Vous êtes sur la page 1sur 16

Dossier

A près la psychose entrete-


nue par les médias au deuxième
trimestre, il est maintenant avé-
ré que la grippe A n’est qu’une
« grippette ».
De quoi les Français ont-ils peur ?
Du vaccin ! Non seulement, ils
ont bien compris qu’une dan-
gereuse mutation du virus ren-
drait caduques les 94 millions
de doses commandées (comme
il faut refaire chaque année le
vaccin contre la très mutante
grippe saisonnière), mais ils en-
trevoient surtout les dangers
que recèle un remède préparé à
la hâte et qui pourrait s’avérer
pire que le mal.

A lors que nous mettons sous presse, il y a fort


à parier que la campagne vaccinale se soldera par un
fiasco, à moins qu’un paramètre ne revienne en force :
la peur. En effet, dans un contexte économique vacillant,
homéopathiques majoritairement prescrits durant la
grippe de 1918 aux populations anéanties par quatre ans
de guerre sont Gelsemium et Bryonia, dont les symptômes
mentaux collent bien à la présente situation : « Tout semble
les incertitudes du lendemain et l’angoisse de perdre son se passer comme si le ciel envoyait une épidémie pour que toute
travail pourraient être les véritables détonateurs d’une l’humanité puisse se libérer de ses appréhensions et de ses peurs
baisse collective de nos systèmes immunitaires, préparant face à la crise économique, commente un homéopathe via un
ainsi le terrain à une potentielle épidémie. billet posté sur Internet. Avec Gelsemium (en 30 CH ou 200 K),
Il est curieux de remarquer que les deux remèdes les appréhensions, la paralysie ou la peur d’entreprendre vont

42 N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09
Réalisé par Pryska Ducoeurjoly
Dossier

Dogme vaccinal
Sauf
qui peut !
▲ p. 44 Dr Girard : « Une épidémie inventée de toutes pièces »

▲ p. 46 Adjuvants vaccinaux : ils sont partout !

▲ p. 48 Effets secondaires : qui sera responsable ?

▲ p. 50 Les non-vaccinés seront-ils fichés ?

▲ p. 52 Premiers vaccins, premiers dégâts

© AP Photo/Laurent Cipriani
▲ p. 55 Les remèdes qui marchent et qu’on nous cache aux
mille pétales
faire place à la sérénité et à l’esprit d’entreprise et avec Bryonia de la maladie, d’autres remèdes ne manqueront pas
(30 CH ou 200 K), ce sera la peur de la pauvreté qui sera fortement d’apporter des solutions rassurantes tout en remplaçant
diminuée ». On pourrait aussi ajouter Oscillococcinum, efficacement les vaccins contre la grippe A, B C ou Z et
Influenzinum et même Influenzinum Hispana (dilution dont on cherche toujours les études d’efficacité !
de la souche de la grippe de 1918, mais à commander en De fait, leur promotion par nos blouses blanches
Suisse !) pour compléter le protocole. Face à la « Peur », s’apparente davantage à une doctrine religieuse basée
certains naturopathes penseront aussi immédiatement sur la peur irrationnelle que l’homme ne peut se défendre
aux Fleurs de Bach spécifiques avec Mimulus (peur seul face à d’éventuels agresseurs. Notre article en fin de
connue) et Aspen (peur plus diffuse). Face à l’angoisse dossier montrera au lecteur qu’il n’en est rien. ●

N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09 43
Dossier
Dr Marc Girard :
Ancien expert judiciaire impliqué dans de
grandes affaires de santé publique (hormone
de croissance, vaccin contre l’hépatite B,
Distilbène, éthers de glycol…),
le Dr Marc Girard tire la sonnette d'alarme
à propos du vaccin contre la grippe A.

N exus : D’après les sondages, la majori-


té des Français se dit opposée à la cam-
pagne de vaccination de masse. Comment ex-
pliquer qu’aujourd’hui l’opinion réagisse ?
Marc Girard : Je crois qu’Internet y est pour beaucoup !
En 1995, à propos des dangers du vaccin contre l’hépa-
tite B, j’avais adressé une lettre prophétique aux auto-
rités sanitaires françaises1. Présageant du scandale à
venir, elle est malheureusement restée sans réponse.
Cette année, j’ai écrit une mise en garde similaire, mais
je l’ai diffusée sur Internet. Avec le relais des internau-
tes, beaucoup plus actifs qu’il y a quinze ans, il s’est
passé un phénomène sans précédent qui n’est pas étran-
ger, me semble-t-il, au recul du gouvernement !

Vous pensez que le gouvernement est en train de mo-


difier ses positions ? C’est complètement illégal, mais c’est ce qui s’est passé
Je suis persuadé qu’une « campagne obligatoire » a très sé- avec le vaccin contre l’hépatite B : alors que les premiers
rieusement été envisagée. Lorsque le Journal du Dimanche effets secondaires étaient connus, l’État a assumé la pour-
lâche le mot, il s’agit d’une opération de test de l’opinion suite des vaccinations en ces termes : « La Commission natio-
publique. C’est d’ailleurs à ce moment-là que j’ai décidé nale de pharmacovigilance souhaite que l’enquête reste ouverte,
d’entrer dans le débat parce que je pensais qu’on retour- afin d’évaluer la sécurité d’emploi des vaccins anti-hépatite  B
nait à la catastrophe, comme avec l’hépatite B. Il semble chez les enfants et les nourrissons » 2.
que mes interventions aient fait mouche puisque depuis fin
août début septembre, le gouvernement n’en finit plus de Peut-on qualifier cette attitude de « criminelle » ?
s’emmêler les pinceaux autour de cette question de l’Auto- Au sens commun du terme, oui, c’est criminel. Au sens pé-
risation de mise sur le marché (AMM) ! Le débat a basculé. nal et quoique je ne sois pas juriste, je pense qu’on pourrait
sérieusement évoquer la « tromperie » et la « mise en danger de
Qu’est-ce qui cloche avec l’AMM dans le cas précis du la vie d’autrui ». Pour le chef d’« homicide », il faudra attendre
vaccin anti-H1N1 ? qu’il y ait des morts… À ce propos, passer commande pour
On n’a même pas bouclé la phase 2 qu’on est déjà à la phase 3. le vaccin H1N1 à des laboratoires déjà mis en examen pour
Bref, on met la charrue avant les bœufs. Je m’explique : la tromperie ou pour homicide, à savoir GlaxoSmithKline et
phase 2, dans le développement d’un médicament, c’est Aventis, me semble être un acte de confiance inconscient !
déterminer le nombre optimal de doses auxquelles le pro- Placeriez-vous votre enfant dans un cours de piano dont le
duit est efficace tout en veillant à en évaluer la tolérance. professeur est mis en examen pour abus sexuel sur mineur ?
Elle détermine les conditions de réalisation d’essais sur La présomption d’innocence a aussi ses limites…
un plus grand nombre de patients. La phase 3, c’est dé-
terminer si le médicament est vraiment effi- Vous fustigez souvent les excès des anti-vac-
cace pour une population donnée par rapport
Derrière ce cinalistes, pensez-vous que le vaccin contre
au traitement de référence. C’est le premier grand n’importe la grippe saisonnière soit meilleur ?
round de la pratique réelle. Au terme de cette quoi apparaît Absolument pas, j’ai toujours été un farouche
étape intervient la demande d’AMM. Or, ici, opposant à ce vaccin dont la neurotoxicité est
on ne connaît même pas la dose et on affirme
surtout la grande reconnue. C’est l’un des vaccins neurologique-
déjà que la vaccination s’adresse aux popu- misère de ment les plus dangereux avec celui de la co-
lations les plus sensibles, exclues des essais, à l’épidémiologie queluche et de l’hépatite B. Il est par ailleurs
savoir les femmes enceintes et les nourrissons. inefficace : il suffit de lire les rapports du Projet
Les autorités sanitaires s’apprêtent à faire de
française et ses Cochrane, groupe de chercheurs indépendants
l’expérimentation humaine à grande échelle ! incompétences. qui a analysé toutes les études produites sur

44 N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09
Dossier
« Une épidémie inventée
de toutes pièces »

la grippe depuis quarante ans [voir notre précédent numéro, exclut le débat sur les effets secondaires au nom de la pré-
ndlr]. Sa neurotoxicité est connue depuis longtemps. Ce vention. À ce titre, je suis contre la prévention !
n’est qu’à partir des années 2000 que le sujet, auparavant
notoire, est devenu tabou. C’est aussi à partir de ces années Vous n’êtes même pas pour un petit vaccin sans
que les bénéfices pour les laboratoires ont été plus diffici- adjuvant ?
les. Leurs bénéfices ont été menacés par l’épuisement des Je me méfie aussi de celui-là ! Baxter est le premier à avoir
grands brevets et c’est alors que les vaccins (peu onéreux à annoncé sa mise au point en faisant valider un nouveau
développer) sont devenus un enjeu commercial. procédé de production virale sur des cellules de singe et
non d’œuf. C’est extrêmement risqué ! Par rapport à une
La commande de 94 millions de doses serait-elle un modification aussi considérable, les études auraient dû
moyen de soutenir l’industrie pharmaceutique ? prendre des années avant d’obtenir une autorisation. Si on
C’est tout à fait possible. Aventis est notoirement dans une devait me vacciner de force, je préférerais encore un vaccin
situation délicate. On a inventé de toutes pièces une épidé- avec adjuvants ! ●
mie qui n’existe pas : le nombre officiel de victimes varie Propos recueillis par Pryska Ducoeurjoly
chaque semaine entre 5 000 et 20 000 ce qui représente un
Notes
énorme écart, où l’on fait par ailleurs volontiers l’amalga- 1. Adressée en mai 1995 au Bulletin Épidémiologique
me avec la grippe classique. Les tests rapides ne sont abso- Hebdomadaire (le journal de l’InVS), lettre disponible sur le site
lument pas fiables et celui basé sur la technique PCR coûte de Marc Girard sous le titre « Un précédent inquiétant mais pas
imprévisible »
bien trop cher pour être manipulé en routine. Derrière ce 2. Commission nationale de pharmacovigilance. Extrait du procès-
grand n’importe quoi apparaît surtout la grande misère de verbal de la réunion du 12/10/95
l’épidémiologie française et ses incompétences. Ensuite, on 3. Il y a un an, Gérard Le Fur, le PDG de Sanofi-Aventis, était
remercié pour mauvais résultat, après l’échec de l’Acomplia, la
a bien le droit de soupçonner une subvention déguisée à pilule anti-obésité, retoquée en juin 2007 par les experts de la Food
l’un de nos géants pharmaceutiques en difficulté3. Depuis & Drug Administration au vu des troubles dépressifs qu’il pouvait
la fin des années 90, on sait que cette industrie a besoin des provoquer. Le cours de l’entreprise franco-allemande a perdu 30 %
en trois ans.
vaccins pour se refaire une santé.

Comment faire alors pour limiter ce lobbying ? À propos de l’auteur


Marc Girard vient de publier Alertes grippales, comprendre
C’est hypocrite de limiter les critiques au secteur phar- et choisir, chez Dangles. Mathématicien de formation, il a
maceutique. Dans cette affaire, il y a plusieurs verrous qui développé, en France, la première activité libérale de conseil en
devraient fonctionner : l’Afssaps, les médecins, et les orga- pharmacovigilance (étude des effets secondaires des médicaments)
et en pharmaco-épidémiologie (application des méthodes
nismes de remboursement. Tous sont complices des dérives épidémiologiques à l’évaluation des effets médicamenteux, qu’ils
d’une politique coûteuse au contribuable et inefficace, qui soient bénéfiques ou indésirables). Son site : www.rolandsimion.org.

N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09 45
Dossier
Adjuvants vaccinaux :
Le vaccin contre le H1N1 n’est pas la seule injection potentiellement dangereuse...

L a polémique autour du vaccin contre la


grippe A a relancé le débat au sujet de
l’utilisation des adjuvants. Les infirmières ont
communiqué leur méfiance à propos du vaccin
antigrippe A, 70 % d’entre elles refusant la vac-
cination : « Le vaccin H1N1 est particulier (fabriqué
rapidement dans un cadre réglementaire dérogatoire,
avec présence discutable d’un adjuvant) », explique
Thierry Amouroux, le secrétaire général du Syn-
dicat national des professionnels infirmiers SNPI
CFE-CGC (communiqué du 17 septembre 2009).
Fait très surprenant pour des professionnels
de santé, le syndicat ignore visiblement que
tous les vaccins en contiennent ! Cette in-
formation n’est pourtant plus un scoop, sur-
tout pour les victimes des vaccinations.
Plus déconcertant encore : « Nous estimons néces-
saire de se faire vacciner contre la grippe saisonnière,
car cela permet de réaliser rapidement un diagnostic
différentiel : une personne vaccinée qui présente un
syndrome grippal aurait a priori une grippe H1N1, et
pourrait être mise rapidement sous Tamiflu ». Outre
le fait que le Tamiflu soit inefficace (lire notre
précédente édition), c’est oublier que l’un des vac-
cins contre la grippe saisonnière, le Gripguard*
non seulement contient déjà une souche H1N1
en plus de la H3N2 (sans que le risque de croi-
sement viral inquiète vraiment les autorités
sanitaires), mais contient également le même
adjuvant que celui utilisé dans au moins deux
vaccins pandémiques H1N1, le fameux squalène.

Parcours du combattant
Vu leur niveau d’information, peut-on avoir
confiance en nos professionnels de santé pour
bénéficier d’un consentement éclairé, quel que
soit le vaccin ?
Pour y voir plus clair sur les étiquettes, Nexus
publie une liste (non exhaustive !) des substances
incorporées dans les vaccins. Que penser du cu-
mul des doses auxquelles sont soumis les jeunes
enfants si l’on respecte le calendrier vaccinal ?
Dix injections de 0 à 9 mois, dix-huit au total
jusqu’à 6 ans, soit une injection tous les quatre
mois, un vrai parcours du combattant !
À voir la réaction des Français à propos du seul
vaccin H1N1, nul doute qu’ils deviendraient su-
bitement « anti-vaccinalistes » si les médias leur
martelaient toutes ces données parfaitement vé-
rifiables avec le même zèle dont ils font preuve
pour le H1N1... ●

Note
*Aussi appelé Fluad (AMM accordée à Novartis), qui a
déjà été injecté à 45 millions de personnes en Europe.

46 N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09
Dossier
ils sont partout !
Composition, excipients & effets indésirables Vaccins
Les adjuvants de l'immunité Gripguard ou Fluad (grippe), qui
MF59 ou AS03 (squalène émulsionné) contient à la fois la souche saisonnière
Contient notamment du polysorbate 80… (voir émulsifiants) et le H1N1 (AMM 5/02/2001 puis
Bien que le squalène soit une substance naturelle du corps, son injection provoque la août 2009).
création d’anticorps contre le squalène. Les mêmes anticorps ont été retrouvés chez les Vaccins contre la grippe A (Pandemrix
porteurs du syndrome de la Guerre du Golfe, vaccinés avec certains lots du vaccin et Focetria).
contre l’anthrax contenant du squalène (Experimental and molecular pathology 2002
Aug ; 73(1):19-27, « Antibodies to squalene in recipients of anthrax vaccine ».)
Ce syndrome se manifeste par des problèmes rénaux et respiratoires, des cancers, des
atteintes du système nerveux, des leucémies, des éruptions cutanées.
Aluminium (hydroxyde ou phosphate ou sulfate amorphe d’hydroxyphosphate) Avaxim, Boostrixtetra, Infanrixtetra,
Impliqué dans les maladies d’Alzheimer, de Parkinson, dans la sclérose latérale Infanrixquinta, Infanrixhexa, repevax
amyotrophique (SLA) et autres dégénérescences neurologiques. (diphtérie, tétanos, poliomyélite,
Selon l’immunogénéticien Herman Hugh Fudenberg, spécialiste de l’autisme, un individu coqueluche voire hépatite B), Gardasil
ayant reçu 5 vaccins consécutifs contre la grippe a 10 fois plus de chances d’avoir (papillomavirus), la plupart des vaccins
une maladie d’Alzheimer qu’un non-vacciné. Le Pr Gherardi attribue aussi à l’aluminium contre la méningite et contre l’hépatite
vaccinal « la myofasciite à macrophages ». Pour en savoir plus sur l’aluminium, lire B et A, entre autres.
l’étude réalisée par le Dr Jean Pilette et qui se trouve dans la rubrique « Documents »
du site www.alis-france.com

Les agents de conservation Avaxim, DTPolio Sanofi Pasteur MSD,


Phénoxyéthanol Havrix, Imovax Polio, Infanrixtetra,
Éther de glycol reconnu hautement toxique. Il sert de solvant dans de nombreux produits Infanrixquinta, Infanrixhexa, Pentavac,
courants (peinture, cosmétiques, produits ménagers, etc.). C’est aussi un allergène Repevax, Revaxis, Tetravac-Acellulaire,
responsable d’allergies cutanées et de troubles neurologiques. Paradoxalement, aucune Twinrix, Tyavax (hépatite A, typhoïde)
étude de toxicité n’a été menée au niveau des vaccins, il n’existe pas d’études sur les
risques cancérogènes.

Les dérivés mercuriels (Thimérosal ou Thiomersal ou encore Mercuthiolate). Engerix B, Fluarix, Fluvirine, Influvac
Le mercure est un neurotoxique bien connu. Une fois absorbés, les sels de mercure (grippe), Spirolept (leptospirose),
sont susceptibles de s’accumuler dans certains organes : foie, globules rouges, moelle Twinrix.
osseuse, rate, reins, intestins, poumons, peau, système nerveux central. Ils entraînent Le vaccin H1N1 en contiendra :
toute une cascade de dysfonctionnements neurologiques et sont liés à l’augmentation Pandemrix et Focetria notamment.
exponentielle des syndromes autistiques (nombreuses études). En 2000, l’Agence
européenne d’évaluation des médicaments (EMEA) a recommandé que les vaccins
contenant du mercure ne soient plus administrés aux nourrissons et aux jeunes enfants.
Néanmoins, les vaccins contre l’hépatite B ont contenu du mercure jusqu’en 2002.

Les stabilisants Dans pratiquement tous les vaccins


Gélatine
Plusieurs études ont montré les très nombreuses allergies (y compris chocs anaphylactiques)
provoqués par la gélatine (Allergy Clin Immunology, 1999, vol 103 : 321-325).

Albumine Imovax rage, Infanrix, ROR, DTP,


Possible risque d’allergie et de choc anaphylactique. Varilrix...

Les émulsifiants Pratiquement tous les vaccins


Polysorbate 20 ou polysorbate 80, sorbitol, glycine, lactose, sucrose, saccharose, contiennent un ou plusieurs de ces
aspartame, glutamate et dextran (polymère du glucose). produits. Havrix (hépatite A), Agrippal,
Tous ces produits ont des effets secondaires sur certaines personnes sensibilisées et Boostrixtetra (diphtérie, tétanos,
allergiques. Le dextran (ou dialdéhyde), utilisé comme fixateur n’est présent que dans poliomyélite, coqueluche), Fluarix,
le BCG et le Rotarix. Il a donné des chocs anaphylactiques relatés dans la littérature Gardasil (papillomavirus), Imovax Polio,
médicale ainsi que des réactions d’hypersensibilité chez les nouveau-nés. Les Japonais Influvac, Previgrip, Repevax, Rotateq
ont montré qu’il augmentait le stress oxydatif et diminuait le taux de glutathion. Autrement (gastro-entérite à rotavirus), Tyavax,
dit, il achemine le vacciné, surtout s’il est jeune, sur le terrain de l’autisme. Genhevac B.

Les contaminants et impuretés des vaccins Possible présence dans tous les vaccins
Les virus ou les bactéres doivent être cultivés sur des substrats afin d’en obtenir de Exemple : on a retrouvé le virus de la
grandes quantités pour une production industrielle de masse. diarrhée bovine dans le vaccin ROR et
Dans un rapport technique de 1987, un groupe d’étude de l’OMS écrivait : « Un des un vaccin contre la grippe en Europe,
grands problèmes soulevés est le risque de malignité que pourrait présenter à long terme aux États-Unis et au Japon (Veterinaria
un ADN contaminant hétérogène… Ce point est réellement préoccupant ». Italiana, Vol 44, n° 2, p. 319-345,
2008).

Source : Le Courrier d’Alis, n° 67, à paraître en décembre, revue de l’Association Liberté Information Santé (sur abonnement : www.alis-france.com).
Pour approfondir la question, Nexus encourage la lecture de ce site. Voir également www.infovaccin.fr/composants.html
N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09 47
Dossier
Effets secondaires :
Pourra-t-on attaquer les laboratoires en cas d’effets secondaires
après la vaccination contre le H1N1 ? Ce n’est pas sûr car,
depuis 2007, ils sont protégés par le Code de la santé publique.

Novartis
6 %
Autres
(Suisse)

5%
E Sanofi Pasteur Merck Sanofi Pasteur
n cas de gros pépin après 6 % (France)
la campagne de vaccina- (France/États-unis)
25 %
tion massive organisée par le 7 %
gouvernement, les éventuelles
victimes pourront-elles atta-
quer les laboratoires ou l’État ?
Rien n’est moins sûr. Les labo- Merck 15 % 9,5
ratoires, au même titre que les (États-unis) milliards
praticiens de santé, bénéficient d’Euros
d’une immunité grâce à l’arti-
cle L3110-3. Si quelques médias 25 %
ont parlé de l’immunité des
laboratoires aux États-Unis, ils 17 %
ont totalement passé sous si- Wyeth GSK
lence cette loi française. (États-unis) (Grande-Bretagne)
« Le fabricant d’un médicament ne
peut être tenu pour responsable des
Le marché mondial des vaccins : plus de 80 % entre les mains de quatre industriels.
dommages résultant de l’utilisation
d’un médicament en dehors des indications thérapeutiques ou des responsabilité dans les conditions de droit commun en raison de la
conditions normales d’utilisation prévues par son autorisation de fabrication ou de la mise sur le marché du médicament ».
mise sur le marché ou son autorisation temporaire d’utilisation, À moins de prouver que les laboratoires ont intentionnel-
ou bien de celle d’un médicament ne faisant l’objet d’aucune de lement mis des poisons dans leurs vaccins, ce qui est extrê-
ces autorisations, lorsque cette utilisation a été recommandée ou mement difficile, il s’agit d’une voie juridique sans issue. Il
exigée par le ministre chargé de la santé en application de l’article est curieux de noter que les fabricants de médicaments ne
L. 3110-1. Il en va de même pour le titulaire de l’autorisation de possèdent cette protection que depuis la loi n° 2007-248 du
mise sur le marché, de l’autorisation temporaire d’utilisation ou de 26 février 2007 portant diverses dispositions d’adaptation
l’autorisation d’importation du médicament en cause. Les disposi- au droit communautaire dans le domaine du médicament.
tions du présent alinéa ne les exonèrent pas de l’engagement de leur L’article L3110-3 se limitait alors aux seuls professionnels

.Trop d’experts rémunérés par les laboratoires


L e Comité technique des
vaccinations (pour le Haut
conseil de la santé publique)
une activité de conseil, de
travaux scientifiques, de rapport
d’expertises ou de conseil
l’impartialité du CTV.
Le Canard Enchaîné a lui aussi
épinglé les experts d’un autre
pour Roche depuis 2006, et
conseille contre rémunération
MSD, GSK, Wyeth et Baxter,
est chargé d’établir des avis scientifique, quatorze l’ont fait organisme : le Comité de lutte tous fabricants de vaccins.
sur les priorités sanitaires avec des laboratoires qui vont contre la grippe. Ce dernier Quant au directeur de l’École
d’utilisation des vaccins commercialiser le vaccin H1N1. rassemble plusieurs experts du des hautes études en santé
pandémiques. Parmi ces scientifiques, celui CTV, mais également d’autres publique, il fait aussi état, dans
C’est au CTV que l’on doit qui détient le nombre record spécialistes dont plusieurs ayant ses déclarations d’intérêts,
les recommandations sur la de collaborations privées n’est des liens avec le fabricant du de collaborations récentes
vaccination des personnels de autre que le président de ce Tamiflu, en tant qu’expert ou avec les laboratoires Sanofi-
santé, des femmes enceintes et comité (Sanofi-Pasteur, Wyeth, membre du conseil scientifique Pasteur et Sanofi-Aventis.
des jeunes enfants. Or, sur vingt GSK) ce qui lui a valu de de Roche. Par ailleurs, le Coïncidence, son épouse, en
membres, seuls cinq n’ont pas nombreux voyages en 2008 Canard a rappelé que la tant que directrice médicale
travaillé, de près ou de loin, (Autriche, Islande, États-Unis, représentante de la France pour le syndicat des industries
avec des laboratoires. Sur les sur invitation). Largement à l’Agence européenne du pharmaceutiques, siège à la
quinze membres ayant exercé de quoi de douter de médicament travaille elle aussi Commission d’autorisation de

48 N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09
Dossier
qui sera responsable ?
En France,
il est donc
matériellement
et juridiquement
impossible
d’être reconnu
comme victime
d’un vaccin.

que c’est contre les laboratoires que les


gens doivent se retourner lorsqu’il ne
s’agit pas d’une obligation vaccinale. Une
vaccination, même fortement recomman-
dée par les pouvoirs publics, est consi-
dérée comme un acte volontaire », pré-
cise Jean-Marie Mora, président de la
© William Taufic/Corbis

Ligue nationale pour la liberté des vac-


cinations (Alis).
Par ailleurs, le fonds d’indemnisation
des victimes des vaccinations ne peut
être saisi que dans le cas d’une vacci-
nation obligatoire. Celle-ci ne demeure
que pour le DTP. Or, le DPT est désormais
vendu avec une ou plusieurs souches
de santé (premier paragraphe de l’article remanié). Il sem- ajoutées, qui elles ne sont pas obligatoires. Actuellement, en
ble que l’épisode grippe aviaire de 2006 les ait aidés à obte- France, il est donc matériellement et juridiquement impos-
nir cette « avancée ». sible d’être reconnu comme victime d’un vaccin (sauf pour
les personnels médicaux avec le vaccin contre l’hépatite B
Ni les labos ni l’État obligatoire). Dans le cas du vaccin contre la grippe A,
Exit donc la responsabilité des médecins et des labora- plus que tout autre, les laboratoires ont donc de nom-
toires dans le cadre de la campagne de vaccination de breuses années devant eux pour préparer leur défense.
masse. Pourra-t-on dès lors se retourner contre l’État ? Là Contacté par la rédaction, le ministère de la Santé n’a pas
encore, rien ne le garantit. « La jurisprudence montre clai- souhaité répondre à la question épineuse des responsabili-
rement, notamment dans l’affaire du vaccin contre l’hépatite B, tés. Embarrassé ?●

mise sur le marché (celle qui dans la politique au début anciens, mais ils entachent Et il se prépare aussi à lancer,
donne son feu vert aux vaccins). des années 1980, le poste malgré tout l’impartialité de le 22 avril, (…) LongeviTV,
de déléguée à l’information la ministre. premier WebTV magazine
Conflits d’intérêt médicale au sein du laboratoire La famille du président de la dédié à l’anti-âge. LongeviTV
Les hommes politiques sont- ICI Pharma (devenu Astra République gravite aussi dans a déjà fédéré des sponsors
ils plus neutres ? Le site Zeneca depuis) et chargée la sphère pharmaceutique, comme Nestlé, Sanofi Aventis
Pharmacritique rappelle que des relations publiques comme le rappelle le Figaro ou HSBC Assurances. François
Roselyne Bachelot a passé au chez Soguipharm ». Depuis, (16 avril 2008). Sarkozy est aussi depuis 2005
moins douze ans au service ICI Pharma est devenu la François Sarkozy, frère de vice-président du conseil
de l’industrie pharmaceutique. multinationale Astra Zeneca Nicolas « poursuit dans l’ombre de la société de biotech cotée
Ce parcours professionnel qui a des intérêts dans la un parcours sans faute dans la Bio Alliance Pharma ».
n’est malheureusement pas commercialisation du Gardasil, santé. (...) il vient de prendre Ce n’est donc pas de ce
signalé sur son CV (site du vaccin contre le cancer du col la présidence d’AEC Partners, côté-là que le président de
gouvernement). « Docteur en de l’utérus, un vaccin activement important cabinet œuvrant dans la République trouvera un point
pharmacie, Roselyne Bachelot promu par le ministère de la le domaine de la santé, dont de vue contradictoire aux
a occupé, avant d’entrer Santé. Certes, ces liens sont il est associé depuis 2001. intérêts des laboratoires.

N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09 49
Dossier
Les non-vaccinés
Mise en place au nom de la sécurité sanitaire,
la traçabilité individuelle sera-t-elle
vraiment placée entre de bonnes mains ?

« D es projets de textes modifiant l’organisation et le


fonctionnement de la justice ont été transmis, dans
le plus grand secret, aux chefs de cour en juillet 2009 », a dé-
Les non-vaccinés doivent-ils avoir peur d’être fichés ? Tant
que le vaccin n’est pas obligatoire, ils peuvent tout au plus
être incommodés par de nombreuses lettres de rappel. Mais
noncé le Syndicat national de la magistrature, en septem- en cas d’alerte sanitaire grave, qu’elle soit naturelle ou bio-
bre dernier, qualifiant l’ensemble de ces mesures de « dis- terroriste (une menace de plus en plus évoquée), l’obligation
positif liberticide ». Sous couvert de protéger la population vaccinale peut néanmoins revenir dans l’actualité. Dans un
contre une éventuelle épidémie de grippe A, les pouvoirs scénario du pire, « la mise en place de “checkpoint” est une pos-
publics ont donc montré qu’ils étaient prêts à mettre en sibilité. Ils pourraient se situer sur des axes routiers. Les gens de-
place des mesures dignes d’un état d’exception. vraient alors montrer leur certificat de vaccination, faute de quoi
La volonté de traçabilité individuelle, assez nouvelle en ils seraient arrêtés et placés en quarantaine », déclare le journa-
France, invite aussi à la vigilance. « La nécessité d’une traçabi- liste, Mike Adams1. « Mais je ne pense pas que les gens voudront
lité individuelle systématique liée aux exigences de la pharmaco- porter des bracelets RFID, ça fait un peu Allemagne nazie, et ça
vigilance », est bien rappelée dans le document ministériel ne plaît pas. Toutefois, il est plus prudent d’acquérir le plus vite
intitulé « Planification logistique d’une campagne de vacci- possible la preuve de cette vaccination », conseille Mike Adams.
nation contre le nouveau virus A(H1N1) ». Le gouvernement
se garde bien de parler de « fichage », mais c’est pourtant Expérience de Boston
ce qu’on peut lire entre les lignes des diffé- Aussi farfelu qu’il puisse sembler, ce scénario s’ins-
rents arguments avancés : « Il est indispensa- Aussi farfelu pire de faits réels. Il y a un an, une expérience
ble de garantir que les deux injections se feront menée à Boston2, parmi des volontaires, a permis
avec le même vaccin. Pour une vaccination de qu’il puisse d’équiper des centaines de personnes vaccinées
masse, avec un vaccin nouveau, les exigences de sembler, contre la grippe saisonnière avec des bracelets
la pharmacovigilance sont majeures. Enfin, la tra- ce scénario portant un code identifiant unique. But de l’opéra-
çabilité individuelle sera également utilisée pour tion : permettre la traçabilité des vaccinés et créer
assurer un suivi du taux de couverture de la po- s’inspire un registre communal. La carte permettrait ainsi
pulation par l’Institut de veille sanitaire (InVS) ». de faits réels. une intervention rapide dans des quartiers vulné-
rables. Devant une attaque bioterro-
Flacon à la poubelle riste ou une épidé-
Pour s’assurer d’un taux de vaccinés mie mondiale de
« suffisant », l’État aurait tout aussi bien grippe, le registre
pu choisir une comptabilité anonyme, pourrait être utilisé
comme dans le cas du recensement dé- pour surveiller qui a reçu
mographique. Les vaccinateurs auraient un vaccin ou l’antidote à un ger-
alors délivré un reçu avec les données me mortel. Ou alors pour savoir qui
nécessaires au suivi conforme des rap- est porteur du virus ou pas, grâce à
pels vaccinaux, tandis qu’un numéro vert une technologie nouvelle.
à disposition des médecins de ville aurait Sur ce dernier point, la technologie
permis le signalement des effets secon- RFID3 a bien avancé. VeriChip, société
daires. Le simple fait de vacciner dans des américaine leader sur le marché
centres spécialisés (et non dans le cadre des puces-implants, a annoncé
d’une consultation médicale habituelle), en mai dernier qu’elle était
permet de savoir, via le numéro de sécuri- en mesure de fabriquer des
té sociale ou la carte vitale, qui est vacciné implants à radio-fréquence
et qui ne l’est pas. Ce dispositif exclut de capables de détecter des vi-
fait tous les médecins opposés à la vacci- rus comme le H1N1 ou le sta-
nation, et ceux qui auraient été tentés de phylocoque doré. VeriChip et
coller l’étiquette « Vacciné » tout en ayant Receptors ont publié un livre
jeté le flacon à la poubelle… blanc intitulé Système de cap-

50 N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09
Dossier
seront-ils fichés ?
lmplant sensitif, ici pour
le glucose, comprenant
un système intégré
avec transduction de
signal et capacité de
communication RFID
(source : VeriChip).

teur intégré pour la détection de bio-menaces, des pandémies au


Bioterrorisme4. Ces innovations permettront de développer à
Notes
court terme un nouveau test de dépistage du H1N1 (à partir 1. Swine flu vaccine recipients could be tracked with RFID bracelets
d’un échantillon) ou de créer des implants sensibles au H1N1, using Big Brother medical technology, www.naturalnews.com.
capables d’émettre et de recevoir des informations. Elles 2. « Boston launches flu shot tracking », 21 novembre 2008, Boston
Globe.
n’attendent plus qu’un marché, les brevets étant assurés. 3. La radio-identification plus souvent désignée par le sigle RFID
En admettant qu’un réseau de lecteurs de puces soit rapide- (de l’anglais Radio Frequency IDentification) est une méthode pour
ment mis en place, comme on le voit déjà dans la traçabilité mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des
marqueurs appelés « radio-étiquettes ». Ce genre de technologie est
des marchandises et dans les codes-barres, il serait donc déjà utilisé, par exemple, pour le marquage du cheptel bovin
possible d’interdire ou d’autoriser l’accès à certains lieux, 4. www.verichipcorp.com. VeriChip Corporation (Delray Beach,
en fonction du statut d’immunité des passants. Quand Floride), a développé le système VeriMed™. Pour rapidement
identifier les personnes qui arrivent aux urgences, ce système utilise
on sait que la loi sur la Santé publique au Québec permet la première micro-puce humaine implantable et passive RFID et
d’isoler de force et pendant trente jours toute personne un disque de santé personnel correspondant. Ses systèmes de
non vaccinée en cas de campagne obligatoire5, on se dit protection infantile de Hugs® et HALO servent également à éviter
les kidnappings d’enfants. http://fr.wikipedia.org/wiki/VeriChip
qu’un tel système serait un bon moyen de repérage des 5. Article 109, 123 et 126, L.R.Q., chapitre S-2.2, disponible sur
individus à risque. Fiction d’inspiration conspirationniste le site du ministère de la Santé du Québec, www.msss.gouv.qc.ca.
ou proche réalité ?●

N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09 51
Dossier
Premiers vaccins,
Le grand public ignore les échecs des
premiers vaccins, comme celui de la variole,
et les accidents qu’ils ont engendrés.

C’ est à la variole que l’on doit l’invention de la vac-


cination par le médecin anglais Jenner. En 1810,
The London Medical Observer signalait, après la vaccina-
des malades et leur traitement. En quelques années, ces
deux pratiques d’hygiène élémentaire ont triomphé de la
maladie en interrompant la chaîne des transmissions, là où
tion, « 535 cas de variole, 97 décès et 150 cas de graves acci- la vaccination avait ostensiblement échoué.
dents, dont 10 parmi des médecins ». Jenner supprima alors
les études qui montraient que sa « trouvaille » causait Pasteur, le mythe fait toujours rage
davantage de morts qu’elle ne sauvait de vies. Dès l’école, nous apprenons que Pasteur qui est officiel-
En 1871, en Bavière, sur 30 472 cas de variole 29 429 lement le « père de la vaccination » a sauvé le petit Joseph
étaient vaccinés. La même année, le Privy Council Meister, mordu à la main par un chien enragé. Or, il n’exis-
d’Angleterre demanda une enquête sur la vaccination te aucune certitude que le chien était enragé, car il mor-
imposée en 1867, car 97,5 % des gens morts de la variole dit d’autres enfants du village qui ne manifestèrent pas la
avaient été vaccinés contre la maladie. maladie. De plus, le risque pour le jeune Meister était
Le 26 janvier 1909, le New York Press publiait un rap- infime, car un animal réellement enragé ne trans-
port du Dr W.B. Clark qui affirmait : « Le cancer était pra- met la maladie que dans 5 à 15 % des cas.
tiquement inconnu avant la vaccination contre la variole. Édouard Rouyer, un autre enfant dont on parle
J’ai observé 200 cas de cancer, et je n’en ai jamais vu un beaucoup moins, fut la malheureuse victime de
seul chez une personne non vaccinée. » Pasteur. Il fut mordu le 8 octobre 1886 par
Un demi-siècle plus tard, le Dr Albert Schweit- un chien et Pasteur lui inocula son vaccin.
zer (prix Nobel en 1952) aurait partagé ce Le 26 octobre, l’enfant mourut et fut offi-
constat, car il avait remarqué que les premiers ciellement déclaré « mort d’urémie ».
cancers en Afrique étaient apparus cinq ans après Ces mensonges concernant le vaccin contre la rage
les premières campagnes vaccinales. sont une réédition des mensonges concernant le
vaccin contre la variole, et l’exemple même des
La barrière des espèces franchie mensonges de Pasteur, qui ont été tellement ré-
En outre, le vaccin de Jenner a permis de fran- pétés et introduits dans la mémoire collective
chir pour la première fois la barrière d’espèce qu’ils sont devenus des vérités inattaquables.
en introduisant directement dans le corps humain Autre mensonge, le vaccin antirabique ne fut pas
des gènes provenant d’un animal et qui plus est, d’un créé par Pasteur, mais par Henri Toussaint, pro-
animal malade. Dès cet instant, l’homme a bouleversé fesseur à l’École vétérinaire de Toulouse, dont
l’écosystème en facilitant le passage de micro-orga- le nom a été oublié par l’histoire. Le vaccin créé
nismes d’une espèce à une autre, ce qui n’est jamais par Pasteur, à base de moelle desséchée, était
pris en considération par les scientifiques alors cela très dangereux, au point qu’il fut bien vite aban-
initie tout un ensemble de phénomènes contre- donné. À cette époque, 40 étrangers et 34 Fran-
nature, dont nous commençons à mesurer tou- çais étaient déjà morts à cause de Pasteur. Le Pr
tes les conséquences avec les grippes actuelles. Michel Peter, membre éminent de l’Académie
On retrouvera plus tard cette animalisa- de médecine, concluait : « Monsieur Pasteur ne
tion avec le vaccin BCG préparé à partir d’une guérit pas la rage, il la donne » ! À son tour, l’écri-
souche atténuée de bacille tuberculeux bovin. vain Léon Daudet s’éleva contre ce qu’il appela
De nos jours, on ne cesse de répéter que la dispa- « la nouvelle morticoli » et publia une série d’ar-
rition de la maladie est due à la vaccination, ce ticles sur le sujet.
qui est totalement faux, car en 1962, l’OMS Pasteur a maquillé les résultats des ex-
lançait à l’échelle mondiale une dernière cam- périences qui ne lui étaient pas favo-
pagne « d’éradication », dont les débuts fu- rables comme l’aurait fait un vrai
rent catastrophiques, des épidémies faussaire, mais en France, il
se déclarant dans des populations est « interdit » de critiquer
vaccinées à 95 %, notamment en cet homme idolâtré car
Inde et au Brésil. L’OMS préconisa toute l’industrie du vac-
alors d’abandonner la vaccination cin repose sur ses recher-
de masse au profit d’une straté- Il est évidemment bien triste que ches et ses « succès ». Tous
gie dite de « surveillance-endigue- l’un des plus grands héros les défenseurs acharnés
ment », c’est-à-dire l’isolement des Français soit un imposteur… de Pasteur devraient lire

52 N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09
Par Sylvie Simon Dossier
premiers dégâts

février 1993, le très sérieux magazine Science


dénonça « l’imposture pasteurienne », mais en
France, personne n’en a entendu parler.
Il est évidemment bien triste que l’un des
plus grands héros des Français soit un im-
posteur, d’autant qu’il inaugura une cer-
taine forme de mensonge qui règne actuel-
lement sur l’information scientifique et
particulièrement en ce qui concerne les vaccins.

Quand la polio rencontrait le virus simien


En 1923, Gaston Ramon, vétérinaire à l’Institut
Pasteur, créa les premières anatoxines contre
le tétanos et la diphtérie. Alors que 63 249 cas
de diphtérie furent traités par l’antitoxine,
plus de 8 900 décédèrent, soit une proportion
© Bettmann/CORBIS
de 14 %, alors que sur 11 716 autres cas non
traités par l’antitoxine, 703 moururent soit
seulement 6 %.
En 1954, le vaccin Salk contre la poliomyélite
provoqua immédiatement une « épidémie » de
cas de polio. Ainsi, l’état du Vermont signala
une augmentation de 266 % des cas, le Rhode
Island de 454 %, et le Massachusetts de 642 %.
Les cas de polio ne cessèrent d’augmenter et
l’on commençait à savoir que les médecins
qui faisaient partie du personnel des institu-
Vaccination contre la variole par un médecin de campagne en France en 1955. tions de santé évitaient de vacciner leurs pro-
pres enfants. En 1956, le gouvernement octroya
les ouvrages du Dr Philippe Decourt, de Xavier Raspail, 53,6 millions de dollars pour aider les États à vacciner gra-
d’Ethyl Douglas Hume, ou de Gerald Geison, professeur tuitement les moins de 20 ans, alors que le Dr Peterson,
d’histoire des sciences et de la médecine de l’université directeur de la Santé de l’Idaho, signalait que la maladie
de Princeton, qui rapportent tous des faits parfaitement ne touchait que les enfants vaccinés dans les districts où
authentifiés qui devraient suffire à faire tomber ce per- aucun cas ne s’était produit depuis l’automne précédent.
sonnage de son piédestal. Mais le mythe pasteurien est Dans 90 % des cas, la paralysie concernait le bras dans le-
tellement ancré dans l’esprit populaire, il a créé une quel le vaccin avait été injecté. Dès lors, on appliqua la cen-
telle idéologie, que rien n’a encore pu l’ébranler. Et en sure aux rapports d’accidents causés par ce vaccin.

. Le vaccin de la grippe saisonnière augmenterait le risque de H1N1 !


A lors que la campagne de vaccination contre la grippe
saisonnière a commencé en France le 25 septembre,
selon les résultats d’études préliminaires conduites au Canada,
Britannique, et le Dr Gaston de Serres, de l’université Laval
(Québec), ont décliné toute interview.
Au Québec, où les autorités sanitaires avaient prévu de vacciner
ce vaccin pourrait augmenter le risque de contracter la grippe dans un premier temps contre la grippe saisonnière, puis contre
porcine (dite A pour ne pas blesser les marchands de cochons la grippe A (H1N1), cette découverte a changé le nouveau
de batteries). calendrier des vaccinations. Le 25 septembre, le Dr Horacio
Ces informations sont issues de quatre études canadiennes Arruda, du ministère de la Santé, a décidé d’inverser les
auxquelles ont participé environ 2 000 personnes. campagnes de vaccination ; celle contre la grippe A (H1N1)
Les chercheurs ont découvert que les personnes qui avaient reçu débutera le 15 novembre, tandis que celle contre la grippe
le vaccin contre la grippe saisonnière dans le passé étaient plus saisonnière est reportée à janvier 2010. Exception à cette règle :
susceptibles d’être infectées par le virus H1N1. Une étude a été les populations à risque recevront le vaccin saisonnier
soumise pour publication. Ses principaux auteurs, le Dr Danuta en premier, avant le 15 novembre.
Skowronski, du Centre de contrôle des maladies de Colombie- Sylvie Simon

N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09 53
Dossier

Il est possible
d’introduire un
virus dans des
millions de doses
de vaccin « par
mégarde »…

En 1960, Bernice Eddy, chercheur sala-


riée par le gouvernement américain,
découvrit que le vaccin contenait un vi-
rus qui générait des sarcomes chez ses
cobayes de laboratoire et en parla lors
d’une conférence sur le cancer. Elle fut
immédiatement démise de ses fonctions
et interdite de laboratoire.
Cette année-là, Benjamin Sweet et Mau-
rice Hilleman isolèrent le virus incriminé

© Paul Almasy/CORBIS
qui fut appelé SV40 car il était le quaran-
tième virus simien découvert dans ces
conditions. Des expériences ont démontré
que des cultures de tissus humains se can-
cérisaient au contact de ce virus (cf. New
England Journal of Medicine, 9-4-92).
Malgré ces nouvelles plutôt inquiétantes, L’institut Pasteur dans les années 60.
la commercialisation du vaccin cultivé sur
ces cellules empoisonnées fut poursuivie. C’est alors que le alors l’OMS, et il est très inquiétant de constater que
vaccin oral Sabin fut mis au point, et la campagne d’immu- cela n’a pas entraîné un scandale mondial, d’autant que,
nisation avec ce vaccin commença en 1961. Les candidats durant trois ans, on connaissait son danger.
à la vaccination avaient dès lors le choix entre deux vac- Mais ce scandale n’a pas altéré la foi des médecins en la
cins, tous deux infectés par le virus simien SV40. probité et la compétence des laboratoires. Et en mars 2009,
nous apprenions que la compagnie pharmaceutique Baxter
Des millions d’enfants vaccinés jusqu’en 1963 International a fabriqué un vaccin expérimental qui a acci-
En 1962, le volume 48 des Rapports de l’Académie nationale dentellement été contaminé par le virus H5N1 de la grippe
des sciences des États-Unis démontrait que les métamor- aviaire, ce qui n’a pas gêné les pays qui lui ont commandé
phoses cellulaires induites par ce virus entraînaient en des milliers de doses de vaccin contre la grippe A.
particulier des anomalies à la fois dans la leucémie myé- D’autres scandales ont été mis au jour ensuite, particuliè-
loïde chronique et dans le mongolisme chez l’homme, ainsi rement avec les vaccins contre l’hépatite B, le ROR ou le
qu’une recrudescence des leucémies de tous types chez Gardasil, mais nous n’avons pas la place de les citer ici et le
les enfants mongoliens. On a pourtant continué à inocu- ferons dans un autre numéro. ●
ler les vaccins anti-polio infectés à des millions d’enfants
à travers le monde en garantissant leur innocuité jusqu’en
1963, où, ne pouvant différer l’annonce de la contamina- À propos de l’auteure
Sylvie Simon est journaliste, auteure
tion du vaccin par ce virus du singe rhésus, on suspendit des Dix plus gros mensonges sur
enfin sa commercialisation. Le Dr Heinonen, qui effectua les vaccins (Éd. Dangles), et de
des recherches sur le taux de cancer des enfants dont les Ce qu’on nous cache sur les vaccins
(Éd. Delville), et de Vaccins, mensonges
mères avaient été vaccinées contre la polio au cours de leur et propagande aux Éditions Thierry
grossesse entre 1959 et 1965, trouva un taux de tumeurs cé- Souccar.
rébrales treize fois plus élevé chez les enfants nés de mères
vaccinées que chez les autres1. À cette époque, les pouvoirs
publics n’ont cessé de répéter sur tous les tons qu’il était Notes
pratiquement certain que ce virus ne provoquait pas le can- 1. Intern. J. Epidem. vol. 2 n° 3 – 1978.
2. On prétend à présent que la poliomyélite est « éradiquée » alors
cer. À présent, la recherche a pu démontrer la façon dont qu’il y a des flambées épidémiques après des vaccinations massives
le SV40 contribue à l’apparition de cancers2. dans le monde. Et depuis la « disparition » de la polio, ces cas sont
Ainsi, il est possible d’introduire un virus dans des mil- à présent classés sous la rubrique des méningites virales qui ont
explosé. Voilà comment on « éradique » certaines maladies et l’on
lions de doses de vaccin « par mégarde », comme l’avouait fausse totalement l’information, grâce à l’industrie du médicament.

54 N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09
Dossier

Les remèdes qui marchent…


et qu’on nous cache

Si les propriétés du chlorure de magnésium avaient été


reconnues en leur temps par l’Académie de
médecine, plusieurs vaccins seraient sans doute inutiles.

P ourquoi les médias ne produisent-ils pas plus de su-


jets sur la prévention naturelle et sur les traitements
alternatifs en cas de grippe ? Presse, radio, télévision nous
Dans la psychose H1N1, on oublie également que la méde-
cine dispose aujourd’hui des antibiotiques, une solution en
cas de surinfection que ne connaissait pas Édouard Prouvost !
vantent les mérites des vaccins et des antiviraux comme le C’est un atout de poids en cas de complications, plus effica-
Tamiflu. Sans ces remèdes, point de salut ? ce sans doute que le Tamiflu. Mais pas d’antibiotiques sans
Rien n’est moins vrai en réalité. Dès la fameuse épidémie probiotiques ! Ces derniers aident à préserver la flore intes-
de 1918, l’arsenal thérapeutique était bien plus développé. tinale, garante elle aussi de l’immunité. Mais ce ne sont pas
Édouard Prouvost, dans ses Remarques Cliniques et Théra- les seules solutions à notre portée, d’autres remèdes ont été
peutiques sur l’épidémie de grippe de 1918 (paru en 1919 chez découverts depuis 1918, dont l’efficacité met à mal la doc-
Jouve Cie), saluait ainsi les très bonnes performances en trine du « tout vaccin ». Il est urgent de leur redonner une
intraveineuse de l’argent colloïdal (un remède millénaire) place de choix dans la pharmacie familiale.
et l’efficacité des abcès de fixation comme draineurs des
toxines1. Le vaccin n’avait pas vraiment fait son apparition, Contre la polio, la grippe, le cancer, etc.
malgré quelques administrations de sérums qui faisaient On doit au professeur Pierre Delbet (1861-1957) de nom-
davantage office de tests que de réels remèdes. Sur ce point, breux travaux sur les bénéfices nombreux du chlorure de
le jeune Prouvost, alors interne dans un hôpital militaire, magnésium2. Médecin, chef de clinique, chirurgien des
avoue d’ailleurs ne pas avoir obtenu de résultats significa- hôpitaux et membre de l’Académie de médecine, il fut ob-
tifs. Il documente davantage les effets de l’argent colloïdal sédé, durant son internat, par la nocivité des antiseptiques
(lire notre encadré p. 56). utilisés à son époque pour nettoyer les plaies. La guerre de

N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09 55
Dossier
Vendu environ
2 euros, le chlorure
de magnésium,
14-18, au cours de laquelle il est mobilisé près tous contaminés et tous s’en tirèrent par la solu-
comme chirurgien, lui permet de constater
concurrence tion de chlorure de magnésium. Ce médicament leur
que la solution de chlorure de magnésium directement coupe la fièvre ». Bon à savoir !
(MgCl2) donne des résultats extraordinai- le vaccin DTP... Malheureusement, ces travaux n’ont pas fait le
res. Pour les blessés, il va faire l’expérience poids face à l’orientation de la recherche vers
de l’efficacité du MgCl2 par voie interne comme dynami- les vaccins, en plein démarrage. À cette époque, les premiers
sant cellulaire. Plus tard, il fera la relation entre la rapide vaccins commencent à sortir de l’Institut Pasteur et la méde-
augmentation des cancers et la carence généralisée en ma- cine de terrain n’est pas la bienvenue. Aujourd’hui, le chlo-
gnésium. Il écrira à ce sujet deux livres : Politique préventive rure de magnésium, vendu environ 2 euros en pharmacie,
du cancer, dans lequel il démontre l’incidence de la carence concurrence directement le vaccin DTP… Est-ce pour cela
en magnésium dans le développement de cette maladie, et qu’on n’en entend pas parler ?
L’agriculture et la santé, en collaboration avec d’autres spé-
cialistes, où il montre que les modes de cultures intensifs et Aliment pour la cellule nerveuse
le raffinage carencent les aliments en Mg. Pour les récalcitrants au goût amer du chlorure de magné-
sium, et même pour les autres, il est encore mieux d’opter
Des résultats spectaculaires pour le Chlorumagène3 pour tous les usages internes. Ce
Ces deux livres n’ont guère suscité l’intérêt de l’Académie médicament prescrit pour la constipation se transforme en
de médecine, pas plus que les travaux de son successeur, le chlorure de magnésium à l’état naissant dans l’estomac. Le Dr
Dr Neveu, sur le traitement de la diphtérie (dès 1932), du té- Martin Du Theil, son grand défenseur, écrivait, après quinze
tanos et de la poliomyélite avec le chlorure de magnésium. ans d’utilisation du produit : « Il constitue un véritable aliment
Le Dr Neveu a exposé dans Le traitement cytophylactique de la d’épargne pour la cellule nerveuse dont il compense immédiatement
poliomyélite par le chlorure de magnésium quinze cas victorieux les dépenses. Le grand sympathique [système qui préside à l’état
de maladie. Or, il affirme avoir obtenu des résultats probants d’éveil, ndlr], grâce à l’énergie ainsi conservée intacte, maintient
non seulement en appliquant immédiatement le traitement l’organisme à l’abri de la maladie en rendant vaine toute attaque
au début de la maladie, mais encore nota des améliorations microbienne. Il n’est pas de meilleur agent prophylactique [de pré-
sur des patients traités par les médicaments allopathiques et vention, ndlr] contre toutes les maladies de nature infectieuses et
étant déjà atteints de paralysies étendues et parfois totales. c’est à ce titre que je conseille d’en faire un usage quotidien ou du
On doit aussi au Dr Neveu ce constat durant l’épidémie de moins assez fréquent »4. Mais aussi : « Il convient à tous les âges, il
grippe sévère de l’hiver 1934-35 : « Les vieillards furent à peu n’irrite pas la muqueuse intestinale ».

. Remèdes ignorés à se procurer


L’argent colloïdal malaria). On lui doit deux ouvrages, dont le tome I, gratuit,
Utilisé depuis l’Antiquité, c’est l’un des remèdes les plus utilisés raconte l’histoire de sa découverte. Humble explique pourquoi
dans la première moitié du XXe siècle. Depuis, les médicaments ce produit est, selon lui, le plus puissant tueur de germes jamais
modernes l’ont chassé de nos officines. L’argent colloïdal est une connu : « le MMS ne soigne pas la maladie, mais il aide le
solution contenant de l’argent en suspension. On ne peut plus système immunitaire ».
se le procurer en pharmacie (par quel mystère ?), mais on peut L’auteur précise que, pendant quatre-vingts ans, des centaines
en trouver sur Internet (à terme, le mieux reste de le fabriquer soi- de milliers de personnes ont ajouté quelques gouttes d’oxygène
même, après un investissement d’environ 200 euros). stabilisé à leur eau de boisson, et l’ont bue pensant que cela
Ses usages sont multiples et ont été rappelés par Frank Goldman, apportait de l’oxygène à leur organisme. « Ils n’ont pas réalisé
dans Une Arme secrète contre la maladie (2004, le Lotus d’Or), que les bénéfices venaient du bioxyde de chlore ». Pour obtenir
un ouvrage malheureusement épuisé. D’autres rares remèdes directement la production de bioxyde de chlore, Humble ajoute
contenant de l’argent colloïdal ou du nitrate d’argent sont du citron à une solution de 28 % de chlorite de sodium (le MMS).
néanmoins disponibles en pharmacie comme les cuivre-or-argent La posologie se fait évidemment au goutte à goutte ! De 2 à
chez Oligostim. C’est davantage sous forme de pommade 30 gouttes par jour (mélangées avec le double de gouttes de jus
que l’on trouve l’argent colloïdal (en externe seulement donc). de citron) en fonction de la gravité du mal-être.
NEXUS consacrera prochainement un dossier plus complet sur Selon Humble, ce produit utilisé pour désinfecter les locaux
ce remède qui obtient des résultats absolument prodigieux sur américains pendant les attaques de l’anthrax convient donc
des pathologies aussi complexes que le HIV, la malaria, la parfaitement en cas d’attaque bactérienne ou bactériologique.
maladie de Lyme, d’après de récentes études effectuées par des Site officiel : www.mmsfrancais.com
chercheurs, américains notamment.
Autres solutions naturelles
Le MMS L’extrait de pépins de pamplemousse, les huiles essentielles
Jim Humble est le grand vulgarisateur de l’usage de ce qu’il a (lavande, ravintsara, tea tree), les vitamines C (naturelle) et D
appelé le Miracle Mineral Supplement. Il s’agit en fait d’une (huile de foie de morue), les produits de la ruche (propolis,
solution de bioxyde de chlore, obtenue à partir de chlorite pollen frais congelé et gelée royale), bryonia et gelsemium en
de sodium, un produit couramment utilisé comme désinfectant homéopathie (lire notre introduction au dossier, page 42), ou
(piscine, aliments industriels, etc.) et qu’il a expérimenté depuis encore l’échinacéa (en teinture mère, comprimés ou en extrait
une bonne dizaine d’années en Afrique (notamment pour la de plantes fraîches standardisées avec le Cyprès, EPS).

56 N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09
Dossier

Et la grippe ? Justement, le Dr Martin succès fut aussi complet qu’il pouvait l’être,
du Theil en parle dans son ouvrage. puisque j’eus la satisfaction de n’avoir pas
Son témoignage mérite ici reproduc- un seul décès à constater. (…) Cette méthode
tion : « J’ai commencé à l’appliquer dès m’a donné des résultats dans deux maladies
le mois de septembre 1918. Démobilisé considérées comme des plus redoutables,
à cette date, je suis revenu à Neuilly au c’est-à-dire la tuberculose et le cancer. (….)
moment où la fameuse grippe de 1918 Depuis dix ans, je soumets systématique-
faisait son apparition. Je fus amené à ment tous mes malades opérés de cancer
constater, dès le début, que les person- à un traitement comportant l’usage, quo-
nes les plus sérieusement atteintes étaient, en général, de jeunes tidien au début, de chlorumagène, qu’il s’agisse de cas anciens ou
femmes, et j’en compris bientôt la raison. Éloignées de leurs maris, récents – l’un d’eux date de fin
depuis août 1914, ces jeunes femmes vivaient dans une angoisse 1918 – depuis dix ans, dis-je, je À propos de l’auteure
perpétuelle, dans l’attente de nouvelles. Puis, la lettre désirée lue, n’ai eu à constater qu’une seule
l’anxiété revenait à l’idée que le signataire ne vivait peut-être déjà récidive », écrit le médecin en
plus. Leur système nerveux épuisé les avait laissées sans défense mars 1929. Inutile de préci-
devant l’attaque microbienne. Sans hésitation, remontant de l’effet ser que ce remède convient
à la cause, je concentrai tous les efforts sur le système nerveux. (…) Le aussi aux déprimés ! ●

Notes
1. Un abcès de dérivation ou « de fixation », est en boutique bio. Précautions nécessaires pour les
un abcès provoqué, dans un but thérapeutique, par insuffisants rénaux.
l’injection hypodermique d’essence de térébenthine. 3. Également en pharmacie ! Un quart de cuillère
Prouvost constate qu’il provoque une crise curative à café dans un verre d’eau, deux à quatre fois par Pryska Ducoeurjoly,
salutaire dans les cas les plus atteints. La technique jour environ. Pas d’action nocive sur le rein d’après journaliste indépendante,
est aujourd’hui (malheureusement) abandonnée. le Dr Martin du Theil. est par ailleurs naturopathe
2. Toujours disponible en pharmacie (sachet de 4. Dans La Défense du système nerveux, librairie de formation.
20 g, à dissoudre dans 1,5 litre d’eau, à boire tout scientifique et médicale Amédée Legrand, 1933. Contact :
au long de la journée, par petites gorgées. Une Réédité plusieurs fois et que l’on peut se procurer, en p.ducoeurjoly@wanadoo.fr
bouteille peut faire deux jours). C’est le nigari, occasion, sur Internet.

N E X U S 65
novembr e-dé c embr e 20 09 57