Vous êtes sur la page 1sur 2

A Une géographie de la production des richesses en recomposition*

Les pays développés voient leur part dans la production des richesses mondiales reculer. Depuis la fin
des années 1990, leur part dans le PIB mondial est passée de 62 % à 45,5 %. En 2013, la Chine est
devenue la première puissance industrielle du monde devant les États-Unis.

Les pays émergents prennent une place croissante dans le PIB mondial. Les

BRICS

représentent désormais 25 % du PIB mondial (7 % en 1994). Pour autant, la géographie de la
production des richesses reste très inégale. Ainsi, le PIB des seuls États-Unis, peuplés par 330 millions
d’habitants, est 6 fois supérieur à celui de tout le continent africain quatre fois plus peuplé.

La géographie de la production des richesses se recompose à toutes les échelles. En Inde, Bangalore
n’était peuplée que de 778 000 habitants en 1950 : elle est devenue une métropole de 8,5 millions
d’habitants, désormais surnommée la « Silicon Valley indienne » car elle est une capitale des
nouvelles technologies dans le pays et en Asie.

B La diffusion de l’activité productive à de nouveaux espaces

83 % de la production manufacturière mondiale est réalisée par 20 pays. Par exemple, l’automobile,
première industrie du monde par la valeur de sa production, est longtemps restée l’apanage des pays
développés. Depuis 2009, la Chine est devenue le premier producteur mondial grâce à son énorme
marché intérieur.

La géographie de la production de produits textiles et d’habillement est révélatrice des


recompositions en cours. Concentrée jusqu’aux années 1970 aux États-Unis et en Europe
occidentale, cette activité s’est déplacée vers l’Afrique du Nord et surtout l’Asie, à la recherche d’une
main-d’œuvre bon marché. En 2016, l’Asie est de loin la première exportatrice mondiale, la Chine
réalisant à elle seule 37 % des exportations mondiales. La part de la Chine ne cesse cependant de
baisser au profit de nouveaux producteurs dont le Bangladesh, le Vietnam ou l’Éthiopie grâce au coût
faible de leur main-d’œuvre et de la fiscalité.

C La spécialisation de certains espaces productifs

La production du savoir reste concentrée dans quelques territoires. Cinq États dans le monde
polarisent 70 % des dépenses de recherche, dont un tiers pour les seuls États-Unis. La Chine dépose
depuis 2011 plus de

brevets

que le Japon ou l’Allemagne. Des


technopôles

développés autour de prestigieuses universités dominent la production de haute technologie (Silicon


Valley en Californie).

Au sein de grandes métropoles* mondiales, des quartiers dominent la production de services


financiers. C’est le cas à Wall Street (New York), la City (Londres). Mais les places financières des
métropoles du Sud comme Shanghai, Dubaï ou São Paulo concentrent désormais 40 % de la

capitalisation boursière

mondiale.