Vous êtes sur la page 1sur 22

Le cycle de l’azote

N°atomique : 7
M atomique : 14.007
Principaux isotopes stables :
14N, 98,89%; 15N : 0,37%

78% de la masse de l’atmosphère


Le cycle biogéochimique de N est
intéressant car les composés azotés
Elément indispensable à la vie (acides
jouent un rôle important pour une
aminés, protéines..) large gamme de pb
environnementaux…
Présent dans l’environnement très 1- Réchauffement climatique (N20 est
un GES 200 fois plus puissant que
majoritairement dans son état standard (N2)
CO2)
mais les processus biochimiques mettent 2- Pollution atmosphérique
en œuvre une grande variété de composés 3- Pluies acides
azotés au degré d’oxydation étendu sur une 4- Destruction de l’Ozone
large gamme stratosphérique
(no=+5 : HNO3; +4: NO2; +3 : HNO2; +2 Cycle complexe… Bcp de travail reste
NO; +1 : N2O ; -3 : NH3, NH4+,, amines) à accomplir pour le l’appréhender plus
finement au niveau global
L’azote dans les grands réservoirs

Atmosphère (3.9 109 Tg N : le plus important réservoir d’azote)

Söderlund et Rosswall, 1982


L’azote dans les grands réservoirs

Océan (2.3 107 Tg N)

KH (N2) = 1540 atm/M

Söderlund et Rosswall, 1982


L’azote dans les grands réservoirs

Système terrestre (3.4 105 Tg N)

Söderlund et Rosswall, 1982


La Processus biologiques de transformation et de recyclage de
l’azote
L’azote atmosphérique n’est pas assimilable directement par les plantes, il doit
subir des processus de transformation biologique préalablement à son
incorporation à la matière organique

N2 (ou N20)

MO azotée

Les flux engendrés par les processus biologiques, contribuent sur le plan global à
95% des flux totaux en azote (Rosswall, 1976)
La Processus biologiques de transformation et de recyclage de
l’azote
L’azote atmosphérique n’est pas assimilable directement par les plantes, il doit
subir des processus de transformation biologique préalablement à son
incorporation à la matière organique

N2 (ou N20)
(1)

NH3/NH4+

(1) Fixation
conversion de l’azote atmosphérique en azote utilisable par les plantes et les animaux.
cyanobactéries et de certaines bactéries vivant en symbiose avec des plantes (entre autres, des
légumineuses)

2N2(g) + 3(CH2O) + 3H2O 4NH4++ 3CO2


Pour les sols basiques :

NH4++ OH- NH3 (g) + H2O


La Processus biologiques de transformation et de recyclage de
l’azote
L’azote atmosphérique n’est pas assimilable directement par les plantes, il doit
subir des processus de transformation biologique préalablement à son
incorporation à la matière organique

N2 (ou N20)
(1)
(3) NO2-/NO3-
NH3/NH4+
(2)
MO azotée

(1) Fixation (2) Assimilation (NH4+)


conversion de l’azote atmosphérique en azote Processus biologique par lequel l’amonium est
utilisable par les plantes et les animaux. assimilé par la plante pour former sa matière
organique. L'ammonium est la forme
(3) Nitrification préférentiellement assimilée par les micro-organismes
(bactéries et champignons)
Oxydation de NH4+ ou NH3 via un organisme en
NO2- et NO3- (catalyse enzymatyque)
La Processus biologiques de transformation et de recyclage de
l’azote
L’azote atmosphérique n’est pas assimilable directement par les plantes, il doit
subir des processus de transformation biologique préalablement à son
incorporation à la matière organique

N2 (ou N20)
(1)
(3) NO2-/NO3-
NH3/NH4+
(2)
MO azotée (4)
(5)
(1) Fixation (2) Assimilation (NH4+)
conversion de l’azote atmosphérique en azote Processus biologique par lequel l’amonium est
utilisable par les plantes et les animaux. assimilé par la plante pour former sa matière
organique. L'ammonium est la forme
(3) Nitrification préférentiellement assimilée par les micro-organismes
Oxydation de NH4+ ou NH3 via un organisme en (bactéries et champignons)
NO2- et NO3- (catalyse enzymatyque) (4) Assimilation (NO2-, NO3-)
(5) Ammonification le nitrate est la forme préférentiellement assimilée
Décomposition de la MO et libération d’amonium. par les végétaux (plantes et algues supérieures)
Et rejet de l’exédant d’azote ingéré sous forme de
NH3 ou d’urée (rapidement dégradée en NH3)
La Processus biologiques de transformation et de recyclage de
l’azote
L’azote atmosphérique n’est pas assimilable directement par les plantes, il doit
subir des processus de transformation biologique préalablement à son
incorporation à la matière organique

N2 (ou N20)
(1) (6)
(3) NO2-/NO3-
NH3/NH4+
(2)
MO azotée (4)
(5)
(1) Fixation (2) Assimilation (NH4+)
(3) Nitrification
(4) Assimilation (NO2-, NO3-)
(5) Ammonification (6) dénitrification
La dénitrification retourne l’azote à l’atmosphère sous sa forme moléculaire N2, avec comme produit
secondaire du CO2 et de l’oxyde d’azote N2O.
réaction de réduction de NO3- par l’intermédiaire de bactéries. Equation type :
Quelques processus abiotiques
Bien que ces processus soient quantitativement faible devant les processus biologiques, ils sont
importants au regard de la chimie atmosphérique (pollution des basses couches, amincissent
de la couche d’ozone stratosphérique) et réchauffement climatique (N2O et rôle dans les
particules atmosphériques) .

Les oxydes d’azotes (NO, NO2 = NOx et N2O) :


injecter dans l’atmosphère principalement par les combustions de fuels fossiles pour les NOx et par les
activités agricoles (dénitrification) les combustions de fuels fossiles et qques industries pour le N2O. Leur
chimie dans l’atmosphère est complexe..
Dans la troposphère : (smog photochimique)
+ La photolyse de NO2 libère un atome d’oxygène qui se recombine avec O2 pour former de l’ozone.
Parallèlement à ce processus il y a oxydation des composés organiques volatils qui vont formés des
particules très fines.
+ Oxydation en HNO3 : acidification des pluies et formation de nouvelles particules atmosphériques
Evolution de la concentration en ozone dans la troposphère libre

 Le niveau a augmenté d’un


facteur 5 en 120 ans passant de
10 ppb à 50 ppb.
Le niveau de fond en tropo
libre est actuellement de l’ordre
de 50 ppb soit env. 100 µg.m-3
 Valeurs moyennes
d’augmentation de 1,6% dans
HN et 0,7% HS depuis 1990

Évidence de l’impact des activités


humaines
Quelques processus abiotiques
Bien que ces processus soient quantitativement faible devant les processus biologiques, ils sont
importants au regard de la chimie atmosphérique (pollution des basses couches, amincissent
de la couche d’ozone stratosphérique) et réchauffement climatique (N2O et rôle dans les
particules atmosphériques) .

Les oxydes d’azotes (NO, NO2 = NOx et N2O) :


injecter dans l’atmosphère principalement par les combustions de fuels fossiles pour les NOx et par les
activités agricoles (dénitrification) les combustions de fuels fossiles et qques industries pour le N2O. Leur
chimie dans l’atmosphère est complexe..
Dans la troposphère : (smog photochimique)
+ La photolyse de NO2 libère un atome d’oxygène qui se recombine avec O2 pour former de l’ozone.
Parallèlement à ce processus il y a oxydation des composés organiques volatils qui vont former des
particules très fines.
+ Oxydation en HNO3 : acidification des pluies et formation de nouvelles particules atmosphériques
Dans la Stratosphère : (Destruction de la couche d’ozone)
Le N2O est peu réactif, il peut donc être transporté jusqu’à la stratosphère ou il est photolysé pour
donner notamment du NO.
Les différents cycles catalytiques stratosphérique

O3 + X  XO + O2
ν (λ
O3 + hν λ<310 nm) O+ O2
O + XO  X + O2
2 O3  3 O 2

X = H, OH, NO, Cl ou Br

L’importance relative prise par les différents cycles dans la destruction


de l’ozone dépend :
-de la concentration de X : [X] = f(lat, alt, saison, …)
-des constantes de vitesse des différentes réactions du cycle
Les cycles HOx, NOx ne suffisent pas pour expliquer les observations
récentes et notamment l’apparition du trou d’ozone polaire

Cycle essentiel : ClOx


Evolution de la concentration en ozone dans la stratosphère
Mesures effectuées à Arola (Suisse) : latitudes moyennes

Début de la décroissance : fin 70’s

1973  1997 : ∆(Colonne O3) = -0,3%/an


Quelques processus abiotiques et perturbations anthropiques
Bien que ces processus soient quantitativement faible devant les processus biologiques, ils sont
importants au regard de la chimie atmosphérique (pollution des basses couches, amincissent
de la couche d’ozone stratosphérique) et réchauffement climatique (N2O et rôle dans les
particules atmosphériques) .

Les oxydes d’azotes (NO, NO2 = NOx et N2O) :


injecter dans l’atmosphère principalement par les combustions de fuels fossiles pour les NOx et par les
activités agricoles (dénitrification) les combustions de fuels fossiles et qques industries pour le N2O. Leur
chimie dans l’atmosphère est complexe..
Dans la troposphère : (smog photochimique)
+ La photolyse de NO2 libère un atome d’oxygène qui se recombine avec O2 pour former de l’ozone.
Parallèlement à ce processus il y a oxydation des composés organiques volatils qui vont former des
particules très fines.
+ Oxydation en HNO3 : acidification des pluies
Dans la Stratosphère : (Destruction de la couche d’ozone)
Le N2O est peu réactif, il peut donc être transporté jusqu’à la stratosphère ou il est photolysé pour
donner notamment du NO.
L’ammoniaque:
+ NH3 est une base et est dans l’atmosphère à l’état gazeux. Il est de plus très soluble dans l’eau.
Il réagit avec le HNO3(g) pour former du NH4NO3(s), et également avec le H2SO4 pour former du
(NH4)2SO4 (s)
NH4+ contribue en moyenne à env 15% de la masse totale des particules en suspension dans l’atmosphère.
L’impact de ces particules sur le climat est clairement admis, mais sa quantification est encore balbutiante.

+ NH3 peut également être oxydé en oxydes d’azote.


La perturbation anthropique sur les processus biologiques

VEGETAUX MO
RT
VEGETAUX MORTS

Absorption Décomposition

SOL
SUBSTANCES
AZOTEES

Schéma ultra simplifié du cycle de l’azote dans


le système terrestre
RECOLTE

Interruption du cycle de l’azote par la récolte des cultures

La récolte intervient avant la mort des végétaux. La


décomposition ne s’effectue donc pas. Aussi, les réserves
azotés ne sont pas renouvelées.
Récolte

ENGRAIS

Pour palier le manque engendré par la récolte, on utilise des


engrais azotés (contenant NH4+ et NO3-), afin que les végétaux
aient toujours des réserves azotées à leur disposition.
Récolte

ENGRAIS
Évaporation
excès N2O

Cependant, l’engrais est souvent fourni en trop grande quantité par


rapport aux besoins réels des végétaux. L’excès s’évapore sous
forme de N2O.
Plus généralement les mécanismes de dénitrification sont plus
intenses. Dégagement de CO2

Conjointement les processus de fixation ont également été augmentés


par le développement des cultures
Augmentation de 16% depuis 1750
Cycle biogéochimique globale de l’azote
Certainement l’un des plus complexe et l’un des moins bien appréhendés quantitativement
(particulièrement le compartiment océanique)
Les valeurs des flux sont a prendre avec bcp de précautions !!

-60 Tg/an
90

NOx, NH3, N2O


+30 Tg/an

Ammonification
Activités
+ dégazage Humaines

-10 Tg/an

+ 40 Tg/an + 40 Tg/an

En comparaison avec le cycle -10 Tg/an


du carbone le rapport
flux/réservoir est faible : Temps
de renouvellement plus long

Réservoir : Tg(N) (1012g) 0 Tg/an


Flux : Tg(N)/an

Vous aimerez peut-être aussi