Vous êtes sur la page 1sur 4

https://www.nytimes.

com/2016/09/13/well/eat/how-the-sugar-industry-shifted-blame-to-
fat.html

Comment l'industrie du sucre a transféré


le blâme sur la graisse

Par Anahad O'Connor


12 septembre 2016

L’industrie sucrière a engagé des scientifiques dans les années 60 pour minimiser le
lien entre le sucre et les maladies cardiaques et pour promouvoir les graisses saturées
en tant que coupables, comme le montrent de nouveaux documents historiques.

Les documents internes de l'industrie sucrière, récemment découverts par un


chercheur de l'Université de Californie à San Francisco et publiés lundi dans JAMA
Internal Medicine , suggèrent que cinq décennies de recherche sur le rôle de la
nutrition et des maladies cardiaques, y compris nombre des recommandations
diététiques actuelles, peut avoir été en grande partie façonné par l'industrie du sucre.

«Ils ont réussi à faire dérailler la discussion sur le sucre pendant des décennies», a
déclaré Stanton Glantz, professeur de médecine à UCSF et auteur du document
JAMA Internal Medicine.
Les documents montrent qu'un groupe professionnel appelé Sugar Research
Foundation, connue aujourd'hui sous le nom de Sugar Association, a versé à trois
scientifiques de Harvard l'équivalent d'environ 50 000 dollars américains pour
publier une étude de 1967 sur la recherche sur le sucre, les lipides et les maladies
cardiaques. Les études utilisées dans cette revue ont été choisies à la main par le
groupe sucre et l'article , publié dans le prestigieux New England Journal of
Medicine, a permis de minimiser le lien entre sucre et santé cardiovasculaire et de
dénigrer le rôle des graisses saturées.

Même si le trafic d'influence révélé dans les documents remonte à près de 50 ans, des
rapports plus récents montrent que l'industrie alimentaire a continué d'influencer la
science de la nutrition.

L'année dernière, un article paru dans le New York Times révélait que Coca-Cola, le
plus grand producteur mondial de boissons sucrées, avait fourni des millions de
dollars de financement à des chercheurs qui cherchaient à minimiser le lien qui existe
entre les boissons sucrées et l'obésité. En juin, l'Associated Press a rapporté que les
fabricants de bonbons finançaient des études selon lesquelles les enfants mangeant
des bonbons avaient tendance à peser moins que ceux qui n'en mangeaient pas.

Les scientifiques de Harvard et les responsables de l'industrie du sucre avec lesquels


ils ont collaboré ne sont plus en vie. L'un des scientifiques qui était rémunéré par
l'industrie sucrière était D. Mark Hegsted, qui devint ensuite le responsable de la
nutrition au Département de l'agriculture des États-Unis, où il contribua en 1977 à
rédiger le précurseur des directives diététiques du gouvernement fédéral. Fredrick J.
Stare, président du département de nutrition de Harvard, en était un autre.

Dans une déclaration en réponse au rapport de la revue JAMA, la Sugar Association a


déclaré que la revue de 1967 avait été publiée à un moment où les revues médicales
n’obligeaient généralement pas les chercheurs à révéler leurs sources de
financement. Le New England Journal of Medicine n’a commencé à exiger des
informations financières qu’en 1984.

L'industrie "aurait dû faire preuve d'une plus grande transparence dans toutes ses
activités de recherche", indique le communiqué de la Sugar Association. Même dans
ce cas, il a défendu la recherche financée par l'industrie comme jouant un rôle
important et informatif dans le débat scientifique. Il a déclaré que plusieurs
décennies de recherche avaient conclu que le sucre "ne joue pas un rôle unique dans
les maladies cardiaques".

Les révélations sont importantes car le débat sur les méfaits relatifs du sucre et des
graisses saturées se poursuit aujourd’hui, a déclaré le Dr Glantz. Pendant de
nombreuses décennies, les responsables de la santé ont encouragé les Américains à
réduire leur consommation de matières grasses, ce qui a amené de nombreuses
personnes à consommer des aliments faibles en gras et riches en sucre que certains
experts attribuent maintenant au fait que la crise de l'obésité est alimentée.

«C’était une très bonne chose que l’industrie sucrière a faite, car les articles de
synthèse, surtout si vous les publiez dans un journal très connu, ont tendance à
façonner la discussion scientifique dans son ensemble», a-t-il déclaré.
Le Dr Hegsted a utilisé ses recherches pour influencer les recommandations
diététiques du gouvernement, qui mettaient l'accent sur les graisses saturées en tant
que facteur de développement des maladies cardiaques, tout en caractérisant le sucre
comme des calories vides liées à la carie dentaire. Aujourd’hui, les avertissements
concernant les graisses saturées demeurent la pierre angulaire des directives
alimentaires du gouvernement, bien que ces dernières années, l’American Heart
Association, l’Organisation mondiale de la Santé et d’autres autorités sanitaires aient
également commencé à avertir que trop de sucre ajouté pouvait augmenter le risque
de maladies cardiovasculaires.

Marion Nestlé, professeure de nutrition, d’études des aliments et de santé publique à


la New York University, a écrit un éditorial accompagnant le nouvel article dans
lequel elle indiquait que les documents fournissaient «des preuves convaincantes»
que l’industrie sucrière avait entamé des recherches facteur de risque majeur de
maladie coronarienne. "

«Je pense que c'est épouvantable», a-t-elle dit. "Vous ne voyez jamais d'exemples
aussi flagrants."

Le Dr Walter Willett, président du département de nutrition de la faculté de santé


publique Harvard TH Chan, a déclaré que les règles universitaires régissant les
conflits d'intérêts avaient considérablement changé depuis les années 1960, mais que
les documents de l'industrie rappelaient «Pourquoi la recherche devrait-elle être
soutenus par un financement public plutôt que par le financement de l'industrie. "

Le Dr Willett a déclaré que les chercheurs disposaient de données limitées pour


évaluer les risques relatifs du sucre et des matières grasses. "Au vu des données dont
nous disposons aujourd'hui, nous avons montré que les glucides raffinés et en
particulier les boissons sucrées étaient des facteurs de risque de maladie
cardiovasculaire, mais que le type de graisse alimentaire était également très
important", a-t-il déclaré.

Le document JAMA Internal Medicine s’appuyait sur des milliers de pages de


correspondance et autres documents que Cristin E. Kearns, stagiaire postdoctoral à
l’UCSF, avait découverts dans des archives de Harvard, de l’Université de l’Illinois et
d’autres bibliothèques.

Les documents montrent qu'en 1964, John Hickson, l'un des principaux dirigeants de
l'industrie sucrière, a discuté d'un plan avec d'autres acteurs du secteur pour modifier
l'opinion publique «par le biais de nos programmes de recherche, d'information et
législatifs».

À cette époque, des études avaient commencé à mettre en évidence une relation entre
une alimentation riche en sucre et les taux élevés de maladies cardiaques dans le
pays. Au même moment, d'autres scientifiques, notamment l'éminent physiologiste
du Minnesota, Ancel Keys, étudiaient une théorie contradictoire selon laquelle il
s'agissait du gras saturé et du cholestérol alimentaire qui présentait le plus grand
risque de maladie cardiaque.
M. Hickson a proposé de contrer les conclusions alarmantes sur le sucre par des
recherches financées par l'industrie. «Nous pourrons ensuite publier les données et
réfuter nos détracteurs», a-t-il écrit.

En 1965, M. Hickson a chargé les chercheurs de Harvard de rédiger une revue qui
réfuterait les études anti-sucre. Il leur a versé un total de 6 500 dollars, soit
l'équivalent de 49 000 dollars aujourd'hui. M. Hickson a sélectionné les documents à
examiner et a clairement indiqué qu'il souhaitait que le résultat favorise le sucre.

Le Dr Hegsted de Harvard a rassuré les dirigeants du secteur du sucre. "Nous


sommes bien conscients de votre intérêt particulier", a-t-il écrit, "et couvrirons cela
du mieux que nous pourrons."

Au cours de leur examen, les chercheurs de Harvard ont échangé et discuté des
premières versions avec M. Hickson, qui a répondu qu'il était satisfait de ce qu'ils
écrivaient. Les scientifiques de Harvard avaient rejeté les données sur le sucre, les
qualifiant de faibles et donnant beaucoup plus de crédibilité aux données impliquant
des graisses saturées.

«Permettez-moi de vous assurer que c'est tout à fait ce que nous avions à l'esprit et
nous attendons avec impatience son apparition sur papier», a écrit M. Hickson.

Après la publication de l'examen, le débat sur le sucre et les maladies cardiaques s'est
estompé, tandis que les régimes à faible teneur en matière grasse ont été approuvés
par de nombreuses autorités sanitaires, a déclaré le Dr Glantz.

«Selon les normes actuelles, ils se sont très mal comportés», a-t-il déclaré.

Une version de cet article est imprimée à la page A 1 de l'édition de New York avec
le titre: Sugar Backers Payed to Shift Blame to Fat .