d'équerre ne dépassera pas 1/500° de la largeur de l'élément
considéré.
o les raccords avec les ouvrages voisins : tolérance 1 mm.
o L'aspect : conformité avec les prescriptions de l'architecte.
o Cette liste non limitative, pourra être complétée par des prescriptions de
l'ingénieur ou de l'architecte.

52
VIII) SOUS LOT PEINTURE
ARTICLE 67. INDICATIONS GENERALES
1.1 OBJET
Le présent cahier des prescriptions techniques a pour objet de définir les conditions d'exécution de
la totalité des ouvrages objet du : SOUS LOT : PEINTURE.
1.1.1 DEFINITION DES PRESTATIONS
Elles comprennent :
- La fourniture, le transport et la mise en œuvre de tous les enduits préparatoires des
peintures et des matériaux nécessaires au parfait achèvement des travaux conformément
aux dispositions du devis descriptif.
- La conduite et surveillance du chantier jusqu'à réception des travaux.
- La fourniture, la mise en place et le repli tous les échafaudages nécessaires à l'exécution
des travaux.
- L'exécution d'échantillons suivant les choix des produits et les nuances retenues par la
Maîtrise d’Œuvre sur les surfaces témoins.
- L'examen des supports des subjectiles, leur brossage et époussetage.
- La protection des ouvrages non peints, les sols, revêtements divers, menuiserie métallique
en métal inoxydable, quincaillerie, appareillages électriques et autres etc...
- Les raccords et reprises après intervention des autres corps d'état, notamment après les
mises en jeu.
- La réfection des travaux défectueux ou abîmés, soit en cours de travaux, soit à la réception,
avec toutes sujétions en découlant.
- La protection de toutes les surfaces peintes par l'Entreprise jusqu'à réception des travaux
etc..., et tous les matériels utilisés pour la mise en œuvre des ouvrages.
L'Entrepreneur a à sa charge l'exécution de tous les travaux définis par le présent Cahier des
charges. Il devra livrer les ouvrages parfaitement terminés et suppléer par ses connaissances
professionnelles aux détails qui pourraient avoir été omis dans les prescriptions et qui seraient
nécessaires au parfait achèvement des ouvrages suivant les règles de l'Art, il devra en outre :
Tous les travaux de préparation, époussetage, égrenage, brossage, décalaminage, rebouchage, et
l'exécution d'enduit garnissant.
1.1.2 DOCUMENTS TECHNIQUES DE REFERENCES
L'entrepreneur devra exécuter tous ses travaux ou installations conformément aux normes et
règlements en vigueur au Maroc à la date de la remise de son offre, ou à défaut, aux normes
AFNOR en particulier :
o NF T 30.001 - Terminologie et défauts divers
o NF T 30.002 - Classification des pigments minéraux.
o NF T 30.003 - Classification des familles de peintures, vernis et produits
Annexes.
o NF T 30.015 - Peinture - Essai de résistance à l'abrasion.
o NF T 31.001 - Blancs broyés à l'huile de lin.
o NF T 78.331 - Mastic à l'huile de lin.
o NF T 32.500 - Classification et épaisseur.
1.2 PROVENANCE - QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX
1.2.1 PROVENANCE DES MATERIAUX
D'une façon générale, les matériaux, devront être agrées par la Maîtrise d’Œuvre.
Les conditions générales et les qualités sont définies par les S.T.D.
Les préparations des surfaces en particulier devront répondre strictement aux prescriptions ci-
après et des S.T.D.

53
NATURE DES PROVENANCE OBSERVATIONS
MATERIAUX
Teintes fines des dépôts Du choix de la Maîtrise
Couleurs
agrées. d’Œuvre.
Marque et qualité à faire
Peintures latex vinylique
Des dépôts agrées. agréer par la Maîtrise
glycéro-apprêts - vernis.
d’Œuvre.
Marque et qualité à faire
Peinture antirouille. Plombium. agréer par la Maîtrise
d’Œuvre.

NOTA
La Maîtrise d'Œuvre pourra exiger des analyses de peinture par un laboratoire agréé préalablement
à tout agrément. Les frais seront à la charge de l'Entreprise.
L'Entrepreneur devra soumettre à la Maîtrise d'Œuvre un échantillon de chaque espèce de
matériaux ou fournitures qu'il se propose d'employer. Il ne pourra mettre en œuvre des matériaux
ou des fournitures qu'après acceptation donnée à l'Entrepreneur par ordre de service délivré par la
Maîtrise d’Œuvre.
Les références et procès-verbaux d'analyses des peintures seront à fournir à la Maîtrise d’Œuvre.
L'Entrepreneur devra pouvoir présenter à toute réquisition, des attestations et certificats prouvant
l'origine et qualité des matériaux proposés. Les peintures en particulier seront livrées en bidons
d'origine plombés par le fournisseur.
Par le seul fait du dépôt de son offre, l'Entrepreneur sera réputé connaître, pour s'en être
personnellement rendu compte, les ressources des dépôts désignés ci-dessus, aucune réclamation
ne sera recevable concernant le prix de revient à pied d’Œuvre de ces matériaux.
1.2.2 IMPRESSIONS
1.2.2.1 Ciment ou béton
Sur les ouvrages en ciment ou en béton, toute impression isolante devra être prévues sans qu'il soit
besoin de la signaler dans la " désignation des ouvrages ".
1.2.2.2 Bois
Les nœuds des résineux devront être isolés à la gomme laque.
Sur les bois destinés à être peints, il sera prévu une couche de peinture d'impression réalisée avant
pose.
Les bois devront subir un traitement insecticide et fongicide.
Les bois devant recevoir un traitement spécial seront préparés suivant indications du fabricant du
traitement et indications du S.T.D.
Les bois destinés à être vernis recevront une couche de vernis coupé avant pose.
1.2.2.3 Métaux ferreux
Les éléments en métaux ferreux seront livrés sur le chantier préservés d'une couche d'antirouille
appliquée par les entrepreneurs des lots spéciaux, toutefois, l'Entrepreneur du présent lot devra,
même si cela n'est pas spécifié dans la désignation des ouvrages en dérouillage éventuel, un
dégraissage et une couche primaire de peinture antirouille.
1.2.2.4 Autre métaux
Ils seront soigneusement dégraissés avant mise en peinture.

54
1.3 PRESCRIPTIONS CONCERNANT LES PEINTURES
Les travaux de peinture comprendront obligatoirement les phases suivantes:
a) Apprêt, nettoyage des fonds, brûlage pour les menuiseries bois, rebouchages, impression,
enduit général etc...
b) La première couche de peinture.
c) La deuxième couche de peinture après séchage parfait de la première.
d) Le nettoyage parfait de toutes les pièces de quincaillerie Ou appareillage électrique.
Tous les sols doivent être efficacement protégés afin de ne pas être tachés.
Chaque opération terminée pourra faire l'objet d'un constat, les deux couches de peinture devront
se différencier par une légère nuance de teinte, la deuxième couche étant bien entendu, au ton
exact défini par la Maîtrise d'Œuvre.
L'attention de l'Entrepreneur est attirée sur le fait que les menuiseries et quincailleries posées avec
une couche d'impression n'implique pas obligatoirement que cette impression est destinée à
protéger les fournitures pendant la durée des travaux.
Les travaux tels que le nettoyage final des lieux sont à la charge de l'Entrepreneur et devront être
exécutés de façon parfaite, les sols, les plinthes et le retour horizontal des plinthes devront être
lessivés à plusieurs reprises au savon noir de première qualité, l'esprit de sel étant formellement
interdit.
Les hauts et bas de portes hors vue devront être peints, ou vernis, les serrures des portes bloquées
devront être nettoyées avec précaution à l'essence et huilées ainsi que toutes les autres
quincailleries, crémones, targettes, paumelles etc... Toutes les paumelles et charnières perforées
devront être huilées.
Le blanc de zinc devra être obligatoirement composé d'un minimum de 99,6% d'oxyde de zinc
pour label de qualité "cachet vert".
1.4 ECHANTILLONNAGE DES TEINTES
L'Entrepreneur devra exécuter à ses frais et sur les indications de la Maîtrise d'Œuvre, tous les
échantillons de teintes demandées.
Après accord de l'architecte, l'Entrepreneur réalisera des échantillons témoins mobiles exécutés sur
objet mobiles acier, béton, enduit.
La surface de ces échantillons mobiles est d'au moins 0,25 m² (0,50 x 0,50).

ARTICLE 68. TRAVAUX PREPARATOIRES ET DE FINITION DE


PEINTURE EN ELEVATION
Après préparation de ces surfaces témoins mobiles et avant tout commencement d'exécution sur le
chantier, l'architecte désignera à l'Entrepreneur les locaux où seront exécutés sur des surfaces
témoins fixes, des essais d'enduit pelliculaire garnissant et de finition de peinture.
Avant l'application des peintures proprement dites, les surfaces seront apprêtées et devront être
reconnues par l'architecte prête à recevoir les couches protectrices.
Les travaux préparatoires et de finition seront exécutés avec le plus grand soin, conformément aux
ordres donnés et aux prescriptions techniques générales, applicables aux travaux de peinture,
prévus au cahier n°139, édité par le centre scientifique et technique du bâtiment. (C.S.T.B.)
Les rechampissages nécessaires ne donneront lieu à aucune plus-value.
L'Entrepreneur sera soumis sans restriction aux dispositions des articles 28, 70, 71, 173 et 174 du
devis général d'Architecture.
Les peintures seront suivant les subjectile, exécutées soit par pulvérisation au pistolet, soit à la
brosses soit au rouleau, tout séchage artificiel est interdit.
55
En outre, il est précisé :
- Qu'il peut être prescrit des teintes différentes dans chaque local.
- Que dans un même local, il pourra être prescrit l'exécution de teintes différentes.
Au cas où, après application des couches prescrites, certaines surfaces ne présenteraient pas une
teinte uniforme (parties mâtes ou traces de pinceau) l'Entrepreneur devra, à ses frais, exécuter
après nouveau ponçage les couches supplémentaires nécessaires à la finition parfaite des surfaces
peintes.

ARTICLE 69. PROTECTION ET REMISE EN ETAT


L'Entrepreneur devra assurer une protection parfaite des ouvrages qui pourraient être tachés par
des produits qui seront notamment compris dans la protection, les enduits préalables sur les
quincailleries, les appareils électriques etc...
Sont compris dans le prix, le nettoyage, l'enlèvement de toutes les protections appliquées sur les
différents ouvrages pendant l'exécution des peintures.
A défaut d'avoir pris des précautions suffisantes ou effectué un nettoyage correct, l'Architecte fera
procéder aux nettoyages nécessaires aux frais de l'Entrepreneur.
Les dépenses correspondantes seront induites, sans autre préavis, sur le décompte des sommes qui
seront due au titre de la présente entreprise.
L'Architecte exigera également la réfection aux frais de l'Entrepreneur des parties peintes et non
réceptionnées qui auraient été endommagées sans que ce dernier puisse opposer une recherche de
responsabilité.

ARTICLE 70. VERIFICATION ET CONTROLE DES PEINTURES


Des vérifications de conformité auront lieu à la diligence de l'architecte.
Ces prélèvements seront faits contradictoirement, si l'Entrepreneur ou son représentant dûment
convoqué fait défaut, les prélèvements seront valablement faits en son absence.
Les échantillons destinés aux analyses de conformité pourront être prélevés immédiatement et de
nouveaux essais seront effectués aux frais de l'Entrepreneur sur les lots de remplacement.
L'Analyse qui fera apparaître, pour un échantillon déterminé, une qualité différente de celle
présentée par le fabricant, entraînera le non-paiement de la surface peinte à l'aide de la peinture
échantillonnée.

ARTICLE 71. PRESCRIPTIONS PARTICULIERES A LA VITRERIE


Les vitrages auront une épaisseur minimale conforme aux normes, épaisseur déterminée par les
dimensions des volumes à mettre en place. Ces vitrages seront de premier choix, clairs ou teintés
suivant descriptif et non déformants.
La vitrerie devra être coupée de manière à s'ajuster avec un jeu de 2 mm minimum dans le fond
des feuillures et occuper les deux tiers au moins de la largeur de la feuillure.
Avant la pose d'une vitre, les feuillures seront nettoyées à vif, elles recevront une couche de
peinture à l'huile pour les menuiseries bois.
Les vitres seront posées à bain de mastic extérieur et intérieur au moyen de parcloses fournis par
l'Entrepreneur de menuiserie.
Les vitrages seront nettoyés à la fin des travaux avant la réception provisoire.

56
L'Entrepreneur devra s'assurer que les feuillures ont été imprimées avant tout commencement
d'exécution.
Le mastic à l'huile de lin devra être de première qualité dans les meilleures parques.
Les bandes de mastiques bien rectilignes, et le recouvrement sera exécuté suivant les règles de
l'Art.
Tolérances d’épaisseur : (verres de 1ère qualité).
- Verre normal clair ..........................................3,6 à 4,0 mm.
- Glace ............................ .............................….6,0 à 8,0 mm.
Tous les travaux de vitrerie comportant le risque de casse sont à la charge exclusive de
l'Entrepreneur.
Le prix du mètre superficiel comportera, chargement et déchargement, coupes enlèvement des
déchets, le nettoyage des verres à l'achèvement du chantier.
Les verres seront du choix vitrerie.
Les verres seront posés en feuillures et par des pointes à vitrer.
L'Entrepreneur ne pourra se servir du pistolet à vitrer qu'après en avoir reçu l'autorisation de la
Maîtrise d’Œuvre.
Il appartient à l'Entrepreneur du présent lot de respecter toutes les prescriptions définies pour les
travaux de ce genre, en aucun cas il ne pourra prétendre à un supplément de prix quelconque pour
quelque cause que ce soit pour le non-respect des conformités d'exécution.
Sitôt la mise en Œuvre, l'Entrepreneur sera tenu de rendre visibles les vitres et glaces par une
application partielle de produit de ton blanc.
Les dimensions des volumes seront relevées en accord avec le fournisseur des menuiseries qui doit
fournir à l'entreprise de vitrerie, sur sa demande, un relevé des dimensions fond de feuillures à
vitrer de chaque élément. L'Entreprise restera après accord, sur les dimensions définies,
responsable.
La vitrerie sera mesurée au mètre carré quelque soit la spécification du verre posé conformément à
l'article 238 du D.G.A
SABLAGE
Le sablage par projection des silices permettra d'obtenir un dépolissage du vitrage. La pénétration
du jet de silice ne sera pas supérieure à 15 microns.
Aspect : Possibilité d'incorporation de motifs suivant choix et calepinage architecte.
Le dépolissage devra être uni, sans nuances et d'une parfaite régularité.

57
IX) SOUS LOT PLOMBERIE SANITAIRES-CLIMATISATION
PLOMBERIE SANITAIRES
Consistance des ouvrages
Branchement eau froide et distribution d'eau froide.
Productions et distributions eau chaude.
L'ensemble des évacuations eaux usées, eaux vannes, eaux pluviales.
L'installation des appareils sanitaires et leurs raccordements.
Règlements – DTU – normes
La réglementation régissante est celle marocaine et à défaut, les documents normatifs français
régissant les matériaux à employer, l'exécution, les conditions de réception et d'essais seront
appliqués. L'ensemble des matériaux et matériels proposés seront NF.
Seront particulièrement pris en compte :
DTU 60.11 : Règles de calcul des installations de plomberie sanitaires et d'eaux pluviales.
Les décrets relatifs aux eaux destinées à la consommation humaine.
Les règlements sanitaires.
Les circulaires relatives à la surveillance et à la protection de la légionellose.
Base de calcul
Normes et règlements
DTU 60.11 : règles de calcul des installations de plomberie sanitaire et d’eaux pluviales.
Eau froide – Eau chaude
Débits
Débits de base des équipements QB
QB QB
Équipements
Eau froide (l/s) Eau chaude (l/s)
Lavabo 0,20 0,20
Douche 0,20 0,20
WC avec réservoir 0,15 -
Poste d’eau 1/2" 0,33 -
Poste d’eau 3/4" 0,42 -
Evier 0,20 0,20
Douche 0,20 0,20
Urinoir à action siphonique 0,50 -
Machine à laver le linge 0,20
Machine à laver la vaisselle 0,10
Lave-mains 0,10 0,10
Détermination des débits probables QP
Les débits probables seront déterminés à l’aide de la formule suivante :
QP = somme des QB x y
0,8
y = coefficient de simultanéité déterminé à l’aide de la formule suivante : √ x−1
x = nombre d’appareils à alimenter
Pressions
La pression minimum fournie à l’appareil le plus défavorisé sera de 1,5 bar (150 kpa).
La pression du réseau eau de ville est de à définir auprès de la régie local.
Dans le cas de la non disponibilité de pression résiduelle suffisante, un stockage et son réseau
surpressé seront nécessaires.
Vitesses
Les calculs des conduites eau froide et eau chaude seront déterminés en fonction des vitesses
suivantes :
58
1,50 m/s pour les canalisations verticales cheminant en gaines techniques
2,00 m/s pour les canalisations horizontales cheminant en infrastructure.
Évacuations eaux usées - eaux vannes
Débits
Débits de base des équipements QB
Débit de base des équipements
Équipements
(l/s)
Douche 0,5
Lavabo 0,5
Urinoir à action siphonique 1,0
WC à chasse directe 1,5
Evier 0,75
Lave-mains 0,5
Détermination des débits probables QP
Les débits probables seront déterminés à l’aide de la formule suivante :

QP = somme des QB x y
0,8
y = coefficient de simultanéité déterminé à l’aide de la formule suivante :√ x−1
x = nombre d’appareils à alimenter
Diamètres
Les diamètres de tuyauteries seront déterminés à l’aide de la formule de Bazin (DTU 60.11).
Les collecteurs seront dimensionnés à 50 % de leur capacité de remplissage.
La pente minimale utilisée sera de 1,5 cm/m de tuyauterie.
En infrastructure, les réseaux d’eaux usées et d’eaux vannes seront regroupés dans un tuyau
unique.
Eaux pluviales
Les eaux pluviales seront collectées séparément des eaux usées.
Le débit par mètre carré sera de 3 l/min pour le dimensionnement des collecteurs.
Les collecteurs des niveaux situés en infrastructure seront de type gravitaire.
Les tuyauteries gravitaires seront dimensionnées à 70 % de leur capacité de remplissage.
La pente minimale utilisée sera de 1 cm/m pour les collecteurs gravitaires horizontaux.
Les collecteurs seront dimensionnés suivants la formule de Bazin (DTU 60.11).
Branchement eau de ville
Le branchement en eau potable se fera à partir du réseau d’eau de ville sur une niche équipée de
compteur conformément aux recommandations du concessionnaire. A la sortie de la niche il
sera prévu trois départs :
 Départ réseau eau froide.
 Départ réseau arrosage.
 Départ réseau Incendie.
La pression au branchement est à définir auprès de la Compagnie Distributrice.
Arrosage 
Branchement en eau potable se fera à partir du réseau d’eau de ville par un regard équipé de
compteur conformément aux recommandations du concessionnaire. Le réseau d’arrosage sera
alimenté en eau provenant d’une bâche d’arrosage, par un surpresseur d’arrosage. La bâche sera

59
alimentée en eau souterraine venante de nouveaux forages (en cas d’analyse physico-chimique
favorable), soit en cas de manque par eau de ville.
Dans ce lot, seule est prévue l’attente après compteur pour remplissage de la bâche d’arrosage.
Le réseau d’arrosage est à la charge du lot VRD.
Bassin 
Le remplissage du bassin sera assuré par un piquage sur le collecteur prévu après le compteur.
Eau froide
Distribution eau froide
Les réseaux EF extérieurs seront réalisés en polyéthylène ligne bleu PN 16.
Les réseaux EF intérieurs seront réalisés en polyéthylène ligne bleu PN 16 ou en Retube.
Il sera prévu des réducteurs de pressions après le compteur si la pression du réseau d’eau de
ville est très importante. La pression au droit de puisage doit être entre 1,5 bars et 2.5 bars.
Il sera prévu une distribution vers les appareils sanitaires en retube prenant naissance dans des
coffrets de distribution. Il sera prévu un départ supplémentaire pour chaque collecteur et des
vannes d’arrêt pour chaque départ.
En aval du compteur, il sera prévu un collecteur DN100 en TAG.
Protection anti-pollution et robinetterie
Le choix de la protection du réseau de l’eau potable résultera d’une analyse précise de risque.
Le Guide Technique édité sous l’égide du Ministère de la Santé en France rassemble les types
d’installation d’eaux les plus courantes et donne pour chacune d’elles, les solutions les plus
appropriées à chaque niveau de protection des réseaux types définis par la réglementation.
Pour les autres cas, et notamment les équipements raccordés aux réseaux, il existe une
méthodologie d’analyse spécifique des risques et de choix de protection. Cette méthode associe
les principaux paramètres techniques de l’installation et la nature de fluides dont il y a lieu de se
protéger. Ces paramètres, une fois modélisés, permettent d’évaluer le risque de retour d’eau, en
le qualifiant.

La valeur de risque est ensuite comparée aux valeurs respectives de couverture de risques
attribuées à chaque ensemble de protection, en fonction de ses performances et ses conditions
d’utilisation, afin de déterminer la plus adaptée.
Ces éléments d’analyse figurent dans les tableaux ci-dessous :
Nature de fluide
Catégorie Définition simplifie Exemples
1 eau potable de référence eau de ville
2 eau ne présentant pas de danger eau de puits profonds
pour la santé
3 eau présentant un risque faible eau des installations incendie,
pour la santé climatisation, chauffage
4 eau présentant un danger eaux industrielles
toxicologique
5 eau présentant un danger eaux d’égouts, nappe phréatique, eau
microbiologique piscine
Paramètres techniques
Pression à l’aval de l’ensemble de P = pression atmosphérique
protection p > pression atmosphérique
Nature de contact entre l’eau potable et les PC : contact permanent et continu (liaison
fluides à risque directe)
PNC : contact permanent mais non continu
(liaison indirecte)

60
T : contact temporaire

Tableau de relevé et de quantifications des risques


P = atm P >atm
Fluide PC PNC T PC PNC T
1 6 2 4 12 8 10
2 12 8 10 14 10 12
3 28 10 12 30 12 14
4 48 32 42 56 48 52
5 56 40 46 70 54 56
Type des protections et leurs valeurs de protection
Surverse par trop plein 70 points
Disconnecteur à zone de pression réduite contrôlable 52 points
Disconnecteur d’extrémité 46 points
Disconnecteur à zone de pression différente non contrôlable 42 points
Soupape anti-vide 40 points
Double clapet contrôlable 30 points
Clapet non retour contrôlable 14 points
Clapet non retour non contrôlable 4 points
Eau chaude sanitaire
Production d’eau chaude
Il sera prévu d'alimenter les vasques des sanitaires en eau chaude sanitaire par des chauffe-eau
électriques instantanés.

Le lot "ÉLECTRICITÉ" assurera l’arrivée du courant électrique protégé jusqu’aux chauffe-eau.


Évacuations
Conception des réseaux
Les réseaux d'évacuation des eaux usées seront indépendants des réseaux eaux pluviales.

Eaux usées et eaux vannes


Les réseaux seront séparatifs en superstructure.

Les eaux vannes (cuvettes WC et urinoirs) seront collectées vers le réseau d'assainissement.

Les eaux usées (lavabos, évier) seront collectées vers le réseau d'assainissement.
Eaux pluviales
Les eaux pluviales provenant de la terrasse seront collectées par un système d’évacuation
gravitaire en tube PVC.
Matériaux utilisés
a) Réseaux EU – EV (chutes et collecteurs) : Tube PVC.

b) Réseaux EP : Tube PVC.

c) Raccordement des blocs sanitaires  : Tube PVC.

d) Réseau condensât : Tube PVC.


Traitement d’eau de bassin

61
Un système de traitement d’eau de bassin par filtration, chloration sera prévu. Pour minimiser
l’utilisation de chlore, il sera prévu un traitement UV en complément.
Les équipements correspondants seront logées dans des regards mitoyens au bassin.
Attentes bar
Il sera prévu une alimentation en eau froide sanitaire pour les besoins du bar office.
Il sera prévu également les attentes pour l’évacuation des appareils et d’un évier.
Appareils sanitaires et accessoires
Les appareils sanitaires sont en porcelaine vitrifiée de couleur blanche.

Les robinetteries sont chromées.

Les appareils et robinetteries sont sélectionnés dans des gammes d’appareils offrant des
possibilités d’économie d’eau et distribuées par des fournisseurs représentés au Maroc.

Robinetterie, de marque Grohe, série Eurodisc

WC suspendu de marque JDF série prêsqu’il

Vasques de marque JDF série Patio

Urinoir de marque JDF série Coquille y compris robinetterie temporisée de marque Presto

Distributeur de savon liquide de marque Inda série Hôtellerie

Sèche mains de marque Mediclinics série kITMediflow.

Porte papier hygiénique avec réserve de marque Inda série Hôtellerie.

Kit balais à poser de marque Inda, série Hôtellerie.

62
X) SOUS LOT- ELECTRICITE COURANT FORT/FAIBLE
ARTICLE 72. CONTENU ET LIMITE DES PRESTATIONS
Sont à la charge de l’entrepreneur du présent lot, la fourniture, pose, raccordement et mise en
service, réception provisoire et définitive des installations suivantes :
 Le raccordement des installations réalisées à l’intérieur des bâtiments au réseau basse
tension
 Les tableaux de basse tension.
 La distribution intérieure en câbles Basse Tension.
 Les chemins de câbles et tubages.
 Le réseau de terre et de protection de l’ensemble des équipements électriques y compris
toutes les liaisons équipotentielles principales et secondaires.
 Les prises de courant.
 L’éclairage de sécurité.
 La lustrerie y compris tous les accessoires de commande.
 Les installations de la téléphonie et précâblage informatique.
 Le tubage pour la distribution TV.

L’entreprise a à sa charge également les prestations suivantes :

 Les études coordonnées d’exécution et l’établissement du dossier d'exécution et du


dossier de récolement.
 La fourniture, le montage, le raccordement et mise en oeuvre de l'intégralité des
équipements et accessoires tels que décrits dans les documents d’appel d’offres pour
répondre aux performances imposées.
 L'exécution des travaux divers tels que :
o Les traversées des ouvrages de maçonnerie.
o Les saignées d'encastrement dans les maçonneries et cloisons et tous les
rebouchages et raccords.
o Tous les scellements, les fourreaux, manchettes, etc. ...
o Tous les raccords divers résultant de la fixation des appareillages.
o Toutes les réfections inhérentes à l’étanchéité, à l’isolation thermique et
acoustique et à la résistance au feu des ouvrages et consécutives aux travaux de
l’Entreprise
o La restauration et la remise en parfait état des bétons, des maçonneries et des
éléments de parachèvement détériorés à cause des travaux de l’Entreprise.
 La protection anti-rouille des pièces et métaux ferreux.
 La fourniture de tous les matériaux et appareillages, leur transport, leur déchargement,
stockage et amenée à pied d’œuvre.
 Les dispositions à prendre pour l'amenée à pied d’œuvre des matériaux lourds.
L'Entrepreneur reste responsable des conséquences que peuvent avoir ses travaux sur la
solidité des constructions ou des traces de fissures qui peuvent apparaître par la suite.
 La peinture de protection et les couches de finition à appliquer sur les pièces
métalliques.
 L'enlèvement régulier des décombres et matériaux sans emploi provenant des travaux de
l’Entreprise et leur transport aux endroits précisés, ainsi que la remise en parfait état de
propreté des divers locaux et lieux où les travaux ont été effectués.
 La remise en état des ouvrages détériorés au cours des travaux.
 Les détails d'exécution et d'implantation des ouvrages sont à présenter au BET et au
bureau de contrôle pour approbation avant le début des travaux.

63
 L'Entrepreneur s'assurera que les ouvertures et caniveaux sont adaptés au passage des
tubes et appareillages; il signalera au Maître d’Œuvre les mises au point qui pourraient
être nécessaires.
 Les échantillons et prototype demandés par le Maître d’ouvrage, le BET ou l’architecte.
 Les installations de chantier qui lui sont propres.
 La main d’œuvre et le matériel nécessaires à l’exécution des ouvrages.
 L’alimentation, le raccordement ainsi que le réglage de tous les appareils et organes
nécessaires au bon fonctionnement des installations.
 La protection et la conservation des approvisionnements et des ouvrages pendant la
durée des travaux et jusqu’à la réception des installations.
 Les contrôles et essais préalables à la réception et l’entretien des installations pendant la
période correspondant au délai de garantie.
 Les certificats de conformité relatifs aux installations électriques réalisées par
l’entreprise.
 L'écolage et la formation du personnel chargé de l'exploitation des installations.
 Les adaptations et les corrections des équipements et des installations jugées nécessaires
lors des contrôles et des réceptions.
 L'entretien, les dépannages et les réparations pendant la période de garantie.

ARTICLE 73. PRESTATIONS PARTICULIERES


DOSSIER D’EXECUTION
Toutes les installations sont matérialisées par l’ENTREPRENEUR sur des plans détaillés. Le
dossier d’exécution se compose des documents d’exécution et des documents de récolement.
Pour l’établissement des plans d’exécution, l’ENTREPRENEUR tient compte des documents
du dossier d’Appel d’Offres ainsi que des plans d’Architecture, de faux plafond, de décoration
et de parachèvement dans leur dernière édition.

Si des modifications d’emplacement, de choix d’équipements ou de principe interviennent par


rapport au dossier d’Appel d’Offres établi par les AUTEURS DE PROJETS (architecte, maître
d’ouvrage, etc.), il appartient à l’ENTREPRENEUR d’en tenir compte dans l’élaboration de ses
plans d’exécution et de se conformer aux instructions reçues lors des réunions d’études
d’exécution et de coordination.

Avant toute commande de la part de l'Entrepreneur et à fortiori avant d'entamer l'exécution des
Travaux, les équipements doivent être soumis à la vérification préalable du BET et dans certains
cas de l’architecte. Ceux-ci refusent de recevoir des documents incomplets ou ne justifiant pas
le choix proposé par rapport aux performances imposées.
NOTES DE CALCUL
Les notes de calculs à introduire par l'Entrepreneur sont :
 bilan actualisé des puissances électriques en fonction des équipements réellement
installés,
 détermination du calibre des protections,
 détermination des réglages thermique et magnétique de protection
 détermination de la section des conducteurs de tous les câbles,
 détermination des courants de court-circuit présumés de chaque armoire électrique,
 détermination de la sélectivité de l'ensemble de l'Installation,
D'autres notes de calcul sont éventuellement précisées dans les Spécifications Techniques.
Ces notes de calcul doivent être approuvées par le B.E.T, le distributeur d’énergie
éventuellement pour la partie qui le concerne et le bureau de contrôle.

64
FICHES TECHNIQUES
Les fiches techniques sont remises globalement pour le matériel proposé et donnent les
spécifications et les sélections retenues dans le cadre du projet. Sur ces fiches, l’entrepreneur
doit indiquer clairement les caractéristiques spécifiques de l’équipement et de ses accessoires
avec les références des produits concernés.
Les fiches techniques à introduire par l'Entrepreneur sont :
 les tableaux et armoires électriques, y compris tous leurs composants,
 les prises de courant,
 la lustrerie,
 les câbles BT et TBT,
 les accessoires de fixation, de montage et de raccordement,
 les interrupteurs, boutons-poussoirs,
 Les armoires de brassage y compris tous les composants passifs et actifs.
En complément des fiches techniques, l’entrepreneur doit soumettre des échantillons des
matériaux ou produits pour vérification à la direction du chantier, BET, Architecte, Maître
d’ouvrage ou autre intervenant.
PLANS D’EXECUTION
L’Entrepreneur établit les plans d'exécution en coordination avec le génie civil, le
parachèvement et les autres techniques, de la totalité des Installations. Ces plans sont cotés et
dessinés à échelle compatible avec les directives de coordination et comprennent notamment :
 plans d’implantation côtés des réservations, percements, découpes ainsi que des
systèmes de fixation et des éléments à incorporer dans le béton ou le parachèvement,
 plans d'implantation des équipements avec indication des poids et de tous les éléments
nécessaires aux calculs de stabilité ou d'acoustique,
 plans d'implantation de tout le matériel et équipement fourni, monté, raccordé ou ayant
une relation avec le Marché, avec pour chaque composant :
 La référence du composant, le numéro du circuit électrique de l'armoire électrique ou du
répartiteur auquel il se raccorde,schémas de principe de l’installation, schémas
unifilaires des tableaux et armoires en y précisant :
o Caractéristiques des départs (calibre, courbes de réglage et réglages thermique et
magnétique...)
o Utilisateurs (dénomination, puissance...)
o Câbles (numéro, section, longueur...)
 plan de construction des tableaux, des armoires électriques, coffrets, répartiteurs avec
détails de :
o Face avant, Avec indication des emplacements de réserve non équipés
o Nomenclature du matériel,
 liste de tous les câbles,
Ces documents doivent être approuvés par la direction de chantier, la maîtrise d’œuvre et le
distributeur d’énergie pour la partie qui le concerne et le bureau de contrôle.

ARTICLE 74. PROVENANCE DES MATERIAUX


La provenance des matériaux, équipements et appareillages destinés aux installations devra être
soumise à l'agrément de la maîtrise d’œuvre et du Maître d'Ouvrage.
Lors de la remise de son offre (et avec sa soumission), il sera dressé et remis par
l'Entrepreneur une liste de tous les équipements et qui précisera le Fournisseur et l'origine de
chaque élément
L’entreprise doit présenter une documentation complète (fiche technique, certificats de
conformité, etc.) du matériel proposé dans son offre.

65
Lorsque la documentation présentée porte sur plusieurs articles (catalogues), l’entreprise doit
signaler clairement l’article proposé en indiquant sur le catalogue le numéro du prix
correspondant au bordereau.

La désignation faite dans le C.P.T. des matériaux, équipements et lustreries à utiliser dans le
présent devis descriptif constitue la base de l'étude de prix que doit faire l'Entrepreneur.

Dans le cas où celui-ci désirerait utiliser des produits d'une autre provenance, il devra présenter
à l'acceptation de la direction de chantier et de la maîtrise d’Œuvre, simultanément, un
échantillon de l'article prescrit par le présent devis accompagné de sa fiche technique et un
échantillon de l'article qu'il propose en remplacement duquel il joindra la documentation
désirable et la liste des références.

Dans ce cas, l'Entrepreneur fournira également les sous détails de prix comparés de l'article
proposé et de l'article prescrit.

ARTICLE 75. PRESCRIPTIONS PARTICULIERES AUX INSTALLATIONS


ELECTRIQUES
NORMES ET REGLEMENTS
Le matériel à mettre en œuvre doit être :
 Conforme aux normes en vigueur le concernant ou à défaut de normes ayant été agrées
par les organismes spécialisés.
 Muni de la marque de conformité aux normes marocaines si elles existent pour le
matériel.
Les installations doivent être conformes aux arrêtés et circulations techniques en vigueur et
en particulier :
 NM 06.6.007 Matériel de pose des canalisations, conduits.
 NM 7.10.100 : Coordination des isolements.
 Le décret n° 73-1007 du 31 octobre 1973 relatif à la protection contre les risques
d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public, et modifié par le
code de la construction et de l’habitation (Article R.123-55).
 Le Décret du 1er décembre 1953 relatif à la protection de la radiodiffusion contre les
parasites industriels
 L’Arrêté viziriel du 28 juin 1938 concernant la protection des travailleurs dans
les établissements qui mettent en oeuvre des courants électriques, modifié et complété
par les arrêtés du 4 avril 1945, du 20 juillet 1945 et de décembre 1951
 L’Arrêté du Ministère des travaux publics n° 127.62 du mois de mars 1963 complété
par l’arrêté du 27 août 1963 concernant les conditions techniques auxquelles doit
satisfaire la distribution d’énergie électrique
 L’Arrêté du Ministère des TP et des communications n° 350-67 du 15 juillet 1967
portant règlement sur les installations électriques dans les immeubles et les
branchements qui les alimentent.

Règlements et normes marocains :


 NM 7.10.100 : Coordination des isolements
 NM 7.34.110 : Conducteurs en cuivre dur (06.3.015).
 NM 7.62.411 : Disjoncteurs pour travaux de contrôle des installations de première
catégorie.
 NM 6.3.004 : Conducteurs et câbles isolés pour installation. Conducteurs et câbles
isolés au caoutchouc de tension assignée au plus égale à 450 V/750 V.

66
 NM 6.3.002 : Méthodes d’essais pour les enveloppes isolantes et les gaines de câbles
électriques rigides et souples.
 NM 6.3.001 : Conducteurs et câbles isolés pour installations âmes de câbles isolés.
 NM 6.3.003 : Conducteurs et câbles isolés pour installations essais de classification
de conducteurs et câbles, du point de vue de leur comportement au feu.
 NM 6.3.006 : Conducteurs et câbles isolés pour installations, câbles rigides isolés au
polyéthylène réticulé sous gaine de protection en polychlorure de vinyle.
 NM 6.7.026 : Appareils d’éclairage : ballast pour lampes tubulaires à fluorescence.
 NM 6.7.002 : Appareils électrodomestiques et analogues aptitude à la fonction des
chauffe-eau fixes non instantanés.
 NM 6.6.002 : Matériel pour installations domestiques et analogues : interrupteurs et
commutateurs de courant nominal supérieur à 10 A, interrupteurs et commutateurs pour
tableaux.
 NM 6.4.001 : Compteurs d’énergie active à courant alternatif.
 NM 06.6.009 Matériel pour installation domestiques (Fiches de PC et socles mobiles de
prolongateurs d’usage courant de courant nominal 6A et de tension nominale 250V) –
REGLES
 NM 06.6.010 Matériel pour installation domestiques (Fiches de PC et socles mobiles de
prolongateurs d’usage courant de courant nominal 6A et de tension nominale 250V) –
CARACTERISTIQUES.
 NM 06.6.018 Disjoncteurs de protection contre les surintensités pour les installations
domestiques et analogues.
 NM 06.3.040 Conducteurs et fils entrant dans la construction électrique.
 NM 06.3.035 Conducteurs et câbles isolés pour installations.
 NM 06.6.026 Matériel pour installation domestiques et analogues (Culots de lampes et
douilles ainsi que calibre pour le contrôle de l’interchangeabilité et de la sécurité)
 NM 06.6.038 Matériel de pose des canalisations.

Concernant la téléphonie
 Norme EIA/TIA 568A, EIA/TIA 569 et ISO 1 IEC 11801
 Normes pour la compatibilité électromagnétique notamment EN55022 et CEI 1000-4-4
 Norme EN 50014 : (Norme Européenne) : Prescriptions générales.
 Norme EN 50019: Sécurité augmentée.
 Norme EN 50 020 : Sécurité intrinsèque.
 Norme EN 60 529 1 CEI 529 : Degré de protection contre les contacts et les corps
étrangers (poussière, eau...).
 Norme EN 55 022 : Emission limites and test procedure for information
technologyequipement
 Norme EN 50173: Information technology- Generic cabling systems
 Norme EN 50082-1: Generic immunity standart for residential, commercial and light
industrial environment.

A défaut, les procédures suivantes permettent d'apporter une présomption de conformité


aux Normes:
 Soit un certificat délivré par un organisme agrée et reconnaissant la conformité du
matériel aux Normes, fourni par le Constructeur.
 Soit une déclaration délivrée par le Constructeur.
En cas de contestation, le Constructeur doit pouvoir faire la preuve de la conformité de
son matériel aux Normes.

67
MATERIELS
ARMOIRES ET COFFRETS ELECTRIQUES.
Armoires et tableaux de protection
Les armoires et tableaux de protection seront conçus selon le même principe afin d’avoir une
uniformité dans les différentes constructions et conformément aux normes en vigueur en
particulier la NF C 15 100, chapitre 558.la NF C 61-910  et EN 60439-3. Ces armoires et
tableaux doivent avoir un degré de protection minimum IP31 (porte fermée).

Ces tableaux seront à éléments préfabriqués et seront choisis en fonction des exigences
des locaux où ils seront installés.
Les tableaux et les armoires comporteront une ossature en profilés ou en tôle pliée 20 à
30/10 d’épaisseur selon l’importance, formés sur toutes les faces par des panneaux métalliques
ou des bandeaux en tôle, ils seront munis de fond métallique.

Toutes les portes seront pourvues de fermeture rapide et serrure de sécurité s’ouvrirant avec
la même clé, suivant l’importance des armoires, les portes pourront être à deux vantaux, à un
vantail ou tout simplement constituées par un simple portillon.

Toutes les faces extérieures sont parfaitement planes et doivent recevoir un traitement par un
procédé de poudre époxy assurant un fini impeccable et garantissant une excellente protection à
la corrosion, une grande résistance aux rayures et aux chocs.
Lorsque les armoires seront placées dans des locaux humides ou poussiéreux, les portes
seront pourvues de joints pour assurer l’étanchéité.
La rentrée et la sortie des câbles seront réalisées par presse-étoupe. Les entrées de câbles seront
situées de façon à respecter l’alignement en nappe de ceux-ci à l’extérieur de l’armoire. Toutes
les presses étoupes non utilisées seront bouchées au moyen d’une rondelle métallique pleine
insérée dans la presse étoupe.
Tous les fils de puissance de commande ou de signalisation seront numérotés conformément
aux schémas avec des colliers imperdables. Un même fil porte le même numéro à chaque
extrémité. En suivant un circuit quelconque, le changement de numéro ne peut s'effectuer qu'au
passage d'une bobine ou d'un contact.
Les tableaux apparents se fixeront sur mur au moyen de vis placées au fond du tableau et se
vissant sur des taquets préalablement scellés.
Les tableaux encastrés seront réalisés avec un boîtier de fond muni de pattes à sceller permettant
la mise en place de la tôlerie avant la pose de l’appareillage.

Le jeu de barre sera isolé par un écran protecteur en matière isolante démontable au
moyen d’outils afin d’éviter les risques d’accidents lors des interventions d’entretien ou de
réparation.

Tous les raccordements entre les appareillages dans les tableaux (disjoncteur, interrupteur, etc.)
et les câbles de puissance, de contrôle et de commande se font au moyen de borniers fixés au
châssis de l'ensemble. Les borniers sont conformes à la norme NFC 61-910.
Les vis de serrage des borniers sont à auto-bloquage empêchant le desserrage intempestif sous
l'influence des vibrations. Les borniers de raccordement des câbles extérieurs de puissance sont
situés suivant les cas dans la partie inférieure et/ou supérieure de l'enveloppe et à une distance
suffisante des parois pour permettre l'épanouissement aisé des conducteurs et l'exécution
correcte des connexions.

68
CANALISATIONS ELECTRIQUES – MODE DE POSE
Généralités
Les liaisons principales entre les tableaux Généraux Basse Tension et les tableaux
secondaires de protection (éclairage et force) seront réalisées en câble de la série U 1000
RO2V posés sur chemins de câbles apparents dans les zones techniques, dans les faux
plafonds ou sous tubes PVC enterrés enrobés de béton.

Les liaisons secondaires entre tableaux de protection secondaire et équipements seront :


 En câble U 1000 RO2V, conforme à la norme NFC 32-321, non armé et isolé au
polyéthylène réticulé (PR) avec gaine extérieure en PVC. Ces câbles seront destinés
pour les alimentations des luminaires encastrés dans les faux plafonds ou des luminaires
étanches.
 En conducteurs de la série HO7VU, sous conduits ICD encastrés, conforme à la norme
NFC 32-201 et isolé au PVC sans gaine extérieure. Ces câbles seront destinés pour les
liaisons entre les tableaux de protection et les prises de courant et des luminaires autres
que ceux encastrés dans les faux plafonds.
 En câbles catégorie CR1 conforme à la norme NFC 32-310, pour les installations qui
nécessitent une continuité de service en cas d’incendie (désenfumage, locaux à risque
d’explosion etc.).
 Des dispositions spéciales sont à prendre dans les zones classées à risque d’explosion,
connecteurs, presse étoupe, etc.…

Les conditions de pose doivent répondre aux indications de la Norme NFC 15-100 et
notamment :
 Tous les conducteurs et câbles devront être démontables sans démolition.
 Tous les conducteurs et câbles doivent être choisis et posés en fonction des influences
externes.
Base de calcul et performance
A) Sections de câbles
Les sections des câbles ou conducteurs actifs (conducteurs de phase+neutre) non précisés au
descriptif seront déterminés en fonction des critères suivants définis dans la Norme C 15.100 :
 Du type de câbles et des conditions de pose
 Courants admissibles en tenant compte de différents facteurs (température ambiante,
résistivité thermique du sol, nombre de conducteurs dans un circuit...)
 des chutes de tension en service et au démarrage
 de la tension de contact admissible
 du court-circuit entre phases ( L ) et entre phase ( L ) et terre ( PE ).
 Températures limites pour les bornes des matériels auxquels les conducteurs sont
connectés.
Les sections minimales des conducteurs admises pour certains circuits particuliers (éclairage,
prises de courant...)
 1.5mm² pour les circuits des foyers lumineux fixes.
 2.5mm² pour les circuits des prises de courant alimentés directement.
B) Chute de tension
La chute de tension sera limitée, entre l’origine de l’installation et tout point d’utilisation aux
valeurs ci-après :
Dans le cas des installations alimentées par un poste abonné MT/BT :
 en régime nominal
o Pour les circuits d’éclairage 6 %.
o Pour les autres circuits 8 %.

69
Dans le cas des installations alimentées par un branchement basse tension
 en régime nominal
o Pour les circuits d’éclairage 3 %
o Pour les autres circuits 5%
En régime de démarrage
 15 % pour les démarrages de moteurs dont le courant de démarrage égale 3 x le courant
nominal sous facteur de puissance égale à 0,3 et alimentés par des transformateurs
 7% pour les conditions analogues, mais alimentés par les groupes de secours
La tension de contact est de 25 V pour les circuits alimentant les locaux humides ou à risque
d'incendie.
Canalisations en câbles
Les câbles seront posés et raccordés en fonction des conditions d'installation définies par le
fabricant. Le rayon de courbure d'un câble ne doit pas être inférieur à six fois son diamètre
extérieur.
Le déroulement d’un câble doit se faire sous une température ambiante supérieure à 5° C. Les
efforts de traction lors du placement ne peuvent pas dépasser les valeurs déterminées par le
fabricant.

Les câbles seront placés avec un mou suffisant afin de permettre la confection d'une tête de
câble préfabriquée. La fixation du câble aux deux extrémités est réalisée de manière à ne
produire aucun effort mécanique sur la plage de raccordement.

Les extrémités des câbles doivent être rendues étanches. Les dérivations et connexions
doivent être réalisées soit dans des boîtes au moyen de bornes, soit sur les bornes de
l'appareillage lorsque leurs dimensions le permettent. Les dérivations et connexions par
épissures sont interdites.

Connexions     
Les dérivations et connexions doivent être réalisées dans des boîtes de raccordement
de dimensions suffisantes sur des bornes appropriées, les épissures sont interdites
Les connexions entre conducteurs et autres matériels doivent assurer une continuité
électrique durable et présenter une tenue mécanique appropriée.

Sauf quelques cas particuliers (jonctions des câbles enterrés, jonctions noyées...), les
connexions doivent être accessibles pour vérification, essais et maintenance.

Les connexions des conducteurs entre eux et avec les appareils ne doivent être soumises à
aucun effort de traction ni de torsion.

Les connexions doivent être en mesure de supporter les contraintes provoquées par les
courants admissibles et par les courants de court-circuit.

Les connexions pourront être réalisées sur les bornes des appareils (repiquage) si :
 Les bornes sont spécialement prévues à cet effet.
 Leur intensité nominale n'est pas inférieure au courant d'emploi du circuit en amont.
Pose des Conducteurs sous conduit
L'encastrement direct des conducteurs sans conduit est interdit dans les matériaux de
la construction.
En principe, un conduit ne doit contenir que les conducteurs d'un seul et même circuit.

70
Il est néanmoins admis que des conducteurs appartenant à des circuits différents emprunteront
le même conduit sous réserve que les quatre conditions suivantes soient simultanément
remplies:
 Tous les conducteurs doivent être isolés pour la même tension nominale.
 Tous les circuits intéressés sont issus d'un même appareil général de commande et de
protection.
 Chaque circuit doit être protégé séparément contre les surintensités.
 Les sections des conducteurs actifs ne diffèrent pas de plus d'un double intervalle
séparant trois sections normalisées successives.

On doit pouvoir tirer et retirer facilement les conducteurs ou câbles après la pose des conduits et
de leurs accessoires. La section totale des conducteurs (isolants compris) ou des câbles (gaine
extérieure comprise) doit être au plus égale au 1/3 de la section intérieure du conduit.

Conditions d’exécution des installations encastrées


La pose des canalisations sera réalisée conformément aux indications de la norme NF C 15-100,
Notamment les chapitres 528 et 529.
Tous les conducteurs et câbles devront être démontables sans démolition.

L'Entrepreneur du présent lot devra prévoir tous percements, trous, fourreaux à mettre en place,


saignées, encastrements et scellements nécessaires aux passages des canalisations et fixations de
différents appareils, points lumineux et des prises de courant.

Il reste entendu qu'aucune saignée ne devra être pratiquée dans les ouvrages porteurs en BA.

Les saignées ne devront jamais traverser une cloison de part en part, même dans le cas de
l'emploi de briques.
Les rebouchages seront à la charge de l’Entrepreneur du présent lot et seront exécutés avec des
mortiers à base de grains de riz grillagés jusqu'au nu extérieur des maçonneries.

Les canalisations apparentes ou en gaines réalisées en câbles U 1000 R02V posés sous colliers
ATLAS cadmiés ou sur chemins de câbles galvanisés après usinage, ces câbles seront protégés
par fourreaux en tube acier galvanisé aux traversées de maçonnerie.

Les conduits montés en apparents seront maintenus à l’aide de pattes, colliers ou


étriers appropriés, fixés solidement par un moyen tel que scellement, chevilles ou ferrures
métalliques, toutes les pièces oxydables devront être protégées efficacement par cadmiage.

L’entrepreneur doit la protection générale des conduits posés dans le format.


Chemins de câbles
A) Généralités
Les chemins de câbles ainsi que tous leurs accessoires de fixation et de liaison seront réalisés en
tôle d'acier protégé contre la corrosion.

Toutes les découpes réalisées dans les chemins de câbles et leurs accessoires seront protégées
efficacement contre la corrosion (protection de la pièce par couche de galvanisation à froid.

D’une manière générale, Les chemins de câbles ont une section en forme de "U" dont les deux
ailes ont les bords rabattus. Elles seront constituées d’éléments standards en tôle perforée.

71
Les perforations des bords et du fond des chemins seront effectuées dans le sens longitudinal et
permettent la fixation des câbles en bottes ou individuellement.

Les câbles bas tension et les câbles courant faible doivent obligatoirement être placés sur des
chemins à câbles différents ou sur un chemin commun muni d'une ou plusieurs cloisons de
séparation longitudinale. La cloison de séparation sera métallique et de même hauteur que les
bords du chemin.

Les tronçons des chemins de câbles sont autoportants. La résistance des tronçons, l'espacement
et le type de supports seront tels qu'en trajet horizontal pour la charge nominale y compris une
de réserve de 25 %, la flèche maximale de l'étagère reste inférieure à 1/200 de la portée. En plus
de cette charge uniformément répartie, les chemins et les supports seront conçus pour supporter
sans déformation permanente une charge dynamique accidentelle de 75 kg ainsi que des
sollicitations lors du tirage des câbles.

Les supports des chemins de câbles seront fixés à intervalles réguliers aux parois, murs,
plafonds ou charpentes en fonction de la charge supportée y compris 25 % de réserve
supplémentaire. La fixation des supports sera réalisée au moyen de chevilles métalliques et de
vis de pression.
B) Pièces spéciales
Parmi les pièces spéciales, on trouve :
 la visserie métallique et les chevilles,
 les couvercles éventuels y compris les clips ressorts pour leur maintien,
 les éléments assurant la continuité physique du chemin de câble,
o Éclisses de fixation bout à bout des éléments,
o Pièces d'angle plat,
o Pièces de raccord entre chemins horizontal et vertical,
o Baïonnettes assurant la liaison entre deux chemins de câbles placés à des
niveaux différents,
o Dérivations en « Te »,
o Dérivations en croisillon,
o Pièces de contournement de poutre.
 les fourreaux en acier galvanisé pour les parois en béton ou en maçonnerie.
Toutes ces pièces sont standardisées avec le type de chemins de câbles. Elles sont placées lors
de dérivations ou de changements de niveaux ou de directions tant en horizontal qu'en vertical.
C) Mise à la terre
Les chemins de câbles doivent être obligatoirement raccordés au réseau de terre et de
protection. Pour ce faire, un conducteur de liaison équipotentielle circule le long du chemin de
câbles. Chaque élément ou fraction du chemin de câbles y est raccordé, au moyen d'un étrier.
PETIT APPAREILLAGE 
Généralités
Le petit appareillage concernera principalement :
 les interrupteurs,
 les boutons poussoirs,
 les prises de courant,
Ces appareils doivent être fixés de façon que les connexions des canalisations avec les appareils
ne soient soumises à aucun effort de traction ou de torsion.

72
Lorsque les appareils sont encastrés dans une paroi, ils doivent être logés dans une boîte
d'encastrement fixée dans la paroi. La protection mécanique de la canalisation doit être assurée
jusqu'à sa pénétration dans la boîte.

Lorsque les appareils sont en saillie, ils doivent être fixés aux parois sur embase isolante. Cette
dernière n'est pas nécessaire si la paroi est en matériau isolant.

Si la canalisation est apparente, le conduit ou la gaine du câble devra pénétrer dans l'appareil. Si
la canalisation est encastrée, le conduit doit aboutir à l'arrière de l'appareil.
Dans les locaux classés à zones à risque d’explosion, l’appareillage doit être certifié 8008/2,
conforme à la directive 94/9 CE et aux normes EN 50014/18/19/28
Interrupteurs
Les interrupteurs encastrés ont les caractéristiques suivantes :
 type : unipolaires, bipolaires, 2 allumages ou 2 directions,
 tension : 230 V,
 intensité : 6 A,
 les contacts sont en argent,
 manœuvre à bascule et à manette plate,
 munis éventuellement d'un voyant lumineux de repérage ou de signalisation
d'enclenchement de circuit.
Les interrupteurs apparents ont un degré de protection IP44.
Boutons poussoirs
Les boutons poussoirs ont les caractéristiques suivantes :

 tension : 230 V,
 intensité : 6 A,
 munis d'un voyant lumineux de repérage ou de signalisation
d'enclenchement de circuit.
Les boutons poussoirs apparents ont un degré de protection IP44.
Prises de courant
Elles doivent être disposées de façon que les parties actives nues ne soient pas accessibles au
toucher.

A l’exception des socles destinés à l'alimentation des appareils de forte puissance, tous les
socles bipolaires avec terre (2P + T) 10/16 A doivent être d'un type à obturation.

Les socles seront disposés de telle manière que l'axe de leurs alvéoles se trouve à une hauteur
d'au moins 5 centimètres au-dessus du sol fini.

Les prises de courant visibles (apparentes ou encastrées) seront choisies dans la même gamme
de luxe que les interruptrices et autres prises de courant, informatique et téléphone, de façon à
assurer une uniformité des points de commande et de connexion. Plusieurs échantillons doivent
être présentés à la maîtrise d’œuvre.

Dans le cas où le matériel utilisé le permette, l’appareillage posé cote à cote sera englobé sous la
même plaque pour des raisons d’esthétique.

Dans le cas de placement d'appareillage dos à dos dans une même cloison, une distance
minimale de 20 cm d'axe entre les deux pièces doit être respectée.

73
APPAREILS D’ECLAIRAGE
A) Généralités
Les appareils d’éclairage doivent être conformes en particulier aux normes suivantes :
- NF EN 60-968 et NF EN 60-969 : Eclairage intérieur
- NFC 71-800 et NFC 71-801 : Eclairage de sécurité dans les bâtiments
- NFX 35-103 et NFX 90-003 : Eclairage des lieux de travail
: Méthode de prédétermination des
- NFC 71-121
éclairements
- NFC 71-000 : Luminaires- Règles générales et généralité sur
les essais.
- NFC 72-210 : Luminaires - Appareils d’éclairage
- CENELEC EN 50 018 : Matériel antidéflagrant
- Directive 94/9 CE ATEX, CEI 60079-0 : Marquage du matériel antidéflagrant
- NFC 72-216 : Ballasts pour lampes tubulaires
- NF EN 60064 : Lampes à filament de tungstène
- NFC 72-210 : Lampes tubulaires à fluorescence
- NFC 61-510 : Douilles pour lampe à incandescence
- NFC 71-220 : Lampes à décharge à vapeur de mercure haute
pression
- NF EN 60-192 : Lampes à vapeur de sodium basse pression
- CEI 29 : Guide d’éclairage intérieur

Les appareils fluorescents seront tous du type à starter compensé. L'appareillage sera compensé
afin de présenter un très bon facteur de puissance d'ensemble. Il devra être silencieux et si
possible, d'un type unifié pour l'ensemble de l'installation.
Les ballasts seront noyés dans la résine polyester. Les ballasts seront du type électronique à
haute fréquence ( 30 kHz) avec préchauffage des électrodes permettant l'allumage et
l'extinction des lampes sans en affecter leur durée de vie. Le facteur de puissance d'un circuit
d'éclairage est supérieur ou égal à 0,95.
Les appareils utiliseront des lampes fluorescentes à haute efficacité lumineuse, à longue
utilisation, munies de douilles normalisées. Les douilles seront en matériau résistant à la
chaleur.
Les vasques ou cloches devront avoir un bon pouvoir diffusant et anti-éblouissant, tout en
conservant un bon rendement lumineux. Les reflets et les effets stroboscopiques seront autant
que possible évités.
Les appareils situés dans les zones occupés par des postes de travail (bureaux et similaires)
seront conçus pour limiter les réflexions sur les écrans de visualisation.
A cet effet, les luminances moyennes sont limitées au maximum à 200 cd/m2 pour le flux
lumineux de l'appareil dans un angle supérieur ou égal à 60° par rapport à la verticale dans les
plans longitudinal et transversal et à 200 cd/m² dans un angle supérieur à 65° par rapport à la
verticale dans tous les plans.
Les appareils étanches à la poussière et à l'humidité auront des entrées de câbles par presse
étoupe et un degré d'étanchéité minimum IP 55.

Les suspensions et les accrochages devront se faire d'une manière anti vibratile. L'accrochage
des tubes fluorescents devra être parfait et éviter tous risques de chute dus à des vibrations.
Lorsque les appareils sont suspendus, leur fixation doit être telle que :
 Des rotations renouvelées dans le même sens ne puissent entraîner leur
chute.

74
 La suspension ne doit pas être effectuée par l'intermédiaire des
conducteurs de l'alimentation.
Les appareils dits "similaires" seront proposés en variante et devront être agréés par le Maître de
l'ouvrage, le Maître de l’œuvre et par le B.E.T.
Dans tous les cas, l'appareil proposé devra être d'un entretien simple et ne nécessite qu'une seule
personne pour celui-ci.
Pour les appareils à lampes à incandescence, il sera utilisé des lampes claires, renforcées,
munies de douilles.
B) Caractéristiques des lampes
Tubes fluorescent
Les tubes fluorescents seront du type à cathode chaude prévus pour le fonctionnement ballast
électronique. La durée de vie moyenne doit être au minimum de 15000h.
Après 100 heures de fonctionnement, les flux lumineux sont au minimum de :

Lampe Flux lumineux (lm)


Type Puissance Ballasts
électroniques
TL-D 18 W 1.350
TL-D 36 W 3.200
TL-D 58 W 5.000
L'indice de rendu des couleurs (IRC) doit être au moins de 85.
Lampes fluo-compacts
Les lampes fluo-compactes sont du type à cathode chaude à faible consommation et à haut
rendement prévues pour le fonctionnement avec ballast électronique.

La durée de vie moyenne doit être au minimum de 12.000 h.


Après 100 h de fonctionnement, les caractéristiques sont les suivants :

Puissance de la lampe flux lumineux (lm)


10 W 600
13 W 900
18 W 1.200
26 W 1.800

L'indice de rendu de couleur (IRC) doit être au moins de 85.


Lampes halogènes
Les lampes et leurs accessoires éventuels seront prévus pour fonctionner sous une tension
nominale de 230 V ou 12 V.
La durée de vie minimum doit être de :
 4.000 h pour lampes halogène à réflecteur dichroïque 12 V
 2.000 h pour capsule halogène basse pression
 2.000 h pour lampes halogènes 230 V.
Les lampes halogènes à Très Basse Tension (12V) seront associées à des transformateurs de
sécurité électronique (haute fréquence  30 Hz) . Ils seront montés sur support de manière à
éviter tout échauffement de l'élément sur lequel ils sont fixés ou déposés. Les dimensions du
transformateur sont telles qu'il est possible de l'introduire par le percement réservé pour le spot.

Lampe à iodure métallique

75
Les lampes à iodure métallique type à brûleur céramique. La durée de vie moyenne doit être de
12000h.
Après 100 h de fonctionnement, les caractéristiques sont les suivants :

Puissance de la lampe flux lumineux (lm)


70 W 6600
150 W 14000

Eclairage de sécurité par blocs autonomes


Réglementation  :
En général les blocs autonomes de sécurité doivent répondre aux normes et réglementations
suivantes :
NFC 71-800 : Blocs à incandescence- Performances d’aptitude à la fonction
pour l’utilisation dans les ERP et locaux recevant les
travailleurs.
NFC 71-801 : Blocs à fluorescence- Performances d’aptitude à la fonction
pour l’utilisation dans les ERP et locaux recevant les
travailleurs.
NFC 71-820 : Fonctions de tests automatiques obligatoires – l’ergonomie de
signalisation des blocs auto-testables.
NFC 71022 : Règles générales de sécurité concernant les luminaires pour
l’éclairage de secours

Tous les blocs autonomes doivent être commandés par un bouton poussoir permettant en une
seule commande de les mettre à l’état de repos (prévoir pour cela l’unité de pilotage et le bus de
commande).
Ils doivent être étanches dans les locaux humides.
Constitution des blocs autonomes:
Les blocs autonomes de sécurité auront une capacité minimale d’une heure. Ils se composeront
de :
 Un boîtier en matière plastique translucide avec ou sans inscription suivant l’utilisation.
 Une platine supportant l’équipement électrique et électronique se fixant au boîtier.
 Un chargeur incorporé avec transformateur.
 Un système de charge automatique avec relais de tension.
 Un relais à manque de tension.
 Une batterie cadmium-Nickel sans entretien, assurant une autonomie d’une durée d’une
heure et demie.
 un module d’auto-test garantissant le test périodique fonctionnel des équipements
(lampe, batterie, convertisseur...) ainsi que le test d’autonomie d’une heure de
fonctionnement. L’information relative à l’état du luminaire est donnée par un jeu de
deux ou trois diodes LED.
 Un dispositif de mise au repos à installer à proximité du tableau divisionnaire concerné.
 Un ensemble optique doté d’ampoules normalisées à haut rendement lumineux et à
grande durée de vie.
Le bloc autonome sera monté en apparent. Il doit être fourni avec les accessoires de montage et
de fixation. Il sera monté soit en plafonnier, soit contre une paroi.
Distribution
Identique à la distribution d’éclairage.
Interdiction absolue d’effectuer des dérivations à l’intérieur des blocs.

76
ARTICLE 76. DISPOSITIFS DE PROTECTION CONTRE LES
SURINTENSITES
Surcharges
Le courant nominal du dispositif de protection doit être choisi conformément aux indications de
la Norme NFC 15-100.

Dans certains cas, pour éviter des fonctionnements intempestifs, les valeurs des courants de
crête des charges sont à prendre en considération.
Seront utilisés : des disjoncteurs
Le choix des dispositifs de protection contre les surcharges sont précisées dans la Norme
C15.100.
Courts circuits
Seront utilisés : des disjoncteurs
Le choix des dispositifs de protection contre les courts circuits sont indiqués dans la Norme
NFC15-100
AUTRES DISPOSITIFS
Dispositifs de sectionnement
Tous les dispositifs de sectionnement doivent être conformes aux prescriptions du paragraphe
537 - chapitre 5 de la Norme C 15.100.
Dispositifs de coupure
Ils doivent de préférence être installés dans le circuit principal d'alimentation et doivent
nécessiter une action manuelle.
Ils doivent être facilement identifiables et appropriés à l'usage prévu.

ARTICLE 77. MISES A LA TERRE ET CONDUCTEURS DE PROTECTION


La mise à la terre consiste à relier à une prise de terre, par un fil conducteur, les masses
métalliques susceptibles d’être mises accidentellement sous tension, par suite d’un défaut
d’isolement survenant dans un matériel électrique.
La mise à la terre permet d’écouler les courants de fuite sans danger et de provoquer la mise
hors tension de l’installation en association avec un dispositif de coupure automatique.

MISES A LA TERRE
Le choix et la mise en œuvre des matériels assurant la mise à la terre doivent être tels que :
 La valeur de la résistance de la prise de terre soit conforme aux Règles  de protection et
de fonctionnement de l'installation.
 Les courants de défaut à la terre et de fuite puissent circuler sans danger.
 La solidité ou la protection mécanique soit assurée en fonction des conditions estimées
d'influences externes.

Des précautions doivent être prises contre les risques de dommages aux autres parties
métalliques par suite des effets d'électrolyse.

PRISES DE TERRE
Nature des prises de terre :
Peuvent être utilisés : 
Boucle de terre enfouie dans le sol ceinturant le bâtiment avec des remontées aboutissant à des
barrettes de sectionnement.
Piquets ou tubes
Plaques

77
Le type et la profondeur d'enfouissement des prises de terre doivent être tels que l'assèchement
du sol et le gel n'augmentent pas la résistance de la prise de terre à une valeur proscrite.
Les matériaux utilisés doivent être prévus pour supporter les dommages mécaniques éventuels
dûs à la corrosion.

CONDUCTEURS DE TERRE
L’article 12 du décret du 14 Novembre 1988 précise que la section des conducteurs de
protection doit être déterminée en fonction de l’intensité et de la durée du courant susceptible de
les parcourir en cas de défaut, de manière à prévenir leur détérioration par échauffement ainsi
que tout risque d’incendie provenant de cet échauffement.
Lorsque la protection est assurée par des fusibles ou par des disjoncteurs temporisés, une
quantité d’énergie est injectée dans la canalisation pendant le temps de coupure, qui se
manifeste par une élévation de température dans les limites compatibles avec la bonne
conservation du conducteur, la section de celui-ci doit avoir une valeur minimale calculée
comme suit :

Sp = ( Id/k ) √t
Sp : Section du conducteur de protection en mm².
Id : Courant de défaut en ampère.
K : Coefficient indiqué ci-après.
t : Temps de coupure en secondes.

Le coefficient k prend les valeurs suivantes:


Lorsque le conducteur de protection est incorporé dans la même canalisation que les
conducteurs actifs:

Isolation PVC PRC


Cuivre 115 135
Conducteurs en
Aluminium 74 87

Lorsque le conducteur de protection est séparé de la canalisation des conducteurs actifs:

Isolation PVC PRC


Cuivre 164 174
Conducteurs en
Aluminium 107 114

Les sections des conducteurs de terre doivent être conformes au tableau décrit dans la Norme
NFC15-100.

La liaison d'un conducteur de terre à une prise de terre doit être soigneusement réalisée et
électriquement satisfaisante.
BORNE PRINCIPALE DE TERRE
Elle doit être prévue et les conducteurs suivants devront lui être reliés:
 les conducteurs de terre
 les conducteurs de protection
 les conducteurs de liaison équipotentielle principale

78
La borne principale de terre sera composée de plusieurs barres en cuivre montées sur des
isolateurs et placées dans une armoire fermée avec serrure à clef. Le conducteur de terre se
raccordera à la borne principale de terre par l’intermédiaire d’une barrette de sectionnement de
façon à permettre de mesurer la résistance totale de la prise de terre.

Les conducteurs de protection et les liaisons équipotentielles se raccordent directement sur les
barres de cuivre au moyen de cosses adéquates fixées par vis de pression rondelles ressorts et
écrous.

Types de conducteurs de protection :


Peuvent être utilisés :
 des conducteurs dans les câbles multiconducteurs
 des conducteurs isolés ou nus passant dans une enveloppe commune avec les
conducteurs actifs.
 des conducteurs séparés nus ou isolés.
 les conducteurs de protection doivent être protégés contre les détériorations mécaniques,
chimiques et les efforts électrodynamiques.
 les connexions doivent être accessibles pour vérifications et essais à l'exception de celles
réalisées dans des boîtes remplies de matière de remplissage.
 le conducteur de protection doit être présent dans tous les circuits même s'il n'est pas
branché à l'appareil.

ARTICLE 78. REGIME DE NEUTRE


Le régime de Neutre sera généralement du type TT.

ARTICLE 79. ESSAIS EN VUE DES RECEPTIONS


Les Contrôles et Essais que l'Entrepreneur doit effectuer avant la vérification des performances
par la Direction des Travaux concernent ses propres Installations ainsi que les liaisons vers les
autres Installations.

Le Maître de l'Ouvrage se réserve la faculté d'exiger soit en cours des travaux, soit lors de leur
réception, l'exécution de tous les essais complémentaires qu'il jugera nécessaires.
Les contrôles et les essais ainsi que les visites des organismes de contrôle et les Mises en
Service doivent être organisés par l'Entrepreneur de manière à respecter les délais d'exécution.
Les programmes de ces activités doivent être transmis par l'Entrepreneur à la Direction du
chantier suffisamment tôt pour permettre des adaptations ou des compléments éventuels.
A la mise en service des installations, une série de contrôle et essais sur les installations doit être
effectuée. Sans que cette liste ne soit limitative, ces essais comprendront :

ARTICLE 80. DOSSIER DE RECOLEMENT


En cours d'exécution, les plans sont corrigés et mis à jour par l'Entrepreneur dans les moindres
détails, de manière à reproduire avec exactitude les Installations et leurs particularités telles
qu'elles sont réellement exécutées.

A la fin des travaux, l’entrepreneur fournira l’ensemble des documents de récolement en cinq
exemplaires dont un reproductible et un support informatique regroupant l’ensemble de ces
documents sous formes de fichiers.
L’entrepreneur fournira également en cinq exemplaires dont un original, la documentation
(fiche techniques, certificats de conformité) de tous les équipements fournis et installés.

79
CHAPITRE III :MODE D’EXECUTION
DES OUVARGES
MODE D’EXECUTION DES OUVRAGES
ARTICLE 1. CARACTERE ET PRESENTATION DES PRIX UNITAIRES

1. Les prix du bordereau sont établis aux conditions économiques existantes au mois de
remise des offres.
2. Les prix unitaires sont réputés couvrir la totalité des dépenses nécessités par
l'exécution des ouvrages sans exception, ni réserve.
3. Ils s'entendent pour des travaux complets et parfaitement exécutés et de convention
expresse, les précisions données dans les articles du présent Cahier des Prescriptions
Spéciales ne sont pas limitatives.
4. Tous les prix du bordereau s'appliquent aux ouvrages complètement terminés en
conformité avec les dispositions du Marché.

L'Entrepreneur reconnaît que l'ensemble des prix unitaires du bordereau permet de le


rémunérer intégralement pour l'ensemble des travaux prévus au Marché.

ARTICLE 2. TRAVAUX PREPARATIFS :


Avant d’entamer les travaux, l’entrepreneur devra au préalable:
- Etablir, par un géomètre agréé, un plan de levé topographique du terrain avec indications
des courbes de niveaux, cotes tampons et radiers des regards avoisinants rapportés au
niveau NGM, et des chaussées existantes délimitant le terrain avec leur profil en long
correspondant. En plus, il faut produire des coupes profils sur le T.N. : quatre (4) au
droit des limites du T.N. et deux (2) dans les axes.
- Etablir les plans d’exécution des différents lots et ouvrages, à soumettre à l’approbation
de la maitrise d’œuvre et du maitre d’ouvrage.
- Demander à la maîtrise d’œuvre toutes précisions et indications nécessaires quand à
l’emplacement et la désignation des ouvrages à démolir ou à conserver et des travaux de
terrassements.
- Prendre toutes les précautions qui s’imposent pour préserver la sécurité des personnes, et
en particulier contre la chute de débris de démolitions et la propagation des poussières,

80
travaillant dans les locaux voisins et ceux qui effectueront les travaux de terrassements
ou de démolition (Balustrades, gardes corps, filets, clôture etc..).
- Prendre toutes les précautions nécessaires afin de préserver la stabilité des ouvrages
avoisinants touchés par les terrassements ou par la démolition (Etaiement, renforcement
etc..).
- Etablir un plan d’installations du chantier à soumettre à la maîtrise d’œuvre pour avis.
- Remettre les certificats de conformité des grues destinées au chantier avant leur
montage.
- Ces prescriptions sont valables pour tous les travaux à exécuter et sont comprises dans
les prix unitaires.
- Procéder à la réalisation des installations de chantier dans un délai de quinze jours à
partir de la date de commencement des travaux.

81
ARTICLE 3. MODE D’EXECUTION DES OUVRAGES

DESCRIPTION DES OUVRAGES

A-Travaux préparatifs et terrassements 

Prix N°1- Installation de chantier

L’Entrepreneur devra soumettre au maître d’Ouvrage, avant tout début d’installation et au plus
tard 15 (QUINZE) jours après la notification d’approbation du marché, le projet de ses
installations de chantier. Le projet des installations de chantier devra préciser les dispositions
envisagées pour l'implantation, l'édification et l'aménagement des bureaux, des ateliers de
préfabrication, des magasins et aires de stockage. En outre, l'Entreprise mettra en permanence
des panneaux de chantier.

Et dès l’ouverture du chantier, l’Entrepreneur doit construire les bureaux du chantier destinés au
comité de suivi, selon le descriptif suivant :

1 bureau de 24 m² fermant à clef servant de salle de réunions périodiques, éclairé et équipé du


téléphone, 1 table sur tréteaux de 3 m x 2 m, un minimum de 10 chaises, 6 panneaux muraux de
(4m x 2m). Sanitaires et kitchenette.

L’Entrepreneur approvisionne en permanence les cahiers de chantier Trifold à la disposition du


Maître de l'Ouvrage ou de ses représentants. Sur ce

Cahier seront consignées toutes remarques et établis les procès-verbaux des réunions.

Il dispose d'un dossier complet des plans et pièces descriptives joints au

Marché ainsi que toutes notes et plans réalisés au cours des travaux.

L’Entrepreneur fait son affaire des réclamations de toute nature qui pourraient être présentées
par les administrations, collectivités publiques ou riverains pour usage des voies ou des réseaux
publics. Il en est de même des travaux de nettoyage périodiques qui seraient exigés au même
titre, le tout de manière que le Maître de l'Ouvrage ne puisse être inquiétée ou recherchées à ce
sujet.

82
Il est rappelé à l’entrepreneur que les installations de chantier doivent se maintenir sur les
surfaces de terrain mis à la disposition par le maitre d’ouvrage.

Les empiétements sur les voies publiques ne pourront être admis que dans les cas de manque
d’espace des surfaces à construire et les taxes y afférentes resteront dans ce cas à la charge de
l’entrepreneur.

L’entrepreneur aura aussi à sa charge les frais d’installation de chantier telle que baraque de
chantier aménagée avec mobilier, 2 PC portable, 2 appareils photos, branchements provisoires
en eau téléphone, électricité, clôtures, climatisation, gardiennage général et toutes autres
prestations qui seraient demandées par le maître de l’ouvrage.

Le prix comprend également la fourniture, transport et mise à pied d’œuvre de palissade


métallique sur les voies principales longeant le chantier. Cette palissade sera montée en plaques
métalliques modulaires de hauteur minimale 2m, le long du pourtour indiqué par le maitre
d’ouvrage, et fixées au sol conformément aux indications du maitre d’ouvrage. Les palissades
seront couvertes par des affiches sur ruban adhésif sur lequel seront imprimées, à la charge de
l’entrepreneur, les principales caractéristiques, vues et perspectives du projet. Les indications,
nomenclatures et tout autre élément des affiches seront soumises et approuvées par le maitre
d’ouvrage.

Le prix comprend également la fourniture, transport et mise à pied d’œuvre d’un panneau de
chantier de dimensions approximatives 4,00 x 3,00 m. Le panneau principal indiquera la nature
de la réalisation, le nom des différents intervenants (maître d’ouvrage, entreprise,), les plaques
inférieures sont destinées à l'indication des autres corps de métier.

Le panneau sera métallique lisse et résistant aux intempéries, les finitions (teinte de fond,
écritures ou autres indications) seront soumises et approuvées par le maître de l'ouvrage. Le
panneau sera éclairé en période nocturne par deux projecteurs à LED suivant spécification du
maitre d’ouvrage.

Ce prix rémunère également la signalisation temporaire du chantier suivant les réglementations


en cours et l’implantation des ouvrages par un ingénieur géomètre topographe.

L’installation de chantier sera réglé à hauteur des 2/3 et le solde sera réglé après repliement et
remise en état des lieux.

Ouvrage payé au Forfait

Prix N°2- Nettoyage et débroussaillage du terrain

A exécuter sur les surfaces de terrain désignées par l’Architecte. Ce prix comprend le
débroussaillement et le nettoyage général (enlèvement de détritus et gravois éventuels) compris
chargement et transport aux décharges publiques.

Ouvrage payé au mètre carré.

83
Prix N°3- Fouilles en tranchées ou en puits dans tout Type de terrain y/c évacuation

En particulier pour fondation des semelles, chainage en terrain meuble ou rocheux et tous autres
ouvrages y compris évacuation, blindage, relèvement des terres, talutages et étaiement et toutes
autres sujétions d’évacuation des terres excédentaires à la décharge publique indiquée par le
maitre d’ouvrage.

Ouvrage payé au mètre cube théorique, pour toutes profondeurs et toutes largeurs, mesures
prises au vide de construction, sans aucune majoration pour façon de talus et foisonnement.

Ouvrage payé au mètre cube.

Prix N°4- Remblai tout-venant d'apport

Ce prix rémunère l’apport de tout-venant pour remblais comprenant la fourniture, la mise en


place et le compactage à une densité de 95 % de l’O.P.M, échantillon des matériaux à faire
agréer par la maîtrise d'ouvrage avant approvisionnement.

Ouvrage payé au mètre cube.

B- Fondations et socles

Prix N°5- Béton de propreté

Le béton de propreté sera exécuté sous les ouvrages en béton armé pour semelles, chaînages, ou
béton banchés suivant les indications des plans du BET.

Il sera exécuté en béton B5, suivant épaisseurs définies aux plans et débordant de chaque côté
des ouvrages sauf indications contraires précisées sur les plans de bureau d’études.

Le prix de règlement comprend le coffrage des joues, le damage et toutes sujétions de mise en
œuvre.

Ouvrage payé au mètre cube théorique des plans, compris toutes sujétions d’exécution

Prix N°6- Gros béton pour massif

Suivant plan du bureau d’études, pour marches sur terre pleine, socles en béton B4. Ce béton
sera payé suivant les côtes théoriques des plans.

Ouvrage payé au mètre cube théorique des plans.

84
Prix N°7- Maçonnerie de moellons en fondations

Pour les murs en fondations à 1 ou 2 parements, de toutes épaisseurs et de toutes formes,


exécutés en moellons hourdés au mortier de ciment M3, les parements seront dressés sur leurs
faces vues de façon à ne présenter aucune aspérité.
Les joints seront soigneusement remplis au mortier. Le prix de règlement comprend les tailles
pour angle rentrant ou sortant, les fuites, arrondis, boutisses, faisant toute l’épaisseur du mur
et à raison d’une par mètre carré.

Ouvrage payé au mètre cube, théorique des plans de fondations, déduction faite de tous vides
de plus de 0,50 m² ainsi que des ouvrages en BA qui pourraient y être inclus, compris toutes
sujétions d’exécution.

Prix N°8- Chape étanche sur arase des fondations

La maçonnerie de moellons sera soigneusement arrêtée au niveau du chaînage en béton armé


qui ceinture le niveau bas du bâtiment. Il sera exécuté une arase au mortier de ciment dosé à
450 Kg de ciment CPJ 45 par mètre cube une couche de bitume de 1 Kg 500/m² un feutre
bitumé 36 S une couche de bitume de 1 Kg 500/m².

Cette arase aura au moins deux centimètres d’épaisseur.

Ouvrage payé au mètre carré, compris toutes sujétions d’exécution et toutes fournitures
nécessaires

Prix N°9- Béton pour béton armé en fondations

En béton B2, vibré ou pervibré, exécuté conformément aux plans de détails établis par le bureau
d’études y compris, coffrage, recoupement des balèvres, réserve de larmiers, de trous et trémies,
engravures etc. sans plus-value pour voile, éléments décoratifs, et éléments de faible épaisseur,
l’adjonction d’un adjuvent d’accrochage, dont le type est à faire approuver par le B.E.T, pour la
reprise d’ancien béton et toute sujétions de mise en œuvre.

Ouvrage payé au mètre cube.

Prix N°10- Armatures H.A pour béton armé en fondations

Le ferraillage sera exécuté conformément aux plans et indication de BET.

L'entrepreneur devra procéder à la fourniture, la façon et la pose des aciers, les fils et les aciers
de montage, pour tous ouvrages en fondation et en élévation.

85
Le poids des aciers pris en compte résulte du métré, on doit tenir compte du poids théorique des
recouvrements ; chapeaux, crochets etc... Qui seront établis suivant les plans d'exécution de
B.A.

Ouvrage payé au Kilogramme

C-Egoûts et Canalisations

Prix N°11- Branchement à l'égout public

Ce prix rémunère à l’ensemble tous les travaux nécessaires pour la réalisation du branchement
d’assainissement avec le réseau de la ville y compris frais de branchement, terrassement,
conduite en PVC Serie1 de diamètre 200, grillage avertisseur, travaux de remblaiement,
confection de la boite de branchement et regards conformément aux plans de l’ONEE Branche
eau toutes sujétions.

Ouvrage payé à l’ensemble

 Canalisation en PVC pour évacuation des EU, EV et EP y/c terrassement et


remblaiement :

Ce prix rémunère, au mètre linéaire la fourniture et la pose des canalisations, en PVC série 1 de
toute diamètre. Il comprend la fourniture, le transport et la pose à toute profondeur des
canalisations y compris la fourniture et mise en œuvre d'un lit de gravier de 0,15 m d'épaisseur
en cas de terrain rocheux ou lit de sable de 0.10 m d’épaisseur en cas de terrain meuble, le
terrassement, le remblaiement et le branchement sur regards et toutes sujétions conformément
aux prescriptions du présent CPS. La longueur des canalisations sera mesurée suivant la
génératrice supérieure sans déduction de l'emplacement des cheminées de regards.

Ouvrage payé au mètre linéaire.

Prix N°12- Diamètre 200

 Regards :

Les regards seront prévus aux emplacements figurés sur les plans, mais cette disposition pourra
être revue et modifiée pour être adaptée aux besoins qui seraient révélés après étude sur place.
En général, il sera placé des regards à tous les changements de direction et de pente, à toutes les
jonctions, à toutes les chutes et tous les dix mètres linéaires en cas d'alignement. Les regards
seront en béton banché dosé à 350kg/m3, coffré intérieurement en parement fin. Ils
comporteront les feuillures nécessaires au logement des tampons de fermeture en béton armé
Les parois reposeront sur un radier en béton d'épaisseur et débordant de chaque paroi. Les

86
radiers des regards comporteront une ou plusieurs cuvettes semi-cylindriques ou tronconiques,
raccordant les différentes canalisations et assurant un écoulement sans stagnation. Les parois et
radiers recevront un enduit au mortier gras de ciment, lissé à la taloche avec angles arrondis de
rayon. Tous les tampons seront munis d'un anneau de levage rabattable, s'encastrant
parfaitement dans le tampon, en fer galvanisé.

Les regards seront payés à l'unité, avec tampons, compris toutes sujétions à toutes profondeurs
et y compris fouilles, remblais, évacuations des terres excédentaires à la décharge publique.

Prix N°13- Regards non visitable pour évacuation y compris tampon en béton de
0.50x0.50mxm

Regard non visitable de 50x50 cm x cm exécuté suivant le détail donné par le BET.

Ouvrage payé à l’unité y compris toutes sujétions.

Prix N°14- Regards visitable pour évacuation y compris tampon en béton de


0.40x0.40mxm

Regard visitable de 40x40 cm x cm avec tampon en béton exécuté suivant le détail


donné par le BET.

Ouvrage payé à l’unité y compris toutes sujétions.

D-Dallage et Hérissons

Prix N°15- Forme en béton B3 de 13cm d'épaisseur y compris grille d'acier de 8 avec
un espacement de 20cm

Ce prix rémunère l’exécution sur hérisson, de la forme en béton B2 d’une épaisseur de 15cm
(Dosage en ciment 300Kg/m3) soigneusement réglée y compris pilonnage mécanique
talochée, acier selon plan du BET, et toutes sujétions.

Ouvrage payé au mètre carré.

Prix N°16- Hérisson en pierres sèches de 20cm

De 0,20 m d’épaisseur après damage, suivant plan, exécutés à la main, les pierres posées la
pointe en haut, compris fermeture à la pierre cassée et damage. Si le tout-venant était retenu, il
devrait être au préalable agrée par le maître d’œuvre (l’utilisation de gravois étant formellement
interdite).
87
Ouvrage payé au mètre carré, tous vides et ouvrages divers déduits.

E- Béton armé en élévation

Prix N°17- Béton pour béton armé en élévation

En béton B2, vibré ou pervibré, exécuté conformément aux plans de détails établis par le bureau
d’études y compris, coffrage, recoupement des balèvres, réserve de larmiers, de trous et trémies,
engravures etc . ... sans plus-value, éléments décoratifs, et éléments de faible épaisseur,
l’adjonction d’un adjuvent d’accrochage, dont le type est à faire approuver par le B.E.T, pour la
reprise d’ancien béton et toutes sujétions de mise en œuvre.

Ouvrage payé au mètre cube.

Prix N°18- Armatures H.A pour béton armé en élévation

Le ferraillage sera exécuté conformément aux plans et indication de BET.

L'entrepreneur devra procéder à la fourniture, la façon et la pose des aciers, les fils et les aciers
de montage, pour tous ouvrages en fondation et en élévation.

Le poids des aciers pris en compte résulte du métré, on doit tenir compte du poids théorique des
recouvrements ; chapeaux, crochets etc... Qui seront établis suivant les plans d'exécution de
B.A.

Ouvrage payé au Kilogramme

Prix N°19- Couronnement d'acrotère en enduit de ciment

Le nez et couronnement d’acrotères seront tirés au calibre au mortier ciment suivant profil
imposé et auront leur faces traitées au mortier dosé à 350 Kg de C.P.J 35 par m3 de sable,
parfaitement réglées, lissée suivant les instructions de Maître de l’ouvrage, y compris toutes
sujétions de finition des couronnements façades, nez d’acrotère et larmiers conformément aux
plans d’appareillage et de détails architecte. Echantillon à soumettre à l’approbation de maître
de l’œuvre, avant exécution.

Ouvrage payé au mètre linéaire

 Planchers corps-creux

88
Comprenant la fourniture et pose de poutrelles précontrainte simples ou jumelées préfabriquées
et hourdis en béton, dalle de compression en béton dosé à 350 Kg de ciment CPS 45 avec son
armature en treillis soudé, chapeaux et toutes sujétions d’établissement de plan de pose visé par
le bureau de contrôle à la charge de l’entreprise étaiement coffrage, décoffrage, fermeture de
hourdis de rive et toutes sujétions de mise en œuvre.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°20- Plancher 15+5

F- Maçonnerie en élévation

 Maçonnerie en élévation ’agglos creuse de ciment

Comprenant la fourniture et pose de poutrelles simples ou jumelées préfabriquées et hourdis en


béton, dalle de compression en béton dosé à 350 Kg de ciment CPS 45 avec son armature en
treillis soudé, chapeaux, ferraillage et béton du contre poids en hourdis négatif et toutes
sujétions d’établissement de plan de pose visé par le bureau de contrôle à la charge de
l’entreprise étaiement coffrage, décoffrage, fermeture de hourdis de rive et toutes sujétions de
mise en œuvre.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°21- Double cloison de 15+10cm


Prix N°22- Cloison simple en corps creux de 20 cm
Prix N°23- Cloison simple en corps creux de10 cm

G-Enduits et divers

Prix N°24- Enduit au mortier de ciment sur murs extérieurs

Exécuté en trois parties :


1) Brossage puis mouillage correct du support, et passage d’une barbotine liquide afin
d’améliorer l’accrochage.
2) Mise en œuvre d’un dégrossi d’enduit au mortier n°2 (épaisseur 1 cm) avec adjonction
d’hydrofuge
3) Mise en œuvre de la couche de finition (épaisseur 0,5 cm) au mortier n°
4 avec adjonction d’hydrofuge. Couche dite Fino.

89
Le prix rémunère la fourniture et mise en œuvre des prestations ci-dessus, les échafaudages à
toutes hauteurs, les arrêtes, cueillies, larmiers, goutte d’eau, embrasures, engravures, les bandes
en grillage galvanisé à mailles fines (21 mm) de 0,50 de largeur tenues par des cavaliers ou des
pointes galvanisées et toutes sujétions.
Aucune plus-value (sauf stipulations contraires portées à l’estimatif) ne sera accordée pour
ouvrages courbes, petites surfaces, faibles largeurs.
Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°25- Enduit au mortier de ciment lisse sur murs intérieurs et plafonds

Mêmes prescriptions d’exécution et mise en œuvre que pour les enduits extérieurs sauf
toutefois que cet enduit ne comportera pas d’hydrofuge.
Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°26- Faux plafonds en STAFF lisse

Le plafond sera en plaque démontable modulaire mis de 60x60cm de type

Armstrong ou équivalent réalisé suivant recommandations du Maître d’Ouvrage.

Ce plafond sera œuvré sur un système d’ossatures T25 en acier galvanisé laque profilés porteurs
et entretoises fixés au support par l’intermédiaire de suspendue appropriées de longueur
adaptées aux différents niveaux de plafond suspendu ou fixé mécaniquement à l’aide de
chevilles. Une cornière de rive de même finition assurera les jonctions périphériques aux
endroits des murs et des cloisons. Y compris joints creux éventuels, coupes et toutes sujétions
de mise en œuvre L’ossature doit répondre aux exigences réglementaires et testée dans les
laboratoires officiels. Un PV doit attester la véracité de la conformité de l’ossature avec la
réglementation incendie

Echantillon à soumettre à l’approbation du maître d’ouvrage et l’architecte avant toute mise en


œuvre Aucune plus-value ne sera demandée en cas d’omission dans le descriptif d’un élément
ou d’un essai ou d’une caractéristique de qualité nécessaire au bon fonctionnement de
l’ouvrage.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°27- Faux plafonds en ARMSTRONG

Le plafond sera en plaque démontable modulaire mis de 60x60cm de type

Armstrong ou équivalent réalisé suivant recommandations du Maître d’Ouvrage.

Ce plafond sera œuvré sur un système d’ossatures T25 en acier galvanisé laque profilés porteurs
et entretoises fixés au support par l’intermédiaire de suspendue appropriées de longueur
90
adaptées aux différents niveaux de plafond suspendu ou fixé mécaniquement à l’aide de
chevilles. Une cornière de rive de même finition assurera les jonctions périphériques aux
endroits des murs et des cloisons. Y compris joints creux éventuels, coupes et toutes sujétions
de mise en œuvre L’ossature doit répondre aux exigences réglementaires et testée dans les
laboratoires officiels. Un PV doit attester la

Véracité de la conformité de l’ossature avec la réglementation incendie

Echantillon à soumettre à l’approbation du maître d’ouvrage et l’architecte avant toute mise en


œuvre Aucune plus-value ne sera demandée en cas d’omission dans le descriptif d’un élément
ou d’un essai ou d’une caractéristique de qualité nécessaire au bon fonctionnement de
l’ouvrage.

Ouvrage payé au mètre carré

H-Etanchéité :

Généralités
Au moment de l'application du revêtement d'étanchéité, l'aire devra être absolument sèche,
propre, solide, débarrassée de toutes matières qui seraient susceptible de modifier la forme ou la
qualité de ce revêtement.

L'entrepreneur réceptionnera les supports, dalles et demeurera responsable de l'étanchéité qu'il


aura réalisée sur ces supports.

Les couvertures devront présenter une fois terminées des surfaces parfaitement régulières.

Les faîtages devront être bien rectilignes, sans inflexions ni irrégularités d'aucune espèce.

Tous les rencontres de lucarnes, cheminées, etc... Seront parfaitement raccordées avec les
revers des couvertures.

Des essais de mise en eau seront effectués pour vérifier la tenue du revêtement d'étanchéité.

Aucune trace d'humidité ne devra apparaître sur les plafonds ou sur les murs, dans les 10 (dix)
jours suivant les essais.

Avant la réalisation de la protection, l'entrepreneur doit obligatoirement faire réceptionner les


travaux d'étanchéité par le maître d'œuvre qui procédera aux essais prévus ci-dessus.

La pose et scellement des pénétrations et évacuation pluviale seront particulièrement soignés.

Prix N°28- Forme de pente Y/C chape de lissage

91
Ce prix rémunère l’exécution de la forme de pente, comprennent le réglage,
la réalisation d’une pente sur terrasse par un béton de forme. Cette forme de pente aura aux
points bas, une épaisseur minimale de 0,03 m et sera exécutée en béton maigre dosé à 200
Kg/m3 de ciment CPJ 35.

Les pentes seront soigneusement réglées, damées, talochées, et formeront gorge à la jonction de
toutes les parties horizontales et verticales. Les tubes électriques et divers devront être
soigneusement enrobés, sans faire saillie sur le nu de la forme.

De 0,02 d'épaisseur minimale réalisée au mortier de ciment dosé à 300 Kg par mètre cube,
soigneusement talochée et formant gorge à la jonction de toutes les parties horizontales et
verticales.

Ouvrage payé au mètre carré développé, compris toutes sujétions d'exécution.

Prix N°29- Etanchéité Monocouche auto protégé de 4mm

Réalisation d’étanchéité des terrasses par un revêtement monocouche à base de bitume modifié
par polymères armées en fibres de poly stère non tissé. La composition peut être aussi à base
d’élastomère armé.

Dans tous les cas de revêtement monocouche proposée par l’entreprise doit être conforme aux
normes Marocaines ou Françaises le cas échéant ou être homologué par le C.S.T.B, un bureau
de contrôle et par la maîtrise d’œuvre.

L’entreprise remettra à la maîtrise de l’œuvre une fiche technique de la monocouche proposée


comprenant les caractéristiques du produit.

Le prix comprend toute sujétion de fourniture d’application conformément aux normes et


D.T.U 43 et en particulier :

 Le nettoyage parfait du support


 L’application des couches d’imprégnation
 Le thermos soudage éventuel.
 La fourniture et la pose de revêtement monocouche y compris pour tous reliefs
La terrasse doit avoir une pente supérieure ou égale à 1%

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°30- Etanchéité bicouche

Fourniture et pose d’une étanchéité bicouche en feuilles de bitumes modifiés élastomères SBS,
posée en Indépendance et comprenant entre autre :

- Un écran d’indépendance en voile de verre de masse surfacique 100

g/m² (tolérance : - 8 %).et de largeur minimale de 1 m ;


92
- Deux membranes en bitume élastomère SBS d’épaisseurs minimales de

2 et 3 mm soudables sur leur support.

Un recouvrement minimal de 10 cm sera assuré entre membranes en longitudinale et 15 cm en


transversale.

Le prix de règlement s’entend pour l’ouvrage complètement terminé y compris toutes sujétions
de fourniture, de main d’œuvre, de mise en œuvre, d’essais et sans plus-value pour chutes,
déchets, dispositions et fournitures imposées par le mode de pose du produit.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°31- Relevé d’étanchéité

Les relevées d’étanchéité seront réalisées conformément aux normes et D.T.U par un
revêtement monocouche avec les mêmes spécifications du Prix N°29

Prix N°32- Protection vertical

Le poste rémunère la façon du joint de 15 mm de largeur (rembourré au mortier bitumineux) à


la base du relevé, la façon de joints secs verticaux tous les 2 m environ, la chape de protection
de 0,03 m d’épaisseur au mortier de ciment armé d’un grillage à mailles de 21 mm fixé en tête
du relevé et toutes sujétions.

Ouvrage payé au mètre linéaire

Prix N°33- Fourniture et pose de gargouilles en plomb laminé de 3 mm avec


crapaudine

Le poste rémunère les éléments suivants :

- La façon de cuvette à réserver dans la forme de pente

- La fourniture, pose et scellement d’une platine avec moignon tronconique soudé (le tout en
plomb de 2,5 mm d’épaisseur). Cette platine sera posée entre le 1er et le 2éme plis et recevra
par dessous un renforcement par feutre 36S. Le moignon devra déborder sous le plancher de 15
cm minimum.

- La fourniture et mise en place de crapaudine en fil de fer galvanisé.

- Toutes sujétions

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°34- Protection d’étanchéité par carreaux rouges émaillés


93
Seront posés au-dessus de l’étanchéité sur forme complètement décapée à base de mortier de ciment
250 kg/m3, de ciment CPJ35 sur lit de sable fin de 0.03 cm, des carreaux rouges de 20 x 20cm
spéciaux pour terrasses, les joints auront de 3 à 4 mm maximum. Teinte au choix de l’Architecte.

Ouvrage payé au mètre carré à la surface vue en plan entre nus d’acrotères ou de poutre, les souches et
ouvrages divers de moins de 0.150 m², n’étant pas déduits, y compris fournitures nécessaires.

Ouvrage payé au mètre carré réel, entre nus des murs y compris joints, nettoyage en fin de travaux, et
toutes sujétions d’exécution en petites parties, ainsi que tous les ouvrages nécessaires à la bonne
finition du dallage.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°35- Protection des relevés d’étanchéité en plinthes en carreaux rouges

Dans toutes les terrasses comprenant un sol de même nature, sera réalisée une plinthe en carreaux de
0.07m de hauteur, suivant les mêmes descriptions, prescriptions et spécifications que l’article
précédent.

Ouvrage payé au mètre linéaire, y compris toutes sujétions de fournitures et d’exécution à toute hauteur

Ouvrage payé au mètre linéaire

I- Revêtements
Prix N°36- Revêtement en carreaux grès cérame

Fourniture et la pose des carreaux gré-cérame échantillon à soumettre à l’approbation de la maitrise


d’ouvrage. Ces revêtements seront posés au cordeau et à bain soufflant de mortier sur un support
réalisé au mortier de ciment blanc. Les revêtements posés devront présenter un aspect de teinte
conforme aux prescriptions et leur planimétrie devra être parfaite.

L’entrepreneur devra également inclure dans ses prix de pose les diverses sujétions résultant du travail,
des petites surfaces, surfaces courbes ou arrondies, découpes diverses, appareillages de tons et de
carreaux de dimensions inégales.

Y compris toutes sujétions de fourniture, pose, finition et traitement contre les moisissures et toutes
autres sujétions.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°37- Revêtement en marbre

Un échantillon à soumettre au maître d’ouvrage pour approbation

94
Revêtement en marbre au choix de l’architecte et du maitre d’ouvrage, de 3cm (TROIS
CENTIMETRES) d'épaisseur y compris pose sur mortier de ciment et façon de joints en ciment blanc
teintés le cas échéant, retombées qui seront fixés au moyen d'agrafes. Y compris le ponçage et le
lustrage nécessaires pour obtenir la finition. Il sera réalisé comme suit :

 Réglage du fond de forme


 Dallage en béton armé de 10 cm exécuté en béton N°2, suivant le tableau de dosage, sur
support. Ce dallage sera soigneusement réglé. Compris pilonnage, damage, réglage et
armature en treillis soudé de 4,5 mm espacement 20x20 cm.
 Revêtement de sol en plaques de marbre de 1er choix, de 3 cm d'épaisseur. De modules suivant
plans de détail architecte,
Échantillon et couleur à soumettre à l'approbation de l'Administration et l'architecte. Ce revêtement
sera au mortier dosé de 400 kg de ciment CPJ 45 et SIKA spéciale. Les modules de pose sera
déterminé par l'architecte.

Ce prix comprend le dépoussiérage avant pose nécessaire pour obtenir la finition “Poli-Brillant”, et
toutes sujétions pour retombées, petites parties, angles saillants ou rentrants, cueillies, gorges, bords
arrondis, joints de finition, etc...

Ouvrage payé au mètre carré réel, fourni et posé sans majoration pour petites parties, compris toutes
sujétions de pose et tous travaux nécessaires à la bonne finition du revêtement.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°38- Revêtement en granito poli

Ce prix rémunère la réalisation de revêtement de sol en granito poli selon plan de calpinage fourni par
l’architecte, Comprenant :
▪ l’exécution d’une couche au mortier qui sera dressé à la règle d’une épaisseur suffisante pour la mise
à niveau ( 5 cm au minimum ), sa surface étant rendue rugueuse par des stries exécutées à la truelle.
▪ La fourniture et mise en œuvre des joints en baguettes d’ébonite de 16 x 4 mm dont la répartition et
les couleurs seront faites selon les indications de l’architecte
▪ L’épandage de la gravette et le roulage seront exécutés avec soin de façon à ce que la surface visible
des grains occupe au moins 80% de la surface du dallage
▪ Après un premier ponçage mécanique, il sera procédé à un masticage de ciment de telle sorte que la
surface ainsi obtenue soit plane et sans marque, un deuxième ponçage sera effectué pour faire
disparaître toutes irrégularités
▪ Il sera ensuite procédé au polissage jusqu’à obtention de la surface définitive conforme aux
spécifications des règles de l’art en vigueur
▪ Un lustrage superficiel complétera le tout et sera réalisé au moyen de sel et pierre ponce spéciale
lustrage
Ouvrage métré à la surface réellement exécutée, sans plus-value pour petites parties ou faibles largeurs,
tous vides et ouvrages divers non revêtus déduits y compris plinthe.

Ouvrage payé au mètre carré

95
Prix N°39- Revêtement en granite

Un échantillon à soumettre au maître d’ouvrage pour approbation

Revêtement en Granit, au choix de l’architecte et du maitre d’ouvrage, de 3cm (TROIS


CENTIMETRES) d'épaisseur y compris pose sur mortier de ciment et façon de joints en ciment blanc
teintés le cas échéant, retombées qui seront fixés au moyen d'agrafes. Y compris le ponçage et le
lustrage nécessaires pour obtenir la finition. Il sera réalisé comme suit :

 Réglage du fond de forme


 Dallage en béton armé de 10 cm exécuté en béton N°2, suivant le tableau de dosage, sur
support. Ce dallage sera soigneusement réglé. Compris pilonnage, damage, réglage et
armature en treillis soudé de 4,5 mm espacement 20x20 cm.
 Revêtement de sol en plaques de marbre de 1er choix, de 3 cm d'épaisseur. De modules suivant
plans de détail architecte,
Échantillon et couleur à soumettre à l'approbation de l'Administration et l'architecte. Ce revêtement
sera au mortier dosé de 400 kg de ciment CPJ 45 et SIKA spéciale. Les modules de pose sera
déterminé par l'architecte.

Ce prix comprend le dépoussiérage avant pose nécessaire pour obtenir la finition “Poli-Brillant”, et
toutes sujétions pour retombées, petites parties, angles saillants ou rentrants, cueillies, gorges, bords
arrondis, joints de finition, etc...

Ouvrage payé au mètre carré réel, fourni et posé sans majoration pour petites parties, compris toutes
sujétions de pose et tous travaux nécessaires à la bonne finition du revêtement.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°40- Revêtement en sable stabilisé

Ce prix rémunère la fourniture et mise en œuvre du sable stabilisé constitué par un mélange
effectué en centrale ou sur place, avec adjonction de ciment. Les pourcentages indicatifs des
constituants sont les suivants :

- 38 % de sable roulé 0/2

- 28 % de sable silico-calcaire 0/5 (peut être remplacé par de la chaux)

- 30 % de gravillon silico-calcaire 2/6

- 4 % de ciment

Le teint au choix du paysagiste Un ou plusieurs échantillons seront soumis à l’approbation du


Maître d’Œuvre avant tout début de réalisation Mise en œuvre : L’entreprise fera une étude de
portance et de stabilité du mélange proposé en fonction des matériaux à mettre en œuvre. Le
sable stabilisé est posé avec une épaisseur d’environ 8cm après compactage, sur une couche de
tout venant posé et compacté ailleurs. Le mélange devrait être perméable à l’eau après mise en
œuvre.

96
Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°41- Habillage en bois

L’habillage en bois avec fixation sur support conforme aux détails et instructions du maitre
d’ouvrage ou son représentant. Y compris tous les accessoires de mise en œuvre pour obtenir un
travail parfait et dans les règles de l’art.

Ouvrage payé au mètre carré

J- Travaux de menuiserie

Prix N°42- Menuiserie Aluminium extérieure/Verre clair

A exécuter conformément aux plans de détails de l'Architecte en aluminium y compris cadre,


vantaux chambranle, parclose, jet d'eau, gorge pour écoulement d'eau, quincaillerie de 1er choix
à soumettre à l'Architecte pour agrément.

Fenêtres et châssis de toutes dimensions, ouvrants ou fixes réalisés comme suit :

- Cadres fixe en aluminium de 110/70mm, montant de 70/70mm.

- Ouvrant avec bâti de 100/40mm et éventuellement petit bois de

40/40mm compris rejet d’eau et parcloses.

- Chambranles de 45/15mm.

Quincaillerie :

- 6 pattes à scellement.

- 2 paumelles électriques de 140 pour ouvrants de plus de 0.50 m2 et 2 paumelles électriques


110 pour ouvrant de surface inférieur.

- 1 loqueteau à levier avec gâche en sterlium poli pour 2 vantaux ouvrant ensemble ou pour 1
vantail isolé.

- 1 loqueteau de vasistas à ressort avec coulisses de vasistas pour châssis hauts.

Fenêtres livrées avec une couche d'impression à la peinture à l'huile et toutes sujétions de
fourniture et de pose, et de scellement.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°43- Porte en bois rouge


97
Fourniture et pose des portes en bois rouge/Verre clair, exécutées conformément aux détails
fournis par l’architecte.

Ouvrage payé au mètre carré, y compris cadre, quincaillerie, serrurerie, buttoir, verre et
barreaux, fournitures, pose, main d’œuvre et toutes sujétions,

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°44- Portes métallique

Fourniture et pose des portes métallique, exécutées conformément aux détails fournis par
l’architecte.

Ouvrage payé au mètre carré, y compris cadre, quincaillerie, serrurerie, buttoir, verre et
barreaux, fournitures, pose, main d’œuvre et toutes sujétions,

Ouvrage payé au mètre carré

K-Electricité – lustrerie

Prix N°45- Branchement au réseau d’électricité ONEE :

A partir de la limite de la construction et auprès du 1er point du réseau extérieur, cet ouvrage
comprend tous les travaux nécessaires au branchement du bâtiment au réseau électrique, suivant
instructions de l'O.N.E.E ; ainsi que le paiement des peines et soins de l'O.N.E.E et taxes
éventuelles

Ouvrage payé à l’Ensemble

PROTECTION

Prix N°46- Raccordement du réseau terre

La mise à la terre de masses doit être réalisée par piquet battu ou forés minimum 4 avec regard
étanche de visite et raccordée par un conducteur cuivre nu 28mm² minimum ceinturant
l’ensemble du bâtiment et remontant en boucle au tableau principal du bâtiment.

Cette terre aura une valeur ohmique inférieure à 5 ohms.

98
L’Entrepreneur doit s’assurer de la vapeur exacte de la prise de terre et si nécessaire la
compléter par d’autres piquets.

Ce prix comprend toutes les sujétions de fournitures, pose, scellements, protection, mise en
œuvre et fixation.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°47-  Liaison équipotentielle principale

Une liaison équipotentielle sera réalisée dans les salles d’eau en conducteur type HO7 VU
(U500) de section minimum de 4mm² sous conduit de marque LEGRAND type ICTA TURBO
GLISS diam.16 ou similaire avec tire-fils en acier 9/10è nylonisé, reliant toutes les masses et
tuyauteries métalliques par collier de connexion. Cette liaison sera raccordée à la borne de terre
du tableau de protection correspondant.

N.B :

 Les boulonneries ou pièces de connexion diverses utilisées seront de toute première


qualité. Chaque accessoire sera inoxydable et toutes les jonctions utilisées seront des
matériaux assurant des contacts résistants efficacement aux effets des couples
électrolytiques. Chaque connexion sur masse métallique sera préalablement préparée de
manière à ne pas atténuer la protection anti-oxydation tout en assurant une plage de
contact correcte et suffisante.
 Les canalisations seront enterrées par endroits et apparentes, solidement attachées aux
parois, ailleurs.
 Le conducteur de protection ne doit pas comporter d’appareil ou d’organe de coupure.
 La liaison des masses doit être en étoile ou en parallèle et non en série.

La prestation inclut, pour les canalisations enterrées, l’ouverture de saignées, la pose du


conducteur, la fermeture et remise en état, l’évacuation des déblais. règles de l’art, toutes
sujétions afférentes incluses

Cette prestation sera rémunérée à l’Ensemble de conducteur de section donnée, fourni, posé,
accessoires de fixation et de Raccordement inclus, (Quel que soit le mode de pose imposé) et
raccordé comme décrit et conformément aux normes et règles de l’art, toutes sujétions
afférentes

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°48- Liaison équipotentielle secondaire

99
Une liaison équipotentielle sera réalisée dans les salles d’eau en conducteur type HO7 VU
(U500) de section minimum de 4mm² sous conduit de marque LEGRAND type ICTA TURBO
GLISS diam.16 ou similaire avec tire-fils en acier 9/10è nylonisé, reliant toutes les masses et
tuyauteries métalliques par collier de connexion. Cette liaison sera raccordée à la borne de terre
du tableau de protection correspondant.

N.B :

Les boulonneries ou pièces de connexion diverses utilisées seront de toute première qualité.
Chaque accessoire sera inoxydable et toutes les jonctions utilisées seront des matériaux assurant
des contacts résistants efficacement aux effets des couples électrolytiques. Chaque connexion
sur masse métallique sera préalablement préparée de manière à ne pas atténuer la protection
anti-oxydation tout en assurant une plage de contact correcte et suffisante.

 Les canalisations seront enterrées par endroits et apparentes, solidement attachées aux
parois, ailleurs.
 Le conducteur de protection ne doit pas comporter d’appareil ou d’organe de coupure.
 La liaison des masses doit être en étoile ou en parallèle et non en série.

La prestation inclut, pour les canalisations enterrées, l’ouverture de saignées, la pose du


conducteur, la fermeture et remise en état, l’évacuation des déblais. règles de l’art, toutes
sujétions afférentes incluses

Cette prestation sera rémunérée à l’Ensemble de conducteur de section donnée, fourni, posé,
accessoires de fixation et de Raccordement inclus, (Quel que soit le mode de pose imposé) et
raccordé comme décrit et conformément aux normes et règles de l’art, toutes sujétions
afférentes

Ouvrage payé à l’ensemble

BOITE DE COUPURE ET DE DISTRIBUTION

Prix N°49- Boîtes de coupure :

Les boites de coupure seront de type agrée par le distributeur, en fonte ou en PVC avec
couvercle, munies d’une serrure et cadenas et posées en encastré suivant plan dans les locaux et
emplacements des compteurs.

Chacune des boites sera équipée d’une plaque isolante en bakélite, cosse de serrage, barrette de
terre, barrette neutre, borniers de raccordement, cônes pour entrée et sortie des câbles sous tube
avec presse-étoupe et de coupe circuit calibrés.

Ouvrage payé à l’unité de la boite, y compris pose équipements intérieurs, raccordements,


scellements, serrures, toute fournitures et sujétions.

Ouvrage payé à l’unité

100
Prix N°50- Boite de distribution :

Les boites de dérivation seront de type agrée par le distributeur, en fonte ou en PVC avec
couvercle, munies d’une serrure et cadenas et posées en encastré suivant plan dans les locaux et
emplacements des compteurs.

Chacune des boites sera équipée d’une plaque isolante en bakélite, cosse de serrage, barrette de
terre, barrette neutre, borniers de raccordement, cônes pour entrée et sortie des câbles sous tube
avec presse-étoupe et de coupe circuit calibrés.

Suivant les règles de l'art y compris coupe-circuit à bascule et toutes sujétions de fourniture et
de pose.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°51- Coffret de compteur:

Le comptage BT du réseau d’éclairage extérieur de la place sera par un compteur sur TC. Les
compteurs seront fournis par le distributeur et la mise en place et les raccordements seront
réalisés par l'entrepreneur électricien conformément aux règlements locaux.

L’entreprise devra la fourniture et la pose d’une armoire en tôle acier agréé par le distributeur
pour la mise en place des T.P, T.I et elle devra fournir tous les accessoires, câbles, ainsi que les
raccordements.

Y compris, câbles, armoire, prise en magasin distributeur, raccordements, fixations, pose toutes
fournitures et sujétion.

Ouvrage payé à l’unité

CABLES DE DISTRIBUTION:

Les câbles de distribution depuis le poste de transformation jusqu'aux coffrets de protection des
abonnés seront réalisés par câbles U1000 posés en enterré de type:

 RVFV : du poste de transformation jusqu’aux coffrets de branchement du réseau de


distribution BT et les tableaux de protection électrique et pour le réseau d’éclairage
extérieur.
 RO2V : pour le raccordement entre les compteurs abonnés et les tableaux de protection
électrique et l’alimentation des boîtes électriques d'éclairage public.
Les extrémités seront raccordées par cosse serties ou à vis fixées par boulons cadmiés.
Les câbles U1000 RO2V ainsi que les câbles U100 ARVFV passant sous chaussée et aux

101
croisements avec d’autres canalisations seront posés sous tubes annelés double-paroi.
Les câbles U1000 RVFV de section 3x2,5 mm2 seront posés en tranchée sous tube ICD D21
compris dans le prix du câble.
Les attentes seront laissées aux endroits préconisés par le lot concerné et devront avoir un mou
de 2 m minimum.

Le conducteur de terre du réseau d’éclairage extérieur sera en cuivre nu et de section :


- Egale à la section du conducteur de phase, pour les câbles de sections inférieures à 25
mm2.
- Egale à 28 mm2, pour les câbles de sections supérieures à 25 mm2
Le conducteur de terre isolé sera repéré par la double coloration vert-jaune.
Tous les circuits seront repérés par des étiquettes en métal fixées à proximité des départs.
Y compris câble, tube annelé DN 50-110, raccordement, tube, repérage, toutes fournitures et
sujétion

Ouvrage payé au mètre linéaire suivant section du câble

Prix N°52- U 1000 - RVFV- 4x50+T mm²


Prix N°53- U 1000 - RVFV- 4x25+T mm²
Prix N°54- U 1000 - RO2V - 4x16 mm²
Prix N°55- U 1000 - RO2V - 5x6 mm²
Prix N°56- U 1000 - RO2V - 4X10 mm²
Prix N°57- U 1000 - RO2V - 2x10 mm²
Prix N°58- U 1000 - RO2V - 1x10 mm

CONDUITS

Il s’agit de la fourniture et de la pose des conduits type ICT 5 APE, tuyau en matière plastique
encastrée dans le béton, les parois et les chapes.

Prix N°59- Conduit ICT 5 APE n° 13

Fourni, posé y compris toutes sujétions de raccordement et de pose.

Ouvrage payé au mètre linéaire

Prix N°60- : Conduit ICT 5 APE n° 75

Fourni, posé y compris toutes sujétions de raccordement et de pose.

Ouvrage payé au mètre linéaire

102
CHEMINS DE CABLES EN ACIER GALVANISE

Il s’agit de fourniture et de pose de chemins de câbles en acier galvanisé à chaud et à bords


arrondisse chez Ingelec ou similaire. Il sera posé sur support en tôle galvanisées fournies par le
fabricant du chemin de câble, distante de 1,2 à 1,5 mètre et à chaque changement de direction.
On utilise un autre chemin de câble qui fait fonction de couverture. Cette couverture sera fixée
par vis à têtes rondes galvanisées après avoir posées et attachées les câbles sur le chemin de
câble de base. Ces chemins de câbles (de base et de couverture) et toutes sujétions et seront
rémunérés comme suit :

Ouvrage payé en mètre linéaire y compris toutes sujétions de fourniture, de pose et de


raccordement

Prix N°61- 220/63 mm


Prix N°62- 150/33 mm

Ouvrage payé en mètre linéaire

TABLEAUX ET APPAREILLAGES DE PROTECTION ELECTRIQUES

 CONSIDERATIONS GENERALES :

 Les tableaux seront de la série PRISMA de réalisés conformément au cahier des


prescriptions techniques et constitués de coffret, platine, plastrons, rails, polybloc ,
collecteur de terre, bornier et support porte bornier et repérage . Ils doivent accepter toutes
les hauteurs de mécanisme modulaire et se monte obligatoirement pour faciliter
l’épanouissement des câbles
 Les tableaux seront dimensionnés en fonction de l'appareil de tête et du nombre de modules
utilisés augmenté de 30% pour une éventuelle extension de l'installation (soit un minimum
d'une rangée de libre par tableau).
 Les tableaux câblés finis doivent avoir un degré de protection d'au moins IP 55
 Ils seront catégoriquement refusés si la dimension est trop juste.
 Toutes les serrures de ces tableaux devront s'ouvrir avec la même clé.
 Le BET n'acceptera en aucun cas des tableaux dont l'aspect esthétique aura été négligé
(peinture mal exécutée, corrosion, câblage non satisfaisant…).
 L'ensemble du matériel sera fixé sur rail OMEGA.
 Les entrées et sorties des canalisations se feront à travers des plaques en tôle démontables,
percées au diamètre des canalisations avec presse étoupes de protection et placées aux
parties inférieures ou supérieures des tableaux.
 Barrette de neutre.

103
 Barrette de terre
 Chaque coffret sera équipé d'un répartiteur multiclip pour la distribution principale et
chaque départ principal sera équipé d'un interrupteur ou disjoncteur de tête et un répartiteur
modulaires pour la distribution des circuits divisionnaire.
 Le schéma électrique de ces tableaux sera collé sur la face interne des portillons sous
pochettes plastique.
 Tous les départs des conducteurs seront repérés.
 Le pouvoir de coupure disjoncteurs de protection devra être choisi en fonction du courant
de court-circuit au niveau du tableau.
 Les tableaux de protection des circuits éclairage et prises de courant des différents niveaux
devront posséder une deuxième barrette de terre indépendante du bâti de l'armoire pour les
alimentations des appareils téléphoniques et informatiques, cette barrette de terre sera reliée
au circuit de terre séparée.
 La description et le contenu approximatif de chaque tableau est détaillé dans les schémas
des tableaux électriques :
 Les disjoncteurs divisionnaires pour les départs d'éclairages et prises de courant 2xP+T
seront de type C60a bipolaires courbe C - 2x10A, 2x16A, 2x20A.
 Les disjoncteurs divisionnaires pour les départs alimentation force seront de type C60N
bipolaires courbe D - 2x16A, 2x20A et 2x25A.
 Les disjoncteurs divisionnaires pour les départs tri et tétrapolaires seront de type C60N
courbe C.
 Les interrupteurs différentiels seront bipolaires ou tetrapolaires de sensibilité 30mA pour
les prises de courant normales et 300mA pour les autres circuits : ils seront équipés d'un
contact auxiliaire OFS pour la signalisation à distance de leurs positions et contact
auxiliaire SD.
 Les télérupteurs des circuits divisionnaires d'éclairage seront unipolaires.
 Les télérupteurs des circuits divisionnaires d'éclairage des couloirs seront bipolaires
équipés de contacts auxiliaires indicateur de position.
 Les télérupteurs de commande générale d'éclairage seront tétrapolaires équipés de contacts
auxiliaires indicateur de position et un bouton poussoir marche/arrêt fixé sur la face avant
du tableau électrique correspondant y compris câblage et installation.
 L’ensemble des disjoncteurs tetrapolaires seront équipés de contacts auxiliaires ‘OF’
position et ‘SD’ défaut.
 Un pour le raccordement des différents départs des circuits
 Les tableaux seront réalisés conformément aux prescriptions techniques du présent marché,
et conformément aux schémas unifilaires du BET
 Les étiquettes, pour identification et repérage des circuits,

 LES APPAREILS DE MESURE ET DE SIGNALISATION :

 03 Voyants de signalisation de présence de tension avec fusibles HPC placés dans des
coupe-circuits bipolaires 6A.

104
 03 Ampèremètres pour la mesure des courants jusqu’à 400/5A, livrés avec leurs
transformateurs de courant.
 01 Voltmètre pour la mesure des tensions jusqu’à 500V, livré avec le sélecteur des phases
et les fusibles HPC de protection placés dans des coupe-circuits bipolaires 6A.
 01 Centrale de mesure type PM810 de Merlin Gerin ou similaire (Mesure de V, I,P,Q, E,f,
cosphi, Taux de distorsion de tension et courant, …..). Les transformateurs de courant de
rapport 400/5 nécessaires sont inclus dans ce prix.
 01 Arrêt d’urgence de type télémécanique ou similaire qui sera connecté sur la bobine à
émission du disjoncteur de tête

NB : Les appareillages seront de marque Merlin Gerin, Télémécanique, ABB ou similaire
Les accessoires seront de marque LEGRAND ou similaires.

Prix N°63- Tableau de protection général T.G.B.T

Ouvrage payé à l’Unité, pour l’ensemble des équipements du tableau réalisé selon le descriptif,
équipé câblé, posé et raccordé, toutes sujétions de fourniture, de pose et de raccordements

Prix N°64- Tableaux de protection TES1

Ouvrage payé à l’Unité, pour l’ensemble des équipements du tableau réalisé selon le descriptif,
équipé câblé, posé et raccordé, toutes sujétions de fourniture, de pose et de raccordements selon
les prix suivants:

DISTRIBUTION - ECLAIRAGE

Prix N°65- Foyer simple allumage

Il s’agit d’un ensemble de boîtiers encastrés, de boîtes de jonction de pots de réservation de


boîtes d’appareillages, de douille métallique au bout de fil, du tableau jusqu’au foyer principal y
compris le branchement de l’interrupteur.

Les liaisons seront en conducteur U500V de 1,5 mm2 sous tubes ICD 6E, orange noyé dans la
chape.

Les interrupteurs seront comptés à part.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble fournie, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en
œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°66- Foyer double allumage

105
Il s’agit d’un ensemble de boîtiers encastrés, de boites de jonction de pots de réservation de
boites d’appareillages, de douille métallique au bout de fil, du tableau jusqu’au foyer principal y
compris le branchement de l’interrupteur.

Les liaisons seront en conducteur U500 V de 1,5 mm2 sous tubes ICD 6E orange noyé dans la
chape. Les interrupteurs seront comptés à part.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble fournie, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en
œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°67- Foyer va et vient

Il s’agit d’un ensemble de boîtiers encastrés, de boîtes de jonction de pots de réservation


de boîtes d’appareillages de douille métallique au bout de fil, du tableau jusqu’au foyer
principal y compris le branchement de deux interrupteurs.

Les liaisons seront en conducteur U500V de 1,5 mm2 sous tubes ICD 6E, orange noyé dans la
chape. Les interrupteurs seront comptés à part.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble fournie, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en
œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°68- Foyer double va et vient

Il s’agit d’un ensemble de boîtiers encastrés, de boîtes de jonction de pots de réservation


de boîtes d’appareillages de douille métallique au bout de fil, du tableau jusqu’au foyer
principal y compris le branchement de deux interrupteurs.

Les liaisons seront en conducteur U500V de 1,5 mm2 sous tubes ICD 6E, orange noyé dans la
chape. Les interrupteurs seront comptés à part.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble fournie, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en
œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

106
Prix N°69- Foyer supplémentaire

Il s’agit d’un ensemble de boîtiers encastrés, de boîtes de jonction de pots de réservation de


boîtes d’appareillages, de douille métallique au bout de fil, du foyer principal au foyer suivant
(supplémentaire).

Les liaisons seront en conducteur U500V de 1,5 mm2 sous tubes ICD 6E, orange noyé dans la
chape.

Les liaisons entre foyer principal et tableau seront comptés à part.

Ouvrage payé à l’unité


Prix N°70- Foyer bouton poussoir

Il s’agit d’un ensemble de boîtiers encastrés, de boîtes de jonction de pots de réservation de


boîtes d’appareillages, de douille métallique au bout de fil, du foyer principal au foyer suivant
(supplémentaire).

Les liaisons seront en conducteur U500V de 1,5 mm2 sous tubes ICD 6E, orange noyé dans la
chape.

Les liaisons entre foyer principal et tableau seront comptés à part.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°71- Foyer sur télérupteur

Il s’agit d’un ensemble de boîtiers encastrés, de boîtes de jonction de pots de réservation de


boîtes d’appareillages, du tableau ou du point lumineux jusqu’au bouton poussoir y compris le
branchement des boutons poussoirs.

Les liaisons seront en conducteur U500V de 1,5 mm2 sous tubes ICD 6E, orange noyé dans la
chape.

Les boutons poussoirs seront comptés à part.

Ouvrage payé à l’unité

DISTRIBUTION - PRISE DE COURANT FAIBLE

Prix N°72- PRISE DE COURANT 2X10/16A A+T

Il s’agit d’un ensemble de boîtiers encastrés, de boîtes de jonction, de pots de réservation et de


bornes de raccordement du tableau jusqu’au pot de la prise y compris le branchement de la
prise.

107
Les liaisons seront en conducteur U500V de 2,5 mm2 sous tubes ICD 6E, orange noyé dans la
chape

Les prises seront comptées à part.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°73- Prise de force

Il s’agit d’un ensemble de boîtiers encastrés, de boîtes de jonction, de pots de réservation et de


bornes de raccordement du tableau jusqu’au pot de la prise y compris le branchement de la
prise.

Les liaisons seront en conducteur U500V de 4 mm2 sous tubes ICD 6E, orange noyé dans la
chape

Les prises seront comptées à part.

Ouvrage payé à l’unité

SECURITE

Prix N°74- Foyer bloc secours :

Il s’agit de l’alimentation des blocs autonomes de secours, elle sera prise et protégée avec

Disjoncteur DPN de 10A sur les tableaux correspondants.

Les liaisons seront en conducteur U1000 RG PFV 2 x 1.5 mm², sous conduit ICD 5 APE de
dimension appropriée.

Le foyer s’entend du tableau d’alimentation à l’appareille (bloc de secours) Y compris boîtiers


encastrés, boîtes de jonction, et toutes sujétions de fourniture et pose et de raccordement.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°75- Bloc secours 60 lumens

Bloc à incandescence avec accumulateurs facilement interchangeables sans accès aux pièces
sous tension.

108
Autonomie 1 heures, télécommandable, contrôlable sans coupure, secteur avec coffrets
de télécommande. Flux 60 lumens de référence 60825 de marque LEGRAND ou similaire. Y
compris Blocs d’accumulation de rechange de référence 6102, et toutes sujétions de fourniture
et pose et de raccordement.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°76- Dalle coupe-feu 2h

Fourniture et pose d’une dalle coupe-feu suivant indication sur le plan et détail d’Architect,
conformément aux normes en vigueur des pompiers et comprenant essentiellement :

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°77- Détecteur d'incendie

Ce prix comprend, la pose de l’appareil (détecteurs automatiques, déclencheurs, sirène et


indicateur d’action) de la ligne de détection existante, la connexion du câble et leur
raccordement (continuité de service de la ligne à assurer), le stockage de l’appareil puis.

Ouvrage payé à l’unité, y compris stockage, pose, raccordement, câble, et toutes


sujétions de fourniture

Prix N°78- Extincteur à poudre polyvalente 10 kg

Extincteur à neige C.02 de 10 kg de 1ere qualité compris toutes sujétions de fourniture, de pose
et de scellements aux endroits indiqués par BET.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°79- Porte para-flamme 1/2h + ferme porte

Fourniture et pose des portes fabriquées avec deux tôles d’acier galvanisées d’épaisseur
minimale 0,8 mm. L’âme du vantail de la Porte pare-flamme 1/2 h est constituée de laine de
roche. L’épaisseur est égale à 63 mm.

Ouvrage payé au mètre carré, y compris cadre, quincaillerie, serrurerie, buttoir, verre et
barreaux, fournitures, pose, main d’œuvre et toutes sujétions,

Ouvrage payé au mètre carré

APPAREILLAGES

Prix N°80- Interrupteur simple allumage

109
Fourniture et pose d’un interrupteur simple allumage de marque INGELEC type TICHKA ou
similaire

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions pose, et mise en œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°81- Interrupteur double allumage

Fourniture et pose d’un interrupteur double allumage de marque INGELEC type TICHKA ou
similaire.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions pose, et mise en œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°82-  Interrupteur va et vient

Fourniture et pose d’un interrupteur va et vient de marquer INGELEC type TICHKA ou


similaire.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions pose, et mise en œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°83-  Bouton poussoir

Fourniture et pose d’un bouton poussoir de marque INGELEC type TICHKA ou similaire.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions pose, et mise en œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°84- Prise de courant

Fourniture et pose de prise de courant 2X10/16A+T de marque INGELEC type TICHKA ou


similaire

110
Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions pose, et mise en œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

LUSTRERIE

Prix N°85- Réglette sanitaire

Réglette sanitaire avec tube 230 V Polylux 18 w 3000 K de dimension 620x115x100 ,


avec un interrupteur, classe I , de marque THORN série BABYCAD ou similaire.

Ce prix comprend toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en œuvre. Y compris


tous les accessoires de pose et de raccordement.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble fournie, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en
œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°86- Hublot plafonnière étanche, classe 1, IP65

Fourniture pose et raccordement d’un hublot étanche avec une monture en acier inoxydable
diamètre 250 en verre ou en polycarbonate classe 1 modèle Ovale ou rond de la série Kid de
marque Mazda, Philips ou similaire. A soumettre à l’approbation de l’architecte et de BETaura
les caractéristiques minimales suivantes : 
 Diffuseur en polycarbonate opale, moulé et traité anti-UV ;
 Le système d’étanchéité est intégré au diffuseur (pas de joint) ;
 Réflecteur en aluminium ou polycarbonate ;
 Visserie TORX ;
 Finition collerette au choix de l’architecte ;
 Une douille E27 en porcelaine ;
 Lampe à économie d’énergie 60/100 W ;
 Les fils électriques et accessoires de raccordements et fixations.

Ouvrage payé à l’Unité de luminaire décrit, et toutes sujétions de fourniture, de mise en œuvre
et de raccordements inclus

Prix N°87- Luminaire

111
Ce prix rémunère la fourniture et la pose de luminaire de 100 w type LED de caractéristiques
suivantes :

 Couleur : Opale
 Type D'éclairage : Intérieur
 Gamme D'éclairage : Plafonnier
 Style De Luminaire : Moderne
 Puissance (W) : 16W
Imperméable à l'eau, shunt chaleur Structure, qui assure le module LED fonctionne dans un
environnement sûr et fiable, de plus, ce qui contribue à réduire la dégradation de la lumière et
améliorer la structure LED Lifespan.il dispose également d'un réflecteur de principe De
répartition de la lumière, l'amélioration de la distribution de la lumière, l'extension de l'éclairage
l'effet et la portée visuelle mieux.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°88- Luminaire 2x36 WA 2 grilles

Ce prix rémunère la fourniture et la pose de luminaire de 100 w type LED de caractéristiques


suivantes :

 Type D'éclairage : Intérieur


 Style De Luminaire : Technique
 Puissance (W) :36W
Imperméable à l'eau, shunt chaleur Structure, qui assure le module LED fonctionne dans un
environnement sûr et fiable, de plus, ce qui contribue à réduire la dégradation de la lumière et
améliorer la structure LED Lifespan.il dispose également d'un réflecteur de principe De
répartition de la lumière, l'amélioration de la distribution de la lumière, l'extension de l'éclairage
l'effet et la portée visuelle mieux.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°89- Spot type led – 2x18w

Fourniture et pose de spot équipé lampes LED 2x18 W, socle en aluminium, fixation avec tige
en inox, y/c toutes sujétions.

-La vasque du spot doit être en verre trempé de haute résistance au choc,

-La visserie et les accessoires doivent être en alliage d’aluminium ou en inox

- Equipement du spot : doit être lampe LED (marque CANDELEC ou similaire


,Référence :

DWR140-2x18W, Voltage : AC 220 V , Puissance : 2x18 W, Flux Lumineux :1100 Lm ,


Température

112
Couleur :2600-7000K ,Angle Faisceau : 45°, Dimension : Ø109x120 mm, Durée de vie :
50000 heures , Structure : Aluminium , Poids : 497 g, de couleur au choix du Maître d’ouvrage.

Avant toute pose d’appareil d’éclairage. Un échantillon et soumis à l’approbation du Maître


d’ouvrage.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble fournie, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation demise en place et toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°90- Prix N°11.13.4: Spot type led – 10 w

Fourniture et pose de spot équipé lampes LED 10 W, socle en aluminium, fixation avec
tige en inox, y/c transformateur correspondant et toutes sujétions.

-La vasque du spot doit être en verre trempé de haute résistance au choc,

- La visserie et les accessoires doivent être en alliage d’aluminium ou en inox

- Equipement du spot : doit être lampe LED (marque CANDELEC ou


similaire ,Référence :

DWR48-10W, Voltage : AC 12 V , Puissance : 10 W, Flux Lumineux :90 Lm ,


Température

Couleur :2700-6500K ,Angle Faisceau : 45°, Dimension : Ø35 , Durée de vie : 50000
heures , Structure : Aluminium , Poids : 200 g, de couleur au choix du Maître d’ouvrage.

Avant toute pose d’appareil d’éclairage. Un échantillon et soumis à l’approbation du Maître


d’ouvrage.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble fournie, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en
œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°91- Applique

Fourniture et pose d’une applique de Marque TRE CI LECU type RAINBOW ou similaire en
verre transparent, avec une émission lumineuse indirecte, équipé de lampes LED 4W 220 V, de
couleur au choix du Maître d’ouvrage.

Avant toute pose d’appareil d’éclairage. Un échantillon et soumis à l’approbation du Maître


d’ouvrage.

113
Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble fournie, installée, tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en
œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°92- Plafonnier carre 60x60

Plafonnier carre encastré pour faux plafond ou apparent suivant le mode de fixation de 60 x
60 , à platine réflecteur, pré câblé amovible et vasque en polycarbonate à prisme, fixation par
clips inox, de marque THORN série SPECLINE ALPHA ou similaire. Livré avec 2 lampes
type LED de marque CANDELEC ou similaire ,Référence : T10 – 1200- 60 W, Voltage : AC
220 V , Puissance :60 W, Flux Lumineux :1500 Lm , Température Couleur :2700-7000K
,Angle Faisceau : 180°, Dimension : Ø176x140 mm, Durée de vie : 50000 heures , Structure :
PVC , Poids : 190 Kg, de couleur au choix du Maître d’ouvrage.

Avant toute pose d’appareil d’éclairage. Un échantillon et soumis a l’approbation du Maître


d’ouvrage.

Le mode de métré se fera à l’unité d’ensemble fournie, installée, y compris tous les accessoires
nécessaires de fixation de mise en place et toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en
œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°93- Lustre :

Ce prix rémunère la fourniture et pose, installation d’un lustre de salon selon le choix et
l’approbation de l’architecte y compris tous les accessoires nécessaires de fixation de mise en
place et toutes sujétions de fourniture, pose, et mise en œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

TUBAGE COURANT FAIBLES :

Colonnes :

Les colonnes de distribution courante faible téléphone et TV seront réalisés, respectivement


depuis le regard de branchement, suivant les schémas, par des tubes ICD 21 posés en encastré
dans les murs et les dalles, ou par des tubes IRO ou ISO gris (APE) 21 posés en apparent fixés
dans les gaines et par des boites de dérivation installées sur façade et dans les gaines en PVC
avec couvercles de dimensions minimums 240x180 mm et 140x180 mm.

Attente :

114
Depuis les boites de dérivations des colonnes ci-dessus, les départs vers les différentes attentes
courant faibles des circuits prises téléphones, seront réalisés par des tubes vides et aiguillés en
ICD, ISO ou en IRO gris 13 et 16 posés respectivement en encastré dans les murs et les
cloisons avec des boites de centre.
Les prises téléphone seront de marque Ingelec ou équivalent.
L’appareillage ci-dessous prévu cote sera installé dans des boites d’encastrement (pot de
réservation) et de dérivation à deux, quatre modules Type Ingelec ou équivalent.

Ouvrage payé à l’unité par type, y compris pose, tubes, encastrement, fixations, boite de centre,
boite de dérivation, toutes fournitures et sujétions.

Prix N°94- Colonne téléphone


Prix N°95- Colonne TV
Prix N°96- Tubage circuit prise téléphone
Prix N°97- Tubage circuit prise TV
Prix N°98- Prise téléphone
Prix N°99- Prise TV
Prix N°100- Prise informatique

CABLAGE COURANTS FAIBLES ET BRANCHEMENT AU RESEAU IAM

TV :
Le réseau de distribution TV sera réalisé par câble de type coaxial 75 Ohms avec tresse en
argent, ruban isolant et âme en cuivre de diamètre 6/10é minimum et par câble téléphonique
type LY 2 paires pour l’alimentation de moteur parabole.il sera prévu des mous en attente de 5
m minimum.
Téléphone :
 Câble de branchement au réseau IAM :
Le câble téléphonique de raccordement de chaque bâtiment depuis la chambre téléphonique la
plus proche d’Itissalat Al Maghreb existante, sera réalisé en câble de la série 78 de type agrée
par I.A.M ayant des conducteurs en cuivre de diamètre 6/10 mm de capacité de 8 paires, posé
en souterrains sous tubes à l’extérieur jusqu’au coffret de répartition sur façade.
 Coffret de répartition :
Ce coffret de répartition sera en polyster de 300x240x150 mm équipé d’une réglette de capacité
8 paires de type agréé par Itissalat Al Maghreb.
 Câblage de distribution téléphonique :
157
Le réseau de distribution téléphone pour les logements et commerces sera réalisé par des câbles
type LY téléphonique multipare avec écran anti-inductif
et fils de continuité de masse. Les conducteurs seront en cuivre de diamètre
6/10mm.Ils seront de capacité 2 paires entre réglette téléphonique et prise téléphone.
Il est précisé que l’entrepreneur adjudicataire du présent lot, devra faire son affaire auprès des
services concernés, pour l’obtention de tout renseignement, autorisation, documents utiles et
nécessaires pour la réalisation de la dite desserte téléphonique (tranchée, canalisation, chambres
de tirage et câblage).

115
Il devra fournir tout document demandé par Itissalat Al Maghreb pour l’exécution des travaux
et faire approuver par les services concernés les matériaux et fourniture proposés pour la
réalisation des câbles de branchement au réseau public.
Tous les ouvrages seront réalisés suivant les normes et les règles de l’art afin qu’ils soient
réceptionnés sans réserve et sans plus-value par les organismes contrôleurs I.A.M et le B.E.T
Ouvrage payé au mètre linéaire du câble pour la réglette, y compris, pose, câble, tubes, tirage
raccordement, essais sondage étiquetage, et à l’unité pour réglette 7 paires toutes fournitures et
sujétions au prix n° :

Prix N°101- Câble coaxial


Prix N°102- Câble série78 -8 paires
Prix N°103- Câble LY-2 paires

Prix N°104- Précablage et câblage informatique

GENERALITES.
L’installation de pré-câblage et câblage informatique consiste à desservir l’ensemble des prises
informatiques installées dans les différents locaux à partir sous répartiteur à relier au réseau
informatique existant par une liaison à fibre optique mono mode à poser sous buse existante
entre le bâtiment en cours de construction et le local informatique.
1 : ARMOIRE DE BRASSAGE
Fourniture et installation d’une armoire de brassage général conçue pour les équipements
informatiques.
Dimension appropriées pour recevoir le matériel avec une réserve de 20% – IP
44, cette armoire aura les caractéristiques suivants :
N.B : Tous les éléments passifs : (câble cordons de brassage, panneaux, …) doivent être de la
même marque.
2 : PANNEAUX DE BRASSAGE 24 PORTS :
 Conforme à la catégorie 6 (standards TIA/EIA 568et 568B)
 Ports équipés d’un parasurtenseur.
 Conçus pour application de données à haut débit, voix et multimédia.
 Contacts appairer CAD 110 galvanisés.
 Système d’étiquetage facile et protégé.
 Plateaux Guide des câbles.
 Il comprendra des prises RJ45 à 8 conducteurs sur la face avant connectées à une carte
imprimée à contacts auto dénudant type 110
IDC situé à l’arrière.
- Le connecteur sera équipé de volets mécaniques de protection contre la poussière.
- y compris tous les accessoires de pose et fixation: support pour modules eclipsable, plastron,
boites d'encastrement, support, plaques et toutes sujétions de fourniture, de pose et de
raccordement.
L’Entreprise présentera des échantillons, du plastron et des connecteurs ainsi que les documents
certifiant le débit de 250 mégabits/seconde supporté par les connecteurs, avant commencement
des travaux pour approbation par la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre.
3 : CORDON DE LIAISON UTP CAT6 :
Fourniture et pose d’un cordon de liaison certifié catégorie 6
 Certifié catégorie 6

116
 8 conducteurs multibrins en cuivre de jauge 24 isolés au polyéthylène de haute densité,
torsadés en 4 paires et recouverts d’une gaine PVC ignifuge.
 Longueur : 3ml.
 Terminé par 2 connecteurs standards modulaires RJ45 étamés d’une couche de 50 μ d’or,
 Terminés, façonnés et testés en usines et emballés dans leur emballage d’origine faisant
figurer la référence du constructeur.
 Câble FTP en 4 paires catégories 6 avec terminaison RJ 45 des deux côtés. Faible atténuation
et para diaphonie réduite.
4 : CORDON DE BRASSAGE UTP CAT6 :
Fourniture et pose d’un câble FTP catégorie 6, de longueur 1 ou 2 mètres
C’est un câble de raccordement du matériel permettant l’interconnexion des périphériques actifs
situés dans l’armoire de brassage. Câble en 4 paires avec terminaison RJ 45 des deux côtés
Connecteurs surmoulés Faible atténuation et para diaphonie réduite
 Certifié catégorie 6.
 8 conducteurs multibrins en cuivre de jauge 24 isolés au polyéthylène de haute densité,
torsadés en 4 paires et recouverts d’une gaine PVC ignifuge.
 Terminé par 2 connecteurs standards modulaires RJ45 étamés d’une couche de 50 μ d’or.
 Terminés, testés aux usines et emballés dans leur emballage d’origine faisant figurer la
référence du constructeur.
Ouvrage payé à l'Ensemble, posé, raccordé y compris câblage et toutes sujétions

L- Plomberie - Sanitaire

Prix N°105- Branchement au réseau d'eau potable ONEE

Entre le bâtiment et le point du réseau extérieur suivant les indications des services ONEP
cet ouvrage comprend tous les travaux de terrassement canalisation raccordement
branchement au réseau ONEP traversée et reconstitution de la chaussée ainsi que le
paiement des peines, soins de L’ONEP compris toutes sujétions de parfaite exécution.

Ouvrage payé à l’ensemble

 Chute collecteur en vidange


Fourniture et pose de tuyauterie en P.V.C. d'épaisseur 3,3 mm pour évacuation des
appareils sanitaires et des eaux pluviales, de 1er choix.

L'assemblage des raccords se fera par collage. Ces évacuations seront conformes au tableau
du guide de l'installation édité par le syndicat des Fabricants. Les coudes et raccords seront
de marque NICOLL ou similaire.

Les épaisseurs des tuyauteries seront de 3,3 mm en moyenne.

Les assemblages entre canalisations se feront au moyen d'une colle spéciale à faire agréer
par la Maîtrise d'Œuvre. Les fixations se feront au moyen de colliers en acier galvanisé à
chaud à double serrage avec bagues antivibratiles.

117
L'Entreprise devra prévoir les manchons de dilatation ainsi que les points fixés sur colliers
conformément aux règles et normes de pose en vigueur.

Ce prix comprend les bordures en béton armé qui entourent les tuyaux en

PVC des eaux pluviales y/c coffrage, décoffrage et enduit Ouvrage au mètre linéaire fourni
et posé ; y compris toutes les pièces de raccordements, bouchons de dégorgements, tés,
coudes, colliers, manchons de dilatation, fixations, percements, scellements et toutes
sujétions de fourniture, pose et mise en œuvre. Il sera prévu un tampon de visite à chaque
branchement ou changement de direction.

Ouvrage payé au mètre carré suivant le diamètre du collecteur

Prix N°106- Diamètre Ø 125


Prix N°107- Diamètre Ø 160

Prix N°108- Fourniture et pose de gargouille en plomb

Les gargouilles en plomb laminé de 3mm. D’épaisseur avec platine de 0,50 x 0,50 et remontée
de 30cm. minimum en cas de solin, avec moignon cylindrique d’une longueur de 50cm.et d’un
diamètre correspondant à la chute, livrées avec leur crapaudine.

La pose comprendra un feutre 36S supplémentaire collé ou bitumé à chaud sur le premier
feutre, et soudé sous la bavette de la gargouille (fournie par le plombier) avec un débordement
de 0,10 m sur le pourtour, le restant de l'étanchéité venant ensuite s'appliquer sur l'ensemble.
Cette fourniture et pose, aux endroits indiqués par l'Architecte, sera payée à l'unité, y compris
fournitures, mise en œuvre, main d'œuvre et toutes sujétions de pose

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°109- Siphon de sol en laiton chromé 15x15

Fourniture et pose de siphon de sol en laiton chromé à cloche de Raccordement en diamètre 50


minimum y compris entrée de siphon de sol en plomb de 3 mm comprenant platine de 600x600
mm et moignon.

Ouvrage payé à l'unité y compris, raccordement et toutes autres sujétions dimension 15 x 15


sans platine en plomb

Ouvrage payé à l’unité

RESEAU DE DISTRIBUTION EAU FROIDE ET EAU CHAUDE 

Prix N°110- Equipement nourrice 1 compteur

118
Aménagement et équipement d’un placard de 0.50mx0.30mx0.30m comprenant :

 Tous les raccords et accessoires nécessaires pour fonctionnement, la fixation et la


mise en place.
 Tous les percements et scellements nécessaires.
Cet ouvrage devra être conforme en tous point aux spécifications exigées par l’organisme de
distribution d’eau ; les dimensionnements du regard ci-dessus sont données à titre indicatif et
peuvent êtres sujettes à des modifications suivant les indications de l’organisme distributeur
d’eau.

Ce prix comprend toutes les sujétions de fourniture et de pose et mise en œuvre

Ouvrage payé à l’ensemble

 Vannes d’arrêt (réseau intérieur)

Fourniture et pose de vanne d’arrêt taraudé en laiton brossé type serges ou similaires à double
opercule, y compris pose et toutes sujétions de raccordements.

Ouvrage payé pour robinet, fourni et pose y compris toutes sujétions de pose et de
raccordement.

Ouvrage payé à l’unité suivant type de vanne :

Prix N°111- Vanne 35 mm


Prix N°112- Vanne 40 mm

APPAREILS ET ACCESSOIRES SANITAIRES 

Prix N°113- Fourniture et pose du WC à l’anglaise

Fourniture et pose de W.C à l'anglaise en porcelaine vitrifiée de 1er choix de 650 x 380 mm de
couleur blanche équipé de :

 Robinet de chasse à poussoir chromé avec tube de chasse en TFG 26/34 et queue de
carpe chromée.
 Sortie orientable (horizontale ou verticale selon le cas).
 Couvercle et abattant double en matière plastique modèle renforcée avec monture dans
ferrure à vis et cache Vis chromée.
 Porte papier hygiénique en porcelaine vitrifiée de même marque et couleur que le W-C à
sceller dans la faïence.
 Raccordement à la vidange en pipe en plomb avec joints en caoutchouc.
 Robinet d'arrêt chromé équerre 3/8.
 Rosaces chromées.
 Tous les raccords d'alimentation en tube cuivre et tous les raccords d'évacuation en tube
plomb ou en P.V.C.

119
 Robinet douchette d'ablution équipé de tuyau flexible
Ouvrage payé à l'unité pour l’ensemble à l’unité, fournie et posée y compris accessoires
raccords fixations, percements, scellements et toutes sujétions de fourniture, pose et mise en
œuvre.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°114- Fourniture et pose du WC à l’anglaise pour handicape y compris passe à


main en 2 cotés

L’ensemble en porcelaine blanche vitrifiée comprend :

 1 siphon de sortie verticale


 1 réservoir de chasse de 9 litres, en porcelaine blanche vitrifiée avec mécanisme en
laiton
 1 robinet d’arrêt d’équerre  3/8
 1 Bouton poussoir et colonne de chasse
 1 mécanisme de chasse
 1 Abattant double en plastique rigide blanc
 1 Douchette.
 1 porte papier hygiénique en laiton chromé 15 x15
 Rosace et nez d’injection
 Barres de soutien spécial handicapé
Y compris dans le prix toutes sujétions de pose et fourniture, tous raccords d’alimentations en
tube de cuivre et d’évacuations en tube de PVC jusqu’au regard le plus proche et suivant plan
détail d’Architecte et BET.

Prix N°115- Fourniture et pose de douche

Ce prix rémunère la fourniture, la pose et le raccordement de receveurs douches de couleur


blanche en porcelaine vitrifiée de marque JACOBS DE LA FOND ou équivalent équipe de tous
les accessoires nécessaires : siphon en fonte brute, accessoires de fixations chromées.

Il comprend :

 Les fournitures nécessaires,


 Les travaux de préparation des supports et fixations,
 Travaux d’installation et de branchement,
 Travaux de remise
Ouvrage payé à l'unité

 Lavabo ou vasque
Fourniture et pose d’un ensemble comprenant :

120
 Un lavabo ou vasque (couleur au choix de l’architecte) 1er choix.
 Echantillon à soumettre à l’approbation de l’architecte
 Un siphon pour lavabo vasque à tubulure chromé en 1’’ 1/4 chromé de 1er choix.
 Une bonde à bouchon en 1 ‘’1/4 chromé de 1er choix
 Robinetterie de 1er choix. Echantillon à soumettre à l’approbation de l’architecte
 Raccordements à l’alimentation en tube de cuivre y compris rosaces chromées
 Raccordement à l’évacuation en tube PVC  40 y compris raccords et colliers
Quel que soit le modèle installé, chaque robinet sera raccordé par un cuivre chromé pour isoler
chaque appareil. Les sorties murales des canalisations seront protégées par une rosace chromée.
Dans le cas d’arrivée par plancher, la canalisation d’alimentation sera entièrement chromée,
depuis le plancher jusqu’au robinet de l’appareil et sur toute sa hauteur.

Les fourreaux, aux passages des planchers devront dépasser le revêtement de sol d’au moins
2cm.

Ouvrage payé fourni et posé en ordres de marche, y compris les percements, rebouchages.

Ouvrage payé à l'unité


Prix N°116- Fourniture et pose de lavabo ou vasque complet y compris accessoires

PRODUCTION EAU CHAUDE

Prix N°117- Collecteur de distribution de 8 à 12 départs

Fourniture, pose et scellement de collecteurs de distribution EF-EC comprenant :

 Un collecteur de Ø approprie pour l’eau froide, le nombre des départs avec vanne pour
chaque départ sera égale aux nombres de sanitaires de la salle d’eau ou collecteurs
secondaires, plus 1 départ de réserve avec les mêmes accessoires que les autres départs
pour une éventuelle extension.
 Un collecteur de Ø approprie pour l’eau chaude sanitaire, le nombre des départs avec
vanne pour chaque départ sera égale aux nombres de sanitaires de la salle d’eau ou
collecteurs secondaires, plus 1 départ de réserve avec les mêmes accessoires que les
autres départs, 1 départ pour le recyclage, l’autre pour une éventuelle extension.
 Un robinet d’arrêt pour chaque collecteur.
 Un manomètre et purgeur pour chaque collecteur.
Y compris raccordement entre le collecteur, la tuyauterie et les sanitaires avec des raccords de
sortie en laiton polyéthylène/cuivre type « REFIXE » de marque ALPHACAN ou similaire
appropriés, colliers supports métalliques, étiquettes auto adhésives avec signalisation de chaque
départ et toutes sujétions d’exécution.

Ouvrage payé à l'unité

Prix N°118- Coffret pour collecteurs

121
Fourniture, pose et scellement d’un coffret pour collecteur métallique en acier galvanisé peint
ou en plastique à encastrer de marques appropriées y compris toutes sujétions.

Ouvrage payé à l’unité

 Tuyauterie en polyéthylène réticulé

La distribution intérieure d’eau froide et chaude sanitaire, sera assurée par de la tuyauterie en
polyéthylène réticule de marque RETUBE ou similaire.

Tous les raccords seront en bronze type à sertir de marque agrée par le fournisseur du tube.

La pose se fera selon les normes du D.T.U. de l’avis du CSTB et les dernières
recommandations du fabricant.

La distribution intérieure se fera en encastré dans chape et dans les cloisons. Aucun raccord
n’est admis en encastrer.

La tuyauterie polyéthylène sera fournie et posée avec un gainage type annelé souple répondant
aux normes en vigueur.

Le jeu entre le fourreau et le tube sera d’au moins supérieur de 30% du diamètre du tube. Le
tube sera gardé sous la pression d’eau de ville coulage de la chape.

Les rayons de courbure seront d’au moins dix fois le diamètre extérieur.

Prix comprenant, raccords bronze à sertir, sertissage, colliers ainsi que toutes sujétions de
fourniture et de pose.

Décomposition comme suit :

Prix N°119- Ø13/16mm


Prix N°120- Ø16/20mm

 Tuyauterie en PEHD PN 16

Comprenant Fourniture et pose de tube en polyéthylène haute densité, 16 bars compris coupes,
chutes, raccords en laitons droits, et pièces auxiliaires de montage et sortie de sol.

Ces canalisations seront posées dans une tranché ou encastrées dans cloisons ou dans béton
avec éléments de fixation (colliers) et sortie de sol ou entrer y compris terrassement et
évacuation ainsi le grillage avertisseur suivant les règles de l’art.

Elles seront obligatoirement protégées par une gaine plastique annulée.

Compris toutes sujétions de fournitures, posent, chutes, gaine de protection, raccords,


assemblage et éléments de fixation, essais…etc.

Ouvrage payé au mètre linéaire suivant diamètre du tuyau :


122
Prix N°121- PEHD PN 16 Ø40mm
Prix N°122- PEHD PN 16 Ø50mm

Prix N°123- Chauffe-eau électrique de 100L

Le présent prix comprend, la fourniture et l’installation de chauffe-eau électrique de 100


litres y compris groupe de sécurité, tube de raccordement eau froide, eau chaude, tubes
d’évacuation, raccords mixtes, réservations, fixations y compris toutes pièces de raccords,
percements, scellements, toutes fournitures et sujétions.

Ouvrage payé à l'unité

Prix N°124- Réservoir d'eau

Le présent prix comprend, la fourniture et l’installation de château d’eau de 1m3 de capacité


en PVC y compris, tubes de raccordement, robinet d’arrêt réservations, fixations y compris
toutes pièces de raccords, percements, scellements, toutes fournitures et sujétions.

Ouvrage payé à l'unité

M- Peinture
Prix N°125- Peinture vinylique sur murs et plafonds extérieurs en trois couches

Ce prix comprend :

- 1 brossage énergique et général à la brosse à chiendent.

- 1 couche d'impression vinylastral ou son équivalent dilué à 10% d'eau

- Une première couche de vinylastral ou son équivalent pour prêt à l'emploi

- Une deuxième couche de vinylastral ou son équivalent pour prêt à l’emploi (application 3
heures après la première).

Ouvrage payé au mètre carré, compté à la surface réelle, tous vides déduits, sans plus-value
pour petites surfaces ou faibles largeurs.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°126- Peinture vinylique sur murs et Plafond intérieur

123
Ce prix comprend :

- 1 brossage énergique et général à la brosse à chiendent.

- 1 couche d'impression.

- Deux couches au couteau à l’enduit (2 couches croisées).

- Ponçage à l’enduit.

- Deux couches d’émail glycérophtalique mat.

Ouvrage payé au mètre carré, compté à la surface réelle, tous vides déduits, sans plus-value
pour petites surfaces ou faibles largeurs.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°127- Peinture glycérophtalique laquée sur murs et plafonds intérieurs des salles
d'eau

Sur les murs et plafonds de toutes les pièces d'eau, teinte à soumettre à l'approbation de
l'Architecte.

- Egrenage et brossage énergique à la brosse chiendent.

- Deux couches d'Impression VINILASTRAL ou son équivalent dilué à l'eau 5%.

- Ratissage au couteau à l'enduit TOUTPRET.

- Ponçage de l'enduit.

- Application de sous couche "GLYCEROPHTALQUE V799".

- Application d'une couche d'EMAIL CELLUC.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°128- Peinture glycérophtalique laquée sur menuiserie bois

Après isolation des pièces métallique (tête de clous, ferrures, etc...), puis brûlage et isolement à
la gomme laque des nœuds résineux

- 1 couche d'impression en vinyle ou similaire diluée à 10 % d'eau.

- 1 couche de sous couche glycérophtalique d'Astral ou similaire.

166

- 2 couches d'émail "Celluc" ou similaire.


124
24 heures doivent s'écouler entre l'application de la sous couche et de l'émail

"Celluc", couleur selon indication des architectes.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°129- Peinture glycérophtalique laquée sur menuiserie métallique

Sur menuiserie métallique et grilles, comprenant :

- Décalaminage dérouillage et dégraissage parfait.

- Application d’une couche de WASH PRIMER IPC.

- Application de deux couches de PLOMBIUM V.779.

- Application d’une sous-couche glycérophtalique V.779.

- Application d’une couche d’Email CELLUC CSB (parés 72H)

Les différentes couches seront appliquées à la brosse minimum 24H après la couche précédente.

Ouvrage payé au mètre carré

N-Aménagement Extérieur
Prix N°130- Fourniture et mise en œuvre de la terre végétale

Ce prix comprend  la fourniture exempte de toute impureté, le transport et mise en œuvre de la


terre végétale sur l’ensemble des espaces à planter sur une épaisseur conforme aux
spécifications du maitre d’ouvrage (1m pour les mottes d’arbres et 50cm pour les arbustes et
2m pour les palmiers). La terre végétale fournie par l'entreprise sera soumise au contrôle du
Maître d’ouvrage et du service municipal des espaces verts.

La terre végétale doit être friable, propre et libre de toutes impuretés, pierres et de corps
étrangers. La terre mise en place sera conforme aux prescriptions du présent C.P.S, cette terre
étant finement ameublie lors de sa mise en place, laquelle sera faite par temps sec. L’entreprise
devra s’assurer du maintien de la propreté de la terre végétale mise en place. Elle prendra
notamment à sa charge les frais de désherbage éventuels pendant toute la durée du chantier.

Ouvrage payé au mètre cube

Prix N°131- Apport et épandage du BIO COMPOSTE

Ce prix comprend la fourniture et l’épandage de BIO COMPOSTE, un échantillon devra être


soumis au préalable à l’approbation du maître d’ouvrage, et doit être mélangé avec de la terre
125
végétale aux pieds des plantations dans les règles de l’art pour permettre le bon développement
des plantes durant le stade de croissance.

On prescrit 1 à 3 kg de biofertil par trou de plantation des arbres, l’entrepreneur doit se


conformer aux recommandations du maitre d’ouvrage et du BET.

Ouvrage payé à la tonne

Prix N°132- Fourniture et apport d'engrais

Ce prix rémunère au kilogramme l’apport des engrais complets type 10.8.8 à raison de 100
gr/m² au minimum et toutes suggestions. Les engrais utilisés doivent porter la mention « pauvre
en chlore ».

Dans tous les cas les engrais de fond seront appliqués à la plantation ; un apport d’engrais de
fond de type NPK 14.28.14 ou 4.8.6 ou tout autre type demandé par le maitre d’ouvrage et le
BET, doit être réalisé à la plantation. L’épandage d’engrais doit être suivi d’un arrosage
conséquent.

Ouvrage payé à la tonne

Prix N°133- Fourniture Engazonnement (stenotaphrum secundatum)

Ce prix rémunère l’engazonnement par boutures de (stenotaphrum secundatum), y compris les


engrais de fond, roulage, réglage et toutes les sujétions de plantation dans les règles de l’art. Le
bouturage se fera à une densité minimale de 50 à 60 boutures par mètre carré.

Ouvrage payé au mètre carré

Ce prix comprend la fourniture et plantation du WASHINGTONIA RO Ce prix comprend la


fourniture et plantation du WASHINGTONIA ROBUSTA, y compris c fourniture et
application des engrais du fond, tuteurage, haubanage, et toutes les suggestions de plantation
dans les règles de l’art. Les stipes seront propres et uniforme de texture. Le prix comprend la
taille des palmes à la plantation et l’arrosage régulier pour favoriser la reprise.

Ouvrage payé, à l’unité

Prix N°134- Fourniture et pose de Washingtonia robusta de hauteur 3m


Prix N°135- Fourniture et pose de Washingtonia robusta de hauteur 4m
Prix N°136- Fourniture et pose de Washingtonia robusta de hauteur 5m
Prix N°137- Fourniture et pose de Washingtonia en tronc

126
Prix N°138- Fourniture et pose de la bordure jardinière

Ce prix rémunère la fourniture et la pose de bordures de jardinière préfabriquées en usine agréé


par le Maître d’ouvrage en béton vibré dosé à 350kg/m3, conformément aux prescriptions du
présent CPS y compris essais et toutes sujétions.

Y compris dans le prix :

 L'implantation des alignements et courbures.


 Le transport et stockage sur chantier des éléments à poser.
 Les essais d'agrément et de recettes- Les fouilles éventuelles avec compactage à 95 %
O.P.M.
 La fondation en T.V. 0/40 sur 0,10 m d'épaisseur et 0,30 m de largeur.
 La semelle en béton maigre (200 kg) sur 0,10 m d'épaisseur et 0,27 m de largeur.
 Les bordures posées en alignement droit ou courbe.
 Le solin en béton dosé à 200 kg/m3.
 Les joints entre éléments.
 Le remblai de l'élément, coté solin, faisant buté sur une largeur de 1 m (un).
 Peinture des bordures.
Et toutes sujétions résultant des documents contractuels.

Ouvrage payé au mètre linéaire

Revêtement en Pavé autobloquant

Fourniture et pose de revêtement de sol en pavés autobloquants de marque COMAREV ou


similaire pour la circulation piétonne, comprenant :

 Préparation des supports,


 La fourniture et la mise en œuvre de sable de mer de 50mm d’épaisseur
 Fourniture et pose du pavé en béton Autobloquant 6cm y compris retombées,
dimensions, couleurs, calepinage et aspect de surfaces au choix de l’Architecte.
 Protection de la surface en vernis incolore, exécuté suivant les prescriptions du
fabricant.
L’ensemble exécuté conformément aux règles de l’art aux plans de détail

Architectes, aux DTU y compris toutes sujétions de mise en œuvre et de finition conformément
aux directives de la Maîtrise d’œuvre et du maître d’ouvrage.

Y compris mise en œuvre, forme de toute épaisseur, façon de pente, raccords, joints.

Ouvrage payé au mètre carré

Prix N°139- Revêtement en autobloquant T01


Prix N°140- Revêtement en autobloquant T02

Prix N°141- Mur brise vent


127
Les études et plans d’exécution de cet ouvrage, dûment visés par un bureau de contrôle agréé,
sont à la charge de l’entrepreneur.

Ce prix rémunère à l’ensemble les travaux de construction d’un mur brise vent conformément
aux règles de l’art aux plans de détail d’Architectes, aux DTU y compris toutes sujétions.

Ouvrage payé mètre linéaire

Prix N°142- Bâche à eau y/c local technique

Les études et plans d’exécution de cet ouvrage, dûment visés par un bureau de contrôle agréé,
sont à la charge de l’entrepreneur.

Ce prix rémunère à l’ensemble les travaux de construction d’une nouvelle bâche à eau enterrée
de capacité 120m3. (Volume de 90 m3 réservé uniquement pour la bâche)

Les travaux comprennent aussi bien le gros œuvre et le second œuvre de la bâche de
compensation : Radier, voiles et couverture, terrassement y compris évacuation des déblais,
coffrage perdu, gros béton, béton armé hydrofuge, enduit étanche et finition.

Ce prix rémunère à l’ensemble les travaux de construction d’un nouveau local technique de
dimensions conformes aux plans d’exécution.

Les travaux comprennent aussi bien le gros œuvre et le second œuvre de la bâche de
compensation : Radier, voiles et couverture, terrassement y compris évacuation des déblais,
coffrage perdu, gros béton, béton armé hydrofuge, enduit étanche et finition.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°143- Espace jeux

Fourniture et pose d’Equipement de jeux d'enfant avec les caractéristiques suivantes :


 Les plaques laquées sont élaborées à partir d’un contreplaqué de 22 mm de très
haute qualité composé de plis minces en bouleau. La mise en couleurs, réalisée par
pulvéri- station électrostatique de laque polyuréthane bicomposant exempte de
métaux lourds, assure une haute capacité de résistance aux agresseurs chimiques
potentiels comme, par exemple, les produits d’entretien anti-graffiti.
 Les poteaux de la grande cabane et de la plate-forme sont en pin lamellé-collé, 68 x
68 mm, traité sans chrome ni arsenic. Exempt d’échardes, le lamellé-collé assure
une grande solidité et une stabilité dimensionnelle. Les poteaux sont protégés contre
les attaques de champignons, d’insectes et de termites.
 La glissière de la grande cabane est en acier inoxydable 304 de 2 mm d’épaisseur,
cintré, plié et roulé d’une même pièce.
La glissière jaune est réalisée en polyester de 4 mm.
 Les planchers sont usinés dans des panneaux compacts (HPL) structurés et
antidérapants et ont une épaisseur de 12,5 mm.
128
 Les tubes sont en acier inoxydable Ø 40 mm garantissant la longévité et l’esthétique
du jeu au fil des années.
 Les éléments du module étoile ainsi que les marches du petit toboggan et de
l’escalier sont élaborés à partir d’un matériau compact d’une épaisseur de 13 mm.
Composé de 70 % de fibres de bois tendre et de 30 % de résine thermodurcissable,
celui-ci pré- sente une excellente résistance aux intempéries (soleil, pluie,
humidité́ ...). Les faces colorées sont traitées à base de résines acryliques
polyuréthane pigmentées ce qui lui assure une bonne tenue aux UV et aux
dégradations.
 Les ressorts sont en acier 35SCD6. Leur surface est traitée après grenaillage de
précontrainte, recouverte d’apprêt zinc et de 2 couches de poudre époxy polyester
de 100 microns. La pièce de maintien (Brevet Proludic), en polyamide chargé,
assure une longévité́ et une sécurité́ exceptionnelle au système.
 Les éléments de cordage sont réalisés avec du câble acier galvanisé recouvert de
polypropylène noir. Des sphères en polyamide injecté assurent la liaison et le
maintien des câbles.
 Les fixations en acier inoxydable sont protégées par des capsules anti-vandalisme en
polyamide

Ouvrage payé au Forfait

 Dôme

129
Ce prix rémunère à l’ensemble les travaux de construction d’une Dôme exécuté conformément
aux règles de l’art aux plans de détail

Architectes, aux DTU y compris toutes sujétions.

Ouvrage payé à l’unité

Prix N°144- Dôme principale


Prix N°145- Dôme type 2

 Chapitau
Ce prix rémunère à l’ensemble les travaux de construction d’un Chapitau exécuté
conformément aux règles de l’art aux plans de détail

Architectes, aux DTU y compris toutes sujétions.

Ouvrage payé à l’ensemble

Prix N°146- Chapitau type 01


Prix N°147- Chapitau type 02
Prix N°148- Chapitau type 03
Prix N°149- Chapitau type 04

O- ECLAIRAGE EXTERIEUR

Prix N°150- Fourniture et pose Candélabre 10 m y/c luminaire LED 150 W

Ce prix rémunère la fourniture et la pose des mats de candélabres de 10 m de hauteur tout type
confondu (double crosse ou simple cross) de caractéristiques suivantes :

La hauteur totale de 10M, le tube de diamètre de 70 mm Haut, et 180 mm en bas, épaisseur 3,5
mm, en plus d’un Jupe décorative en aluminium.

a.La matière utilise du poteau, type acier à faible teneur en carbone de haute qualité Q235A, à
travers le formage de flexion de la machine à Bender grande, larectitude de l'erreur est inférieure
à 0,05%, le pôle peut résister à la vitesse du vent à 36,9 m / s, 11 ci-dessus, résiste aussi à la
sismique Intensité de 8.

b. Les composent du poteau est l'arc automatique submergé, Le soudage à la fiabilité, la surface
lisse, les trous évidents, la tumeur de soudure, la contre-dépouille, les défauts de soudure, les
tests ultrasoniques, répondent aux normes de soudure GBl1345.

130
c. La tôle du pôle galvanisé à chaud de 3,5mm à l'intérieur comme à l'extérieur avec traitement
de corrosion, procédé de galvanisation: décapage, galvanisation, lavage, phosphatation,
passivation et autres procédés. La surface de revêtement de zinc est lisse et
magnifique.Consistance brillante, sans rides, pas de tumeur de zinc, pas d'épluchage et autre
question. L'épaisseur de revêtement de zinc de 86um ci-dessus, répond aux normes GB / T13912-
92, L'adhésion du revêtement de zinc répond aux normes GB2694-88, durée de vie anticorrosion
de plus de 30 ans.

131
Ouvrage payé à l'unité, y compris raccordement, pose, fixation, socles, scellements,
suspension, peinture, massif, platine de dérivation et de protection, équipements, toutes
fournitures et sujétions

Prix N°151- Fourniture et pose Lampadaire de 4 m 70 W

L’éclairage de la place sera réalisé par des lampadaires design de Type ABEL ou similaire
suivant schémas et croquis de l’architecte et chaque lampadaire sera constitué de :
- d’un mât circulaire en aluminium moulé, de diamètre 165 mm, avec finition par poudrage
polyester thermo-laqué, teinte aux choix de l’architecte.
- d’un luminaire à éclairage indirecte muni d’une vasque en verre trempé et d’un réflecteur en
résine polyester renforcée de fibres de verre. Il sera équipé d’une lampe à LED de puissance au
choix du maitre d’ouvrage et d’un bloc d’alimentation incorporé.
L'entreprise doit présenter un échantillon pour approbation au maître de l’ouvrage avant la pose.

132
A l’intérieur de chaque lampadaire au niveau de la porte de visite, il sera prévu une platine de
dérivation et de protection pour l'alimentation du luminaire et des dérivations prévues. Cette
platine sera en matière moulée et de dimensions intérieures appropriées pour recevoir les
dérivations des câbles (borniers de raccordement) et les disjoncteurs de protection de calibre
15A+N de protection de départs luminaires.
Le massif du lampadaire sera préfabriqué en béton et aura le dessus en forme de pyramide
tronquée et comprendra :
 Des fourreaux pour le passage des câbles.
 Des tiges d'ancrage de fixation des supports avec écrou, rondelle et contre écrou.
Le massif sera de dimensions 0,40x0, 40x0, 70 m3.
Dosage béton : Béton de 250 kg de ciment de la classe 250/315
La finition du massif comprendra la réalisation de la pointe de diamant avec enrichissement de la
couche superficielle.
Chaque luminaire sera alimenté depuis la platine de dérivation et de protection par câble U1000
souple de 3 x 2,5 mm2 de section passant à l'intérieur du support (lampadaire).
Ouvrage payé à l'unité, y compris raccordement, pose, fixation, socles, scellements,
suspension, peinture, massif, platine de dérivation et de protection, équipements, toutes
fournitures et sujétions

133
CHAPITRE IV :
BORDEREAU DES PRIX –DETAIL ESTIMATIF

134
MARCHÉ N°…………/RLSH/2021

OBJET : TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET D'AMENAGEMENT DES


EQUIPEMENTS TOURISTIQUES A LA PROVINCE DE LAAYOUNE.
-Bivouac à l'entrée nord de la ville de Laayoune -

BORDEREAU DES PRIX-DETAIL ESTIMATIF


Prix Prix Prix
Désignation des Prestations U Quantité Marché
n° Unitaire Total
A INSTALLATION DE CHANTIER :        
1 Installation de chantier Ft 1,00    
2 Nettoyage et débroussaillage du terrain m² 3 045,00    
Fouilles en tranchées ou en puit dans tout Type de
3 m3 1 650,00    
terrain y/c évacuation
4 Remblai en tout-venant d'apport m3 909,00    
B FONDATIONS ET SOCLES :        
5 Béton de propreté m3 11,00    
6 Gros béton pour massif m3 5,00    
7 Maçonnerie de moellons en fondations m3 30,00    
8 Chape étanche sur arase des fondations m² 98,00    
9 Béton pour béton armé en fondations m3 23,00    

10 Armatures H.A pour béton armé en fondations Kg 2 242,00    

C EGOUTS ET CANALISATIONS :        
11 Branchement à l'égout public Ft 2,00    
Canalisations en P.V.C. pour évacuation de diam.
12 ml 72,00    
200
  Regards non visitables pour évacuation        
13 Regards non visitables 50x50 U 4,00    
14 Regards non visitables 40x40 U 14,00    
D DALLAGES ET HERISSONS :        
Dallage en béton de 0,13m d’épaisseur Y/C
15 m² 351,00    
armature #8 e=20
16 Hérisson en pierres sèches de 20cm m² 2 356,00    
E BETON ARME EN ELEVATION :        
17 Béton pour béton armé en élévation m3 56,00    

18 Armatures H.A pour béton armé en élévation kg 6 076,00    

19 Couronnement d'acrotère ml 107,00    


  Planchers corps-creux        
20 Planchers corps-creux + 15+5 m² 146,00    
F MACONNERIE EN ELEVATION :        
135
21 Double cloison 15+10 m² 77,00    
22 Cloison simple en corps creux de 20cm m² 345,00    
23 Cloison simple en corps creux de 10cm m² 27,00    
G ENDUITS ET DIVERS :        

24 Enduits au mortier de ciment sur murs extérieurs m² 337,00    

Enduits intérieurs au mortier de ciment lisse sur


25 m² 786,00    
murs intérieurs et plafonds
26 Faux plafonds en STAFF lisse m² 43,00    
27 Faux plafonds en ARMSTRONG m² 76,00    
H ETANCHEITE :        
28 forme de pente Y/C chape de lissage  m² 188,00    
29 Etanchéité Monocouche auto protégé de 4mm m² 188,00    
30 Etanchéité bicouche m² 188,00    
31 Relevé d’étanchéité ml 103,00    
32 Protection verticale ml 103,00    
Fourniture et pose de gargouilles en plomb laminé
33 U 9,00    
de 3 mm avec crapaudine
Protection d’étanchéité par carreaux rouges
34 m² 188,00    
émaillés
Protection des relevés d’étanchéité en plinthes en
35 ml 103,00    
carreaux rouges
I REVETEMENTS :        
36 Revêtement en carreaux grès cérame m² 167,00    
37 Revêtement en marbre m² 25,00    
38 Revêtement en granito poli m² 51,00    
39 Revêtement en granite m² 229,00    
40 Revêtement en sable stabilisé m² 178,00    
41 Habillage en bois m² 327,00    
J TRAVAUX MENUISERIE        

42 Menuiserie Aluminium extérieure/Verre clair m² 21,00    

43 Porte massif en bois rouge m² 35,00    


44 Porte métallique m² 7,00    
K ELECTRICITE - LUSTRERIE        
45 Branchement au Réseau ONEE d'électricité Ens 3,00    
  PROTECTION        
46 Raccordement du réseau terre Ens 3,00    
47 Liaison équipotentielle principale Ens 3,00    
48 Liaison équipotentielle secondaire Ens 3,00    
  BOITE DE COUPURE ET DE DISTRIBUTION        
49 Boite de coupure U 3,00    
50 Boite de distribution U 3,00    
51 COFFRET DE COMPTEUR U 3,00    

136
  CABLE DE DISTRIBUTION        
52 U 1000 - RVFV- 4x50+T mm² ml 125,00    
53 U 1000 - RVFV- 4x25+T mm² ml 100,00    
54 U 1000 - RO2V - 5x25 mm² ml 120,00    
55 U 1000 - RO2V - 5x6 mm² ml 150,00    
56 U 1000 - RO2V - 4X10 mm² ml 150,00    
57 U 1000 - RO2V - 2x10 mm² ml 150,00    
58 U 1000 - RO2V - 1x10 mm ml 150,00    
  CONDUIT   -    
59 Conduit ICT 5 APE n° 13 ml 80,00    
60 Conduit ICT 5 APE n° 75 ml 80,00    
  CHEMIN DE CABLE EN ACIER GALVANISE   -    
61 220/63 mm ml 120,00    
62 150/33 mm ml 120,00    
TABLEAUX ET APPAREILLAGES DE
    -    
PROTECTION ELECTRIQUES
63 Tableau de protection général T.G.B.T U 3,00    
64 Tableau de protection TES1 U 3,00    
  DISTRIBUTION - ECLAIRAGE   -    
65 Foyer simple allumage U 29,00    
66 Foyer double allumage U 20,00    
67 Foyer va et vient U 15,00    
68 Foyer double va et vient U 11,00    
69 Foyer supplémentaire U 20,00    
70 Foyer bouton poussoir U 14,00    
71 Foyer sur télérupteur U 14,00    
  DISTRIBUTION - PRISE DE COURANT   -    
72 Prise de courant 2x10/16A+T U 33,00    
73 Prise de force U 15,00    
  SECURITE   -    
74 Foyer bloc secours U 17,00    
75 Bloc secours 60 lumens U 17,00    
76 Dalle coupe-feu 2h m² 150,00    
77 Détecteur d'incendie U 13,00    
78 Extincteur à poudre polyvalente 10 kg U 6,00    
79 Porte para-flamme 1/2h + ferme porte m² 13,30    
  APPAREILLAGES        
80 Interrupteur simple allumage U 29,00    
81 Interrupteur double allumage U 20,00    
82 Interrupteur va et vient U 15,00    
83 Bouton poussoir U 14,00    
84 Prise de courant U 43,00    
  LUSTRERIE        
85 Réglette sanitaire U 5,00    

137
86 Hublot rond U 36,00    
87 Luminaire U 15,00    
88 Luminaire 2x36 WA 2 grilles U 20,00    
89 Spot type LED-2x18W U 54,00    
90 Spot type LED-10W U 34,00    
91 Applique U 15,00    
92 Plafonnier carré 60x60 U 5,00    
93 Lustre U 2,00    
  TUBAGE COURANT FAIBLE        
94 Colonne téléphone U 1,00    
95 Colonne TV U 1,00    
96 Tubage circuit prise téléphone U 1,00    
97 Tubage circuit prise TV U 1,00    
98 Prise téléphone U 1,00    
99 Prise TV U 1,00    
100 Prise Informatique U 1,00    
CABLAGE COURANTS FAIBLES ET
         
BRANCHEMENT AU RESEAU IAM
101 Câ ble coaxial ml 80,00    
102 Câ ble série78 -8 paires ml 20,00    
103 Câ ble LY-2 paires ml 80,00    
104 Précablage et câ blage informatique Ens 1,00    
L PLOMBERIE-SANITAIRE        
105 Branchement au Réseau ONEE Eau Potable Ens -    
Evacuation des eaux usées, eaux vannes, eaux
         
pluviales
  Chute collecteur en vidange        
106 PVC Ø 125 mm ml 110,00    
107 PVC Ø160 mm ml 100,00    
Fourniture et pose de Gargouille en plomb laminé
108 U 5,00    
Ø 125mm
109 Siphon de sol avec platine U 5,00    
RESEAU DE DISTRIBUTION EAU FROIDE ET EAU
         
CHAUDE 

110 Equipement nourrice 3 compteurs avec calorifuge U 2,00    

  Vannes d’arrêt (réseau intérieur)        


111 Vanne 35 mm U 12,00    
112 Vanne 40 mm U 12,00    
  APPAREILS ET ACCESSOIRES SANITAIRES         
113 Fourniture et pose du WC à l’anglaise U 12,00    
Fourniture et pose du WC à l’anglaise pour
114 U 2,00    
handicape
115 Fourniture et pose de douche U 2,00    

138
116 Fourniture et pose de lavabo ou vasque complet U 14,00    

  PRODUCTION EAU CHAUDE        


117 Collecteurs de distribution de 8 à 12 départs U 3,00    
118 Coffret pour collecteurs U 3,00    
  Tuyauterie en polyéthylène réticulé        
119 Ø13/16mm ml 80,00    
120 Ø16/20mm ml 60,00    
  Tuyauterie en PEHD PN16        
121 PEHD PN 16 Ø40mm ml 80,00    
122 PEHD PN 16 Ø50mm ml 60,00    
123 Chauffe-eau électrique de 100L U 1,00    
Réservoir d'eau
124 U 1,00    

M PEINTURE        
Peinture vinylique sur murs et plafonds extérieurs
125 m² 40,00    
en trois couches

126 Peinture vinylique sur murs et plafonds intérieurs m² 523,00    

Peinture glycérophtalique laquée sur murs et


127 m² 419,00    
plafonds intérieurs des salles d'eau
Peinture glycérophtalique laquée sur menuiserie
128 m² 35,00    
bois
Peinture glycérophtalique laquée sur menuiserie
129 m² 7,00    
métallique
N AMENAGEMENT EXTERIEUR        
130 Fourniture et mise en œuvre de la terre végétale m3 827,00    
131 Apport et épandage du bio-composte T 1,00    
132 Fourniture et apport d'engrais T 1,00    
133 Engazonnement (stenotaphrum secundatum) m² 1 174,00    
Fourniture et pose de Washingtonia robusta de
134 U 26,00    
hauteur 3m
Fourniture et pose de Washingtonia robusta de
135 U 57,00    
hauteur 4m
Fourniture et pose de Washingtonia robusta de
136 U 134,00    
hauteur 5m
137 Fourniture et pose de Washingtonia en tronc U 23,00    
138 Fourniture et pose de la bordure jardinière ml 1 614,00    
139 Revêtement en autobloquant T01 m² 4 693,00    
140 Revêtement en autobloquant T02 m² 8 003,00    
141 Mur brise vent ml 42,00    
142 Bâ che à eau y/c local technique U 1,00    
143 ESPACE JEUX Ft 1,00    
144 Dô me principale U 1,00    

139
145 Dô me type 2 U 10,00    
146 Chapitau type 01 ENS 1,00    
147 Chapitau type 02 ENS 1,00    
148 Chapitau type 03 ENS 2,00    
149 Chapitau type 04 ENS 1,00    
O ECLAIRAGE EXTERIEUR        
Fourniture et pose Candélabre 10 m y/c luminaire
150 U 10,00    
LED 150 W
151 Fourniture et pose Lampadaire de 4 m 70 W U 25,00    
Total H.T
TVA 20%
Total TTC

Page N°144&dernière

MARCHÉ N°………./RLSH/2021

140
OBJET : TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET D'AMENAGEMENT DES
EQUIPEMENTS TOURISTIQUES A LA PROVINCE DE LAAYOUNE.
-Bivouac à l'entrée nord de la ville de Laayoune -

MONTANT (en chiffres et en lettres) :………………….


……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
………
……………………………………………………………………………………………………
……
DRÉSSÉ PAR: VERIFIE PAR :

A………………………………….….,LE :…../ A………………………………………………., LE :…../


……/……….. ……/………..
LU ET ACCÉPTÉ PAR : ADMINISTRATION PAR :
(mention manuscrite)

A…………………………………., LE : A…………………………………….,LE :


……/……./………… ……./……/…………
VISA DE COMPTABLE : APPROUVÉ PAR :

A…………………………..……., LE : A…………………………….……, LE :……./


……/……/…………. ……/…………

141