Vous êtes sur la page 1sur 47

République Tunisienne

Ministère de la Santé
Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection
de l’Environnement

GESTION DE LA QUALITE DES SURFACES


DANS LES ETABLISSEMENTS DE SOINS

Guide technique

2016
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Comité de rédaction

- Mme Kaouther Takouk (Institut Mohamed Kassab d'Orthopédie - Mannouba)


- Mme Lilia Azzouzi (Hôpital d’Enfants Béchir Hamza – Tunis)
- Mlle Lamia Ben Khedher (Hôpital La Rabta – Tunis)
- Mme Monia Ghozzi (Hôpital Charles Nicole – Tunis)
- Mr.Mohamed Hédi Dhaouadi (Hôpital de Circonscription d’El Alia - Bizerte)
- Mme Mériem Miladi (Hôpital Sahloul – Sousse)
- Mme Malek Bahri (Direction Régionale de la Santé de Mahdia)
- Mme Naziha Ben Kaabia (Centre de Greffe et de la Moelle Osseuse -Tunis)
- Mme Najiba Kacem (Hôpital Sahloul – Sousse)
- Mme Radhia Mezni (Direction Régionale de la Santé de Bizerte)
- Mr Tarek Najjar (Direction Régionale de la Santé de Kairouan)
- Mme Wafa Bouraoui (Direction Régionale de la Santé de Kairouan)

Comité de coordination

- Dr Hella Souilah Daghfous (Institut Mohamed Kassab d'Orthopédie - Mannouba)


- Dr Sonia Ayadi (Direction Régionale de la Santé de Monastir)
- Mme Olfa Jouini (Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de
l’Environnement – Ministère de la Santé)
- Dr Salwa Khéfacha Aissa (Hôpital Sahloul - Sousse)
- Mme Kaouther Mrabet (Hôpital Régional de Menzel Bourguiba- Bizerte)
- Mme Narjess Jaziri (Direction Régionale de la Santé de Tunis)
- Mme Wafa Bouhouch (Direction Régionale de la Santé de l’Ariana)
- Melle Karima Badri (Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de
l’Environnement - Ministère de la Santé)
- Mme Ines Dakhli (Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de
l’Environnement - Ministère de la Santé)

Comité de lecture et de validation

- Dr Ing. Mohamed Rabhi (Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de


l’Environnement - Ministère de la Santé)
- Dr Ridha Hamza (Consultant en Hygiène et Sécurité des Soins)
- Prof. Lamine Dhidah (Hôpital Sahloul – Sousse)
Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé
1
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Sommaire

I. INTRODUCTION............................................................................................................. 1

II. DEFINITIONS .................................................................................................................. 3

1. Zones à risque de biocontamination ....................................................................................... 3


2. Bio contamination .................................................................................................................. 5
3. Microorganismes .................................................................................................................... 5
3.1. Bactéries .............................................................................................................................. 5
3.2. Virus… ................................................................................................................................ 6
3.3. Champignons ....................................................................................................................... 6
3.4. Parasites ............................................................................................................................... 6
3.5. Agents Transmissibles Non Conventionnels....................................................................... 7
4. Détergence - Nettoyage .......................................................................................................... 7
5. Désinfection ........................................................................................................................... 7
6. Bionettoyage........................................................................................................................... 7

III. FACTEURS DE RISQUE DES INFECTIONS LIEES AUX SURFACES ............. 8

1. Activité humaine .................................................................................................................... 8


2. Qualité de l’air ........................................................................................................................ 9
3. Qualité de l’eau ...................................................................................................................... 9
4. Présence de nutriments ......................................................................................................... 10
5. Qualité du bionettoyage ....................................................................................................... 10

IV. REGLEMENTATION ................................................................................................ 10

1. Textes et normes relatifs aux techniques de prélèvement .................................................... 10


2. Textes et normes relatifs à l’interprétation des résultats ...................................................... 11

V. RESSOURCES, PRODUITS D’ENTRETIEN ET METHODES DE


PRELEVEMENT DE SURFACES ...................................................................................... 11

1. Ressources ............................................................................................................................ 11
1.1. Ressources financières ...................................................................................................... 11
1.2. Ressources humaines......................................................................................................... 11
2. Choix des produits à utiliser pour l’entretien des surfaces ................................................... 11
2.1. Ciblage de l’utilisation des produits .................................................................................. 12

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


2
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

2.2. Identification des besoins et des contraintes ..................................................................... 12


2.3. Rédaction du cahier des charges ....................................................................................... 12
2.4. Analyse de la conformité au cahier des charges des produits présentés ........................... 13
2.5. Essais des produits dont les dossiers sont conformes ....................................................... 14
2.6. Choix final ......................................................................................................................... 14
3. Méthodes de prélèvement des surfaces ................................................................................ 14
3.1. Méthode par empreinte...................................................................................................... 14
3.2. Méthode par écouvillonnage ............................................................................................. 15
3.3. Autres méthodes ................................................................................................................ 15

VI. MODALITES ET PLANNING DES PRELEVEMENTS DE SURFACES .......... 16

2. Services concernés et périodicité ......................................................................................... 17


2.1. Dans les secteurs protégés : ............................................................................................... 17
2.2. Dans les autres secteurs ..................................................................................................... 17
2.3. Personnes chargées des prélèvements ............................................................................... 18
2.4. Points de prélèvement ....................................................................................................... 18
2.5. Nombre de prélèvements en fonction des lieux ................................................................ 18
3. Périodicité des prélèvements de surfaces ............................................................................. 19
4. Interprétation des résultats d’analyses des prélèvements de surfaces .................................. 20
4.1. Objectif .............................................................................................................................. 20
4.2. Responsabilités .................................................................................................................. 20
4.3. Description ........................................................................................................................ 20
5. Actions à entreprendre en cas de non-conformité ................................................................ 21
6. Retro information et évaluation............................................................................................ 23
6.1. Objectif .............................................................................................................................. 23
6.2. Rétro information .............................................................................................................. 24
6.3. Evaluation.......................................................................................................................... 24

VII. FORMATION.............................................................................................................. 26

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


3
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Classification des zones selon le niveau de risque en milieu de soins ................................. 3

Tableau 2: Locaux et points de prélèvementde surfaces en milieu de soins ......................................... 19

Tableau 3 : Périodicité des prélèvements de surfaces en mileu de soins............................................... 20

Tableau 4 : Seuils de conformité des résultats de prélèvement de surfaces en milieu de soins


selon le type de locaux et leur niveau de risque .................................................................................... 21

Tableau 5 : Mesures à entreprendre en cas de non conformité des résultats de prélèvement de surfaces
en milieu de soins .................................................................................................................................. 23

LISTE DES FIGURES

Figure 1: Modèle de chariot d’entretien en milieu de soins

Figure 2: Récupération des salissures lors d’une opération de bionettoyage en milieu de soins

Figure 3: Lavage humide du sol lors d’une opération de bionettoyage en milieu de soins

Figure 4: Boite type count tact (55 mm) utilisée pour des prélèvements de surfaces par
empreinte en milieu de soins

Figure 5: Applicateur utilisé pour standardiser les prélèvements de surfaces par empreinte en
milieu de soins

Figure 6: Technique de prélèvement de surfaces par empreinte en milieu de soins

Figure 7: Ecouvillons stériles utilisés pour prélèvement de surfaces en milieu de soins


Figure 8: Technique de prélèvement de surfaces par écouvillonnage en milieu de soins

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


4
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

ABREVIATIONS ET ACRONYMES

AMC Autorisation de Mise à la Consommation

ATNC : Agents Transmissibles Non Conventionnels

BLSE : Béta Lactamase à Spectre Etendu

CLIN : Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales


D: Désinfectants
DD : Détergents Désinfectants
DHMPE : Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement
DM : Dispositifs Médicaux

EOH : Equipe Opérationnelle d’Hygiène

FIV : Fécondation In Vitro

IAS : Infection associée aux Soins

L: Lavage
MCJ : Maladie de Creuzfield Jacob

n: Nombre de colonies

OPCT : Objets Piquants Coupants et Tranchants

R: Rinçage
SARM : Staphylococcus aureus Résistant à la Méticilline

S. aureus : Staphylococcus aureus

SSPI : Salle de Soins Post Interventionnelle

SSPO : Salle de Soins Préopératoires

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


5
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Préface

Le présent guide, intitulé « Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de
soins » vient enrichir la série des guides relatifs à l’hygiène en milieu de soins, édités par la
Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement du Ministère de la
Santé.

S’inscrivant dans le cadre de la promotion de l’hygiène en milieu de soins, le présent


document a été élaboré par un groupe multidisciplinaire, composé de professionnels de santé
de différentes catégories exerçant à l’échelle nationale, régionale et au sein des établissements
de santé.

Il s’agit d’un document de base auquel peuvent se référer les équipes opérationnelles
d’hygiène, les membres des comités de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN), les
gestionnaires, le personnel des laboratoires de microbiologie et le personnel soignant de toutes
catégories, dans le cadre de l’exercice de leurs responsabilités et de leurs activités relatives au
contrôle de la qualité des surfaces et à la gestion de l’environnement de soins.
Bien entendu, cette version ne peut prétendre être complète et définitive. Des versions
successives de ce document sont envisagées en vue d’en améliorer et actualiser le contenu,
tenant compte de l’évolution des connaissances et des pratiques en la matière, et des réactions
des lecteurs et utilisateurs.

Puisse ce document répondre aux attentes des différents intervenants dans la gestion de la
qualité des surfaces dans les établissements de soins et contribuer au renforcement de leurs
capacités dans ce domaine, et à la prévention des infections associées aux soins.

Enfin, que tous les membres des équipes de rédaction, de coordination et de validation, ainsi
que tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à l’élaboration du présent guide soient
assurés de toute la considération de l’équipe de la Direction de l’Hygiène du Milieu et de la
Protection de l’Environnement.

Le Directeur de l’Hygiène du Milieu


et de la Protection de l’Environnement
Mohamed Rabhi

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


6
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

I. INTRODUCTION

A ce jour, la contamination microbiologique des surfaces demeure un des problèmes majeurs


du milieu de soins. Elle peut être à l’origine de nombreuses infections associées aux soins
(IAS). La flore environnementale est exceptionnellement pathogène mais peut être composée
de bactéries antibio-résistantes (Bacillus, Staphylocoque à coagulase négative,
Micrococcus,…), de champignons (Aspergillus, Penicillium,…) ou de levures (candida), à
laquelle s’ajoute éventuellement une flore accidentelle extrêmement variable et
potentiellement pathogène issue de l’homme telles que les entérobactéries ou staphylocoques
dorés [1].

En milieu de soins, les surfaces inertes constituent des réservoirs microbiens susceptibles de
contaminer les personnes hospitalisées directement ou indirectement par l’intermédiaire des
dispositifs médicaux ou des mains du personnel. Toutefois, ce risque est difficile à évaluer.
Certains le considèrent comme négligeable, d’autres pensent que l’environnement sert de
relais dans les transmissions croisées notamment pour les bactéries à Gram positif [2]. La
surveillance biologique de l'environnement de soins consiste principalement en des contrôles
des surfaces, de l'air et de l'eau afin de détecter les éventuelles contaminations microbiennes
présentes. Ces contrôles peuvent aussi permettre l'identification d’un réservoir
environnemental de germes responsables d'infections opportunistes [3].

Les études épidémiologiques, montrant une association entre infection et exposition à un


environnement contaminé, sont encore rares [4]. Cependant, les contrôles microbiologiques
de l’environnement constituent un des outils de suivi qui permettent d’évaluer une situation de
départ et l’efficacité de mesures correctives. Ils doivent être mis en œuvre de façon pertinente
et obéir à des objectifs très précis tout en évitant une inflation d’analyses inutiles,
consommatrices de temps et de moyens financiers [5].

Le contrôle microbiologique de l’environnement de soins se heurte à plusieurs types de


difficultés :

- Les situations où une source environnementale (air, eau, matériel, produits,


surfaces,…) peut contaminer un patient et être à l’origine d’une infection, sont
potentiellement nombreuses et variées. Toutefois, les « preuves » scientifiques dont on
dispose à ce sujet sont relativement lacunaires et concernent surtout des phénomènes
épidémiques et des micro-organismes particuliers [6].
Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé
1
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

- L’utilité épidémiologique des contrôles systématiques de l’environnement de soins n’a


pas toujours fait l’objet d’évaluations rigoureuses. Toutefois, le caractère souvent
« épidémiogène » des contaminations environnementales, notamment pour des
patients immunodéprimés, et le contexte sécuritaire actuel, plaident en faveur d’une
vigilance active et méthodologiquement valide [3].

- L’indication des contrôles microbiologiques dans la surveillance de l’environnement


nécessite une démarche pragmatique d’analyse du risque. En effet, il est difficile de
distinguer l’interprétation des prélèvements réalisés de façon systématique de celle des
prélèvements réalisés à l’occasion de l’investigation d’infection. De même, il est
difficile de fixer la fréquence et la périodicité du premier type de prélèvements qui
sont souvent spécifiques à chaque établissement [5].

- La réalisation des contrôles d’environnement fait partie de la politique de lutte contre


les IAS. Toutefois, il n’existe pas de méthodologie standard pour évaluer le
rendement et l’utilité de ces prélèvements. Il est difficile d’établir le rapport entre le
niveau réel de la contamination et celui retrouvé par le laboratoire. Ce dernier est
directement lié à la nature de la surface (résine, métal, carrelage…), à la régularité de
cette surface (lisse, rugueuse…) et à la force appliquée au moment du prélèvement.
Les résultats d’analyses dépendent aussi des techniques utilisées par le laboratoire
(milieu de culture, nature des inhibiteurs de désinfectants, température, durée
d’incubation,…) et des analyses réalisées [5].

- Il existe peu de textes réglementaires dans le domaine du contrôle de l’environnement


en milieu de soins en Tunisie. Par ailleurs, on note l’absence de normes reconnues
pour l’interprétation des résultats.

La mise à la disposition des professionnels de santé du présent guide devrait leur permettre
de:

- Standardiser les méthodes de contrôle et d’évaluation de l’environnement de soins et


d’unifier les outils de surveillance de la bio contamination des surfaces,

- Evaluer les procédures d’entretien [5, 7].

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


2
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

II. DEFINITIONS

1. Zones à risque de biocontamination

Ce sont des lieux géographiquement définis et délimités dans lesquels les sujets (ou les
produits) sont particulièrement vulnérables aux micro-organismes ou particules viables. Il
peut s’agir d’une salle, d’un ensemble de salles ou d’une partie d’une salle
(microenvironnement).

En milieu de soins, quatre zones à risques de bio-contamination différentes peuvent être


distinguées [5, 7, 8,9]:

- Zone 1: risque minime ;

- Zone 2: risque moyen ;

- Zone 3: risque sévère ;

- Zone 4: très haut risque.


Ces zones à risque peuvent être définies comme suit :

Tableau 1 : Classification des zones selon le niveau de risque en milieu de soins [10]
Blocs opératoires
Classe de risque Observation
Types d’activités/actes
Salle d’orthopédie Pour l’activité avec implant
4a
prothétique articulaire
Salle polyvalente,
Pour l’activité sans implant
d’ORL/OPH et autre 3
articulaire
orthopédie
Salle de chirurgie
digestive et viscérale, 3 Pour l’ensemble des activités
urologie
Salle de chirurgie cardio -
3
vasculaire
Salle de greffe d’organes 4
Salle d’opération des Dans le cas d’une utilisation
4a
grands brûlés dédiée
Salle de neuro – chirurgie 3 Pour l’ensemble des activités
Salle de chirurgie
plastique, esthétique et 3 Pour les actes invasifs
reconstructive
Salle d’obstétrique,
3
gynécologie
Salle d’endoscopie digestive avec
Salle d’endoscopie 1
pose d’endoprothèse : classe de
Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé
3
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

risque 1 ou2

Ou 2 selon analyse du risque et


Salle d’arthroscopie 3
l’appréciation médicale
Salle hémodynamique 3
Si l’établissement de santé juge
Salle de soins
2 leur construction ou leur
préopératoires (SSPO)
utilisation nécessaire
Salle de soins post
2
interventionnels (SSPI)
Circulations dans les Concerne la circulation d’accès
2
blocs opératoires aux salles d’opération
Stockage dispositif
2
médical stérile
Réanimation
Classe de risque Observation
Types d’activités
Chambre polyvalente 2
Chambre de réanimation
2
néonatale
Selon analyse de risque et
appréciation médicale, il peut être
Chambre pour patients utile que la chambre soit conçue
2
infectieux pour être maintenue en
dépression par rapport à son
environnement
Circulation réanimation 2
Hospitalisation
Observation sur les
Type de zone et activités Classe de risque
activités
associées
Chambre
1
d’hospitalisation standard
Selon analyse du risque et
l’appréciation médicale, il peut
Chambre
être utile que la chambre soit
d’hospitalisation pour 1
conçue pour être maintenue en
patient infectieux
dépression par rapport à son
environnement
Chambre de soins Cas général et unité de
2
intensifs cardiologie
Chambre de surveillance Se référer à la réglementation en
1 ou 2
continue vigueur
Selon analyse du risque et
Chambre de brûlés 4a
l’appréciation médicale
Chambre d’unité
4a
protégée (hématologie)
Chambre d’hématologie
3
(hors unités protégées)
Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé
4
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Chambre d’unité de Selon l’analyse du risque et


3
transplantation d’organes l’appréciation médicale
Chambre d’unité de post Selon l’analyse du risque et
3
greffe l’appréciation médicale
Pharmacie et
Classe de risque Observation
pharmacotechnie
Radio pharmacie 2 Domaine réglementé
Reconstitution
4a Domaine réglementé
cytostatique
Fabrication de solution
4a Domaine réglementé
parentérale
Stérilisation Classe de risque Observation
Zone de conditionnement
2 Se référer à la réglementation
et de stockage
Anatomo - pathologie Classe de risque Observation
Locaux à maintenir en dépression
Salle de macroscopie 1
pour éliminer les conservateurs
Observation sur les
Radiologie Classe de risque
activités
Une étude spécifique est à mener
Salle d’imagerie en fonction des caractéristiques
3
interventionnelle spatiales et volumétriques de
l’imageur et de l’activité
Observation sur les
Laboratoires Classe de risque
activités
Laboratoire de sécurité A définir par
Domaine réglementé
biologique l’établissement
Fécondation in vitro Sont concernés les locaux dédiés
3
(FIV) aux ponctions folliculaires
a
pour la classe de risque 4, seule la zone située sous le flux unidirectionnel est considérée
comme non conforme aux exigences relatives à cette classe. Chaque établissement doit
affecter au reste du local une classe de risque inférieure ou égale.

2. Bio contamination

C’est la contamination du personnel, des matériaux, des appareils, des surfaces, des fluides,
du gaz et/ou d’air par des particules viables [5].

3. Microorganismes

3.1. Bactéries

Les bactéries sont des micro-organismes unicellulaires [11]. Deux types de bactéries peuvent
être retrouvés dans l’environnement des patients :

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


5
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

- Des bactéries d’origine humaine (peau, muqueuses) dont certaines sont multi
résistantes aux antibiotiques tels que Staphylococcus aureus résistant à la Méticilline
(SARM), les entérobactéries productrices de Béta Lactamase à Spectre Etendu (BLSE)
ou les entérocoques résistants à la Vancomycine [5].

- Des bactéries d’origine environnementale dont certaines ont de fréquentes résistances


naturelles aux antibiotiques, notamment les bacilles à GRAM négatif tel que
Pseudomonas aeruginosa, Acinetobacter baumanii, Stenotrophomonas maltophilia,
Burkholderia cepacia, Legionella pneumophila ou les mycobactéries atypiques [5].

3.2.Virus

Un virus est un agent infectieux, beaucoup plus petit qu’un champignon ou une bactérie et qui
ne peut pas se reproduire seul : il doit envahir une cellule vivante et utiliser ses mécanismes
pour se reproduire [11].

Les virus peuvent contaminer l’environnement, le plus souvent à partir du réservoir humain,
constitué par les patients et le personnel hospitalier. Leur importance est certainement sous-
estimée car leur recherche est techniquement difficile à réaliser. Certains virus responsables
d’IAS en pédiatrie, comme le virus respiratoire syncytial ou les rotavirus, survivent de façon
plus ou moins prolongée dans l’environnement. Ainsi, les rotavirus sont capables de survivre
plusieurs jours sur les mains et de un à dix jours ou plus sur les surfaces sèches et non
poreuses dans un environnement faiblement humide (<50%), contre 6 heures pour le virus
respiratoire syncytial [5].

3.3.Champignons

Les levures, les moisissures et les champignons tels que Candida albicans et Trichophyton
sont responsables d’infections fongiques [11].

Parmi les micro-organismes impliqués dans les, les levures et surtout les champignons
filamenteux environnementaux (Aspergillus spp) sont très bien adaptés à l’environnement de
soins où ils peuvent survivre et se multiplier [5].

3.4.Parasites
Un parasite est un organisme multicellulaire (par exemple un ver) ou unicellulaire
(protozoaire). Il survit à l’intérieur d’un autre organisme habituellement beaucoup plus grand
que lui (l’hôte) [11].
Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé
6
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Les formes infectantes de certains parasites sont éliminées en très grande quantité dans la
nature à partir des hôtes parasités. C’est le cas notamment de Cryptosporidium parvum, des
kystes d’amibes, de Giardia intestinalis ou de Cyclospora et les microsporidies. La viabilité
de ces parasites dans le milieu extérieur est longue et les moyens de détection et de prévention
restent limités [5].

3.5. Agents Transmissibles Non Conventionnels

Agent Transmissible Non Conventionnel (ATNC) est un nom donné aux agents infectieux qui
ne sont ni des bactéries, ni des virus, ni des parasites, ni des champignons.

Le prion est le premier des ATNC. C’est une protéine anormale considérée comme l’agent
responsable de la transmission de l'encéphalite spongiforme bovine, mieux connue sous le
nom de la maladie de la vache folle chez l’animal et de maladie de Creuzfield Jacob (MCJ)
chez l’homme.

Il possède une très grande résistance aux agents physico-chimiques habituellement utilisés
pour le traitement (stérilisation et désinfection) des dispositifs médicaux (DM) [5, 11].

4. Détergence - Nettoyage

La détergence consiste à solubiliser les souillures lors de l’entretien des surfaces alors que le
nettoyage est une opération d’entretien et de maintenance des locaux dont l’objectif est
d’assurer un aspect agréable (notion de confort) et un niveau de propreté (notion d’hygiène).
L’opération de détergence - nettoyage permet d’éliminer les souillures visibles et d’obtenir la
propreté macroscopique [9].

5. Désinfection

C’est une opération au résultat momentané, permettant d’éliminer ou de tuer les micro-
organismes et/ou d’inactiver les virus indésirables portés par des milieux inertes contaminés
en fonction des objectifs fixés. Le résultat de cette opération est limité aux micro-organismes
présents au moment de l’opération [9].

6. Bionettoyage

Le terme bionettoyage est utilisé par les professionnels du nettoyage. Il est défini comme un
procédé destiné à réduire la contamination biologique des surfaces. Il est obtenu par la
combinaison de trois temps [9] :
Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé
7
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

- Un premier temps : l’évacuation des salissures

- Un deuxième temps : le nettoyage et le rinçage

- Un troisième temps : l’application d’un désinfectant.

Le bionettoyage peut être effectué, après l’évacuation des salissures, en un seul temps grâce à
l’utilisation d’un produit détergent-désinfectant prêt à l’emploi. Ce procédé est également
nommé «nettoyage –désinfection » [13].

III. FACTEURS DE RISQUE DES INFECTIONS LIEES AUX


SURFACES
La flore responsable de la contamination des surfaces est de trois types [13]:

- Flore saprophyte : germes de l’environnement ayant un comportement strictement


indépendant de l’homme.

- Flore commensale : germes ne pouvant vivre qu’au contact ou à proximité de


l’homme, dont ils sont étroitement tributaires. Ils sont présents à l’état physiologique
(flore résidente non pathogène) mais peuvent devenir pathogènes opportunistes dans
des circonstances favorables.

- Bactéries opportunistes : bactéries commensales ou saprophytes devenant


pathogènes à l’occasion d’une déficience des défenses immunitaires de l’hôte.

La Flore retrouvée sur les surfaces dépend de plusieurs facteurs dont notamment l’activité
humaine, la qualité de l’air, la qualité de l’eau, la présence de nutriments et la qualité du
bionettoyage.

1. Activité humaine

Les patients, les soignants et les visiteurs peuvent apporter des microorganismes susceptibles
d’augmenter le niveau de la biocontamination de l’environnement. En effet, il est clairement
établi que sur les surfaces de l’environnement immédiat du patient, on retrouve la flore
présente chez celui-ci, comme par exemple la présence de :

- Clostridium difficile au niveau des sanitaires ou des poignées de portes dans


l’environnement d’un patient atteint de colite pseudomembraneuse ;

- Staphylocoque doré résistant à la méthicilline, dans l’environnement d’un patient


colonisé par ce germe.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


8
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

En l’absence d’un bionettoyage efficace, la survie de ces micro-organismes sur les surfaces
peut être très prolongée : une semaine pour le staphylocoque par exemple, s’il trouve les
nutriments qui lui sont nécessaires, bien plus pour les spores de Clostridium hautement
résistantes dans le milieu extérieur. Par contre, Acinetobacter spp, particulièrement redoutable
dans l’environnement, est très résistant. Il colle (adhère) aux surfaces et, est facilement
transporté par les soignants d’un site à un autre, comme en témoigne l’analyse d’épidémies
d’infection par ce germe où le réservoir identifié était en fait la bibliothèque médicale de
l’hôpital, à distance des lieux de soins ou encore les rampes électriques ou les potences de
perfusion des chambres des patients [14].

2. Qualité de l’air

Les particules en suspension dans l’air vont finir inévitablement par se déposer sur les
surfaces et ce d’autant plus rapidement qu’elles sont plus volumineuses. Les prélèvements des
surfaces d’un local vont donc refléter, outre la qualité du bionettoyage, l’efficacité ou les
défaillances d’un système de traitement d’air.

La présence des micro-organismes dans l’air, par exemple Aspergillus, reflète ce qui se passe
dans l’atmosphère au moment du prélèvement alors que les prélèvements de surfaces reflètent
ce qui s’est passé dans les heures ou les jours précédents. Ces deux types de prélèvement
peuvent être d’une grande utilité dans le cadre de la surveillance des services
d’immunodéprimés. La présence d’Aspergillus sur les prélèvements de surfaces peut
témoigner d’une défaillance de fonctionnement au niveau du système de traitement de l’air
(rupture de la surpression, défaut de filtration) même temporaire et résolue, ou d’un défaut de
qualité du bionettoyage [11, 14].

3. Qualité de l’eau

Les bacilles Gram négatif de type Pseudomonas et germes apparentés sont souvent présents
dans les réseaux d’eau en particulier non traités.

Ils se multiplient rapidement dans les tuyauteries où l’entartrage facilite la colonisation et ils
sont rapidement recouverts d’un biofilm propice à leur survie et à la colonisation des
équipements. Ils se multiplient aisément dans les points d’eau stagnante comme les siphons,
les barboteurs à oxygène à usage multiple ou les bacs humidificateurs des couveuses par

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


9
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

exemple, si leur entretien n’est pas parfaitement assuré et/ou l’eau stérile n’est pas utilisée
pour le remplissage [14].

4. Présence de nutriments

La présence de nutriments sur les surfaces dépend :

- de ce qui a pu y être déposé ;

- de la qualité du bionettoyage.

Ceci sous-entend que les comportements humains doivent être adaptés aux risques dans les
milieux de soins et que les règles doivent être également draconiennes dans les secteurs de
cuisine où le risque est d’autant plus élevé que les aliments ne sont pas « stériles » et qu’ils
représentent en eux-mêmes un milieu de culture idéal [14].

5. Qualité du bionettoyage

On admet aujourd’hui qu’un entretien adapté de l’environnement d’un patient diminue le


risque de transmission d’infection. Celui-ci passe par :

- L’intelligence de la conception des locaux ;

- La qualité du matériel et des produits choisis pour le nettoyage ;

- La formation et l’information des personnels responsables dans chaque secteur ;

- La traçabilité du bionettoyage ;

- Eventuellement la réalisation de prélèvements microbiologiques de surfaces pour


valider la qualité du travail effectué, encourager le personnel ou bien détecter un
dysfonctionnement et sensibiliser tous les intervenants sur le rôle de l’environnement
dans la survenue de cas isolés ou groupés d’infections associées aux soins [12, 13,14].

IV. REGLEMENTATION

Compte tenu de l’absence de textes réglementaires relatifs à la gestion de la qualité


des surfaces en milieu de soins, à l’échelle nationale, nous nous limiterons dans le
présent document aux textes et normes européens actuellement en vigueur:

1. Textes et normes relatifs aux techniques de prélèvement

- Normes ISO/DIS 14698-1 : salles propres et environnements maitrisés- maitrise de la


bio contamination (1999).
Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé
10
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

- Arrêté français du 18 décembre 1997 modifiant les bonnes pratiques de fabrication.


Annexe 1 : fabrication des médicaments stériles (bulletin officiel 98/5).

- Norme européenne : référence française, NF EN1632-3 : méthodes d’analyse et de


mesure de la bio contamination des surfaces dans les zones à risques.

2. Textes et normes relatifs à l’interprétation des résultats


- Arrêté français du 18 décembre 1997 : technique de l’empreinte.

- Norme internationale NFEN ISO14698 partie 1 et partie 2 (ou selon l’indice de


classement français : Les Normes X44-110 et X44-111).

V. RESSOURCES, PRODUITS D’ENTRETIEN ET METHODES DE


PRELEVEMENT DE SURFACES

1. Ressources

1.1.Ressources financières

Chaque établissement de soins doit prévoir les ressources financières nécessaires à la gestion
de la qualité des surfaces [12].

1.2.Ressources humaines

Ces ressources sont constituées par :

- Une équipe d’hygiène formée en matière de gestion de la qualité des surfaces pour
assurer la supervision des activités d’entretien, effectuer les prélèvements, interpréter
les résultats, identifier les mesures correctives et assurer le suivi.

- Une équipe de laboratoire formée en matière d’analyse des prélèvements de surfaces.

Une bonne coordination est requise entre les différents intervenants sous l’égide du comité de
lutte contre les infections associées aux soins (CLIN) [12].

2. Choix des produits à utiliser pour l’entretien des surfaces

La stratégie de choix des produits détergents/désinfectants dans un établissement de soins fait


intervenir plusieurs partenaires : hygiénistes, pharmaciens, médecins du travail, utilisateurs,
gestionnaires et techniciens de maintenance ainsi que le CLIN.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


11
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

L’objectif est de choisir un produit adapté à la nature des surfaces à traiter et à la sécurité du
personnel, avec un bon pouvoir nettoyant et/ou désinfectant répondant aux normes exigées
pour les produits détergents, détergents/ désinfectants et désinfectants.

La procédure de choix des produits à utiliser pour l’entretien des surfaces comprend les étapes
suivantes [15, 16, 17, 18,19]:

2.1.Ciblage de l’utilisation des produits

La première étape consiste à définir les produits à acheter selon le ou les usages prévus et les
utilisateurs. On définit ainsi des rubriques : détergents, désinfectants (D) et détergents
désinfectants (DD) pour sols et surfaces.

2.2.Identification des besoins et des contraintes

Pour chaque groupe de produits, il faut définir, en fonction des recommandations :

- Le niveau de désinfection ciblé (niveau bas, intermédiaire ou élevé) ;

- Les produits associés dans le même usage ;

- Les notions de toxicologie ;

- Les besoins pour la période couverte par le marché.

Pour que cette étape soit complète, il est nécessaire de faire appel aux utilisateurs.

2.3.Rédaction du cahier des charges

Cette rédaction formalise les informations recueillies à l'intention de l'agent administratif


chargé de l'appel d'offres.

On tiendra compte lors de cette étape notamment de (s) :

- Exigences d’enregistrement et de contrôle des produits désinfectants :


• Le(s) produit(s) désinfectant(s) doivent être enregistrés par les autorités compétentes
du Ministère de la Santé, la Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de
l’Environnement (DHMPE) ;
• Les produits importés, déjà enregistrés, doivent obligatoirement subir les procédures
du contrôle technique à l’importation relevant de la DHMPE, se soldant par une
autorisation de mise à la consommation (AMC) pour chaque lot. L’AMC est à
présenter par le(s) fourniseur(s) lors de la livraison de(s) produit(s).

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


12
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

• Les produits fabriqués localement doivent subir des analyses de laboratoire. Les
bulletins d’analyses sont exigés à la livraison de chaque lot de ces produits.

- Exigences d'activité et d'efficacité définies par le Comité Européen de


Normalisation avec :
• Etude de l’activité de base in vitro, sur les micro-organismes correspondants au niveau
de désinfection ciblé ;
• Etude de l’activité en présence des substances interférentes ;
• Etude de l’activité en condition modélisant l’usage.
- Exigences ou informations sur la tolérance : le choix du meilleur produit repose sur
des essais, sur l’expérience d'autres établissements utilisateurs et sur les données
recueillies lors du suivi par le médecin du travail.
- La compatibilité avec le matériel et les autres produits, qui doit être vérifiée
systématiquement.
- Présentations, conditions de conservation : le volume doit être adapté aux
conditions de stockage, à la manutention, aux modes d’utilisation : mode d’emploi
lisible, mono-dose, flacon muni de bouchon doseur, pompe distributrice, spray,…
- Documents justificatifs : demander les comptes rendus de normes, la composition
détaillée du produit, les contrôles de qualité du laboratoire, les certifications ISO 9000,
les modèles d'étiquettes,…
- Echantillons : le nombre d’échantillons nécessaires doit être défini afin de réaliser un
essai réellement discriminant. Les échantillons doivent être identiques aux produits du
marché.

2.4. Analyse de la conformité au cahier des charges des produits présentés

- Le contrôle de la composition : permet de prédire certaines incompatibilités non


signalées avec des matériaux ou des intolérances probables. Une vérification minimale
de l'aspect (couleur, viscosité, pH,…) doit être confrontée aux descriptions du
fabricant.
- Le contrôle de l'activité : les comptes rendus des essais de conformité aux normes
exigées doivent être méticuleusement vérifiés.
- La toxicité : toutes les informations sur la tolérance et la toxicité devront être
contrôlées par le médecin du travail ou un autre expert.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


13
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

- Les présentations et durées de conservation : vérifier si les présentations sont


conformes aux exigences du cahier des charges, maniables et compatibles avec les
durées de conservation.
- Les étiquettes : vérifier si les étiquettes indiquent les mentions légales (fabricant,
numéro de lot, date de péremption,…), l'activité et les indications du produit, ainsi que
les dilutions et les conditions de conservation préconisées. Un produit sans numéro de
lot sur chaque présentation ou dont les indications ou dilutions d'utilisation sont
différentes des protocoles de l'établissement ne doit pas être retenu.

2.5. Essais des produits dont les dossiers sont conformes

- Objectifs des essais : l'essai permet de classer les produits proposés et de rejeter les
produits inacceptables, sur la base de critères préalablement définis tels que :
• La qualité du nettoyage ;
• L’absence de traces sur les surfaces après ou sans rinçage ;
• L'absence d'altération des matériaux ;
• La qualité du conditionnement (adapté au besoin, avec ouverture et fermeture aisées) ;
• La clarté et la lisibilité de l'étiquetage ;
• L’odeur discrète et le caractère volatil ;
• La facilité de la dilution ;
• La bonne tolérance pour le personnel.
- Organisation des essais : cette organisation est directement liée aux objectifs. Une
personne doit être spécifiquement chargée de l'organisation des essais, de leur suivi,
ainsi que de l'exploitation des données recueillies.

2.6. Choix final

Pour être retenu, un produit doit obligatoirement être conforme aux exigences ciblées par le
cahier des charges lors de l’étude du dossier technique et à l’issue des essais sur le terrain.

3. Méthodes de prélèvement des surfaces


3.1.Méthode par empreinte (voir fiche technique 2)
Cette méthode est utilisée pour toute surface plane, lisse et sèche. Les prélèvements sont
effectués par contact direct à l'aide d'un dispositif de contact (boîte type count tact) réalisant
un ménisque convexe de gélose, appliqué au contact de la surface à étudier et présentant une

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


14
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

surface accessible d'au moins 25 cm2 appliquée avec une pression constante et uniforme
(25 g/cm2) durant au moins 10 secondes [20].

Après le prélèvement, il est fortement conseillé d’enlever les traces de gélose sur la surface à
l’aide d’une lingette désinfectante [2].

3.2.Méthode par écouvillonnage (voir fiche technique 3)

Ce procédé représente une alternative aux boites de type count tact pour les zones difficiles
d'accès. Il peut aussi être réalisé en complément de ces boites pour une recherche spécifique
(par exemple recherche de Clostridium) [12,14].

3.3.Autres méthodes

3.3.1. Méthode par aspersion-récupération


Un liquide projeté sur la surface à contrôler se charge de microorganismes. Le liquide de
récupération permet une analyse quantitative et qualitative. Cet appareillage est complexe et
ne peut être utilisé que sur des surfaces verticales.

3.3.2. Méthode par brossage-lavage-récupération

Un brossage de la surface à analyser est réalisé à l’intérieur d’un cylindre en présence d’un
liquide contenant une enzyme. Les actions mécanique et enzymatique combinées permettent
de dissocier les amas bactériens. Le liquide de récupération permet une analyse quantitative et
qualitative [5].

3.3.3. Méthode par bioluminescence

Cette technique repose sur l’utilisation d’un luminomètre de haute sensibilité permettant un
contrôle direct de la surface, après application d’un extractant et d’un réactif. Il fournit une
réponse instantanée renseignant sur l’aspect quantitatif mais ne permet pas l’identification des
microorganismes [7].

Les deux méthodes les plus couramment utilisées pour le prélèvement des surfaces
sont les méthodes par empreinte sur gélose et par écouvillonnage qui sont simples à
mettre en œuvre.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


15
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

VI. MODALITES ET PLANNING DES PRELEVEMENTS DE


SURFACES

1. Modalités des prélèvements de surfaces [12, 14, 21, 22, 23,24].

Les prélèvements de surfaces ont pour objectifs de :

- Vérifier la bonne application des procédures de bionettoyage ;

- Evaluer le niveau microbiologique pour une activité donnée.

Ils sont recommandés :

- Lors des travaux dans les secteurs maîtrisés ou adjacents ;

- Lors de la survenue d’une épidémie, en fonction de l’écologie du germe concerné ;

- Comme indicateurs de résultats dans une démarche qualité ou dans un plan de


contrôle.

Il faut distinguer les prélèvements faits de façon systématique de ceux réalisés à la demande :

- A titre systématique (surveillance de la biocontamination) : il est conseillé d'établir un


plan annuel ;

- A la demande : en cas d'épidémie ou pour valider une nouvelle procédure (exemple :


de bionettoyage), un produit (exemple : désinfectant) ou une installation technique
(exemple : de traitement de l'air).

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


16
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Principales consignes relatives aux prélèvements de surfaces

- Les récipients sont tenus fermés jusqu’au moment du prélèvement afin de garantir le
maintien de la stérilité,
- Les prélèvements doivent être réalisés sur des surfaces sèches après le temps
d’application recommandé,
- Le prélèvement doit être réalisé de manière à garantir la non contamination des
échantillons ;
- Le port de gants, de masque et de lunettes de protection est souhaitable pour certains
prélèvements,
- Il est interdit de boire, de manger et de fumer lors des prélèvements,
- Les récipients sont obligatoirement stériles, sauf indications contraires des fiches
d’instruction,
- Les mains doivent être lavées avant tout échantillonnage,
- Les cheveux longs doivent être attachés lors du prélèvement,
- L’intégrité des récipients stériles, du matériel et des produits consommables doit être
respectée en évitant notamment toute ouverture prématurée des récipients ou des
boîtes de Pétri, ou mise en contact des échantillons avec d’autres prélèvements ou du
matériel,
- Veiller à l’intégrité du prélèvement : fermer ou boucher tout prélèvement, sauf
indication contraire des fiches d’instruction, Ne jamais toucher les échantillons avec
des gants ou des mains potentiellement sales,…
- Ne jamais parler lors du prélèvement (entre l’ouverture et la fermeture des récipients
de prélèvements),
- Les surfaces intérieures des flacons, bouchons ou autres ne doivent jamais être
touchés,
- Les flacons vides ou pleins doivent être stockés et transportés fermés.

2. Services concernés et périodicité

2.1. Dans les secteurs protégés :


- Salles d’opération ou salles d’investigations invasives stériles (cardiovasculaires,…) ;
- Chambres recevant des malades fortement immunodéprimés (hématologie, greffes) ;
- Service de stérilisation : zone de conditionnement et hottes à flux laminaire.

2.2. Dans les autres secteurs:


Les prélèvements ne se justifient que pour vérifier la qualité du bionettoyage, selon une
fréquence déterminée en fonction de l'écologie locale et de la survenue d’une éventuelle
épidémie ou de l'augmentation de fréquence de certaines IAS.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


17
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Là encore, les lieux à prélever dépendent du type de malades hébergés. La priorité est donnée
aux services de réanimation ou de néonatalogie. Les chambres d'hospitalisation de malades
non fragiles admis pour observation ou intervention chirurgicale à risque peu élevé ne
nécessitent pas, sauf cas particulier, de contrôle des surfaces.

La demande est faite souvent en raison de certaines circonstances locales : validation d'un
protocole de nettoyage, pendant ou après travaux, épidémie, changement de personnel,
modification de la procédure, arrêt prolongé de la zone, audit global de la zone, …

2.3. Personnes chargées des prélèvements

Les prélèvements doivent être réalisés de préférence par une personne extérieure au service,
ou à défaut, par un membre du personnel ayant été formé, ou par l’équipe opérationnelle
d’hygiène. La tenue de l’opérateur doit être adaptée au site où sera effectué le prélèvement.

2.4. Points de prélèvement

La détermination des points de prélèvement se fait après analyse des risques. Seront retenus
les points présentant le risque infectieux le plus élevé pour les patients.

Pour un suivi comparatif, il faut conserver les mêmes points de prélèvement, et ceux-ci
doivent être effectués selon la même méthodologie.

En règle générale, les prélèvements au niveau des sols et murs ne présentent pas d’intérêt sauf
dans le cas de la surveillance de l’environnement des malades à «risque fongique» et en
particulier pour la recherche d’Aspergillus spp.

2.5. Nombre de prélèvements en fonction des lieux

Il est impossible de pratiquer un plan d'échantillonnage statistiquement valable, compte tenu


des surfaces à étudier et de la surface du milieu nutritif. Il est souhaitable que, pour une zone
donnée, on puisse pratiquer au moins un prélèvement :

- à l'entrée de la zone ;

- dans un secteur où le personnel est présent de manière permanente ;

- dans un secteur peu fréquenté et souvent mal nettoyé.

Dans les zones à risque élevé, il convient de surveiller et d'évaluer régulièrement la


biocontamination des surfaces dans le but de maintenir un environnement stable dans ces

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


18
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

zones. Dans tous les cas, il faut établir le plan d'échantillonnage sous forme de procédure
écrite.

Le tableau 2 donne certaines indications, mais il est important d'adapter le protocole de


prélèvement à l'environnement local et d'établir au préalable une analyse critique des points à
surveiller prioritairement. Dans un objectif de reproductibilité et de comparabilité, il est
préférable de prélever toujours aux mêmes endroits.

Tableau 2: Locaux et points de prélèvements de surfaces en milieu de soins


Locaux Prélèvements
- Salle d’opération Au moins 10 points choisis parmi: entrée chirurgien,
-Salle d’examen avec gestes entrée malade, table d'opération, scialytique, chariot de
invasifs dans les cavités stériles transfert, chariot, amplificateur de brillance, rampe
technique, tiroir, catugtier, poignée de porte,
interphone, bras des fluides et toutes surfaces en
hauteur, grilles d’insufflation et d’extraction (risque
d'Aspergillus)
- Stérilisation : zones de 5 à 10 points comprenant la ou les paillasses.
conditionnement et de stockage
-Hématologie, unité de greffe 5 à 10 points comprenant : dais, table, pied lit,
d'organes adaptable, dessus éclairage, téléphone, télévision,
grilles
- Pharmacie : hottes à flux 3 points minimum
laminaire
- Oncologie, bulle
- Réanimation Le nombre de points varie selon l’objectif : table, pied
- Salle de soins de lit, éclairage, adaptable, fauteuil, poignée de porte,
rampe de lit
- Secteur néonatalogie 5 à 10 points selon l’objectif

3. Périodicité des prélèvements de surfaces

La fréquence des prélèvements dépend du type d’établissement et de l’environnement. Le


prélèvement est ponctuel en cas d’épidémie et de travaux ; dans les autres cas, il est effectué
selon une périodicité définie par le CLIN et l’équipe opérationnelle d’hygiène, dans le cadre
d’un plan d’échantillonnage intégré dans une démarche qualité [1].

Il n’existe pas de textes réglementaires en matière de périodicité des prélèvements. Des


recommandations du C CLIN Ouest de France [12] sont indiquées dans le tableau 3.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


19
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Tableau 3 : Périodicité des prélèvements de surfaces en milieu de soins


Type de locaux Objectifs Fréquence
Secteurs protégés : -Conformité de la désinfection/
- Salle d’opération bionettoyage
-Salle d’examen avec gestes
invasifs dans les cavités -Vérification du traitement de l’air 1 fois/trimestre
stériles
-Chambre d’hématologie,
de greffe d’organes
Stérilisation : zone de -Conformité du bionettoyage 1 fois/trimestre ou
conditionnement -Vérification de traitement de l’air 1fois/mois suivant
la décision de
l’EOH
Pharmacie : -Conformité du bionettoyage
- Hottes à flux laminaire -Vérification de traitement de l’air 1 fois/mois
- Bulles
Autres secteurs :
- Salle de soins Conformité du bionettoyage A la demande
- Secteur néonatalogie motivée
-Réanimation Conformité du bionettoyage A la demande
motivée

4. Interprétation des résultats d’analyses des prélèvements de surfaces [12,14, 21,


26,27]

4.1. Objectif

L’objectif est de standardiser et rendre possible l’analyse et l’interprétation des résultats en


vue d’identifier les mesures correctives.

4.2. Responsabilités

Sont concernées toutes les personnes impliquées dans la surveillance microbiologique de


l’environnement hospitalier (médecins hygiénistes, microbiologistes, techniciens hygiénistes,
techniciens de laboratoire), ainsi que le président et les membres du CLIN de l’établissement.

4.3. Description

Le bulletin d’analyses doit comporter les informations suivantes :

- Identification de la zone de prélèvement ;

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


20
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

- Date et heure du prélèvement ;

- Description exacte de l’activité de la zone en fonction du temps (nombre de personnes,


tenues vestimentaires, type d’activité,…) ;

- Méthode de prélèvement employée ;

- Localisation précise des points de prélèvements ;

- Nombre de prélèvements ;

- Informations sur le bio nettoyage (technique, produits utilisés,…) ;

- Durée d’incubation et délai de lecture des boîtes de Pétri ;

- Nom de l’opérateur qui a effectué les prélèvements et sa signature ;

- Nom de l’opérateur qui a réalisé l’analyse et sa signature.

Tableau 4 : Seuils de conformité des résultats de prélèvement de surfaces en milieu de soins


selon le type de locaux et leur niveau de risque
Zone à haut risque infectieux Zone à très haut risque infectieux
(Zone 3) (Zone 4)

Bactéries Moisissures Bactéries Moisissures

Unité : UFC/25 cm²

Niveau d’action 25 1 10 1
Niveau d’alerte 10 1 5 1
Niveau cible 5 < 1 < 1 < 1

5. Actions à entreprendre en cas de non-conformité [12,14]


L’analyse des résultats permet en cas de non-conformité, de mettre en place des mesures
correctives. Ces mesures sont prédéfinies et dépendent du résultat obtenu. Elles devront
garantir l’obtention de résultats acceptables lors des prélèvements ultérieurs. Cette démarche
doit s’intégrer dans une logique d’amélioration continue de la qualité.

Des fourchettes de résultats peuvent être proposées pour chaque type de prélèvements avec les
interprétations suivantes :

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


21
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

- Résultat acceptable (niveau cible) : les résultats obtenus sont satisfaisants et


correspondent aux objectifs fixés pour la zone contrôlée.

- Résultat à signaler (niveau alerte) : les résultats obtenus présentent un écart par
rapport aux objectifs fixés mais cet écart n’est pas alarmant. Ils seront signalés à
l’ensemble de l’équipe pour attirer son attention sur la nécessité de pallier à certains
dysfonctionnements mineurs. Il peut s’agir d’une simple baisse de vigilance, d’un
surcroit de travail ou d’un défaut d’organisation. Le fait de sensibiliser l’équipe et de
rappeler l’importance du bionettoyage peut suffire à obtenir des résultats acceptables
lors des contrôles ultérieurs. Tout dysfonctionnement doit faire l’objet d’une analyse
plus approfondie s’il est retrouvé lors des prélèvements ultérieurs.

- Résultat non satisfaisant (niveau action) : les résultats obtenus ne correspondent pas
aux objectifs fixés. Ils doivent alors faire l’objet d’une analyse approfondie. Avant de
s’engager dans une telle analyse, il est nécessaire de procéder à une vérification des
conditions de réalisation du prélèvement. Au cas où les prélèvements ont été réalisés
dans les mêmes conditions et par la personne habituée et si celle-ci ne peut pas être la
cause de la dérive des résultats, il est nécessaire de revoir les conditions
environnementales de la zone.

L’analyse portera sur :

- L’application de la procédure de bionettoyage : périodicité, produit, dilution, temps


d’application,… ;

- Les comportements des agents : tenue, lavage des mains, nombre d’agents, type de
mouvements, gestes à risque,… ;

- Les germes rencontrés : Staphylococcus aureus, Aspergillus, Pseudomonas,… ;

- Les facteurs extérieurs (travaux,...).

La connaissance du milieu de prédilection des germes permettra d’orienter et de mieux cibler


les mesures correctives.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


22
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Tableau 5 : Mesures à entreprendre en cas de non-conformité des résultats de prélèvement de


surfaces en milieu de soins

Résultat attendu Actions à entreprendre si


Lieu
(n colonies/boîte) résultats non conformes

Si n> 1 : revoir l’intégrité des


Pharmacie : bulle, hotte < 1 colonie/boîte filtres et/ou la pratique de
nettoyage

Stérilisation : secteur de • 5 <n≤ 15 : acceptable


conditionnement • n> 15 avec :
*1 seul point : signalement
*2 à 4 points : revoir le
protocole de nettoyage et sa
mise en œuvre
-Chambre de greffe et * 5 points : inacceptable,
d’oncologie ≤ 5 colonies/boîte
prévoir un autre contrôle
-Salle d’opération • présence de S.aureus,
-Salle d’examen avec gestes entérobactéries, Aspergillus
invasifs ou Pseudomonas sp: revoir
le protocole entier de
nettoyage et prévoir de
nouveaux contrôles
≤ 50 colonies / boite sans
Secteur non protégé germes pathogènes Si n> 50 : revoir le protocole de
Secteur de néonatologie (S.aureus, Aspergillus, nettoyage
Pseudomonas sp,
entérobactéries)
Mesures permettant
Service de soins en cas Absence du germe l’éradication du germe en
d’épidémie pathogène recherché cause : désinfection, suppression
de la source,…

6. Retro information et évaluation [6, 26, 27]

6.1. Objectif

La rétro information et l’évaluation de la fonction "entretien et désinfection des locaux" font partie
du système de démarche qualité mis en place au sein de l’établissement de santé. Elles concernent
les différentes étapes de la prestation entretien.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


23
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

6.2. Rétro information

Les résultats accompagnés d'un commentaire écrit par l'investigateur sont envoyés aux
responsables des services concernés.
L'interprétation des résultats tient compte :

- des paramètres spatio-temporels des prélèvements ;

- de l'objectif recherché ;

- de la comparaison des résultats qualitatifs et quantitatifs ;

- des résultats précédents.

Tout résultat mettant en jeu un risque infectieux immédiat doit être signalé le plus rapidement
possible. Les mesures correctives pourront ainsi être envisagées au plus vite dans les services
concernés.

6.3. Evaluation

L’évaluation des pratiques professionnelles de la fonction "entretien et désinfection des locaux et


surfaces" s’intègre dans une démarche qualité qui peut être entreprise dans les différentes étapes de
la prestation entretien : définition des zones d’intervention, qualification et formation du personnel,
techniques et produits utilisés, rédaction, traçabilité et validation des procédures effectuées.

6.3.1.Evaluation de la propreté visuelle


- L'évaluation de la prestation "nettoyage" permet d'assurer un suivi du niveau de propreté des
locaux ;

- Le plan de cette évaluation doit être adapté aux niveaux d'exigence définis par chaque
établissement, en fonction de la classification des zones à risque infectieux ;

- Le plan d'échantillonnage des locaux à évaluer doit être prédéfini à l’avance et représentatif
pour l’ensemble de l’établissement ;

- Il est nécessaire d'établir un protocole d'évaluation prévoyant par qui, quand et comment sera
effectuée cette évaluation ;

- L'évaluation s'effectue à l'aide d'une grille correspondant au type de local ;

- Les éléments vérifiés lors de l’évaluation doivent répondre à des critères mesurables.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


24
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

6.3.2. Evaluation microbiologique


L’évaluation de la qualité de la prestation «nettoyage-désinfection» peut faire appel à des
indicateurs de type prélèvements d’environnement. Ces prélèvements ne doivent pas être
systématiques mais s’incluent dans une démarche qualité globale.

Les prélèvements à visée microbiologique peuvent également être envisagés dans le cas :

- de travaux dans une zone à risque ;

- de survenue d’une épidémie ou de cas groupés d’infection (en tenant compte de l’écologie du
microorganisme responsable).

Les contrôles d’environnement ont également pour but de sensibiliser, de motiver le personnel
(réalisés par exemple à l’occasion du renforcement d’une action de formation) et surtout orienter
les programmes et les plans d’action.

Les prélèvements de surfaces (mobiliers, équipements et dispositifs médicaux à proximité du


patient) sont à réaliser après les procédures de nettoyage ou de nettoyage-désinfection. Les
prélèvements réalisés au niveau des sols et des murs n’ont pas démontré d’intérêt.

Le plan de prélèvement doit être adapté aux locaux et doit suivre une analyse du risque infectieux
lié à l’environnement (les points de prélèvement doivent être ceux qui présentent le risque
infectieux le plus élevé).

La fréquence des prélèvements est à définir par l’EOH dans le cadre le plus global d’une démarche
qualité « environnement ».

6.3.3. Evaluation des procédures


La démarche d’évaluation de la qualité d’application des procédures peut se dérouler sous forme
d’audit basé essentiellement sur l’observation directe et l’autoévaluation. Il est proposé d’utiliser
une grille d’évaluation avec un nombre restreint de critères, plus facile à mettre en œuvre.

L’impact pédagogique de ce type d’évaluation permet également une sensibilisation continue au


respect du protocole. En fonction des résultats de ce type d’évaluation ponctuelle, il pourra être
envisagé d’approfondir cette observation par la mise en place d’un audit des pratiques, plus lourd
à réaliser.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


25
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

VII. FORMATION
Face à une explosion technologique et scientifique spectaculaire dans tous les domaines, à une
compétitivité envahissante du secteur privé et à une exigence accrue du système qualité des
prestations, l’actualisation du savoir, du savoir-faire et du savoir être est devenue une priorité
pour tout personnel soignant.
En effet, chaque structure de soins doit adopter une politique de formation continue, qui doit
toucher tous les domaines notamment l’hygiène hospitalière et précisément la filière
nettoyage désinfection, qui est un élément essentiel de la prévention des infections associées
aux soins et le contrôle microbiologique des surfaces qui est un indicateur de résultats.

L’objectif de la formation est de donner une vue exhaustive des méthodes actuellement
utilisées pour le contrôle microbiologique des surfaces. Elle peut porter sur :
- Un rappel sur les microorganismes : sources de contamination microbiologique et mesures
de maîtrise ;

- La classification des zones : caractéristiques et notion de risque infectieux ;

- Les pré-requis avant la mise en œuvre des contrôles microbiologiques : documentation,


formation (habilitation à la méthode), exigences vis-à-vis du matériel et des consommables,
principes et objectifs du contrôle de surfaces (revue des normes/ revue de la réglementation) ;

- Un rappel sur les principes généraux du bionettoyage ;

- Les différentes méthodes de contrôle microbiologique des surfaces : méthodes courantes


(intérêt et limites), méthodes alternatives (présentation et conditions d’utilisation), mise en
œuvre et maîtrise de la méthodologie des prélèvements, transfert des échantillons, recueil et
interprétation des résultats.

Cette formation s’adresse aux responsables, aux techniciens et opérateurs chargés de mettre
en œuvre les contrôles de surfaces.

La formation continue portant sur les méthodes utilisées pour le contrôle microbiologique des
surfaces est un processus qui aboutit à l'acquisition et la mise à jour des connaissances, des
techniques et des habiletés dans le domaine. Elle maintient et accroît les compétences du
personnel à tous les niveaux [28].

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


26
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Annexes

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


27
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Annexe 1
Fiche technique 1 : Bionettoyage en milieu de soins

I. OBJECTIFS
- Réduire et maitriser la population des microorganismes ;

- Prévenir la contamination biologique des surfaces.


II. DOMAINES D’APPLICATION
Tous les services à risque (blocs opératoires, unités de soins intensifs, services de
réanimation, service de radiologie interventionnelle, salles de cathétérisme,...).
III. MATERIEL
- Chariot d’entretien ;
- Chiffonnette, serpillère ;

- 2 Seaux gradués de couleurs différentes (Grand modèle) ;

- 2 Seaux gradués de couleurs différentes (Petit modèle) ;

- Détergent ;

- Désinfectant ;

- Détartrant ;

- Détergent-désinfectant ;

- Eau de javel ;
- Balai trapèze.
Figure 1 : Modèle de chariot d’entretien en milieu de soins

IV. TECHNIQUES
IV.1.Surfaces hautes (mobiliers, potences, poignées des portes, murs,…)
- Essuyage humide ;
- Dilution : selon la fiche technique du produit ;

- Utilisation de 2 petits seaux : un pour le lavage (seau L) contenant une solution


détergente-désinfectante et un autre pour le rinçage (seau R) contenant de l’eau claire
(eau du réseau) pour rinçage de la chiffonnette avant de la tremper dans le seau de
lavage.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


28
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

IV.2.Sols
1ère étape : Balayage humide (opération de récupération des salissures). A rappeler que le
balayage à sec est strictement interdit ;
2ème étape : Lavage humide du sol. Cette étape comporte les opérations suivantes :

- Lavage du sol avec le seau « L » (eau du réseau + détergent-désinfectant) en allant de


la zone propre vers la zone sale et de la périphérie vers le centre et la sortie du local ;

- Rinçage avec le seau « R » : Eau claire (eau du réseau) pour rinçage de la serpillière
avant de la tremper dans le seau « L » ;

- Séchage spontané à l’air ambiant.

Figure 2 : Récupération des salissures lors d’une opération de bionettoyage en milieu de


soins

Figure 3 : Lavage humide du sol lors d’une opération de bionettoyage en milieu de soins

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


29
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Annexe 2
Fiche Technique 2 : Prélèvements de surfaces par empreinte en milieu de soins

I- INDICATIONS

- Enquête épidémiologique ;
- Validation d’un protocole de nettoyage et désinfection ;
- Contrôle de l’efficacité du bionettoyage ;

II- TYPE DE SURFACES CONCERNEES

Toute surface plane, lisse et sèche dans une zone à risque.

III- MATERIEL
- Boite type count tact (55 mm) possédant un ménisque de milieu de culture convexe ;
- Applicateur permettant de standardiser le prélèvement ;

- Glacière isotherme munie d’accumulateurs de froid ;

- Fiches de prélèvement ;

- Marqueur, étiquettes ;

- Produit hydro-alcoolique ;

- Gants.

Figure 4 : Boite type count tact (55 mm) utilisée pour des prélèvements de surfaces par
empreinte en milieu de soins

Figure 5 : Applicateur utilisé pour standardiser les prélèvements de surfaces par


empreinte en milieu de soins

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


30
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

IV- CONDITIONS DE PRELEVEMENT


- Hors présence humaine ;

- 20 minutes minimum après le bio-nettoyage pour vérifier son efficacité.


V- MODALITES DES PRELEVEMENTS
- Préciser le secteur, le local, la date et l'heure du prélèvement ;

- Indiquer s'il s'agit d'un secteur en activité ou non, la date et l'heure du nettoyage, le
type de nettoyage (courant ou après sortie) et le type de produit utilisé.

VI- POINTS DE PRELEVEMENT


Etablir une liste des points critiques (points les plus manipulés, les plus proches du
patient,...). A titre indicatif, 10 points pour une salle d’opération et 5 points pour une
chambre de réanimation.

VII- TECHNIQUE DE PRELEVEMENT


- Définir une surface de contact d’au moins 25 cm2 ;

- Frictionner les mains par un produit hydro-alcoolique ;

- Insérer la boîte, couvercle retiré (le fond de la boîte est du côté de l’applicateur) ;

- Appliquer la gélose sur la surface en appuyant sur l’applicateur (500 g, 10 s), ne pas
faire de mouvement rotatif ou linéaire ;

- Le laisser enfoncé jusqu’à l’émission d’un bip qui signifie la fin des 10 secondes de
contact ;

- Relâcher la pression, faire sortir la boîte et la refermer ;

- Après avoir réalisé le prélèvement, ne pas oublier de nettoyer la surface afin d'éliminer
les traces de gélose résiduelle.

Figure 6 : Technique de prélèvement de surfaces par empreinte en milieu de soins

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


31
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

VIII- IDENTIFICATION DE L’ECHANTILLON


L’identification des échantillons doit avoir lieu dès l’échantillonnage afin d’éviter toute perte
et confusion entre les échantillons. Sur chaque échantillon, en plus de la fiche de prélèvement
jointe aux boites, doivent apparaître :

- L’identifiant de l’établissement et/ou du service ;

- Le numéro d’ordre, la date et l’endroit du prélèvement.

IX- CONDITIONS DE TRANSPORT

- Les boites de contact sont acheminées au laboratoire, de préférence dans les 4 heures
qui suivent le prélèvement, dans une glacière isotherme munie d’accumulateurs de
froid ;

- Le délai entre le prélèvement et la réception de l’échantillon au laboratoire doit être au


maximum de24 heures.

X- INTERPRETATION DES RESULTATS

- L’expression des résultats est faite en nombre de particules viables par 25 cm2 de
surface ;

- Les seuils sont à définir en fonction des types de locaux et de leur niveau de risque ;

- Les résultats sont comparés aux critères d’interprétation proposés dans les tableaux 4
et 5 ci-dessus.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


32
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Annexe 3
Fiche Technique 3 : Prélèvements de surfaces par écouvillonnage en milieu de soins

I- INDICATIONS

- Zones difficiles d'accès et surfaces irrégulières (tuyaux, recoins, joints…) ;

- Réalisé en complément des boites type count tact pour une recherche d’un germe
spécifique (par exemple recherche de Clostridium) ;

- Analyse qualitative.

II- MATERIEL

- Ecouvillon stérile ;

- Glacière isotherme munie d’accumulateurs de froid ;

- Fiches de prélèvement ;

- Marqueur, étiquettes ;

- Produit hydro-alcoolique ;

- Gants.

Figure 7 : Ecouvillons stériles utilisés pour prélèvement de surfaces en milieu de soins

III- POINTS DE PRELEVEMENT


Les points de prélèvement choisis doivent être ceux qui présentent le risque infectieux le
plus élevé pour les patients.

IV- TECHNIQUE DE PRELEVEMENT


- Frictionner les mains par le produit hydro-alcoolique ;
- Porter des gants ;

- Sortir un écouvillon de son emballage stérile ;

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


33
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

- Humidifier l’extrémité en la plongeant dans un tube contenant le diluant, éliminer


l’excès de diluant en le pressant contre la paroi du tube (eau distillée stérile, sérum
physiologique, bouillon nutritif plus neutralisant, thioglycolate pour Clostridium) ;

- Passer l’écouvillon en stries parallèles rapprochées (stries //), en faisant tourner


légèrement l’écouvillon mouillé entre le pouce et l’index sur une surface estimée entre
20 et 100 cm2 (possibilité d’utiliser un gabarit stérile pour délimiter la surface à
prélever) ;

- Répéter l’échantillonnage de la même zone par des stries perpendiculaires aux


premières (stries┴) ;

- Replacer l’écouvillon dans le tube avec le diluant ;

- Noter les conditions de prélèvement.

Figure 8 : Technique de prélèvement de surfaces par écouvillonnage en milieu de soins


V-IDENTIFICATION DE L’ECHANTILLON

L’identification des échantillons doit avoir lieu dès l’échantillonnage afin d’éviter toute perte
et confusion entre les échantillons. Sur chaque échantillon, en plus de la fiche de prélèvement
jointe aux boites doivent apparaître :

- L’identifiant de l’établissement et/ou du service ;

- Le numéro d’ordre, la date et l’endroit du prélèvement.

VII- CONDITIONS DE TRANSPORT


- Les écouvillons sont acheminés au laboratoire, de préférence dans les 4 heures qui
suivent le prélèvement, dans une glacière isotherme à + 4 °C (+/-2°C) ;

- Le délai entre le prélèvement et la réception de l’échantillon au laboratoire doit être au


maximum de 18 heures.

VIII-INTERPRETATION DES RESULTATS


Il s’agit d’un résultat qualitatif qui présente surtout un intérêt pédagogique et
épidémiologique.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


34
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Annexe 4
Grille d’évaluation de l’entretien d’une salle d’opération

BLOC OPERATOIRE : ……………………… DATE : …………………..

OBSERVATEUR : …………………………... HEURE : ………………...

Oui Non Observations

A l’ouverture de la salle d’opération avant le programme opératoire

Le bionettoyage du sol est effectué

Des conteneurs vides pour OPCT et des sacs à


déchets sont en place
Le lavage simple des mains et port des gants sont
effectués avant la préparation du matériel et
produits d’entretien des équipements
une solution détergente

une solution détergente –


Les produits utilisés
désinfectante
pour l’entretien des
équipements une solution désinfectante

autre (à préciser)

Les lavettes utilisées lavette à usage unique


pour l’entretien des lavette recyclable non
équipements peluchant

du scialytique

des bras articulés

de la table d’opération et de
Il est procédé à un ses accessoires
dépoussiérage
du respirateur
humide
de la table d’instruments

du chariot d’anesthésie

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


35
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Entre deux interventions

Le linge opératoire est évacué dans des sacs fermés


Les déchets d’activités de soins sont évacués dans
des sacs fermés hermétiquement
Un balayage humide du sol est effectué
du sol de toute la salle
d’opération
du sol entourant la table
Il est procédé à un d’opération et des tables
bionettoyage d’instruments
des surfaces et des murs
visiblement souillés
seulement
produit détergent-
désinfectant
Les produits utilisés produit détergent
pour le bionettoyage
produit désinfectant

autre (à préciser)
Des sacs à déchets sont mis en place après le
bionettoyage
Le matériel médico-chirurgical souillé est évacué
de la salle d’opération vers le lieu de pré
désinfection dans un bac fermé
des scialytiques

de la table d’opération et
ses accessoires

de la table d’instruments
Il est procédé à un
essuyage humide avec du chariot d’anesthésie
un produit détergent du respirateur
désinfectant
du générateur de bistouri
électrique

des tabourets et marche-


pieds

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


36
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

En fin de programme opératoire

Les instruments souillés sont évacués dans un bac


fermé

Le matériel d’aspiration est évacué

Les collecteurs pour OPCT sont évacués

Les sacs à déchets sont évacués

Les sacs à linge sont évacués

Le nettoyage des appareils et des accessoires

présents dans la salle est réalisé

la table d’opération et ses


accessoires

les tables d’instruments


Un produit détergent- les scialytiques
désinfectant est
appliqué sur le générateur du bistouri
électrique

le respirateur

les poignets de portes


Il est procédé au regroupement du matériel mobile
au centre de la salle d’opération, avant de
commencer le nettoyage
Il est procédé à un premier balayage humide du sol
de la surface libre

Il est procédé à un bionettoyage du sol de la surface


libre avec un détergent-désinfectant

Le mobilier est remis à sa place

Il est procédé à un balayage humide puis un


bionettoyage du centre de la salle

Il est procédé à un nettoyage des murs en cas de


présence de souillures visibles
Il est procédé à un rangement de la salle
d’opération

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


37
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Annexe 5
Grille d’évaluation de l’entretien des locaux type chambre d’hospitalisation
SERVICE : …………………………………………………………………….. DATE :…………………..

OBSERVATEUR : ……………………………………………………………. HEURE : ………………..................

M ATERIEL OUI NON OBSERVATIONS


La préparation du chariot est adaptée à
l’entretien à réaliser (quotidien, départ,...)
Le chariot est propre
Les balais sont propres
Les produits et matériels sont en quantité
rationnelle
Le sac à déchets est fixé correctement
Le sac à déchets ne déborde pas
Les flacons utilisés sont identifiés
Les flacons sont datés
La dilution des produits est conforme
Des gants adaptés sont utilisés
La poche des gazes à usage unique est
fermée
Un balayage humide est pratiqué avant le
lavage
Le bandeau de lavage est changé à chaque
chambre

La technique de lavage est conforme

La récupération des bandeaux de lavage


sales réutilisables est réalisée de façon
adaptée
Il existe une traçabilité :
- des actions effectuées
- de l'entretien du matériel
- de l’alternance des produits

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


38
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

Références bibliographiques

1. Lebreton-Doussaud V., Simon L., Lestreit J.M., May I., 1998. Assurance qualité des
préparations stériles : évaluation des techniques de prélèvements microbiologiques sur des
surfaces. Journal de Pharmacie Clinique, Vol. 17. n°4, 227-31.
2. Hajjar J., Cetre J.C. et al., 2000. Vigilance environnementale : Contrôles
microbiologiques de l’environnement hospitalier. Revue officielle de la société française
d’hygiène hospitalière, VIII (3). 179 p.
3. Talon D., 1999. The role of the hospital environment in the epidemiology of multi-
resistant bacteria. J Hosp Infect, 43: 13-7.
4. Lemmen S.W., Häfner H., Zolldann D., Stanzel S., Lütticken R., 2004. Distribution of
multi-resistant Gram-negative versus Gram-positive bacteria in the hospital inanimate
environment. J Hosp Infect, 56: 191-7
5. Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France, 1992. Section Prophylaxie des
malades - groupe de travail infection nosocomiale : 100 recommandations pour la
surveillance et la prévention des infections nosocomiales.
6. Fabry J., 2000. Vigilance environnementale, contrôles microbiologiques de
l’environnement hospitalier. Hygienes,volume VIII ; N°3.
7. Rhame F., Benett J., BrachmanP. Hospital infections (4thed): Lippincot-Raven,
Philadelphia, 1998. The inanimate environnement, 299-324.
8. Infection Control Practices Advisory Comittee, 2003. Recommendations of CDC and
Healthcare. Guidelines for environmental infection control in health care facilities.
MMWR, 52: RR10.
9. Ministère de la Santé : DHMPE., 2007. Manuel 3 : bio nettoyage dans les établissements
de soins, série de manuels d’hygiène hospitalière, deuxième édition.
10. Afnor NF S90 – 351. Avril 2013.
11. Uniclima, 1996. Traitement de l’air en milieu hospitalier. Les guides pratiques
d’Uniclima.
12. C.CLIN-Ouest, 1999. Recommandations pour les contrôles d’environnement dans les
établissements de santé.
13. Commission centrale des marchés. GPEM/SL, 1991. Guide de bio nettoyage,
recommandation n°E1-90. Journal Officiel, Paris.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


39
Guide Technique : Gestion de la qualité des surfaces dans les établissements de soins 2016

14. Ministère chargé de la santé, DGS/DHOS, CTIN, 2002. Surveillance microbiologique


de l’environnement dans les établissements de santé Air, eaux et surfaces.
15. CCLIN Paris Nord, 1997. Désinfection des surfaces et des locaux.
16. CCLIN Sud-Ouest, 2005. Entretien des locaux des établissements de soins.
17. CCLIN Sud-Est, 2004. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux – Agents
anti infectieux : critères et démarches de choix pour les désinfectants et les antiseptiques,
bon usage des désinfectants.
18. CCLIN Sud-Est, 2010. Maîtrise du risque infectieux en EHPAD. Fiches techniques /
Pratiques : fiche n° II.1 : entretien des locaux.
19. CCLIN Sud-Est, 2001. Fiche pratique : bionettoyage : produits d’entretien.
20. Cols A., Vidal D., Martinack O., Bonnet A., Doleans F., Saulnier M., 1996. Étude d'un
appareil applicateur de boîtes contact pour la mesure de la bio contamination des surfaces :
comparaison avec la méthode manuelle. Hygienes, 15 ; p. 53-6.
21. CCLIN Sud-ouest, 1998. Contrôles microbiologiques en hygiène hospitalière : conseils
pratiques. Version 1, P. 5-7.
22. Guignement S., Perraud M., 2000. Contrôle microbiologique de l’environnement
hospitalier, Chapitre 2: Réalisation des prélèvements et interprétation des
résultats.Hygienes.Volume VIII-n°3 ; p. 147 – 155.
23. CLIN Sud-est, 2007.Réseau Interrégional des Professionnels en Hygiène Hospitalière
(RIPHH) Marseille. L'évaluation de l'entretien des surfaces : les prélèvements de surface.
24. C.CLIN Ouest, 1999. CHRU Pont chaillou. Amélioration de la qualité en hygiène
hospitalière.
25. Audurier A.et Soussy C.J., 1998. Surveillance et contrôle de l’environnement
hospitalier, P. 339 – 347.
26. Hartemann Ph., 2000. Contrôles microbiologiques de l’environnement hospitalier.
Hygienes ; vol VIII n° 3.
27. ARECLIN, 2001. Prélèvements d’environnement dans les établissements de santé :
modes opératoires.
28. Ministère de la Santé : DHMPE, 2006. Manuel 8 : Programmation, suivi et évaluation
des activités de formation continue en matière d’hygiène à l’échelle d’une circonscription
sanitaire. Série des manuels de gestion des activités d’hygiène.

Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement/Ministère de la Santé


40

Vous aimerez peut-être aussi